Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Première partie. Émergence et développement de la sociabilité maçonnique en Normandie.

Chapitre premier. Naissance et constitution d’un réseau

Texte intégral

1. 1740-1774 : Une forme de sociabilité précoce, fortement implantée

  • 1 Les premiers Grands Maîtres sont respectivement Philippe Wharton (juillet 1728-avril 1729), Hector (...)

1Les années 1725-1726 sont traditionnellement retenues pour le point de départ d’une activité maçonnique structurée en France avec les premières réunions des loges « Saint-Thomas », à Paris, rue des Boucheries. Organisée en Grande Loge à Londres depuis 1717, moment où la maçonnerie spéculative construit sa loi fondamentale avec les Constitutions d’Anderson inspirées par Desaguliers, la société des « freemasons » voit alors ses premiers pas en France guidés par des émigrés venus d’outre-Manche : en effet, elle confie les rênes du pouvoir jusqu’en 1738 aux héros de la cause jacobite1, avant que le Duc d’Antin n’accède à la Grande Maîtrise. Presque simultanément, on sait que la mode gagne la province. Située près de Paris où se concentre l’activité initiale et non loin du berceau londonien, il est peu surprenant que la province de Normandie ait attendu peu de temps pour voir la lumière éclairer les colonnes des temples.

Loin de Londres, proche de Paris

  • 2 BNF, fonds FM : FM2 242.
  • 3 ibid., FM1 112 bis (Lenoble apparaît comme le premier vénérable normand connu sur ce tableau des vé (...)
  • 4 Il s’agit des frères Le Coudrays, Besniard (directeur des aides à Caudebec), André Jorel de Parment (...)
  • 5 R. Halévy, Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime aux origines de la sociabilité démo (...)

2Retrouver les origines de la franc-maçonnerie normande constitue une démarche délicate tant les sources sont lacunaires, fragmentaires. Seules quelques pièces préservées dans le corpus des archives de l’ancienne Grande Loge et quelques extraits de la correspondance entretenue lors de la reconstitution de l’ordre en 1773-1774 permettent de pénétrer dans le théâtre des premières loges où les ombres sont hélas plus nombreuses que les lumières. Selon les sources manuscrites2, la première loge émerge au Havre en 1744 sous le nom de « Saint-Jean de la Fidélité ». Les frères havrais assurent en effet en 1774 au chanoine Alexandre-Guy Pingré, officier représentant le Grand Orient lors de la reconstitution de la loge originelle, qu’ils ont vu la lumière en 1744 sous le maillet du frère Joseph-François Lenoble3, monté à Paris au moment où émergent les premières loges parisiennes… et avoir égaré leurs constitutions primitives à la mort de ce dernier en 1747. Cette perte leur vaut, trente ans après, une lutte « à couteaux tirés » avec leurs frères et ennemis de « l’Aménité » qui crient à la supercherie même s’ils avouent que certains de leurs rivaux4 ont effectivement appartenu à l’ancienne « Fidélité ». La querelle a pour objet la reconnaissance de l’antériorité des travaux en faveur d’une des deux loges, enjeu de pouvoir important parce qu’il confère un rôle décisif à l’atelier reconnu le plus ancien dans le développement de la vie maçonnique locale notamment en ce qui concerne l’émergence de nouvelles loges. Que 1744 soit la première date mentionnant l’apparition d’une structure maçonnique organisée n’a rien de surprenant car cette année correspond également aux débuts de la Grande Maîtrise du prince de Clermont justement considérés comme un moment-clef dans la constitution d’une véritable autorité centrale aux origines de la première séquence fondatrice d’ateliers en province5.

  • 6 Les frères havrais font remonter la fondation de « la Fidélité » à l’année 1738 alors que les premi (...)
  • 7 Auteur non connu, Zéphir-artillerie ou la société des francs-péteurs. L’auteur présumé serait l’aca (...)
  • 8 M.-C. Révauger, Le fait maçonnique au XVIIIème siècle en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, p. 29-3 (...)

3Cependant, il est aujourd’hui certain que l’ordre est apparu avant 1744 en Normandie… ce que confirment d’ailleurs les propos des frères havrais. En effet, les pionniers de « la Fidélité » affirment avoir été initiés par des frères venus de Caen six ans plus tôt. Leur initiation se situerait donc en 1738. Or, les premiers bruissements d’une vie maçonnique à Caen s’entendent bien avant 1744 sans que cela induise une concordance exacte entre les dates proposées par les Havrais et ces traces de premières activités maçonniques caennaises6. Celles-ci sont, ce qui est peu surprenant, le fait de témoignages profanes teintés d’un relent antimaçonnique où la présentation des premières loges oscille entre bouffonnerie et scatologie. Les jésuites du Collège du Bois font improviser à leurs étudiants un ballet mimant un supposé cérémonial d’initiation à la suite d’une représentation de Rhadamiste et Zénobie. Nous sommes le 2 août 1741… et quelques mois plus tard, les maçons sont l’objet d’une nouvelle satyre dans un écrit original attribué à l’Abbé Porée ou à l’académicien Le Corvaisier, Zéphir-artillerie ou la société des francs-péteurs7, qui décrit les frasques d’une supposée « case » où se réunissent des adeptes de la philosophie d’Epicure, « libre-penseurs » plutôt sympathiques, dont la principale activité semble se réduire dans l’émission de vents odorants. Si les moqueries et parodies dont font l’objet les maçons caennais constituent une pratique vieille comme la maçonnerie elle-même8 et au demeurant assez inoffensives, il n’est pas sans intérêt de constater qu’elles intègrent déjà les deux principaux griefs dont se nourrira sans cesse l’antimaçonnisme. La bouffonnerie estudiantine s’articule autour du rite et met en avant le secret maçonnique, objet dérisoire et matière à suspicion, tandis que la pétomanie attribuée aux premiers frères constitue un prélude intéressant à la réputation de « maçons de cabaret » dont ces derniers seront bientôt affublés.

  • 9 J.-C. Delauney, « Les origines de la maçonnerie à Caen », Histoire de la franc-maçonnerie en Basse- (...)
  • 10 C’est le cas du fermer général Bouret et du cardinal de Bernis.
  • 11 P. Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française. Tome 1 : La maçonnerie : Ecole de l’Egali (...)

4Les précieuses recherches menées récemment par Jean-Claude Delauney9 permettent d’affirmer que les manifestations antimaçonniques de l’année 1741 correspondent bien à l’existence des activités maçonniques formellement attestées près de Caen. En effet, ce dernier a révélé l’existence d’une société maçonnique réunissant des gentilshommes venus de Falaise, de Caen et d’Argentan, et dont les activités s’organisent autour de la famille falaisienne de Sérant, plus particulièrement de Louis-François de Sérant de Saint Loup qui diffuse la sociabilité maçonnique à Caen dans une nébuleuse sociale où apparaissent les familles les plus influentes. Par leurs relations parisiennes, elles placent la maçonnerie caennaise dans l’orbite de la Cour. En effet, la famille de Sérant entretient des relations étroites avec le marquis de Vastan, intendant en la généralité de Caen jusqu’en 1743, date à laquelle il est promu au Conseil d’Etat et entre dans le cercle des intimes de Turgot. Celui-ci correspond régulièrement avec les Sérant de Saint-Loup qui, par l’intermédiaire de ce réseau bas-normand fréquentant la Cour et les « allées du pouvoir », entretiennent des relations avec les plus prestigieux personnages du royaume10. Cette maçonnerie pionnière a donc une identité parfaitement conforme aux premiers cénacles décrits par Pierre Chevallier11 et cette recherche confirme bien la piste parisienne, supposée plus que réellement tangible au Havre, dans le processus d’émergence de la maçonnerie en Normandie.

  • 12 En effet, le châtelain Louis-François de Sérant de Saint-Loup maçonne auprès de ses cousins de Moyo (...)
  • 13 De plus, la maison du banquier Signard Douffières abrite le pasteur (du second Désert) Jacques Mart (...)
  • 14 BNF, fonds FM : FM2 159.

5La mise en perspective de cette première société maçonnique induit, dès 1740-1741, les principaux facteurs de diffusion de cette mode venue d’Angleterre. Phénomène aristocratique, la maçonnerie « pionnière » se caractérise immédiatement par des rapports de parenté entre ses membres, les Sérant de Saint-Loup formant l’axe central de la loge caennaise12. On sait enfin que l’un de ses trois enfants, le chevalier de Sérant, a épousé Mademoiselle de Bullion qui se trouve au centre d’une intense activité littéraire et maçonnique. La comtesse reçoit en effet Delisle et Marmontel dans son château de la Tour, vers 1770, les deux hommes étant alors membres de la célèbre loge des « Neuf Sœurs ». Affaire de famille, la maçonnerie trouve, par ce biais, un moyen de diffusion géographique original qui défie toutes les lois externes au fait maçonnique. La loge caennaise entretient des relations étroites avec des correspondants à Paris et à Chartres en raison des liens familiaux et mondains de la nébuleuse de Sérant de Saint-Loup. La correspondance entretenue entre une cousine de la famille de Sérant, placée à Yvetot, et une de ses amies religieuses révèle ainsi l’existence d’une société mixte de « freemasons » regroupant des adeptes à Yvetot et à Bolbec. Enfin, les noms prestigieux qui jalonnent l’histoire de la loge posent de facto la question de l’identité culturelle de la maçonnerie. Une famille de vieille noblesse en relation avec un ministre réformateur et encyclopédiste puis deux célébrités littéraires membres des « Neuf Sœurs », un correspondant dont le père n’est autre que le Procureur Général du Parlement de Paris, Lavalette Joly de Fleury, aux sympathies jansénistes connues de tous, des réunions qui se déroulent dans la maison d’un célèbre marchand de dentelles protestant en 174213… autant de faits qui mettent en perspective la question de la sensibilité idéologique de la maçonnerie dès ses origines, même si rien dans les correspondances ne laisse transparaître des activités autres que celles liées à la pratique de l’aimable sociabilité. A partir de 1748, les traces des activités de la loge s’estompent puis disparaissent sans pour cela entraîner un arrêt de l’implantation maçonnique dans la région caennaise puisque la loge des « Cœurs Unis Par Excellence » séante à l’orient de Bayeux semble avoir commencé ses travaux vers cette date sous la conduite du marquis de Bricqueville qui la dirigera jusqu’à son extinction en 178214.

  • 15 A. Le Bihan, Loges et chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France (seconde moitié du X (...)

6A l’est de la province, « la Fidélité » havraise peut être retenue comme la première entité maçonnique réellement structurée en 1744 : les frères prétendent avoir eu pour fondateur le comte d’Atalaya et pour origine les relations caennaises… mais, simultanément, Rouen se manifeste enfin. Une présence maçonnique est attestée en 1750 par la visite d’un redoutable et mystérieux frère Raparlier porteur du titre étrange de « Grand Visitateur et Réformateur » des loges émanées de la « Grande Loge Ecossaise » de Rouen15. Celle-ci se trouve à la tête d’un réseau de loges essaimant dans plusieurs cités de province et la loge rouennaise fonctionnerait depuis 1744, soit à la date où les Havrais se manifestent. Auteur d’un véritable « racket » financier sur les loges dépendantes de Rouen, Raparlier est alors l’objet d’une vigoureuse dénonciation.

  • 16 E. Fournial, « Les loges maçonniques du royaume de France », Bulletin de l’I.D.E.R.M, premier semes (...)
  • 17 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 165-189.
  • 18 BNF, fonds FM : FM1 110.
  • 19 M. Lécureur, op. cit., p. 55-57.

7Cette genèse encore obscure fait donc apparaître deux pôles différenciés : un axe Caen-Le Havre en relation étroite émerge entre 1738 et 1741 tandis qu’un centre rouennais de constitution un peu plus tardive se développe à partir du milieu des années 1740. Mais l’histoire fastidieuse de ces premières fondations a surtout le mérite de mettre en évidence trois faits essentiels. D’une part, l’implantation maçonnique en Normandie est particulièrement précoce. L’étude d’Etienne Fournial16, faisant l’état des fondations de loges en 1744, ne mentionne que 19 loges en province : Caen et Le Havre figurent donc en position très honorable et cela d’autant plus que les deux cités se localisent dans une France du nord réputée plutôt rétive envers une sociabilité qui s’accommode mieux avec le sentiment particulariste et plus simplement le tempérament méridional dont Maurice Agulhon nous a montré les tendances profondes17. Il serait tentant de justifier l’exception normande par la proximité du berceau anglais et par les relations commerciales privilégiées entretenues entre l’Angleterre et la froide province de Normandie. Pourtant, la patrie d’Anderson semble n’avoir joué qu’un rôle mineur dans la naissance du réseau maçonnique. On retrouve cependant à Caen les traces de relations entre les frères caennais et des citoyens britanniques. Ainsi, la correspondance des « Cœurs Sans Fard » témoigne de la présence anglaise dans le réseau relationnel du vénérable et fondateur de la loge, le négociant Lhonoré, qui fut victime de fâcheuses péripéties. Père de neuf enfants, ruiné par les naufrages et l’usure, le malheureux frère se dit en relation avec des commerçants londoniens qu’il visite régulièrement. La maçonnerie n’est pourtant pas un produit d’importation anglaise car Lhonoré écrit en176118 : or il y a plus de vingt ans que l’Art Royal a pris racine à Caen. On peut tout au plus attribuer à la proximité anglaise un rôle d’élément renforçant la vitalité maçonnique dont témoigne la présence d’une quarantaine de britanniques dans les loges normandes jusqu’en 1830. La maçonnerie anglaise se caractérise donc, malgré sa proximité, par une aptitude remarquable à vivre sa vie en totale autonomie : les travaux de Michel Lécureur font d’ailleurs état d’au moins une loge havraise rattachée aux autorités londoniennes, « la Sagesse », et il semble bien que celle-ci n’entretienne pas de relations avec « la Fidélité » alors en activité, bien que « la Sagesse » ait fonctionné de 1766 à 177619.

  • 20 C’est le cas d’au moins 50 normands. Si la plupart sont initiés à la fois en Normandie et à Paris, (...)

8En fait, comme le prouve l’histoire de la première société maçonnique caennaise, c’est bien la proximité parisienne qui semble avoir favorisé cette émergence précoce. Au jeu des relations qui lient les Caennais et les Falaisiens montés à la Cour et gravitant autour de Turgot, et dont la tradition se pérennise après 1773-1774 si l’on en croit la présence d’un noyau de nobles normands éclairés maçonnant à Paris20 se surajoute peu à peu le tissu relationnel né de la montée vers la capitale de négociants havrais et rouennais liée aux nécessités de leurs affaires. Enfin, dès les premières implantations maçonniques, transparaît une dichotomie évidente entre l’identité des maçons de l’ouest de la province et celle des frères situés dans sa partie orientale. Le cercle des Sérant de Saint-Loup à Caen et la toute-puissance du marquis de Bricqueville à Bayeux donnent déjà à la maçonnerie bas-normande un aspect très aristocratique, tandis que les premiers frères havrais et rouennais sont des bourgeois liés à l’administration d’Ancien Régime et aux activités du négoce.

  • 21 Une étude détaillée des origines de la maçonnerie rouennaise reste à mener. Une tradition de l’hist (...)
  • 22 ADM, série J : J 16, ms 224. Une poésie attribuée à Jean-Baptiste Dubois relate une réunion maçonni (...)
  • 23 BNF, fonds FM: FM1 110, FM2 136 bis.

9Originale par sa précocité, la maçonnerie l’est moins dans son processus de développement caractérisé par une totale autonomie envers la rue du Pot de Fer pourtant bien proche. Présent à Caen, au Havre et à Rouen21 dès 1744, l’Art Royal connaît ensuite un succès fulgurant permettant à l’ordre d’irriguer l’ensemble de la province bien avant la fondation du Grand Orient de France. Vers 1745, ce sont « les Cœurs Unis Par Excellence » de Bayeux qui voient la lumière puis, en 1752, la mode gagne Alençon où le receveur du grenier à sel Jean Castaing fonde « les Cœurs Zélés », et la Manche au plus tard en 175722, avant de se propager dans toute la province puisque près de vingt cités ont été touchées par l’Art Royal avant 177323.

  • 24 ibid. FM2 501.

10Dans ce processus de fondation, le rôle joué par la proximité parisienne s’estompe et devient insignifiant au fil des années. On peut juste mettre à son actif le développement précoce d’une maçonnerie située au sud de la généralité de Rouen. A Vernon, où la loge « Saint Jean de Dieu » travaille dès 1768, le Vénérable Charles Letellier d’Orvilliers24 met en avant les relations privilégiées de la loge vernonnaise avec un Grand Maître, grand feudataire de la région et gendre du plus important d’entre eux, le duc de Penthièvre, dans une contrée où les maçons communiquent avec Paris sans passer par l’intermédiaire d’un député. Ce privilège de proximité joue également pour la loge des Andelys, « la Parfaite Cordialité », parmi les membres de laquelle figurent des nobles domiciliés à Paris. Mais en dehors de ces deux orients, on n’observe aucune trace de liens solides entre Paris et une province pourtant fort proche, la maçonnerie normande prospérant de façon autonome. Si Paris a joué un rôle important dans les premiers pas de la maçonnerie à Caen, l’émancipation de celle-ci a donc été très rapide. Précoce, spontanée, la mode maçonnique montre une implantation très forte dès le règne de Louis XV.

11Actif le développement précoce d’une maçonnerie située au sud de la généralité de Rouen. A Vernon, où la loge « Saint Jean de Dieu » travaille dès 1768, le Vénérable Charles Letellier d’Orvilliers24 met en avant les relations privilégiées de la loge vernonnaise avec un Grand Maître, grand feudataire de la région et gendre du plus important d’entre eux, le duc de Penthièvre, dans une contrée où les maçons communiquent avec Paris sans passer par l’intermédiaire d’un député. Ce privilège de proximité joue également pour la loge des Andelys, « la Parfaite Cordialité », parmi les membres de laquelle figurent des nobles domiciliés à Paris. Mais en dehors de ces deux orients, on n’observe aucune trace de liens solides entre Paris et une province pourtant fort proche, la maçonnerie normande prospérant de façon autonome. Si Paris a joué un rôle important dans les premiers pas de la maçonnerie à Caen, l’émancipation de celle-ci a donc été très rapide. Précoce, spontanée, la mode maçonnique montre une implantation très forte dès le règne de Louis XV.

La franc-maçonnerie normande avant la fondation du grand orient de France (1744-1774).

La franc-maçonnerie normande avant la fondation du grand orient de France (1744-1774).
  • 25 Le cas du frère Labady, figure de proue des opposants au Grand Orient après 1774, est des plus sign (...)

12Substitut du Grand Maître, opposant une conception aristocratique de l’ordre aux représentants d’une tradition plus ouverte socialement, défendue principalement par de vieux maçons comme le plumassier Pény ou le financier Labady. Cette querelle complexe, dans laquelle les revirements individuels sont fréquents25, prélude au schisme de 1773 qui oppose une majorité favorable aux réformes initiées par les partisans du duc de Montmorency-Luxembourg et une minorité qui suit le frère Labady et alimente les troupes réfractaires à la démocratisation de l’orient de Clermont jusqu’en 1799. En Normandie, il est clair que la « révolution maçonnique » a eu beaucoup de résonance en raison de la proximité de Paris. Le rôle direct et personnel joué par le frère Labady, l’un des principaux protagonistes du drame, n’est pas négligeable. Détenteur de multiples constitutions de loges, il retient notamment celles des loges de Vernon et des Andelys et freine longtemps leur processus de régularisation.

13A la densité du réseau s’ajoute une profonde variété dans les formes d’expression et de développement de cette maçonnerie « louisquinzienne ». La formidable vague écossaise, véritable déferlante après le discours du chevalier Ramsay en 1737, touche avec vigueur la Normandie. Les premiers manuscrits concernant la maçonnerie havraise mettent en valeur l’importance des contacts entretenus entre les Havrais et Lepelletier de Feumasson, alors Chevalier d’Orient. A Rouen, c’est le trafic des grades écossais qui est aux origines des talents commerciaux du frère Raparlier, dès 1744. Il est donc peu étonnant, qu’en 1773, plus d’un tiers des maçons normands (31.4 %) porteurs d’un diplôme maçonnique antérieur à cette date aient été initiés à des grades écossais ce qui confirme l’intensité du succès des hauts grades en province. Autre mode d’expression de la diversité et du dynamisme maçonnique, la maçonnerie féminine connaît aussi un succès précoce en Normandie. Il est vrai que, dès 1766, fonctionne une société libertine rattachée à l’Ordre de la Félicité à Dieppe. Elle est fréquentée par les épouses des frères des « Cœurs Unis », bientôt installés.

  • 26 J. Quéniart, L’imprimerie à Rouen à la fin du XVIIIème siècle, Paris, Klincksieck, 1969.

14Un faisceau de facteurs peut expliquer ce dynamisme. L’historiographie ne manque jamais de mentionner l’importance des routes du négoce. Il est certain que l’axe de la Seine, débouché principal et marché approvisionnant la capitale, constitue une voie privilégiée à laquelle il faut ajouter l’importance des pôles portuaires de rangs internationaux (Le Havre) mais aussi régionaux (l’axe Caen-Honfleur, Dieppe, Cherbourg et Granville). Toutefois peut-on attribuer la formation précoce d’un atelier à La Ferté-Macé au dynamisme commercial ? Lorsque la logique commerciale fait défaut, il est de coutume de mettre en avant les vertus culturelles des espaces maçonniques. Dans cette perspective, la Normandie n’est pas mal servie avec une ancienne et illustre université à Caen alors que Rouen est le second centre de province de l’imprimerie et la plaque tournante des impressions clandestines26. Mais, à l’image de ce que nous avons dit de l’influence des routes commerciales, peut-on attribuer les succès de la maçonnerie au dynamisme culturel des cités de Vernon et des Andelys situées dans le sud de la généralité de Rouen, espace de culture médiocre ?

  • 27 BNF, fonds FM: FM1 110.

15La corrélation avec l’urbanisation est, elle aussi, séduisante : la généralité de Rouen montre un fort taux d’urbanisation, évalué à 20 %. La ville compte six loges, mais nous avons vu que Caen, trois fois moins peuplée, en possédait un nombre identique en 1773. De plus, un regard portant sur l’ensemble du réseau urbain révèle des exceptions notables : il n’y a pas de loge à Evreux ou à Saint-Valéry-en-Caux mais on compte une fondation aux Andelys et une autre à La Ferté-Macé ! Il serait absurde de nier totalement l’influence des logiques commerciale, culturelle et urbaine sur l’implantation maçonnique mais celles-ci ne semblent, dès l’origine de cette forme de sociabilité, n’avoir joué qu’un rôle d’accélérateur et d’amplificateur à partir d’un processus déjà amorcé. Saisir le temps fondateur, c’est en fait se rapprocher d’une dynamique interne et presque intime rarement palpable avant 1773. On peut pourtant l’approcher quelque peu à Falaise à travers les premiers pas de la loge « Saint-Augustin de la Parfaite Union ». L’Orateur de la loge, le frère Edouard Blacher, avocat, salue le rôle important des foires qui sont l’occasion de tisser des liens serrés avec les frères de Caen et de Vire. Mais l’origine de l’initiation du frère Blacher se situe ailleurs, dans la relation amicale qu’il cultive avec le portraitiste Joachim Rupalley, le père du futur jacobin de Rouen, venu décorer l’abbaye de Saint-Jean. Celui-ci aurait initié l’avocat après un souper privé27. Une relation fraternelle et privée : voilà ce qui constitue le déclencheur et cela plaide en faveur d’un développement autonome, par petits noyaux initiateurs, fondée sur une « logique interne » dans laquelle le lien familial ou amical joue un rôle déterminant.

  • 28 ibid, FM1 111.

16Si le soubassement construisant le réseau maçonnique apparaît assez aisément, l’analyse du recrutement social de la maçonnerie « pré-démocratique » est plus difficile à mener. En effet, seuls les tableaux des loges « Saint-Augustin de la Parfaite-Union » (Falaise) et de « l’Unité » (Rouen28) sont conservés pour les années 1764 et 1765 : ils fournissent donc un matériau bien mince. On peut toutefois contourner en partie l’obstacle grâce aux renseignements fournis par les premiers tableaux des loges régularisées entre 1774 et 1778 : ils ont en effet le mérite d’indiquer souvent la date d’initiation des frères ce qui permet d’enrichir considérablement le corpus, puisqu’on peut ainsi porter un regard sur un groupe de 296 individus ayant fréquenté 16 loges avant 1773.

le milieu originel (1760-1773) : structure des loges. Les centres majeurs.

le milieu originel (1760-1773) : structure des loges. Les centres majeurs.

Les orients principaux : loges de caen.

les orients principaux : loges de Rouen.

les orients binaires : loges du havre et d’alençon.

le milieu originel (1760-1773) : structure d’ensemble des grands orients.

le milieu originel (1760-1773) : structure d’ensemble des grands orients.

les orients uniques.

  • 29 A cette date, « les Cœurs Sans Fard » constituent une entité autonome de « la Constante Amitié », l (...)
  • 30 Les boutiquiers représentent 12 des 17 membres de cette loge.

17La structure de cette première maçonnerie montre, malgré la prudence que l’on se doit d’observer face à de petits effectifs, une assez grande polarisation sociale. On peut percevoir trois types de loges. Sept d’entre elles ont un recrutement où prédomine largement la roture : elles se situent dans les trois grandes cités et notamment dans les deux grandes villes situées le long de l’axe séquanien ce qui donne à la maçonnerie de l’ensemble de ces orients une originalité sociologique caractérisée par l’absence des ordres privilégiés. Celle-ci peut s’expliquer par des raisons différentes. Au Havre, les conditions de développement de la ville et la structure sociale qui s’est constituée corrélativement empêchent toute présence sérieuse de la noblesse. Pour Caen et Rouen, les explications sont différentes. Dans la métropole bas-normande, malgré la domination de la roture, il est difficile de trouver un réel point commun avec les milieux maçonniques havrais ou rouennais. Après la première loge constituée par un cénacle de grands aristocrates, les premiers tableaux de « Union et Fraternité » et la composition de la loge initiale des « Cœurs Sans Fard » (1773)29 confirment ainsi l’existence d’une maçonnerie joliment composée où les ordres privilégiés, bien que minoritaires, constituent une composante fort importante représentant le tiers du recrutement. A Caen, la domination de la roture n’est donc que le résultat logique lié à la structure sociale propre aux grands orients disposant d’élites économiques et judiciaires roturières dont le nombre surpasse celui des privilégiés. Ainsi, l’aspect sociologique global de la maçonnerie caennaise masque les tendances profondes de cet orient, c’est-à-dire son caractère aristocratique qui le distingue déjà fortement des grandes centres maçonniques de la vallée de la Seine. Dans le plus important d’entre eux, Rouen, la société maçonnique montre dès cette date la toute-puissance des bourgeoisies marchande et robine, qui fournissent près de trois affiliés sur quatre à la maçonnerie locale et réduisent, comme au Havre, les ordres privilégiés à la portion congrue. Parmi ces premières loges rouennaises, « la Parfaite Harmonie » montre une structure originale caractérisée par une démocratisation nette du recrutement puisque l’ossature essentielle de celui-ci s’articule autour du monde de la boutique30. On ne peut donc soutenir, pour ce qui concerne la maçonnerie antérieure à la fondation du Grand Orient, le schéma d’un phénomène culturel opérant une descente sociale de la noblesse vers les élites roturières puis, ultérieurement, les moyenne et petite bourgeoisies. Si l’on excepte la loge pionnière de Caen entre 1740 et 1748, les faits plaident en faveur d’un succès massif et généralisé au sein des élites urbaines, grandes et petites.

18Dans les cités moyennes, le schéma est différent : on y trouve sept loges ouvertes aux trois ordres. A Vire, à Bayeux, à Alençon et à Vernon, les premiers tableaux de loges portent l’empreinte de l’emprise économique et culturelle des ordres privilégiés sur ces villes où le dynamisme des bourgeoisies négociante et boutiquière est beaucoup moins sensible. Celles-ci représentent toujours une part minoritaire des frères issus du Tiers-Etat, alors qu’elles constituent le tiers du recrutement des maçonneries rouennaise et havraise. En revanche, à côté des entrées conjointes des deux ordres privilégiés, on remarque l’importance et le maintien d’une bourgeoisie robine qui constitue l’ossature roturière de ces loges puisqu’elle représente plus du tiers du recrutement à Vire, La Ferté-Macé, Falaise et un quart à Vernon et aux Andelys.

  • 31 A l’appui de cette remarque, on peut citer quelques présences mentionnées dans les fragments de la (...)

19Situées en dehors de ces deux schémas, deux loges présentent une structure originale : il s’agit des « Cœurs Zélés » (Alençon) et de « la Constance » (Bayeux). A Alençon, neuf des douze premiers maçons sont nobles et la loge de Bayeux est presque exclusivement réservée à la noblesse d’épée. Elle vit d’ailleurs en bonne entente avec « les Cœurs Unis par Excellence » jusqu’en 1782 dont les travaux sont dirigés par le marquis de Bricqueville et cette loge, dont on ne connaît pas exactement la composition sociale, constitue très probablement un cénacle aristocratique31. Dès 1774, les dés paraissent donc jetés : la maçonnerie est pratiquée par l’ensemble des trois ordres et cette micro-société se caractérise à la fois par une forte polarisation entre les catégories qui la composent et par de profondes différences de recrutement entre les orients de la province.

  • 32 La noblesse d’épée réunit 60 % des nobles initiés en Normandie avant 1774 soit 8,5 % du total des f (...)

20Pourtant, en dépit de cette diversité, trois groupes rassemblent déjà la moitié des effectifs : la noblesse d’épée, la bourgeoisie négociante et la bourgeoisie robine dominée par les titulaires d’offices royaux. La forte attraction sur la noblesse d’épée32 a des origines essentiellement culturelles et idéologiques que l’historiographie corrèle habituellement avec le discours du chevalier Ramsay qui fonde en théorie une conception aristocratique et chevaleresque de l’ordre à travers son « éloge » des grades écossais. Ce discours, destiné à protéger une société naissante et inquiétée, pose les fondements d’une maçonnerie qui constituerait la branche la plus noble de l’ordre. L’adhésion de nombreux aristocrates en Normandie se situe donc dans cette mouvance idéologique ce qui explique que cette sensibilité est très forte et antérieure au passage des ateliers militaires. Celui-ci, à partir de 1773, ne fera donc qu’accentuer un peu plus un processus enclenché préalablement. Avec 12 % du recrutement global, l’importance du monde du négoce est déjà bien réel, notamment au Havre et à Rouen où il est la composante principale de la maçonnerie locale tandis que les villes de foire en Basse-Normandie ont su créer les conditions de rencontre pour de nombreux négociants. Mais, en 1773, avec près de 30 % du recrutement total, il faut constater que c’est la bourgeoisie robine qui constitue l’ossature de la maçonnerie normande au moment où s’opère la refondation de l’ordre.

  • 33 BNF, fonds FM: FM2 189.

21Les tendances hégémoniques de ces trois ensembles se renforcent par les effets d’entraînement issus des relations professionnelles entre frères. L’unique tableau des « Cœurs sans Fard » (1773)33 indique la présence de quatre avocats du bailliage parmi les huit membres de la loge. Les professions juridiques (16 % du recrutement global) regroupent la moitié des frères de « l’Ardente Amitié » de Rouen. Au sein du milieu judiciaire, cette loge recrute prioritairement parmi les membres du Parlement de Normandie. Au Havre, les deux premières loges montrent aussi des tendances endogènes. Négociants et capitaines de vaisseaux représentent plus de 60 % du recrutement des deux loges (62,4 %) et l’opposition entre les deux loges, « la Fidélité » et « l’Aménité », ne recouvre pas encore réellement de clivage social. Les liens familiaux contribuent à renforcer la diffusion par « proximité sociale ». On voit ainsi, à la suite de l’adhésion de Jacques Lestorey de Boulongue au milieu du siècle, arriver deux de ses fils au sein de « la Fidélité ». Quand l’ordre réalise sa révolution, la maçonnerie normande a donc une identité fortement marquée par la polarisation sociale de son recrutement et on voit se confirmer la tendance à élargir le cercle de ses affidés par l’intermédiaire des voies des réseaux sociaux, professionnels et familiaux.

  • 34 ibid, FM1 110.

22La franc-maçonnerie porte donc en elle-même des enjeux sociaux et culturels qui vont s’exacerber entre 1774 et 1789. Société ouverte aux élites nobiliaires et roturières, la loge est l’objet d’une concurrence plus ou moins consciente pour la domination du cadre civilisationnel urbain. Le discours idéologique des premières années le montre car il est porteur de contradictions apparentes. Ainsi, à Falaise, en 1765, les frères de « Saint-Augustin de la Parfaite Union » organisent une pompe funèbre pour le repos du Dauphin dans l’église des Prémontrés à un moment où quatre moines sont membres de la loge… mais peu de temps auparavant, l’Orateur Blacher s’interrogeait sur l’opportunité d’ouvrir les temples maçonniques aux religieux qui vivent sous le joug du despotisme34. Cependant, c’est la variété des situations socioculturelles dans l’exercice du pouvoir qui est le fait le plus prégnant.

  • 35 B. Bodinier, La vente des Mens nationaux dans le département de l’Eure, tome 3, p. 401-417.
  • 36 Les dixièmes et vingtièmes d’industrie de l’élection de Bayeux montrent l’importance des biens-fond (...)

23Dans les petits orients du sud de la Généralité de Rouen, c’est la noblesse qui place quelques noms illustres à. la tête de la maçonnerie locale. Les plus influents sont sans conteste les frères Urbain et Charles Letellier d’Orvilliers à Vernon et Joachim Raoul de la Barre aux Andelys. Vénérables des loges « Saint-Jean de Dieu » et « la Parfaite Cordialité » lors de leurs reconstitutions, les trois nobles figurent parmi les plus grands propriétaires de leurs contrées35. En Basse-Normandie, le marquis de Bricqueville, fondateur et vénérable perpétuel de la loge clermontoise des « Cœurs Unis par Excellence » à Bayeux, se distingue lui aussi par l’étendue de ses biens fonciers36. Non loin de ses terres, la maçonnerie lexovienne suit les oripeaux du chevalier Philippe de Beaumont. Vénérable inamovible de « Saint-Philippe de la Concorde », il participe à la réinstallation de la « Fidélité » havraise en octobre 1774.

  • 37 C’est ce que suggère en tout cas le montant de la contribution patriotique payé par ces hommes (ACH (...)
  • 38 A ce sujet, voir : E. Saunier, « Les pratiques culturelles dans un port de traite : les négriers et (...)
  • 39 Les Eyriès sont originaires de La Ciotat.
  • 40 Antoine Smuck est originaire de Dantzig.
  • 41 Soumis à l’emprunt forcé de l’an II (ACH, série G : G 114), Ferry de La Fraye, ancien directeur de (...)
  • 42 Ces hommes continuent souvent en loge une ascension sociale facilitée auparavant par les unions mat (...)

24A côté des frères appartenant au monde des privilégiés, les bourgeoisies occupent également des « parts de pouvoir » importantes au sein de la maçonnerie locale, notamment à Rouen et surtout au Havre. Dans cet orient, le monde du négoce est bien représenté chez les pionniers de l’Art Royal puisque, parmi les plus anciens, figurent, en la personne de Daniel Féray et Jacques Lestorey de Boulongue, deux membres des plus grandes familles négociantes au Havre. Entre 1774 et 1776, c’est un négociant, Philippe Lebourgeois, qui est vénérable de la loge « la Fidélité » et on trouve, parmi les principaux officiers de celle-ci, des gens de commerce bien connus comme Charles Poullet ou Jean-Baptiste Allegre. On remarquera que, si tous ne situent pas au sommet de la hiérarchie sociale37, nombreux sont, parmi ces frères, ceux qui sont impliqués dans le commerce du « bois d’ébène »38. Ils côtoient d’ailleurs, dans les ateliers, nombre de « horsains » comme les frères Eyriès39 ou Antoine Smuck40 et quelques anoblis aux activités novatrices comme Jacques Ferry de la Fraye41, la loge semblant constituer un lieu privilégié pour voir se concrétiser, au moins autour de l’appartenance à un groupe sélectif, un désir d’ascension et, pour les « étrangers », une volonté d’intégration qui a parfois bien du mal à se réaliser dans une société d’ordres où les blocages sociaux et culturels sont encore nombreux42.

25Néanmoins, si l’on doit insister sur l’importance du monde du négoce au sein de la maçonnerie, c’est, si l’on considère l’ensemble des orients, la bourgeoisie robine qui est la plus investie dans la vie interne de la maçonnerie. Au Havre où les gens de négoce se montrent enclins à diriger les loges, ce sont toutefois le procureur du grenier à sel Ursin Le Doyen et le contrôleur de la manufacture de tabac André Jorel de Parmentier qui sont les premiers vénérables des deux loges reconstituées A Rouen, ce sont les avocats du Parlement Chaubard et Guillaume Guérard qui sont les premiers vénérables de « l’Unité » et de « l’Ardente Amitié ». Mieux encore, les hommes du barreau donnent l’impulsion au mouvement maçonnique dans presque tous les orients modestes. A Pont-Audemer, c’est le procureur Jean-François Pouilliot qui est l’instigateur des pratiques maçonniques et de la régularisation des travaux de la loge « la Persévérance », sous l’égide du Grand Orient. Initié dans la loge rouennaise « l’Unité », Vénérable de l’atelier de Pont-Audemer entre 1775 et 1777, chevalier Rose-Croix, il dirige à nouveau les travaux de la loge à la veille de la Révolution. Dans la généralité d’Alençon, c’est également un receveur des tailles cultivé, Jean Castaing, qui fonde le premier atelier à Alençon en 1762 : les « Cœurs Zélés ».

  • 43 Simple dominotier domicilié rue Ganterie, Savouray ne paie que 4 livres et 16 sols de capitation en (...)

26Les autres milieux ne jouent encore qu’un rôle complémentaire au sein des loges même s’il faut signaler la relative importance du rôle joué par quelques représentants des talents. Le fait est particulièrement perceptible à Caen où le prestige culturel de la cité universitaire facilite l’entrée de cette catégorie originale dans les loges. « L’Ardente Maçonne » concentre en effet en 1774 un cercle d’individus dont les activités sont liées à celles de l’Académie ou de la Faculté de médecine locales. On y trouve des professeurs de médecine comme Pierre Le Canu et Pierre Cauvet, ou l’académicien Manchon. Mais, en dehors de Caen, rares sont les professeurs, médecins et artistes au sein des loges normandes en 1774. Un artiste célèbre, Joachim Rupalley, joue toutefois un rôle non négligeable dans l’histoire de la franc-maçonnerie normande car il semble avoir été l’initiateur de l’Art Royal à Falaise en 1765 avant d’adhérer à la très aristocratique « Constance » de Bayeux. Il est vrai que le portraitiste est apprécié de la noblesse ce qui lui vaut l’honneur d’être intégré dans une loge qui pratique pourtant l’exclusivisme social. Peu représentée également, la petite bourgeoisie boutiquière se concentre dans une loge rouennaise, la « Parfaite Harmonie », qui réunit le monde de l’échoppe. La loge est dirigée, avant sa reconstruction douloureuse en 1778, par deux hommes assez modestes : les frères Barthélémy et Jean-Charles Savouray43.

1774-1778 : la réorganisation de la maçonnerie en Normandie

27La mort du comte de Clermont, survenue le 17 juin 1771, et l’installation du duc de Chartres comme Grand Maître, le 22 octobre 1773, entraînent l’ordre dans une vaste révolution administrative conduite par le duc de Montmorency-Luxembourg. On sait que cette transformation détruit l’ancienne maçonnerie des maîtres inamovibles au profit d’une structure novatrice et plus démocratique dans son fonctionnement interne, notamment en raison de l’introduction de l’élection annuelle des députés et de la participation de la province aux affaires générales. Cette mesure s’accompagne en contrepartie d’une soumission des loges provinciales à la volonté générale et de la reconnaissance de la rue du Pot de Fer comme autorité suprême. En décembre 1774, le nouveau pouvoir déclare laisser deux années aux loges pour se rattacher à la nouvelle autorité centrale et se faire reconstituer en remettant leurs constitutions primitives. Dans le souci de mener à bien une opération qui s’annonce délicate, la rue du Pot de Fer délègue dans les orients provinciaux ses principaux dignitaires.

  • 44 BNF, fonds FM : FM2 244. Sur Alexandre-Guy Pingré, rappelons que ce chanoine régulier de Sainte-Gen (...)
  • 45 Claude-François Boucault, Grand Maître de la généralité des Eaux et Forêts, est membre de la loge H (...)

28En Normandie, c’est le Second Surveillant du Grand Orient en personne, le célèbre Alexandre-Guy Pingré44, qui assure la mission. Un carnet de voyage, rempli de descriptions détaillées et bucoliques sur l’air du temps, montre que l’intéressé a remonté la Seine jusqu’au Havre où la première grande affaire l’attend avec la querelle de « l’Aménité » et de « la Fidélité », ces deux loges se déchirant en effet pour la reconnaissance des constitutions primitives. Le chanoine signale au début de son périple l’existence, à côté des deux loges havraises, de deux loges à Rouen, d’une loge à Vernon et d’une dernière à Pont-Audemer. Cet inventaire incomplet témoigne à la fois de la répartition des tâches effectuées, la Basse-Normandie constituant un second domaine où la voie des autorités parisiennes est représentée principalement par l’avocat Jean-Baptiste Pyron à Caen et Claude-François Boucault45 à Alençon, et de l’endormissement de loges fort proches, comme « la Parfaite Cordialité » aux Andelys et surtout la loge dieppoise des « Cœurs Unis ». Entre 1775 et 1778, c’est un agrégat de loges peu unies que le Grand Orient va essayer de rallier derrière sa bannière.

La prise en main de la franc-maçonnerie normande par le grand orient de France (1774-1778).

La prise en main de la franc-maçonnerie normande par le grand orient de France (1774-1778).
  • 46 BNF, fonds FM : FM1 117 : Almanach du Grand Orient (année 1774).
  • 47 En effet, « la Céleste Amitié » et « la Parfaite Union » émergent parallèlement à la disparition de (...)

29La stratégie de contrôle du Grand Orient s’articule alors autour de deux orientations. D’une part, on observe une reconstruction assez autonome des petits orients, des loges caennaises et même des deux entités havraises par l’intermédiaire des députés respectifs tandis qu’à Rouen, où la situation est plus « explosive » en raison des tensions internes et du plus grand nombre de loges, la situation fait l’objet d’interventions plus fréquentes, plus « dirigistes ». D’après l’annuaire publié par le Grand Orient46, on y trouve officiellement quatre loges auxquelles on doit ajouter les embryons de « la Parfaite Harmonie » et de « l’Ardente Amitié » puisque ces deux ateliers disent travailler depuis 1765 et 1768, lors de leur reconstitution. La situation était identique à Caen où six loges postulaient pour la reconnaissance, mais la maçonnerie rouennaise présente la particularité d’aborder ce moment crucial dans un état de déliquescence structurelle plus avancée, trois des six loges ne donnant plus signe de vie. De plus, une polarisation sociale interne aiguë annonce des lendemains difficiles. Enfin, les trois ateliers qui maintiennent leurs activités entre 1774 et 1778 abordent le processus refondateur dans la division et l’ambiguïté. En effet, « la Parfaite Harmonie » vit mal la fin de l’inamovibilité des vénérables et la loge se divise en deux clans. Derrière Charles Savouray se réunissent les légitimistes favorables à la refonte institutionnelle tandis que des réfractaires suivent encore l’étendard du frère Barthélémy qui refuse le changement concernant le mode de représentation des vénérables. Ce dernier fonde même un atelier, « la Parfaite Harmonie de l’Union », et il refuse de comparaître face au tribunal érigé par les frères de « la Parfaite Union », l’atelier nouvellement structuré qui est chargé par le Grand Orient de trancher le différend. L’attitude de « l’Ardente Amitié » est moins ouvertement frondeuse mais elle laisse planer toutefois une certaine ambiguïté sur les intentions finales de la loge. Le Vénérable Guérard n’indique pas avant 1778 sa volonté de suivre la bannière du Grand Orient. Dans ce contexte, « la Parfaite Union » a l’habileté de jouer la carte de la bonne entente interne et de la loyauté immédiate : elle est bientôt suivie par des frères réunis à l’orient de la Cour des Comptes et regroupés au sein de « la Céleste Amitié ». Ces deux loges resurgissent sans doute des décombres des ateliers défunts47. Dans cet imbroglio, le chanoine Pingré tranche en faveur des deux dernières loges puisqu’il installe la « Céleste Amitié » le 22 mars 1778 puis la « Parfaite Union » le 31 mars de la même année. « L’Ardente Amitié » doit attendre janvier 1779 et « la Parfaite Harmonie » mars 1780 pour obtenir leurs installations. On observe donc dans les grands orients normands, comme à Paris, une reprise en main de la franc-maçonnerie par la noblesse locale. Elle est, il est vrai, aidée dans cette entreprise par les problèmes internes des loges roturières… mais un fait est incontestable : le prestige social prime sur l’antériorité des travaux. Pingré est d’ailleurs obligé de proposer des solutions de compromis face à l’intransigeance des loges les plus huppées, « la Parfaite Union » et « la Céleste Amitié », pour imposer, malgré la volonté de ces ateliers, la promiscuité des deux vieilles loges bourgeoises.

  • 48 BNF, fonds FM : FM1 117 (la loge est indiquée comme existant depuis 1760, son vénérable étant en 17 (...)
  • 49 BNF, fonds FM : FM2 189 (dossier des « Cœurs Sans Fard »).
  • 50 ibid., FM2 189.

30A Caen, où la vie maçonnique est aussi intense qu’à Rouen, la reconstruction de la maçonnerie s’inscrit également dans la perspective d’un contrôle de la maçonnerie locale par les loges les mieux composées. Ici, ce sont six loges qui réclament la régularisation des travaux au Grand Orient par l’intermédiaire d’un député commun, l’avocat Jean-Baptiste Pyron. Quatre des six loges obtiennent sans problème leur régularisation, tandis que « l’Ardente Maçonne », qui est pourtant sans doute le plus ancien atelier à Caen dont le nom soit connu48, échoue de même que « la Vraie Union ». Le motif invoqué est clair et défendable : une cité de 38 000 habitants doit se satisfaire de quatre loges. Le Grand Orient invite donc les frères à s’affilier aux loges déjà existantes49. Derrière l’argument démographique se cachent pourtant des inimitiés peu fraternelles et des préjugés sociaux. « Les Cœurs Sans Fard » refusent ainsi de côtoyer une loge composée d’huissiers et de sergents50. Elle accepte pourtant sans sourciller le voisinage de « Thémis », une loge de constitution plus récente mais dont la composition sociale est proche de celle des « Cœurs Sans Fard » qui, reconnus constitués en 1761, deviennent donc la plus vieille loge caennaise. Comme à Rouen, c’est donc une loge à dominante nobiliaire qui va jouer la fonction régulatrice lors des demandes de fondation.

31Ailleurs, la reconstitution est moins problématique en raison de la moindre polarisation sociale mais les tendances décrites sont confirmées. Au Havre, où Pingré arrive en pleine bataille entre « la Fidélité » et « l’Aménité », on constate que le différend est réglé, en 1776, avec la reconnaissance de « la Fidélité » comme loge la plus anciennement constituée, au profit de l’atelier le plus apte à capter l’élite du négoce local. A Alençon, la dignité des deux loges permet une régularisation tranquille assurée par les députés Claude-François Boucault et Jean-Jacques Costard de Bursard mais ceux-ci accordent tout de même l’antériorité des travaux à la loge nobiliaire, « les Cœurs Zélés », alors qu’à Pont-Audemer et à Vire, la mainmise des élites locales est plus facile puisque « la Persévérance » et « la Victoire » sont sans rivale.

  • 51 Les villes concernées sont Pont-l’Evêque, Lisieux et Falaise, Granville, Dieppe, Vernon, Cherbourg (...)

32L’enseignement principal de ce moment crucial est donc sans conteste la mise en évidence d’une stratégie de conquête des institutions maçonniques locales par la noblesse alliée à la haute bourgeoisie. Comme à Paris, la révolution maçonnique de 1774 repose sur un paradoxe apparent : la démocratisation des institutions aboutit à la domination des couches sociales les plus élevées et l’irrigation sociologique assez large de la maçonnerie pré-démocratique tend à s’estomper au profit d’un contrôle par une élite sociale dont il conviendra d’analyser les comportements et les relations au sein des loges. Cependant, la carte de la reconstitution de l’ordre fait également apparaître un second phénomène, corrélatif à celui-ci : avec la disparition plus ou moins longue du fait maçonnique de huit orients51, la prise du pouvoir par les élites s’accompagne d’une rétraction qui ne s’explique pas uniquement par les conséquences des luttes de pouvoir. Ainsi, l’esprit de résistance envers une réforme qui détruit les privilèges des anciens vénérables inamovibles n’a pas épargné la Normandie et elle ne fut pas seulement le fait de quelques bourgeois mécontents. A Bayeux où la maçonnerie semble avoir ignoré les obligations liées aux lois nouvelles, « la Constance » se ralliant au Grand Orient tout en semblant pérenniser le frère Léonard de Rampan comme vénérable et les « Cœurs Unis Par Excellence » suivant les oripeaux de l’orient de Clermont derrière le marquis de Bricqueville jusqu’en 1782, et à Lisieux, où la non-reconnaissance des travaux de « Saint-Philippe de la Concorde » par le Grand Orient semble également motivée par des soupçons d’hérésie entretenus à l’encontre du vénérable Philippe de Beaumont, à Vernon et aux Andelys, où les frères ont vu leurs constitutions retenues longtemps par le célèbre banquier Labady et doivent attendre 1780 et 1782 pour régulariser leur situation, les attitudes frondeuses sont le plus souvent menées par la noblesse. Enfin, de nombreuses loges, une fois constituées, s’avèrent incapables de faire face au contact régulier exigé par la centralisation nouvelle. L’isolement des loges, à La Ferté-Macé et aux Andelys, explique l’éphémérité d’une vie maçonnique qui résiste mal à la disparition ou à l’éloignement de quelques éléments moteurs animant l’atelier. Ainsi, reconstituée en 1779, « la Parfaite Cordialité » des Andelys cesse toute correspondance en 1780, alors qu’à La Ferté-Macé, « l’Union » s’éteint en septembre 1781. Elle n’aura vécu que trois années.

  • 52 C’est la raison pour laquelle ces trois orients ne sont pas localisés sur la carte, qui vise unique (...)

33Dans les ports, les fonctions itinérantes, peu compatibles avec les exigences d’une activité continue et d’une correspondance régulière, ont gêné la reconstitution de la franc-maçonnerie. Dieppe et Cherbourg n’ont placé leurs travaux sous l’autorité du Grand Orient qu’en 1783 tandis que Granville attend 1787. Même au Havre, vieux centre de vie maçonnique, « l’Aménité » se plaint de difficultés à fonctionner et à correspondre avec la rue du Pot de Fer, en raison de l’absentéisme qui sévit dans une loge composée majoritairement de capitaines de vaisseaux et de négociants. Dans ce contexte où le ralliement au Grand Orient s’accompagne donc de difficultés liées autant aux habitudes d’autonomie qu’aux stratégies sociales, la volonté de mettre un coup d’arrêt à l’anarchie régnante se solde par des résultats inégaux. Pour avoir une organisation plus efficace, plus moderne et plus conforme aux exigences culturelles de la société d’ordres, force est de constater que la franc-maçonnerie a dû abandonner provisoirement un peu de son dynamisme52.

2. la construction du reseau

  • 53 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIII-XIXèmes siècles), p. 34-35.

34A partir de la prise en main de l’ordre par le Premier Surveillant, le duc de Montmorency-Luxembourg, au moment de l’élection à la Grande Maîtrise du comte de Clermont en 1744, l’ordre va connaître un succès exceptionnel. Avec 44 loges en 1744 (19 en province), 165 en 1765 (85 en province), 193 en 1776 (126 loges en province)… et 635 (448 ateliers en province) en 1789, la Révolution a détruit un processus de diffusion incontrôlé, frisant l’anarchie. Anéantie (18 loges recensées en 1796), la maçonnerie renaît vite de ses cendres puisqu’on compte déjà 114 loges en 1802 et 905 en 1814 dont 738 en province. Le Premier Empire constitue un nouvel âge d’or au prix néanmoins d’une inféodation totale au pouvoir napoléonien, la maçonnerie étant pour l’Empereur un outil politique précieux qu’il place entre les mains de son frère Joseph et de Cambacérès pour contrôler les notables. Avec le retour des deux derniers Bourbons, pourtant fort liés aux cénacles aristocratiques touchés par la maçonnerie à la fin du règne de Louis XVI, les temps sont plus difficiles et, de 1819 (367 loges) à 1852 (330 loges), sans être inactif loin s’en faut, l’ordre voit alterner fondations et extinctions, la densité du réseau restant assez lâche et bien en deçà des rythmes des années 1780-1789 et 1804-1815. A travers ce bref rappel quantitatif53, deux coupures essentielles émergent, en 1789 et 1815 : c’est leur intensité, et les spécificités qu’elles peuvent induire, qu’il conviendra de saisir en vue de mettre en place les grands traits d’une problématique relative à la place de la maçonnerie dans les nouvelles formes de politisation qui touchent la France en révolution et la Normandie.

1778-1789 : un succès incontrôlé

  • 54 Les loges rouennaises sont indirectement en cause dans cette affaire qui concerne la participation (...)

35Les 15 loges originelles reconstituées entre 1774 et 1778 ont déterminé une structure géographique simple, marquée par la stabilisation autour des trois pôles d’où elles émergent, avant une diffusion périphérique. En Haute-Normandie, c’est l’axe de la vallée de la Seine qui monopolise la dynamique maçonnique puisqu’on y trouve les sept loges reconstituées par le Grand Orient de France. Au centre rouennais alors riche de quatre fondations s’oppose l’orient du Havre qui compte deux loges rivales, auxquelles s’annexe « la Persévérance » de Pont-Audemer dont les tableaux ont été visés et approuvés par « la Fidélité » havraise. Les deux orients se contactent peu et vivent donc relativement en bonne entente même si on observe un esprit de défiance dont témoigne l’affaire de Vollange. « La Fidélité » dénonce en effet à l’occasion de l’histoire banale de ce comédien venu « animer » des réunions54 l’attitude des loges rouennaises. Néanmoins, malgré ces quelques escarmouches, l’affirmation de la puissance rouennaise face à la stabilisation de la maçonnerie havraise va contribuer à individualiser la vie de ces deux orients.

  • 55 A ce propos, voir l’étude classique d’André Bouton, Les francs-manceaux et la Révolution Française, (...)

36Autour de Caen et de Bayeux s’affirme un second pôle. Les quatre loges caennaises, peu enclines à ouvrir leur orient à des ateliers indignes, s’accordent bien avec l’aristocratique « Constance » de Bayeux. La loge n’a pas encore à subir les prétentions de la bourgeoisie locale à vouloir s’initier à l’Art Royal et elle supporte plutôt bien le voisinage des « Cœurs Unis Par Excellence », un atelier qui, bien qu’ayant choisi le camp ennemi en 1773, présente l’avantage d’être fort bien composé. Aux six loges du pôle Caen-Bayeux s’agrège également la « Victoire » à Vire, dont les tableaux ont été visés par les loges caennaises. Au sud de la généralité d’Alençon, « les Cœurs Zélés » et « Saint-Christophe de la Forte Union » font d’Alençon un dernier pôle isolé, échappant quelque peu à l’espace de la province stricto-sensu car la franc-maçonnerie alençonnaise entretient surtout des rapports étroits avec les ateliers manceaux55.

37A partir de ce processus reconstitutif achevé en 1778, il nous a paru utile d’analyser, plus que l’ensemble de fondations maçonniques survenues entre 1778 et 1789, le tissage progressif du réseau normand jusqu’en 1789. Dans ce but, nous avons procédé à un fractionnement de cette période en séquences de trois ans. L’analyse d’ensemble montre deux faits majeurs : le renforcement des pôles originels, la présence d’une loge maçonnique semblant le meilleur vecteur pour la constitution d’autres loges, et surtout l’affirmation du formidable rayonnement rouennais, où la maçonnerie n’était pas plus forte qu’à Caen voire au Havre en 1774, ce qui fait de cette cité le quatrième orient provincial du royaume à la fin du XVIIIème siècle et un véritable centre hégémonique sur la province.

les implantations maçonniques de 1778 a 1789 : mouvement d’ensemble et rythmes constitutifs.

les implantations maçonniques de 1778 a 1789 : mouvement d’ensemble et rythmes constitutifs.

rythmes constitutifs.

mouvement d’ensemble.

  • 56 BNF, fonds FM : FM2 385. Les fondateurs sont les procureurs François-Noël Anquetin De Beaulieu et P (...)
  • 57 ibid FM2 386.
  • 58 ibid FM2 389.
  • 59 ibid. FM2 387. En 1787, la loge « la Parfaite Egalité » envoie deux tableaux, le tableau envoyé par (...)
  • 60 ibid FM2 381.

38L’affirmation de la puissance rouennaise se manifeste vraiment après 1784. En effet, jusqu’à cette date, les fondations sont rares à Rouen : elles se limitent à la naissance des « Bons Amis », une loge née de dissensions au sein de la vieille « Ardente Amitié ». Six frères quittent en effet cet atelier et fondent une loge nouvelle le 23 décembre 177956. Mais à partir de 1784, c’est à un véritable take-off auquel l’on assiste. Le 14 octobre 1784, deux loges de composition sociale diamétralement opposées sont ainsi installées : il s’agit de « la Paix Ecossaise »57, dont le recrutement montre la prédominance du petit négoce et du monde de la boutique, et de la loge « Raoul »58 installée à l’orient de Pavilly et où se retrouvent les plus belles familles de l’aristocratie parlementaire. Peu après, l’attitude tyrannique du vénérable de « la Paix Ecossaise », le chirurgien Michel Pecquet, va permettre d’étoffer le réseau rouennais. Les heurts qui l’opposent à un collègue, Jacques Gamare, conduisent Pecquet à fonder son propre atelier, « la Parfaite Egalité », après avoir déserté « la Paix Ecossaise ». « La Parfaite Egalité », installée le 9 mars 1786, supporte mal à son tour le tempérament du frère Pecquet qui semble administrer la loge comme un bien personnel : en février 1787, la loge est divisée en deux factions rivales dirigées respectivement par Pecquet et Lambert, contraint de tenir les réunions de ses partisans au couvent des Célestins59. A l’aube de la Révolution, on observe enfin un ultime moment de fondation, les musiciens de « l’Accord Parfait » réclamant en vain, en mars 1789, des demandes de constitution60. Frères de l’harmonie pour la plupart, animateurs à ce titre des réunions de « la Parfaite Union », leur demande s’inscrit après celles des petits marchands de « la Paix Ecossaise » et de « la Parfaite Egalité » dans la perspective d’une tentative difficile pour les couches sociales plus modestes de pénétration au sein d’une structure de sociabilité victime de son propre succès.

  • 61 Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 178.
  • 62 Cette loge est probablement l’embryon des « Arts Réunis » installés en 1808.
  • 63 BNF, fonds FM : FM2 237.
  • 64 Robert Hubert de La Huberdière, mercier et membre de la prestigieuse loge « la Parfaite Union » à l (...)
  • 65 BNF, fonds FM : FM2 160.
  • 66 Nous avons recensé 636 maçons à Rouen à partir de 1765 auxquels on doit ajouter les 25 frères pavil (...)

39Dans son étude sur l’espace provençal61, Maurice Agulhon avait déjà remarqué ce processus de démocratisation en évoquant la création des loges de La Seyne, Fréjus et Brignoles entre 1785 et 1789, soit au moment exact où ce phénomène s’opère à Rouen. C’est dans cette ville le monde des arts dans son ensemble qui exerce une poussée puisque les frères de « l’Accord Parfait » signalent qu’à côté d’eux fonctionnerait une loge irrégulière de comédiens sous le nom des « Arts Réunis »62. Non contente de connaître une croissance incontrôlée en raison d’une exceptionnelle poussée de la petite bourgeoisie, la maçonnerie rouennaise se taille une zone d’influence considérable. Le 30 juillet 1778, « la Parfaite Union » installe « la Triple Unité » de Fécamp puis, en février 1786, « l’Union Cauchoise » reçoit le feu vert de la loge « Raoul », émanation pavillaise de « la Parfaite Union » de Rouen. Le vénérable, véritable fer de lance de la maçonnerie caudebécaise, est le mauriste René Coquille Deslonchamps, affilié librement à « l’Ardente Amitié ». C’est donc la maçonnerie rouennaise, par l’entremise du relais pavillais, qui a donné l’impulsion fondatrice à Caudebec-en-Caux. A l’image du Caux, le Pays de Bray doit sa modeste implantation maçonnique aux rouennais. A Gournay, « la Parfaite Amitié », installée le 19 décembre 1782, est en effet un pur produit d’importation car c’est le négociant rouennais Augustin Duhamel qui dit avoir initié frères, oncles et neveux lors d’une visite familiale63. Vers l’ouest, la maçonnerie rouennaise irrigue Bernay selon un processus identique, une famille en remplaçant une autre. Ce sont les Hubert de la Huberdière qui jouent le rôle des Duhamel en la personne de Robert Hubert de la Huberdière qui est, au moment de l’érection de « la Parfaite Charité » en 1780, membre de « la Parfaite Union » rouennaise. Ce riche mercier de Bernay dont nous reparlerons se rend fréquemment à Rouen pour régler ses affaires et, comme beaucoup de représentants huppés de cette corporation prestigieuse, il fréquente « la Parfaite Union » où se regroupent les merciers les plus prospères de la ville de Rouen comme les Hurard ou les Rabasse64. On le retrouve donc logiquement choisi parmi les trois officiers de cette loge rouennaise venus installer la loge de Bernay en janvier 178165. En 1784, Bernay devient la seule cité du futur département de l’Eure à compter deux loges maçonniques après le départ de « la Parfaite Charité » de René Decourdemanche, accusé d’indiscrétion en avril 1783. La maçonnerie rouennaise constitue donc, au moment où éclate la Révolution, un géant en Haute-Normandie tant par le nombre de maçons recensés66 que par son influence sur une zone englobant le nord de la généralité d’Alençon, le Pays de Bray et l’ensemble de la vallée de la Seine. Seules les marges de celle-ci ont pu échapper à son emprise.

  • 67 Les loges havraises entretiennent des relations constantes avec la loge de Saint-Domingue « la Véri (...)

40La maçonnerie havraise reste en effet isolée du pôle rouennais et élabore un système de relations indépendant, articulé autour des contacts entretenus avec de nombreuses loges, notamment dans les colonies en raison de l’importance des activités maritimes67. Au sud, les orients de Vernon et des Andelys échappent aussi à l’emprise rouennaise mais la maçonnerie reste durant cette période une affaire assez confidentielle, dépourvue de dynamique fondatrice. Avec 14 loges depuis le milieu du XVIIIème siècle et trois chapitres de hauts grades, l’orient de Rouen se trouve au bord de l’implosion en 1789 : il accepte contraint et forcé l’arrivée en force de nouveaux ateliers au recrutement démocratique tout en parvenant à repousser les tentatives des loges d’artistes. Confronté à une crise majeure avec la démolition de « l’Ardente Amitié » le 8 mai 1788, le principal centre maçonnique normand est, du fait de cette crise de croissance mal maîtrisée, dans une position difficile au moment des bouleversements révolutionnaires.

  • 68 E. Saunier, « Une loge maçonnique à Trois-Monts : l’intrusion d’une forme de sociabilité urbaine en (...)
  • 69 ibid. FM1 108.
  • 70 ibid. FM2 159.
  • 71 Nicolas Brard-Duclos, l’un des principaux protagonistes de la difficile gestation des loges bourgeo (...)

41A l’ouest, le pôle Caen-Bayeux connaît aussi une croissance continue sans qu’un centre n’écrase l’autre par sa domination. A Caen, on observe une évolution intermédiaire entre les schémas havrais et rouennais : la maçonnerie caennaise progresse en effet avec modération. Un seul atelier durable apparaît avec la naissance, le 27 mars 1783, de « la Constante Fabert », qui est une émanation de la loge militaire « Fabert » en garnison à Caen depuis 1778. Près de Caen, l’installation de la loge dite rurale de Trois-Monts en septembre 1786 ne doit pas être retenue comme une volonté d’implanter la maçonnerie à la campagne mais comme une conséquence logique liée au genre de vie particulier d’un groupe de maçons caennais. Quatre aristocrates, deux bourgeois et le curé de cette paroisse rurale, la plupart initiés à Caen, ont leurs résidences à Trois-Monts ou dans des villages proches. Ils ont donc eu l’idée de constituer une loge sans renoncer à leur affiliation aux ateliers urbains, mais il s’agit là d’une bien petite entité qui n’a pu initier que quinze frères, presque tous issus du vivier caennais68. En fait, on peut même parler de relative rétraction du tissu caennais avec la fusion opérée des loges « les Cœurs Sans Fard » et « la Constante Amitié » en avril 1780 : elles ne semblent pas avoir pu faire d’autre choix que celui-là pour maintenir une activité digne de ce nom. Néanmoins, il se maintient à Caen une vie maçonnique étrangère au Grand Orient ce qui atténue l’impression de faible dynamisme. Ainsi deux loges réclament-elles en vain leur régularisation auprès de la rue du Pot de Fer en 1781 et 1787. La première, « la Parfaite Tempérance », porte très mal son nom puisqu’elle est récusée, selon son vénérable Lexcombart, pour des insultes envers le Grand Orient. Le 4 janvier 1788, « la Réunion des Arts » demande également sa régularisation : la loge est en proie à des dissensions intérieures69 et ses travaux sont de plus dirigés par un maître d’écriture de la rue Vaugueux. Malgré cela, on doit cependant admettre que, ces deux loges ne semblant pas peuplées d’une multitude de frères (« la Parfaite Tempérance » se disant en gestation et la loge d’artistes avouant communiquer avec Paris par son secrétaire vu les absences des frères et du vénérable), la dynamique maçonnique à Caen est bien brisée après 1780 et que l’existence d’une barrière sociale plus rigide qu’à Rouen n’est pas pour rien dans cette évolution. A Bayeux, la maçonnerie garde sa structure originelle : malgré l’impression donnée par deux tentatives de fondation infructueuses en 1786 et 1787, on ne trouve en fait que deux loges cohabitant (mal) au même moment dans la cité. Les trois loges qui émergent en apparence entre 1786 et 1787 ne correspondent qu’à une seule entité. Il s’agit d’une tentative bourgeoise d’implantation maçonnique assez banale mais qui est rendue difficile en raison des exigences de « la Constance ». L’histoire douloureuse des relations entre les loges bayeusaines commence véritablement à la mort du marquis de Bricqueville, le vénérable perpétuel des « Cœurs Unis par Excellence ». Avec son décès, cette loge dépendant de l’orient de Clermont s’éteint, laissant le monopole à « la Constance ». Quatre bourgeois de Bayeux, qui maçonnent sauvagement70, profitent alors de la fermeture du temple pour racheter local et meubles au fils du défunt et fonder un nouvel atelier reprenant le nom des « Cœurs Unis ». L’initiateur de l’opération est le modeste avocat Nicolas Brard-Duclos, qui fut initié à la maçonnerie lorsqu’il était étudiant à Paris71. Cependant l’opération échoue car « la Constance » a su profiter de troubles survenus entre les néophytes pour faire récuser la loge auprès du Grand Orient. Les réprouvés tentent alors leur chance en constituant un nouvel atelier, « Saint-Christophe de la Bonne Union », après quand même un léger époussetage de la liste initiale des anciens membres. Malgré l’opposition farouche de « la Constance » et les menaces de rupture, la loge est finalement fondée le 24 avril 1788, non sans que les frères de « la Constance » aient essayé à nouveau de supplanter l’autorité du Grand Orient en approuvant les constitutions d’une éphémère « Union de Thémis », le 27 juillet 1787. En fin de compte, il y a donc toujours seulement quatre loges à Caen et deux ateliers à Bayeux en activité en 1789 et la situation a donc assez peu évolué lors des 15 dernières années de l’Ancien Régime.

  • 72 C. Peyrard, Les jacobins de l’ouest, p. 69-97.
  • 73 BNF, fonds FM: FM2 136bis.

42Autour d’Alençon, on peut parler plus ouvertement de stagnation : la vitalité maçonnique se réduit à la renaissance difficile et éphémère de « l’Union » à la Ferté-Macé le 17 septembre 1778 et à la naissance d’un modeste atelier qui ne comptera jamais plus de douze membres : les « Emules d’Oreste et de Pylade ». Cette loge n’est en fait qu’une scission de « Saint Christophe de la Forte Union » le 14 juillet 1782. La nouvelle loge ne fait pas preuve d’un prosélytisme à toute épreuve puisque le principal protagoniste du conflit, dont nous reparlerons à la suite de Christine Peyrard72, Jean-Zacharie Malassis, avoue être seul en 178673.

  • 74 ibid. FM2 232.

43Par ailleurs, à côté de ses pôles initiaux, deux centres émergent en périphérie. Au nord-est de la généralité de Rouen, un axe Dieppe-Eu resurgit à partir d’initiatives venues d’Abbeville où la loge militaire « la Parfaite Harmonie » stationne. Elle installe « la Parfaite Union » (Eu) le 8 novembre 1779 et, trois ans plus tard, cette dernière installe à son tour « les Cœurs Unis » de Dieppe après l’approbation de la loge de Rohan-Soubise, un atelier militaire stationné à Eu. Les loges vivent en relation étroite puisqu’en mars 1788, le notaire dieppois Martial Rabion sert d’intermédiaire entre la loge eudoise et le Grand Orient pour l’érection d’un chapitre de grades écossais à Eu74.

44A l’ouest, le Cotentin entre dans le giron du Grand Orient en janvier 1783 avec la reconstitution de « la Fidèle Maçonne » à Cherbourg qui est installée par les militaires du régiment suisse de Waldner. Depuis Cherbourg, la maçonnerie gagne alors Valognes où « l’Unité » est fondée le 15 mai 1788 auprès de « l’Union Militaire », Carentan où « les Cœurs Unis » sont installés le 18 septembre 1788 et enfin Coutances avec la naissance des « Cœurs Sans Fard » en mars 1789. Seule « l’Interprète Maçonne » de Granville est installée hors du giron cherbourgeois en février 1787 : c’est « l’Aménité » havraise, au grand désappointement de « la Fidélité », qui prend en charge la constitution d’une loge qui va vivre sa vie de façon assez autonome.

45La diffusion géographique de l’Art Royal en Normandie entre 1774 et 1789 autorise donc deux remarques concernant le processus constitutif. D’une part, il n’y a aucun vide important dans le maillage normand et la province est harmonieusement touchée par cette forme de sociabilité. D’autre part, le processus de diffusion a fonctionné en deux temps. Jusqu’en 1785, c’est la généralité de Rouen qui a la part belle puisqu’on y répertorie onze des dix-sept constitutions acceptées par le Grand Orient. Mais le mouvement s’essouffle après cette date sauf dans Rouen « intra-muros » où deux fondations et deux ateliers irréguliers travaillent. Au moment de ce relatif décrochement, le relais est pris par l’ouest de la province avec les tentatives « bourgeoises » à Bayeux et surtout le développement de l’ordre dans le futur département de la Manche, après la renaissance de la maçonnerie à Cherbourg. Cinq des sept fondations manchotes ont lieu en effet après 1787. Le rôle actif joué par l’intensité de l’urbanisation et le dynamisme économique ont donc favorisé la précocité des implantations en Haute-Normandie dans le processus constitutif mais on constate avec intérêt, qu’au moment où éclate la Révolution française, les pays de l’ouest sont en train de compenser leur retard.

  • 75 R. Halévy, Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime aux origines de la sociabilité démo (...)

46Un fait majeur doit donc être constaté : on n’observe pas de rupture, pas de décrochement véritable durant la période 1785-1789. La Révolution a frappé de plein fouet ou pris en charge, selon l’optique que l’on adoptera, une sociabilité en pleine vigueur. Elle venait de gagner des villes modestes comme Carentan ou Coutances. Même s’il ne s’agit que de petits cercles d’au maximum quinze individus, cette constatation rend difficile la perception de la loge comme structure de pré-politisation dont, pour reprendre l’expression de Ran Halévy, les tendances démocratiques étaient en conformité avec les formes de pratiques politiques bientôt mises en place par le processus révolutionnaire75. En effet, la maçonnerie apparaît dans ces villes moyennes quelques mois avant l’émergence des premières sociétés politiques. La loge, si tant est qu’elle fût abandonnée rapidement au profit de la structure plus novatrice des premiers clubs, n’a pu connaître cette désaffection progressive, amorcée quelques années avant l’émergence des premières sociétés politiques. Que des hommes aient cru bon de fonder une loge à ce moment-là, et non de poursuivre simplement des réunions maçonniques, doit nous conduire à entrevoir la loge comme une entité indépendante avec ses rites et ses activités propres sans, dans un premier temps, l’intégrer de facto dans une synarchie de « sociétés de pensée » ou de structures de sociabilité pré-révolutionnaires dans lesquelles la spécificité de l’identité maçonnique serait dissoute.

  • 76 D. Pingué, op.cit.
  • 77 C. Peyrard, op.cit., p. 46.

47A l’aube de la Révolution, peu avant le mouvement d’extinctions qui va le fragiliser provisoirement, le réseau maçonnique normand montre donc deux caractères majeurs. D’une part, le dynamisme originel des années 1760-1770 ne se dément pas et les implantations successives tissent un réseau très dense entre 1774 et 1789. Avec plus de 50 loges régularisées entre ces deux dates (54 et neuf ateliers non régularisés), la maçonnerie quadrille la Normandie de Granville à Gournay et d’Eu à Alençon. La densité des implantations maçonniques met fin à l’image d’un Ouest réputé rétif aux structures de sociabilité novatrices puisque la Basse-Normandie compte des loges dans toutes les cités de moyenne importance. D’autre part, dans une perspective comparative, la géographie des implantations maçonniques n’anticipe pas vraiment celle du réseau tissé par les sociétés populaires mis à jour par la thèse récente de Danielle Pingué qui a montré le poids des deux départements haut-normands riches de 184 fondations en Seine-Inférieure et de 153 sociétés dans l’Eure76. Si la Haute-Normandie se taille la part du lion dans cette euphorie générale, les comportements des deux départements s’individualisent nettement. Le département de la Seine-Inférieure regroupe 19 fondations alors que le département de l’Eure fait figure de parent pauvre avec cinq loges. Ce constat, déjà induit par la thèse de Christine Peyrard77 dans son étude sur les six départements de l’Ouest intérieur, doit nous conduire à la plus grande prudence quant à l’hypothèse d’un transfert de sociabilité, de la maçonnerie vers les sociétés populaires.

1789-1830 : le temps de la recomposition

48C’est dans ce contexte de croissance généralisée que survient la Révolution française. Comme le montre la géographie des implantations maçonniques entre 1789 et 1799, le choc est rude mais les résistances sont réelles.

les implantations de 1789 à 1799.

les implantations de 1789 à 1799.
  • 78 C. Mazauric et E. Saunier, « La Révolution française et la fin de la franc-maçonnerie à Rouen », Le (...)
  • 79 BNF, fonds FM : FM2 190.
  • 80 ADC (fonds communaux de la ville de Caen) : 615 EDT 636. On y trouve la liste des initiés de « Thém (...)

49En dehors de Rouen où les dernières traces importantes datent de l’automne 179078, la maçonnerie maintient une correspondance officielle avec Paris une fois la Révolution commencée à Caudebec-en-Caux, Cherbourg et Vernon, jusqu’en 1791 à Eu. A Caen, les loges qui sont habituées à travailler de concert, se sont réunies en comité79 dès 1788 et maintiennent une activité jusqu’à la Terreur, les tableaux étant envoyés avec une belle régularité par « Union et Fraternité » jusqu’en 1792. Au sein de « Thémis », on initie encore à cette date et, parmi les néophytes, on trouve quelques personnalités de marque comme le maire de Honfleur, Lacroix Saint-Michel, les administrateurs du département, Brouard de Clermont et Rivière, et surtout l’évêque constitutionnel du Calvados Claude Fauchet80.

  • 81 BNF, fonds FM : FM2 244.
  • 82 En dehors de l’étonnante vitalité de la maçonnerie havraise, les réunions semblent avoir repris de (...)

50Avec la période dite de la Terreur, nous sommes plongés dans une quasi-obscurité d’où émerge cependant avec éclat la lumière havraise. La maçonnerie connaît ici un grand succès après 1789 puisque, outre le fait que les deux loges, « la Fidélité » et « l’Aménité », maintiennent activités et correspondances sans aucune interruption, on initie au Havre plus de nouveaux adhérents entre 1789 et le Directoire qu’entre 1776 et 1789 ! Mieux encore : une nouvelle loge est installée en messidor an II. Les « Trois Haches » existent en fait, sous la forme d’une société politique depuis 1790 et choisissent ce moment peu opportun pour se faire régulariser. Il est vrai que la loge a les caractéristiques apparentes de la jacobinière puisqu’elle recrute parmi les boutiquiers et volontaires aux armées. Cinquante-quatre de ses membres ont fréquenté avec plus ou moins d’assiduité la société populaire et « l’Aménité », qui a procédé à la constitution des « Trois Haches », reste très dynamique et initie même, en 1793, le curé assermenté Guillaume Rousset. Etrange cité où l’isolement conduit à des subversions de toutes les structures de sociabilité dont nous reparlerons. Les maçons havrais n’en connaissent pas moins des déboires identiques aux frères inquiétés ailleurs. On assiste même à un émouvant épisode de solidarité maçonnique au sein de la prison de Baclair où sont incarcérés de nombreux frères. Menés par l’ancien Vénérable Jean-Baptiste Allègre, les maçons des loges rivales « Fidélité » et « Aménité », avec quelques frères initiés à Brest et à Rouen, décident d’organiser des tenues hebdomadaires dans le but d’adoucir leur sort81. Sous le Directoire, les Havrais sont rejoints dans leur activité par les Rouennais dès 1796 puis par les frères de Cherbourg en 1798 et enfin par ceux de Caen et de Valognes en 1799. Il n’y a donc jamais eu d’arrêt définitif des activités, quelques frères dévoués et courageux ayant probablement fait « tourner la boutique » un peu partout dans la clandestinité en attendant des jours meilleurs82.

  • 83 C. Mazauric, Sur la Révolution française. Contributions à l’histoire de la révolution bourgeoise, p (...)
  • 84 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848), p. 59-65.
  • 85 C’est particulièrement vrai en Provence où Maurice Agulhon signale la fin des activités au-delà de (...)
  • 86 BNF, fonds FM : FM2 244.

51Pourtant, il reste que les deux-tiers des loges encore actives (26) ont cessé de correspondre avec Paris entre 1786 et 1789 et, parmi elles, la totalité des loges d’Alençon et de Rouen à l’exception de « l’Ardente Amitié » qui dénonce encore en mai 1790 la démolition dont elle a été l’objet deux ans auparavant. Cet arrêt de correspondance n’implique pas, bien sûr, une cessation totale des activités et de réunions informelles, mais il reste révélateur d’une rupture effective et d’une situation précaire. A Rouen, la mauvaise résistance des loges semble due à la conjonction de trois facteurs. La floraison incontrôlée des ateliers a probablement fragilisé les loges de construction récente et la terrible crise liée à la démolition de « l’Ardente Amitié » semble avoir ébranlé l’ensemble de l’orient. De plus, il apparaît que les loges ont été l’objet d’une politisation peu étonnante dès le début de l’année 1789. C’est en tout cas ce qu’atteste l’avertissement du Grand Orient aux frères des « Bons Amis ». Il est vrai que cette loge compte tout ce que la ville de Rouen va produire de personnalités politiques importantes durant la période révolutionnaire. On repère l’avocat et futur régicide Antoine-Louis Albitte, alors homme de confiance de Thouret, Jean-Baptiste Ducastel, principal collaborateur de ce dernier, et Georges Aumont, le futur agitateur royaliste de l’affaire de la Rougemare83. Les situations sont donc contrastées entre la bonne santé havraise et l’extinction précoce de la maçonnerie rouennaise. De ce point de vue, cette remarque invite à considérer les destins diversifiés des loges dans une perspective identique au devenir des cercles durant les monarchies censitaires. Fondant la sociabilité bourgeoise caractéristique de cette période, la plasticité de ces derniers démontrée par Maurice Agulhon84 semble caractériser aussi la maçonnerie dès la fin de l’Ancien Régime, les ateliers semblant soit victimes de leur archaïsme ou objets de subversion selon les espaces géographiques concernés, les micro-sociétés qui les peuplent et l’histoire interne des orients. Néanmoins, en dehors du Havre et, à un degré moindre, de Caen, en Normandie comme ailleurs, la Révolution a fait globalement apparaître l’inadaptation de la sociabilité maçonnique face aux exigences culturelles novatrices85. Même au Havre, où la maçonnerie fonctionne sans discontinuer durant la Terreur, les frères dressent ce constat. Au moment de l’installation des « Trois Haches », les frères installateurs de « l’Aménité » avouent au Grand Orient que les effectifs de la loge se sont réduits par les exigences de la citoyenneté nouvelle et par la concurrence des clubs et sociétés populaires86. C’est donc un réseau bien enterré que le pouvoir bonapartiste a dû et voulu faire resurgir après le 18 Brumaire. La stabilité consulaire qui permet vraiment la reconstruction d’un réseau montre une double rétraction assez spectaculaire.

la reconstruction consulaire.

la reconstruction consulaire.
  • 87 A partir de 1800, les fonctionnaires représentent entre 23 % (Eure) et 36 % du recrutement départem (...)

52D’une part, s’opère un phénomène peu surprenant de repli autour des orients majeurs au détriment des centres plus modestes. La maçonnerie y disparaît d’autant plus aisément que les loges sont nées peu avant la Révolution dans des cités sans tradition maçonnique. Sept orients ont ainsi été rayés de la carte pour un long moment alors que trois autres connaissent une renaissance très éphémère (Valognes en 1799, Fécamp en 1812 et Eu en 1813). D’autre part, on observe un resserrement social autour de deux catégories clefs : la bourgeoisie commerçante et les fonctionnaires qui remplacent les officiers royaux87. Il est de coutume de présenter la période napoléonienne comme un « âge d’or » en terme de dynamique fondatrice puisque l’on passe de 114 à 905 ateliers entre 1802 et 1815 au niveau national. Force est de constater que la Normandie a connu une évolution sans euphorie puisque vingt loges seulement ont été créées entre ces deux dates et jamais plus d’une par orient.

53Mais, ce sont encore les rythmes de constitution qui permettent d’affiner la vision relative au processus reconstitutif.

la franc-maçonnerie normande sous le consulat et le premier empire : rythmes constitutifs et mouvement d’ensemble.

la franc-maçonnerie normande sous le consulat et le premier empire : rythmes constitutifs et mouvement d’ensemble.

rythmes constitutifs

mouvement d’ensemble.

  • 88 Les loges de Pont-L’Evêque, Lisieux et de Eu sont pratiquement mort-nées puisque, apparues en 1811, (...)

54C’est incontestablement entre 1800 et 1804 que l’ordre fait ses plus belles percées avec la reconstitution d’une loge particulièrement prestigieuse à Alençon où le maillet est tenu par un préfet venu du Tarn, Victor La Magdelaine, jusqu’en 1812 et surtout une irrigation dans une zone inexplorée englobant presque tout le département de l’Orne et le sud de l’Eure où la maçonnerie émerge à Evreux en 1800. Après Evreux, c’est au tour de Bellême en mai 1802, de Mortagne en avril 1804 et de l’Aigle en 1805 de voir se constituer un atelier tandis que les anciennes loges d’Alençon renaissent au sein d’une unique loge qui prend pour nom « la Fidélité ». Puis, la dynamique se poursuit en se déplaçant vers le nord et l’ouest des départements bas-normands : on y répertorie cinq des huit fondations entre 1805 et 1810. Néanmoins, l’ensemble de la période impériale stricto sensu montre un fléchissement progressif du dynamisme qui apparaît après 1810. En fait, passée l’année 1805, on note déjà l’absence d’émergence de grands ateliers à l’exception des « Cœurs Unis » dieppois, renaissance en 1806 de l’ancienne loge fondée en 1783. A partir de cette date, un net ralentissement se manifeste jusqu’en 1811 où une seconde poussée sans lendemain s’observe entre cette date et 1813. Parmi les six loges nouvelles, quatre sont des fondations éphémères ne survivant pas à l’écroulement de l’Empire88. Leur activité n’a pas dépassé deux ans.

55Dans ce contexte général, on voit aussi que l’hégémonie de la Seine-Inférieure paraît quelque peu bousculée : les succès se limitent à la renaissance de la loge dieppoise à Dieppe en 1806, à l’éphémère reconstruction de « la Triple Unité » de Fécamp et à l’éclosion assez tardive (et interrompue par la guerre) de « l’Union » à Elbeuf en 1813. A Rouen, une loge importante s’installe : il s’agit des « Arts Réunis » en avril 1808 mais c’est là la seule fondation rouennaise sous l’Empire alors que seules « la Parfaite Egalité » et « l’Ardente Amitié » ont resurgi de leurs cendres sous l’impulsion d’anciens frères. Ces ateliers sont, comme nous le verrons, riches en adhérents mais on est loin de l’euphorie de la fin de l’Ancien Régime. Le faible succès de la maçonnerie impériale en Seine-Inférieure contraste donc avec le vif éclat de la période précédente, l’importante maçonnerie rouennaise semblant peu encline à se développer dans le contexte de l’inféodation au pouvoir bonapartiste, même si « l’Ardente Amitié » regroupe de belles figures de notables impériaux comme le préfet Jacques Beugnot, le maire Louis Lézurier de la Martel et le sénateur Nicolas Vimard.

56La défaite et l’invasion ennemie entraînent en 1815 les loges dans des tribulations aussi graves qu’en 1793. Suspectées pour leur légalisme bonapartiste et pour leur simple vocation à réunir des hommes en nombre important, les loges normandes connaissent un nouveau mouvement d’extinction puisque quinze des trente loges en activité en 1815 avouent avoir cessé leurs travaux durant plusieurs mois.

la franc-maçonnerie normande en 1818.

la franc-maçonnerie normande en 1818.

57Si, avec vingt-deux ateliers réactivés dès 1818, le réseau maçonnique apparaît plus étoffé et plus vite reconstruit qu’en 1803, la maçonnerie normande se recroqueville sur un ou deux bastions par département. De plus, quelques loges s’éteignent à Bayeux et à Honfleur et, à compter de cette date, on ne voit pas de nouveau décollage, les fondations étant éphémères. Seules sept loges installées entre 1815 et 1830 ont une activité durable qui leur permettent de vivre les événements de l’été 1830. A cette date, la géographie des loges normandes est donc assez proche de celle de 1815.

les implantations de 1815 a 1830.

les implantations de 1815 a 1830.

creations et extinctions.

etat des implantations en 1830.

58Pourtant, dans ce contexte général difficile, le comportement du département de la Seine-Inférieure, auquel on peut joindre le nord de l’Eure (Bernay et Pont-Audemer) qui est sous son influence, se singularise encore. C’est la région rouennaise qui a le comportement le plus significatif. En effet, on y trouve la quasi-totalité des fondations maçonniques durables, Rouen redevenant le « noyau dur » de la maçonnerie normande. S’ajoutent aux loges déjà constituées, « la Parfaite Egalité » et « les Arts Réunis », les ateliers de « la Persévérance Couronnée » et de « la Sincère Amitié », auxquels il faut également ajouter la loge de Darnétal, régularisée en 1820 dans la mouvance de « la Persévérance Couronnée ». Seule « l’Ardente Amitié », l’atelier des grandes notabilités politiques liées au régime bonapartiste, s’est éteint en 1816-1817 mais il a cependant fourni nombre d’adhérents, à partir de cette date, aux « Arts Réunis ». Non loin des terres rouennaises, on recense aussi « l’Union » à Elbeuf qui connaît son véritable envol en 1822 et « les Arts Réunis » à Pont-de-1’Arche, loge active de 1819 à 1829. Au total, la quasi-totalité des fondations, entre 1815 et 1830, se concentrent donc à Rouen et dans ses environs immédiats. En Basse-Normandie, seule la loge des « Trinosophes Neustriens » à Caen constitue une création nouvelle, en 1826, tandis que la maçonnerie renaît difficilement à Granville en 1827, et maintient ses positions à Cherbourg, Falaise et Alençon.

Le fait maçonnique en Normandie : frontière culturelle et autonomie

59Le panorama général du maillage du réseau met donc en lumière deux faits majeurs. D’une part, on constate, malgré de profondes inégalités géographiques, le succès généralisé du fait maçonnique entre 1744 et 1830. Interrompu provisoirement à deux reprises entre 1789 et 1792 puis entre 1815 et 1818, celui-ci est l’objet d’une certaine instabilité géographique jusqu’au début de l’Empire, moment où les orients se concentrent presque exclusivement dans les villes majeures de la province et notamment dans les centres administratifs mis en place par la Révolution française, le chef-lieu d’arrondissement semblant le mieux convenir à la vie maçonnique qui déserte les petites cités investies entre 1774 et 1789. L’évolution du tissu géographique montre plus une régulation qu’il n’est le témoignage d’une instabilité profonde. Fait urbain dès son origine, la sociabilité maçonnique renforce cette identité dans la France révolutionnée et déserte les villes modestes et, dans une France majoritairement rurale, la géographie des implantations maçonniques atténue d’ores et déjà la possibilité d’un rôle global joué par la sociabilité maçonnique sur l’ensemble des structures politiques.

  • 89 G. Gayot, op.cit., p. 43. La Seine-Inférieure compte alors 8 loges actives en 1848.
  • 90 Cette loge, sur laquelle on ne détient aucune archives et qui ne figure pas dans les inventaires de (...)
  • 91 D. Pingué, op.cit.

60Dans ce succès d’ensemble qui détruit définitivement la réputation de froideur de la province de Normandie, un département émerge pourtant nettement : avec la moitié du personnel maçonnique recensé à elle seule (49,5 % du recrutement), la Seine-Inférieure fait figure de géant, le cœur maçonnique se situant à Rouen où la cité regroupe le quart des francs-maçons normands. Certes, le département est le plus peuplé et le plus urbain, mais la densité maçonnique excède largement la proportion relative au département dans l’hypothèse d’un développement harmonieux. La sociabilité maçonnique semble donc encline à s’installer de préférence dans ce département où les rythmes constitutifs sont, par ailleurs, assez surprenants. En effet, la Seine-Inférieure, à laquelle on peut ajouter le nord de l’actuel département de l’Eure, forme la zone la plus sensible à la diffusion de la mode maçonnique au « Siècle des Lumières ». On y recense 21 des 54 fondations régulières, la plupart émergeant dans la mouvance rouennaise. En revanche, « l’âge d’or impérial » (1800-1810) semble un peu moins toucher cette zone (trois fondations sur un total de quinze) et privilégier des terres où la sociabilité maçonnique est réellement vécue comme le bon moyen d’intégrer les bénéficiaires des « masses de granite ». C’est particulièrement évident dans l’Orne où le personnel préfectoral de haut rang pénètre en nombre la loge alençonnaise. A Rouen, la brève apparition du préfet Beugnot en 1804 au sein de « l’Ardente Amitié » ne doit pas trop faire illusion face à l’investissement personnel important de son collègue Victor La Magdelaine, qui prend la direction de « la Fidélité » à Alençon en 1804 et dirige ses travaux jusqu’en 1812. Le retour des Bourbons a, comme nous l’avons signalé, entraîné un regain de fondations en Seine-Inférieure et notamment dans la région rouennaise. Il est intéressant de constater que la Seine-Inférieure fait partie des départements où l’activité maçonnique préserve son plus fort potentiel d’activité au moment du grand reflux de 1815-183089. Ce rythme « marginal » dans les séquences fondatrices pose de facto la question des formes de la sociabilité prises par la maçonnerie dans ce département. En effet, on y trouve une forme de subversion de sociabilité au Havre avec l’installation de la loge des « Trois Haches » en l’an II, une autre en 1818-1820 sous la forme d’au moins deux fondations au rite Misraïm, « la Parfaite Tolérance » séante à l’orient de Darnétal et « les Elus de Pythagore » retrouvés à Rouen90, sans compter quelques présences emblématiques (Dupont de l’Eure, Louis Bignon ou Louis Desseaux). Tous sont des figures connues d’opposants au pouvoir en place et tous ces faits plaident en faveur d’une spatialisation de la maçonnerie qui distinguerait une partie séquanienne englobant la Seine-Inférieure et le nord du département de l’Eure, terre de prédilection des loges dans les moments de grande intensité politique, d’un ouest au développement plus harmonieux et plus conformiste dans ses rythmes de construction. Cette géographie conforte nettement l’intensité supérieure du processus de politisation en Haute-Normandie mise en exergue par nombre de travaux antérieurs, et très récemment par ceux de Danièle Pingué91, tout en mettant en valeur une dichotomie entre la Seine-Inférieure et l’Eure. D’ores et déjà, le simple tissage du réseau maçonnique et ces variations dans ses rythmes constitutifs posent de façon directe la question de la frontière culturelle et politique qui s’esquisse entre Haute et Basse-Normandie à travers le prisme de la franc-maçonnerie.

61D’autre part, la géographie des implantations met clairement en évidence l’autonomie du fait maçonnique. Dès l’analyse des premières fondations maçonniques en Normandie, nous avions émis des doutes sur les liaisons couramment admises entre urbanisation, culture et maçonnerie. Sans vouloir nier totalement une interrelation globalement pertinente, la recherche d’une liaison directe entre les implantations maçonniques, l’intensité urbaine et la « culture des Lumières » paraît effectivement trop linéaire. La mise en corrélation entre la carte des fondations maçonniques normandes et un ensemble de trois cartes concernant l’urbanisation, les formes de sociabilité savantes existant avant 1789 et le maillage administratif mis en place à partir de 1790, tend à confirmer et à clarifier les impressions initiales : s’il y a globalement corrélation, on est frappé par le nombre d’exceptions liées à la capacité de la géographie maçonnique à préserver sa spécificité.

l’autonomie du fait maçonnique.

l’autonomie du fait maçonnique.

implantations maçonniques et urbanisation.

implantations maçonniques et maillage administratif.

implantations maçonniques et institutions culturelles au temps des lumieres.

  • 92 Ainsi, dans l’Eure, Verneuil-sur-Avre compte 6 000 habitants et aucune loge mais Les Andelys (2 000 (...)
  • 93 Trois Yvetotais au sein des loges rouennaises, deux Bolbécais au Havre, un seul Avranchin à Dieppe (...)

62La ville de 5 000 habitants semble avoir été, à partir de l’Empire, le pôle d’épanouissement de la sociabilité franc-maçonne, les villes peuplées entre 3 et 5 000 habitants se fractionnant également entre attraction et indifférence envers le mouvement maçonnique. Néanmoins, quelques anomalies démographiques importantes méritent d’être relevées : Saint-Valéry (8 000 habitants) et Yvetot (7 000) n’ont jamais été éclairées dans le département de la Seine-Inférieure, Saint-Valéry étant la seule cité littorale d’importance avec Avranches à avoir été oubliée par l’Art Royal, sans doute en raison de la force d’attraction exercée par Le Havre et Dieppe. Yvetot, en retrait par rapport à l’axe de la Seine et étouffée par la proximité rouennaise, a connu le même destin. En revanche, Gournay-en-Bray et Eu (autour de 2 000 habitants) ont été le lieu d’implantations maçonniques, Eu ayant même demandé l’érection d’un chapitre de hauts grades en 1789 puis été l’objet d’une tentative de refondation par Jacques Le Dagre en 1813. On retrouve en fait bien d’autres « anomalies » de ce type dans les départements voisins92 et, au total, seul le département du Calvados montre une réelle fidélité à la logique de la démographie urbaine. On pourrait objecter que ces absences s’expliquent par la proximité de loges déjà constituées mais force est de constater que les loges n’assimilent pas les frères habitant dans les centres urbains proches93. Les corrélations s’avèrent donc plus incomplètes que ne le laisserait supposer une vision superficielle.

  • 94 D. Roche, Le siècle des « Lumières » en province : académies et académiciens provinciaux (1680-1785 (...)

63Mais c’est la carte juxtaposant les implantations maçonniques et les formes de sociabilité activées par le mouvement des « Lumières » qui montre le mieux la complexité des corrélations dans l’hypothèse d’une logique des implantations. On y voit apparaître un lien évident entre les grandes villes disposant d’un arsenal complet de sociétés savantes et la puissance de la présence maçonnique… mais on est tout de même frappé par la très grande diffusion de la mode maçonnique. Si la présence de structures de sociabilité éclairées s’accompagne invariablement de la présence de loges, la réciproque ne joue pas puisque neuf centres maçonniques ne bénéficient d’absolument aucun support culturel, preuve s’il en était besoin que la sensibilité maçonnique dépasse largement les frontières de la culture et qu’elle occupe une place bien spécifique dans la sociabilité des « Lumières »94.

64Enfin, la juxtaposition de la carte des fondations avec le maillage administratif mis en place à partir de 1790 n’est pas totalement satisfaisante non plus car si les chefs-lieux de départements ont tous connu une présence maçonnique, il est à remarquer que l’implantation de la maçonnerie à Saint-Lô a été bien éphémère (1806-1812), la lutte entre Saint-Lô et Coutances ayant sans doute joué un rôle négatif alors que Cherbourg et Granville s’imposaient comme deux centres stables. De toute façon, au niveau de l’arrondissement, des distorsions importantes apparaissent, douze chefs-lieux d’arrondissement n’ayant pas vu la lumière et huit centres maçonniques n’ayant pas d’appui administratif important. On voit donc s’affirmer une logique interne au mouvement maçonnique et, pour la comprendre, on peut proposer de conjuguer trois données.

  • 95 Jean-André Signard est le gendre du banquier Gaultier.

65D’une part, il faut restituer au fait maçonnique la diversité de ses origines. On le présente souvent comme suivant exclusivement les voies du négoce et de la culture mais il s’agit là d’un raccourci. En effet, si l’on s’attache à suivre l’évolution des loges normandes dans leur phase informelle, les groupes sociaux qui dorment naissance aux loges sont fort nombreux. Nous avons mis en évidence le rôle des commerçants dans le processus de naissance des loges à Gournay et Bernay par l’intermédiaire des voyages des frères rouennais Robert Hubert de la Huberdière et Augustin Duhamel et il est vrai que les déplacements des gens de commerce constituent une des voies royales de la diffusion. On peut s’en rendre compte en évoquant le rôle joué par le milieu bancaire soucieux de montrer ses désirs de domination en participant à la mise en place des institutions maçonniques, comme ce fut le cas à Caen. Les richissimes banquiers protestants Gaultier dirigent la loge « Union et Fraternité » dès 1765 qui fut longtemps dénoncée comme irrégulière avant 1773 en raison de son peu de liaison avec l’ancienne Grande Loge. Cette direction prestigieuse ne fait que prolonger une tradition liant banque et maçonnerie à Caen, les Gaultier succédant aux Signard d’Ouffières, riches banquiers contrôlant les mines de Littry. Unis par des liens familiaux aux Gaultier95, ce furent les Signard qui hébergèrent le pasteur franc-maçon Jacques Martin et participèrent aux réunions de la première loge caennaise entre 1740 et 1742.

  • 96 Rappelons notamment le rôle déterminant tenu par le Procureur du Parlement de Normandie Pouilliot à (...)
  • 97 BNF, fonds FM : FM2 13.
  • 98 Ces quatre hommes sont le directeur de la manufacture de Glaces Guillaume Dupuis de Saint-Julien, l (...)

66Mais ce cheminement classique du fait maçonnique n’est pas le seul, loin s’en faut. Ainsi, artistes et médecins ont permis la constitution de six loges. Rouen est incontestablement la cité où cette voie culturelle est la plus affirmée dans l’origine de loges nouvelles. L’arrivée du comédien Nicolas Aillet, initié à Orléans en 1772, au XVIIIème siècle, celle de Gavaudan en 1800, confèrent à la maçonnerie rouennaise une identité originale qui est le fait des métropoles. A Caen, deux loges doivent aussi leurs institutions aux gens de culture : il s’agit de « la Constante Fabert », fondée par les militaires de l’atelier Fabert en 1783 et prise en main par le chirurgien Pierre Amiel et, en janvier 1788, de la loge « Saint-Jean de la Réunion des Arts », qui se manifeste sous la houlette d’un maître d’écriture de la rue Vaugueux nommé Benoist. Non loin de Caen, c’est un petit robin, Nicolas Brard-Duclos, qui est à l’origine de la renaissance des « Cœurs Unis » de Bayeux. Et la maçonnerie emprunte encore bien d’autres routes efficaces. Les robins sont les principaux initiateurs du mouvement de fondations notamment dans les villes moyennes de l’intérieur et les petites cités96 On sait aussi que la présence d’une armée reste également l’un des moyens les plus sûrs pour fonder un atelier. On peut saisir l’importance de la présence d’un régiment dans le processus constitutif à Cherbourg où la dynamique ne commence vraiment qu’après le passage du régiment suisse de Waldner97. La « Parfaite Union » a surgi en 1776 à Neufbrisach et les sources maçonniques montrent que les officiers dudit régiment maçonnent à Cherbourg en 1781, date à laquelle la loge compte treize membres. Arrivés en mars 1779, casernés à l’abbaye, à la Bouteillerie et dans les maisons bourgeoises, les officiers initiés à l’Art Royal ont à n’en pas douter fait connaître l’Art Royal aux bourgeois de Cherbourg. Quatre civils cherbourgeois98 issus majoritairement du monde du négoce fréquentent les tenues de la loge des officiers du régiment et, lorsque ce dernier repart en 1784 en Hainaut, il a ainsi laissé à Cherbourg les cadres assurant la pérennité de la loge civile qu’ils ont installée en 1783.

67La diversité des canaux sociaux aux origines de la maçonnerie apparaît un peu plus avec les déplacements des moines à la fin de l’Ancien Régime et l’initiative du pouvoir préfectoral sous le Consulat, notamment dans le département de l’Orne. La maçonnerie a été, à Bellême, Domfront et Alençon, implantée ou reconstruite sous la houlette du préfet Victor La Magdelaine et du sous-préfet Guillaume Barbotte.

68Au total, ce sont donc six groupes socioculturels qui participent à la fièvre fondatrice. Un faisceau de facteurs, qui parfois se rejoignent, comme à Bernay ou à Cherbourg, suffit donc à conférer aux implantations maçonniques l’originalité géographique qui en découle. Un fait est certain : le rôle des individus et le hasard des rencontres jouent un rôle déterminant. A Caen, c’est un commerçant initié à Reims, Lefevre, qui donne le second souffle à « la Constante Amitié » en 1780. A Elbeuf, les vagabondages commerciaux sont aussi à l’origine de la fondation de la loge locale, « l’Union », mais il s’agit cette fois d’une initiative collective puisque les sept fondateurs de cet atelier disent avoir été initiés très loin de leur base. Un commis de compte, Pierre Petitgrand, et un restaurateur, Michel Macé, reçus à Rouen, un cafetier, Armand Nicolas, initié à Alençon et deux négociants, André Eloy et Casimir Hazé, maçons à Orléans et à Lille auxquels il faut ajouter deux autres commerçants, Jean-François Poteau et Nicolas Martin, affiliés préalablement dans les provinces belges, à Gand et à Ostende : les horizons géographiques indiqués sont variés en raison de la forte présence d’un groupe de commissionnaires en laine parmi les introducteurs de la franc-maçonnerie à Elbeuf. Nous pouvons multiplier ainsi les exemples et force est de constater que les transformations institutionnelles n’ont pas atténué le poids des initiatives privées, que nous avions saisi pour Falaise dès 1765 avec la rencontre entre Rupalley et l’avocat Blacher, dans le processus constitutif de la géographie du fait maçonnique en Normandie.

  • 99 A Rouen, ce sont les loges « les Bons Amis », « la Parfaite Harmonie de l’Union » et « la Parfaite (...)
  • 100 A Rouen, les loges issues d’une scission ont fourni à elles seules 260 affiliés.
  • 101 La correspondance des loges « Saint-Christophe » et des « Emules » (BNF, fonds FM : FM2 136 bis) mo (...)

69Enfin, les scissions ont finalement été un moyen privilégié, bien qu’imprévu, pour construire le réseau maçonnique : elles induisent de facto le renforcement des pôles initiaux. Douze loges normandes99 sont ainsi nées à la suite de déchirements internes et les scissions100 furent dans une certaine mesure nécessaires pour satisfaire un engouement de masse auquel le nombre d’ateliers initiaux ne pouvaient répondre. Dans de rares cas, comme à Alençon101, les scissions peuvent avoir tari le recrutement mais au pis aller, elles en changent peu l’évolution. En revanche, on observe, dans le cas de Rouen, une dynamique liée au processus scissionnaire. L’exemple de la cassure survenue au sein de « l’Ardente Amitié » en 1779 peut aider à le voir. A l’origine de la séparation, on trouve l’initiative de six avocats du Parlement mis mal à l’aise dans une loge qui suscite le mépris des ateliers les plus prestigieux sans doute en raison de leurs liens profanes avec les membres de « la Céleste Amitié » qui regroupe la noblesse parlementaire. La loge ne fait que deux émules en 1779… mais compte 106 membres au moment de la cessation de ses activités en 1789 ! Parmi eux, seuls onze maçons sont affiliés dans d’autres loges et l’atelier a su proliférer à partir de son propre vivier de recrutement. Le phénomène est généralisable à presque tous les processus scissionnaires survenus à Rouen mais aussi au Havre et à Bernay. On peut donc constater que l’agitation et la mésentente des frères, qui constituent par ailleurs les objets principaux des plaintes émergeant de toute la correspondance des orients provinciaux, a été l’une des voies de la bonne santé de la maçonnerie normande… pour le moins sur le plan quantitatif.

3. « Un monde multipolaire »

  • 102 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie, Paris, Edica, 1987. Sur la maçonnerie féminine, o (...)
  • 103 Sur cette question spécifique, voir les nombreux travaux d’Antoine Faivre.
  • 104 Ch. Porset, Les Philalèthes et les Convents de Paris, Paris, H.Champion, 1996.
  • 105 Pour une mise au point récente sur ce rite, voir : G. Galtier, La franc-maçonnerie égyptienne, p. 6 (...)

70La construction du réseau et la continuité du succès de la franc-maçonnerie a entraîné dès l’origine des pratiques variées ou imprévues. La maçonnerie d’adoption et la maçonnerie des hauts grades d’une part, qui dépassent largement les cadres d’une sociabilité réunie autour des principes fondateurs de base prônant la masculinité et la pratique des grades bleus, et la maçonnerie des loges militaires voire, pour la Normandie, l’existence de loges monacales, d’autre part, constituent les formes principales de cette tendance à l’éclatement structurel du pôle originel. Si toutes ses formes d’expression de la sensibilité maçonnique bénéficient aujourd’hui de l’apport de nombre de travaux102, la complexité et la spécificité de l’histoire de la franc-maçonnerie des hauts grades rendent nécessaire, avant l’évocation de cette pratique dans l’espace normand, une brève mise en perspective. Rappelons simplement que cette maçonnerie écossaise recouvre deux types de pratiques. Les unes sont franchement liées à des tendances ésotériques échappant au monde structuré des institutions parisiennes de l’ancienne Grande Loge comme du Grand Orient. Le Rite Ecossais Rectifié de Willermoz, inspiré notamment du « Traité de la Réintégration » de Martinès de Pasqually et de l’ésotérisme allemand103 de Jacob Böhme aux origines de la Stricte Observance, les Philalèthes dont les tendances profondes ont été analysées par Charles Porset104 en constituent les expressions les mieux connues. Différentes dans leurs finalités respectives qui gravitent essentiellement autour du Temple de Salomon, des légendes templières ou du Graal, ces courants mettent en valeur le rôle de l’illumination réservée à une minorité d’Elus, accessible par émanation. Le recours à la théurgie est le fondement même du « Traité de la Réintégration » de la philosophie martiniste. Ce ne sont toutefois pas ces courants mystiques, où la loge devient Eglise à part entière, qui vont faire l’objet de nos développements, les sources faisant défaut dans le cadre d’une étude régionale. Les analyses proposées se limiteront donc à prendre en compte ce qui concerne les pratiques acceptées par les institutions centrales après la mise en place du Rite Français et l’installation du Grand Chapitre Général et les principaux pôles de résistance refusant l’intégration dans le giron parisien notamment, à Rouen, le rite Hérodom de Kilwinning, l’une des plus importantes de ces dissidences aux origines d’un grave conflit enregistré à la fin du XVIIIème siècle. Kilwinning, qui est réputé le centre de la plus ancienne loge opérative d’Ecosse érigée en Grande Loge Royale d’Edimbourg depuis 1721, s’est en effet créé son propre réseau d’affidés et à Rouen, c’est le négociant Jean Mathéus qui assure, au sein de « l’Ardente Amitié », le succès de ce rituel. Il fonde un chapitre indépendant, refuse la soumission aux autorités centralisatrices, ce qui conduira à la démolition de la loge en 1788. A partir du Premier Empire, la situation des dissidents rouennais devient pourtant plus facile avec la prise en main des chapitres écossais par le pouvoir napoléonien concrétisée par le concordat du 5 décembre 1804. Les Rouennais du Rite Hérodom profitent donc de cette annexion qui les place sous la protection de Cambacérès, Grand Maître d’honneur du rite Hérodom et adjoint influent au Grand Maître du Grand Orient. Néanmoins, la maçonnerie normande continue à connaître des situations de dissidence après 1815 : elles sont facilitées alors par le regain d’intérêt pour la mouvance égyptienne qui hante la maçonnerie depuis l’époque de Cagliostro105. Ces faits rappelés permettent d’insister sur le fait que la pratique des hauts grades, régularisée et acceptée ou considérée comme dissidence, reste le fait culturel le plus important lié à la multipolarité de la pratique maçonnique et cela justifie que les analyses soient amorcées par ce qui est relatif à celle-ci.

L’écossisme triomphant : l’exemple normand

  • 106 On voit notamment la présence récurrente du frère Charles-Emmanuel Lepelletier de Feumasson, porteu (...)
  • 107 BNF, fonds FM: FM1 137.

71Le succès des pratiques écossistes est corrélatif à celui de la franc-maçonnerie bleue en Normandie. Dès les origines, les affidés des grades écossais rencontrent le chemin des loges provinciales. Au Havre et à Alençon, à l’occasion de la reconstruction des loges locales, on remarque la présence de frères porteurs de ces grades, notamment du plus ancien d’entre eux, celui de Chevalier d’Orient. A côté des présences des maçons parisiens venus visiter les ateliers provinciaux106, on note surtout la forte propension des autochtones à adhérer au mouvement des hauts grades : ainsi, tous les maçons alençonnais qui veulent fonder l’atelier de « Saint Christophe de la Forte Union »107 se disent porteurs de ces grades. L’impact du discours de Ramsay et une simple inclination naturelle, ont impulsé et accéléré la fièvre écossiste. C’est toutefois avec la constitution du Grand Orient en 1774 puis l’accord passé entre la rue du Pot de Fer et la majorité des rites écossais donnant naissance au Grand Chapitre Général qu’il devient plus aisé de saisir la dimension exacte de cet engouement car l’appartenance à ces grades figure sur les tableaux des loges.

72Les maçons normands adoptent les pratiques écossistes avec enthousiasme puisque, sur le volume global de la masse maçonnique normande, près d’un frère sur trois est formellement porteur d’un grade supérieur aux grades bleus et l’évolution annuelle fait apparaître un succès grandissant des hauts grades. Dans cette euphorie générale, la carte de l’implantation des chapitres en Normandie montre la prédominance peu surprenante des grands centres urbains sur la maçonnerie écossaise, mais le mouvement pénètre également les orients modestes.

  • 108 BNF, fonds FM: FM1 58.

73Ce sont les grandes villes maçonniques qui se distinguent naturellement par une adhésion importante à ces grades, puisque cette pratique est certaine pour plus de 40 % des frères à Alençon, à Caen et à Dieppe. Si l’on tient de l’éphémérité de nombre d’adhésions et de la rupture dans l’envoi des tableaux dans les années 1785-1789, l’initiation aux hauts grades semble une attitude normée et on voit par ailleurs, par d’autres indicateurs, la prégnance de cet engouement. Ainsi, dans les petits orients comme Eu, pourtant éloigné et en délicatesse avec Paris, on envisage la création d’un chapitre. Dans les grands centres comme Rouen, l’organisation de structures ad hoc réunissant les écossais est bien antérieure à 1786. Dans cet orient, l’écossisme a trouvé un moyen d’expression structuré, bien qu’irrégulier, au moins dès 1775 date à laquelle le frère Marsollet, alors membre de « la Parfaite Harmonie », dirige les travaux réunissant les frères écossais de cinq loges rouennaises108. Cet atelier est à l’origine du chapitre des « Chevaliers Réunis » qui est érigé à Rouen en février 1786.

  • 109 Rappelons que cette structure rassemble l’élite des frères initiés aux grades écossais : seuls les (...)
  • 110 Rappelons simplement que le Rite Ecossais Ancien et Accepté fut créé le 24 juin 1801 aux Etats-Unis (...)
  • 111 Le Consistoire regroupe en atelier les frères porteurs du trente-deuxième degré du Rite Ecossais An (...)

74Cet engouement généralisé pour la pratique des principaux systèmes rituels de hauts grades, en privilégiant les grandes villes, facilite la suprématie du département de la Seine-Inférieure. On y trouve 11 des 18 chapitres de hauts grades et surtout les trois seuls conseils philosophiques de la province d’avant 1830109, le Rite Ecossais Ancien et Accepté110 rencontrant alors un succès important. Parmi les Conseils, celui des « Arts Réunis » est fondé en décembre 1813 à Rouen et remporte la palme du prestige. Il est présidé par le trente-troisième André Hardy, chirurgien vénérable et fondateur ayant reçu du Comte de Grasse-Tilly le pouvoir de fonder un consistoire provincial111 puis, à la mort du chirurgien en 1818, par un négociant, Jean Orford, jusqu’en 1830.

la representation des hauts grades en normandie (1786-1830).

la representation des hauts grades en normandie (1786-1830).
  • 112 ibid., FM2 385.

75Bien vite, les incidences liées au succès de la maçonnerie des hauts grades ont visé à renforcer les tendances autonomes de la maçonnerie normande envers Paris. Certes, il y a les apparences : ce sont les professions de foi légalistes face au Suprême Conseil. Elles vont du message de félicitations pour l’œuvre œcuménique que réalise le Grand Orient en 1786 en réunifiant la plupart des rites, à l’approbation des condamnations des déviances rituelles et idéologiques au XIXème siècle. Dans cette perspective, la condamnation du rite Misraïm par le Grand Orient largement relayée et approuvée à partir de 1817-1818 par les loges normandes, fait figure de stratégie habile car la fidélité affichée n’empêche ni les heurts ni les désobéissances. Les chapitres cherchent en effet le plus souvent à affirmer leurs tendances dominatrices par le biais d’une politique visant à monopoliser la collation des grades écossais dans un orient. Ainsi, à Rouen, à Caen et au Havre où les chapitres sont les plus nombreux, les crises s’expliquent surtout par les volontés d’hégémonie sur les pratiques écossaises, voire même sur l’ensemble de la maçonnerie locale. C’est dès 1786 que la lutte commence à Rouen avec la guerre des chapitres qui sévit entre les « Chevaliers Réunis » et le chapitre « Raoul ». Le premier réunit sauvagement les frères des cinq loges rouennaises depuis dix ans, mais l’érection du Grand Chapitre Général incite les frères pavillais de « Raoul », une loge aristocratique constituée en 1784, à se poser en concurrent des « Chevaliers Réunis ». La loge, menée par un noble de haut rang, le président à mortier Leroux d’Esneval, a le soutien de la loge fondatrice, « la Parfaite Union », qui regroupe l’élite du négoce rouennais. En fait, cette dernière a changé d’alliance, ses membres étant jusqu’alors rattachés au chapitre rival. Une course s’engage entre les deux ateliers écossais pour obtenir les faveurs du Grand Chapitre Général. Ce dernier, le 13 février 1786, opte en faveur du chapitre unissant les Pavillais aux frères de « la Parfaite Union »112 mais les stratégies concurrentielles se pérennisent à Rouen après la recomposition des loges en 1800. La lutte oppose alors les chapitres de « la Parfaite Egalité » et des « Arts Réunis ». Encore une fois, chaque chapitre essaie de supplanter l’autre afin de dominer la vie des hauts grades à Rouen et il est symptomatique que, lorsqu’il en apparaît un troisième, ils se précipitent pour avoir le privilège d’installer l’atelier néophyte. « La Parfaite Egalité » obtient la victoire et installe le nouvel atelier en 1823. Le succès est éphémère car le nouveau chapitre se déchire et un quatrième émerge sous le nom de la « Sincère Amitié ». Ce sont « les Arts Réunis » qui prennent leur revanche et l’installent.

  • 113 BNF, fonds FM: FM2 190.

76A Caen, la lutte est plus tardive puisqu’aucun chapitre de hauts grades n’est installé par le Grand Orient à la fin du XVIIIème siècle et, sous l’Empire, le monopole est détenu par les loges « Thémis » et « la Constante Amitié » réunies au sein d’un chapitre commun à partir de 1805. Mais, avec l’érection du chapitre des « Trinosophes Neustriens » en 1826113, les conflits apparaissent car la fondation récente obtient le privilège de travailler au Rite Ecossais Ancien et Accepté alors que le Grand Orient vient de le refuser au vieux chapitre « Thémis »… arguant du fait que ce dernier ne recrute pas suffisamment de maçons initiés au Quinzième degré.

  • 114 Ibid., FM2 244.
  • 115 Voir les références données par A. Le Bihan, op.cit., p. 203.
  • 116 ADC, Imprimé : Opuscule sur « l’Ardente Amitié » juillet 1790).

77Au Havre, une concurrence sous-jacente jalonne la correspondance des deux chapitres, « l’Aménité » et « les Trois Haches », puisque les plus anciens, ceux de « l’Aménité » font remarquer avec une certaine acidité, lors de la constitution du chapitre des « Trois Haches » qu’il est peu utile d’ériger un second chapitre dans un orient qui se suffit amplement d’un seul114. Les enjeux de pouvoir qui caractérisent la vie des chapitres de tous les orients conduisent dans des endroits plus isolés certains écossais à vouloir annexer des frères travaillant dans des centres maçonniques dépourvus de chapitre. C’est le cas à Alençon où le chapitre « la Fidélité » agit avec succès pour intégrer les écossais de Mortagne et de l’Aigle, notamment à partir de 1807. Moyen d’affirmer sa puissance sur l’ensemble d’une contrée, l’écossisme génère logiquement des tentatives centrifuges visant à éloigner la vie maçonnique provinciale de l’orbite parisienne et ce sont bien les trois affaires les plus graves, autour de Rouen et du Havre, qui le montrent avec le plus d’acuité. Elles conduisent, par leurs implications, à l’affrontement ouvert avec Paris. Les affaires de « l’Ardente Amitié », à Rouen, et des « Trois H » au Havre sont liées puisque les difficultés des havrais, survenues à partir de 1810, sont directement issues de leurs relations avec la loge rouennaise dont le chapitre est rattaché au rite Hérodom de Kilwinning. Par l’action de son Grand Maître Jean Mathéus, le chapitre rouennais, centre français innervant toute l’activité du rite, a toujours prétendu échapper à l’emprise parisienne. A partir de 1786, cet état de fait devient intenable et cela conduit la rue du Pot de Fer à le « démolir » le 8 mai 1788115. Mais « l’Ardente Amitié » refuse la décision du Grand Orient et le frère Clavel, en mai 1790, lance un véritable appel à la solidarité en direction de toutes les loges de la province116. Les remous liés au conflit ne sont pas sans incidence puisque les Rouennais ont trouvé quelques alliés à Bernay et à Eu. En fait, la dissidence de ce chapitre ne saurait être isolée des circonstances dans lesquelles s’est opérée la reconstruction des loges rouennaises entre 1774 et 1778. En effet, ce moment capital s’est soldé, comme nous l’avons vu, par la victoire de deux loges aristocratiques, « la Parfaite Union » et « la Céleste Amitié », aux détriments de deux loges plus ouvertes socialement, dont « l’Ardente Amitié ». Il est difficile de ne pas voir, dans l’affirmation d’un réseau de correspondance concurrent de celui du Grand Orient, celui qui lie les loges de Kilwinning entre elles, et dans la revendication affichée d’une plus grande « pureté » des pratiques, une tentative de revanche, ce qui montre bien comment l’écossisme peut être utilisé à des fins montrant les supports sociaux et culturels sur lesquels se développent les dissidences.

78Reconstitué sous l’Empire, le rite bénéficie, comme nous l’avons signalé, de la haute protection de Cambacérès et de la pacification des relations entre les institutions écossaises et le Grand Orient. Il profite surtout de l’esprit de concurrence qui règne entre le Suprême Conseil du rite écossais et le Grand Orient à partir de 1805.

  • 117 BNF, fonds FM: FM2 244A. Dix Havrais sont victimes de leurs relations écossaises avec le notaire d’ (...)

79C’est ainsi que les loges havraises, qui n’arrivent pas à obtenir du Grand Orient l’habilitation à pratiquer la totalité des grades se tournent vers Rouen. Jean Mathéus parvient à mettre, sans difficulté, les Havrais de « l’Aménité » en janvier 1809 sous son giron. C’est à cette date que les frères des « Trois H », par le biais du négociant et ancien jacobin Daniel Thurninger, entreprennent une démarche similaire mais la concurrence de l’atelier voisin fait échouer la tentative. Ce sont donc les rivalités locales liées à l’encombrement dont se sent victime le chapitre rouennais qui poussent les frères des « Trois H » à regarder vers le curieux Chapitre Primatial et Métropolitain Jacobite d’Arras dont le vénérable, le notaire Delecourt, a bien compris l’avantage qu’il pourrait tirer de l’adhésion des Havrais. Le notaire est en fait l’un de ces escrocs qui profitent de la situation incertaine dans laquelle se trouvent les frères pour vendre des grades à prix d’or alors que ce droit ne lui a été délégué par aucune autorité. Fondé depuis le 15 mars 1799, le chapitre des « Trois H » est donc entré dans un cercle de liaisons assez dangereuses, ce qui va conduire la loge havraise à avoir de sérieux ennuis à partir de 1813. A ce moment-là, lorsque le chapitre fait savoir son désir de constituer un Conseil Philosophique, arguant des beaux brevets accordés généreusement par la loge d’Arras et son vénérable Delecourt117, la vérification des grades opérée par le Grand Chapitre conduit ce dernier à dénoncer la supercherie, ce qui a pour effet de retarder considérablement l’activité du Conseil. Celle-ci ne prendra vraiment forme qu’après l’Empire, en 1821, après une épuration et un nouveau paiement des grades par les frères victimes de Delecourt. On voit donc comment, de Rouen au Havre, les « affaires écossaises » révèlent désirs de pouvoir et volontés d’autonomie.

80A peine l’affaire Delecourt disparaît-elle de la province qu’arrive une autre déviance, fort différente mais tout aussi mouvementée, avec l’histoire de « la Parfaite Tolérance » de Darnétal en 1820. Avec cette loge, nous nous éloignons de la galaxie écossaise pour pénétrer le monde particulier de la maçonnerie égyptienne, composante importante de la sphère maçonnique.

  • 118 A ce stade, il n’est pas question d’aborder les activités profanes de la loge (le chapitre 8 est co (...)
  • 119 Le rite est l’objet d’une première interdiction par la dissolution du 7 septembre 1822. Les Damétal (...)
  • 120 A leur sujet, voir le livre récent de Gérard Galtier, La franc-maçonnerie égyptienne, p. 83-85.

81Apparues dans un moment politique stratégique où se mettent en place les réseaux de la « République clandestine », vivant une relation complexe avec la Charbonnerie, les pratiques rituelles et les activités du rite Misraïm relèvent a priori plus des questions relatives à la subversion des années 1815-1830118 que de celles concernant les enjeux culturels mis en valeur par la pratique des hauts grades. Les membres de la loge « la Constance »119, régularisée par la rue du Pot de fer en septembre 1822, avoue avoir péché à ce rite durant deux ans et son initiateur à Darnétal, le chirurgien Félix Ringuenet de la Toulinière, reconnaît même avoir fréquenté les célèbres frères Bédarride120 à Paris et avoir été initié au 70ème grade égyptien, à son insu selon ses dires. Malgré l’absolution parisienne, la méfiance des loges rouennaises restera toujours aiguë. Apparemment, l’affaire de Darnétal procède donc d’un registre différent qui pose surtout le problème de la véracité des dires du vénérable et des activités réelles de l’atelier. Pourtant, outre l’intérêt politique sur lequel nous reviendrons, le développement du rite égyptien témoigne également de tensions motivées par les tendances à l’autonomie et à la polarisation sociale de la franc-maçonnerie et cela montre l’existence d’un soubassement culturel commun à l’ensemble des grandes affaires mettant en scène la pratique des hauts grades. En effet, dans l’affaire de Darnétal, ce qui frappe le lecteur, c’est la capacité du rite inconnu à drainer une population inhabituelle au sein de la nébuleuse maçonnique. La loge est en effet majoritairement composée de petits commerçants, de bourgeois à talent à la réputation assez sulfureuse et de gens hétérodoxes rejetés par la maçonnerie du Grand Orient depuis la fin du XVIIIème siècle. Le pouvoir de répulsion de ce rite sur la société maçonnique se réclamant du Grand Orient semble d’autant plus fort que ceux qui prétendent proposer un perfectionnement dans la connaissance rituelle sont des gens de peu. Exclus de la maçonnerie traditionnelle, ceux-ci, par la captation de la sensibilité des hauts grades, montrent bien, comme les adeptes de Kilwinning à fin du XVIIIème siècle, ce que les méandres de l’écossisme et de l’égyptomanie peuvent recouvrir de tensions sociales et culturelles. En outre, comme à Rouen et au Havre, les enjeux de pouvoirs locaux sont en jeu puisque les Darnétalais semblent s’être taillés une sphère d’influence non négligeable jusque dans l’Eure et au Havre, fait qui émanant d’une loge démocratique, n’est pas sans alimenter la rancœur des Rouennais.

Le soldat, la femme et le prêtre

82La maçonnerie normande n’a pas été épargnée par le succès, non démenti jusqu’à la fin de l’Empire, des loges militaires puisque la province vit stationner vingt-deux loges souchées à des régiments en transit ou cantonnés de façon durable jusqu’en 1789. La période révolutionnaire (1789-1815) voit se maintenir la tradition des ateliers strictement militaires tout en favorisant l’agrégation des officiers et sous-officiers au sein d’ateliers civils fortement militarisés.

les loges militaires en normandie à la fin du XVIIIeme siecle.

les loges militaires en normandie à la fin du XVIIIeme siecle.

1 Infanterie ANHALT et SALM (1777 7) - 2 : ARMAGNAC (1786/1789) • 3 : AUVERGNE (1780) - 4 : BEARN (1787/1789) 5 : FLANDRE (1778) - 6 : SARRE (1778/1777) - 7 : TURENNE (1785/1789) - 8. ORLEANS (1779) - 9 ; PICARDIE (1785/1788) - 10 : ROHAN-SOUBISE (1777-1783/1778/1779)-11 : ROI (1778-1783) - 12 : ROYAL ROUSSILLON (1776)-13 : ROYAL VAISSEAUX (1780)-14 : TOURAINE (1787) - 15 : VIVARAIS (1787) - 18 WALONER (1779-1783)-17 ; CAVALERIE CONTI-DRAGONS (1776-1780. 1781/1787)-18 : LORRAINE (1773/1774)-19 : CHAMPAGNE (1773-1789/1790) - ARTILLERIE TOUL (1778/1790/1788) - 21 : non liée au G.O. ROYAL LORRAINE (1788)

la militarisation de la franc-maçonnerie en normandie.

la militarisation de la franc-maçonnerie en normandie.
  • 121 BNF, FM1 108.
  • 122 Citons notamment l’exemple de Louis Ancel, Lovérien qui figure parmi le groupe des fondateurs de la (...)

83On ne relève durant cette période que trois loges militaires vraiment présentes et donc assimilables aux formes anciennes de cette sociabilité qui doit l’essentiel de son succès à la volonté d’égayer la vie de caserne. Néanmoins, la période révolutionnaire n’entame pas la capacité dynamisatrice de ces ateliers puisque, en 1793, une loge des « Amis Réunis » est créée à la suite du premier bataillon de l’Eure stationné à près d’Hazebrouck (Caëste121). Le capitaine Pierre Conard entraîne de jeunes soldats de l’Eure dans les activités maçonniques et ces jeunes officiers seront parfois à l’origine de la naissance de loges maçonniques dans ce département sous l’Empire122. Pendant la période impériale, la tradition des loges militaires se pérennise surtout à Dieppe où stationne longuement « la Bienfaisance », jusqu’en 1812 et, quelques temps après, on doit également noter le passage éphémère mais important de la loge « Joseph Napoléon ». Elle est stationnée à Saint-Lô en mars 1814.

  • 123 Réunissant de nombreux membres de la noblesse locale et se réunissant régulièrement les mois d’auto (...)
  • 124 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie, Paris, Edica, 1987. L’auteur insiste notamment su (...)
  • 125 La sociologie des ateliers civils de Caen se caractérise déjà, comme nous le verrons au chapitre 3, (...)

84Le développement de cette forme de sociabilité interne à celle de la franc-maçonnerie a eu surtout deux influences. D’une part, elle a profondément influencé la constitution du réseau normand puisque cinq loges militaires sont à l’origine directe d’ateliers civils. C’est le cas à Caen, à Cherbourg, à Saint-Lô, à Dieppe et à Eu. A Valognes, « l’Union militaire », atelier militaire, se sédentarise123 et constitue l’un des ateliers les plus prestigieux et les plus influents de la Manche. D’autre part, cette mode, aisément explicable par des faits culturels124, a contribué à renforcer le caractère nobiliaire de l’ensemble de la société maçonnique, notamment à Caen125. Par ailleurs, accompagné par l’entrée massive d’officiers subalternes, de sous-officiers roturiers dans les ateliers, cet engouement a pour effet immédiat de fortement militariser la sociologie des loges. Toutefois, dans ce succès général, des aires de spécialisation se dessinent. Six loges émergent en effet par leurs capacités à attirer les officiers : ce sont « l’Union Militaire », atelier réservé à la noblesse d’épée situé à Valognes, « la Constance » à Bayeux, « les Cœurs Zélés » à Alençon, « la Constante Amitié » à Caen ; en Haute-Normandie, « les Cœurs Unis » à Dieppe et « la Parfaite Union » à Eu. Avec 143 nobles d’épée, la Basse-Normandie se taille la part du lion puisque ce chiffre représente près de 30 % du recrutement total de la noblesse, alors que cette sociabilité spécifique s’accorde moins bien avec l’identité proto-industrielle et commerciale de la Haute-Normandie et notamment de la région rouennaise.

85Le Premier Empire, par l’essence même du régime mis en place, ne pouvait qu’accentuer le succès de la maçonnerie militaire. La militarisation de la société maçonnique est telle que des régiments entiers s’agrègent à des ateliers et ce sont 241 officiers de l’armée impériale (40 régiments représentés) qui ornent ainsi les tableaux des loges normandes, « la Constante Amitié » de Caen pouvant se vanter de compter en son sein six généraux d’Empire et d’attirer les officiers et sous-officiers d’au moins douze régiments différents. Les villes portuaires, Cherbourg, Caen et Le Havre, apparaissent comme les principaux pôles de la sociabilité militaire.

86Or, par son succès et son développement, la maçonnerie militaire tend à confirmer les tendances culturelles annoncées par la pratique des hauts grades. En effet, la maçonnerie militaire tend à vouloir rendre le recrutement des loges plus élitiste et les effets induits aboutissent, à terme, à des tendances contraires. A l’origine, par l’étoffement du réseau maçonnique qu’elle provoque et par sa force d’attraction sur la noblesse, la maçonnerie militaire, sous l’Ancien Régime, tend en effet à faciliter l’élitisme du recrutement. Cette inclination ne se dément pas sous l’Empire et on remarquera avec intérêt que l’espace le plus sensible au prestige militaire à cette époque est la maçonnerie caennaise qui est l’une des plus huppées depuis les origines. Mais, à l’autre bout, la militarisation de la maçonnerie génère des évolutions différentes qui procèdent d’un jeu de réflexion réciproque et l’aspiration progressive des bas-officiers et sous-officiers témoignent de tendances comparables à celles mises en avant au sujet des frères initiés aux rites de Kilwinning et de Misraïm : dans un contexte de tensions exacerbées, les pratiques élitistes sont rapidement réappropriées par des couches sociales plus modestes.

  • 126 J. Ferrer-Bénimeli, « La maçonnerie espagnole et la Révolution française », Franc-maçonnerie et Rév (...)
  • 127 BNF, fonds FM : FM2 405
  • 128 Le rétablissement de l’Inquisition par Ferdinand VII peut en effet laisser augurer des lendemains d (...)

87La relative démocratisation de la maçonnerie caennaise à la fin du XVIIIème siècle, apparue avec l’émergence de « la Constante Fabert » doit ainsi beaucoup au passage de la loge militaire « Fabert » qui attire, dans la mouvance des officiers nobles, des roturiers acceptant la promiscuité de modestes bourgeois puis d’installer une loge civile. Avec la Révolution et le Premier Empire, l’armée devient l’un des moyens importants empruntés pour la descente sociale de cette forme de sociabilité. Celle-ci s’accompagne d’ailleurs d’une « subversion politique » touchant l’Europe des monarchies. L’éphémère passage de la loge « Joseph Napoléon » à Saint-Lô, avant son départ vers Chalons-sur-Marne, en est la trace vivante. L’activité de cette loge, composée d’officiers espagnols incorporés dans l’armée napoléonienne et dirigée par le lieutenant-colonel Pascale qui stationne à Saint-Lô en mars 1814, c’est à dire au moment où Ferdinand VII marche vers Madrid pour en finir avec l’expérience libérale et constitutionnelle lancée par « l’Espagne de Cadix » et imposer un retour à l’absolutisme, montre comment le libéralisme politique peut utiliser le filtre maçonnique. On sait en effet que la maçonnerie est un produit importé par les Français en Espagne, réellement développé à partir de 1808, et un moyen, pour les frères espagnols, de montrer leur attachement aux idéaux véhiculés par les missionnaires armés126. Perçue à juste titre comme un instrument apporté par l’envahisseur, elle fait l’objet d’une vigoureuse campagne de dénonciation où se mêlent nationalisme et attachement au catholicisme traditionnel. La presse espagnole a d’ailleurs constitué l’un des principaux leviers de l’antimaçonnisme en juxtaposant celui-ci à la francophobie, comme l’antimaçonnisme français a souvent associé le fait maçonnique à l’anglophobie. Ainsi, le « Soleil de Cadix » dénonce une race d’hommes pernicieux, membre d’une secte maudite, la secte étant, au choix, assimilée aux albigeois, aux wyclifistes et surtout aux « voltairistes » au service du nouvel Attila. La présence de cette loge originale suggère donc, comme l’étonnante fondation de la loge des « Trois Haches » au Havre en messidor an II, bien que dans une perspective différente, que la souplesse de la structure maçonnique a pu transformer celle-ci en société subversive des valeurs dominantes sans que la subversion soit sa vocation initiale. L’entreprise des officiers espagnols est réellement courageuse : en mars 1814, le discours du vénérable d’honneur de la loge, de Thomassin, rend un vibrant hommage à ces frères dont le courage est d’autant plus grand qu’ils sont proscrits dans leur pays127. A cette date, ceci n’est pas un vain mot !128

  • 129 P. Chevallier, op. cit., p. 194-211.

88Les ateliers féminins qui, en Normandie, travaillent dans le sillage des loges militaires inscrivent également leurs activités dans la perspective d’un éclatement culturel justifié par l’existence d’enjeux et de tensions culturelles. Nées spontanément sous la Maîtrise du comte de Clermont, le Grand Orient a pris en main les loges de sœurs sans grand enthousiasme au XVIIIème siècle et Pierre Chevallier nous a magistralement narré la constitution de ces ateliers considérés avec condescendance par leurs homologues masculins puis réduits à l’état de sous-produit par les limitations qui leur ont été imposées en matière de pratique de hauts grades129.

  • 130 Les travaux de Michel Taillefer ont prouvé qu’une loge d’adoption fonctionnait à Toulouse auprès de (...)
  • 131 A ce sujet, voir G. et Y. Hivert Messeca, Comment la franc-maçonnerie vint aux femmes ?, p. 59. L’O (...)
  • 132 BNF, fonds FM : imprimés 336 et 728.

89A tort, l’historiographie a longtemps attribué à la Normandie le privilège de la première fondation130 avec, le 15 novembre 1766, la constitution d’une société de « la Félicité » dieppoise auprès de la loge « Saint-Louis » : cette société paramaçonnique131 survit jusqu’au départ de cette loge militaire en 1773. Par ailleurs, en 1778, la loge militaire « Fabert », stationnée à Caen, donne naissance à un second atelier d’adoption, la correspondance relative aux travaux de cette loge constituant la seule source archivistique importante permettant d’apprécier un peu les aspects originaux de cette forme de sociabilité. Autant le dire immédiatement : c’est surtout un morceau d’anthologie illustrant la condescendance dont font preuve les frères à l’égard du sexe aimable. Dans cette loge d’adoption où les épouses des plus prestigieux représentants de la noblesse bas-normande maçonnent auprès des 78 frères (et 35 externes) composant le Régiment du Roi, les rapporteurs n’ont de cesse, lors des initiations des femmes, d’insister sur le malaise des sœurs saisies de timidité132. Les propos du comte de Beaufort, pour qui la femme est associée à la grâce, à la douceur et à la sensibilité, autant de valeurs maçonniques rarement mises en évidence quand il s’agit des frères, synthétisent assez bien l’état d’esprit de la gent masculine à l’égard des maçonnes : pour Beaufort, la femme est comparable à l’ornement d’un édifice, aux saillies qui embellissent un ordre architectural.

  • 133 R. Leforestier, Maçonnerie féminine et loges d’adoption, Milan, Arche, 1979. Si l’on tient pour exa (...)
  • 134 G. Lefebvre, Cherbourg à la fin de l’Ancien Régime et au début de la révolution française, Paris, A (...)

90La composante sociologique des ateliers féminins confirme ce que suggèrent les propos des Caennais et cela conduit a priori à valoriser la maçonnerie d’adoption comme étant seulement une forme d’expression d’une tendance à l’aristocratisation de la franc-maçonnerie. Parmi les sœurs de Dieppe133 et de Caen, les femmes nobles sont en effet les plus nombreuses, avec les épouses de quelques grands négociants à Dieppe. La maçonnerie d’adoption contribue donc à affirmer dans son ensemble la force d’une sociabilité aristocratique féminine, notamment dans la généralité de Caen, autour d’un réseau séparé entre lieux d’épanouissement des activités littéraires, avec notamment les Muses gravitant autour de la clientèle robine de Dumouriez à Cherbourg134, et des lieux qui, comme les loges d’adoption, se consacrent à la bienfaisance.

91A côté des représentants des loges nobiliaires, les membres des loges bourgeoises, moins enclins à accepter la promiscuité des loges d’adoption, s’expriment également sur la présence des femmes dans la maçonnerie. Ainsi, la correspondance épique entretenue entre les frères ennemis de « Saint-Christophe » et des « Emules d’Oreste et de Pylade », en plaçant le sexe aimable au cœur de leurs préoccupations, confirme, dans une version paillarde, les phénomènes de rejet et d’incompatibilité qui fondent le cadre mental de bien des loges masculines à la fin du XVIIIème siècle. A Alençon, la femme devient ainsi le support de l’accusation, du rejet de l’autre. Les « Emules » et « Saint-Christophe » sont en effet, entre 1784 et 1786, en pleine bataille et il s’agit, pour les uns et les autres, de jeter l’opprobre sur l’adversaire en avançant des arguments qui font mouche auprès du Grand Orient, pour discréditer l’adversaire. Or, parmi ceux-ci, le fait d’accueillir des femmes semble être la pire des choses. C’est en tout cas l’argument choisi par les frères des « Emules » pour dénoncer ceux de « Saint-Christophe » : les premiers accusent en effet les seconds d’avoir amené des filles de joie au sein de la loge à l’occasion de la venue de frères manceaux ! La présence féminine peut donc, le cas échéant, devenir l’alibi pour des desseins peu glorieux, ce qui contribuera d’ailleurs à faciliter l’alimentation du réservoir du sottisier de l’antimaçonnisme.

  • 135 M. Jacob, Living the enlightment. Freemasonry and politics in XVIIIth century, Oxford, 1991. Voir é (...)

92Cependant, la prise en compte de la présence et des activités des femmes dans l’ensemble des ateliers normands, vu les apports d’une historiographie récente135 recadrant leur place dans les loges, justifie de dépasser cette vision limitée et de resituer la participation féminine dans la perspective d’une dimension revendicatrice bien réelle.

  • 136 BNF, fonds FM: FM1 87.
  • 137 ibid. FM2 205.
  • 138 René d’Auvray fut maire de Caudebec sous l’Empire.
  • 139 BNF, fonds FM : FM3 465.
  • 140 C. Derobert-Ratel, « Les Arts et l’Amitié » et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de (...)

93En effet, peu considérées lors des tenues d’adoption, les femmes occupent cependant un rôle culturel important car il faut ajouter au discours des hommes et aux présences attestées par les fondations officielles, des participations plus ou moins fugitives, presque toujours irrégulières mais attestées par la correspondance des loges masculines. Particulièrement révélateur est, à Eu, la cérémonie d’installation de « la Parfaite Union » du 9 novembre 1779 car elle est l’occasion d’une tenue d’adoption136 imprévue à laquelle participent, outre les Eudois, les frères du régiment de Flandre. La présence de femmes, notamment de la comtesse de Bezons et de la comtesse de Fressenville, vaut aux frères un acerbe rappel à l’ordre du Grand Orient et l’épisode montre bien qu’il existe une pression culturelle émanant de « la femme des Lumières ». Elle suscite les réticences du Grand Orient, inquiet et peu préparé à accepter ce fait. A Valognes, le problème de la femme dans la franc-maçonnerie apparaît dans les années 1780 à travers les avatars du frère Devillers, vénérable d’une loge irrégulière, « Mars et Neptune », réputé pour initier les femmes dans son fief du Val de Saire. Après la rétraction de cette forme de sociabilité durant le Premier Empire, les pratiques licites ou illicites se pérennisent sous la Restauration, notamment à Caudebec-en-Caux137 et à Bernay. Par ailleurs, la présence féminine revêt bien d’autres formes, moins voyantes et souvent mieux acceptées. Ici, ce sont toujours les Eudois qui font confiance à une dame Palfraine, domiciliée à Paris, pour servir de « boîte à lettres » lors de la demande de fondation d’un chapitre de hauts grades en mars 1788. Ailleurs, à Pont-Audemer, c’est « la Persévérance » qui ouvre ses portes aux femmes des frères les plus appréciés et aux amies de la maçonnerie. Pour fêter le retour de René d’Auvray138, la loge organise un banquet maçonnique où sont conviés l’épouse et les enfants du frère et à la même époque, elle organise ses activités de bienfaisance avec Madame de Morsay, cheville ouvrière de la philanthropie locale et reçue régulièrement au sein de l’atelier par Pelgas de la Rivière139. Sous la Restauration, cette sensibilité aux problèmes de la pauvreté va d’ailleurs s’affirmer, les épouses de maçons ou d’anciens maçons animant les structures caritatives ou philanthropiques non maçonniques dont les préoccupations complètent celles des frères et maris. A Rouen, la « Société de la Charité Maternelle », reconstruite sous l’Empire et patronnée par la Dauphine, compte dans son comité mesdames Desmadières et Guttinguer, toutes les deux épouses de maçons. Nous n’en sommes pas encore au stade de l’engagement massif des épouses au sein des œuvres philanthropiques qui semblent, comme l’a montré Christine Derobert-Ratel à Aix140, s’affirmer essentiellement sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire. Mais, dès la fin de l’Ancien Régime, les faits sont patents : la place des femmes dans la maçonnerie ne doit pas être considérée comme une simple scorie créée par l’aristocratisation d’une forme de sociabilité, mais elle révèle des tensions et des évolutions culturelles importantes face auxquelles les frères semblent assez partagés. Si les gens d’épée de Caen, les bons bourgeois d’Alençon ou les représentants du Grand Orient semblent condescendants ou inquiets face à ce mouvement, on doit constater que les Eudois n’ont pas hésité à enfreindre la règle imposée alors que des frères de Cherbourg semblent avoir fréquenté sans hésitation et régulièrement les tenues organisées par Devillers. Conçue, à l’image de la sociabilité militaire ou de la pratique des hauts grades comme un moyen d’anoblir la pratique maçonnique, on voit encore, à travers l’existence de cette maçonnerie mixte de fait, la façon dont une pratique originale aux tendances élitaires peut masquer ou induire d’autres comportements.

94A côté des loges militaires et des loges d’adoption, développements originaux de la sociabilité maçonnique mais qui constitue un phénomène national, la Normandie se distingue par la représentation exacerbée de la sociabilité maçonnique cléricale et monacale, particulièrement dans la partie séquanienne.

le clergé et la franc-maçonnerie en normandie en normandie au XVIIIeme siecle.

le clergé et la franc-maçonnerie en normandie en normandie au XVIIIeme siecle.
  • 141 P. Chevallier, Le sceptre, la crosse et l’équerre sous Louis XV et Louis XVI (1725-1789), Paris, H. (...)
  • 142 BNF, fonds FM: FM1 111.
  • 143 ibid. FM2 499.

95La présence massive des clercs, qui aurait paru être jadis une provocation tant les rapports entretenus entre le clergé et la société maçonnique étaient conflictuels, est également une réalité nationale connue de longue date après avoir été longtemps occultée par les effets de la passion et l’étude récente du regretté Pierre Chevallier141 a apporté un éclairage nouveau sur la complexité de la politique menée par l’Eglise de France face au fait maçonnique. En Normandie comme ailleurs, les rapports entre le clergé et la franc-maçonnerie ont donc fait l’objet très tôt d’attitudes et de réponses contradictoires. Ainsi, quand l’abbé Bourget prêchait contre « les Cœurs Zélés » d’Alençon en 1753, le curé Manson se faisait l’avocat de la loge en défendant ses louables intentions… et on s’interroge également au cœur des temples. A Falaise, l’Orateur Blacher doute de l’intérêt d’accueillir des hommes qu’il suppose vivre sous le joug du despotisme142 mais son discours n’empêche pas la loge d’accepter quatre moines parmi ses membres. A Trois-Monts, on constate des tiraillements comparables. Face à l’initiation du curé Guesdon, pourtant l’un des promoteurs de cette implantation originale, le Vénérable Louis Plumet est réticent à l’idée de s’ouvrir à des hommes publics143. Il existe donc un jeu subtil, complexe dans les rapports entretenus entre l’Eglise et l’ordre, et ce n’est pas la présence de 146 clercs qui est en soit surprenante, ni même le fait que l’essentiel des principales abbayes et couvents soient touchés par la « contagion maçonnique », la pratique de la bienfaisance paraissant plus attractive que deux condamnations pontificales assez lointaines et qui ne suscitent pas l’empressement quant à leur application.

  • 144 Pour la liste exhaustive des moines de la Congrégation de Saint-Maur présents en Normandie, voir : (...)
  • 145 J.-P. Lefebvre-Filleau, Moines francs-maçons du Pays de Caux, p. 63.

96Ce qui est plus original en revanche, c’est la surreprésentation du clergé régulier (64,4 % du recrutement total) et plus encore l’intensité du succès chez les bénédictins de Saint-Maur. Parmi les moines, ils représentent un initié sur deux (46,8 %) grâce à l’entrée massive des moines du Bec et de Fécamp qui, à eux seuls, représentent près de 30 % du recrutement clérical144, ce qui donne naissance à un véritable phénomène de « loges monacales ». Les moines des « Amis de la Vertu » (16 membres) forment en effet l’ossature du recrutement de cette loge à Bernay et, à Caudebec et à Fécamp, « l’Union Cauchoise » et « la Triple Unité » sont fondés par respectivement douze et neuf moines, les initiateurs de l’activité maçonnique dans ces orients étant les frères Coquille Deslongchamps et Marc Decourdemanche, ce dernier initié à Paris et fondateur de « la Parfaite Charité » de Bernay. A Fécamp, le lien est si fort entre l’ordre des Bénédictins et la pratique maçonnique que le temple est intégré au cœur de l’Abbaye, dans la salle Richard145. Alors que les membres des ordres mendiants (15 % du recrutement des réguliers), les anciens Jésuites et les Oratoriens sont réduits à la portion congrue, les Augustins (23,4 % des réguliers), notamment les Génovéfains de Notre-Dame d’Eu (10 maçons) qui suivent l’exemple de quelques grands officiers parisiens comme le célèbre Pingré, affilié librement à « la Fidélité » havraise et artisan de la reconstruction des loges rouennaises, sont les seuls à pouvoir rivaliser un peu avec les Mauristes.

la representation des reguliers au sein des loges normandes.

la representation des reguliers au sein des loges normandes.

97Pourtant, le phénomène des « loges bénédictines », spécificité qui pose bien des questions, n’est que l’amplification d’une sensibilité générale dans cette province montrée également par la présence plus diffuse de plus de cinquante prêtres séculiers au sein de l’ordre. Ainsi, nombre de paroisses rurales furent desservies par un clerc franc-maçon et, quand on sait l’influence culturelle du curé de campagne auprès des ouailles, on imagine rétrospectivement l’effroi des détracteurs cléricaux de l’ordre.

  • 146 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 174-175.

98Cette mise en perspective met donc l’accent sur une originalité de l’espace maçonnique normand si on rapporte cette description aux constats dressés par Michel Taillefer et Maurice Agulhon146 pour les maçonneries méridionales. Les raisons de cette sensibilité générale et de cette attraction spécifique sur les mauristes sont sans doute multiples. Il est difficile cependant de ne pas relier l’agrégation de cette population aux tensions socioculturelles déjà perçues s’agissant des écossais ou des femmes.

  • 147 A Bernay, la loge bénédictine des « Amis de la Vertu » a confié le maillet à Marc Decourdemanche. « (...)
  • 148 C. Duprat, « Pour l’amour de l’humanité ». Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne (...)
  • 149 Dans la petite loge de l’Orne située à La Ferté-Macé, neuf frères répondent favorablement à l’acte (...)

99Se cantonner aux explications classiques portant sur la nécessité de rompre l’ennui paraît en effet réducteur et, si l’on peut donner un crédit relatif à cette remarque pour ce qui concerne les adhésions des moines, elle perd de sa valeur en ce qui concerne la pénétration des curés et des vicaires. De plus, on est frappé par la profondeur de l’engagement des clercs dans la maçonnerie puisque la moitié des moines et des curés ont été officiers de leurs loges, et huit furent même vénérables147. En réalité, les motivations idéologiques et culturelles sont évidentes, comme le montre la primauté de présence cléricale soutenue en Haute-Normandie qui est à corréler avec la crise économique et sociale aggravée avec la concurrence anglaise. Le problème de la pauvreté y apparaît donc de manière plus aiguë, plus difficile à gérer sans doute que dans les « pays de l’ouest » de la province et les clercs, particulièrement motivés par la volonté de soulager l’indigence, prolonge leur action d’hommes d’Eglise dans les loges. La rencontre avec la maçonnerie est donc naturelle car, au sein des loges, les clercs n’ont pas ménagé leur peine et les loges bénédictines notamment ont été parmi les plus enclines à participer aux actions de bienfaisance. A Fécamp, les moines de « la Triple Unité » agissent avec un éclat particulier : les orphelins de la Guerre d’Amérique, en 1782, puis les pauvres de l’Hôpital ont particulièrement bénéficié de leur générosité. A Caudebec, les deniers des frères de « l’Union Cauchoise » sont tellement sollicités par les nécessiteux qui fréquentent l’Hôpital que la loge dit ne pas pouvoir participer au grand projet du Grand Orient visant à financer la construction de quatre hôpitaux à Paris. La maçonnerie provinciale semble, plus que la maçonnerie parisienne étudiée par Catherine Duprat dans son œuvre sur la philanthropie des « Lumières » à la « Monarchie de Juillet »148, hésitante dans sa volonté de créer ou de s’intégrer à des pratiques caritatives laïcisées à la fin du XVIIIème siècle. Si certains actes s’inscrivent déjà dans la perspective des œuvres novatrices de la maçonnerie parisienne149, on est frappé par la domination des gestes s’inscrivant dans la perspective des pratiques de la charité religieuse traditionnelle, les pratiques maçonniques étant un moyen comme un autre de satisfaire le devoir de charité chrétienne. Leur filiation directe avec l’aumône pure et simple de l’Eglise Catholique est criante et cela explique l’attraction de la sociabilité maçonnique sur les prêtres et les moines. A aucun moment, les prêtres, les premiers à entraîner la maçonnerie dans cette voie, ne semblent déceler de contradiction entre adhésion à la maçonnerie et fidélité aux préceptes de l’Eglise Catholique. Le curé Hamelin, vénérable de « la Triple Unité » fécampoise, enchaîne allègrement ses messes et la présidence du rituel maçonnique dans la même journée et au Havre, les frères de « l’Aménité » distribuent leurs aumônes sur le parvis de la cathédrale après la messe. La forte pratique des hauts grades parmi les clercs prouve d’ailleurs à quel point ceux-ci sont sensibles à ce qui peut rattacher les tendances spirituelles entre les « deux églises ». Plus qu’un phénomène de loges de moines, il a donc bien existé en Normandie une dynamique liant l’ensemble du clergé à la maçonnerie.

  • 150 A Caudebec, Coquille Deslongchamps n’est pas le seul moine à fréquenter de nouveau la loge sous la (...)
  • 151 ibid. FM3 454.

100Ce n’est qu’avec le choc révolutionnaire et l’apparition d’une philanthropie laïque et publique que cette sensibilité semble avoir été atteinte. A partir de l’Empire, on ne trouve plus que quelques « rescapés » revendiquant leur état au sein des loges normandes. C’est le cas de René Coquille Deslongchamps qui reprend le maillet jusqu’en 1822150 (et sans renier son état) tandis que la maçonnerie ne parvient qu’à capter deux recrues. Si l’on trouve beaucoup d’anciens clercs, notamment parmi les anciens vicaires épiscopaux qui entouraient l’évêque constitutionnel de l’Orne Le Fessier, ceux-ci ont abandonné leur état. Un fil est donc rompu et ce n’est pas par la volonté de la maçonnerie que le divorce apparaît. En effet, la correspondance de la loge de l’Aigle, « l’Etoile », tend à prouver que c’est le clergé, résolument fâché avec les idéaux véhiculés par la Révolution française et par la concurrence des laïcs en matière de charité, qui rompt le contact. Les frères proposent en effet dans cet orient de faire cause commune avec le curé de la cité pour soulager la pauvreté… mais ils essuient un refus qu’ils semblent ne pas comprendre151.

  • 152 Y. Chaussy, op.cit.
  • 153 A Perseigne, le procureur Antoine Beliot est l’initiateur de la pénétration de l’ordre dans l’abbay (...)
  • 154 Douze initiés ont fréquenté, de 1780 à 1789, les quatre grandes abbayes normandes, Jean-Baptiste Te (...)

101A côté de l’explication d’ensemble, la diffusion de l’ordre parmi les mauristes nous ramène vers les comportements socioculturels. Retrouvant le cheminement des moines à travers les matricules152, la diffusion de la maçonnerie parmi les mauristes est facilement appréhensible, le personnage-clef étant sans conteste le procureur. C’est ainsi, lors d’une montée à Paris en 1777 que Marc Decourdemanche est initié à la lumière au sein des « Amis de la Vertu » : de retour au Bec, il s’empresse de reconstruire un atelier du même nom. Vivotant au rythme des allées et venues parisiennes du procureur Decourdemanche, la loge connaît son vrai départ en 1780 avec la sédentarisation du moine au Bec. Le cas n’est pas isolé puisque, parmi les 50 bénédictins, on trouve ainsi cinq procureurs dont au moins deux ont vu la lumière à Paris, Decourdemanche et Berguesse. Le rôle joué par cette fonction, véritable plaque tournante des contacts élaborés par les loges avec les ateliers parisiens, ne joue d’ailleurs pas simplement pour les Mauristes153 Mais, le processus fondateur rapidement éclairci, il est plus facile de percevoir le mode de diffusion, fondé sur le tour des abbayes pratiqué par les mauristes154, que de déterminer les causes d’une adhésion massive.

  • 155 A ce sujet, voir G.Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIII-XIXème siècles) (...)

102C’est en fait à travers l’histoire interne de la congrégation qu’il semble falloir aller chercher des éclaircissements. Ayant atteint son apogée entre 1660 et 1700, la Congrégation est alors entrée dans une période de turpitudes marquée surtout par le conflit avec les Jésuites et les répercussions de la bulle Unigenitus (1713) contre les Jansénistes dont beaucoup de Mauristes sont amis. Le moule idéologique n’est donc pas défavorable à la sensibilité maçonnique : rappelons que la maçonnerie pionnière a attiré quelques hauts personnages, en Normandie comme à Paris, liés aux Jansénistes et que les représentants des pouvoirs de police ont longtemps fait l’amalgame entre les deux phénomènes155.

  • 156 M. Beuzelin, « Le jansénisme dans la province de Normandie de la Bulle Unigénitus à la Commission d (...)
  • 157 ibid., p. 201-235.
  • 158 BNF, fonds FM: FM2 244 A.
  • 159 ibid. FM2 189.
  • 160 ibid. FM2 190.
  • 161 Decourdemanche, chevalier Rose-Croix, intervient dans son atelier pour plaider contre la théâtralis (...)

103L’enquête prosopographique et les faits de sociologie montrent ici une indéniable continuité entre sensibilité janséniste et pratiques maçonniques. La première révèle que nombre de Bénédictins initiés furent formés par des maîtres jansénisants. Majoritairement attirés par le professorat, les frères Bénédictins reprennent la fonction culturelle particulièrement appréciée de leur maître. Sociologiquement, l’âge des initiés, entre 30 et 40 ans, concorde également avec celui de la clientèle attitrée des jansénistes et comme ces derniers, les maçons bénédictins font du Bec leur monastère de prédilection156. La crise qui touche la Congrégation, à partir de 1780, constitue un facteur attractif supplémentaire car son intensité est très forte en Normandie. A partir de 1781157, la réforme de dom Mousso, voulant imposer la sexannalité du supérieur, provoque bien des troubles dans cette province rebelle. Malgré le soutien de Miromesnil et de Maurepas, dom Mousso doit affronter une faction opposée qui trouve refuge auprès de Vergennes, par l’intermédiaire de l’archevêque Dillon. Sans conteste, l’adhésion à la maçonnerie est une conséquence de ces troubles, les loges semblant non seulement constituer un havre de paix où l’on peut pratiquer une fraternité bien mal en point au sein de la Congrégation, mais aussi un lieu de ressourcement spirituel efficace, notamment autour de l’écossisme. La correspondance des loges normandes, lorsqu’elle nous permet d’approcher le vécu initiatique ou nous transmet la vision qu’ont les frères de hauts grades est particulièrement intéressante et un bon exemple de leur état d’esprit nous est fourni lors de l’affaire de la supercherie dont sont victimes les frères havrais bernés par les appétits financiers de Delecourt. L’escroquerie de Delecourt se fonde en effet sur la mise en valeur de grades rares, notamment le grade de banquet figuratif de l’agneau phase158 qui est l’objet d’une description assez précise. Delecourt, qui se dit maçon depuis 50 ans et vénérable depuis 33 ans, vante les qualités liées à ce grade inconnu pour appâter ses interlocuteurs : il serait issu de la monnaie romaine de Servius Tullius représentant la brebis de l’agneau sans tache. Mais, pour parvenir à ces fins, il valorise surtout le contenu moral et spirituel de ce grade fictif. Vantant sa capacité à incarner les concepts d’union et de charité, Delecourt insiste sur son caractère éminemment chrétien, et surtout son pouvoir de récuser le déisme et l’athéisme. C’est bien ce qui semble emporter l’adhésion des Havrais. L’esprit des pratiques écossistes est d’ailleurs perçu comme cela par l’ensemble des maçons normands intéressés par ces grades. Les Caennais du chapitre « Thémis » les trouvent liés à la morale évangélique159, leurs voisins de Falaise efficaces pour rejeter la frivolité en matière religieuse160 et les références foisonnent dans la correspondance des chapitres. Ainsi, on comprend mieux comment des hommes comme les jansénisants, désireux de se ressourcer par des pratiques jugées plus conformes au christianisme et perturbés par les troubles touchant des convents où ils étaient particulièrement nombreux, ont pu être séduits par le fait maçonnique. Ce n’est sans doute pas un hasard si ceux qui, comme le moine Decourdemanche, plaidait ouvertement dans la Congrégation pour le dépouillement des rituels, furent aussi des maçons initiés aux grades écossais intervenant dans un sens comparable à ce qui motivait leur sensibilité originelle lorsque des problèmes culturels comparables se posèrent dans les loges161.

La limite sociale

  • 162 L’analyse repose essentiellement sur l’étude de six cas : « la Vraie Union et Amitié Parfaite » à C (...)
  • 163 BNF, fonds FM: FM2 159.
  • 164 ibid. FM2 502.
  • 165 ibid. FM2 381.
  • 166 ibid. FM2 382.
  • 167 ibid. FM2 247.

104Si les formes spécifiques prises par la sociabilité maçonnique témoignent de comportements reflétant tensions et rapports sociaux inhérents à la société environnante, ceux-ci touchent également l’organisation de la franc-maçonnerie bleue et masculine qui pose avec fermeté des bornes délimitant l’accès aux colonnes des temples. Le meilleur critère d’analyse pour les attitudes de rejet se trouve dans la correspondance des loges normandes, non régularisées par le Grand Orient de France après en avoir fait pourtant explicitement la demande. Dans tous les cas162, il est fait référence à l’indignité sociale des frères, les loges voisines étant les moteurs du refus en prônant une ligne dure face à un Grand Orient généralement plus conciliant. Mœurs scandaleuses et professions subalternes163 selon les frères de Bayeux, vile qualité de perruquiers et de cordonniers164 pour les maçons de Vernon ou métier peu honorable de ménestrel165 pour les Rouennais, les motifs de rejet indiqués sont explicites et la Révolution n’entraîne pas une disparition de ces comportements. Les loges rouennaises montrent encore bien des réticences sociales en 1820 dans leur refus de reconnaître l’atelier de Darnétal. Certes, les maçons des « Arts Réunis » et de « la Parfaite Egalité » ont un alibi en or massif car les Darnétalais ont péché au rite Misraïm condamné par le Grand Orient, mais la perdurance de comportements élitistes est bien réelle et les motivations des Rouennais ne sont pas liées uniquement à la pureté maçonnique des travaux, des frères des « Arts Réunis » ayant d’ailleurs péché aussi au rite honni. Les arguments dérapent vite sur le terrain social, notamment quand le Vénérable des « Arts Réunis », Louis Cessaut, déclare ne rien avoir à reprocher aux frères et accepter volontiers leur contact dans la vie profane… mais conseiller cependant au Grand Orient de se garder de faire fraterniser de vrais maçons avec des hommes dépendant d’autrui166. En 1829, « les Amis des Arts », une loge d’Ingouville, se heurtent au même réflexe de défiance car, si les Havrais les accusent avec raison d’avoir été initiés par les maçons de Darnétal, ils les soupçonnent surtout de vouloir initier à la maçonnerie la lie du Havre167.

  • 168 Au total, on connaît les qualités civiles de 164 frères récusés.
  • 169 ibid. FM2 159.
  • 170 ibid. FM2 220.
  • 171 I. Laboulais, « Le Flambeau du républicanisme : un journal à Rouen pendant la Terreur (brumaire-ger (...)

105Avant comme après 1789, les arguments sont rédhibitoires : on refuse la servilité des postulants, l’indigence des revenus, qui rend inapte à participer aux œuvres de bienfaisance et aux nécessités festives entretenues par la vie en loge. Pour s’en convaincre, on peut procéder à l’analyse de l’éventail des qualités civiles des réprouvés. La noblesse d’Ancien Régime et les grands notables représentent en effet une proportion nettement inférieure à celle des loges régulières tandis que le milieu artisanal est surreprésenté (19 % des exclus) de même que la moyenne bourgeoisie robine (28 %)168. Face à ces comportements sans équivoque, les autorités parisiennes sont de plus en plus sceptiques devant les arguments avancés par des loges qui inclinent au monopole maçonnique. Elles tendent en vain à rappeler à celles-ci que la primauté des qualités maçonniques priment les qualités civiles, l’exemple le plus net de l’opposition entre Paris et la Province étant reflété par la correspondance musclée entretenue entre l’Abbé Saurine, rapporteur du Grand Orient, et la noblesse de Bayeux, dans l’affaire du refus de la constitution d’une seconde loge dans cette ville par les ateliers nobiliaires. Excédé par le refus persistant d’obtempérer aux lois démocratiques, l’Abbé Saurine finit par dénoncer avec une certaine ironie la morgue de l’aristocratie bas-normande169. En fait, l’obstacle culturel plus qu’une réalité socio-économique détermine le refus des loges régulières. Les professions liées au service et à l’alimentation sont ainsi particulièrement dénoncées car ce sont les métiers par lesquels la maçonnerie peut se démocratiser et se salir. D’ailleurs, on attribue le plus souvent à ces mauvais maçons des mœurs scandaleuses, notamment par le biais de l’ivrognerie et du manque d’instruction. La liste noire des frères récusés de « la Parfaite Tolérance » de Darnétal, dressée par les loges rouennaises, synthétise toutes les répulsions socioculturelles des frères170. Trois maçons, dont le Vénérable Félix Ringuenet de la Toulinière, sont ouvertement dénoncés pour leur penchant envers la dive bouteille, le défaut étant d’autant plus tragique pour le vénérable que celui-ci exerce la profession de chirurgien-accoucheur ! Quant aux cinq autres, les uns, le boulanger Lebourg, l’ouvrier-mécanicien Desaubris et l’épicier Ambroise Dubocage, sont dénoncés pour leur inculture et les autres seraient tout simplement trop pauvres pour être initiés. L’inculture et les mœurs dévoyées sont ainsi associées à la pauvreté. Cette liste est un vivant témoignage de l’existence du mépris social à l’égard de gens hétérodoxes qui essaient alors de pénétrer la maçonnerie. La condamnation tend à englober au XVIIIème siècle la « basoche » voire, dans le cas de Bayeux, l’ensemble de la bourgeoisie robine puisque les minces bourgeois des « Cœurs Unis » dénoncés par la noblesse locale sont en réalité des avocats assez cossus. Il est vrai que certains ont une personnalité assez dérangeante puisqu’on y trouve notamment le futur journaliste « gauchisant » du Flambeau du Républicanisme171, Charles Lepesqueur de Conjon. En dehors de ce cas extrême, les loges semblent cependant s’accorder sur un modus vivendi moins draconien permettant une définition assez claire de la frontière sociale tolérée par l’ensemble des maçons normands : le milieu maçonnique semble vouloir limiter l’entrée au niveau de la bourgeoisie des offices royaux et des métiers les plus dignes des corporations.

  • 172 Cinq autres frères exercent divers autres petits métiers.

106Néanmoins, en fermant les portes des temples aux plus modestes, les frères ont conscience de bafouer leur idéal d’harmonie sociale. Pour pallier cette contradiction entre idéal et pratique, les loges ont conféré un statut spécifique à des frères jugés trop modestes pour être maçons à part entière, mais assez honorables moralement pour participer à la vie des loges : les « frères servants ». Ce sont en quelque sorte des demi-maçons intégrés à la société maçonnique tout en restant à la porte des temples. Ces hommes, par leur présence, permettent aux frères à part entière de sauvegarder une apparence d’harmonie sociale tout en assurant l’indispensable travail quotidien d’entretien des temples et de préparation aux pratiques festives. Si les archives des loges sont inégales, on peut toutefois reconstituer un corpus de 102 « frères servants » dont on connaît avec précision la qualité civile. Or, cette petite société, aux marges de la maçonnerie, regroupe quatre groupes sociaux qui sont souvent ceux recouverts par les maçons irréguliers : il y a 28 servants appartenant aux corporations méprisées puis aux menus métiers de l’artisanat (bois et alimentation à parts égales), autant à la domesticité des frères, 19 aux petits services (coiffeurs, jardiniers…) et 22 aux métiers du textile (basestamiers à Caen, ouvriers en fil à Darnétal…)172. Il s’agit donc d’un véritable microcosme des milieux composant le « peuple des villes ».

107Les renseignements fournis et les apports de la démarche prosopographique sont riches en enseignements culturels. Ainsi, nobles et grands négociants de Rouen tendent à privilégier leur domesticité dans ces emplois et la bourgeoisie reproduit les pratiques nobiliaires. Au sein de « l’Aménité », le servant Antoine Bernard n’est autre que le chef d’ouvriers à la manufacture de tabac dont le contrôleur et le régisseur sont les frères Jorel de Parmentier et Ferry de la Fraye.

108Face aux artistes, les frères sont plus hésitants en raison de la vocation culturelle de l’Art Royal et de l’importance de la musique dans le rituel et la sociabilité maçonnique. L’artiste reste cependant victime de l’instabilité de sa condition et de la mauvaise réputation de ses mœurs. Dans ces conditions, on est peu surpris par la hiérarchisation des arts que l’on observe au sein des loges. Traditionnellement, la profession de comédien est unanimement l’objet d’un rejet jusqu’à la Révolution. Deux d’entre eux ont joué cependant un rôle non négligeable à Rouen et au Havre mais leurs avatars illustrent bien l’opprobre liée à une profession jugée indigne tout en mettant en évidence les ambiguïtés des loges. C’est sans conteste le « chevalier » Nicolas Aillet qui constitue le cas le plus intéressant. Venu d’Orléans où il créa sa propre loge en 1772, le comédien installe « la Parfaite Union » en 1777 et parvient à tromper la vigilance du Grand Orient en se présentant sous la qualité de licencié-es-lois. La supercherie fait long feu et, dès 1778, il doit se retirer de la loge. Au Havre, c’est le comédien Devollange, également venu de Rouen où il aurait fait valoir ses talents au sein des loges, qui vient troubler la fragile paix établie entre « la Fidélité » et « l’Aménité ». En effet, le 7 octobre 1785, « l’Aménité » dénonce au Grand Orient les représentations du frère au sein de « la Fidélité » lequel, de surcroît, aurait été mieux accueilli que de vieux maçons réguliers appartenant à « l’Aménité ». La Révolution française semble avoir atténué l’hostilité envers les comédiens. A Rouen, la loge des « Arts Réunis » doit sa naissance à l’action des Bonnetty (père et fils), artistes d’origine nîmoise venus travailler au Théâtre des Arts entre 1804 et 1808 où ils sont entrés en contact avec les époux Gavaudan, ces derniers assurant le contact de la loge naissante avec Paris. Toutefois, le cercle des artistes du Théâtre des Arts, qui est aux origines de la loge, disparaît des tableaux après 1808.

  • 173 ADSM, série M : 1M 393 (dossier personnel de Louis Brévière pour l’attribution de la Légion d’honne (...)

109En dehors de ces réprouvés, les loges accueillent sans exclusion tous les autres talents avec une prédilection naturelle pour le milieu musical. Néanmoins, les loges adoptent également des stratégies différenciées allant de l’intégration pure et simple dans l’atelier au rejet peu estimable dans la catégorie des frères servants. Les artistes de renom ornent certains tableaux de loge : c’est le cas de l’organiste Charles Broche à Rouen, du poète déiste Théodore Jouenne à Caen, des Rupalley, sans conteste les plus célèbres. L’intégration de ces célébrités au sein des loges est un honneur pour la loge entière. L’hommage rendu par les maçons de « la Persévérance Couronnée » à Louis Brévière à l’occasion de son entrée dans le corps des titulaires de la Légion d’Honneur en 1837173 constitue un exemple concret de la fierté des loges face à l’artiste de renom… et c’est aussi un reflet des difficultés que celui-ci rencontre quand il n’a pas atteint la notoriété jugée suffisante.

  • 174 ibid. Le dossier indique que le père de Brévière fut un modeste tourneur en faïence.
  • 175 ibid. Son talent s’exprime notamment dans le domaine du clichage sur métal et la découverte de proc (...)

110D’origine modeste174, le célèbre graveur commence ses premiers travaux grâce aux commandes de l’imprimeur (et maçon) Frédéric Baudry et son succès s’affirme grâce à la rénovation de la typographie dont il est l’initiateur à partir de 1817. Pourtant, malgré ses mérites, les maçons reconnaissent que, jusqu’en 1820, Louis Brévière est aussi mal accepté que les comédiens à la fin du XVIIIème siècle. C’est sans doute à défaut de mieux que le talentueux graveur adhère à la suspecte loge de Darnétal dont nous avons précisé les contours sociaux plus populaires. La poursuite de son ascension sociale, servie par un talent reconnu et un dévouement sans failles pour la maçonnerie175 lui valent d’adhérer à « la Persévérance Couronnée » et de s’éloigner de Darnétal. Il est d’ailleurs en 1826-1827 l’un des dénonciateurs de « la Constance » auprès du Grand Orient et il prend position pour les Rouennais dont il a rejoint les temples. Intégré maintenant sans réticence à la maçonnerie rouennaise, Louis Brévière poursuit sa marche vers la célébrité : illustrateur des fêtes du Sacre de Charles X (trois jours avant les Trois Glorieuses), il termine sa carrière en apothéose à Paris en illustrant la Collection Orientale de Louis-Philippe puis en collaborant, au musée du Louvre, avec Gustave Doré. Belle carrière pour ce maçon talentueux… mais avouons que la reconnaissance et l’acceptation par les frères rouennais sont passées par l’obligation de la notoriété publique.

111En dehors de ces quelques frères illustres, la maçonnerie rejette la majorité des artistes dans la catégorie spécifique des « frères de l’harmonie », des « frères à talent » et parfois même des « frères servants » comme le peintre Bilard à Bernay. Le statut des « frères de l’harmonie » correspond aux nécessités rituelles et à la conception que se font les frères de la place des artistes. On laisse ces demi-maçons talentueux hors de la gestion des ateliers mais on profite de leur talent en les intégrant à la vie sociale des loges. La situation évolue assez peu après la Révolution française même si une vision superficielle des tableaux de loge laisse parfois une impression d’intégration plus aisée. On observe ainsi le passage d’un Jacques Cabousse, directeur du Théâtre de la Montagne en l’an Il et proche collaborateur du célèbre Ribié, du statut de membre de la colonne d’harmonie de « la Parfaite Union » (Rouen) à la fin de l’Ancien Régime au rang de dignitaire de « l’Ardente Amitié » sous le Consulat, des frères Rethaler, membres de la loge récusée « l’Accord Parfait » vers les « Arts Réunis »… mais ces intégrations accompagnent la progression des carrières des frères. Cabousse, bon républicain promu dans le cercle culturel par sa capacité à traverser la Terreur sans trop d’encombres, se trouve propulsé au rang de directeur du Théâtre des Arts alors que les frères Rethaler poursuivent une carrière très honnête de clarinettistes audit théâtre. Il est plus facile d’accueillir des artistes confirmés ou des administrateurs importants (Cabousse et Granger à Rouen, Julien à Caen) que d’obscurs musiciens. Avant comme après 1789, l’acceptation des artistes comme frères à part entière passe donc par une réussite obligée et l’on voit encore, avec la place réelle occupée par ceux-ci dans les loges comme par les tendances montrées plus avant par les pratiques sociales liées à l’écossisme ou à l’adoption, ce que la simple construction du réseau maçonnique, derrière la multipolarité qui le caractérise, révèle, dans ses tendances profondes, d’objets de tensions, d’évolutions et de résistances à celles-ci.

Notes

1 Les premiers Grands Maîtres sont respectivement Philippe Wharton (juillet 1728-avril 1729), Hector Mac Leane (décembre 1735-décembre 1736) et le martyr de la cause jacobite Charles Radcliffe, comte de Derwentwater jusqu’en 1738.

2 BNF, fonds FM : FM2 242.

3 ibid., FM1 112 bis (Lenoble apparaît comme le premier vénérable normand connu sur ce tableau des vénérables de province publié par l’ancienne grande Loge). Dans son ouvrage sur les origines de la maçonnerie havraise (La franc-maçonnerie au Havre au XVIIIème siècle, p. 23-25), Michel Lécureur dresse un portrait détaillé de cette notabilité havraise. En effet, né en 1684, ce fils d’échevin occupera lui-même cette charge de 1723 à 1728 puis de 1734 à 1738. De plus, l’ouvrage a pour mérite de mettre en avant l’importance apparente des relations parisiennes dans le processus fondateur des loges normandes puisque Lenoble est député à Paris auprès de Monsieur de Maurepas dans le cadre de l’exercice de ses charges municipales. Par ailleurs, le doyen des maçons havrais, Ursin Le Doyen, aurait été initié par un membre de la loge parisienne « Coustos-Villeroy » en 1735 !

4 Il s’agit des frères Le Coudrays, Besniard (directeur des aides à Caudebec), André Jorel de Parmentier et du vieil échevin Jacques Lestorey de Boulongue.

5 R. Halévy, Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime aux origines de la sociabilité démocratique, p. 45.

6 Les frères havrais font remonter la fondation de « la Fidélité » à l’année 1738 alors que les premiers échos d’une activité maçonnique se font entendre en 1740 ou en 1741. On peut attribuer cette contradiction chronologique à l’existence informelle de l’atelier caennais avant 1740 ou à une mémoire défaillante des reconstructeurs de la maçonnerie havraise ce qui aurait l’avantage de conférer à l’orient du Havre une plus grande ancienneté (BNF, fonds FM : FM2 242).

7 Auteur non connu, Zéphir-artillerie ou la société des francs-péteurs. L’auteur présumé serait l’académicien caennais Le Corvaisier ou l’abbé Porée, auteur de la « Mandarinade ».

8 M.-C. Révauger, Le fait maçonnique au XVIIIème siècle en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, p. 29-33.

9 J.-C. Delauney, « Les origines de la maçonnerie à Caen », Histoire de la franc-maçonnerie en Basse-Normandie, Colloque de l’IDERM, Caen, février 1993. Les propos de l’auteur s’appuient sur des correspondances privées concernant notamment la famille de Sérant.

10 C’est le cas du fermer général Bouret et du cardinal de Bernis.

11 P. Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française. Tome 1 : La maçonnerie : Ecole de l’Egalité (1725-1799), p. 11-14.

12 En effet, le châtelain Louis-François de Sérant de Saint-Loup maçonne auprès de ses cousins de Moyon et de Ragny, de son beau-frère du Moustiers de Canchy. Il compte également parmi ses correspondants son propre frère, l’Abbé Sérant dé Saint-Loup (J.-Cl. Delauney, art. cité).

13 De plus, la maison du banquier Signard Douffières abrite le pasteur (du second Désert) Jacques Martin. A ce sujet, voir : D. Vatinel, « Le protestantisme en Normandie à la veille de la Révolution Française », Bulletin de la société d’histoire du protestantisme, tome 185, p. 556.

14 BNF, fonds FM : FM2 159.

15 A. Le Bihan, Loges et chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France (seconde moitié du XVIIIème siècle), p. 204. L’auteur se réfère à : Les secrets de l’ordre des francs-maçons dévoilés et mis à jour, Amsterdam, 1745.

16 E. Fournial, « Les loges maçonniques du royaume de France », Bulletin de l’I.D.E.R.M, premier semestre 1986.

17 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 165-189.

18 BNF, fonds FM : FM1 110.

19 M. Lécureur, op. cit., p. 55-57.

20 C’est le cas d’au moins 50 normands. Si la plupart sont initiés à la fois en Normandie et à Paris, quelques uns ne figurent pas sur les tableaux des loges normandes : de Boisgelin de Vieuville, membre de « la Société Olympique », Duval d’Epremesnil et Louis Cordier de Launay, membres des « Neuf Soeurs », Louis Legendre, avocat au parlement de Normandie qui fréquente « La Réunion des Etrangers » et Jacques Pierre, négociant rouennais membre de la loge « Saint-Louis » (A. Le Bihan, Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France, Paris, Bibl. Nat., 1966, 491 pages).

21 Une étude détaillée des origines de la maçonnerie rouennaise reste à mener. Une tradition de l’historiographie maçonnique, véhiculée par Gustave Bord, attribue à Rouen l’existence d’une vie maçonnique sous la Maîtrise du duc d’Antin. L’auteur reprend en fait les écrits de Bottarelli (Secrets de l’ordre des francs-maçons dévoilés et mis à jour, 1745.)

22 ADM, série J : J 16, ms 224. Une poésie attribuée à Jean-Baptiste Dubois relate une réunion maçonnique au château de Saint-Quentin d’Elle (entre 1745 et 1758).

23 BNF, fonds FM: FM1 110, FM2 136 bis.

24 ibid. FM2 501.

25 Le cas du frère Labady, figure de proue des opposants au Grand Orient après 1774, est des plus significatifs. Il ne fait en effet pas partie des opposants originels en 1766 et sa fronde n’émerge vraiment qu’en 1771 quand il accède à la fonction de vérificateur des constitutions et tableaux ce qui lui permettra de gêner considérablement les loges désireuses de régulariser leur situation.

26 J. Quéniart, L’imprimerie à Rouen à la fin du XVIIIème siècle, Paris, Klincksieck, 1969.

27 BNF, fonds FM: FM1 110.

28 ibid, FM1 111.

29 A cette date, « les Cœurs Sans Fard » constituent une entité autonome de « la Constante Amitié », loge fondée à Paris en 1765. Les deux loges sont réunies en 1780.

30 Les boutiquiers représentent 12 des 17 membres de cette loge.

31 A l’appui de cette remarque, on peut citer quelques présences mentionnées dans les fragments de la correspondance de la loge (BNF, fonds FM : FM1 110) comme celle du marquis de Rabodange.

32 La noblesse d’épée réunit 60 % des nobles initiés en Normandie avant 1774 soit 8,5 % du total des francs-maçons de cette époque.

33 BNF, fonds FM: FM2 189.

34 ibid, FM1 110.

35 B. Bodinier, La vente des Mens nationaux dans le département de l’Eure, tome 3, p. 401-417.

36 Les dixièmes et vingtièmes d’industrie de l’élection de Bayeux montrent l’importance des biens-fonds de cette famille qui constitue les principaux propriétaires à Briqueville, Osmanville, Isigny, Juaye et Vaucelles.

37 C’est ce que suggère en tout cas le montant de la contribution patriotique payé par ces hommes (ACH, série G : G 96) : Allègre est assujetti à la contribution patriotique pour un montant assez modique de 300 livres.

38 A ce sujet, voir : E. Saunier, « Les pratiques culturelles dans un port de traite : les négriers et la franc-maçonnerie », Actes du 123ème Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques, avril 1998, à paraître.

39 Les Eyriès sont originaires de La Ciotat.

40 Antoine Smuck est originaire de Dantzig.

41 Soumis à l’emprunt forcé de l’an II (ACH, série G : G 114), Ferry de La Fraye, ancien directeur de la manufacture de tabac, est obligé de donner un état de ses biens. S’il a soin d’assurer ses arrières en possédant quatre fermes dans le Vexin, celles-ci sont d’un faible apport (2 540 livres) si on compare cette somme à l’argent investi dans la manufacture (63000 livres).

42 Ces hommes continuent souvent en loge une ascension sociale facilitée auparavant par les unions matrimoniales. On voit ainsi Eyriès épouser en Marie Lecouvreur la représentante d’une grande famille de négociants dirigée par Charles Lecouvreur. Celui-ci devient donc le beau-père d’Eyriès avant que ce dernier ne rejoigne en loge Pierre Guérard le principal associé de la famille Lecouvreur.

43 Simple dominotier domicilié rue Ganterie, Savouray ne paie que 4 livres et 16 sols de capitation en 1787 (ADSM, série C : C 388).

44 BNF, fonds FM : FM2 244. Sur Alexandre-Guy Pingré, rappelons que ce chanoine régulier de Sainte-Geneviève (1711-1796) fut chancelier de l’Université et membre des « Etoiles Polaires » (1766-1774) puis des « Cœurs Simples de l’Etoile Polaire » (1775-1789).

45 Claude-François Boucault, Grand Maître de la généralité des Eaux et Forêts, est membre de la loge Henri IV (1776-1777), de « la Fidélité » (1777-1782), de « l’Innocence Inconnue » (1779-1782) et du « Contrat Social » (1782-1786).
Jean-Baptiste Pyron, avocat et premier commis aux revenus casuels du Comte d’Artois, est député des loges caennaises entre 1773 et 1776. (A. Le Bihan, op.cit.).

46 BNF, fonds FM : FM1 117 : Almanach du Grand Orient (année 1774).

47 En effet, « la Céleste Amitié » et « la Parfaite Union » émergent parallèlement à la disparition de trois ateliers rouennais (« la Fidélité », « la Félicité » et « l’Unité ») et recrutent au sein des mêmes milieux (bourgeoisies robine et négociante).

48 BNF, fonds FM : FM1 117 (la loge est indiquée comme existant depuis 1760, son vénérable étant en 1774 Gohier d’Aingleville).

49 BNF, fonds FM : FM2 189 (dossier des « Cœurs Sans Fard »).

50 ibid., FM2 189.

51 Les villes concernées sont Pont-l’Evêque, Lisieux et Falaise, Granville, Dieppe, Vernon, Cherbourg et Les Andelys.

52 C’est la raison pour laquelle ces trois orients ne sont pas localisés sur la carte, qui vise uniquement à entrevoir les destinées des loges dont l’activité est encore attestée en 1773.

53 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIII-XIXèmes siècles), p. 34-35.

54 Les loges rouennaises sont indirectement en cause dans cette affaire qui concerne la participation de ce comédien à des tenues au sein de « la Fidélité » du Havre puisque ce serait le frère Delacroix (membre de « la Paix Ecossaise ») qui l’aurait fait connaître aux Havrais. Rouen, où un autre comédien, Nicolas Aillet, est à l’origine de la construction du célèbre atelier « la Parfaite Union », semble avoir été particulièrement encline à ne pas respecter le rejet des saltimbanques.

55 A ce propos, voir l’étude classique d’André Bouton, Les francs-manceaux et la Révolution Française, Le Mans, Monnayer, 1958.

56 BNF, fonds FM : FM2 385. Les fondateurs sont les procureurs François-Noël Anquetin De Beaulieu et Philippe Duclos et quatre avocats, Leclerc, Leroy, Chrétien et Pain.

57 ibid FM2 386.

58 ibid FM2 389.

59 ibid. FM2 387. En 1787, la loge « la Parfaite Egalité » envoie deux tableaux, le tableau envoyé par le Vénérable encore en exercice, le chirurgien Michel Pecquet, et un second tableau envoyé par Lambert.

60 ibid FM2 381.

61 Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 178.

62 Cette loge est probablement l’embryon des « Arts Réunis » installés en 1808.

63 BNF, fonds FM : FM2 237.

64 Robert Hubert de La Huberdière, mercier et membre de la prestigieuse loge « la Parfaite Union » à l’orient de Rouen, est aussi Premier échevin de la ville de Bernay. Il installe la première loge de cette ville en 1780 et fréquente ses réunions jusqu’à son extinction en 1786.

65 BNF, fonds FM : FM2 160.

66 Nous avons recensé 636 maçons à Rouen à partir de 1765 auxquels on doit ajouter les 25 frères pavillais. De plus, nous n’avons pas de listes précises pour les ateliers de « la Fidélité » et de « la Félicité » qui disparaissent en 1774 ainsi que pour l’atelier dissident de « la Parfaite Harmonie » et pour la loge des « Arts Réunis ». La présence maçonnique rouennaise réelle dépasse donc assez sensiblement 700 individus.

67 Les loges havraises entretiennent des relations constantes avec la loge de Saint-Domingue « la Vérité », pièce maîtresse pour le Grand Orient dans sa politique de contrôle de la maçonnerie coloniale.

68 E. Saunier, « Une loge maçonnique à Trois-Monts : l’intrusion d’une forme de sociabilité urbaine en milieu rural », Le monde rural an Normandie. Actes du XXXIIème Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, série des Congrès, vol. 3., Caen, 1998, p. 291-304.

69 ibid. FM1 108.

70 ibid. FM2 159.

71 Nicolas Brard-Duclos, l’un des principaux protagonistes de la difficile gestation des loges bourgeoises à Bayeux, figure sur les tableaux de l’atelier parisien des « Cœurs Unis » de 1774 à 1776 soit quelques années avant la tentative des « Cœurs Unis » à Bayeux (1781). Avocat au moment de son arrivée, Brard-Duclos a fait ses études à Paris et figure comme étudiant sur les tableaux de cette loge parisienne. (A. Le Bihan, Les francs-maçons parisiens du Grand Orient de France. Seconde moitié du XVIIIème siècle, Paris, B.N de France, 1966, 491 pages).

72 C. Peyrard, Les jacobins de l’ouest, p. 69-97.

73 BNF, fonds FM: FM2 136bis.

74 ibid. FM2 232.

75 R. Halévy, Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime aux origines de la sociabilité démocratique, Paris, A. Colin, 1984.

76 D. Pingué, op.cit.

77 C. Peyrard, op.cit., p. 46.

78 C. Mazauric et E. Saunier, « La Révolution française et la fin de la franc-maçonnerie à Rouen », Les pratiques politiques en province à l’époque de la Révolution française, Montpellier, 1987, p. 87-95.

79 BNF, fonds FM : FM2 190.

80 ADC (fonds communaux de la ville de Caen) : 615 EDT 636. On y trouve la liste des initiés de « Thémis » des origines au milieu du XIXème siècle ce qui comble assez largement les lacunes importantes du fonds maçonnique de la Bibliothèque Nationale concernant cette loge. Quant au passage de Claude Fauchet au sein des loges du Calvados, il est signalé dans une notice déposée par Monsieur Guy Delahaye à la bibliothèque du Grand Orient de France.

81 BNF, fonds FM : FM2 244.

82 En dehors de l’étonnante vitalité de la maçonnerie havraise, les réunions semblent avoir repris de manière officielle sous le Second Directoire. A Cherbourg, c’est en fructidor an VI qu’une lettre du Vénérable Greban au commissaire du gouvernement Noël sollicite le droit d’organiser des banquets. (AMCh, série I : 2I 36). On y apprend, à cette occasion, la reprise des travaux à Valognes et on constate une résurgence de correspondance, vers cette date, à Vernon et à Caen.

83 C. Mazauric, Sur la Révolution française. Contributions à l’histoire de la révolution bourgeoise, p. 135-147.

84 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848), p. 59-65.

85 C’est particulièrement vrai en Provence où Maurice Agulhon signale la fin des activités au-delà de 1789 (M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 262).

86 BNF, fonds FM : FM2 244.

87 A partir de 1800, les fonctionnaires représentent entre 23 % (Eure) et 36 % du recrutement départemental (Orne) à l’exception de la Seine-Inférieure (14 %). Cette sous-représentation est compensée par la surreprésentation du monde du commerce (52 %) dans ce département alors qu’il représente entre 15 % et 34 % du recrutement dans les autres départements normands.

88 Les loges de Pont-L’Evêque, Lisieux et de Eu sont pratiquement mort-nées puisque, apparues en 1811, elles s’éteignent vers 1813 et ne survivent pas à l’Empire.

89 G. Gayot, op.cit., p. 43. La Seine-Inférieure compte alors 8 loges actives en 1848.

90 Cette loge, sur laquelle on ne détient aucune archives et qui ne figure pas dans les inventaires de la Bibliothèque Nationale, est signalée par les enquêtes menées sous la Restauration (ANF, série F, sous-série F7 : F7 6686)

91 D. Pingué, op.cit.

92 Ainsi, dans l’Eure, Verneuil-sur-Avre compte 6 000 habitants et aucune loge mais Les Andelys (2 000 habitants) voit émerger « la Parfaite Cordialité » en 1779. Il est vrai que cette ville est alors chef-lieu de bailliage. Dans l’Orne, Sées et Argentan se trouvent dans une situation identique à celle de Verneuil alors que Bellême (2 000 habitants) compte une loge sous l’Empire. Enfin, dans la Manche, Avranches (6 000 habitants) ne figure pas parmi les villes maçonniques alors que Carentan (moins de 2 000 habitants) voit naître une loge en 1789.

93 Trois Yvetotais au sein des loges rouennaises, deux Bolbécais au Havre, un seul Avranchin à Dieppe et aucun Ebroïcien : le bilan des frères venus d’autres villes importantes pour s’agréger dans une loge voisine est maigre.

94 D. Roche, Le siècle des « Lumières » en province : académies et académiciens provinciaux (1680-1785), p. 221-224.

95 Jean-André Signard est le gendre du banquier Gaultier.

96 Rappelons notamment le rôle déterminant tenu par le Procureur du Parlement de Normandie Pouilliot à Pont-Audemer, les frères Caillemer, avocats, à Carentan et le receveur Castaing à Alençon.

97 BNF, fonds FM : FM2 13.

98 Ces quatre hommes sont le directeur de la manufacture de Glaces Guillaume Dupuis de Saint-Julien, le négociant Marc Séguineau de Préval, l’entrepreneur Pascal Mignot et le chimiste Antoine Hollenzweger.

99 A Rouen, ce sont les loges « les Bons Amis », « la Parfaite Harmonie de l’Union » et « la Parfaite Egalité » (XVIIIème siècle), loge séparée en deux clans à son tour, puis « la Sincère Amitié » (XIXème siècle) ; au Havre, « l’Aménité » ; à Dieppe, « l’Olivier Ecossais » ; à Bernay, « les Amis de la Vertu » ; à Falaise, « la Franche Amitié » ; à Alençon, « les Emules d’Oreste et de Pylade », loge séparée en deux clans à son tour, et à Granville, « les Amis Réunis ». Cette recension ne prend en compte que les fondations postérieures à 1774.

100 A Rouen, les loges issues d’une scission ont fourni à elles seules 260 affiliés.

101 La correspondance des loges « Saint-Christophe » et des « Emules » (BNF, fonds FM : FM2 136 bis) montre un ralentissement très net des activités à partir de 1786. De plus, les « Emules » n’ont jamais pu réunir plus de 12 individus et se meurent en 1788.

102 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie, Paris, Edica, 1987. Sur la maçonnerie féminine, on peut citer le livre de M. Jacob, Living the enlightment. Freemasonry and politics in the XVIIIth century, Oxford, 1991 (notamment le chapitre 5 qui synthétise les apports de travaux sur la question à partir des nombreuses études menées notamment dans le monde anglo-saxon) et, pour la maçonnerie française, l’ouvrage récent de G. et Y. Hivert Messeca, Comment la maçonnerie vint aux dames ?, Paris, Dervy-Livres, 1997.

103 Sur cette question spécifique, voir les nombreux travaux d’Antoine Faivre.

104 Ch. Porset, Les Philalèthes et les Convents de Paris, Paris, H.Champion, 1996.

105 Pour une mise au point récente sur ce rite, voir : G. Galtier, La franc-maçonnerie égyptienne, p. 64-99.

106 On voit notamment la présence récurrente du frère Charles-Emmanuel Lepelletier de Feumasson, porteur attesté de ce grade en 1763.

107 BNF, fonds FM: FM1 137.

108 BNF, fonds FM: FM1 58.

109 Rappelons que cette structure rassemble l’élite des frères initiés aux grades écossais : seuls les frères ayant accédé au 30ème degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté peuvent participer aux travaux des conseils.

110 Rappelons simplement que le Rite Ecossais Ancien et Accepté fut créé le 24 juin 1801 aux Etats-Unis à Charleston, par des Grands Inspecteurs Généraux adjoints détenant leurs pouvoirs d’Etienne Morin investi en 1761 et 1763 d’une patente émanant des autorités maçonniques françaises et anglaises l’autorisant à fonder des loges « aux sublimes grades de la Haute Perfection ». Il nomme des Inspecteurs Généraux en Amérique du Nord, en Jamaïque et à Saint-Domingue où il est établi et chapeaute une organisation rituelle structurée Introduit en France au retour d’Alexandre de Grasse-Tilly en 1804, celui-ci porta le Rite regroupant originellement 25 dégrés à 33 degrés. Malgré de multiples tentatives d’absorbtion, le rite fut toujours un concurrent sérieux du Rite Français.

111 Le Consistoire regroupe en atelier les frères porteurs du trente-deuxième degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

112 ibid., FM2 385.

113 BNF, fonds FM: FM2 190.

114 Ibid., FM2 244.

115 Voir les références données par A. Le Bihan, op.cit., p. 203.

116 ADC, Imprimé : Opuscule sur « l’Ardente Amitié » juillet 1790).

117 BNF, fonds FM: FM2 244A. Dix Havrais sont victimes de leurs relations écossaises avec le notaire d’Arras : Raimond Glarel, Desnouette, Barcq, Vaussier, Muret, Chavost-Duhesme, André Hue, Dominique Level, Maillard et Chanoine de Rocmont.

118 A ce stade, il n’est pas question d’aborder les activités profanes de la loge (le chapitre 8 est consacré en partie à ce sujet). Rappelons toutefois simplement que les sociétés pratiquant ce rite sont nettement antiroyalistes et anticléricales.

119 Le rite est l’objet d’une première interdiction par la dissolution du 7 septembre 1822. Les Damétalais décident alors de rejoindre l’étendard du Grand Orient.

120 A leur sujet, voir le livre récent de Gérard Galtier, La franc-maçonnerie égyptienne, p. 83-85.

121 BNF, FM1 108.

122 Citons notamment l’exemple de Louis Ancel, Lovérien qui figure parmi le groupe des fondateurs de la loge des « Amis des Arts » en 1805.

123 Réunissant de nombreux membres de la noblesse locale et se réunissant régulièrement les mois d’automne et d’hiver, cet atelier sédentarisé est la seule loge militaire dont les membres ont été pleinement intégrés à notre étude.

124 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie, Paris, Edica, 1987. L’auteur insiste notamment sur l’attraction culturelle jouée sur le monde militaire par certains aspects du rituel maçonnique, notamment la reproduction du vécu entre la Mort rituelle et celle qui menace sur les champs de bataille.

125 La sociologie des ateliers civils de Caen se caractérise déjà, comme nous le verrons au chapitre 3, par une forte aristocratisation (30 % des effectifs). Rappelons que deux ateliers militaires prestigieux, les loges du régiment du Roi et Fabert, sont respectivement fondés à Besançon et à Nancy puis travaillent à Caen à partir de 1778 (BNF, fonds FM : FM2 12).

126 J. Ferrer-Bénimeli, « La maçonnerie espagnole et la Révolution française », Franc-maçonnerie et Révolution française dans le bassin méditerranéen, IDERM-Provence, 1990, p. 90-98.

127 BNF, fonds FM : FM2 405

128 Le rétablissement de l’Inquisition par Ferdinand VII peut en effet laisser augurer des lendemains difficiles pour les frères espagnols stationnés à Saint-Lô.

129 P. Chevallier, op. cit., p. 194-211.

130 Les travaux de Michel Taillefer ont prouvé qu’une loge d’adoption fonctionnait à Toulouse auprès de « la Parfaite Amitié » dès 1765 (M. Taillefer, op.cit., p. 45-46.)

131 A ce sujet, voir G. et Y. Hivert Messeca, Comment la franc-maçonnerie vint aux femmes ?, p. 59. L’Ordre de la Félicité est l’une de ses sociétés badines qui se développent au temps de Louis XV. A ce sujet, voir J.-L. Quoy-Bodin, « Autour de deux sociétés secrètes libertines sous Louis XV : l’Ordre de la Félicité et l’Ordre Hermaphrodite », Revue Historique, juillet-septembre 1986, no 559, p. 57-84.

132 BNF, fonds FM : imprimés 336 et 728.

133 R. Leforestier, Maçonnerie féminine et loges d’adoption, Milan, Arche, 1979. Si l’on tient pour exacte la liste fournie par l’auteur, plus de la moitié des soeurs sont des épouses de maçons : la marquise de Pardieu, la comtesse de Caumont, madame Lebaron, madame Versin, madame Bourdon, madame Chausse de Raimbaville, madame Viallet Desgranges, madame de Portai, madame Niel, madame d’Ausseville, madame de Bellengreville, madame Leprince Duclos, la comtesse de Carneville et madame de Saint-Quentin.

134 G. Lefebvre, Cherbourg à la fin de l’Ancien Régime et au début de la révolution française, Paris, Annales de Normandie, 1969.

135 M. Jacob, Living the enlightment. Freemasonry and politics in XVIIIth century, Oxford, 1991. Voir également: J. Landes, Women and the public sphere in the age of French Revolution, 1988; A. Doré, « La maçonnerie des dames. Essai sur les grades et rituels des loges d’adoption (1745-1945) » dans Bulletin de la Grande Loge de France, 1981.

136 BNF, fonds FM: FM1 87.

137 ibid. FM2 205.

138 René d’Auvray fut maire de Caudebec sous l’Empire.

139 BNF, fonds FM : FM3 465.

140 C. Derobert-Ratel, « Les Arts et l’Amitié » et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de 1848 à 1871, p. 141-143.

141 P. Chevallier, Le sceptre, la crosse et l’équerre sous Louis XV et Louis XVI (1725-1789), Paris, H. Champion, 1996.

142 BNF, fonds FM: FM1 111.

143 ibid. FM2 499.

144 Pour la liste exhaustive des moines de la Congrégation de Saint-Maur présents en Normandie, voir : E. Saunier, « Les bénédictins et la franc-maçonnerie en Normandie », Cahiers du GRIS, Séminaire du 1 juin 1996.

145 J.-P. Lefebvre-Filleau, Moines francs-maçons du Pays de Caux, p. 63.

146 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, p. 174-175.

147 A Bernay, la loge bénédictine des « Amis de la Vertu » a confié le maillet à Marc Decourdemanche. « La Parfaite Charité » a pour vénérables successifs les curés Jean-Baptiste Mailloc et Augustin Richer. A Caudebec, « l’Union Cauchoise » a eu pour âme René Coquille Deslongchamps et, au sein de la « Parfaite Amitié » de Gournay-en-Bray, les vénéralats successifs sont occupés par un chanoine, Louis Anquetin, et un curé, Simon Dumont !

148 C. Duprat, « Pour l’amour de l’humanité ». Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des « Lumières » à la « Monarchie de Juillet », tome I, Paris, C.T.H.S, 1993, 485 pages.

149 Dans la petite loge de l’Orne située à La Ferté-Macé, neuf frères répondent favorablement à l’acte de bienfaisance générale proposé par le Grand Orient en versant entre six et dix-huit livres de rente annuelle soit 96 livres pour un capital de 1920 livres. Quelques semaines plus tard, le médecin François Lucet offre ses prestations gratuitement et s’installe dans l’hôpital laissé vacant à la chapelle Saint-Jean (BNF, fonds FM : FM2 191).

150 A Caudebec, Coquille Deslongchamps n’est pas le seul moine à fréquenter de nouveau la loge sous la Restauration. On retrouve à ses côtés deux autres bénédictins (Louis Grognet et Jean-Jacques de Montigny) ainsi qu’Antoine Desaulty qui a abandonné son état.

151 ibid. FM3 454.

152 Y. Chaussy, op.cit.

153 A Perseigne, le procureur Antoine Beliot est l’initiateur de la pénétration de l’ordre dans l’abbaye.

154 Douze initiés ont fréquenté, de 1780 à 1789, les quatre grandes abbayes normandes, Jean-Baptiste Tellier, Albert Durieux et Charles Quennouel étant même affiliés simultanément aux loges de Fécamp et de Bernay. Il reste que cet effet d’entraînement peut être évoqué pour d’autres ordres, Cordeliers à Vemon ou Génovéfains à Eu, l’ensemble du clergé… voir la maçonnerie ! Les séculiers adhèrent aussi à l’Art Royal par « contagion », proximité géographique et familiale.

155 A ce sujet, voir G.Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIII-XIXème siècles), p. 76-83.

156 M. Beuzelin, « Le jansénisme dans la province de Normandie de la Bulle Unigénitus à la Commission des réguliers (1713-1766), mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1994.

157 ibid., p. 201-235.

158 BNF, fonds FM: FM2 244 A.

159 ibid. FM2 189.

160 ibid. FM2 190.

161 Decourdemanche, chevalier Rose-Croix, intervient dans son atelier pour plaider contre la théâtralisation du rituel initiatique ce qui le rattache, au moment où l’évolution montre une tendance à l’ostentation, à la sensibilité dont il faisait preuve au sein de son couvent bénédictin (BNF, fonds FM : FM2 143).

162 L’analyse repose essentiellement sur l’étude de six cas : « la Vraie Union et Amitié Parfaite » à Caen (1773 et 1781), « Saint-Jean Baptiste » à Vernon (1785), « les Cœurs Unis » à Bayeux (1786), « l’Accord Parfait » à Rouen (1789), « la Parfaite Tolérance » (1818-1820) à Darnétal, « les Amis des Arts » à Ingouville (1829).

163 BNF, fonds FM: FM2 159.

164 ibid. FM2 502.

165 ibid. FM2 381.

166 ibid. FM2 382.

167 ibid. FM2 247.

168 Au total, on connaît les qualités civiles de 164 frères récusés.

169 ibid. FM2 159.

170 ibid. FM2 220.

171 I. Laboulais, « Le Flambeau du républicanisme : un journal à Rouen pendant la Terreur (brumaire-germinal an II) », mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1991.

172 Cinq autres frères exercent divers autres petits métiers.

173 ADSM, série M : 1M 393 (dossier personnel de Louis Brévière pour l’attribution de la Légion d’honneur).

174 ibid. Le dossier indique que le père de Brévière fut un modeste tourneur en faïence.

175 ibid. Son talent s’exprime notamment dans le domaine du clichage sur métal et la découverte de procédés d’agrandissement des gravures appliquées. Celui-ci est mis au service des loges par la réalisation des jetons de présence.

Table des illustrations

Titre La franc-maçonnerie normande avant la fondation du grand orient de France (1744-1774).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre le milieu originel (1760-1773) : structure des loges. Les centres majeurs.
Légende Les orients principaux : loges de caen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende les orients principaux : loges de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende les orients binaires : loges du havre et d’alençon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre le milieu originel (1760-1773) : structure d’ensemble des grands orients.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende les orients uniques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre La prise en main de la franc-maçonnerie normande par le grand orient de France (1774-1778).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre les implantations maçonniques de 1778 a 1789 : mouvement d’ensemble et rythmes constitutifs.
Légende rythmes constitutifs.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende mouvement d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre les implantations de 1789 à 1799.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre la reconstruction consulaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre la franc-maçonnerie normande sous le consulat et le premier empire : rythmes constitutifs et mouvement d’ensemble.
Légende rythmes constitutifs
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende mouvement d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre la franc-maçonnerie normande en 1818.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre les implantations de 1815 a 1830.
Légende creations et extinctions.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende etat des implantations en 1830.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre l’autonomie du fait maçonnique.
Légende implantations maçonniques et urbanisation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende implantations maçonniques et maillage administratif.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende implantations maçonniques et institutions culturelles au temps des lumieres.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre la representation des hauts grades en normandie (1786-1830).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre les loges militaires en normandie à la fin du XVIIIeme siecle.
Légende 1 Infanterie ANHALT et SALM (1777 7) - 2 : ARMAGNAC (1786/1789) • 3 : AUVERGNE (1780) - 4 : BEARN (1787/1789) 5 : FLANDRE (1778) - 6 : SARRE (1778/1777) - 7 : TURENNE (1785/1789) - 8. ORLEANS (1779) - 9 ; PICARDIE (1785/1788) - 10 : ROHAN-SOUBISE (1777-1783/1778/1779)-11 : ROI (1778-1783) - 12 : ROYAL ROUSSILLON (1776)-13 : ROYAL VAISSEAUX (1780)-14 : TOURAINE (1787) - 15 : VIVARAIS (1787) - 18 WALONER (1779-1783)-17 ; CAVALERIE CONTI-DRAGONS (1776-1780. 1781/1787)-18 : LORRAINE (1773/1774)-19 : CHAMPAGNE (1773-1789/1790) - ARTILLERIE TOUL (1778/1790/1788) - 21 : non liée au G.O. ROYAL LORRAINE (1788)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre la militarisation de la franc-maçonnerie en normandie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre le clergé et la franc-maçonnerie en normandie en normandie au XVIIIeme siecle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre la representation des reguliers au sein des loges normandes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8226/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540