Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Introduction

Texte intégral

Dans la perspective de l’histoire des cultures

  • 1 J. Dupaquier, L’état de la France pendant la Révolution (1789-1799), p. 64-65. Pour un homme âgé de (...)
  • 2 F. Braudel, Ecrits sur l’histoire, p. 41-85.
  • 3 ibid, p. 45.
  • 4 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIème siècle, Paris, Da (...)

1De la naissance du Grand Orient de France aux « Trois Glorieuses », les cinquante-six années qui s’écoulent correspondent à la durée de vie moyenne d’un contemporain de la période révolutionnaire1. La longueur de cette séquence pose de facto le problème de la place qu’elle occupe dans le « temps de l’histoire »2. En effet, la trame chronologique choisie ne correspond pas à la « longue durée séculaire » des études braudéliennes… mais elle dépasse le domaine de ce que Benedetto Croce nommait justement « l’explosion révélatrice des mouvements issus des profondeurs »3. Un demi-siècle représente en fait un « temps médian » ce que justifie la primauté accordée à la dimension sociologique, les destinées d’une génération, par rapport à l’étude d’une structure qui a déjà fait l’objet de nombreuses et belles synthèses. La présence du processus révolutionnaire au cœur des destins individuels suffit d’ailleurs à mettre en perspective des mutations généralement perçues sur le temps long permettant en quelque sorte un plan rapproché sur une séquence jugée décisive. On pense ici à l’exemple donné jadis par Ernest Labrousse dans son étude du « pathétisme économique » du règne de Louis XVI4.

  • 5 D. Roche, Les républicains des lettres, p. 13-14.
  • 6 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes. La philanthropie des « Lumières  (...)

2Toutefois, si la présence de la Révolution française justifie la primauté de l’axe sociologique, les francs-maçons, sur la structure, la maçonnerie, cela correspond aussi au choix d’une « histoire des cultures » spécifique où les maçons se transforment en agents sociaux mobilisateurs de celle-ci5. En effet, autant que la volonté de cerner le destin d’une génération touchée par l’événement révolutionnaire, le choix de cette période intègre notre recherche dans une histoire culturelle marquée à l’amont, vers 1770, par la sensibilité originale des « Lumières » finissantes et, à l’aval, par l’émergence de comportements nouveaux en liaison avec les mutations économiques et politiques survenues dans la première moitié du XIXème siècle. Dans ce cadre chronologique, les œuvres récentes de Daniel Roche, Maurice Agulhon et de Michel Vovelle se sont d’ailleurs accordées avec des études plus anciennes, comme celle de Daniel Mornet, pour déceler un moment de mutation essentielle. Prépolitisation au sein de structures de sociabilité novatrices représentées par les clubs, croissance des fondations consacrées à la culture, comme les cabinets littéraires, et à la philanthropie6, tous ces auteurs s’accordent, à travers la description des processus de laïcisation et la résurgence de l’irrationalité, pour affirmer que les Français se mettent alors à penser autrement.

  • 7 D. Ligou, Histoire des francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1981.
  • 8 E. Dermenghem, Joseph de Maistre mystique, p. 61.
  • 9 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIII-XIXèmes siècles), p. 34-35.

3Bien sûr, ces deux dates placent la franc-maçonnerie dans son contexte spécifique caractérisé par des mutations internes importantes qu’il convient brièvement de rappeler. En 1773-1774, elle voit ainsi s’achever sa « Nuit du 4 Août » : la naissance du Grand Orient de France correspond alors à une révolution institutionnelle indispensable pour gérer un succès qui frise l’anarchie et à une régulation éthique entre les tendances de l’ancienne maçonnerie, déchirée entre le tolérantisme andersonnien qui séduit surtout l’aristocratie et une maçonnerie plus « janséniste », défendue généralement par la petite bourgeoisie parisienne. Comme le rappelle Daniel Ligou7, c’est la survie de l’ordre qui dépend de cette adaptation institutionnelle débouchant d’abord sur le contrôle de la « maçonnerie bleue » par le Grand Orient dont les rênes sont confiées au duc de Montmorency-Luxembourg, et ensuite sur l’essentiel des pratiques écossaises avec la fondation du Grand Chapitre Général en 1786. Le résultat principal de cette révolution est sans conteste l’implantation d’institutions réellement démocratiques sur la base d’un centralisme représentatif des droits et des intérêts de toutes les loges. De plus, il confirme la maçonnerie comme contre modèle social, dans la mesure où roturiers et privilégiés se côtoient au sein d’une structure où tous sont égaux en droit. Le processus ne s’opère pas sans douleur ni résistance et l’inflation des grades écossais contribue à préserver et à renforcer la dualité maçonnique écartelée entre ce que Joseph de Maistre appelait la « tige ancienne et respectable » de l’arbre et une maçonnerie de basse extraction8. La césure de 1830 est moins nette en ce qui concerne l’histoire de l’institution car il faut admettre que, dans la perspective de cette dernière, ce sont les années 1846-1848 qui constituent un vrai point de rupture. La crise économique et les tensions politiques et sociales qui s’en suivent pour atteindre leurs paroxysmes en février 1848 entraînent, au sein des loges, des pratiques novatrices seulement amorcées sous la Restauration. Elles se caractérisent par une sensibilité plus aiguë à la question sociale ce qui est visible par la mutation dans les pratiques philanthropiques, par une participation active au débat politique et religieux dont les échos sont enfin massivement perceptibles. En 1830, la maçonnerie reste profondément affaiblie par les effets de la tourmente révolutionnaire et par sa « compromission » avec un régime récemment renversé : moment d’étiage9 et de suspicion, l’état de la maçonnerie est peu reluisant à cette date même si on entrevoit des transformations internes importantes.

  • 10 R. Darnton, La fin des « Lumières ». Le mesmérisme et la révolution, p. 87-137.
  • 11 N. Hampson, Histoire de la pensée européenne. Tome IV : Le siècle des « Lumières », Paris, Points-S (...)
  • 12 R. Damton, Bohème littéraire et révolution. Le monde des livres au XVIIIème siècle, Paris, Perrin, (...)

4Mais le cadre de l’histoire maçonnique coïncide plus largement avec celui des structures culturelles dans lesquelles les loges s’insèrent. Or, entre 1770 et 1789, les canaux de diffusion de l’opinion publique évoluent dans un contexte culturel radicalement transformé. A la vogue du sensualisme de Condillac et du succès de la pensée lockienne succède le temps des incertitudes sur les bienfaits et les moyens d’accéder à la raison dont le Candide de Voltaire peut être considéré comme l’exemple le plus connu. Parallèlement aux tiraillements idéologiques dont est l’objet l’esprit des « Lumières », pris entre les expériences de Franz Messmer10 et le rationalisme, les pratiques discursives se politisent sous l’influence de la préoccupation envers le noumène kantien et de l’idéal rousseauiste de l’individu au service de l’intérêt général11. Le succès du Figaro de Beaumarchais à l’aube de la Révolution accompagne les assauts contre la Raison, orchestrés par une fraction de la « Bohême littéraire » dont Jean-Paul Marat et Brissot sont les figures les plus célèbres12. Dans ce contexte de « fatras idéologique » qui détruit le concept même de « Lumières » vu comme un ensemble dont la cohésion serait assurée par un projet rationaliste alors battu en brèche, la maçonnerie reflète ces tiraillements par la multiplicité des courants idéologiques qui la traversent.

  • 13 C. Porset, Les Philalèthes et les convents de Paris, Paris, H. Champion, 1996.
  • 14 G. Gayot, op.cit., p. 34.

5On voit ainsi progresser les tendances illuministes par le biais de la multiplication des obédiences et des « franc-maçonneries parallèles », par l’affirmation un peu baroque du goût des maçons pour les grades équestres. Les hauts grades deviennent d’ailleurs un enjeu de pouvoir dont Charles Porset13, à partir de son étude sur les convents des Philalèthes, a su montrer l’importance. Cet engouement facilite la croissance exponentielle des effectifs de la maçonnerie de 1774 à 1789. A cette date, l’ordre peut revendiquer 635 loges couvrant la totalité du royaume14.

  • 15 A. Combes, Les trois siècles de franc-maçonnerie française, p. 57-58.
  • 16 ibid., p. 60-62.
  • 17 E. Saunier, « Les francs-maçons rouennais et la révolution (1789-1799) », mémoire de maîtrise de l’ (...)

6Avec l’effervescence du printemps et de l’été 89, l’ordre amorce un second moment de son histoire. Malgré le maintien d’une activité jusqu’en pleine « Terreur »15, la maçonnerie vit dans la douleur une révolution qui, après sa phase paroxystique, réduit à 18 le nombre des ateliers en activité en 1796 si on en croit Roëttiers de Montaleau16, véritable âme d’une maçonnerie victime de l’apostasie de son Grand Maître Philippe-Egalité. Attaquée sans être détruite, concurrencée par de nouvelles structures de sociabilité plus adaptées au discours politique, la maçonnerie va profiter de cette période difficile pour se métamorphoser en une structure de sociabilité aux contours sociaux affranchis de ses anomalies représentées sous l’Ancien Régime par la noblesse et le monde des corporations17. Avec le contrôle imposé par le régime bonapartiste dès le Consulat, elle entre dans un « âge d’or » un peu artificiel caractérisé par le goût croissant pour l’égyptomanie et les activités festives au sein des ateliers. L’ambiguïté dans laquelle la plonge une inféodation obligée au pouvoir en place facilite ces tendances.

  • 18 A. Combes, op. cit., p. 73.
  • 19 P. Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française. 2 : La maçonnerie, missionnaire du libéra (...)

7Le second retour de Louis XVIII place la maçonnerie dans une situation paradoxale. Elle se rallie avec peu d’états d’âme à un souverain qui fut peut-être initié à la lumière dans sa jeunesse18 mais, malgré une certaine habitude des changements politiques, la « réaction culturelle » qui touche la France est défavorable à un ordre peu à peu assimilé à ces « sociétés de pensée » qui auraient sapé les fondements du régime en 1789 et que l’on confond facilement avec les groupes carbonaristes. Volens nolens, la maçonnerie devient-elle un outil de contestation voire de libération comme l’avait déjà suggéré Pierre Chevallier ?19 Cette question soulève ici le problème crucial de l’impact de la Révolution, de son rôle dans la recomposition idéologique de l’ordre entre 1815 et 1830.

La Normandie au temps de la transition révolutionnaire : autour de la frontière

  • 20 La densité de population moyenne est de 70 habitants au km2 et le taux d’urbanisation se situe auto (...)
  • 21 Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 12-13.
  • 22 G. Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux (1640-1755), Paris, C.T.H.S, 1985.

8Riches de 2,2 millions d’habitants, les trois généralités qui forment la province de Normandie constituent notre observatoire. C’est un ensemble densément peuplé et fortement urbanisé20. Dans cet ensemble, la généralité de Rouen montre une avance certaine : on y trouve la cinquième ville du royaume (70 000 habitants), un espace très urbanisé dans son ensemble (21 %) où Dieppe (25 000 habitants) et Le Havre (20 000 habitants) complètent assez bien, par leur vocation maritime, le dynamisme rouennais relayé vers l’intérieur par un ensemble de cités plus modestes mais formant un réseau structuré (Evreux, Elbeuf, Vernon, Bernay…)21. A l’ouest, la généralité de Caen présente un potentiel démographique moindre, en raison surtout de la récession caennaise (38 000 habitants). Elle peut jouer cependant sur l’ouverture maritime dont elle bénéficie autour des ports de Caen, de Cherbourg et de Honfleur. Fait urbain privilégiant les voies maritimes, le fait maçonnique a donc a priori toutes les raisons de rencontrer vite et avec générosité la Normandie, la généralité d’Alençon comportant cependant de moindres attraits. Cet espace accueillant peut en outre compter sur un dynamisme économique affirmé. Guy Lemarchand22 a présenté, dans son étude majeure sur les structures économiques du Caux, ce pôle comme un grand centre de prospérité et d’ouverture monétarisé dès le XVIIème siècle. Une nature clémente, un réseau urbain structuré et un marché de consommation important permettent au Caux de se distinguer par l’excellence de ses rendements : celui-ci, bien complété par le pôle du Bray centré sur l’élevage, contribue à conférer à la partie orientale de l’axe séquanien une réputation de richesse agricole.

  • 23 M. Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-180 (...)

9Mais on sait que la Normandie doit de plus en plus sa réputation aux initiatives des « marchands-fabricants » : textile, tanneries, chantiers navals et centres métallurgiques donnent naissance à un potentiel proto-industriel qui fait émerger une bourgeoisie active, aux pratiques capitalistes accompagnatrices de l’élan antérieur impulsé par la puissante bourgeoisie commerciale. Les activités des négociants ont été favorisées par les situations stratégiques de Rouen et du Havre, ce qui donne naissance à un milieu prospère d’armateurs et de banquiers dont les figures de proue sont incontestablement les illustres Le Couteulx qui firent de leur banque, à partir du comptoir caditan leur permettant de bénéficier des échanges avec l’empire colonial espagnol, l’une des trois plus solides maisons parisiennes à la fin du règne de Louis XV23.

10La puissance et l’initiative de grands négociants anoblis (les Begouën de Meaux au Havre, les Lézurier ou les Le Couteulx à Rouen), ou en passe de l’être (les Defontenay), s’enrichissent de la promiscuité des émigrés venus faire profiter la proto-industrie normande du « génie anglais ». De l’introduction de la mule-jenny par le manufacturier du faubourg Saint-Sever John Holker à la première machine d’Arkwright installée par Alexandre Defontenay en 1785 dans sa manufacture lovérienne, en passant par l’arrivée du fer à coke dans les machines de l’Anglais William Sturgeon, la Haute-Normandie se présente comme l’un des espaces les plus novateurs en matière économique à la fin du XVIIIème siècle. Toutefois, on ne doit pas occulter la diversité et les faiblesses de la province.

  • 24 G. Lemarchand, op.cit, p. 46-55.
  • 25 J.-Cl. Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au XVIIIème siècle, p. 358-367.
  • 26 G. Désert, Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981.

11Trois arguments viennent en effet tempérer une vision un peu trop optimiste. D’une part, la prospérité s’estompe, avec les effets du traité de Vergennes dans les trois dernières années de l’Ancien Régime. Le triangle lainier Rouen-Louviers-Elbeuf subit alors la libéralisation des échanges de plein fouet et n’arrive pas à assumer toutes les conséquences d’une mutation possible dans le mode de production. D’autre part, en Basse-Normandie, l’état des lieux est moins enthousiasmant. L’agriculture s’y appuie sur des cultures bocagères peu lucratives, et les cités y sont en stagnation dont la métropole caennaise. La partie occidentale de l’ancienne province, à laquelle on peut ajouter l’ouest et le sud de l’actuel département de l’Eure, fait donc figure de parent pauvre. Enfin, malgré le dynamisme spectaculaire d’une bourgeoisie capitaliste active, la province reste sous l’emprise des cadres traditionnels de la société d’Ancien Régime, le maintien d’un vigoureux « complexum feudale » dans les campagnes, notamment en ce qui concerne les institutions judiciaires24, en étant la preuve la plus spectaculaire. Le monde urbain reste de son côté caractérisé par la faiblesse des classes moyennes, y compris à Rouen. A l’ouest, il faut attendre les travaux de rénovation de la rade de Cherbourg en 1783 pour voir émerger un dynamisme nouveau tandis qu’à Caen, la récession observée dès 1775 paraît inexorable et s’accompagne d’un retour à la « passion de la terre » aux dépens des activités productives25. Même les structures les plus avancées comme les mines de Littry donnent des résultats décevants et le panorama ne s’améliore guère après la stabilisation consulaire, la « dentelle » restant la seule activité réellement dynamique dans une ville cossue, en marge cependant des grands mouvements liés au dynamisme économique du premier XIXème siècle26. La Normandie reste donc une terre « d’élites traditionnelles », la prestigieuse noblesse normande et un clergé pléthorique constituant, à la fin du XVIIIème siècle, un milieu dominant relayé par les bourgeoisies robine et rentière. Terre d’élection de grandes figures du libéralisme bourgeois, comme Thouret et Dupont de l’Eure, la Normandie fut aussi la patrie de Louis de Frottey et du chevalier Destouches. Cet aspect des choses n’est pas incompatible, loin s’en faut, avec le goût pour l’Art Royal, mais il a le mérite de rappeler la diversité structurelle de la province ce qui pose d’ores et déjà implicitement la question de la nécessaire prise en compte de la variété des formes du succès de la sociabilité maçonnique.

12Au plan politique, l’historiographie présente souvent la province de Normandie comme l’exemple du « pays » marqué par la sagesse face à l’esprit militant des parisiens, et ses habitants comme des apôtres du modérantisme, cette réputation collant assez bien à l’image d’Epinal du normand prudent, attentiste, un tantinet opportuniste. Il est vrai que bien des apparences étayent cette impression. Une révolution municipale étalée et qui change peu les équipes dirigeantes (Le Havre), une mainmise tranquille de la haute bourgeoisie, menée par un homme politique de grande envergure, Thouret, membre du Comité des Trente, futur constituant et intervenant actif dans les débats constitutionnels de 1790-1791… le transfert de pouvoir se fait en douceur. Néanmoins, pour être réputé patriote modéré, on n’en est pas pour autant modérément patriote.

  • 27 D. Pingué, « Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale. Les sociétés politiques dans l’Eure et (...)
  • 28 E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution : journaux et journalistes normands (1785- (...)

13Cette vivacité du patriotisme s’explique aisément par deux faits. D’une part, les structures économiques avancées induisent rapidement une politisation intense qui témoigne de l’attachement aux pratiques politiques novatrices. Danielle Pingué27 et Eric Wauters28 ont su nous montrer celle-ci, la première à travers son étude de l’implantation des sociétés populaires qui place la Seine-Inférieure au second rang national, et le second en mettant en perspective les dynamiques d’une presse provinciale rapidement autonome. Les résistances à la Révolution témoignent aussi, à leur manière, de l’intensité de la vie politique. Or, de ce point de vue, la Normandie est loin de présenter un visage uniforme.

  • 29 C. Mazauric, Sur la révolution française, p. 399-421.
  • 30 S. Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’ouest intérieur à l’époque de la transition dir (...)
  • 31 C. Mazauric, « Autopsie d’un échec : la résistance à l’antirévolution et la défaite de la contre-ré (...)

14La célèbre « affaire de la Place de la Rougemare » qui éclate quelques jours avant le 21 janvier 1793 constitue l’épisode le plus significatif du mouvement anti-révolutionnaire survenu en Haute-Normandie. Le refus de voir le roi exécuté, manifesté par les Rouennais qui approuvent la démarche pétitionnaire de l’avocat Georges Auront, et les implications politiques de cet épisode29 témoignent de la vigueur du mouvement contre-révolutionnaire qui se niche à Rouen et dans quelques relais plus modestes comme Concise. Néanmoins, on doit admettre que la fronde des hauts-Normands fait pâle figure en face des troubles qui touchent la Basse-Normandie après les 31 mai et 2 juin 1793. Le département du Calvados donne le signal de la révolte en catalysant autour de son Comité Insurrectionnel dirigé par le baron Félix de Wimpffen et de sa force armée aux mains de Puisaye, le refus d’une seconde révolution qui fait émerger des pratiques politiques au sein desquelles le poids de la classe politique jusqu’alors au pouvoir s’amenuise. Entraînant, plus apparemment que réellement, l’ouest de l’Eure dans son sillage, l’aventure se termine dans la débandade de Brécourt le 13 juillet 1793 aux termes d’une parodie d’affrontement sans combat ni morts. Les échos de l’insurrection retombés, l’ouest de l’ancienne province reçoit le second grand choc anti-révolutionnaire avec la chouannerie bas-normande qui touche surtout le pays granvillais à la fin 1793 puis, comme l’a montrée Sylvie Denys30, le département de l’Orne sous le Directoire. Si l’aventure s’arrête face à Granville en feu en novembre 1793 puis dans l’Orne grâce à la détermination du représentant en mission Garnier de Saintes, elle donne naissance à une tenace dualité « Blancs-Bleus » dont Louis de Frottey et le représentant en mission Thomas Le Carpentier, organisateur de la défense de Granville, sont les figures de proue. Plus qu’à Rouen émerge dans le bastion caennais, bien relayé par les villes réputées pour leurs sentiments aristocratiques comme Valognes ou Bayeux, une force contre-révolutionnaire de combat qui peut s’appuyer sur une partie des foules paysannes et urbaines. Celles-ci alimentent les troupes de l’anti-révolution31 et ces manifestations particulièrement sensibles après la « révolution » des 31 mai et 2 juin 1793 peuvent répondre à la sensibilité d’un mouvement populaire favorable au processus révolutionnaire dont l’intensité reste intacte tout au long de la période. Dès l’été chaud de 1789, la mise à sac de l’hôtel du président du Parlement Camus de Pontcarré à Rouen et des demeures des grands négociants cherbourgeois suspectés de spéculation, le massacre de Belsunce à Caen constituent les principaux épisodes d’un mouvement relancé après la fuite de Varennes. A compter de mars 1792, la crise frumentaire conjuguée au cours plus démocratique du processus révolutionnaire et aux revendications des travailleurs des villes aboutissent à un paroxysme dans la pression des foules qui se situe en germinal an III, avec la révolte de Martainville à Rouen et les troubles de sa banlieue. D’autre part, à ces tensions s’ajoute une spécificité relative à la position géographique de la Normandie en raison de son rôle de poumon économique et d’espace stratégique. La vallée de la Seine, avant-port de Paris, devient un enjeu vital avec la guerre européenne. Son contrôle est l’objectif de toutes les tentatives de déstabilisation et sa préservation le souci de tous les réflexes patriotiques.

  • 32 S. Denys-Blondeau et D. Pingué, « Haute-Normandie et Basse-Normandie : quelle frontière ? », Revue (...)

15A ce stade, on voit donc que la mise en perspective de l’espace géographique concerné tend à différencier la province en deux « milieux » dont l’un, à l’ouest, recouvrirait les trois départements composant l’actuelle région Basse-Normandie et l’ouest de l’Eure, et l’autre, à l’est et donc plus proche de l’influence parisienne, serait composé de la Seine-Inférieure et de la partie orientale du département de l’Eure. Ce découpage s’appuie, comme l’ont rappelé Danielle Pingué et Sylvie Denys32, sur la perception différenciée entre un « complexe économique » haut-normand avancé et marqué par la force de la proto-industrialisation et une Basse-Normandie que son identité rurale rapproche des « pays de l’ouest ». La différence d’identité s’accentue avec le choc révolutionnaire puisque, au moment où une certaine stagnation économique s’observe autour de Caen, la Haute-Normandie reprend son développement appuyé sur la métallurgie, la sidérurgie et surtout l’essor des filatures mécaniques de la région rouennaise. En 1830, l’ensemble de la Normandie fait figure de province riche puisqu’elle monopolise 10 % du revenu national sur 6 % des terres… mais elle doit surtout ce bon résultat à la prospérité du département de la Seine-Inférieure, l’agriculture du Caux et l’industrialisation accélérée de la vallée de la Seine étant les sources de cet enrichissement. Par ailleurs, le fait que la Seine-Inférieure, par l’intermédiaire du dynamisme révolutionnaire havrais et de la « sagesse » rouennaise, ait refusé le « fédéralisme » et entraîné dans son sillage l’ouest de l’Eure autour du bastion de Bernay a accentué la séparation en opposant un ouest normand anti-révolutionnaire à une Haute-Normandie patriote. Cette vision juste peut toutefois conduire vers un écueil qui consisterait à poser l’a priori d’un espace maçonnique privilégié en Haute-Normandie.

16En effet, l’historiographie accrédite généralement un rôle important à l’intensité des activités économiques et surtout à la présence du grand négoce dans l’implantation des loges. De ce point de vue, on pourrait donc poser en postulat la nécessité d’une étude visant à comparer deux espaces inégalement représentatifs. Il s’agirait d’une vision erronée vite battue en brèche par deux réalités réduisant l’opposition structurelle des « deux Normandie » et, surtout, mettant en valeur les atouts de l’Ouest normand en relation avec la spécificité de notre sujet. Rappelons que le fait maçonnique est avant tout un fait urbain et que, quelles que soient les activités qu’on y trouve et quel que soit l’endroit où elle se situe, une cité possède toujours en son sein une élite sensible à l’air du temps : ainsi, la bourgeoisie commerçante alençonnaise et ses « fabricants de point » ou les entrepreneurs de la rade de Cherbourg ne forment-ils pas un vivier moins sensible aux nouveautés que les bourgeois du Havre, de Dieppe ou de Rouen. Dans la perspective d’une histoire culturelle, la dichotomie ouest rural-est industriel s’estompe car le fait maçonnique est presque exclusivement urbain. Prenons à nouveau le cas de la ville de Caen. Les foires de Guibray (et de Caen), les liaisons journalières qui relient la ville à Alençon et à Cherbourg en 1789, mais aussi l’existence de relais commerciaux intermédiaires comme Falaise mettent cette cité dans une position aussi favorable que Rouen et, en 1774, les deux villes sont dans une situation maçonnique similaire avec, pour chacune, cinq loges en activité. Bien sûr, on doit s’attendre à un déséquilibre démographique parallèle à celui que montrent les données quantitatives concernant les milieux urbains des deux parties de la province mais il n’y a rien de très spectaculaire dans cette différence.

17D’autre part, si on peut concéder à l’ouest un moindre dynamisme économique, on doit lui accorder un atout primordial en ce qui concerne ses capacités à attirer la mode maçonnique : celui de la culture. En effet, un rayonnement culturel intense existe depuis fort longtemps autour de Caen. Riche d’une université prestigieuse née en 1450 et foyer humaniste réactivé par la communauté réformée, « l’Athènes normande » reste le premier centre culturel de l’ouest et voit émerger, à côté de ses activités littéraires, un intérêt croissant pour les questions techniques dont l’apogée sera atteint, au « Siècle des Lumières », par les projets puis la concrétisation de la canalisation de l’Orne. De plus, la vocation culturelle de l’ouest de la province ne se cantonne pas à la seule cité de Caen. Il est significatif que, dans la quête des cabinets et sociétés littéraires, la Basse-Normandie paraisse nettement hégémonique même si ce résultat est assez logique en raison de l’isolement des villes moyennes qui n’ont donc pas été « écrasées » par la structure académique comme ce fut le cas dans les cités situées dans l’orbite de l’Académie de Rouen. En dehors de l’important pôle rouennais articulé autour de sa vieille Académie et de sa société d’agriculture, seuls Evreux et Le Havre peuvent se vanter d’avoir vu prospérer des « sociétés éclairées » sous la forme d’une société d’agriculture et de deux chambres littéraires. A l’ouest, non seulement Caen et Cherbourg possèdent leurs propres académies… mais des cités moins importantes comme Bayeux, Valognes et Granville ont vu naître leur propre cabinet ou leur chambre de lecture. Alençon, avec trois loges, un cabinet et une société d’agriculture est l’exemple le plus visible de l’importance de la sociabilité culturelle bas-normande et, à la fin du XVIIIème siècle, le dynamisme culturel des villes moyennes de Basse-Normandie dépasse de loin celui de bien des villes haut-normandes pourtant plus peuplées. Dans le paysage culturel de la France pacifiée sous l’Empire et la Restauration, Caen peut encore rivaliser avec Rouen dans la course à l’éclosion de sociétés savantes. Aux anciennes structures resurgies des cendres révolutionnaires s’ajoutent principalement la Société Linéenne, celle des Antiquaires, le Muséum et la Société Philharmonique. S’il existe donc une indiscutable différence d’identité entre les « deux Normandie » du point de vue du potentiel d’attraction sur la sociabilité maçonnique, aucune des deux contrées ne paraît véritablement désavantagée par rapport à l’autre.

18La question de la « frontière » ne doit donc pas orienter la recherche vers la prise en compte d’une différence quantitative au demeurant peu surprenante mais elle doit s’articuler simplement autour des variations dans les expressions des formes de la sociabilité, la maçonnerie pouvant surtout servir de prisme pour saisir les différences d’identités sociales et culturelles entre les deux parties de la province.

D’une historiographie passionnelle au choix des sources

19Les cadres chronologique et géographique étant fixés, nous arrivons à ce qui constitue la spécificité de la recherche sur la franc-maçonnerie à savoir la préséance de ce que nous pouvons appeler sans excès le « passif historiographique » sur l’exploitation des sources. En effet, si l’utilisation exhaustive de ces dernières a dû souvent attendre l’important classement effectué par Alain Le Bihan en 1966, elle fut largement devancée par une tradition historiographique polémique et passionnelle qui a précédé de plus de deux siècles le patient travail de l’historien et intégré l’histoire de la maçonnerie parmi les objets les plus chauds de l’histoire de l’histoire révolutionnaire. Rappelons donc brièvement les étapes de la construction d’une représentation longtemps dominante de la franc-maçonnerie.

  • 33 Abbé Lefranc, Conjuration contre la religion catholique et les souverains, Paris, 1791 ; et, du mêm (...)
  • 34 A. Barruel, Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Paris, 1797-1798, cinq volumes. Et su (...)
  • 35 J. Robison, Proofs of the conspiracy against all the religions and governments of Europe, carried o (...)
  • 36 J.-A. Starck, Der triumph der Philosophie im 18. Jahrhundert, Germantown, Augsbourg, 1803, 2 volume (...)

20Avancée par les Jésuites sous Louis XV puis par l’abbé Baissie, la théorie conjuratrice a cru voir la preuve de son bien-fondé à travers le déroulement des événements révolutionnaires. Pour nombre d’auteurs, la maçonnerie, par le biais de son idéologie préjugée subversive, a fourni à la fois un appareil discursif et les principaux responsables à la Révolution. De Bailly à Barère en passant par le docteur Guillotin, les cadres révolutionnaires auraient tramé leurs desseins dans leurs loges respectives. L’eudiste Lefranc33, en 1791, et plus encore Augustin Barruel34 en ajoutant ses diatribes contre les arrière-loges, sous le Directoire, écrivirent des œuvres qui firent la synthèse des thèmes développés par leurs prédécesseurs et qui connurent également une diffusion importante dans le monde anglo-saxon et en Allemagne grâce au travail de colportage opéré par Robison35 et Starck36.

  • 37 C. Porset, op.cit.

21Dans l’acte d’accusation du parti « barruélin » figurent quatre arguments en faveur du complot. Liée à la « philosophie des Lumières » notamment par la loge des « Neuf Soeurs » où se retrouvent, entre autres, les frères Helvétius et Voltaire, la maçonnerie détruit les fondements de l’état par les attaques contre la religion que véhicule son impiété. Elle s’intègre donc directement au mouvement des « Lumières » et, pour reprendre l’expression de Carlyle, contribue à faire entrer le pays dans « l’âge de papier ». Tolérante dans ses fondements spirituels posés par les « Constitutions d’Anderson », la maçonnerie s’ouvre ainsi à l’hérésie et un terreau commun la relie à la Réforme et au jansénisme autour de l’irreligion (Lefranc). Venue d’Angleterre, elle défend les intérêts politiques et religieux de l’ennemie héréditaire : elle est donc passablement cromwelliennne et pervertie par l’esprit tolérant de Newton et de John Toland. Enfin, le secret la rend subversive : elle se transforme donc volontiers en secte politique au service du duc d’Orléans ou du marquis de La Fayette… et aidée par une Internationale mise en place lors de la Révolution américaine autour de la personnalité emblématique de Benjamin Franklin. Pour Barruel, les choses sont très précises : il permet à des arrière-loges, comme celle qui émerge effectivement lors du Convent des Philalèthes37, de mettre en place une stratégie politique hostile à la monarchie. Toute cette argumentation converge donc vers un but ultime : associer le fait maçonnique dans son intégralité au renversement du trône de France.

  • 38 D. Ligou, Franc-maçonnerie et Révolution française, p. 29-83.

22Ce sont donc les enjeux et les circonstances historiques qui assurèrent le succès d’une littérature majoritairement antimaçonnique dont les thèmes s’appuient essentiellement sur une argumentation de rejet concernant les deux fondements de la sociabilité maçonnique : l’égalité des frères qui conduit l’aristocrate à considérer le bourgeois comme son alter-ego et le secret du rituel initiatique, où l’œcuménisme religieux dépasse les valeurs exclusives de l’église catholique. Comme le rappelle Daniel Ligou38, on accuse la maçonnerie à la fois de favoriser le « complot de la liberté et de l’égalité » et d’être « véhémentement suspecte d’hérésie », le secret permettant de surcroît de cautionner les pires divagations.

  • 39 Les écrits de Monseigneur de Ségur (1820-1881) synthétisent à merveille tout l’argumentaire de l’an (...)
  • 40 Monseigneur Fava, Le secret de la franc-maçonnerie, Lille, 1883.
  • 41 L. Amiable et J.-C. Colfavru, La franc-maçonnerie en France depuis 1725, Paris, 1890.

23Cette théorie simpliste, qui avait au moins l’avantage de suppléer à l’indispensable analyse de l’évolution structurelle de la société française à la fin du XVIIIème siècle, a bénéficié d’un contexte particulièrement favorable à partir de 1815, les plumes des plus illustres représentants de l’épiscopat et des journalistes talentueux comme Louis Veuillot ayant pratiquement institutionnalisé la théorie du complot avec la « complicité » bienveillante de partisans de la maçonnerie, paradoxalement flattés par le rôle attribué à leur obédience. Monseigneur de Ségur39 est sans doute, parmi les plumitifs ecclésiastiques, celui qui concentre le mieux tous les caractères de l’antimaçonnisme. Ainsi, lors du Centenaire de la Révolution française, la maçonnerie se trouve placée au cœur du processus révolutionnaire aussi bien dans les diatribes de Monseigneur Fava qui vitupère la mère de toutes les révolutions40 qu’à travers les éloges des frères Colfavru et Amiable41. Pour ou contre l’ordre, un consensus se crée pour lui accorder un rôle direct et essentiel dans la préparation des événements révolutionnaires.

  • 42 B. Fäy, La franc-maçonnerie et la révolution intellectuelle du XVIIIème siècle, Paris, Ed. de Cluny (...)
  • 43 R. Chirat, Le cinéma français des années de guerre, p. 50-81.

24Moins « médiatique » après les cérémonies du Centenaire, les tumultes du premier XXème siècle font resurgir la thèse conjuratrice avec cette fois, en filigrane, des conséquences plus dramatiques. Après Léo Taxil, c’est Bernard Fäy qui revivifie, dans une perspective rageusement antimaçonnique et anglophobe42, la théorie du complot relayé par ses comparses Henri Coston et Jacques Marques-Rivière. Proscrite le 4 août 1940 et exposée au Petit Palais, vitupérée dans les « Documents Maçonniques », la maçonnerie est dénoncée comme structure républicaine et révolutionnaire, assimilée au judaïsme par sa vocation internationale et donc vouée à l’élimination. Ces heures sombres trouvent leur paroxysme avec la projection du film « Forces Occultes » en mars 1943 : les propos du metteur en scène Jacques Marquès-Rivière servent alors en quelque sorte de testament politique justifiant la vision conjuratrice de la maçonnerie et légitimisent les incidences extrêmes de cette entreprise de rejet43. Pour le collaborateur, la maçonnerie est le paravent commode de la juiverie internationale et le bastion avancé de la démocratie anglo-saxonne puissamment accrochée au sol de France. Jamais démolie en raison des intérêts puissants qu’elle représenterait, le metteur en scène la voue, à la fin du texte destiné à présenter le film, à la vindicte des « voix révolutionnaires » qui réclament sa liquidation.

  • 44 J.-J. Mounier, De l’influence attribuée aux philosophes et aux francs-maçons, Tubingen, 1801, rééd. (...)
  • 45 P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, p. 9.
  • 46 J.-J. Mounier, op. cit., p. 158-181.
  • 47 P. Gaxotte, La Révolution française, Paris, Complexes, rééd. 1988, préface de Jean Tulard.
  • 48 J. Loth, Histoire des conventionnels de la Seine-Inférieure, p. 12-21. Eglise occulte, laboratoire (...)
  • 49 Les références sont fort nombreuses. On les retrouve notamment dans les œuvres de Louis Chanoine-Da (...)
  • 50 Hilaire-Pierre de Loucelles eut le mérite, dans son ouvrage (Histoire générale de la franc-maçonner (...)
  • 51 G. Quevillon, Histoire des Trois H depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Fécamp, Toutain, 1931.

25En fait, ce bref et dramatique paroxysme antimaçonnique s’accompagne presque simultanément d’une décrue qui annonce la mise à mort de cette théorie. Pourtant, dès la formalisation de celle-ci, des voix s’étaient déjà élevées pour en dénoncer les attendus et les incohérences. Parmi celles-ci, la plus lucide fut sans nul doute celle du héros de la « Journée des Tuiles » Jean-Joseph Mounier44. L’ancien monarchien dénonce clairement les deux aberrations sur lesquelles elle repose. D’une part, il réfute l’a priori du lien « Lumières-Maçonnerie » reposant sur une vision univoque de celles-ci et, d’autre part, l’évidente importance excessive accordée à quelques destins individuels aux dépens d’une vision plus globale prenant en charge le sort de l’ensemble des maçons. Cette dernière remarque permet de mettre l’accent sur l’occultation volontaire de quelques règles simples et élémentaires que Pierre Vidal-Naquet45 a magnifiquement mis en perspective à propos d’un sujet plus douloureux. De même que ce n’est pas parce que l’on retrouve quelques miettes de roquefort laissées sur la lune par un astronaute que celle-ci est faite de roquefort, ce n’est pas parce qu’on retrouve quelques futurs « jacobins » dans une loge maçonnique que la maçonnerie dans son ensemble constitue une « jacobinière » ! En fait, l’ouvrage de l’avocat grenoblois est l’un des premiers à mettre en avant le caractère obsessionnel de la théorie de Barruel et il compare même la franc-maçonnerie avec un peu d’ironie et d’exagération à une auberge espagnole peuplée de snobs, d’intrigants et d’amateurs d’occultisme46, mais rarement de futurs jacobins. Longtemps sous-évaluée, cette vision critique a même donné naissance à une vision ultra-criticiste dont Albert Mathiez, s’inspirant des propos d’un Mirabeau ou d’André Chénier, constitue le meilleur porte-parole. En effet, il a été jusqu’à inverser la tendance en attribuant aux loges franc-maçonnes une fonction essentiellement paillarde, plaisante voire, ici ou là, contre-révolutionnaire. Malgré les nouvelles orientations de la recherche, on ne peut faire abstraction de l’existence d’un courant historiographique qui a marqué l’histoire maçonnique durant deux siècles et, de surcroît, connu une seconde jeunesse avec le renouveau d’une historiographie blanche qui réhabilite l’idée d’un activisme maçonnique. La préface de la réédition de l’ouvrage de Pierre Gaxotte47, où le beau rôle est redonné à l’internationalisme maçonnique autour de Benjamin Franklin, constitue un exemple du maintien de certaines thèses barruéliennes quoique sous une forme édulcorée. De plus, celles-ci ont montré une forte persistance dans la tradition historiographique normande. Les principaux auteurs intéressés par la franc-maçonnerie ont en effet été longtemps violemment opposés à elle. Des diatribes bien connues de Julien Loth48 aux lieux communs véhiculés par nombre de représentants de l’histoire locale49, le barruélisme est dominateur. Ses conclusions sont même reprises par les francs-maçons des loges normandes qui se sont intéressés à leur histoire, comme ce fut le cas d’Hilaire-Pierre de Loucelles50, de Georges Quevillon51 et de quelques autres.

  • 52 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, rééd.1984.
  • 53 D. Roche, Le Siècle des « Lumières » en province : académies et académiciens provinciaux (1680-1785 (...)
  • 54 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Paris, Ed. Sociales, 1983.
  • 55 D. Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, 5e édition, 1953.
  • 56 S. Friedlander, Histoire et psychanalyse, Paris, Univers Historique, 1975.

26Néanmoins, une réorientation des problématiques s’est avérée possible grâce aux travaux majeurs portant sur la sociabilité. En effet, les œuvres de Maurice Agulhon52, celles sur les académiciens de Daniel Roche53 ou sur les structures de politisation révolutionnaires de Michel Vovelle54, en réactualisant et renouvelant de fond en comble la voie ouverte par Daniel Mornet55, vise à traiter les structures de sociabilité non dans l’hypothèse simpliste d’un rôle directement politique, mais dans une fonction de façonnement de l’individu enrichie de ce que le psychanalyste américain Saül Friedlander56 appelle « l’output » c’est à dire l’ensemble des « comportements bruts séparés de leur impact sociologique » et partant du principe que « les hommes n’ont pas toujours conscience de l’histoire qu’ils font ». S’appuyant sur les apports des sciences sociales, les auteurs cités ont pu appréhender le rapport au sacré et au politique des hommes des « Lumières » à travers des structures de sociabilité parmi lesquelles la loge maçonnique occupe un rôle de premier plan, en raison de sa situation intermédiaire entre les structures d’Ancien Régime et celles qui furent mises en place par la Révolution française sur la base du principe égalitaire des droits.

27Dans la perspective de ces travaux purent être construits deux outils analytiques novateurs et porteurs d’avenir. Le premier est dû à l’exigence, dans l’étude des formes de sociabilité, d’un instrument sociologique affiné, particulièrement opératoire pour les études maçonniques en raison des possibilités offertes par les sources. Le second concerne la pluralité des sources exploitées en raison de l’attention portée par ces travaux à l’exploitation de fonds archivistiques variés. Néanmoins, leur effet immédiat fut surtout l’émergence d’une problématique renouvelée, articulée autour de la maturation possible d’un Homme Nouveau au sein des structures de sociabilité pré-révolutionnaire. En fait, cette question n’est finalement guère moins passionnelle que la thèse conjuratrice en raison de sa capacité à intégrer l’histoire des loges maçonniques dans le thème du lien entre la synarchie des « sociétés de pensée » et les pratiques révolutionnaires et, corrélativement, dans celui du comportement des élites à l’intérieur des cellules de sociabilité. La pratique maçonnique pourrait conduire en effet, le cas échéant, en droit fil vers les pratiques révolutionnaires et participerait à la destruction de la barrière du privilège.

  • 57 A. Cochin, « Les sociétés de pensée et la démocratie », Etudes d’histoire révolutionnaire, Paris, P (...)
  • 58 F. Schrader, Augustin Cochin et la République française, p. 186-192.
  • 59 K. Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIème siècle, p. 9-44.
  • 60 J. Guilhaumou, « Un traité d’économie linguistique sous la Révolution Française », La Révolution et (...)

28C’est, partant de ces axes de réflexion novateurs, la conclusion tirée par l’entreprise de relecture de Tocqueville et de Cochin par François Furet et ses émules. Il ne s’agit plus bien sûr de postuler une action concertée des maçons mais de leur attribuer, par le biais du fonctionnement de la loge, une responsabilité inconsciente dans l’émergence d’une religion nouvelle fondée sur le dogme de la primauté de « l’opinion publique » aux origines des pratiques jacobines. C’est en effet dans le fonctionnement de la structure maçonnique, reprenant en cela la thèse cochinienne57, que François Furet perçoit la rupture essentielle avec la culture d’Ancien Régime. Pour lui, comme le rappelle Fred Schrader58, la maçonnerie se trouve au point d’intersection de la formation d’idées politiques fondamentales constituant une vérité socialisée et fabriquant une praxis sociale novatrice. L’ouvrage récent de Keith Baker59, Au tribunal de l’opinion, synthétise dans sa première partie les objets et les postulats de ce courant historiographique. Pour François Furet et ses disciples, la finalité est la redécouverte du politique et, en osmose, l’examen de la culture politique d’Ancien Régime et des voies par lesquelles les principes révolutionnaires en inventèrent une nouvelle. A partir de là, c’est la transformation radicale de l’absolutisme au profit d’une culture de contestation apparue dès le milieu du XVIIIème siècle qui est mise en évidence à travers la désagrégation conceptuelle des attributs de l’autorité monarchique. Graduellement, la politique institutionnelle aurait été transgressée par une culture extra-institutionnelle caractérisée par l’avènement de l’opinion publique. Celle-ci forme une République nouvelle chargée d’institutions s’appuyant sur l’œuvre constitutionnelle des Encyclopédistes, un parlement, les salons, et des relais efficaces parmi lesquels figurent en bonne place les loges maçonniques. Une secte de négateurs, créant une volonté générale loin de la volonté du peuple réel, épure les volontés individuelles que l’auteur conçoit comme des entités autonomes non conciliables entre elles comme le suggérait déjà le schéma hobbessien. La volonté populaire se trouve ainsi spoliée par une volonté « éclairée » et l’histoire de cette aliénation serait aussi l’annonce de pratiques épuratoires devenues par-là même inhérentes aux seules pratiques révolutionnaires durant la période jacobine. La loge maçonnique devient donc ici une infernale « machine à opiner », égalisant et régénérant l’individu et la société au nom d’un bien fondé purement abstrait. Homme de la rupture manipulé par l’art révolutionnaire du langage capable de gouverner les hommes sur des principes60, le franc-maçon est encore mis sur la sellette… mais cette fois à son insu !

  • 61 D. Richet, « Autour des origines idéologiques lointaines de la Révolution Française : élites et des (...)

29Parallèlement à la réhabilitation de Cochin, la relecture de Tocqueville entre également en contact, dans une perspective tout autre, avec l’historiographie maçonnique. De la continuité tocquevillienne au ratage du compromis en raison notamment de la dichotomie apparue entre l’archaïsme de l’Etat et le fonctionnement autonome des élites61, l’utilité de l’événement révolutionnaire s’est vue bousculée. Or, les loges, où maçonnent sans discrimination aristocrates et bourgeois, seraient un exemple important pour montrer l’existence d’un compromis possible. Cette vision eut le mérite d’ouvrir le débat mais elle soulève quelques interrogations au sujet des postulats sur lesquels elle repose. En effet, on est frappé par le fait que la prétendue « machine à opiner » soit elle-même aux origines du façonnement d’un Homo idéologicus lui-même conçu comme entité abstraite, caractérisée par une univocité peu compatible avec la diversité de l’idéologie des Lumières.

30Toutes ces questions soulèvent en fait une unique problématique : celle de la perception de la société maçonnique comme un bloc uni autour de valeurs et de pratiques sociales communes. De Daniel Roche à Fred Schrader, les historiens ont déjà soulevé le problème, le premier en mettant l’accent sur la structure interne diversifiée des orients et le second en insistant sur la variété des formes et des idéologies afférentes aux sociétés de pensée. Quant à la question des élites, elle tend à réduire à néant les déchirements internes de la bourgeoisie et les dissensions de la noblesse, perceptibles dès la rédaction des cahiers de doléances. C’est donc avec les questions induites par ces réflexions, mais aussi avec l’appareil critique que nous y rattachons, qu’il convient d’explorer le territoire maçonnique en Normandie.

  • 62 G. Giarrizzo, Massoneria e illuminismo nell’Europa del Settecento, Venezia, Marsilio, 1994.
  • 63 M. Jacob, Living the enlightment. Freemasonry and politics in the XVIIIth century, Londres, Oxford (...)
  • 64 C. Porset, Recherches sur le XVIIIème siècle, les « Lumières » et la franc-maçonnerie, Thèse de Doc (...)
  • 65 ibid. Les Philalèthes et les convents de Paris. Une politique de la folie, Paris, H. Champion, 1996

31Pour répondre à ces interrogations, nous bénéficions il est vrai d’apports fondamentaux et novateurs liés aux orientations très récentes du champ de recherches consacré à l’histoire de la franc-maçonnerie. Celles-ci ont en effet considérablement infléchi la réflexion d’ensemble, notamment en ce qui concerne la « franc-maçonnerie des Lumières ». Ainsi, les études stratégiques menées par Giuseppe Giarizzo62 dans le domaine austro-allemand, par Margaret Jacob63 au sujet des maçonneries néerlandaise et anglo-saxonnes et par Charles Porset64 sur les loges françaises au XVIIIème siècle ont mis l’accent de manière décisive sur la diversité des influences traversant discours et pratiques des ateliers et des maçons. Elles ont par ce biais rendu plus complexe la perception de la relation « maçonnerie-culture des Lumières », notamment à partir des années 1750-1770. Particulièrement sensibles aux faits culturels et aux enjeux de pouvoirs révélés65, notamment à travers le prisme de la présence et de la progression des tendances illuministes, ces travaux ont renouvelé les conditions de réflexion d’ensemble, leur mérite principal consistant, en considérant la diversité des structures et des tendances idéologiques propres au monde maçonnique, à élargir les perspectives. De l’étude des racines ou des aspects du tolérantisme andersonnien à la mise en relation du fait maçonnique avec le façonnement d’une culture politique spécifique en Angleterre laissant la part belle à la sphère du privé, la recherche historique consacrée à la franc-maçonnerie au XVIIIème siècle, loin d’abandonner la question des liens unissant cette forme de sociabilité nouvelle et l’esprit du siècle de la Philosophie, réoriente l’analyse vers une perspective émancipée des cadres étriqués de la vision ancienne qui posait de manière linéaire la question du rapport entre un bloc réunissant toute la « franc-maçonnerie » et un ensemble regroupant « Le mouvement des Lumières ». Ici, par la capacité à prendre en compte la variété de chaque entité, c’est la « position reflet » de la maçonnerie qui est valorisée et cette manière de concevoir les choses offre bien des possibilités d’analyse.

  • 66 P.-A. Lambert, Le modèle conspiratif de l’organisation politique. L’exemple de la Charbonnerie fran (...)
  • 67 A ce sujet, voir J.-J. Goblot, La jeune France Libérale, Paris, Plon, 1993 et J.Gillmore, La « Répu (...)
  • 68 On pense notamment aux travaux de Alessandro Galante Garrone : Philippe Buonarroti et les révolutio (...)

32A l’autre bout de la période révolutionnaire, on a aussi observé un regain d’intérêt évident pour les activités de la franc-maçonnerie et des frères, notamment au temps de la monarchie censitaire. Des travaux de Pierre-Arnaud Lambert66 aux approches portant sur le façonnement de la culture libérale entre 1815 et 184867, la franc-maçonnerie n’est pas ici l’objet unique de ces champs de recherche mais elle se trouve mise à l’honneur, en reprenant d’ailleurs des pistes ouvertes jadis par des travaux pionniers68, par la volonté de cerner les intercesseurs d’un nouveau rapport au politique. Intégrée à des champs de recherche plus généraux, l’histoire de cette franc-maçonnerie révolutionnée au temps du libéralisme politique a elle aussi été profondément renouvelée.

  • 69 Les travaux concernant l’attitude des maçons et des loges durant la période révolutionnaire sont fo (...)

33C’est néanmoins en ce qui concerne le cœur de la trame chronologique choisie, pourtant occupé par le moment fondateur, qu’il reste à faire des conquêtes. Bien sûr, on ne saurait dire que le terrain des études consacrées au sort de la franc-maçonnerie durant la période révolutionnaire ait été laissé en friche. Au contraire, nombre de monographies continuent inlassablement à fleurir pour décrire le devenir des hommes et des loges à partir de 1789 et toutes mettent en évidence l’éclatement des comportements mais, sans que ces études soient négligeables, force est de constater qu’elles ne font souvent que relater des faits déjà perçus69. Ce qu’il manque encore au niveau de l’approche de la période révolutionnaire, c’est l’étude de l’ensemble des mécanismes par lesquels les facteurs de transformation sont rendus opératoires.

  • 70 D. Pingué, op.cit.
  • 71 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Etude d’une mutation de sociabilité, P (...)
  • 72 A ce sujet, voir l’étude de C. Peyrard, Les jacobins de l’ouest, Paris, Presses Universitaires de l (...)
  • 73 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des (...)

34En affirmant cette nécessité, nous avons bien conscience de valoriser la thématique de la « continuité-discontinuité » entretenue entre loges et formes de sociabilité révolutionnaire et, dans cette perspective, l’espace normand est privilégié en raison de l’importance des formes de sociabilité mises en place par la Révolution. L’étude récente de Danielle Pingué70 sur les sociétés populaires en est d’ailleurs l’une des manifestations les plus fortes. La problématique traditionnelle doit donc être quelque peu bouleversée, voire inversée, car à ce stade, on s’interroge sur le hiatus créé par l’événement révolutionnaire. Les points d’appui historiographiques sont moindres mais d’un intérêt essentiel. L’étude classique de Maurice Agulhon71 sur les cercles provinciaux entre 1815 et 1848 reste la base la plus sûre. L’auteur, définissant le cercle comme la forme la plus achevée de la sociabilité du XIXème siècle dont les origines seraient les « cercles constitutionnels » du Directoire72, attribue à la maçonnerie la particularité d’être le seul cercle provincial sous l’Empire. C’est avec cette remarque, en filigrane, qu’il convient d’approcher la question de l’évolution des loges normandes post-révolutionnaires en cernant la place de celles-ci dans le processus de constitution et de politisation des cercles. Comme le rappelle Maurice Agulhon, même si le cercle est avant tout le lieu où l’on rompt l’ennui, la politique y entre puisqu’elle n’est elle-même que cellule de sociabilité. Mais l’auteur propose également, dans le souci de saisir la transformation, de tenir compte des aspects non politiques de la sociabilité des cercles. Cette remarque rappelle d’ailleurs que les sources maçonniques doivent nous amener à se détacher naturellement du politique puisque c’est un truisme de dire que la maçonnerie a pour but fondamental la pratique de la bienfaisance. Or, il est curieux que peu d’études aient mis vraiment l’accent sur la question des mutations de la bienfaisance maçonnique à la lueur du processus révolutionnaire. Si, aujourd’hui, le vide est comblé grâce à l’œuvre de Catherine Duprat sur la fraternité parisienne73, il paraît dangereux de nous laisser porter par la problématique spectaculaire et médiatique du rapport au politique au détriment de questions essentielles. Dans l’impact de la Révolution, qu’il nous soit permis de porter une attention toute particulière à cette question des « ponts » entre œuvres maçonniques et actions des maçons dans la société profane : les enjeux qu’elle recouvre sont moins tapageurs mais tout aussi enrichissants que ceux de la politisation considérée sous un angle réducteur.

Mise en place d’une démarche méthodologique

35Toutes ces questions posées sont abordables par des sources qui peuvent être regroupées en deux ensembles distincts. On sait que les sources maçonniques comprennent un corpus d’archives principalement concentrées à la Bibliothèque Nationale, auxquelles on peut adjoindre des sources locales éparpillées, les pièces précieuses des sous-séries BB et F7 des Archives Nationales et le patrimoine privé des loges locales. D’autre part, les « sources profanes », les seules aptes à fournir le comportement des maçons comme simples sujets ou citoyens entraînent, par leur diversité, vers une recherche très éparpillée proche de la « chasse aux papillons ». La gestion de cet ensemble de sources pose, pour des raisons assez diverses, des problèmes méthodologiques qu’il convient d’exposer.

  • 74 R. Halévy, « Les représentations de la démocratie maçonnique », Revue d’histoire moderne et contemp (...)

36Le premier recouvre les imperfections du fonds maçonnique. Outre les insuffisances que l’on peut attribuer à l’assiduité variable des responsables des loges dans l’accomplissement de leur devoir envers Paris après 1773, trois limites principales sont à mettre au passif de ces sources. D’une part, malgré l’intérêt du fonds Chapelle, la connaissance de la maçonnerie « pré-révolutionnaire » (celle de 1773) reste l’objet de nombreuses lacunes. L’érosion du personnel de l’ancienne Grande Loge est importante, sans parler de l’incapacité chronique que nous rencontrons à approcher les hommes des autres obédiences. D’autre part, ces sources souffrent de leur finalité : elles ne font que consacrer la relation officielle Paris-province. Les demandes et procès-verbaux d’installation taisent la constitution de la « cellule embryonnaire » et rendent difficiles la perception du passage de l’informel au formel. Enfin, ces sources valorisent la correspondance avec l’autorité centrale : elles mettent donc en évidence schismes et événements extraordinaires au détriment du quotidien des loges souvent réduit à la portion congrue. On ne saura pas, ou rarement, quels étaient les débats au sein des loges, ce qui a l’avantage, mais présente aussi le danger, de permettre toutes les hypothèses. Pourtant, ces sources restent essentielles. En plus de l’irremplaçable apport sociologique qu’elles procurent par le biais des tableaux annuels d’affiliés, elles permettent d’appréhender l’idéologie, l’identité politique et culturelle de la sociabilité maçonnique. En effet, on se doit de refuser l’idée selon laquelle la correspondance offrirait uniquement les moyens de connaître les activités apparentes des ateliers. Cet ensemble, comme le rappelle Ran Halévy74, comprend nombre de discours séparables en deux genres. Un premier type se rapporte à la vocation générale de la maçonnerie : il est élaboré presque exclusivement lors des cérémonies d’installation des loges qui, dans une grande solennité, passent des ténèbres à la lumière. A travers l’emphase officielle de la cérémonie et la logomachie guindée du discours, ces sources posent les fondements d’une analyse discursive où, en filigrane, se joue l’enjeu du façonnement éventuel de l’Homo idéologicus par la machine à opiner que constituerait la structure maçonnique. A côté de ce discours ordinaire et stéréotypé apparaissent de nombreux morceaux d’architecture consacrés aux crises survenues au sein des loges : les causes peuvent aller de la querelle de préséance aux rivalités toujours vivaces entre cités voisines en passant par les tensions sociales survenues au sein d’un même orient ou les tentatives d’émancipation à l’égard du centralisme parisien. Ce sont ces discours, « extraordinaires » par leur nature mais en réalité courants vu la multiplication des conflits, qui permettent de cerner la véritable place de la maçonnerie au sein de la « synarchie » des sociétés de pensée et d’appréhender la variété des situations en fonction des espaces pris en compte. L’existence de ces schismes ne doit bien sûr pas poser d’apriori, notamment celui qui consisterait à les approcher comme étant l’expression systématique de « conflits sociaux ou politiques généralisés » à l’intérieur des loges. Il est d’ailleurs essentiel d’opérer une hiérarchie et une classification au sein des conflits car les refus de constitution, les querelles entre loges et les schismes internes recouvrent des « enjeux de pouvoir » impliquant des tensions sociales souvent subtiles. On ne peut d’ailleurs les comprendre que dans l’approche corrélative d’une stratification sociale à l’intérieur des orients. Peu éloignée de cette démarche critique est l’attitude que l’on doit adopter face à l’intrusion du politique qui devient une réalité, parfois reconnue, et qui se superpose aux enjeux anciens à partir de 1789 comme le prouve l’histoire originale de l’orient du Havre durant la période révolutionnaire où le nouvel atelier des « Trois Haches », installé en pleine Terreur, est ni plus ni moins le filoque d’une société politique constituée trois ans plus tôt, ou les nombreux conflits des années 1815-1818. Dans la même perspective, le désir de connaître une idéologie qui serait propre à la maçonnerie passe par un bon époussetage et un vigilant travail de surveillance envers les a priori les plus réducteurs, notamment celle de l’existence, dans le rapport « maçonnerie-Lumières », d’une voie commune exprimant adhésion ou rejet de celles-ci. Rechercher l’uniformité des mots et des pensées chez des hommes aussi différents dans leurs identités et leurs intérêts serait une pure chimère et, à ce titre, titres de loges, valeurs protectrices et pratiques discursives, qui mettent en scène, pour le moins théoriquement, les formes de l’idéologie maçonnique, doivent être perçus avec un effort d’éradication des préjugés historiographiques. Malgré ces restrictions, l’apport de ces sources reste essentiel : elles permettent de percevoir la réalité des rapports sociaux réfléchie par les loges et implicitement le rôle de la structure maçonnique dans le processus fondateur de « l’Homme Nouveau ».

  • 75 BNF, fonds FM : FM2 244E.

37En outre, elles révèlent aussi une part de la « vie quotidienne » des loges car la parole des frères qui échappe pendant la constitution de la cellule maçonnique ou l’explosion d’une crise constitue, rappelons-le, la seule trace concrète léguée par l’initié en tant que « praticien de la maçonnerie ». Les mots prononcés à ces occasions sont donc les seuls à pouvoir échapper véritablement aux critiques dont on peut accréditer les pièces relatives aux maçons sortis du contexte de la loge. Pour répondre à ce souci de connaissance du quotidien des frères, ces pièces éparpillées peuvent d’ailleurs être efficacement alimentées par les règlements intérieurs qui constituent un matériau assez volumineux à partir du Consulat. Par leur intermédiaire, c’est bien le fonctionnement de la démocratie maçonnique au quotidien qui apparaît et on a là un outil précieux pour cerner la réalité de la pratique maçonnique. De manière moins certaine, pièces et cahiers d’architecture peuvent également donner, par le biais de quelques budgets, les moyens de connaissance des activités générales des loges75.

38Les sources maçonniques convergent donc en fin de compte pour permettre de définir la place de la structure maçonnique comme forme de sociabilité, transitoire plus que démocratique, au sein des structures d’Ancien Régime et, la question de l’Homme nouveau étant posée, il ne restait qu’à découvrir l’identité des frères de façon prosaïque, dégagée de toute considération conceptuelle. Nous savons, depuis le recensement d’Alain Le Bihan, que les tableaux annuels constituent la base remarquable d’un véritable fichier, qu’ils permettent une connaissance précise des qualités civiles des frères surtout après la réorganisation de 1773 et offrent les moyens d’approche d’une vraie sociologie. De la prise en compte des âges où l’on devient maçon à la propension, différenciée selon les catégories sociales, à adhérer ou non aux hauts grades en passant par la place des frères dans l’espace urbain, cerner les maçons dans leur diversité ou les facteurs unifiants est chose relativement aisée : c’est en tout cas la base inévitable d’une étude visant à mieux cerner un type de sociabilité et les hommes qui la peuplent.

39Partant de ces sources, la centralité de l’événement révolutionnaire et les problématiques qui s’y rattachent posant la question du rapport de la maçonnerie aux structures politiques et culturelles profanes et, corrélativement, des destins individuels pris dans la tourmente, l’analyse devait s’articuler nécessairement à partir d’un ratissage des sources non maçonniques axé autour des fonds des archives communales et départementales. On se heurte ici à des problèmes méthodologiques guère moins importants que ceux relatifs à l’exploitation des sources maçonniques.

40L’un concerne la question de la « transition » des sources entre le XVIIIème siècle finissant et la période post-révolutionnaire en raison de la discontinuité des séries. Il faut avouer ici que la démarche ne peut relever que de l’exercice « philo-puzzlystique » car aucune source particulière ne peut constituer véritablement l’élément structurant pour la recherche. Il faut donc recourir à la juxtaposition en utilisant de manière quasi exhaustive les fonds procurant une approche de la position fiscale des foyers et ceux qui peuvent fournir une base pour une approche politique et culturelle précise. Mais, en raison de la difficulté liée à l’obligation de ce drainage, il se pose un second problème. Il s’agit d’opérer les choix ad hoc pour mener à bien une enquête quantitative portant sur 6 000 hommes. Ainsi, il serait illusoire de prétendre mener une recherche exhaustive sur les comportements culturels des frères alors que cette démarche serait nécessaire dans le cadre d’une monographie portant sur un orient. Sans exclure totalement les sources utiles pour une telle approche, la mobilisation de celles-ci doit privilégier les grandes séries d’archives qui posent les conditions d’une étude continue prenant en charge une population importante. Dans la gestion de cet ensemble de sources, rappelons enfin que la part préalable, et la plus volumineuse, est tenue par l’élaboration d’un fichier de près de 6 000 maçons servi par l’outil informatique corrélant les apports des sources maçonniques à ceux liés à l’exploitation des sources « profanes ».

  • 76 Le personnel des loges nées en 1829 (« la Désirée Ecossaise », Dieppe, et « l’Olivier Ecossais », L (...)
  • 77 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie au déclin de la monarchie, sous la Révolution et l (...)
  • 78 Avec 2 millions d’habitants en 1789, la Normandie est fort peuplée et comparable, sur le plan démog (...)

41Pour le mettre en place, il nous fallut trancher en faveur de quelques principes. Le premier consistait à déterminer les règles sur lesquels reposait la prise en compte d’un frère et son intégration dans notre fichier. S’il fut vite facile de les fixer sur un plan chronologique76, la chose le fut moins pour ce qui concerne les choix relatifs au statut des frères. Le premier concernait la prise en compte des maçons membres des loges militaires. L’errance des hommes et des ateliers rendait délicat le fait de se les approprier et l’importance des travaux déjà existant77 nous a incliné à les exclure du fichier. Une question similaire se posait aussi pour ce qui concerne les frères bénéficiant d’un statut de demi-maçon comme les frères servants et les frères de l’harmonie. L’importance que nous accordons au fait de sociologie nous a conduit à les considérer dans leur identité précise, de même que les maçons de passage dans une loge normande, sans les intégrer toutefois dans le fichier en raison de la spécificité de leurs statuts respectifs. Doit-on enfin ajouter qu’avec ce fichier de 6 000 noms, nous sommes loin du compte pour prétendre à une recension exacte du fait maçonnique dans une province peuplée qui nous fit travailler à l’échelle d’un état modeste78. Méconnaissance généralisée du personnel des ateliers de la mouvance écossaise sous l’Ancien Régime, sous-évaluation due à des inventaires de tableaux de loges discontinus ou des interruptions brutales, en 1789 et en 1815, nous sommes bien, avec 6 000 maçons recensés, autour d’un chiffre minimal et cela laisse imaginer ce qu’a dû être le succès réel de la mode maçonnique entre 1770 et 1830 dans l’ancienne province de Normandie.

Notes

1 J. Dupaquier, L’état de la France pendant la Révolution (1789-1799), p. 64-65. Pour un homme âgé de vingt ans en 1789, l’espérance de vie atteint 58 ans et demi.

2 F. Braudel, Ecrits sur l’histoire, p. 41-85.

3 ibid, p. 45.

4 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIème siècle, Paris, Dalloz, 1933, deux volumes.

5 D. Roche, Les républicains des lettres, p. 13-14.

6 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes. La philanthropie des « Lumières » à la « Monarchie de Juillet », tome 1, Paris, C.T.H.S., 1993.

7 D. Ligou, Histoire des francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1981.

8 E. Dermenghem, Joseph de Maistre mystique, p. 61.

9 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIII-XIXèmes siècles), p. 34-35.

10 R. Darnton, La fin des « Lumières ». Le mesmérisme et la révolution, p. 87-137.

11 N. Hampson, Histoire de la pensée européenne. Tome IV : Le siècle des « Lumières », Paris, Points-Seuil, 1984.

12 R. Damton, Bohème littéraire et révolution. Le monde des livres au XVIIIème siècle, Paris, Perrin, 1984.

13 C. Porset, Les Philalèthes et les convents de Paris, Paris, H. Champion, 1996.

14 G. Gayot, op.cit., p. 34.

15 A. Combes, Les trois siècles de franc-maçonnerie française, p. 57-58.

16 ibid., p. 60-62.

17 E. Saunier, « Les francs-maçons rouennais et la révolution (1789-1799) », mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen, 1985, deux volumes.

18 A. Combes, op. cit., p. 73.

19 P. Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française. 2 : La maçonnerie, missionnaire du libéralisme (1800-1877), p. 197-199.

20 La densité de population moyenne est de 70 habitants au km2 et le taux d’urbanisation se situe autour de 15 %.

21 Collectif, La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), p. 12-13.

22 G. Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux (1640-1755), Paris, C.T.H.S, 1985.

23 M. Zylberberg, Une si douce domination : les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993.

24 G. Lemarchand, op.cit, p. 46-55.

25 J.-Cl. Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au XVIIIème siècle, p. 358-367.

26 G. Désert, Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981.

27 D. Pingué, « Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale. Les sociétés politiques dans l’Eure et la Seine-Inférieure (1790-1795) », Thèse de Doctorat (NR) de l’Université de Rouen préparée sous la direction de Claude Mazauric, 1996, à paraître, C.T.H.S.

28 E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution : journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, C.T.H.S, 1993.

29 C. Mazauric, Sur la révolution française, p. 399-421.

30 S. Denys-Blondeau, Aspects de la vie politique de l’ouest intérieur à l’époque de la transition directoriale : l’exemple ornais, Le Pays Bas-Normand, no 226-227, no2-3, 1998.

31 C. Mazauric, « Autopsie d’un échec : la résistance à l’antirévolution et la défaite de la contre-révolution », Les résistances à la Révolution, p. 237-244.

32 S. Denys-Blondeau et D. Pingué, « Haute-Normandie et Basse-Normandie : quelle frontière ? », Revue d’études normandes, numéro 1, 1990, p. 23-37.

33 Abbé Lefranc, Conjuration contre la religion catholique et les souverains, Paris, 1791 ; et, du même auteur, Le voile levé par les curieux ou le secret de la révolution, Paris, 1792.

34 A. Barruel, Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Paris, 1797-1798, cinq volumes. Et surtout, pour une réactualisation des problématiques, M. Riquet, Augustin de Barruel, un jésuite face aux jacobins, Paris, Beauchesne, 1989.

35 J. Robison, Proofs of the conspiracy against all the religions and governments of Europe, carried on in the secret Meetings of Free-masons, illuminati and reading societies, Cadell et Davies, Londres, 1797, trad. Fr. 1798-1799, 2 volumes.

36 J.-A. Starck, Der triumph der Philosophie im 18. Jahrhundert, Germantown, Augsbourg, 1803, 2 volumes.

37 C. Porset, op.cit.

38 D. Ligou, Franc-maçonnerie et Révolution française, p. 29-83.

39 Les écrits de Monseigneur de Ségur (1820-1881) synthétisent à merveille tout l’argumentaire de l’antimaçonnisme, notamment ses nombreux traités de défense de la religion catholique comme les célèbres « Réponses aux objections contre la religion », réédités régulièrement entre 1874 et 1881.

40 Monseigneur Fava, Le secret de la franc-maçonnerie, Lille, 1883.

41 L. Amiable et J.-C. Colfavru, La franc-maçonnerie en France depuis 1725, Paris, 1890.

42 B. Fäy, La franc-maçonnerie et la révolution intellectuelle du XVIIIème siècle, Paris, Ed. de Cluny, 1961.

43 R. Chirat, Le cinéma français des années de guerre, p. 50-81.

44 J.-J. Mounier, De l’influence attribuée aux philosophes et aux francs-maçons, Tubingen, 1801, rééd. Gutenberg reprint, Alençon, 1980.

45 P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, p. 9.

46 J.-J. Mounier, op. cit., p. 158-181.

47 P. Gaxotte, La Révolution française, Paris, Complexes, rééd. 1988, préface de Jean Tulard.

48 J. Loth, Histoire des conventionnels de la Seine-Inférieure, p. 12-21. Eglise occulte, laboratoire des idéaux révolutionnaires, fourrier de toutes les doctrines égalitaires…, en neuf pages, l’abbé accrédite la franc-maçonnerie de toutes les tares de la société dite subversive.

49 Les références sont fort nombreuses. On les retrouve notamment dans les œuvres de Louis Chanoine-Davranches (La vie sociale pendant la Révolution française : 1789-1798. Rouen et ses environs, p. 183-184), Edouard Gosselin (Journal des principaux épisodes de l’époque révolutionnaire à Rouen et dans les environs de 1789 à 1795, Rouen, 1867, 219 pages), Louis Borely (Histoire de la ville du Havre _1785-1815_, Le Havre, Le Pelletier, tome 3, p. 598-599) et Emile Sevestre (Les problèmes religieux de la Révolution et de l’Empire en Normandie : La constitution civile du clergé _1791-1795_, Paris, Picard, 1924), auteurs qui assimilent tous la franc-maçonnerie à l’esprit philosophique et aux clubs politiques.

50 Hilaire-Pierre de Loucelles eut le mérite, dans son ouvrage (Histoire générale de la franc-maçonnerie en Normandie de 1735 à 1875, Dieppe, Delevoye, 1875) de proposer un descriptif historique très approximatif de la vie des loges de toute l’ancienne province de Normandie. Initié à Saint-Germain-en-Laye, le frère de Loucelles était également membre de la loge havraise « l’Aménité ». On observe chez cet auteur, dans la présentation des faits relatifs à la maçonnerie, une tendance assez courante des maçons du XIXème siècle à attribuer des caractères « progressistes » à la maçonnerie pré-révolutionnaire.

51 G. Quevillon, Histoire des Trois H depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Fécamp, Toutain, 1931.

52 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, rééd.1984.

53 D. Roche, Le Siècle des « Lumières » en province : académies et académiciens provinciaux (1680-1785), Paris-La Haye, Mouton, 1978, deux volumes.

54 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Paris, Ed. Sociales, 1983.

55 D. Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, 5e édition, 1953.

56 S. Friedlander, Histoire et psychanalyse, Paris, Univers Historique, 1975.

57 A. Cochin, « Les sociétés de pensée et la démocratie », Etudes d’histoire révolutionnaire, Paris, Plon-Nourrit, 1921 réédité sous le titre L’esprit du jacobinisme, Paris, 1978.

58 F. Schrader, Augustin Cochin et la République française, p. 186-192.

59 K. Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIème siècle, p. 9-44.

60 J. Guilhaumou, « Un traité d’économie linguistique sous la Révolution Française », La Révolution et les processus de socialisation de l’homme moderne, p. 287-295.

61 D. Richet, « Autour des origines idéologiques lointaines de la Révolution Française : élites et despotisme », Annales E.S.C. XXIV(1969), p. 1-23.

62 G. Giarrizzo, Massoneria e illuminismo nell’Europa del Settecento, Venezia, Marsilio, 1994.

63 M. Jacob, Living the enlightment. Freemasonry and politics in the XVIIIth century, Londres, Oxford U.P, 1991.

64 C. Porset, Recherches sur le XVIIIème siècle, les « Lumières » et la franc-maçonnerie, Thèse de Doctorat d’Etat préparée sous la direction de Jean Ehrard, Université de Clermont-Ferrand, 1992.

65 ibid. Les Philalèthes et les convents de Paris. Une politique de la folie, Paris, H. Champion, 1996.

66 P.-A. Lambert, Le modèle conspiratif de l’organisation politique. L’exemple de la Charbonnerie française au début du XIXème siècle, Thèse de Doctorat de l’Université de Grenoble préparée sous la direction de Pierre Broué, 1985.

67 A ce sujet, voir J.-J. Goblot, La jeune France Libérale, Paris, Plon, 1993 et J.Gillmore, La « République Clandestine » (1815-1848), Paris, Aubier, 1997.

68 On pense notamment aux travaux de Alessandro Galante Garrone : Philippe Buonarroti et les révolutionnaires du XIXème siècle (1828-1837), Paris, Champ Libre, 1975, trad.française.

69 Les travaux concernant l’attitude des maçons et des loges durant la période révolutionnaire sont fort nombreux depuis l’étude pionnière d’André Bouton sur la franc-maçonnerie mancelle : A. Bouton, Les francs-maçons monceaux et la Révolution française, Le Mans, Monnayer, 1958.

70 D. Pingué, op.cit.

71 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Etude d’une mutation de sociabilité, Paris, A.Colin, 1977, 105 pages.

72 A ce sujet, voir l’étude de C. Peyrard, Les jacobins de l’ouest, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 1996.

73 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières de Juillet, Thèse de Doctorat d’Etat préparée sous la direction de Maurice Agulhon, Paris I, deux volumes.

74 R. Halévy, « Les représentations de la démocratie maçonnique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXXI, p. 571-597.

75 BNF, fonds FM : FM2 244E.

76 Le personnel des loges nées en 1829 (« la Désirée Ecossaise », Dieppe, et « l’Olivier Ecossais », Le Havre) et en 1830 (« l’Etoile Neustrienne », Vernon) ne nous appartiennent pas puisque les tableaux de membres commencent lorsque notre histoire s’achève. En revanche, celui des loges de Darnétal (« la Persévérance ») et d’Elbeuf (« l’Union »), ateliers éteints en 1832 et 1833, a été pris en compte dans son intégralité.

77 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie au déclin de la monarchie, sous la Révolution et l’Empire, Paris, Edica, 1987.

78 Avec 2 millions d’habitants en 1789, la Normandie est fort peuplée et comparable, sur le plan démographique, à un état comme la Suède ou la Bohême.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540