Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Avant-propos

Texte intégral

1Les recherches sur la franc-maçonnerie ont fait bien des émules depuis les travaux menés dans la Provence agulhonienne et toutes les études entreprises depuis ceux-ci, ont fait de la sociabilité maçonnique l’un des vecteurs des mutations de l’Ancien Régime finissant. C’est donc au titre « d’agents culturels transformateurs » des structures politiques et sociales que devront être étudiés près de 6 000 maçons normands.

2Néanmoins, le choix d’une trame chronologique (1740-1830) qui place « l’événement-révolution » en position centrale, reposant sur la fiction ou le modèle d’un homme arrivé opportunément assez jeune en 1789 pour avoir la « chance de vivre » l’épopée napoléonienne, puis la tentative de Restauration, n’est pas anodin et mérite précision. L’impact du processus révolutionnaire constitue l’élément de cristallisation de tous les enjeux et de toutes les questions recouvertes par nos recherches. Aux origines et fondements de la France contemporaine, la dynamique révolutionnaire devait rencontrer presque naturellement une sociabilité que nous dirons transitoire, en ce sens qu’elle se situe à la croisée des structures d’Ancien Régime et de celles qui furent mises en place par la Révolution française. Placé au cœur de nos problématiques, l’événement révolutionnaire se trouve valorisé en tant que moment fondateur : la recherche de son impact s’inscrit ainsi pleinement dans la perspective des travaux mis en place au sein du CHRCT-IRED depuis 1984. Aussi est-ce en quelque sorte à la recherche d’une des formes de la « transition » que nous nous sommes lancés à travers le prisme des loges franc-maçonnes et de leurs affidés normands.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540