Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Troisième partie. La transition révolutionnaire à travers le prisme maçonnique (1789-1830).

Franc-maçonnerie et révolution en Normandie

Texte intégral

1En amorçant la question des comportements des frères dans la société civile, de leur engagement dans la cité, nous avons bien conscience du danger finaliste qui guette, à plus forte raison lorsque, comme nous l’avons montré, l’appartenance maçonnique de grandes personnalités procède du comportement éphémère, ce qui atténue la capacité de l’atelier à se muer en « espace public de réciprocité » efficace. Malgré cela, même si l’adhésion à la maçonnerie fut plus, pour nombre de frères, le fruit d’une curiosité sympathique qu’un signe fort d’engagement, la construction du tissu social des loges a mis en évidence deux faits justifiant une telle démarche. D’une part, les canaux de diffusion, autour d’un petit noyau initiateur, montrent bien que l’intégration d’un membre résulte d’une relation d’ensemble même si celle-ci s’avère plus ou moins distendue. Demeurer dans un quartier aisé, lire des auteurs comparables et, plus encore, s’être assis sur les bancs d’une même Faculté, maçon de vocation ou étoile filante, cela montre bien l’appartenance à un milieu cohérent.

2D’autre part, et de manière plus décisive, les vicissitudes de l’histoire de l’Ordre de 1770 à 1830 ont scellé bien des itinéraires communs unissant de petits noyaux internes. Le refus d’être régularisé, le fait d’être exclu, tout cela crée des destins comparables et contribue à fonder une identité propre aux maçons et aux micro-sociétés composant la franc-maçonnerie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540