Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Troisième partie. La transition révolutionnaire à travers le prisme maçonnique (1789-1830).

Chapitre 7. Francs-maçons et pratiques révolutionnaires

Texte intégral

1. La participation politique : banalite des comportements et engagement dans la cite

  • 1 Les frères ne représentent jamais plus de 8 % sur les listes et ce chiffre moyen ne concerne que le (...)
  • 2 Seules quelques sections caennaises en 1790 et surtout la recension exhaustive au Havre en l’an IV (...)
  • 3 Seuls ces trois orients majeurs nous offrent la possibilité de jeter un regard sur un groupe d’indi (...)
  • 4 Nous avons à cette fin fait l’inventaire du nombre des individus ayant, dans chaque section, recuei (...)

1Constater l’éclatement de la fraternité, la parcellisation des comportements politiques au sein des milieux maçonniques ne suffit pas à répondre à la question, fortement accusatrice lorsqu’elle est portée par l’historiographie antimaçonnique, de l’importance et des formes de la participation des maçons au processus révolutionnaire. En effet, les racines de cette tradition reposent sur le postulat d’une sensibilité révolutionnaire propre à tous les maçons et sur celui d’une aptitude particulière à participer à la vie politique, à en constituer les cadres. Il convient donc de se pencher sur ces deux points en mesurant l’intensité de l’activité maçonnique durant les événements, en évaluant l’action des maçons au sein de la classe dirigeante après les changements institutionnels de 1789. Dans cette perspective, la question de l’intensité de la participation électorale pose des problèmes méthodologiques non négligeables concernant le choix des tests retenus, qui doivent être en rapport avec l’objet spécifique constitué par le milieu maçonnique. Marqué par une identité urbaine bien affirmée, le test électoral est ainsi caduc si on le mesure dans le cadre du collège électoral d’arrondissement qui fait la part belle aux élites rurales1 et la démarche ad hoc consiste à rapporter les outils de mesure à l’urbanité de cette forme de sociabilité. Dans cette perspective, les consultations situées à l’échelle des municipalités correspondent le mieux au cadre de la maçonnerie et peuvent être considérées comme les moyens les plus adaptés. Mais, force est de constater que, pour qui privilégie l’approche quantitative, le long travail de recension offre, quand les sources le permettent2, des résultats guère surprenants, soit, avec 8 à 10 % des actifs présents lors des consultations, la juste proportion que les maçons représentent parmi les élites de la société civile. Mais la validité de l’analyse vaut en fait par le choix des instruments de mesure, permettant, par la démarche comparative, de saisir la tendance à investir les fonctions de responsabilité. Nous avons ainsi privilégié deux moments rapprochés permettant de saisir cette aptitude à intervenir et à prendre en charge des responsabilités : la mise en place des Etats Généraux, notamment dans les trois cités majeures (Rouen, Le Havre et Caen)3, puis la capacité à recueillir les suffrages de leurs concitoyens lors de la première élection municipale organisée en mars 17904. Ces moments fondateurs marquent l’entrée dans l’ère du politique et l’une des formes les plus éminentes de l’apprentissage de la citoyenneté. Selon le comportement des maçons, on en saura donc un peu plus sur l’existence d’une attitude originale quant aux formes et à l’intensité de leur participation à la vie politique.

Lire la participation maçonnique

  • 5 E. Le Parquier, Les cahiers de doléances du bailliage du Havre, Epinal, 1929.
    Quantitativement, le p (...)
  • 6 F. Mourlot, Le cahier d’observations et doléances du tiers-état de la ville de Caen en 1789, Paris, (...)
  • 7 D’après l’étude menée E. Le Parquier, op.cit., les deux officiers francs-maçons de l’amirauté, Char (...)

2La grande consultation du royaume en 1789 ne pouvait conduire les maçons caennais et havrais à devenir les porte-parole privilégiés des populations, les maçonneries des orients concernés ne s’étant guère ouvertes au monde de l’échoppe et de la boutique sous l’Ancien Régime. Ainsi, seules 12 des 41 corps havrais, soit une petite moitié des comparants5, et bien moins encore à Caen6, sont susceptibles de révéler l’action des maçons. La fermeture sociale de la maçonnerie pré-révolutionnaire diminue donc considérablement le champ d’investigation, les communautés de métiers étant les plus intéressantes d’étudier dans la mesure où les variations dans la participation sont grandes alors que les assemblées des gens de justice et de négoce sont celles où les personnes comparaissent massivement. Le fait tend donc, dans ces villes importantes, à restreindre la possibilité de voir apparaître un particularisme maçonnique. Ainsi, au Havre, où la boutique est presque inexistante au sein de la maçonnerie d’Ancien Régime, le comportement des frères est assez ordinaire7.

  • 8 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 5 et 6.
  • 9 Félix Mourlot, dans son analyse des cahiers caennais (F. Mourlot, op.cit), signale la présence de 3 (...)
  • 10 Les trois orfèvres francs-maçons comparaissent (Jacques Boizerard, Daniel Desmares et Victor Vangeo (...)

3En arrivant à Caen8, une certaine surreprésentation de la participation maçonnique s’observe cependant. En effet, on relève la participation de la totalité des frères appartenant aux assemblées des « juge-consuls » et des négociants alors que l’évaporation concerne un profane sur trois9. Cette sensibilité est largement confirmée par l’engouement de tous les anciens maçons, les orfèvres « d’Union et Fraternité » et surtout les réprouvés de « la Vraie Union », qui appartiennent au monde restreint des corporations initiées à la maçonnerie. Tous ont participé aux assemblées de leur corps10, ce qui n’est pas le cas des profanes.

  • 11 Nous reprenons ici quelques éléments abordés dans notre travail sur la maçonnerie rouennaise (E. Sa (...)
  • 12 Liste exhaustive des comparants : deux cafetiers (Louis Dorléans et Charles Leudet), trois cartiers (...)
  • 13 Quatre maçons sur 5 comparaissent alors que 15 profanes sur 33 ne sont pas venus.
  • 14 Quatre des six maçons teinturiers comparaissent alors que les frères ne représentent pas même 10 % (...)

4Les faits observés à Caen trouvent une large confirmation à Rouen, où l’observatoire est plus opératoire dans la mesure où la maçonnerie locale fut largement pénétrée par le monde des corporations, notamment après 1784. Ce sont 43 maçons11, dont la profession exacte est connue, pour lesquels l’attitude peut être regardée. Or, parmi les 43, pas moins de 32 frères12 ont choisi de prendre la parole face à l’événement alors que la participation moyenne se situe autour de 40 %. Les hommes passés par la maçonnerie sont donc deux fois plus présents à cette occasion que les profanes et ceux qui appartiennent aux corporations, dont les membres ont déserté massivement la consultation, se distinguent par une participation très active. C’est le cas des « imprimeurs-libraires »13, des épiciers et des teinturiers14.

  • 15 Les députés des corps havrais (E. Le Parquier, op.cit.) sont Charles Bunel (amirauté), François Vér (...)
  • 16 Les députés des communautés rouennaises (M. Bouloiseau, Cahiers de doléances du tiers-état du baill (...)

5Tout en restant prudent face à des échantillonnages réduits, la surreprésentation des anciens milieux maçonniques aux débats préparatoires aux Etats Généraux tend à se dégager, la présence non négligeable de frères parmi les députés des communautés (huit députés des corps au Havre, 12 à Caen15 et 17 à Rouen16) la confortant.

  • 17 Les principaux députés caennais des paroisses rurales (ADC, fonds communal de la ville de Caen, 615 (...)
  • 18 Parmi les 30 députés de la ville de Caen envoyés au bailliage, on trouve Etienne Saffray, Michel La (...)
  • 19 Quatre maçons sur 25 participent aux réunions. Les quatre hommes sont l’échevin Bernard Cléry, Clau (...)
  • 20 Les trois représentants de la noblesse de Valognes envoyés au bailliage de Coutances sont François (...)
  • 21 François Avoine, Belhomme de Hautmarais et Pierre Duprey sont délégués pour porter le cahier du Tie (...)
  • 22 Ce sont les frères Ducaurroy et Rabion.
  • 23 François de Vadicourt et Caqueray Saint-Quentin sont les commissaires de la noblesse. F.Clérembray,(...)
  • 24 Absents parmi les représentants des élections d’Alençon, du Caux et de Coutances, la maçonnerie fou (...)

6On doit relever aussi la part prise par nombre de maçons dans les assemblées rurales des paroisses proches des centres urbains. Ainsi, à Caen, aux huit députés des communautés urbaines, on doit ajouter vingt frères qui choisissent de participer à celles-ci, où ils obtiennent plus facilement des députations et participent ainsi activement à la stratégie du Tiers visant à prendre en main avec succès les représentations rurales limitrophes17. Au niveau le plus élevé, la rédaction des cahiers de la ville et le choix des députations amplifient la présence maçonnique à l’exception notable de la ville du Havre où elle se caractérise par son relatif anonymat. Nous avons déjà signalé la forte présence des maçons rouennais parmi les rédacteurs des cahiers de Thouret et, à Caen, la maçonnerie est également présente dans cette phase décisive puisque, parmi le groupe des 30 députés de la ville envoyés au bailliage, un tiers (11) est passé par la maçonnerie, dont trois des six rédacteurs18 des cahiers de la ville. L’importance de cette participation émerge un peu plus dans les villes moyennes où la maçonnerie d’Ancien Régime concentrait déjà les élites politiques en place. Ainsi, à Fécamp, si la participation maçonnique à la rédaction des cahiers de la ville est dans la norme19, c’est le frère Bernard Cléry, échevin en exercice, qui anime les débats et se trouve délégué pour porter le texte rédigé au district. Dans les villes moyennes des élections de l’ouest de la généralité de Caen, les anciens maçons sont nombreux à prendre les responsabilités les plus élevées. C’est le cas dans l’élection de Valognes où l’ancien atelier « Union Militaire » fournit trois des quatre représentants de la noblesse ainsi que le député du tiers, le médecin Pontas Duméril20. Tous les anciens orients du futur département de la Manche, même les plus petits comme Carentan et Coutances, apportent une contribution importante au choix du personnel représentatif en obtenant les principales délégations lors de la réunion des Etats Généraux21 et la maçonnerie eudoise encore en activité fournit également rédacteurs22 et commissaires des cahiers23. On voit donc que le niveau le plus élevé, où la participation maçonnique est inégale24, traduit imparfaitement l’importance bien réelle du milieu maçonnique aux échelons intermédiaires.

  • 25 ACH, série K : K 1 à 5 inclus. Les recensions faites au sein des assemblées électorales havraises, (...)
  • 26 ADSM, série L : L 202 à 208 (élections au département de 1790 à 1795). La participation maçonnique (...)
  • 27 ADSM, série M : 3 M 34 et ADC, série M : M 332. D’ailleurs, si l’on se projette quelque peu dans le (...)
  • 28 ADO, série M : M 273 et ADC, série M : M 332. Elle est de 5 à 7 % dans les départements ruraux où l (...)

7Quelques mois après le triomphe du Tiers, les anciens membres des ateliers peuvent montrer leur propension à investir le champ du politique à l’occasion des premières élections municipales. Si les maçons représentent 14 % du potentiel des éligibles au sein des assemblées électorales des sections rouennaises en 1790, on descend à un résultat encore plus proche de la normalité statistique (11 %) au sein des sections du Havre et de Caen puisque la représentativité maçonnique devient à peine supérieure à celle des frères parmi les actifs. Une certaine équivalence des données numériques semble d’ailleurs s’imposer pour l’ensemble de la période révolutionnaire tant au niveau des municipalités25 que des assemblées cantonales26, avec une relative régularité pour l’ensemble de la période27 et un déclin considérable dans les départements ruraux28. Face au processus électoral mis en place, la participation maçonnique tend donc à retrouver un rythme et une intensité ordinaires alors que les frères ont montré une capacité réelle à s’engager lors d’un moment correspondant aux premiers pas dans l’apprentissage de la citoyenneté c’est-à-dire quand il s’agissait d’être les acteurs d’un processus novateur.

8Mais, au printemps 1789, les frères ont reproduit en fait un comportement collectif visible dès la fin de l’Ancien Régime et de manière générale, la participation des frères est logique si l’on la resitue par rapport à l’influence exercée par les francs-maçons dans la société civile avant cette date. Elle est facilitée par le fait que les institutions révolutionnaires n’ont pas encore été mises en place et que ne sont donc pas définitivement régulés les instruments nouveaux de la vie politique.

9Un regard sur les structures anciennes, assemblées de ville, délégations de pouvoir au sein des corporations et participation au sein des assemblées provinciales, permet d’ailleurs de mesurer le poids important des maçons dans la société profane.

  • 29 Entre 1764 et 1789, période durant laquelle on peut identifier les frères initiés à Rouen, pas moin (...)
  • 30 ADSM, Almanach royal de Rouen pour l’année 1781. Parmi les échevins, on trouve Le Bourgeois de Bell (...)
  • 31 ADSM, Almanach royal de Rouen pour l’année 1788. Tableau de Rouen en 1788. On trouve parmi les éche (...)
  • 32 On peut ici citer les syndics des passementiers (Jacques Ferrand), des teinturiers (Benjamin Caumon (...)
  • 33 A Caen, sept des 12 syndics, doyens ou représentants de corps destinés à être avertis des opération (...)

10Le Conseil de Ville de Rouen a ainsi été au plus haut point un lieu de présence maçonnique. On note l’accession à la magistrature suprême de trois frères (Antoine Le Couteulx de Verclives, Robert-Armand Bigot de Sommesnil et Richard Lallemant) et on est impressionné par la liste des échevins fournie par la maçonnerie rouennaise29. En 1781, le Conseil de Ville de Rouen comprend ainsi, parmi les maçons, le maire Bigot de Sommesnil, cinq échevins, sans compter le groupe des maçons figurant aux assemblées générales du Corps de ville et les centeniers30. Il est normal que ces hommes, investis des plus hautes fonctions municipales à la fin de l’Ancien Régime, soient parmi les premiers officiants au printemps 1789. La forte participation des maçons corporés aux assemblées des Etats-Généraux surprend également peu vu leur influence au moment des faits. Ainsi, en 178831, l’Almanach de Rouen montre que les frères sont, un an avant les faits, investis des plus hautes fonctions de délégation et de représentation au sein de leurs communautés de métiers. C’est un Jean-Baptiste Bedouelle qui est syndic des drapiers et entouré, dans ses fonctions, des frères Lefèvre et Canivet. L’ancien maçon Leborgne est syndic des épiciers et assisté du frère Toussaint Bonnet. Les jurés des orfèvres, Pierre Clavier et Romain Courelle, sont également maçons de même que les députés des horlogers, Bichot et Guillaume Gloria. De nombreux syndics et députés appartenant aux métiers du textile, du bois, de l’alimentation et du textile sont initiés, en activité ou récemment en sommeil32. Cette liste impressionnante explique en partie, tout comme la position privilégiée des frères au sein de leur corporation, les raisons d’une participation électorale accrue quelques mois plus tard. D’ailleurs, les maçons sont souvent les premiers à être consultés pour organiser le déroulement des débats et des élections33.

  • 34 Hiérarchisées en trois niveaux, ces Assemblées Provinciales, composées de 28 à 50 membres dans les (...)
  • 35 Dupont de Nemours, Mémoire sur les municipalités, 1787.
  • 36 F. Mourlot, La fin de l’Ancien régime et les débuts de la Révolution dans la généralité de Caen (17 (...)
  • 37 F. Mourlot, op. cit. Le marquis de Chiffrevaast est membre de « l’Union Militaire » de Valognes, le (...)
  • 38 Liste des maçons bas-normands retrouvés parmi les participants aux assemblées d’élections de la pro (...)

11Dans ce contexte, les premières tentatives de rénovation du royaume ont été l’occasion pour nombre de ces maçons de s’initier à la politique, de prolonger une tradition d’investissement personnel dans la vie de la cité et le fait commence donc bien avant 1789. Ainsi, la mise en place des Assemblées provinciales durant l’été 1787 sur la base d’une hiérarchie d’assemblées locales élues sans distinction d’ordres (Edit du 23 juin 1787)34 et rendant opérant le doublement du tiers et le vote par tête dans les assemblées représentatives35, montre déjà une sensibilité que l’on retrouve en 1789. L’Assemblée provinciale de Basse-Normandie36 compte, parmi les quarante députés de l’élection, de nombreux anciens frères dont certains détiennent les plus hautes responsabilités. Le plus célèbre est le duc de Coigny, membre de la loge du régiment du Roi qui, en sa qualité de Lieutenant général des armées du roi et de Gouverneur du château, convoque et préside la première réunion le 20 août 1787. La maçonnerie, encore en pleine activité, va dans la foulée de Coigny fournir bien des cadres aux assemblées : on y trouve notamment les marquis de Chiffrevast et de Canisy, Le Tellier de Vauville mais aussi des représentants éminents du Tiers comme l’avocat caennais Alexandre, le secrétaire du troisième ordre37. Le duc de Coigny, le syndic de la noblesse Letellier de Vauville et Daigremont figurent même parmi les sept premiers membres nommés à la commission intermédiaire, Letellier étant l’une des principales chevilles ouvrières du processus de réforme en cours. Ces hommes travaillent de concert, au sein du bureau de Caen, avec d’autres maçons comme l’avocat Costy et ces leaders sont suivis au sein des assemblées d’élections d’une cohorte de frères38.

  • 39 ADSM, série C : C 2 110-2 112 et 2 170-2 171. Les principaux conseillers et interlocuteurs du comte (...)
  • 40 Ils sont affiliés aux « Cœurs Unis » (Dieppe).
  • 41 Il est membre de « la Parfaite Union » (Eu).
  • 42 Parmi les nombreux exemples du maintien des oppositions au sein des milieux maçonniques, citons l’a (...)

12On retrouve, avec à peine moins d’intensité, cette sensibilité dans la participation des maçons aux effervescences pré-révolutionnaires en Haute-Normandie39 où le rôle moteur est occupé par trois anciens frères : le comte de Caumont, Louis Bourdon40 et Louis de Vadicourt41. Or, tous les trois vont être les membres les plus actifs de la commission intermédiaire, le comte de Caumont étant porté à la charge de syndic de la noblesse. Au sein de ces structures les frères recherchent un compromis impossible et voient s’exacerber les contradictions et conflits personnels42.

Les francs-maçons et les fonctions électives (annexes p. 471-485)

  • 43 Les maçons qui ont fréquenté les loges rouennaises à la fin du XVIIIème siècle et qui figurent au s (...)
  • 44 A Bernay, on ne compte que Lehure, François Erambert et François Lindet parmi les notables (ADE, fo (...)
  • 45 A titre d’exemple, citons le cas des Conventionnels : le milieu maçonnique du XVIIIème siècle a fou (...)
  • 46 Même remarque que précédemment pour ce qui concerne les listes de notabilités en l’an IX : il faut (...)
  • 47 ADE, série M : 2M 73-75. Les dix sont : René d’Auvray (Pont-Audemer), A. Dumeilet (Elbeuf), Joseph (...)

13On voit donc que l’engagement des frères dans la cité, bien réelle, est une attitude récurrente, antérieure à la Révolution. L’analyse du poids global du milieu maçonnique au sein des personnels politique, mais aussi économique et judiciaire offre, quant à elle, deux lectures possibles. L’une, purement statistique, ne tient compte que de la présence maçonnique rapportée à la manne globale des élus municipaux ou des députés à un moment donné. Elle induit des constats peu propices à nourrir la réflexion : on observe ce que l’on sait déjà, c’est-à-dire que les maçons ne fournissent pas des bataillons démesurés, qu’ils n’accaparent jamais la majorité des fonctions au sein d’un groupe. La représentation au sein des premiers conseils municipaux élus en 1790 est ainsi fort variable et oscille entre l’honnêteté jamais écrasante, à Rouen43, et la quasi-inexistence (Alençon ou Bernay)44. A un niveau plus élevé, si la maçonnerie, de manière générale, a fourni ou capté de très nombreux députés, Constituants ou Conventionnels francs-maçons ne sont jamais plus de deux ou trois45 pour l’ensemble de l’ancienne province ce qui est proportionnel à l’importance du milieu maçonnique dans la société civile. Au niveau intermédiaire : même constat. En Seine-Inférieure, les francs-maçons en activité sont tout au plus neuf sur la liste des notabilités départementales établies en 180946 et on ne trouve que 10 frères parmi les 100 conseillers généraux de l’Eure élus jusqu’en 183047. Il n’y a dans ces chiffres rien de très extraordinaire.

  • 48 Parmi les notabilités judiciaires mises en place par les institutions révolutionnaires, la maçonner (...)
  • 49 Nous en avons recensé 77 : 30 dans le département du Calvados (Caen : 21, Falaise : 8, Lisieux : 1) (...)

14Néanmoins, une autre lecture est possible et d’avoir pris en considération une trame chronologique permettant de saisir le drainage maçonnique vers les élites politiques, économiques et judiciaires durant un demi-siècle trouve ici tout son intérêt. Dans la perspective de ce temps plus long, on est impressionné par le nombre important d’élus qui ont transité, à un moment ou à un autre, par la maçonnerie. On peut bien sûr se contenter d’affirmer qu’il s’agit de la trace de l’attraction exercée d’en haut par la maçonnerie. Les listes des francs-maçons maires de grandes villes, la recension des frères exerçant de hautes responsabilités au sein des instances judiciaires et économiques mises en place par la Révolution48 et, dans une perspective différente, l’inventaire des titulaires de la Légion d’honneur49 montrent bien la capacité d’attraction de la maçonnerie sur les élites actives. En se concentrant sur les fonctions qui correspondent aux limites de la cité, espace d’épanouissement des loges privilégié, on est fort impressionné par le nombre de maires, officiers puis conseillers municipaux passés sous les colonnes des temples maçonniques, le Premier Empire constituant le moment fort de cet investissement où la maçonnerie parvient à capter des édiles des commîmes rurales voisines dans des proportions non négligeables.

Les élus municipaux francs-maçons (1789-1830) : principaux orients.

Les élus municipaux francs-maçons (1789-1830) : principaux orients.

I : présents de 1790 au printemps 1793.
II : présents du printemps 1793 à l’automne1794.
III : présents de l’automne 1794 à 1800.

  • 50 11 maçons occupèrent les fonctions de juges de paix ou d’assesseur dans les orients du Calvados (9 (...)
  • 51 Il est le seul magistrat directement et immédiatement élu pour trois ans.
  • 52 J. Godechot, Les Constitutions de la France depuis 1789, p. 158. Rappelons que, selon l’article 60 (...)

15Cet engagement impressionnant d’ensemble dans la cité masque, derrière l’attraction naturelle exercée par une forme de sociabilité élitiste, des sensibilités spécifiques correspondant à des sensibilités anciennement développées par la culture maçonnique. L’exemple des juges de paix50 est éloquent : c’est bien la fonction préférée des maçons venus du monde judiciaire. Pierre angulaire du nouveau système judiciaire51 au niveau des affaires les plus proches des citoyens, on décèle dans ce goût pour cette fonction un peu plus que le poids avéré des milieux maçonniques sur l’environnement social. L’expression d’un idéal fait d’équilibre et de tempérance des passions, vertus indispensables pour cultiver cette fonction, est valorisée de longue date dans les loges52.

  • 53 A Pont-Audemer, les frères de la loge « la Persévérance », qui vient alors de s’éteindre, ont fourn (...)
  • 54 Dans le Calvados, on recense un président de canton, quatre secrétaires et quatre scrutateurs parmi (...)
  • 55 En Haute-Normandie, les candidatures sont particulièrement nombreuses parmi les maçons en activité. (...)

16L’aptitude à l’encadrement émerge avec acuité dans le cadre des sections lors des élections municipales se déroulant entre 1790 et 1799, moment durant lequel le processus électoral fonctionne à plein, non sans difficultés mais sans les entraves de principe que va lui imposer bientôt le régime napoléonien. A Rouen, c’est un gros bataillon de trente anciens frères qui préside, tient le secrétariat et surveille le bon déroulement des opérations entre 1790 et 1792, et au Havre, le noyau de militants jacobins des « Trois Haches » assure une continuité dans ce rôle d’encadrement après l’été 1793. Cette prise de responsabilité se répercute d’ailleurs au niveau de l’ensemble des cantons et des départements quand le moment considéré correspond à une sociologie maçonnique propre à conférer les cadres du mouvement révolutionnaire. L’attitude de la maçonnerie à Pont-Audemer, composée essentiellement de bourgeois robins, constitue une belle illustration de ces propos puisque sept de ses membres ont fourni les principaux cadres des assemblées municipales du canton entre 1790 et 179353. A partir de la crise brumairienne, le phénomène s’exacerbe54, et la forte implication des maçons actifs et des anciens frères dans les processus électoraux se généralisent. L’importance de leur nombre parmi les postulants au poste essentiel de président de canton le montre bien55.

  • 56 R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, Ed. de Minuit, traduction de 1979.
  • 57 ibid, p. 43-70.
  • 58 J. Locke, Essai concernant l’entendement humain, Londres, 1689.

17Ce faisceau de faits converge donc pour montrer qu’il existe bien, avec de profondes inégalités liées à l’histoire de l’implantation des loges que nous avons tracée, une attitude maçonnique caractérisée par une facilité à investir les fonctions importantes et même à diriger la vie politique locale. L’idée de « la formation » par la maçonnerie, explicitement suggérée, est-elle pour autant valide ? Voire. S’il s’agit de dire que l’atelier maçonnique facilite l’apprentissage d’une certaine forme de citoyenneté en valorisant des pratiques qui anticipèrent des formes reprises par la sociabilité révolutionnaire, notamment la hiérarchisation des fonctions au sein de la cellule directrice, la thèse est fondée. Reinhart Kosellek56 a mis en valeur l’importance liée au simple fait d’être « libre en secret ». Continuant l’œuvre d’investissement politique de la conscience humaine par ce que l’auteur appelle le for intérieur57, la pratique maçonnique est un avatar naturel prolongeant la pensée de Locke58 dont l’apport essentiel a consisté à démontrer que les lois morales civiles naissent de ce for intérieur et échappent au contrôle de l’état absolutiste. La pratique maçonnique révèle bien un espace de liberté exceptionnel en raison du secret qui l’entoure et du respect des consciences individuelles qu’elle suppose. Si une majorité de frères, les « étoiles filantes », en profitent peu, le « noyau dur » a bien trouvé un cadre novateur d’expression, celui où va s’épanouir la pratique politique. Cadre anticipateur de pratiques qui s’épanouirent par le canal révolutionnaire, la sociabilité maçonnique a bien pu remplir une certaine fonction de pédagogie civique. Certains ont même pu tenter d’en tirer profit et, ici où là, essayer de modifier sa fonction originelle pour la placer au service d’objectifs politiques affirmés ou, à l’exemple des « Bons Amis » de Rouen, de l’expression des débats publics peu avant l’éclosion des formes nouvelles. Il y a cependant loin de ce constat important à la prédestination de la maçonnerie à saper en profondeur les fondements d’un régime.

2. Sur le jacobinisme et l’antijacobinisme

  • 59 A. Cochin, Les sociétés de pensée et la démocratie, Paris 1921. Thèse réactualisée dans : F. Furet, (...)

18A ce stade, concevoir la structure maçonnique comme objet d’apprentissage de pratiques politiques modernes pose la question de son intégration dans la « synarchie des sociétés de pensée »59 qui serait aux origines des pratiques politiques révolutionnaires qui trouvent leur achèvement en l’an II. L’étude plus spécifique du transfert de personnel de la loge vers les formes de sociabilité politique mises en place par le processus révolutionnaire, comités de 89 et sociétés populaires constituées autour de pratiques rénovées, devient nécessaire.

  • 60 Rappelons que le comité vernonnais a compris une vingtaine de membres parmi lesquels émerge un très (...)

19En Normandie, l’irruption des foules révolutionnaires en juillet 1789, les débuts de la Grande Peur ont provoqué l’inquiétude d’élites ayant mis en place des comités provisoires, comités de sûreté et comités nationaux, afin de contrôler le mouvement en cours en canalisant ou en essayant de freiner l’intervention populaire notamment par un encadrement serré auquel répond la création de milices nationales et locales garantes de l’ordre. Outre les comités de Rouen et de Vernon60, au sein desquels nous avons déjà évoqué une présence maçonnique non négligeable, nous connaissons avec une assez grande précision le personnel dirigeant de ces structures provisoires dans au moins huit autres villes maçonniques (Granville, Vire, Pont-Audemer, Bernay, Bayeux, Dieppe, Alençon et Caen). La présence des frères est, dans la continuité de celle des Etats Généraux, assez importante.

  • 61 BMG (fonds communal de Granville), série D : D1 (délibérations du conseil municipal à partir de 178 (...)
  • 62 P. Nicolle, Histoire de Vire pendant la Révolution (1789-1800), Vire, 1923. Les principaux maçons v (...)
  • 63 Musée Canel (fonds communal de Pont-Audemer, série D : délibérations du conseil municipal de juille (...)
  • 64 BMB (fonds communal de la ville de Bayeux), série D (registre du comité général national). Le comit (...)

20Les anciens frères sont particulièrement nombreux au sein des comités des petites villes maçonniques où l’on a compté souvent moins de trente frères avant 1789 : c’est le cas à Granville61, à Vire62, à Pont-Audemer63. Dans ces villes moyennes, où les maçons peuvent former jusqu’au tiers des effectifs des comités mis en place, les frères semblent cependant moins enclins à la participation quand les tensions sont, comme dans les comités de Bayeux et de Bernay64, exacerbées.

  • 65 ACD, série D : D1 10 (registre du comité permanent depuis septembre 1789 au mois de mars 1790). On (...)

21Si l’on tient compte de la différence d’échelle, la participation maçonnique dans les comités des grandes villes est assez comparable sauf à Dieppe où la domination nobiliaire sur l’ancienne loge explique la faiblesse de la participation65.

  • 66 ACA, série S : 2 S1 (registre des délibérations du conseil général national d’Alençon). On trouve, (...)
  • 67 Louis Thomas Deschênes est l’un des principaux prêteurs de la ville pour ses approvisionnements.
  • 68 C’est Marescot qui est en effet chargé de l’achat de blé au Havre en octobre 1789.
  • 69 François Lesage Duparc, député des négociants au bailliage, va en effet, après avoir joué un rôle a (...)

22A Alençon, huit maçons figurent parmi les 36 hommes prenant provisoirement en main les destinées de la cité en septembre 1789. Ces hommes sont bientôt rejoints par sept autres anciens frères des ateliers alençonnais66 et, parmi eux, quelques-uns sont promus aux plus hautes responsabilités. Thomas-Deschênes67 et Marescot de Briantes68, à l’image des maçons de Pont-Audemer ou des Le Couteulx à Rouen, se chargent de prendre en main le délicat problème des subsistances et d’autres pérennisent un rôle dirigeant déjà tenu lors des réunions préparatoires des Etats Généraux. Brizard et Leconte Laverrerie, députés au bailliage de la bourgeoisie alençonnaise, Lesage Duparc et l’inévitable Malassis69 sont de ceux-là.

  • 70 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 514. On trouve au sein de ce comité les maçons Ch (...)

23A Caen, la présence de plus de 20 maçons parmi les membres du Comité général national70 confirme la forte pénétration des milieux maçonniques dans ce type de structures. Si le premier président du comité, Chatry-Lafosse, ne figure pas sur les tableaux de loges, son entourage est composé de nombreux maçons puisque pas moins de 10 des 53 premiers membres du comité ont fréquenté les loges caennaises avant 1790. L’avocat Charles Costy en est le vice-président en août 1789 puis le notaire Pillet et le banquier Signard D’Ouffières au mois d’octobre alors que l’avocat Jean-Adrien Lasseret dirige le bureau de police provisoire mis en place par le comité pour garantir l’ordre. Signard et l’ancien échevin Saffray figurent, quant à eux, parmi les députés envoyés par le comité caennais pour entrer en liaison avec les autorités parisiennes.

24Incontestablement les faits plaident donc en faveur d’un rôle important tant au niveau du nombre d’individus investis dans ces structures que de l’importance des responsabilités prises. Mais on doit corréler ces faits avec le fonctionnement relatif à ces premiers comités où l’objectif majeur est de parer au plus pressé, d’éviter que le problème des subsistances ne devienne trop aigu. La participation des frères procède du réflexe de défense sociale et de prudence... servi par une habitude de pratiques d’encadrement inconnues de bon nombre de profanes, et non de la volonté collective et concertée de participation et d’encadrement du processus révolutionnaire. Quand un Pierre-Bernardin Couey rejoint la milice cherbourgeoise, c’est largement autant en raison de la peur qu’a suscité chez lui la mise à sac de sa demeure par le peuple de la ville déchaîné que par une volonté consciente de conduire la Révolution. La participation maçonnique s’apparente à une action de notables avertis grâce à l’habitude de la gestion des pratiques collectives communes à la maçonnerie et aux premiers comités, comme la cooptation des membres, mais elle s’efface dès qu’il s’agit de s’intégrer à un processus novateur comme le furent les sociétés populaires.

  • 71 D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale, thèse de Doctorat (NR) de l’Université d (...)
  • 72 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, p. 262-267.

25Car, l’enquête comparable menée sur les sociétés politiques, mises en place à partir de 1790-1791 mais trouvant leur plein épanouissement avec la démocratisation de l’automne 179271, apporte des résultats significatifs. Le transfert de la loge d’Ancien Régime vers ce type de sociétés politiques est pour le moins peu convaincant et ce que Maurice Agulhon avait relevé dans son étude sur la sociabilité provençale72 trouve en Normandie sa confirmation.

  • 73 La liste exhaustive des sociétaires rouennais passés par la maçonnerie a été fournie dans notre étu (...)
  • 74 A. Desjardins, « Le personnel de la société des Amis de la Constitution de Rouen (1791-an III) », m (...)
  • 75 Les maçons de Bernay, membres du club local, sont quatre frères de « la Parfaite Charité » (Jean-Ba (...)
  • 76 Il s’agit de Jean Marie et de Jacques Trichard.
  • 77 Il s’agit de Louis Bellan, François Devenois, Jacques Didelet, Joseph Ducru, Letellier, Louis Queva (...)
  • 78 Il s’agit de Chaland, Jacques Gadifert, Louis Gros, Leseigneur, Lhomme de Beaumer, François Royon, (...)

26A l’exception des initiés havrais, les maçons sont en bien petit nombre parmi les jacobins haut-normands ! Une soixantaine de maçons rouennais73 : cela fait piètre figure parmi les plus de 1 000 adhérents connus de la « Société des Amis de la Constitution »74 d’autant qu’il y avait concordance sociologique entre le personnel des loges fondées après 1784 et celui des sociétés patriotiques. Dans nombre d’orients moyens, la présence maçonnique tient de la trace. Six maçons à Bernay75, deux à Vernon76, huit à Eu77 et neuf Fécamp78 : la moisson est maigre.

  • 79 ADO, série L : L 5 095 et 5 096. La société populaire alençonnaise, héritière de la « Société des A (...)
  • 80 ACC, série I : 2 I 120 à 126. La société de Cherbourg fait figure de bastion républicain dans un en (...)

27En Basse-Normandie, les quelques recensements opérés à Alençon79 et à Cherbourg80 plaident aussi en faveur d’un faible investissement des frères et d’un très net décrochage à partir de 1793.

  • 81 Il s’agit de Jean-Zacharie Malassis, Guillaume Lenoir-Dufresne et Christophe Leroy. Le quatrième es (...)
  • 82 Au sein de la société cherbourgeoise, cinq maçons occupèrent la présidence : François Avoine, Gabri (...)
  • 83 A Granville, on trouve, parmi les fondateurs de la société, les frères Le Redde, Pierre Lerond, Pim (...)
  • 84 A Carentan, la société est fondée à l’initiative de deux anciens frères : Charles Caillemer et le c (...)
  • 85 C’est le cas du chirurgien Antoine Blanche, de Brémontier, de Guillaume Debonne, de Pierre Defonten (...)
  • 86 28 maçons initiés dans les loges « l’Aménité » et « la Fidélité » avant 1789, et 18 initiés entre 1 (...)

28Nombre de maçons avaient pourtant joué un rôle important dans la mise en place des premières sociétés politiques. A Alençon, trois des quatre fondateurs de la « Société des Amis Réunis » sont francs-maçons81. Il est va de même pour les deux initiateurs du comité virois (Gilles Mauduit et Michel Lemonnier) ou de la société patriotique à Cherbourg (Duprey et Rouhierre)82. Le même scénario se produit à Granville83 et Carentan84 et, à Pont-Audemer, l’ancien frère Legras de Bordecôte préside la société fondée en 1791. A Rouen, dix maçons furent présidents à la société populaire locale85. Néanmoins, la présence maçonnique s’avère possible dans ces clubs lorsque ceux-ci présentent un fonctionnement en conformité avec les principes de la cooptation, de la participation sélective et le rôle tenu par les anciens maçons dans la fondation de ces sociétés confirme plus qu’il ne contredit le schéma d’ensemble. Au moment où la séparation entre citoyens actifs et citoyens passifs joue encore, les maçons laissent s’épanouir leur inclination à diriger les affaires de la cité mais, lorsque les pratiques jacobines s’imposent, les frères s’effacent. Une belle exception cependant : le comportement de la maçonnerie havraise86. Elle a fourni une masse importante de membres de la société, un noyau actif au moment où la ville du Havre est aux mains des jacobins. Mais le phénomène ne revêt que l’apparence de la surprise, la subversion dont est l’objet la maçonnerie locale apportant les lueurs nécessaires. Installée en messidor an II, la loge des « Trois Haches » est alors le nouvel espace d’expression du jacobinisme havrais. Actifs alternativement dans la loge et le club local, les jacobins francs-maçons sont également les fers de lance du mouvement révolutionnaire, la maçonnerie ayant fourni membres des comités de surveillance, officiers de la garde nationale et surtout le petit groupe de militants très actifs en l’an II dont nous avons en partie évoqué l’action. Conduit par un membre du comité de surveillance, Jacques Alexandre, il comprend l’élite du personnel politique acquis aux positions robespierristes. On y voit figurer le chef de la première légion François Letellier, les frères Joseph Deval et Auguste Seyler qui, auprès d’Alexandre, participent à l’organisation du bataillon levé pour aller se battre contre les « Blancs ».

  • 87 En dehors des frères des « Trois Haches », un seul jacobin authentique fut initié au sein des loges (...)
  • 88 M. Taillefer, op.cit.
  • 89 On ne retrouve que 30 maçons parmi militants actifs de la société en l’an II (six frères de « l’Amé (...)
  • 90 E. Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple de la franc-maçonn (...)
  • 91 ibid.

29Mais cette sensibilité havraise ne doit pas masquer la réalité propre à l’ensemble de la région où, à l’exception de ce milieu original, voire des petits cercles bayeusains et virois, l’imbrication des milieux de la maçonnerie et des sociétés populaires est bien faible. D’ailleurs une réflexion approfondie sur l’exception havraise confirme le faible impact de la préexistence de la sociabilité maçonnique sur le terrain social des futures sociétés politiques révolutionnaires. Le jacobinisme des francs-maçons havrais est le fruit de l’engagement d’un noyau particulier de frères initiés aux « Trois Haches »87. En raison des conditions de sa naissance, cette loge n’a jamais été que la trace d’une subversion des activités maçonniques et de leur transformation sous l’effet d’un processus politique en cours irradiant l’ensemble des pratiques culturelles et sociales. La survie des loges havraises en pleine période révolutionnaire a au contraire favorisé la perméabilité des pratiques en cours dont la création des « Trois Haches » sous la Terreur n’est que la forme extrême. Se transformer ou périr : la maçonnerie havraise n’a fait qu’opter, comme le firent les maçons toulousains88, pour le premier choix, mais avec originalité. L’attitude d’ensemble des maçons présente cependant un conformisme global. Le noyau fréquentant la société populaire havraise en l’an II est somme toutes assez réduit89, alors que ceux qui la désertent avant juin 1793 ou la retrouvent après Thermidor sont fort nombreux90. Pris dans leur ensemble, et non à travers le prisme des figures de proue, les Havrais sont des maçons comme les autres, peu attirés par les pratiques épuratoires du jacobinisme dont ils furent souvent les victimes désignées et l’histoire de la déjacobinisation de la maçonnerie havraise en est la preuve explicite91.

  • 92 On trouve, à Domfront, auprès de l’ancien Conventionnel Charles Thomas, l’avocat Gilles Leclerc-Des (...)
  • 93 A Vire, « la Concorde » intègre les anciens jacobins qui s’illustrèrent notamment dans la lutte con (...)

30Globalement, on retiendra l’absence de grandes figures de maires jacobins issus de la maçonnerie normande. Pillon fut pratiquement le seul maire rouennais entre les frères Rondeaux, Defontenay (de 1791 à 1793) et Goube (en l’an III), à ne pas avoir pénétré la maçonnerie locale et, s’il faut mentionner la présence sur les tableaux des loges de Dieppe et de Pont-Audemer de deux maires ayant pleinement assumé la Terreur, Jean-David Le Maignen et Jean-Louis Leroy, on remarque que les deux hommes maçonnent après le 18 Brumaire. La loge devient, pour les ci-devant jacobins Le Maignen et Leroy, ce dernier devenu baron de Livet, comme pour l’ancien Conventionnel Thomas-La-Prise ou le sous-préfet Barbotte à Domfront, une « savonnette à jacobins ». Les loges de Domfront92 et de Vire93 remplirent très bien cette mission et cette constatation n’est pas le moindre des paradoxes apparents si l’on confronte la réalité des choses aux idées parfois véhiculées.

31Mais la découverte d’un engagement actif, dépassant la simple inclination lors des grandes batailles politiques où émergent la volonté de s’opposer aux pratiques politiques nouvelles justifiées par la mise en place de la force coactive et la reconnaissance du droit à l’insurrection, incite à aller plus loin dans l’analyse.

32On peut en effet dire que, par ses tendances à l’autonomie, la maçonnerie d’Ancien Régime façonne une culture décentralisatrice expliquant la répulsion très active des maçons au moment des journées des 31 mai et 2 juin 1793, instant crucial où il faut se déterminer face aux premières pratiques épuratoires qui toucha la Normandie de plein fouet, le paroxysme étant atteint avec le basculement du Calvados et de Caen dans la rébellion armée. On est frappé en effet par le fait que nombre de maçons ne se contentèrent pas d’être débordés par le cours nouveau de la vie politique mais qu’ils fournirent une quantité impressionnante de cadres antijacobins.

  • 94 ACH, série I : I2 208-210 (détenus) et ADSM (fonds de district, arrestations ordonnées par le comit (...)

33On remarque déjà que les anciens maçons des départements haut-normands, les moins engagés dans l’insurrection fédéraliste en raison de la fidélité affichée par la Seine-Inférieure, ne se contentèrent pas de faire preuve d’attentisme ou de remplir les prisons94 mais qu’ils menèrent activement le mouvement anti-montagnard. L’ancien maire destitué Jacques Rialle et l’administrateur du district Lacorne au Havre, l’ancien procureur-syndic du district Anquetin de Beaulieu et le député François Hardy à Rouen, le maire de Dieppe Brière furent tous des maçons actifs et présents sur les tableaux de loge au moment où éclate la Révolution et les figures de proue de l’antijacobinisme.

  • 95 ADE (fonds communal de la ville de Bernay), série D (délibérations du conseil municipal de Bernay), (...)
  • 96 Les cinq administrateurs du district qui brisent le lien avec la Convention sont Jean Déville, Fran (...)
  • 97 ADE (fonds de district de Pont-Audemer), série L : 140L 5. A l’issue de cette réunion, le procureur (...)
  • 98 C’est le cas des trois membres du conseil municipal (Pierre Bourard, Charles Baron et Laurent Bocqu (...)
  • 99 S. Bard, « Pont-Audemer pendant la Révolution française (1789-1795) », mémoire de maîtrise, Univers (...)

34Dans le département de l’Eure, objet d’une fracture entre deux pôles opposant le district de Pont-Audemer, favorable à l’insurrection, et celui de Bernay, on observe avec plus d’acuité l’importance du milieu maçonnique dans la mise en place de pratiques aux antipodes du jacobinisme. Les deux centres présentent l’intérêt de recouvrir les zones d’activité les plus importantes de la maçonnerie à la fin du XVIIIème siècle dans l’Eure. Or, l’analyse comparative sur le degré d’investissement des milieux maçonniques locaux dans la vie politique, caractérisé par une importance réelle à Pont-Audemer et un aspect négligeable à Bernay, est symptomatique des affinités et des points de rupture. A Bernay, la maçonnerie n’a jamais été, à partir de 1790, un vivier d’administrateurs locaux ou régionaux et en 1793, parmi les dirigeants de la société populaire et de la bourgeoisie locale qui organisent peu à peu le bastion du jacobinisme départemental, les francs-maçons sont inexistants95. Pendant ce temps, la bourgeoisie maçonnique de Pont-Audemer constitue le noyau militant principal du mouvement antijacobin96 mené par l’avocat Crochon. Organisateurs de la réunion extraordinaire du 10 juin 179397, lors de laquelle fut scellé le passage de l’Eure du côté des départements insurgés, ils deviennent les instigateurs du mouvement anti-montagnard et sont suivis par tous les anciens maçons figurant au sein des administrations locales98. Tous ces hommes deviennent donc les animateurs de tous les comités locaux mis en place et sont les partisans les plus actifs de l’insurrection. Ils essaient d’entrer en contact avec les forces insurgées du Calvados pour renforcer l’armée de Wimpffen. Epurés des administrations et terrés pour la plupart après leur échec, ils reparaissent, à l’image d’Alexandre Crochon, sous le Directoire99.

35Dans les départements bas-normands, l’imbrication entre antijacobinisme et milieux maçonniques apparaît au grand jour. A Granville et à Cherbourg, si Le Carpentier trouve peu de maçons parmi les membres de la société populaire cherbourgeoise, bastion bas-normand du républicanisme, et au sein de la municipalité granvillaise qui gère le siège de la ville à partir de novembre, les loges éteintes ont fourni nombre d’opposants à l’ancien notaire de Valognes devenu représentant en mission.

  • 100 BMC, ms 454 bis (résumé de l’histoire de Cherbourg pendant la Révolution Française).
  • 101 ACG, série D (délibérations du conseil municipal de Granville, pétition du 7 juin 1793). La pétitio (...)
  • 102 Comme Antoine Joselle ou Leclerc-Desparcs.

36A Cherbourg, Duprey et Rouhière de Fontenelle, les fondateurs des « Amis de la Constitution », deviennent les porte-parole de la mouvance anti-montagnarde après juin 1793. Ils sont, avec l’ancien maire Gabriel Noël que Le Carpentier destitue, les bêtes noires du représentant en mission100. Les anciens patriciens de la maçonnerie locale, les frères Couey Dulongprey, sont incarcérés en l’an II. A Granville, le milieu maçonnique regroupe également ceux qui se manifestent contre le coup de force de la Convention. Parmi les signataires de la pétition anti-montagnarde (7 juin 1793) déclarant refuser la terreur dont sont l’objet les députés, on ne trouve pas moins de 16 maçons dirigés par Fougeray et Lucas-Desaulnais. Champion local de la cause des insurgés, ce dernier est arrêté101. Au sein de la maçonnerie alençonnaise, même passage vers des positions résolument anti-montagnardes : loin d’être sous-représentés dans le premier club, « la Société des Amis Réunis », l’influence croissante du robespierriste Sourcy place les ex-maçons du côté de l’opposition active. Les rares maçons soutenant le processus révolutionnaire en l’an II sont essentiellement des « maçons post-révolutionnaires »102 et les frères ont déserté société populaire et vie politique après 1793.

  • 103 Les principaux meneurs du groupe sont des anciens frères de « Union et Fraternité » (l’orfèvre Boiz (...)
  • 104 Parmi les leaders du groupe indiqué ci-dessus, les cinq membres « d’Union et Fraternité » appartien (...)

37Mais c’est à Caen, passé au fédéralisme dès la journée du 30 mai et où est rapidement fondé un puissant comité insurrectionnel, bras politique du comité militaire dirigé par Wimpffen en relation étroite avec le comité central de Rennes, que le lien est le plus prégnant. Au sein de ce comité, nombre de maçons d’Ancien Régime montrent leur refus du « coup d’état » du 2 juin, approuve l’arrestation de Prieur de la Marne et de Romme avant d’être (modérément) punis par Robert Lindet en août 1793103. Prompts à investir le comité général de 1789 puis les fonctions municipales, ils ont parfois approuvé les premières mesures patriotiques en initiant la pétition de décembre 1791 contre la menace étrangère, voire en approuvant les décrets de la première Terreur. Mais, à partir d’avril 1793, suivant Gabriel Decussy, l’ennemi de Danton et de Marat, ces hommes sont hissés sur le haut du pavois par l’insurrection. Le Conventionnel et le maire Auvray de Coursanne ont été maçons et leur entourage est peuplé d’anciens frères. A Caen, il est même permis de se demander si la participation de la structure maçonnique au mouvement n’est pas une réalité. On sait que les loges caennaises, réunies en comité depuis 1788, entretiennent une activité importante au moins jusqu’en 1792104. Or, sur les derniers tableaux dont on dispose, on remarque la présence de ceux qui sont les plus impliqués dans le processus antijacobin. En 1792, la loge « Union et Fraternité » compte ainsi encore dans ses rangs le maire Auvray de Coursanne, l’orfèvre Boizerard et l’avocat Costy, les cadres du mouvement de rébellion déclenché un an après. Comme on sait, par ailleurs, que Claude Fauchet passe par « Thémis » en 1793, on peut légitimement s’interroger sur la potentialité de la maçonnerie caennaise à jouer le rôle de support aux activités antijacobines.

38Il reste donc peu de choses des relations entretenues entre les loges maçonniques et les sociétés jacobines, sinon une contradiction dans les pratiques. La réappropriation du cadre organisationnel et de la symbolique est d’ailleurs plus la traduction d’une idée de la maçonnerie élaborée par les profanes, perpétuation d’une construction opérée lors de la mise en place des premières sociétés patriotiques où, il est vrai, la maçonnerie était bien représentée, que la volonté consciente d’opérer une filiation.

  • 105 V. Louis-Joseph-Dogué, « Enquête biographique sur Pierre-Alexandre-Laurent Forfait (1752-1807) », m (...)
  • 106 Pièce rapportée dans : L. Chanoine-Davranches, La vie sociale pendant la première partie de la Révo (...)

39Les contemporains éclairés ne s’y sont pas trompés, et le seul texte faisant explicitement référence à la maçonnerie, est d’ailleurs peu tendre envers une forme de sociabilité ravalée au rang d’association archaïque. Le discours prononcé par l’ingénieur Alexandre Forfait105 à la société populaire de Rouen souffre de peu d’ambiguïtés : les sociétés maçonniques mêlent les principes de la vie politique à des rêveries mystiques. Constatant l’oubli dans lesquels sont tombées les loges qui n’avaient de moyens que dans l’erreur religieuse106, la perspective d’une filiation idéologique entre la loge et la société populaire au moment où de nouvelles pratiques s’imposent est balayée. Les propos de Forfait conduisent d’ailleurs à valoriser le rôle de la loge comme instrument de politisation opposé aux pratiques jacobines et son personnel est fortement touché par le pouvoir de séduction des thèses décentralisatrices de la Gironde. La réalisation d’une telle politique aurait d’ailleurs entériné, et sans doute renforcé, la puissance politique et économique de beaucoup de frères sur l’espace local ou départemental et, affiliés à une société de notables, nombre d’initiés, à la fin du XVIIIème siècle, souhaitaient voir s’achever la Révolution en espérant retrouver, après une période difficile, les formes traditionnelles de la domination sociale fondée sur la cooptation et la prise en charge de responsabilités par les élites.

3. Le geste philanthropique : le canal d’une transformation

  • 107 C. Duprat, op.cit.
  • 108 G. Proccacci, Gouverner la misère. La question sociale en France (1789-1848), p. 37-60.

40L’analyse du politique ne doit pas faire perdre de vue la finalité nécessaire de tout regard portant sur la sociabilité maçonnique durant la période révolutionnaire : l’étude des transformations culturelles liées à l’approche de la pauvreté. Car le beau geste philanthropique était quand même l’acte le plus concret et le plus banal au sein d’une loge à la fin de l’Ancien Régime. Généreusement encadrées par les clercs, les pratiques maçonniques n’étaient finalement pas très différentes des pratiques traditionnelles de la charité ordinaire à la fin du XVIIIème siècle et nous avons vu que les premiers jalons posés par les ateliers dans la perspective d’une politique d’assistance organisée émergeaient surtout sous les monarchies censitaires. Vu l’engagement de nombreux frères dans le processus révolutionnaire et les transformations induits par celui-ci dans l’approche culturelle et concrète de la pauvreté, il était légitime de tenter de cerner la place occupée par l’instant révolutionnaire dans cette mutation. Cette démarche peut d’ailleurs être légitimée par l’apport de l’œuvre de Catherine Duprat107 sur la philanthropie qui mit en valeur la rupture provoquée par la Révolution dans l’approche de la pauvreté et sa capacité à, pour reprendre le titre du beau livre de Giovanna Proccacci108, placer la question sociale comme objet de réflexion posant de manière novatrice, malgré l’héritage physiocratique reconnu, le problème de la gestion morale de la misère par l’Etat par la mise en place d’une véritable politique d’assistance fondée sur une organisation rationnelle et une systématisation des secours dans le but de transformer le pauvre mendiant en pauvre travailleur. Sujets puis citoyens consacrant la sanior pars de leur activité à la charité, on est alors en droit de se demander dans quelle proportion et de quelle manière nombre de maçons ont été les acteurs privilégiés de cette transformation majeure et, à plus long terme, dans quelle mesure l’esprit et les œuvres de la franc-maçonnerie en ont été modifiés.

L’exemple rouennais

  • 109 C’est le cas d’une vingtaine d’anciens maçons rouennais administrant les hôpitaux entre 1790 et 179 (...)
  • 110 Musée Canel, registre manuscrit des archives de l’administration de l’Hôtel-Dieu pour les années 17 (...)
  • 111 Une recension des membres des bureaux particuliers de charité et du bureau général existe pour Roue (...)

41La démarche conduisant à essayer de voir émerger la sensibilité des frères face à la question sociale, entre 1789 et 1799, pose de sérieux problèmes de méthode. Le principal est lié à la nature de la sociabilité maçonnique qui attire par vocation les notabilités. La participation des maçons à la gestion de certaines œuvres, hôpitaux généraux ou dépôts de mendicité, est chose banale et peu révélatrice pour des hommes qui sont souvent les magistrats de la cité. De gré ou de force, ils sont confrontés aux questions relatives à la régulation de la pauvreté et on ne peut donc dissocier, dans la participation à la gestion des hôpitaux109, la part de l’accomplissement du devoir par des notables de l’émergence d’une vraie sensibilité envers les formes nouvelles de l’assistance. La participation active à de telles institutions assurent la continuité avec les fonctions de marguilliers ou d’administrateurs de l’Hôtel-Dieu, courantes parmi les maçons sous l’Ancien Régime110. La sélection des lieux, au profit des structures novatrices, comme les bureaux de charité mais aussi les structures d’urgence moins réglementées et moins stables, comme les comités de subsistances, fut donc la règle adoptée découlant des faits évoqués. Autre problème : l’absence quasi-générale de recension précise concernant les personnels actifs dans ces structures novatrices, les bureaux de charité des sections rouennaises étant les seuls à faire objet d’un inventaire, en 1791 et en l’an V111. Cela limite les résultats émanant de la simple statistique et conduit à valoriser le geste individuel et l’investissement qualitatif des frères.

42Malgré ces écueils, l’enquête révèle des faits importants, notamment à Rouen où la question des subsistances recouvre toujours parallèlement la nécessité de faire baisser d’un cran les tensions sociales et le besoin naturel de soulager la pauvreté.

  • 112 BMR (fonds des Archives Communales de Rouen, série F : F3/1).

43Celle-ci s’est, comme un peu partout, posée dès l’été 1789, la municipalité prenant contact dès le 17 juillet avec Paris pour parer à l’urgence par l’entremise des anciens frères Defontenay et Debonne, délégués à cet effet vers la capitale. Passés les troubles de l’été, une politique municipale de prévention de la disette est poursuivie en vue de réduire l’intensité des crises et les tensions qui en découlent. L’administration municipale se charge alors de trouver des négociants susceptibles d’entretenir un système d’approvisionnement couvrant un marché suffisamment étendu pour satisfaire aux besoins urgents de la population locale. Au sein du premier comité de subsistances, les plus célèbres d’entre eux, les Le Couteulx, se chargent des achats nécessaires vers Amsterdam, Hambourg, l’Irlande et l’Italie112. La chose est normale en raison de l’attraction jouée par la maçonnerie sur le monde du capital marchand et des intérêts financiers. Agissant par contrat avec la municipalité, en échange de services rémunérés, l’apparition de ces anciens maçons aux commandes de la gestion des problèmes économiques ou sociaux dès 1789 est donc peu significative mais elle annonce un engagement continu témoignant de l’affirmation d’une conscience nouvelle, caractérisée par une réelle sensibilité au soulagement de la pauvreté, et d’une action importante quant aux moyens à mettre en œuvre contre l’indigence.

  • 113 ibid. Y3. Figurant à peu près au même rang sur la liste des 440 foyers de riches soumis à l’emprunt (...)

44Les figures majeures de la philanthropie rouennaise se recrutent en effet essentiellement parmi les anciens maçons. Trois des principaux d’entre eux viennent ainsi de quitter leur loge par la force des événements : il s’agit d’un quincaillier cossu, Jean Amiot-Guenet, et de deux négociants, Jean-Baptiste Payenneville et Jean-Dominique Lambert, et leurs carrières respectives montrent bien la profondeur de leur engagement quel que soit le moment de la période révolutionnaire. Tous les trois sont des hommes aisés113 et les principaux protagonistes de la bienfaisance rouennaise durant cette période.

  • 114 ADSM, série L : L 2359.

45C’est Jean Amiot-Guenet qui se distingue le premier, en associant action philanthropique et les charges civiles dont il est investi. Trésorier de l’Hôpital général et notable en 1790, avant d’être officier municipal en 1792, il rédige une lettre en brumaire an II, durant la détention dont il est l’objet114, qui en dit long sur la finalité de ses actes. La missive qu’il envoie aux représentants du district de Rouen a le mérite de mettre en valeur une conception novatrice de la philanthropie et le lien qu’il opère entre les pratiques auxquelles conduit celle-ci et l’attachement à l’idéal révolutionnaire. En tant qu’administrateur de l’Hôpital général en 1791, il souligne l’importance, dès cette date, de la Caisse Patriotique à laquelle il avance sur ses propres deniers (17 000 livres) pour le paiement des nourrices. Il agit sans regrets puisque, si l’on en croit ses propres dires, bien que conséquent, ce sacrifice ne me le parut pas et je le fis avec satisfaction. Amiot poursuit son action bienfaisante la même année par de multiples dons envers les « frères d’armes », par la fourniture d’un équipement nécessaire aux combats à ses commis et par des souscriptions généreuses pour les bureaux de charité. Son dévouement lui permet de prendre des responsabilités importantes dans la gestion des questions relatives au ravitaillement : il est délégué en 1792 pour aller à Vernon, Mantes puis Paris s’occuper de l’acheminement de subsistances. Mais le maximum de son action est atteint en 1793 par un don de 5 000 livres aux caisses (vides) des bureaux de charité car c’est bien cette structure qui suscite tout son intérêt. Il fait également des dons, plus modiques, à la société populaire. Par la multiplicité de ces gestes, Amiot apparaît comme l’un de ces hommes qui ne se contentent plus du don traditionnel : il devient un véritable praticien de la philanthropie associée à la prise de position politique.

  • 115 BMR (fonds des Archives Communales de la ville de Rouen), série Y, sous-série Y5.
  • 116 ADSM, série L : L 5690 à 5702 (registres de la société populaire).
    Il figure sur toutes les listes d (...)

46A peine son arrestation plonge-t-il notre homme dans l’inaction que deux figures importantes de la maçonnerie pré-révolutionnaire prennent le relais. Ce sont le mercier Payenneville et Lambert, les principaux et nouveaux cadres de la gestion du problème social en l’an II. Jean-Baptiste Payenneville a alors une expérience des institutions caritatives. Administrateur de l’Hôpital général et membre du bureau central de charité depuis 1790, la Terreur n’entame pas son militantisme, loin s’en faut. Sa vocation philanthropique s’inscrit en effet dans une phase où le fonctionnement de la force co-active et la situation économique désastreuse incitent à renforcer, et à rendre plus indispensables et plus décisives, les structures chargées de gérer les questions relatives au soulagement de l’indigence. Responsable du comité de subsistances en l’an II, Payenneville part alors pour la Hollande pour tenter de satisfaire au ravitaillement en blé de la ville de Rouen115. Revenu déçu de sa mission, il devient l’homme de confiance des autorités municipales jacobines et chargé d’aller à Paris plaider la cause des Rouennais. Auteur de rapports sur la situation alimentaire de la ville destinés au Comité de Salut Public, avec le soutien de son ami Brémontier, un autre franc-maçon, c’est « un militant du quotidien » peu avare en gestes personnels de solidarité116 et un défenseur acharné des bureaux de charité.

  • 117 Parmi les 162 membres des bureaux, on trouve 20 francs-maçons soit un pourcentage de 12 %. Il s’agi (...)

47L’ancien vénérable de la dissidence de « la Parfaite Egalité », Jean-Dominique Lambert, est peut-être la plus grande figure de la philanthropie révolutionnaire à Rouen tant son action s’inscrit dans la continuité de 1790 à 1799. Administrateur des hôpitaux rouennais, il se distingue à partir de 1793 par la multiplicité, la variété et la générosité de dons qui font de lui l’un des plus gros souscripteurs (40 000 livres) pour le paiement des subsistances en septembre 1793. Administrateur de l’Hôpital général en l’an II, il essaie d’infléchir, avec son ami et ancien maçon, le chirurgien Antoine Blanche, cette structure vers la nouvelle conception de l’indigence, ce qui lui vaut bien des inimitiés en l’an III quand il continue à plaider pour une nouvelle approche de la pauvreté. Si la simple statistique ne témoigne pas d’un « raz de marée » du milieu maçonnique sur les charges se consacrant aux questions relatives à la bienfaisance117, un véritable rapport de réciprocité émerge donc entre l’idéal des anciens frères et leur participation à une philanthropie révolutionnaire qui formalise les pratiques auxquelles les maçons adhèrent autour de principes nouveaux.

  • 118 BMR (fonds des Archives Communales de Rouen), série F : F3/7 et F3/9.
  • 119 C’est le cas notamment pour l’ancien maire Rondeaux de Montbray, qui figure parmi les plus généreux (...)
  • 120 C’est le cas en fructidor an II où les dons pour les orphelins rapportent la somme de 728 livres (B (...)
  • 121 ibid.
  • 122 ibid.

48On est en effet frappé du haut niveau de responsabilité exercé par les milieux maçonniques dans la gestion des problèmes sociaux et les trois exemples choisis ne correspondent pas à des figures exceptionnelles. D’une manière générale, le groupe directeur au sein des bureaux de charité est composé d’anciens maçons, notamment en l’an III, date à laquelle le problème de l’indigence est exacerbé. Cette présence est très forte au sein du comité de subsistances mis en place pour gérer la terrible crise de l’hiver118. On y trouve, outre l’inévitable Payenneville, tout un groupe important d’anciens frères jouant de leurs relations pour assurer le bon ravitaillement de la ville. Pierre Lézurier et surtout deux hommes, Jean-Louis Hilscher et Ferdinand Monnier, dirigent le comité, Hilscher étendant son action en faveur du Havre et Ferdinand Monnier profitant de ses relations anglaises pour trouver de nouveaux foyers d’approvisionnement. Sa mission ne s’arrête d’ailleurs pas avec l’atténuation de la crise frumentaire puisqu’on le retrouve l’année suivante, avec les Le Couteulx et Payenneville, parmi les Rouennais qui établissent le contact avec les autorités havraises toujours dans le but de soulager les problèmes posés aux populations locales. Directeur de l’administration de l’Hospice de l’Humanité en l’an V, il est l’un des responsables les plus actifs avec le maire, l’ex franc-maçon Goube, et quelques administrateurs également passés par la maçonnerie. Or, on relève que ce petit noyau comprend les cadres qui reconstruisent la maçonnerie locale sous le Consulat (Lambert, Hilscher) et y intègrent les acteurs principaux de cette philanthropie reposant sur des conceptions novatrices, comme le trésorier du comité, Auger, et surtout Jean-Ulric Guttinguer. La capacité de la reproduction des talents, fait caractérisant la pratique maçonnique, montre son efficacité au profit des gestes philanthropiques. Si le rôle des négociants émerge rapidement, les listes de donations généreuses en témoignent119, le phénomène touche toutes les composantes de la maçonnerie rouennaise. Chirurgiens, boutiquiers et artistes : tous sont victimes de la contagion philanthropique révolutionnaire. Un jour, c’est le directeur du théâtre de la Montagne, l’entrepreneur Cabousse, qui initie la pratique de faire suivre les représentations de dons importants en faveur des veuves et orphelins de la ville120, une autre fois, c’est l’orfèvre Pierre Clavier, alors officier municipal qui se porte volontaire pour devenir, en l’an II, le commissaire à la distribution des grains auprès de Payenneville121. Le milieu des chirurgiens, mené par les jacobins Antoine Blanche, Jacques Gamare et Jean-Antoine Dieu, est le plus réceptif à ces transformations dans les pratiques. En raison de leur participation active à la vie sociale en l’an II et d’une activité professionnelle particulièrement concernée par les questions sociales, ces hommes s’engagent profondément en investissant les administrations hospitalières et municipales. Gamare, militant actif de la société populaire dont il fut président, prend en charge les questions relatives à la bienfaisance en brumaire an II avec Antoine Blanche, ancien membre du bureau de charité de Sainte-Madeleine en 1791. Ils organisent la quête au sein de l’hôpital militaire en faveur de l’achat de cocardes122 et Blanche, promoteur de la vaccination dès la fin du XVIIIème siècle et père du futur médecin chef de l’Hospice général qui s’illustra notamment lors de l’épidémie de choléra de 1832, prend même l’initiative en l’an II de proposer la dissection des cadavres pour enrayer les risques d’épidémie. Il n’est donc pas niable que ces hommes, qui reconstituent les loges sous le Consulat ou transmettent leur foi dans les idéaux de la maçonnerie à leurs enfants (Blanche), aient pu assouvir une inclination naturelle dans la société en cours de transformation puis, sortis de la période révolutionnaire, qu’ils aient fait bénéficier la maçonnerie d’une riche expérience qui, en province, était à peine amorcée à la fin du XVIIIème siècle.

La généralisation d’une attitude

49L’intérêt d’une enquête de terrain portant sur une vaste province urbanisée réside toutefois dans la perception de l’uniformité de comportement des élites roturières au sein des grandes villes.

  • 123 En octobre 1791, les frères Lestorey de Boulongue, Stanislas Faure, Jean-Louis Oursel et Louis Papi (...)

50Au Havre, à Dieppe et à Caen, les frères ne se comportent pas différemment et constituent également le noyau moteur de la bienfaisance publique123.

  • 124 ADC (fond communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 486 (affaires économiques).
  • 125 On y voit notamment agir avec ardeur les maçons Le Harivel de Genneville, Daigremont, Bacon de Sain (...)
  • 126 Citons Hubert-Descotils, Charles Costy, Beuzelin ou Jacques Boizerard.
  • 127 Il a pour vice-président un autre maçon : Augustin Marescot.
  • 128 ACC, Délibérations du conseil municipal de la ville de Caen sous l’Ancien Régime.
  • 129 ADC (fonds communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 588, 599,604 à 609 inclus.
  • 130 ibid.
  • 131 Parmi les membres cités, c’est notamment le cas de nombre de maçons, souvent protestants (Samuel-Pa (...)

51Le fait est particulièrement manifeste à Caen où, en raison de sa moindre importance au sein des loges, émerge le rôle de la bourgeoisie maçonnique dans la résolution des questions relatives aux subsistances et dans la volonté de prendre en charge une politique d’assistance publique. Le comité des subsistances, qui est mis en place à Caen à partir de 1789124, a été peu à peu animé par deux maçons d’importance : Jean-André Signard d’Ouffières, l’un des pionniers de la maçonnerie bas-normande, et Pierre-Louis Samuel-Paysant. Ce sont ces deux hommes qui ont en charge le ravitaillement de la ville, Samuel-Paysant se distinguant par ailleurs par sa politique d’aide aux familles des volontaires. Techniciens de l’approvisionnement, ils agissent de concert sous l’impulsion de Renouf La Coudraye, juge de paix et futur secrétaire du bureau de charité de la ville et, derrière ces hommes figurent, au sein du comité fondé depuis 1789, de nombreux frères ayant fréquenté les loges de Caen125. Ces hommes sont encore majoritairement responsables de ces comités en 1792 avec bien d’autres frères126. Parmi eux, certains, comme à Rouen, s’érigent en spécialistes de l’assistance publique et, au sein du comité de bienfaisance constitué en 1793, on retrouve les mêmes hommes issus de la bourgeoisie maçonnique, de même que sous le Directoire. Costy préside le comité en 1796, aidé au secrétariat par Renouf La Coudraye. Sous le Consulat, c’est un franc-maçon en activité, le Vénérable de « Thémis », Jean-Louis Daigremont, qui remplace Costy127. Un noyau d’une dizaine de francs-maçons, en activité ou en sommeil depuis peu, a en charge les responsabilités principales de l’assistance publique à Caen, Auvray de Coursanne et Léger du Verbois en étant sans conteste les figures de proue. L’apothicaire Auvray est connu, spécialisé de longue date dans la bienfaisance et son action durant la période révolutionnaire s’inscrit dans la continuité de gestes amorcés dès la fin de l’Ancien régime. Marguillier, il fut initiateur d’une entreprise généreuse visant à venir en aide aux familles nombreuses128. Membre du comité de subsistances en 1789, il se distingue alors par son rôle actif au sein des structures hospitalières caennaises. Actif au sein de l’hospice civil, il y retrouve les frères Louvel de Janville, Léger du Verbois et Daigremont puis administre l’hôpital de l’Egalité129. Léger du Verbois est un praticien plus obscur en raison des fonctions municipales moins importantes qu’il a en charge mais sa trajectoire individuelle témoigne d’un attachement profond à la fonction qu’il occupe au sein des structures hospitalières. Son rôle actif apparaît surtout dans la gestion de la crise de l’an DI : elle lui permet d’entrer dans le comité constitué à cette occasion auprès du noyau de francs-maçons caennais écarté en l’an II en raison de la compromission d’un grand nombre d’entre eux dans l’entreprise fédéraliste. Il devient peu après un des membres les plus actifs de l’hospice civil à tel point qu’il va lui sacrifier toutes ses autres charges jusqu’en 1798, date à laquelle, pour reprendre les mots de l’intéressé, la faiblesse de son état ne lui permet plus d’assumer ses fonctions130. On voit donc, à Caen, se reproduire des phénomènes identiques aux mécanismes rouennais puisque les loges « Thémis » et « la Constante Amitié » se reconstituent à l’initiative de nombre de ses hommes initiés à la philanthropie révolutionnaire131.

  • 132 C’est le frère François Avoine qui organise le bureau en 1790 avec l’aide de deux autres frères : J (...)
  • 133 Nicolas Fraisnais et surtout les « jureurs » Christophe Romet et François Daguin prennent en charge (...)

52En fait, on retrouve ce processus dans toutes les villes d’importance, notamment à Cherbourg132 et à Alençon133.

  • 134 C’est le cas de Monestier, d’un professeur, Louis Delisle, d’un commis de négoce, Alexandre, d’un a (...)
  • 135 Il s’agit du noyau habituel (Jacques-François Alexandre, Louis Delisle, Joseph Deval, François Le T (...)

53Les anciens maçons opèrent un « retour aux sources » en se nourrissant de pratiques venues des travaux des loges qui leur inspirèrent, de toute évidence, une vocation à prendre en charge le problème de la pauvreté. La révolution, et les pratiques novatrices qui l’accompagnent dans le domaine de la philanthropie, leur permet d’assouvir pleinement cette vocation mais elle n’agit pas seulement comme le point terminal nécessaire pour une évolution d’ensemble. Elle provoque également des inflexions sur le comportement des loges et nombreux sont ceux qui, parmi des philanthropes, les rejoignent dans un contexte où le renouvellement d’ensemble des équipes maçonniques est pourtant remarquable. La relation a donc valeur de réciprocité et, si les anciens maçons ont pu satisfaire leur amour de l’humanité dans le cadre d’une société remettant en cause le rôle moteur du clergé, la maçonnerie s’est enrichie d’un nombre non négligeable de nouveaux initiés formés aux réalités et aux pratiques de cette assistance publique laïcisée, alors totalement nouvelle. La maçonnerie havraise en est l’exemple le plus spectaculaire en raison des engagements parallèles de nombreux frères au sein des loges et des sociétés politiques en l’an II. Ces hommes se sont distingués par la multiplicité de leurs dons venus s’ajouter à ceux des anciens représentants du négoce local et on retrouve sans surprise, parmi les principaux donataires souscrivant à l’équipement des armées au sein de la société populaire en l’an II, des jacobins fraîchement installés au sein de loge des « Trois Haches ». Ils remplacent134, parmi les donateurs, les représentants des anciennes élites locales. Témoignant de l’apport d’un sang neuf qui irrigue la maçonnerie locale de ses pratiques novatrices, ces hommes prennent rapidement en charge la question de l’indigence au Havre qui se fait cruellement sentir durant l’hiver 1794135.

  • 136 Pierre-Benjamin Lestorey de Boulongue, Jean-Louis Oursel et Louis Papillon ont administré l’hôpital (...)
  • 137 ACH, série H : H1 49 et 50.

54La mort de la maçonnerie jacobine au Havre ne met pas fin à cet apport car les frères qui regagnent les loges sous le Directoire et le Consulat ont tiré profit de la nouvelle culture philanthropique. Aux « Trois Haches », c’est le négociant Eichoff, qui a joué un rôle majeur dans le ravitaillement de la ville en l’an H, après avoir donné au nom de l’église luthérienne locale l’argenterie de la chapelle et 600 livres en argent. L’ancienne « Fidélité » est également réinvestie par des hommes ayant acquis une expérience non négligeable en matière de philanthropie sociale136. Si la pratique maçonnique facilite l’arrivée des anciens frères dans le monde de la philanthropie, la Révolution initie donc les maçons à une manière neuve de l’assumer. Le geste des maçons havrais en l’an II est particulièrement symbolique : alors que la loge révolutionnaire est en cours d’installation, les frères font un don collectif au nom des « Trois Haches » sous la forme de douze jetons maçonniques en argent pour venir en aide aux cavaliers jacobins137. Subverti par les pratiques révolutionnaires et l’engagement politique, le geste est devenu collectif et identitaire et non plus individuel.

55L’orage passé, la philanthropie maçonnique se trouve donc radicalement transformée. Il reste aux loges à se doter de structures durables, les seules à pouvoir la hisser en position de concurrente des œuvres cléricales qui parallèlement se reconstituent. Elle constitue bien cependant le premier canal de transformation lié à l’événement révolutionnaire.

Francs-maçons et fonctions politiques en Normandie (1789-1830). Les députés passés par la maçonnerie

Nom Prénom

Appartenance maçonnique

Fonction élective (représentation nationale).

Fonction élective (autre)

Tendance politique

ALBITTE Antoine Louis (1761-1812)

"Bons Amis" (1784-1787) (Rouen)

Député à la Législative puis Conventionnel

Activiste en prairial an III

Maire de Dieppe sous l’Empire

1789-1795 : montagnard (régicide)
1799 : brumairien

ANQUETIN DE BEAULIEU François-Noël

"Bons Amis" (1779-1787) (Rouen)

Membre des Anciens puis du Corps Législatif

Accusateur public en Seine-Inférieure, Procureur-syndic du district (1790-an II)

1789-1795 : Girondin.
1799 : Brumairien

AVOYNE DE CHANTEREYNE Victor (1762-1834)

"Fidèle Maçonne" (1799-1801) [Cherbourg) "Constante Amitié"(1803-1826)(Caen)

Membre du corps législatif (1813-1815) député (1817 1827)

Procureur de la Commune de Cherbourg, Procureur-syndic du département, administrateur du district (1790-1793). Premier Avocat général à Caen, Pdt de la cour d’Amiens puis Conseiller à la cour de Cassation

1789-1795 : modéré, anti-montagnard
1815 : rallié aux Bourbons, siège à droite.

BARBOTTE Guillaume (1764-1818)

"Parfaite Union" (1802-1803) Domfront)

Député à la Constituante

Premier Avocat Général et Procureur Général.

1789-1795 : républicain favorable aux montagnards
1799-1815 : brumairien et bonapartiste

BEUGNOT Jacques (1761-1835)

"Ardente Amitié" (1804) (Rouen)

Député à la législative Député (1816-1830)

Procureur-syndic de l’Aube (1790)
Préfet de Rouen et conseiller d’Etat (1800-1808)
Préfet de Lille (1813)
Directeur des postes et Ministre d’Etat (1815)

1789-1795 : républicain (proche des dantonistes)
1799-1815 : bonapartiste
1815-1830 : rallié aux Bourbons, libéral (proche de Decazes)

BRIERE LESMONT Daniel (1761-1835)

"Cœurs Unis"(1786-1788) (Dieppe)
"Ardente Amitié" (1808) (Rouen)

Membre de la chambre des Cent-Jours

Maire de Dieppe (1791-1793) Avocat général à Rouen (Empire)

1789-1795 : républicain (favorable aux girondins)
1799-1815 : brumairien et bonapartiste
1815-1830 : rallié aux Bourbons

BIGNON Louis (1771-1841)

"Union" (1829) (Elbeuf)

Membre de la chambre des Cent-Jours
Député (1817-1837)

Administrateur en Prusse et en Autriche (1808-1813)
Sous-secrétaire d’Etat (1815)
Pair de France (1837)

1799-1815 : bonapartiste
1815-1830 : député libéral

BOUCHER Louis-Claude (1778- ?)

"Etoile" (1804-1811) (l’Algie)

Député de 1810 â 1827

1815-1830 : rallié aux Bourbons.

BREMONTIER Georges

"Constante Amitié" (1804-1807) (Caen)

Député à la Législative (1791-92)
Membre de la chambre des Cent-Jours
Membre du Corps Législatif

Directeur des droits réunis (Calvados)

1789-1799 : modéré
1799-1815 : brumairien et bonapartiste

CAILLEMER Charles  (1797-1893)

"Cœurs Unis"(1788-89) (Carentan)

Membre des Anciens puis du Tribunat

Président du département de la Manche (1790-1793)

1789-1795 : modéré (favorable aux girondins)
1799-1815 : bonapartiste
1815-1830 : rallié aux Bourbons.

CHAMPION DE VILLENEUVE Aimé (1758-1844)

Député de la loge des "Emules d’Oreste et de Pylade " (1786) (Alençon)

Député â la Législative (1791-1792)

Ministre de l’Intérieur (1792)
Conseiller de préfecture (an IX)

1789-1795 : modéré (favorable aux girondins)
1799-1815 : bonapartiste

CHRETIEN DE FUMECHON Jacques

"Céleste Amitié" (1783) (Rouen)

Député (1824-1827)

1789-1815 : émigré, non rallié à Bonaparte
1815-1830 : député de droite (1824)

COLLET DESCOTILS Jean (1740-1827)

"Constante Amitié" (1780-1782)(Caen)

Membre des Cinq Cents

CROCHON Alexandre (1759-1842)

"Persévérance" (1780-1820) (Pont Audemer)

Membre des Anciens puis du Corps Législatif (1800-1813)
Membre de la Chambre des Cent Jours

Administrateur du district (1790-1793)

1789-1797 : républicain (compromis dans le fédéralisme)
1799-1815 : brumairien puis bonapartiste
1815-1830 : libéral.

D’HARCOURT DE BEUVRON Marie-François (1755-1835)

"Céleste Amitié"(1786-1787) (Rouen)

Député en 1815

1815-1830 : Député favorable aux Bourbons (vote la mort de Ney)

Nom Prénom

Appartenance maçonnique

Fonction élective (représentation nationale).

Fonction élective (autre)

Tendance politique

D’USSIEUX Louis (1744-1805)

Député de la "Parfaite Charité" (1782-1786) (Bernay)

Membre des Anciens

1789-1815 : modéré puis bonapartiste

DE COIGNY Marie-Henri (1737-1821)

Loge militaire Régiment du roi (Caen)

Constituant

1789-1790 : Député monarchiste.

DE CUSSY Gabriel

"Constante Amitié” (1780-1786)(Caen)

Constituant, Conventionnel

1789-1794 : député girondin exécuté

DE JONQUIERES Louis-Jacques

Député de "la Perséverance" (1775-1787)

Membre du Corps Législatif (1803-1808)

1789-1815 : bonapartiste

DEFONTENAY Alexandre

"Céleste Amitié" (1777-1780) ; (Rouen)

Député de la chambre des Cent-Jours

1789-1799 : modéré
1799-1815 : brumairien et bonapartiste

DEFONTENAY Pierre-Nicolas

"Céleste Amitié" (1777-1780) (Rouen)

Constituant
Membre du Sénat

Président de l’administration de la Seine-Inférieure (1790-1792), Maire de Rouen (1792-an II)
P

1789-1799 : modéré
1799-1815 : brumairien

DESMORTREUX Laurent-Thomas (1756-1831)

"Thémis" (1892-08) (Caen) et "Berceau" (1822) (Falaise)
"Bons Amis" (1813) (Pont-l’évêque)

Sénateur
Membre au corps
Législatif (1805-1815)

Substitut du Procureur dans le Calvados
Procureur général près de la Cour Criminelle (Empire)

1789-1799 : révolutionnaire, montagnard.
1799-1815 : brumairien et bonapartiste

DESSAUX Louis (1798-1881)

"Persévérance Couronnée" (1822-1830) (Rouen)

Député (1849 ; 1876-1881)

Premier Avocat Général et Procureur Général (1845)

Républicain (1848-1871)
Député (1871-1881)

DUBOSC Germain (1750-1807)

"Thémis" (1802-1803) (Caen)
Victoire" (1750-1780) (Vire)

Membre des Cinq Cents
Membre du Corps
Législatif

Président du tribunal civil du Calvados

1799-1815 : brumairien et bonapartiste

DUCASTEL J.Baptiste (1740- ?)

"Bons Amis" (1703-1787) (Rouen)

Député à la législative (1791-1794)

1789-1799 : modéré (proche de Thouret)

DUMEILLET Alexandre (1772-1833)

"Constante Eprouvée" (1813-1815) (Evreux)
"Union" (1829) (Elbeuf)

Député (1817-1820), (1817-1833)

Maire d’Evreux (1816)

1815-1830 : Député libéral, signataire de l’adresse des 221

DUPARC DE BARVILLE Constant (1759-1833)

"Union Militaire" (1787-1788) (Valognes)

Député (1815-1816), (1822-1827)

1815-1830 : Rallié aux Bourbons ("Ultra").

DUPONT DE L’EURE Jacques

"Constante Eprouvée"(1809-1810) (Evreux)
"Union" (1829-1830) (Elbeuf)

Membre du Corps
Législatif (1813-1815)
Député (1819-1830, 1830-1848)

Accusateur public (an VI)
Conseiller à la cour de Rouen (président-1812-, destitué (1818)

1813-1815 : libéral
1815-1830 : figure de proue de l’opposition libérale, signataire de l’adresse des 221"
1830-1848 : rallié à Louis-Philippe. dans l’opposition de gauche (1831-1848)
1848 : président de la République provisoire (février), soutient Cavaignac en juin

DUVAL D’EPRESMENIL J.-Jacques (1745-1794)

"Amis réunis" (Paris)

Constituant

1789-1794 : monarchiste, exécuté

ERNOUF Jean-Auguste

"St Christophe" (1781-1782) (Alençon)

Député de 1815 à 1818

1815-1818 : Député favorable aux Bourbons, proche des "Ultras"

FAUCHET Claude

"Thémis"(1793) (Caen)

Conventionnel

Fondateur du cercle social
Evêque constitutionnel du Calvados

1789-1794 : Républicain compromis avec les girondins

GOT Gaspard (1766-1838)

"Amitié"(1802-1808) (Bellême)

Député (1822-1824)

1815-1830 : député favorable aux Bourbons (modéré)

GRANDIN Victor-Michel-Pierre (1797-1849)

"Union" (1828-1830) (Elbeuf)
"Amis réunis" (1824-1828) (Pont-de-l’Arche)

Député (1839-1849)

1835-1848 : Député de l’opposition constitutionnelle

GRUYER Antoine (1774-1822)

"Constante Amitié" (1803-1807) (Caen)

Député de la chambre des Cent-Jours (1815)

1815 : bonapartiste (condamné é mort)

GUERNON DE RANVILLE Martial (1787- ?)

"Constante Amitié" (1816-1826) (Caen)

Député (1829-1830)

Avocat Général à la Cour de Lyon (1822-1829)

1815-1830 ; favorable aux Bourbons, signataire des ordonnances, amnistié (1836)

GUTTINGUER Jean-Ulric

"Ardente Amitié" (1811-1813) (Rouen)

Membre des Cinq Cents puis du tribunal

Administrateur au département (1795)

1799-1815 ; bonapartiste

HAMEL Luc-Barthélémy (1771-1818)

"Interprète Maçonne" (1805-1807) (Granville)

Membre du Corps Législatif (1813-1815)
Député (1817-1818)

1815-1830 : bonapartiste

HARDY François

"Bons Amis" (1783-1787) (Rouen)

Conventionnel
Membre des Cinq Cents

1789-1799 : républicain (proscrit avec les Girondins).

HELOT Alexandre (1751-7)

"Céleste Amitié" (1786) (Rouen)

Membre des Cinq Cents puis de la chambre des Cent-Jours

1799-1815 ; bonapartiste

Francs-maçons et fonctions politiques en Normandie : les maires de grandes villes (1790-1830)

Calvados

NOM

LOGE

VILLE

Jean François AUVRAY DE COURSANNE

Union et Fraternité-(1786-1792)

CAEN (1791-1792)

Jean Louis DAIGREMONT

"Thémis" (1001-1803)

CAEN (Directoire)

Pierre Auguste LE NOUVEL

"Concorde" (1808-1812)

VIRE (1808-1820)

Louis THILLAYE

"Amis Intimes" (1813)

LISIEUX (1816-1830)

Richard VALOIS ST LEONARD

"Berceau" (1805-1812)

FALAISE (1808-1015)

Eure

NOM

LOGE

VILLE

Jean René D’AUVRAY

"Persévérance" (1811-1816)

Pt AUDEMER (1801-1816)

Alexandre DU MEILLET

"Constance Eprouvée" (1814-1815)

EVREUX (1816-1830)

Jean Baptiste DUMONT

"Persévérance" (1811-181)

Pt AUDEMER (an IV)

François GERVAIS DURAND

Ibid (1808-1825)

Pt AUDEMER (1800-1801))

Jean Louis LEROY LIVET

Ibid (1808-1811)

Pt AUDEMER (Sept 93-prairial an III)

Pierre RIGAULT

"Saint Jean de Dieu" (1782-1784)

VERNON (1791-1792)

Pierre RIGAULT fils

Ibid (1784-1784)

VERNON (1792-1793)

Nicolas THUBEUF

Ibid (1780-1784)

VERNON (1801-1813)

Manche

NOM

LOGE

VILLE

Nicolas COLLART

"Fidèle Maçonne" (1806-1812)

CHERBOURG (1815-1830)

Jean Nicolas DUTOURP

"Unité"

VALOGNES (1801-1808)

Jean GIRARD LA PORTE

"Interprète Maçonne" (1787)

GRANVILLE (an IV)

Louis GUILLOT

"Accord Parfait" (1806)

St LO (Empire)

Pierre LE MENGNONNET père

"Interprète Maçonne"

GRANVILLE (1790-1791)

Pierre LE MENGNONNET fils

Ibid

GRANVILLE (1820-1830)

Gabriel NOEL

"Fidèle Maçonne" (1790-1804)

CHERBOURG (1791-1792)

Jean Louis PONTAS DUMERIL

"Union Militaire" (1787-1789)

VALOGNES

Orne

NOM

LOGE

VILLE

Jean François BALLOT

"Amitié" (1804-1809)

nommé en août 1830

Jean Thomas HOMMEY MARGAUTIER

"Fidélité" (1806-1828)

nommé en août 1830

Pierre LECOINTE LE VERRERIE

"St Christophe" (1778-1786)

ALENÇON (1791-1792)

Jacques MERCIER

"Fidélité" (1806-1823)

ALENÇON (1808-1815)

François MEURGIER

"Fidélité"

ALENÇON (an VI-an VII)

Louis PERRIER

"Parfaite Réunion" (1802-1803)

DOMFRONT (1815-1826)

Paul Arnaud ROSSIGNOL

"Etoile" (1804-1825)

L’AIGLE (nommé en août 1808)

Julien RUAULT

"Amitié" (1804-1809)

BELLEME (1800-1808)

Seine Inférieure

NOM

LOGE

VILLE

Daniel BRIERE DE LESMONT

"Cœurs Unis" (1786-1788)

DIEPPE (1792-1793)

Bernard CLERY

"Unité"

FECAMP (1790-1791)

Pierre-Nicolas DEFONTENAY

"Céleste Unité" (1780)

ROUEN (1791-1792/1793*-an II)

Prosper DESMADIERES

"Ardente Amitié" (1803-1810)

ROUEN (1808-1813)

Louis FEUX

"Parfaite Union" (1780-1784)

EU (1805-1813)

Jacques FLOUEST

"Cœurs Unis" (1707-1806)

DIEPPE (1808-1815)

GOUBE

"Céleste Amitié" (1784-1787)

ROUEN (an III-an IV)

Louis GROS

"Parfaite Union" (1788-1790)

EU (an III-AN VII)

Alexandre HELOT

"Céleste Amitié" (1786)

ROUEN (1813-1815)

Nicolas LACORNE

"Fidélité" (1789-1797)

LE HAVRE (An V - an VII)

Julien LELEU

"Union Cauchoise" (1820-1828)

DIEPPE (sept 1793-*-an III)

Jacques LEVACHER

"Union Cauchoise" (1820-1824)

CAUDEBEC (1808-1819)

Louis LEZURIER

"Ardente Amitié" (1810)

ROUEN (1800-1808)

Georges PETOU

"Union" (1819-1830)

ELBEUF (1815-1832)

Jacques RIALLE

"Cœurs Unis" (1807-1814)

DIEPPE (1820-1824)

Tranquille QUENOUILLE

"Fidélité" (1789-1795)

LE HAVRE (1791-1793)

Charles RONDEAUX DE MONTBRAY

"Ardente Amitié" (1779-1787)

ROUEN (1791-1792)

J Baptiste VIALLET DESGRANGES

"Cœurs Unis" (1783-1788)

DIEPPE (an IV-an V)

Franc-maçonnerie et fonctions politiques en Normandie : les maires de communes rurales (1800-1830)

Communes du Calvados

NOM

LOGE

VILLE

ACHARD DE ST MANVIEU

"Victoire" (VIRE)

St SEVER

ACHARD DU MESNIL AU GRAIN

"Constante Amitié" (CAEN)

MESNIL AU GRAIN

Charles BALLIERE

"Berceau" (FALAISE)

FONTAINE HALBOUT

François CHEMIN QUESNERIE

"Victoire" (VIRE)

NEUVILLLE

Philippe de BEAUMONT

"St Philippe" (LISIEUX)

MESNIL TOUFFRAY

Henri DE MARGUERIE

"Thémis" (CAEN)

HEROUVILLE

Henri DE MAGNEVILLE

"St Christophe" (BAYEUX)

Marc Antoine DE MORELL D’AUBIGNV

"Berceau" (FALAISE)

OUILLY-LE-TESSON

David DIEU DE BELLEFONTAINE

"Constante Amitié" (CAEN)

CLINCHAMPS

J.-François DU HAMEL

"Berceau" (FALAISE)

St PHILIBERT

Jacques DUPONT

Ibid (FALAISE)

St VIGOR

J.-Baptiste DUVAL VAUTIER

"Constante Amitié" (CAEN)

LUC-SUR-MER

Jacques GIMER

"Etroite Amitié" (HONFLEUR)

GONFREVILLE

Guilllaume GOUBARD

Ibid

St LEONARD

Gilles GOUDE DUMENIL

"St Charles" (BAYEUX)

HOUSSET DE CATTEVILLE

"Constante Amitié" (CAEN)

Samuel JOUVET DE COLOMBY

"Thémis" (CAEN)

COLOMBY

Louis Gabriel LAIR BEAUVAIS

Ibid (CAEN)

EVRECY

Pierre LEBOUCHER D’EMIEVILLE

"Constante Amitié" (CAEN)

EMIEVILLE

LEBOURGUIGNON DE LISLE

Ibid

VACOGNES

J.-Jacques LEBRETON

“Berceau" (FALAISE)

LE FRESNE

LECOCQ DE BEUVILLE

“Constante Amitié" (CAEN)

BEUVILLE

Louis LECOURTOIS MONTAMY

"Thémis" (CAEN)

BENY

LE HARIVEL DE FLAGY

"Thémis" (CAEN)

Ste HONORINE

Jacques LE HARIVEL DE MAIZET

"Constante Amitié" (CAEN)

MAIZET

Guillaume LE HARIVEL STE HONORINE

"Thémis" (CAEN)

COSSESSEVILLE

J.-François LELIEVRE ROCHEFORT

“Union et Fraternité" (CAEN)

RANVILLE

Robert LE SENS DE LION

"Thémis" (CAEN)

LION-SUR-MER

Exupère MERIEL

"Constante Amitié" (CAEN)

DOUVRES

Antoine PAYSANT DES VALLEES

"St Charles" (BAYEUX)

DUCY

Adrien ROGIER DE PREMESNIL

"Thémis" (CAEN)

Eure

NOM

LOGE

VILLE

CHAPELLE DE COURTEILLES

"Raoul" (PAVILLY)

Alexandre D’HERARD D’HELLEUVILLIERS

"Etoile" (L’AIGLE)

DAMVILLE

Quentin D’IRLANDE

"Réunion Intime" (BERNAY)

BROGLIE

Pierre DEFOULQUE

"Réunion Intime" (BERNAY)

Adjoint à ORBEC

Pierre FOUET

“Arts Réunis" (Pt-de*B96 - L’ARCHE

Adjoint aux DAMPS

J.-Baptiste FOUQUET

“Etoile" (L’AIGLE)

Adjoint à RUGLES

Jacques GAUDELET

“Arts Réunis" (Pt- de- L’ARCHE)

LERY

Charles HOURDET

“Réunion Intime" (BERNAY)

PLAINVILLE

Pierre LECOUSTURIER

"Constante Amitié" (EVREUX)

GRAIGNY

Adrien LEGRAS DE LONGAL

“Persévérance" (Pt AUDEMER)

Ste MARIE SUR RISLE

Jacques LE LEVAIN LA FALAISIERE

"Réunion Intime" (BERNAY)

St AUBIN LE VAL

Denis LEMARECHAL

"Etoile" (L’AIGLE)

RUGLES

Pierre Nicolas LHOPITAL

"Constante Eprouvée" (EVREUX)

NONANCOURT

J.-Baptiste MILLIARD

"Arts Réunis" (Pt- de- L’ARCHE)

ANFREVILLE

Joachim RAOUL DE LA BARRE

"Parfaite Amitié" (LES ANDELYS)

LES ANDELYS

Alexandre DE LA FOLLIE

"Arts Réunis" (Pt- de- L’ARCHE)

Joseph VORNIER

"Arts Réunis" (Pt- de- L’ARCHE)

St PAUL

Orne

NOM

LOGE

VILLE

J.-Baptiste ARMEY

"Etoile" (L’AIGLE)

LIVET

Charles BELLIER VILLERS

"Fidélité" (ALENÇON)

ESSAI

Jacques D’HALLOT DE CHAVANNE

"St Christophe" (ALENÇON)

CONOESUR SARTHE

Jacques DE MOUCHERON

"Mt Liban" (MORTAGNE)

BEAULIEU

Seine Inférieure

NOM

LOGE

VILLE

Pascal ADELINE

"Parfaite Egalité" (ROUEN)

MALAUNAY

AMIOT-GUENET

"Ardente Amitié" (ROUEN)

BLESSEVILLE

Nicolas BAPAUME

"Parfaite Egalité" (ROUEN)

Adjoint à YVETOT

Guillaume BAUDRY DE BELLENGREVILLE

"Cœurs Unis" (OIEPPE)

BELLENGREVILLE

George BERGER

"Persévérance Couronnée" (ROUEN)

PETIT-COURONNE

COSTE DE TRIQUERVILLE

"Céleste Amitié" (ROUEN)

TRIQUEVILLE

Jacques d’ANJOU

"Cœurs Unis" (DIEPPE)

GREGNES

Antoine DESAÜLTY

"Triple Unité" (FECAMP)

JUMIEGES

Ezéchiel DESMAREST

"Ardente Amitié" (ROUEN)

CANTELEU

Gabriel DORNAY

"Parfaite Union" (ROUEN)

BOSCHERVILLE

Pierre DYMBLEVAL

FRESNEY

J.Jacques GRENET

“Arts Réunis" (ROUEN)

IPPREVILLE

Esprit-Marie LEROUX D’ESNEVAL

"Raoul" (PAVILLY)

PAVILLY

Simon BOURGEOIS

“Cœurs Unis" (DIEPPE)

LE THIL

François LETELLIER DE BRETONNE

BOIS-GUILLAUME

SCELLE DE BOSCHERVILLE

"Parfaite Union" (ROUEN)

BOIS-GUILLAUME

Athanase TAILLET

"Parfaite Union" (ROUEN)

BOOS

Francs-maçons et fonctions politiques. L’encadrement sectionnaire et les élections aux municipalités (1790-1799)

1- Alençon

Nom

Loge

Fonction

1730- été 93

Terreur

Directoire

Chartes BIENVENU

St Christophe

Scrutateur

J.-Baptiste BOULMER

Cœur zélés

Président

Jacques BUSSON DE TORME

St Christophe

Secrétaire

François DUPARC LESAGE

Ibid

Ibid

Jean ERNOUF MANUEL

Ibid

Ibid

Antoine JOSELLE

Fidélité

Ibid

François LA CHAPELLE

St Christophe

Président

Jacques LANGLOIS LAFONTAINE

Ibid

Secrétaire

Pierre LECONTE LAVERRERIE

Ibid

Président

Jean Zacharie MALASSIS

Ibid

Secrétaire

Charles MANOURY LACROIX

Ibid

Ibid

Jean Marie POUPARD MALITOURNE

Ibid

Scrutateur

Joseph QUILHET

Ibid

Président

Chartes ROUILLON

Ibid

Scrutateur

2- Bayeux

Nom

Loge

Fonction

1730- été 193

Terreur

Directoire

ALADANE

Constance

Scrutateur

J. Jacques DELALONOE Ste Croix

Ibid

Président

Jean Antoine DELARUE

Coeurs Unis

Secrétaire

Jean Baptiste HEUE DE RORCY

St Charles

Président

Jacques LECIEUX

Ibid

Commissaire

François LECOUSTEY

Ibid

Secrétaire

Nicolas LE MOUSSU

Ibid

Scrutateur

MOISSON DEVAUX

Constance

Président

Antoine PAYSANT

Cœurs Unis

Secrétaire

Nicolas TAVIGNY DUCLOS

Ibid

Secrétaire

Claude VAULTIER

St Charles

Scrutateur

Philippe VIMARD

Ibid

Secrétaire

3- Caen

Nom

Logo

Fonction

1730- été 193

Terreur

Pierre AMIEL

4 loges de Caen

Scrutateur

BACON DE St MANVIEU

Constante Amitié

Président

Pierre BEAUGENDRE

Union et Fraternité

Scrutateur

J. Baptiste BEUZELIN

Thémis

Président

Jacques BOIZERARD

Ibid

Scrutateur

BONNET DE MONDEVILLE

Union et Fraternité

Scrutateur

Jacques COLLE VILLE

Ibid

Scrutateur

Charles COSTY

Thémis

Secrétaire

CRESTEY

Constante Amitié

Scrutateur

J. Denis DAIGREMONT

Thémis

Président

Gabriel DE CUSSY

Constante Amitié

Secrétaire

GOHIER JUMILLY

Vrais Union

Président

Pierre HUBERT

Constante Amitié

Secrétaire

J. Adrien LASSERET

Thémis

Président

Pierre LE CANU

Ardente maçonne

Président

LE TELLIER DE VAUV1LLE

Constante Amitié

Président

Louis POISSON

Union et Fraternité

Scrutateur

Roland RENOUE LA COUORAYE

Thémis

Président

REVEL DE LA BROU Al SE

Raoul

Commissaire

Charles St JORE

Thémis

Scrutateur

Philippe ST MARTIN

C. Fabert

Commissaire

J. L SAMUEL PAYSANT

Thémis

Scrutateur

J. André SIGNARD DOUFFIERES

Ibid

Scrutateur

René Boniface THIERRY

Ibid

Scrutateur

4- Dieppe

Nom

Fonction

1730- été 93

Directoire

Daniel BRIERE

Secrétaire

Louis BOUVET

Président

Jacques François CARTIER

Secrétaire

Frédéric DURY

Scrutateur

Jacques DESLANDES

Scrutateur

David GOOEBOUT

Scrutateur

Charles HAMEL

Commissaire

Frédéric LEBARON

Secrétaire

Pierre MICHAU

Secrétaire

Lucis NIEL

Président

J Baptiste V1ALLET DESGRANGE

Président

5- Le Havre

Nom

Loge

Fonction

1730- été 33

Terreur

Directoire

Pierre Alexandre ACHER

Aménité

Scrutateur

Jacques ALEXANDRE

Trois Haches

Président

J. Baptiste ALLEGRE

Fidélité

Scrutateur

Daniel ANCEL

Aménité

Président

François BOURSY

Ibid

Ibid

Louis BURGAIN

Ibid

Secrétaire

Pierre BURGAIN

Ibid

Scrutateur

DANGIRARD

Fidélité

Secrétaire

Louis DELISLE

Trois Haches

Scrutateur

Robert DOULLE

Ibid

Secrétaire

Guillaume DUBOC LESSART

Aménité

Président

Michel DUCHEMIN

Vrais amis

Ibid

Gustave EICHOFF

Ibid

Président

Stanislas FAURE

Aménité

Ibid

J. Simon FIRON

Ibid

Secrétaire

Jacques FOUBERT

Ibid

Ibid

Etienne GENTAIES

Ibid

Scrutateur

Raimond GLAREL

Trois Hoches

Commissaire

Charles GOHON

Ibid

Scrutateur

Pierre GUERARD

Fidélité

Ibid

J. Baptiste HUE

Trois Haches

vice président

Médéric LACORNE

Aménité

Secrétaire

Nicolas LACORNE

Ibid

Scrutateur

Jacques LA HOUSSAYE

Ibid

Ibid

Francis LAHURE

Fidélité

Secrétaire

e

Pierre LEBOURGEOIS

Ibid

Secrétaire

Francis LEGUEROUT LA PLACE

Aménité

Secrétaire

e

Benjamin LEMONNIER

Trois Haches

Président

P. Benjamin LESTOREY DE BOULOG

Fidélité

Ibid

J. Denis LESUEUR

Ibid

Scrutateur

Francis LETELLIER

Trois Haches

Président

Charles LIHALTT

Ibid

Secrétaire

J. Baptiste MONDEY

Aménité

Ibid

J Louis OURSEL

Fidélité

Scrutateur

Louis PAPILLON

Ibid

Ibid

Louis PINEL

Ibid

Ibid

Pierre PLANCHON

Ibid

Commissaire

Henri POTIER GLAT1GNY

Ibid

Scrutateur

Charles POULLET

Aménité

Ibid

Jacques RIALLE

Aménité

Secrétaire

Christophe ROHNER

Ibid

Président

Guillaume ROUSSET

Aménité

Scrutateur

Auguste SEYLER

Trois Haches

Président

Jacques TOUAS

Ibid

Secrétaire

Jean Michel VARNIER

Aménité

Scrutateur

François VERON

Fidélité

Ibid

6- Rouen

Nom

Loge

Fonction

1730- été 93

Terreur

Directoire

Nicolas ADELINE

Parfaite Egalité

Secrétaire

Pascal ADELINE

Ibid

Président

Jean AMIOT GUENET

Ardente Amitié

Scrutateur

Jean Charles ASSELIN

Céleste Amitié

Ibid

BEDOUELLE

Parfaite Union

Ibid

Charles BERAT

Ardente Amitié

Commissaire

Nicolas BIGNON

Parfaite Egalité

Secrétaire

Antoine BLANCHE

Parfaite Union

Ibid

François BOURGEOIS

Ibid

Commissaire

Nicolas BOURNISIEN

Céleste Amitié

Président

Pierre CLAVIER

Parfaite Egalité

vice président

J Baptiste CURMER

Céleste Amitié

Président

Jacques DEBONNE

Ibid

Ibid

Guillaume DEBONNE

Ibid

Scrutateur

Vincent DELARUE

Paix Ecossaise

vice président

Ezéchiel DESMAREST

Ardente Amitié

Ibid

Philippe EUOELINNE

Ibid

Scrutateur

Jacques FORMAGE

Bons Amis

Président

Pierre GAMARE

Paix Ecossaise

vice président

Pierre GOOEBIN

Ibid

Président

J. Ulrich GUTT1NGUER

Ardente Amitié

Ibid

Claude HARDOUIN

Céleste Amitié

Scrutateur

HELIS

Paix Ecossaise

Secrétaire

HERON DAGIRONE

Ardente Amitié

Scrutateur

J Baptiste HURARD

Céleste Amitié

Secrétaire

Alexandre LAMBERT

Ibid

Scrutateur

François LANEL

Ibid

Président

Victor LEFEBVRE

Ibid

Scrutateur

François MESLIN

Ardente Amitié

Ibid

Ferdinand MONNIER

Bons Amis

Commissaire

J. Pierre PAIN

Ardente Amitié

Ibid

J. Baptiste PAYENNEVILLE

Céleste Amitié

Secrétaire

Eléonor RASASSE

Parfaite Union

Scrutateur

Gabriel RUPALLEY

Chevaliers réunis

Président

SCANEGATTY

Parfaite Union

Scrutateur

TAMELIER

Parfaite Egalité

Président

Armand THERARD

Ardente Amitié

Secrétaire

Nicolas THIEULLEN

Bons Amis

Scrutateur

Louis François VARENGUE

Ardente Amitié

Président

Nicolas VIMARD

Ibid

Scrutateur

Annexes

Nom Prénom

Appartenance maçonnique

Fonction élective (représentation nationale).

Fonction élective (autre)

Tendance politique

HEBERT Pierre (1762-1829)

"Constante Amitié" (1803-1826) (Caen)

Membre de la chambre des Cent-Jours

Conseiller à la Cour Impériale

1815-1830 : bonapartiste rallié aux Bourbons

ISABEL DESPARCS François (1778-7)

"Bons Amis (1811-1873) (Pont-L’Evêque)

Député de la Chambre des Cent-Jours

Président du tribunal civil de Pont-L’Evêque

1815 : bonapartiste non rallié

LAMBERT DE FONDEVILLE

Thomas César

"Raoul" (1788-1789) (Pavilly)

Député à la Constituante

1790 : monarchiste et émigré

LAMY Michel Louis (1728- ?)

"Union et Fraternité" (1785-1792) (Caen)

Député à la Constituante

1789-1795 : modéré

LATOUR-MAUBOURG Marie-Charles (1756-1831)

"Fidèle Maçonne" (1808-1813) (Cherbourg)

député à la Constituante
Membre du corp6 législatif (1801)
Sénateur
Pair de France

1789-1795 : modéré ("Fayettiste")
1799-1815 : brumairien
1815-1830 : rallié (en 1819)

LATOUR-CHATEL Antoine (1750-1840)

"Fidélité" (1810-1821) (Alençon)

Député à la Constituante

LE GOUPIL DE PREFEL

Louis-Fr-Alexandre (1752-1831)

"Thémis" (1811) (Caen)

Membre des Anciens Membre du Corps Législatif

1795-1815 : bonapartiste

LE FOLLET Hervé (1758-1827)

"Unité" (1799) (Valognes)

Membre des Cinq Cents

Président du tribunal criminel de St Lô
Président de la Cour
Impériale de Caen

1795-1815 : brumairien
1815 : rallié

LEGENDRE François César (1743-1815)

"Ardente Amitié" (1808-1810) (Rouen)

Membre des Cinq Cents

1799-1815 : brumairien et bonapartiste

LEMARECHAL Denis (1755-1851)

"Etoile" (1804-1811) (l’Aigle)

Député â la Constituante Conventionnel Député (1815-1816)

Maire de Rugles
Conseiller Général de l’Eure

1789-1795 : républicain (démissionne en septembre 1793)
1815 : rallié

LEMENUET Pierre (1771- ?)

"Thémis"(1803) (Caen)

Membre de la chambre des Cent-Jours

Procureur Impérial à Caen

1815 : bonapartiste

LENORMAND Pierre-Jean (1765- ?)

"Concorde" (1808-1811) (Vire)

Membre des Cinq Cents Elu au Corps Législatif

Président du district (1792) et du département, réinstallé en 1795

1799-1795 : Républicain (girondin et "fédéraliste")
1799-1815 : brumairien et bonapartiste

LENOUVEL Pierre (1700- ?) date Imprécise

"Concorde" (1808-1812) (Vire) "Accord Partait" (1812) (St Lô)

Député de la chambre des Cent-Jours
Député (1631-1834)

Maire de Vire (1806-1815)

1799-1815 : bonapartiste 1815-1830 : libéral
1830-1834 : Député de gauche

MERCIER Jacques

"Fidélité" (1806-1823) (Alençon)

Député à la chambre des Cent-Jours (1815)
Député (1827-1830)

Maire d’Alençon (an IX-1808)

1815-1830 : Député libéral (opposé à Polignac)
1830-1848 : gauche orléaniste rallié au Second Empire

PETOU Georges

"Union" (1829-1830) (Elbeuf)

Député de 1824 à 1837

Maire d’Elbeuf (1823)

Libéral

RABASSE Eléonor(1745- ?)

"Parfaite Union" (1779) (Rouen)

Membre des Cinq Cents, Elu au corps législatif Sénateur

Administrateur du département (1790)

Brumairien et bonapartiste

RANDOING Camille(1800-1857)

"Union" (1824-1825) (Elbeuf)

Représentant du peuple (1848)

Libéral

SIVARD DE BEAULIEU Pierre

"Fidèle Maçonne" (1818-1827)

Membre des Cinq Cents Député (1818)

1789-1795 ; modéré (girondin)
1799-1815 : rallié au bonapartisme

SUCHET Gabriel (1773-1835)

"Ardente Amitié"(1811) (Rouen)

Député â la Chambre des Cent-Jours (1815)

Administrateur des tabacs (1811-1815)

Bonapartiste

THIEULLEN Jean-Baptiste Nicolas

"Bons Amis" (1783-1787) (Rouen)

Membre des Cinq Cents

1789-1799 : modéré (directorien)

VAUGEOIS J.-François (1753-1839)

"Etoile" (1825) (l’Aigle)

Conventionnel

Vicaire général dans le Loir et Cher
Président du tribunal criminel de Namur (1811)

1789-1796 : modéré (girondin)
1799-1815 : bonapartiste

VIMARD Nicolas (1744-1829)

“Ardente Amitié" (1811-1813) (Rouen)

Membre des Anciens Sénateur
Pair de France

1789-1799 : modéré (girondin)
1799-1815 : bonapartiste

Francs-maçons et fonctions politiques en Normandie : le haut personnel de préfecture

1) Calvados

NOM

LOGE

FONCTION

COLLET DESCOTILS

"Constante Amitié" (Caen)

Préfet

Pierre COSTIL

"Thémis"

Conseiller

Philippe LANCE

Ibid

Ibid

Jean LAIR SIMON

Ibid

Conseiller

Charles PASTEY

"St Charles" (Bayeux)

Secrétaire

Francis REGNAULT

"Thémis" (Caen)

Conseiller

ADC, série M : M 2-23.

2) Eure

NOM

LOGE

FONCTION

Pierre Augustin DELAHAYE

"Réunion Intime" (Bernay)

Sous-préfet

François-Gervais DURAND

"Persévérance" (Pt Audemer)

Sous-préfet

François LUYTEN

Ibid

Secrétaire

Jacques MILOT DE LA CRAYE

“Constance Eprouvée"

Conseiller

ADE, série M : M2-36.

3) Orne

NOM

LOGE

FONCTION

Guillaume BARBOTTE

"Parfaite Reunion" (Domfront)

Sous-préfet

François BAUDET DU BOURG

"Fidélité" (Alençon)

Sous-préfet

Louis DUBOIS

Ibid

Secrétaire

Nicolas FRAISNAIS DU PRE

Ibid

Conseiller

Victor LA MAGDELEINE

Ibid

Préfet

Michel RENAULT

Ibid

Secrétaire

ADO, série M : M178-184

4) Seine Inférieure

NOM

LOGE

FONCTION

Jacques BEUGNOT

"Ardente Amitié* (Rouen)

Préfet

Jacques François CARTIER

"Cœurs Unis" (Dieppe)

Sous-préfet

Stanislas FAURÉ

"Amitié" (Le Havre)

Sous-préfet

Jacques HERON D’AGIRONNE

"Ardente Amitié" (Rouen)

Conseiller

ADSM, série M : 2 M26-30

Francs-maçons et fonctions politiques en Normandie : département et districts

Eure.

Eure.

ADE, série M : 2 M 72-75
série L : 11 L 4-8

Manche.

Manche.

AC Ch. Série K, sous-série 1K : 1 K1-13.

Orne.

Orne.

ADO, série M : M 214-236
série L : L 1406-1419

ADSM, série M, sous-série 3M : 3 M 1-39
série L : L 202-214.

AC A : série K, sous-série 8 K : 8 K1-7.

ACB, série K : N.C.

ADC (ACC) : 615 EDT 552-A42565

ACD, série K : K 172-176

ACH : série K, sous-série K1 : K1-16.

ACR. série K, sous-série K1 : K1-12.

Notes

1 Les frères ne représentent jamais plus de 8 % sur les listes et ce chiffre moyen ne concerne que les collèges des arrondissements où la maçonnerie est représentée par au moins une loge, des arrondissements étant dépourvus de toute présence maçonnique au niveau des collèges électoraux (Argentan, Verneuil-sur-Avre…). Pour indiquer le poids dérisoire de la maçonnerie au niveau du collège départemental, nous rappelons la présence de seulement 22 francs-maçons (1 %) parmi les 2 000 électeurs ornais sous le Directoire.

2 Seules quelques sections caennaises en 1790 et surtout la recension exhaustive au Havre en l’an IV (ACH, série K : K19) permettent une approche très partielle qui offre au demeurant des résultats peu surprenants.

3 Seuls ces trois orients majeurs nous offrent la possibilité de jeter un regard sur un groupe d’individus suffisamment dense au sein des assemblées des communautés de métiers, lieu de référence de l’expression de l’intensité brute de la participation maçonnique.

4 Nous avons à cette fin fait l’inventaire du nombre des individus ayant, dans chaque section, recueilli des suffrages, puis compter le nombre des maçons figurant dans cet ensemble.

5 E. Le Parquier, Les cahiers de doléances du bailliage du Havre, Epinal, 1929.
Quantitativement, le potentiel concerné est inférieur à la moitié (761 pour 1673 comparants).

6 F. Mourlot, Le cahier d’observations et doléances du tiers-état de la ville de Caen en 1789, Paris, 1912. Le monde des corporations est quasi-marginal dans les loges alors qu’il regroupe 1426 des 1578 comparants.

7 D’après l’étude menée E. Le Parquier, op.cit., les deux officiers francs-maçons de l’amirauté, Charles Bunel et Jean-Baptiste Lesueur, les deux apothicaires, Jacques Bourdignon et François Véron, et les deux chirurgiens, Pierre Planchon et Henri Potier-Glatigny, comparaissent.
Parmi les comparants, on doit signaler la présence de nombreux isolés qui contribuent à donner une impression de mitage à la présence des maçons (Jacques Bréhant pour les interprètes, Jean-Baptiste Denouette pour les procureurs et Charles Bunel pour le grenier à sel). La communauté des négociants, qui fournit le plus fort contingent de francs-maçons (24 des 75 négociants passés par la maçonnerie sont présents aux assemblées), suivie de celle des capitaines de vaisseaux (12), offre les possibilités d’analyse les plus probantes et les résultats montrent la propension des maçons à s’intégrer à la vie politique.

8 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 5 et 6.

9 Félix Mourlot, dans son analyse des cahiers caennais (F. Mourlot, op.cit), signale la présence de 32 des 52 juges-consuls. Parmi les présents, on trouve la totalité du milieu maçonnique c’est-à-dire les frères Jean-Jacques Duperrey, Etienne Saffray, Jean-François Auvray de Coursanne (« Union et Fraternité »), Philippe de Saint-Martin (« la Constante Fabert ») et Crestey (« la Constante Amitié »).
Parmi les 48 négociants réunis figurent Jean-André Signard, de Saint-Vincent père, Léger du Verbois, Charles Saint-Jore, François Gast, Guilbert et bien sûr les Lamy.

10 Les trois orfèvres francs-maçons comparaissent (Jacques Boizerard, Daniel Desmares et Victor Vangeon) alors qu’un tiers des profanes de ce corps (9 sur 26) désertent les assemblées. L’apothicaire Auvray de Coursanne et les maçons appartenant aux métiers les moins dignes font de même. Ainsi, les deux selliers, Etienne et Jean-François Chauvin, sont présents alors qu’un profane sur deux est absent. Les deux faïenciers, Pierre et Guillaume Desseulle, l’épicier Henry Quesnot et le tapissier Antoine La Garenne adoptent la même attitude alors que les défaillances sont nombreuses parmi les membres de ces corporations.

11 Nous reprenons ici quelques éléments abordés dans notre travail sur la maçonnerie rouennaise (E. Saunier, op.cit., annexes p. 181-185). Nous excluons dans cette étude la communauté des marchands merciers qui est la plus proche du grand négoce et auxquels appartiennent la plupart des maçons. En effet, sa domination économique sur la cité induit une participation d’ensemble massive (qui noie toute spécificité maçonnique) et la place en marge des autres communautés. Rappelons toutefois que 23 maçons appartenant à cette communauté ont participé aux assemblées de ce corps.

12 Liste exhaustive des comparants : deux cafetiers (Louis Dorléans et Charles Leudet), trois cartiers (Charles Savouray, Bertin et Fouque), un cuisinier (François Boitout), un drapier (Richard Bénard), sept épiciers (Leborgne, Lesguilliez, Anquetin, Renault, Mainbourg, Toussaint Bonnet et Pierre Absolut), un faïencier (Delametterie), quatre imprimeurs (Seyer, Racine, Leboucher et Le Boullenger), un marchand de cidre (Botte), cinq orfèvres (Guillaume Gloria, Leborgne, Mathieu, Pierre Clavier et Delacroix), un perruquier, un sellier (Perchel), un tapissier (Jacques Yvernès) et trois teinturiers (Pierre Godebin, François Delarue et Benjamin Caumont).

13 Quatre maçons sur 5 comparaissent alors que 15 profanes sur 33 ne sont pas venus.

14 Quatre des six maçons teinturiers comparaissent alors que les frères ne représentent pas même 10 % des effectifs d’une corporation dont les membres désertent en général les réunions préparatoires aux Etats Généraux puisqu’il n’y eut que 14 signataires sur 80.

15 Les députés des corps havrais (E. Le Parquier, op.cit.) sont Charles Bunel (amirauté), François Véron (apothicaire), Yves Lescan (capitaine de vaisseau), Pierre Planchon et Henri Potier-Glatigny (chirurgiens), Jacques Bréham (interprète), Charles Lihaut (mercier) et Louis Pinel (officier du bailliage). Les députés caennais (ADC, fonds communal de la ville de Caen, 615 EDT 5 et 6) sont : Pierre Amiel (chirurgien), Guillaume Desseulles (faïencier), Jacques Saint-Vincent (juges-consuls), Jean-Jacques Duperré (mercier), Pillet (notaire), Michel Lamy (officier de bourgeoisie), Daniel Desmares (orfèvre), Vincent Crevel (procureur) et Etienne Chauvin (bourrelier) et trois des 10 députés des bourgeois non corporés (Pierre Le Canu, Charles Costy et Gabriel Decussy).

16 Les députés des communautés rouennaises (M. Bouloiseau, Cahiers de doléances du tiers-état du bailliage de Rouen, P.U.F, Paris, 1957-1960, deux volumes, 274 et 508 pages) sont :
Pavie (amirauté), Coquin (grenier à sel), Le Barrois (vicomté de l’eau), Ducastel et Ferry (avocats), Gamare (chirurgien), Hardy (médecin), Le Villain de la Lutumière (bureau des finances), Leclerc (procureur au grenier à sel), Nicolas Boumisien (négociant), Fouque (carrier), Richard Bénard (drapier), Leborgne et Lesguilliez (épiciers), Jean Taillet (mercier), Curmer père (bourgeois non corporés).

17 Les principaux députés caennais des paroisses rurales (ADC, fonds communal de la ville de Caen, 615 EDT 6) sont : Agasse (Ver), Cauvet (Allemagne), Jean-François Auvray de Coursanne (Angournay), Beuzelin (Noray), Augustin Marescot (Anisy), Housset de Catteville (Bavent), Lecocq de Biéville, Lecourtois de Montamy (Bény), Rogier de Prémesnil (Chicheboville), Jean-Louis Daigremont (Cairon et Fontenay), Lair (Canteloup), Letellier de Vauville et Samuel-Paysant (Mathieu), Costy (Maisoncelles), Signard (Ouffières), Plumet (Troismonts) et Hainguerlot (Thissel). La maçonnerie rouennaise, comme l’ensemble du tiers, semble avoir moins irrigué les campagnes. On note toutefois les présences de Jacques Tesson, de l’avocat Jean-Pierre Pain, du procureur Ecalard et de l’imprimeur Seyer parmi les députés de paroisses rurales (M. Bouloiseau, op.cit.., tome 2).

18 Parmi les 30 députés de la ville de Caen envoyés au bailliage, on trouve Etienne Saffray, Michel Lamy, Gabriel Decussy, Pillet, Jacques Saint-Vincent, Pierre Le Canu, Charles Costy, Jean-Jacques Duperré, Daniel Desmares, Gillet et Vincent Crevel. Parmi les six rédacteurs, on compte trois maçons : Pillet, Gabriel Decussy et Michel Lamy (ADC, 615 EDT 5 et 6).

19 Quatre maçons sur 25 participent aux réunions. Les quatre hommes sont l’échevin Bernard Cléry, Claude Bellan, Robert Vittecoq et le médecin Leboucher (ACF, série AA : AA 11).

20 Les trois représentants de la noblesse de Valognes envoyés au bailliage de Coutances sont François Avice de Fermanville, François d’Anneville de Chiffrevaast et Bernard Hue de Caligny. Au côté du médecin Pontas Duméril, parmi les représentants du tiers, on trouve l’avocat Louis-Pierre Aamorgan bientôt initié (1799) au sein de « l’Unité ».

21 François Avoine, Belhomme de Hautmarais et Pierre Duprey sont délégués pour porter le cahier du Tiers de Cherbourg, tandis que les petites loges de Carentan et de Coutances ont initié deux des principaux rédacteurs des cahiers locaux (Charles Brohier-Lettinière, Coutances et Charles Caillemer, Carentan).

22 Ce sont les frères Ducaurroy et Rabion.

23 François de Vadicourt et Caqueray Saint-Quentin sont les commissaires de la noblesse. F.Clérembray, Le comté d’Eu au moment de la convocation des Etats Généraux de 1789. Liste des membres des trois ordres aux Etats généraux de 1789 pour le comté Eu, La Révolution française, 1894, noXXVII, p. 35-58.

24 Absents parmi les représentants des élections d’Alençon, du Caux et de Coutances, la maçonnerie fournit au moins trois députés de la noblesse (le duc de Coigny, loge militaire « Fabert », et les Rouennais Lambert de Frondeville, « Raoul », et le marquis de Mortemart, « la Constance », Bayeux) et trois députés du Tiers (les Caennais Gabriel Decussy, « la Constante Amitié », et Michel-Louis Lamy, « Union et Fraternité » ; le Rouennais Pierre Defontenay, « la Céleste Amitié »). Parmi les futurs maçons figure également Denis Lemaréchal (« l’Etoile », l’Aigle) dans l’élection d’Evreux.

25 ACH, série K : K 1 à 5 inclus. Les recensions faites au sein des assemblées électorales havraises, qui forment les séries les plus continues, donnent des chiffres assez stables de 1792 à l’an IV puisque quatre des cinq sections havraises votent pour une proportion de maçons oscillant entre 8,5 et 13,5 % de maçons en 1792 puis autant en l’an IV.

26 ADSM, série L : L 202 à 208 (élections au département de 1790 à 1795). La participation maçonnique dans le département de la Seine-Inférieure représente entre 10,5 et 12 % entre 1790 et l’an III.
Parmi les 121 électeurs connus du canton de Rouen en fructidor an III (ADSM, L 205) figurent 23 maçons soit 19 % du potentiel électoral.

27 ADSM, série M : 3 M 34 et ADC, série M : M 332. D’ailleurs, si l’on se projette quelque peu dans le temps en se portant au sein des assemblées électorales d’arrondissement en 1816, année charnière dans la mesure où l’on se situe à la sortie d’une période politique particulièrement riche en terme d’investissement des élites au sein de la maçonnerie, on remarque encore une présence évaluée entre 10 et 12 % dans les départements urbains (arrondissements de Rouen et de Caen).

28 ADO, série M : M 273 et ADC, série M : M 332. Elle est de 5 à 7 % dans les départements ruraux où le poids des villes est fortement atténué (Alençon, Falaise).

29 Entre 1764 et 1789, période durant laquelle on peut identifier les frères initiés à Rouen, pas moins de 20 frères ont occupé, au sein du Conseil de Ville, une charge d’échevin, notable ou receveur des hôpitaux. La loge la plus prestigieuse, « la Céleste Amitié », a compté 13 d’entre eux (Jean-Baptiste Asselin, les frères Debonne, les frères Defontenay, Alexandre Helot, Jean-Baptiste Hurard, Richard Lallemant, François Land, Victor Lefebvre, Pierre Lezurier, Midy d’Andé et Prosper Quesnel). Durant la même période, l’investissement est comparable dans toutes les grandes villes (au moins 18 maçons à Alençon, 10 à Bayeux, 25 à Caen, 14 à Cherbourg, 16 à Dieppe, 13 à Granville, 14 à Pont-Audemer et 12 au Havre).

30 ADSM, Almanach royal de Rouen pour l’année 1781. Parmi les échevins, on trouve Le Bourgeois de Belleville, Lézurier, Antoine Le Couteulx, Victor Lefebvre et Midy d’Andé. De plus, figurent parmi les membres de l’assemblée générale Guillaume Debonne, Hurard et Defontenay. Les fonctions de centeniers sont par ailleurs assurées par Victor Lefebvre et François Lanel.

31 ADSM, Almanach royal de Rouen pour l’année 1788. Tableau de Rouen en 1788. On trouve parmi les échevins de nouveaux venus en maçonnerie : Alexandre Prevel et Prosper Quesnel qui entourent Guillaume Debonne. Au sein de l’assemblée générale, la présence maçonnique devient franchement massive avec Pierre Lézurier, Debonne, Gabriel Dornay, Lebourgeois de Belleville, Midy d’Andé, Hurard, Victor Lefebvre, Defontenay, Prevel, Bigot Sommesnil et Richard Lallemant. Cet almanach est accompagné d’un précieux index des communautés de Rouen sur lequel figurent les responsabilités des membres.

32 On peut ici citer les syndics des passementiers (Jacques Ferrand), des teinturiers (Benjamin Caumont), et des cartiers (Pierre Petitgrand). Les députés des teinturiers (Pierre Godebin), des vinaigriers (Charles Leudet) et des menuisiers (Martin Harel), membres des loges rouennaises, exercent aussi ces fonctions.

33 A Caen, sept des 12 syndics, doyens ou représentants de corps destinés à être avertis des opérations, sont des maçons Il s’agit de Saffray (consul), Crevel (procureurs), Pillet (notaires), Gohier d’Aingleville (amirauté), Signard d’Ouffières (milice bourgeoise), Lamy (négociants) et Théodore Chalopin (imprimeurs) (ADC, 615 EDT 5 et 6).

34 Hiérarchisées en trois niveaux, ces Assemblées Provinciales, composées de 28 à 50 membres dans les 17 généralités où elles sont mises en place, sont dirigées par un président qui est nommé par le roi et les affaires courantes sont expédiées par une commission intermédiaire de quatre membres.

35 Dupont de Nemours, Mémoire sur les municipalités, 1787.

36 F. Mourlot, La fin de l’Ancien régime et les débuts de la Révolution dans la généralité de Caen (1787-1790), Paris, 1911.

37 F. Mourlot, op. cit. Le marquis de Chiffrevaast est membre de « l’Union Militaire » de Valognes, le marquis de Canisy, Letellier de Vauville et Alexandre de « la Constante Amitié » de Caen.

38 Liste des maçons bas-normands retrouvés parmi les participants aux assemblées d’élections de la province (ADC, 615 EDT 6 : Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Basse-Normandie (novembre et décembre 1789) : Cyrême de Banville (« la Constante Amitié »), Brouard de Clermont (« Thémis »), Gilles Mauduit (« la Victoire », Vire) et Cauvet (« la Constante Amitié ») figurent parmi les 83 membres choisis par la première assemblée. Au sein des assemblées d’élection, on note la participation de Bacon de Saint-Manvieu (« la Constante Amitié »), de Caillemer (« les Coeurs Unis » de Carentan), de Pontas Duméril (« l’Union Militaire » de Valognes), de Couey Dulongprey (« la Fidèle Maçonne ») de Cherbourg.

39 ADSM, série C : C 2 110-2 112 et 2 170-2 171. Les principaux conseillers et interlocuteurs du comte de Caumont sont le marquis de Pardieu (« les Cœurs Unis » de Dieppe), l’ancien maire de Eu, de Vadicourt (« la Parfaite Union » de Eu), et Louvel de Janville (« la Constante Amitié » de Caen). Parmi les représentants du tiers et de la noblesse au sein des élections, on trouve notamment Lebourgeois de Belleville (« les Bons Amis » de Rouen), de Bourbel de Montpinçon, Cavelier fils et Louis Niel (« les Cœurs Unis » de Dieppe), l’échevin de Caudebec Fenestre (« l’Union Cauchoise »), Duval de Martot (« les Bons Amis » de Rouen), Jean-François Pouilliot (« la Persévérance » de Pont-Audemer) et Mellon Decaen (« l’Aménité » du Havre).

40 Ils sont affiliés aux « Cœurs Unis » (Dieppe).

41 Il est membre de « la Parfaite Union » (Eu).

42 Parmi les nombreux exemples du maintien des oppositions au sein des milieux maçonniques, citons l’attitude opposée d’une partie de la noblesse qui adhère, derrière le frère de Coigny, au processus de mise en place tandis que d’autres, comme le subdélégué Le Harivel de Genneville, constituent les fers de lance de son opposition. Au sein du tiers, les travaux onéreux prévus par l’ingénieur Lefebvre, après la canalisation du canal de l’Orne, font l’objet d’une farouche opposition dans laquelle les maçons ne sont pas absents (F.Mourlot, op.cit.).

43 Les maçons qui ont fréquenté les loges rouennaises à la fin du XVIIIème siècle et qui figurent au sein du Conseil municipal de Rouen élu en février-mars 1790 (BMR fonds communal de la ville de Rouen sous la Révolution, Série Y, sous-série Y1) sont : Jean-Baptiste Ducastel, Gilles Ferry et Helot parmi les officiers municipaux et surtout 14 notables (Anquetin, Thieullen, C.Hardouin, P.Quesnel, Rabasse, P.Machuel, V.Lefebvre, F.Lanel, R.Bénard, J.Asselin, J.-B.Hurard, P.Lézurier, J.-B.Curmer et François Hardy).

44 A Bernay, on ne compte que Lehure, François Erambert et François Lindet parmi les notables (ADE, fonds communal de Bernay, série D : 1D 1) et à Alençon (AMA, série D : 40D 1), on est surpris de ne retrouver que trois officiers municipaux (Jacques Laveille, François Lesage-Duparc et Etienne Brizard) et cinq notables (Joseph Quilhet, Charles Bougon, Guillaume Lenoir-Dufresne, Pierre Leconte La Verrerie et François La Chapelle).

45 A titre d’exemple, citons le cas des Conventionnels : le milieu maçonnique du XVIIIème siècle a fourni Antoine Albitte, François Hardy et Gabriel Decussy. En revanche, Denis Le Maréchal et Charles Thomas n’ont intégré la maçonnerie que sous le Consulat et ne peuvent être considérés comme des maçons actifs.

46 Même remarque que précédemment pour ce qui concerne les listes de notabilités en l’an IX : il faut distinguer les anciens maçons des frères en activité. En Seine-Inférieure (ADSM, série M : 3M 1), les frères présents en loge au moment de leur présence sur les listes de notables sont : Brière de Lesmont, Prosper Desmadières, E. Desmarest, L. Lézurier, Quenouille aîné, G. Suchet, Thieullen, N. Vimard et M.de Verton. Parmi les anciens, on relève les noms de P. Quesnel, C. Havas, L. Flouest, Ph. Eudelinne, Castel, Bigot de Sommesnil et Leroux d’Esneval.

47 ADE, série M : 2M 73-75. Les dix sont : René d’Auvray (Pont-Audemer), A. Dumeilet (Elbeuf), Joseph Dupuis (Louviers), Dupont de l’Eure (Evreux), Alexandre de La Fleurière (Pont-de l’Arche), de Fougy (Evreux), Gazran (Evreux), A. Gerdret (Louviers), Le Maréchal (Laigle) et Leroy de Livet (Pont-Audemer).

48 Parmi les notabilités judiciaires mises en place par les institutions révolutionnaires, la maçonnerie normande a rassemblé 20 Présidents de tribunaux, 12 procureurs et substituts, 7 avocats généraux et conseillers à la Cour, 5 bâtonniers des avocats et doyen des juges en exercice. Par ailleurs, la maçonnerie normande a aussi compté 81 présidents et juges des tribunaux de commerce parmi les initiés entre 1800 et 1830 : Bayeux (1), Caen (7), Falaise (4), Honfleur (1), Vire (2), Bernay (5), Louviers (5), Pont-Audemer (6), Cherbourg (4), Granville (5), Alençon (6), l’Aigle (4), Dieppe et Eu (4), Elbeuf (1), Le Havre (5) et Rouen (20). Les 20 présidents sont : Jean-Baptiste Bonnaire et Benjamin Manoury-Lacour (Caen), François Chemin La Quesnerie (Vire), Lehures Desmares et François Pottier (Bernay), Guillaume Lebreton et Charles Rondeaux (Louviers), Pierre Bourard et Michel Lechevalier (Pont-Audemer), François Avoyne de Chantereyne, Pierre-Bernardin Couey et Michel Noël (Cherbourg), Pierre-Jacques Lerond (Granville), Pierre Lefrançois et Jacques Mercier (Alençon), Paul Rossignol (l’Aigle), martial Rabion (Eu), Casimir Caumont, Jean-Ulric Guttinguer et Louis Lézurier (Rouen).

49 Nous en avons recensé 77 : 30 dans le département du Calvados (Caen : 21, Falaise : 8, Lisieux : 1), 23 en Seine-Inférieure (Rouen : 10, Caudebec : 6, Le Havre : 4, Dieppe, Darnétal et Gournay : 1), 13 dans l’Orne (Alençon : 8, l’Aigle : 3, Mortagne : 2), 6 dans la Manche (Cherbourg : 4, Granville et Valognes : 1) et quatre dans l’Eure (Bernay : 2, Pont-Audemer et Vernon : 1).

50 11 maçons occupèrent les fonctions de juges de paix ou d’assesseur dans les orients du Calvados (9 à Caen : Auvray de Coursanne, Beuzelin, Costé Doneville, Lasseret, Lefournier, Lemarchand de Caligny, Regnault, Renouf du Coudraye et Jacques Simon ; un à Falaise : Loriot ; un à Lisieux : Thillaye Duboullaye), 12 dans l’Eure (6 à Pont-Audemer : Bouillerot, François Dupin, François Durand, Fourquemin, Robert Leroy et Troussey ; 2 à Evreux : Bance et Miocque ; 2 à Pont-de-l’Arche : Bilcoq et Carbonnier ;.un à Bernay : Philippe Delalonde ; un aux Andelys : Boulloche), 4 dans la Manche (Caboullet, Lefourdrey et M.Noël à Cherbourg, Charles Herpin à Coutances), 8 dans l’Orne (3 à Alençon : Balluc, François Meurger et Joseph Quilhet), 2 à Bellême (Ballot et Clopatre) et à Mortagne (Boumeuf et Fossart), un à Domfront (François Lelièvre) et 19 en Seine-Inférieure (6 à Rouen et dans ses environs : Nicolas Adeline, Ezéchiel Desmarest, Gabriel Dornay, Lebourgeois de Belleville, Jean-Pierre Pain et Thierry ; 5 au Havre : Denouette, Gollain, Gentaies, Legrin et Pinel ; 3 à Caudebec : Lemarchand, Levacher et Haville ; 3 à Dieppe (Baudry de Bellengreville, Hannin et Lavenu), 1 à Gournay (Léopold de Stabenrath) et un à Fécamp (Vittecoq).

51 Il est le seul magistrat directement et immédiatement élu pour trois ans.

52 J. Godechot, Les Constitutions de la France depuis 1789, p. 158. Rappelons que, selon l’article 60 de la Constitution de l’an VIII, la fonction du juge de paix consiste à concilier les parties.

53 A Pont-Audemer, les frères de la loge « la Persévérance », qui vient alors de s’éteindre, ont fourni trois présidents (Bouillerot, Crochon, Dupin), un greffier (Pierre Bourard), un secrétaire (Saulnier) et deux scrutateurs (Legras de Bordecôte, Troussey). François-Gervais Durand et Jean-René d’Auvray, initiés sous l’Empire, furent également président et secrétaire.

54 Dans le Calvados, on recense un président de canton, quatre secrétaires et quatre scrutateurs parmi les maçons en activité. Dans l’Orne, on recense cinq présidents (Louis-Claude Boucher et François Meurger à l’Aigle), Louis Ratier (Mortagne), Charles Thomas (Domfront), François La Chapelle (Alençon), six secrétaires et huit scrutateurs. A l’échelle, d’une ville, le poids des milieux maçonniques se perçoit tout particulièrement au Havre, durant le moment crucial de l’année 1811. Les Présidents des quatrième (Daniel Ancel), cinquième (Guillaume Duboc Delessart), sixième (Lacorne) septième (Stanislas Faure) et huitième (Jacques La Houssaye) sections sont alors des maçons en activité. Les secrétaires des cinquième (Michel Duchemin) et huitième (Emmanuel Le Janvre) sections le sont également.

55 En Haute-Normandie, les candidatures sont particulièrement nombreuses parmi les maçons en activité. On en compte 16 dans l’Eure pour l’ensemble des cantons de l’Eure durant la période impériale (Charles Carbonnier, Hervieu de Beauficelle, François Boulloche, Alexandre Crochon, François Legras de Bordecôte, William Debbaut, Joachim Raoul de la Barre, Charles Rondeaux, Auguste de Graveron, Joseph Dupuis, Chrétien de Fumechon, Alexandre d’Herard, Jean D’auvray, Jean-Louis Leroy et Denis Lemaréchal) (ADE, série M : 3M 9 à 23) et 23 en Seine-Inférieure (Charles Hamel, Marc de Verton, Louis Delabrière, Pierre Defontenay, Martin Carel, Pierre-Benjamin Lestorey de Boulongue, Frédéric Baudry, Jean Amiot-Guenet, Jacques Flouest, Louis Félix, Emmanuel Léopold de Stabenrath, Pierre Delametterie, Antoine Lebon, Jean-Ulric Guttinguer, Benjamin Pavie, Leborgne, Athanase Taillet, Robert Bigot de Sommesnil et Esprit Leroux d’Esneval, Scelle de Boscherville, Ezechiel Desmarest, Louis Lézurier et François Letellier de Brotonne) (ADSM, série M : 3M 1 à 30). Parmi les élus, on compte six frères dans l’Eure (Auguste Degraveron à Heudreville, Joseph Dupuis au Neubourg, Chrétien de Fumechon à Bourgtheroulde, Alexandre D’Herard à Helleuvilliers, Denis Lemaréchal à Rugles, Jean d’Auvray puis Jean-Louis Leroy à Pont-Audemer), trois dans la Manche (Louis Fouques, François Asselin et Joseph Cachin dans les deuxième, cinquième et huitième cantons de Cherbourg), trois dans l’Orne (Louis-Claude Boucher et Paul Rossignol à l’Aigle et Antoine Joselle à Alençon) et sept en Seine-Inférieure (Frédéric Baudry et Jean Amiot-Guenet en l’an IX puis Scelle de Boscherville à Boscherville, Ezéchiel Desmarest à Canteleu, Martin Carel et Louis Lezurier à Rouen et François Letellier de Brotonne à Préaux).

56 R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, Ed. de Minuit, traduction de 1979.

57 ibid, p. 43-70.

58 J. Locke, Essai concernant l’entendement humain, Londres, 1689.

59 A. Cochin, Les sociétés de pensée et la démocratie, Paris 1921. Thèse réactualisée dans : F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978.

60 Rappelons que le comité vernonnais a compris une vingtaine de membres parmi lesquels émerge un très fort noyau maçonnique puisque figurent dans ce comité Nicolas Villetard, Charles Letellier d’Orvilliers, Pierre Ricquier, Pierre Rigault père et fils, Jacques Langlois, Pierre Cauvin et Philippe Langlois soit huit frères dont le président Rigault fils (F. Pascal, « Chronique de la vie municipale à Vernon de 1789 à 1799 », mémoire dactylographié).

61 BMG (fonds communal de Granville), série D : D1 (délibérations du conseil municipal à partir de 1789).
Le comité, créé le 2 août, a regroupé neuf maçons (un tiers de l’effectif) dont les plus hauts responsables du comité. Pierre-René Destouches, membre influent de ce dernier, devient colonel de la garde nationale de la ville alors que l’ancien maire, Mathieu Lucas-Desaulnais, en est le principal dirigeant. Il entretient des relations constantes avec les autorités de Coutances et le comité de Carentan où agissent de concert d’autres anciens maçons, les frères Caillemer, le procureur Hyacinthe Blanche et le notaire Jourdan.

62 P. Nicolle, Histoire de Vire pendant la Révolution (1789-1800), Vire, 1923. Les principaux maçons virois intégrés au comité constitué le 3 août sont Michel Lemonnier, Gilles Mauduit, Germain Dubosq, Thomas Bazin et Robert Murie. L’avocat Gilles Mauduit assure la présidence alors que le secrétariat revient à Germain Dubosq.

63 Musée Canel (fonds communal de Pont-Audemer, série D : délibérations du conseil municipal de juillet 1789 à 1793). On trouve au sein du comité permanent Jean-Charles Troussey, Etienne Le Talion, François Durand, François et Pierre-Laurent Dupré, François Pouilliot, François Legras de Bordecôte, Jean-François Le Chevalier, Henry Helot de Bonnemas et Jean-Robert Saunier.

64 BMB (fonds communal de la ville de Bayeux), série D (registre du comité général national). Le comité comprend trois bureaux (correspondance, subsistances et police) de 34 membres chacun. Les maçons présents sont Aladane, de Malherbe, Eudes de La Jumellière, Philippes, Lecreps et Lepesqueur de Conjon (premier bureau), de La Londe Sainte-Croix, Poisson, Coueffin, Leclerc et Paysant (subsistances), Anfrie, Tavigny-Duclos et Jean de La Marre (police). Au sein des trois bureaux de Bayeux, peuplés chacun de 34 membres, on trouve donc au plus six maçons dans un bureau. ADE (fonds communal de la ville de Bernay, série AA : AA 4). Il s’agit de Charles Depierre, François Erambert, Charles Cheval, Christophe Lehures, Philippe de La Londe et Jean-Baptiste Hubert de la Huberdière. A Bernay, on ne trouve donc que six anciens frères dans le comité électif de 46 membres.

65 ACD, série D : D1 10 (registre du comité permanent depuis septembre 1789 au mois de mars 1790). On trouve, parmi les anciens frères des « Cœurs Unis », le notaire Alexandre Voisin, Simon Lebourgeois et Constant Vasse puis, ultérieurement, quelques autres anciens frères comme Guillaume-Abraham Lebaudry de Bellengreville, Alexandre Leprince-Duclos et Denisbelle.

66 ACA, série S : 2 S1 (registre des délibérations du conseil général national d’Alençon). On trouve, parmi les 36 premiers membres du comité, les maçons François Lesage Duparc, Jacques Busson de l’Orme, Joseph Quilhet (secrétaire de ce comité), Georges Roel Desforges, Jean Castaing, Pierre Leconte Laverrerrie, Michel Marescot de Briantes et Jean-Zacharie Malassis. Parmi les nouveaux intégrés, on trouve Charles Bienvenu, Mathieu Herbin, Guillaume Lenoir-Dufresne, Macé Desnoyers, François Boulley, Thomas Deschênes et Etienne Brizard.

67 Louis Thomas Deschênes est l’un des principaux prêteurs de la ville pour ses approvisionnements.

68 C’est Marescot qui est en effet chargé de l’achat de blé au Havre en octobre 1789.

69 François Lesage Duparc, député des négociants au bailliage, va en effet, après avoir joué un rôle actif dans le comité, être désigné pour présider l’assemblée générale des Alençonnais en décembre 1789, tandis Jean-Zacharie met ses presses au service dudit comité Au sujet des débuts de la Révolution à Alençon et de la vie du comité local, voir : M. Dargaud, Les débuts de la révolution bourgeoise à Alençon (1787-1790), Clef, 1991, 127 pages.

70 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 514. On trouve au sein de ce comité les maçons Charles Costy, Auvray de Coursanne, Scelles, Boizerard de Boislambert, Lebaron, Pierre Le Canu, Renouf la Coudraye, Beuzelin, Cauvet et Signard d’Oufïères, ce dernier allant défendre les intérêts de la ville de Caen à Versailles contre les calomnies des Falaisiens. Y adhèrent également Hubert Descotils, Daigremont, qui est chargé d’organiser la milice bourgeoise, Augustin Marescot, chargé de la police générale, Crestey, Pierre Lair, Etienne Saffray, Jean-Jacques Duperré, Daniel Desmares et Jean-Adrien Lasseret qui préside le bureau de police. S’adjoignent ultérieurement Bacon de Saint-Manvieu, Pillet, de Malherbe, Charles Saint-Jore et Philippe de Saint-Martin.

71 D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale, thèse de Doctorat (NR) de l’Université de Rouen préparée sous la direction de Claude Mazauric, octobre 1996. Les analyses qui suivent ont été élaborées à partir d’une étude menée conjointement sur le personnel des deux structures à partir des fonds maçonniques et des fonds concernant les délibérations des sociétés populaires des diverses villes normandes.

72 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, p. 262-267.

73 La liste exhaustive des sociétaires rouennais passés par la maçonnerie a été fournie dans notre étude sur la maçonnerie rouennaise (E. Saunier, op. cit, tome 2, p. 143-145). Elle s’appuie sur l’exploitation des sources relatives aux jacobins de Rouen (ADSM, série L : L5690 à 5702).
Les loges démocratisées ne fournissent que 12 des 60 individus (20 %) ce qui est la trace de la participation active des frères de haute extraction lors des débuts de la société (de 1790 à 1792) et de la faiblesse du noyau de futurs jacobins initiés dans ces loges.

74 A. Desjardins, « Le personnel de la société des Amis de la Constitution de Rouen (1791-an III) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1992.

75 Les maçons de Bernay, membres du club local, sont quatre frères de « la Parfaite Charité » (Jean-Baptiste Hubert de la Huberdière père et fils, François Lindet et Louis Philippe de la Londe) et deux membres des « Amis de la Vertu » (Jacques Cheval et Christophe Lelevain).

76 Il s’agit de Jean Marie et de Jacques Trichard.

77 Il s’agit de Louis Bellan, François Devenois, Jacques Didelet, Joseph Ducru, Letellier, Louis Quevanne, Robert Vittecoq et Perain. François Devenois fut l’un des dirigeants de la société, Louis Bellan et Jacques Didelet des militants actifs. Louis Bellan est également membre du comité de surveillance et l’ancien premier violon à l’abbaye, Jacques Didelet, président de section dès 1789.

78 Il s’agit de Chaland, Jacques Gadifert, Louis Gros, Leseigneur, Lhomme de Beaumer, François Royon, Dumont, Marc de Verton et Torcy. Trois d’entre eux sont des responsables importants de la société : Louis Gros, Leseigneur et Torcy. Jacques Gadifert est intégré au comité de surveillance en l’an II.

79 ADO, série L : L 5 095 et 5 096. La société populaire alençonnaise, héritière de la « Société des Amis Réunis », compte peu de maçons à partir de juin 1792. Néanmoins, feuillantine à ses origines, elle comprit entre 1791 et la fin 1792 quelques frères parmi ses membres les plus influents : Malassis (secrétaire), Guillaume Lenoir-Dufresne, (secrétaire), Christophe Leroy, Joseph Quilhet, Antoine Mars, Rouillon et Nicolas Fraisnais-Crochard (secrétaires), Pierre Leconte Laverrerie et François Lesage Duparc (également secrétaires).

80 ACC, série I : 2 I 120 à 126. La société de Cherbourg fait figure de bastion républicain dans un environnement hostile. Comme à Alençon, les maçons investissent volontiers et dirigent parfois la vie de la société jusqu’en 1792 : Le Carpentier de Montaigu, Joseph et Pierre Couey, Pierre Duprey, les Avoyne, Joachim Hervieu, Augustin Devillers, Michel et Gabriel Noël, André Boulabert, Maurin, Maurice, Jubé, François Asselin et bien sûr Benoît Rouhierre de Fontenelle l’ont pénétrée. En l’an II, seuls Michel Noël et le greffier Devillers restent des militants vraiment actifs, Avoyne de Chantereyne et Jacques-Martin Maurice étant peu à peu écartés du comité de surveillance.

81 Il s’agit de Jean-Zacharie Malassis, Guillaume Lenoir-Dufresne et Christophe Leroy. Le quatrième est le célèbre médecin Joseph Odollant-Desnos. Si nous ne l’avons pas trouvé sur nos listes, son fils y figure sous le Consulat. D’autre part, outre les fonctions fréquentes de secrétaires, on trouve cinq maçons ayant présidé la société (Malassis, Lesage, Leroy, Marquet et Leconte Laverrerie). Parmi les responsables de la correspondance, on trouve les frères Leroy, Rouillon, Fraisnais et Cimaroli. (ADO, série L : L 5094 et 5095).

82 Au sein de la société cherbourgeoise, cinq maçons occupèrent la présidence : François Avoine, Gabriel et Michel Noël, Pierre Duprey et Maurice Rouhierre (ACC, série I : 2I113 à 143).

83 A Granville, on trouve, parmi les fondateurs de la société, les frères Le Redde, Pierre Lerond, Pimor et François Fougeray.

84 A Carentan, la société est fondée à l’initiative de deux anciens frères : Charles Caillemer et le curé Alexandre Chapplain.

85 C’est le cas du chirurgien Antoine Blanche, de Brémontier, de Guillaume Debonne, de Pierre Defontenay, de Philippe Eudelinne, de Pierre Godebin, de Charles Houel, de François Legendre et de Gabriel Rupalley (ADSM, série L : L 5690-5702).

86 28 maçons initiés dans les loges « l’Aménité » et « la Fidélité » avant 1789, et 18 initiés entre 1789 et 1795, ont fréquenté à un moment donné les deux sociétés patriotiques fondées en 1791. La loge parajacobine des « Trois Haches » a fourni 40 militants entre 1791 et 1795 parmi ses initiés des années 1794-1795.

87 En dehors des frères des « Trois Haches », un seul jacobin authentique fut initié au sein des loges pré-révolutionnaires : le chirurgien Henri Potier de Glatigny qui fut membre de « la Fidélité ».

88 M. Taillefer, op.cit.

89 On ne retrouve que 30 maçons parmi militants actifs de la société en l’an II (six frères de « l’Aménité », quatre de « la Fidélité » et 16 des « Trois Haches »).

90 E. Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple de la franc-maçonnerie havraise », Le tournant de l’an III, p. 411-425.

91 ibid.

92 On trouve, à Domfront, auprès de l’ancien Conventionnel Charles Thomas, l’avocat Gilles Leclerc-Desparcs, qui était loin d’être en odeur de sainteté auprès de l’opinion antijacobine. Une « Esquisse des jacobins d’Alençon », écrit anonyme d’un avocat, le désigne à la vindicte publique comme l’accusateur public du club et le compare à un fauve sorti d’une basse-cour en se léchant le museau teint du sang de ses victimes.

93 A Vire, « la Concorde » intègre les anciens jacobins qui s’illustrèrent notamment dans la lutte contre la chouannerie. Pierre Le Nouvel, le futur maire parti à Falaise en 1794 dans cet objectif, Laurent Desmortreux, régénérateur de la société populaire après l’été 1793, et surtout Charles Bazin, le plus engagé parmi les membres de cette famille de jacobins francs-maçons, fréquentent les réunions de la loge sous l’Empire. Pour ce dernier, président de la société populaire épurée et bien noté par Jean Bon Saint-André, l’initiation dans la loge viroise inféodée au pouvoir bonapartiste est une opportunité pour faire oublier un passé un peu difficile à assumer.

94 ACH, série I : I2 208-210 (détenus) et ADSM (fonds de district, arrestations ordonnées par le comité de surveillance), série L : L 5327-5337. Parmi les principaux maçons emprisonnés rue de l’Equité, rue des Viviers et à Nointot, on trouve essentiellement des maçons membres de « la Fidélité » à savoir Louis Papillon, Jacques Rialle, Nicolas Lacorne, Jean-Louis Oursel, Pierre Guerard, Charles Poullet, Jean-Baptiste Allegre, Benjamin Lestorey de Boulongue, Thomas Collow, Emmanuel Le Janvre, Jacques Brehant et François Lahure. On peut y trouver également quelques frères de « l’Aménité » (Joseph Poisson, Pierre Auber, Guillaume Duboc de Lessart, Jean-Marc Belot et Jean-Simon Firon) et des « Trois Haches » (Charles Barthe, Joseph Bavant et Agobert Labarre), l’ancien fermier général Lebarrois d’Orgeval (« la Triple Unité ») et Robert Alexandre (« les Elus de Sully » de Brest). ADSM, série L (fonds de district de Rouen) : L 5 449. Parmi les arrêtés du comité de Rouen figurent les procureurs Louis Doury, Delamare, Charles Le Venard, Jacques Pottier et Michel Mayeu, les négociants Louis-Emmanuel Midy d’Andé, Guillaume Hardouin, Prosper Quesnel, Ezéchiel Desmarest et Asselin, les conseillers Asselin de Crevecoeur et Le Levreur, Jacques Plaimpel, les frères Rethaler (musiciens) et le médecin Jean-Antoine Rouelle. ADSM, série L (fonds de district de Dieppe) : L 5215. De nombreux maçons sont arrêtés comme le maire Brière de Lesmont après sa destitution, Jean-Baptiste Viallet-Desgranges, Denisbelle, Pierre Lebaron père, l’ancien directeur de la régie François Saillenfields, Constant Vasse, Bourbel de Montpinçon, l’ancien oratorien François Cartier et Frédéric Jean qui est accusé d’entretenir de nombreuses relations avec les prêtres insermentés.

95 ADE (fonds communal de la ville de Bernay), série D (délibérations du conseil municipal de Bernay), sous-série D1 (3 et 4). Le représentant en mission Siblot maintient deux hommes, Jean-Baptiste Hubert de la Huberdière et Lehures-Desmares, comme notables au sein de l’administration municipale.

96 Les cinq administrateurs du district qui brisent le lien avec la Convention sont Jean Déville, François Durand, Jacques Le Talion, Barthélémy Bouillerot et procureur-syndic Alexandre Crochon.

97 ADE (fonds de district de Pont-Audemer), série L : 140L 5. A l’issue de cette réunion, le procureur-syndic du district Alexandre Crochon devient la principale figure du girondinisme dans l’Eure. Il fait signer une pétition aux électeurs du district et essaie de rallier Evreux à sa cause.

98 C’est le cas des trois membres du conseil municipal (Pierre Bourard, Charles Baron et Laurent Bocquet) et de deux juges de paix (Charles Troussey et François Dupin).

99 S. Bard, « Pont-Audemer pendant la Révolution française (1789-1795) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1988.

100 BMC, ms 454 bis (résumé de l’histoire de Cherbourg pendant la Révolution Française).

101 ACG, série D (délibérations du conseil municipal de Granville, pétition du 7 juin 1793). La pétition, d’un girondinisme prudent est signée des frères Pierre Lerond, Girard, Girard de la Porte, Pierre Le Mengonnet fils, Clément Dubingard, Lahoussaye, Jacques Epron, François Beaufongeray, Edouard Tirel La Martinière, Pimor aîné, Letourneur, Jacques Boisnard, Charette, Fougeray, Jean-Marie LeBouteiller, Mathieu Lucas Desaulnais et Jean Alix.

102 Comme Antoine Joselle ou Leclerc-Desparcs.

103 Les principaux meneurs du groupe sont des anciens frères de « Union et Fraternité » (l’orfèvre Boizerard, le maire de Caen Auvray de Coursanne, Samuel Paysant, conseiller de Wimpffen, Bénard, Costy, l’organisateur du comité militaire), un ancien de « la Constante Amitié » (Bouisset), un ancien de « Thémis » (Lasseret) et René de Percy, maçon à Valognes. Outre ceux, parmi ces hommes, qui rejoignent la maçonnerie sous le Consulat, on remarque également l’influence de maçons post-révolutionnaires : le juge de paix Renouf de la Coudraye, le conseiller de Wimpffen, l’avocat Devic qui assure la liaison avec le comité central à Rennes, Hubert, et les deux cheville-ouvrières de la maçonnerie impériale (Desmortreux et Germain Dubosq).

104 Parmi les leaders du groupe indiqué ci-dessus, les cinq membres « d’Union et Fraternité » appartiennent au noyau dur de la loge et figure sur le dernier tableau en 1792. Lasseret est probablement encore actif au sein de « Thémis ».

105 V. Louis-Joseph-Dogué, « Enquête biographique sur Pierre-Alexandre-Laurent Forfait (1752-1807) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1993.

106 Pièce rapportée dans : L. Chanoine-Davranches, La vie sociale pendant la première partie de la Révolution (1789-1798). Rouen et ses environs, p. 183.

107 C. Duprat, op.cit.

108 G. Proccacci, Gouverner la misère. La question sociale en France (1789-1848), p. 37-60.

109 C’est le cas d’une vingtaine d’anciens maçons rouennais administrant les hôpitaux entre 1790 et 1799. BMR (Archives communales), série Q. De 1790 à 1799, on trouve un groupe de 23 anciens frères parmi les administrateurs des hôpitaux rouennais. Il s’agit des chirurgiens Rouelle, Dieu, Pecquet et Gamare, du banquier Delarue, du maire Rondeaux, du tapissier Yvernès, de Jean-Baptiste Curmer fils, de Pierre Lézurier, des négociants Hurard et Defontenay, de l’imprimeur Machuel, de François Reverdun, de Lambert, de Ferdinand Monnier, de Goube (maire sous le Directoire), du journaliste Milcent, des négociants Isambert, Guttinguer, Amiot-Guenet, Pierre Chalon, Richard Payenneville et Guillaume Debonne.

110 Musée Canel, registre manuscrit des archives de l’administration de l’Hôtel-Dieu pour les années 1735 à 1760. Ainsi, à Pont-Audemer, le milieu maçonnique est-il dès le milieu du XVIIIème siècle le moteur de la charité locale en liaison avec les confréries et les clercs responsables des paroisses de la ville. On retrouve les Legras de Longval, les Dupin, les Bourard et surtout les Le Talion (Etienne Le Talion étant le trésorier des pauvres) parmi les principaux responsables de l’Hôtel-Dieu de la ville dès les années 1760 et les représentants du personnel maçonnique local.

111 Une recension des membres des bureaux particuliers de charité et du bureau général existe pour Rouen en 1791 (BMR, fonds des Archives Communales de Rouen, série Y, délibérations du conseil municipal, sous-série Y2) et « Almanach des gens de goût » (an V).

112 BMR (fonds des Archives Communales de Rouen, série F : F3/1).

113 ibid. Y3. Figurant à peu près au même rang sur la liste des 440 foyers de riches soumis à l’emprunt de septembre 1793 puis parmi les 520 foyers assujettis à un emprunt forcé de 10 millions, Amiot-Guenet et Lambert voient leurs fortunes évaluées à 200 000 livres en septembre 1793 et versent 4 500 livres en brumaire an II, et les frères Payenneville la leur à 300 000 livres. Ils paient 6 750 livres.

114 ADSM, série L : L 2359.

115 BMR (fonds des Archives Communales de la ville de Rouen), série Y, sous-série Y5.

116 ADSM, série L : L 5690 à 5702 (registres de la société populaire).
Il figure sur toutes les listes de donataires et souscripteurs à la société populaire en l’an II.

117 Parmi les 162 membres des bureaux, on trouve 20 francs-maçons soit un pourcentage de 12 %. Il s’agit de Nicolas Vimard, du négociant Pascal Le Massif et du trésorier de la commune Auger qui figurent parmi les administrateurs du comité central. On trouve également 4 maçons parmi les membres du bureau Saint-Godard (Machuel, Racine, Marc et Beuzebosc), 3 frères au bureau Saint-Patrice (les Adeline et le notaire Varengue), 2 membres au bureau Saint-Ouen (Vincent Delarue et Pain), Pierre Le Masson qui est président du bureau Saint-Jean, Jean Asselin au bureau Saint-Vincent, Pierre Godebin, A.Hellot et le chirurgien Hellis au bureau Saint-Maclou, Laurent Blanchemin et Alexandre Prevel au bureau Saint-Vivien, Ezéchiel Desmarest au bureau Saint-François.

118 BMR (fonds des Archives Communales de Rouen), série F : F3/7 et F3/9.

119 C’est le cas notamment pour l’ancien maire Rondeaux de Montbray, qui figure parmi les plus généreux donateurs (15 000 livres) lors de la souscription de septembre 1793 pour le paiement de subsistances, et du négociant Victor Lefebvre, presque aussi généreux que Rondeaux à cette occasion (12 000 livres). Ce dernier figure aussi parmi les donateurs de la société populaire les plus prompts à souscrire (pour 1 000 livres) en l’an II pour l’achat de cocardes.

120 C’est le cas en fructidor an II où les dons pour les orphelins rapportent la somme de 728 livres (BMR, fonds communal de la ville de Rouen, série Y, sous-série Y4). Par ailleurs, Jacques Cabousse est membre du comité d’instruction publique de même que l’organiste franc-maçon Charles Broche. Ce comité est présidé par le frère Lefebvre en vendémiaire qui, en l’an II, est le grand ordonnateur des fêtes révolutionnaires. On y trouve également l’architecte Guéroult, le dessinateur Le Carpentier et le libraire Racine qui furent tous francs-maçons.

121 ibid.

122 ibid.

123 En octobre 1791, les frères Lestorey de Boulongue, Stanislas Faure, Jean-Louis Oursel et Louis Papillon figurent parmi les 9 administrateurs nommés à l’hôpital du Havre (ACH, série D : D1).

124 ADC (fond communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 486 (affaires économiques).

125 On y voit notamment agir avec ardeur les maçons Le Harivel de Genneville, Daigremont, Bacon de Saint-Manvieu et Letellier de Vauville.

126 Citons Hubert-Descotils, Charles Costy, Beuzelin ou Jacques Boizerard.

127 Il a pour vice-président un autre maçon : Augustin Marescot.

128 ACC, Délibérations du conseil municipal de la ville de Caen sous l’Ancien Régime.

129 ADC (fonds communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 588, 599,604 à 609 inclus.

130 ibid.

131 Parmi les membres cités, c’est notamment le cas de nombre de maçons, souvent protestants (Samuel-Paysant, Signard, Boizerard), qui réintègrent « Thémis », mais aussi de Auvray de Coursanne, Costy…Le reconstructeur des loges caennaises sous le Consulat, le chirurgien Amiel, fut à l’image de Lambert à Rouen, un philanthrope important.

132 C’est le frère François Avoine qui organise le bureau en 1790 avec l’aide de deux autres frères : Jacques-Martin Maurice et Viel de Hautmesnil (AMCh, série D : D1). A partir du Consulat, c’est également le milieu maçonnique qui prend en main les rênes de l’atelier par le biais de François Avoyne de Chantereyne, de Joachim Hervieu puis ultérieurement du juge de paix Coquoin, d’Esprit Dodun et du maire Nicolas Collart (AMCh, série Q-sous-série 1Q-, 1Q 1 et 2).

133 Nicolas Fraisnais et surtout les « jureurs » Christophe Romet et François Daguin prennent en charge le bureau en 1790-1791 (ACA, série Q : 3 Q1). Ils bénéficient dans leur action de l’appui de quatre maçons venus des anciennes loges alençonnaises : Jacques Malassis, Jean-Marie Poupard, Joseph Quilhet et le médecin Charles Bienvenu. Nombre d’entre eux retrouvent les loges sous le Consulat (Romet, Poupard, Quilhet) de même que Samuel Loppe, le négociant qui joua le rôle le plus important dans le domaine du ravitaillement.

134 C’est le cas de Monestier, d’un professeur, Louis Delisle, d’un commis de négoce, Alexandre, d’un artisan étranger, Auguste Seyler et de François Letellier.

135 Il s’agit du noyau habituel (Jacques-François Alexandre, Louis Delisle, Joseph Deval, François Le Tellier et Daniel Thurninger) et du négociant irlandais Corneille Donovan. A ce sujet, voir : M. Lécureur et O. Pringard, La Franc maçonnerie havraise (1738-1815), p. 169-199.

136 Pierre-Benjamin Lestorey de Boulongue, Jean-Louis Oursel et Louis Papillon ont administré l’hôpital du Havre en 1791, ce dernier étant également intégré au comité de secours en 1795. On y retrouve également le négociant d’origine écossaise Thomas Collow qui fut, avec Eichoff, l’un des maîtres de l’approvisionnement de la ville en l’an IL

137 ACH, série H : H1 49 et 50.

Table des illustrations

Titre Les élus municipaux francs-maçons (1789-1830) : principaux orients.
Légende I : présents de 1790 au printemps 1793.II : présents du printemps 1793 à l’automne1794.III : présents de l’automne 1794 à 1800.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Calvados.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Eure.
Légende ADE, série M : 2 M 72-75série L : 11 L 4-8
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Manche.
Légende AC Ch. Série K, sous-série 1K : 1 K1-13.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Orne.
Légende ADO, série M : M 214-236série L : L 1406-1419
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Seine-Inférieur
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende ADSM, série M, sous-série 3M : 3 M 1-39série L : L 202-214.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8235/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540