Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Deuxième partie. Du temple à la cité. Unité et diversité d'une élite.

Chapitre 4. Les caractéristiques d’une élite

Texte intégral

1. Une place privilegiee dans la cite

1Bien que la plus ouverte des formes de sociabilité à la fin du XVIIIème siècle, la franc-maçonnerie pose de solides barrières aux tentatives de démocratisation et cela crée les conditions de l’émergence d’une élite dont il convient de cerner les traits.

2L’Ancien Régime respectant le privilège, le prélèvement d’une contribution patriotique en 1789-1790, malgré ses imperfections, constitue à la fois le premier impôt permettant une analyse globale du positionnement des composantes de la société maçonnique dans l’ensemble de la société d’ordres et l’outil fiscal le mieux adapté pour l’étude d’un groupe important sous l’Ancien Régime.

  • 1 L. Bergeron, L’épisode napoléonien. 1. Aspects intérieurs (1799-1815), p. 85-86.

3Appelé par les vœux de Boissy d’Anglas dans le projet constitutionnel de l’an III, c’est toutefois le régime napoléonien qui consacre véritablement le règne des propriétaires. Dans ce cadre et même si, pour reprendre l’expression de Louis Bergeron1, les listes censitaires n’offrent pas « une vue synthétique de toutes les catégories bourgeoises », celles-ci, formalisées par la Constitution de l’an X sous la forme de collèges électoraux de département et d’arrondissement, permettent de prolonger facilement l’analyse, malgré les variations dans la composition du corps électoral. Définissant ce que le Premier Consul appelait le « vrai peuple de France », elles recouvrent l’ensemble des milieux socio-professionnels aux revenus assurés par la rente foncière et restent la preuve tangible de l’appartenance aux élites économiques, le collège électoral d’arrondissement restant la pierre angulaire du système de représentation élective. Il nous a donc paru utile de mettre particulièrement en valeur, dans le cadre d’une prosopographie sociale prenant en compte plusieurs milliers d’individus, la présence des frères sur ces listes électorales pour preuve ou non de l’appartenance de ceux-ci au monde des plus nantis et des dominants à partir de la reconstruction consulaire. Par ailleurs, en raison de la primauté du négoce et de la fonction publique dans la société maçonnique, il nous a semblé intéressant d’approcher la position des frères à la fois en fonction des cercles professionnels et de l’espace géographique auxquels ils appartiennent.

La « noblesse maçonnique » : une micro-représentation du second ordre

  • 2 Les trois orients bas-normands (Valognes, Bayeux et Cherbourg) regroupent 141 nobles rentiers ou mi (...)

4L’importance occupée par la noblesse au sein de la franc-maçonnerie frappe immédiatement. En Normandie, la répartition du second ordre oscille cependant entre dissémination dans quelques orients et concentration dans des bastions. Ce sont bien sûr ces derniers qui méritent l’attention particulière, la densité du milieu maçonnique permettant d’avoir une vision d’ensemble de la position des ordres privilégiés dans la société environnante. La zone allant de Caen à Valognes, avec 164 aristocrates et, à un degré moindre, la région rouennaise, avec 90 nobles, émergent particulièrement. Un ensemble réunissant Dieppe et Eu (64 membres) et le pôle isolé d’Alençon (27) se tiennent également dans une position honorable, mais la perspective comparative induite par la différence de nature dans le recrutement nobiliaire des loges implantées dans le croissant Caen-Bayeux-Valognes et celles de Rouen2 justifiait de concentrer le regard sur les deux espaces principaux.

  • 3 Les données sont les suivantes : Bigot de Sommesnil, « la Parfaite Union » (260 livres de capitatio (...)
  • 4 Pour la capitation, la moyenne maçonnique atteint 123 livres contre 81 pour la moyenne profane. 13 (...)

5C’est à Rouen que la position économique du groupe nobiliaire est le plus facilement cernable, une trentaine de foyers nobles pouvant être retrouvés par le biais des registres de capitation et de contributions patriotiques3. Or, la noblesse maçonnique rouennaise apparaît immédiatement comme une élite parmi l’élite, tant elle privilégie dans son recrutement la partie la plus prestigieuse du second ordre. Les frères appartenant à la noblesse parlementaire et à la noblesse active, avec des capitations et des contributions patriotiques situées très sensiblement au-dessus de la moyenne4, sont tous parmi les foyers plus imposés.

  • 5 A ce sujet, voir P.-E. Robinne, Les magistrats du Parlement de Normandie à la fin du XVIIIème siècl (...)
  • 6 ADSM, série C : C 566-567 (dixièmes et vingtièmes d’industrie).
  • 7 C’est le cas de celle de l’imprimeur Richard Lallemant (600 000 livres).
  • 8 C’est le cas de Midy d’Andé et de Lézurier.

6Les fortunes estimées5 sont également impressionnantes. Ainsi, si on ne connaît pas exactement celle du Premier Président Camus de Pontcarré, le président à mortier Esprit Leroux d’Esneval peut compter sur une fortune évaluée à 2000000 de livres au moment de la Révolution. L’assise foncière est considérable avec deux cents fermes dans le Caux principalement situées autour de sa baronnie d’Esneval et de Pavilly (14 000 livres de bien). Quant à sa fortune immobilière, elle s’appuie sur un somptueux château (Le Hayon, 6 370 livres), le luxueux hôtel particulier de la rue Faucon, à Rouen, et une demeure parisienne située Chaussée d’Antin. Proches de celle de cette figure importante, les fortunes des présidents Lambert de Frondeville et le Sens de Folleville sont assez comparables, même si leurs stratégies diffèrent. Le premier (2 000 000 de livres de fortune estimée) privilégie les biens fonciers, qui atteignent l’Anjou et le Maine, alors que le second (riche de 1 million de livres) porte sa préférence pour le capital immobilier. Il possède notamment un hôtel rue de l’Ecureuil et quatre maisons et hôtels à Rouen pour 1 500 000 livres6. Et les résultats obtenus pour la noblesse active, bien représentée à Rouen, contribuent à renforcer le caractère élitaire de la noblesse maçonnique. Les contributions patriotiques d’un Le Couteulx de Verclives (14 123 livres) et d’un Midy d’Andé (24 000 livres) atteignent ou surpassent celles des présidents à mortier. Les fortunes sont également toujours estimées à plus de 500 000 livres7, voire au-delà du million8.

  • 9 C’est le cas du colonel Le Hayer du Perron (3 750 livres de contribution patriotique) ou du Receveu (...)

7Parmi les autres porteurs de la noblesse, généralement moins riches, on remarquera que ceux qui sont attirés par la franc-maçonnerie sont souvent les mieux lotis par rapport au milieu auquel ils se rattachent9… et c’est donc bien un Restée plus fidèle à sa « mission originelle », la noblesse maçonnique caennaise présente un caractère identique et les liens familiaux unissant les initiés appartenant au monde des privilégiés dans l’ensemble des orients apportent la preuve de la proximité des milieux.

  • 10 François Louvel de Janville dispose d’une fortune évaluée à 1 000 000 livres, alors que celle de Le (...)
  • 11 ADC (fonds communal de Caen), 615 EDT : 615 EDT 460 à 538. Le Sens peut compter sur 30 000 livres d (...)
  • 12 Jolivet de Colomby et de Tournebut fréquentent la loge la plus huppée de Rouen (« la Céleste Amitié (...)

8Quelques figures, comme celles des frères Le Sens de Lion, Louvel de Janville ou Jolivet de Colomby mettent bien perspective ce type de relations que l’on retrouve dans d’autres classes sociales. Membres des loges les plus prestigieuses, « Thémis » et « la Constante Amitié », Le Sens de Lion et Louvel de Janville présentent, à travers le contenu des contrats de mariage, la réalité des unions matrimoniales entre les familles de maçons et, parallèlement, l’égale conscience qu’ont les uns et les autres de leurs intérêts par l’adhésion autour des pratiques communes usuelles dans la noblesse10. En épousant Marie-Armande Le Sens de Folleville et Marie-Pierre de Tournebut11, Le Sens de Lion et Louvel épousent les sœurs de deux maçons rouennais (Robert Le Sens de Folleville) et de Bayeux. D’autres, comme le frère Jolivet de Colomby12, n’hésitent pas à fréquenter les loges des deux orients.

  • 13 ADC, série C : registre des vingtièmes des paroisses des élections de Vire (1754-1787), de Caen (17 (...)
  • 14 La propriété maçonnique domine dans les paroisses de Bernières (de Rabodange), Cauville (Le Harivel (...)
  • 15 ADC, série C : C 5 516-5 527 inclus. Dans les paroisses rurales de Caen, il s’agit de celles de Che (...)
  • 16 ADC, série C : C 5 511-5 515. Dans les paroisses de Bayeux, il s’agit d’Asnelles (de Beaudre), Ball (...)

9Finalement, la seule différenciation entre les deux milieux maçonniques nobiliaires provient des variations dans l’importance du poids représenté par la noblesse initiée dans la société profane. On est frappé, alors que la propriété maçonnique dans la Généralité de Rouen est peu importante sur le plan de la représentation d’ensemble, par son importance en Basse-Normandie13. Dans l’élection de Vire, ce sont 15 paroisses rurales qui ont pour propriétaire principal un chef de famille lié à la maçonnerie locale, notamment aux loges caennaises14 et, dans les élections de Caen et de Bayeux, le fait concerne 2815 et 43 paroisses16.

  • 17 BMVal, non côté : état des bourgeois et des nobles de Valognes (1787). Gigault de Bellefond arrive (...)
  • 18 ADC (fonds communal de Caen), 615 EDT : 615 EDT 532-538.
  • 19 Il a laissé aux siens une cave riche de 270 bouteilles.
  • 20 ibid.. Le Petit voit ses revenus évalués à 102 000 livres avec une grande quantité de biens immeubl (...)

10La densité et l’importance sociale du milieu nobiliaire maçonnique bas-normand va d’ailleurs bien au-delà des grandes villes. A Valognes, la noblesse initiée concentre ainsi 14 % de la domesticité de la ville17. Les entrées impromptues dans les hôtels urbains de ces nobles souvent inquiétés durant la période révolutionnaire permettent de saisir le cadre de vie quotidien au moment ad hoc18. Chez la ci-devant aristocrate du Mesnil au Grain, on entre dans un hôtel spacieux où l’argenterie et la vaisselle en faïence foisonnent, où le mobilier fait cohabiter grandes glaces, lits à la duchesse. Le défunt, le frère Achard, a su, à côté du luxe nobiliaire mis à la portée des siens, créer un cadre de vie où se côtoient mobilier coloré, espaces consacrés aux activités ludiques en vogue dans l’aristocratie éclairée, la salle de jeu équipée, et plaisirs de la bouche19. Chez les ex-frères Le Petit de Montfleury ou Le Harivel de Gonneville20, le tableau offert est assez comparable. Chefs de famille ayant un capital foncier important au moment de leur inscription sur les listes d’émigrés, ils vivent dans l’univers confortable caractéristique des demeures nobiliaires.

Le monde marchand et la maçonnerie ou la domination des notabilités économiques au sein des loges (annexes p. 455-464)

11Avec le monde du négoce, il devient possible de saisir la continuité des attitudes entre le milieu du XVIIIème siècle et les « Trois Glorieuses », l’attraction du fait maçonnique sur ce milieu étant un fait généralisé jouant sur la continuité. Franchement hégémonique dans les centres urbains de l’axe séquanien (Louviers, Elbeuf, Le Havre, Rouen), la maçonnerie bas-normande se caractérise également par une aptitude à attirer les gens de négoce. Si la maçonnerie caennaise, avec une 50 de notabilités négociantes initiées, se détachent nettement, elle est suivie d’un ensemble de noyaux moins denses, d’une vingtaine de membres à Cherbourg, Granville, Alençon et l’Aigle.

  • 21 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 5-6.
    Parmi les quinze officiers de bourgeoisie qui (...)
  • 22 ADC, série C : C 4554 (capitation de 1790 à Caen).
  • 23 ibid. La moyenne des profanes est de 14 livres. Les maçons Signard d’Ouffières et Crestey paient 28 (...)
  • 24 ADC (fonds communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 460-462.
  • 25 ibid. Du côté des placements actifs, Signard indique des placements lui assurant près de 8 000 livr (...)

12Dès la fin de l’Ancien Régime, le milieu du négoce maçonnique caennais apparaît comme un groupe très prestigieux, étroitement lié avec les édiles réformés contrôlant la milice bourgeoise21. En 1790, l’analyse de la capitation22 confirme l’aisance des frères. La moyenne de leur contribution se situe largement au-dessus de celle des profanes et ce sont deux maçons qui sont soumis aux contributions les plus élevées23. Signard Douffières, banquier opulent et directeur des mines de Littry, est assez représentatif du milieu maçonnique. Disposant de revenus encore imposants en l’an II24, son comportement est comparable à celui de la noblesse puisqu’il opte pour une stratégie classique axée sur l’équilibre entre placements actifs et produits de la rente25.

  • 26 ADC, série M : M 8 633.

13La stabilité impériale ne fait donc que confirmer et amplifier ce qui était bien entamée c’est-à-dire la captation des élites marchandes par la franc-maçonnerie caennaise : 11 maçons appartenant à ce milieu figurent en effet sur les listes des 550 plus imposés du Calvados parmi lesquels sont choisis les membres des collèges électoraux. Mais c’est un document plus spécifique qui permet d’approcher la position d’ensemble des maçons appartenant à ce milieu dans la société civile : il s’agit de l’enquête de 1811 relative à la statistique industrielle sous l’Empire26 Le régime napoléonien s’empresse alors de dresser un état des lieux en vue de mesurer le potentiel industriel au sortir de la Révolution, dans le but de favoriser les entreprises novatrices.

  • 27 ADC, imprimé Br 17 270 (Dictionnaire de 1 685 adresses publié par Théodore Chalopin le 15 juin 1831 (...)
  • 28 On remarquera les places occupées par le fabricant de dentelles Bonnaire (9ème), Duval-Vautier (17è (...)

14Or, sur la liste des quinze plus gros négociants caennais, on relève le nom de neuf francs-maçons en activité. Jean-Louis Paysant Descoutures, Jean-Baptiste Bonnaire et Pierre Bellamy, avec des bénéfices évalués entre 400 et 600 000 livres, sont les plus huppés et gèrent une masse salariale ouvrière importante. Après 1815, un autre document original, le « dictionnaire Chalopin »27 révèle l’importance économique des négociants maçons de Caen. 28 négociants initiés ont ainsi pu être recensés, et un tiers se situe parmi les foyers payant les plus fortes contributions28.

  • 29 Le luxueux hôtel dans lequel il s’installe en 1783 représente la réussite de cet homme qui s’accélè (...)
  • 30 Parmi les négociants figurant sur les listes (8), les anciens, comme Jacques-Martin Maurice (12ème) (...)
  • 31 Charles Sturmer est le plus fort contribuable en 1822, Antoine Kirkham et Hubert Couturier se situe (...)

15Sous l’Ancien Régime, deux autres orients de la généralité de Caen, Cherbourg et Granville, ont également été réceptifs aux gens de commerce. L’analyse des sources fiscales révèle les mêmes tendances élitistes : 13 frères issus de ce milieu figurent parmi les assujettis à la contribution patriotique ou aux emprunts forcés à Cherbourg. Beaucoup sont parmi les plus fortement imposés. Il est vrai que les « négociants-maçons », presque tous liés à l’entreprise de rénovation de la rade, sont unis par de solides stratégies matrimoniales29. Après la Révolution, les anciens maçons figurent sur les listes de notables auprès de nouveaux frères initiés après la renaissance effective de la loge, en 1798. Ces derniers n’ont rien à envier aux anciens30 puis ces néophytes en maçonnerie sont à leur tour rejoints dans les loges par d’autres grosses fortunes, à partir de 182031.

  • 32 Parmi eux, citons Thomas Letourneur, qui explore les côtes de la Baie Blanche et participe avec bon (...)

16A Granville, l’armateur morutier qui remplace l’entrepreneur de la rade répond également au processus de sélection sociale. Dès la fin du XVIIIème siècle, on trouve parmi les francs-maçons les principaux bénéficiaires et héros de la guerre de course, dont les Granvillais se sont fait une spécialité32. Mais, c’est sous l’Empire (1804) que la loge intègre la totalité de cette élite engagée dans la course. Pierre-Jacques Lerond et son associé Jacques Campion forment ainsi le duo le plus actif. Ils sont associés avec d’autres maçons, comme Jacques Varin, Nicolas Girard ou Jacques Boisnard… et fournissent l’essentiel du volume des échanges pendant cette période, à partir de leurs bateaux Le Grand Consul et La Minerva. La liste des 100 plus imposés de la ville, en 1808, montre de manière convaincante la force de l’attraction du fait maçonnique sur l’élite négociante la plus huppée, puisque quinze des francs-maçons figurant sur la liste appartiennent au monde du négoce.

  • 33 Le plus important est Lesage Duparc. Prieur de la juridiction consulaire en 1776, il est électeur a (...)
  • 34 On y trouve le président du tribunal de commerce Pierre Lefrançois et, dans son sillage, des négoci (...)
  • 35 Paul-Armand Rossignol, le président du tribunal de commerce, est de loin le plus fortuné : sa fortu (...)

17Mais le premier tiers du XIXème siècle est aussi le moment où la sensibilité négociante s’exprime dans de nouvelles contrées en Basse-Normandie, notamment dans l’Orne, à Alençon et à l’Aigle. Or, dans ces orients qui ne bénéficient pas de tradition maçonnique importante, le profil des maçons est identique à celui des Caennais ou des villes manchotes. On observe toujours une spécialisation du milieu autour de l’activité fondant la prospérité locale, la fabrication du célèbre point à Alençon et l’épinglerie à l’Aigle, et une même appartenance aux milieux les plus fortunés. A Alençon, le petit cercle de notables négociants initiés avant 178933 s’est agrandi d’un groupe important composé par les fabricants les plus prospères34 liés aux élites politiques. Le richissime Baron d’Empire et maire d’Alençon, le frère Jacques Mercier, est ainsi le fils d’un fabricant de point cossu, Thomas Mercier. A l’Aigle, le temple maçonnique est fréquenté par un groupe de 25 négociants et fabricants aiglons et mortagnais. La maçonnerie aiglonne regroupe 18 grands notables figurant sur les listes d’arrondissement entre 1800 et 1830 et l’ensemble constitue un groupe cohérent, dont les revenus se situent autour de 6 000 francs35.

  • 36 La sélection est d’ailleurs probablement plus draconienne encore puisque, à Falaise et à Vire, deux (...)

18Dans de petits orients bas-normands, les faits sont identiques : ceux qui maçonnent sont des membres des collèges d’arrondissement entre 1820 et 183036, des hommes qui figurent même parfois sur les listes des 550 plus imposés.

  • 37 P. Dardel, op.cit., p. 334. Parmi la liste des 43 fournie par l’auteur pour 1788, on trouve Jean-Ba (...)
  • 38 Elle est de 28 livres contre 41 livres pour l’ensemble des francs-maçons. Les calculs concernant la (...)

19C’est toutefois en Haute-Normandie, terre de prédilection de la maçonnerie négociante, notamment à Rouen, que l’analyse socio-économique révèle l’imbrication des plus fortunés et des milieux initiés parmi les négociants. Les résultats amplifient nettement les comportements perçus en Basse-Normandie. Dès la fin du XVIIIème siècle, la maçonnerie rouennaise est aux mains des élites négociantes et 10 des 43 armateurs signalés par Pierre Dardel37 sont des francs-maçons. Les fortunes estimées sont proches de celles de la noblesse active, un groupe de dix maçons dépassant le niveau des 300 000 livres de revenu annuel. Quelques-uns atteignent la barre du million (Bourgeois, Lefebvre et Asselin). A côté de ces célébrités, les capitations bourgeoises permettent d’élargir l’analyse à un groupe des 73 « négociants merciers » passés par la maçonnerie et l’impression initiale est confirmée puisqu’un gros bataillon de 42 frères se situe bien au-delà de la moyenne des imposés38, un quart présentant même une capitation excédant deux fois celle-ci.

20Passé le choc révolutionnaire, les indicateurs fiscaux montrent que le négoce maçonnique rouennais préserve un caractère élitiste malgré un profond renouvellement du personnel. 25 nouveaux initiés (1800-1815) émergent en effet parmi les 62 frères, anciens et nouveaux, figurant sur ces listes de notabilités économiques. La déperdition n’est certes pas négligeable mais, si l’on considère la non reconstruction de nombre d’anciennes loges et la concurrence exercée par les hauts fonctionnaires durant la période napoléonienne, le résultat montre le maintien des tendances antérieures. Ainsi, la moitié des 23 maçons-négociants figurant parmi les 100 plus imposés de la ville de Rouen sous l’Empire regroupe des nouveaux venus en maçonnerie et les fortunes évaluées en revenus de ces frères atteignent une moyenne honorable (20 000 francs). Sous la Restauration, la descente sociale du fait maçonnique vers le monde du petit commerce n’empêche pas les loges de garder des accointances avec les élites. Sur un groupe de 81 anciens et nouveaux maçons, 28 notables départementaux ou d’arrondissement ont ainsi été initiés après 1815. C’est un chiffre à peu près semblable à celui indiqué sous l’Empire et on constate que les deux ateliers nouveaux, « la Persévérance Couronnée » et « la Sincère Amitié », parviennent à fournir 10 notables. C’est autant que les vieux ateliers « les Arts Réunis » et « la Parfaite Egalité ».

21Autour de Rouen, deux villes commerçantes, Elbeuf et Louviers, ont été très touchées par le fait maçonnique sous le Premier Empire. Le monde du textile (tisseurs, drapiers et teinturiers), ossature d’une maçonnerie dont la composition sociologique se calque sur celle des loges rouennaises, appartient au groupe des plus fortunés. A Louviers, on trouve 17 notables parmi les 30 maçons et huit figurent sur la liste des 600 plus imposés de l’Eure.

  • 39 ACE, série G : G 1575. Au moment de son adhésion (1828), le plus connu des Grandin est alors un jeu (...)
  • 40 Ce sont François Hervieux, Charles Houillier (maçon à Louviers), Victor Ternisien, Constant Grandin (...)

22La maçonnerie elbeuvienne est dominée par un cercle de fabricants comparable, la pratique maçonnique transgressant les oppositions farouches survenues entre des hommes qui sont les figures de proue du patronat du textile. Ces hommes sont emmenés par celui qui symbolise le mieux la prospérité manufacturière : Victor Grandin. Il figure parmi les 600 plus imposés du département dès l’Empire puis comme le foyer le plus imposé d’Elbeuf sur les listes électorales. Mais derrière lui, bien d’autres maçons sont parmi les plus prospères. C’est un Henri Quesney qui peut, en 1822, déclarer 40 métiers à tisser ou un Philippe Bourdon, un Jacques Grandin et un François Desfrêches qui disposent d’entre 15 et 25 métiers. Ils sont parmi les mieux lotis. Si l’on considère le montant des patentes, pas moins de huit maçons paient plus de 200 francs lors de la déclaration du montant de ladite patente39 et beaucoup de ces frères sont en pleine ascension sociale sous la Monarchie de Juillet. Sur les listes électorales de 1838, on relève la présence de 20 maçons initiés entre 1822 et 1833. Victor Grandin, l’ex-maire Georges Petou et Théodore Chennevière sont alors respectivement premier, troisième et neuvième. Mais dans leur sillage, huit maçons se situent entre la dixième et la soixante-dixième position puis on trouve un groupe de neuf maçons au-delà de la l00ème. Ces précisions révèlent le mode de diffusion de la maçonnerie à tous les niveaux économiques des milieux du commerce. Toutefois, en 1848, si 10 maçons figurent encore parmi les 100 premiers, on constate que beaucoup ont progressé. Théodore Chennevière est parvenu au second rang, juste derrière Grandin. Un Emile Delaunay est passé de la 159 à la 35ème place et un Jean-Baptiste Guérot de la 146ème à la 60ème place40.

  • 41 La moyenne des maçons est 2,5 fois supérieure à celle des profanes (1041 livres contre 400). Jacque (...)
  • 42 ACH, série G : G 119 (dossier 71). Ancien fermier général du comte d’Artois, marié à une Limozin, L (...)
  • 43 Quelques exemples de comportements collectifs : parmi les foyers recensés lors de la mise en place (...)

23Au Havre, le milieu maçonnique négociant présente des caractéristiques comparables, en y ajoutant le particularisme d’une imbrication profonde avec le milieu colonial, notamment au sein de « la Fidélité ». Mais, excepté ce particularisme, dès la reconstruction des loges, entre 1774 et 1776, le milieu du négoce maçonnique présente le même visage qu’à Rouen ou à Caen, les frères figurant parmi les propriétaires les mieux lotis de la ville. Les frères Homberg (40 livres), le négociant suisse Christophe Rohner (31 livres) ou Michel Gauvain (30 livres), alors initiés, paient les capitations les plus élevés. En 1789, la contribution patriotique constitue un bon test pour situer la position exacte du négoce maçonnique car le milieu s’est étoffé (68 initiés depuis 1774). 50 foyers de maçons, négociants ou manufacturiers, sont assujettis et le résultat est édifiant puisque 23 frères dépassent deux fois la moyenne de la contribution versée41. En l’an II, 29 d’entre eux figurent encore dans les dossiers des soumis à l’emprunt forcé, même si leurs affaires pâtissent durement du ralentissement des troubles de Port-au-Prince et de Saint-Domingue. De véritables fortunes émergent de ces pièces, notamment celle de Jean-Baptiste Le Barrois d’Orgeval, un frère initié à Fécamp42 mais qui est une figure représentative du milieu maçonnique havrais à la fin de l’Ancien Régime, et dont les intérêts majoritairement liés à l’essor du capitalisme colonial s’accompagnent de pratiques fortement attachées à ceux de la société d’Ancien Régime43.

24Avec la stabilité impériale, le noyau sait se renouveler comme à Rouen. Parmi les 20 notables figurant sur les listes électorales et ayant transité par la maçonnerie depuis le XVIIIème siècle, une majorité fréquente les loges depuis peu ou viennent d’y entrer (15). Treize maçons négociants figurent également parmi les 100 plus imposés de la ville entre 1803 à 1813. Après 1815, la maçonnerie havraise préserve encore une faculté d’attraction certaine sur les élites, 20 notables ayant participé à la vie des ateliers après 1815. Les plus fortunés, François Lambert, Martel, Jacques La Houssaye, Mellon Decaen ou Louis Acher, sont même éligibles au département Les fortunes havraises sont un peu inférieures à celles des rouennais (6 000 francs en revenus contre 15 à 20000 francs à Rouen), mais cela ne fait que reproduire la réalité économique caractérisant le monde profane.

  • 44 Charles Hamel (24 000 livres), Jacques Flouest (1 500 livres), Jean-Baptiste Viallet-Desgranges (1  (...)

25Dieppe : autre orient et mêmes comportements. Les loges ont capté une vingtaine de négociants à la fin du XVIIIème siècle, une quarantaine à partir de 1806. Parmi les 20 maçons présents avant 1789, presque tous figurent parmi les plus fortunés de la cité, une moitié des maçons se situant parmi les plus forts assujettis à la contribution patriotique de 178944. Les imbrications entre la juridiction consulaire, véritable organe dirigeant le commerce dieppois, et la loge maçonnique, qui attire les Flouest, les Viallet-Desgranges ou les Hamel, sont en elles-mêmes la preuve de la force d’attraction de la maçonnerie sur la sanior pars du négoce.

  • 45 Quenouille est détenteur de 36 biens lui « assurant » un revenu imposable de 5 207 francs. Il est l (...)

26Et le groupe maintient sa position après le Directoire, 13 négociants maçons figurant parmi les 100 plus imposés de la ville entre 1801 et 1813, cinq frères comptant parmi les 550 plus forts contribuables du département Le groupe constitué entre 1780 et 1789 a su alors se renouveler efficacement par le biais des réseaux familiaux. Tranquille Quenouille et Jacques Flouest, négociants et fils de maçons, sont les plus grosses fortunes dieppoises sous la Restauration45.

27Si la fortune des négociants francs-maçons dieppois des « Cœurs Unis » les rapproche a priori du milieu des armateurs havrais (6 000 francs en revenus), leur évolution ressemble à s’y méprendre à celle décrite à Rouen, en raison surtout de la création d’un atelier sous la Restauration : « l’Espérance Couronnée ». Malgré une composition d’ensemble plus démocratique que « les Cœurs Unis », cette loge parvient à drainer des négociants parmi les plus fortunés. Ainsi, sur la liste électorale de 1831, les cinq anciens frères des « Cœurs Unis » et onze nouveaux initiés de « l’Espérance Couronnée » se situent sensiblement au même niveau, preuve que la rotation des élites négociantes fonctionnent très bien dans cette ville.

  • 46 Parmi les maçons appartenant au monde marchand dans les petits orients de l’Eure et de la Seine-Inf (...)

28Quel que soit le lieu, la capacité d’attraction continue de la maçonnerie normande sur les plus grandes notabilités économiques est donc une constante. Le fait est d’ailleurs accentué dans les orients petits et moyens46 et cela confirme bien l’adaptation parfaite de cette forme de sociabilité, où le plaisir d’être ensemble concurrence largement les activités purement intellectuelles, à la culture pratique des gens de commerce. S’il existe un écart d’intensité entre les villes situées sur l’axe séquanien et celles se trouvant sur les marges, l’uniformité du fonctionnement du recrutement des loges émerge. Partout, le groupe maçonnique est emmené par quelques grands noms entraînant dans leur sillage des frères moins fortunés, mais pour qui l’avenir est prometteur (Elbeuf). Le souci de reproduire le comportement des plus riches explique largement ce phénomène de rotation des élites. Sans projet carriériste avéré, tout se passe donc comme si, naturellement, la sociabilité maçonnique faisait tourner ses propres élites. La loge ne les génère pas mais elle constitue un microcosme culturel où elles se reproduisent et cela incline à poser la question du rôle joué par celles-ci non seulement en terme de capacité de construction socioculturelle mais également en terme d’entérinement de faits de cette nature.

  • 47 E. Saunier, op.cit., p. 85-87. Rappelons simplement, que pour l’ensemble des frères appartenant aux (...)

29D’ailleurs, dans le sillage du grand négoce, le monde des corporations, relayé, après 1791, par celui du petit commerce indépendant, témoigne de comportements d’ensemble comparables. Les corporations représentées dans les loges témoignaient déjà d’un certain élitisme et l’analyse de la position précise des frères appartenant aux métiers nobles permet de généraliser des tendances dégagées à Rouen47. Dans tous les orients, les frères issus du monde de la boutique sont les plus fortunés au sein des métiers les plus nobles.

  • 48 ADC, série C : C 4554 (capitation pour les habitants de la ville de Caen, 1790).
  • 49 ibid., C 4 550 (capitation de l’année 1779). Pierre Girard paie 27 livres de capitation et Desmares (...)
  • 50 En 1790, Azire paie 37 livres de capitation, ce qui le situe au niveau des orfèvres.
  • 51 Rappelons que la loge ne comprend qu’un faïencier, un grainetier, un parfumeur, un carrossier, un é (...)
  • 52 ADC, série C : C 4550.
  • 53 ACA, série G : 15 G1. Il paie 145 francs contre 132 à Lesage-Duparc.
  • 54 Le chiffre est sans doute sous-évalué en raison de l’indigence des renseignements figurant sur les (...)
  • 55 Pierre-Jean Leprevost possède deux maisons Grande rue et rue de la Halle, 24 biens fonds et 35 arpe (...)

30A Caen, le petit groupe des boutiquiers est presque uniquement constitué par l’élite des orfèvres. Jacques Boizerard de Boislambert, orfèvre protestant demeurant rue Saint-Jean paie, en 1783, une capitation48 supérieure à celle des marchands de dentelle (47 livres). Il figure, comme eux, sur toutes les listes de notabilité caennaises sous l’Empire. A son niveau se situent les autres orfèvres francs-maçons : David Desmares (49 livres de capitation) et Pierre Girard49. En dehors de ces hommes, les maçons corporés caennais sont de riches imprimeurs (Gilles Leroy et Louis Poisson) et un quincaillier fortuné (Thomas Azire50). Seuls, les six artisans de « la Vraie Union » s’apparentent à un milieu plus populaire51… mais nous savons que leur demande de constitution d’une loge a été refusée. Avec des capitations situées entre deux (le parfumeur Jacques Maubaut) et 21 livres en 177952 (le tapissier Antoine la Garenne), on voit ici de manière très concrète le rejet social des loges caennaises envers des hommes qui ne peuvent être considérés comme de bonnes mœurs. Dans les centres où les boutiquiers sont isolés, le processus sélectif est exacerbé. Il y a bien un orfèvre à Alençon : c’est Julien Blanchet… qui paie une contribution mobilière supérieure à celle du grand fabricant de point Duparc Lesage53. A Vernon, la sélection s’accompagne, comme à Caen, d’une ségrégation sévère. Dix frères sont des artisans54. Au sein de la loge reconnue, « Saint-Jean de Dieu », on trouve l’orfèvre Nicolas Thubeuf, futur maire sous l’Empire figurant sur toutes les listes de notables, l’épicier Cauvin La Magdelaine, un homme fréquentant le cercle constitué autour de Pierre-Isaac Rigault de Rochefort en 1789, le premier maire de la ville, un notable figurant parmi les cent plus imposés sous l’Empire, Jacques Manoury, et Jacques-Nicolas Langlois, lié au même cercle. En revanche, les six membres de l’atelier irrégulier, « Saint-Jean-Baptiste » présentent un tout autre profil. En dehors d’un marchand de bois plutôt aisé55, la loge rassemble un ancien frère servant, François Dufresne, trois autres modestes perruquiers et un garçon boucher. Cela suffit à exclure le marchand de bois et l’horloger du duc de Penthièvre, Jacques Ravenel, du monde de la maçonnerie. On a bien ici la confirmation que, lorsque la boutique rejoint le grand négoce derrière les colonnes du temple, la maçonnerie sait choisir ses élus.

  • 56 Le restaurateur François Dorbec (l’Aigle) figure sur les listes électorales de l’arrondissement de (...)
  • 57 A Elbeuf, le gazier Auguste Malteau (60ème) ou le marchand de bois François Hervieux (28ème et pate (...)

31Une fois passée la Révolution, la recherche devient plus délicate en raison des conséquences de la Loi d’Allarde et des mutations économiques qui touchent le pays. Pour cette raison, ces hommes, que le talent apparente à l’ancien monde de la boutique, sont moins identifiables sur les tableaux de loge, notamment à Rouen, où les maçons se présentent souvent sous le qualificatif peu commode de « commerçants ». Si, dans les départements bas-normands, ces hommes encore peu nombreux s’apparentent nettement aux notabilités négociantes56, on voit qu’une place importante est faite aux petits commerçants dans la vallée de la Seine. Cependant, on remarque qu’ils sont toujours entraînés dans les loges par des hommes prospères, comme le montrent les exemples d’Elbeuf et de Dieppe57.

32A Rouen, certains appartiennent totalement au monde des notabilités économiques traditionnelles articulé autour de l’industrie textile et, parmi les 80 électeurs d’arrondissement francs-maçons appartenant au monde du commerce, on trouve autant de frères spécialisés dans des activités qui étaient corporées sous l’Ancien Régime (toiliers, bonnetiers…) que de maçons occupés à des métiers assimilés à l’ancien milieu du grand négoce (grands filateurs, négociants merciers faisant vivre un réseau de commerçants de moindre envergure…). S’il est vrai que de nombreux commerçants rouennais ne figurent plus sur les listes de notabilité, le milieu des « marchands de rouenneries » qui fréquente les loges au XIXème siècle garde un caractère assez sélectif. On voit donc que, derrière des processus de démocratisation bien réels (Rouen à la fin du XVIIIème siècle, les années 1815-1830), un certain « élitotropisme » reste une donnée constante jusqu’aux Trois Glorieuses.

L’appartenance maçonnique et le serviteur de l’état : me autre forme de notabilité (annexes p. 466-469)

33Le second pôle de recrutement maçonnique est la bourgeoisie robine, souvent reconvertie des offices royaux vers la fonction publique par le changement révolutionnaire.

  • 58 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 460-462. Si l’on doit cependant concéder que ces (...)

34Les indices fiscaux confirment les tendances observées s’agissant du négoce. A Caen, un quart (19) des 80 robins est issu des institutions les plus prestigieuses, le présidial et les tribunaux de bailliage, et cela annonce une situation privilégiée que les indices fiscaux ne démentent pas58.

  • 59 ACB, série G : emprunt forcé de l’an II. Parmi les neuf, la figure de proue est incontestablement J (...)

35Dans la ville voisine de Bayeux, l’emprunt forcé de l’an II amène à des conclusions identiques, neuf des 13 foyers maçonniques retrouvés se situant au-dessus de la moyenne générale de la contribution (82 livres)59.

  • 60 Si l’on se refére à la contribution patriotique, 17 foyers sur 19 se situent au-dessous de la moyen (...)

36A Rouen, la robe se présente a priori dans une position plus complexe en raison du poids remarquable du groupe des avocats (19 foyers) situé manifestement en dessous du niveau de l’élite60. Mais, à côté d’eux, la maçonnerie capte un groupe important d’officiers supérieurs qui a peu de raisons d’envier les fortunes du négoce et de l’aristocratie. Le directeur de la monnaie Joseph Lambert (2 500 livres) et le receveur de la régie Robert (2 000 livres) sont parmi les plus imposés et surpassent de loin quelques négociants importants.

  • 61 ADSM, série E, sous-série 2E 70-661 : inventaire après décès de Louis-François Lacorne, le 24-01-17 (...)
  • 62 ACD, série G, sous-série G1 (contribution patriotique pour l’année 1789).
  • 63 ACCh, série G : 2G 3. Pierre Duprey et François Avoine paient respectivement 350 et 500 livres de c (...)
  • 64 Les trois robins de Gournay-en-Bray Louis Faudin, Charles Bodin-Hullin et Emmanuel Léopold de Stabe (...)

37Dans les villes maçonniques où la part de la robe décline, la tendance élitiste se renforce. Au Havre, les rares officiers, comme l’avocat Nicolas Lacome (2 500 livres) ou le contrôleur de la manufacture de tabac André Jorel de Parmentier (3000 livres), paient des contributions patriotiques très élevées. Lacorne est d’ailleurs le fils, orienté vers la robe, d’un grand négociant, Louis-François Lacorne, ayant des intérêts importants à Saint-Domingue61. A Dieppe, l’avocat Alexandre Robillard (4 800 livres), Auguste Chaussé (2 500 livres) et le directeur de la régie François Saillenfields (1 500 livres) figurent parmi les dix foyers les plus lourdement assujettis lors de la contribution de 178962. Ils sont en meilleure position que des armateurs importants comme Charles Hamel. François Avoine et Pierre Duprey, les hommes de confiance de Dumouriez, à Cherbourg, les avocats Georges Roel des Forges et Joseph Quilhet à Alençon, tous sont soumis aux contributions patriotiques et emprunts forcés63 et à Gournay, à Caudebec et à Vernon, les indices fiscaux de la période impériale témoignent également de cette tendance64.

  • 65 Sur les listes électorales, la contribution moyenne de Jacques Mercier est régulièrement évaluée à (...)
  • 66 23 frères sur les listes de notabilité : ils sont menés par le sous-préfet François Durand et son s (...)

38La maçonnerie impériale a d’ailleurs la solide réputation d’avoir fait du monde des fonctionnaires son principal vivier de recrutement. Ce phénomène a pour le moins renforcé l’inclination des loges à recruter parmi les plus riches car, en considérant les listes de notabilités de leur base (les listes communales de l’an IX) à leur sommet (les listes des 550 plus imposés sous l’Empire puis les listes d’éligibles après 1815), plus de 300 frères issus du monde des fonctionnaires et des grands commis d’état figurent sur celles-ci. Deux départements normands, l’Eure et l’Orne, très peu touchés par la maçonnerie avant 1789, captent particulièrement un cortège de notabilités appartenant à la sphère de la fonction publique. La préfecture de l’Orne, Alençon, est l’exemple le plus caractéristique de cette évolution en raison de la présence du préfet La Magdelaine et du baron d’Empire Jacques Mercier, la plus grosse fortune et la plus grosse contribution foncière de la ville sous l’Empire65. Mais dans le sillage des deux grands notables, la maçonnerie omaise a capté bien des hauts fonctionnaires et des robins fortunés. Outre la présence naturelle du haut personnel de la préfecture sur les listes des 550 plus imposés du département, un groupe d’une quarantaine de fonctionnaires (37) maçonnant à « la Fidélité » figure sur les listes d’électeurs pour les collèges de l’arrondissement. L’Eure, où le vivier maçonnique est fourni majoritairement par la sous-préfecture de Pont-Audemer66, voit maçonner 22 frères qui figurent parmi les 550 plus imposés du département et 18 éligibles de 1815 à 1830.

  • 67 Ce sont le sous-préfet Guillaume Barbotte, l’adjoint au maire Jacques Bougiard, l’ancien Convention (...)

39Dans ces deux départements où la maçonnerie est, à défaut d’être créée ex-nihilo, largement dynamisée sous le Consulat, on est frappé par l’irrigation générale du milieu des fonctionnaires sur l’ensemble des loges. Dans l’Orne, le noyau principal, à Alençon, est relayé par la maçonnerie domfrontaise, dirigée par cinq grands notables67.

  • 68 On peut y ajouter le très éphémère préfet Collet Descotils nommé en l’an VIII.

40Dans le Calvados, la période impériale et la Restauration consacrent aussi la puissance traditionnelle du grand serviteur de l’état : le département a recruté pas moins de 86 notabilités dont 15 membres figurent sur la liste des 550 plus imposés entre 1801 et 1815. Les conseillers de préfecture (Charles Costil et Philippe Lange)68, les principaux maires (Valois de Saint-Léonard, Falaise ; Le Nouvel,Vire), les hauts fonctionnaires sont présents et, comme dans les départements précédents, on voit apparaître le schéma du rayonnement d’un centre (Caen avec 52 grands notables) vers des foyers secondaires d’importance à peu après égale (12 notables à Bayeux, 11 à Falaise et 8 à Vire). Les loges du département sont d’ailleurs représentées auprès des autorités parisiennes par deux grands notables : Laurent-Thomas Desmortreux et Germain Dubosq, ce dernier accédant au Corps Législatif après avoir pu figurer sur les listes de notables nationaux en l’an IX. Partant de situations initiales fort différentes, la période impériale tend donc à uniformiser les comportements.

  • 69 A Valognes, 7 des 14 fonctionnaires figurent sur les listes d’arrondissement et à Saint-Lô, il y en (...)

41Malgré des lacunes évidentes, la Manche ne déroge pas à la règle d’une maçonnerie massivement envahie par les élites d’état entre 1800 et 183069.

42C’est, avec un chiffre bas de 69 notables, le comportement de la Seine-Inférieure qui détonne un peu vu le potentiel maçonnique local. Le fait est à rapprocher du particularisme dans les rythmes de développement de la maçonnerie séquanienne, et plus particulièrement de la maçonnerie rouennaise, qui a mis en évidence son malaise pour prospérer quand le pouvoir en place fait preuve d’une protection trop encombrante et mal vécue. La concurrence exercée par les élites négociantes explique aisément la relative modestie de la présence des fonctionnaires. Néanmoins, le fonctionnement s’opère selon le même schéma : l’investissement part de Rouen, avec 35 notables, dont les plus grands, puis la diffusion se fait sur les marges sous-préfectorales, à Dieppe et au Havre. Au total, 20 maçons appartenant à ce milieu figurent sur les listes des 550 plus imposés puis 10 éligibles au département après 1815. Ce sont des proportions qui placent la maçonnerie de Seine-Inférieure à peu près au même niveau d’investissement par les hauts fonctionnaires de l’Etat que les autres départements… si l’on tient compte de son fort particularisme sociologique.

Hommes à talents et praticiens (annexe p. 470)

  • 70 A Rouen, 11 des 17 médecins sont titulaires du doctorat en médecine.
  • 71 ADSM, série M : 5M 18-20. Les francs-maçons rouennais répondant à la qualification de docteur en mé (...)

43Autour des deux catégories hégémoniques dominant le monde maçonnique existent des noyaux secondaires importants, constitués par trois groupes : les rentiers et propriétaires, le monde de l’armée et la « bourgeoisie à talents ». Leur étude précise s’avère intéressante en raison du « flou » englobant, a priori, la dénomination sociale de ces hommes et parce que c’est souvent par le biais de catégories dites secondaires que peut s’opérer une rupture dans les comportements. Les faits démentent rapidement la chose. Avec 25 notables, entre 1800 et 1830, l’exemple des médecins initiés est très représentatif de l’existence d’un processus de sélection comparable à ceux décrits pour les groupes les plus importants. Sur les listes de praticiens envoyés à la préfecture, la quasi-totalité des médecins, à Rouen et au Havre, sont des docteurs en médecine70, les changements du statut du médecin en 1803 ayant le mérite de montrer que chirurgiens et simples officiers de santé71 sont réduits à la portion congrue.

  • 72 ADSM, série C : C 389. Antoine Blanche père paie 12 livres de capitation, Antoine Dieu 14, Jacques (...)
  • 73 ACR, Tableau de la Contribution patriotique de 1789. Les cinq contribuants assujettis sont François (...)
  • 74 ACH, série G : G 96 et suite. Il s’agit des apothicaires Jacques Bourdignon (150 livres) et Françoi (...)
  • 75 ADC, série C : C 4550 (capitation des bourgeois de Caen pour 1779). La capitation de Amiel (15 livr (...)
  • 76 ADC, série D : 1D 980 à 996. Les francs-maçons sont ainsi particulièrement représentés au sein de l (...)
  • 77 Jean-Louis Pontas Duméril fréquente l’Académie de Cherbourg à partir de 1779. Il a également enseig (...)
  • 78 ACB, série G (n.c) : matrice de la contribution foncière de l’an V. Celle-ci est évaluée à 240 livr (...)

44Pourtant, au XVIIIème siècle, les praticiens francs-maçons constituaient un milieu moins fortuné, notamment à Rouen et au Havre. A Rouen, à l’exception d’étoiles, Jean-Pierre David et François Hardy, respectivement chirurgien-chef de l’Hôtel-Dieu et membre de la Société Royale de médecine, présents au sein de loges prestigieuses, on trouvait d’assez modestes chirurgiens et officiers de santé formant un groupe homogène72. Lors de la contribution patriotique de 1790, quatre des neuf médecins rouennais contribuent volontairement en raison de l’insuffisance de leur revenu73 et le petit milieu havrais est également modeste74. Toutefois, dès que l’on quitte les deux grandes cités situées le long de l’axe séquanien, ce monde se rétracte autour des plus fortunés. La maçonnerie bas-normande est toujours restée affaire de praticiens de prestige. En dehors de Pierre Amiel, qui fut membre de toutes les loges de Caen à la fin du XVIIIème siècle75, presque tous sont professeurs de la Faculté de médecine (4 sur 7)76 et, à Valognes, le futur maire Jean-Louis Pontas Duméril est l’un des rares à cohabiter avec les aristocrates de « l’Union Militaire ». Docteur en médecine, il est aussi académicien77. Jacques-Paul Lecieux, le médecin des loges de Bayeux, est aussi un homme important78.

  • 79 Les départements bas-normands gardent un caractère élitiste dans leur recrutement et 13 des 20 bour (...)

45Cette tendance ne se dément pas sous l’Empire et la Restauration alors que le milieu maçonnique médical des cités normandes tend à s’épurer de ses scories79.

  • 80 ADC, série C : C 5517 (rôle des vingtièmes pour les années 1775-1780). Il fait travailler 20 ouvrie (...)

46L’autre pôle de recrutement au sein des professions intellectuelles est constitué par le monde des imprimeurs et libraires. Numériquement moins nombreux (30 maçons), il présente les mêmes caractères de notabilité que celui des médecins. Les dix imprimeurs du XVIIIème siècle se concentrent à Caen (Leroy, Poisson et Maurel), à Alençon (Malassis) et surtout à Rouen (Lallemant, Leboucher, Le Boullenger, Machuel, Seyer et Racine). Incontestablement, ces hommes sont les plus importants du monde du livre. A Caen, Gilles Leroy est l’imprimeur le plus riche, l’éditeur du Roi et de l’Académie80. Louis Poisson est également signalé, dans le rôle des vingtièmes (1775-1780), comme riche même si son activité est moins dynamique que celle de Leroy. Avec la création des « Trinosophes Neustriens » en 1826, la maçonnerie caennaise capte un autre grand de l’imprimerie : Théodore Chalopin.

  • 81 Son ancêtre Robert Malassis aurait vendu une bible en 1539.
  • 82 L. Duval, L’imprimerie et la librairie à Alençon et dans le diocèse de Sées, Revue Normande et Perc (...)
  • 83 ADO, série L : L 888

47A Alençon, Jean-Zacharie Malassis est une figure extrêmement importante de l’imprimerie locale. Maçon, créateur de la loge dissidente des « Emules », futur fondateur de la société des « Amis Réunis », il descend d’une vieille lignée d’imprimeurs81, la plus importante de la cité82. Déjà 1 1ème classe pour l’emprunt forcé de l’an IV83, il figure parmi les 550 plus imposés du département en 1801, peu de temps avant son retour en maçonnerie. Son neveu et associé Marie-Joseph dit Malassis-Cussonnière, qui l’a rejoint au sein de « la Fidélité » sous l’Empire, présente l’une des plus fortes contributions foncières du département en 1830 (1 127 francs), ses biens s’étendant sur neuf communes rurales. Deux autres libraires figurent sur les tableaux de la loge alençonnaise : Poulet, un autre membre de la galaxie Malassis (le gendre), et Nicolas Lépernay qui est le seul a montré un profil plus modeste.

  • 84 J. Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIème siècle, Paris, Klincksieck, 1969.
  • 85 Ce dernier figure encore en bonne position sur la liste des 100 plus imposés de Rouen.
  • 86 Sa maison de la rue du Bourg l’Abbé est estimée à 14 600 livres, il détient 140 000 livres de biens (...)
  • 87 Seyer paie 67 livres et Machuel 64.
  • 88 ADSM, série M : 4M 637 (Etat des imprimeurs pour l’année 1806).
  • 89 ACH, série K : K1 l (liste des électeurs pour l’année 1831). Faure se situe au niveau de familles c (...)
  • 90 ACCh, série K : K 7 (liste des électeurs de Cherbourg pour l’année 1831). Ferdinand Le Boulanger pa (...)

48Enfin, Rouen est la ville où l’on trouve le plus de francs-maçons parmi les imprimeurs à la fin du XVIIIème siècle. L’adhésion à la maçonnerie ne concerne que de grands noms, en dehors du libraire Racine qui a sans doute pu pénétrer la maçonnerie en raison de ses liens commerciaux avec les Machuel. Mais les huit autres sont les plus riches de la ville, les plus influents de la communauté84. On trouve Pierre Le Boullenger ; syndic au moment de son adhésion à la maçonnerie ; Charles Havas, l’inspecteur de la librairie depuis 177785 ; Richard Lallemant fils, anobli et imprimeur depuis 1754, le plus fortuné de la communauté86 ; Pierre Machuel, qui assure 40 % de l’édition du livre à Rouen et paie l’une des plus fortes capitations de la corporation juste derrière un autre franc-maçon, Pierre Seyer87 ; ce dernier est marié à la veuve Béhourt et intégré à cette autre grande famille d’imprimeurs rouennais. Sous l’Empire, les trois imprimeurs francs-maçons sont également très aisés : ce sont Frédéric Baudry père et fils et Louis Mary. Dans l’enquête de 180688, les deux familles sont mentionnées parmi les plus riches et les plus patentés. Les Baudry sont d’ailleurs les imprimeurs de l’Empereur puis du Roi à partir de 1824. Au Havre, deux des trois imprimeurs maçons sont aussi des membres de la plus célèbre famille havraise : les Faure. Le sous-préfet Stanislas a exercé cette fonction avant son adhésion à la maçonnerie et figure sur la liste des 550 plus imposés sous l’Empire, son fils, Stanislas Faure, adhérant à la maçonnerie au moment où il tient les rênes du Journal du Havre. Il est alors positionné devant de grands négociants89 sur les listes électorales. A Cherbourg, Louis-Ferdinand Boulanger est le plus riche imprimeur de la ville : il figure dans une enviable 17ème position sur les listes électorales de la ville en 1831 entre deux hommes importants, Avoyne de Chantereyne et l’ancien maire Nicolas Collart90.

  • 91 Comme le montre André Combes (Histoire de la franc-maçonnerie au XIXème siècle, p. 100-112), la maç (...)

49De ce panorama, on ne saurait donc tirer qu’une conclusion certaine : une unité de la maçonnerie se réalise originellement autour de la richesse commune et cette forme de sociabilité a continué à exercer, en province, une forte attraction sur les élites bien après la Révolution. Celle-ci n’a donc pas à première vue fondamentalement changé les données : on observe un certain resserrement social aux dépens de l’aristocratie d’Ancien Régime et des couches plus démocratiques (petits médecins, boutiquiers des loges rouennaises) qui s’étaient frayés un chemin à partir de 1780. La notabilité sociale et professionnelle, l’exemple des médecins le prouvent, devient l’élément structurant et unificateur. Cela peut donc sembler contredire la vague d’adhésion de membres appartenant à des couches plus modestes après 1815 mais la souplesse de la structure maçonnique, sa plasticité, laisse facilement la place pour des phénomènes évolutifs contradictoires en apparence. Il n’empêche : une inclination naturelle, explicable par le système de cooptation et le rôle joué par la relation professionnelle au sein de ce type de sociabilité, plaide en faveur d’une unité relative autour de la notabilité ce qui montre l’originalité du schéma sociologique provincial91.

50Mais l’intérêt de ce tour d’horizon réside aussi dans la possibilité de quantifier la proportion globale représentée par les maçons parmi les élites urbaines et cela fournit une clef pour comprendre le rapport de continuité-discontinuité sociologique de cette micro-société au temps de la transition révolutionnaire. En effet, les apparences, le long défilé des figurants sur les listes de notabilités, peut-être un peu trompeur. En effet, si l’on se fie au nombre total des foyers maçonniques recensés parmi les assujettis à la contribution patriotique (32 maçons à Dieppe, 118 au Havre et 152 à Rouen), on est frappé à la fois par la belle régularité et la relative modestie de la proportion des frères sur ces listes. Les maçons représentent entre 6 % (Le Havre et Dieppe) et 7 % (Rouen) des élites. C’est un résultat qui ne relève pas de l’invasion ! Les listes des 100 plus imposés, le meilleur test pour percevoir la proportion des élites touchées par la mode maçonnique en raison de leur parfait cadrage au regard d’une forme de sociabilité urbaine, montre une hausse sensible de la représentation maçonnique malgré la variété des situations.

La présence maçonnique sur les listes des cent plus imposés (1803-1813).

La présence maçonnique sur les listes des cent plus imposés (1803-1813).

51Mais, au niveau départemental, la proportion des francs-maçons parmi le gotha des notables chute. Le département de la Seine-Inférieure ne peut revendiquer que 60 maçons parmi les 550 en l’an XI (11 % du total) et, avec les départements ruraux, les proportions diminuent considérablement (7,4 % dans le Calvados, 5,4 % dans l’Eure et 4,5 % dans l’Orne). C’est finalement assez peu et on ne pourra jamais dire que la maçonnerie fut un lieu de passage obligé des élites sociales de la province dans son ensemble puisque 90 % des notables s’en sont dispensés.

  • 92 A Rouen, cinq maçons et ex-maçons figurent parmi les 10 plus imposés de la ville (1803). Il s’agit (...)

52En face de ces constats, il devient donc nécessaire de définir les caractères de cette élite. C’est la grande « qualité sociale collective » des milieux maçonniques qui émerge : les moyennes des contributions patriotiques sont toujours deux fois supérieures à celle des profanes, les plus grands contribuables toujours représentés parmi les 100 plus imposés92. Les élites urbaines n’investissent donc pas vraiment massivement les loges mais ceux qui y entrent sont assurément les plus riches et pour tout dire les plus « notables ». C’est ce qualificatif qui correspond le mieux à ces hommes. Ils associent en effet fortune et accession à de grandes responsabilités. Pour s’en convaincre, il suffit de suivre quelques instants la plus représentative des catégories maçonniques à Rouen. On voit très vite que la seule richesse ne traduit pas la réalité de l’influence du milieu négociant franc-maçon sur les structures commerciales qui investit en nombre les juridictions consulaires, puis les chambres et tribunaux de commerce.

  • 93 Il s’agit de Jean-Baptiste Asselin (second consul en 1783), Pierre Defontenay (deuxième consul en 1 (...)
  • 94 ibid. p. 111-126.

53Ainsi, la maçonnerie rouennaise comptait déjà 13 membres influents de la chambre de commerce de la province de Normandie entre 1760 et 178993 et sa suppression révèle les maçons comme des acteurs très importants dans un contexte très difficile. C’est le frère Victor Lefebvre qui organise la survie du dispositif en 1791 puis, dès 1799, l’ancien frère Guillaume Hardouin reprend en main et dirige la juridiction jusqu’en 1802. Il laisse alors la place à un autre maçon, Louis Lézurier, futur Baron de la Martel, avec l’appui du préfet Beugnot et de l’Empereur qu’il reçoit à Rouen94. Les frères sont alors très nombreux à s’activer autour de la nouvelle chambre de commerce. Un ex-maçon Archambault présente ses produits chimiques à l’Empereur tandis que les « néos », Ezéchiel Boutigny et Paul Bretteville, vantent la qualité des rouenneries. Parmi les qunize nouveaux élus à la chambre, on compte quatre anciens maçons (Helot, De Fontenay, Payenneville et Le Couteulx) et surtout quatre nouveaux (Guttinguer, Lézurier, Ezéchiel Desmarest et Le Brument). Cette proportion excède largement les données un peu sèches de la simple statistique sociale. A partir de ce moment, les maçons vont rester très investis dans cette structure jusqu’en 1830. Ils fournissent trois présidents (Alexandre Helot, Louis Lézurier et Casimir Caumont), deux juges (Tamelier et Thezard) et quelques suppléants (Guillaume Debonne, Payenneville et Houddeville), le défenseur Louis Brunetot et son comparse Léon Pollin. A tous les niveaux du fonctionnement de ce type de structure, on constate donc la surreprésentation des maçons.

  • 95 Les 22 membres de la chambre de commerce entre 1804 et 1830 sont Jacques Beugnot, Helot, Jean-Ulric (...)
  • 96 ADSM, série M : 8M 77 à 80. A Rouen, les maçons sont déjà 24 parmi les 97 électeurs au tribunal en (...)

54Ainsi, à Rouen encore, on retrouve 22 maçons à la chambre de commerce sous l’Empire et la Restauration et sept frères parmi les membres du jeune Conseil des prud’hommes95. Les maçons sont donc engagés à plein dans le renouveau commercial qui s’opère avec la prospérité impériale : Jean-Ulric Guttinguer dirige le comptoir d’escompte de la Banque de France et, au sein du conseil d’administration, figurent Victor Lefebvre (également vice-président de la Caisse d’épargne), Louis Lézurier, Philippe Sellier, Casimir Caumont, Jean-Daniel Mathéus fils et le censeur Amand Thezard… et les registres électoraux pour les élections au tribunal de commerce envoyés au département fournissent aussi une preuve de l’ampleur de cette participation96.

55Par ces faits, on perçoit mieux l’identité réelle des hommes susceptibles d’être arrimés à la maçonnerie : ce sont des hommes très aisés, souvent même fortunés, mais plus encore des hommes influents par leur position autant que par leur fortune. Ils entraînent, dans leur sillage, de petits notables en mal de reproduction sociale.

2. La culture des francs-maçons

56L’existence de soubassements économiques unifiants pose la question de l’existence de strates culturelles communes. Si l’approche des comportements collectifs par le biais de l’attitude dans les structures à vocation spécifiquement culturelle est aisée, ceux-ci procèdent plus de l’étude des relations entre les formes de sociabilité que de la détermination de la sensibilité des individus à proprement parler. En effet, l’aspect restreint de cénacles conduirait à percevoir l’attitude de quelques maçons comme révélant la sensibilité collective des affiliés. A ce stade, ce sont les sensibilités personnelles qui permettent de cerner l’existence d’une culture commune.

Sur la noblesse maçonnique

57A la fin de l’Ancien Régime, la noblesse maçonnique montre sans ambiguïté la forte réceptivité du groupe envers la culture des « Lumières ». Le noyau le plus touché par la culture philosophique est composé par les familles issues de la noblesse parlementaire, la figure de proue de ce milieu étant celle du Premier Président du Parlement Louis-François-Elie Camus de Pontcarré.

  • 97 Souscripteur de « la Société Philanthropique », la première association libre de bienfaisance paris (...)

58Mais, la culture de cette figure de proue, marquée par une forte sensibilité envers l’illuminisme et aux problèmes sociaux qui s’accentuent à la fin de l’Ancien Régime, est représentative d’une inclination d’ensemble. Ainsi, son collègue, le président à mortier Leroux d’Esneval, moins célèbre que lui, montre une sensibilité comparable même si son action semble, à la différence de celle d’un Camus, se consacrer exclusivement à la franc-maçonnerie provinciale. Fondateur et vénérable de « Raoul » à Pavilly, il mène dans sa loge une véritable politique de lutte contre la pauvreté. Les frères de « la Parfaite Union » le surnomme, lors de l’installation de la loge, l’ami des infortunés97 et son discours, à cette occasion, touche l’ensemble des officiers de la loge puisque le frère de Gressent, ému par celui-ci, rappelle que le plus grand mérite de la maçonnerie est d’assurer l’égalité du prince et de l’humble par la fraternité grâce à la bienfaisance. Les livres possédés par les maçons des loges nobiliaires, en dépit de tout l’appareil critique que l’historien se doit de prendre en compte, nous resitue bien cette sensibilité commune.

  • 98 ADSM, série I, sous-série 14 liasses I à XII (dossiers personnels des émigrés).

59Ainsi, les bibliothèques des parlementaires98 le Sens, Lambert de Frondeville et Costé de Triquerville montrent sans équivoque des affinités culturelles entre ces frères. C’est celle du président Thomas-César Lambert de Frondeville qui est sans doute la plus significative d’une sensibilité à l’air du temps : outre les 33 luxueux volumes de l’Encyclopédie, un goût peu étonnant pour Buffon (24 volumes) et Rousseau (12 volumes), les ouvrages d’histoire occupent la part la plus importante, avec les livres concernant l’Antiquité (70 volumes). Le président à mortier Robert-Armand Le Sens présente une bibliothèque plus modeste (102 volumes), mais il lit et annote les projets de réforme de Necker, de Calonne et de Turgot, trois hommes dont on sait qu’ils furent préoccupés par les sujets qui passionnent les philanthropes. Membre de la Société d’Agriculture, Le Sens est également correspondant de l’Académie de Caen. La bibliothèque de Coste de Triquerville (293 volumes) révèle mieux encore une sensibilité spécifique marquée à la fois par un intérêt pour les grandes préoccupations des Lumières, et un goût particulier pour la philanthropie. Costé, simple conseiller, possède en effet, comme Lambert, la collection luxueuse de l’Encyclopédie, mais consacre une part importante de ces lectures aux sciences et techniques (79 volumes), notamment aux œuvres soucieuses de présenter des plans d’application concrets dans un but d’utilité sociale.

60Les liens avec les sommités du monde des « Lumières » sont d’ailleurs réels. Le Président bordelais Dupaty, l’un des membres de « l’Association de la Bienfaisance Judiciaire » avec son beau-frère, le célèbre Freteau de Saint-Just, et des « Neuf Sœurs », fréquente ainsi les tenues de la « Parfaite Union », alors que le célèbre Roëttiers de Montaleau entretient, comme Dupaty, une correspondance importante avec les responsables des loges nobiliaires rouennaises. Aux marges de ce monde se trouve une noblesse active qui témoigne d’une sensibilité comparable. Charles Rondeaux de Montbray, initié au sein des loges rouennaises et à Caen, est un homme des Lumières réputé. Titulaire de l’Académie de Rouen à partir de 1786, les Mémoires qu’il rédige et lit montrent un souci important de placer le progrès technique au service de la société. Au sein des « Bons Amis », il retrouve des membres de l’illustre famille Le Couteulx. Louis Le Couteulx de Caumont est alors un homme réputé pour son penchant en faveur des idées qui s’épanouissent en Amérique et pour la lecture de Diderot. La branche rouennaise des Le Couteulx est en relation constante avec leurs parents parisiens, qui fréquentèrent assidûment la célèbre loge des « Amis Réunis » et dont le rayonnement dans le mouvement des « Lumières » à Paris, à partir de leur domaine de Malmaison, est bien connu.

  • 99 ADSM, ibid., Liasse VII. Tous les grands noms des « Lumières » sont bien sûr présents, avec en tête (...)

61Pour se convaincre de la parenté culturelle entre ce milieu et le cercle des parlementaires, entrons dans la bibliothèque de Louis-Emmanuel Midy d’Andé, un grand négociant rouennais anobli et la figure de proue des hauts grades à Rouen. On sait que les négociants ne sont pas traditionnellement la clientèle attitrée des libraires. Or, Midy d’Andé possède au moment de la Révolution, une impressionnante collection de 3 125 volumes99, Midy faisant preuve lui aussi d’éclectisme et d’un goût plus prononcé pour l’histoire (919 volumes), la littérature (395 volumes), la philosophie (281 volumes) et, parmi les auteurs, pour ceux qui sont les références obligées des philanthropes.

62Dans le sillage de ses hommes qui tiennent le haut du pavé, le comportement des robins, lié professionnellement à la noblesse parlementaire, bien qu’avec des moyens plus modestes, est assez comparable.

  • 100 Gabriel Dornay est notamment l’auteur en 1772 d’un Essai sur les lois rurales favorable aux thèses (...)
  • 101 L’avocat au Parlement, Georges Aumont, dans sa bibliothèque de 159 volumes, consacre ainsi 115 volu (...)

63Quelques-uns ont d’ailleurs le privilège de côtoyer la noblesse des Cours Souveraines au sein de l’Académie, comme le procureur Gabriel Dornay, affilié aux Académies de Rouen et de Caen. Dornay, qui présente une dizaine de mémoires jusqu’en 1789 à l’Académie de Rouen, est surtout un passionné de botanique et un spécialiste des problèmes agraires, ses écrits montrant un véritable souci de lier le progrès technique au progrès social100. Son collègue, Huet de Guerville, participe aux travaux de l’Académie de Cherbourg, à partir de 1782. Egalement membre de celle de Caen, ses préoccupations sont celles de Dornay avec qui il maçonne. D’autres robins témoignent d’une sensibilité comparable mais ils se distinguent de leurs collègues en ce qu’ils utilisent la cadre offert par leur domaine de compétence pour les assouvir. Voici Jean-Baptiste Ducastel : il bataille avec Thouret contre Duval d’Epremesnil et, dans sa défense véhémente de Lally-Tollendal, montre une culture érudite caractérisée par l’imprégnation profonde de la théorie du droit naturel. Nicolas Le Cauchois, un autre maçon actif dans les années 1785-1789, joue un rôle comparable dans une affaire locale, mais significative, celle de la réhabilitation de Marie-Françoise Salmon (1784). C’est une femme un peu simple accusée de sorcellerie et brûlée au siècle précédent, grâce à laquelle Le Cauchois obtient le surnom sans équivoque de « Voltaire rouennais ». La culture de certains reste parfois purement juridique et professionnelle101 mais le mouvement d’ensemble plaide en faveur d’un désenclavement culturel allant dans le sens d’une sensibilisation croissante envers des préoccupations qui sont aussi celles de la noblesse maçonnique.

  • 102 ADC, série F : F 1228 (papiers familiaux contenant un extrait d’une séance des Philalèthes). Soucie (...)

64L’enquête menée en Basse-Normandie aboutit à des résultats identiques. La connaissance de la noblesse bayeusaine révèle le poids des milieux éclairés. Pas moins de trois figures éminentes du mouvement des « Lumières », suivant les traces de Wimpffen, héros de la Guerre d’Amérique, ami de Lafayette et admirateur des philosophes, émerge. Il s’agit des marquis de Bricqueville et de Mortemart, et surtout de Eudes de la Jumellière. Littérateur à ses heures perdues, Eudes est avant tout un franc-maçon pétri de martinisme102 au même titre que Camus à Rouen. La correspondance familiale révèle ici non seulement un goût aigu pour les idées nouvelles, mais la manière dont, par les sujets de réflexion proposés par quelques loges parisiennes à leurs correspondants provinciaux, la culture des Lumières peut descendre efficacement vers les petites cités aristocratiques des profondes provinces.

  • 103 C. Duprat, op.cit.. Le duc de Mortemart est notamment membre de la Société Philanthropique.

65Quant au marquis de Mortemart, il est le frère d’un des principaux philanthropes parisiens103. La noblesse caennaise peut se vanter de compter dans ses rangs deux académiciens, Ballias de Laubarède et Le Harivel de Gonneville, ce dernier étant aussi à la tête de la Charité des Bonshommes des Carmes de Caen, lieu où sous d’autres formes, le geste philanthropique s’épanouit.

  • 104 E. Vivier, « Les loges maçonniques dans le diocèse coutançais à la veille et au lendemain de la Rév (...)
  • 105 Il monta sa propre pièce, « Femmes Curieuses », en 1783. Sans oublier les philosophes, sa bibliothè (...)

66Le futur département de la Manche, axé autour des orients de Valognes et de Granville, présente l’avantage, en raison du plus petit nombre de maçons, de mieux mettre en perspective l’impact de la culture des Lumières parmi la noblesse initiée. Les enfants d’académiciens, avec Bricqueville et Hue de Caligny, sont bien représentés. Claude de Bricqueville, qui se situe dans l’entourage du duc d’Harcourt puis de Dumouriez, est un Physiocrate convaincu, célèbre pour avoir fait défricher les landes de Lessay dans le but d’appliquer les idées des agronomes. Bernard Hue de Caligny n’a pas suivi les traces de son père, académicien distingué, avec autant de brio mais il est à noter, qu’après Bricqueville, il tient le maillet de « l’Union Militaire » en 1789. Vu le rôle clef joué par le vénérable dans l’orientation des débats, cela témoigne de la proximité entre les milieux dirigeants de la maçonnerie locale et ceux des cercles académiques, unis par des liens de parenté. Par sa sensibilité éclairée, la maçonnerie valognaise semble en fait très proche de l’esprit de la maçonnerie pavillaise. Dans le sillage de ces deux hommes, tout un noyau d’aristocrates Dumouriez, un de Pioger qui montre des talents de fabuliste. Près d’eux, à Granville, Lesauvage d’Houesville fréquente le poète Florian et le père du chevalier Destouches, Pierre-René, préside la chambre littéraire locale104. A Alençon : même constat. Nous avons d’ailleurs évoqué le rôle des maçons dans la mise en place du cabinet littéraire en 1784. Emergent plus particulièrement les personnalités des frères Costard de Bursard et Coste de Vaugourdon, deux membres de la société d’agriculture, et celle d’Elie de Beaumont, membre des « Cœurs Zélés » mais également ancien Vénérable des « Neuf Sœurs », défenseur de Callas et ami de Voltaire, adhérent de « la Société Philanthropique ». Comme à Rouen, la noblesse maçonnique draine dans son sillage une bourgeoisie robine fortement imprégnée par la culture des Lumières. Lepesqueur de Conjon, simple avocat, est la figure la plus significative de cette bourgeoisie d’avocats qui cherche à pénétrer la structure maçonnique dans le cadre d’une stratégie visant à investir tous les lieux représentatifs de la culture nouvelle fréquentés par la noblesse. Lepesqueur réussit à entrer avec succès dans la chambre littéraire locale, dans laquelle il peut côtoyer le frère de Buffon, en en devenant le Secrétaire, en 1784… puis en reprenant, avec insuccès auprès du Grand Orient, la loge des « Cœurs Unis ». A Cherbourg ou à Alençon, nombre d’avocats francs-maçons présentent un profil comparable : à Cherbourg, c’est l’avocat Revel-Deschenez, à Alençon, c’est Jean Castaing, amateur d’art éclairé qui eut l’initiative de faire construire une salle de théâtre dans l’ancienne salle des Audiences, à Alençon105.

  • 106 Il est notamment l’auteur d’un essai sur l’aménagement du canal Vauban et d’un ouvrage plus volumin (...)

67Indiscutablement, il existe bien un climat culturel au sein des loges montrant comment, par la densification des groupes dans les ateliers, le fait maçonnique fut bien le canal par le biais duquel le mouvement des « Lumières » descendit le plus bas. Même dans un orient peu ouvert aux robins, ceux qui entrent en maçonnerie sont sélectionnés parmi les plus « éclairés ». Le Havre, à la fin du XVIIIème siècle. On y trouve peu de robins, sinon l’avocat Lacorne et l’huissier Lesueur. Or, Lacorne est l’un des rares robins à fréquenter la chambre littéraire locale, et Jean-Baptiste Lesueur, est le père du célèbre naturaliste, également intéressé par centres d’intérêt qui feront la notoriété du fils et passé à la postérité pour des écrits témoignant d’un souci d’application du progrès technique et d’une sensibilité à l’histoire… autant de thèmes qui reviennent de manière récurrente dans la culture des frères106.

Du côté du monde du négoce

68Pour les élites marchandes, les comportements culturels constituent un objet d’études plus important car l’entrée en maçonnerie, au XVIIIème siècle, est souvent considérée comme un moyen privilégié, presque unique sur le plan institutionnel, de montrer son adhésion aux « Lumières ».

  • 107 ADSM, série E, sous-série 2E (années 1780-1800). Les seules spécificités culturelles relevées dans (...)

69Par le biais des gestes individuels, il est possible de saisir concrètement le sens qu’il convient de donner à l’engagement en loge. Dans cette perspective avouons que l’étude menée au Havre, ville de négoce s’il en fut, n’a guère été probante et que les résultats d’ensemble ne font que confirmer ce que l’on savait déjà, c’est-à-dire la capacité des élites maçonniques, particulièrement dans cet orient où les milieux coloniaux sont fort représentés, à refléter un goût certain pour ce qu’il convient d’appeler la culture des apparences107. Mais l’enquête sur les populations négociantes n’est cependant pas sans révéler un esprit pionnier, novateur, lequel se perçoit plus dans le cadre des pratiques professionnelles que dans l’espace privé.

  • 108 P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIème siècle, p. 64.
  • 109 M. Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-180 (...)
  • 110 Elle est intégrée à la Société Calonne et Cie.

70La maçonnerie rouennaise a ainsi concentré un bon nombre de grands négociants qui ont fait preuve d’esprit d’innovation. Parmi les manufacturiers, les représentants de la communauté britannique, souvent initiés avant leur arrivée à Rouen, occupent une place de choix. C’est le cas des Sturgeon, Martin et Akerman. L’Irlandais William Sturgeon est réputé pour avoir introduit la technique de la cuisson de la faïence et de la porcelaine dans la Manufacture royale qu’il dirige tandis que Martin et Akerman, venus de Manchester et associés, font preuve d’une initiative originale : ce sont les premiers à utiliser la publicité pour vanter la qualité de leurs rouenneries108. A côté d’eux, les germanophones, suisses et originaires de l’Empire, constituent un second foyer particulièrement dynamique, plus investi sur le plan maçonnique. Louis Clavelé et Jean Matheux représentent une société de Vevey implanté à Rouen et le Suisse Schleucher figure parmi les quatre banquiers de Rouen en 1788. Dans ce milieu cosmopolite, une fusion s’opère entre les « horsains » et les autochtones autour de l’esprit novateur : Irlandais, Anglais et Suisses rencontrent en loge les Le Couteulx, dont les ramifications autour de l’affaire caditane sont connues109, les Lézurier, dont les représentants sont formés en Finlande, en Russie et en Prusse… et les Curmer dont la manufacture de Saint-Sever est visitée par Arthur Young. De l’établissement de teinture sur fond bleu de Saxe du frère Le Brament à la manufacture de faïence du frère Delametterie, en passant par la filature de coton de Debourge et Bournisien110, les maçons « contrôlent » les principales entreprises novatrices, notamment le marché de l’industrie cotonnière dont le banquier maçon Louis Delarue a perçu très tôt l’utilité pour la banque locale. Les figures de proue de ce milieu sont incontestablement les frères Defontenay. Introducteurs des « mule-jennys » dans leurs manufactures rouennaises (Oissel et Sotteville), les deux hommes deviennent franchement des pionniers à partir de 1787 quand Alexandre, le technicien, fait entrer la machine d’Arkwright dans leur nouvelle manufacture de velours à Louviers. « Enrichir pour imposer, voilà l’art ; rainer en imposant voilà la folie » : tel est le slogan, non seulement d’Alexandre Defontenay mais celui d’un milieu maçonnique rouennais souvent converti au libéralisme économique et qui s’interroge sur les modalités diverses de la transition vers le nouveau monde manufacturier de la machine-outil.

  • 111 Les signataires sont : Christophe Rohner, Médéric Lacorne, Philippe Lebourgeois, Marie-Charles Leme (...)
  • 112 Il s’agit de Philippe Lebourgeois, Louis Papillon, Jacques Beaufils, Marie-Charles Lemesle, Jean-Si (...)

71La cité voisine du Havre ne possède pas, loin s’en faut, un potentiel de pratique capitaliste aussi fort dans le secteur manufacturier. Dans la cité fondée par François 1er, c’est le commerce colonial qui reste roi. Il devient après 1780-1785 le moyen principal de prospérer et cela suffit à expliquer le poids du milieu maçonnique sur le commerce colonial. Les placements à l’étranger sont, pour au moins treize grands négociants, la preuve d’un investissement profond dans les pratiques du capitalisme commercial et d’une prise de risque non négligeable. L’intérêt de ces hommes les entraîne parfois vers une sensibilité libérale comparable à celle des Rouennais puisque huit d’entre eux sont signataires de la pétition de 1770 réclamant la baisse des droits de douane en Méditerranée111, même si les pratiques quotidiennes témoignent de la persistance d’un pouvoir de séduction de la terre et de la fragilité de cette sensibilité à partir de 1785. Ce sont les initiatives plus personnelles qui nous semblent significatives de la proximité des valeurs entre initiés rouennais et havrais appartenant au monde du négoce. En effet, les deux seules manufactures nouvelles au Havre sont la propriété de deux francs-maçons. Jean-Baptiste Becquerel a ouvert la première raffinerie de sucre et ses affaires semblent prospères si l’on en croit sa présence parmi les dix plus grosses fortunes de la ville indiquées. Mais Becquerel a pris le risque de placer 132 000 livres de capital dans une entreprise inédite. La personnalité de Gustave Eichoff, également raffineur de sucre mais à la tête d’une affaire moins importante, pose un lien entre la maçonnerie d’Ancien Régime et la maçonnerie révolutionnaire. D’autres encore montrent leur hardiesse différemment, en modernisant les structures des activités traditionnelles. C’est la création des chambres d’assurance qui est la nouveauté la plus importante au sein du négoce havrais et les maçons y portent un intérêt évident. En 1787, Jacques Beaufils est le caissier de la plus importante compagnie et on retrouve, parmi les syndics et négociants impliqués dans les caisses d’assurance, un groupe important de maçons112. Dans le registre novateur, Louis Papillon est à l’initiative de la participation havraise à la compagnie d’Assurance de Londres ou Phoenix company (1789) alors que son ami Collow, qui rejoint la maçonnerie sous le Directoire, a fait naître une liaison régulière entre Le Havre et Tobago. Il est donc bien clair que la participation aux entreprises pionnières est un élément caractéristique, et sur la durée de toute la période, de la sensibilité maçonnique : elles témoignent en tout cas d’une « curiosité intellectuelle » doublée d’un esprit de profit un peu supérieur à la moyenne de celle qui caractérise le milieu profane.

  • 113 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce, Lille, EHESS, 1994.

72Ce constat n’implique pas une sensibilité spécifique au « vent libéral », les francs-maçons négociants étant tiraillés, à l’image de l’ensemble du milieu, par les deux rêves du commerce113.

  • 114 ACH, série D (délibérations du conseil municipal) : D1 1.
  • 115 ACH, série D : D1 1. On trouve, parmi les signataires de la pétition dénonçant les troubles en Mart (...)
  • 116 A Rouen, où l’on sait que les Le Couteulx ont été assez peu réceptifs à la remise en cause de l’esc (...)
  • 117 Si les Le Couteulx et Hélot incarnent une sensibilité proche des Havrais, le frère Milcent, membre (...)
  • 118 ADO, série E : 4E 72 (minute Gelée).
  • 119 Buffon (39 volumes), Voltaire (20 volumes) et Rousseau (11 volumes) bien sûr, mais aussi des auteur (...)

73Si la présence d’un milieu sensible au libéralisme à Rouen (jusqu’au Traité de Vergennes) est évident derrière les figures majeures des frères Defontenay et des Le Couteulx, on est frappé par le fait que cette présence est largement contredite par l’importance du cercle des négriers havrais dont on ne peut pas dire que les thèses économiques, très conservatrices, soient exemptes d’esprit protectionniste et retardataire. Les négociants maçons du Havre savent que la fraternité ne doit pas remettre en cause les fondements sur lesquels repose leur fortune et que la défense de ceux-ci implique souvent des prises de position contraires aux thèses libérales et, accessoirement, à des principes moraux qui interpellent plus le maçon parisien que le frère maçonnant dans un port de traite qui n’est pas insensible aux sirènes du polygénisme. C’est sans état d’âme que l’avocat franc-maçon Lacorne, lié à une famille de négociants importants, part, le 26 février 1790, vers l’Assemblée nationale pour défendre la cause des négriers havrais114 et sert de relais local115 à la grande figure anti-abolitionniste du club Massiac, Jacques Bégouen. Les Havrais, qui craignent pour leur commerce, vont trouver un relais efficace auprès de frères rouennais et surtout caennais à tel point que, s’il existe une seule fois une Internationale maçonnique normande à la fin du XVIIIème siècle, elle se constitue pour défendre ceux qui font profit avec le bois d’ébène116. Les attitudes différentes des maçons face à l’esclavage, oscillant entre la défense des Havrais, les attitudes diverses des Rouennais ou les positions avancées de quelques groupes de maçons parisiens117, témoignent à leur manière du fait que derrière l’esprit pionnier se cache l’absence réelle d’union autour de principes philosophiques ou de thèses économiques précises. En Basse-Normandie où la proto-industrialisation est moins avancée, quelques maçons montrent une sensibilité culturelle comparable. A Alençon, c’est un Lesage Duparc, figure importante du milieu des fabricants de point, qui fait preuve118 d’un comportement atypique pour un homme de commerce. Parmi les 452 volumes de sa bibliothèque, l’utilitaire ne contrebalance pas l’importance des philosophes119. A Cherbourg, c’est Dupuis, directeur de la seule manufacture locale d’importance (La Glacerie) qui travaille en collaboration avec des scientifiques de renom (le chimiste Hollzweigger) et fréquente l’Académie où il retrouve l’entrepreneur Noël. Ce dernier, intéressé par les perfectionnements à apporter à la digue sous l’Empire, entretient une relation continue avec les Ponts et Chaussées, notamment François de Neufchâteau.

  • 120 S. Chassagne, La naissance de l’industrie cotonnière en France (1760-1840) : trois générations d’en (...)
  • 121 Les trois sont membres de « la Parfaite Egalité », une loge démocratique avant 1789 qui devient le (...)
  • 122 J. -P. Chaline, « Deux bourgeois en leur temps », Documents sur la société rouennaise du XIXème Siè (...)

74La Révolution est alors en cours et, par cette remarque, nous voulons insister sur les continuités montrées par cette sensibilité aux initiatives pionnières. A Rouen, la révolution passée, la maçonnerie a continué à attirer une pléiade de négociants très dynamiques, souvent issus du milieu cotonnier120. Les Adeline ont ainsi fourni au bas mot six membres à la maçonnerie locale, avant comme après 89. On sait que l’aîné, Nicolas, maçon dès la fin du XVIIIème siècle, fait travailler plusieurs centaines d’ouvriers sous l’Empire à Malaunay et a étendu ses intérêts en créant une seconde filature à Aulnay, une troisième à Arques. La filature de Malaunay a permis à la famille d’étendre son emprise sur Notre-Dame de Bondeville et le quartier Sainte-Hilaire, ses intérêts étant défendus par des hommes, Armand et Benjamin, dont on remarquera qu’ils reprirent la tradition engagée par Nicolas de l’appartenance à la maçonnerie121. Et nombre de maçons sont toujours investis dans les pratiques les plus novatrices, comme Curmer, l’un des plus grands manufacturiers de Darnétal122, ou son ami Caumont, le futur président de la chambre de commerce. C’est également au sein de « la Parfaite Egalité » que ces pionniers se retrouvent et la loge intègre encore Guillaume Lancelevée, possesseur de la manufacture de velours de Saint-Sever et membre du jury de construction mécanique qui entretient une relation épistolaire suivie avec Chaptal, toujours attentif aux initiatives de ceux qui veulent briser la routine. La loge compte aussi dans ses rangs Rouff, l’indienneur du Houlme qui se lança dans l’impression, et l’académicien Benjamin Pavie qui montre un intérêt pour les nouveautés en faisant connaître à la société savante les améliorations industrielles dues à Delamare.

  • 123 ADSM, série J, sous-série 41J (1796-1830). 18 maçons ont fréquenté les réunions de cette société : (...)

75On retrouve donc dans cette loge un cercle d’hommes qui pérennisent une « sensibilité de pionnier » qu’ils prolongent dans les sociétés savantes consacrées au progrès de l’industrie qui est leur principal souci. En effet, s’ils ne dédaignent pas l’Académie, leur sensibilité les conduit plus naturellement vers la Société Libre d’Emulation, plus encore vers la Société libre de Progrès Industriel, fondée en 1796 et séparée de la précédente jusqu’en 1855. Près de 20 maçons en activité l’ont pénétrée de sa fondation à 1830123 et la présidence en fut exercée par le frère Tamelier. On y retrouve les maçons libéraux de la fin du XVIIIème siècle (Victor Lefevre, Rabasse, Guillaume Debonne, Asselin, Benjamin Pavie) mais plus encore les nouveaux initiés de la période impériale (Chalon fils, Tamelier, Houlefort, Trapp, Guttinguer, Lancelevée ou Laurent Blanchemain). Quand on sait que cette société a joué un rôle essentiel dans le développement des caisses d’épargne rouennaises, la présence d’un tel nombre de frères est révélatrice à la fois de continuités mais également d’une inflexion de la sensibilité des maçons caractérisée par une nouvelle approche des questions sociales dont nous reparlerons.

  • 124 ADC, série M : M 8633.

76En comparaison de l’engagement des Rouennais dans le processus capitaliste, l’attitude des Caennais paraît en retrait. Il est vrai que Caen oriente moins son réseau de sociétés savantes vers les préoccupations industrielles dans une ville où l’industrie tend à se rétracter autour de la dentelle et on retrouve donc les industriels maçons de préférence dans les sociétés musicales. Néanmoins, une même sensibilité aux nouveautés apparaît et il suffit pour s’en convaincre de suivre quelques destins originaux sous l’Empire et la Restauration. Les enquêtes industrielles et commerciales dont la préfecture se fait l’exécutrice le permettent. En 1804, l’enquête sur l’état de l’industrie caennaise demandée par l’Empereur a permis de dresser la liste de dix établissements caennais réputés pour leur efficacité. Nous avons déjà indiqué l’importance des maçons parmi eux mais il semble intéressant d’évoquer la figure de Jean-Baptiste Bonnaire, celui qui a attiré plus particulièrement les regards de l’Empereur et du ministère de l’industrie. C’est un riche fabricant de dentelles qui intéresse le gouvernement par les nouveautés qu’il introduit dans les marchés de redistribution de ses produits124. Employant exclusivement femmes et enfants, sa fabrique présente l’avantage de ne pas être décapitée par l’envoi de soldats pour la patrie. De plus, le fonctionnement de son entreprise s’intègre dans un circuit national puisqu’elle s’alimente du lin flamand et de la soie piémontaise pour redistribuer les produits finis vers l’Angleterre. Sensible à l’activité déployée par le frère Bonnaire, le ministère lui commande donc plus de 3 000 francs de dentelle pour dix semaines.

  • 125 ibid. M 2 850.
  • 126 P. Largesse, art. cité.

77Vingt ans après, la lettre envoyée par Pierre de Faucamberge au ministre du commerce en septembre 1828 montre une même propension au dynamisme et à l’innovation125. Créateur d’un moulin à farine à vapeur en 1821, le frère se dit avoir été victime des résistances de la routine. En fait, à ce moment, c’est la protection gouvernementale qui lui permet de s’activer dans un environnement hostile. En effet, s’étant vu confier l’entreprise générale de la maison de Beaulieu durant dix ans, Pierre de Faucamberge a su concilier libéralisme et nécessité alimentaire grâce au réservoir de 2 000 hectolitres qu’il a placé sur son moulin. Cette initiative lui vaut le beau surnom de médecin des farines de la part des boulangers du département mais aussi une solide inimitié des meuniers concurrencés. En 1828, il propose au gouvernement d’étendre le projet vers une grande meunerie qui fournira emplois, taxes et espoir en cas de disette et aussi un moyen de faire fleurir une affaire qui étend son influence jusqu’à Rouen. Globalement, il y a donc une belle continuité de l’esprit pionnier et souvent hardi des maçons au sein d’un monde routinier. Il s’agit pour ces hommes de lier novation et pragmatisme sans que cela induise une orientation philosophique ou idéologique prédéfinie. Il n’est pas mutile d’indiquer qu’une des figures les plus célèbres du milieu manufacturier maçonnique en Normandie au XIXème siècle est celle de Victor Grandin, maçon à Elbeuf, affilié à la loge de Pont-de-l’Arche… et qui n’est pas une figure de proue du patronat social puisqu’il est l’un des plus acharnés à la défense du travail des enfants en 1841 et l’initiateur du travail de nuit à Elbeuf après les incendies dont sont l’objet les manufactures des frères Camille Randoing et Théodore Chennevière126. Ennemi du socialisme comme du libre-échangisme, Victor Grandin pose la continuité entre le cercle des négociants liés à la maçonnerie de la fin du XVIIIème siècle et celui qui fréquente les ateliers durant les bouillonnements de la révolution industrielle.

Le monde des talents

78Pour finir, la « bourgeoisie à talent », parce qu’elle occupe une place importante et originale en maçonnerie et parce qu’elle se prête par nature à une analyse portant sur les comportements face à la novation, méritait quelques développements et il semble bien vite que les maçons, ingénieurs, architectes ou médecins, aient été globalement parmi les plus talentueux de leur génération.

  • 127 Inspecteur des ponts et chaussées, chevalier d’Empire, Brémontier a été promu à la postérité pour a (...)
  • 128 Vénérable des « Cœurs Sans Fard et Constante Amitié Réunies », Lefebvre est célèbre pour son aménag (...)
  • 129 Bienfaiteur offrant des cours gratuits, il est aussi un membre éminent de la Société des Antiquaire (...)

79Parmi les ingénieurs, les plus novateurs ont fréquenté les loges, comme Brémontier127, Girard ou Lefebvre128 à Caen. Après la Révolution, la maçonnerie caennaise intègre encore Simon, figure importante de l’Académie locale, et des architectes réputés comme Emile Guy, architecte de la ville sous l’Empire129.

  • 130 Il doit sa notoriété à la construction du Théâtre des Arts en 1774 et à la restauration du quartier (...)
  • 131 Il aménage la place du Vieux Marché entre 1795 et 1804.
  • 132 Ils furent membres actifs de la Société d’Emulation.
  • 133 Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 223-334.
    Professeur de dessin à l’Ecole (...)

80A Rouen, les loges ont initié tout ce que la ville compte d’architecte de renom : François Guéroult130, au XVIIIème siècle, son élève Bouet sous l’Empire131 puis Charles Vidoux Fontaine et Pierre Auvray132. Elles comptèrent aussi nombre d’artistes professionnels souvent illustres, comme le grand Charles Broche, la figure la plus célèbre du milieu musical et maçonnique rouennais, les peintres Le Carpentier, Hubert Descours (formés à l’école de Descamps) et Rupalley qui sont parmi les plus en vue de leur époque133.

  • 134 On trouve parmi eux le maître d’étude au collège royal Charles Orange, le physicien académicien Lou (...)
  • 135 La maçonnerie recrute le professeur de mathématiques François Daguin, le grammairien Louis Rouillé, (...)
  • 136 ADO, série L : L 1266-1267.
  • 137 En l’an VII, il récupère 10 000 ouvrages égarés dans les petites bibliothèques ornaises et déplore (...)

81Quant aux corps professoral et médical initié, ils regroupent également les hommes les plus sensibles aux nouveautés. Les premières loges caennaises ont ainsi été menées par des enseignants parmi les plus reconnus au sein des deux corps universitaires auxquels ils appartiennent, les facultés de médecine et de droit. Les frères Deliée, Pierre Le Canu et Pierre Cauvet, parmi les médecins, Lecocq de Béville, Le Paulmier Duclos et Collet Descotils, parmi les juristes, inaugurent une tradition prolongée sous l’Empire avec les adhésions de nombreux professeurs dont la notoriété leur donne l’accès à l’institution académique134. Quant à la maçonnerie alençonnaise, elle s’est contentée longtemps de n’affilier que des enseignants renommés, comme le principal du collège d’Alençon Abel Marquet puis, avec la reconstruction consulaire, l’élite professorale concentrée à l’Ecole Centrale135. Tous ces hommes de grande culture sont menés par les deux intellectuels ornais les plus réputés depuis la mort du docteur Odollant (1800) : Pierre Renault et Louis Dubois. Secrétaire de préfecture, Pierre Renault obtient un poste de professeur d’histoire naturelle à l’Ecole Centrale et met en place très tôt une correspondance avec la Société Libre d’Emulation de Rouen. Son activité dépasse largement l’exercice de ces fonctions puisqu’il entre en relation avec le Conseil des Mines et c’est lui qui obtient la création d’un jardin botanique136. Quant au bibliothécaire de l’Ecole Centrale, Louis Dubois, il dépasse aussi les obligations relatives à des fonctions qu’il assume avec brio137.

  • 138 Il est professeur de grammaire puis de rhétorique au Lycée et académicien.
  • 139 ACH : série R, sous-série R3 : R3-1.

82Très vite, c’est lui qui anime la vie culturelle autour de la bibliothèque, du cercle de Roederer et qui ouvre un cours de géographie. A Rouen et au Havre, si le milieu est moins dense, on retrouve des profils semblables. Au XVIIIème siècle, la maçonnerie rouennaise a compté en son sein l’un des hommes les plus prisés lors des vieux jeux palinodiques, le philosophe Hamel, et deux professeurs qui vont intégrer l’Ecole Centrale : Jacques Formage et Nicolas Bignon138. Et la maçonnerie rouennaise sait attirer un des plus célèbres académiciens de la fin de l’Ancien Régime, Scanegatty, l’auteur de multiples mémoires montrant une sensibilité affirmée aux applications concrètes de la physique en faveur du machinisme industriel (filage de la laine, laminage du plomb…). Au Havre, Louis Delisle et Michel Pelhaste sont des hommes assez comparables. Pelhaste, choisi comme examinateur de l’Ecole Centrale du Havre à partir de 1791 (aux dépens de Delisle), fait du Havre l’une des écoles les plus réputées de France, admirée par Monge que Pelhaste reçoit en septembre 1791139. Bien qu’un peu jaloux de l’ombre faite par son collègue, Delisle développe aussi un enseignement de qualité dans son école gratuite de mathématiques où il forme de futurs polytechniciens. Par leurs œuvres, ces deux professeurs montrent un réel investissement dans la mise en place des structures qui vont favoriser l’élitisme républicain.

  • 140 Elles touchent aussi bien l’épidémiologie que l’anatomie qu’il enseigne à partir de 1822.

83Néanmoins, c’est bien le monde médical qui a fourni à la maçonnerie ses plus belles figures d’hommes de culture. Dès le XVIIIème siècle, la présence de deux membres de la Société de médecine de Paris au sein de la maçonnerie rouennaise, Jean-Pierre David et François Hardy, est prometteuse. Ces présences, révélatrices de l’attraction exercée par la maçonnerie locale sur le milieu médical, seront vraiment suivies d’effets après 1800 puisque la maçonnerie rouennaise va intégrer les médecins les plus sensibles aux techniques novatrices. Le plus célèbre est le frère (maçon à Louviers) Antoine Blanche, dont le père fut chef des hôpitaux militaires, maçon et déjà très sensibilisé à l’esprit de Jenner. Le fils reprend le flambeau en propageant les bienfaits de la vaccination au sein de l’Ecole de Médecine qu’il fonde à Rouen (1810) et ses recherches se diversifient140. Il obtient la consécration en devenant médecin-chef de l’hospice général et en obtenant la Légion d’honneur en raison de son action bienfaitrice lors de l’épidémie de choléra de 1832. Il est suivi au sein de la maçonnerie de deux membres actifs du Comité Central de vaccine, Jean-Baptiste Boulot et Louis Lamauve, puis du vice-président Martin d’Offigny. Dans leur sillage, les pharmaciens ne sont pas en reste, les Rouennais Jean-Baptiste Bottentuit et Pierre Mézaise ou le Bayeusain Le Brisoyes des Noires-Terres étant très investis dans les structures nouvelles puisque tous les trois sont les animateurs des Sociétés Libres de Pharmacie locales et membres des jurys médicaux.

  • 141 J.-P. Chaline, Les bourgeois de Rouen, p. 25.

84On pourrait poursuivre infiniment la longue description de ce monde où s’entremêlent la novation et le prestige. Son principal mérite est de révéler, après l’analyse liée à l’exploitation des sources fiscales, ce qui se cache réellement derrière le paravent de dénominations sociales assez floues indiquées sur les tableaux de loge. Derrière le « négociant », le « marchand » apparaissent ainsi le patricien peuplant les chambres de commerce ou l’orfèvre le plus riche de la cité. L’avocat et le médecin masquent, quant à eux, plus souvent un magistrat important ou un docteur-médecin figurant parmi les praticiens les plus réputés qu’un simple greffier ou un officier de santé. On comprend mieux alors pourquoi un ferronnier, comme ce fut le cas de Michel Decourdemanche à Bernay, préfère s’intituler « orfèvre » sur ces tableaux ou pourquoi les réprouvés de Bayeux se dissimulent derrière une dénomination plus séduisante de « bourgeois ». En ce sens les maçons ont bien conscience d’être ou de vouloir être des notables et la maçonnerie constitue ainsi un miroir des élites urbaines où se reflètent les rapports de force. L’inscription sur la belle série des almanachs de la Seine-Inférieure dont Jean-Pierre Chaline141 a justement rappelé qu’ils permettent d’évacuer ce qui n’est pas bourgeois sinon de réunir les notables sur un critère précis, est significatif de ce qu’est la réalité maçonnique c’est-à-dire une concentration d’individus influents dans la cité, un monde qui réunit presque équitablement l’essentiel des élites marchandes, des fonctionnaires et des talents de la cité qui font preuve d’une sensibilité culturelle commune marquée par l’attirance envers les nouveautés du siècle. Ici s’arrête cependant l’unité d’un monde et qui n’est que la conséquence logique d’un investissement profond et valorisant dans la société civile. Le paradoxe de la maçonnerie, entre un Milcent qui réprouve l’esclavage, quoique timidement, et la quinzaine de négriers francs-maçons havrais qui en vit confortablement, annonce avec force la fragilité d’une fraternité que va mettre au grand jour, la Révolution aidant, l’ambiguïté de sa structure profonde et les accidents de son histoire interne.

Maçonnerie et élites négociantes à Cherbourg de 1789 à 1830

A- 1789-1799

Contribution patriotique (1789) en livres

Emprunt forcé (an IV) classe (*)

François Avoyne de Chantereyne

500

13e

André Boulabert

2250

6e

Jacques Colleville

3e

Joseph Etienne Couey Dulongprey

1600

Pierre-Bernardin Couey Dulongprey

2100

16e

François Dancel de Saint Jean

330

Jean Gantlen Gauvain

150

4e

Marie Edmé Jolivet de Riencourt

450

8e

Jacques Martin Maurice

1614

16e

Jean-Jacques Maurin

12e

Gabriel Noël

450

2e

Michel Noël

600

12e

François Vesque

150

B- 1800-1830

Les élites marchandes dieppoises et les "Cœurs Unis" sous l’Empire (1800-1815)

Not Communal (An IX)

Liste des 100 plus Imposés (1803-1813)

Collèges

d’arrondissement

Liste des six 600 plus Imposés du département

J. Pierre Blanquot

• louis bourdon

Valéry Bretels

Marie-Antoine Cavelier

Adrien Denisbelle

Jacques Flouest

Jacques Flouest fils

Charles Harnel

Pierre Hannin

• Frédéric Jean

Vincent Lanchon

• Frédéric Lebaron

• Pierre Lebaron

Pierre Michau

Louis Niel

Etienne Paon

Tranquille Quenouille

• J. Baptiste Viallet-Desgranges

Annexes

NEGOCE ET FRANC-MAÇONNERIE DANS LES ORIENTS NORMANDS (1774-1830)

Les élites marchandes au sein des loges caennaises de 1800 à 1830

A- Consulat et Premier Empire

ADC, série M : M 276-299.

B- Restauration

*Maçons ayant quitté la loge avant 1815.
ADC, série M : M332-336.
ADC. Imprimé Br 17270 : Dictionnaire de 1685 adresses (15/06/1831) publié par Théodore Chalopin, Imprimeur 2, rue Froide.

(*) Classes réparties en fonction de la richesse (1ère-16ème classe)
ACCh, série G, sous-série 2G : 2 G3-9.

*Montant de la contribution foncière Indiquée en 1822
**Franc-maçon avant 1789
ACCh, série K, sous-série 1K : 1K1-13.

Maçonnerie et élites négociantes1 à Granville

Liste des cent plus Imposés (1808)

Electeurs au département (1815-1830)

Eligibles (1815-1830)

Martial Boessel Dubuisson

7e (1053 F)2

François Bolsnard (Grandmaison)

97e (91 F)

Jacques Campion

3e (1410 F)

Charles Clément Dubingard

33e (305 F)

Jacques Hervé Daguenet

45e (225 F)

Michel Daguenet

Chair-François Fougeray

52e (203 F)

Nicolas Girard

86e (107 F)

Denis Le Carpentier

78e (121 F)

Pierre Le Mengnonnet

2e (1494 F)

Luc Le Redde

77e (124 F)

Pierre-Jacques Lerond

8e (995 F)

François Michel

50e (215 F)

Olivier Pattin

61e (179 F)

Louis-Jacques Pimor

53e (202 F)

Jacques Toupet

Joseph Varin

57e (195 F)

ACCh : série K, sous-série 1K : 1K12-13.
ACG, série G : G1 (a) (liste des cent plus Imposés en 1808)

Maçonnerie et élites marchandes dans les orients moyens

Maçonnerie et élites marchandes dans les orients moyens

ADC, série M : M 276-332 (pour Bayeux, Falaise et Vire)
ADO, série M : M 214-222 (pour Alençon, Bellême, Domfront, l’Aigle et Mortagne)

Franc-maçonnerie et élites marchandes à Rouen
ANCIEN REGIME

Franc-maçonnerie et élites marchandes à RouenANCIEN REGIME

ADSM, série C : C 389 (capitation dos communautés d’Arts et Métiers de Rouen)
ACR (dépôt B.M.R) : Tableau des déclarations de la contribution patriotique conformes ou excédant les proportions, faites tant au bureau de l’Hôtel de Ville que dans les communautés.
série Y, sous-série Y 4 (emprunt de 2 millions sur les riches avec évaluation des fortunes, septembre1793)
Y 5 (emprunt de 10 millions sur les riches avec le montant des contributions, 22 Brum - an II)

CONSULAT ET PREMIER EMPIRE (1800-1815)

Notable communal (an IX)

Liste des cent plus Imposés (1803-1813)

Liste des 600 plus Imposés du département (an IX-1815)

Fortune évaluée en revenus

Nicolas Adeline l’ainé

"Parfaite Egalité"

43ème

10 000 F

Nicolas Adeline le jeune

"Parfaite Egalité"

• François Archambault

"Paix Ecossaise"

• J. Baptiste Asselin

"Céleste Amitié"

Pierre Bapaume

"Parfaite Egalité"

3 000 F

Pierre Bellamy

"Ardente Amitié"

• Richard Bénard

’Parfaite Union"

Charles Berat

"Ardente Amitié"

• Nicolas Beltest

"Parfaite Harmonie"

Laurent Blanchernin

"Ardente Amitié"

• Augustin Bonnet

’Parfaite Egalité"

• Nicolas Bournlslen

’Parfaite Union"

• Georges Bremontler

"Céleste Amitié"

6 000 F

Paul Bretteville

"Parfaite Egalité"

15 000 F

Casimir Caumont

"Ardente Amitié"

32e

• Pierre Cavelier

"Paix Ecossaise"

33e

Pierre Chalon

"Ardente Amitié"

• Thomas Couturier

"Parfaite Union"

Guillaume Darpentigny

"Arts Réunis4

• Guillaume Debonne

"Céleste Amitié"

36e

• Alexandre Defontenay

"Céleste Amitié"

1er

• De la Metterle

"Bons Amis"

• Vincent Delarue

"Paix Ecossaise"

Ezéchal Desmarest

"Ardente Amitié"

20 000 F

• Philippe Eudeline

"Paix Ecossaise"

• Pierre Famin

"Parfaite Union"

• Guillaume Gloria

"Paix Ecossaise"

• Pierre Godebin

"Paix Ecossaise"

J. Antoine Guiltemain

"Parfaite Egalité"

Jean-Ulric Guttinguer

"Ardente Amitié"

12 000 F

• Claude Hardouln

"Céleste Amitié"

10 000 F

Martel Haret

"Parfaite Egalité"

• Alexandre Helot

"Céleste Amitié”

15 000 F

• Charles Houddeville

"Paix Ecossaise"

• Joseph Hurard

"Céleste Amitié"

François Joua

"Parfaite Egalité"

6 000 F

• François Lanel

"Céleste Amitié"

J. Baptiste Leborgne

"Parfaite Egalité"

8 000 F

• Jérome Lefebvre

"Parfaite Union”

94e

• Victor Lefebvre

"Céleste Amitié"

15 000 F

• Pierre Lejemble

"Parfaite Egalité"

Louis Lezurler

"Ardente Amitié"

25 000 F

• Pierre Lezurler

"Bons Amis"

17e

• Louis Malmbourg

"Ardente Amitié"

• Pascal Massif

"Paix Ecossaise"

• Louis Mauger

"Bons Amis"

François Meslin

"Ardente Amitié"

Antoine Montauban

Arts Réunis

5 000 F

Benjamin Pavle

"Parfaite Egalité"

Pierre Pavie

"Parfaite Egalité"

80e

• Alexandre Prevel

"Céleste Amitié"

25 000 F

Prosper Quesnel

"Bons Amis"

50 000 F

• Eleonor Rabasse

"Parfaite Union"

8 000 F

Guillaume Rattleville

"Parfaite Egalité"

François Reverdurn

"Ardente Amitié"

15 000 F

Charles Rondeaux

"Ardente Amitié”

Tameller

"Parfaite Egalité”

8 000 F

• Athanase Taillet

"Céleste Amitié"

4 000 F

• Jean Taillet

"Céleste Amitié"

• Michel Thezard

"Paix Ecossaise"

• Claude Turgis

"Céleste Amitié"

63e

V Jacques Yvernes

"Paix Ecossaise"

ADSM : série M, sous-série 3 M 3 M : 3M1-31.

RESTAURATION

RESTAURATION

• Maçon ne figurant plus sur les tableaux des loges après 1815
ADSM, série M, sous-série 3 M : 3 M 34-49.

Louviers

Louviers

ADE, série m, sous-série 3 M : 3M9-23, 3M38-54.

Elbeuf

Elbeuf

AME, série G : G 1575 (liste des patentes de l’arrondissement de Rouen)
série K : liste électorale de l’année 1838

Franc-maçonnerie et élites marchandes au Havre
Ancien Régime

Franc-maçonnerie et élites marchandes au HavreAncien Régime

ACH, fonds révolutionnaire, série G : G 96-100 (contribution patriotique de 1789)
G 114 à 120 (emprunt forcé de I’ an II)
G 124 (emprunt forcé de I’ an IV)

Les élites marchandes havraises sous l’Empire (1800-1815)

Les élites marchandes havraises sous l’Empire (1800-1815)

ADSM : série M. sous-série 3 M : 3 M 34-49.

Les élites marchandes havraises et la maçonnerie : 1815-1830

Les élites marchandes havraises et la maçonnerie : 1815-1830

ADSM. série M. sous-série 3 M 3 M 34-49
AC H. série K : K1 (listes des électeurs communaux de 1822 à 1848)
K 1. 2 et 3 (liste des Jurys de 1815 à 1830)
• Ancien franc-maçon

• Francs-maçons avant 1789
ADSM, série M, sous-série 3 M : 3 M 8-14, 3 M 26-28 (1800-1815)
ACD, séria K : K I 72 (liste des notables dieppois et des 100 plus Imposés en l’An IX, liste d’électeurs de 1819 à 1831)

• Membre d’une loge éteinte ("Cœurs Unis")
ADSM, série M. sous-série 3 M : 3 M 34-36, 3 m 48-52
(listes électorales pour l’arrondissement et le canton de Dieppe de 1815 à 1830)
ACD, série K : K I 72 (listes électorales pour la ville de Dieppe de 1819 à 1831)
K 1,2 et 3 (liste des Jurys de 1815 à 1830)

Fonction publique et franc-maçonnerie en normandie (1800-1830)

Eure.

Eure.

• Franc-maçon avant 1789
ADE, série M, sous-série 3 M : 3 M 9-54

Orne.

Orne.

• Franc-maçon avant 1789
ADO, série M : M 214-222

• Franc-maçon avant 1789.
ADC, série M : M 276-332.

Manche.

Manche.

• Franc-maçon avant 1789
ACCh, fonds moderne, série K, sous-série 1 K : 1 K1, 1 K3 et 1K 13

Seine-Inférieure.

Seine-Inférieure.

• Franc-maçon avant 1789.
A.D.S.M., série m, sous série 3 m :3 m 1 à 3 m 49

TALENTS ET FRANC-MAÇONNERUE (1800-1830).

TALENTS ET FRANC-MAÇONNERUE (1800-1830).

• Maçons ayant quitté leur loge avant 1789

Notes

1 L. Bergeron, L’épisode napoléonien. 1. Aspects intérieurs (1799-1815), p. 85-86.

2 Les trois orients bas-normands (Valognes, Bayeux et Cherbourg) regroupent 141 nobles rentiers ou militaires contre seulement 31 officiers ou négociants. 82 % du recrutement nobiliaire est donc constitué d’une noblesse traditionnelle. A Rouen et à Pavilly, sur 90 membres, le rapport montre un équilibre presque total. Parmi les 90 nobles, on compte 46 militaires et titrés contre 44 parlementaires et négociants. C’est ce dernier groupe qui fonde l’originalité de la noblesse maçonnique rouennaise.

3 Les données sont les suivantes : Bigot de Sommesnil, « la Parfaite Union » (260 livres de capitation, 3 000 livres de contribution patriotique), Chrétien de Fumechon, « la Céleste Amitié » (1 200 livres de contribution patriotique), Colin de Saint-Marc, « les Bons Amis » (5 000 livres de contribution patriotique), Costé de Triquerville, « la Céleste Amitié » (250 livres de contribution), de Gressent, « Raoul » (600 livres de contribution), de la Bunodière, « la Parfaite Union » (32 livres de capitation, 750 livres de contribution), de Saint-Laurent, « Raoul » (1 000 livres de contribution), de Saint-Léger et Dussaussaye la Vache, « la Céleste Amitié » (104 et 120 livres de capitation), Lambert de Frondeville, « Raoul » (1 200 livres de contribution), Le Couteulx de Verclives, « la Parfaite Union » (300 livres de capitation et 14 123 livres de contribution), Le Hayer du Perron, « Raoul » (208 livres de capitation et 3 750 livres de contribution), Leroux d’Esneval, « Raoul » et « la Parfaite Union » (540 livres de capitation et 1 500 livres de contribution), Leroux de Cretot, « la Céleste Amitié » (150 livres de capitation), Le Sens de Folleville, « la Parfaite Union » (270 livres de capitation et 1 200 livres de contribution), Le Vacher de Vaudétard, « les Bons Amis » (1 200 livres de contribution), Lézurier, « les Bons Amis » (180 livres de capitation et 7 500 livres de contribution), Louvel de Janville, « la Constante Amitié », Caen (9 000 livres de contribution patriotique), Midy d’Andé, « la Céleste Amitié » (2 400 livres de contribution), Mustel, « Raoul » (15 livres de capitation), Néel de Tontuit et Picquet de la Houssiette, « la Céleste Amitié » (104 et 23 livres de capitation), Revel de la Brouaise, « la Parfaite Union » (180 livres de capitation), Rondeaux de Montbray et Scelle de Boscherville, « la Parfaite Union » et « l’Ardente Amitié » (600 et 400 livres de contribution), Tirebarbe d’Aubermesnil et de la Ville, « l’Ardente Amitié » et « la Parfaite Union » (260 et 89 livres de capitation) (ADSM, série C : C 388, capitation nobiliaire de 1787 ; BMR, Tableau des Déclarations de la Contribution Patriotique…, année 1789-1790).

4 Pour la capitation, la moyenne maçonnique atteint 123 livres contre 81 pour la moyenne profane. 13 maçons sur 16 se situent au-dessus de la moyenne. Pour la contribution patriotique, la moyenne maçonnique est de 3 787 livres (contre 800 livres pour la moyenne des profanes). 11 des 17 maçons se situent au-dessus de la moyenne.

5 A ce sujet, voir P.-E. Robinne, Les magistrats du Parlement de Normandie à la fin du XVIIIème siècle, Rouen, 1967, deux volumes.

6 ADSM, série C : C 566-567 (dixièmes et vingtièmes d’industrie).

7 C’est le cas de celle de l’imprimeur Richard Lallemant (600 000 livres).

8 C’est le cas de Midy d’Andé et de Lézurier.

9 C’est le cas du colonel Le Hayer du Perron (3 750 livres de contribution patriotique) ou du Receveur Colin de Saint-Marc (5 000 livres).

10 François Louvel de Janville dispose d’une fortune évaluée à 1 000 000 livres, alors que celle de Le Sens, le frère de l’épouse de Louvel, est évaluée à 1 500 000 livres. Si Louvel dispose au moment du mariage du manoir de Janville, son épouse possède un château à Livet et un hôtel particulier à Caen qu’elle prend soin d’exclure de la communauté des biens.

11 ADC (fonds communal de Caen), 615 EDT : 615 EDT 460 à 538. Le Sens peut compter sur 30 000 livres de revenus, 20 rentes situées dans le Calvados et sur 60 000 livres de rentes réparties entre les districts de Pont-Audemer, de Pont-l’Evêque et de Rouen. Louvel de Janville, titulaire d’une fortune estimée à 1 500 000 livres, étend son emprise foncière bien au-delà de ses terres d’origine. Les propriétés de Limezy rapportent encore, en 1794,1 250 livres annuelles.

12 Jolivet de Colomby et de Tournebut fréquentent la loge la plus huppée de Rouen (« la Céleste Amitié ») et deux loges aristocratiques de la Généralité de Caen (« la Constante Amitié », Caen, pour Jolivet, « la Constance », Bayeux, pour Tournebut).

13 ADC, série C : registre des vingtièmes des paroisses des élections de Vire (1754-1787), de Caen (1775-1780) et de Bayeux (1770-1790).

14 La propriété maçonnique domine dans les paroisses de Bernières (de Rabodange), Cauville (Le Harivel), Claire-Fougères, Vassy et Mesnil-Hébert (de Marguerie de Vassy), Danvou, Saint-Manvieu, Saint-Jean le blanc (Achard de Saint-Manvieu), Vaudry, Vire et la Graverie (Lecocq de la Martinière) (ADC, série C : C 540 à 546).

15 ADC, série C : C 5 516-5 527 inclus. Dans les paroisses rurales de Caen, il s’agit de celles de Cheux (de La Cour), Cléville (Lecourtois de Montamy), Ducy (Louis de Cingal et Leboucher d’Emiéville), Etavaux (de Malherbe), Fontaine-Henry (de Marguerie), Fontenay le Penel (Daigremont et Leboucher), Hermanville (Hue de Grébois), Hérouville (de Clerbecq et Le Petit de Montfleury), Hérouvillette (Leboucher), Juvigny (de Malherbe), Laize-la Ville (Roland de Sainte-Marie), Lion (Le Sens), Luc (Hue de Caligny), Sobers (Le Bourguignon duperré), Valmery (Rogier de Presmesnil), Varaville (de Malherbe, Le Sens et Le Harivel), Maizet (Le Harivel), Mesnil-au-grain (Achard), Mesnil-Oger (de Marguerie), Monts (de Cingal), Poirier (Leboucher), Reviers (de Marguerie de Vassy), Saint-Contest (Hue de Grébois), Sainte-Croix (Achard) et Sainte-Honorine (Le Harivel).

16 ADC, série C : C 5 511-5 515. Dans les paroisses de Bayeux, il s’agit d’Asnelles (de Beaudre), Balleroy (de La Cour), de Banville (Cyrême), Baynes (de Malherbe), Bazoques (Letellier de Vauville), Bernesq (Eudes de La Jumellière), Bricqueville et Cartigny (Eudes), Castilly (Lalonde de Sainte-Croix), Commes (de Marguerie de Vierville), Cottun (de Lalonde), Cricqueville (de Marguerie), Ecrammeville (Léonard de Rampan), Etreham (Badin de Bezons), Hottot (de Malherbe), Houtteville (de La Cour), Isigny et Juaye (de Bricqueville), Lison (Eudes), Livry (Le Harivel), Longueville (de La Cour et de Beaudre), Marigny (Le Petit), Mosles (de la Cour), Osmanville (de Bricqueville), Ranchy (de Rampan et de Lalonde Sainte-Croix), Sainte-Honorine (de Marguerie de Vierville et Lecourtois de Montamy), Saint-Laurent et Saint-Vigor (de Lalonde Sainte-Croix), Saunet (de Rampan), Surrain (de La Cour), Trévières (Eudes), Vaucelles (de Bricqueville) et Vierville (de La Cour).

17 BMVal, non côté : état des bourgeois et des nobles de Valognes (1787). Gigault de Bellefond arrive en tête (13 domestiques) suivi du marquis d’Anneville de Chiffrevaast (9 serviteurs).

18 ADC (fonds communal de Caen), 615 EDT : 615 EDT 532-538.

19 Il a laissé aux siens une cave riche de 270 bouteilles.

20 ibid.. Le Petit voit ses revenus évalués à 102 000 livres avec une grande quantité de biens immeubles concentrés dans les cantons de Dives et de Magni. Les biens de Le Harivel sont un peu plus modestes mais, en plus des 75 000 livres détenus dans la Manche, il a pu compter, jusqu’à son divorce, sur la fortune de son épouse Anne Lambert. Mobilier nombreux laissant la part belle au

21 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 5-6.
Parmi les quinze officiers de bourgeoisie qui participent aux assemblées du tiers figurent six maçons : Jean-André Signard d’Ouffières, Pierre et Michel Lamy (députés), Samuel Paysant (capitaine), Crestey et Auvray de Coursanne (lieutenants).

22 ADC, série C : C 4554 (capitation de 1790 à Caen).

23 ibid. La moyenne des profanes est de 14 livres. Les maçons Signard d’Ouffières et Crestey paient 286 livres et 248 livres.

24 ADC (fonds communal de la ville de Caen), série EDT : 615 EDT 460-462.

25 ibid. Du côté des placements actifs, Signard indique des placements lui assurant près de 8 000 livres de revenus, et 11 000 livres placés dans l’armement de la Jeune Iphigénie. Du côté des rentes, Signard déclare pour 8 000 livres de rentrée annuelle, ses biens se situant sur huit paroisses.

26 ADC, série M : M 8 633.

27 ADC, imprimé Br 17 270 (Dictionnaire de 1 685 adresses publié par Théodore Chalopin le 15 juin 1831).

28 On remarquera les places occupées par le fabricant de dentelles Bonnaire (9ème), Duval-Vautier (17ème) et le papetier Ravenel (24ème). Un groupe de 16 frères négociants figurent également sur les listes d’imposés.

29 Le luxueux hôtel dans lequel il s’installe en 1783 représente la réussite de cet homme qui s’accélère à partir de cette date. Pendant son ascension, Maurice rencontre de nombreux frères à des titres divers. En 1787, il achète des terrains au frère Joseph-Etienne Couey Dulongprey pour agrandir sa demeure et marie sa fille à Marie-Edmé Jolivet de Riencourt, un autre patricien également maçon (B. Centorame, « L’Hotel Epron de La Horie à Cherbourg », Société d’Archéologie de la Manche, Mélanges, 1985, p. 43-49). Les trois hommes figurent bien sûr parmi les assujettis à la contribution patriotique de 1789 et à l’emprunt forcé de l’an II, Joseph-Etienne Couey et Maurice disposant d’une assise foncière encore enviable à cette date.

30 Parmi les négociants figurant sur les listes (8), les anciens, comme Jacques-Martin Maurice (12ème), sont entourés de nouveaux venus dont les positions sont fort enviables : François Avoyne de Chantereyne mais aussi Alexandre Black (en 30ème position), Jacques Vachot (41ème), Victor Dufour (49ème) et Jean-Louis Christiani (52ème).

31 Charles Sturmer est le plus fort contribuable en 1822, Antoine Kirkham et Hubert Couturier se situent respectivement en première et troisième position sur les listes de 1831.

32 Parmi eux, citons Thomas Letourneur, qui explore les côtes de la Baie Blanche et participe avec bonheur aux courses anti-anglaises au large de Jersey lors de la guerre américaine, et Quinette de la Hogue, l’un des principaux acteurs de la « Guerre de Succession d’Autriche ».

33 Le plus important est Lesage Duparc. Prieur de la juridiction consulaire en 1776, il est électeur au département en 1790 puis paie l’une des patentes les plus élevées en 1791 (300 livres). Maçon au sein de « Saint-Christophe », cette loge comptait également parmi ces membres un cercle réduit de négociants figurant tous parmi les plus aisés. Charles Manoury-Lacroix est l’un des 20 plus imposés de la section de la Bourse en 1807 et l’un des 100 de la ville d’Alençon en 1812. Sur cette liste figurent également Louis Thomas Deschenes et Guillaume Lenoir-Dufresne. La fortune en revenus de ce dernier est évaluée à 20 000 francs. Ces trois hommes, de même que Nicolas Crochard, figurent aussi parmi les plus imposés de leurs sections respectives en 1807. Enfin, André Orfray peut aussi être assimilé à ce cercle prestigieux en raison d’une patente particulièrement élevée (444 francs en l’an IV).

34 On y trouve le président du tribunal de commerce Pierre Lefrançois et, dans son sillage, des négociants patentés première classe (Louis Despierre, éligible au département à partir de 1820, le « marchand de rouenneries » Guillaume Guibe, Isidore Lindet et Prosper Dupont, tous les trois éligibles en 1830).

35 Paul-Armand Rossignol, le président du tribunal de commerce, est de loin le plus fortuné : sa fortune en revenu est évaluée à 20 000 francs.

36 La sélection est d’ailleurs probablement plus draconienne encore puisque, à Falaise et à Vire, deux maçons négociants sur trois figurent sur ces listes.

37 P. Dardel, op.cit., p. 334. Parmi la liste des 43 fournie par l’auteur pour 1788, on trouve Jean-Baptiste Asselin, Alexandre Defontenay, Fontaine, Jean-Louis Hilscher, Alexandre Helot, François Lanel, Pierre Lézurier, Louis Midy, Richard Payenneville, Eleonor Rabasse et Athanase Taillet.

38 Elle est de 28 livres contre 41 livres pour l’ensemble des francs-maçons. Les calculs concernant la contribution patriotique inclinent à des conclusions comparables (1 235 livres pour la moyenne maçonnique contre 800 pour les profanes).

39 ACE, série G : G 1575. Au moment de son adhésion (1828), le plus connu des Grandin est alors un jeune filateur. A l’aube de sa carrière, il est encore loin d’être au faîte de la fortune (il est en 25ème position sur les listes censitaires en 1830… et troisième en 1847). Lors de son mariage célébré en 1827, il a quand même pu déclarer 209 000 francs de biens en propre. En plus des frères indiqués sur les tableaux en annexes, on doit ajouter Ambroise Delalande, Pétou et Charles Houillier.

40 Ce sont François Hervieux, Charles Houillier (maçon à Louviers), Victor Ternisien, Constant Grandin, Antoine Sallambier, Daniel Dautresme, Jean Lanseigne et Auguste Malteau (ACE, série K, sous-série K1 : listes électorales de 1831 à 1848).

41 La moyenne des maçons est 2,5 fois supérieure à celle des profanes (1041 livres contre 400). Jacques Beaufils (5 500 livres), Christophe Rohner et Antoine Smuck (les deux associés versent 3600 livres), Eyriès (4 200 livres), les frères Belot (2 080 livres) et Jacques Rialle (2 000 livres) figurent parmi les plus aisés de la cité.

42 ACH, série G : G 119 (dossier 71). Ancien fermier général du comte d’Artois, marié à une Limozin, Le Barrois possède plus de 50 propriétés foncières réparties notamment sur les paroisses de Lanquetot (3 120 livres de rentes annuelles) et de l’ensemble du Pays de Caux (Lintot, Grainville, Bolbec et Saint-Jean la Neuville). Il déclare 593 000 livres de ventes et bénéfices constitués par la vente de produits coloniaux en 1792 et tous les grands armateurs havrais figurent encore sur son carnet d’adresses. Quant au montant de la contribution foncière concernant sa maison de la rue Saint-Julien, elle s’élève à 9 527 livres et sa domesticité est nombreuse, n’ayant rien à envier à celle de la noblesse rouennaise.

43 Quelques exemples de comportements collectifs : parmi les foyers recensés lors de la mise en place de la contribution foncière en 1792, presque tous (16) mentionnent une domesticité considérable, Jean-Louis Oursel entretenant six domestiques et Jacques Beaufils cinq. Par ailleurs, c’est l’ensemble de ce groupe, et non quelques individus comme Le Barrais, qui s’appuie sur un capital foncier remarquable au sein duquel la propriété terrienne joue un rôle considérable. Les déclarations détaillées relatives à l’emprunt forcé de l’an II montrent l’importance du fermage dans le processus d’investissement des fortunes. Si Gustave Eichoff, Daniel Thuminger, Louis Papillon, Jean-Christophe Rohner et Antoine Smuck laissent la part belle aux capitaux investis dans leurs affaires, beaucoup constituent un matelas de fonds oisifs importants (40 000 livres pour Oursel) et investissent dans la propriété terrienne. Ledit Oursel déclare posséder des fermes dans quatre communes du Caux, Jacques Bailleul et Etienne Angoumare investissant jusqu’en Basse-Normandie.

44 Charles Hamel (24 000 livres), Jacques Flouest (1 500 livres), Jean-Baptiste Viallet-Desgranges (1 350 livres) et Pierre Michau (1 000 livres) se situent au sommet de ceux-ci.

45 Quenouille est détenteur de 36 biens lui « assurant » un revenu imposable de 5 207 francs. Il est loin devant tout autre concurrent éventuel. Jacques Flouest, maire bonapartiste de Dieppe de 1808 à 1815, détient lui la plus grosse fortune évaluée en revenus (5 000 francs). En 1810, sa contribution foncière, évaluée à 2 056 francs, est l’une des plus élevées et repose aussi bien sur les investissements placés dans le commerce que sur une assise foncière rurale. Ses domaines situés sur 6 paroisses de la Scie lui offrent un apport de 3 000 francs (ACD, série G : G1 62, Etat des propriétés bâties pour 1811).

46 Parmi les maçons appartenant au monde marchand dans les petits orients de l’Eure et de la Seine-Inférieure, on relève les noms suivants :
-Gournay-en-Bray : Augustin Anquetin, Jean-Georges La Talleur et Martin François, tous les trois notables communaux en l’an IX.
-Vernon : Louis Caron et Pierre Cauvin, notables communaux en l’an IX ; Jean-Louis Hauterre, membre du collège d’arrondissement sous l’Empire ; Nicolas Thubeuf, membre du collège d’arrondissement et figurant sur la liste des 100 plus imposés de la ville, et Jacques Manoury, membre du collège d’arrondissement et figurant sur les listes des 100 plus imposés de la ville et des 600 plus imposés du département.
-Bernay : François Duval, électeur de l’arrondissement sous la Restauration ; François Erambert, membre du collège d’arrondissement et figurant sur la liste des 100 plus imposés de la ville sous l’Empire ; Robert Hubert Rivière, membre du collège d’arrondissement sous l’Empire et la Restauration, figurant sur la liste des 100 plus imposés de la ville sous l’Empire, François Lelevain Lavatine, électeur d’arrondissement sous la Restauration.
-Pont-de-l’Arche : Jean-Pierre Lefort, électeur sous la Restauration.
-Pont-Audemer : Louis-Julien Martin, sur la liste des 600 plus imposés du département.
-Evreux : Pierre Fournier, notable communal en l’an IX et électeur d’arrondissement sous l’Empire ; Jacques Lelarge, notable communal en l’an IX ; Laurent Vauhard, notable communal en l’an IX, sur la liste des 100 plus imposés sous l’Empire et membre du collège d’arrondissement.
-Eu : Louis Gros et Louis Rabion, notables communaux en l’an IX.
-Fécamp : Nicolas Gruchet, notable communal en l’an IX ; Robert Vittecoq, notable communal en l’an IX et membre du collège d’arrondissement sous l’Empire. (ADSM : série M, sous-série 3M : 3M 1-49 ; ADE, série M, sous-série 3M : 3M 3-28, 3M 38-54).

47 E. Saunier, op.cit., p. 85-87. Rappelons simplement, que pour l’ensemble des frères appartenant aux métiers rouennais, 62,4 % des assujettis à la capitation de 1787 se situent au-dessus de la moyenne fictive contre seulement 26,6 % des profanes !

48 ADC, série C : C 4554 (capitation pour les habitants de la ville de Caen, 1790).

49 ibid., C 4 550 (capitation de l’année 1779). Pierre Girard paie 27 livres de capitation et Desmares 22.

50 En 1790, Azire paie 37 livres de capitation, ce qui le situe au niveau des orfèvres.

51 Rappelons que la loge ne comprend qu’un faïencier, un grainetier, un parfumeur, un carrossier, un épicier et un tapissier.

52 ADC, série C : C 4550.

53 ACA, série G : 15 G1. Il paie 145 francs contre 132 à Lesage-Duparc.

54 Le chiffre est sans doute sous-évalué en raison de l’indigence des renseignements figurant sur les tableaux de loges.

55 Pierre-Jean Leprevost possède deux maisons Grande rue et rue de la Halle, 24 biens fonds et 35 arpents de terre plus quelques friches et bois (ACV, série G, sous-série G1).

56 Le restaurateur François Dorbec (l’Aigle) figure sur les listes électorales de l’arrondissement de Mortagne sous la Restauration, Gilles Chardon est conseiller municipal dans la même ville et Jacques Ragaine pose sa candidature en 1827 : les deux derniers appartiennent à une famille d’électeurs d’arrondissement. Les commerçants du Calvados présentent le même profil social. Sept des commerçants caennais pratiquant ce type de métiers ne peuvent être dissociés des grandes notabilités économiques : l’armurier Jean Brunon et l’aubergiste Paul Lagouelle figurent parmi les 100 plus imposés de Caen en 1803 et 1813 et des 550 du département et cinq autres maçons apparaissent sur le carnet d’adresses de Chalopin en 1831. Parmi eux, le quincaillier Pierre-Louis Lair et le papetier Jacques Ravenel se situent à des places dépassant celles de nombreux marchands de dentelles (32ème et 41ème). A Falaise, l’aisance de Jean-Baptiste Coulibeuf et de François Faucillon permet à ces deux hommes de figurer sur les listes électorales départementales en 1819.

57 A Elbeuf, le gazier Auguste Malteau (60ème) ou le marchand de bois François Hervieux (28ème et patenté première classe) occupent des rangs plus qu’honorables sur les listes électorales municipales de 1831. A Dieppe, trois d’entre eux parviennent même à concurrencer et à dépasser la richesse de quelques armateurs. Le boucher Louis Nion et André Lapostolle occupent ainsi sur ces listes des places très enviables de troisième et de 51ème foyer les plus imposés. Ils succèdent à l’horloger Bienaimé, initié à la fin de l’Ancien Régime, qui figurait parmi les 100 plus imposés en 1801.

58 ADC (fonds communal de Caen), série EDT : 615 EDT 460-462. Si l’on doit cependant concéder que ces hommes se situent nettement en deçà de leurs frères venus du négoce (600 livres de moyenne contre 1 200 à un Jean-Jacques Duperrey ou 2 600 à l’imprimeur Gilles Leroy), leur position témoigne d’une réelle aisance puisque la contribution minimale relevée atteint 200 livres (Jean-Louis Canivet) et la plus forte se rapproche des contributions des élites négociantes (Gilles Bénard paie 800 livres). L’avoué Hubert et Jean-François Cauvet auront même le privilège de payer l’emprunt forcé en l’an H. Jean-François Cauvet déclare à cette occasion 4 491 livres de biens fonciers et son épouse 2 346 livres. L’avoué Hubert est dans une situation apparemment plus inconfortable puisque, malgré sa fortune présumée, il ne déclare que 360 livres de biens fonciers et 570 livres de rentes.

59 ACB, série G : emprunt forcé de l’an II. Parmi les neuf, la figure de proue est incontestablement Jean-Nicolas Anfrie : il paie 950 livres de contribution en l’an V et 1 110 livres 1793 soit l’une des plus élevées de la cité. Lui aussi est soumis à l’emprunt forcé en l’an II et déclare à cette occasion 1 683 livres de rentes.

60 Si l’on se refére à la contribution patriotique, 17 foyers sur 19 se situent au-dessous de la moyenne. Le poids de ce milieu spécifique provoque une inertie tirant l’ensemble des officiers vers le bas : la moyenne des contributions est nettement inférieure à celle des négociants maçons (664 livres contre 1 235 livres) et même de l’ensemble des profanes (800 livres).

61 ADSM, série E, sous-série 2E 70-661 : inventaire après décès de Louis-François Lacorne, le 24-01-1789.

62 ACD, série G, sous-série G1 (contribution patriotique pour l’année 1789).

63 ACCh, série G : 2G 3. Pierre Duprey et François Avoine paient respectivement 350 et 500 livres de contribution patriotique en 1789 ce qui situe les deux hommes au niveau des Jolivet de Riencourt et Noël. ADO, série L : L 888 (emprunt forcé de l’an IV). Joseph Quilhet est intégré à la neuvième classe en compagnie des fabricants aiglons les plus cossus et Georges Roel Desforges en septième classe avant de figurer sous l’Empire parmi les 550 plus imposés de l’Orne.

64 Les trois robins de Gournay-en-Bray Louis Faudin, Charles Bodin-Hullin et Emmanuel Léopold de Stabenrath, figurent sur les listes de notabilité communale de la ville en l’an IX, le dernier étant membre du collège d’arrondissement. A Caudebec, au côté de l’échevin Fenestre, il n’y a place que pour le maître des eaux Louis Delabrière qui figure, sous l’Empire, parmi les 550 plus imposés du département et, à Vernon, Pierre-Isaac Rigault de Rochefort est l’avocat du richissime minotier Jean-Michel Planter !

65 Sur les listes électorales, la contribution moyenne de Jacques Mercier est régulièrement évaluée à 5 500 francs.

66 23 frères sur les listes de notabilité : ils sont menés par le sous-préfet François Durand et son secrétaire François Luyten,

67 Ce sont le sous-préfet Guillaume Barbotte, l’adjoint au maire Jacques Bougiard, l’ancien Conventionnel Charles Thomas, tous les trois parmi les 550 plus imposés du département. Il y a aussi le substitut du gouvernement Jean-Louis Delaunay et le maire Julien Ruault qui figurent parmi les électeurs d’arrondissement entre 1801 et 1815.

68 On peut y ajouter le très éphémère préfet Collet Descotils nommé en l’an VIII.

69 A Valognes, 7 des 14 fonctionnaires figurent sur les listes d’arrondissement et à Saint-Lô, il y en a 6 sur 10. A Cherbourg, les fonctionnaires fournissent 7 des 12 francs-maçons recensés sur la liste des électeurs de la ville en 1822. Le groupe est emmené par l’inspecteur de la rade Cachin (2050 francs), Coquoin (1 540 francs) et le futur maire Collart (773 francs).

70 A Rouen, 11 des 17 médecins sont titulaires du doctorat en médecine.

71 ADSM, série M : 5M 18-20. Les francs-maçons rouennais répondant à la qualification de docteur en médecine sont après 1799 : Louis Pihorel, Jean-Augustin Martin d’Offigny, Louis Dulong, Louis Lamauve, Emile Carault, Louis Delzeusses, Auguste Leboucher, Jean-Baptiste Boulot, Michel Lignel, Jean-Baptiste Doudement et Antoine Blanche. Parmi les chirurgiens, on trouve Pierre Fleury, André Hardy, Augustin Bellet et Barnabé Desgenetais et, parmi les officiers de santé, on ne trouve que Louis Tinel et Louis Hilaire. Au Havre, Jérôme Belletin, Simon-Armand Suriray, Jean-Adolphe Desjardins, Gabriel Penquer et Julien Le Chevrel sont docteurs en médecine tandis que Raimond Glarel et Michel Flaust sont chirurgiens.

72 ADSM, série C : C 389. Antoine Blanche père paie 12 livres de capitation, Antoine Dieu 14, Jacques Gamare 11, Hellis 13, Antoine Lemaire-Ternante et Martin 15 et Edmond Sciaux 10. Tous sont chirurgiens ou officiers de santé. La moyenne de la corporation se monte à 14 livres et 14 sols.

73 ACR, Tableau de la Contribution patriotique de 1789. Les cinq contribuants assujettis sont François Hardy (450 livres), le chirurgien Martin (1 200 livres), Jean-Antoine Rouelle (500 livres), Lemaire-Ternante (300 livres) et Antoine Blanche (120 livres). Les quatre déclarants volontaires sont les chirurgiens Pecquet, Hellis et Dieu (72 livres) et Jacques Gamare (36 livres).

74 ACH, série G : G 96 et suite. Il s’agit des apothicaires Jacques Bourdignon (150 livres) et François Véron (800 livres), des chirurgiens Chapplain (72 livres), Potier-Glatigny (180 livres) et de Pierre Planchon (653 livres). Trois sur cinq paient une contribution patriotique inférieure à la moyenne divisée par deux (200 livres).

75 ADC, série C : C 4550 (capitation des bourgeois de Caen pour 1779). La capitation de Amiel (15 livres) est modique.

76 ADC, série D : 1D 980 à 996. Les francs-maçons sont ainsi particulièrement représentés au sein de la Faculté de médecine. Collet-Descotils et Pierre Le Canu sont professeurs de médecine de même que Pierre Cauvet et Thomas Deliée qui ont le statut de docteurs-agrégés. Ces hommes ont participé aux jurys de thèses de nombreux frères, dont les médecins bayeusains Jacques Lecieux et Louis Hardouin.

77 Jean-Louis Pontas Duméril fréquente l’Académie de Cherbourg à partir de 1779. Il a également enseigné à la Faculté de médecine de Caen.

78 ACB, série G (n.c) : matrice de la contribution foncière de l’an V. Celle-ci est évaluée à 240 livres.

79 Les départements bas-normands gardent un caractère élitiste dans leur recrutement et 13 des 20 bourgeois à talents figurant parmi les électeurs départementaux après 1815 appartiennent au milieu médical. La présence de l’apothicaire Auvray de Coursanne (contribution foncière évaluée à 1 510 francs) répond à celle du médecin Jacques Laveille à Alençon (1 054 francs) ou à celle de Jacques Fourneaux à Falaise (1 026 francs). A Cherbourg, les médecins francs-maçons se situent au même niveau que les notabilités économiques qu’ils fréquentent en loge : les médecins Julien Pinel et Pierre Le Bienvenu figurent en bonne position (20ème et 63ème) sur les listes des 100 plus imposés de la ville en 1810. La sociabilité maçonnique médicale haut-normande, dans les grandes villes, se calque, comme nous l’avons évoqué pour Rouen et Le Havre, sur ce modèle élitiste à partir de cette période. La prestigieuse maçonnerie ébroïcienne n’intègre que trois médecins. Or, Jacques Brouard, Jean-Marie Grouillard et Christophe de Reynal, tous trois membres de la Société d’Agriculture, se situent en bonne position sur les listes d’électeurs d’arrondissement après 1815, Brouard ayant même figuré parmi les 100 plus imposés d’Evreux sous l’Empire de même, à Pont-Audemer, que le chirurgien Laurent Bocquet. Partout, l’évolution est donc sans équivoque.

80 ADC, série C : C 5517 (rôle des vingtièmes pour les années 1775-1780). Il fait travailler 20 ouvriers et paie 15 000 livres sur ce rôle.

81 Son ancêtre Robert Malassis aurait vendu une bible en 1539.

82 L. Duval, L’imprimerie et la librairie à Alençon et dans le diocèse de Sées, Revue Normande et Percheronne, Alençon, 1894 ; C. Peyrard, Les jacobins de l’Ouest. Formes de politisation dans l’Ouest intérieur, p. 69-97.

83 ADO, série L : L 888

84 J. Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIème siècle, Paris, Klincksieck, 1969.

85 Ce dernier figure encore en bonne position sur la liste des 100 plus imposés de Rouen.

86 Sa maison de la rue du Bourg l’Abbé est estimée à 14 600 livres, il détient 140 000 livres de biens et ses cinq presses lui permettent d’entretenir une clientèle londonienne et lyonnaise.

87 Seyer paie 67 livres et Machuel 64.

88 ADSM, série M : 4M 637 (Etat des imprimeurs pour l’année 1806).

89 ACH, série K : K1 l (liste des électeurs pour l’année 1831). Faure se situe au niveau de familles cossues comme les Lacorne ou les Auber.

90 ACCh, série K : K 7 (liste des électeurs de Cherbourg pour l’année 1831). Ferdinand Le Boulanger paie 272 francs de contribution contre 350 francs pour Avoyne de Chantereyne et 261 francs pour l’ancien maire Nicolas Collart.

91 Comme le montre André Combes (Histoire de la franc-maçonnerie au XIXème siècle, p. 100-112), la maçonnerie parisienne connaît une forte paupérisation.

92 A Rouen, cinq maçons et ex-maçons figurent parmi les 10 plus imposés de la ville (1803). Il s’agit de Pierre Defontenay (premier), Tuvache (troisième), Thezard (quatrième), P. Quesnel (huitième) et A. Prevel (10ème). Pour Cherbourg, on trouve quatre maçons parmi les douze : François Avoyne de Chantereyne (troisième), François Asselin (quatrième), Joseph Cachin (septième) et Jacques-Martin Maurice (12ème). Pour Granville, ils sont cinq : Pierre Le Mengnonnet (deuxième), Jacques Campion (troisième), Martial Boessel Dubuisson (septième), Pierre Lerond (huitième) et Luc Duhamel (10ème).

93 Il s’agit de Jean-Baptiste Asselin (second consul en 1783), Pierre Defontenay (deuxième consul en 1774, syndic en 1784), Alexandre Helot (syndic en 1770, prieur en 1787), Guillaume Debonne (syndic en 1778), Jean-Baptiste Hurard (procureur-syndic en 1766, premier consul en 1767, syndic en 1779), Richard Lallemant fils (deuxième consul en 1757, syndic en 1785), Antoine Le Couteulx de Verclives (syndic en 1767, 1782 et 1789), Victor Lefebvre (syndic en 1785 et 1789), Louis Lézurier (deuxième consul en 1762, syndic en 1776), Louis-Emmanuel Midy d’Andé (procureur-syndic en 1769, premier consul en 1770 et syndic en 1782), Prosper Quesnel (2ème consul) et Athanase Taillet (deuxième consul en 1786) (J. Delescluze, Les consuls de Rouen, p. 15-59).

94 ibid. p. 111-126.

95 Les 22 membres de la chambre de commerce entre 1804 et 1830 sont Jacques Beugnot, Helot, Jean-Ulric Guttinguer, Ezéchiel Desmarest, Prosper Quesnel, Rabasse, Le Couteulx, Louis Lézurier, Payenneville, Houddeville, Hardouin aîné, Ferdinand Monnier, Lézurier de Genneville, Victor Lefebvre, Casimir Caumont (consul du Portugal), Jean-Louis Hilscher (consul de Prusse), Thezard, Germain Lemire, Mathéus père et fils (consuls de Danemark et de Hanovre), Modeste Pinel et Charles Rondeaux. Les sept membres du conseil des prud’hommes (une quinzaine de membres en moyenne) sont Joseph Orford, François Joua, Guillemin, Benjamin Pavie, Pierre Delametterie, Fontaine père et Bapaume.

96 ADSM, série M : 8M 77 à 80. A Rouen, les maçons sont déjà 24 parmi les 97 électeurs au tribunal en 1811 (25 % !) et leur représentation reste élevée (de 15 à 20 %) malgré la moindre prestance de la maçonnerie après 1815. Au Havre, le milieu maçonnique fournit entre 21 % et 40 % du potentiel électoral durant la même période et, à Dieppe, entre 16 et 35 %. On est donc peu surpris que l’investissement maçonnique irrigue l’ensemble des structures qui régulent les institutions économiques locales. Pour Rouen, on compte 24 maçons parmi les 97 notables en 1811, 26 sur 124 en 1819 (20 %), 16 sur 88 (18 %) en 1826 et 18 sur 115 (15 %) en 1829. Au Havre, on trouve 15 maçons sur 36 notables en 1811 (40 %), 15 sur 54 (28 %) en 1819 et 13 sur 60 (21 %) en 1829. A Dieppe, on trouve 10 des 28 notables en 1811 (35 %), neuf sur 30 (30 %) en 1819, neuf sur 38 en 1826 (23 %) et neuf sur 56 (16 %) en 1829.

97 Souscripteur de « la Société Philanthropique », la première association libre de bienfaisance parisienne, Camus est un martiniste renommé, un mesmériste ayant participé au Convent de 1785 auprès de son ami, le célèbre banquier Savalette de Langes. Mais le Premier Président est aussi sensible à une culture plus rationaliste : académicien et membre de la Société d’Agriculture à partir de 1783, il se spécialise dans l’observation des séismes et des phénomènes naturels (BNF, fonds FM : FM2 343).

98 ADSM, série I, sous-série 14 liasses I à XII (dossiers personnels des émigrés).

99 ADSM, ibid., Liasse VII. Tous les grands noms des « Lumières » sont bien sûr présents, avec en tête Rousseau (16 volumes), Voltaire (30) puis d’Alembert, Helvétius, La Mettrie, Montesquieu ou Buffon… mais Midy ne déteste pas non plus les classiques (Montaigne-17 volumes-et Molière -18 volumes- figurent en bonne place).

100 Gabriel Dornay est notamment l’auteur en 1772 d’un Essai sur les lois rurales favorable aux thèses des « Physiocrates ».

101 L’avocat au Parlement, Georges Aumont, dans sa bibliothèque de 159 volumes, consacre ainsi 115 volumes aux ouvrages de droit.

102 ADC, série F : F 1228 (papiers familiaux contenant un extrait d’une séance des Philalèthes). Soucieux de s’informer sur les travaux des Philalèthes de Lille, Eudes planche sur les sujets de concours proposés par la célèbre loge. Les moyens de rendre plus salubres les caves lilloises peuplées d’indigents, l’utilité de l’établissement d’un hospice gratuit pour femmes en couches et malades sont autant de sujets montrant l’importance d’une culture commune unissant les maçons autour de l’idéal philanthropique même si, par les actions mises en place, celle-ci fait l’objet d’une grande diversité d’interprétation.

103 C. Duprat, op.cit.. Le duc de Mortemart est notamment membre de la Société Philanthropique.

104 E. Vivier, « Les loges maçonniques dans le diocèse coutançais à la veille et au lendemain de la Révolution française », Le Pays de Granville, 1951, p. 96-121.

105 Il monta sa propre pièce, « Femmes Curieuses », en 1783. Sans oublier les philosophes, sa bibliothèque de 554 volumes montre surtout une vraie passion pour le théâtre, notamment Marivaux dont il s’inspire pour les pièces qu’il compose.

106 Il est notamment l’auteur d’un essai sur l’aménagement du canal Vauban et d’un ouvrage plus volumineux sur l’histoire de sa ville depuis les origines jusqu’au règne de Louis XIV (ACH, fonds ancien, série BB : BB 46).

107 ADSM, série E, sous-série 2E (années 1780-1800). Les seules spécificités culturelles relevées dans les inventaires de 15 maçons étudiés concernent les pratiques alimentaires, qui montrent une sensibilité exacerbée envers les produits coloniaux, et la propension pour le mobilier venu des Iles. Le rapport à la lecture, outre les limites que l’on doit poser s’agissant de nombre d’inventaires du XVIIIème siècle qui ne font souvent qu’une description sommaire des bibliothèques, montre des comportements d’une grande banalité indiquant que, comme l’élite à laquelle ils appartiennent, les maçons sont sensibles à l’air du temps.

108 P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIème siècle, p. 64.

109 M. Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991.

110 Elle est intégrée à la Société Calonne et Cie.

111 Les signataires sont : Christophe Rohner, Médéric Lacorne, Philippe Lebourgeois, Marie-Charles Lemesle, Benjamin Lestorey de Boulongue, les Homberg et Pierre Famin.

112 Il s’agit de Philippe Lebourgeois, Louis Papillon, Jacques Beaufils, Marie-Charles Lemesle, Jean-Simon Firon, Samuel Marc, Jean-Baptiste Mondey, Jacques Quertier, Louis Papillon et Charles Beauvoisin.

113 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce, Lille, EHESS, 1994.

114 ACH, série D (délibérations du conseil municipal) : D1 1.

115 ACH, série D : D1 1. On trouve, parmi les signataires de la pétition dénonçant les troubles en Martinique le 26 novembre 1790, les négociants Jacques Rialle, Christophe Rohner, Jacques La Houssaye et l’apothicaire Jacques Bourdignon.

116 A Rouen, où l’on sait que les Le Couteulx ont été assez peu réceptifs à la remise en cause de l’esclavage malgré leur fréquentation de Bernardin de Saint-Pierre, Hélot fut le pendant rouennais de Lacorne puisqu’il fut également l’un des députés de la ville chargés de défendre la cause des négriers à Paris. A Caen, en liaison avec les Havrais, nombre de maçons se manifestent le plus en faveur d’une position résolument anti-abolitionniste. A la suite d’une lettre du négociant et franc-maçon havrais Pierre Le Cavelier insistant sur l’importance du maintien de l’esclavage, une pétition de soutien est envoyée aux Havrais à l’initiative notamment des frères Desmares et Auvray de Coursanne.

117 Si les Le Couteulx et Hélot incarnent une sensibilité proche des Havrais, le frère Milcent, membre des « Bons Amis » et ami de Diderot, montre des positions plus critiques. A Paris, rappelons qu’au moins 25 % des affiliés de la « Société des Amis des Noirs » furent initiés.

118 ADO, série E : 4E 72 (minute Gelée).

119 Buffon (39 volumes), Voltaire (20 volumes) et Rousseau (11 volumes) bien sûr, mais aussi des auteurs représentés moins couramment sont présents.

120 S. Chassagne, La naissance de l’industrie cotonnière en France (1760-1840) : trois générations d’entrepreneurs, p. 300-302 ; 330-337.

121 Les trois sont membres de « la Parfaite Egalité », une loge démocratique avant 1789 qui devient le réceptacle d’une partie du patronat cotonnier au XIXème siècle.

122 J. -P. Chaline, « Deux bourgeois en leur temps », Documents sur la société rouennaise du XIXème Siècle, Rouen, 1977. Curmer eut une initiative originale : la fabrication de grosses couvertures de laine appelées « canadas ».

123 ADSM, série J, sous-série 41J (1796-1830). 18 maçons ont fréquenté les réunions de cette société : Georges Brémontier (« la Constante Amitié », Caen) ; Pierre Chalon, Louis Lézurier, Félix Trapp, Jean-Ulric Guttinguer, Jean-Louis Hilscher, Jacques Noufflard et Laurent Blanchemain, membres de « l’Ardente Amitié » ; Ezéchiel Demarest, Benjamin Pavie, Tamelier, Pierre Noulinne, Guillaume Lancelevée et Florentin Hesbert, « la Parfaite Egalité » ; Louis Nicolle, Louis Goube, François Houlefort, Thomas Vallet, « les Arts Réunis ».
Parmi les frères en sommeil, on note Eleonore Rabasse, « la Parfaite Union », Guillaume Debonne, Victor Lefebvre et Jean-Baptiste Asselin, « la Céleste Amitié », Pierre-François Meslin, « l’Ardente Amitié » et Ferdinand Monnier, « les Bons Amis ».

124 ADC, série M : M 8633.

125 ibid. M 2 850.

126 P. Largesse, art. cité.

127 Inspecteur des ponts et chaussées, chevalier d’Empire, Brémontier a été promu à la postérité pour avoir fixer les sables et planter les dunes du Golfe de Gascogne.

128 Vénérable des « Cœurs Sans Fard et Constante Amitié Réunies », Lefebvre est célèbre pour son aménagement du canal de l’Orne.

129 Bienfaiteur offrant des cours gratuits, il est aussi un membre éminent de la Société des Antiquaires.

130 Il doit sa notoriété à la construction du Théâtre des Arts en 1774 et à la restauration du quartier de l’Eau de Robec après l’inondation de 1787.

131 Il aménage la place du Vieux Marché entre 1795 et 1804.

132 Ils furent membres actifs de la Société d’Emulation.

133 Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 223-334.
Professeur de dessin à l’Ecole Centrale, rappelons que Le Carpentier est l’un des principaux animateurs de la Société d’Emulation où il s’illustre par la qualité de ses notices et guides avant d’obtenir la consécration l’année de sa mort en devenant correspondant de l’Institut (1822).

134 On trouve parmi eux le maître d’étude au collège royal Charles Orange, le physicien académicien Louis Delafoye, l’hydrographe René Prudhomme et le doyen de la Faculté de sciences Pierre Thierry, membre du jury de pharmacie auprès du frère Jean-François Auvray de Coursanne.

135 La maçonnerie recrute le professeur de mathématiques François Daguin, le grammairien Louis Rouillé, l’historien Pierre Posté et le latiniste Charles Lecocq.

136 ADO, série L : L 1266-1267.

137 En l’an VII, il récupère 10 000 ouvrages égarés dans les petites bibliothèques ornaises et déplore la rareté des philosophes et des ouvrages modernes.

138 Il est professeur de grammaire puis de rhétorique au Lycée et académicien.

139 ACH : série R, sous-série R3 : R3-1.

140 Elles touchent aussi bien l’épidémiologie que l’anatomie qu’il enseigne à partir de 1822.

141 J.-P. Chaline, Les bourgeois de Rouen, p. 25.

Notes de fin

1 Nous y avons adjoint les officiers de la marine marchande liés par leurs affaires au monde du négoce

2 Montant de la contribution foncière Indiquée

Table des illustrations

Titre La présence maçonnique sur les listes des cent plus imposés (1803-1813).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 1815-1830
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende ADC, série M : M 276-299.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende *Maçons ayant quitté la loge avant 1815.ADC, série M : M332-336.ADC. Imprimé Br 17270 : Dictionnaire de 1685 adresses (15/06/1831) publié par Théodore Chalopin, Imprimeur 2, rue Froide.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Maçonnerie et élites marchandes dans les orients moyens
Légende ADC, série M : M 276-332 (pour Bayeux, Falaise et Vire)ADO, série M : M 214-222 (pour Alençon, Bellême, Domfront, l’Aigle et Mortagne)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Franc-maçonnerie et élites marchandes à RouenANCIEN REGIME
Légende ADSM, série C : C 389 (capitation dos communautés d’Arts et Métiers de Rouen)ACR (dépôt B.M.R) : Tableau des déclarations de la contribution patriotique conformes ou excédant les proportions, faites tant au bureau de l’Hôtel de Ville que dans les communautés.série Y, sous-série Y 4 (emprunt de 2 millions sur les riches avec évaluation des fortunes, septembre1793)Y 5 (emprunt de 10 millions sur les riches avec le montant des contributions, 22 Brum - an II)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre RESTAURATION
Légende • Maçon ne figurant plus sur les tableaux des loges après 1815ADSM, série M, sous-série 3 M : 3 M 34-49.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Louviers
Légende ADE, série m, sous-série 3 M : 3M9-23, 3M38-54.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Elbeuf
Légende AME, série G : G 1575 (liste des patentes de l’arrondissement de Rouen)série K : liste électorale de l’année 1838
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Franc-maçonnerie et élites marchandes au HavreAncien Régime
Légende ACH, fonds révolutionnaire, série G : G 96-100 (contribution patriotique de 1789)G 114 à 120 (emprunt forcé de I’ an II)G 124 (emprunt forcé de I’ an IV)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Les élites marchandes havraises sous l’Empire (1800-1815)
Légende ADSM : série M. sous-série 3 M : 3 M 34-49.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Les élites marchandes havraises et la maçonnerie : 1815-1830
Légende ADSM. série M. sous-série 3 M 3 M 34-49AC H. série K : K1 (listes des électeurs communaux de 1822 à 1848)K 1. 2 et 3 (liste des Jurys de 1815 à 1830)• Ancien franc-maçon
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Eure.
Légende • Franc-maçon avant 1789ADE, série M, sous-série 3 M : 3 M 9-54
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Orne.
Légende • Franc-maçon avant 1789ADO, série M : M 214-222
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende • Franc-maçon avant 1789.ADC, série M : M 276-332.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Manche.
Légende • Franc-maçon avant 1789ACCh, fonds moderne, série K, sous-série 1 K : 1 K1, 1 K3 et 1K 13
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Seine-Inférieure.
Légende • Franc-maçon avant 1789.A.D.S.M., série m, sous série 3 m :3 m 1 à 3 m 49
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre TALENTS ET FRANC-MAÇONNERUE (1800-1830).
Légende • Maçons ayant quitté leur loge avant 1789
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8230/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 525k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540