Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Troisième partie. La transition révolutionnaire à travers le prisme maçonnique (1789-1830).

Chapitre 6. Les comportements politiques

Texte intégral

1. La permanence des ruptures

  • 1 E. Lesueur, La franc-maçonnerie artésienne au XVIIIème siècle, Paris, Leroux, 1914.

1Aborder les rapports des frères au politique constitue un exercice dangereux car le piège majeur est celui qui consiste à admettre celui-ci dans sa dimension réductrice qui conduirait à axer la recherche vers une problématique désuète, celle de l’apparition d’un comportement politique collectif1. Cette démarche, outre le fait qu’elle conduit simplement à constater l’éclatement de l’ordre de manière impressionniste, vise en outre à opérer une classification politique artificielle. On aboutit ainsi à une méthodologie hasardeuse considérant de la même manière une ancienne figure de proue et une ancienne étoile filante de la maçonnerie, et resituant les acteurs de manière systématique, ignorant leur évolution et postulant l’existence de « groupes » politiques monolithiques. Pour cette raison, le seul intérêt d’une étude des comportements politiques réside dans l’analyse des continuités et ruptures durant les moments chauds, notamment quand il s’agit de groupes sociologiques ou culturels comparables.

Intérêts de classe, désunion du tiers

  • 2 E. Saunier, op.cit., p. 115-121.
  • 3 Ce richissime négociant de la rue Herbière, grand lecteur des philosophes, est à la fois partisan d (...)
  • 4 La Fronde est menée par le frère Premier Président Camus de Pontcarré et rassemble au moins douze m (...)
  • 5 Parmi les 20 maçons rassemblés lors de cette réunion, 12 refusent l’abolition des privilèges fiscau (...)

2Notre étude sur la maçonnerie rouennaise2 avait montré le conformisme et les déchirements de la noblesse initiée. Entre les libéraux, les Le Couteulx, les Midy d’Andé3 ou les Rondeaux de Montbray, le maire de Rouen en 1791, tous des nobles actifs prêts à renoncer à leurs privilèges et les fers de lance de la noblesse réactionnaire qui ont participé et mené la Fronde parlementaire en juin 17884, bientôt relayés par les députés de l’ordre aux assemblées de la noblesse, le duc de Mortemart et le président à mortier Lambert de Frondeville, pour défendre leurs privilèges fiscaux, la ligne de fracture est évidente et les frères se séparent face à la question réelle et symbolique de l’égalité fiscale qu’ils refusent majoritairement5.

  • 6 Les libéraux se groupent derrière le premier président de l’administration départementale Brouard d (...)
  • 7 A son sujet, voir le livre récent de T.Tackett, Comment les députés devinrent révolutionnaires ?, P (...)
  • 8 P. Nicolle, Histoire de Vire pendant la Révolution Française, p. 68.
  • 9 ibid.

3En Basse-Normandie, les comportements d’ensemble sont comparables : la maçonnerie est également dominée par une noblesse peu libérale malgré la présence d’une minorité de nobles prestigieux favorables aux réformes, à Caen et dans ses environs6. Cela ne suffit pas cependant à contrebalancer la puissance de l’aristocratie la plus farouchement opposée aux demandes de changements dans la représentation qui domine les loges de Bayeux et de Vire. Si son représentant le plus déterminé, Achard de Bonvouloir7, ne figure sur aucun tableau de loge, « la Constance » (Bayeux) et « la Victoire » (Vire) sont les viviers de recrutement pour les partisans d’une ligne dure, proche de celle de la majorité rouennaise. Les frères Léonard de Rampan et de Mortemart à Bayeux, Jean-Auguste de Rabodange et Achard de Saint-Manvieu à Vire, l’ennemi juré du tenant local du compromis avec la bourgeoisie, Doucet de Pontecoulant8, montrent à quel point l’attitude de la noblesse bas-normande diffère peu de celle de la noblesse rouennaise. Les déchirements sont les mêmes : le frère Lebrun de Blon à Vire accepte le vote par tête à la grande colère de Rabodange9 alors que les deux hommes ont fréquenté quelques temps auparavant la même loge : « la Victoire ». On pourrait multiplier les exemples de divorce au sein d’une noblesse réunie depuis de longues années, dans le cadre des tenues maçonniques.

  • 10 ADO, série B : 70 B 33 à 35.
  • 11 Au sein du comité, Leconte de La Verrerie et Marescot de Briantes se mêlent sans problèmes à la bou (...)
  • 12 G. Maintenant, « Les jacobins d’Alençon », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’ (...)

4A Alençon, aux « Cœurs Zélés », une loge qui a concentré une noblesse locale particulièrement impliquée dans le mouvement révolutionnaire, les forces de la réaction nobiliaire face à l’abolition des privilèges fiscaux sont représentées par Pierre-Louis de Recalde et Pierre de Frottey10, et à gauche, la noblesse libérale est présente par le biais de Marescot de Briantes et surtout Leconte de La Verrerie. Ces hommes jouent un rôle non négligeable au sein du comité mis en place durant l’été 1789, puis dans les premières administrations municipales révolutionnaires11. L’ancien maître des Comptes, Leconte de La Verrerie, est une figure semblable à celle du Rouennais Rondeaux de Montbray. Nobles actifs et libéraux politiquement tous les deux, ils s’apparentent dès l’automne 1789 à la faction feuillantine12 et sont élus maires d’Alençon et de Rouen en 1791.

5Néanmoins, la rupture majeure au sein des élites mérite plus que cette mise en perspective concernant la seule noblesse, la maçonnerie étant un lieu de rencontres accueillant majoritairement l’élite du Tiers. S’est-elle façonnée, au sein de l’atelier, une sensibilité lui permettant de mettre en forme un comportement commun durant l’été 1789 ?

  • 13 C. Mazauric, Jacobinisme et Révolution, p. 255-266.
  • 14 Parmi les signataires (M.Bouloiseau, Cahiers de doléances du Tiers-Etat du bailliage de Rouen, Pari (...)
  • 15 Il s’agit des avocats du Parlement Ducastel et Ferry et des négociants Defontenay et Debonne (BMR : (...)

6Une vision générale peut bien sûr accréditer cette thèse et le comportement de la bourgeoisie maçonnique d’Ancien Régime devant les Cahiers de Thouret, ce texte colporté depuis Rouen vers les grandes villes normandes qui propose une ligne politique commune exprimant les volontés d’un Tiers désireux de trouver un compromis politique avec une noblesse arqueboutée sur ses positions de refus de l’égalité fiscale13, illustre bien ce qu’une vision d’ensemble, trop unifiée par ignorance des comportements profonds, pourrait induire d’analyse approximative. Certes, globalement, les maçons des années 1774-1739 se distinguent par un réel désir de rénovation montré par une participation « anormalement élevée » à la rédaction des cahiers. Parmi les 87 députés réunis à l’hôtel de ville de Rouen autour de l’avocat, la maçonnerie fournit un gros contingent de 23 frères14, dont quatre des onze commissaires à la rédaction réunis entre décembre 1788 et mars 178915. Cette présence importante excède largement la proportion habituelle de maçons recensés parmi les notabilités de la société civile qui avoisine les 10 %. Faut-il conclure à l’existence d’une sensibilité réformatrice, favorable à la mise en place d’un front uni cohérent voire instigateur du compromis. On y inclinerait d’autant que la loge des « Bons Amis » a été le lieu dès le printemps 1789 de débats politiques en rapport avec la revendication politique libérale mais, à regarder de près la culture politique des hommes qui entourent Thouret, on décèle surtout un souci initial d’adhérer à un texte timoré, destiné à éviter des troubles graves en imposant des réformes rapides, à peu de frais.

  • 16 P. Dupuy, op.cit.
  • 17 Les deux hommes maçonnent d’ailleurs auprès du principal collaborateur de Thouret, Jean-Baptiste Du (...)

7Le médecin François Hardy, bien connu en raison du rôle qu’il joua lors des « Journées des 31 mai et 2 juin 1793 » puis sous le Premier Directoire où il fut l’un des chantres, au Conseil des Cinq-Cents, d’une ligne politique sans concessions envers le mouvement royaliste dont il approuva la répression en vendémiaire an IV16, et l’avocat et procureur au bureau des finances Lebourgeois de Belleville présentent ainsi des sensibilités politiques bien différentes, même s’ils signent le texte et figurent tous les deux sur les derniers tableaux des « Bons Amis » (1787)17.

8Pour Hardy, la signature marque à l’évidence une adhésion sans failles à l’exigence de profondes réformes, en quelque sorte une « entrée en révolution ». Académicien, correspondant du collège royal de médecine fondé par Turgot, François Hardy appartient à un milieu éclairé approuvant depuis longtemps les ministres réformateurs, notamment Necker dont il est un assidu lecteur. Malgré sa proscription en juin 1793, son attitude politique de 1789 jusqu’à son élection aux Cinq-Cents ne laisse aucune ambiguïté sur son radicalisme politique.

  • 18 Bigot de Sommesnil est Président à Mortier et également maçon (« la Parfaite Union »).
  • 19 BMR, imprimé des délibérations du Conseil de Ville de 1748 à juillet 1789 : délibérations de juille (...)
  • 20 Tous les deux sont délégués par la bourgeoisie rouennaise pour exiger l’immédiateté de l’exécution (...)
  • 21 A partir de la mise à sac de la manufacture des sieurs Debourge et Calonne survenue du 12 au 14 jui (...)
  • 22 P. Pascal, « Chronique de la vie municipale à Vernon (1789-1795) », mémoire dactylographié déposé a (...)
  • 23 G. Lefebvre, Cherbourg à la fin de l’Ancien régime et au début de la Révolution, Cahiers des Annale (...)

9En revanche, Lebourgeois de Belleville présente un profil bien différent. Membre de cette fraction de la bourgeoisie robine associant ses intérêts à ceux d’une noblesse parlementaire rouennaise entichée de ses privilèges, fréquentant aimablement les plus hauts magistrats du Parlement, notamment le premier Président Camus de Pontcarré, l’âme de la réaction aristocratique à Rouen, un autre habitué des tenues des « Bons Amis », Lebourgeois est devenu l’un des piliers des institutions traditionnelles de la Monarchie à l’aube de la Révolution. Ancien Premier Echevin (1778) dans la municipalité dirigée par Bigot de Sommesnil18, directeur des Octrois (1787)19, puis Syndic des avocats (1788), il est choisi par les magistrats du Parlement de Rouen, en juillet 1788, pour lire à l’assemblée de l’Hôtel de Ville le mémoire de défense des Parlements réclamant leur retour, avec l’appui de tout ce que l’aristocratie rouennaise comptera d’opposants les plus déterminés à l’abolition des privilèges fiscaux. Même s’il s’est séparé inévitablement de la noblesse parlementaire sur ce dernier point, son adhésion à la politique de Thouret marque une unique volonté d’arrêter, voire d’empêcher l’expression de la revendication révolutionnaire avant même qu’elle ne s’affirme. Entre ce vieil avocat qui abandonne toutes charges dès février 1790 et le futur Conventionnel Hardy, la seule chose qui les rapproche est une volonté commune, politiquement inefficace en ce printemps de 1789, d’empêcher l’intrusion des foules révolutionnaires20. Voici donc deux trajectoires montrant la fragilité d’une union qui ne vaut que lorsque l’obligation d’endiguer la pression populaire voit jour, comme c’est le cas dans les comités locaux mis en place entre l’été et l’automne 178921. Le comportement de frères maçonnant dans des orients moins importants permet à cette occasion de mieux percevoir l’impuissance des maçons à adopter un comportement commun en 1789. Moins durablement menacées par la pression populaire, les élites locales se sont souvent livrées à une lutte pour le pouvoir favorisant l’émergence de deux entités, comités ou milices, se concurrençant sans merci avant la mise en place du processus électoral. On voit bien cette dislocation dans deux villes moyennes où les enjeux de pouvoir ont fait naître des factions opposées : il s’agit de Vernon22 et de Cherbourg23.

10A Vernon, 1789 s’est accompagné, comme à Rouen, d’émeutes populaires dont fut principalement victime le minotier Jean-Michel Planter, et surtout par l’érection d’un comité de vingt membres dont la présidence est confiée en septembre au procureur franc-maçon Pierre-Isaac Rigault de Rochefort. Au sein du comité, la maçonnerie est bien représentée avec un groupe de sept membres de l’ancien atelier « Saint-Jean de Dieu ». Le noyau fait apparaître un bel équilibre entre privilégiés (Charles Letellier d’Orvillers, le bailli Nicolas Villetard, l’abbé Philippe Langlois), roturiers venus de la robe (Pierre Rigault et son fils) et du négoce (Pierre Ricquier et Pierre Cauvin). Tous veulent contrôler la vie politique locale, mais le comité vernonnais se divise dès la fin juillet et est en proie aux enjeux de pouvoir qui opposent privilégiés aux roturiers et ces derniers entre eux. Il se constitue ainsi deux factions, la première réunissant notamment les membres éminents de la noblesse et, plus globalement, les Vernonnais les plus notables autour de Villetard, et la seconde un groupe de bourgeois de moindre prestige autour du profane Dionis. Les maçons Letellier d’Orvilliers, l’abbé Langlois et surtout Nicolas Villetard adhèrent au premier groupe ainsi que le négociant Ricquier alors que Pierre Cauvin et les Rigault jouent plutôt la carte Dionis, Rigault de Rochefort louvoyant assez habilement pour être élu président puis maire dans les semaines qui suivent. On voit donc bien que les maçons n’adoptent pas d’attitude commune même dans une ville modeste où la loge, milieu plus fermé que dans les grands centres urbains, aurait pu cimenter les intérêts particuliers. Les représentants de la petite société maçonnique locale sont en proie à des attitudes contredisant l’idée d’une unité de comportement et le seul homme qui souhaite vraiment l’unité des comités, François Finel-Desrivières, est un profane.

  • 24 ibid.
  • 25 L’avocat Duprey est plus connu encore à la fois parce qu’il est le plus proche collaborateur de Dum (...)
  • 26 BMC, manuscrit no 321. Les maçons qui approuvent la répression sont Benoit Rouhière, Gabriel Noël, (...)

11Les dissensions cherbourgeoises sont assez comparables. Cherbourg durant l’été 1789 : cette ville est le cadre d’une émeute frumentaire dont sont victimes le 21 juillet 1789 nombre de maçons accusés d’accaparer les grains, notamment les Couey Dulonprey. Ces hommes forment24 l’ossature de la haute bourgeoise négociante conservatrice contrôlant l’ancienne milice bourgeoise et l’échevinat et entrent alors en concurrence, au sein du comité local et de la nouvelle milice mis en place en juillet 1789, avec une bourgeoisie robine ambitieuse gravitant autour de Dumouriez dont elle constitue la clientèle. Or, la loge locale, « la Fidèle Maçonne », a fourni un contingent presque égal aux deux factions. On trouve les principaux représentants de l’échevinat et de l’ancienne milice bourgeoise, souvent des notabilités économiques, sur les premiers tableaux de la loge, comme le manufacturier Dupuis de Saint-Julien, les frères Couey Dulongprey, Jean-Thomas Caubisson ou Bon-Thomas Couey Ducouayscle. Figures principales de cette grande bourgeoisie commerçante, ils sont les plus menacés par la bourgeoisie robine qui veut imposer ses membres comme nouveaux édiles. Mais Dumouriez, soupçonné d’être l’instigateur du mouvement anti-accapareur et l’aimant de cette force montante, compte également dans son entourage nombre de maçons (Rouhière de Fontenelle, les avocats Guyon Dupré et François Avoine). Rouhiere de Fontenelle, aide-major de la milice bourgeoise de Dumouriez, qui a obtenu de son protecteur l’adjudication des travaux concernant les retenues et l’écluse, parvient, en tant que beau-père d’un riche entrepreneur maçon (Jolivet de Riencourt) et qu’ami des associés (les frères Noël), à placer dans la mouvance de son mentor quelques grands entrepreneurs initiés en concurrence avec la faction ennemie où les maçons sont également représentés25. On voit donc à quel point la loge a pu réunir des ennemis jurés qui n’attendent pas le durcissement du processus révolutionnaire pour se déchirer. Le seul consensus se trouve toujours dans l’approbation de l’évacuation du peuple : huit des anciens frères, membres d’une coterie ou de l’autre, figurent parmi les 37 signataires approuvant la répression qui fait suite aux émeutes de l’été 178926.

  • 27 Le 14 décembre 1789, Jacques-Antoine Dieu s’allie encore avec son collègue Antoine Blanche, membre (...)
  • 28 B. Bodinier, La vente des biens nationaux dans le département de l’Eure de 1789 à 1827, Thèse de Do (...)
  • 29 J. -Cl. Martin, La vente des biens nationaux dans le Domfrontais : structures et mutation de la pro (...)
  • 30 Nous avions recensé 133 biens appropriés sur 1 000 lors de nos travaux sur la maçonnerie rouennaise (...)
  • 31 Il s’agit d’un épicier, Toussaint Bonnet, ancien membre de « la Parfaite Egalité », d’un négociant, (...)
  • 32 E. Auzou, « La vente des biens nationaux dans le district de Caudebec (1791-1856) », mémoire de maî (...)
  • 33 Seuls les négociants François Erambert (Bernay) et Pierre Ricquier (Vernon) jouent un rôle importan (...)
  • 34 ACH, fonds révolutionnaire, série G : G 114 à 120 (inventaire des 200 déclarations des assujettis à (...)

12On remarque donc que les divisions perçues au sein des loges à la fin de l’Ancien Régime se pérennisent et l’on voit, non sans amusement, la « guerre des chirurgiens rouennais » que se livraient les médecins de « la Paix Ecossaise », en 1786, se poursuivre dans la société civile en un moment où des problèmes d’une grande gravité touchaient la ville de Rouen27. On voit à ces exemples comment se réalise l’atomisation du milieu maçonnique face au processus politique en cours. L’idée d’une majorité de frères roturiers, gagnants de la Révolution, reste d’ailleurs à prouver. C’est en effet un raccourci un peu facile et, dans l’espace normand, les apports des travaux menés sur le transfert des propriétés à l’occasion de la mise en vente des biens nationaux par Bernard Bodinier28 et Jean-Claude Martin29 tendent à nuancer une idée admise rapidement. On est en effet frappé par le fait que les frères n’ont pas excessivement brillé à cette occasion en Haute-Normandie. Dans la région rouennaise, si les initiés sont ainsi nombreux parmi les acheteurs moyens30, seuls quatre maçons figurent parmi les cent plus gros acquéreurs du district de Rouen31. Au Havre, seul le négociant Corneille Donovan peut être considéré comme un acquéreur vraiment important et, dans les districts de Caudebec et de Dieppe, dix maçons figurent parmi les plus gros acquéreurs32 ce qui, sans être négligeable, n’apporte pas la preuve d’un investissement massif à cette occasion. Le constat est identique dans l’Eure où la présence maçonnique est bien modeste. Parmi les frères ayant fréquenté les loges avant 1789, aucun ne figure parmi les plus grands acquéreurs de biens de première origine33. Par ailleurs, d’autres conséquences économiques entraînées par les aléas du processus révolutionnaire ne font pas toujours l’affaire des frères, les dossiers de vingt négociants francs-maçons au Havre soumis à l’emprunt forcé en l’an H montrant de manière éloquente à quel point ces hommes ont subi des pertes irréparables34.

  • 35 Outre les trois maçons cités, on retrouve parmi les acquéreurs les frères Delaunay (substitut), Gui (...)
  • 36 Louis-Julien Martin, Jean-Robert Saunier et Alexandre Crochon (Pont-Audemer), Etienne Bence et Loui (...)

13C’est en fait le milieu des nouveaux initiés, à partir du Consulat, qui semble bien figurer parmi les vainqueurs de la Révolution ce qui, s’agissant d’une maçonnerie en cours d’instrumentation par le pouvoir en place, n’est guère étonnant. Dans le Domfrontais, où la petite « la Parfaite Réunion » vient d’éclore (1802), les maçons ont bien brillé à l’occasion de la vente des biens nationaux puisque, parmi les 26 maçons susceptibles d’avoir participé au transfert de propriété, on trouve le plus gros acquéreur en terme de valeur des terres, Jacques Bougiard, le marchand de vin René Delahaye-Desnos qui se situe en troisième position et le greffier Guillais au sixième rang. Au total, 10 des 26 nouveaux initiés ont acquis des propriétés35, ce qui est considérable. On retrouve ce phénomène dans l’Eure, avec les nouveaux frères des loges de Pont-Audemer, d’Evreux et de Louviers36. La figure représentative de ces vainqueurs de la Révolution, plus nombreux chez les nouveaux maçons que chez les initiés ayant appartenu aux loges avant 1789, est sans conteste celle de l’huissier Bougiard. Il va jusqu’à se présenter aux fonctions politiques pour lesquelles il postule (adjoint au maire) sous le titre évocateur « d’acquéreur de biens nationaux ».

14Si la maçonnerie a bien entraîné les vainqueurs de la Révolution lors de sa recomposition, elle n’en a donc pas toujours fourni des troupes unies par une cohésion d’ensemble, ni des vainqueurs potentiels, au regard de ceux de ses affidés qui la composaient à la fin du XVIIIème siècle. Dès 1789, un processus d’implosion et de décomposition commence qui ne s’achèvera plus jusqu’au XIXème siècle.

Du divorce intraclassiste aux ruptures interclassistes

  • 37 ACR, série I, sous-série 15. Seize anciens frères ont pu être retrouvés sur la première liste des R (...)
  • 38 Nous reviendrons sur le cas de cette ville.

15La chute de la monarchie oblige à de nouvelles prises de position. Il est banal de constater l’éclatement des attitudes, les noyaux de recrutement de la maçonnerie étant assez larges pour laisser la place à quelques jacobins inquiétés après Thermidor, notamment à Rouen37 et au Havre38, sans que cela remette en cause la réalité d’un positionnement politique général caractérisé par le modérantisme.

16C’est donc le comportement politique de frères aux qualités civiles identiques, ayant fréquenté la même loge durant plusieurs années, qui présente un intérêt car l’existence d’attitudes communes pourrait ouvrir sur une démarche spéculative. Or, ils se séparent au gré de l’événement. L’évolution des groupes des négociants de « la Céleste Amitié » et des avocats des « Bons Amis » en est une preuve. En effet, on a là deux loges ayant regroupé, jusqu’en 1788, des frères unis par la qualité civile, les liens professionnels et l’appartenance à un même atelier. Beaucoup sont d’ailleurs devenus des acteurs importants à partir du printemps 1789.

  • 39 ACR, fonds révolutionnaire, série I, sous-série 13 (personnes mises en arrestation). Liasses I à XI (...)
  • 40 ACR, fonds révolutionnaire, série Q, sous série Q1 (correspondance des bureaux de charité en l’an I (...)

17« La Céleste Amitié » a ainsi attiré, auprès de la noblesse parlementaire, des membres de familles bourgeoises négociantes très influentes sous l’Ancien Régime. Jean-Baptiste Asselin, Louis-Emmanuel Midy d’Andé, Claude et Guillaume Hardouin, Richard et Jean-Baptiste Payenneville, Victor Lefebvre, auxquels on peut ajouter le directeur de la monnaie Lambert figurent sur les tableaux de la loge avant 1789. Ils ont en commun une activité florissante qui les place parmi les élites financières de la cité en raison de leurs fortunes respectives. Mais les trajectoires révolutionnaires de ces figures sociales typiques de la grande bourgeoisie négociante, a priori proches par leur activité commune et leur culture, divergent à partir de 1793. La plupart sont victimes des événements. Refusant le cours des choses, ils suivent une ligne conservatrice, le cas le plus significatif étant celui de Midy d’Andé qui est arrêté par le comité de surveillance. Ce lecteur assidu des philosophes est suivi bientôt de Claude Hardouin, des Defontenay et de Jean-Baptiste Asselin qui est, quant à lui, interné à Paris39. Pourtant, tous les frères de cette loge huppée ne répugnent pas à participer à la vie politique au plus fort de la tourmente. Victor Lefebvre, après avoir été élu officier municipal sous la municipalité de Charles Rondeaux, garde son poste au moment des épurations pratiquées par les représentants en mission Lacroix, Louchet et Legendre. Quant aux frères Payenneville, ils vont plus loin dans leur engagement et leur participation à la force coactive. Richard Payenneville occupe un poste de notable puis d’officier municipal en l’an II et son frère, Jean-Baptiste, est l’un des membres les plus actifs au sein du comité de subsistances. Il mène conjointement une activité importante comme administrateur de l’hôpital général où il retrouve d’ailleurs Victor Lefebvre40.

  • 41 C. Mazauric, op.cit., p. 135-147.
  • 42 BMR, manuscrit Y 43 (A.Pasquier, Dictionnaire historique et critique des hommes illustres de la pro (...)
  • 43 ACR, série I : 13 (personnes mises en arrestation). Liasse I.
  • 44 Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires, tome 1, 1889.
  • 45 V. Courtine, « L’itinéraire révolutionnaire d’un représentant du peuple dieppois : Antoine-Louis Al (...)
  • 46 L’avocat Thierry étant également un membre actif de la Société populaire dénoncé en l’an III comme (...)

18L’attitude des robins des « Bons Amis » qui rassemble encore en 1787 un groupe homogène de huit personnalités fortement impliquées dans la Révolution, est comparable. Pour l’avocat Aumont, la chute du trône, et plus encore la perspective de l’exécution du roi, constituent deux événements inacceptables, qui en font l’homme de la situation pour être l’instigateur de la seule tentative réelle d’insurrection royaliste sur la place de la Rougemare41 ; ce qui lui valut d’être exécuté le 18 septembre 1793 à Paris quelques mois avant un ancien noble de la même loge, l’ancien conseiller Lecocq de Beuville. Pour deux autres avocats des « Bons Amis », ce sont les Journées des 31 mai et 2 juin qui constituent le point de rupture : Jean-Baptiste Ducastel et François-Noël Anquetin de Beaulieu subissent un arrêt brutal dans leurs carrières politiques respectives jusqu’alors fort réussies. Officier municipal en 1790, Ducastel est vite devenu le principal collaborateur de Thouret qu’il supplée au tribunal de cassation et auquel il succède à l’Assemblée Législative en 1791. Prudent, moins exposé en première ligne, Ducastel échappe à l’échafaud mais passe la Terreur dans sa demeure rouennaise avant de devenir professeur de droit à l’école Centrale de Rouen42. François Anquetin de Beaulieu est moins silencieux sur son refus du cours des événements puisqu’il est l’objet d’une arrestation en raison de ses sentiments « fédéralistes »43. Membre du directoire du district en 1790, procureur de la commune de Rouen puis accusateur public, l’avocat et ancien vénérable des « Bons Amis » refuse avec fracas la défaite des Girondins et tient pour illégales les deux journées d’insurrection avant de reparaître de façon éphémère au Conseil des Anciens puis au Corps Législatif puisqu’il meurt en 180044. Face à ces trois hommes de loi refrisant le cours nouveau de la Révolution, trois autres avocats l’acceptent et sont même, à partir de ce moment, promus aux plus hautes fonctions. Le Conventionnel et régicide Antoine-Louis Albitte est bien connu en raison surtout du rôle de déchristianisateur qu’il tint comme représentant en mission dans l’Ain45. C’est un peu « l’anti-Anquetin », sa carrière commençant après l’épuration girondine qui constitue donc un point de départ. Dans sa mouvance, l’avocat Thierry et le notaire Jean-Baptiste Castel connaissent, au niveau régional, un destin assez comparable : ils deviennent administrateurs départementaux et agissent de concert avec les représentants en mission épurateurs46. Face aux grands choix, les destins d’hommes de même condition, ayant de surcroît fréquenté le même atelier, divergent encore.

  • 47 Voir : E. Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple de la franc (...)
  • 48 Les principaux membres sont Jean-Baptiste Allègre, Charles Poullet, Jacques Ferry de La Fraye, Fide (...)
  • 49 Pierre-Benjamin Lestorey de Boulongue.
  • 50 C’est le cas du tailleur Monestier.
  • 51 ADSM, série L (fonds de district du Havre) : L 5327 à 5334. C’est le cas d’Auguste Seyler, originai (...)
  • 52 C’est le cas de Joseph Deval, un maître de musique de Vintimille.

19Le 9 Thermidor marquant la fin du fonctionnement de la force coactive et l’extinction progressive des pratiques politiques d’inspiration démocratique et populaire au profit d’une période de fluctuation politique et d’incertitude de la représentation, on est assez peu surpris par le fait que l’épisode thermidorien soit l’occasion d’un recentrage de nombre de maçons autour de leurs intérêts de classe. Mais les tiraillements entre hommes de même condition demeurent et l’orient du Havre en fournit la preuve, l’histoire originale de la loge parajacobine des « Trois Haches » aidant à se rendre compte du maintien des tensions intra-classistes, notamment durant la période de déjacobinisation47. Globalement, le fractionnement de la loge, qui donne bientôt naissance à une seconde entité (« les Vrais Amis ») recouvre une réalité interclassiste, les maçons s’exprimant en faveur de la répression thermidorienne étant majoritairement des négociants importants emprisonnés en l’an II48, fraîchement initiés dans leur geôle49 ou habitués des tenues des loges d’Ancien Régime. Le groupe de maçons inquiétés, d’anciens membres de la loge des « Trois Haches », est sans surprise majoritairement composé de boutiquiers50, de simples commis de négoce51 ou d’artistes52. Mais la ligne de fracture est interne et existe toujours. Le négociant Daniel Thurninger est ainsi désarmé, peu de temps, car il est accusé d’être partisan de Robespierre alors que des hommes assez modestes comme le tonnelier Vasse, le procureur Gollain ou Burgain n’ont pas hésité à suivre les pas des négociants réacteurs.

20C’est d’ailleurs toute la structure maçonnique elle-même qui semble faire des pas de danse contradictoires puisque, de l’an III au 18 fructidor, elle se scinde entre un crypto cercle constitutionnel montrant son attachement au radicalisme révolutionnaire lors des victoires aux frontières et un groupe qui alimente l’Institut Philanthropique local.

  • 53 ACC, série I : I 36.

21La crise fructidorienne constitue le point d’orgue mettant en évidence les lignes de partage. La maçonnerie est sur la sellette, jugée avec une ambivalence qui peut se comprendre au moment où elle refait surface officiellement. On le voit bien dans la Manche. A Cherbourg, le nouveau vénérable de « la Fidèle Maçonne », l’adjudant en chef de flottille, Greban, écrit à Gabriel Noël, alors commissaire du gouvernement, pour obtenir l’autorisation de tenir des banquets maçonniques arguant du fait que la loge est composée de bons républicains53. Rien à cela d’étonnant mais la réponse est plus intéressante car elle prouve à l’évidence que les autorités ne savent si la maçonnerie couvre des groupes républicains ou royalistes. Les loges locales sont tenues suspectes et Greban tient à préciser à Nöel qu’il approuve la suspension des travaux de la loge de Valognes qui n’a pas cru bon de prévenir l’administration et qui compterait en son sein des hommes suspects. Les sources archivistiques confirment le bien fondé des soupçons.

  • 54 F. Clérembray, La Terreur à Rouen (1793-1794-1795), Rouen, Lestringant, 1901, 603 pages, rééd. 1997
  • 55 Baron Lemenuet de la Jugannière, « Mission de police secrète au Havre sous le Directoire », S.H.E.D(...)
  • 56 G. Lefebvre, La France sous le Directoire (1795-1799), p. 247-270.
  • 57 E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journalistes norma (...)
  • 58 op.cit., p. 598.
  • 59 D’après le rapport Jacquet, l’organisation havraise comprend trois groupes. Au sommet, les « Philan (...)
  • 60 Il fut également désarmé pour terrorisme en l’an II.
  • 61 ANF, série F, sous-série F7 : F7 3689 (2). Osseman fût membre de « la Parfaite Harmonie » et les fr (...)

22Les rapports de police de l’espion Jacquet, alias Lenoir, en Seine-Inférieure en sont un exemple. Ils inclineraient, avec Clérembray54 et Lemenuet de la Jugannière55, à considérer la franc-maçonnerie directoriale comme une association penchant ouvertement vers le royalisme. La thèse mathiézienne serait-elle ici confirmée ? Voire. Les rapports de Lenoir méritent le réexamen. Envoyé en Seine-Inférieure par le gouvernement pour surveiller et dénoncer des administrations suspectées d’être noyautées par les royalistes dans des villes tièdes (Rouen) ou militairement stratégiques (Le Havre)56 utilisant une presse orchestrée depuis Rouen, où officie le journaliste Magloire Robert57, l’espion découvre des groupes royalistes organisés dans des structures qui s’inspirent de la maçonnerie et liés aux clichyens de Paris. Dans son long ouvrage sur la Terreur à Rouen58, Félix Clérembray a d’ailleurs exhumé l’une de ces fameuses affiches attribuées à la « franc-maçonnerie royaliste » et on y apprend que l’organisation secrète est divisée en deux sociétés : les « Dupes » et les « Renards », les seconds étant logiquement moins inoffensifs que les premiers. En effet, les « Dupes » ne constitueraient qu’une ligue défensive des honnêtes gens contre les jacobins, indépendamment de toutes les opinions politiques, mobilisables le Jour J en cas de menace imminente de l’adversaire alors que les « Renards » soutiennent le seul qui convienne à la France c’est-à-dire Louis XVIII auquel ils jurent d’être fidèles. Les Instituts Philanthropiques Royaux, à Rouen comme au Havre, fonctionnent sur la base indiquée : une organisation en deux ou trois groupes59 et le secret absolu. On est donc formellement assez proche de la maçonnerie. Mais Jacquet est bien typique des néo-jacobins intransigeants et inquiets. Arrivé à Rouen en brumaire an VI, hébergé chez un marchand de vin républicain de la rue du Bac, Métré, puis rendu au Havre chez un orfèvre de la rue de Paris, Duclerc60, sa description des deux principales villes du département caractérise la psychologie de notre homme. Ces propos ne sont guère encourageants pour qui a la fibre républicaine. Il salue le patriotisme de la classe ouvrière rouennaise mais est inquiet du marasme économique dont sont l’objet les filatures et des conséquences politiques de cette situation sur un milieu fragilisé. Ses rapports sont du genre cinglant : il dénonce ainsi la fibre molle des rouennais, l’apathie républicaine et une certaine nostalgie de l’Ancien Régime dans les milieux d’affaires. Pour Jacquet, les deux tiers des commerçants sont acquis aux idées antirépublicaines et tous les administrateurs départementaux en portent la responsabilité en raison du faible appui qu’ils accordent à la théophilanthropie (à l’exception de Duval). Mais au cours de son séjour rouennais, Lenoir a surtout le mérite de bavarder… et de décrire avec une relative précision les milieux touchés par la gangrène royaliste. Force est de constater que les anciens frères n’y sont pas totalement étrangers. A Rouen, on trouve quelques anciens maçons, le mercier Osseman et surtout les frères Debonne61, dénoncés comme les plus dangereux, auprès des profanes Palais de Roncherolle et des curés Papillot et Malleux. Les riches négociants Debonne sont présentés par Lenoir comme les dirigeants de l’Institut rouennais et il est vrai qu’on les retrouvera sous la Restauration parmi les fidèles du régime rétabli. On est cependant gêné par l’absence de renseignements sur les activités des loges rouennaises sous le Directoire.

  • 62 Parmi les 16 Havrais dénoncés (ANF, série F, sous-série F7 : 3689 -2-), on relève le nom de quatre (...)
  • 63 La fiche d’Eyriès dressée par Lenoir n’est guère reluisante. Il en fait sa bête noire en raison de (...)
  • 64 ACH, série D : D7 (délibérations du conseil municipal du Havre en l’an II). Ainsi l’ancien fermier (...)
  • 65 Il figure sur les tableaux des « Trois Haches » de 1794 à 1804.
  • 66 Les deux sont membres également des « Trois Haches ».
  • 67 Il est en activité au sein de « l’Aménité ».

23Arrivé au Havre, où la maçonnerie locale vient d’entériner la partition entre la loge héritière du jacobinisme maçonnique, « les Trois Haches », et sa rivale, « les Vrais Amis », la situation est plus intéressante dans la mesure où Ton voit ce que font les maçons en activité. Lenoir dénonce un groupe d’individus d’où émerge aussi un noyau non négligeable de maçons en sommeil et des frères fréquentant notamment les tenues de « la Fidélité », une loge de grands négociants recomposée sous le Directoire62. Certains figurent parmi les meneurs de la faction antirépublicaine qui lève des santés pour le roi Louis XVIII : Jean-Baptiste Allègre, Jean-Louis Oursel, Benjamin Lestorey de Boulongue sont parmi eux. Mais deux hommes émergent parmi les ennemis des jacobins : le président de l’administration départementale Jacques Rialle et le commandant du port Eyriès. Tous ces hommes, internés en l’an II, ont de bonnes raisons d’en vouloir au « parti jacobin » et le rapport Lenoir est un peu une photographie de la communion des anciens (Eyriès63, Le Barrois64, Oursel) et des nouveaux maçons (Rialle, Lestorey) autour de pratiques antijacobines. On serait donc tenter d’accréditer les soupçons du gouvernement sur la maçonnerie directoriale et de percevoir celle-ci de manière univoque si l’historiographie n’avait omis de signaler que Lenoir ne cite la maçonnerie qu’à deux reprises. Une vingtaine d’autres rapports, dont il est l’auteur, non seulement n’y font jamais allusion mais placent même des maçons en activité parmi les plus zélés républicains. L’un d’entre eux décrit notamment le personnel républicain du port du Havre comme susceptible de remplacer l’équipe de Eyriès et, parmi les hommes les mieux notés, les maçons ne sont pas absents, loin s’en faut. On trouve le sous-commissaire Jean-Pierre Conquedo65, les capitaines Jean-Thomas Léguillon et Joseph Bachelet66 et l’enseigne de vaisseau Troublan67 parmi les mieux notés. En fait, les milieux maçonniques restent en proie aux déchirements internes.

  • 68 Gabriel Noël, commissaire du Directoire à Cherbourg, est vite intégré au sein de « la Fidèle Maçonn (...)
  • 69 BMC, manuscrit 454 bis (résumé de ce qui s’est passé à Cherbourg durant la Révolution française)
  • 70 ADC (fonds communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 536-537. L’interruption de la corresp (...)
  • 71 Les portraits des frères Charles Bazin et de Gilles Mauduit ont été dressés tout au long de la thès (...)

24La fin du terrorisme politique n’a donc pas fait naître une trajectoire politique commune parmi les frères et le gouvernement directorial a rapidement et facilement contrôlé les loges en phase de reconstitution : il est significatif que celles-ci, à Cherbourg et à Valognes, intègrent immédiatement les commissaires du directoire exécutif parmi leurs membres68. On est d’ailleurs mieux informé sur la pérennité des divorces en constatant la « valse politique » qui profite à des maçons au détriment de leurs frères à l’occasion de l’épuration fructidorienne. Au Havre, le frère Nicolas Lacorne prend la place du très royaliste frère Rialle à la tête de l’administration départementale : tous les deux sont des membres actifs de « la Fidélité ». A Cherbourg les vice-présidents des mêmes administrations François-Justin Asselin et Jolivet de Riencourt sont fructidorisés alors que l’avisé Avoyne de Chantereyne sait éviter les fourches caudines de l’épuration69. Les maçons en sommeil n’ont guère fait preuve de plus de stabilité car, si les Instituts Philanthropiques de Rouen et du Havre détiennent leur part d’anciens maçons, le fait est largement compensé par la présence de nombre d’entre eux au sein du Cercle Constitutionnel70 caennais, la véritable structure de lutte contre la diffusion des idées favorables au royalisme ambiant. A Vire, dans le contexte d’une difficile prise en main des pouvoirs locaux, l’épisode brumairien voit les républicains conduits par deux ex-frères, Bazin et Gilles Mauduit71, alors que nombre d’anciens se rangent derrière Jacques Cotelle, le pilier de la stabilisation révolutionnaire dans cette ville et bientôt l’un des membres actifs de la maçonnerie reconstituée.

L’attachement à l’Empire : une impression en trompe-l’œil

  • 72 Selon Paul Nicolle, Charles Bazin montre notamment des réticences profondes face au coup d’état bru (...)
  • 73 Jacques Beugnot en Seine-Inférieure, l’éphémère préfet du Calvados Collet Descotils nommé en l’an V (...)
  • 74 Ce sont, François-Gervais Durand, maçon à Pont-Audemer, Stanislas Faure, au Havre, Jacques-François (...)
  • 75 Ce sont Philippe Lance à Caen, Charles Pastey à Bayeux, Michel Renault à Alençon et François Luyten (...)
  • 76 A l’exception notable des maires de Cherbourg (De la Ville), de Caen (Daigremont Saint-Manvieu) et (...)
  • 77 La maçonnerie du département du Calvados a fourni 31 maires de communes rurales sous l’Empire. L’Eu (...)

25Avec la période consulaire qui s’ouvre, il semblerait que l’on ait un milieu maçonnique enfin uni autour d’un projet politique commun : achever la Révolution par un soutien sans faille au régime napoléonien. A l’exception du petit groupe de Virois72 ou d’Alexandre Crochon à Pont-Audemer, rares ont été en effet les récalcitrants au 18 Brumaire et la recomposition de la maçonnerie qui s’opère se caractérise rapidement par une ouverture impressionnante au monde des notables, la loge servant à l’instrumentation sociale des masses de granite. Trois préfets73, quatre sous-préfets74, quatre secrétaires généraux de préfecture75 et un nombre impressionnant de maires de grandes villes nommés par l’Empereur76, dont l’influence est relayée par nombre d’initiés occupant le poste de maire dans des communes rurales77 : la liste des cadres politiques garant de l’ordre napoléonien en province est vertigineuse, le rôle respectif des maires Flouest, à Dieppe, et du préfet la Magdelaine à Alençon, un proche de Cambacérès, révélant l’entrecroisement des milieux municipaux et préfectoraux comme élément supplémentaire de l’efficacité de l’instrumentation.

  • 78 Les années 1807-1809 marquent vraiment l’apogée du contrôle étatique sur la maçonnerie normande ave (...)
  • 79 ADC, série M : M 2 847 (registre ouvert dans les arrondissements pour protester contre l’attentat d (...)
  • 80 Les renseignements qui suivent sont tirés essentiellement des notices fournies par Robert et Cougny (...)
  • 81 BMC, imprimé 6 751.
  • 82 Jacques Chrétien de Fumechon fut membre de « la Céleste Amitié » : en 1824, il bat aux élections lé (...)
  • 83 Il est élu, sans lendemain, à la Chambre des Cent-Jours.
  • 84 Il est révoqué avant d’être élu député libéral en 1827.
  • 85 Les deux hommes furent des maçons éphémères, l’un à Pont-l’Evêque et l’autre à Domfront.
  • 86 Le célèbre magistrat fut membre de « la Constance Eprouvée » de sa fondation jusqu’au moins en 1810 (...)
  • 87 Nous reviendrons sur la destinée maçonnique de ces trois hommes. On sait que Louis Desseaux fut mem (...)

26Néanmoins, faut-il voir dans ces listes l’affirmation d’un engagement politique profond, celle d’un attachement indélébile à un homme et à un régime ? Une lecture attentive des sources révèle la fragilité du lien entre les maçons et l’Empereur. Tous ces noms prestigieux, à l’exception du préfet la Magdelaine, apparaissent en position de vénérables ou d’officiers importants de loges largement avant 1811, le moment majeur de pénétration des édiles au sein de la maçonnerie se situant entre 1804 et les années 1807-180978. Mais, après 1810, on observe une nette « banalisation » du personnel maçonnique et l’arrivée en loge d’hommes moins sensibles, en raison de l’air du temps, aux séductions du génie napoléonien. L’attitude de la plupart des seize membres de la petite loge de Lisieux née en 1812, « les Bons Amis », est révélatrice : outre le fait qu’elle initie le futur maire légitimiste (Thillaye Duboullay), elle affilie surtout des frères qui, trois ans seulement après leur adhésion à la maçonnerie bonapartiste, signent les registres ouverts dans l’arrondissement de Lisieux pour recueillir les signatures de ceux qui tiennent à marquer leur protestation contre « l’attentat du 21 janvier 1793 »79. En pleine réaction légitimiste, on ne peut pas dire que les frères lexoviens aient été ambigus dans leurs engagements. La crise survenue lors des Cent-Jours, dont les troubles internes à la loge falaisienne ont déjà témoigné, tiendra lieu de révélateur des ambiguïtés politiques des francs-maçons normands. Les choix imposés par ce moment ont placé les frères devant de cruels dilemmes dont les députés sont les figures incarnées80. Victor Avoyne de Chantereyne, après avoir chanté si bien le génie napoléonien au sein de « Thémis », se rallie sans mal à Louis XVIII et au parti le plus réactionnaire avec lequel il vote notamment contre toutes les lois libérales en faveur de la presse en 1821. En février 1824, il s’enthousiasme à l’évocation des Bourbons et, alors président du quatrième collège électoral de l’arrondissement de Cherbourg, il les félicite pour avoir rendu à la France une monarchie sans despotisme et une liberté sans anarchie, la force militaire sans les désastres liés aux conquêtes81. Son dévouement envers la Couronne lui vaut la Légion d’honneur et une place de conseiller à la Cour de Cassation. Ces anciens maçons d’Empire rejoignent dans le ralliement des initiés d’Ancien Régime, comme le conseiller du Parlement (émigré) Chrétien de Fumechon82, élu député contre Dupont de l’Eure en 1824 dans l’arrondissement de Pont-Audemer, et de nouveaux venus en maçonnerie, comme Guernon de Ranville qui fut ministre de Polignac et signataire des fâcheuses Ordonnances de juillet 1830, tous rattachés à la mouvance légitimiste. Mais à ces bonapartistes des jours heureux, il est vrai que quelques frères ont montré un réel attachement à l’Empire, une sensibilité antimonarchiste jamais démentie après 1815. C’est le cas des anciens maires de Vire et d’Alençon, Pierre Le Nouvel83 et Jacques Mercier84, de François Isabel Desparcs ou de l’ancien Conventionnel Thomas-la-Prise, éphémères députés des Cent-Jours85, plus encore des libéraux fidèles comme Dupont de l’Eure86, Alexandre Dumeilet, Louis Desseaux et Louis Bignon à Rouen87. On mesure ici à quel point, derrière la loyauté affichée envers l’Empereur, se dissimulait toujours la diversité des options politiques.

27Ce qui se passe dans l’Eure, lors des élections législatives de 1820, le révèle bien car, à cette occasion, le préfet a cru bon d’opérer une classification politique agrémentée de commentaires. Parmi les candidats, dix sont d’anciens membres de la très bonapartiste loge d’Evreux. Or, les anciens maçons ne se comportent pas de manière uniforme, comme des opposants attachés au bonapartisme ou des ralliés dénués de toute sensibilité critique. Ils se répartissent en effet en trois petits groupes politiques d’égale importance. Le comte Alexandre d’Hérard d’Helleuvilliers, le conseiller de préfecture Jacques Milot de la Craye et le maire de Gravigny Pierre-Jacques Lecousturier de Courcy sont fichés comme « royalistes purs », Alexandre de Fougy, Charles Gazzany et le procureur Armand Hébert comme « constitutionnels » tandis que Charles Fouché, l’ancien vénérable François Hochon, Jean-Auguste Trumeau et bien sûr Jacques Dupont de l’Eure sont notés comme « ultra-libéraux et influents ».

  • 88 Nous avons signalé Thillaye Duboullay à Lisieux : on peut citer surtout Nicolas Collart et Pierre L (...)
  • 89 C’est le cas du trio François Meurger, La Magdelaine et Jacques Mercier.
  • 90 ADC, série M : M 2839. Le frère d’Aubigny, menacé à l’occasion des troubles survenus à Falaise entr (...)
  • 91 ibid., M 2845. A Bayeux, l’ancien frère Jacques-Paul Lecieux met en avant son royalisme, avéré par (...)

28La superficialité de l’instrumentation du régime impérial est réelle et cela explique les déchirements touchant la maçonnerie entre 1815 et 1817. On remarque ainsi que quelques maçons impériaux deviennent les premiers magistrats légitimistes de leur ville88 au moment où d’autres, à Alençon89, deviennent les figures de proue de la résistance bonapartiste dans l’Orne auprès de Bertrand de l’Hosdinière. Les tentatives de consensus ont sans doute existé si l’on en croit l’attitude des maçons falaisiens90. Refus du nouveau régime pour les uns (les libéraux d’Alençon), ralliement sans excès à Falaise, ou adhésion à l’esprit de la « Terreur Blanche » pour d’autres91, la variété des attitudes est saisissante et ce phénomène d’implosion ne s’atténue qu’à l’occasion de la Révolution de 1830. Nous y reviendrons.

  • 92 ADO, série M : M 334 (renouvellement de la municipalité de Domfront en 1815). Les deux hommes sont (...)
  • 93 La chute de l’Aigle scelle néanmoins deux trajectoires politiques inverses. Alors que Hédou-Simonne (...)

29Pas plus qu’en 1789, 1793 ou sous le Directoire, le Premier Empire et la période de la Restauration ne laissent apparaître une grande cohésion même pour des hommes qui, comme les frères Perrier et Hédou-Simonnerie92, furent unis qualité civile, l’engagement philanthropique dans la cité et l’appartenance maçonnique dans une petite ville provinciale93.

2. La logique de l’encellulement

30Constater la division des maçons face au politique pourrait conduire à se polariser inutilement sur l’inopérance de la théorie de la fusion des élites nobiliaire et bourgeoise autour d’un programme politique commun. S’il est en effet indispensable de rappeler les conséquences de l’implosion permanente, celles-ci ont plus la valeur d’une confirmation que d’un réel apport. En raison du rôle de miroir des tensions sociales que joue le milieu maçonnique à travers son histoire interne, les ruptures politiques touchant les maçons révèlent surtout, plus qu’un constat de diversité de comportements face à la Révolution peu étonnant et déjà dressé par un nombre considérable de travaux menés sur l’objet maçonnique, une parcellisation des comportements en fonction de critères sociaux ou géographiques. Selon les lieux et les groupes étudiés, et sans sous-estimer le poids de l’événementiel, la variation des comportements politiques éclaire, rétrospectivement peut-être, les motivations propres comme l’idéologie qui ont pu motiver les francs-maçons quand ils ont eu le désir de s’intégrer à une loge à la fin de l’Ancien Régime.

La fusion des élites : la fin d’un mythe

  • 94 Rappelons que les principaux tenants et aboutissants de ce débat sont principalement exposés par De (...)

31Admettre la permanence des divisions entre frères face aux grands choix ne conduit pourtant pas à dresser un simple constat relevant que, dans la globalité du processus historique, les hommes, maçons ou non, sont emportés par des forces qui les dépassent. Les enjeux propres à l’idéologie, aux mutations économiques et aux affrontements sociaux sont tels que, dans les moments de grande intensité politique, le fait d’être maçon compte assez peu. Or, ce qui tient a priori de la simple remarque s’inscrit, nous ne l’ignorons pas, dans un vrai débat historiographique déjà évoqué94 et qui mérite, à ce stade, quelques développements.

  • 95 D. Richet, op.cit., p. 1.
  • 96 A. Soboul, Comprendre la Révolution, p. 339.

32On sait que pour certains l’histoire du recrutement des loges maçonniques montre l’existence d’une élite construite sur les représentations mentales dominant la société française du XVIIIème siècle, fondée sur la sanior pars de chaque ordre95 et que cette élite est unie par des solidarités qui l’emportent largement sur ses divisions internes. Elle porte en elle, pour reprendre l’expression employée par Albert Soboul96 dans la critique qu’il fit de cette théorie, la possibilité « d’une convergence tactique contre l’absolutisme » capable de lui économiser les affres d’une seconde révolution et reposant sur un ensemble d’intérêts économiques et une mentalité commune marquée par l’influence d’une culture des « Lumières » dans laquelle les idéologies s’entremêlent. C’est ici qu’intervient d’ailleurs l’importance de la sociabilité maçonnique, la loge se situant à la confluence des différents éléments de cette construction théorique en tant que lieu de rencontre des élites dans les orients majeurs, et comme structure de sociabilité des « Lumières » susceptible de nourrir un projet commun construit autour des valeurs du libéralisme politique et économique et de la volonté de tenir le peuple ignorant en lisière.

  • 97 M. Agulhon, op.cit., p. 178-262.
  • 98 D. Roche, op.cit.
  • 99 D. Roche, Les républicains des Lettres, p. 171.

33Les développements précédents ont montré l’aspect artificiel et, en fin de compte, la faible importance de la rencontre des élites qui reste un phénomène accolé à une partie seulement du monde maçonnique. Le fractionnement des orients en limite les effets à quelques ateliers des grandes cités de la région, presque exclusivement à Rouen et à Caen, et les tiraillements du discours permettaient déjà de douter sur les projets communs dont on pourrait gratifier la « culture des Lumières » réfractée par le prisme des loges. Avec la constatation du conformisme des comportements politiques, visibles aussi bien du côté de la noblesse que de la grande bourgeoisie maçonnique, on voit émerger en quelque sorte le point d’aboutissement d’une rupture attendue. Le privilège, comme fait de prééminence matérielle et légale de valeur symbolique, constitue la ligne d’achoppement infranchissable entre les deux ordres. Les chantiers les plus importants engagés sur la sociabilité d’Ancien Régime, parallèlement aux débats portant sur le comportement et l’idéologie politique prêtés aux élites, ont d’ailleurs depuis longtemps éclairé les attendus de cette question. Les travaux de Maurice Agulhon ont ainsi montré le glissement progressif des élites de la sociabilité des confréries vers les loges mais également le maintien de la pluralité des groupes sociaux et la destruction de la maçonnerie provençale dès 178997. Dans son œuvre majeure sur la sociabilité académique, Daniel Roche, à partir du processus de ségrégation sociale constaté entre les ateliers, a démontré jusqu’où se situaient les limites aux rencontres des élites dans les loges. Pour l’auteur, une certaine communauté culturelle existe bien entre la noblesse et la haute bourgeoisie : elle repose sur la transmission d’une culture de distinction réservée aux notables98. Pour reprendre les mots de Daniel Roche, « le compromis académique repose sur l’idée d’une mobilité sociale acceptable rassemblant les hommes de richesse et de talents réconciliés avec les règles du privilège »99. Mais, hors des temples, ce compromis bute sur ce dernier. L’exemple normand apporte donc une simple pierre à un édifice solidement bâti montrant l’impuissance de la maçonnerie à fonder un milieu uni autour d’une aspiration politique commune, à dépasser sa vocation « d’espace public de réciprocité ».

  • 100 Si l’on se réfère à la liste nationale des émigrés établie selon les Lois des 8 avril 1792 et 28 ma (...)

34En regardant l’impressionnant cortège des nobles figurant parmi les prévenus d’émigration en l’an II100, on mesure combien la pénétration bourgeoise fut superficielle, incapable d’infléchir le préjugé nobiliaire. La cohorte des nobles maçons a donc bien suivi le sort du plus commun des nobles profanes.

35Toutefois, si le fractionnement interclassiste, logique en raison de la force des intérêts de chacun, reste en fin de compte assez peu surprenant, on a vu également se manifester la permanence des divorces internes à la bourgeoisie. Celle-ci ne contredit en rien nos propos précédents mais en constitue son prolongement logique : si la maçonnerie n’a pas constitué un espace unifiant la noblesse et la bourgeoisie autour d’une sensibilité commune, on voit mal par quel miracle elle aurait pu unir l’ensemble des composantes d’une bourgeoisie dont on sait qu’elle fut loin d’être acquise dans sa totalité à la Révolution dans ses divers moments. En projetant les destins des robins fréquentant « les Bons Amis » ou des grands négociants de « la Céleste Amitié » à la fin de l’Ancien Régime, on voit apparaître les tiraillements idéologiques qui touchent l’ensemble de la bourgeoisie prise entre les perspectives offertes par un transfert des pouvoirs aux dépens de la noblesse et le sacrifice d’une partie de ses intérêts immédiats. Les contradictions qui émergent en 1789, et plus encore en 1792, s’exacerbent quand se pose à la bourgeoisie nationale la question de l’indispensable appui des masses et de la mise en place de la force coactive. Il a donc fallu logiquement attendre la grande accalmie du Consulat et de l’Empire pour voir entrer provisoirement dans les loges une majorité de satisfaits.

36Globalement, la maçonnerie subit l’onde de choc révolutionnaire et, comme elle y est peu préparée en raison du blocage du recrutement au niveau de la couche supérieure de la moyenne bourgeoisie, la structure s’efface, à l’exception cependant du Havre où l’étonnante fondation de la loge des « Trois Haches » est une preuve originale montrant a contrario que, pour survivre, la maçonnerie aurait dû s’adapter à la Révolution. En l’an II, quelques grands orients, comme c’est le cas à Toulouse, y parviennent en raison de la solidité de la vie maçonnique et de l’importance du recrutement mais, en Normandie, on constate que c’est le processus révolutionnaire qui a créé de toute pièce une « franc-maçonnerie révolutionnaire ». Sur le fonds, la démarche est identique et la maçonnerie est l’objet d’une subversion reflétant celle qui touche tout le corps social. Quand un négociant prospère, comme le Havrais Thurninger, fréquente quelques temps boutiquiers et volontaires aux armées des « Trois Haches » en l’an II, cela contraste sérieusement avec l’attitude du frère Allègre qui allume les feux en prison à la même époque pour marquer la solidarité interne mais aussi la détresse d’un milieu négociant local qui a majoritairement rompu avec le peuple. C’est en quelque sorte l’image forte de ces contradictions internes à la bourgeoisie nous révélant l’impact de l’événement révolutionnaire sur les membres des anciennes et des nouvelles loges maçonniques. Un miroir des mutations et des tensions au sein de la société civile : c’est bien ainsi que doit être analysé le comportement des frères en phase de transition.

37Pourtant doit-on, ne serait-ce que par l’étonnante capacité à se subvertir que manifeste la loge, se contenter de ce constat ? Démarche frustrante qui conduit à éluder un peu la réflexion sur l’aptitude à la subversion.

L’encellulement : les comportements de quelques groupes particuliers

38L’absence de la finalité extérieure comme élément d’explication du succès de la mode maçonnique à la fin du XVIIIème siècle autorise quelques développements car cette constatation revenait au fond à dire que chaque futur initié pouvait trouver dans l’acte d’adhésion une motivation subjective différente de celle d’un autre frère… et il nous semble bien que le mérite majeur d’une analyse des comportements politiques en période de révolution est d’éclairer le mécanisme des engagements maçonniques et de permettre de mieux comprendre les fondements réels et collectifs sur lesquels repose le sens d’une adhésion, notamment à la fin de l’Ancien Régime. Pour cela, il faut évidemment admettre, ce qui est peu difficile au regard des développements précédents, l’inexistence d’un comportement d’ensemble et chercher à identifier dans la maçonnerie des groupes restreints correspondant en fin de compte au fonctionnement profond du mode de structuration de cette forme de sociabilité. A la lueur de l’analyse parcellaire, on voit alors apparaître des topiques de comportement, entendons par-là des attitudes qui révèlent une attitude spécifique pour un groupe donné durant la Révolution.

  • 101 Nous nous sommes évidemment limité à la prise en compte des frères initiés à la fin du XVIIIème siè (...)
  • 102 Outre les Rouennais, on recense une quarantaine d’anciens maçons parmi les jacobins robespierristes (...)

39La ligne de fracture la plus évidente repose bien sûr sur les inégalités sociales existant au sein de la maçonnerie pré-révolutionnaire. Se contenter de dire que les couches sociales les plus démocratisées de la maçonnerie ont dans l’ensemble été « plus révolutionnaires », plus sensibles aux pratiques politiques mises en place par le jacobinisme constitue une constante banale. On en saura cependant un peu plus sur le fonctionnement réel de la sociabilité maçonnique vers 1770-1780 si on tient compte des conditions dans lesquelles la plupart de ces futurs jacobins ont été admis en loge. Pour cela, nous avons identifié rétroactivement le groupe peu nombreux des futurs jacobins ouvertement robespierristes101 ou, pour le moins, celui des hommes restés actifs en l’an II et ne s’opposant pas à la mise en place de la politique du gouvernement révolutionnaire102. Avec la prise en compte parallèle des destinées maçonniques et politiques, le sort commun de ce noyau, essentiellement composé de bourgeois à talents et d’avocats, replonge dans les affres de l’histoire la plus tourmentée de la maçonnerie, celle qui est marquée par la résistance des ateliers aux poussées démocratiques des années 1785-1790 et par les nombreux échecs de francs-maçons plus ou moins ambitieux, voire sans doute par les nombreuses frustrations qu’ils ont engendrées.

40Le regard que l’on peut porter sur cette histoire révèle en effet que ces maçons-là ont eu un profil maçonnique spécifique, marqué par le rejet, une « entrée en force » ou tardive au sein de l’ordre.

  • 103 ACH, série D : D2 5 à 7 inclus.
  • 104 C’est le cas de Jacques Alexandre, Joseph Deval, Auguste Seyler, Monestier ou François Letellier, l (...)

41Ainsi, affiliés tardifs, les radicaux rouennais l’ont été en raison de leur appartenance aux deux loges créées en 1785 et 1786, « la Paix Ecossaise » et « la Parfaite Egalité », dont nous avons décrit les difficultés lors de leur laborieuse reconnaissance. La fondation des « Trois Haches » au Havre n’est ni plus ni moins que l’histoire de la création des deux loges rouennaises dans un contexte plus spectaculaire. On peut donc y voir également une entrée en force dans la maçonnerie même si les circonstances, lors de l’installation en messidor an II, portaient moins les loges anciennement constituées au Havre à faire la fine bouche. On imagine en effet assez mal « la Fidélité » réfutant la constitution d’une loge nouvelle pour insuffisance sociale à cette date ! Néanmoins, ces nouveaux frères n’ont été admis que par la « force des choses », presque à regrets. L’épuration de la loge, parallèle à celle qu’opère le représentant en mission Sautereau103 au sein des administrations locales, transforme les francs-maçons jacobins du Havre en « frères de passage »104 qui disparaîtront des tableaux de loges dès les débuts du Directoire. L’arrivée de nouveaux frères montre la volonté d’écarter la moindre trace de jacobin de la maçonnerie locale de même que la création des « Vrais Amis », cet atelier dissident qui a essayé de prendre la place des « Haches » auprès du Grand Orient de France.

  • 105 Sur la carrière de cet artiste jacobin voir : Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-180 (...)
  • 106 On retrouve successivement leur trace auprès de la maçonnerie falaisienne, à Bayeux, aux Andelys et (...)
  • 107 BNF, fonds FM : FM2 159.
  • 108 Ibid. dossier des « Cœurs Unis », folio 52.
  • 109 ibid., folio 34 et suite.
  • 110 Claude Bellan, interprète des langues étrangères et membre de « la Triple Unité », participe aux ac (...)
  • 111 Le négociant Rabion est lui président de la société populaire de Eu au moment de la Terreur (ADSM, (...)

42En réalité, parmi les grands jacobins initiés à l’Art Royal dans la région, les francs-maçons assidus ou acceptés se comptent presque sur les doigts des deux mains. Même si la superficialité des liens entretenus entre ces hommes et l’ordre ne leur est pas propre, il est à noter que seul le peintre Gabriel Rupalley105 a pratiqué l’Art Royal avec une assiduité réelle à Rouen, les Rupalley père et fils étant des propagateurs de l’ordre en Normandie106. Le fils, Gabriel, est assurément le seul à mériter d’être considéré à la fois comme un grand jacobin relayant, par son action, les mesures de la politique robespierriste, et un franc-maçon important. Il fut en effet l’un des principaux collaborateurs du représentant en mission Siblot et un militant très actif de la société populaire. Mais Rupalley était à la fin de l’Ancien Régime l’un de ses artistes appréciés dans les loges en raison de son talent et des rapports étroits contractés avec la noblesse. Voici deux autres terroristes : Albitte et Lepesqueur de Conjon. Albitte fut un maçon peu actif et n’est pas le moins ambigu des hommes : dans son action politique, dominée par la « haine des curés », on lit un grand déficit de préoccupations sociales. Lepesqueur présente un profil comparable et il ne parvint jamais à se faire accepter réellement dans la maçonnerie officielle. Sa carrière maçonnique mérite d’ailleurs d’être racontée tant elle illustre les difficultés de bien des futurs radicaux dans leur tentative d’entrer dans un lieu de sociabilité en cours de démocratisation. Ayant profité de l’ouverture de la maçonnerie à la bourgeoisie robine à Bayeux à partir de 1783107 pour devenir l’orateur d’une petite loge encore irrégulière, Lepesqueur entre aussitôt en lutte contre celui qui est originellement à la base de la renaissance de cet atelier : Brard-Duclos. L’attitude de Lepesqueur révèle déjà ambitions et frustrations d’une petite bourgeoisie bientôt impliquée dans le radicalisme révolutionnaire. Il met en place avec le clan qu’il rassemble, comprenant que les aristocrates de "la Constance" ne peuvent accepter la promiscuité de la loge, un processus de scission qui procède d’une stratégie de distinction personnelle vis-à-vis de la partie socialement et culturellement la moins acceptable de l’atelier. Il s’agit de faciliter son intégration dans l’élite nobiliaire et Lepesqueur ne manque d’ailleurs pas de mentionner sa qualité de Secrétaire du Cabinet Littéraire. Il fut également initié aux hauts grades. Malgré cela, la loge aristocratique renvoie dos à dos, en octobre 1786108, les membres de ce qu’elle appelle une bande partagée ou deux espèces de sectes de profanes. Lorsque Lepesqueur, obstiné, parvient à faire reconnaître par un Grand Orient lassé par les comportements élitaires des frères de « la Constance » une seconde entité maçonnique bourgeoise pacifiée, « Saint-Charles de la Bonne Union », la noblesse n’accepte guère plus l’avocat et ses amis. Il est vrai que le discours qu’il a prononcé en tant qu’Orateur du nouvel atelier en cours d’installation, le 24 février 1788109, a de quoi suscité les réticences : en valorisant le Beau Siècle de la République de Rome et en opposant la franc-maçonnerie aux Ordres de Saint-Lazare et de Malte qui, selon lui, donnent des Honneurs et non la Vertu, il met en avant une conception de la maçonnerie qui n’est pas conforme, loin s’en faut, aux thèses défendues par les frères de « la Constance » face au rapporteur Saurine. Les autres, un Claude Bellan110, un Rabion (Eu)111 ou un Potier-Glatigny (Le Havre), le seul jacobin robespierriste de « la Fidélité », ne sont que les traces de l’originalité de comportement de quelques esprits forts échappant à la contrainte du blocage des carrières que l’on constate à partir des années 1780. Pour ces hommes, la maçonnerie est bien un refuge, le seul moyen de marquer ou plutôt de vouloir marquer leur importance sociale. Pour certains, l’entreprise se solde d’ailleurs par un échec et ils sont victimes d’un processus de rejet plus ou moins insidieux et aisément explicable par leur position sociale dépréciée au sein d’un ordre globalement aux mains des élites.

  • 112 ADSM, Série L (fonds de district) : L 5266 à 5269.
  • 113 Il fut l’un des fers de lance du jacobinisme eudois en raison du rôle directeur qu’il tint au sein (...)
  • 114 François Pascal, op.cit. François Dufrêne est signalé parmi les terroristes mais il ne subit toutef (...)

43En effet, ces hommes restent le plus souvent à la « porte des temples », comme frères à talent ou frères servants. Ainsi le nom du peintre Jacques Gadifert orne bien les tableaux de « la Parfaite Union » (Eu)112 mais voici là un maçon bien tardif et éphémère. Intégré au sein de « la Parfaite Union » en 1789, dans une loge qui cesse de correspondre avec Paris après 1790, il entre en maçonnerie avec le statut de « frère à talent »113. A Rouen, le futur directeur du théâtre de la Montagne, Jacques Cabousse, ne peut également obtenir un statut de maçon à part entière et doit se contenter de diriger la colonne d’harmonie de « la Parfaite Union ». Quant à François Dufrêne, c’est le seul maçon engagé activement en l’an II à Vernon114 mais il n’est aussi que l’ancien frère servant de « Saint-Jean de Dieu », une loge où l’on retrouvait les élites locales. Quand il voulut devenir maçon à part entière, François Dufrêne fut de ces sept frères qui, derrière l’avocat Le Boullenger, le fondateur d’une éphémère loge « Saint-Jean Baptiste », se vit refuser de constituer cet atelier par le Grand Orient. François Dufrêne, simple garçon coiffeur et Premier Surveillant de la loge provisoire, fut donc renvoyé à ce que les frères de « Saint-Jean de Dieu » considéraient comme étant sa juste place dans la maçonnerie : celle de simple servant.

  • 115 Gilles Maudit, administrateur du district, membre influent de la société populaire participe à la r (...)

44Bien sûr, il faut se garder de toute généralisation abusive et il semble que, dans certains petits ateliers des villes moyennes où les forces d’opposition au processus de démocratisation sont moins nombreuses et moins efficaces quand elles doivent faire face à un autre groupe cohérent et aussi puissant numériquement qu’elle, la bourgeoisie révolutionnaire ait su occuper les places les plus importantes au sein de l’ordre. C’est le cas à Vire où la loge a confié à Gilles Mauduit et aux Bazin (père et fils), des radicaux, les fonctions de secrétaire et de vénérable à la fin de l’Ancien Régime115. « La Victoire » constitue cependant un cas isolé et on est d’ailleurs en droit de se demander si la loge, qui maintient ses activités au début de la Révolution, n’est pas en proie alors à un début de subversion puisque l’activité du secrétaire Mauduit décuple à partir de 1788 et que les Bazin accèdent au vénéralat en 1789 et 1790, alors que la loge confiait la direction de ses travaux au seigneur Dupont de l’Orgerie quelques années plus tôt.

45Déjà peu nombreux, les maçons révolutionnaires ont donc majoritairement fait l’objet d’un rejet au sein des loges avant la Révolution et on voit ainsi apparaître la contradiction entre une légitime volonté de reconnaissance sociale et le processus de blocage dans le recrutement des loges qui répond, comme en écho, à celui que l’on observe dans l’ensemble de la société civile. Le paramètre social dans l’agrégation à la franc-maçonnerie éclaire donc le sens de l’initiation d’un boutiquier et la distingue de celle qu’elle peut revêtir pour le négociant, le magistrat ou le noble.

  • 116 E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution : journaux et journalistes normands (1785- (...)
  • 117 Les journaux dans lesquels il s’exprime sont le Bulletin des corps administrés et de la société pop (...)
  • 118 Rappelons qu’il s’agit du Flambeau du républicanisme étudié par Isabelle Laboulais, op. cit.
  • 119 Le maçon Louis Poisson est en fait le fils du propriétaire des presses Pierre Poisson dont l’imprim (...)
  • 120 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 536 (dossier des émigrés).
  • 121 ibid., 615 EDT 515 (affaires politiques).

46Dès que l’on s’échappe quelque peu du monde démocratique des modestes « talents » de la fin du XVIIIème siècle pour se pencher sur l’attitude de gens de culture plus aisés comme les imprimeurs, le processus de fractionnement fonctionne de nouveau à plein régime116. Quelques frères, non des moindres, vont être les figures de proue de la « presse révolutionnaire » qui se caractérise par un grand pluralisme. Les Rouennais ont, à l’image de l’ensemble de la société civile qu’ils informent mais dont ils sont aussi les relais, plus incliné en faveur du processus révolutionnaire que les Caennais. Les anciens frères Jean-Baptiste Milcent et Pierre Seyer suivent ainsi le cours de la Révolution, Seyer étant l’éditeur des jacobins et Milcent le porte-parole117. Les deux hommes sont débordés sur leur gauche par la feuille hébertiste de Charles Lepesqueur de Conjon118, l’ancien maçon de Bayeux. Mais les presses des maçons caennais et alençonnais épousent également le sentiment dominant des acteurs de la Révolution. Les trois maçons imprimeurs de périodiques révolutionnaires, l’incontournable Jean-Zacharie Malassis (à Alençon), Gilles Leroy et Louis Poisson, à Caen, inclinent ainsi progressivement vers l’hostilité envers la Révolution. L’ancien embastillé Malassis, qui accueille avec une certaine satisfaction les débuts de la période révolutionnaire et se lance dans la parution de titres jusqu’en 1791, ne répugne pas à ouvrir ses presses à des publications anti-révolutionnaires. L’ancien imprimeur du Roi et éditeur de l’Encyclopédie, Gilles Leroy, ainsi que son concurrent Louis Poisson119 sont plus impliqués dans l’édition d’une presse favorable à l’insurrection fédéraliste : le premier fait éditer le Bulletin des autorités constituées réunies à Caen et le Bulletin de l’Assemblée générale réunie au chef-lieu du Calvados et le second le très girondin Journal de Basse-Normandie. Ils sont d’ailleurs vite l’objet de la surveillance des autorités et de leurs soupçons. Le fils de Gilles Leroy figure ainsi parmi les individus qui font l’objet d’un dossier concernant une possible émigration en l’an VII120. Ayant quitté Caen pour la Bretagne et la région parisienne depuis 1789, son départ vers Londres avec 3 à 4 000 livres en poche, semble inquiéter les autorités. L’affaire concernant le fils de l’imprimeur de la rue Froide, Louis Poisson, paraît reposer sur des fondements plus solides puisqu’un dossier le concernant figure au rang des affaires politiques de 1793121. Le fils et la femme de Pierre Poisson, interrogés le 10 mars 1793 puis début avril, Louis étant dénoncé au Comité de Sûreté Générale et arrêté le 12, sont accusés d’avoir favorisé l’édition de libelles séditieux et surtout un ouvrage intitulé Parallèle de catéchismes, un écrit précédé d’un paraphe incendiaire contre la loi du 17 juillet 1790 signé du duc de Clermont-Tonnerre : La Constitution civile du clergé, en changeant la religion, lui donne des ministres qu’elle réprouve et qui l’avilissent. Malgré les dénégations de Louis, il paraît évident que la librairie Poisson est tenue pour suspecte à cause de ses accointances avec les milieux monarchistes locaux. On voit donc reparaître, à travers ces quelques cas, la fracture politique qui divise la majorité des maçons à l’exception, en général, du petit noyau des praticiens et artistes. Ce dernier a en effet plus ou moins réussi à investir les loges à la fin de l’Ancien Régime et à rejoindre les étoiles (les académiciens Scanégatty, l’ingénieur Brémontier ou l’organiste Charles Broche) qui constituent, comme nous l’avons montré, le noyau naturel du recrutement de l’ordre. C’est donc un petit monde, très profilé socialement et culturellement, qui peut adopter un comportement relativement homogène. Le fait que le profil de ces frères de seconde zone soit marqué du sceau du rejet par la maçonnerie installée prouve à l’évidence que celle-ci ne se nourrit pas d’un apport social et politique spontanément novateur mais qu’elle est la victime des ambitions {le ceux qui vivent les blocages de la société française en 1789. Elle subit les faits, peut y résister avec un certain succès durant quelque temps puis succombe et facilite le transfert de petits noyaux qui la constituent vers les sociétés populaires.

  • 122 T. Tackett, La Révolution, l’Eglise, la France, Paris, Cerf, 1986, 485 pages.
  • 123 M. Agulhon, op.cit., p. 265-266.
  • 124 Sur 50 clercs identifiés, 36 prêtent le Serment et 14 le refusent.
    Liste des assermentés : Louis Anq (...)
  • 125 Charles Bouvoust quitte à contre coeur l’abbaye en juin 1791 et refuse de prêter serment. Réduit à (...)
  • 126 On note dans son entourage la présence des frères Lecocq de Béville et Cauvet.
  • 127 L’évêque de la Sarthe Pierre Fréart.

47Le blocage maçonnique dont ont été victimes les praticiens et intellectuels jacobins nous a ramené, nolens volens, vers les problèmes culturels. Nous avons dit que, tout en étant la moins exigeante des structures de sociabilité d’Ancien Régime en terme de sélection culturelle, la maçonnerie comptait en son sein des hommes de culture sensibles aux nouveautés, mais aussi que cette adhésion à l’esprit des Lumières était finalement assez diffuse et peu capable de façonner une idéologie commune ; le grand éclatement de l’ordre nous a paru en être la preuve posthume. Dans la perspective du lien « culture des Lumières-milieu maçonnique », un groupe fait cependant exception à la règle énoncée : celui des clercs. Passés par la maçonnerie, ils ont adopté un comportement non conformiste face au mouvement de la Révolution dans la mesure où le monde clérical constitue le seul ordre dont les destinées politiques soient marquées par une relative unité de comportement. On peut donc considérer les initiations de prêtres et de religieux à la maçonnerie sous l’Ancien Régime, et surtout celles survenues à partir des années 1780 qui correspondent au flux des bénédictins, comme la trace d’une revendication ou la volonté d’affirmer son appartenance à la sphère progressiste des « Lumières »… et on a bien la preuve de l’encellulement des noyaux maçonniques dans les ateliers avant 1789. On dispose, pour étayer cette affirmation, d’un test efficace pour mesurer le comportement des clercs à l’égard de la Révolution grâce au Serment auquel les astreint la nouvelle constitution. Celui-ci est en quelque sorte le moment où chacun peut se déterminer et on sait122 non seulement à quel point l’attitude du clergé fut déterminante pour la poursuite du processus révolutionnaire, mais aussi à quel point le premier ordre se scinde en parts égales, les départements normands adoptant globalement un comportement légèrement « moins jureur » que la moyenne nationale. Comme l’avait suggéré Maurice Agulhon en Provence123, il existe bien un « comportement maçonnique » face au Serment puisque, en Normandie, trois maçons sur quatre prêtent le serment124. Mais plus encore, le rôle tenu par les frères durant la période révolutionnaire confirme largement une sensibilité que laisse entrevoir le test du Serment. Bien sûr, on trouve des frères présents dans les deux camps mais, face à quelques réfractaires issus de l’entourage de l’ancien évêque de Sées (Michel Mouttier-Deschênes), un « martyr » comme l’a été Charles Bouvoust125 ou quelques maçons fréquentant l’entourage du chef du clergé réfractaire calvadosien, Monseigneur de Cheylus126, l’investissement des anciens frères au sein des administrations révolutionnaires et au sein des sociétés populaires pèse d’un poids bien plus lourd. Ce sont bien sûr les structures épiscopales investies par le clergé constitutionnel qui vont constituer le premier champ d’investissement des frères. La maçonnerie normande a ainsi fourni sa part à l’épiscopat nouveau127 et la présence la plus remarquable se situe dans l’entourage de l’évêque de l’Orne Le Fessier.

  • 128 ADO, série L : L 5095.
  • 129 P. Flament, Deux mille prêtres normands face à la Révolution, Paris, Perrin, 1989. Au total, cinq d (...)

48Le principal du collège d’Alençon, Abel Marquet, en est la figure de proue en raison de son engagement parallèle au sein de la « Société des Amis Réunis » dont il assura la présidence et où il se distingua en devenant le champion de la lutte contre les réfractaires128. Il est accompagné, au sein du séminaire, d’un autre maçon présent sur les tableaux de loge de « Saint-Christophe de la Forte Union » à la fin du XVIIIème siècle, le professeur de mathématiques François Daguin, et de trois hommes figurant sur les tableaux de « la Fidélité » sous le Consulat. Ce sont Jean-Louis Malassis, le directeur du séminaire de Sées Christophe Romet et le futur conseiller général François Lelièvre129. Tous ces hommes ont constitué le petit groupe clérical des loges roturières d’Alençon et abandonné leur état au moment de leur réintégration vers 1804.

  • 130 ADE (fonds communal de Bernay), série AA : AA 5.

49En Haute-Normandie, la présence maçonnique est également importante dans les cures. Curés et anciens moines passés par la maçonnerie accèdent parfois aux plus hautes responsabilités, comme c’est le cas pour l’ancien Génovéfain Jean-Armand Descarsins, qui accède à la présidence du département de Seine-Inférieure. Nombreux sont ceux qui, dès le début de la Révolution, ont montré de l’intérêt pour l’événement. Ainsi, à Bernay, parmi les quatre Bénédictins qui viennent troubler la réunion du clergé le 2 octobre 1788 pour être admis individuellement à l’assemblée électorale chargée d’élire les représentants du premier ordre130, figurent trois maçons : le sous-prieur Pariset, le procureur Berguesse et le senior Levasseur.

  • 131 Alexandre Chapplain est membre des loges de Valognes et de Carentan.
  • 132 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 536.
  • 133 F. Clérembray, op.cit., p. 120.

50Parallèlement, leur rôle s’affirme au sein de nombreuses sociétés populaires et, plus globalement, dans le militantisme révolutionnaire. Dans la Manche, département pourtant avare en clercs francs-maçons, le curé Chapplain131 est l’un de ces prêtres qui animent les premiers clubs : il est, avec Charles Caillemer, l’un des fondateurs et des premiers présidents de la société constituée à Carentan. Dans l’Orne, c’est Abel Marquet qui constitue la personnalité marquante du militantisme des jureurs au sein de la Société populaire alençonnaise. Le dernier département bas-normand, le Calvados, peut aussi revendiquer une grande figure du militantisme jacobin. En effet, l’ancien chanoine et académicien Bouisset, s’il fut largement compromis dans l’insurrection fédéraliste, adhère en l’an VI au Cercle Constitutionnel du Calvados où il se distingue par un discours violemment républicain célébrant la condamnation du roi132. L’intégration de Bouisset, ancien membre influent du comité insurrectionnel de 1793, constitue un bel exemple de continuité dans les pratiques politiques. Partout, on peut donc faire le constat de cette sensibilité révolutionnaire parmi les anciens maçons. De Rouen, où l’ancien aumônier du régiment de Navarre, le frère Chalambert133, bénit les recrues en l’an II, au Havre où « l’Aménité » reçoit le serment maçonnique du jureur Rousset en 1793, il est indéniable qu’il existe une sensibilité d’ensemble pour celui qui fut le premier ordre du royaume. Et cela nous éclaire tout de même beaucoup sur l’hostilité de l’historiographie antimaçonnique qui fut majoritairement cléricale !

  • 134 Il fut membre des « Cœurs Unis » (Dieppe) et du chapitre « Raoul » (Pavilly).
  • 135 ADSM, série L : L 1196.
  • 136 Parmi les frères des loges bénédictines (Y.Chaussy, Les bénédictins de Saint-Maur, volume2, matricu (...)
  • 137 La biographie d’Alexandre-Guy Pingré a été rappelée plus avant. Signalons toutefois pour complément (...)
  • 138 Il est le responsable de la commission des Antiquités lors de la rédaction de l’ouvrage.
  • 139 Thomas Manchon est titulaire de l’Académie à partir de 1758 et le chanoine Bouisset, professeur de (...)
  • 140 C’est le cas de Jérôme Costin, un Mauriste.
  • 141 C’est le cas de Marc Decourdemanche, mauriste également.
  • 142 Félix Luce, étudiant au Lycée Louis-Le-Grand à Paris, envoie en 1781 un poème sur la mort de l’Impé (...)
  • 143 Il est significatif que les clercs présents sur les tableaux des premières loges adoptent une attit (...)

51A quoi faut-il attribuer cette sensibilité ? Comme pour le noyau robespierriste, le paramètre social n’est sans doute pas absent de cette adhésion à la Révolution puisque les loges recrutaient essentiellement dans un clergé assez modeste. L’aumônier Chalambert, membre de deux loges maçonniques134, constitue un exemple assez caractéristique de ces clercs francs-maçons en raison de son engagement révolutionnaire et de ses origines sociales. Religieux capucin, l’ancien aumônier du régiment de Navarre prête serment sur la Constitution le 16 janvier 1791 puis confirme son adhésion à l’Eglise nouvelle en prêtant le nouveau serment d’août 1792 et en maintenant son activité, comme nous l’avons dit, pendant les temps difficiles. Fils d’un compagnon toilier, le capucin montre encore en l’an VI une volonté farouche de poursuivre son ministère135. D’origine modeste, favorable à la Révolution et fidèle à sa mission religieuse, Chalambert s’éloigne de la maçonnerie passé 1789 puisqu’on ne le retrouve pas sur les tableaux des ateliers après cette date. Un tel destin met l’accent sur la spécificité des idéaux des clercs initiés à l’Art Royal. Il nous semble que cette adhésion est la conséquence de questionnements et de remises en cause dans le clergé à partir des années 1780. La synchronie évidente entre les prétendues turpitudes de la Congrégation des Bénédictins de Saint-Maur et l’entrée massive des Mauristes dans les loges de Fécamp et de Bernay le suggérait déjà : l’adhésion à la maçonnerie n’est pas dans le cas des clercs un engagement badin pour les idées en vogue mais la manifestation d’une sensibilité idéologique commune intégrant les thèmes progressistes véhiculés par les Lumières. D’ailleurs, l’attitude de ces clercs en révolution prolonge l’engagement affirmé dans le processus de diffusion des idées philosophiques. Recrutant essentiellement parmi des intellectuels comme le montre le nombre de professeurs chez les Mauristes136, on trouve, au sein de la maçonnerie, bien des étoiles de l’Académie. Les plus célèbres sont sans conteste les Génovéfains parisiens, qui ont participé à la reconstruction difficile des loges havraise et rouennaise, Pingré et de Mongez. Le premier est l’un des membres les plus assidus de l’Académie des Belles-Lettres de Rouen au moment où il participe à la reconstruction des loges havraises137 et le Garde des Antiquités de Sainte-Geneviève, de Mongez, est un homme des Lumières connu qui participa à l’aventure de l’Encyclopédie138. Mais les étoiles sont suivies d’une cohorte de figures régionales appartenant également à cette sphère culturelle, comme le chanoine Bouisset ou Manchon qui exercent des responsabilités non négligeables au sein de l’Académie de Caen139, comme Coquille Deslongchamps, l’initiateur de la maçonnerie à Caudebec-en-Caux qui ouvrira une école de mathématiques en 1790. Des gestes plus obscurs, de la fondation d’une bibliothèque140 à la création d’une école gratuite141 en passant par l’écriture d’œuvres littéraires142, montrent la généralisation de cette sensibilité. Ils répondent au discours du Mauriste Decourdemanche qui, dans sa loge, dénonçait la théâtralisation sanglante du rituel maçonnique au nom de valeurs véhiculées par les Lumières et il y a bien un comportement original, assez atypique par la cohérence des attitudes qu’il engendre, qui fait de l’adhésion à la maçonnerie d’une partie du clergé, surtout après 1780143, un acte significatif des mutations de la sensibilité religieuse.

  • 144 Comme nous le verrons, la plupart de la bourgeoisie maçonnique est compromise dans le mouvement féd (...)
  • 145 BMB (fonds communal de la ville de Bayeux), série I (registre de la société populaire de Bayeux de (...)
  • 146 ibid. On trouve, parmi les maçons de Bayeux ayant fréquenté la société populaire à partir de mai 17 (...)
  • 147 Le pharmacien Le Brisoyes des Noires Terres est le premier à dénoncer les compromissions caennaises (...)

52Mais, dans cet encellulement des comportements, à côté des motivations liées à l’appartenance à un groupe social ou culturel, émerge également l’importance des cadres de la société globale dans lesquels les frères évoluent. Ainsi, si l’approche générale de l’histoire du personnel maçonnique des villes normandes offre une grille de lecture assez simple, caractérisée par l’éclatement de noyaux politiques diversifiés, les attitudes varient au gré des rapports sociaux qui prévalent dans la cité. Dans les orients moyens, où la maçonnerie était réservée au petit nombre et où l’histoire maçonnique des années 1784-1789 s’est caractérisée par la multiplication des conflits et des rejets, on remarque que la majorité des initiés est acquise aux idées les plus conservatrices de la société d’Ancien Régime (« les Cœurs Zélés » à Alençon, « l’Union Militaire » à Valognes…) alors que les petite ou moyenne bourgeoisies, refoulées de l’Ordre ou « initiées dans la douleur » inclinèrent vers un radicalisme politique que l’on ne retrouve pas toujours à Rouen ou à Caen. Ainsi Bayeux entre 1787 et 1789 : on y trouve la partition entre des loges de petits bourgeois, « Saint Charles » et « les Cœurs Unis », et une loge nobiliaire intransigeante, « la Constance ». Au même moment, la maçonnerie caennaise, bien qu’élitiste dans son ensemble, s’ouvre largement aux membres du tiers. Or, elle si elle se révèle faiblement pourvoyeuse d’authentiques contre-révolutionnaires et jacobins disposés à suivre la politique des Montagnards144, on est frappé, à Bayeux, par le nombre de représentants de la noblesse réactionnaire (Léonard de Rampan, le marquis de Mortemart…) et par le radicalisme politique de la bourgeoisie maçonnique locale, qui incline fortement vers le soutien à la politique de la Convention montagnarde et du Gouvernement révolutionnaire145. Une dizaine d’anciens frères sont ainsi les protagonistes voire les animateurs d’une société populaire qui dénonce le modérantisme des Caennais et Lepesqueur de Conjon fait carrière dans la presse ultra à Rouen146. Bourgeois à talents et petits robins initiés sont souvent, en l’an II, les figures de proue du mouvement révolutionnaire local147. On voit donc le comportement des anciens maçons des loges bourgeoises contraster avec l’attitude générale des bas-normands et refléter l’exacerbation des tensions sociales dans cette ville à la veille de la Révolution. On ne saurait bien sûr soutenir que le Caen pré-révolutionnaire est exempt de tensions mais le fait que la bourgeoisie protestante, souvent maçonnique, se soit montrée à l’initiative du dynamisme économique de la cité contraste avec la situation de Bayeux où la mainmise de l’aristocratie conservatrice sur la société urbaine est encore très importante. Dans les comportements maçonniques, c’est bien la « position-reflet » qui devient la grille de lecture la plus juste pour la compréhension de la différenciation des comportements politiques.

53Partant du constat banal de la diversité des comportements politiques face à l’événement révolutionnaire, on doit donc conclure à l’existence de comportements originaux à l’intérieur des composantes de la société maçonnique. Bien entendu, la parcellisation de ceux-ci a le mérite de confirmer, au regard des faits, les constatations faites sur l’histoire interne de la vie des loges et des crises qui s’y développent. L’étude de quelques cellules de la maçonnerie en révolution anéantit néanmoins définitivement la vision de la franc-maçonnerie comme une entité unifiée dans ces comportements sociaux et politiques et fait apparaître la Révolution, par les faits qu’elle révèle et les transformations qu’elle induit, comme la matrice principale des transformations rencontrées par la sociabilité maçonnique.

Notes

1 E. Lesueur, La franc-maçonnerie artésienne au XVIIIème siècle, Paris, Leroux, 1914.

2 E. Saunier, op.cit., p. 115-121.

3 Ce richissime négociant de la rue Herbière, grand lecteur des philosophes, est à la fois partisan des réformes et acteur dans le processus pré-révolutionnaire. En effet, il lit à l’Hôtel de ville un mémoire défendant l’abolition des Parlements en réponse au frère Lebourgeois de Belleville qui défend la position des parlementaires (BMR, registre des délibérations du conseil municipal de 1748 à juillet 1789 : délibérations du 20 juillet 1788), puis il renonce aux privilèges fiscaux.

4 La Fronde est menée par le frère Premier Président Camus de Pontcarré et rassemble au moins douze maçons : les Présidents à mortier Bigot et Lambert, les conseillers Le Sens, de Gressent, Gravelles de Fontaine, Costé de Triquerville, Levacher de Vaudetard, de Courteilles, de F Aubrière, Bezuel, Mustel et Cabot d’Epreville (initié à « la Persévérance » de Pont-Audemer).

5 Parmi les 20 maçons rassemblés lors de cette réunion, 12 refusent l’abolition des privilèges fiscaux et 8 y consentent, soit la même proportion que l’ensemble de la noblesse (140 contre 106). Les 8 libéraux sont : Louis-Emmanuel Midy d’Andé, de Saint-Léger, d’Osmond, Picquet de la Houssiette, Dussausay la Vache, Le Couteulx de Verclives, Le Sens de Folleville et Chrétien de Fumechon (Procès-verbal de l’assemblée de l’ordre de la noblesse du bailliage de Rouen, Seyer, Rouen, 1789, 56 pages). Pour l’étude du comportement d’ensemble de la noblesse rouennaise, voir : C. Mazauric, Jacobinisme et Révolution, p. 255-266.

6 Les libéraux se groupent derrière le premier président de l’administration départementale Brouard de Clermont (1790).

7 A son sujet, voir le livre récent de T.Tackett, Comment les députés devinrent révolutionnaires ?, Paris, A. Michel, 1998.

8 P. Nicolle, Histoire de Vire pendant la Révolution Française, p. 68.

9 ibid.

10 ADO, série B : 70 B 33 à 35.

11 Au sein du comité, Leconte de La Verrerie et Marescot de Briantes se mêlent sans problèmes à la bourgeoisie locale, Marescot se distinguant particulièrement par son activité de commissaire chargé des questions de subsistances.

12 G. Maintenant, « Les jacobins d’Alençon », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’Orne, Alençon, 1976, p. 107-147.

13 C. Mazauric, Jacobinisme et Révolution, p. 255-266.

14 Parmi les signataires (M.Bouloiseau, Cahiers de doléances du Tiers-Etat du bailliage de Rouen, Paris, PUF, 1957-1960, deux volumes, tome 1), on trouve huit membres de la loge huppée « la Céleste Amitié » (les négociants Jean-Baptiste Asselin, Jean-Baptiste Curmer, Guillaume Debonne, Defontenay, Alexandre Helot, Alexandre Prevel et Athanase Taillet et le procureur à la vicomté de l’eau Le Barrois), six membres des « Bons Amis » (les robins Jean-Baptiste Ducastel et Lebourgeois de Belleville et Pavie, l’épicier Lesguilliez, le négociant anobli Pierre Lézurier et le médecin François Hardy), du procureur Gabriel Dornay de « la Parfaite Union », de l’huissier Barré de « l’Ardente Amitié », de l’avocat Gilles Ferry de la loge pavillaise « Raoul », des négociants Leborgne et Fouques de « la Parfaite Egalité » et de l’huissier Charles Houel de « la Parfaite Harmonie ».

15 Il s’agit des avocats du Parlement Ducastel et Ferry et des négociants Defontenay et Debonne (BMR : imprimé des délibérations du conseil municipal de 1748 à juillet 1789 : délibération de mars 1789).

16 P. Dupuy, op.cit.

17 Les deux hommes maçonnent d’ailleurs auprès du principal collaborateur de Thouret, Jean-Baptiste Ducastel, un autre signataire du cahier.

18 Bigot de Sommesnil est Président à Mortier et également maçon (« la Parfaite Union »).

19 BMR, imprimé des délibérations du Conseil de Ville de 1748 à juillet 1789 : délibérations de juillet 1787.

20 Tous les deux sont délégués par la bourgeoisie rouennaise pour exiger l’immédiateté de l’exécution de la sentence expiatoire réclamée contre Bordier et Jourdain, figures représentatives des troubles populaires de l’été 1789 (C. Mazauric, op.cit., p. 155-170). Bordier et Jourdain ont été condamnés à mort et pendus le 21 août 1789 sur le quai de Paris par une cour prévôtale pour expier les crimes perpétrés à Rouen durant l’été 1789.

21 A partir de la mise à sac de la manufacture des sieurs Debourge et Calonne survenue du 12 au 14 juillet 1789 par 300 séditieux, les autorités bourgeoises constituent un comité destiné à assurer le maintien de l’ordre. Les maçons y sont représentés par les frères Coquin et Gabriel Dornay (chargés d’organiser la garde nationale), Midy d’Andé et Victor Lefebvre (chargés des subsistances), Guillaume Debonne (député à Versailles pour féliciter l’assemblée nationale), Pavie, Payenneville, Lebourgeois de Belleville, François Hardy et François-Noël Anquetin de Beaulieu. Dans ce cercle, on trouve également la présence de Defontenay, Prosper Quesnel, Le Couteulx de Verclives et Pierre Lézurier nommé au comité de bienfaisance (BMR, imprimé des délibérations du conseil municipal de juillet 1789 à 1800 : délibérations du 30 juillet 1789 au 6 novembre 1789, ACR, série Y, sous-série Y1).

22 P. Pascal, « Chronique de la vie municipale à Vernon (1789-1795) », mémoire dactylographié déposé aux archives communales de Vernon.

23 G. Lefebvre, Cherbourg à la fin de l’Ancien régime et au début de la Révolution, Cahiers des Annales de Normandie, Caen, 1965.

24 ibid.

25 L’avocat Duprey est plus connu encore à la fois parce qu’il est le plus proche collaborateur de Dumouriez et parce qu’il va être l’un des principaux acteurs de la puissante société populaire de Cherbourg jusqu’à la crise fédéraliste. Devant la défaite de son champion lors de sa tentative de contrôle de la municipalité, défaite entérinée par l’élection du nouveau maire, de Gassé, Dupré va fonder avec ledit Rouhière la « Société des Amis de la Constitution » qui sert de réceptacle aux opposants à la bourgeoisie conservatrice dominant l’Hôtel de Ville.

26 BMC, manuscrit no 321. Les maçons qui approuvent la répression sont Benoit Rouhière, Gabriel Noël, Jean-Thomas Caubisson la Tourelle, les frères Couey Dulongprey, André Boulabert, Viel Hautmesnil, Jacques-Martin Maurice et Marie-Antoine Poulain.

27 Le 14 décembre 1789, Jacques-Antoine Dieu s’allie encore avec son collègue Antoine Blanche, membre de « la Parfaite Union », pour dénoncer Richard La Barbe bien que ce dernier figure auprès de lui sur le tableau des membres de son atelier « la Paix Ecossaise » en 1788. La Barbe est accusé d’avoir obtenu de la municipalité le privilège de donner des cours gratuits d’anatomie boulevard Bouvreuil. Cette initiative généreuse fait, à n’en pas douter, des envieux et des jaloux parmi ses collègues… y compris parmi les frères de la même loge !

28 B. Bodinier, La vente des biens nationaux dans le département de l’Eure de 1789 à 1827, Thèse de Doctorat d’Etat préparée sous la direction de Michel Vovelle, Paris I, 1988, 4 volumes.

29 J. -Cl. Martin, La vente des biens nationaux dans le Domfrontais : structures et mutation de la propriété foncière, Thèse de doctorat d’Etat préparée sous la direction de Gabriel Désert, Université de Caen, deux volumes, 1989.

30 Nous avions recensé 133 biens appropriés sur 1 000 lors de nos travaux sur la maçonnerie rouennaise ce qui place le milieu maçonnique (10 % des biens) dans une position conforme à ce qu’il représente au niveau des élites. (E.Saunier, « Les francs-maçons rouennais et la Révolution, 1789-1799 », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, tome 2, p. 94-109).

31 Il s’agit d’un épicier, Toussaint Bonnet, ancien membre de « la Parfaite Egalité », d’un négociant, Alexandre Prevel, initié au sein de « la Céleste Amitié », d’un manufacturier, Pierre Delametterie, et d’un ancien receveur du grenier à sel Alexandre Colin de Saint-Marc, deux anciens affiliés des « Bons Amis ».

32 E. Auzou, « La vente des biens nationaux dans le district de Caudebec (1791-1856) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1990. Parmi les principaux acquéreurs de Caudebec figurent l’ancien fermier général Le Barrois d’Orgeval (215 hectares), Joachim Manoury (60 hectares), Jacques Levacher (58 hectares), Delabrière (56 hectares) et Pierre Fenestre (38 hectares).
C. Avenel, « La vente des biens nationaux dans le district de Dieppe (1791-1815) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1990. Six maçons figurent parmi les 60 plus gros acquéreurs : Louis Félix, Marc de Verton et Joachim de Cantel (originaires de Eu), Louis Bourdon, Jacques Flouest et Louis Niel (de Dieppe).

33 Seuls les négociants François Erambert (Bernay) et Pierre Ricquier (Vernon) jouent un rôle important à l’occasion de la vente des biens de seconde origine et des biens immeubles. Erambert achète le château de Liencourt et Ricquier s’octroie le couvent des Cordeliers. Quelques négociants francs-maçons rouennais ont bien fait également des acquisitions immobilières intéressantes comme Jean-Baptiste Payenneville, qui achète l’église Saint-Pierre du Châtel, ou Prosper Quesnel, acquéreur de Saint-Candé le Jeune à Rouen et de l’abbaye de l’Ile Dieu dans l’Eure mais, globalement, les maçons ne se sont toutefois pas comportés différemment des autres notables.

34 ACH, fonds révolutionnaire, série G : G 114 à 120 (inventaire des 200 déclarations des assujettis à l’emprunt forcé de l’an II).
Les principaux déclarants victimes de pertes liées aux troubles des colonies et au ralentissement des affaires sont Daniel Ancel, Gustave Eichoff, Louis Papillon, Jean-Baptiste Allegre, Antoine Smuck et Jean-Christophe Rohner, Jacques La Houssaye, Christophe Vieillot et Lartois, Etienne Angoumare, les frères Lestorey de Boulongue, Emmanuel Guérard, Eléonor Acher, Charles Poullet et François Lahure.

35 Outre les trois maçons cités, on retrouve parmi les acquéreurs les frères Delaunay (substitut), Guillais (greffier), Guyard-Champinière (laboureur), Hédou-Simonnerie (médecin), Lelièvre (magistrat), Perrier (médecin) et Ruault (avoué) (J.-C.Martin, La vente des biens nationaux dans le Domfrontais, Thèse de Doctorat d’Etat de l’Université de Caen préparée sous la direction de Gabriel Désert, Caen, 1989).

36 Louis-Julien Martin, Jean-Robert Saunier et Alexandre Crochon (Pont-Audemer), Etienne Bence et Louis Delafosse (Evreux), Pierre Frigard Petou (Louviers) figurent parmi les acquéreurs les plus importants du département.

37 ACR, série I, sous-série 15. Seize anciens frères ont pu être retrouvés sur la première liste des Rouennais dénoncés pour terrorisme. On y trouve deux négociants (Thomas Eudeline, Victor Lefebvre), quatre boutiquiers (le fripier Jacques Yvernès, le gazier Arthur Delacroix, le teinturier Pierre Godebin et l’horloger Pierre Clavier), deux anciens officiers royaux (Lambert et Leroy), trois robins (les avocats François Legendre, Thierry et Paynel), deux médecins (Jean-Antoine Dieu et Antoine Blanche), l’imprimeur Pierre Seyer et surtout le peintre Gabriel Rupalley. On sera peu surpris de constater que neuf d’entre eux ont appartenu aux deux loges les plus démocratisées (« la Parfaite Egalité » et « la Paix Ecossaise ») et on peut ainsi constater que la maçonnerie rouennaise a pu fournir quelques cadres au processus terroriste en raison de la démocratisation de son recrutement après 1784.

38 Nous reviendrons sur le cas de cette ville.

39 ACR, fonds révolutionnaire, série I, sous-série 13 (personnes mises en arrestation). Liasses I à XIV ; étude exhaustive des dossiers réalisée par G.Fleury, « Les suspects à Rouen et dans les communes environnantes (1793-1794) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1987.

40 ACR, fonds révolutionnaire, série Q, sous série Q1 (correspondance des bureaux de charité en l’an II) et série Y (délibérations du conseil municipal), sous-série Y5 (brumaire à germinal an II).

41 C. Mazauric, op.cit., p. 135-147.

42 BMR, manuscrit Y 43 (A.Pasquier, Dictionnaire historique et critique des hommes illustres de la province de Normandie, 1818-1819, 9 volumes, tome 3).

43 ACR, série I : 13 (personnes mises en arrestation). Liasse I.

44 Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires, tome 1, 1889.

45 V. Courtine, « L’itinéraire révolutionnaire d’un représentant du peuple dieppois : Antoine-Louis Albitte », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1990.

46 L’avocat Thierry étant également un membre actif de la Société populaire dénoncé en l’an III comme Montagnard au nouveau représentant en mission Sautereau.

47 Voir : E. Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple de la franc-maçonnerie havraise », Actes du 120è Congrès du CTHS, p. 411-425.

48 Les principaux membres sont Jean-Baptiste Allègre, Charles Poullet, Jacques Ferry de La Fraye, Fidel Vinchon et surtout l’ancien maire Jacques Rialle, le grand imprimeur Stanislas Faure (bientôt sous-préfet).

49 Pierre-Benjamin Lestorey de Boulongue.

50 C’est le cas du tailleur Monestier.

51 ADSM, série L (fonds de district du Havre) : L 5327 à 5334. C’est le cas d’Auguste Seyler, originaire de Halle, de François Letellier et de Jacques Alexandre.

52 C’est le cas de Joseph Deval, un maître de musique de Vintimille.

53 ACC, série I : I 36.

54 F. Clérembray, La Terreur à Rouen (1793-1794-1795), Rouen, Lestringant, 1901, 603 pages, rééd. 1997.

55 Baron Lemenuet de la Jugannière, « Mission de police secrète au Havre sous le Directoire », S.H.E.D, 1935, p. 85-112.

56 G. Lefebvre, La France sous le Directoire (1795-1799), p. 247-270.

57 E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journalistes normands (1785-1800), Thèse de doctorat (NR) préparée sous la direction de Claude Mazauric, Université de Rouen, 1990.

58 op.cit., p. 598.

59 D’après le rapport Jacquet, l’organisation havraise comprend trois groupes. Au sommet, les « Philanthropes » se doivent d’être riches et d’avoir été victimes de la tourmente. En position intermédiaire, les Royalistes Constitutionnels sont considérés comme étant moins sûrs et, à la base, les pauvres vont constituer les troupes armées et agissantes à l’heure II !

60 Il fut également désarmé pour terrorisme en l’an II.

61 ANF, série F, sous-série F7 : F7 3689 (2). Osseman fût membre de « la Parfaite Harmonie » et les frères Debonne, qui demeurent rue des Carmes, de « la Céleste Amitié ». Auprès de ces anciens frères, les principaux animateurs de l’Institut mentionnés par Jacquet sont : la marquise de Faudoas, Mainbourg, rue Buffon, Palais de Roncherolle, Papillot et Malleux, curés, Mondret, fabricant, Bigot fils, Huré et Pédrogaillard.

62 Parmi les 16 Havrais dénoncés (ANF, série F, sous-série F7 : 3689 -2-), on relève le nom de quatre membres actifs de « la Fidélité » (l’ancien maire Rialle, le capitaine Casimir Leseigneur, Allègre et Lestorey de Boulongue), de trois anciens maçons de cette même loge (Hugues Eyriès, le leader du groupe, Jean-Louis Oursel et Robert Alexandre, initié à Brest), d’un ancien affilié de « l’Aménité » (Eléonor Acher) et d’un ancien membre de « la Triple Unitié » de Fécamp (Le Barrois d’Orgeval). On trouve également un futur initié aux « Trois Haches », Emmanuel Le Janvre.

63 La fiche d’Eyriès dressée par Lenoir n’est guère reluisante. Il en fait sa bête noire en raison de sa fonction vitale : royaliste astucieux, intrigant et avilissant la République, il est en intelligence avec les anglais et protège tout ce qu’il y a de royaliste et les prêtres.

64 ACH, série D : D7 (délibérations du conseil municipal du Havre en l’an II). Ainsi l’ancien fermier général Jean-Baptiste Lebarrois d’Orgeval était présenté comme égoïste, avare et notoirement soupçonné d’être un ennemi de la révolution.

65 Il figure sur les tableaux des « Trois Haches » de 1794 à 1804.

66 Les deux sont membres également des « Trois Haches ».

67 Il est en activité au sein de « l’Aménité ».

68 Gabriel Noël, commissaire du Directoire à Cherbourg, est vite intégré au sein de « la Fidèle Maçonne » tandis que les activités maçonniques renaissantes à Valognes sont également aux mains des agents du gouvernement Le commissaire du Directoire auprès de l’administration départementale, Hervé le Follet, son substitut, Philippe Adam, de même que Julien Frigot et Pierre Hubert, lesquels occupent les mêmes fonctions auprès des communes rurales et des tribunaux, figurent parmi les dignitaires de « l’Unité ».

69 BMC, manuscrit 454 bis (résumé de ce qui s’est passé à Cherbourg durant la Révolution française)

70 ADC (fonds communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 536-537. L’interruption de la correspondance des loges caennaises entre 1792 et 1799 ne permet évidemment pas de cerner les appartenances parallèles avec exactitude mais on retrouve, parmi les habitués du cercle, quatre maçons présents jusqu’en 1792 et participant à la reconstruction de la maçonnerie caennaise sous le Consulat (Boizerard de Boislambert, Lasseret, Samuel-Paysant et Saint-Jore), un frère de Bayeux dans le même cas (Philippe Lequeux), un frère caennais figurant sur les tableaux de « Union et Fraternité » jusqu’en 1792 (Marescot) et trois anciens caennais de « la Constante Amitié » (Bouisset et Collet Descotils fils) et de « la Vraie Union » (La Garenne). Le cercle fut également fréquenté par cinq néo-maçons ayant participé à la renaissance de « Thémis » (l’avocat Devic, Germain Dubosq, Laurent-Thomas Desmortreux, Louis Lair-Beauvais, Michel Lebaron) et par deux frères de « la Constante Amitié » initiés sous le Premier Empire (Pierre-François et Simon Chennevière).

71 Les portraits des frères Charles Bazin et de Gilles Mauduit ont été dressés tout au long de la thèse de Paul Nicolle. (P. Nicolle, Histoire de Vire pendant la Révolution française, Vire, 1923). Gilles Mauduit et Charles Bazin (du Parc) participent notamment à la régénération de la société populaire en l’an II dont ils tiennent alors les rênes.

72 Selon Paul Nicolle, Charles Bazin montre notamment des réticences profondes face au coup d’état brumairien (op.cit., p. 405).

73 Jacques Beugnot en Seine-Inférieure, l’éphémère préfet du Calvados Collet Descotils nommé en l’an VIII et Victor La Magdelaine figurent parmi les maçons. Si Beugnot fut une étoile filante de la maçonnerie (il figure comme simple affilié libre sur un tableau de « l’Ardente Amitié » sous le Consulat), La Magdelaine tint le maillet de la reconstruction de la maçonnerie alençonnaise jusqu’en 1810.

74 Ce sont, François-Gervais Durand, maçon à Pont-Audemer, Stanislas Faure, au Havre, Jacques-François Cartier, à Dieppe et Guillaume Barbotte, à Domfront.

75 Ce sont Philippe Lance à Caen, Charles Pastey à Bayeux, Michel Renault à Alençon et François Luyten à Pont-Audemer.

76 A l’exception notable des maires de Cherbourg (De la Ville), de Caen (Daigremont Saint-Manvieu) et du Havre (Séry), l’Empire a vu pénétrer au sein de la maçonnerie la quasi-totalité des édiles locaux.
Rouen arrive en tête puisque les deux maires successifs, Louis Lézurier et Prosper Desmadières (après 1808), sont membres de « l’Ardente Amitié », ainsi que leur adjoint Héron d’Agironne… mais les autres grandes villes de Seine-Inférieure tiennent très honorablement leur place. La maçonnerie havraise compense l’absence du maire Séry par les présences du sous-préfet Faure et de l’adjoint Daniel Ancel tandis que la maçonnerie dieppoise est aux mains du maire Jacques Flouest (Vénérable des « Cœurs Unis » en 1807).
Dans l’Eure, le frère François Durand, maire de Pont-Audemer en l’an VIII, avant de céder cette charge contre un poste de sous-préfet, puis Jean-René d’Auvray, son successeur, et son adjoint Claude Bunel, sont membres de « la Persévérance » !
A Caen, où « Thémis » a vu le vénéralat détenu par Jean-Louis Daigremont, de 1801 à 1806, le père de Jean-Baptiste, maire de Caen entre 1800 et 1808, on peut s’interroger sur l’appartenance à la maçonnerie de son successeur Lentaigne Logivière car un frère de ce nom figure sur les listes de « Thémis », mais avec imprécision. A Vire, le maire Pierre Le Nouvel, nommé en 1808, est Vénérable de la loge et, à Falaise, Valois Saint-Léonard se retrouve dans la même situation en 1809. A Bayeux, Nicolas Dulongbuisson, adjoint depuis 1804, est également initié. Dans la Manche, le maire de Saint-Lô, Guillot, est membre de « l’Accord Parfait » et Dutourp, maire de Valognes (1800-1808) de « l’Unité ». Dans l’Orne, « la Fidélité » à Alençon intègre le maire Jacques Mercier, nommé en 1808, et son adjoint Meurger ; « l’Etoile » (l’Aigle), le maire de cette ville Paul-Armand Rossignol, nommé en août 1808 et « l’Amitié » (Bellême) Julien Ruault, maire de 1800 à 1808.

77 La maçonnerie du département du Calvados a fourni 31 maires de communes rurales sous l’Empire. L’Eure en a fourni 18, la Seine-Inférieure 17 et l’Orne 4.

78 Les années 1807-1809 marquent vraiment l’apogée du contrôle étatique sur la maçonnerie normande avec les vénéralats conjoints de Pierre Le Nouvel (maire à Vire), Richard Valois Saint-Léonard (maire à Falaise), de La Magdelaine (préfet de l’Orne) et de Lemaréchal (maire de Rugles et vénérable de « l’Etoile » à l’Aigle), du baron Leroy de Livet (ancien maire de Pont-Audemer), de Jacques Flouest (maire de Dieppe) et de Héron d’Agironne (adjoint au maire à Rouen).

79 ADC, série M : M 2 847 (registre ouvert dans les arrondissements pour protester contre l’attentat du 21 janvier 1793). Les signataires appartenant à la maçonnerie locale sont Louis-Jacques Thillaye Duboullaye qui se présente alors comme électeur, l’huissier Alexandre Dussaulx, le greffier Charles Morel, le directeur des postes Charles Craboullet, Louis Rocques Desvallées, l’avoué François Dalgot, l’émigré Pierre-Philippe de Beaumont et le notaire Jean-Baptiste Cosnard La Bretonnière.

80 Les renseignements qui suivent sont tirés essentiellement des notices fournies par Robert et Cougny dans leur dictionnaire des parlementaires (Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires, tome 1, 1889).

81 BMC, imprimé 6 751.

82 Jacques Chrétien de Fumechon fut membre de « la Céleste Amitié » : en 1824, il bat aux élections législatives dans l’Eure la figure de proue du libéralisme politique Jacques Dupont.

83 Il est élu, sans lendemain, à la Chambre des Cent-Jours.

84 Il est révoqué avant d’être élu député libéral en 1827.

85 Les deux hommes furent des maçons éphémères, l’un à Pont-l’Evêque et l’autre à Domfront.

86 Le célèbre magistrat fut membre de « la Constance Eprouvée » de sa fondation jusqu’au moins en 1810. On le signale aussi parmi les tenues de « l’Union » à Elbeuf peu avant les Trois Glorieuses puis avec la délégation de maçons elbeuviens montés à Paris pour féliciter La Fayette.

87 Nous reviendrons sur la destinée maçonnique de ces trois hommes. On sait que Louis Desseaux fut membre de « la Persévérance Couronnée » à Rouen à partir de 1822. Louis Bignon et Alexandre Dumeilet figurent sur un tableau de la loge elbeuvienne, auprès de Dupont de l’Eure, comme honoraires faisant partie de la délégation envoyée à Paris en août 1830, Dumeilet ayant par ailleurs fréquenté les réunions de « la Constance Eprouvée » à Evreux à la fin du Premier Empire (ADE, série M : 4M 198).

88 Nous avons signalé Thillaye Duboullay à Lisieux : on peut citer surtout Nicolas Collart et Pierre Le Mengnonnet à Cherbourg et à Granville.

89 C’est le cas du trio François Meurger, La Magdelaine et Jacques Mercier.

90 ADC, série M : M 2839. Le frère d’Aubigny, menacé à l’occasion des troubles survenus à Falaise entre 1815 et 1817, semble avoir été protégé par des frères (le général de Songis et le maire Valois Saint-Léonard), lors du passage d’un cortège excité de 3 000 manifestants bien décidés à aller s’en prendre aux biens d’un allié du régime renversé.

91 ibid., M 2845. A Bayeux, l’ancien frère Jacques-Paul Lecieux met en avant son royalisme, avéré par un militantisme ancien et sans faille au sein du comité insurrectionnel caennais de 1793 : il brigue, il est vrai, une place de commissaire de police en remplacement d’un fonctionnaire jugé trop tiède. Pour vanter ses mérites, Lecieux dit avoir servi le général Frottey et fournit aux royalistes de Bayeux armes et munitions.

92 ADO, série M : M 334 (renouvellement de la municipalité de Domfront en 1815). Les deux hommes sont médecins, membres du comité de vaccination du Domfrontais et maçons à Domfront.

93 La chute de l’Aigle scelle néanmoins deux trajectoires politiques inverses. Alors que Hédou-Simonnerie est révoqué lors de la Seconde Restauration et tenu pour l’un des plus fidèles des Bonapartes, Louis Perrier est promu maire, fonction qu’il assumera avec la fidélité due à la dynastie régnante de 1815 à 1826.

94 Rappelons que les principaux tenants et aboutissants de ce débat sont principalement exposés par Denis Richet, « Autour de origines idéologiques lointaines de la Révolution française : élites et despotisme », Annales E.S.C, 1969, no 1, p. 1-23., et par Claude Mazauric, Sur la Révolution Française, p. 95-113.

95 D. Richet, op.cit., p. 1.

96 A. Soboul, Comprendre la Révolution, p. 339.

97 M. Agulhon, op.cit., p. 178-262.

98 D. Roche, op.cit.

99 D. Roche, Les républicains des Lettres, p. 171.

100 Si l’on se réfère à la liste nationale des émigrés établie selon les Lois des 8 avril 1792 et 28 mars 1793, on comptabilise 116 anciens maçons normands, 77 en Basse-Normandie et 43 en Haute-Normandie. Cinq orients émergent très largement et fournissent 85 des 116 ex-maçons : Bayeux avec 22 émigrés, l’ensemble Rouen-Pavilly (18), Valognes et Alençon (16 pour chaque orient) et Caen (13).

101 Nous nous sommes évidemment limité à la prise en compte des frères initiés à la fin du XVIIIème siècle, l’entrée d’un ancien jacobin au sein d’un atelier post-révolutionnaire prenant bien sûr une tout autre connotation.

102 Outre les Rouennais, on recense une quarantaine d’anciens maçons parmi les jacobins robespierristes avérés. La maçonnerie havraise fournit dix frères impliqués dans la direction de la société populaire, l’activité des assemblées sectionnaires ou dans la vie culturelle en l’an II (9 frères des « Trois Haches » : Jacques Alexandre, Pierre Burgain, Louis Delisle, Joseph Deval, François Letellier, Jean-Louis Monestier, Michel Pelhaste, Daniel Thurninger et Guillaume Seyler ; et un ancien de « la Fidélité : Potier-Glatigny). L’ancienne loge bourgeoise de Bayeux, « Saint-Charles de la Bonne Union », a fourni huit militants actifs de la société populaire en l’an II (les avocats Delarue et Le Moussu, le juge Helie du Rorcy, le notaire Vautier, les praticiens Lecieux et Lecoustey, Le Brisoyes des noires Terres et Jourdain). Parmi les maçons d’Eu, Dieppe et Fécamp, on retrouve David Godebout, Lepainteur et Etienne Paon (Dieppe), Jacques Didelet et Claude Bellan (Fécamp), Jacques Gadifert et Louis Rabion (Eu). Parmi les frères des autres orients, citons La Chapelle, Mathieu Herbin et Pierre-Nicolas Fraisnais (Alençon), Samuel-Paysant, Lasseret et La Garenne (Caen), Michel Noël et Devillers (Cherbourg), Joseph Doché (Coutances), Thomas Bazin et Gilles Mauduit (Vire).

103 ACH, série D : D2 5 à 7 inclus.

104 C’est le cas de Jacques Alexandre, Joseph Deval, Auguste Seyler, Monestier ou François Letellier, les cinq grandes figures du jacobinisme havrais passées par la maçonnerie… qui ne sont présents que sur le premier tableau de la loge, en 1794.

105 Sur la carrière de cet artiste jacobin voir : Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), Rouen, p. 328.

106 On retrouve successivement leur trace auprès de la maçonnerie falaisienne, à Bayeux, aux Andelys et à Rouen.

107 BNF, fonds FM : FM2 159.

108 Ibid. dossier des « Cœurs Unis », folio 52.

109 ibid., folio 34 et suite.

110 Claude Bellan, interprète des langues étrangères et membre de « la Triple Unité », participe aux activités du comité de surveillance fécampois en l’an II (ADSM, fonds de district, série L : L 5275-5276). Elu par la section Saint-Etienne, on ne peut cependant pas dire que son rôle soit particulièrement fort durant la période terroriste.

111 Le négociant Rabion est lui président de la société populaire de Eu au moment de la Terreur (ADSM, série L : L 5266 à 5269).

112 ADSM, Série L (fonds de district) : L 5266 à 5269.

113 Il fut l’un des fers de lance du jacobinisme eudois en raison du rôle directeur qu’il tint au sein du puissant comité de surveillance local à partir de l’an II.

114 François Pascal, op.cit. François Dufrêne est signalé parmi les terroristes mais il ne subit toutefois pas de désarmement.

115 Gilles Maudit, administrateur du district, membre influent de la société populaire participe à la régénération de celle-ci en 1792 et préside la société régénérée lors de la Fête de la Raison, tandis que Thomas Bazin a fondé la société patriotique et fait preuve d’un républicanisme constant jusqu’au 18 Brumaire lors duquel il est écarté de l’administration municipale (P.Nicolle, op. cit).

116 E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution : journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, C.T.H.S, 1993.

117 Les journaux dans lesquels il s’exprime sont le Bulletin des corps administrés et de la société populaire de Rouen, qui paraît entre janvier 1794 et avril 1795, et les éditions du Journal de Rouen.

118 Rappelons qu’il s’agit du Flambeau du républicanisme étudié par Isabelle Laboulais, op. cit.

119 Le maçon Louis Poisson est en fait le fils du propriétaire des presses Pierre Poisson dont l’imprimerie est reprise, après son décès, par la veuve. Le fils Louis participe activement à l’entreprise.

120 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 536 (dossier des émigrés).

121 ibid., 615 EDT 515 (affaires politiques).

122 T. Tackett, La Révolution, l’Eglise, la France, Paris, Cerf, 1986, 485 pages.

123 M. Agulhon, op.cit., p. 265-266.

124 Sur 50 clercs identifiés, 36 prêtent le Serment et 14 le refusent.
Liste des assermentés : Louis Anquetin (Gournay), Pierre Berteaux, Mathurin Brissier, Antoine Dechy, Jean-Jacques Demontigny, Pierre Fréart, Louis Grognet, Louis Lestivietz, Florentin Painblanc (Caudebec), Bouisset, Jacques Capron, Pierre Mariette, Thomas Manchon (Caen), Séverin Chalambert et Armand Descarsins (Dieppe), Alexandre Chapplain (Coutances), Augustin Cheminel, François Daguin, Abel Marquet et Christophe Romet (Alençon), Guillaume de Bras de fer, Jean-Charles de Rouvray, Prosper Lebas, François Letellier et Joseph Ozouf (Fécamp), Dodard et Jean-Baptiste Lefranc (Rouen), Jean Guesdon (Trois-Monts), Jean-Vincent Guillemin et Félix Luce (Cherbourg), Jean-Pierre Lestoc et Claude Meufrey (Vernon), Helard, Marais, Guillaume Rousset et Jacques Trupel (Le Havre). Liste des réfractaires : Louis Bourdon (Alençon), Charles Bouvoust, Louis Cambier, Michel Hamelin et Claude Ribard (Fécamp), Pierre Cauvet, Guillaume Gaugain, Lecoq de Béville et Pierre Lemoine (Caen), Robert Curay (Dieppe), Guillain Joannes (Caudebec), Michel Mouttier-Deschenes (la Ferté-Macé), Joseph Quennouel (Bernay).

125 Charles Bouvoust quitte à contre coeur l’abbaye en juin 1791 et refuse de prêter serment. Réduit à la mendicité, il est arrêté en 1797 près d’Argentan et jugé comme réfractaire. C’est à cette occasion qu’il avoue avoir dit des messes pour les Chouans. Condamné à la déportation à l’Ile de Ré en janvier 1798, il meurt dans sa cellule en avril 1799. Il fut initié au sein de « la Triple Unité » de Fécamp (voir, J.-Paul Lefebvre-Filleau, Moines francs-maçons du pays de Caux, p. 121-123).

126 On note dans son entourage la présence des frères Lecocq de Béville et Cauvet.

127 L’évêque de la Sarthe Pierre Fréart.

128 ADO, série L : L 5095.

129 P. Flament, Deux mille prêtres normands face à la Révolution, Paris, Perrin, 1989. Au total, cinq des douze vicaires épiscopaux entourant Jacques Le Fessier ont donc transité, à un moment ou à un autre, par la maçonnerie.

130 ADE (fonds communal de Bernay), série AA : AA 5.

131 Alexandre Chapplain est membre des loges de Valognes et de Carentan.

132 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 536.

133 F. Clérembray, op.cit., p. 120.

134 Il fut membre des « Cœurs Unis » (Dieppe) et du chapitre « Raoul » (Pavilly).

135 ADSM, série L : L 1196.

136 Parmi les frères des loges bénédictines (Y.Chaussy, Les bénédictins de Saint-Maur, volume2, matricule, Paris, Société Augustinienne, 1989) furent professeurs : Pierre Lebas, professeur de théologie à Fécamp en 1789 puis professeur de législation à Boulogne en 1798, Dominique Fouchet, professeur de rhétorique à Vendôme en 1779, Charles Quennouel, professeur de philosophie à Saint-Wandrille en 1776 puis de théologie à Fécamp en 1778, Guillaume Joanne, professeur à Saint-Ouen et Jumièges, Jean-Nicolas Martel, professeur de rhétorique à La Bonneville en 1783 puis de philosophie à Saint-Gimer en 1785 et Marc Decourdemanche, respectivement professeur de rhétorique et de philosophie à Chartres de 1760 à 1762, de théologie à Caen en 1764, de philosophie à Sées en 1766 et de théologie à Bonneval en 1769.

137 La biographie d’Alexandre-Guy Pingré a été rappelée plus avant. Signalons toutefois pour complément qu’il fut affilié à « la Fidélité » du Havre et simultanément un des membres les plus féconds de la sociabilité académique rouennaise. Il est l’auteur de trente mémoires à vocation scientifique.

138 Il est le responsable de la commission des Antiquités lors de la rédaction de l’ouvrage.

139 Thomas Manchon est titulaire de l’Académie à partir de 1758 et le chanoine Bouisset, professeur de littérature au collège de Caen, devient académicien en 1761. Il en devient directeur en 1763 et en est le lecteur de 1762 à 1782, parallèlement à ses activités maçonniques.

140 C’est le cas de Jérôme Costin, un Mauriste.

141 C’est le cas de Marc Decourdemanche, mauriste également.

142 Félix Luce, étudiant au Lycée Louis-Le-Grand à Paris, envoie en 1781 un poème sur la mort de l’Impératrice de Hongrie. Sans être académicien, il gravite, comme nombre de simples prêtres et de petits médecins, autour de ce milieu (fonds privé : registre des délibérations de l’Académie de Cherbourg avant 1789).

143 Il est significatif que les clercs présents sur les tableaux des premières loges adoptent une attitude plus diversifiée à partir de 1789. Ainsi, près de la loge alençonnaise la plus récente qui fournit les vicaires constitutionnels, les quelques curés membres de la loge de La Ferté-Macé et les Mauristes des « Cœurs Zélés » (la première loge alençonnaise) adoptent une attitude plus variable. On trouve au sein de ces deux loges deux hommes qui refusent nettement le Serment et la Révolution : le curé Michel Mouttiers-Deschênes, ancien vicaire épiscopal à Sées, et Louis Bourdon.

144 Comme nous le verrons, la plupart de la bourgeoisie maçonnique est compromise dans le mouvement fédéraliste. Néanmoins, quelques maçons participent à la politique révolutionnaire mise en place à Caen après l’épuration des autorités constituées (ADC, fonds communal de Caen, série EDT : 615 EDT 516). Jean-Adrien Lasseret est agent national en l’an II de même que Beuzelin (« Thémis »). Au sein de l’administration municipale en l’an II, on relève les noms de Charles Saint-Jore, Lamy père (« Union et Fraternité »), Léger du Verbois (« Thémis »), Henri Quesnot (« la Vraie Union ») et de l’éphémère maire Daigremont (« Thémis »).

145 BMB (fonds communal de la ville de Bayeux), série I (registre de la société populaire de Bayeux de mai 1793 à l’an III).

146 ibid. On trouve, parmi les maçons de Bayeux ayant fréquenté la société populaire à partir de mai 1793, quelques girondins comme Louis Paysant Desvallées et Le Brisoyes Surmont. Les frères qui restent actifs en l’an II sont le notaire Claude Vautier (secrétaire), François Lerouge de Préfontaine, les apothicaires Le Brisoyes Des Noires-Terres et Lecoustey, Jacques Jourdain, Nicolas Dulongbuisson, Nicolas Le Moussu, François Lesieur, Jean-Antoine Delarue et Jean-Baptiste Hélie du Rorcy. Ce dernier, qui soutient le maire jacobin Le Tual fils, et Le Brisoyes Des Noires Terres, qui quitte la société caennaise en raison de son modérantisme, en sont les membres les plus actifs.

147 Le pharmacien Le Brisoyes des Noires Terres est le premier à dénoncer les compromissions caennaises : il complète son action militante par une intégration au comité d’instruction local et se dépense sans compter pour régler les problèmes de subsistances de la « Grande Terreur ». Il est aidé d’un autre frère : l’apothicaire François Lecoustey. Quant au notaire Claude Vautier et à l’avocat Jean-Antoine Delarue, ses anciens frères occupent à plusieurs reprises le secrétariat de la société épurée, Delarue accédant même à la présidence en messidor an II.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540