Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles

 | 
Eric Saunier

Préface

Claude Mazauric

Texto completo

1Le travail contemporain des historiens aura eu raison d’un vieux mythe : celui du « complot maçonnique », origine et instrument de la subversion révolutionnaire à la française. Pourtant, monarchistes et « cléricaux » aussi bien que certains dans les franges de la franc-maçonnerie, trouvaient leur compte dans cette thèse aussi vieille que son histoire elle-même : les premiers, en réduisant aux manigances et complot supposés d’affidés pervers, le grand mouvement d’émancipation politique et sociale, incompréhensible à leurs yeux, qui a transformé contre leur gré la France puis l’Europe depuis la fin du XVIIIème siècle, les seconds en valorisant rétrospectivement l’influence transformatrice des loges dans la mise en route des processus d’abolition de l’Ancien Régime et la construction des nouvelles pratiques politiques républicaines produites par la Révolution française.

2Loin de nous évidemment, l’idée de minimiser le rôle de la franc-maçonnerie dans l’émergence de la nouvelle culture politique ou de mésestimer l’action des innombrables maçons qui se firent les protagonistes des temps nouveaux par « la liberté pratiquée en secret », quelquefois il est vrai sans en mesurer la portée ou l’effet ! Mais, en histoire, raison garder consiste en un effort de recontextualisation systématique des ensembles et de relativisation des faits par quoi se définit l’acte de penser dans la durée car c’est cela qui nous conduit à saisir précisément l’espacement des époques, le rythme du temps qui s’écoule et la spécificité des moments. Voici trente ans, Maurice Agulhon (1967), puis Daniel Roche (1978), nous ont ainsi conduits à repenser l’histoire des structures maçonniques et celle de l’action des francs-maçons. Leur oeuvre nous a permis de les resituer dans le vaste champ d’une histoire sociale et culturelle globale, attentive à mettre à jour les structures de sociabilité et de l’échange intellectuel qui ont contribué à l’acculturation en profondeur d’une France des élites aussi diverse sur le plan de ses appartenances de classe que du point de vue de ses représentations idéologiques ou religieuses. Simultanément, Reinhart Koselleck (1978) montrait en Allemagne qu’en échappant aux formes traditionnelles et imposées du débat intellectuel, les francs-maçons réunis dans leurs loges, fussent-elles conformistes et soumises à l’ordre monarchique ou princier, y acclimateront un mode de constitution d’une « opinion » qui bientôt trouverait place dans un « espace public », pour une part construit par elles.

3Cependant, au-delà des loges et du discours, restait à connaître dans la diversité de leurs statuts sociaux et familiaux et à travers, si possible, leur profil personnel, leur engagement maçonnique et l’itinéraire de leur vie, qui étaient ces francs-maçons dans cet espace du temps décisif, de 1770 à 1830, pris comme une unité chronologique pertinente quoique très originale au regard des traditions historiographiques dominantes. Cette durée, c’est le temps des « Lumières » qui vit s’épanouir les loges, celui de la tourmente révolutionnaire quand elles se dispersèrent, le temps enfin de la reconstruction quand les survivants ou leurs héritiers et émules, plus ou moins fidèles au modèle initial, entreprirent de redonner vie à la franc-maçonnerie sous l’Empire puis après 1815. Cette grande recherche, c’est à quoi s’est consacré Eric Saunier dont nous lisons aujourd’hui la thèse, résultat d’une immense enquête érudite et d’un effort de plus de dix ans, poursuivi avec persévérance depuis la fin de ses études supérieures à l’Université de Rouen et qui l’a conduit à devenir Maître de Conférences à l’Université du Havre.

4C’est en vérité un grand et beau travail que la vaste construction de prosopographie historique à laquelle s’est attelé Eric Saunier. Voici, avant 1789 puis au-delà de l’événement révolutionnaire ainsi placé au centre de l’étude qui se poursuit jusqu’à la Monarchie de Juillet, une cohorte de près de 6 000 francs-maçons normands ayant appartenu à 88 loges et 24 chapitres de hauts grades recensés et répartis dans un espace provincial, proche de Paris, assez largement urbanisé et peuplé de près de deux millions d’habitants ! Et puis quelle minutie dans la recherche de ces multiples destins personnels croisés, réinterprétés par le biais d’une véritable sociométrie collective édifiée sur le socle d’un logiciel informatique ad hoc et qui nous donne à voir un monde social principalement urbain et bourgeois (mais non exclusivement), des milieux culturels et professionnels imposant à la société globale leurs critères de distinction, des aventures individuelles autant que des stratégies familiales de construction d’une sorte d’hégémonie locale... Ce qui fait la force de la démonstration d’Eric Saunier, c’est qu’elle repose sur la confrontation patiente de données puisées dans des sources multiples qui, quoique dispersées, ont été réunies au terme d’une enquête de terrain dans les fonds d’archives, nationaux, départementaux, municipaux et privés. Ainsi, au « fichier » des francs-maçons et aux indications fournies par les papiers de l’Ordre si riches en eux-mêmes (dont deux cents textes maçonniques), se sont ajoutés les innombrables renseignements tirés des registres paroissiaux, des séries fiscales, administratives, électorales, des listes de « notabilités » impériales, des papiers familiaux et, ici ou là, des inventaires après décès et des successions. Le résultat est probant : les 6 000 francs-maçons normands des trois Généralités d’Ancien Régime (Alençon, Caen, Rouen) puis des « cinq départements substitués à la ci-devant province de Normandie », se présentent à nous dans toute la richesse humaine de personnes ayant vécu et d’agents d’une histoire collective qu’ils auront autant contribué à produire qu’à subir.

5Les solides conclusions de la thèse d’Eric Saunier ne sont pas passées inaperçues et chacun en mesurera la portée. D’abord, au regard de l’histoire de la Normandie, on y verra la puissance d’entraînement des villes de l’axe de la Seine et des ports autour desquels, à l’évidence, s’organise l’essentiel de la vie politique et culturelle, en particulier à Rouen, grande métropole, et à Caen. Sur un plan plus général, on mesurera ensuite, à travers le modèle maçonnique normand, l’inanité progressive de la fameuse union des élites, toujours recherchée et exaltée par l’historiographie conservatrice, mais qui à la veille de 1789, se brise sur la question du privilège, obstacle majeur, à la fois réel et symbolique, opposée à la reconstruction voulue par tous des identités sociales. La place de la franc-maçonnerie dans l’ébranlement idéologique pré-révolutionnaire, sort ici réévaluée et remise en perspective : de quoi il résulte qu’à tout prendre, la Révolution a plus contribué à changer la franc-maçonnerie que celle-ci n’a conduit à subvertir politiquement la société d’Ancien Régime : thèse audacieuse qui fera débat et qui appelle d’autres travaux, en d’autres lieux. Enfin, au terme de processus complexes de reconstruction, c’est une maçonnerie inspirée par le laïcisme libéral, le pragmatisme utilitaire et la philanthropie bourgeoise qui émerge de la crise sociale consécutive aux années révolutionnaires et impériales puis à la Restauration. Ainsi, derrière la persistance recherchée des formes et des valeurs symboliques où s’exprime la continuité des références, le contenu de l’action maçonnique s’est profondément renouvelé. C’est aussi à cela que s’apprécie l’effet de la Révolution quand on veut bien le saisir dans la longue durée d’une histoire cumulative et dialectisée.

6Etroitement insérée dans son espace socio-géographique normand et dans le temps mouvementé qui fut celui d’une transition pluri-décennale entre l’été des « Lumières » et la France balzacienne de « la pièce de Cent sous », la recherche d’Eric Saunier dont le présent ouvrage rassemble l’essentiel des données, texte, cartes et graphiques, porte plus loin notre connaissance de l’histoire de la Normandie, de la franc-maçonnerie et, au-delà, des formes si diverses de la transition révolutionnaire à quoi s’est consacré le Centre de recherches de l’Université de Rouen dont Eric Saunier a été l’un des chercheurs les plus créatifs. Et nous, qui n’avons fait que l’accompagner dans son parcours ne pouvons, in fine, que saluer l’aboutissement réussi de son entreprise et la rigoureuse construction qui le matérialise : assurément, ce livre fera date.

Autor

Professeur émérite à l’Université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540