Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Troisième partie. La transition révolutionnaire à travers le prisme maçonnique (1789-1830).

Chapitre 8. Les transformations d’un espace de sociabilité (1810-1830)

Texte intégral

1. Le premier cercle en Normandie

1La réflexion conduite précédemment autour des mutations dans les pratiques maçonniques liées à la philanthropie pose la question générale des formes de la transformation révolutionnaire, de son impact sur la sociabilité maçonnique. Les comprendre passent bien évidemment par un « retour vers la structure » qui, on le sait, se trouve depuis 1810 dans une situation inédite.

2« Nulle association de plus de vingt personnes dont le but sera de se réunir tous les jours ou à certains jours marqués pour s’occuper d’objets religieux, littéraires, politiques ou autres, ne pourra se former qu’avec l’agrément du gouvernement, et sous les conditions qu’il plaira à l’autorité publique d’imposer à la société… ». C’est ainsi que commence en effet l’article 291 du code pénal qui, à partir de cette date, place les associations sous la stricte surveillance du gouvernement.

  • 1 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Etude d’une mutation de sociabilité, p (...)

3Or, au même moment, les sources mettent en évidence la mutation de la structure maçonnique vers la sociabilité caractéristique des cercles provinciaux et celle-ci tend à anticiper sur de nouvelles formes de relations sociales réellement réaffirmées après 1820. Sous couvert de dénomination à vocation commerciale ou culturelle, on voit en effet fleurir des associations qui réunissent une centaine d’adhérents, parfois plus, autour d’activités récréatives où, peu à peu1, la politique s’y insère aussi bien par le biais de la lecture de journaux que par celui de la simple réunion des hommes dans un cadre dont le contrôle réel échappe aux gouvernements successifs. Il convenait donc de cerner la place exacte de la maçonnerie au sein des cercles auxquels les loges s’apparentent de plus en plus en raison de leur rétraction autour de la bourgeoisie commerçante, la clientèle naturelle des associations récréatives, et d’une forme de sociabilité presque exclusivement masculine.

4Dans une perspective comparative, il était indispensable d’amorcer l’étude par l’approche à l’évolution de la réglementation de la structure maçonnique elle-même, de la croissance des effectifs à la réglementation interne des loges. Suspectée par les pouvoirs successifs en raison de sa simple capacité à réunir dans un « lieu clos » plus de 20 hommes mais aussi d’une contestation rampante émergeant du discours des frères à l’intérieur des ateliers, la loge change bien de fonction à ce moment-là, sans renier sa vocation initiale, et cette mutation structurelle permet de comprendre l’évolution graduelle des milieux maçonniques caractérisée par une intégration évidente dans la sphère culturelle du libéralisme politique.

« Du cénacle au cercle »

  • 2 L’étude statistique écarte les affiliés libres et non-résidents qui, par vocation, ne participent p (...)

5Déterminer, dans un but comparatif, la position exacte de la maçonnerie par rapport à l’ensemble des structures associatives fleurissant durant la Restauration nécessitait donc un retour à la lecture des tableaux de loge. Malgré quelques écueils, notamment une tendance à minorer les effectifs réels, les loges accomplissent leurs obligations avec assez de sérieux et de constance pour qu’il soit possible de connaître le nombre moyen de frères participant régulièrement aux activités d’un atelier à un moment donné2.

Effectif moyen des loges à la fin de l’Ancien Régime.

Effectif moyen des loges à la fin de l’Ancien Régime.

Effectif moyen des loges sous le Premier Empire.

Effectif moyen des loges sous le Premier Empire.

Effectif moyen des loges sous la Restauration (1815-1848).

Effectif moyen des loges sous la Restauration (1815-1848).
  • 3 24 des 44 sociétés de francs-maçons s’apparentent ainsi à des cercles réduits, inférieurs en tout c (...)
  • 4 Ainsi, « la Céleste Amitié », une loge nobiliaire qui essaie de freiner l’ascension de la bourgeois (...)

6Sans démentir l’engouement pour la mode maçonnique à la fin du XVIIIème siècle, les chiffres moyens indiquent que, derrière des tableaux artificiellement garnis, la vie des loges de cette époque s’apparente, dans leur quotidien, à celle des cénacles aristocratiques si l’on s’en tient au nombre réel de frères qui, à un moment précis, participent aux travaux. La rotation permanente du personnel cache ainsi, pour la moitié des ateliers3, une réalité quotidienne caractérisée par le fait que seul un petit nombre fait tourner la boutique. Cette sociabilité de cénacles s’épanouit sans surprise dans les petites villes au potentiel de notabilités moindre, plus sujettes à rester fidèles aux formes traditionnelles de la sociabilité des élites éclairées que les grandes cités. Dans celles-ci, notamment à Rouen et à Caen, on constate cependant que les loges restent, au quotidien, proches de ce modèle puisque les effectifs moyens des présents tournent bien souvent autour de 25 adhérents. La multiplication des ateliers est d’ailleurs à la fois la trace des divisions entre francs-maçons et la marque du rattachement des pratiques du groupe maçonnique aux formes de sociabilité les plus huppées. Ce sont les volontés d’hégémonie et les phénomènes de concurrence qui permettent de dépasser la barrière des 30 affiliés4 plus qu’une propension naturelle. Les situations de « monopole sociologique » (la bourgeoisie au Havre, la noblesse à Bayeux) incitent ainsi des orients importants à ne pas dépasser la trentaine de fidèles, malgré les apparences véhiculées par l’importance des affiliations libres qui tendent à occulter le fait que la loge provinciale reste parfois, avant la Révolution, un cénacle. Celui-ci se différencie bien sûr du cénacle aristocratique en ce sens qu’il s’ouvre sans réserve à la bourgeoisie, mais les chiffres montrent qu’à l’évidence la loge n’annonce pas encore le cercle du dix-neuvième siècle du point de vue de l’importance des effectifs. Seules l’ouverture bourgeoise et la prédominance d’activités festives et récréatives fondent la relative modernité de la maçonnerie, le reste conduisant à constater la conformité entre la structure maçonnique et les valeurs de référence qui régissent l’épanouissement de la sociabilité à la fin de l’Ancien Régime.

7C’est sous le Premier Empire qu’une mutation se dessine car, parmi la trentaine (31) de groupements maçonniques normands, il n’y en a plus qu’un tiers d’entre eux qui s’apparente à de petits groupes (10). Pas moins de 12 réunissent très régulièrement plus de 30 francs-maçons. Caen compte en moyenne une trentaine de frères régulièrement présents, et bien plus encore dans les réunions du chapitre où se rassemblent les écossais de « Thémis » et de « Constante Amitié ». A Rouen, à Alençon et au Havre, les loges comptent régulièrement une quarantaine de membres, ce qui les rapproche déjà un peu des premiers cercles récréatifs. Le « Cercle littéraire » de l’Aigle, fondé en 1826, comptait ainsi, avec 36 membres, un nombre d’affiliés comparable à celui de la loge locale et on voit ici la validité de la thèse de l’anticipation par la maçonnerie impériale des formes de sociabilité qui s’épanouissent vraiment sous la Monarchie de Juillet.

  • 5 Archives Diocésaines de Coutances, M 61.

8Néanmoins, sous l’Empire, les cohortes un peu factices d’officiers de la Grande Armée, parfois morts au champ d’honneur au moment de leur figuration sur un tableau, pérennisent encore les pratiques anciennes et les noyaux présents effectivement restent encore assez modestes. La tendance à la surreprésentation des effectifs demeure et les phénomènes de croissance sont souvent brefs et artificiels. On le constate bien dans les orients peu militarisés où il n’est pas rare que la barre des présents redescende sous la vingtaine de membres (Evreux, Bellême, l’Aigle ou Louviers), voire moins à la fin de la période napoléonienne quand l’enthousiasme dans les vieux centres diminue (Bernay et Elbeuf) ou quand le fait maçonnique réalise des percées éphémères (Eu, Lisieux). La longue litanie des plaintes et rappels à l’ordre jalonnant la correspondance de la loge de Saint-Lô5, « l’Accord Parfait », montre bien que le Consulat et le Premier Empire sont des moments transitoires faits d’éloignement de la parenté initiale et de résistance des comportements anciens.

  • 6 Les tableaux des archives internes des « Arts Réunis » prouvent à l’évidence que les présents réels (...)

9C’est donc la période de la Restauration qui renforce l’évolution du cénacle au cercle de manière significative même si, durant les premières années, les effectifs moyens montrent parfois une relative modestie, six loges sur 22 comptant moins de 20 membres en moyenne. Mais, on doit tenir compte d’un contexte politique difficile jusqu’en 1818-1820. Ainsi, trois des six petites entités citées sont des associations maçonniques moribondes (L’Aigle, Honfleur) ou insérés dans un réseau paramaçonnique de la marge où le petit nombre est la pratique en usage et conseillée (Darnétal où la loge fonctionne au rite Misraïm). Mais l’atelier se fidélise rapidement, vers 1820-1825, à la norme du groupement situé autour de la quarantaine d’individus6 et celui-ci trouve plus de cohérence par cette relative uniformisation du nombre de frères en activité. Toutes les loges rouennaises ont ainsi des effectifs qui se situent en permanence au-dessus du seuil des 20 membres, ceux de « la Parfaite Egalité » oscillant entre 40 et 50 membres. Le rapprochement entre les contours des loges maçonniques et des cercles récréatifs est bien une réalité, notamment dans les grands centres séquaniens, comme Rouen et Le Havre. C’est ici que la croissance régulière du groupe maçonnique est le plus sensible et l’évolution structurelle vers la sociabilité des cercles se poursuit inexorablement sous la Monarchie de Juillet qui va constituer le moment de son achèvement.

Règlements et personnel : histoire d’un transfert

  • 7 M. Agulhon, op. cit., p. 32.
  • 8 Les inventaires exhaustifs des séries M des fonds départementaux ont été faits pour deux départemen (...)

10Mais la transformation structurelle n’est pas seulement affaire de nombre d’adhérents et la mutation graduelle des effectifs des loges s’accompagne d’évolutions réglementaires qui rapprochent également les ateliers maçonniques des cercles récréatifs existant sous la Restauration. Ici, la démarche comparative est, bien que les cercles connus se développent surtout après 1848, indispensable7. L’analyse portant sur les transferts de personnel de la loge vers les sociétés culturelles spécialisées comme « la Société Libre pour concourir au Progrès Industriel » (Rouen) ou « la Société Philharmonique » (Caen) suggérait déjà de nouveaux comportements de la part des maçons ce que confirme largement l’étude de la relation originelle entre ces nouveaux modes de relation et la maçonnerie. Les quelques pièces relatives aux cercles récréatifs8, montrent en effet un lien solide unissant le fait maçonnique aux nouvelles formes associatives, notamment dans l’Orne et la Seine-Inférieure où se développent, à l’Aigle et à Alençon d’une part, deux cercles littéraires importants entre juin 1823 et janvier 1831 et, à Elbeuf et au Havre d’autre part, quelques cercles d’affaires et culturels. Les règlements, souvent mieux préservés que les listes d’adhérents, permettent de comprendre les influences reliant ces associations au monde maçonnique.

  • 9 ADO, série M : M 1040.
  • 10 ibid., M 1044.
  • 11 ibid., M 1047.
  • 12 ibid., M 1048 et 1049.
  • 13 A. Becchia, « La sociabilité patronale dans une ville drapière : Elbeuf (fin XVIIIème siècle-XIXème (...)
  • 14 AMH, série R : R2 1.
  • 15 Voir l’article 6 du « Cercle de la Bourse » qui lance un appel à la paix, thème à succès dans les l (...)
  • 16 Voir l’article 20 du « Cercle de l’Union » d’Alençon.

11Leur lecture montre à l’évidence l’importance du lien unissant les deux structures. Les loges maçonniques qui rédigent leurs règlements de manière de plus en plus précise à partir de l’Empire, semblent avoir inspiré les statuts de ces fondations sur trois plans. D’une part, la maçonnerie transmet l’endogamie des pratiques : ainsi, l’embryon de la société de lecture d’Alençon limite ses adhérents à un groupe de 80 membres, reprend l’obligation des 21 ans révolus pour l’admission et fixe une cotisation élevée et dissuasive (40 francs par an)9 ce qui s’inspire d’autant de règles propres à la franc-maçonnerie. Ces pratiques sont donc transférées de la maçonnerie vers ces premiers cercles datant de la Restauration et seront institutionnalisées définitivement dans l’ensemble des cercles ornais qui fleurissent sous la Monarchie de Juillet puis dans le seconde moitié du XIXème siècle. C’est d’ailleurs dans des pièces plus tardives, règlements et statuts du cercle domfrontais, en 184710, ou du « Cercle Commercial » de Mortagne, en 185411, et, plus encore, des principales associations récréatives alençonnaises (le « Cercle du Commerce » et le « Cercle de l’Union »12 que l’on mesure l’influence réelle de la maçonnerie. Les cercles se contentent ici de systématiser des pratiques codifiées dès le Premier Empire par les loges. D’autre part, ils reproduisent les rites d’admission que ce soit, comme l’a remarqué Alain Becchia au sujet de la sociabilité patronale elbeuvienne13, par l’uniformité de la tenue vestimentaire et l’utilisation des boules noires et blanches lors des scrutins puis, ultérieurement, par la coutume de l’exposition des tableaux des membres du cercle. Enfin, l’empreinte maçonnique est encore plus visible en ce qui concerne l’organisation des travaux. C’est la modernité du cadre organisationnel élaboré par la maçonnerie qui semble donc avoir été le plus porteur d’avenir. La séparation des pièces consacrées à la lecture de celles servant aux festivités au sein de la société littéraire d’Alençon (article 30), la systématisation de comités directeurs comprenant entre cinq et 10 membres et l’interdiction déclarée des discussions politiques au sein des cercles havrais14 et dieppois15, enfin la mise en place du vote à bulletin secret16, tous ces points de règlement montrent à quel point la maçonnerie fut à la fois une inspiratrice et une initiatrice pour les pratiques associatives. Or, nous savons que celles-ci sont porteuses d’une politisation plus ou moins voulue.

  • 17 ANF, F7 6698.
  • 18 Parmi les 36 membres du cercle littéraire de l’Aigle (juin 1823), on trouve onze maçons : Paul-Arma (...)
  • 19 ADSM, série M : 4M 570. Parmi les fondateurs, les 8 francs-maçons sont : Pierre Toussaint, François (...)
  • 20 ACH, série R : R2 1. On y recense 9 frères ayant fréquenté « l’Aménité » : Jean-Baptiste Palfrai, V (...)
  • 21 On note parmi les principaux animateurs de la société de lecture d’Alençon (ADO, série M : M1 040) (...)
  • 22 Quelques maçons initiés dès la Restauration figurent parmi les premiers membres de la célèbre « Soc (...)
  • 23 ADSM, série M : 4M 569 et ACE, série J : J 194. Parmi le personnel dirigeant de la « Société des co (...)

12A partir de la réalité de ces transferts réglementaires, on est bien sûr tenté de regarder ce qui se passe du côté du personnel. A ce niveau, on se heurte à l’imprécision des listes d’adhérents, mais la présence et plus encore le rôle initiateur de bien des maçons est cependant perceptible. Le « Cercle littéraire » de l’Aigle, fondé en 182317, est visiblement fondé par le groupe dirigeant des frères de « l’Etoile » qui cessent petit à petit des travaux maçonniques tenus suspects en ces années-là18. A Elbeuf, Antoine Sallambier, fabricant elbeuvien qui fréquente la loge des « Arts Réunis » à l’orient de Pont-de-l’Arche, préside le « Cercle des Commerçants » fondé en 1832 et, à Dieppe, le frère Lapostolle occupe la même fonction au sein du cercle du « Commerce et des Arts », créé en 1846. Jean-Thomas Hommey-Margautier, maçon à « la Fidélité », préside également le cercle littéraire alençonnais fonctionnant sous la Monarchie de Juillet. Ces figures majeures du mouvement associatif, toutes initiées, ont été soutenues dans leur tâche par de nombreux autres frères, voire d’anciens maçons, qui donnent une impulsion décisive à la vie associative en province. L’imprimeur Marie-Joseph Malassis-Cussonnière et le capitaine de gendarmerie Julien Bellenger font partie du premier conseil d’administration du cercle littéraire alençonnais tandis que l’émergence du cercle de l’Aigle doit beaucoup aux maçons Jacques et Paul Rossignol, à François Dorbec et à René Vaugeois. Ces hommes qui pétitionnent en faveur de sa création figurent parmi les fondateurs du cercle. Au Havre, on trouve huit maçons parmi les fondateurs du « Nouveau Cercle »19 et treize souscrivent pour la naissance d’une « Société des Amis des Arts »20. Mais le lien unissant le monde maçonnique et le milieu associatif havrais trouve sa consécration avec la mise en place de la Société Havraise d’Etudes Diverses, institution culturelle promise à un brillant avenir et fondée en 1833 à l’initiative d’un groupe de maçons. La participation du monde maçonnique est donc essentielle dans le processus constitutif des cercles, une partie non négligeable du vivier maçonnique, quantitativement parlant, montrant une attraction pour la vogue associative. On est frappé par la présence importante du personnel maçonnique pénétrant les premiers cercles ornais21, havrais22 ou elbeuviens23. Ainsi, parmi les 36 membres du cercle littéraire de l’Aigle (1833), le tiers a transité par « l’Etoile ». La fonction de relais est évidente : à Elbeuf, la loge se meurt en 1833 au moment où les cercles commerciaux émergent et, à l’Aigle, la maçonnerie végète et souffre de persécutions lorsque le cercle littéraire local naît de manière informelle en 1823. Elle est réduite à l’état de trace quand celui-ci se structure en 1833. Dans ces deux cas, le cercle se substitue purement et simplement à la loge dont le simple nom évoque la compromission avec le pouvoir bonapartiste, puis les milieux libéraux après 1815. Quand elles meurent, les loges ne s’éteignent donc jamais sans laisser d’adresse : leur héritage perdure.

De la « liberté en secret »24 à la société de pensée

  • 24 Expression empruntée à R. Koselleck, Le règne de la critique, p. 62-69.
  • 25 M. Agulhon, op. cit., p. 66-70.

13Ainsi la croissance globale des effectifs des loges se conjugue à des transferts de personnels pour associer définitivement le sort de la maçonnerie à celui des cercles. Or, ce constat est loin de n’avoir qu’un intérêt de pure forme car il renvoie aux problématiques relatives à la politisation de la maçonnerie. On sait en effet à quel point les cercles, qui ne peuvent prétendre ouvertement à la contestation politique, ont joué un rôle essentiel dans l’émergence d’une forme de sociabilité, celle de groupes d’opinion souvent informels qui sape peu à peu les fondements des régimes mis en place de 1815 à 1848. Maurice Agulhon a ainsi su montrer que le cercle, par sa vocation associative originelle au sein d’un régime qui empêche toute forme d’expression politique, a servi de modèle aux premières forces de contestation antimonarchiste et l’auteur a démontré également que sa souplesse lui permettait d’avoir une fonction double à l’exemple du Salon Lafitte25. Comme l’a rappelé l’historien, aux côtés des réceptions mondaines et récréatives du jeudi auxquelles participait une foule nombreuse, les réunions des autres soirs consistaient à exclure les femmes pour permettre aux députés libéraux de jouer aux cartes… et de parler politique, activité virile s’il en fut !

14En Normandie, on observe avec intérêt que ce phénomène de partition interne propre aux cercles place la loge maçonnique comme structure directement impliquée dans le glissement à partir de fonctions récréatives vers une activité peu ou prou subversive. Touchée dès les débuts de la Restauration, la sociabilité maçonnique voit le point d’achèvement de cette évolution avec le durcissement politique d’un régime qui est de plus en plus ouvertement contesté.

  • 26 BNF, fonds FM : FM2 237. Malgré l’absence de références à des divergences politiques, on est troubl (...)
  • 27 ANF : F7 6701 (dossier 1).
  • 28 Rappelons que Jacques Dupont de l’Eure est membre de « la Constance Eprouvée » à l’orient d’Evreux (...)
  • 29 Le marquis de La Fayette adhère après 1815 aux « Amis de la Vérité » pilotés par un noyau de carbon (...)

15Dans cette perspective, les développements concernant l’entrée de la discussion politique en loge, ont déjà mis en avant l’influence de groupes idéologiques dans les phénomènes de scission apparus à Falaise ou à Rouen entre 1815 et 1818 tandis que la fracture de la loge granvillaise en 1807 n’en était peut-être qu’une anticipation moins ostensible26. Malgré la cessation des traces de politisation dans les loges rouennaises après 1817, la pluralité des options semble avoir perduré au sein des ateliers. C’est du moins ce qui ressort des propos tenus de la préfecture de Seine-Inférieure en 1822 à l’occasion d’un nouveau schisme, celui qui frappe « la Persévérance Couronnée ». Les avatars de cette loge montrent le maintien du lien entretenu par la maçonnerie locale avec les processus novateurs de politisation qui concernent l’ensemble des cercles à cette époque. Dès le 10 septembre 1822, le préfet de Vaussaye répond, après une enquête de trois mois relative aux réunions des loges qui se déroulent au 48 de l’avenue du Mont-Riboudet, à une demande des autorités parisiennes sur les agissements de la loge. Il signale que les maçons sont irréprochables mais il tient à ajouter cependant que bien que modérées, les opinions politiques professées sont de nuances différentes27. En se réjouissant de l’apolitisme des origines de la scission, le préfet associe implicitement la maçonnerie aux cercles dont on sait qu’ils se caractérisent par l’émergence de factions politiques. Les propos du préfet montrent donc l’existence de discussions entre groupes politiques différents au sein de la maçonnerie. La loge devient une composante majeure de cet espace de libre expression et on est peu surpris de trouver de nombreux maçons parmi les hommes qui organisent les premiers banquets libéraux. Ceux-ci sont alors les seuls moyens d’expression pour les opposants au régime dont les groupes s’organisent en Normandie autour de La Fayette, de Louis Bignon et de Dupont de l’Eure. Ces deux derniers ont fréquenté les loges d’Evreux et d’Elbeuf28 et sont les plus fidèles compagnons du marquis qui associe alors son engagement politique en faveur du libéralisme à ses activités maçonniques29.

  • 30 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701 (dossier 1).
  • 31 ibid.
  • 32 ibid.
  • 33 BNF, fonds FM: FM2 221.

16Après les discussions feutrées, confinées au groupe réduit composant l’atelier ou propres aux frères qui, à titre individuel, fréquentent les banquets, les loges de francs-maçons de la région rouennaise s’orientent vers l’organisation ouverte de réunions franchement subversives à la fin du règne des Bourbons. A ce moment, la loge elbeuvienne, « l’Union », devient la base organisationnelle des structures de contestation politique. Constituée dès 1813 par des frères peu suspects de sympathie envers le régime des Bourbons, la loge voit ses activités glisser progressivement vers la contestation politique à partir de sa refondation en 1822 à l’initiative de l’huissier Jean-Baptiste Lerat. En 1827, un dossier de police relate les activités de « l’Union »30 et celles-ci se situent visiblement dans la perspective des banquets libéraux qui se déroulent dans la région rouennaise entre le 26 août et le 9 septembre. Rappelons que le contexte électoral est alors capital et le dossier témoigne plus de la réaction apeurée d’un pouvoir inquiet et irrité du développement de la contestation que d’activités réelles de la part de la loge. Il montre aussi de manière cruciale le passage de la discussion politique entre frères dans le secret des ateliers à l’intégration de la cellule maçonnique entière au sein du monde politique local. Non contente de fournir des troupes de citoyens engagés et de refléter l’évolution du temps par l’introduction de débats politiques entre frères, « l’Union » devient le noyau initiateur de la politique dans une petite ville très active de province. Il convient, pour étayer cette affirmation, de relater avec précision les effervescences elbeuviennes. En cette fin août 1827, les autorités s’inquiètent des activités des milieux libéraux dans la région rouennaise. Dès le 29 août, un banquet exceptionnel eut lieu à Caudebec-en-Caux : la préfecture signale la présence d’étoiles locales et nationales de l’opposition de gauche au régime, Louis Bignon et le maire d’Elbeuf Georges Petou parmi les premières, Jacques Dupont de l’Eure, Alexandre Dumeilet, le banquier Lafitte, Casimir-Périer et Benjamin Constant parmi les secondes ! On apprend par ailleurs que de telles réunions auront lieu le 1er septembre à Rouen et le 2 à Elbeuf. C’est donc à l’occasion du déroulement du banquet elbeuvien, réuni au moment de la foire, qu’il est question de la maçonnerie locale comme structure participant activement au processus de contestation. En effet, les travaux qui se déroulent ce soir-là dans la loge prennent une tournure exceptionnelle qui rapproche le fonctionnement de l’atelier des cercles du Salon Laffitte. La loge profite du banquet pour organiser une tenue exceptionnelle. Les autorités savent de toute évidence que les travaux vont être, pour les francs-maçons, l’occasion de manifester leur sympathie pour les députés libéraux. Ils sont d’ailleurs les premiers à entonner les chansons de Béranger jusqu’à une heure avancée de la nuit (2 heures du matin selon la préfecture !). Un modus vivendi semble cependant établi entre le Vénérable et les autorités puisque celui-ci réclame et obtient aisément trois gendarmes pour accompagner le cortège des frères réuni à la fin du banquet pour chanter les sérénades sous les fenêtres des héros31. La loge elbeuvienne fonctionne de toute évidence à la fois sur le registre récréatif, le seul domaine apparent si l’on s’en tient à son règlement intérieur qui stipule, comme les autres, le rejet du politique, et comme noyau servant de paravent à la mouvance libérale elbeuvienne. Le tout se passe évidemment sous surveillance et dans une relative sérénité mais les rapports évoquent le décor provocateur du local avec des étoffes aux trois couleurs32 et nous verrons de toute manière que le personnel de la loge intègre, jusqu’aux Trois Glorieuses, de nombreuses figures locales participant très activement à ce que la maçonnerie dans son ensemble considérera comme un heureux événement. En 1829, la loge accueille encore Jacques Dupont de l’Eure, Louis Bignon, les députés Dumeilet et Petou, qui est également le maire d’Elbeuf. Ils ont le titre de membres d’honneur avant de participer avec éclat aux fêtes patriotiques et maçonniques organisées autour du « frère Lafayette » le 6 août 183033.

  • 34 A. Cochin, Les sociétés de pensée et la démocratie, Paris, 1921.

17Avec l’exemple de cette loge, on met le doigt sur une évolution clef de la maçonnerie qui, par rapprochement progressif avec le cercle, s’identifie à lui dans ses rapports à la politique. Ce n’est plus ici la loge qui est victime de subversion mais c’est elle qui la génère. On voit donc un peu mieux l’évolution globale du cadre maçonnique, l’atelier, entre la fin de l’Ancien Régime et l’avènement de la Monarchie de Juillet. Simplement porté par les événements jusqu’en 1789, les tensions et scissions n’étant jusqu’à cette date que la conséquence logique de la crise travaillant tout le corps social, il voit enfin le politique pénétrer en son sein avec les débuts du mouvement révolutionnaire. De ce point de vue, le rappel à l’ordre reçu par les loges rouennaises en mars 1789, et plus encore la partition des « Trois Haches » au Havre sous le Premier Directoire, peuvent être tenus comme les premiers moments de cette irruption. Les débats de 1815-1818 à Falaise et à Rouen n’en sont que des conséquences et, à partir de 1820, en osmose avec les cercles, la loge s’intègre définitivement, dans quelques orients de la région rouennaise, à ce qu’Augustin Cochin appelait la « synarchie des sociétés de pensée » pouvant saper les fondements d’un régime34. Mais de là, Cochin anticipait à l’évidence, pour des raisons idéologiques, de plus de 25 ans !

  • 35 La préfecture en relève 41.
  • 36 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701 (dossier 1, réponse du préfet datée du 15 janvier 1825).

18Pour conclure, on peut d’ailleurs évoquer les mutations touchant les constructions mentales qui s’opèrent autour de la maçonnerie. Les responsables politiques locaux chargés de la surveillance de l’opinion et des associations constituent les meilleurs indicateurs de celles-ci. Or, parmi la masse des dossiers de police concernant les activités politiques nombreuses qui agitent le département de la Seine-Inférieure et plus précisément la région rouennaise à partir de 1820, émerge un bel exemple de prose antimaçonnique. Sous la plume du maire du Mesnil-Esnard, le juge D’Houppeville de Neuvillette, ami et protégé du comte Villèle, on voit s’énoncer la liaison opérée par beaucoup entre la maçonnerie et le monde de la subversion. Entre juillet 1822 et janvier 1825, D’Houppeville entre en guerre contre les sociétés de secours mutuel couvrant l’ensemble de la région rouennaise35. Elles menacent alors la ville de Mesnil-Esnard dont il est le premier magistrat et l’acharnement anti-associatif dont il fait preuve nourrit une longue correspondance triangulaire avec le préfet de Vaussaye et le ministère de l’intérieur. Refusant bien sûr de telles sociétés dans sa ville, D’Houppeville se plaint du laxisme antigouvernemental imité par une préfecture dont le haut personnel est, selon lui, exclusivement lié à l’entourage libéral du marquis d’Herbouville, un ancien révolutionnaire ayant maçonné à Paris devenu préfet d’Empire. La tonalité de la correspondance n’est pas sans saveur en raison de la rudesse des idées émises et surtout de l’opposition des tempéraments. Le bouillant maire de Mesnil-Esnard fait passer les principes avant tout alors que, pour le préfet, la fin justifie les moyens. En effet, pour le maire intransigeant, les sociétés sont comparables aux comités de salut public, peuplées d’alcooliques et de sodomites. Le préfet voit plutôt en elles une occasion de diviser pour mieux régner et un moyen de diriger le peuple et de l’arracher aux meneurs révolutionnaires. Quant à l’alcoolisme de la classe ouvrière, dont se plaint d’Houppeville et que propageraient les sociétés de secours mutuel, il est réduit à un défaut peu grave pour des ouvriers qui ont l’habitude de s’y adonner36 selon les propos du préfet. Pour lui, pas de doute, D’Houppeville de Neuvillette n’est qu’un brave homme bien peu éclairé. Nous sommes ici bien loin des subtilités de la vie maçonnique.

  • 37 ibid.

19Pourtant, peu à peu, le débat dévie et place la maçonnerie au cœur du sujet. Or, l’image de celle-ci n’est guère plus reluisante aux yeux de D’Houppeville que celle des sociétés de secours mutuel : la maçonnerie est (enfin) dénoncée dans une perspective barruélienne. Le maire de Mesnil-Esnard assimile totalement les sociétés de francs-maçons locales aux associations subversives. Maçons de cabaret, secte de sodomites, société secrète ayant renversé les monarques en France, en Sardaigne, à Naples, en Espagne et au Portugal37 : les loges et les frères sont l’objet d’un dénigrement systématique à un moment où il est vrai qu’une loge du rite Misraïm travaille activement à Darnétal. Plus intéressant, le maire reçoit dans ses élucubrations le soutien des autorités de l’Etat contre un préfet jugé trop libéral : elles renchérissent sur ces propos puisque le ministère de l’Intérieur, parlant des sociétés de secours mutuels, en profite pour dénoncer l’action des maçons du rite Misraïm qui s’y enrôlent avec empressement et évincent les royalistes. C’est peut-être effectivement ce que font les frères darnétalais de « la Parfaite Tolérance » comme pourraient le laisser supposer sa composition sociologique et les activités qui émergent de plus en plus ouvertement dans l’ensemble de la société maçonnique rouennaise à partir de 1820. On voit donc que, des critiques de l’ingénieur Forfait contre les sociétés maçonniques d’Ancien Régime aux propos des préfets sous la Restauration, les contemporains ont eu, malgré quelques exagérations, une vision plus juste de la nature de la sociabilité maçonnique et de son évolution que les tenants d’une historiographie plus tardive.

2. franc-maçonnerie et liberalisme

20La mutation des structures et l’appartenance au monde des cercles marquent donc une transformation fondamentale pour la sociabilité maçonnique et une nouvelle quête des destins individuels et collectifs à l’intérieur de la société s’imposait : elle fait émerger un peu plus les structures maçonniques comme outil de politisation et confirme l’existence d’une évolution cruciale dans les années 1820-1825, au moment où s’opère la réaction ultra, et dont les racines se situent pendant le moment de désenchantement des années 1810-1815.

Le retour des Bourbons : entre fidélité de la maçonnerie et opposition des frères

  • 38 Flouest et Cartier se rallient sans état d’âmes aux Bourbons mais le premier nommé est presque auss (...)

21C’est l’attachement de la maçonnerie au régime impérial qui constitue le point de départ obligé de l’analyse puisque c’est lui qui place la maçonnerie dans la situation de suspicion qui la caractérise entre 1815 et 1830 et parce que l’ancien personnel politique bonapartiste fournit les premiers cadres aux milieux de l’opposition libérale au régime des Bourbons. Malgré la superficialité de la fidélité au régime défunt, il reste patent qu’une fraction importante des notables passés par la maçonnerie a lié son sort à celui des Bonaparte et que tous les frères ne peuvent pas, ou ne veulent pas, se rallier. C’est d’ailleurs l’échec des tentatives de ralliement38 qui entraîne souvent la paupérisation de la maçonnerie et la situation précaire dans laquelle se trouve nombre de loges. L’évolution de la maçonnerie dieppoise, qui ne retrouvera jamais le lustre qui était le sien depuis un demi-siècle, doit ainsi beaucoup aux avatars du frère Flouest, maire de la ville et Vénérable de la loge, et du sous-préfet Cartier qui, trop fidélisés par le pouvoir abattu, ne parviennent pas à se réinsérer parmi les élites locales. L’histoire est parfois féroce et oblige des loges, comme celle de Vire, à se saborder ou, comme à Rouen, à transférer une partie de leur personnel vers des ateliers moins compromis avec l’ancien régime. Mais les faits les plus intéressants concernent la manière dont se comportent les groupes maçonniques dans les ateliers restant en activité.

  • 39 ADO, série M : M 1290.
  • 40 Ce sont Jean-Zacharie Malassis et Joseph Quilhet.

22L’Orne lors de la Seconde Restauration : dans le contexte d’une maçonnerie impériale qui fut le véritable socle de cette forme de sociabilité, on observe alors à la fois l’importance des groupes de maçons restés actifs dans l’émergence d’une force politique libérale et l’intégration de ce processus de politisation dans un moment historique brisant la barrière chronologique trop rigidement fixée en 1815. En effet, c’est la plupart du temps en loge, entre 1810 et 1815, que se forment les groupes libéraux qui construisent une culture oppositionnelle à partir d’un glissement opéré depuis la « résistance au bonapartisme ». La loge d’Alençon, « la Fidélité », le montre bien : dès 1810, les maçons initiés au sein de cet atelier, autour des fortes personnalités comme Mercier, Cavalier ou Meurger, constituent des cercles où s’affirment, derrière le désenchantement manifesté envers un régime moins apte à apporter la paix, l’affirmation d’une sensibilité politique nouvelle s’exprimant explicitement en 1815. Les frères s’organisent alors autour des « cercles bonapartistes » fréquentant le château de Lonlay et les maisons de mesdames Malassis et Quilhet39 parallèlement à leurs activités maçonniques. Les deux femmes sont parentes d’anciens maçons40 et le château la propriété d’un maçon encore actif, l’ex-maire Jacques Mercier.

  • 41 ibid.
  • 42 Jacques Mercier figure sur les tableaux de « la Fidélité » en 1823, à un moment où il devient une f (...)
  • 43 Entre 1809 et 1812, la loge initie et réunit un groupe de maçons qui furent parmi les figures de pr (...)
  • 44 ADE, série M : 4M 196 à 198.
  • 45 Expression employée par la loge de Mortagne (BNF, FM2 : 317).

23D’autres maçons, comme Leclerc-Despars, les notaires François Meurger père et fils et Charles Thomas-La Prise à Alençon optent pour une voix moins pacifique41 mais la culture politique à laquelle ils se rattachent est identique. On pourrait bien sûr objecter que la présence de ces hommes est le résidu de la captation de représentants des anciennes élites politiques par la maçonnerie défunte mais il est remarquable qu’ils continuent à fréquenter assidûment les tenues maçonniques locales bien après 181542. Par ailleurs, l’exemple alençonnais ne révèle pas une situation exceptionnelle mais s’intègre dans un mouvement d’ensemble. Ainsi, on retrouve un processus absolument identique de formation de groupes politiques à Evreux où la loge locale, autour de la personnalité emblématique de Jacques Dupont, a rassemblé dès 1809-1810 le cercle des futurs opposants libéraux qui se réunit entre 1815 et 1817, au château de Condé43. Si à Evreux, à la différence d’Alençon, la structure maçonnique disparaît de la ville durant les monarchies censitaires, d’un château (Lonlay) l’autre (Condé), on est frappé par la similitude des attitudes d’hommes qui fréquentèrent les loges locales entre 1810 et 1815 et utilisèrent le canal maçonnique pour constituer de futurs groupes d’opposants fortement attachés au libéralisme politique44. Dans ce contexte, on comprend mieux les difficultés dont on entend l’écho dans la correspondance des loges ornaises45 et un fil conducteur permettant de comprendre une transformation culturelle d’ensemble apparaît : dans des conditions difficiles, des hommes irréconciliables ou exclus par le nouveau régime continuent à maçonner et servent de pivots et d’initiateurs pour de nouveaux venus aimantés par cette nébuleuse néo-bonapartiste et libérale qui trouve un refuge dans la loge.

  • 46 Rappelons que le préfet Jacques Beugnot ne figure que sur le tableau de « l’Ardente Amitié » en 180 (...)

24Le processus de subversion apparaît en toute clarté à Rouen, en raison de la formidable et exceptionnelle vitalité de la maçonnerie au plus fort du durcissement du régime. Cinq loges dépendant du Grand Orient fonctionnent alors activement et une intense activité de sociétés se réclamant du rite Misraïm voit le jour. A priori, les anciens milieux maçonniques rouennais semblent pourtant avoir subi moins gravement la crise de 1815-1817 qu’une maçonnerie alençonnaise, beaucoup plus dominée par les élites politiques napoléoniennes que ne l’a été la maçonnerie rouennaise. En effet, si les prudentes élites locales ont fourni préfet et maire à la maçonnerie, ce fut de manière éphémère46 et, dans leur ensemble, le haut personnel politique et préfectoral bonapartiste adhère d’assez loin et n’impulse pas le mouvement maçonnique à Rouen à partir du Consulat. Rassemblées dans la loge pratiquant le Rite Hérodom de Kilwinning, « l’Ardente Amitié », les élites locales ont d’ailleurs su saborder cet atelier compromis et compromettant, puis pénétrer une loge moins marquée politiquement, « les Arts Réunis ». Pourtant, dès 1817-1818, l’évolution d’ensemble est comparable à celle des milieux alençonnais ; à la différence cependant que celle-ci va se traduire, après 1820, par l’intégration de la maçonnerie dans une nébuleuse de sociétés organisées favorables à la contestation. Celle-ci lui permit de voir s’épanouir à Rouen une sensibilité libérale et une culture d’opposition plus profonde qu’à Alençon.

25Afin de restituer les effervescences rouennaises dans leur contexte, il est indispensable d’évoquer l’ensemble du climat qui règne dans le Rouen contestataire des années 1815-1825. La protestation s’exprime alors principalement à l’occasion des représentations qui ont lieu dans le Théâtre des Arts et lors des banquets où l’on célèbre le passage du « trio » Bignon, Dupont de l’Eure et La Fayette.

  • 47 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6693 (dossier 13).
  • 48 ibid. L’oraison rédigée en l’honneur de Lesurre est cinglante. Elle débute par ses mots : Notre pèr (...)

26Le Théâtre des Arts est, entre la fermeture de 1817 et les remous de 1825 occasionnés par la programmation d’un « Tartuffe », le lieu d’une agitation incessante dont les représentants de l’épiscopat font les frais47. Quelques libelles circulant dans le public montrent le mauvais esprit qui règne. C’est en effet le clergé qui essuie les assauts de la contestation : ainsi, on fustige le vicaire Lesurre par un Notre père bien ironique et on écrit des pamphlets contre son prédécesseur Libert, que l’on fait circuler dans une salle goguenarde48.

  • 49 ADSM, série M : 1M 172 à 174.
  • 50 Louis-Augustin Barrois-Beaumanoir, avocat, apparaît sur les tableaux des « Arts Réunis » en 1808 ju (...)
  • 51 Ancien membre de « l’Ardente Amitié », Duhamel est l’objet d’une surveillance particulière de la pr (...)
  • 52 ibid., 1M 172. Parmi les anciens figurent : Henry Duhamel, Pierre Chalon, François Delarue, Laurent (...)

27Les banquets libéraux49 constituent l’autre versant, ouvertement politique, de la contestation. C’est à travers ce moment festif que s’inscrit l’action des milieux maçonniques. En effet, parmi les présents à ces réunions dénoncées mais tolérées par la préfecture, les maçons sont bien aux premières loges et on observe l’amalgame entre des frères qui « entrent en sommeil » et d’autres qui maintiennent leur activité de maçon. Parmi les organisateurs qui accueillent La Fayette et Bignon figurent ainsi Nicolas Barrois-Beaumanoir, Jean-Ulric Guttinguer et Nicolas Martin50 et la maçonnerie initie peu après l’un des héros des banquets libéraux Louis Desseaux. Elle s’alimente ainsi d’un réservoir de nouveaux frères palliant la défaillance des libéraux des années 1810-1815 qui, comme un Henry Duhamel51, adopte la démarche inverse52. Bien sûr, toute la maçonnerie rouennaise ne constitue pas un groupe séduit par le libéralisme politique contestataire. Néanmoins, de la présence de noyaux d’activistes libéraux entre 1820 et 1830 en passant par le succès de maçonneries parallèles comme l’est le rite Misraïm en 1818 à Darnétal, il y a un indiscutable climat montrant les mutations dont est l’objet la maçonnerie séquanienne. Rendue peu attractive pour les élites politiques locales en place, elle s’intègre parmi les sociétés subversives dont l’histoire des loges fonctionnant au rite Misraïm est la forme exacerbée.

Le rite Misraïm dans la région rouennaise vers 1820

  • 53 D. Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, p. 1018-1042.

28C’est à Rouen et dans sa banlieue la plus touchée par la proto-industrialisation (Darnétal), que cette forme de la maçonnerie souvent assimilée à la charbonnerie, dont les origines historiques sont mal connues mais dont on sait qu’elle émerge en France, vers 1810, grâce aux trois frères Bédarride53 qui diffusent un nouveau rituel, a élu domicile entre 1820 et au moins 1822, c’est-à-dire dans la foulée des banquets évoqués précédemment.

  • 54 ibid. Au sommet, la Puissance Suprême comprend 150 membres répartis en quatre séries géographiques, (...)
  • 55 Le rite est dissous avec la « Terreur Blanche », restauré de 1838 à 1841 puis à nouveau dissous.

29Le rituel des Bédarride, comprenant 90 grades, a en fait essaimé dans tout le royaume et la maçonnerie de Misraïm devient vite un instrument d’agitation politique en raison de son organisation interne qui est proche de celle des ventes de la charbonnerie, de la mise en place d’un réseau géographique efficace… et de son attraction directe sur les milieux carbonaristes, anticléricaux et antiroyalistes54. Pour toutes ces raisons, le mouvement est bientôt réduit à la vie clandestine55.

  • 56 BNF, fonds FM : FM2 219.

30Les loges naissantes à Rouen et à Darnétal s’inscrivent donc dans une perspective résolument subversive et révolutionnaire : elles font l’objet de l’attention inquiète du Grand Orient, qui redoute la contamination possible des loges saines de Rouen, et des autorités policières. La correspondance de la loge darnétalaise avec la me du Pot de Fer offre assez peu d’éléments éclairants sur les activités réelles de la loge56, son principal intérêt étant de mettre en évidence l’image sociale méprisante que les maçons réguliers de Rouen se font des classes subalternes. En revanche, la question des relations réelles entretenues entre les maçons se réclamant de ce rite à Darnétal et à Rouen et le monde de la subversion politique est à peine abordée. La lettre de l’ancien Vénérable de « la Parfaite Tolérance », le chirurgien Ringuenet de la Toulinière, désireux de placer les travaux de l’atelier sous la protection du Grand Orient après avoir changé son nom en une « Constance » plus conforme au vocable des titres de loge, n’aborde pas cette question. Le 22 février 1822, Ringuenet se contente d’éluder le débat en arguant de sa méconnaissance d’un rite auquel il fut initié avec deux cafetiers, les Le Dran (père et fils), après une montée à Paris. Les Bédarride sont selon lui des inconnus.

  • 57 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6686 (dossier concernant les carbonari normands auxquels sont assi (...)
  • 58 ANF : F7 6688 (dossier 37).
  • 59 ibid., F7 6686.
  • 60 ibid. Le tableau retrouvé chez Pitraye comprend : Henri Dezaubry, Vincent Delaune, Pierre et Antoin (...)
  • 61 C’est le cas des frères Tudot et Cuvelier qui lurent des membres actifs de « la Sincère Amitié » ap (...)
  • 62 Le chirurgien Paul Lodieu figure sur les listes des « Arts Réunis » de Rouen et de Pont-de-l’Arche.

31Mais deux enquêtes de police57 permettent d’étoffer le dossier, d’en savoir plus sur la motivation profonde des hommes mis en relation avec cette maçonnerie particulière et sur l’influence jouée par celle-ci sur l’ensemble de la société maçonnique rouennaise. On apprend d’abord, par le maire de Darnétal, Mouchet, et le commissaire de police de la ville, Jeansson, le fonctionnement de la filière rouennaise. A partir de septembre 1822, ce sont en effet eux qui accomplissent la tâche délicate de démêler l’écheveau de la nébuleuse Misraïm58 dans la région rouennaise par une série de perquisitions. C’est le chirurgien Ringuenet de la Toulinière qui est le premier à subir un interrogatoire de la part des autorités compétentes : recevant Mouchet et Jeansson dans son domicile de la rue du Port, l’homme, pourtant dénoncé pour son ivrognerie par les loges plus huppées de Rouen, fait preuve d’une belle habileté en esquivant les questions gênantes, en mettant en valeur la régularisation en cours de la loge suspectée sous l’autorité du Grand Orient puis en reconnaissant, quand même, avoir eu des liens d’amitié avec les Bédarride. Il avoue que ce sont eux qui ont fondé la loge en octobre 1821 avant de renvoyer la responsabilité de l’initiative aux marchands d’eau-de-vie, Antoine et Pierre Le Dran, et au filateur Louis Dumont. Les trois hommes auraient été encore plus proches que lui des Bédarride. L’enquête se poursuit donc chez les trois susnommés qui renvoient à leur tour le maire et le commissaire vers « les autres vrais introducteurs du rite » à Rouen, un quincaillier cossu de la me Grand Pont, Charles Pitraye, et un peintre, Pierre Le Pileur, domicilié me des Cinq Cerfs. Des deux hommes, c’est Charles Pitraye qui apparaît comme étant la cheville-ouvrière de la mouvance dans la vallée de la Seine. Mis en relation avec les Bédarride par l’intermédiaire de Le Pileur, il se présente comme le seul haut dignitaire de l’ordre à Rouen. Président du conseil du 70ème degré, il est effectivement responsable de la Neustrie et figure sur les tableaux des dignitaires en place honorable auprès des Bédarride, du comte Muraire et du duc Decazes59. Il détient le tableau des 150 membres de la Puissance Suprême et organise bien des réunions de sept à huit personnes dont au moins deux ont été honorées de la présence des Bédarride. Bien qu’il jure aux enquêteurs n’avoir jamais parlé de politique lors de réunions, Pitraye met en lumière une liaison volontaire entre une fraction non négligeable de la maçonnerie rouennaise et des organisations proches de la charbonnerie. Mais, ce qui émerge de ces enquêtes, c’est la perméabilité de la nébuleuse maçonnique dépendant du Grand Orient envers cette maçonnerie des marges. En effet, c’est tout le corps maçonnique qui est contaminé par le virus de la subversion : on trouve parmi les 18 membres indiqués sur les tableaux retrouvés chez Pitraye, pas moins de 11 Darnétalais qui vont reconnaître bientôt l’autorité et les lois du Grand Orient en fondant l’atelier à Darnétal prétendu épuré, « la Constance », ou en rejoignant les temples rouennais60, et les affiliés de ceux-ci, entre 1818 et 1830, ont également fréquenté la loge honnie. Outre Pitraye et Le Pileur, de nombreux membres des « Arts Réunis », cette loge qui connut troubles et fracture politique entre 1815 et 1820, reparaissent comme maçons régulièrement affiliés au Grand Orient après 182561. S’agit-il d’un essai de pénétration de la maçonnerie régulière par des néo-maçons qui participent parallèlement aux réunions des Bédarride ? On ne peut l’affirmer, faute de preuves tangibles, mais il est certain que la première loge darnétalaise a entretenu, avant son épuration, des liens étroits avec l’ensemble de la nébuleuse rouennaise. Non seulement toutes les loges rouennaises ont eu des contacts avec ces hommes mais on trouve aussi ces derniers au sein de la loge de Pont-de-l’Arche installée depuis 1819 (« les Arts Réunis ») et en contact régulier avec les membres de « la Persévérance » de Pont-Audemer62.

  • 63 C. Gallante-Garrone, Buonarotti et les révolutionnaires du XIXème siècle (1818-1837, Paris, Champs- (...)
  • 64 Sans aucune autre mention, l’existence de cette loge est affirmée par la Puissance Suprême (Série F (...)
  • 65 Rappelons que la correspondance des « Arts Réunis » atteste l’existence de tenues irrégulières en 1 (...)
  • 66 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701.

32Par ailleurs, la composition sociologique de la loge darnétalaise, avec pas moins de 16 cafetiers, se rapproche dangereusement des sociétés de secours mutuels qui suscitent l’effroi du maire de Mesnil-Esnard, D’Houppeville, et, quand le ministère de l’Intérieur dénonce le laxisme préfectoral envers le mouvement de fondation des sociétés de secours mutuel parce qu’il craint, comme nous l’avons signalé, l’infiltration des maçons du rite Misraïm, ces propos ne témoignent sans doute pas d’une crainte totalement infondée. Car la ville de Darnétal est justement présentée comme le centre principal de cette forme de sociabilité hautement dénoncée au moment où, parallèlement, se réunissent les frères du rite Misraïm. Certes, le fonctionnement de cette maçonnerie, comparable à celui des sociétés buonarotiennes en ce domaine63, fondé sur le secret et l’absence de communication entre les membres, fait que les frères peuvent ignorer les positions politiques de nombreux membres de la « Puissance Suprême » et qu’ils ne sont pas tous de dangereux activistes comme le montre la présence rassurante, aux yeux des autorités préfectorales, de l’imprimeur Emile Périaux fils. Néanmoins, on imagine mal que le noyau directeur soit inconscient d’une action qui traverse l’ensemble de la maçonnerie rouennaise. Si on ajoute à ces faits la présence attestée d’une seconde loge Misraïm, dans Rouen même64, les activités irrégulières dénoncées dans la correspondance des loges rouennaises65 au moment des événements et le fait que l’atelier darnétalais du rite Misraïm émerge dans un réseau de sociétés qui contribuent, pour reprendre l’expression du préfet libéral de Vaussaye, à détériorer la santé mentale de cette ville66, on peut plaider en faveur d’une mutation essentielle de la maçonnerie rouennaise qui scelle son sort à celui des sociétés subversives.

Une sensibilité générale (1820-1830)

33L’histoire de la subversion de la maçonnerie rouennaise entre 1818 et 1822 ne constitue en fait qu’une forme extrême d’un processus de politisation plus global qui touche l’ensemble de la sociabilité séquanienne jusqu’en 1830 en raison de la capacité de la sociabilité maçonnique à s’adapter aux diverses formes d’expression du libéralisme politique.

  • 67 La maçonnerie rouennaise intègre parmi ces membres l’avocat Pierre Aroux (« la Sincère Amitié ») qu (...)
  • 68 On trouve quelques anciens maçons initiés sous l’Empire parmi l’équipe de Martainville mais tous on (...)

34Ainsi à Rouen et dans les cités environnantes, l’évolution de la maçonnerie définit un premier type de comportement caractérisé par la capacité des loges à s’intégrer au politique selon des formes traditionnelles, à partir de la réaction Ultra. Malgré la reprise en main apparente de la maçonnerie rouennaise par le Grand Orient, elle se concrétise, après la constitution de groupes endogènes ou de paramaçons, par une désaffection des édiles locaux pour cette forme de sociabilité et, parallèlement, par l’attraction exercée sur les hommes publics qui seront les figures locales du libéralisme, bientôt promues aux premières places par les événements de l’été 1830. Cette évolution n’est pas sans générer le maintien de phénomènes de rejets sociaux dont sont l’objet par exemple les Darnétalais dans les années 1826-1828 de la part des maçons rouennais. Si ce sont les notables progressistes qui sont aimantées vers la maçonnerie puis dirigent les loges sous les monarchies censitaires, leur présence est la condition générale pour que s’opère, sans résistances, la descente sociale du fait maçonnique. Louis Desseaux, initié en 1822 au sein de « la Persévérance Couronnée » avant d’accéder aux plus hautes fonctions sous la monarchie de Juillet, est la figure la plus représentative du phénomène. Toutefois, elle n’est pas isolée67, la maçonnerie rouennaise ayant attiré, entre 1815 et 1830, bien des membres des familles appartenant à l’opposition politique tandis qu’elle est incapable de compter, parmi les nouveaux frères initiés après 1815, des membres influents de l’équipe municipale animée par le marquis de Martainville68 On retrouve une évolution semblable dans toutes les villes industrielles proches de Rouen, notamment à Elbeuf et à Pont-de-l’Arche.

  • 69 Le limonadier Armand Nicolas est dénoncé en 1822 comme étant un lecteur du Courrier (AME, série J : (...)
  • 70 C’est le cas notamment des Grandin et de Théodore Chennevière.
  • 71 AME, série D : D1 7 à 12 (délibérations du conseil municipal de 1800 à 1848). Peu nombreux au sein (...)
  • 72 Il s’agit de Louis Cuvelier, du chirurgien Paul Lodieu et du teinturier Jean-Vincent Delaune.
  • 73 BMR, manuscrit Y 43 (A. Pasquier, Dictionnaire historique et critique des hommes illustres de la Pr (...)

35« L’Union » d’Elbeuf a ainsi joué, sous les Bourbons, un rôle actif dans la vie politique locale. Animée à la fin de l’Empire par un cafetier, Armand Nicolas69, reconstruite par l’huissier Lerat en 1822, la maçonnerie elbeuvienne intègre, à partir de cette date, quelques notabilités économiques70 et surtout une bonne partie des libéraux elbeuviens, les futurs initiateurs des événements révolutionnaires de 1830. Un membre influent du comité provisoire départemental, Henri Quesney, le chef du corps des volontaires elbeuviens qui fut en liaison continue avec le président du comité permanent de la ville d’Elbeuf Henry, Emile Delaunay, son homme de confiance, Victor Ménage, mais aussi Pierre Eloy, qui obtiendra la Croix d’honneur en raison de son héroïsme lors des événements, la liste des héros des « trois Glorieuses » est impressionnante parmi les frères qui, bien que ralliés majoritairement au pouvoir orléaniste, sont parfois encore des membres influents des comités provisoires en février 184871. Et le phénomène de contamination a touché, par l’intermédiaire de quelques maçons elbeuviens initiés à Pont-de-1’Arche, le personnel de la loge locale, « les Arts Réunis ». Trois frères, le champion de la sociabilité elbeuvienne, Tony Sallambier, Victor Grandin et Victor Ménage, qui inclinent vers l’orléanisme ou la République, jouent un rôle structurant pour cette nébuleuse libérale qui pénètre l’ensemble des loges de la région rouennaise72 ouvertes parallèlement aux hommes qui, comme le docteur Blanche, sont les figures de proue de la philanthropie progressiste et de la médecine sociale73.

  • 74 Signalons que la loge « l’Union Cauchoise », qui évolue dans le contexte d’une petite ville où la f (...)
  • 75 Alexandre Crochon, qui avait accueilli avec réserve le coup d’Etat du 18 Brumaire, est la figure de (...)

36Et, toute la vallée de la Seine connaît cette évolution : à Caudebec-en-Caux, c’est le moine républicain Coquille-Deslongchamps qui fait revivre la loge locale en 1819 auprès de l’ancien maire bonapartiste, Jacques Levacher74 ; à Pont-Audemer, la loge refonctionne au moins jusqu’en 1825 grâce à l’action de quelques républicains obstinés, comme Jean Déville, Louis Viot et surtout Alexandre Crochon75.

  • 76 Parmi les futurs conseillers municipaux initiés avant 1830, on trouve en effet cinq frères de « l’A (...)
  • 77 Henry Expert est l’une des figures de proue du mouvement de 1848 au Havre. Membre du conseil munici (...)
  • 78 BNF, fonds FM : FM 246.

37Au Havre se confirme, sous d’autres formes, la séduction exercée par les loges sur les figures libérales locales qui arrivent à leur maturité politique entre 1830 et 1860 et, corrélativement, la perte d’attraction sur les édiles municipaux en place entre 1815 et 1830. Entre 1820 et 1826, nombre de membres appartenant au futur conseil municipal installé après les Trois Glorieuses76 ont ainsi fréquenté « l’Aménité » et « les HHH ». C’est cette dernière loge qui, préservant peut-être un peu de son identité révolutionnaire des origines, fournit les figures les plus importantes du libéralisme havrais, notamment quelques héros des événements de juillet 183077. On retrouve également dans la région havraise l’imbrication de la maçonnerie dépendant du Grand Orient avec la maçonnerie des marges. On sait ainsi que la petite loge ingouvillaise, « les Amis des Arts », qui reçoit un refus de régularisation de la part des deux loges havraises78 en raison de la présence de frères de condition sociale modeste, est liée à la loge de Darnétal. C’est « la Constance » qui a fondé l’atelier des faubourgs havrais et initié les principaux fondateurs, Charles Roussel et le capitaine au long cours Pierre Metro.

  • 79 Dès 1810, la loge des « Trois Haches » est l’objet de demandes pour venir en aide à des réfugiés pi (...)

38Mais l’adhésion au libéralisme sait ici revêtir d’autres oripeaux et l’évolution de la maçonnerie havraise montre une porosité importante envers le mouvement des nationalités naissant. La capacité de la maçonnerie havraise à s’intégrer à l’émergence des mouvements nationaux et libéraux européens est facilitée par la fonction portuaire de la ville et les réseaux que celle-ci permet de développer. Ainsi, si cette sensibilité doit un peu au cosmopolitisme de la maçonnerie locale depuis le XVIIIème siècle, sa vocation émerge dès la fin de l’Empire et cela confère l’importance cruciale de ce moment dans les transformations structurelles touchant la maçonnerie. Grâce aux voyages de plus en plus nombreux des frères négociants, les années 1810-1812 voient au Havre se multiplier les lettres de demandes de secours, non plus seulement pour des maçons connus des Havrais mais pour des réfugiés politiques79.

  • 80 Un budget des « HHH » fait référence au versement de 31 francs pour des prisonniers politiques (FM2 (...)
  • 81 A.-A. Bourdon, Histoire du Portugal, p. 96-108.
  • 82 Son successeur est l’Empereur du Brésil Dom Pedro IV qui promulgue alors une seconde constitution d (...)
  • 83 Nous avons évoqué les propos de de Sampaio dans le chapitre 3 (ANF, série F, sous-série F7 : F7 121 (...)
  • 84 ANF, série F7 : F7 6686 (dossier Le Havre).
  • 85 ibid. Les radicaux identifiés sont Mitchell, Metlack, Hedemson et Charles Hay. Ce dernier est décri (...)

39Ces gestes se multiplient après le Congrès de Vienne, en faveur des mouvements polonais, grecs et, plus globalement, de l’ensemble des prisonniers politiques80. La cause des lusophones insurgés semble avoir retenu tout particulièrement l’attention des Havrais, Le Havre étant particulièrement l’objet de mouvements intenses à partir de 1823 en raison de la situation stratégique de ce port qui devint la plaque-tournante des arrivées et des départs des réfugiés brésiliens. Dans ces conditions et en raison du rôle particulier joué par la maçonnerie dans l’émergence des mouvements de libération touchant l’ensemble du monde méditerranéen81, il est normal que la maçonnerie havraise ait été sensibilisé à la cause des réfugiés. Rappelons simplement qu’à cette date, le roi dom Joao VT, rétabli dans un pays sorti de l’occupation française sous la tutelle de puissances étrangères et ayant décidé de résider à Rio, a délégué son pouvoir au Conseil de Régence dirigé par Beresford et qu’une opposition au rétablissement d’une monarchie autoritaire se catalyse autour du général Gomes de Andrade, l’ancien lieutenant de Junot qui, revenu à Lisbonne en 1815, est exécuté en 1817. Or, on sait que Gomes de Andrade était devenu le Grand Maître de la franc-maçonnerie portugaise et que celle-ci était directement impliquée dans le développement des idées libérales s’épanouissant à partir de la Révolution de 1820 et débouchant sur la Constitution libérale de 1822. Au Brésil, les loges maçonniques, fortement touchées par les idées qui s’épanouissent dans les ateliers de la métropole, ont largement répandu les idées réformatrices contraignant Joao VI à accepter la Constitution puis l’indépendance de fait en 1825 au profit de son fils Pedro. Ces événements sont fortement relayés dans les loges havraises où le nouvel Empereur du Brésil est appelé « l’ami des francs-maçons », et où la loge des « Trois HHH » entretient de solides amitiés avec les maçons solidaires des insurgés. Outre le fait qu’elle compte parmi ses affiliés le consul du gouvernement brésilien Mario Sudre, la loge entre, lorsque le vote de la Constitution libérale (1822) débouche sur la lutte entre les libéraux et le « parti absolutiste » groupé autour de l’infant Dom Miguel, puis sur la guerre civile après la mort du roi entre 1826 et 183482, dans le jeu des actions de solidarité aux libéraux animées notamment par la maçonnerie brestoise. On le perçoit concrètement dans l’affaire des actions entreprises en faveur de Joaquim de Sampaio, un Portugais qui n’hésite pas à revendiquer sa haine envers l’usurpateur83. Mais l’activité des francs-maçons havrais ne se limite pas, loin s’en faut, au simple geste d’aide financière. En effet, l’enquête des autorités de police relative à un « comité révolutionnaire » havrais constitué en 182384 révèle l’implication de la maçonnerie dans des activités politiques liées au passage de radicaux anglais venus de Belgique. D’après les propos relatés par une « mouche » qui suit à la trace le mystérieux comité réuni à Rouen puis au Havre, et qui parvient à entrer en contact avec le dirigeant du petit groupe de radicaux britanniques, Charles Hay85, les réunions sont des lieux où on discute maçonnerie et révolution et on peut observer l’éloignement envers les rites traditionnels écossais et français.

  • 86 L’emploi du « on » est systématisé par l’agent de police ce qui rend imprécises les descriptions de (...)

40Pour reprendre le mot de l’auteur86, « on » n’en saura guère plus mais il y a ici la trace évidente, par le biais de la souplesse de l’institution maçonnique, d’une forme de subversion qui, au Havre, est au service des mouvements nationaux naissants.

41On remarque cependant, à travers les faits révélés, que la mise en perspective de relations de plus en plus évidentes entre milieux libéraux et maçonnerie priorise largement les ateliers séquaniens et qu’au fur et à mesure qu’on s’en éloigne, l’attraction de la franc-maçonnerie envers les grands notables perdure.

  • 87 Elle se caractérise par un resserrement autour de la moyenne bourgeoisie et une éviction des notabi (...)
  • 88 Parmi les maçons cherbourgeois actifs fréquentant les tenues entre 1815 et 1830, on relève la prése (...)
  • 89 Lors du passage de la Dauphine en 1827 (ACCh, série K, sous-série 3K : 3K 2), les frères Leroux, le (...)
  • 90 A Caen, parmi les maçons qui continuent à fréquenter les ateliers après 1815, on trouve en effet de (...)

42Ainsi, si la maçonnerie dieppoise connaît une évolution proche de celles constatées pour Rouen ou Le Havre87, la maçonnerie des pays de l’ouest, rétractée à Cherbourg, à Alençon et autour du binôme Caen-Falaise, montre une évolution différente. Toujours ouverte aux élites qui dominent la vie politique entre 1815 et 1830, cette maçonnerie reste arrimée à sa fonction de structure d’accueil pour les grands notables. La loge cherbourgeoise n’hésite pas à accueillir parmi ses membres actifs des édiles nommés et bien vue pendant la Première Restauration88 qui organisent la vie festive locale jusqu’en 183089. A Caen, les loges, partagées entre libéralisme et conformisme politique, n’ont pas hésité à recruter également parmi leurs adhérents des années 1815-1830 des anciens émigrés peu enclins à critiquer la monarchie restaurée et des membres en activité dans les conseils municipaux90 et, à Falaise, c’est le clan le plus prompt à rallier les Bourbons qui triomphe en 1818 de l’atelier dissident, « la Franche Amitié ». La correspondance de la loge témoigne, par le biais des cantiques de Sérant, d’une volonté d’obéissance qui, même si elle fut en partie de circonstance, contraste avec l’inquiétude des paroles qui, au même moment, émane des ateliers rouennais et havrais.

  • 91 Entre 1815 et 1830, nous avons déjà indiqué l’identité des grandes personnalités libérales encore a (...)
  • 92 Elle ouvre ses portes à de nombreux théophilanthropes.
  • 93 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6688 (année 1824).
  • 94 A cette date, il est devenu vénérable de la loge parisienne et lui donne une orientation nettement (...)
  • 95 On trouve notamment parmi les membres en activité le frère Pierre Hubert qui fut élu à la chambre d (...)
  • 96 BNF, fonds FM : FM2 237. En mai 1837, la loge granvillaise, « l’Interprète Maçonne », est en proie (...)

43Il semble donc que la maçonnerie bas-normande connaisse un processus de résistance important à cette évolution, le conformisme semblant mieux se maintenir dans ces terres où la maçonnerie connaît depuis ses origines une propension importante à résister aux transformations sociales ou culturelles. Mais les tendances au libéralisme politique existent cependant depuis 1815, même si c’est de manière plus progressive. La maçonnerie ornaise, qui s’est tôt engagée dans le libéralisme politique91 fait ainsi des émules à partir de 1820-1825, dans le Calvados et dans la Manche où l’évolution ne tire pas systématiquement et unilatéralement dans le sens des intérêts des notables qui soutiennent le pouvoir restauré. La fondation d’une seconde loge caennaise, « les Trinosophes Neustriens », à côté de « la Constante Amitié » qui garde une fonction d’accueil pour les notables conformistes, est exemplaire. Créée en 1826, les « Trinosophes Neustriens » prennent immédiatement une orientation idéologique libérale en raison de ses attaches avec les « Trinosophes » de Paris, un atelier original qui constitue dans l’univers maçonnique une entité très sensible aux novations en matière religieuse92 et au discours politique libéral. La préfecture de police dénonce régulièrement le frère Baudar pour avoir véhiculé des idées religieuses dangereuses reproduisant le système de Condillac et de Locke et professant la religion naturelle et, dans la même lettre, le frère Berville qui prône l’égalité et la liberté contre le despotisme93 On sait que ce dernier a largement contribué à la fondation caennaise puis participé aux tenues de la loge. Outre les idées religieuses subversives qu’elle véhicule en liaison avec sa tutrice parisienne qui est dénoncée par la préfecture de police, il est bon de rappeler que la loge caennaise est en contact constant et agrège des hommes dont l’engagement politique est sans équivoque. Elle est installée et reçoit ainsi couramment les visites de l’avocat et député Berville que les forces de police accusent de prôner l’égalité et la haine du despotisme en 182494. Petit à petit, les autres loges caennaises se mettent au diapason et ne réservent pas les colonnes des temples aux seules personnalités bien considérées par le pouvoir légitimiste95. La création des « Trinosophes » entérine donc, à Caen, une mutation amorcée dans la région rouennaise dès 1818-1820 et va permettre aux ateliers locaux de renforcer leurs liens avec les loges haut-normandes. L’évolution se prolonge sous la monarchie de Juillet, moment pendant lequel les ateliers voient le politique investir l’ensemble des ateliers96.

  • 97 ibid. FM2 221.
  • 98 Quand elle s’éteint en 1833, la loge semble avoir maintenu le cap libéral puisque, outre les frères (...)
  • 99 Archives internes des loges havraises.

44Dès l’été 1830, on constate donc sans surprise que, dans toute la province, les fêtes patriotiques et maçonniques célébrées par le Grand Orient en août pour commémorer les événements du mois de juillet trouvent un écho considérable auprès des frères. Les ateliers séquaniens, à l’image de la loge elbeuvienne, font preuve cependant d’une sensibilité exacerbée. « L’Union » envoie ainsi une des délégations les plus remarquables le 6 août 183097. Auprès de quatre figures centrales du libéralisme, érigées au rang de membres honoraires, les deux ministres d’Etat, Louis Bignon et Dupont, et les deux députés libéraux, Dumeilet et Petou, l’atelier délègue ses principaux officiers, Victor Grandin et Hyacinthe Sèbe, en raison de leur notoriété dans l’ordre de l’économie98. Mais de toute la vallée de la Seine, des loges rouennaises aux ateliers havrais, on célèbre l’événement dans une joie dépassant l’obligation un peu sèche de la simple soumission à l’autorité en place qui était la règle peu après 1815. Le tableau dressé par le Vénérable Bachelay, délégué des « HHH » à Paris, est éloquent : après avoir fait entonner « la Marseillaise » dans l’atelier et organiser une vente de jetons maçonniques pour l’occasion, il se montre fier d’avoir été présent le 16 août à Paris pour célébrer ce qui est, selon lui, rien de moins que l’événement le plus heureux et le plus glorieux99.

  • 100 M. Agulhon, La république au village : les populations du Var de la Révolution à la IIème Républiqu (...)

45Ainsi 1830 n’est pas 1789 : un peu partout, mais selon des rythmes différents, les déchirures internes se sont estompées au profit d’une vraie adhésion collective de la franc-maçonnerie à la révolution tricolore de toutes les espérances100.

3. La question sociale : l’amplification d’une evolution

46Parallèlement à l’affirmation du libéralisme politique, la période de la Restauration voit se prolonger la réflexion sur la question sociale, sous de nouveaux jours. La mise en place d’une politique d’assistance publique et la volonté des régimes successifs de lier celle-ci à une nécessité morale visant à réduire l’indigence et l’oisiveté par le travail et l’utilité sociale ont vu, comme nous l’avons montré, les maçons s’initier à une nouvelle approche de l’assistance, notamment à travers leur engagement dans les bureaux de charité. Le substrat de la vocation initiale des loges et la prédominance bourgeoise au sein des ateliers convergeaient pour faire de la maçonnerie l’une des principales composantes de la bienfaisance laïque face aux œuvres cléricales. Si cette mission n’est clairement assurée qu’à la fin de la Monarchie de Juillet dans les grandes villes normandes, avec notamment la mise en place des œuvres de « Thémis » à Caen et l’engagement de la maçonnerie rouennaise dans le mouvement novateur des crèches (1844), elle poursuit une évolution amorcée parallèlement aux transformations du politique. L’analyse de la structure maçonnique elle-même permet de voir les prémisses de cette nouvelle forme de bienfaisance mais c’est encore la trajectoire individuelle du frère, c’est-à-dire les relations entretenues entre engagements profanes et la carrière maçonnique, qui éclaire les mécanismes de cette transformation pour laquelle la Restauration fait aussi figure de période charnière.

L’attitude collective : extérioriser le geste philanthropique

  • 101 BMR, Rés. M 81 (cérémonie des récompenses décernée aux ouvriers par la maçonnerie rouennaise en 184 (...)

47(S’agissant des francs-maçons) Pour éviter la mort, ils étaient donc forcés au secret de leurs réunions : ils se secouraient ; mais leurs secours ne sortaient pas du cercle de leur association. Aujourd’hui que les gouvernements, convaincus de la pureté de nos intentions, nous protègent de leur puissante égide ; aujourd’hui que l’on est revenu de ces absurdes idées de nos actes de sorcellerie, de nos pactes avec le diable, de nos prétendus excès, de nos prétendues débauches ; aujourd’hui que nous pouvons donner publiquement les procès-verbaux de nos séances, retracer la morale de nos prêches ; aujourd’hui, nous avons jugé qu’il était temps de répandre aussi, en dehors de nos ateliers, le plus de bien qu’il est en notre pouvoir de répandre101.

  • 102 La correspondance des « HHH » (BNF, fonds FM : FM2 244A) fait état de tous les actes de bravoure de (...)
  • 103 BNF, fonds FM: FM2 244A.

48C’est ainsi que s’exprime le frère Séraphin Besson lors du discours inaugural de la réunion des loges rouennaises qui a lieu au cirque Saint-Sever en 1847 dans le but de récompenser cinq ouvriers particulièrement exemplaires, sélectionnés en conséquence par chacune des loges. Le texte est clair : il affirme avec force la position de la maçonnerie locale comme composante de la philanthropie publique, une évolution accélérée par la crise économique des années 1844-1846. Après la création de la crèche Saint-Jean en 1844, les « récompenses ouvrières » marquent en effet le franchissement d’un nouveau pas dans la sensibilité aux questions sociales et la volonté de créer une structure de notabilité laïque et républicaine. Desseaux et Deschamps tiennent alors les maillets de « la Persévérance Couronnée » et de « la Vérité ». Ces républicains, par le biais des œuvres maçonniques, concurrencent les structures cléricales et orléanistes de la haute bourgeoisie et si l’action relatée se situe au-delà du champ chronologique que nous nous sommes assigné, la formation initiale de ces hommes revalorise le moment des années 1815-1830 car Séraphin Besson, comme Louis Desseaux, sont en 1844 de très vieux maçons. Emerge donc un jeu réciproque entre pratique maçonnique et maturation des œuvres philanthropiques novatrices, mais dans un sens différent du lien originel montrant que la transformation des œuvres maçonniques provenait de la philanthropie profane en raison des mutations révélées par la période révolutionnaire qui fit cohabiter, à partir du Consulat, de nombreux nouveaux frères formés par la conception novatrice de la philanthropie avec les anciens maçons qui reconstruisent la maçonnerie et dont nous avons mis en évidence le rôle important dans les structures caritatives au temps de la Révolution. La période impériale a consolidé le fait par la mise en place de gestes ostentatoires, comme la diffusion des portraits des « héros », auteurs d’actions philanthropiques individuelles d’envergure, sur l’initiative du Grand Orient102. Pour reprendre l’expression employée par le frère Séraphin Besson quelques années plus tard, une nouvelle manière de récompenser a vu le jour et des destins comme celui du frère Level, qualifié d’ami de l’humanité et d’homme bienfaisant103, révèlent la manière dont la Révolution, par le biais de l’œuvre napoléonienne, a ancré l’importance de l’extériorisation du geste philanthropique au sein des ateliers. Mais, après 1815, un nouveau palier est franchi et les loges provinciales prolongent leur transformation en entrant de manière autonome, au niveau de la philanthropie sociale, dans l’ère de l’action quotidienne autour de structures stables.

  • 104 H.-P. de Loucelles, Histoire de la franc-maçonnerie en Seine-Inférieure, Dieppe, Delevoye, 1875.
  • 105 BMR, rés. m 81. Les frères semblent avoir hésité entre l’option pour une fondation spécifiquement m (...)

49Les initiatives de la maçonnerie havraise sont particulièrement édifiantes car elles font coexister avec équilibre la propagation de l’instruction, avec la fondation par la loge des « Trois H » d’une société propageant l’instruction et la création d’une bibliothèque de circulation, et celle, par l’achat de livrets de caisses d’épargne pour les élèves des Ecoles primaires, des vertus morales en incitant les plus modestes à reproduire l’idéal d’épargne de la bourgeoisie. Les pratiques oscillent alors entre actions traditionnelles, comme l’aide aux hôpitaux et aux victimes des incendies104, et pratiques novatrices que la maçonnerie du Second Empire va valoriser aux dépens des gestes purement endogènes ou conjoncturels encore vivaces et qui tendent à limiter l’intégration de la loge franc-maçonne dans l’espace de la philanthropie publique. L’extériorisation du geste philanthropique reste en effet sujet à de grandes résistances, avant le tournant de 1848, et reste inachevée sous la Monarchie de Juillet, comme le montrent les débats contradictoires qui ont lieu au sujet du financement des crèches par les loges rouennaises en 1844105.

  • 106 C. Derobert-Ratel, « Les Arts et l’Amitié » et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de (...)
  • 107 Les loges et l’Emulation s’associent pour ériger un monument à la gloire de Pierre Corneille.

50Néanmoins, les fondements d’une nouvelle forme de philanthropie sont bien jetés à partir de 1820. A partir de cette date, on voit en effet se multiplier des actes destinés à dépasser largement le cadre du milieu maçonnique. C’est alors que les loges havraises financent courses nautiques, livrets et trousseaux d’élèves des écoles publiques, puis multiplient les actions avec l’Eglise consistoriale pour rendre les œuvres plus efficaces. Cette volonté de rayonner sur le monde profane, dont Christine Derobert-Ratel106 a su montrer l’aboutissement à travers le prisme des loges aixoises, permet d’ailleurs à la loge des « Trois H » d’être sollicitée régulièrement par des profanes nécessiteux et des hommes qui connaissent les préoccupations humanitaires et culturelles des francs-maçons havrais. A Rouen, les évolutions sont comparables car les loges maçonniques entrent dans une phase de collaboration avec la Société d’Emulation où de nombreux maçons s’activent107.

Le comportement individuel : continuité d’une osmose et inachèvement d’une mutation

51Mais les canaux par lesquels la philanthropie laïque s’insère dans la maçonnerie sont surtout visibles si on les analyse à la lueur des carrières des maçons et de leurs actes dans la vie profane. En effet, une simple lecture des tableaux de membres ne dirait rien de très convaincant sinon que la société maçonnique, resserrée à partir de l’Empire autour de la bourgeoisie commerçante, du monde des robins (notamment les avocats) et des hommes à talents dominé par les médecins, rassemble les hommes qui, par leur qualité civile, sont les plus concernés par la gestion de la pauvreté et la politique d’assistance. On pourrait donc simplement en conclure que les maçons ne font que banalement suivre l’évolution sociale touchant leur groupe d’origine et l’ensemble de la société. Néanmoins, la remarque serait réductrice car, à ce moment-là, il semble bien que la maçonnerie dépasse son rôle traditionnel et constant de miroir social. Pour s’en convaincre, il suffit d’ailleurs de repérer les actions spécifiques des frères hors du champ de la loge. On constate alors que commerçants et médecins francs-maçons sont particulièrement engagés dans les institutions novatrices et les plus liées à la réflexion engagée sur la question sociale.

  • 108 ADC, série M : M 12 525.
  • 109 Les frères qui ont joué un rôle administratif majeur au sein de la Caisse d’épargne de Rouen, entre (...)
  • 110 Ce sont cinq frères de « l’Aménité » qui furent les plus actifs (Daniel Ancel, Melon Decaen, Charle (...)
  • 111 J.-P. Chaline, op.cit., p. 296-301. Au sein de la Société de Charité Maternelle, on trouve notammen (...)
  • 112 Parmi les principaux responsables des bureaux de charité, on trouve notamment Houddeville jeune qui (...)
  • 113 Elle est fondée par le frère Henri Duhamel, franc-maçon au sein de « l’Ardente Amitié » jusqu’en 18 (...)
  • 114 A Caudebec, l’ensemble du milieu maçonnique est particulièrement impliqué dans la philanthropie quo (...)

52Parmi les grands négociants qui ornent les tableaux des loges rouennaises et havraises présents sous l’Empire, on est ainsi frappé par la présence importante des notabilités qui ont donné l’impulsion au mouvement des caisses d’épargne puis dirigé cette institution jusqu’en 1830 qui vise à apprendre aux classes modestes à ne plus compter seulement sur la bienfaisance mais à s’exercer à l’art difficile de l’épargne. Le 20 mars 1820 naît à Rouen la première caisse normande. Elle est bientôt relayée par une fondation havraise, en 1822, puis atteint la région caennaise au début de la Monarchie de Juillet. Vers 1835, le ministre d’Etat Duchatel peut afficher avec fierté le chiffre de 166 créations108. Or, les maçons rouennais ont, à des divers titres, rempli un rôle particulièrement important dans l’impulsion et la gestion de ce mouvement novateur. Nous savons en effet que le mouvement trouve sa source, en Normandie, au sein de la Société de Progrès Industriel où nous avons déjà largement aperçu le poids important du milieu maçonnique ! Par ailleurs 11 anciens maçons ont joué un rôle essentiel en acceptant d’y occuper la charge d’administrateur entre 1820 et 1830109. Le phénomène n’est pas spécifiquement rouennais puisque les francs-maçons havrais figurent également en nombre au sein du conseil d’administration de la caisse havraise110. Et la présence de noyaux de francs-maçons n’est pas spécifique au mouvement des caisses d’épargne : si l’on s’en tient à la maçonnerie rouennaise, on constate l’influence des milieux maçonniques sur l’ensemble des structures philanthropiques. De la Société de Charité maternelle à la Société protestante111, en passant par la gestion des bureaux de bienfaisance112 ou des entreprises franchement hardies comme la fondation de la colonie pénitentiaire de Quevilly113, la présence maçonnique et l’initiative des frères sont toujours remarquables. On retrouve cette tendance générale pour l’ensemble des sociétés maçonniques notamment dans les villes moyennes comme Caudebec-en-Caux114 ou Cherbourg. Néanmoins, on remarque, non sans surprise, que tous ces frères ont déserté les loges au moment de leur participation à ces activités novatrices. Tout se passe donc comme si la maçonnerie avait initié nombre d’individus à des activités philanthropiques puis que ces hommes trouvaient leur plein épanouissement dans les structures profanes qu’ils rejoignent par la suite. On ne saura bien sûr jamais si les maçons rouennais ou havrais ont discuté de ce type de projet au sein des loges mais on peut voir ici la trace du rôle initiateur de l’atelier maçonnique, rôle qu’il tint assez peu jusqu’à la fin de l’Ancien Régime quand les francs-maçons normands semblent s’être contentés de reproduire les gestes propres à la charité des églises.

  • 115 Voir E. Saunier et C. Mazauric, « 6 000 francs-normands de 1750 à 1848 : une recherche aboutie », M (...)
  • 116 ADC, série M : M 4 081.

53Les médecins, catégorie surreprésentée au sein de la maçonnerie après 1815 s’il en est, montrent bien, par leur attitude, cette sensibilité. On est tout d’abord impressionné par l’importance du milieu maçonnique parmi ceux qui participent et dirigent les comités de vaccination mis en place sous le Consulat115. Cette participation n’allait pas de soi à cette époque en raison des difficultés rencontrées. Œuvrant dans des locaux modestes où l’on entasse quelques lits réservés aux plus pauvres et aux enfants, on sait que ces hommes furent des pionniers et eurent à lutter contre tous les préjugés. Franc-tireur malgré les ravages d’une petite vérole qui, selon son rapport envoyé au préfet de Montalivault en 1818 moissonne un sixième des sujets, le chirurgien Louis Chappon avoue ainsi qu’il a eu beaucoup à lutter contre les préjugés répandus sur cette bienfaisante opération116. Cette prise de responsabilité importante par des maçons est, comme celle des négociants qui prennent en charge la gestion des caisses d’épargne, la preuve d’une sensibilité s’exprimant également dans toutes les institutions. Si l’on s’en tient au cas du cercle des médecins maçons rouennais, on voit à quel point leur sensibilité à la question sociale est importante. Les frères sont présents, en plus des comités de vaccination, dans les bureaux de charités, les prisons et les maisons de correction et, ici encore, on constate qu’ils ont majoritairement déserté les loges ou, au mieux, ont maçonné parallèlement à leur activité profane. Peu à peu, cette dernière prend le dessus sur la fréquentation des ateliers et, si la maçonnerie connaît une vraie et difficile rétraction entre 1820 et 1830, l’endormissement relatif qu’elle connaît n’est donc pas comme une disparition sans traces.

  • 117 J. -P.Chaline, op.cit, p. 305.
  • 118 BMR, rés. m 81 (cérémonie de récompenses des ouvriers), p. 19-20.
  • 119 A ce sujet, voir : Y. Marec, « Pauvres et miséreux à Rouen dans la première moitié du XIXème siècle (...)
  • 120 ibid., p. 148-155.
  • 121 La citation fait référence à ce que les canuts lyonnais écrivirent sur leurs drapeaux noirs lors de (...)
  • 122 Il s’agit, si l’on en croit Henri Saint-Denis qui précise l’identité de 35 signataires, de François (...)
  • 123 Henri Saint-Denis, Histoire d‘Elbeuf, tome 5.

54A ce stade, on doit clarifier les traits de l’osmose relative qui existe entre la maturité politique qui semble toucher la maçonnerie et l’émergence des œuvres maçonniques. Il ne s’agit nullement pour nous de nous diriger vers une conclusion linéaire résumable dans la constatation laconique d’un parallèle entre la politisation de la maçonnerie et la sensibilité croissante au problème social à travers les pratiques philanthropiques, comme si les deux évolutions convergeaient pour faire de la franc-maçonnerie une force quasiment révolutionnaire voulant libérer les plus humbles de leurs maux. De même qu’elle reste politiquement diversifiée et sujette aux variations d’attitude d’un orient à l’autre, la philanthropie maçonnique reste prisonnière des conceptions bourgeoises qui nourrissent la majorité de ses adhérents. Elle est d’ailleurs, comme l’a souligné Jean-Pierre Chaline117, plus concurrente que différente de la philanthropie pratiquée par la haute bourgeoisie cléricale. L’historien reste amusé devant le ton des réunions maçonniques et la pensée véhiculée dans les textes prononcés lors de la cérémonie des récompenses ouvrières de 1847 par les orateurs d’une maçonnerie politiquement progressiste. On pourrait résumer l’état d’esprit des frères par la formule suivante : plus l’ouvrier est stoïque dans la souffrance, plus il a de chance de devenir l’heureux élu d’une des loges rouennaises. Le frère Desseaux a beau parler à travers ces œuvres de l’accomplissement de la loi du progrès118 ce que les frères, en bon bourgeois, apprécient le plus chez l’ouvrier, c’est un peu l’attitude charitable dont il fait preuve envers un frère décédé mais surtout l’aptitude à s’écarter du cabaret, à vénérer la famille et vivre de peu sans protester. Bref, il s’agit bien d’une vision moralisante à peu de frais dans l’air du temps. En lisant les éloges des « ouvriers-modèles » (annexes p. 490-494) on voit à quel point le thème de la démoralisation119 hante et tenaille les esprits des francs-maçons comme ceux de l’ensemble de la bourgeoisie. De plus en plus à l’ordre du jour avec le développement du paupérisme qui touche la région rouennaise depuis 1817120, cette vision bourgeoise de l’origine des maux d’une classe ouvrière, dont on blâme surtout l’alcoolisme et le manque de courage, n’épargne visiblement pas les frères. Le fait que la maçonnerie rouennaise soit peuplée de petits industriels n’est pas étranger à cet état d’esprit. Ils ne font que suivre dans leurs conceptions la pensée philosophique connue de quelques francs-maçons prestigieux comme Victor Grandin. Si nous ne disposons pas de textes maçonniques prononcés par l’illustre industriel, nous savons qu’il fut le grand dénonciateur de la finance, véritable monde du vice vampirisant les fruits du labeur de l’honnête industrie, celle-ci constituant un univers paré de toutes les vertus, notamment de la vertu pédagogique. C’est donc un peu cet état d’esprit que l’on retrouve dans la tonalité des discours d’éloges concernant chaque ouvrier. On doit bien sûr relever la sensibilité des frères au fait que, parmi les six enfants d’André Delacour, pas un n’a travaillé avant la première communion, mais globalement et sans surprise, les maçons préfèrent encore en 1847 les ouvriers qui se soumettent à ceux qui veulent vivre libres en combattant121. Ce n’est sans doute pas par hasard que les maçons sont absents, ce qui n’est pas toujours la norme, des groupes de saint-simoniens. A Elbeuf, Deboutteville ne semble pas avoir fait beaucoup d’émules parmi les frères. 1830 est, de ce point de vue, très significatif. L’engagement en faveur du « roi-bourgeois » témoigne en effet de la volonté de mettre en place un régime politique plus conforme aux contours sociologiques de la France manufacturière nouvelle et aux intérêts particuliers d’une petite et moyenne bourgeoisie à laquelle ils appartiennent majoritairement. Néanmoins, cette ambition s’accompagne parallèlement d’une volonté farouche de repousser le spectre de l’anarchie au plus vite. Ainsi, 10 maçons de la loge elbeuvienne, l’une des plus engagées dans la révolution tricolore, figurent parmi les initiateurs de la pétition d’août 1830 contre la prolifération des clubs politiques122. On sait que, par ailleurs, Henri Quesné et l’incontournable Victor Grandin, au nom de la chambre consultative locale, montent à Paris pour signifier la satisfaction qu’ils ressentent à l’avènement de la branche orléaniste, et surtout pour demander au roi de défendre la cause de la bourgeoise locale, Grandin n’étant pas, loin s’en faut, un « ami des révolutionnaires »123 ! Mal à l’aise dans le carcan mis en place par le régime des Bourbons, philanthrope et moraliste comme l’ensemble de la bourgeoisie, la maçonnerie n’est en rien devenue une jacobinière à retardement.

55Cependant, les faits restent patents. La maçonnerie, qui reflète toujours les tensions sociales et des enjeux de pouvoirs, reçoit l’onde de choc révolutionnaire puis, transformée par celui-ci, subit une subversion dans la mesure où elle n’accepte plus de facto, ou sinon de manière très superficielle, la soumission au pouvoir établi. Elle retranscrit alors dans ses pratiques philanthropiques la nouvelle lecture de la question sociale mise à jour à la fois par le mouvement révolutionnaire et par la révolution économique. L’évolution reste inachevée en 1830 mais elle suffit à prouver l’intensité de l’impact du processus révolutionnaire et la juste place que l’on doit lui restituer dans toute étude se donnant pour objet d’étudier l’évolution des mentalités et des structures de sociabilité.

Annexes

Cérémonie des récompenses décernées aux ouvriers par la maçonnerie rouennaise (extraits) : profil des lauréats

Lauréat de la Loge La Vérité

J.-B.-Edouard POSTEL demeurant rue Crevier, ouvrier brossier chez M. Dammanville, rue de la Grosse-Horloge, (Rouen), a quarante-sept ans. Il est employé depuis trente-deux ans dans la même maison.

Il s’est marié à vingt-quatre ans. Son beau-père était alors employé au séminaire, sa belle-mère était couturière, pauvre femme de soixante-neuf ans qui, bientôt, en perdant en oeil, perdit les dernières ressources de sa profession.

Postel a dix enfants, tous élevés, tous existants. Dans les premières années de son ménage, il réalisa quelques économies qu’il plaça à la Caisse d’épargne. Mais, quand il lui fallut recueillir chez lui beau-père et belle-mère, les économies reprirent bien vite le chemin du logis pour s’y absorber. Un lit avait d’abord suffi pour le beau-père et la belle-mère ; mais tous deux devenus impotents et frappés de paralysie, il leur fallut un second lit, et Postel leur céda le sien. La femme veillait pour les soigner, le mari couchait sur une chaise

Dix mois ont été passés ainsi ; mais la mort des deux Vieux parents n’a fait que déplacer les termes du dévouement, sans en ralentir l’activité, sans en atténuer les résultats. Voici aujourd’hui l’état de la famille : la fille aînée, qui a dix-neuf ans, est couturière ; quand l’ouvrage donne, elle gagne 75 cent.

Deux aînés garçons travaillent au cylindre, à raison de 75 cent. ; le quatrième va faire sa première communion ; quatre autres sont en bas âge, deux jumeaux sont nés il y a quatre mois.

Cet hiver, Postel avait douze personnes à nourrir ; deux pains de 6 livres par jour, 3 fr. 45 cent., soit près de 25 fr. la semaine ; se vêtir, se blanchir, loyer de 120 fr. !… Avec quelques secours étrangers, Postel a pu atteindre les deux bouts ; la loge de la Vérité y a aidé. Elle n’avait pas besoin d’aller plus loin pour trouver son lauréat.

"Ce sont là, a dit en terminant l’orateur, des résultats, des effets, qui nous confondent, nous à qui il a été donné de vivre dans d’autres conditions sociales, gens capables d’un travail long et soutenu. Mais nous ne concevons le travail qu’avec et à côté des distractions. Après le travail, viennent pour nous les jouissances, la récolte de la peine semée. Pour ceux dont nous venons de vous tracer la vie, toujours le travail, toujours la lutte, sans repos ni trêve. Mais nous n’accusons pas Dieu ! Il leur a ménagé sans doute des compensations inconnues, les joies de la famille plus vivement senties, les satisfactions immenses de la conscience. Nous sera-t-il permis d’y ajouter celle qu’ils n’avaient pas prévue, que, certes, aucun d’eux n’avait jamais rêvée. Ah ! Si cela pouvait être au moins un stimulant pour d’autres, nous bénirions notre pensée !"

Lauréat de la Loge La Persévérance Couronnée

Pierre-Théodore DEHORS, tisserand chez M. Gilles, rue St-Gervais (Rouen) a quarante-trois ans. Il travaille utilement depuis l’âge de quatorze ans. Enfant, il a commencé à soutenir ses père et mère. Son salaire monta progressivement de 50 cent, à 2 fr. 25 cent. La famille seule en profitait.

Il avait dix-sept ans quand son père tomba malade ; il ne voulut pas souffrir qu’il fut transporté à l’hôpital, et pendant les trois mois que dura la maladie, il le soutint seul par son travail.

En 1824, il se marie. Il épouse la fille d’une traîneuse abandonnée de son mari. De ce mariage sont issus treize enfants. Bientôt il lui fallut prendre chez lui sa belle-mère infirme, il y a quelques années de cela, sa femme étant alors malade. Vous voyez ce pauvre ménage, la belle-mère et la femme alitées, de nombreux enfants à pourvoir. Un seul travail pour faire face à tout, et il ne gagne que 2 fr. 50 cent, par jour.

Dehors engage une lutte courageuse avec la misère. Aux travaux du tissage, qui rapportent, si peu, il entreprendra de substituer les travaux du port, qui, dans les bons moments, peuvent lui procurer jusqu’à quelques journées de 5 fr. Mais c’est une rude besogne pour la stature de l’homme élevé dans l’atelier, et qui n’est pas fait au travail du grand air. C’est un dur apprentissage ; aussi, que de fois au début, habitant sous le faix, a-t-il senti la courroie s’enfoncer dans ses chairs ! Et après tant de fatigue le jour ; la nuit, le repos sur la paille ! Car il avait engagé au Mont-de-Piété son linge, ses matelas ; il avait gardé deux chemises, une paillasse.

Il est venu à bout de tout ; et, peu à peu même, il a pu tout dégager du Mont-de-Piété. Mais la mort a frappé sa belle-mère et onze enfants, et la mort, en frappant chez l’ouvrier, n’y apporte pas seulement la douleur, elle a aussi pour cortège les frais de la maladie et les frais funéraires.

C’est ce courage, ce dévouement, cette lutte de vingt-trois ans avec la misère, que la Persévérance Couronnée va récompenser.

Lauréat de la Loge la Constance-Eprouvée

André-Dominique DELACOUR est un ouvrier exceptionnel. Il y a chez lui un reste d’éducation et de manières, trace d’une autre condition antérieure. Il n’est pas né précisément ouvrier. Son père était commis de comptoir ; il devint filateur, mais sans succès, il mourut trois jours avant la naissance de son fils. La mère se retira à la campagne, se remaria et eux deux enfants du second lit.

Jusqu’à douze ans, Delacour travailla au rouet l’hiver, à la terre l’été mais consacrant deux heures par jour à l’étude, sous la bonne inspiration de sa mère, qui gardait souvenir d’un meilleur temps. Ses parents vinrent ensuite se fixer à Bapeaume. Il lui fallait un état ; il entra dans la maison Bazile pour apprendre la gravure sur bois, et y passa sept années.

A dix-huit ans, il entra chez M. Lamy-Godard, à Darnétal, en qualité de chef de gravure, et y travailla durant quinze années. Son salaire monta à 4 fr. 50 cent., et, pour y faire mieux participer ses parents, il continua de rester avec eux, de sorte qu’il travaillait à Darnétal et allait coucher à Bapeaume.

Mais une nouvelle phase s’ouvrait pour lui. Cédant à une inclination d’enfance, il se maria. Les dix premières années de mariage amenèrent dix enfants. Survinrent les maladies de la femme, les maladies des enfants ; quatre enfants furent enlevés.

Il a élevé six enfants, mais avec un rigorisme pour lui-même qui donne toute la mesure de la noblesse de ses sentiments. Pas un n’a travaillé avant sa première communion, si ce n’est pour s’approprier les connaissances qu’on puise à l’école primaire. Tous peu à peu ont appris un état ; le père a payé leur apprentissage. Deux sont mariés et ont reçu de la libéralité paternelle le petit mobilier indispensable.

Par une coïncidence, l’industrie subissait au moment même, l’un de ces déplacements, l’une de ces modifications, qui sont la loi, la condition de son progrès, et qu’à ce titre on ne saurait anathématiser, tout en regrettant les souffrances temporaires qu’ils entraînent avec eux et en se persuadant d’ailleurs qu’il appartiendrait au gouvernement de chercher et d’appliquer les moyens propres à en atténuer la transition. Le rouleau remplaçait la planche à graver. C’était un arrêt de licenciement pour Delacour et pour tant d’autres. Pour Delacour, il entraîna huit mois d’interruption de travaux, plus de deux cents jours de chômage ; c’était deux cents fois mourir.

Mais sa probité, sa conduite, lui valurent ce qui est si rare, si peu connu pour l’ouvrier : le crédit. Delacour rencontra des fournisseurs qui eurent foi en lui et ne l’abandonnèrent pas.

Cette pénible agonie de l’attente eut enfin son terme. Delacour entra chez MM. Fauquet frères, en qualité de chef d’atelier. Son salaire de 4 fr. d’abord, monta à 5 fr. 50 et à 6 fr., et lui permit de soutenir en même temps le poids du présent et celui du passé ; il combla l’arriéré.

Avec des vicissitudes diverses, il a traversé les seize dernières années dans la même maison où il travaille encore.

Et cet homme si complètement occupé pour lui et pour les siens trouve encore le temps de s’occuper d’autrui. Fondateur de la caisse de secours des travailleurs, où, moyennant le versement de 1fr. par mois, l’ouvrier malade reçoit 1 fr. 25 cent, par journée d’interruption ; Delacour est le trésorier de cette institution, et voilà quinze ans que son dévouement persiste dans cet office de désintéressement.

Et comment en est-il arrivé là ? Oh ! C’est que jamais un plaisir ne l’a détourné de son chemin ; jamais il n’a franchi le seuil d’un cabaret ; jamais il n’a vu un bal. Il aurait eu du goût pour la distraction du théâtre : il a cinquante-un ans et il y a été quatre fois dans sa vie, lui, cet homme doué d’intelligence, penseur, et qui semble, par la nature même élevée de son esprit et de son cœur, appelé à goûter tous les plaisirs du cœur et de l’esprit…

Lauréat de la Loge La Parfaite-Egalité

Noél DUCHET, ouvrier fondeur chez MM. Rowcliffe, et domicilié à Sotteville, rue Lenotre, a fait plus que secourir de vieux parents ou élever de nombreux enfants avec le modeste produit d’un travail opiniâtre. Arrivé à l’âge de quarante-sept ans, il est marié depuis vingt-trois années, et n’a pas d’enfants issus de son mariage ; mais il avait un frère Joachim Duchet, ouvrier fileur, et ce frère a eu dix enfants. Acharné au travail, Joachim passait à la filature les six jours ouvrables de la semaine, et le dimanche il allait à la bruyère. Cependant le fruit de son travail était insuffisant pour couvrir toutes ses charges. Mais Noël Duchet était là, et, quand il avait prélevé sur son salaire strictement ce qu’il lui fallait pour nourrir sa femme et lui-même, le reste était pour son frère.

En 1841, Joachim avait dix ans de ménage ; il avait eu neuf enfants et un dixième lui naissait. Cinq enfants survivaient ; mais au moment où la mère était encore dans son lit de couches, le mari fut atteint d’une fluxion de poitrine. La mort frappa le mari en avril 1841. Pas n’est besoin de dire la douleur de sa femme : le même coup l’avait frappée. Il s’ensuivit une longue maladie, dix mois d’agonie. Pendant ce temps, qui les soutint, quelle providence veilla sur la veuve et les enfants ? Vous le savez.

En février 1842, après une longue lutte avec la mort, la veuve de Joachim succomba, laissant après elle cinq orphelins dont l’aîné avait neuf ans et le dernier dix mois. C’était là l’héritage que Joachim léguait à Noël. Noël laissera-t-il ses neveux chercher un refuge à l’hospice ? Mais l’hospice s’ouvre-t-il si aisément à tous les nécessiteux, et prend-il si lourde charge à la fois ? Que faire ? Au pied du lit mortuaire de la veuve, un coup d’œil a été échangé entre Noël Duchet et sa femme. Ils se sont compris, ils n’ont pas d’enfants, oui ; mais ils en ont cinq. Noël Duchet les a tous recueillis chez lui ; depuis cinq ans, c’est lui qui les soutient. Et pourtant il ne gagne que 2 fr. 75 cent, par jour, et il a suffi à lui seul à sa pieuse tâche, malgré toutes les vicissitudes, malgré la dernière crise de cet hiver, ce temps si rude où le pain est si cher. Mais on comprend au prix de quelles privations personnelles : en se réduisant à ne manger que du pain, et pas même du pain blanc !

Dix ans de secours en partage fraternel, cinq ans de dévouement absolu ; ce sont ces quinze années que récompense la Parfaite Egalité.

Lauréat de la Loge les Arts Réunis

Marie-Eugène FERRAND - A trente ans, il est mouleur chez M. Aubin, fondeur en cuivre, rue St-Hilaire (Rouen). Il est né d’ouvriers ; son père était serrurier, sa mère trameuse. Ils étaient quinze enfants ; il en restait sept. On peut dire de ce jeune homme qu’il y a vingt-six ans qu’il travaille, lui qui n’en compte que trente d’existence ; car dès l’âge de quatre ans, il tramait avec sa mère.

A onze ans il fut mis en apprentissage chez M. Lainé, et il y resta six ans. Dans les dernières années, son salaire était de 75 centimes, et il est superflu d’ajouter qu’il allait tout entier à ses parents. A dix-sept ans, il entra chez M. Aubin ; il y est donc depuis bientôt quatorze années. Là il gagne ce qu’on appelle de bonnes journées, et le bien-être des vieux parents s’en augmente.

A vingt-cinq ans, il épouse la sœur d’un camarade, aimée de lui depuis six ans. Il avait droit à avoir des enfants, ce bon fils. Mais la dot de l’ouvrier, ce sont de nouvelles charges, les charges de vieux parents, quand ce ne sont pas celles des enfants ; et souvent les deux s’accumulent. Le père de la femme de Ferrand est limeur en cuivre, la mère trameuse, tous deux âgés, le mari a soixante-trois ans ; tous deux souvent sans travail. C’est Ferrand qui les soutient encore. Il lui est né un enfant ! Nouveau moyen de bienfait. Il l’a mis en nourrice chez sa mère, déguisant du nom de pension de son enfant le secours de 260 fr. qu’il alloue à sa mère.

Jamais le moindre écart de conduite, la plus légère distraction. Il a trente ans, et depuis vingt-six ans il contribue au soulagement de ses parents.

BNF, fonds FM : Imprime 2689 - Brochure 23 -

Notes

1 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Etude d’une mutation de sociabilité, p. 65-72.

2 L’étude statistique écarte les affiliés libres et non-résidents qui, par vocation, ne participent pas ou peu aux réunions.

3 24 des 44 sociétés de francs-maçons s’apparentent ainsi à des cercles réduits, inférieurs en tout cas au chiffre que va fixer le code pénal en 1810 et que l’on peut tenir pour la référence commune à partir de laquelle une association est digne de ce nom puisqu’il implique une reconnaissance auprès des autorités publiques.

4 Ainsi, « la Céleste Amitié », une loge nobiliaire qui essaie de freiner l’ascension de la bourgeoisie locale, présente une moyenne de présents assez élevée.

5 Archives Diocésaines de Coutances, M 61.

6 Les tableaux des archives internes des « Arts Réunis » prouvent à l’évidence que les présents réels sont bien plus nombreux que ce que ne laissent supposer les tableaux envoyés à Paris.

7 M. Agulhon, op. cit., p. 32.

8 Les inventaires exhaustifs des séries M des fonds départementaux ont été faits pour deux départements : l’Orne et la Seine-Inférieure. Dans ce département, nos investigations concernant les cabinets de lecture se sont avérées infructueuses : ADSM, série T, sous-série 2T : 2T 11).
Aux Archives nationales, pour la période 1815-1830, les dossiers analysables sont ceux des cercles de l’Aigle et d’Alençon (ANF, série F, sous-série F7 : F7 6698, dossier 2 : cercles de L’Aigle et d’Alençon).

9 ADO, série M : M 1040.

10 ibid., M 1044.

11 ibid., M 1047.

12 ibid., M 1048 et 1049.

13 A. Becchia, « La sociabilité patronale dans une ville drapière : Elbeuf (fin XVIIIème siècle-XIXème siècle) », Association des Etudes Normandes, 1989, p. 59-73.

14 AMH, série R : R2 1.

15 Voir l’article 6 du « Cercle de la Bourse » qui lance un appel à la paix, thème à succès dans les loges.

16 Voir l’article 20 du « Cercle de l’Union » d’Alençon.

17 ANF, F7 6698.

18 Parmi les 36 membres du cercle littéraire de l’Aigle (juin 1823), on trouve onze maçons : Paul-Armand Rossignol, conseiller municipal, Jean-François Vaugeois, conseiller municipal et directeur de l’hôpital, François Dorbec, aubergiste, Jean-François et Eugène Rossignol fils, Charles Morel, conseiller municipal, Eugène Rossignol fils, Pierre Bourget, conseiller municipal et membre du tribunal de commerce, François Emangard, médecin, Antoine Thiboult, homme de loi et Pierre Taillefer, négociant (ANF, série F, sous-série F7 : F7 6698).

19 ADSM, série M : 4M 570. Parmi les fondateurs, les 8 francs-maçons sont : Pierre Toussaint, François Perquer, Nicolas Portz et Henri Expert des « Trois Haches » ; Victor Lacorne, Dupasseur, L. Baudoin et A. Blanchard de « l’Aménité ». De plus, Jacques Luuyt et Victor Hannès figurent parmi les 5 membres du comité directeur.

20 ACH, série R : R2 1. On y recense 9 frères ayant fréquenté « l’Aménité » : Jean-Baptiste Palfrai, Victor Lacorne, François Perquer, Dupasseur, Louis Varnier, Ildevert Fossart du Thil, Jean-Baptiste Acher, Stanislas Faure et Henri Baltazar. On doit y ajouter 4 frères des « Trois Haches » : Auguste Piprot, Victor Hannès, Henri Expert et Jacques Boyenval.

21 On note parmi les principaux animateurs de la société de lecture d’Alençon (ADO, série M : M1 040) la présence de Julien Bellanger, de Malassis-Cussonnière, de Jean-Thomas Hommey-Margautier et de l’avocat Jacques Lebec-Chatel. A Mortagne, Louis-Claude Boucher a été l’un des principaux animateurs de la « Société de Commerce » fondée vers 1845 (ADO, série M : M 1047).

22 Quelques maçons initiés dès la Restauration figurent parmi les premiers membres de la célèbre « Société Havraise d’Etudes diverses » fondée en 1833. Il s’agit d’Henri Monod des « Trois Haches » et de trois membres de « l’Aménité » : Henri Baltazar, Victor Lacome et le docteur Suriray (ACH, série R : R2 1).

23 ADSM, série M : 4M 569 et ACE, série J : J 194. Parmi le personnel dirigeant de la « Société des commerçants » établie chez les frères Godet en octobre 1832, on trouve, outre le président Antoine Sallambier, les anciens maçons Jean-Pierre Viard et Charles Fouré.
Parmi ses adhérents, le cercle comptera notamment les frères François Desfrêches, Hyacinthe Sèbe et Jules Lanseigne.

24 Expression empruntée à R. Koselleck, Le règne de la critique, p. 62-69.

25 M. Agulhon, op. cit., p. 66-70.

26 BNF, fonds FM : FM2 237. Malgré l’absence de références à des divergences politiques, on est troublé par le fait que les membres de l’atelier dissident, « les Amis Réunis », soient majoritairement composés de futurs membres du très légitimiste conseil municipal de la ville après 1815. La loge comprend entre autres le futur maire Pierre Le Mengnonnet tandis que les frères qui restent fidèles à « l’Interprète Maçonne » appartiennent à des élites napoléoniennes peu actives politiquement après 1815.

27 ANF : F7 6701 (dossier 1).

28 Rappelons que Jacques Dupont de l’Eure est membre de « la Constance Eprouvée » à l’orient d’Evreux sous l’Empire (BNF, fonds FM : FM 2 232) et qu’il reparaît sur les tableaux de la loge elbeuvienne, « l’Union », en 1829 auprès de Louis Bignon (FM2 231).

29 Le marquis de La Fayette adhère après 1815 aux « Amis de la Vérité » pilotés par un noyau de carbonaro dont le chef de file est Bazard (D. Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, p. 672-673).

30 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701 (dossier 1).

31 ibid.

32 ibid.

33 BNF, fonds FM: FM2 221.

34 A. Cochin, Les sociétés de pensée et la démocratie, Paris, 1921.

35 La préfecture en relève 41.

36 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701 (dossier 1, réponse du préfet datée du 15 janvier 1825).

37 ibid.

38 Flouest et Cartier se rallient sans état d’âmes aux Bourbons mais le premier nommé est presque aussitôt révoqué par le duc de Castries (ACD, série D : délibérations du conseil municipal de Dieppe pour l’année 1815).

39 ADO, série M : M 1290.

40 Ce sont Jean-Zacharie Malassis et Joseph Quilhet.

41 ibid.

42 Jacques Mercier figure sur les tableaux de « la Fidélité » en 1823, à un moment où il devient une figure de proue de l’opposition libérale. En 1827, il accède d’ailleurs à la députation. La maçonnerie alençonnaise a gardé également parmi les siens, après 1815, le notaire François Meurger. Fils de l’ancien adjoint révoqué après les Cent-Jours, François Meurger père, c’est un bonapartiste lié au baron Mercier. Non loin d’Alençon, à Mortagne, la loge du « Mont-Liban » accueille également après 1815 les deux grandes figures bonapartistes locales, l’huissier Michel Marre et le médecin aiglon Emangard, tous les deux sont désarmés en mai 1816.

43 Entre 1809 et 1812, la loge initie et réunit un groupe de maçons qui furent parmi les figures de proue du libéralisme dans le département de l’Eure. Les personnages les plus importants sont le juge d’instruction François Hochon, deux fonctionnaires des finances, Charles Gazzan et Charles Fouché, et le président du tribunal criminel Jacques Dupont, qui n’est pas encore Dupont de l’Eure, le chantre du libéralisme honoré par Gambetta puis Herriot. Les assemblées maçonniques sont, à ce moment-là, d’innocentes réunions de notables bonapartistes et la loge disparaît sans laisser d’adresse en 1815 mais se situe aux origines de rencontres politiques fructueuses. C’est autour de Charles Gazzan, au château de Condé, entre 1815 et 1817, que les mêmes hommes, on serait tenter de dire le personnel de la loge défunte, forment le premier cercle des opposants libéraux aux Bourbons (voir E.Saunier, « La franc-maçonnerie et le libéralisme », Mélanges en l’honneur de Claude Mazauric, p. 399-407).

44 ADE, série M : 4M 196 à 198.

45 Expression employée par la loge de Mortagne (BNF, FM2 : 317).

46 Rappelons que le préfet Jacques Beugnot ne figure que sur le tableau de « l’Ardente Amitié » en 1803 (BNF, FM 2 382) et que Louis Lézurier, baron de La Martel, bien qu’appartenant à une famille initiée à la maçonnerie de longue date, figure uniquement parmi les membres du chapitre Hérodom de Kilwinning en 1810 (BNF, fonds FM : imprimé 1368).

47 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6693 (dossier 13).

48 ibid. L’oraison rédigée en l’honneur de Lesurre est cinglante. Elle débute par ses mots : Notre père indigne de ce titre, qui habitez l’archevêché, que votre nom soit effacé. Le vicaire Libert n’est pas plus apprécié : Je vous salue Libert, grand vicaire en image, l’esprit du seigneur est bien loin de vous et vous êtes en contradiction avec les préceptes de la charité… : tels sont également les vers que l’on écrit et que l’on fait circuler.

49 ADSM, série M : 1M 172 à 174.

50 Louis-Augustin Barrois-Beaumanoir, avocat, apparaît sur les tableaux des « Arts Réunis » en 1808 jusqu’en 1810, puis il fréquente « l’Ardente Amitié » de 1810 à 1816, en même temps que Jean-Ulric Guttinguer. Nicolas Martin s’engage en maçonnerie au moment de son adhésion au libéralisme est bien affirmé. Il fut membre de « la Parfaite Egalité », à partir de 1822.

51 Ancien membre de « l’Ardente Amitié », Duhamel est l’objet d’une surveillance particulière de la préfecture car il est l’ami du comédien Talma qu’il héberge quand le célèbre acteur vient à passer à Rouen. Il inquiète alors les autorités en raison de ses nombreux voyages à Paris. Il quitte la maçonnerie en 1816.

52 ibid., 1M 172. Parmi les anciens figurent : Henry Duhamel, Pierre Chalon, François Delarue, Laurent Blanchemin et Jacques Noufflard de « l’Ardente Amitié » ; François Vannier, Godefroi Rouff, Jean-Baptiste Baudoin, Charles Tardif et le maire de Bonsecours Tamelier de « la Parfaite Egalité » ainsi que François Cottet de « la Parfaite Harmonie ». Les nouveaux (initiés après 1815) sont Armand Legrix, Louis Sautreuil, Charles Vidoux-Fontaine et Benjamin Adeline de « la Parfaite Egalité », Alexandre Turgis, Pierre Laurent et Pierre Bellamy de « la Persévérance Couronnée », Charles Sauvan et Jean-Baptiste Bottentuit des « Arts Réunis » et Pierre Barbier de Darnétal. On peut également mentionner la présence d’un futur frère elbeuvien : Henry Quesney.

53 D. Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, p. 1018-1042.

54 ibid. Au sommet, la Puissance Suprême comprend 150 membres répartis en quatre séries géographiques, les vallées de Rouen et de Darnétal étant intégrées à la Neustrie. Les adhérents des deux loges ne connaissent pas, à l’exception de Charles Pitraye, les membres de cette puissance. On est ici plongé dans la nébuleuse organisationnelle de la charbonnerie. De plus, rappelons que les frères Bédarrides sont, eux, d’authentiques carbonaro.

55 Le rite est dissous avec la « Terreur Blanche », restauré de 1838 à 1841 puis à nouveau dissous.

56 BNF, fonds FM : FM2 219.

57 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6686 (dossier concernant les carbonari normands auxquels sont assimilés les groupes apparentés) et F7 6688 (dossier 37).

58 ANF : F7 6688 (dossier 37).

59 ibid., F7 6686.

60 ibid. Le tableau retrouvé chez Pitraye comprend : Henri Dezaubry, Vincent Delaune, Pierre et Antoine Le Dran, Louis Dumont, Lepileur, Honoré Tudot, Donnadieu, Ricard, Paul Lodieu, Louis Cuvelier, Emile Périaux fils, Keill, Boche, du Bocage, Léon Homo et G. Lucik.

61 C’est le cas des frères Tudot et Cuvelier qui lurent des membres actifs de « la Sincère Amitié » après 1822.

62 Le chirurgien Paul Lodieu figure sur les listes des « Arts Réunis » de Rouen et de Pont-de-l’Arche.

63 C. Gallante-Garrone, Buonarotti et les révolutionnaires du XIXème siècle (1818-1837, Paris, Champs-Libres, 1975, 396 pages.

64 Sans aucune autre mention, l’existence de cette loge est affirmée par la Puissance Suprême (Série F : F7 6686).

65 Rappelons que la correspondance des « Arts Réunis » atteste l’existence de tenues irrégulières en 1823 (BNF, FM 2 390).

66 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701.

67 La maçonnerie rouennaise intègre parmi ces membres l’avocat Pierre Aroux (« la Sincère Amitié ») qui fut membre de la commission provisoire animée par Henri Barbet, Frédéric et Robert Levavasseur de même que l’avocat Frédéric Daviel qui sont les frères de Jacques Levavasseur et d’Alfred Daviel, le premier étant membre de la commission provisoire et le second de l’équipe municipale installée en septembre 1830. On y trouve également le frère Jean-Charles Piquerel, initié à « la Parfaite Egalité ».

68 On trouve quelques anciens maçons initiés sous l’Empire parmi l’équipe de Martainville mais tous ont majoritairement déserté les loges avant 1815 : les plus célèbres sont l’avocat Héron d’Agirone et le banquier Amand Thézard qui furent adjoints sous la Restauration.

69 Le limonadier Armand Nicolas est dénoncé en 1822 comme étant un lecteur du Courrier (AME, série J : J 1337).

70 C’est le cas notamment des Grandin et de Théodore Chennevière.

71 AME, série D : D1 7 à 12 (délibérations du conseil municipal de 1800 à 1848). Peu nombreux au sein du conseil municipal entre 1815 et 1830 à l’exception du maire libéral Georges Petou, les anciens francs-maçons (la loge meurt en 1833) ont en revanche volontiers intégré le conseil entre 1830 et 1848 : on y trouve Jacques et Victor Grandin, Henri Quesné, Ambroise Delalande, Jean-Baptiste Guérot, Camille Randoing, Philippe Aubé et Charles Houillier. En janvier 1848, on y trouve encore Emile Delaunay, qui est aussi commandant de la garde nationale, Victor Ménage, Sèbe et Houillier. Sèbe, Grandin, Delaunay, Ménage, Chennevière et Houillier entrent dans les comités provisoires en février de même que Henri Quesné.

72 Il s’agit de Louis Cuvelier, du chirurgien Paul Lodieu et du teinturier Jean-Vincent Delaune.

73 BMR, manuscrit Y 43 (A. Pasquier, Dictionnaire historique et critique des hommes illustres de la Province de Normandie, 1818-1819, tome 2). Antoine Blanche, né en 1787 et fils du chirurgien jacobin et franc-maçon que nous avons évoqué, fut médecin-chef de la prison de Bicêtre et professeur à l’Ecole Centrale de Rouen en 1822. Médecin-chef de l’hospice général, académicien et chevalier de la Légion d’honneur, il meurt en 1849.

74 Signalons que la loge « l’Union Cauchoise », qui évolue dans le contexte d’une petite ville où la franc-maçonnerie attire encore nombre de notabilités en place, accueille le seul maire ayant fréquenté une loge après 1815 dans l’exercice de son mandat : Julien Leleu.

75 Alexandre Crochon, qui avait accueilli avec réserve le coup d’Etat du 18 Brumaire, est la figure de proue de l’opposition libérale. Pétitionnant avec ardeur pour la liberté de la presse durant la « Terreur Blanche » de 1816, il retrouvera un rôle politique à sa dimension en accédant à la fonction de maire en 1830 jusqu’en 1842. Au sujet de Crochon voir : S.Bard, « Pont-Audemer pendant la Révolution française (1789-1795) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1988.

76 Parmi les futurs conseillers municipaux initiés avant 1830, on trouve en effet cinq frères de « l’Aménité » (Léon Martel, Alexandre Lacorne, Jean-Baptiste Acher, Dupasseur et Théo Baltazar) et deux membres des « Trois Haches » (Arthur Mondey et Jacques Luuyt).

77 Henry Expert est l’une des figures de proue du mouvement de 1848 au Havre. Membre du conseil municipal provisoire puis conseiller, il refuse le coup d’état de décembre 1851 pour violation de la loi (AMH, série K, sous-série K1 : K1 7 à 9). Parmi les 30 frères cités pour leur héroïsme en 1830 figurent quatre maçons : Stanislas Faure, gérant du Journal du Havre, est particulièrement à l’honneur pour avoir refusé l’exécution des Ordonnances et distribuer le journal au risque de sa ruine. Il fut membre de « l’Aménité » à partir de 1827. Trois frères des « HHH » figurent aussi au palmarès : Edouard Levillain, enseigne de vaisseau, pour avoir réussi à rallier à sa cause tout le corps des officiers des sapeurs-pompiers, Fingado, commis d’origine portugaise, et Isidore Barbulée (AMH, série K : actions héroïques).

78 BNF, fonds FM : FM 246.

79 Dès 1810, la loge des « Trois Haches » est l’objet de demandes pour venir en aide à des réfugiés piémontais exilés en Angleterre (BNF, fonds FM : FM2 244C).

80 Un budget des « HHH » fait référence au versement de 31 francs pour des prisonniers politiques (FM2 244C).

81 A.-A. Bourdon, Histoire du Portugal, p. 96-108.

82 Son successeur est l’Empereur du Brésil Dom Pedro IV qui promulgue alors une seconde constitution d’essence libérale en 1826 avant d’abdiquer au profit de sa fille Dona Maria, ce dont profite son frère cadet Miguel pour usurper le trône jusqu’en 1834.

83 Nous avons évoqué les propos de de Sampaio dans le chapitre 3 (ANF, série F, sous-série F7 : F7 12114 et 12118).

84 ANF, série F7 : F7 6686 (dossier Le Havre).

85 ibid. Les radicaux identifiés sont Mitchell, Metlack, Hedemson et Charles Hay. Ce dernier est décrit avec une relative précision. Agé de 19 ans, il est hébergé chez le négociant Balot et entre en contact avec le docteur Bardez.

86 L’emploi du « on » est systématisé par l’agent de police ce qui rend imprécises les descriptions des faits et gestes des milieux libéraux.

87 Elle se caractérise par un resserrement autour de la moyenne bourgeoisie et une éviction des notabilités politiques locales. Le 2 mars 1826, le préfet de Seine-Inférieure, informant Paris de la fondation récente de « l’Espérance Couronnée » et des résultats des visites de routine opérées par le commissaire Manneville, regrette d’ailleurs que la loge soit constituée d’individus de classe peu marquante (ANF, série F, sous-série F7 : F7 6 701, dossier 1).

88 Parmi les maçons cherbourgeois actifs fréquentant les tenues entre 1815 et 1830, on relève la présence de quatre frères nommés au conseil municipal lors de la Première Restauration : l’ingénieur Joseph Cachin, Robert Leroux, le docteur Julien Pinel et le chirurgien Le Bienvenu (ACCh, série D : 1D 8).

89 Lors du passage de la Dauphine en 1827 (ACCh, série K, sous-série 3K : 3K 2), les frères Leroux, le richissime négociant Antoine Kirkham, Couturier, Poret La Couture, Pinel et l’imprimeur Le Boullenger, ainsi que de nombreux de leurs familles figurent parmi les principaux protagonistes de la réception. Tous sont alors encore actifs au sein de la loge, l’imprimeur Le Boullenger dirigeant le chapitre de 1822 à 1828. Poret La Couture et Couturier sont également parmi les principaux souscripteurs du bal de charité organisé en 1826 (ACCh, série Q, sous-série 2Q : 2 Q1).

90 A Caen, parmi les maçons qui continuent à fréquenter les ateliers après 1815, on trouve en effet des figures importantes de la vie politique notamment l’illustre ministre de Polignac, Guemon de Ranville, l’adjoint au maire, Henri Brébam, et les conseillers municipaux Pierre Leboucher d’Emiéville, François Lemore et Jacques Simon. Tous sont présents dans les cercles qui se réunissent autour de la Dauphine lors de son passage caennais. D’autre part, la maçonnerie caennaise intègre dans ses ateliers des descendants d’émigrés peu suspects d’être des opposants politiques comme c’est le cas de David Dieu de Bellefontaine ou de Eugène de Billeheust d’Argentan.

91 Entre 1815 et 1830, nous avons déjà indiqué l’identité des grandes personnalités libérales encore actives au sein des ateliers.

92 Elle ouvre ses portes à de nombreux théophilanthropes.

93 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6688 (année 1824).

94 A cette date, il est devenu vénérable de la loge parisienne et lui donne une orientation nettement libérale en soutenant notamment le mouvement libéral espagnol.

95 On trouve notamment parmi les membres en activité le frère Pierre Hubert qui fut élu à la chambre des Cent Jours (Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires, tome 3, p. 361).

96 BNF, fonds FM : FM2 237. En mai 1837, la loge granvillaise, « l’Interprète Maçonne », est en proie à des divisions similaires à celles qui minaient les ateliers rouennais vingt ans plus tôt. Le vénérable Guidebeu fait état au Grand Orient de France des divisions qui l’oppose au clan Thébout. La rupture est consommée en 1838.

97 ibid. FM2 221.

98 Quand elle s’éteint en 1833, la loge semble avoir maintenu le cap libéral puisque, outre les frères elbeuviens, figure sur l’ultime tableau un réfugié portugais : Joao Dabreu.

99 Archives internes des loges havraises.

100 M. Agulhon, La république au village : les populations du Var de la Révolution à la IIème République, p. 259-273.

101 BMR, Rés. M 81 (cérémonie des récompenses décernée aux ouvriers par la maçonnerie rouennaise en 1847, p. 5).

102 La correspondance des « HHH » (BNF, fonds FM : FM2 244A) fait état de tous les actes de bravoure de Dominique Level : il a sauvé 11 américains naufragés en l’an VIII puis, comme chef de bataillon de la garde nationale, il combat avec bravoure les incendies qui dévastent le vieux bassin. En l’an IX, il sauve près de 80 vies humaines notamment lors de naufrages.

103 BNF, fonds FM: FM2 244A.

104 H.-P. de Loucelles, Histoire de la franc-maçonnerie en Seine-Inférieure, Dieppe, Delevoye, 1875.

105 BMR, rés. m 81. Les frères semblent avoir hésité entre l’option pour une fondation spécifiquement maçonnique ou en faveur d’une société ouverte à tous les capitaux en raison du montant du capital initial nécessaire (3 500 francs). Face aux divisions engendrées, on opte pour un compromis.

106 C. Derobert-Ratel, « Les Arts et l’Amitié » et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de 1848 à 1871, Aix, Edisud, 1987.

107 Les loges et l’Emulation s’associent pour ériger un monument à la gloire de Pierre Corneille.

108 ADC, série M : M 12 525.

109 Les frères qui ont joué un rôle administratif majeur au sein de la Caisse d’épargne de Rouen, entre 1820 et 1830 sont six anciens frères de « l’Ardente Amitié » (Casimir Caumont, Pierre Chalon, Jean-Ulric Guttinguer, Jean-Daniel Mathéus, Armand Sénéchal et Amand Thézard), trois anciens de « la Parfaite Egalité » (Armand Adeline, Lambert et Jean-Baptiste Curmer), le frère Goube (« les Arts Réunis ») et Victor Lefebvre qui fut maçon sous l’Ancien Régime (« la Céleste Amitié »). Tous ont connu leur activité maçonnique principale entre le Consulat et la fin de l’Empire.

110 Ce sont cinq frères de « l’Aménité » qui furent les plus actifs (Daniel Ancel, Melon Decaen, Charles Ducolombier, Jacques La Houssaye et François Lambert), ainsi que deux initiés des « Trois H » (François Perquer, Pierre Rouelle). Par ailleurs, Jacques Reilly est le fils d’un maçon irlandais du même nom, initié sous le Directoire au sein de « la Fidélité ». A la différence des Rouennais, l’action au sein des caisses d’épargne se déroule alors que l’activité maçonnique de nombre d’entre eux reste importante. C’est le cas notamment pour les frères de « l’Aménité ».

111 J.-P. Chaline, op.cit., p. 296-301. Au sein de la Société de Charité Maternelle, on trouve notamment les épouses des frères Guttinguer, Lézurier, Delametterie et Lemire. Au sein de la Société des Dames Protestantes, on trouve notamment les épouses des frères Pouchet, Mathéus et Rondeaux.

112 Parmi les principaux responsables des bureaux de charité, on trouve notamment Houddeville jeune qui préside le neuvième bureau de charité et l’imprimeur Frédéric Baudry qui occupe la même fonction au sein du quatrième.

113 Elle est fondée par le frère Henri Duhamel, franc-maçon au sein de « l’Ardente Amitié » jusqu’en 1816 qui réintroduit la maçonnerie en participant à la fondation de « la Vérité » auprès de Pierre Lecointe. Ce dernier est également l’un des fondateurs de la colonie. A ce sujet, voir : J. -Cl. Vimont, La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique (XVIIIème-XXème siècle), Paris, Anthropos, 1993.

114 A Caudebec, l’ensemble du milieu maçonnique est particulièrement impliqué dans la philanthropie quotidienne. On trouve parmi les membres de la commission sanitaire de nombreux frères à partir de 1815 : Jacques Levacher, Louis Rousseau, Denis Lecœur, Jean-Baptiste Dubreuil, Prosper Pichot et Julien Lechaptois (ADSM, série M, sous-série 5M : 5M 79).
A Cherbourg, les bals en faveur des indigents (ACCh, série I, sous-série 1I : 1I 18 à 20) organisés sous la Restauration mettent en valeur le rôle de 13 frères : l’imprimeur Le Boullanger, François Eudel, le maire Nicolas Collart, François Avoyne de Chantereyne, Edmé Jolivet de Riencourt, François Coquoin, Dillaye, Hector Poret La Couture, François Couturier, Jean-Baptiste Le Jéal, Julien Pinel et François Fouques.

115 Voir E. Saunier et C. Mazauric, « 6 000 francs-normands de 1750 à 1848 : une recherche aboutie », Mélanges offerts à Daniel Ligou, colligés par C. Porset, Liste des 42 médecins vaccinateurs p. 430.

116 ADC, série M : M 4 081.

117 J. -P.Chaline, op.cit, p. 305.

118 BMR, rés. m 81 (cérémonie de récompenses des ouvriers), p. 19-20.

119 A ce sujet, voir : Y. Marec, « Pauvres et miséreux à Rouen dans la première moitié du XIXème siècle », Marginalité, déviance et pauvreté en France (XIV-XIXème siècle), Cahier des Annales de Normandie, no13, p. 144-170.

120 ibid., p. 148-155.

121 La citation fait référence à ce que les canuts lyonnais écrivirent sur leurs drapeaux noirs lors des révoltes de novembre 1831.

122 Il s’agit, si l’on en croit Henri Saint-Denis qui précise l’identité de 35 signataires, de François Vimont, Victor Ménage (maçon à Pont-de-l’Arche), Théodore Chennevière, Tony Sallambier (Pont-de-l’Arche), Jean Lanseigne, Charles Houillier (Pont-de-l’Arche), François Desfrêches, Victor Grandin et Matthieu Quesney.

123 Henri Saint-Denis, Histoire d‘Elbeuf, tome 5.

Table des illustrations

Titre Effectif moyen des loges à la fin de l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Effectif moyen des loges sous le Premier Empire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Effectif moyen des loges sous la Restauration (1815-1848).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540