Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Deuxième partie. Du temple à la cité. Unité et diversité d'une élite.

Chapitre troisième. Sociologie d’une population

Texte intégral

1. Structure d’ensemble

1Le fichier normand permet une analyse sociologique approfondie en raison de la variété des indices fournis par les tableaux de loges. Les seules données quantitatives permettent ainsi de mesurer avec exactitude la portée du succès de la mode maçonnique dans la société civile, mieux que la seule prise en compte de l’implantation des loges qui présentent des effectifs fort variables. A partir de ces données, il est surtout possible de mettre en perspective, en raison des variables sociales et culturelles apparues dans le recrutement, une modélisation binaire des formes de sociabilité liées à la pratique maçonnique, qui rend caduque l’approche de la franc-maçonnerie comme société constituant un bloc compact. Partant de là, s’il est impossible de dresser un portrait-robot, sociologiquement parlant, du « maçon normand », des profils sociaux apparaissent à partir desquels s’éclaire la formation des réseaux constitutifs, les canaux par lesquels ceux-ci alimentent le recrutement des loges.

Du succès général à l’écrasante domination de la sociabilité séquanienne

2De l’analyse des 5 636 fiches dressées, entre 1764 et 1830, ce sont les caractères démographique, chronologique et géographique qui fournissent en premier lieu matière à réflexion.

3En effet, le premier enseignement mis en valeur est la constatation de la « capacité de récupération démographique », bien supérieure en tout cas à ce que pourrait laisser croire la simple géographie des loges qui fait apparaître une rétraction importante du fait maçonnique durant les périodes de crise politique. Ainsi, cette structure semble avoir bénéficié sous le Consulat et le Premier Empire de l’élargissement du cercle dans les orients importants pour compenser les pertes survenues dans les petites cités. Les tableaux rassemblent autant de frères entre 1789 et 1815 (2 288) qu’entre 1764 et 1789 (2 139), malgré un renouvellement très important de l’ensemble du personnel. La présence de 1200 frères entre 1815 et 1830 montre également la solidité du groupe et fait apparaître la Restauration comme une période d’essoufflement assez relatif.

4Mais plus encore que par la régularité de données impressionnantes, on est frappé par le déséquilibre démographique apparu entre les cinq départements Mais plus encore que par la régularité de données impressionnantes, on est frappé par le déséquilibre démographique apparu entre les cinq départements normands : il confirme et amplifie nettement les phénomènes perçus au niveau des implantations de loges.

5636 francs-maçons normands : tableau général.

5636 francs-maçons normands : tableau général.

5l’émergence de l’importance de la Seine-Inférieure parmi les cinq départements et de la « macrocéphalie rouennaise ».

5636 francs-maçons normands : représentation selon les départements.

5636 francs-maçons normands : représentation selon les départements.

5636 francs-maçons normands : représentation selon les orients.

5636 francs-maçons normands : représentation selon les orients.
  • 1 Les deux loges fondées sous la Révolution, « les Trois Haches » et « les Vrais Amis », ont recruté (...)
  • 2 La correspondance des loges fait état, en 1821, de l’existence de loges clandestines se réunissant (...)
  • 3 BMR, recueil de documents côté M 81 (contient les tableaux des « Arts Réunis » pour les années 1816 (...)

6Avec 1 133 maçons fichés au XVIIIème siècle et 1 746 entre 1789 et 1830, la Seine-Inférieure accapare toujours la moitié du recrutement global (49,5 % sur l’ensemble de la période) et Rouen le quart des effectifs (23 % sur l’ensemble de la période). Si la brutalité des chiffres donnent l’impression d’un recul après 1789, la représentativité globale de la maçonnerie rouennaise passant de 29,5 % à 19 %, on doit considérer cela avec prudence. Ce recul apparent révèle à la fois « l’envol havrais »1 durant la période révolutionnaire dont nous reparlerons, et qui implique à lui seul le recul de la représentativité des autres orients à partir de 1789, le fait que Rouen semble avoir été le centre d’une activité maçonnique échappant au Grand Orient dont on a peu de traces après 18152 en ce qui concerne les adhérents et les lacunes concernant les tableaux entre cette date et 1820. Les archives maçonniques conservées à la Bibliothèque Municipale de Rouen montrent à l’évidence que la représentation réelle de la franc-maçonnerie rouennaise peut être ramenée raisonnablement au quart des effectifs globaux3. Avec entre 23 et 24 % des effectifs, le département du Calvados arrive donc loin derrière mais l’évolution montre une belle constance, un moindre bouleversement dans les grands équilibres démographiques. L’hégémonie de l’orient de Caen, qui rassemble régulièrement les 2/3 de l’effectif départemental quel que soit le moment considéré, est incontestable. Quant aux trois derniers départements, ils font figure de parents pauvres en se partageant le quart restant. La Manche et plus encore l’Orne accusent, avec 216 et 133 frères avant 1789, un déficit évident (10 et 6 % du recrutement) légèrement compensé par le succès de la maçonnerie impériale dans ces départements (on passe à 11,5 et 9,3 % du recrutement global). La Manche bénéficie notamment du succès de la « maçonnerie militarisée » à Cherbourg. Le poids de l’Eure reste modeste avant comme après la Révolution française, ce département représentant toujours autour de 8 % du recrutement global (173 maçons avant 1789 et 244 après cette date).

7Par ailleurs, la prise en compte des effectifs globaux a le mérite de déterminer un « seuil démographique de survie ».

Le nombre d’affiliés selon des orients.

Le nombre d’affiliés selon des orients.

XVIIIème siècle.

8A la fin du XVIIIème siècle, on peut ainsi élaborer une carte montrant qu’il existe, sur un plan quantitatif, quatre niveaux de recrutement. A la base, huit cités ont recruté moins de 30 maçons. Ce sont les orients éphémères qui meurent avant la Révolution (La Ferté-Macé) ou ne s’en relèvent pas (Coutances). Seuls les orients de Falaise et de Granville échappent à la dure loi du nombre des frères... encore faut-il préciser que le vrai démarrage des activités des loges falaisiennes a lieu sous l’Empire et que la maçonnerie granvillaise connaît une évolution chaotique entre 1800 et 1830. Avec des effectifs variant entre 30 et 60 maçons, sept orients se situent au niveau supérieur. Là, les comportements varient : Pont-Audemer, Caudebec et Bernay ont une vitalité réelle et continue sur toute la période mais les quatre autres orients ne se relèvent pas à l’issue de la crise révolutionnaire. Le troisième niveau regroupe les orients ayant compté plus de 60 maçons et ce sont ceux-là qui montrent une vie durable sur l’ensemble de la période, ce nombre de frères semblant constituer le minimum pour une vie maçonnique stable en raison des nécessités liées au renouvellement d’une partie du personnel. Six cités ont compté entre 60 et 120 frères (Bayeux, Valognes, Cherbourg, Alençon, Bernay et Dieppe) alors qu’au sommet, on retrouve les centres principaux du Havre (212 maçons), de Caen (364) et de Rouen (636).

  • 4 Il s’agit de Domfront, Eu, Fécamp, Lisieux, Pont-1’Evêque, Saint-Lô, Valognes et Vire.

9Passée la Révolution, on observe une croissance du minimum démographique nécessaire pour l’épanouissement de la bonne marche des loges et cela correspond aux conséquences des troubles de la période, sujette aux déperditions, et de la croissance de l’effectif moyen des ateliers durant les travaux. Toutes les loges ayant recruté moins de 35 frères se sont éteintes rapidement, n’ont pas survécu à l’Empire4. C’est aussi la règle générale pour les ateliers n’ayant pu dépasser les 80 membres, ce qui constitue pourtant un nombre considérable. L’Aigle et Bellême dans l’Orne, Bayeux et Honfleur dans le Calvados, Evreux dans l’Eure connaissent ce destin alors que les loges de Pont-de-l’Arche, de Caudebec et d’Elbeuf, qui naissent vraiment ou renaissent après 1815, s’arrêtent de fonctionner avant 1830. Elbeuf subit deux arrêts brutaux, en 1813 et en 1833, et la maçonnerie à Granville ne renaît réellement après l’Empire, qu’en 1827. En dehors de Falaise, de Dieppe et de Mortagne, seuls les orients majeurs, soit ceux qui comptent plus de 150 francs-maçons, s’affirment comme des bastions aptes à résister à la chute d’un empire ou à une nouvelle révolution. Il s’agit à ce moment-là d’Alençon, de Cherbourg, de Caen, du Havre et de Rouen.

10Ces cartes mettent donc en évidence, plus que la seule implantation des loges, la fragilité et la relative superficialité du dynamisme maçonnique qui se cache derrière la capacité remarquable des loges à se reconstruire rapidement.

Deux formes de sociabilité

11Mais l’analyse par orient a surtout le mérite de permettre une approche qualitative rendant possible la perception des variations géographiques du recrutement social.

  • 5 D. Roche, Le Siècle des « Lumières » en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789)(...)

12A la fin du XVIIIème siècle, la structure par ordre montre l’attraction jouée sur les ordres privilégiés. 6,7 % et 20 % des francs-maçons normands appartiennent en effet au premier et au second ordre du royaume alors que les normes nationales donnent pour moyenne 3,7 % et 14,8 %. Avec plus du quart des affiliés, les privilégiés renvoient le Tiers à une représentation réduite à 73 % du recrutement, au lieu de 80 %5 en moyenne. Néanmoins, la vision d’ensemble masque les comportements socioculturels fondamentaux, marquant une séparation très affirmée entre les deux Normandie. La Haute-Normandie montre un recrutement tout à fait classique, la noblesse regroupant 13,8 % des frères et la roture 77,7 % du recrutement. Seule, la surreprésentation du clergé, déjà évoquée, est manifeste... et le caractère aristocratique de la sociabilité maçonnique normande provient en fait de l’originalité de la seule Basse-Normandie. Ici, la noblesse fournit près d’un maçon sur trois (31 %), la part du tiers étant réduite à 65 %.

Sociabilité aristocratique et sociabilité négociante.

Sociabilité aristocratique et sociabilité négociante.

Représentation de la noblesse dans les orients normands.

Représentation du négoce dans les orients normands.

13Il est donc clair que deux formes de sociabilité émergent, le caractère aristocratique de la sociabilité maçonnique bas-normande étant particulièrement affirmé dans les grands orients (Caen, Alençon) et plus encore dans les cités moyennes de tradition maçonnique affirmée (Bayeux ou Valognes) tandis que seules les petites loges de l’intérieur (Coutances et Carentan) échappent à l’emprise nobiliaire. De plus, toutes les catégories roturières par lesquelles peuvent s’effectuer la démocratisation (la « basoche », la boutique et les talents), représentent toujours moins de 20 % du recrutement global. Enfin, on remarque avec intérêt le faible poids des élites marchandes qui regroupent au maximum 12 % du recrutement global.

  • 6 S'agissant de la maçonnerie rouennaise, Daniel Roche avait déjà montré le poids formidable du milie (...)

14Or, c’est la surreprésentation de cette population qui caractérise la sociabilité séquanienne. A l’exception de la petite loge pavillaise qui réunit majoritairement la noblesse parlementaire, les orients haut-normands voient régner le négociant. A Rouen6 (36,2 %) et au Havre (37,5 %), un maçon sur trois est ainsi un grand négociant ou un manufacturier. Dans le sillage de ces derniers s’intègrent peu à peu les boutiquiers et artisans, ce qui confère l’aspect démocratique à la maçonnerie des villes séquaniennes.

15Ces hommes représentent en effet 15 % du recrutement des loges rouennaises et ils constituent une partie importante des maçonneries à Vernon (25 %) et Bernay (26 %). C’est donc bien un second modèle de sociabilité qui émerge, dont les frontières géographiques s’arrêtent dans les marges orientales de l’actuelle Haute-Normandie puisque les orients de Dieppe et de Eu présentent les mêmes caractères que la franc-maçonnerie bas-normande, le second ordre représentant plus de 40 % du recrutement.

16La Révolution n’implique pas une disparition de cette frontière, celle-ci se pérennisant sous des formes plus conformes à la société nouvelle. Hauts fonctionnaires et nobles d’Empire sont ainsi très fortement représentés dans les départements bas-normands : ils entraînent derrière eux une cohorte de financiers et de gens de justice de rang honorable, ces élites représentant entre 31 % (Calvados) et 44 % (Manche) du recrutement. L’Eure, dont le cœur maçonnique bat à Evreux, se conforme globalement à ce modèle qui contraste avec les comportements sociaux des orients de la vallée de la Seine. Malgré le prestige de la « l’Ardente Amitié » et du chapitre Hérodom qui s’y rattache, la Seine-Inférieure reste nettement en deçà des proportions des autres départements : à peine 15 % des frères appartiennent à ces catégories. La surreprésentation des « propriétaires » en Basse-Normandie entre 1800 et 1830, avec 145 des 241 frères affublés de cette qualité, et l’attraction exercée sur les officiers supérieurs de l’armée (40 % du recrutement des loges dans la Manche et 20 % dans le Calvados), contrastent également avec la forte représentation des « marchands » dans la franc-maçonnerie haut-normande. Or, par cette dénomination sociale imprécise, la spécificité culturelle et la démocratisation de la maçonnerie haut-normande s’amplifie. Rouen le montre bien : les « élites marchandes », avec un affilié sur trois (35 %), constituent la sanior pars des élites attirées par la maçonnerie mais l’attraction sur le milieu marchand permet aux petits commerçants (28 %) d’entrer en force dans la maçonnerie locale.

17L’enseignement majeur de ce tour d’horizon est incontestablement la mise en évidence de deux types de recrutement social à l’intérieur d’une forme de sociabilité et il convient donc de manier la question de la mobilité sociale au sein de la franc-maçonnerie avec, en filigrane, cet arrière-plan. Certes, au XVIIIème siècle, les ordres privilégiés sont toujours minoritaires mais, en dehors de ce plus petit dénominateur commun, on doit constater le fractionnement d’une structure de sociabilité dont l’aptitude principale est de savoir épouser les contours de la société profane plus que de fidéliser vraiment des « micro-sociétés » spécifiques.

L’étude des types sociaux. (annexes p. 437-443)

  • 7 Les directeurs de manufacture, Ferry de la Fraye (Le Havre) et Dupuis de Saint-Julien (Cherbourg), (...)

18L’analyse du fichier fait également émerger des profils sociaux de francs-maçons avec précision. A la fin du XVIIIème siècle, les trois catégories qui dominaient avant la réorganisation du Grand Orient assurent définitivement leur hégémonie. Ainsi l’aristocrate franc-maçon est-il majoritairement un noble d’épée : en plus des 237 frères qui se présentent comme tels, il faut y ajouter l’essentiel des 105 nobles titrés. Au total, cet ensemble représente 75 % du recrutement nobiliaire, avec une légère sous-représentation en Haute-Normandie et notamment à Rouen où joue la concurrence de la noblesse parlementaire. A l’inverse, la noblesse active est peu nombreuse même si quelques familles rouennaises bien connues, comme les Midy, les Lézurier ou les Le Couteulx, sont présentes dans les loges ainsi que quelques manufacturiers dans les orients importants7. Le noble maçon n’a donc pas un profil très original, la noblesse maçonnique n’étant qu’une micro-représentation de la noblesse profane qui peut assouvir son inclination naturelle pour les valeurs chevaleresques par la pratique des hauts grades.

19Quand il est roturier, le franc-maçon normand est prioritairement, soit un robin (457 affiliés) soit un homme appartenant au milieu des « élites marchandes » (449). Dans le premier cas, c’est souvent un homme de loi (211 soit plus d’un titulaire d’offices sur deux) et plus précisément un avocat. Plus d’un initié sur deux appartenant à la bourgeoisie robine exerce cette profession (56 % du recrutement). Lié à la noblesse des Cours Souveraines à Rouen, aux tribunaux de bailliage et de présidial à Caen et à Bayeux, l’avocat franc-maçon et le procureur (27 %) sont hégémoniques au sein du monde des officiers de justice initiés à la maçonnerie... et cela laisse peu de place pour les représentants des offices de justice de moindre importance comme les huissiers et greffiers (13,4 % des effectifs). Les tendances à la fermeture de l’ordre envers la petite bourgeoisie à la fin du XVIIIème siècle se confortent un peu plus.

  • 8 La loge des « Cœurs Unis » regroupe dix maçons en activité.
  • 9 On ne compte que 83 maçons exerçant cette profession dans les généralités de Caen et d’Alençon et e (...)

20Quant aux élites marchandes, elles recouvrent un ensemble de maçons se présentant comme négociants, manufacturiers, banquiers voire courtiers ou changeurs, les activités de ces derniers se situant dans la mouvance de la catégorie précédente. Le grand négociant, celui qui pratique les formes traditionnelles du commerce en faisant vivre un réseau de boutiquiers, est bien la figure la plus répandue même si cette dénomination recouvre des personnages aux activités fort différentes. Marchand de dentelle à Caen, armateur membre de la juridiction consulaire à Dieppe8, « négociant-mercier » à Rouen ou armateur engagé dans le grand commerce colonial au Havre, ces frères exercent les activités directrices dans le développement économique local. A la différence de celle de l’homme de loi, l’élément stable et régulièrement présent de la société maçonnique dans les trois généralités, la répartition des négociants montre un grand déséquilibre qui porte préjudice aux généralités d’Alençon et de Caen9 et valorise l’actuelle Haute-Normandie. Elle regroupe 308 maçons apparentés à ce milieu sur 391, soit 78 % du recrutement, et, à elle seule, Rouen recrute 60 % des négociants francs-maçons !

21Bien que secondaires, trois autres milieux réunissent plus de 100 individus : il s’agit de la boutique, de l’armée et de la bourgeoisie à talent.

  • 10 Vérification opérée en confrontant les dénominations indiquées sur les tableaux de loge avec les li (...)
  • 11 Avec 27 membres affiliés, les merciers représentent 30 % du milieu de la boutique et de l’artisanat
  • 12 Avec 23 membres affiliés, orfèvres et horlogers rouennais regroupent 25 % du milieu de la boutique (...)

22La maçonnerie boutiquière, celle qui réunit les frères appartenant à une corporation dans les grandes villes est, avec 169 individus, le sous-ensemble le plus dense, les 2/3 des membres (100) se concentrant à Rouen. Dans cet orient, on remarque d’ailleurs que, si elle a perdu tout son sens sur le plan de la réalité économique, la distinction entre le « marchand » et le « négociant » garde une certaine signification en loge puisque le terme de marchand désigne, à deux exceptions près, les frères n’ayant pu s’émanciper du cadre de la corporation10. De toute évidence, la recherche prosopographique révèle que la franc-maçonnerie réserve l’accès de ses temples à l’élite de ce monde hétérogène. Parmi les 92 maçons rouennais dont la profession exacte a pu être précisément reconnue émergent trois groupes : les merciers11, les orfèvres et les horlogers12. Ces professions rassemblent plus d’un maçon sur deux (55 %) parmi les boutiquiers et artisans. Or, le « marchand-mercier » est un notable et la frontière qui le sépare de l’armateur émancipé de la tutelle corporative est mince, souvent provisoire. Quant à l’orfèvre, il est l’archétype du représentant de « l’aristocratie boutiquière », par la noblesse du matériau qu’il travaille et par son statut au sein des métiers. Sa représentation dans le monde maçonnique contraste avec l’importance dérisoire des initiés exerçant les métiers déconsidérés de l’alimentation et du bois ou offrant de menus services.

23Le regard porté sur une autre minorité, les 155 soldats et marins recensés, confirment les faits observés s’agissant du milieu de la boutique puisque émerge parmi eux le capitaine de vaisseau dont la présence est remarquable au sein de la maçonnerie havraise. Or, on sait que ces hommes sont fort liés au monde du négoce et que la mobilité d’un milieu vers l’autre est un trait caractéristique.

  • 13 M. Biget, « La musique et les concerts publics » dans : La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802 (...)

24Avec 154 membres, les talents constituent un monde bien représenté dans les loges mais très diversifié selon les orients. Plutôt ingénieur ou professeur en Basse-Normandie (72 % des frères apparentés à ce milieu), l’initié est médecin ou artiste à l’est (70 %). On retrouve là les tendances élitistes des loges caennaises, où on recrute de grands ingénieurs (l’illustre Nicolas Brémontier ou Lefebvre) et des professeurs réputés des facultés de médecine et de droit, et, à Rouen, les conséquences de l’importance de la sociabilité musicale dès la fin du XVIIIème siècle13.

25A partir du Premier Empire, la maçonnerie continue de fidéliser ces anciennes catégories. Les officiers royaux sont ainsi remplacés par la cohorte des fonctionnaires de justice et des finances ornant les tableaux de loges.

  • 14 Parmi les 56 cabaretiers maçons signalés, 16 figurent sur les tableaux de la loge de Darnétal, « la (...)

26Avec 564 frères, ce milieu est toujours concurrencé par celui des gens de commerce (628 frères) mais le fait le plus notable est que, par le biais de ces deux canaux, une descente sociale de la maçonnerie s’opère et s’amplifie à partir de 1815. On constate ainsi la part croissante des petits fonctionnaires (employés, commis d’écriture...) parmi les services : ils forment sur l’ensemble de cette période 15 % du recrutement, alors que la « basoche » ne représentait que 7 % du recrutement total à la fin de l’Ancien Régime. Le monde judiciaire, le noyau dur de cette catégorie, connaît, dans cette perspective, une évolution très significative puisque greffiers et huissiers voient, avec 26 % du recrutement contre 13 % à la fin de l’Ancien Régime, leurs parts considérablement s’accroître. Le phénomène est identique au sein de la classe négociante, les notabilités économiques étant peu à peu concurrencées par de petits commerçants qui représentent 22 % des effectifs globaux entre 1800 et 1830 et 35 % à Rouen. Le recours à l’identification professionnelle de cette nébuleuse confirme la réalité de la démocratisation. Si l’orfèvre pérennise la tradition artisanale (23 % du recrutement) et si le riche « marchand de rouenneries » reste une figure importante, notamment au sein de « la Parfaite Egalité », on observe avec intérêt l’entrée en force des métiers de l’alimentation (40 % du recrutement des métiers de l’artisanat et du petit commerce), notamment du cabaretier14 ! Or, on connaît le rôle de cette population spécifique dans l’épanouissement d’une sociabilité de contestation et de solidarité ouvrière durant les monarchies censitaires comme en témoigne le poids de la « sociabilité des cafés » dans l’épanouissement des caisses de secours mutuels. C’est indiscutablement la maçonnerie rouennaise et de ses faubourgs, à partir de 1815, qui ouvre le plus les portes des temples à des catégories jusqu’ici accueillies avec parcimonie : « les Arts Réunis » acceptent ainsi une diversification des métiers représentés (18 recensés) et les deux loges fondées sous la Restauration (« la Persévérance Couronnée » et « la Sincère Amitié ») ouvrent leurs colonnes à des artisans dont les signatures mal assurées témoignent d’une culture assez rudimentaire qui les aurait rejetés dans l’irrégularité durant la période précédente. La loge darnétalaise, « la Constance », adopte une stratégie d’ouverture évidente. Parmi les 90 membres, on compte huit boulangers, des coiffeurs, des plombiers... soit au total 43 frères qui sont tous de modestes artisans ou commerçants. La loge n’hésite d’ailleurs pas à confier le maillet a deux marchands d’eau de vie, Antoine et Pierre Le Dran, en 1827 et 1828,... ce qui ne sera pas pour rien dans la réputation de « maçons de cabaret » dont les Rouennais vont affubler les frères de Darnétal.

  • 15 Il s'agit de Charles Decaen, Jacques Cavaignac, Louis Danloupverdun, Antoine Gruyer, Marc Obert, Pi (...)
  • 16 A. Combes, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXème siècle, p. 85-100.

27Mais à côté des deux éléments sociaux stables de la maçonnerie s’est affirmée, dans un contexte il est vrai des plus favorables, la présence du militaire. Il semble remplacer, sur un plan culturel, l’aristocrate d’Ancien Régime qui ne trouve pas dans la noblesse d’Empire et le monde des grands commis de l’état une catégorie de substitution satisfaisante, au moins sur un plan quantitatif. Autour du Havre, de Caen et de Cherbourg, la maçonnerie regroupe ainsi pas moins de 489 soldats sous les drapeaux. Ils sont menés par de grands officiers couverts de gloire, notamment à Caen où « la Constante Amitié » réunit en 1805 onze futurs généraux et maréchaux d’Empire15. Néanmoins, dans le sillage de ses grands noms s’insère toute une population de moindre rang ce qui tend également à confirmer la lente descente sociale du fait maçonnique et à montrer que celle-ci s’amorce, derrière la splendeur de la maçonnerie impériale, durant l’époque napoléonienne. Deux ou trois grades clefs constituent ainsi l’ossature du recrutement militaire. Dans l’armée de terre, le grade de capitaine regroupe la moitié des effectifs (41 %) et sur ses marges, le lieutenant et le chef de bataillon regroupent pour chacun 16 % du monde maçonnique. Au sein de la marine, 62 % des maçons possèdent, au moment de leur initiation, le grade de capitaine. Si ces faits montrent le maintien de forts préjugés contre les catégories trop basses (39 officiers et hommes du rang sur un total de 290 !), il est remarquable qu’un maçon sur trois se situe entre l’homme du rang et le lieutenant et cela confirme bien cette démocratisation relative, même si celle-ci est moins spectaculaire dans la profonde Normandie qu’à Paris16.

  • 17 54 frères sur 102 bourgeois à talent exercent cette profession en Basse-Normandie et 32 sur 103 en (...)

28A un degré moindre s’affirment deux catégories : les représentants des arts libéraux et des artistes, et le monde des propriétaires. Dans la première catégorie, le fait le plus remarquable est l’affirmation de la personnalité du médecin17. Quant au « propriétaire-rentier » (106 maçons), c’est un nouveau venu en maçonnerie (59 maçons seulement avant 1789) mais il compense un peu la disparition de la noblesse titrée et témoigne du maintien des rentiers au sein des loges.

  • 18 Les petits commerçants ne constituent que 20 % du recrutement des loges du Calvados et 10 % dans l' (...)

29Ce panorama met donc en évidence deux faits majeurs. Le premier confirme les deux sensibilités culturelles bien différentes présentées précédemment entre une sociabilité négociante et socialement ouverte le long de l’axe séquanien et une autre forme de sociabilité, franchement élitiste et de tendance aristocratique, dans les pays de l’ouest normand. Le second met en évidence un fait fondamental : sans entraîner de modifications géographiques profondes, la Révolution française constitue un facteur de transformation évident montré par la démocratisation lente et graduelle à partir du Premier Empire, ce qui n’exclut pas, notamment au début de cette période, le resserrement autour d’un milieu moins hétérogène évacuant, par la force des choses, la noblesse d’Ancien Régime et, plus provisoirement, la petite bourgeoisie. Moment de recomposition et de plus grande cohérence sociologique, la période impériale est suivie d’une mutation caractérisée par une ouverture définitive de la maçonnerie aux petite et moyenne bourgeoisies alors que les grands notables s’éloignent des temples dans les villes séquaniennes. Pour s’en convaincre définitivement, on peut observer l’évolution des deux noyaux durs de la maçonnerie entre 1815 et 1830. On y constate l’importance croissante de catégories jusqu’alors minoritaires, les petits fonctionnaires et employés (24 % de fonctionnaires en Seine-Inférieure contre 15 % sous l’Empire) et le monde du petit commerce (37 % de commerçants contre 20 % précédemment). Il convient cependant de dire que le processus s’arrête le long de l’axe de la Seine. La part des petits commerçants s’amenuise en effet au fur et à mesure que l’on s’éloigne vers l’ouest et les brumes intérieures18. L’évolution est cependant sans ambiguïté : maintien d’une frontière culturelle et impact du politique mettent en évidence le rôle joué par l’événement révolutionnaire comme facteur de transformation sociologique et cela autorise à terme, partant de ce constat, à ouvrir le dossier des formes prises par les mutations idéologiques.

2. Profils de francs-maçons

30On ne saurait se contenter de qualités civiles pour comprendre les réalités sociologiques. Avec lieux de résidence, rues, âges et dates de naissance, on se déplace de l’étude sociale vers l’analyse phénoménologique visant à dresser le portrait-robot du maçon et l’objectif a pour but, à terme, d’apporter les bases pour une réponse à l’importante question de l’hypothétique rôle conscient des frères dans le processus de façonnement de l’homme moderne. Observer la variété des profils, l’irrégularité des vies maçonniques interroge en effet sur les réalités dissimulées et, à terme, sur la dimension à donner à la prise en compte de l’appartenance d’un individu au monde des initiés dans le rapport que celui-ci peut entretenir avec la société civile.

Homme du cru (annexes p. 445-446)

  • 19 Le caractère inégal des renseignements conférés par les tableaux des loges des grands orients norma (...)
  • 20 Dans ces deux orients, la proportion des frères de souche se situe entre 50 et 85 % du recrutement (...)
  • 21 D. Roche, op.cit., p. 300-320. L'auteur évalue à plus de 70 % le recrutement local des loges bas-no (...)
  • 22 Les ateliers de Darnétal et d’Elbeuf ne comptent respectivement que 43 et 44 % de frères originaire (...)

31Les lieux de naissance et de résidence figurant sur les tableaux de loge constituent deux données sociométriques classables en quatre catégories et le moins que l’on puisse admettre au regard des données dont on dispose19 est que le maçon normand est sans conteste un homme du cru, les loges montrant une capacité d’attraction relativement limitée sur l’espace péri-urbain. Les grands centres maçonniques, notamment Le Havre et Caen20, recrutent ainsi plus de la moitié de leurs adhérents parmi des frères de souche. Rouen, principal centre maçonnique régional, montre cependant un comportement différent caractérisé par une grande inégalité selon les loges considérées, les ateliers fondés sous la Restauration (« la Persévérance Couronnée » et « la Sincère Amitié ») faisant apparaître une érosion particulièrement sensible du recrutement aux dépens des autochtones et la plus grande ouverture géographique des loges rouennaises confirme les constatations faites sur les pôles de recrutement des trois grandes villes académiques normandes à la fin de l’Ancien Régime21. On explique aisément ce fait par le caractère négociant de la sociabilité maçonnique rouennaise, par les flux migratoires dirigés vers la cité provoqués par le rouennaise, par les flux migratoires dirigés vers la cité provoqués par le développement de la proto-industrie. Les ateliers situés dans les centres de textile proches, Darnétal et Elbeuf22, montrent d’ailleurs un comportement similaire.

  • 23 Les maçons des cités moyennes de l'Orne et de l’Eure sont, pour 70 % d’entre eux, nés dans la ville (...)
  • 24 La loge de Pont de l'Arche intègre 9 Elbeuviens et la loge de Mortagne 11 Aiglons.

32Hors des centres urbains majeurs, l’évolution des orients moyens se distingue par un comportement polarisé entre deux attitudes opposées. Alors que les villes moyennes et petites (de 3 à 10 000 habitants) connaissent la même propension à recruter parmi des frères nés dans la cité23, au même titre que les centres majeurs, quelques exceptions apparaissent clairement. Elles s’expliquent par la spécificité originelle des loges et non par une fonction d’intégration des ateliers sur un espace géographique vaste. Le faible pourcentage de locaux de souche (30 %) à Caudebec s’explique ainsi par l’importance du nombre des moines dont l’origine géographique est variée. En fait, seuls les orients d’Evreux (avec 36 % de frères nés dans la ville), de Pont-de-l’Arche (19 %) et de l’Aigle (42 %) montrent une certaine capacité à capter des maçons nés hors de l’espace urbain ou de sa périphérie. Néanmoins, ce captage ne profite ni aux campagnes ni aux cités modestes des alentours, mais à des villes maçonniques très proches comme Mortagne dans le cas de l’Aigle et Elbeuf dans celui de Pont-de-l’Arche24. La capacité à drainer les « horsains » n’est donc pas la vocation principale des loges qui réservent plutôt leur temple à des hommes du cru.

33L’analyse des lieux de résidence confirme ses tendances par la submersion opérée par les maçons habitant dans l’orient auxquels ils appartiennent. Même les Havrais, malgré la vocation maritime de la ville, ont cette attitude que partagent entre 70 et 80 % des maçons au sein des villes de Basse-Normandie et de l’Eure... et neuf Rouennais sur dix. Au rang des exceptions, on ne relève vraiment que Pont-de-l’Arche (48 %), Bellême (45 %), Mortagne (37 %) et Darnétal (38,5 %). Mais ces faibles pourcentages s’expliquent tous par le fait que des frères d’un autre orient, plus important mais proche, viennent exercer une fonction de remplissage. Ainsi, les Rouennais sont aussi nombreux à Darnétal que les Darnétalais en raison du rejet opéré sous la Restauration par les loges rouennaises plus huppées, tandis que la loge de Darnétal recrutait parmi les petits métiers urbains. Au même moment, les maçons de Mortagne cohabitent avec les Aiglons et ceux de Pont-de-l’Arche avec les Elbeuviens, la Restauration paraissant une période de resserrement des liens entre des frères maçonnant dans des loges voisines dans une conjoncture politique difficile.

  • 25 Trois-Monts se situe à 20 kilomètres au sud-ouest de Caen.

34En fait, l’ensemble des données confirme bien l’urbanité de la sociabilité franc-maçonne par la difficulté à rogner sur les marges de cet espace. Les conditions de l’émergence de la loge de Trois-Monts (« l’Union Rurale » en 1786) sont d’ailleurs révélatrices de la chose. Dès que quelques frères sont éloignés d’un centre important25, ils fondent une loge sur place, les déplacements n’étant conçus que comme moment exceptionnel, obligé, dans la vie du maçon. Si de grands propriétaires fonciers issus de la noblesse ont ainsi maçonné au XVIIIème siècle, c’est bien grâce à un mode de vie urbain dont témoigne le développement des hôtels : ils leur ont permis de s’intégrer dans le même espace culturel que la bourgeoisie.

  • 26 Si l’on se refère aux seuls tableaux de loge, on retrouve 13 maçons étrangers à Rouen, 26 à Caen et (...)

35Ainsi, la part des frères résidant dans le reste de l’hexagone et plus encore à l’étranger est réduite à la portion congrue. « La Constante Amitié » de Caen sous l’Empire et les loges de Dieppe ou d’Eu ont cependant compté plus de 10 % de leurs membres nés hors de la province. La raison est ici l’adhésion massive des militaires. Quant aux étrangers, il sont toujours en assez faible nombre26 ce qui n’exclut pas cependant l’importance de la loge, comme nous le verrons, comme moyen privilégié de leur intégration. On peut donc ici émettre des doutes sur les capacités de la maçonnerie à jouer un rôle global sur l’ensemble des affaires de la cité vu le poids énorme donné aux propriétaires ruraux dans les assemblées électorales à partir du Consulat. Affaire peu confidentielle au sein de la cité, la maçonnerie ne parvient jamais à faire vivre un relais social au sein des bourgs et des petites villes, y compris les plus proches. Homme du cru, le maçon est confiné à l’intérieur des boulevards de l’espace urbain, et plus particulièrement de sa propre ville.

« Plus un matelas qu’un tremplin » (annexes p. 447-448)

36La connaissance de l’âge montre, par le biais des cohortes, l’homogénéité des générations. De manière générale, on devient franc-maçon entre 35 et 40 ans, quelques variations s’expliquant par des spécificités socioculturelles sur lesquelles nous reviendrons. Les maçons sont donc des hommes mûrs au moment de leur adhésion, si on rapporte l’âge moyen des frères à l’espérance de vie et au déroulement des carrières sous l’Ancien Régime. S’agissant de celles-ci, on obtient vite la confirmation de la validité de cette remarque. Il suffit pour cela de suivre la destinée d’un groupe défini en étant attentif au rapport entre l’entrée en maçonnerie et le déroulement de la carrière.

  • 27 Prosper Desmadières, maçon en 1803, devient maire en 1808.

37Dans ce but, nous avons prêté attention à un groupe de 68 célébrités rouennaises en raison de la qualité éminente de ces frères et de la diversité professionnelle et culturelle du recrutement. Pour trois groupes, l’entrée en maçonnerie se fait nettement une fois la carrière bien avancée. La noblesse parlementaire adhère à la maçonnerie au moment où ces hommes exercent déjà les fonctions les plus hautes. Le Premier Président du Parlement de Normandie François-Elie Camus de Pontcarré, même s’il fut membre des « Amis Réunis » à Paris en 1775, adhère à la loge rouennaise « la Céleste Amitié » en 1783, soit un an après avoir atteint le sommet de sa carrière (1782). Même remarque en ce qui concerne les grands notables de l’Empire : tous sont déjà préfet (Jacques Beugnot), adjoints au maire (Prosper Desmadières et Héron d’Agironne), maire (Lézurier) ou sénateur (Nicolas Vimard) au moment de leur adhésion. Bien sûr, la carrière se poursuit fort brillamment après le passage par la maçonnerie27 mais tout se passe comme si ces hommes avaient choisi une loge spécialisée dans le recrutement des élites politiques pour manifester une notabilité déjà acquise. On remarque ainsi avec intérêt que, sous l’Ancien Régime, trois des huit loges rouennaises accaparent la noblesse parlementaire puis qu’une seule loge reconstituée, « l’Ardente Amitié », regroupe les notables impériaux : dans chaque orient important, une ou deux loges sont donc accaparées par les élites en place.

  • 28 Une biographie particulièrement détaillée nous est offerte par Adrien Pasquier (A.Pasquier, Diction (...)
  • 29 Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 281-284.
  • 30 P. Dupuy, « Hardy, patriote, conventionnel et thermidorien », mémoire de maîtrise de l’Université d (...)
  • 31 J. Quéniart, L'imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIème Siècle, Paris, Klincksieck, 1969, 287 (...)

38L’attitude des intellectuels est peu différente. Il faut avoir fourni la preuve de sa notoriété pour entrer dans une loge. De Louis Brévière à l’organiste Broche, l’un des plus célèbres de sa génération avec Couperin et Séjan28, en passant par Charles Le Carpentier29 ou le médecin François Hardy30, tous ont montré leur talent avant d’entrer en loge. La position des imprimeurs est particulièrement significative. Richard Lallemant fils31 fait parti du gotha lié au pouvoir urbain depuis plusieurs générations tandis que son homologue Frédéric Baudry est le principal imprimeur de la cité et le plus influent par son adhésion sans condition au régime impérial au moment de son agrégation à la maçonnerie.

  • 32 A. Soboul, Comprendre la Révolution, Paris, Maspero, 1981, 336 pages.
  • 33 W. Doyle, Les origines de la Révolution française, p. 170-183.
  • 34 C’est le cas du Dieppois et futur Conventionnel Antoine-Louis Albitte.

39Deux catégories montrent cependant une attitude un peu différente : il s’agit des négociants ou manufacturiers et des hommes de loi. Or, il s’agit là de milieux stratégiques dans la perspective de la période révolutionnaire, les premiers parce que ce sont les éléments dynamiques promus par le processus révolutionnaire et les seconds parce qu’on peut les accepter comme les principaux protagonistes, porte-parole32 ou responsables33, de celui-ci. Il faut constater que leurs attitudes se différencient assez sensiblement de celle des trois premières catégories puisque beaucoup font carrière après leur passage par la maçonnerie. Parmi les négociants, Guillaume Hardouin, maçon dès la fin de l’Ancien Régime, devient président de la chambre de commerce de 1799 à 1802, et Casimir Caumont occupe la même fonction en 1825, alors qu’il a été initié sous le Premier Empire. Du côté des hommes de loi, Jean-Pierre-Bruno Pain, procureur impérial à Rouen, et Nicolas Thieullen, président du tribunal d’appel sous l’Empire, montrent un profil à peu près identique. Néanmoins, ces hommes côtoient en loge des collègues dont la carrière est assurée depuis un long moment. Parmi les hommes issus du négoce, Le Couteulx de Verclives puis Jean-Ulric Guttinger font figure de contre-exemples puisque leur adhésion respective à la maçonnerie sont postérieures à leur apogée. Maçon en 1783, Le Couteulx de Verclives a été maire dès 1756 puis syndic de la juridiction consulaire en 1767 et en 1782 alors que Jean-Ulric Guttinguer fréquente « l’Ardente Amitié » à partir de 1811, soit à un moment où il a déjà quitté ses fonctions essentielles de juge au tribunal de commerce (1802-1804) puis de président de la chambre de commerce (1804-1806). Même remarque en ce qui concerne les avocats : la carrière d’un Lebourgeois de Belleville, premier échevin cinq ans avant son adhésion, d’un François Legendre, initié alors qu’il est déjà président du tribunal criminel, et surtout du président de la Cour Impériale Martin Carel qui adhère à « l’Ardente Amitié » au moment (1803) où il occupe cette fonction prestigieuse, viennent contredire la première impression. En dehors de quelques destins, rares et dus uniquement à des circonstances politiques extraordinaires34, la Révolution n’a donc pas construit la carrière de jeunes hommes qui seraient passés par la maçonnerie par opportunisme. Celle-ci ne fait que capter des notables dont la notoriété est ancienne même si, dans le cas des professions juridiques et des milieux d’affaires, elle a servi d’axe pour la cohabitation de générations et la rotation des élites urbaines. La loge, vu l’âge avancé de ses membres et d’après ces quelques remarques, est en somme bien plus un matelas confortable qu’un tremplin !

40D’ailleurs, les anomalies tendent à renforcer l’impression d’ensemble, notamment les cas de vieillissement spectaculaire du milieu des initiés. C’est le cas, de manière générale, au sein des orients petits et moyens où les couches sociales dynamiques sont moins nombreuses et où se renforcent les tendances endogènes autour des élites les plus prestigieuses et, sur un plan temporel, dans les loges impériales, surtout entre 1804 et 1808, moment où la concordance entre le fait maçonnique et la notabilité induit l’initiation d’hommes mûrs. Les loges de l’Eure, du Calvados et de la Manche ont ainsi des moyennes d’âge oscillant entre 38 et 44 ans. Mais même au XVIIIème siècle, la maçonnerie locale est souvent menée par des échevins d’âge mûr. Cela ne tient pas seulement au fait que l’on confie le maillet à des hommes qui, comme un Bernard Cléry à Fécamp ou un Fenestre à Caudebec, exercent la fonction d’échevins mais au fait que la culture même de la maçonnerie tend à valoriser l’âge comme facteur favorable pour une pratique et une connaissance bien assimilées puis leur perfectionnement. Ainsi, « la Fidélité » havraise, reconstituée en 1744, tient à signaler la présence du vieil échevin Jacques Lestorey de Boulongue et l’attribution du titre de Vénérable d’honneur à Ursin le Doyen, âgé de 65 ans, pour assurer le Grand Orient de la validité de ses travaux !

  • 35 Louis Desseaux est bientôt rejoint par l’un des héros de 1848 à Rouen : Deschamps.

41A contrario, on est frappé par quelques cas de jeunesse. Les deux loges rouennaises fondées en 1784 et 1786, « la Paix Ecossaise » et « la Parfaite Egalité », paraissent les plus intéressantes. Ici, la jeunesse des membres (32 ans en moyenne) contraste avec l’âge avancé des maçons des vieilles loges rouennaises puisque, pour « l’Ardente Amitié », la moyenne frise la quarantaine. On doit expliquer ce rajeunissement par l’arrivée de nouvelles couches culturelles au sein de la franc-maçonnerie à la fin du XVIIIème siècle. On retrouve d’ailleurs bien ce phénomène après la parenthèse impériale, où la notabilité de la maçonnerie a induit, à Rouen et au Havre, une élévation des moyennes d’âge de cinq ans, alors que les âges moyens des maçons des loges rouennaises, notamment celles fondées après 1820, montrent à nouveau une tendance nette au rajeunissement. Dans les deux loges les plus récentes, « la Persévérance Couronnée » et « la Sincère Amitié », la moyenne se situe entre 33 et 35 ans et les anciennes loges s’adaptent à ce comportement. On passe de deux moyennes de 38 ans aux « Arts Réunis » et au sein de « la Parfaite Egalité » à 32 et 36 ans. Il semble d’ailleurs que ce soit à ce moment, plus encore qu’après 1785, que la loge devient le refuge et un instrument de valorisation sociale et idéologique pour de jeunes citoyens friands d’assouvir un besoin de distinction en s’affiliant à une structure de sociabilité qui n’est pas en odeur de sainteté. Le destin d’un Louis Desseaux est des plus significatifs. Simple avocat libéral au moment de son initiation en 1822, Desseaux devient bâtonnier en 1837 mais surtout l’une des figures majeures de l’opposition libérale et républicaine à la Monarchie de Juillet. Elu membre du conseil général en 1848 et procureur général de la Cour, son engagement républicain est parallèle à une activité maçonnique longue et intense marquée par une grande sensibilité au problème social. Son action montre que, sous la Monarchie de Juillet, la maçonnerie entre de plain-pied dans les grands combats républicains et laïcs35... et cette évolution semble bien avoir connu ses prémices dès les années 1820-1825.

42A ce stade, on observera le silence s’agissant des orients bas-normands. Il est dû tout simplement au fait que l’on y observe pas les évolutions et phénomènes de rajeunissement décrits, l’âge moyen restant assez stable en permanence, autour de la quarantaine, et cela confirme bien une différence dans les comportements culturels.

  • 36 « Les Trois Haches » sont composés à 45 % de 30-40 ans et « la Parfaite Egalité » à 42 %.

43Pour finir, on doit également tenir compte d’une variable permettant d’échapper à l’écueil de la perception de la maçonnerie comme un tout immobile, dépourvu de capacité évolutive. La définition brutale d’un âge moyen présente en effet pour inconvénient d’abandonner l’aspect individuel des parcours et les variations possibles au sein d’un atelier. Ainsi, si les phénomènes de cohorte marqués par la domination de générations homogènes au sein d’une loge sont réels et peu surprenants, chaque atelier se caractérise également par un étalement assez important des « classes d’âge ». C’est ce que laissent à penser en tout cas les résultats obtenus pour Rouen et Le Havre où nous avons sélectionné deux loges, « la Parfaite Egalité » (Rouen) et « les Trois Haches » (Le Havre), en raison du fort potentiel humain offert. Dans les deux cas, près de la moitié du recrutement se situe dans une tranche d’âge de 10 ans : les deux loges sont ainsi composées presque pour moitié36 de la génération des 30-40 ans, soit la classe d’âge qui constitue le « noyau dur » des loges maçonniques et sert de pivot au renouvellement progressif des maçons. Mais celui-ci induit la cohabitation des générations au sein des deux loges et, à bien y regarder, il reste autour de la « génération-pivot » une large place pour des noyaux générationnels différents, notamment les plus jeunes. On compte ainsi une relève non négligeable de moins de 25 ans au sein des « Trois Haches » et de « la Parfaite Egalité ».

44Au bout du compte, le regard porté sur les âges d’adhésion est donc des plus déterminants. On peut dire sans hésiter que la loge n’est pas le moyen de faire une carrière, qu’il s’agit d’une forme de sociabilité s’adressant à des hommes mûrs, en pleine ascension sociale, constituant un lieu de passage possible, cependant jamais obligé, au cours de celle-ci. La mutation d’ensemble s’observe cependant après 1815, la loge voyant des figures variées se substituer au notable bien installé. Certains frères amorcent alors parfois en loge, à partir de 1815-1820, une carrière prometteuse. Mais cette évolution varie encore en fonction des espaces considérés et cela confirme les propos tenus au sujet des rythmes d’implantation. A une Basse-Normandie au milieu maçonnique plus homogène, caractérisée par une sociabilité conformiste et réservée exclusivement aux hommes mûrs et reconnus, s’oppose une Haute-Normandie au recrutement moins stable, épousant en quelque sorte les rythmes scandés par les aléas de la vie politique. La jeunesse de la maçonnerie rouennaise de 1815 à 1830 accompagne ainsi l’effervescence de la vie maçonnique locale, avec quatre loges actives, alors que la maçonnerie caennaise semble caractérisée par une stabilité remarquable de l’âge des initiés et une vie maçonnique moins troublée et moins intense, avec une seule loge active entre 1818 et 1826.

Maçons d’occasion et maçons de vocation (annexes p. 449-454)

  • 37 Nous avons considéré comme « étoile filante » les frères figurant moins de trois ans sur les tablea (...)

45« L’espérance de vie maçonnique » est une donnée fondamentale car, lorsqu’on signale l’appartenance de tel ou tel à la maçonnerie, il semble aller de soi que les individus concernés ont été influencés par l’acte d’adhésion. La loge maçonnique est presque toujours considérée comme véritable « espace public de réciprocité », et non comme un simple lieu de sociabilité. La prise en compte de l’assiduité des frères est donc un paramètre essentiel mais délicat dans la mesure où l’on se heurte à deux obstacles importants. D’une part, l’apparition d’un frère sur un tableau ne correspond pas, loin s’en faut, à la date de son initiation et on ignore assez souvent, notamment parmi les frères figurant sur les premiers tableaux d’une loge, le moment exact de l’agrégation. D’autre part, malgré l’obligation qui est faite d’envoyer les tableaux de loges, les lacunes importantes rendent peu sérieuse l’analyse de la présence des frères pour ce qui concerne un grand nombre d’ateliers. Nous avons donc limité notre enquête à quelques loges se caractérisant par une belle continuité dans les envois... en posant comme postulat que la présence sur un tableau de loge reste le signe tangible d’une activité maçonnique reconnue pour un frère dans un orient donné. Enfin, un obstacle majeur est posé par les ruptures de 1789 et de 1815 car elles entraînent une vague de désertion involontaire et de nombreux frères ont sans doute poursuivi des activités maçonniques clandestines. Malgré toutes ces limites, il est permis d’opérer une distinction entre des maçons d’occasion, des « étoiles filantes », pour lesquelles l’adhésion ne dépasse pas quelques années, parfois quelques mois, et des maçons de vocation composant le « noyau dur » de cette structure associative, ceux qui traversent parfois les événements révolutionnaires37.

  • 38 L’exemple de cette loge est des plus significatifs puisque 90 des 124 frères sont présents moins de (...)

46Les calculs mettent en évidence une grande quantité « d’étoiles filantes », un maçon sur deux ayant appartenu à cette catégorie. C’est une attitude très courante dans les grands orients, particulièrement au sein des loges les plus prestigieuses comme « la Parfaite Union »38 à Rouen ou « la Constante Amitié » à Caen à la fin de l’Ancien Régime. Dans cet orient, où les comparaisons sont possibles, les frères de cette loge nobiliaire sont beaucoup moins assidus que ceux « d’Union et Fraternité ». On voit ici la fragilité de l’engagement maçonnique parmi les élites pour lesquelles l’adhésion à la maçonnerie, très exigeante en terme de temps et d’investissement personnel, est un moyen éphémère de montrer son appartenance au monde des notables. La superficialité de nombreuses adhésions n’est cependant pas un phénomène exclusivement réservé aux élites : il touche parfois des loges modestes comme « la Parfaite Harmonie » (Rouen), preuve d’une reproduction des attitudes mentales des grands par la petite bourgeoisie.

47En revanche, les résultats observés au Havre, pour les loges bourgeoises de Caen et à Gournay-en-Bray tempèrent cette vision peu reluisante de l’investissement des frères : ici, les maçons de passage sont minoritaires. L’ancienneté de l’implantation maçonnique, juxtaposée à la capacité de certaines loges à maintenir un noyau d’anciens au moment de la réorganisation des années 1774-1778, semble avoir servi favorablement les ateliers havrais et la loge bourgeoise caennaise « Union et Fraternité ». Cette loge est en effet l’émanation d’une des plus anciennes fondations caennaises (1765) et c’est elle qui montre, à Caen, la vie maçonnique la plus intense. Ses activités sont ininterrompues de 1773 à 1792, date à laquelle la loge fonctionne encore avec un effectif de trente membres. Il est peu étonnant que la moitié des frères aient fréquenté la loge plus de sept ans, quelques frères maçonnant de la fondation à l’extinction de celle-ci. Le comportement des frères de Gournay n’est assurément pas dû à la spécificité d’une vie maçonnique ancienne ou régulière mais au fait que la maçonnerie des villes moyennes tend à fidéliser plus solidement ses affiliés.

48Sous l’Empire, les grandes tendances restent les mêmes, Rouen se distinguant par un volant important de « maçons d’occasion » surtout dans ses loges les plus prestigieuses. La brillante loge des « Cœurs Unis » à Dieppe montre les mêmes inclinations. En revanche, l’attitude de la maçonnerie havraise et des villes moyennes, comme l’Aigle et Falaise, confirment le phénomène d’agrégation plus profonde dans les orients de vieille tradition maçonnique et dans les orients moyens. C’est en 1815 qu’une évolution intéressante se manifeste : elle s’affirme à l’intérieur des centres modestes, comme Elbeuf, Pont-de-l’Arche et Darnétal, qui tendent à se conformer aux comportements des ateliers des grands centres en raison d’une conjoncture politique difficile. La loge elbeuvienne a ainsi été foudroyée en 1813 puis, après la reprise de son activité en 1822, fortement gênée dans son évolution jusqu’en 1830. En tout état de cause, une réalité s’impose : beaucoup de maçons n’ont fait « qu’entrevoir la lumière » !

  • 39 Les principaux animateurs de la loge sont Jean-André Signard et Jean-Jacques Duperrey.
  • 40 Les plus actifs sont l'orfèvre Jacques Boizerard de Boislambert et le négociant Pierre-Louis Samuel (...)
  • 41 C’est particulièrement le cas à Dieppe où la loge est aux mains des représentants de la juridiction (...)

49L’autre trait significatif est le dimorphisme des comportements sociaux : il apparaît avec la mise en évidence de trois catégories parmi le « noyau dur ». Il s’agit du monde du négoce, de la bourgeoisie robine, avec une prédilection pour le barreau, et d’une « nébuleuse d’intellectuels ». Globalement, on constate donc sans surprise que la composition du « noyau dur » reflète les caractéristiques sociologiques mises en évidence pour l’ensemble de la société maçonnique. Les frères qui maîtrisent les travaux maçonniques sur la durée sont, dans les orients majeurs de Basse-Normandie, plus fortunés que dans les ateliers des cités séquaniennes. Grands banquiers39 et négociants protestants40 constituent les meneurs « d’Union et Fraternité » à Caen entre 1774 et 1792. Ils sont aidés par quelques officiers royaux importants comme le directeur de la monnaie Gabriel Decussy ou quelques nobles de renom (Adam La Pommeraye) et les « noyaux durs » des loges dieppoise et cherbourgeoise présentent un aspect identique car c’est le monde du grand commerce qui prédomine41.

  • 42 C’est le cas du visiteur de la douane Jean Burgain.
  • 43 C’est le cas de deux médecins (Pierre Planchon et Henri Potier-Glatigny) et de deux apothicaires (F (...)
  • 44 Gabriel Dornay et Scanegatty ont intégré « la Parfaite Union » assez tardivement et en même temps e (...)

50Celui des ateliers de Rouen et du Havre présente en revanche un aspect plus démocratique. On voit au Havre les plus fidèles maçons parmi des négociants aisés et parfois anoblis (Jacques Ferry de la Fraye) mais aussi parmi quelques titulaires d’offices de rang modeste42 et un fort noyau de gens de santé43 sans grand renom. La profondeur de l’engagement de cette « middle class » robine, qui contraste avec la faiblesse de celui des couches élitistes, apparaît de manière encore plus prégnante à Rouen. Les frères qui tiennent la boutique sont de modestes huissiers, comme le frère Fabulet, des marchands sans fortune comme un François Hareng ou de modestes boutiquiers, comme le dominotier Charles Savouray. Ce sont là les hommes qui dirigent ou traversent toute l’histoire de « la Parfaite Harmonie » tandis que les loges fondées entre 1784 et 1786 ont confié leur destinée à de modestes chirurgiens. Même au sein des loges prestigieuses, l’assiduité des rares frères issus de la petite bourgeoisie, comme l’orfèvre François Cahard ou le marchand Vincent Rochet, contraste avec le faible engagement de négociants anoblis (Le Couteulx de Verclives), et des « étoiles » de l’Académie (le physicien Scanegatty ou le procureur Dornay44).

51Sous l’Empire, les attitudes se reproduisent, négociants et avocats constituant toujours les principales composantes du « noyau dur » rouennais. Pendant ce temps, les plus grands des notables font souvent des apparitions éphémères. Le préfet Jacques Beugnot est ainsi affilié librement, en 1804, au sein de « l’Ardente Amitié » sans doute pour s’informer de la bonne santé morale de ses frères. Au Havre, ce sont des hommes de loi peu célèbres qui assurent une activité maçonnique longue et continue auprès de quelques commis de comptes et capitaines de vaisseaux.

  • 45 On y trouve de grands négociants (Charles Azire), des titulaires de la Légion d’honneur (Colombel, (...)

52Quant aux orients moyens ou modestes (Falaise et L’Aigle), ils montrent un comportement différent encore, les noyaux durs étant formés par des milieux soit totalement homogènes et sociologiquement rattachés à la bourgeoisie moyenne (les négociants d’épingles à l’Aigle), soit profondément diversifiés mais plus prestigieux comme à Falaise45. Si la maçonnerie trouve ses plus fidèles affidés au sein de la couche supérieure des « classes moyennes » dans les grandes villes, le schéma est bien plus complexe dans les orients uniques où la prise en main par un milieu spécifique (l’Aigle, Bellême) ou les phénomènes d’éclatement total (Falaise) sont rendus aisés en raison du moindre potentiel démographique et de la souplesse de la structure. Néanmoins, en dehors des faubourgs de Rouen (Darnétal), le monde de la petite ville de province laisse toujours moins de chance aux couches démocratiques que la franc-maçonnerie des grandes cités.

  • 46 Au sujet de Victor Grandin, voir : P. Largesse, « Victor Grandin (1797-1849), un manufacturier dépu (...)
  • 47 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701 (dossier 1).

53Car, dans celles-ci, une nette démocratisation du « noyau dur » émerge après 1815. Dans les loges rouennaises, un groupe de commerçants de condition moyenne remplace les Le Couteulx, Lézurier et autres Hardouin sous l’Ancien Régime, ou les Guttinguer et les Tamelier qui représentaient la permanence d’une attraction importante de cette forme de sociabilité sur le monde du grand négoce sous le Premier Empire. Les loges voisines de Darnétal et d’Elbeuf, malgré quelques personnalités illustres, mais souvent engagés de façon éphémère (Victor Grandin à Elbeuf46), confient également les commandes des ateliers à de modestes commerçants. A Elbeuf, c’est un restaurateur (Michel Macé), un cafetier (Armand Nicolas), quelques fabricants situés loin du patriciat urbain (Charles Fouré, Pierre Gancel ou Auguste Malteau) et un huissier (Jean-Baptiste Lerat), véritable âme de la loge entre 1813 et 1822, qui dirigent la vie maçonnique locale alors que négociants et filateurs préfèrent investir « le Cercle des commerçants ». A Darnétal, un simple parfumeur, Pierre Homo, et deux cafetiers remuants, les Le Dran, conduisent les destinées de la loge. On remarque avec intérêt qu’à Dieppe, « l’Espérance Couronnée », loge dirigée par des petits commerçants, se substitue à la prestigieuse loge des « Cœurs Unis », le fait inquiétant quelque peu les autorités préfectorales47.

  • 48 Sous le Premier Empire, la famille Daigremont fournit à Caen son premier magistrat : Jean-Baptiste (...)
  • 49 Les frères Avoyne de Chantereyne sont les plus grands notables cherbourgeois après la Révolution fr (...)
  • 50 Marie-Charles de Latour-Maubourg fut chargé de réorganiser la garde nationale sous l'Empire et c'es (...)
  • 51 Laurent-Thomas Desmortreux et Germain Dubosq sont parmi les fidèles de l'Empereur dans le Calvados. (...)
  • 52 Jacques Mercier, maire d'Alençon lié à la célèbre dynastie Le Couteulx à partir de 1808, poursuit é (...)

54Si la prise en compte des « noyaux durs » confirme l’existence d’un « cœur négociant et robin » au sein de la maçonnerie normande, elle contribue aussi à remettre en évidence la dichotomie entre « pays de l’ouest » et Haute-Normandie. Dès le XVIIIème, nous avions signalé l’incapacité des loges caennaises, cherbourgeoise et alençonnaise à s’ouvrir au monde plus modeste de l’artisanat urbain et de la « basoche », et la connaissance du personnel dirigeant des loges tend à renforcer le caractère sélectif de ces orients. Dès le XVIIIème siècle, la maçonnerie caennaise est ainsi contrôlée par de grands banquiers (Signard, Duperrey), des nobles (les Revel, Adam La Pommeraye) et cela la différencie de la maçonnerie rouennaise où la fidélisation touche des catégories moins prestigieuses. Néanmoins, c’est sous le Premier Empire puis la Restauration que les comportements se séparent nettement. En effet, si les grands notables n’ont adhéré que d’assez loin à la maçonnerie à Rouen et au Havre, ils ont formé le noyau le plus fidèle de la maçonnerie bas-normande. Jean-Louis Daigremont père48 dirige les travaux de « Thémis » tandis qu’à Cherbourg, les Avoyne de Chantereyne49 forment l’ossature de la loge. Ils assurent le lien de la maçonnerie cherbourgeoise avec les Caennais alors que la pratique des hauts grades est l’affaire d’illustres familles comme les Latour-Maubourg50. Le choix des députés des loges est particulièrement révélateur. Ce sont Laurent-Thomas Desmortreux et Germain Dubosq51, peu suspects de sentiments anti-bonapartistes, qui figurent parmi les plus grands notables du régime. A Alençon, la maçonnerie est ouvertement une affaire de notables et de grands commis de l’Etat : le maillet est confié au préfet Victor de La Magdelaine et l’on compte au rang des maçons les plus assidus, Jacques Mercier52, maire de la ville sous l’Empire et l’une des plus grosses fortunes d’Alençon. L’Orne, où fonctionne magnifiquement la filière préfectorale, voit se généraliser l’attraction sur les « masses de granite ». La Restauration modifie assez peu la donne, sauf à Alençon où l’absence de ralliement du préfet La Magdelaine a contribué à ternir le lustre de la loge... mais ailleurs, la maçonnerie continue à capter les maires des grandes villes, Nicolas Collart à Cherbourg et Pierre Le Mengnonnet à Granville et, dans leur sillage, les citoyens les plus fortunés. Le contraste est donc grand avec les loges havraises et rouennaises. Dans ce schéma d’ensemble qui différencie nettement les comportements sociaux en Seine-Inférieure de ceux inhérents aux trois départements bas-normands, les orients de l’Eure tendent à se polariser équitablement entre la conformité au schéma rouennais (Louviers, Bernay) et le maintien d’une fidélisation aux grands notables (Evreux et Pont-de-l’Arche). Ainsi, nous voyons bien, à travers la prise en compte des cellules directrices des loges locales, la confirmation de deux modèles maçonniques et la précision des limites de la frontière.

55La dissection des comportements permet alors d’avancer quatre conclusions. Premièrement, on ne peut dresser vraiment un profil type du maçon tant la souplesse de la structure propose des situations variées. Le fractionnement apparu entre « étoiles filantes » et « noyau dur » est en soi suffisant à anéantir une telle possibilité : comment considérer en effet sur un pied d’égalité, en raison de leur qualité commune, l’engagement profond du préfet La Magdelaine et le « passage éclair » du préfet Beugnot ? De même qu’il n’existe pas une mais des maçonneries, il n’existe pas de comportement unique en maçonnerie.

56Deuxièmement, sans contredire cela, il existe bien un « noyau dur » qui se caractérise, au fil du temps, par un resserrement social autour des mondes du commerce et de la robe. La connaissance de ce noyau dur contribue à montrer comment, après la reprise en main de l’ordre par les élites locales, les classes moyennes s’affirment dans la dynamique de diffusion de l’ordre. A partir de ces données qualitatives, la « position reflet » s’affirme un peu plus car il est évident que cette remarque pose le problème de la mobilité sociale dans un pays en cours de transformation. On voit ainsi un professionnel de rang modeste, comme l’est le chirurgien Pierre Amiel à Caen, être affilié à toutes les loges locales et diriger les travaux de l’une d’entre elle à la fin du XVIIIème siècle, puis reconstruire la maçonnerie locale sous le Consulat. Cela lui permet de diriger la plus prestigieuse des loges : « la Constante Amitié ». Ainsi se dessine un milieu spécifique qui fait que l’on est maçon avant toute autre activité. En dehors de l’accomplissement de leur tâche professionnelle, des hommes, comme Pierre Amiel, ont consacré leur vie à la maçonnerie et à sa diffusion. On est donc Maçon de même que l’on est Académicien mais, si les réseaux s’entrecroisent, on est rarement les deux avec assiduité.

57Troisièmement, l’identité des « noyaux durs » confirme l’existence d’une frontière socioculturelle existant entre les grands centres dynamiques haut-normands, assez diversifiés dans leur recrutement, et les espaces périphériques notamment les pays de l’ouest où les élites n’ont jamais vu leur mainmise sur la maçonnerie réellement remise en cause.

  • 53 J. -P. Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXème siècle, p. 263-267.

58Enfin, et c’est à notre sens l’enseignement le plus novateur introduit par l’analyse de ces données, se confirme l’existence d’un moment de mutation essentielle à Rouen et dans les orients proches que la maçonnerie rouennaise irrigue dans les années 1815-1830. Les frères y sont franchement plus jeunes que précédemment et les carrières moins affirmées. En dehors du monde du barreau, assez prestigieux mais politiquement en rébellion ouverte contre le pouvoir en place, la maçonnerie passe aux mains de commerçants et de petits fabricants. Jean-Pierre Chaline y a vu justement la trace d’une forme d’opposition à la politique religieuse mise en place53 et on peut ajouter qu’il s’agit aussi d’un des éléments d’une culture d’opposition marquée par le sceau du libéralisme. En regardant les loges être investies par les figures de proue de cette culture politique libérale naissante s’affirme l’idéologie de la Jeune France Libérale qui rappelle l’atmosphère politique décrite par le jeune Flaubert. C’est bien là la preuve que l’élan politique de 1789 a profondément transformé la structure maçonnique comme l’ensemble de la société.

3. les reseaux d’integration

  • 54 A ce sujet voir : Aux sources de la puissance. Sociabilité et parenté, Rouen, P.U.Rouen, 1989.
  • 55 Sous la direction de J. -F. Sirinelli et J. -P. Rioux, Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, (...)
  • 56 A ce sujet, pour la formation des générations, voir notamment : J.-F. Sirinelli, Génération intelle (...)

59L’apparition des figures maçonniques, « étoiles filantes » ou « maçons de vocation », soulève implicitement la question de la rencontre des destinées individuelles et de la formation des canaux du recrutement interne. On sait que cette étude, bien impulsée par les nombreux travaux sur le poids des relations familiales dans les espaces de sociabilité qui recourent fréquemment à la nomenclature de la parenté54, est aujourd’hui largement renouvelée par les chantiers engagés dans le domaine de l’histoire culturelle55. De l’archéologie à la recomposition des réseaux par le biais desquels émerge une génération unie56, nombre d’études éclairent d’un jour nouveau la connaissance des comportements culturels des hommes qui peuplent les espaces de sociabilité. Appliquer ces perspectives à l’histoire des sociétés maçonniques devenait donc indispensable pour comprendre comment, à partir d’un noyau initiateur, se construisait un véritable réseau de recrutement apte à typer sociologiquement et culturellement chaque espace de sociabilité, proposant ainsi une réflexion portant sur le pouvoir de transformation de ces sociétés.

Une affaire familiale

  • 57 Nous avons relevé 524 frères unis par des liens fraternels et seulement 214 par des liens père-fils

60L’importance de la relation sociale dans le recrutement des ateliers maçonniques apparaît à la lecture des tableaux mettant en évidence le lien nucléaire, filiations ou fratries. L’analyse d’ensemble fait cependant apparaître la primauté des fratries sur les relations père-fils57 ce phénomène étant général. Dans les orients majeurs, le poids de la relation familiale assure de 12 à 15 % du recrutement et, dans les petites et moyennes cités, on note une élévation du pourcentage : 20 % au sein des loges de Louviers, Pont-Audemer et Pont de l’Arche, et près de 30 % à Gournay ou à Valognes.

61Les éléments explicatifs foisonnent. On est bien sûr tenté de le justifier par les règlements mis en place qui autorisent l’entrée des fils dès 18 ans, au lieu des 21 ans exigés pour ceux qui n’ont pas un père maçon. Mais on sait que les points de règlement entérinent souvent un état de fait et tendent à se calquer sur des comportements culturels dominants au sein d’un groupe. Par ailleurs, le règlement ne prévoit rien au sujet des fratries qui constituent 72 % des liens familiaux en loge.

62Cette tendance à l’endogamie familiale provient en fait des incidences mentales liées au recrutement des loges, comme le montrent les attitudes fort différenciées des groupes sociaux. En effet, le phénomène familial est surtout l’apanage des gens de négoce et de la noblesse initiée.

  • 58 Avec 17 fratries, la loge « la Parfaite Egalité » établit une sorte de record.
  • 59 C’est le cas dans cette ville de la célèbre famille Lamy qui fournit trois frères à la loge « Union (...)

63A eux seuls, les négociants rassemblent près de la moitié (41 %) des relations nucléaires globales, le phénomène atteignant son apogée à Rouen où les négociants fournissent les trois-quarts (76 %) de ces relations58. Dans les orients de l’ouest, les négociants ne fournissent que 25 % des liens, même si les orients de Caen59, de Granville et surtout de l’Aigle montrent une sensibilité comparable.

64Mais la noblesse remplace le négoce de manière spectaculaire comme entité socioculturelle structurant le poids des familles dans ces contrées. « L’Union Militaire » (Valognes) et les « Cœurs Zélés » (Alençon) atteignent des maxima avec 33 et 25 % des membres d’une loge unis par ce lien.

65On constate que les formes de sociabilité, l’une aristocratique et l’autre négociante, fonctionnent autour de comportements communs ce qui montre la reproduction des relations culturelles organisées par la noblesse par les gens de négoce, le fait étant amplifié par deux phénomènes moins apparents.

  • 60 Pour le XVIIIème siècle, nous avons noté les Duhamel qui installent la loge locale puis fournissent (...)

66Le premier recouvre le rôle joué par les fratries dans la formalisation et la vitalité des loges. Celui-ci émerge dans le passage de l’informel au formel : neuf loges au moins doivent leur création puis le maintien de leur activité à des frères ou des pères efficacement épaulés par leur fils60.

67Le second est mis en évidence par la prise en compte des liens au niveau de la famille élargie. Un travail immense pourrait être consacré à cette passionnante question et nous nous contenterons de quelques plans rapprochés concernant des orients moyens (Dieppe, Cherbourg et Alençon) où la teneur des relations, pour une population de 200 maçons, n’est pas dissoute par les effets de masse.

68A Cherbourg, « la Fidèle Maçonne » voit apparaître, dès ses origines, deux familles patriciennes (les Caubisson La Tourelle et les Couey Dulongprey) renforcées après la Révolution française par les Avoyne de Chantereyne. Or, les représentants de ces trois grandes maisons, qui constituent l’ossature du négoce maçonnique local, sont unis par des liens de parenté issus de stratégies matrimoniales usuelles parmi les familles négociantes. Les frères Avoyne sont les enfants de Gilles-Pierre Avoyne, échevin et fondateur de l’Académie, et époux de Madeleine Couey, représentante de cette illustre famille présente dans la loge. Quant à François Avoyne de Chantereyne, il a épousé Emilie Caubisson la Tourelle. Cousins, beaux-frères et oncles rejouent les jeux des liens familiaux perçus au sein de la loge pionnière de Caen.

69A Dieppe, la structure de la loge est peu différente mais on retrouve de pareilles relations. Les Couey et Avoyne se nomment ici Hamel et Flouest. Jacques Flouest, dont le frère Louis est également maçon, est le gendre de Charles Hamel, juge-consul et figure représentative, par sa fortune (évaluée en revenus à 6 000 francs en 1803), des armateurs dieppois dont beaucoup sont initiés à la maçonnerie (Valéry Bretels, Tranquille Quenouille). Dans la relation qu’il noue avec son gendre, ce dernier joue alors le rôle de « caissier » de la prospère affaire familiale et les deux hommes demeurent rue d’Ecosse où se trouve le local de la loge.

  • 61 L. Duval, L'imprimerie à Alençon et dans le diocèse de Sées, Revue Normande et Percheronne, Alençon (...)
  • 62 Louis Dubois est rédacteur et propriétaire dudit journal.

70Dans les deux cas, ce sont donc les stratégies matrimoniales et les pratiques endogènes du milieu négociant qui permettent l’entrée de la famille élargie et parfois sa mainmise sur une loge. Ce fait n’est toutefois pas l’exclusivité des négociants. Le milieu des imprimeurs alençonnais fournit également une illustration des relations familiales développées en loge et confirme le poids des relations sociales que celles-ci induit61. L’histoire de la maçonnerie alençonnaise voit la famille Malassis, et surtout le bouillant Jean-Zacharie, exercer un rôle de premier ordre. Intervenu dans la querelle parlementaire de 1771 en soutenant le Parlement breton, Jean-Zacharie Malassis a déjà fréquenté deux mois la Bastille quand il intègre la loge « Saint-Christophe ». Toujours prompt à adopter une démarche quelque peu abrasive, il se sépare de ses frères pour fonder, dans l’ambiance peu fraternelle que nous avons décrite, le nouvel atelier « les Emules d’Oreste et de Pylade ». Au sein de « Saint Christophe », il a cependant pu fraterniser avec le procureur Bourdon Desplanches et avec le négociant Paul Clouet, ses cousins germains et beau-frère. Mais les affaires de famille n’en restent pas là car, lorqu’après la tourmente révolutionnaire Jean Zacharie retourne assidûment aux tenues de « la Fidélité », on voit se retisser autour de lui un réseau où le relationnel se mêle au familial. Editeur du Journal de l’Orne, il collabore alors avec les plus zélés bonapartistes de la ville notamment le préfet, le baron de La Magdelaine, et surtout Louis Dubois, qu’il retrouve donc à la fois en loge et au journal62, avec quelques membres de la galaxie familiale comme l’ancien vicaire épiscopal jureur Jean-Louis Malassis et son cousin Marie-Joseph Malassis-Cussonnnière avec lequel il s’associe en 1809.

  • 63 M. Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d'affaires français et l'Espagne vers 1780-180 (...)
  • 64 Héros de la campagne italienne, Cavallier est lui aussi l'une des fortunes les plus considérables d (...)
  • 65 Le Couteulx de la Noraye fut membre de la célèbre loge des « Amis Réunis » (Paris) de 1782 à 1790 : (...)

71Au paroxysme de cet investissement familial apparaissent d’ailleurs des liens transversaux qui ignorent la barrière des orients voire des ans. L’exemple le plus édifiant, parce qu’il montre la capacité de ses réseaux culturels à se reconstruire après le Consulat, est sans doute la mise en évidence des liens maçonniques et familiaux unissant les Le Couteulx et les Mercier. On ne présente plus la famille Le Couteulx dont la personnalité la plus célèbre est celle du régent de la Banque de France, Jean-Barthélémy Le Couteulx de Canteleu, l’une des figures de proue du personnel politique et financier sous le Directoire et le Consulat63 et dont on ne sait à ce jour s’il fut ou non maçon. En revanche, il est plus utile de s’attarder sur Jacques Mercier, maire bonapartiste d’Alençon à partir de 1808. Fils d’un fabricant de point cossu, Thomas Mercier, Jacques est à partir de 1808 un maire fortuné, anobli. Il est aussi l’un des plus fidèles de l’Empereur avec le colonel de gendarmerie Jacques Cavalier64 et le préfet La Magdelaine qu’il côtoie au sein des cercles cultivés de la bibliothèque d’Alençon et lors des tenues de la loge « la Fidélité ». Or, la pratique maçonnique de Mercier prolonge une tradition familiale bien établie. En effet, il a épousé, en frimaire an VII, la fille du banquier Le Couteulx de La Noraye65, la belle lui apportant au passage 7 500 francs de dot et 100 000 francs de capitaux et une place intéressante de correspondant de la banque auprès de Le Couteulx de Canteleu.

  • 66 Jean-Louis Le Couteulx de la Noraye, Jacques-Jean Le Couteulx du Molay et Barthélémy-Gabriel Le Cou (...)

72On sait que les Le Couteulx ont compté parmi les familles maçonniques les plus importantes puisqu’ils fournirent au moins cinq membres à l’ordre66, à Paris et à Rouen, à la fin du XVIIIème siècle.

Quartier et affaires

73Outre le rapport familial, la lecture des tableaux de loge induit, par la proximité géographique que la mention des adresses invite à accepter, une imbrication avec les relations professionnelles et le zonage socio-économique de la cité. On peut l’entrevoir à deux niveaux. Au niveau global, la cartographie de la société maçonnique dans l’espace rouennais conduit à montrer l’hyperconcentration de l’habitat dans les quartiers les plus huppés, au centre et à l’ouest de la ville.

Répartition des francs-maçons rouennais dans la cité au XVIIIème siècle.

Répartition des francs-maçons rouennais dans la cité au XVIIIème siècle.

Un point par individu.

  • 67 A Caen et à Rouen, la partition est tout aussi évidente. A Caen, le poids des banquiers et négocian (...)

74A l’échelle des affidés d’une loge, l’exemple havrais montre à quel point, dans une ville séparée opportunément en autant de quartiers que de loges, chaque entité tend à définir une aire de recrutement bien différenciée. On voit ainsi les frères de « la Fidélité », la loge la plus élitiste, se regrouper dans les rues du quartier Notre-Dame alors que les frères de « l’Aménité » habitent plutôt Saint-François, : une séparation spatiale des initiés existe donc bien, même dans une ville très resserrée67.

75L’hypothèse d’un lien professionnel est lancée et celui-ci est également suggéré par les qualités civiles mentionnées au sein d’une loge. Celles-ci traduisent parfois directement le monopole exercé par une catégorie sur celle-ci. Néanmoins, si la simple lecture des tableaux de loge constitue une indication et une piste évidente, la teneur précise des rapports professionnels entre les maçons n’est rendu possible qu’à travers la démarche prosopographique. Trois catégories parmi les plus représentatives du milieu maçonnique, les bourgeoisies négociante, administrative et à talent, ont ainsi été l’objet d’investigations.

76C’est incontestablement le monde du négoce maçonnique qui, à la fin du XVIIIème siècle, est celui qui montre les liens professionnels les plus serrés dans les grands centres urbains.

77A Rouen, on voit vite apparaître la communauté d’activité, d’intérêt et de culture parmi nombre de négociants passés par la franc-maçonnerie. Ainsi, si John Holker n’est pas maçon, les manufacturiers les plus innovateurs semblent avoir été particulièrement attirés par l’initiation : on trouve le directeur de la manufacture de porcelaine Delametterie aux « Bons Amis », le britannique William Sturgeon, fabricant de porcelaine, et les frères Bournisien et Debourge, associés au sein de l’active filature de coton du faubourg Saint-Sever, parmi les membres de la « Parfaite Union » et les frères Defontenay, qui aspirent à l’anoblissement, dans l’aristocratique « Céleste Amitié ». Alexandre, le technicien de la famille, y retrouve Hurard qui est connu pour sa sensibilité au vent d’innovation venu d’Angleterre : il est envoyé par la juridiction consulaire avec le frère Eléonor Rabasse à Londres pour dresser un état des lieux en vue des progrès à accomplir. Nombre de ces négociants maçons sont ainsi liés par une culture commune mais surtout par leurs affaires : les négociants anglais de la rue Grand Pont Martin et Akerman, associés dans la même affaire, sont maçons à « la Parfaite Union », alors que Louis Clavel et Jean Mathéus, également associés, dirigent « l’Ardente Amitié » tandis que les filateurs François Lanel et Jean-Charles Asselin sont membres de « la Céleste Amitié ».

  • 68 On le voit notamment par l’attitude commune de nombre de maçons havrais lors du développement des c (...)

78Au Havre, le dynamisme du grand commerce colonial et la prospérité de la traite négrière facilitent le phénomène d’adhésion par vagues touchant des frères liés par leurs affaires68 et la confrontation des liens commerciaux avec les carrières maçonniques illustrent remarquablement les phénomènes évoqués.

  • 69 P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIème siècle, Rouen, Société (...)

79L’exemple de l’attitude des membres de la compagnie Bézier et Compagnie est particulièrement révélateur. Voici donc une société réunissant quatre actionnaires principaux : l’Irlandais Corneille Donovan, les Ecossais Thomas Collow et Jacques Carmichael et le Hollandais Jean Bézier. C’est ce dernier qui figure le premier parmi les membres de cette loge, en 1777, et son adhésion induit dans les années qui suivent l’arrivée de ses associés : Corneille Donovan, en 1782, et Thomas Collow, en 1795. Quant au quatrième homme, Carmichael, il est initié aux « Bons Amis » à Rouen ce qui montre également la place occupée par la maçonnerie comme espace de réception et de resserrement des liens parmi ce milieu. Collow, Carmichaël et compagnie sont en effet liés avec Vulgis-Dujardin et Taillet, ce dernier étant également maçon à Rouen. C’est le frère Jean-Baptiste Allègre qui assure le lien entre tous ces négociants de haut vol puisqu’il est mandaté par les deux rouennais comme commis auprès de la société havraise69. Mais, l’imbrication professionnelle ne s’arrête pas à quelques associations.

  • 70 ADSM, série E, sous-série 2E : 2E 70 : les inventaires après décès (1800-1830) montrent à l’évidenc (...)
  • 71 A ce sujet : E. Saunier, « Les négriers et la franc-maçonnerie. Les pratiques culturelles dans un p (...)

80C’est en effet tout le négoce local qui recrute progressivement au sein de « la Fidélité ». Dès 1774, la maison Eyriès (celle de La Ciotat) est présente en loge... puis, à partir de 1777, « la Fidélité » devient la loge de ceux qui prospèrent en tirant bénéfice du commerce colonial, et parfois des profits liés à l’exploitation du « bois d’ébène ». Les frères Gerson et Eliezer Homberg, puis Jean-Christophe Rohner, Antoine Smuck et Pierre-Nicolas Guérard entre 1777 et 1782, Pierre Faubuisson, Allègre, Marie-Charles Lemesle, Jean-Louis Oursel, Jacques Rialle et Thomas Collow entre 1783 et 1795, la présence de tous ses frères liés par leurs affaires70 montre bien que l’affiliation maçonnique est un moyen commode de trouver un support relationnel efficace, lors des voyages, permettant de structurer une sorte de « République des négociants » unie par cette pratique et laissant un espace non négligeable aux négriers71. En tout cas, l’adhésion initiale d’un membre rend enclin l’ensemble d’un groupe professionnel à entrer en masse dans cet espace de sociabilité.

  • 72 Il s'agit des frères dont les noms suivent : Jean-Pierre Blanquet et Pierre-Guillaume Lebaron (ex-p (...)

81A Dieppe, la juridiction consulaire semble avoir joué le rôle exercé au Havre par le milieu négociant lié aux intérêts coloniaux : elle permet en effet de recruter l’essentiel du personnel stable des « Cœurs Unis », une loge où les nombreux rentiers et officiers issus de la noblesse ne font que passer. En effet, on compte parmi les frères figurant sur le premier tableau de la loge reconstituée en 1783, huit membres de la juridiction consulaire72. La renaissance de la loge en 1807 permet à ce milieu initial de reprendre un rôle essentiel puisqu’on trouve, parmi les frères, sept membres de la chambre de commerce.

  • 73 Le directeur de la manufacture des Glaces, Guillaume Dupuis de Saint-Julien, est élu au Grand Chapi (...)
  • 74 Au moment où va éclater la Révolution française, Dumouriez en est le commandant. S'il n’est pas maç (...)

82A Cherbourg, les travaux de la rade remplace le rôle joué par la traite au Havre, le négoce cotonnier à Rouen ou l’armement à Dieppe. A partir de 1783, le cercle d’entrepreneurs qui émerge autour de la rénovation de la rade est lié à la fois par les affaires et la pratique maçonnique, « la Fidèle Maçonne » venant d’être installée (1782). Même si cet atelier doit beaucoup de son dynamisme initial au milieu lié à la manufacture des glaces, notamment à Guillaume Dupuy de Saint-Julien73 et au chimiste Philippe Holzweigger qui figurent parmi les premiers initiés par les officiers du régiment de Waldner, la prise du maillet par Jean-François Caubisson est le moment où l’entrée progressive des entrepreneurs cherbourgeois va s’affirmer comme un fait majeur : Jacques Hildevert de Chaumontel, Pascal Mignot, André Boulabert et Jean-Jacques Maurin, l’inspecteur Pierre Le Carpentier de Montaigu puis l’ingénieur des Fougères de Villandry sont initiés successivement. A côté de ce milieu restreint, la milice bourgeoise constitue un second pôle de recrutement même si le lien originel s’écarte du rapport professionnel stricto sensu74.

  • 75 Les 152 frères viennent de Rouen (51), Caen (45), Bayeux (16), Pont-Audemer (12), Le Havre (5), Fal (...)

83La bourgeoisie robine connaît le même principe d’aspiration à partir d’un milieu initial uni professionnellement et par là-même par une culture commune. C’est la Faculté de droit de Caen qui semble avoir servi de ciment autour d’une culture juridique unissant des maçons dont nous avons vu qu’ils choisissent majoritairement la profession d’avocat. Au total, plus de 150 frères venus de 22 orients75 se sont assis, dans leur jeunesse, sur les bancs de la Faculté et cela donne naissance à un réseau relationnel dans lequel la pratique maçonnique joue son rôle.

Le passage d’une génération : la faculté de Droit de Caen à la fin du XVIIIème siècle.

Le passage d’une génération : la faculté de Droit de Caen à la fin du XVIIIème siècle.

84Sans brandir l’étendard de l’internationale avocassière toujours prompte à comploter, gageons que ces hommes se sont sentis unis par un lien culturel, assez comparable, bien que situé dans un autre registre, au lien économique qui peut unir les gens du négoce. D’autre part, au sein de la faculté, ces hommes sont entrés en contact avec une noblesse parlementaire (25 inscrits de 1765 à 1789) avec laquelle ils partagent un goût et une formation commune qui donneront parfois naissance à des liens de solidarité durant la Révolution française. On retrouve donc à ce niveau un facteur relationnel unifiant deux catégories maçonniques même si les comportements dans les loges s’avèrent assez complexes. En effet, à Rouen, les nobles des Cours Souveraines intègrent « la Parfaite Union », « la Céleste Amitié » ou son annexe pavillaise (« Raoul »), soit des loges où ces gens-là montrent plus leur inclination vers la promiscuité avec les grands négociants proches de l’anoblissement qu’avec les petits robins. Majoritairement aux « Bons Amis » et surtout à « l’Ardente Amitié », ceux-ci entretiennent des rapports assez conflictuels avec les loges nobiliaires. Nous avons parlé des avatars survenus aux frères de « l’Ardente Amitié » et, si « les Bons Amis » voient cohabiter la noblesse parlementaire avec la roture qui travaille dans son sillage, il faut remarquer que la demande originelle provient de celle-ci et non des privilégiés.

85Avec la stabilisation impériale, le remplacement du serviteur du roi par celui de la République et de l’empereur ne change guère les comportements. C’est sans conteste l’exemple de la maçonnerie alençonnaise, totalement inféodée au pouvoir en place, qui illustre le mieux la pérennité des pratiques. Reconstituée autour d’un seul atelier, « la Fidélité », la franc-maçonnerie ornaise est contrôlée et dirigée par le préfet Joseph-Victor La Magdelaine, qui fut vénérable de 1803 à 1812. Or, celui-ci met en place un véritable réseau de recrutement préfectoral. Dans le sillage du préfet, c’est ainsi le sous-préfet François Baudet du Bourg, le secrétaire Michel Renault et le chef du bureau des comptes Pierre Enjubault qui accaparent les postes de commande au sein de la loge sous le Consulat. Puis, en 1804, le recrutement descend vers les chefs de bureau : Antoine Louis (1804), Pierre Sire-Jean (1805), René Gislain, Jean-Gérard Mars, Jean-Marie Poupard Malitourné et Paul Enjubault (1806) et Honoré Turpin (1807). Parallèlement, le lien professionnel a connu une extension en permettant, au fur et à mesure des adhésions successives, un élargissement du cercle à l’ensemble du haut personnel politique du département et une irrigation du réseau vers les loges proches du chef-lieu départemental. Dès 1802, le sous-préfet de Domfront Guillaume Barbotte dirigeait les travaux de « la Parfaite Réunion », accompagné de l’ancien Conventionnel régicide Charles Thomas (La Prise) venu finir son blanchiment politique au sein d’une loge fréquentée par des notables. La loge fut vite abandonnée (1803), mais l’atelier qui resurgit à Bellême montre la diffusion du modèle alençonnais élargissant son recrutement initial préfectoral à toute la sphère politique. Tandis que « la Fidélité » parvient à capter, à côté du personnel préfectoral, le maire Jacques Mercier, son adjoint Meurger et le conseiller général Lelièvre, la loge de Bellême et les autres loges ornaises qui fleurissent peu à peu, à Mortagne et à l’Aigle, laissent une large part de leur recrutement aux notabilités politiques unies par l’appartenance aux conseils départementaux et d’arrondissement. Cela montre bien l’importance du lien professionnel dans le dynamisme d’ensemble et la capacité de la loge à s’élargir (sans trop s’en éloigner) à partir du petit noyau initial lié professionnellement. La maçonnerie ornaise anticipe bien, dès l’Empire, le fonctionnement des cercles.

86La bourgeoisie des talents, qui affirme son importance au fil du temps, s’est recrutée à partir du même processus fondé sur un noyau initiateur intimement lié dans la société civile. Rouen à l’époque de la transition révolutionnaire : c’est sans conteste la cité maçonnique où l’attraction sur les artistes et les intellectuels a été la plus forte, la plus visible. Les loges ont en effet toujours goûté les œuvres des colonnes d’harmonie auxquelles on a réservé une salle de spectacle dès la fin du XVIIIème siècle et la tentative avortée des musiciens de « l’Accord Parfait » illustre bien, à sa manière, la sensibilité maçonnique du milieu musical local.

  • 76 ADSM, série T, sous-série 4 T : 4T 96-98 inclus.
  • 77 Mathias Rethaler était l'un des principaux animateurs des colonnes d'harmonie des loges de Rouen av (...)

87C’est autour du Théâtre des Arts que cette sensibilité s’est le mieux exprimée. On serait presque tenter de dire que, dès le mouvement initiateur, le sort du théâtre s’est lié à celui de maçons. Le frère Gueroult construisit le bâtiment destiné à l’accueillir (1773) avec l’accord indispensable du maire de l’époque et des échevins, les frères Le Couteulx De Verclives, Richard Lallemant, Gabriel Dornay et Guillaume Debonne76. Néanmoins, c’est en 1807 que le théâtre et la maçonnerie se rencontrent directement avec l’émergence de la loge des « Arts Réunis ». Cette fondation, capitale dans le processus de renouveau des loges rouennaises après l’époque révolutionnaire, doit énormément à l’initiative d’artistes dramatiques dudit théâtre. La loge confie en effet le maillet à Joseph Bonnetty, un artiste nîmois monté d’abord à Paris puis à Rouen après avoir député Gavaudan, haute-contre au Théâtre Italien, auprès du Grand Orient. A partir de Gavaudan et Bonnetty, une véritable filière de recrutement va naître, fondée sur le contact professionnel, qui nous éclaire un peu sur la manière dont s’opère le passage de l’informel au formel. En 1801, Gavaudan arrive à Rouen avec son épouse, le Théâtre des Arts étant alors dirigé par Granger qui reprend en quelque sorte la tradition d’une direction maçonnique en succédant au frère Jacques Cabousse, un ancien membre de l’harmonie de « la Parfaite Union », alors affilié au sein de « l’Ardente Amitié » reconstituée sous le Consulat. Ancien membre du comité d’instruction en l’an II, farouche républicain, ami du « terroriste » Lamine, il a administré le théâtre de la Montagne auprès du célèbre Ribié et dirigé l’institution jusqu’en 1798. C’est donc en terrain conquis qu’arrive Gavaudan à un moment où la reconstruction des loges rouennaises n’est pas encore achevée. Dès 1801, il entre en contact avec Joseph Bonnetty qui joue auprès du premier rôle Granger. Le directeur et les artistes parisiens vont alors s’entourer d’une pléiade d’artistes arrivés progressivement dans la distribution : le seconde basse Martin Pauliny en 1802, le concertiste Mathias Rethaler77, le jeune premier Jean-Pierre Pecros, la doublure de Granger, Nicolas Beauchamp et le maître de musique Jules Mées en 1803. Tous exaltent dans les pièces qu’ils jouent les triomphes de l’Empire puis, en 1807, la petite équipe est complétée par le trial Henri Frédéric, Louis Bonnetty fils et Pierre Colin. Or, ce sont ces hommes qui figurent sur le premier tableau de la loge installée : ils accaparent alors les postes d’officiers.

88Mais le recrutement par noyaux liés professionnellement, un peu naturel pour le milieu très spécifique des artistes, fonctionne également à plein pour les médecins et les enseignants, les deux autres milieux des talents les plus représentés en loge. Quittons la pluie rouennaise au profit des brumes de l’Orne. S’il est certain que le milieu préfectoral constitue bien le noyau dur de la maçonnerie ornaise sous le Premier Empire, les loges s’ouvrent peu à peu à d’autres hommes. Au sein de « la Fidélité », on est frappé par la présence d’un noyau non négligeable d’enseignants, qui reprennent une tradition pré-révolutionnaire. L’Ecole Centrale de l’Orne est en effet le vivier de recrutement d’une partie de la loge. Ce sont le bibliothécaire et géographe Louis Dubois et le professeur de mathématiques François Daguin, ancien vicaire épiscopal de Le Fessier, qui entraînent dans l’atelier leurs collègues. Le professeur de langues anciennes Charles-Alexandre Leroy, le grammairien Louis Rouillé et le secrétaire de l’établissement Pierre Renault figurent ainsi parmi les frères peu à peu initiés à côté de quelques administrateurs de l’école, comme Antoine Joselle, Levée et Fraisnais Dupré. Jean-François Henry, professeur de Belles-Lettres, fréquente la loge de Domfront. Voici donc mis à jour l’existence de deux viviers de recrutement à Alençon et, à ce stade, on est en droit de demander comment fonctionne la connexion des cercles.

  • 78 ADO, série M : M 1393 et M 1394.

89A Alençon, les espaces culturels semblent avoir joué un rôle primordial dans le rassemblement, notamment la Bibliothèque d’Alençon. L’institution tenue par Louis Dubois, voit en effet graviter autour d’elle le préfet La Magdelaine, le maire Jacques Mercier et le colonel de gendarmerie Jacques Cavallier, également maçons. Ces hommes, avant de se fréquenter au sein de la loge, se connaissent et ont entre eux, comme le personnel préfectoral qu’ils rencontrent Sociologie d’une population 207 au sein de « la Fidélité », des liens professionnels étroits. Mais la maçonnerie peut jouer à son tour un rôle d’élargissement des cercles professionnels. On le voit particulièrement avec le groupe des médecins vaccinateurs ornais78. Dès 1802, la loge de Domfront avait attiré deux médecins : Louis Perrier et Guillaume Hédou Simonnerie. Les deux hommes se connaissaient fort bien pour avoir fondé ensemble le comité de vaccine du Domfrontais en l’an VIII et pour avoir été membres du conseil municipal de la ville. A Alençon, Jacques Laveille, Savary, François La Chapelle et surtout les pharmaciens Jacques Dupont et Abraham Latour avaient également pénétré cette structure en même temps que la loge entre 1802 et 1807. Or, à partir de ce noyau d’initiés, le comité de vaccination devient l’un des viviers du recrutement des ateliers ornais jusqu’à la Restauration, les maçonneries aiglonne (avec Alexandre Gaubert et François Emangard) et mortagnaise (avec Jacques Dupont et Jacques Saint-Lambert) bénéficiant de cet apport. On voit donc bien comment s’enrichit le vivier maçonnique par la captation puis la diffusion dans des cercles professionnels réduits qui, s’élargissant, finissent par se rencontrer.

L’intégration des minorités

90Si la famille et le milieu professionnel constituent deux réseaux majeurs d’intégration s’entrecroisant, les questions abondamment traitées par l’historiographie contre-révolutionnaire, celles de l’attitude des loges face aux étrangers et aux minorités religieuses, posent le problème de l’existence d’un troisième niveau de fonctionnement du réseau maçonnique.

  • 79 D’après les simples indications données par les tableaux de loge, on recense au moins 32 Anglais, 7 (...)
  • 80 Les Anglo-saxons, les germanophones et Scandinaves représentent avec 86 des 102 maçons recensés la (...)
  • 81 On dispose notamment des registres de passage chez les logeurs pour la fin de l’Ancien Régime, entr (...)
  • 82 Soit 23 maçons sur 211 initiés.

91Si l’on s’en tient à une prise en compte des simples données quantitatives, les deux milieux sont peu représentés au sein des loges. Bien que douze communautés étrangères soient présentes79, notamment au Havre, avec une forte prédilection pour les communautés anglo-saxonnes et germaniques jusqu’en 181580, la maçonnerie reste avant tout affaire d’hommes du cru. Au Havre, où les sources locales81 permettent d’opérer une recension exacte de la présence étrangère, démarche rendue bien aléatoire dans nombre d’orients où les renseignements liés aux sources maçonniques sont souvent insuffisamment complétés par les fonds publics, les étrangers semblent représenter 12 % de la population maçonnique au XVIIIème siècle82. Néanmoins, même noyée par le nombre, la présence des étrangers introduit un élément « subversif » dans le fonctionnement de la maçonnerie en ce qu’elle induit une accentuation du système de relations fondé sur des réseaux privés et en ce qu’elle met en scène, en outre, des frères de confession non catholique. La loge montre donc bien ici une identité originale qui la distingue, entre autres, de la confrérie. L’accueil des réfugiés politiques au temps de la Sainte-Alliance, notamment les Portugais, achève ce processus en montrant une sensibilité au libéralisme politique émergeant après 1815. Cette remarque permet d’insister sur une césure qui apparaît autour des années 1810-1815 dans la nature de l’intégration induite par la pratique maçonnique.

92Jusqu’à ces années, la pratique maçonnique consacre en effet surtout l’intégration bien entamée d’éléments exogènes. La loge est en fait un moyen de figurer dans le « who’s who » de la ville et, a contrario, l’occasion pour les ateliers de capter de nouveaux notables, des figures importantes et représentatives qui peuvent rehausser leur prestige. C’est ainsi que « les Bons Amis » (Rouen) affilient librement le frère Benjamin Franklin ou que « l’Aménité » accepte bien volontiers le peintre suédois Hornestedt, membre de l’Académie Royale de Stockholm.

93De manière générale, les maçons étrangers intégrés au sein des loges provinciales sont donc le plus souvent des hommes prospères, fort actifs dans la ville. Si la maçonnerie est pour ces hommes le lieu de sociabilité qui leur est ouvert par excellence pour assouvir leur désir d’intégration parmi les élites, les autres, notamment la confrérie et l’Académie, leur étant inaccessibles pour des raisons culturelles, celle-ci semble avoir également servi de structure d’accueil pour les populations migrantes. Les attitudes des membres de la communauté maçonnique étrangère havraise montrent bien les différents niveaux de fonctionnement de l’institution. Prenons ainsi le petit groupe de négociants étrangers initiés au sein de « la Fidélité », et plus particulièrement les trajectoires de quatre d’entre eux : un Hollandais, Jean Bézier, deux juifs allemands, Eliezer et Gerson Homberg, et un Ecossais, Thomas Collow. Dans les quatre cas, une communauté de comportement autour d’une stratégie d’intégration au sein des classes les plus dynamiques de la cité apparaît et l’affiliation à la loge maçonnique la plus huppée y joue son rôle.

  • 83 ACH, fonds ancien, série FF : FF 92 (police des étrangers).

94Jean Bézier est un armateur hollandais tôt impliqué dans la traite négrière avec ses amis, frères et associés Collow, Donovan et Carmichaël. Arrivé au Havre le 9 novembre 1776 en compagnie du berlinois Strikker avec une lettre de Vergennes83, Bézier et son compagnon adhèrent immédiatement à la loge maçonnique.

  • 84 A ce sujet, voir : P. -Y. Beaurepaire, L'autre et le frère, Paris, Ed. H. Champion, septembre 1998.
  • 85 Ne sont pas porteurs d’une lettre de Vergennes tous les négociants étrangers. En outre, les sources (...)

95Ils figurent sur les tableaux des membres de l’année 1777 et on a d’ailleurs peine à imaginer que les deux hommes n’ont pas été initiés ailleurs auparavant. Dans ce cas, les pratiques maçonniques des « gens de négoce »84 facilitent donc l’intégration à l’amont pour des hommes qui s’enracinent dans la cité d’accueil mais ce schéma, facilité par le statut social fort élevé des deux individus concernés85, n’est pas le plus courant.

  • 86 Les principaux membres de la famille Homberg se convertissent vers 1785.

96Gerson et Eliezer Homberg, qui sont membres de cette loge au même moment, représentent un schéma plus classique dans lequel la pratique maçonnique s’inscrit dans un processus d’ensemble d’intégration. Les descendants d’Henri Homberg ont dynamisé depuis longtemps l’entreprise paternelle quand ils adhèrent à la loge prestigieuse et ils obtiennent d’ailleurs en même temps leur naturalisation. Non convertis au moment de leur adhésion, les loges havraises peuvent s’honorer de ne pas fermer la porte des temples à la minorité juive. Toutefois, le nom prestigieux des Homberg prouve qu’elles initient de préférence les hommes montrant un désir et une capacité déjà avérée de s’intégrer aux élites locales. Il ne restera à la famille Homberg qu’à se convertir au catholicisme86.

  • 87 ACH, série I :I2 159.
  • 88 Le cas de Eichoff est assez similaire. Gustav-Wichmann Eichoff fut intégré à la maçonnerie locale ( (...)

97La période révolutionnaire n’interrompt pas le processus d’ensemble. Ainsi, pour Thomas Collow, l’adhésion à « la Fidélité », sous le Directoire, procède de la même stratégie que chez les Homberg. Ecossais arrivé en 1785, il se lance dans le commerce du tabac vers la Nouvelle-Angleterre et du bois d’ébène vers Tabago. Ces affaires vont bien lorsque survient la Révolution, l’année 1793 lui rappelant de façon désagréable son appartenance à la nation ennemie : arrêté provisoirement87, une enquête nous apprend à quel point cet homme veut servir sa ville et son pays d’adoption. Les officiers municipaux découvrent en effet avec satisfaction des lettres patriotiques louant les idées de 1789, fait qu’ils valorisent d’autant plus facilement en raison des services commerciaux importants rendus par Collow dans la stratégie de défense nationale. Avançant les farines aux autorités municipales, il dit refuser de vendre ses cotons pour les consacrer à la patrie. La commune est tellement affectée par les tracasseries dont il est l’objet qu’elle fait lire ses lettres au représentant en mission Siblot et envoie une défense de l’intéressé à la Convention le 16 fructidor. Lue le 20, la lettre vaut à notre homme son élargissement le 13 vendémiaire : il a bien mérité de la patrie et de la commune du Havre ! Son intégration au sein de la loge sous le Directoire n’est alors plus qu’une formalité : elle consacre un rôle d’utilité publique reconnue88.

98Si la Révolution n’opère pas de rupture totale quant à la pérennité des pratiques, son pouvoir transformateur n’est pas pour autant inexistant. L’observatoire havrais, où la maçonnerie vécut la période sans relâchement, permet de voir la réalité des transformations. C’est la loge des « Trois Haches » qui inaugure de nouvelles pratiques. Elle intègre des frères étrangers dont le statut social leur aurait interdit l’accès aux loges sous l’Ancien Régime. C’est cependant sous la Restauration que la maçonnerie se transforme radicalement, la loge acceptant des étrangers se trouvant dans une situation franchement difficile.

  • 89 ANF, série F7 : F7/12 114 (dossier Luis do Sampaio concernant les pensions délivrées aux portugais)

99Le dossier ministériel de Luis-Joaquim do Sampaio, maçon portugais réclamant l’aide des Havrais par le biais des « Elus de Sully » (Brest), est particulièrement instructif. Au moment où les frères de Brest, où il s’est réfugié après avoir refusé de reconnaître un tyran comme roi du Portugal89, sollicitent l’aide des Havrais pour améliorer le sort du malheureux, la situation financière do Sampaio est dramatique en raison d’une vacance d’emploi et de la charge de deux enfants. Ayant épousé une française en septembre 1829, il a fini par trouver un emploi provisoire au commissariat de la marine. Sans argent, auteur de lettres pathétiques adressées au ministère de l’Intérieur jusqu’à son rapatriement en octobre 1833, ce réfugié politique n’est plus ni un Jean Bézier, ni un Thomas Collow. L’attitude de la loge face à ce frère témoigne d’une mutation dont nous reparlerons.

  • 90 Etude exhaustive dans : E. Saunier, « Protestantisme et franc-maçonnerie en Normandie au temps de l (...)
  • 91 On mesure l’influence du milieu maçonnique protestant lors de la tenue de l’assemblée préparatoire (...)

100La présence des réformés doit être analysée sous le même angle90. Bien qu’ils aient joué originellement un rôle non négligeable dans la mise en place de cette forme de sociabilité en Normandie, à la fin du XVIIIème siècle, ils restent concentrés à Caen, notamment dans la loge « Union et fraternité » et, à un degré moindre dans « la Constante Amitié », la belle intégration de la classe marchande réformée au sein du patriciat urbain ayant permis l’affiliation de ces hommes dans les loges ouvertes au monde du négoce. Le contrôle exercé par le négoce protestant sur la milice bourgeoise, institution vieillotte mais prestigieuse dont le colonel est le frère Joachim Decussy, est la preuve de cette aptitude à maintenir leur poids sur les institutions officielles91.

  • 92 Il est significatif que le seul protestant ayant joué un rôle important dans l’orient de Rouen soit (...)

101Au Havre, la présence protestante se manifeste également, mais plus modestement, et on observe un processus sélectif, qui joue en faveur des frères appartenant aux familles de riches négociants locaux aux détriments des étrangers appartenant à cette confession religieuse. On voit donc à nouveau la société maçonnique se conformer aux comportements culturels dominants puisque, dans cette ville où les autorités optent, jusqu’en 1785, pour une politique de défiance envers les populations étrangères, notamment celles se réclamant du culte protestant, les loges ouvrent peu leurs temples aux protestants étrangers jusqu’à la Révolution. A Rouen et à Alençon, villes où les communautés huguenotes ont globalement perdu le contact avec les élites ou ont été laminées, la présence huguenote tient de la trace ou montre seulement une affinité avec la maçonnerie des marges92.

102Néanmoins ce tableau n’empêche pas l’existence d’une place pour une culture de contestation, ce qui peut expliquer les connivences souvent proposées par une historiographie désobligeante, plus sensible aux « déviances » qu’au fait de sociologie.

103D’une part, le simple fait que l’on trouve au sein des loges provinciales ne serait-ce qu’une cinquantaine de réformés de souche et quelques familles de confession israélite à la fin du XVIIIème siècle est en soit un fait important. A un moment où ces hommes ne sont pas encore, pour reprendre l’expression de Robert Badinter à propos des juifs, « libres et égaux » en raison de leur statut juridique, les loges peuvent donc s’honorer de pratiquer la tolérance religieuse. D’autre part, la recension aride évacue des faits culturels plus profonds. Ainsi, on doit noter la participation qualitative des réformés, du célèbre Bacon de la Chevalerie, avant sa conversion, et de Mathéus à Rouen, de la famille Decussy à Caen. Les représentants des familles protestantes caennaises les plus illustres sont d’ailleurs les chevilles-ouvrières de la vie maçonnique locale à partir de 1783, notamment le banquier Signard et le directeur de la monnaie Gabriel Decussy, Vénérables de la loge « Cœurs Unis et Cœurs sans Fard », les Lamy et Fumée qui tiennent le maillet de « l’Union et la Fraternité ». Par ailleurs, la prise en compte de la sphère privée révèle des faits plus profonds.

  • 93 ADO, Série E, sous-série 4E : 4E 172 (minute Gelée, inventaire après décès de l’épouse de Duparc, m (...)
  • 94 D. Roche, Les républicains des lettres, p. 304.

104Le négociant alençonnais, Pierre Duparc Lesage, constitue un bon exemple de l’attraction du tolérantisme maçonnique sur des hommes porteurs d’une culture de la souffrance. Au moment de son adhésion à la maçonnerie, Pierre Duparc Lesage n’appartient pourtant plus à la communauté huguenote, sa famille s’étant convertie en 1736. Né de belle bourgeoisie, devenu fabricant de point en 1767 puis prieur de la juridiction consulaire en 1776, investi de responsabilités politiques à partir de 1782, son entrée en maçonnerie consacre a priori une carrière marquée par des étapes progressives vers la notabilité. Pourtant, la bibliothèque de ce frère, outre qu’elle montre une vraie sensibilité envers les idées philosophiques, témoigne du fait qu’il est porteur de comportements culturels liés à son origine confessionnelle93. Lecteur, ce qui est assez banal, du Contrat Social ou de l’Emile, on doit remarquer que François possède également la Cité de Dieu et une volumineuse Histoire des religions réformées, des traductions de Luther, les œuvres de Jurieu et bien d’autres titres montrant une sensibilité sans équivoques. Il est le fils d’un homme arrêté par « lettre de cachet », confié de force aux âmes chargées de l’éducation des nouveaux convertis en 1748 et la présence du Traité de tolérance prend ici toute sa signification. On ne peut s’empêcher de penser, en regardant l’héritage dont est porteur cet homme, de même que celui de quelques autres maçons de plus grande notoriété, comme les Rouennais Hardy, nouveau converti, et Rondeaux, un catholique marié en seconde noces à une protestante, ou encore le Dieppois Brière de Lesmont aux pages de Daniel Roche sur la fonction d’apaisement jouée, socialement et spirituellement par la loge envers les élites protestantes94. C’est d’ailleurs dans les années 1760-1770 que la maçonnerie normande montre le mieux qu’elle n’est pas insensible à cet esprit de résistance à la dogmatique dominante.

  • 95 D. Vatinel, « Les protestants de la province de Normandie », Bulletin de la Société d'histoire du p (...)

105Six pasteurs du « second désert » ont en effet été initiés à la lumière avant de prendre leurs fonctions dans les paroisses normandes à moment-là95. De réputation fruste, d’origines modestes, mal considérés par la force des choses, ces hommes ont participé aux travaux maçonniques ou paramaçonniques des « Chevaliers de l’Etoile » au sein du Séminaire de Lausanne avant 1770. Il est donc indéniable que de nombreux frères ont été marqués par une culture de résistance au fanatisme, bien que nombreux soient ceux qui, comme Lesage-Duparc, sont au moment de leur adhésion dans une position confortable.

106De manière générale, l’analyse des réseaux d’intégration au sein d’une loge conduit donc à confirmer le caractère de notabilité du recrutement : on arrive en loge grâce à un frère, un voisin, un collègue voir un supérieur hiérarchique à partir d’un noyau constitutif privilégié et l’appartenance à la maçonnerie devient l’une des voies d’accès à la notabilité de la cité. C’est la règle générale. Pourtant, les ramifications induites inclinent à faire cohabiter, par regroupement de noyaux, des hommes de culture différente. Tout ceci ne conduit pas à conclure que la maçonnerie provinciale est systématiquement marquée par l’esprit de tolérance, mais il est certain que, par sa diversité, elle abat souvent la barrière de la fidélité à la seule religion catholique.

107C’est sans doute à ce niveau, par la possibilité de dégagement de cellules autonomes, que peut se situer la « subversion maçonnique »... encore conviendra-t-il de voir jusqu’à quel point cette ouverture se traduit au niveau du discours.

Annexes

La société maçonnique à la fin de l’Ancien Régime

1. Répartition par ordres

* D. ROCHE, Le Siècle des Lumières en Province. vol. 2.

2. Les roturiers : répartition interne

Le chiffre représente le pourcentage de chaque catégorie par rapport à l’ensemble des membres du Tiers Etat 111 Inscrits au sein d’un même atelier.

La société maçonnique de 1789 à 1830

Franc-maçonnerie et groupes sociaux au XVIIIème siècle : les noyaux principaux

L’aristocrate franc-maçon

L’aristocrate franc-maçon

Franc-maçonnerie et bourgeoisie robine

Franc-maçonnerie et bourgeoisie robine

Franc-maçonnerie et notabilités économiques

Franc-maçonnerie et notabilités économiques

Franc-maçonnerie et groupes sociaux au XVIIIème siècle : les noyaux secondaires

Le monde des talents

Le monde des talents

Franc-maçonnerie et boutique : une démocratisation en trompe-l’œil

Franc-maçonnerie et boutique : une démocratisation en trompe-l’œil

*évaluation minimale

Franc-maçonnerie et groupes sociaux de 1800 à 1830

Franc-maçonnerie et fonction publique : le maintien d’une tradition

Franc-maçonnerie et fonction publique : le maintien d’une tradition

Franc-maçonnerie et monde du commerce

Franc-maçonnerie et monde du commerce

Le monde des talents : l’affirmation du médecin

Le monde des talents : l’affirmation du médecin

La lente descente sociale du fait maçonnique : l’armée et la franc-maçonnerie sous le Premier Empire

La lente descente sociale du fait maçonnique : l’armée et la franc-maçonnerie sous le Premier Empire

La démocratisation du fait maçonnique (1815-1830)

Restauration et démocratisation : le monde des fonctionnaires

Restauration et démocratisation : le monde des fonctionnaires

Restauration et démocratisation : le monde du commerce

Restauration et démocratisation : le monde du commerce

Naissance et résidence des francs-maçons normands (1774-1830) (I)

1- LES PRINCIPAUX ORIENTS

2- LES ORIENTS MINEURS

Seine Inférieure (Haute-Normandie)

Seine Inférieure (Haute-Normandie)

Naissance et résidence des francs-maçons normands (1774-1830) (II)

3- LES COMPORTEMENTS INTERNES AUX ORIENTS MAJEURS

Plus un matelas qu’un tremplin : la carrière de 66 célébrités rouennaises

Plus un matelas qu’un tremplin : l’âge moyen de l’adhésion

ANCIEN REGIME (1774-1789)

ANCIEN REGIME (1774-1789)

CONSULAT ET EMPIRE (1800-1815)

CONSULAT ET EMPIRE (1800-1815)

RESTAURATION (1815-1830)

RESTAURATION (1815-1830)

Maçons d’occasion et maçons de vocation : les orients majeurs (I)

LOGES DE CAEN

LOGES DE CAEN

Union et Fraternité (1774-1792)

Constante Amitié 1815-1830

Maçons d’occasion et maçons de vocation : les orients majeurs (II)

LOGES DE ROUEN

LOGES DE ROUEN

ANCIEN REGIME (1774-1789)

CONSULAT ET EMPIRE (1789-1818)

Maçons d’occasion et maçons de vocation : les orients majeurs (III)

LOGES DU HAVRE

LOGES DU HAVRE

ANCIEN REGIME (1774-1789)

CONSULAT ET EMPIRE (1789-1815)

CONSULAT ET EMPIRE (1789-1815)

Maçons d’occasion et maçons de vocation : les orients mineurs (I)

ANCIEN REGIME (1774-1789)

ANCIEN REGIME (1774-1789)

TOTAL des trois loges

Maçons d’occasion et maçons de vocation : les orients mineurs (II)

REVOLUTION et EMPIRE (1789-1815)

REVOLUTION et EMPIRE (1789-1815)

TOTAL des trois loges

Maçons d’occasion et maçons de vocation : les orients mineurs (III)

TOTAL des 5 loges

Notes

1 Les deux loges fondées sous la Révolution, « les Trois Haches » et « les Vrais Amis », ont recruté 500 maçons entre 1794 et 1830, soit 60 % de l’effectif havrais sur toute la période.

2 La correspondance des loges fait état, en 1821, de l’existence de loges clandestines se réunissant chez Varnier et la franc-maçonnerie rouennaise est sujette à une pénétration d’au moins un atelier se réclamant de Misraïm, « les Elus de Pythagore » (ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701).

3 BMR, recueil de documents côté M 81 (contient les tableaux des « Arts Réunis » pour les années 1816 et 1823 montrant à l’évidence une déperdition importante dans les effectifs à partir des tableaux de la BNF).

4 Il s’agit de Domfront, Eu, Fécamp, Lisieux, Pont-1’Evêque, Saint-Lô, Valognes et Vire.

5 D. Roche, Le Siècle des « Lumières » en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), p. 423.

6 S'agissant de la maçonnerie rouennaise, Daniel Roche avait déjà montré le poids formidable du milieu du négoce sur cette ville académique (D. Roche, op.cit., p. 419-425).

7 Les directeurs de manufacture, Ferry de la Fraye (Le Havre) et Dupuis de Saint-Julien (Cherbourg), sont comparables à ces rouennais, mais ce type de personnage est finalement assez peu représenté en loge.

8 La loge des « Cœurs Unis » regroupe dix maçons en activité.

9 On ne compte que 83 maçons exerçant cette profession dans les généralités de Caen et d’Alençon et encore convient-il de dire que 10 de ces négociants sont affiliés à l’orient de Bernay, situé sur un plan économique dans la mouvance rouennaise.

10 Vérification opérée en confrontant les dénominations indiquées sur les tableaux de loge avec les listes établies pour le prélèvement de la capitation de 1787 (ADSM, série C : C 389).

11 Avec 27 membres affiliés, les merciers représentent 30 % du milieu de la boutique et de l’artisanat.

12 Avec 23 membres affiliés, orfèvres et horlogers rouennais regroupent 25 % du milieu de la boutique et de l’artisanat.

13 M. Biget, « La musique et les concerts publics » dans : La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 193-206.

14 Parmi les 56 cabaretiers maçons signalés, 16 figurent sur les tableaux de la loge de Darnétal, « la Constance », et 7 sur ceux des « Arts Réunis ».

15 Il s'agit de Charles Decaen, Jacques Cavaignac, Louis Danloupverdun, Antoine Gruyer, Marc Obert, Pierre Rolland, Guillaume Viviès, Jean-Frédéric Yvendorff, Jean-Gérard Bonnaire, François Valentin et Pierre Menne dont les biographies détaillées et les actes d'héroïsme sur les champs de bataille napoléoniens sont décrits par Georges Six (G.Six, Dictionnaire des généraux et amiraux français de la Révolution et de l'Empire -1792-1814-, Paris, Saffray, 1931).

16 A. Combes, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXème siècle, p. 85-100.

17 54 frères sur 102 bourgeois à talent exercent cette profession en Basse-Normandie et 32 sur 103 en Haute-Normandie.

18 Les petits commerçants ne constituent que 20 % du recrutement des loges du Calvados et 10 % dans l'Orne et la Manche.

19 Le caractère inégal des renseignements conférés par les tableaux des loges des grands orients normands, à la fin du XVIIIème siècle, nous a amené à porter notre attention sur les comportements apparus au sein des loges reconstruites ou fondées au XIXème siècle, en raison du caractère exhaustif des données mis à notre disposition sur l'ensemble de la population maçonnique.

20 Dans ces deux orients, la proportion des frères de souche se situe entre 50 et 85 % du recrutement global.

21 D. Roche, op.cit., p. 300-320. L'auteur évalue à plus de 70 % le recrutement local des loges bas-normandes contre 50 % à Rouen.

22 Les ateliers de Darnétal et d’Elbeuf ne comptent respectivement que 43 et 44 % de frères originaires de la ville.

23 Les maçons des cités moyennes de l'Orne et de l’Eure sont, pour 70 % d’entre eux, nés dans la ville où ils maçonnent.

24 La loge de Pont de l'Arche intègre 9 Elbeuviens et la loge de Mortagne 11 Aiglons.

25 Trois-Monts se situe à 20 kilomètres au sud-ouest de Caen.

26 Si l’on se refère aux seuls tableaux de loge, on retrouve 13 maçons étrangers à Rouen, 26 à Caen et 33 au Havre. Ces chiffres constituent un minima.

27 Prosper Desmadières, maçon en 1803, devient maire en 1808.

28 Une biographie particulièrement détaillée nous est offerte par Adrien Pasquier (A.Pasquier, Dictionnaire historique et critique des hommes illustres de la province de Normandie, 1818-1819, neuf volumes, tome 2).

29 Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 281-284.

30 P. Dupuy, « Hardy, patriote, conventionnel et thermidorien », mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen, 1987.

31 J. Quéniart, L'imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIème Siècle, Paris, Klincksieck, 1969, 287 pages.

32 A. Soboul, Comprendre la Révolution, Paris, Maspero, 1981, 336 pages.

33 W. Doyle, Les origines de la Révolution française, p. 170-183.

34 C’est le cas du Dieppois et futur Conventionnel Antoine-Louis Albitte.

35 Louis Desseaux est bientôt rejoint par l’un des héros de 1848 à Rouen : Deschamps.

36 « Les Trois Haches » sont composés à 45 % de 30-40 ans et « la Parfaite Egalité » à 42 %.

37 Nous avons considéré comme « étoile filante » les frères figurant moins de trois ans sur les tableaux de loge, comme particulièrement fidèles ceux qui maçonnent plus de sept ans.

38 L’exemple de cette loge est des plus significatifs puisque 90 des 124 frères sont présents moins de trois ans.

39 Les principaux animateurs de la loge sont Jean-André Signard et Jean-Jacques Duperrey.

40 Les plus actifs sont l'orfèvre Jacques Boizerard de Boislambert et le négociant Pierre-Louis Samuel-Paysant.

41 C’est particulièrement le cas à Dieppe où la loge est aux mains des représentants de la juridiction consulaire (Louis Niel, Charles Hamel, Frédéric Jean, Flouest...). A Cherbourg, la présence des élites négociantes est assurée par la famille Couey Dulongprey.

42 C’est le cas du visiteur de la douane Jean Burgain.

43 C’est le cas de deux médecins (Pierre Planchon et Henri Potier-Glatigny) et de deux apothicaires (François Véron et Jacques Bourdignon).

44 Gabriel Dornay et Scanegatty ont intégré « la Parfaite Union » assez tardivement et en même temps en 1784.

45 On y trouve de grands négociants (Charles Azire), des titulaires de la Légion d’honneur (Colombel, Cochon-Desjardins), des propriétaires (Hélie du Combray), des intellectuels (le professeur de navigation Prudhomme et le médecin Jacques Fourneaux), des hommes de loi (Loriot) qui sont parfois d’anciens jacobins assagis (Sérant et Le Couturier).

46 Au sujet de Victor Grandin, voir : P. Largesse, « Victor Grandin (1797-1849), un manufacturier député d'Elbeuf de 1839 à 1849 », Société Libre d'Emulation de Seine-Maritime, année 1987, 14 pages.

47 ANF, série F, sous-série F7 : F7 6701 (dossier 1).

48 Sous le Premier Empire, la famille Daigremont fournit à Caen son premier magistrat : Jean-Baptiste Daigremont Saint-Manvieu, adjoint puis maire de Caen. Il se rallie sans états d'âme aux Bourbons et devient député à la Chambre Introuvable où il vote avec la majorité. Réélu en 1820 et 1824, il soutient le ministère Villèle (Cougny et Robert, Dictionnaires des parlementaires, Paris, tome 2, p. 241).

49 Les frères Avoyne de Chantereyne sont les plus grands notables cherbourgeois après la Révolution française. Victor (1762-1834) est le plus connu : procureur de la commune en 1790 et président du district, il est élu au Corps Législatif entre 1813 et 1815. Rallié comme Daigremont, il devient député de 1817 à 1827 et votent les lois les plus réactionnaires. Il achève sa carrière comme premier avocat général de la Cour Royale de Caen puis d'Amiens (Cougny et Robert, op.cit., tome 1, p. 127-128). Son frère François est président du tribunal de commerce sous l'Empire.

50 Marie-Charles de Latour-Maubourg fut chargé de réorganiser la garde nationale sous l'Empire et c'est sans doute à ce moment qu'il prit contact avec la maçonnerie cherbourgeoise dont il devint l'un des éminents dignitaires puisqu'il dirigea les travaux du chapitre de la « Fidèle Maçonne » en 1813.

51 Laurent-Thomas Desmortreux et Germain Dubosq sont parmi les fidèles de l'Empereur dans le Calvados. Desmortreux est sénateur et élu au Corps Législatif de 1805 à 1815. Membre des Cinq-Cents, Dubosq fut aussi président du tribunal civil.

52 Jacques Mercier, maire d'Alençon lié à la célèbre dynastie Le Couteulx à partir de 1808, poursuit également sa carrière après 1815 tout en restant fidèle à des idées libérales qu'il défend à la Chambre des députés à partir de 1827. Siégeant à gauche, il se rallie facilement aux orléanistes. L'homme est aussi la plus grosse fortune alençonnaise durant la période : sa fortune évaluée en revenus atteint 25 000 francs en 1813.

53 J. -P. Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXème siècle, p. 263-267.

54 A ce sujet voir : Aux sources de la puissance. Sociabilité et parenté, Rouen, P.U.Rouen, 1989.

55 Sous la direction de J. -F. Sirinelli et J. -P. Rioux, Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997.

56 A ce sujet, pour la formation des générations, voir notamment : J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle. Khagneux et normaliens dans l'Entre-Deux-Guerres, Paris, PUF « le Quadrige », 1994 et, pour la recomposition des réseaux, S. Luzzatto, Mémoire de la Terreur, Lyon, PUL, 1991.

57 Nous avons relevé 524 frères unis par des liens fraternels et seulement 214 par des liens père-fils.

58 Avec 17 fratries, la loge « la Parfaite Egalité » établit une sorte de record.

59 C’est le cas dans cette ville de la célèbre famille Lamy qui fournit trois frères à la loge « Union et Fraternité », dont le célèbre Constituant Michel (voir : C. Kawa, « Le personnel des bureaux ministériels pendant la Révolution française : une anticipation ? », La Révolution française et l'homme moderne, p. 51-61).

60 Pour le XVIIIème siècle, nous avons noté les Duhamel qui installent la loge locale puis fournissent six maçons à « la Parfaite Amitié » à Gournay, Robert (le père) et Jean-Baptiste Hubert de la Huberdière (le fils) et les frères Decourdemanche qui mettent en place la maçonnerie à Bernay (« la Parfaite Charité »), les frères Caillemer et Letellier d’Orvilliers qui exercent la même action à Carentan et Vernon tandis que les Lestorey, père et fils, sont les pionniers puis les reconstructeurs (en 1795) de la maçonnerie bourgeoise au Havre. Après la Révolution, on relève le rôle joué par les Bonnetty, père et fils, dans l’émergence des « Arts Réunis » à Rouen, des frères Le Dran et Homo dans celle d’un atelier à Darnétal.

61 L. Duval, L'imprimerie à Alençon et dans le diocèse de Sées, Revue Normande et Percheronne, Alençon, 1894.

62 Louis Dubois est rédacteur et propriétaire dudit journal.

63 M. Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d'affaires français et l'Espagne vers 1780-1808, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1993.

64 Héros de la campagne italienne, Cavallier est lui aussi l'une des fortunes les plus considérables du département avec une fortune évaluée en revenus annuels à 6 000 francs.

65 Le Couteulx de la Noraye fut membre de la célèbre loge des « Amis Réunis » (Paris) de 1782 à 1790 : il représente, avec son frère Laurent, la branche parisienne, la plus proche des cercles éclairés, de l'illustre dynastie.

66 Jean-Louis Le Couteulx de la Noraye, Jacques-Jean Le Couteulx du Molay et Barthélémy-Gabriel Le Couteulx du Vertron représentent la branche parisienne au sein de la maçonnerie. Ils furent membres de la célèbre loge des « Amis Réunis ». En Normandie, la famille est représentée au sein de la maçonnerie par Antoine Le Couteulx de Verclives, membre de « la Parfaite Union », et Louis-Etienne Le Couteulx de Caumont, affilié aux « Bons Amis ».

67 A Caen et à Rouen, la partition est tout aussi évidente. A Caen, le poids des banquiers et négociants au sein de « Union et Fraternité » explique le nombre important de maçons résidant rue Saint-Pierre alors que les frères de « la Constante Amitié » recrutent plutôt rue Saint-Jean. A Rouen, on remarque l’importance de la rue Eau de Robec dans l’habitat des frères de « la Paix Ecossaise » ou de « la Parfaite Egalité » qui recrutent beaucoup parmi les teinturiers, ainsi que l’hyperconcentration des membres de « la Parfaite Harmonie » dans les rues Ganterie et des Charettes.

68 On le voit notamment par l’attitude commune de nombre de maçons havrais lors du développement des chambres d’assurance. Nombreux sont ceux qui investissent les fonctions de responsabilité. C’est le cas de Jean-Baptiste Mondey et Jean-Simon Firon, deux frères de « l’Aménité » qui exercent respectivement les fonctions de contrôleur et de greffier dans la dernière chambre fondée en 1785, et d’un groupe plus important de frères initiés à « la Fidélité » : Jacques Beaufils, caissier de la chambre la plus importante, Samuel Marc, Louis Papillon et Philippe Lebourgeois qui figurent parmi les dignitaires de celle-ci (ADSM, série E, sous-série 2E : 2E 70-661).

69 P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIème siècle, Rouen, Société Libre d’Emulation, 1966, p. 169.

70 ADSM, série E, sous-série 2E : 2E 70 : les inventaires après décès (1800-1830) montrent à l’évidence la superposition des réseaux maçonniques et commerciaux puisque, parmi 15 inventaires recensés, 12 font état, par le biais des quittances, reconnaissances, livres de comptes... de relations commerciales entre francs-maçons.

71 A ce sujet : E. Saunier, « Les négriers et la franc-maçonnerie. Les pratiques culturelles dans un port de traite : Le Havre à la fin du XVIIIème siècle », Actes du 123ème Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques, Fort-de-France, avril 1998.

72 Il s'agit des frères dont les noms suivent : Jean-Pierre Blanquet et Pierre-Guillaume Lebaron (ex-prieurs au moment de leur adhésion en 1783), Pierre-Vincent Lesage et Charles Hamel (ex-juges), Louis Bourdon, Frédéric Jean, Louis Niel et Joseph Voisin qui sont tous juges-consuls en activité au moment de leur période d'activité.

73 Le directeur de la manufacture des Glaces, Guillaume Dupuis de Saint-Julien, est élu au Grand Chapitre général en 1787.

74 Au moment où va éclater la Révolution française, Dumouriez en est le commandant. S'il n’est pas maçon, on trouve à ses côtés de nombreux frères parmi les officiers : Le Carpentier (major), Michel Noël, les frères Couey Dulongprey, Couey Ducouayscle, Pierre Duprey, Maurice, François Asselin, Jolivet de Riencourt et Maurin.

75 Les 152 frères viennent de Rouen (51), Caen (45), Bayeux (16), Pont-Audemer (12), Le Havre (5), Falaise (3), Vire (3), Caudebec (2), Fécamp (4), Bernay (2), Vernon (2), La Ferté-Macé (2), Mortagne (1), l’Aigle (1), Domfront (1) (ADC, série D, sous-série 1D : 1D 762-794).

76 ADSM, série T, sous-série 4 T : 4T 96-98 inclus.

77 Mathias Rethaler était l'un des principaux animateurs des colonnes d'harmonie des loges de Rouen avant la Révolution française : il figure parmi les réprouvés de « l'Accord Parfait ».

78 ADO, série M : M 1393 et M 1394.

79 D’après les simples indications données par les tableaux de loge, on recense au moins 32 Anglais, 7 Irlandais et 4 Américains, soit 43 anglo-saxons. Avec 17 Allemands, 5 Suisses alémaniques, quatre Hollandais, huit Suédois, sept Danois et deux Norvégiens, les populations germaniques et Scandinaves représentent une proportion égale des étrangers (43), ce qui confirme la diversité des communautés étrangères. On compte également dix Portugais et deux Espagnols, quatre maçons francophones, originaires des provinces belges (2) ou des cantons suisses.

80 Les Anglo-saxons, les germanophones et Scandinaves représentent avec 86 des 102 maçons recensés la quasi-totalité du recrutement.

81 On dispose notamment des registres de passage chez les logeurs pour la fin de l’Ancien Régime, entre 1772 et 1788 (ACH, série FF : FF 93-104). Les fonds révolutionnaires offrent également de belles possibilités de recension, avec notamment les registres des déclarations individuelles (230 individus) effectuées en octobre 1793 (ACH, série I, sous-série I2 : I2 144 à 148).

82 Soit 23 maçons sur 211 initiés.

83 ACH, fonds ancien, série FF : FF 92 (police des étrangers).

84 A ce sujet, voir : P. -Y. Beaurepaire, L'autre et le frère, Paris, Ed. H. Champion, septembre 1998.

85 Ne sont pas porteurs d’une lettre de Vergennes tous les négociants étrangers. En outre, les sources fiscales confirment le statut fort élevé du frère Bézier. Avec une contribution patriotique de 1 000 livres (déclaration du 17-15-1790), celui-ci se situe dans une position fort enviable (moyenne globale : 400 livres -ACH, série G : G 96).

86 Les principaux membres de la famille Homberg se convertissent vers 1785.

87 ACH, série I :I2 159.

88 Le cas de Eichoff est assez similaire. Gustav-Wichmann Eichoff fut intégré à la maçonnerie locale (loge des « Trois Haches ») au début du Consulat après avoir fait preuve d’un patriotisme jamais démenti. Généreux donateur à la patrie dès 1790 (il donne l’argenterie du temple de la rue Percanville au nom de la communauté luthérienne qu’il administre avec autorité) et en 1793 (bien qu’exempté de l’emprunt forcé, il donne 3 000 livres), il joue un rôle fondamental dans le ravitaillement de la ville du Havre en l’an II (ACH, série G : G 93, série F, sous-série F2) en faisant bénéficier la cité de ses contacts avec Hambourg et le Danemark (Gluckstadt).

89 ANF, série F7 : F7/12 114 (dossier Luis do Sampaio concernant les pensions délivrées aux portugais).

90 Etude exhaustive dans : E. Saunier, « Protestantisme et franc-maçonnerie en Normandie au temps de la transition révolutionnaire (1750-1830) », Protestantisme et franc-maçonnerie : de la tolérance religieuse à la religion de la tolérance, Actes du Colloque du GODF tenu à Nantes les 24 et 25 avril 1998, à paraître.

91 On mesure l’influence du milieu maçonnique protestant lors de la tenue de l’assemblée préparatoire aux Etats-Généraux de la milice bourgeoise. Parmi les 15 officiers figurent Signard d’Ouffières, Lamy (Michel-Louis) et Samuel-Paysant (capitaines).

92 Il est significatif que le seul protestant ayant joué un rôle important dans l’orient de Rouen soit Jean Mathéus, célèbre pour ses déboires avec le Grand Orient de France entre 1786 et 1790.

93 ADO, Série E, sous-série 4E : 4E 172 (minute Gelée, inventaire après décès de l’épouse de Duparc, madame Lenfant de la Blanchardière).

94 D. Roche, Les républicains des lettres, p. 304.

95 D. Vatinel, « Les protestants de la province de Normandie », Bulletin de la Société d'histoire du protestantisme, tome 135,1989, p. 545-567.

Table des illustrations

Titre 5636 francs-maçons normands : tableau général.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 5636 francs-maçons normands : représentation selon les départements.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 5636 francs-maçons normands : représentation selon les orients.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Le nombre d’affiliés selon des orients.
Légende XVIIIème siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 1789-1830.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Sociabilité aristocratique et sociabilité négociante.
Légende Représentation de la noblesse dans les orients normands.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Représentation du négoce dans les orients normands.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Répartition des francs-maçons rouennais dans la cité au XVIIIème siècle.
Légende Un point par individu.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Le passage d’une génération : la faculté de Droit de Caen à la fin du XVIIIème siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende * D. ROCHE, Le Siècle des Lumières en Province. vol. 2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Le chiffre représente le pourcentage de chaque catégorie par rapport à l’ensemble des membres du Tiers Etat 111 Inscrits au sein d’un même atelier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre L’aristocrate franc-maçon
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Franc-maçonnerie et bourgeoisie robine
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Franc-maçonnerie et notabilités économiques
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Le monde des talents
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Franc-maçonnerie et boutique : une démocratisation en trompe-l’œil
Légende *évaluation minimale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Franc-maçonnerie et fonction publique : le maintien d’une tradition
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Franc-maçonnerie et monde du commerce
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Le monde des talents : l’affirmation du médecin
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre La lente descente sociale du fait maçonnique : l’armée et la franc-maçonnerie sous le Premier Empire
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Restauration et démocratisation : le monde des fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Restauration et démocratisation : le monde du commerce
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Seine Inférieure (Haute-Normandie)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Loges de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Loges du Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Loges de Caen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre ANCIEN REGIME (1774-1789)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre CONSULAT ET EMPIRE (1800-1815)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre RESTAURATION (1815-1830)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre LOGES DE CAEN
Légende Union et Fraternité (1774-1792)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Constante Amitié 1815-1830
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre LOGES DE ROUEN
Légende ANCIEN REGIME (1774-1789)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende CONSULAT ET EMPIRE (1789-1818)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 1815-1830
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre LOGES DU HAVRE
Légende ANCIEN REGIME (1774-1789)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre CONSULAT ET EMPIRE (1789-1815)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 1815-1830
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre ANCIEN REGIME (1774-1789)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende TOTAL des trois loges
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre REVOLUTION et EMPIRE (1789-1815)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende TOTAL des trois loges
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 1815-1830
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende TOTAL des 5 loges
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8229/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540