Version classiqueVersion mobile

Suivi des impacts de l’extraction de granulats marins

 | 
Robert Lafite
, 
Michel Desprez

Glossaire

Texte intégral

1 ADCP : les ADCP sont des courantomètres profileurs verticaux à effet Doppler. Ils permettent de mesurer les caractéristiques des courants (vitesse et direction), sur la base des vitesses des particules en suspension dans l’eau, en plusieurs points sur l’ensemble de la colonne d’eau. Le post-traitement et la calibration du signal acoustique rétrodiffusé par les particules permettent d’étudier les concentrations en MES*.

2 Bathymétrie : profondeur des fonds marins, mesurée par rapport au niveau théorique des plus basses mers de vive eau. La bathymétrie est mesurée grâce à des sondeurs (mono-ou multifaisceaux*) utilisant la réflexion d’ondes acoustiques. Son suivi permet de visualiser les perturbations topographiques provoquées par l’extraction et vérifier que les conditions (localisation et approfondissement) fixées par l’administration sont respectées.

3 Benne de prélèvement mini-Hamon : appareil de prélèvement des sédiments de surface et de la faune associée utilisé pour décrire l’état initial et suivre l’évolution de la nature des sédiments et des communautés benthiques des secteurs soumis à exploitation. Le système de prélèvement par pelle est mieux adapté aux sédiments grossiers (graviers et cailloutis) que les bennes à mâchoires (Van Veen, Smith Mac Intyre). La surface prélevée est de 1/10 m2.

4 Benne de prélèvement Shipeck : benne de prélèvement pour la récolte mécanique d’un échantillon de sédiments superficiels. Elle donne une information sédimentologique ponctuelle directe. Au laboratoire, des analyses permettent de caractériser la nature et la granulométrie des sédiments. Les résultats peuvent être utilisés pour calibrer les données indirectes de l’imagerie acoustique (sonar à balayage latéral, par exemple). La benne Shipeck utilisée sur les sites de Dieppe et de Baie de Seine est cylindrique et permet un échantillonnage sur une surface et une profondeur maximales de 4 dm2 et 10 cm respectivement.

5 Benthos : qualifie un organisme vivant libre (vagile) sur le fond ou fixé (sessile).

6 Bouteille Niskin : ces bouteilles permettent de prélever de l’eau à une profondeur donnée de la colonne d’eau. De tels prélèvements sont utilisés pour : (1) déterminer les caractéristiques des matières en suspension (concentration, nature et granulométrie) et (2) calibrer le signal rétrodiffusé enregistré par les ADCP (post-traitement) de manière à estimer la concentration en MES.

7 Constance : fréquence de rencontre d’une espèce dans les stations échantillonnées.

8 Criblage : procédé de tamisage à bord qui était régulièrement pratiqué en Grande-Bretagne pour éliminer les sédiments de taille non désirée ; cette pratique est aujourd’hui presque abandonnée et elle est interdite en France.

9 CTD : une sonde CTD permet de mesurer la salinité, la conductivité et la température dans le milieu naturel. Descendue sur un bâti, elle fournit ces informations sur l’ensemble de la colonne d’eau.

10 Démersal : qualifie une espèce vivant libre à proximité du fond, c’est-à-dire sans être véritablement lié à celui-ci de façon permanente (exemple : les gadidés). L’adjectif « benthique » qualifie lui, les espèces ayant un lien étroit et permanent avec le fond (exemple : les poissons plats).

11 Elinde : tuyau par lequel les sédiments aspirés au niveau du « bec » (ou tête = draghead) remontent jusque dans la cale (puits de drague) du navire.

12 Granulat : matériaux sédimentaires de toute taille (sables, graviers, cailloutis) et de provenances diverses (roches massives, alluvions fluviatiles terrestres ou marins), recherchés par l’industrie (bâtiment, travaux publics).

13 Halieutique : qualifie toutes les activités relevant de la pêche sous toutes ses formes, professionnelle ou de loisirs, en eau douce ou marine.

14 Ichtyofaune : ensemble des poissons vivant dans un espace géographique ou un habitat déterminé.

15 Jachère : secteur temporairement laissé au repos après extraction pour permettre sa restauration physique et sa recolonisation biologique (par le benthos et les poissons)

16 LISST : granulomètre laser. Il permet la mesure de la distribution granulométrique (en équivalent sphérique) des particules d’un échantillon grâce à la technique de diffraction laser. Dans notre étude, son intérêt réside dans son utilisation in situ qui évite une analyse en laboratoire d’échantillons éventuellement modifiés (par exemple ayant subi une floculation post-prélèvement) et qui permet une mesure de la granulométrie quasi instantanée sur l’ensemble de la colonne d’eau.

17 Macrotidal : qualifie un milieu subissant des amplitudes de marée importantes (plus de 4 à 5 mètres).

18 MES : les matières en suspension (MES) sont des matières fines minérales ou organiques, vivantes ou détritiques, insolubles, visibles à l’œil nu, entraînées passivement par les eaux, qui contribuent à sa turbidité.

19 Opportuniste : qualifie un organisme, une espèce, capable de s’installer rapidement quelque part.

20 Panache turbide : « nuage » de matières en suspension rejetées avec les eaux de surverse lors du remplissage du puits de la drague par les sédiments extraits du fond. Les particules sableuses décantent rapidement dès leur rejet du navire, tandis que le panache de fines peut perdurer plus d’une heure sur plusieurs km et une largeur d’une centaine de mètres.

21 Réplicats : échantillons prélevés à une même station pour estimer la valeur moyenne des différents paramètres sédimentaires ou biologiques (nombre d’espèces, abondance, biomasse).

22 Recolonisation : processus par lequel les espèces et communautés benthiques recolonisent le site dès l’arrêt des extractions ; la vitesse de recolonisation dépend de l’intensité de la perturbation et des communautés environnantes. Elle varie de 1-2 ans dans des fonds sableux assez pauvres à fort hydrodynamisme jusqu’à plus de 10 ans dans des fonds plus stables (graviers, galets) à plus forte diversité.

23 Sable fin : sédiment composé de particules dont la taille est comprise entre 0,063 et 0,2 mm.

24 Sonar à balayage latéral : le sonar à balayage latéral se compose d’un instrument appelé « poisson », remorqué à l’arrière d’un bateau, qui envoie vers le fond un signal acoustique par l’intermédiaire de deux transducteurs. Le signal réfléchi par le fond est capté en retour par le « poisson », qui le transmet par un câble électro-porteur aux enregistreurs numériques et graphiques situés à bord du navire. Le sonar à balayage latéral permet de mesurer la variation du coefficient de rétrodiffusion du fond, qui dépend de la nature et de la morphologie du fond. Les données recueillies sous forme de profils, d’une largeur d’environ 100 m, sont assemblées en une mosaïque. Son interprétation, en termes de faciès acoustiques, calibrée par des analyses sur les sédiments prélevés à la benne, permet de produire une cartographie morphosédimentaire des fonds.

25 Sondeur multifaisceaux : système acoustique sous-marin installé généralement sous la coque du bateau. Il fournit des informations précises sur la topographie sous-marine du fond (mesure de la bathymétrie) et sur la nature des fonds (mesure de la réflectivité) suivant une large bande (jusqu’à 7 fois la hauteur d’eau).

26 Surverse : masses d’eau et de sédiments fins (< 0,25 mm) rejetées à la mer par débordement depuis les sabords ou par un puits interne, au fur et à mesure du remplissage de la cale du navire par les sédiments.

27 Trophique : qualifie ce qui a trait à la nutrition des tissus et des organismes. Un niveau trophique désigne la position occupée par un organisme dans une chaîne alimentaire : producteurs primaires (phytoplancton, plantes supérieures…), consommateurs primaires (herbivores : zooplancton), consommateurs secondaires (carnivores) etc. Les niveaux trophiques principaux sont au nombre de quatre : les producteurs primaires, les herbivores, les carnivores et les décomposeurs.

28 Turbidité : elle désigne une caractéristique optique de l’eau, à savoir sa capacité à diffuser ou absorber la lumière incidente ; la turbidité est due à la présence dans l’eau de matières en suspension (MES).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search