Version classiqueVersion mobile

Suivi des impacts de l’extraction de granulats marins

 | 
Robert Lafite
, 
Michel Desprez

Perspectives

Texte intégral

1Le GIS SIEGMA envisage à terme de proposer des « bonnes pratiques » :

  • pour le suivi environnemental des extractions (protocoles d’échantillonnage robustes en vue du traitement statistique des résultats),
  • pour l’exploitation (intensité d’extraction, calendrier d’exploitation, zonage-jachère…).

2Les enjeux futurs concernent principalement la notion d’effets cumulés :

  • cumul des activités d’extraction (multiplicité et proximité des sites) : si l’impact halieutique est limité à l’échelle réduite d’un site d’extraction (quelques km2), la proximité de multiples sites (Manche orientale, East Anglia) ne risquerait-elle pas d’engendrer des effets cumulés ayant un impact sur la chaîne alimentaire, voire sur les stocks de certaines espèces du bassin géographique concerné ? L’identification d’un seuil de tolérance (surface cumulée maximale) reste un enjeu majeur.
  • cumul des différents usages de la mer (pêche, extractions, fermes éoliennes, transport maritime…) et de leurs interactions :
    • Quelle est la tolérance de l’écosystème et des différents usages vis-à-vis du cumul de pressions ?
    • À l’échelle locale, les perturbations topographiques et sédimentaires induites par l’activité d’extraction de granulats ne sont pas apparues incompatibles avec le maintien d’une activité de pêche, comme les trémails à soles (site de Dieppe) ou le chalutage des plies et des soles sur les secteurs de dépôt des sables fins de surverse (sites de Dieppe et de Baie de Seine). En sera-t-il de même avec la multiplication des usages et des surfaces concernées ?

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search