Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Carroyage des informations urbaines

 | 
Gilles Lajoie

Chapitre II : L'expérience rouennaise

Texte intégral

1. La mise au point du système

1.1. La première réalisation d'une grille géométrique

1Afin d'étudier les statistiques de l'I.N.S.E.E. à un niveau infra-communal pour les recensements de 1968 et 1975, l'Institut de Géographie de Rouen, en collaboration avec la Direction Régionale des Télécommunications, est amené à envisager au début des années 80 un système de reproduction cartographique automatique qui puisse résoudre le problème de la modification du découpage administratif entre deux dates de recensement (Y. Guermond 1982), modification souvent profonde en banlieue et qui peut intervenir exceptionnellement en centre-ville, comme en témoigne la figure 38.

Figure 38 Variabilité des découpages administratifs

Figure 38 Variabilité des découpages administratifs

Source : Y.Guermond 1982 Revue AVAL no 9 - INSEE

2Pour réaliser cette étude d'évolution et dans un souci de parvenir à une collection de cartes des variables socio-économiques de l'I.N.S.E.E. dans un format réduit (21x29 cm), on met en place une grille géométrique fixe dans le temps pour l'ensemble de l'agglomération rouennaise.

3La réalisation technique de cette grille débute par la création d'un fichier de correspondance qui relie les îlots aux deux dates de recensement et les cases de 750 m de côté constituant le cadre récepteur. La règle d'affectation de l'îlot à la case se caractérise alors par sa simplicité, mais également par son caractère arbitraire : l'unité géographique est rattachée à l'unité géométrique qui comprend au moins 50 % de sa surface. Sous sa forme initiale, la zone carroyée forme ainsi un rectangle de 15 km du sud au nord, et de 9,75 km d'ouest en est, centré sur la mairie de Rouen : elle constitue la première réalisation d’un carroyage sur la région rouennaise.

4Le degré d'évolution des matériels informatiques et plus précisément des périphériques de sorties graphiques au début des années 80 explique à lui seul les limitations du système, notamment en ce qui concerne l'édition des carroyages. La figure 39 qui présente la distribution des cadres supérieurs en 1968 illustre un problème rencontré fréquemment à cette époque : du fait de la configuration des imprimantes matricielles, le pavé graphique, nécessairement rectangulaire, déforme l'espace cartographié et nuit ainsi à la précision de l'étude géographique.

Fig.39 Proportion de cadres supérieurs dans la population active en 1968

Fig.39 Proportion de cadres supérieurs dans la population active en 1968

Source : Y. GUERMOND (1982) Revue AVAL - I.N.S.E.E.

1.2. Le carroyage au pas de 500 mètres

5La seconde réalisation d'une grille géométrique débute en 1984 dans le cadre d'une thèse de doctorat nouveau régime (C. Delahais 1987). Les objectifs de l'étude sont désormais à la mesure d'un travail de thèse : l'analyse des évolutions demeurant une priorité, l'auteur considère le même espace pour les trois recensements de 1968,1975 et 1982. Par ailleurs, un axe de recherche envisagé dès 1982 dans le carroyage initial est largement repris ; l'étude des interactions entre la ville, les espaces périurbains, et les zones rurales périphériques devient ainsi l'une des préoccupations majeures de l'auteur. Cette nouvelle problématique se traduit par une extension notable de l'aire d'étude qui passe de 150 km2 environ à 600 km2, en demeurant centrée sur l'hôtel de ville de Rouen. La grille géométrique couvre alors la quasi-totalité des communes qui déterminent l'agglomération rouennaise selon la définition I.N.S.E.E. de 1982, ainsi que de vastes zones rurales périphériques : elle forme ainsi un carré de 24,5 km de côté (figure 40).

Figure 40 Visualisation des espaces urbains et péri-urbains

Figure 40 Visualisation des espaces urbains et péri-urbains

6Afin de suivre les évolutions à l'échelle infra-communale, l'auteur détermine un pas de 500 m qui se révèle évidemment mieux adapté que le précédent pour l'étude des milieux intra-urbains, et parvient ainsi à une grille géométrique carrée de 2 401 cases (49x49, soit 24 cases de part et d'autre de la case centrale qui comprend l'hôtel de ville de Rouen). Cette définition réalise un compromis idéal entre les objectifs de l'étude et les moyens techniques mis en œuvre à l'époque (configurations matérielles, unités de stockage etc).

7Mais l'amélioration majeure apportée au système réside moins dans le choix de la zone d'étude ou la définition de la grille que dans la méthode d'affectation elle-même des îlots aux cases du carroyage. En effet, dans la première expérience rouennaise, l'affectation d’un îlot à une case était fonction d’un seuil (plus de 50 % de la surface incluse dans la case), ce qui induisait de facto une approximation conséquente dans quelques cas particuliers (îlot à cheval sur deux cases).

8La nouvelle méthode d'affectation se veut plus rigoureuse et repose sur l'évaluation précise de la contribution de chaque zone administrative à chacune des cases du carroyage. Ce gain important du point de vue de la rigueur mathématique du transfert de données spatiales d'un zonage vers un carroyage ne fut possible qu'au prix d'une chaîne de traitements complexes exposée maintenant.

1.2.1 La saisie des fonds de cartes administratifs

9L'étape initiale est la formalisation, sous forme numérique, des espaces géographiques sur lesquels ont été collectées les données. Parmi les deux types de numérisation existants (mode vecteur/mode point à point ou "raster"), c'est la numérisation en mode vecteur reposant sur la théorie des graphes qui fut employée, en raison de la longue expérience du groupe de recherche M.T.G. dans l'utilisation de cette technique. L'auteur numérisa ainsi les fonds de cartes administratifs à partir d'un digitaliseur piloté par le module de saisie du logiciel de cartographie automatique "EdiCart" (P. Langlois). En raison de l'importance du nombre de zones administratives à saisir (2434 zones pour le découpage de 1968), l'aire d'étude fut divisée arbitrairement en 27 fonds de cartes qui furent digitalisés au 1/10 000, soit à partir de réductions photographiques de plans publiés par l'I.N.S.E.E. pour les 2380 îlots des communes urbaines, soit à partir des tableaux d'assemblage cadastraux des 54 communes rurales.

10Un problème technique intervint à ce stade : l'hétérogénéité des documents cartographiques utilisés fut telle, qu'il devint impossible de les associer sans qu'apparaissent des chevauchements ou des vides entre les différents fonds de carte. La solution passant par la concaténation et la correction géométrique des 27 cartes au sein d'un référent spatial unique, un logiciel fut créé à cette occasion au sein du laboratoire ("TransCarto" P. Langlois), afin de parvenir à un fond de carte homogène associant les 27 fichiers corrigés, à la même échelle et au sein d'un repère commun. En fonction des différentes expériences de carroyage développées au sein du G.I.P. Reclus, c'est le repère "Lambert II" qui fut choisi comme cadre récepteur, la case centrale du carroyage rouennais étant située en 510-510,5 est, et 2494,5-2495 nord. Soulignons enfin que l'imbrication des traitements géométriques mis en œuvre pour obtenir un document unique a nécessairement entraîné des approximations. Elles demeurent cependant négligeables au vu des problèmes de raccordement qui sont le pain quotidien des utilisateurs des plans cadastraux...

1.2.2 La lecture des données de recensement

11Une étape intermédiaire fut nécessaire avant la lecture des données socio-démographiques et leur ventilation au sein du carroyage : la création de la table de correspondance reliant les zones géographiques contenant la statistique, et les individus géométriques stockés sous forme numérique. A l'aide du tableur Editabl (P. Langlois), l'auteur créa ainsi plusieurs index sous forme de matrices, comprenant en ligne les individus géographiques identifiés par leur numéro de code I.N.S.E.E. (numéros de la commune, du quartier, et de l'îlot), et en colonne le numéro de la carte comprenant l’individu concerné, puis le numéro de la zone digitalisée au sein de la carte, correspondant in fine à cet individu. Cette étape laborieuse fut évidemment répétée pour 1968, 1975, et 1982 du fait des modifications profondes intervenant dans les découpages administratifs entre chaque date de recensement (agrégations et suppression d'îlots).

12La lecture des données s'effectua ensuite à l'aide d’un logiciel créé à cette occasion ("LitBande" J. Boukachour et P. Langlois). L'auteur procéda ainsi à l'extraction de la statistique à partir des bandes magnétiques de l'I.N.S.E.E., lues sur un dérouleur de bandes EMI 8800. Cette opération associa la sélection des espaces compris dans l'étude au sein de l'ensemble des zones de Haute-Normandie (communes rurales et îlots), et la sélection des dix-sept variables choisies au sein de l'ensemble des variables disponibles à cette échelle (tableau 3).

Tableau 3 Variables extraites du Recensement Général de la Population

- Population totale

- Nombre total de logements

- Nombre de ménages ordinaires

- Nombre de logements de 1 pièce

- Population des ménages ordinaires

- Nombre de logements de 2 pièces

- Population âgée de moins de vingt ans

- Nombre de logements de 3 et 4 pièces

- Population étrangère

- Nombre de logements de 5 pièces et +

- Patrons de l'industrie et du commerce

- Nombre de maisons individuelles

- Professions libérales et cadres sup.

- Nombre de résidences principales occupées par leur propriétaire

- Employés

- Ouvriers

- Nombre de logements ordinaire achevés depuis le dernier recensement

13Enfin, deux variables supplémentaires (emplois secondaires et tertiaires) tirées du Fichier des Grands Etablissements (F.G.E) vinrent allonger la liste des variables.

1.2.3 Le transfert du zonage au carroyage

1.2.3.1 Présentation du principe géométrique lié au transfert

14La méthode employée pour le transfert des données de la carte choroplèthe vers le carroyage repose sur l'algorithme du "clipping" zonal (Y.D. Liang et B.A. Barsky 1983). L'opération consiste à définir le polygone d'intersection existant entre une zone de forme quelconque et une fenêtre géométrique qui constitue dans l'expérience rouennaise la case du carroyage (figure 41).

Figure 41 Le principe du "clipping" zonal

Figure 41 Le principe du "clipping" zonal

15On tire de cette opération purement géométrique le principe de "contribution" d'une zone à un carreau, celle-ci constituant en fait le rapport de la surface du polygone intersecté sur la surface du polygone initial. Le résultat constitue donc un pourcentage qui peut être utilisé pour le transfert de mesures spatiales d'une carte choroplèthe vers un carroyage, dans le cas où l'on peut raisonnablement envisager une répartition uniforme du phénomène mesuré sur l’ensemble du polygone de départ, ce que l'on saisit intuitivement.

16Soit X la contribution du polygone P au carreau C, et S une surface, on aura :

17XP,C = SP′/SP avec P' = P ∩ C

1.2.3.2 Principes algorithmiques généraux liés à la ventilation

18A partir du principe géométrique qui vient d'être exposé, un logiciel spécifique fut développé afin de procéder à la ventilation effective des 19 variables, du fond de carte administratif vers le carroyage ("VentileGrille" V. Jay, J. Boukachour, P. Langlois). Celui-ci constitua en fait un module particulier du logiciel de cartographie automatique EdiCart (P.Langlois) dans la mesure où l'ensemble des opérations géométriques réalisées dans VentileGrille s'effectuèrent au sein de fichiers de "structure EdiCart".

19Sur le principe de contribution, le logiciel devait donc traiter 3821 zones (pour le fond de carte de 1982), relativement aux 2401 cases (49x49) du carroyage au pas de 500 m. En fonction de ces nombres, il apparut évident qu'un polygone ne contribuait qu'à un sous-ensemble très réduit des 2401 cases, et qu'il était donc inutile d'effectuer le "clipping" sur tous les carreaux pour chacun des 3821 polygones, ce qui aurait consommé un temps machine considérable. La solution d'optimisation retenue passa par la détermination du rectangle circonscrit au polygone traité, à partir des coordonnées de ses sommets, ce rectangle délimitant tous les carreaux qui ont une intersection non vide avec le polygone, et seulement quelques carreaux aux intersections vides (figure 42).

Figure 42 Détermination du rectangle circonscrit au polygone P

Figure 42 Détermination du rectangle circonscrit au polygone P

20Cette optimisation ayant été intégrée au programme, l'algorithme simplifié est de la forme :

21Pour chacun des 3821 polygones

22Début

23-Calculer le rectangle circonscrit au polygone

24-Pour chacun des carreaux qui constituent le rectangle circonscit

25début

  • Calculer le polygone d'intersection entre le carreau et le polygone

  • Reventiler la variable associée au polygone en fonction de sa contribution au carreau (contribution exprimée sous la forme d'un pourcentage qui est le rapport "surface du polygone d'intersection/surface totale du polygone")

26fin

27fin

28Ainsi, dans l'exemple de la figure 42, le programme sélectionne un rectangle composé de six carreaux, dont quatre ont une intersection non vide avec le polygone P. Débute alors le "clipping" qui détermine une intersection vide avec le premier carreau du rectangle (i-1, j-1) : la variable associée à P n'y est donc pas reventilée. A contrario, le "clipping" découvre un polygone d'intersection entre P et le second carreau du rectangle (i-1,j) dont la surface rapportée à celle de P détermine une contribution de 3 %, ce qui provoque une reventilation de la variable associée à P dans cette même proportion. L'intersection de P et du carreau (i-1, j+1) étant vide, on retrouve une contribution nulle, les trois derniers carreaux du rectangle circonscrit à P connaissant au contraire les contributions importantes : 10 % pour le carreau (i,j-l), 75 % pour le carreau (ij), et enfin 12 % pour le carreau (i-j+l).A la fin du traitement, tous les carreaux du carroyage ont reçu une ou plusieurs contributions. Ainsi, comme le révèle la figure 49, le carreau (i,j) représente la somme des cinq contributions des polygones P, P1, P2, P3 et P4, et sa valeur R représente donc :

Avec

NP = nombre de polygones aux intersections ≠ Ø

V = variable associée à un polygone

X = contribution d’un polygone au carreau

1.3. La configuration actuelle

29Sous sa forme actuelle, la banque de données par carroyage ressemble peu à sa précédente version au pas de 500 m, pour plusieurs raisons qui vont être exposées maintenant. Soulignons avant cela que la base cartographique du système est demeurée inchangée. En effet, les variables I.N.S.E.E. des trois derniers recensements furent reventilées lors du transfert zonage-carroyage à partir des fonds de cartes digitalisés pour le carroyage au pas de 500 m, digitalisation qui demanda plusieurs mois d’un travail long et minutieux à son auteur (C. Delahaye 1987). Par ailleurs, si une amélioration fut apportée à la technique du transfert des données zonales, l'algorithme général qui fut employé repose toujours sur la notion de contribution d'une zone à un carreau, par le biais du calcul du polygone d'intersection entre les deux objets géométriques.

30Il s'agit donc au final d'une nouvelle version de la base de données par carroyage appliquée au Grand Rouen, et non pas d'un autre système. Dans cet esprit, l'aire d'étude est demeurée inchangée, ce qui détermina d'ailleurs le nombre de cases du carroyage en fonction du pas choisi : le carroyage au pas de 500 m déterminait une partition en 2401 carreaux (49 x 49), le nouveau pas divise désormais l'aire d’étude en 9604 unités spatiales géométriques de 250 m de côté (98 x 98). Ce choix délibéré d'un carroyage en 9604 cases est à mettre en relation avec la volonté de conserver une structure commune aux deux versions de la base de données par carroyage du Grand Rouen, autorisant ainsi toute comparaison.

1.3.1 Les modifications majeures apportées au système

1.3.1.1 Un nouveau système d'édition graphique

31Une fois effectuée la ventilation des données zonales vers le carroyage, l'information géographique est stockée désormais sous la forme d'une matrice dont les avantages ont été précédemment évoqués. Les anciens programmes d'édition des carroyages profitaient de cette structure à travers l'utilisation d'imprimantes matricielles (Epson MX-82 et Image Writer) en cartographiant chaque case de la matrice par un pavé graphique contenant une certaine proportion de noir. Parmi les jeux de trames disponibles, c'est une trame en points qui fut utilisée pour traduire les huit classes de la légende, la trame la plus fine ayant pour défaut majeur de disparaître lors de la reproduction des documents.

32Disposant de nouveaux materiels informatiques (LaserWriter), on développa un nouveau programme de traitement et d'édition des carroyages. Outre la qualité graphique intrinsèque à la technologie laser (définition de trois cent points par pouce), l'utilisation de ce type d'imprimante autorisa l'emploi d'aplats de gris plus esthétiques que les points, et plus résistants lors de la reproduction des carroyages. Par ailleurs, les caractéristiques techniques de ces matériels autorisèrent le stockage du graphique représenté sous la forme d'un bitmap dans la mémoire tampon de l’imprimante laser afin de procéder à la surimposition systématique du fond de carte des réseaux (fleuve, axes routiers et autoroutiers) à partir du logiciel EdiCart. Une telle opération ne pouvait évidemment s’éffectuer que manuellement avec l’emploi des imprimantes matricielles.

1.3.1.2 Une définition spécifique à l'analyse urbaine

33La transformation du pas du carroyage rouennais demeure l'une des deux innovations majeures apportées au caroyage proprement dit. L'évolution des matériels informatiques, et notamment des unités de stockage, fut d’une telle ampleur qu'il fut possible d'accroître progressivement la définition du carroyage, pour passer d'un pas initial de 750 m au pas actuel de 250 m, ce qui représente une masse d'informations à gérer neuf fois plus importante.

34La détermination finale de ce pas fut un compromis entre le constat de l'inadéquation du pas de 500 m pour le suivi précis des dynamiques intra-urbaines, et la contrainte technique liée au stockage des données. Pour les dimensions actuelles de l'aire d'étude, un pas de 125 m aurait déterminé un carroyage de 38 416 cases difficile à gérer à tous niveaux (édition, traitements etc).

35En considérant que le pas 250 m ne s'imposait pas en zone rurale, on détermina dans un premier temps une double définition associant ce pas pour la zone urbaine centrale, et l'ancien pas de 500 m pour les zones périphériques, essentiellement rurales. Si le résultat graphique ne fut pas sans intérêt (figure 43), la complexité liée à l'imbrication des matrices nous incita à étendre le pas le plus fin à l'ensemble de l'aire d'étude, ce qui autorisa par ailleurs l'analyse fine des dynamiques péri-urbaines, moins souvent mises en valeur.

Figure 43 La juxtaposition des pas de 250 et 500 m

Figure 43 La juxtaposition des pas de 250 et 500 m

1.3.2 La ventilation sélective

1.3.2.1 Principes généraux

36Un des reproches formulés à l'encontre du transfert des données de recensement au sein du carroyage précédent avait trait au caractère global de la ventilation. Pour un polygone contenant 50 ou 60 carreaux (communes rurales), la variable était en effet divisée en autant de parts, selon le principe de l'uniformité de la répartition du phénomène étudié. Or, s'agissant de données sociodémographiques, il apparut que le postulat d'équirépartition était évidemment faux en zone rurale, ce qui entraînait un émiettement injustifié de la variable qui disparaissait souvent au gré des classifications (première classe cartographiée en blanc). Ainsi, les vastes communes rurales des plateaux nord (Houppeville, Préaux, Quincampoix) furent systématiquement défavorisées par rapport aux communes plus petites des plateaux est (Saint-Aubain-Epinay, Franqueville-Saint-Pierre, Boos), alors que certains phénomènes étaient représentés dans des proportions identiques, voire supérieures (nombre de logements construits entre 1975 et 1982, nombre de logements occupés par leur propriétaire etc).

37La solution apportée au problème débuta par un constat simple : les quantités à ventiler étant relatives aux habitants de la zone de départ, il est possible d'envisager une ventilation sélective ne s'effectant que sur les carreaux couvrant la zone habitée de la commune. Le complémentaire de cette zone qui ne devait pas recevoir une portion de la variable rassembla ainsi les zones cultivées, les forêts, les zones de friches et le fleuve. De plus, puisqu'il s'agissait de données concernant la population au lieu de résidence (P.A.L.R.), on exclut sur le même principe les zones industrielles et l'ensemble des emprises industrialo-portuaires s'étalant le long du fleuve.

38La réalisation concrète du projet passa nécessairement par quelques étapes manuelles précédant l'exécution du programme de ventilation des données. On traça tout d'abord le carroyage de 9604 cases (98 x 98) sur un plan de l'aire d'étude au 1/25 000 de l'I.G.N. révisé en 1978, puis on releva une à une les cases effectivement habitées en partant du principe qu'un seul bâtiment cartographié suffisait à déterminer ce type d’espace. On pourrait discuter ce seuil qui prend toute sa valeur dans la périphérie des villages et des écarts, et dont le rôle est fondamental lors de la ventilation puisqu'il détermine les cases à prendre en compte, mais sa définition est à mettre en rapport avec le plus vaste débat de la limite des objets géographiques : limite de la ville, des périphéries urbaines, d’un espace habité... Le résultat initial de cette saisie manuelle prit la forme d'une matrice de 9604 cases dont un sous ensemble représentait les cases habitées : celles-ci furent codées à 1 au sein d'une matrice de booléens, les cases à 0 représentant leur complémentaire (zones cultivées, forêts etc.).

39Cette matrice booléenne prit le nom de "masque de saisie" et fut intégrée sous cette forme au programme de ventilation des données du zonage au carroyage. Elle constitue en fait une solution technique simple qui permet d'utiliser l'algorithme du "clipping zonal" explicité précédemment en contournant la contrainte déjà signalée de l’équirépartition spatiale du phénomène à ventiler. L'intégration de cette solution à l'algorithme central est présentée maintenant.

1.3.2.2 Principes algorithmiques

40La notion de "sélection spatiale" associée à l'algorithme du "clipping zonal" s'entend par rapport au caractère global de la précédente ventilation. Suite au calcul du polygone d'intersection entre la surface initiale et les cases du carroyage, la contribution pour une case donnée représentait alors le rapport de la surface intersectée sur la surface totale du polygone. Le changement apporté à l'algorithme de ventilation intervient précisément au moment de l'évaluation de cette contribution (figure 44). Le dénominateur n'est plus la surface S du polygone initial (1), mais un sous-espace de surface S'qui représente l'intersection entre le masque de saisie et le polygone considéré (2).

Figure 44 Détermination d'un sous-espace du polygone initial par l'application du masque de saisie lors de la ventilation sélective

Figure 44 Détermination d'un sous-espace du polygone initial par l'application du masque de saisie lors de la ventilation sélective

41Si cette réponse algorithmique au problème posé possède l'avantage indéniable de la simplicité, elle induit cependant une certaine surcharge dans le nombre d'opérations à effectuer. L'évaluation de ce nouveau dénominateur demande en effet un double "clipping zonal" sur l'ensemble des cases qui constituent le rectangle circonscrit au polygone. Lors d'un premier passage, seul le calcul du total des surfaces habitées est effectué (cases codées à 1), le second passage déterminant pour chacune des cases participant à ce total la "contribution effective", en rapportant les polygones d'intersection à la surface S'calculée lors du premier "clipping zonal" entre les carreaux du rectangle et la surface S du polygone initial.

42Soulignons cependant qu'il existe une solution algorithmique plus complexe pour effectuer l'ensemble de ces opérations lors d'un passage unique sur les carreaux du rectangle circonscrit. Dans tous les cas, la surcharge entraînée par cette modification n'est pas sensible au niveau des temps d’exécution pour une raison évidente : si le "clipping zonal" est effectivement doublé, ce dernier ne concerne plus que les cases retenues pour la ventilation et codées à 1 dans le masque de saisie binaire. L'algorithme simplifié qui suit souligne cette modification, qui prend finalement la forme d’une optimisation, du fait du nombre important de cases non considérées lors de la ventilation des données zonales.

43Pour chacun des 3821 polygones

44début

45- Calculer le rectangle circonscrit au polygone

46- Pour chacun des carreaux qui constituent le rectangle circonscrit

47- Si le carreau est codé à 1

48début

  • Calculer le polygone d’intersection entre le carreau et le polygone

  • Ajouter sa surface au total des surfaces habitées (sous-espace de surface S’)

49fin

50- Pour chacun des carreaux constituant le rectangle circonscrit

51- Si le carreau est codé à 1

52début

53- Calculer le polygone d'intersection entre le carreau et le polygone

54- Reventiler la variable associée au polygone en fonction de sa contribution au carreau (contribution exprimée sous la forme d'un pourcentage qui est

55le rapport "Surface du polygone d'intersection/Surfaces habitées S"')

56fin

57fin

1.3.2.3 Résultats comparatifs

58La figure 45 présente les densités de population en 1982 obtenues à partir des deux versions du programme de ventilation. Afin de permettre une exacte comparaison des distributions, une unique classification a été définie pour les deux carroyages. L'analyse visuelle du résultat suffit à souligner l’ampleur du changement : la ventilation sélective permet la mise en évidence de l'ensemble des zones rurales, qui demeuraient jusqu'alors invisibles. On remarque ainsi l'importance de la rurbanisation au nord-est et à l'est (Plateau de Boos) qui suit de façon nette les axes de communication majeurs avec la métropole (Routes d'Amiens et de Paris). Dans le détail, l'extension du phénomène apparaît à l’échelle d'une commune péri-urbaine ou d'un village dont la forme se révèle enfin, au même titre que la tache urbaine de l'agglomération, Isneauville au nord-est de Rouen représentant un bon exemple de cette précision nouvelle dans la localisation de l'information géographique.

Figure 45 Résultats graphiques des deux algorithmes de ventilation

Figure 45 Résultats graphiques des deux algorithmes de ventilation

1.3.3 La nouvelle base de données socio-démographiques par carroyage

1.3.3.1 Tendances générales dans la distribution des populations

59Le commentaire de ces nouvelles cartes débute par une évidence : la cartographie de densités par carreau aboutit à une nouvelle image du grand Rouen qui n'a plus grand chose à voir avec les représentations traditionnelles comme les cartes de densités communales exprimées en nombre d'habitants à l'hectare. Deux raisons essentielles expliquent l'ampleur du changement et peuvent être rappelées. En premier lieu, le pas de 250 mètres et le masque de saisie des zones habitées de la commune aboutissent à un morcellement dans la distribution de la variable, phénomène qui constitue sans doute une description plus objective de la réalité mais abolit totalement l’image connue et reconnue de l’entité administrative perçue jusqu’alors à travers ses limites. En second lieu, les carroyages révèlent pour la première fois des densités moyennes dans les zones rurales périphériques qui prouvent, de facto, que la métropole ne s'étend pas sur un vaste "no man’s land", mais sur une aire qui sera sa future banlieue, dès que les espaces intersticiels auront été comblés.

60Les densités de population au dernier recensement illustrent assez bien ces changements dans la représentation de l'information géographique : ces derniers apportent une précision supérieure dans les localisations tout en conservant la lecture immédiate des tendances générales. Afin de mieux saisir ces tendances à l'échelle du Grand Rouen, la figure 46 présente par ailleurs le modèle numérique de terrain aux dimensions du carroyage sur lequel ont été figurés le fleuve, ainsi que les zones habitées prises en compte lors de la ventilation (en grisé). La spécificité de ce site de méandre encaissé dont la rive concave fut le berceau du développement urbain apparaît ici très clairement. La tache urbaine s'étend désormais bien au delà des limites de ce cadre et révèle en premier lieu un équilibre relatif entre les deux rives. Ce phénomène constitue en fait la prolongation d'un processus historique débuté à la fin du siècle dernier, se traduisant par un déplacement continu du centre de gravité de l'agglomération vers le sud. Malgré la conquête des plateaux nord des années soixante dans le cadre des Z.U.P. (Les Sapins, La Grand'Mare) la force d'inertie du mouvement entraîne progressivement ce rééquilibrage entre les deux rives, la moitié est de la rive gauche (Saint-Etienne-du-Rouvray, Sotteville-les-Rouen) jouant ici un rôle moteur. En second lieu, la surimposition de la tache urbaine au modèle numérique de terrain met en évidence la dissymétrie qui demeure sur la rive droite entre la vallée du Cailly au nord, et celles du Robec et de son affluent l'Aubette à l'ouest, la première ayant dominé de tout temps bien que, comme le rappelle J.F. Gay (1974) "les conditions historiques, économiques et topographiques sont analogues". Notons cependant que cette image du site vu du sud privilégie nettement la visualisation de la vallée du Cailly, renforçant l'impression d’un véritable couloir naturel qui débouche sur le Pays de Caux.

61En dernier lieu, la figure évoque "la tendance spontanée à la croissance en nappe" (J.F. Gay 1974) qui touche aussi bien les plateaux nord, est et ouest que la rive gauche. Même si le tissu urbain demeure encore largement morcelé en périphérie du fait des contraintes physiques (topographie, forêts domaniales), les espaces intersticiels sont parfois réduits, encerclés par une sub-urbanisation notamment vers l'est (Bonsecours, le Mesnil Esnard, plateau de Boos).

62Dans le détail, le carroyage de densités des populations révèle tout d'abord la distribution caractéristique des noyaux de concentration au sein de cette urbanisation en nappe, distribution qui semble répondre au même modèle centre-périphérie à deux composantes d'échelles différentes. A l'échelle de l'agglomération, le niveau de lecture globale révèle le noyau central de la rive droite autour duquel plusieurs satellites forment une couronne de cinq kilomètres de rayon. Ces pôles périphériques représentent les "grands ensembles collectifs" qui ont renouvelé le parc immobilier rouennais dès les années soixante dans le cadre des Z.U.P. On retrouve ainsi sur la rive gauche celles de Petit et Grand-Quevilly, ainsi que la Z.U.P. du Château-Blanc à Saint-Etienne-duRouvray, la couronne de la rive droite se constituant pour l'essentiel des Cités Verte et Rose à Canteleu, mais surtout des concentrations majeures des Sapins et de la Grand'Mare surplombant le méandre rouennais depuis un large éperon situé au nord-ouest de l'agglomération.

Figure 46 Surimposition des zones habitées au M.N.T. du Grand Rouen

Figure 46 Surimposition des zones habitées au M.N.T. du Grand Rouen

63A l'échelle du centre ville rouennais, on note selon le même principe une distribution périphérique des fortes densités qui encerclent l'hypercentre de la rive droite (quartiers est, ouest, front de Seine). Cette répartition spécifique à deux échelles vient troubler le schéma classique de la décroissance des densités à partir du centre ville, schéma que l'on ne retrouve nettement que vers le nord, du fait de l'absence de Z.U.P., dans les communes aisées de Bois-Guillaume et de Mont-Saint-Aignan. Le carroyage révèle par ailleurs l'ampleur de la rurbanisation qui touche inégalement les espaces périphériques pour une raison majeure : seuls les plateaux est disposent de vastes espaces vacants qui représentent par ailleurs des sites agréables et bien reliés au centre ville (N14, N31). Cette réserve d'espaces explique, en partie, le tracé du futur contournement est de l'agglomération qui relierait l'autoroute A13 à la route d'Amiens, en traversant le plateau de Boos. Dans toutes les autres directions, les vastes massifs forestiers encerclent l'agglomération avec la forêt Verte au nord, la forêt domaniale de Roumare à l'ouest et la forêt du Rouvray au sud. La seule brèche au sein de ces massifs a été exploitée au nord-ouest de l'agglomération depuis les implantations récentes de Maromme-la-Maine, jusqu'à celles de Vaupalière, les rebords de plateaux et les pentes de la vallée du Cailly encore disponibles étant progressivement conquis jusqu'à Montville. Le carroyage révèle enfin la place originale de Barentin qui tend à devenir "ce pôle de croissance satellite" du nord-ouest de l'agglomération qui fut inscrit dans le premier Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme adopté par un gouvernement pour la Province, proposé à cette époque par la S.O.R.E.T.U.R.

64Doté d'un S.D.A.U. concernant douze communes dès le début des années soixante-dix, Barentin et sa périphérie ont su profiter d'un cadre privilégié, la vallée de l'Austreberthe, que la qualité des infrastructures de transports met à quelques minutes de la métropole (premier tronçon de l'autoroute A15 du nord de la Seine ouvert dès 1973). Les objectifs du S.D.A.U. ayant été revus à la baisse (100 000 habitants à l'horizon 2000...), ce pôle de croissance satellite s'affirme néanmoins comme un centre important ayant su profité de la rurbanisation, et dont le développement économique s'appuie sur le centre régional de commerce et d'affaires du MesnilRoux, ainsi que sur plusieurs Z.A.C. (les Campeaux, la Carbonnière et Tréaumont).

65La distribution de la population jeune (personne âgée de moins de vingt ans) montre une image semblable à celle de la population totale dans ses traits majeurs (figure 47). Considérant la taille de l'échantillon étudié, il n'y a pas là sujet à étonnement : les concentrations majeures se retrouvent dans les Z.U.R, mais les contrastes locaux entre ces "grands ensembles" et les banlieues résidentielles qui les entourent semblent nettement plus marqués notamment à Petit-Quevilly et Grand-Quevilly, ainsi qu'à St-Etienne-du-Rouvray.

66Deux différences notables caractérisent cependant le carroyage des "moins de vingt ans" exprimé sous forme de densités. C'est d'abord l'aspect du centre de la rive droite qui diffère du précédent carroyage : les fortes densités ne subsistent que dans l'extrême est de la zone, à l’extérieur de la ville médiévale, leur disparition étant très nette au nord du centre ville (quartier Saint-Joseph, à l'est de la côte de Neufchâtel), dans la zone de contact avec l'habitat résidentiel de Bihorel. On constate ensuite une apparition plus marquée des densités moyennes (de 12 à 37 individus par case) dans l'ensemble des zones rurales périphériques, même lointaines, et ceci dans toutes les directions : Hénouville, Saint-Jean-du-Cardonnay au nord-ouest, Ymare au sud-est, et surtout Isneauville, Quincampoix au nord-est.

67Ces deux phénomènes déjà visibles sur le carroyage des données brutes s'affirment véritablement sur celui des données relatives (figure 47 : proportion des moins de vingt ans dans la population totale). Les plus faibles pourcentages de jeunes touchent en effet l'ensemble de la rive droite, et prioritairement le centre historique de l'agglomération où les pourcentages sont toujours inférieurs à 17,6 %. Ce carroyage révèle par ailleurs une continuité dans la distribution des faibles pourcentages qui s'étend sur l'ensemble des banlieues résidentielles de la rive gauche, phénomène qu'on ne percevait pas au vu des densités locales qui demeuraient élevées. A l’échelle de la zone urbaine du Grand Rouen, il s'avère en fait que les proportions élevées de jeunes se concentrent en 1982 dans les Z.U.P. périphériques, souvent les plus lointaines du centre ville (les Sapins, la Grand’Mare au nord-est de Rouen, les cités Maurice Thorez et la Houssière à Saint-Etienne-du-Rouvray au sud).

68Mais le phénomène marquant sur l’ensemble du carroyage demeure la surreprésentation très fréquente des jeunes dans les zones rurales périphériques. Ces pourcentages élevés s'inscrivent logiquement dans la poursuite d’une rurbanisation qui touche des espaces ruraux de plus en plus éloignés, et où les nouveaux arrivants sont souvent des couples avec enfants à la recherche d'espace : le cadre privilégié des plateaux sud-est et est répond à cette attente, et explique les surreprésentations locales de la Neuville-Chant-d’Oisel, de Saint-Jacques-sur-Darnétal, de Préaux ou de Saint-Georges-sur-Fontaine.

69La population étrangère (figure 48) se caractérise quant à elle par une distribution des données brutes qui ne diffèrent pas considérablement de celle des données relatives, rapportées à la population totale. La caractéristique première de cette distribution tient dans son développement presque exclusivement urbain : les quelques pourcentages faibles des plateaux est s’avérant peu significatifs (< 1,8 %), on peut dire que cette population est absente ou presque, en 1982, des zones rurales périphériques qui représentent souvent, il est vrai, des sites convoités. Le second trait majeur de cette distribution demeure la concentration de la rive gauche commune aux deux types de données. En effet, sur les deux carroyages, la majorité des aires contiguës aux emprises industrialo-portuaires constitue des zones de concentration. Ces dernières forment ainsi une couronne qui encercle les quartiers résidentiels aisés de cette rive (Résidence du Jardin des Plantes à Rouen, quartier du Bois de la Garenne à Sotteville-lès-Rouen).

70Le carroyage du pourcentage d’étrangers dans la population totale renseigne cependant sur la spécificité de la moitié ouest de la rive gauche qui s'individualise assez nettement puisque sa frange occidentale constitue la plus vaste concentration de l'agglomération (Petit-Quevilly et Grand-Quevilly). Deux pôles importants s'identifient sur la frange sud de l'agglomération (Z.U.P. du Madrillet et du Château Blanc), tandis que réapparaissent dans l'extrême sud du carroyage les concentrations locales de Grand-Couronne, Saint-Etienne-du-Rouvray et Oissel, qui jouxtent les zones industrielles polluantes installées près du fleuve (C.D.F. Chimie, Azolac, I.C.I. Francolor, la Quinoléïne...).

71On remarque enfin la configuration particulière de la rive droite qui connaît encore des densités moyennes dans la partie est de la vieille ville, et un vide quasi absolu plus au nord, qui correspond évidemment aux communes bourgeoises de Bihorel, Bois-Guillaume et Mont-Saint-Aignan. Des concentrations locales se rencontrent enfin, comme attendu, dans les Z.A.C. de Rouen et de Canteleu, ainsi que dans la vieille vallée ouvrière du Cailly (Déville-lès-Rouen, Maromme, Notre-Dame-de-Bondeville).

Figure 47 Nombre de moins de 20 ans densité par case de 250 m2

Figure 47 Nombre de moins de 20 ans densité par case de 250 m2

Figure 48 Nombre d'étrangers densité par case de 250m2

Figure 48 Nombre d'étrangers densité par case de 250m2

Figure 49 Maisons individuelles densité par case de 250m2

Figure 49 Maisons individuelles densité par case de 250m2

Figure 50 Résidences occupées par leur propriétaire densité par case de 250m2

Figure 50 Résidences occupées par leur propriétaire densité par case de 250m2

1.3.2.2 Le logement dans le Grand Rouen en 1982

72La trame générale du logement à l'échelle du carroyage apparaît dès qu'on visualise les densités de maisons individuelles et de résidences principales occupées par leur propriétaire, ainsi que leurs proportions respectives dans le nombre total de logements (figure 49 et 50). A quelques nuances près, l'information géographique transcrite par chacune des deux variables s'avère identique, ce que l'on comprend intuitivement du fait de la corrélation évidente qui les unit. La cartographie des densités nous renseigne en premier lieu sur la localisation des grands quartiers résidentiels qui correspond fort logiquement aux concentrations de propriétaires occupant leur logement.

73Si la prépondérance de la rive gauche se révèle avec force, on distingue cependant que l’agglomérat principal des fortes densités ne concerne que la moitié nord de cette rive. Cette concentration oblongue ne s'étend en effet que sur deux quartiers de Petit-Quevilly (les Chartreux et Trianon), l'extrême sud de la commune de Rouen (quartiers Saint-Clément et Jardin des Plantes), et l'essentiel du territoire communal de Sotteville-lès-Rouen, le quartier des Marettes représentant véritablement le centre de gravité du phénomène.

74La rive droite offre quant à elle un schéma quelque peu symétrique mais les densités y demeurent très souvent inférieures. Ses valeurs moyennes dessinent en effet une forme allongée orientée nord-ouest/sud-est, qui couvre l'essentiel des quartiers nord de Rouen contigus à la ville médiévale. Ces derniers représentent en fait les conquêtes urbaines de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, installées sur les pentes les mieux exposées qui relient le glacis de la rive concave du méandre au plateau (quartiers Saint-Joseph, Saint-André et Saint-Gervais). Ces densités moyennes de maisons individuelles représentent par ailleurs des concentrations élevées de résidences principales occupées par leur propriétaire, cette dernière variable connaissant en ces lieux un développement presque équivalent à l'agglomérat de la rive gauche. On note des densités élevées ponctuelles dans le fond de la vallée du Cailly, à l'emplacement des quartiers commerciaux centraux qui s'alignent tout au long de la route de Dieppe, cette répartition rappelant très nettement les distributions linéaires de Saint-Etienne-du-Rouvray et d'Oissel qui suivent l'axe majeur nord-sud (la route de Paris).

75On remarque enfin qu'à l'échelle du Grand Rouen, l'ensemble des zones rurales apparaissent, révèlant des densités évidemment faibles comparativement au maxima urbains, mais quelquefois comparables, notamment sur les plateaux nord et est.

76Rapportées au nombre total de logements, ces densités produisent des carroyages aux distributions quasiment opposées à celles des quantités absolues. Les pourcentages élevés de maisons individuelles et de résidences principales occupées par leur propriétaire se répartissent essentiellement en zone rurale, comme attendu.

77Si l'ensemble des communes périphériques connaissent le phénomène, on doit noter cependant que les pourcentages les plus forts concernent les zones où la rurbanisation a été la plus intense, notamment sur le plateau de Boos (Le Mesnil-Esnard, Franqueville-Saint-Pierre, Belbeuf) et l'ensemble des plateaux est et nord-est, en périphérie des villages anciens situés près des versants boisés du Robec et de ses affluents (Préaux, la Vieux-Rue, Isneauville, Quincampoix). Seuls les villages d'Hénouville et de Montigny connaissent des pourcentages équivalents sur les plateaux ouest, les espaces offerts à la rurbanisation ayant été nettement limités, il est vrai, par la présence de la forêt domaniale de Roumare. Une concentration importante se dégage toutefois au nord-ouest autour du pôle de croissance satellite de Barentin, les pourcentages élevés de maisons individuelles traduisant la vigueur locale de la rurbanisation. Notons pour conclure les maxima locaux d’Eslettes et de Montville dans la partie amont du Cailly, ces concentrations de résidences occupées par leur propriétaire étant constituées pour l'essentiel de nouveaux venus tentés par l'accession à la propriété dans un cadre agréable, très bien relié à la métropole régionale (voie ferrée Rouen-Dieppe et tronçon autoroutier A 1501).

78Concernant la zone urbaine de la petite agglomération rouennaise, la cartographie des pourcentages aboutit là encore à une image très différente de celles des densités. On note en premier lieu la disparition presque totale du noyau de la rive gauche : si le pourcentage de maisons individuelles demeure ponctuellement élevé à Sotteville-les-Rouen, la proportion des résidences occupées par leur propriétaire dans le total des logements reste moyenne, voire faible, à quelques exceptions près (quartier du Parc des Chartreux à Petit-Quevilly, et résidence du Rouvray à Saint-Etienne-du-Rouvray).

79Tout comme la rive gauche, la rive droite révèle une distribution des pourcentages assez loitaine de celle des densités. La couronne qui encerclait la ville médiévale s’est en fait agrégée en un noyau compact situé plus au nord, et centré sur une aire où les densités par case demeuraient moyennes, cette aire représentant en fait l'essentiel du territoire des communes aisées du plateau nord : Mont-Saint-Aignan et Bois-Guillaume. Les pourcentages de résidences occupées par leur propriétaire dépassent ainsi 82 % dans toutes les résidences luxueuses des deux communes : le Houssel, les Cottages et le village près du golf et du centre équestre de Mont-Saint-Aignan, la Vielle et surtout le vaste Domaine du Chapitre à Bois-Guillaume. Ce dernier s'étendant vers les versants boisés du Robec a d'ailleurs rejoint la concentration locale de Saint-Martin-du-Vivier, site agréable de fond de vallée où la rurbanisation s'est faite sentir dès le début des années soixante-dix. Ce type d'habitat aisé se rencontre enfin sur le promontoir étroit qui domine la ville médiévale à l'est : le site de Bonsecours. En lisère du Bois Bagnères, les résidences luxueuses concentrent des proportions de propriétaires toujours supérieures à 82 %, comme à Mont-Saint-Aignan et Bois-Guillaume, ces trois communes formant ainsi les véritables pôles d'attraction urbains pour les nouveaux propriétaires aisés.

80La trame générale du logement ayant été évoquée à travers la distribution des maisons individuelles et des propriétaires occupant leur résidence principale, les figures 51 à 54 permettent de préciser certaines caractéristiques locales, ainsi qu'un certain nombre de traits généraux communs à toutes les métropoles régionales.

81Le carroyage des densités de logements de une pièce (figure 51) révèle ainsi une concentration centrale attendue, se caractérisant néanmoins par un développement qui ne concerne pratiquement que la rive droite. Si la configuration de l'habitat ancien réhabilité explique en grande partie les densités de studios au sein de la ville médiévale, la polarisation sur cette rive traduit également le recherche d'un profit maximum des investisseurs privés qui apprécient à sa juste valeur l'immobilier dans l'hypercentre de Rouen, entre la Cathédrale, la Place du Vieux Marché et la gare. Le centre de gravité de cette imposante concentration se situe au cœur de ce "triangle d'or". En ce qui concerne la rive gauche, les quelques maxima locaux se répartissent pour l'essentiel autour du centre commercial régional Saint-Sever, mais demeurent assez peu significatifs puisque deux fois inférieurs au maxima de la rive droite.

82Le carroyage du pourcentage de logements de une pièce dans le total des logements n'offre pas une vue fondamentalement différente puisque les trois premières classes présentes en zone rurale ne traduisent pas des pourcentages véritablement significatifs (moins de 3,3 % des studios dans le total des logements) alors que cette apparition constituait la différence majeure avec la cartographie des densités.

83Les caractéristiques majeures des distributions de cette variable peuvent s'appliquer aux logements de deux pièces (figure 52), ce qui se conçoit assez bien dans la mesure où il n'existe pas une différence qualitative très affirmée entre ces deux types de logements, bien que l'on puisse déjà entrevoir quelques nuances spatiales qui renseignent sur le type de locataire visé. En premier lieu, on note des caractéristiques déjà évoquées, mais renforcées du point de vue spatial. La concentration de la ville médiévale demeure, mais des densités moyennes l'encerclent jusqu'aux franges méridionales des quartiers résidentiels aisés de Mont-Saint-Aignan, Bois-Guillaume et Bihorel. Sa forme générale change peu, bien que l'on puisse noter une légère extension dans les vieux quartiers est, de la place Saint-Marc à la place Saint-Hilaire.

84Ce prolongement oriental induit un déplacement léger du centre de gravité de la concentration centrale dans la même direction, ce dernier se situant plus exactement dans l'hypercentre rouennais mais dans des quartiers moins recherchés en 1982, et dont la rénovation ne faisait que commencer (Faubourg Martainville, rue Eau-de-Robec). Celle-ci se poursuit d'ailleurs à cette heure (Résidence du Champ de Mars face à l'hôtel de Région).

85En second lieu, les Z.U.P. périphériques font leur apparition sur cette cartographie des densités de logements de deux pièces, notamment celles de Rouen et Bihorel (les Sapins et la Grand'Mare), celles de Canteleu (les Cités Verte et Rose) et celles de Petit-Quevilly et Grand-Quevilly (les Chartreux, le Grand Aulnay). Ainsi, si les distributions des densités de logements de une et deux pièces apparaissent semblables dans leurs traits majeurs, ces deux faits nouveaux du point de vue spatial évoquent une légère différenciation quant au statut social des résidents concernés par ce type de logement. C'est là probablement la première manifestation du lent mouvement centrifuge entamé dès la fin des annés soixante avec les premiers programmes de réhabilitation du centre historique, mouvement qui repousse peu à peu les populations les moins favorisées vers les aires suburbaines, parallèlement à une valorisation croissante du centre ville.

86Le carroyage des logements de deux pièces exprimés en pourcentage du nombre total de logements confime les faits discutés précédemment : les concentrations apparaissent, soit en périphérie du centre historique (quartiers ouest et surtout Faubourg Martainville et quartier de la Croix-de-Pierre à l'est), soit dans les Z.U.P. péri-urbaines. On retrouve enfin de fortes proportions logiques de ce type de logement dans les anciennes vallées industrielles de la rive droite (vallées de l'Aubette, du Robec et surtout du Cailly), ainsi que dans les quartiers les plus anciens des communes ouvrières de la rive gauche (Petit-Quevilly, Saint-Etienne-du-Rouvray et Oissel).

87Les logements de trois et quatre pièces (figure 53) révèlent quant à eux des distributions très différentes des précédentes, marquant les sauts qualitatifs et quantitatifs importants qui existent entre ce type de logements et ceux de une ou deux pièces. Tout d'abord quantitativement, les logements de trois et quatre pièces forment l'essentiel du parc immobilier, et des densités de deux cents logements par case de 250m de côté demeurent fréquentes. Qualitativement, la distribution générale nous indique qu'ils constituent un type d'habitat répandu aussi bien dans les Z.U.P. que dans les banlieues résidentielles, notamment rive gauche. Enfin et surtout, ces logements se caractérisent par l'isotropie de leur distribution en zone rurale, même si leur empreinte demeure essentiellement urbaine.

88Dans le détail la cartographie des densités révèle une répartition homogène des valeurs fortes et moyennes sur l'ensemble de la zone urbaine, plus nombreuses cependant sur la rive gauche et sur le front de Seine de la rive droite. Les maxima locaux se répartissent dans les Z.U.P. les plus importantes, notamment dans celles de Grand-Quevilly et de Saint-Etienne-du-Rouvray (le Château Blanc). On remarque par ailleurs des densités élevées dans les quartiers résidentiels de Sotteville-les-Rouen (les Marettes), ainsi que dans la zone comprise entre le centre commercial Saint-Sever et le fleuve où les immeubles aux logements confortables sont nombreux (rue Forfait, bd. d'Orléans, cours Clémenceau).

89Les différenciations spatiales s’avèrent beaucoup plus marquées sur la rive droite où trois concentrations peuvent être dégagées. Comme sur la rive gauche, ces fortes densités intéressent à la fois des quartiers aisés d'après guerre qui longent le fleuve, les quais de la Bourse et Pierre Corneille représentant des maxima locaux, et les grandes Z.U.P, notamment celles des Sapins et de Grand'Mare. Les pôles secondaires se retrouvent par ailleurs dans l'ouest de l'agglomération, essentiellement à Maromme et Canteleu (cités Rose et Verte), ainsi que dans les quartiers contigus au campus universitaire de Mont-Saint-Aignan (Le Bois l'Archevêque et les Coquets).

90La cartographie des pourcentages (figure 53) apporte un certain nombre d'informations complémentaires tout à fait spécifiques à ce type de logements. On note en premier lieu que contrairement aux distributions commentées précédemment, les logements de trois et quatre pièces constituent une part importante de l'habitat péri-urbain et rural, représentant souvent 30 à 56 % du nombre total de logements. La distribution de ces pourcentages apparaît assez isotrope, bien que l'on puisse déceler une première couronne où ces derniers s'échelonnent de 28 à 42 %, encerclée d'une seconde où ils atteignent le maximum déjà cité de 56 %. Cette légère différenciation en zone rurale, bien visible sur les plateaux nord-ouest et nord-est, est à mettre en relation avec la rurbanisation que l'on abordera plus en détail lors de l'étude des logements de cinq pièces et plus, et surtout dans le cadre de la réflexion sur la construction entre les deux derniers recensements.

Figure 51 Logements de une pièce densité par case de 250 m²

Figure 51 Logements de une pièce densité par case de 250 m²

Figure 52 Logements de deux pièces densité par case de 250 m²

Figure 52 Logements de deux pièces densité par case de 250 m²

Figure 53 Logements de 3 & 4 pièces densité par case de 250 m²

Figure 53 Logements de 3 & 4 pièces densité par case de 250 m²

Figure 54 Logements de 5 pièces et plus densité par case de 250 m²

Figure 54 Logements de 5 pièces et plus densité par case de 250 m²

Figure 55 Logements construits entre 1975 et 1982 densité par case de 250

Figure 55 Logements construits entre 1975 et 1982 densité par case de 250 m²

91En second lieu, ce carroyage des pourcentages de logements de trois et quatre pièces apporte plusieurs précisions qui touchent la zone urbaine. Il s'avère tout d'abord que la concentration du front de Seine de la rive droite notée lors du commentaire des densités disparaît en grande partie. Malgré des densités importantes, ce type de logements ne représente donc qu'une faible part du parc immobilier de la zone, ce qui confirme les commentaires des distributions de logements de une et deux pièces qui soulignaient une sur-représentation générale sur le centre de l'agglomération. A contrario, on remarque que les logements de trois et quatre pièces constituent la forme d'habitat la plus développée dans les anciennes vallées industrielles du Robeç et de l'Aubette, et surtout du Cailly. Dans cette dernière vallée, ils représentent souvent plus de la moitié du parc immobilier, les maxima locaux dépassant 80 %. La même remarque peut d'ailleurs s'appliquer au noyau urbain de Barentin qui longe la vallée de l'Austreberthe.

92En ce qui concerne la rive gauche, on note sur ce carroyage une partition assez nette en deux zones que ne laissait pas transparaître la cartographie des densités. Si les pourcentages sont élevés sur l’ensemble de la rive (souvent supérieurs à 55,8 %), la moitié sud se caractérise par une surreprésentation sensible de ce type de logements, qui domine notamment dans les Z.U.P. de Grand-Quevilly et Saint-Etienne-du-Rouvray. Comme sur la rive droite, ces logements représentent la trame générale de l'habitat des zones industrielles suburbaines de Oissel et surtout de Grand-Couronne, où le maximum logique de la cité des Mesliers côtoie des pourcentages toujours élevés le long des vieilles rues commerçantes (70 voire 80 % du nombre total des logements). Comparativement à ces zones, la moitié nord de cette rive se caractérise par une sous-représentation locale de ce type de logements, même si leur proportion demeure élevée (de 20 à 55 %), et nettement supérieure à celle constatée rive droite. Là encore, le phénomène est à mettre en relation avec les distributions précédemment analysées, qui soulignaient une légère extension des logements de une et deux pièces sur la partie la plus septentrionale de la rive gauche.

93Enfin, la figure 54 révèle la répartition la plus différenciée sur le thème du logement dans l'ensemble de l'aire d'étude, les logements de cinq pièces et plus se caractérisant en effet par des concentrations locales déterminant des discontinuités spatiales marquées sur les carroyages des quantités absolues et relatives. Concernant la distribution des densités, on remarque tout d'abord les valeurs élevées logiques de la zone urbaine, notamment celles du nord de l'agglomération. Cette zone constitue en effet un pôle de concentration déjà souligné dans l'analyse des distributions des maisons individuelles et des résidences principales occupées par leur propriétaire. Elle s'étend sur l'essentiel des basses pentes qui relient le glacis aux promontoirs étroits surplombant le méandre (Mont-aux-Malades, Mont-Renard, Mont-Fortin), ces quelques sites ayant été recherchés très tôt pour leur exposition plein sud et leur vue imprenable. C'est sur ces aires privilégiées que l'on admire les résidences les plus luxueuses de l'agglomération, notamment dans le quartier Saint-André de Mont-Saint-Aignan, et en périphérie du Mont-Fortin à Bois-Guillaume, le seuil de cinq pièces par logement représentant localement un strict minimum...

94La seconde concentration de logements de cinq pièces et plus est aux antipodes de la première, dans tous les sens du terme, puisqu'elle se situe dans la Z.U.P. de la Grand'Mare, de nombreux immeubles comprennent en effet ce type d'appartements, évidemment destinés aux familles nombreuses. Notons encore les concentrations secondaires de Maromme-la-Maine et surtout de Bonsecours qui se rattachent en partie à un habitat individuel confortable, construit depuis le début des années soixante-dix.

95La rive gauche se caractérise une nouvelle fois par une partition spatiale très nette, la moitié nord de la rive connaissant de très fortes densités qui demeurent rares dans la moitié sud, localisées pour l'essentiel à Petit-Couronne et dans un quartier privilégié de Saint-Etienne-du-Rouvray (Résidences du Rouvray).

96La cartographie des logements de cinq pièces et plus, exprimés en pourcentage du total des logements, souligne quant à elle une surreprésentation marquée en zone rurale. On retrouve la double couronne évoquée lors du commentaire de la précédente variable mais les pourcentages les plus élevés sont désormais dans la périphérie immédiate de l'agglomération et concernent les aires où la rurbanisation fut la plus intense (Boos, Franqueville-Saint-Pierre, Saint-Jacques-sur-Darnétal, Saint-Martin du Vivier, Isneauville, Houpeville et Montigny). De façon symétrique, des valeurs nettement plus faibles apparaissent dans les zones rurales plus reculées, notamment sur le plateau est (Bois-l'Evêque, Bois-Ennebourg, La Neuville-Chant-d'Oisel).

97On note par ailleurs une seconde partition est-ouest sur l'ensemble des zones rurales, qui apparaît clairement au nord de l'agglomération : les pourcentages constatés à Isneauville (>71,6 %) diminuent progressivement vers l'ouest (de 56 à 71 % à Houppeville) pour atteindre des minima locaux dans les villages du nord-ouest situés entre le méandre de Duclair et la vallée du Cailly, pourcentages inconnus dans la moitié est du carroyage (de 18 à 28 % à Saint-Thomas, Saint-Pierre de Varengeville). Plus proches de la zone urbaine de Barentin et de l'ancienne vallée industrielle du cailly, tournés vers le Havre et Dieppe, ces villages et leurs périphéries n'ont pas bénéficié dans les mêmes proportions des implantations de la rurbanisation : leur image n’égalant pas celle des zones rurales du plateau est tournées vers la capitale.

98La corrélation entre les logements de cinq pièces et plus et le nombre de résidences occupées par leur propriétaire étant évidente, on retrouve par ailleurs une concentration locale déjà soulignée à hauteur de Montville dans la partie amont de la vallée du Cailly. Il s'agit là d’un noyau important issu de la rurbanisation, qui ne pâtit aucunement de son éloignement relatif du centre de la métropole de par la qualité de ses infrastructures (tronçon autoroutier A 1501 relié à l'A 15 et voie ferrée Rouen-Dieppe) dont profite bon nombre de migrants alternants attirés très tôt par l'accession à la propriété. Ce carroyage se caractérise également par une distribution nettement différenciée à l'échelle de la zone urbaine.

99Si les valeurs demeurent faibles sur l'essentiel de la tache urbaine (de 9,4 à 18,7 %), plusieurs pôles de concentration se détachent très nettement, et en premier lieu, celui de la rive droite. En accord avec la distribution des densités, on retrouve en effet la concentration nord de l'agglomération centrée sur Mont-Saint-Aignan et Bois-Guillaume. On relève cependant une extension orientale peu visible sur la cartographie des densités, qui associe certains quartiers de Bihorel à cette concentration, les maxima locaux se localisant pour l'essentiel sur le vaste Domaine du Chapitre. Les formes d'habitat qui s'y développent se différencient assez nettement de celles de Mont-Saint-Aignan et Bois-Guillaume et correspondent davantage aux maisons individuelles confortables plus récentes, destinées aux nouveaux propriétaires, résidences que l’on retrouve d'ailleurs dans des proportions élevées à Bonsecours.

100Sur la rive gauche, c'est tout d'abord la domination des pourcentages faibles (<18,7 %) qui s'affirme. On remarque ainsi que ces derniers touchent l'ensemble des banlieues résidentielles de Petit-Quevilly et surtout de Sotteville-lès-Rouen où la maison individuelle de quatre pièces domine. Les surreprésentations de logements de cinq pièces et plus correspondent pour l'essentiel aux noyaux de fortes densités précédemment relevés (résidence du Rouvray à Saint-Etienne-du-Rouvray) mais la concentration majeure de Petit-Couronne présente désormais une partition est-ouest remarquable, les coteaux orientaux concentrant des pourcentages élevés qui s’opposent à l’aire urbaine ancienne.

101La dernière variable étudiée relative au logement du Grand Rouen en 1982 globalise un certain nombre de remarques soulignées lors des commentaires précédents. Le nombre de logements construit entre les deux derniers recensements représente en effet un indicateur puissant du dynamisme local, même si le manque de précision concernant le type de logement construit interdit dans une large mesure de tirer des conclusions d’ordre général. Il est néanmoins aisé de distinguer à partir des localisations géographiques trois classes bien différenciées au sein du vaste champ d'étude que constitue la construction : d'une part la rénovation dans un cadre strictement urbain, d'autre part, la création de lotissements nouveaux en zone péri-urbaine ou rurale, et enfin l'apparition de grands ensembles au sein d'une Z.U.P. La cartographie des densités traduit les divers phénomènes (figure 55). Les plus fortes valeurs se retrouvent, comme attendu, dans les quartiers rénovés du centre de la rive droite et du nord de la rive gauche.

102Plusieurs grands programmes de rénovation passant par la destruction de quartiers vétustes sont repérables, telle la naissance de "l'îlot B" qui conduisit à la disparition de plusieurs anciennes rues rouennaises situées à l'est de l'Hôtel de Ville (rue Abbée de l'Epée, rue Fleuriguet, rue de la Pomme d'Or...), et surtout celles du centre Saint-Sever qui constitua la plus grande opération d'urbanisme de "l'après-reconstruction" à Rouen avec celles des Sapins et de la Grand'Mare.

103La création de ce complexe commercial et culturel (surface de commerce de 40 000 m2) traduisit tout d'abord la volonté des pouvoirs publics d'implanter sur la "rive oubliée" de Rouen un puissant pôle tertiaire destiné à retenir au centre de l'agglomération des activités tertiaires qui débutaient un lent mouvement d'exurbanisation (création de la Cité de l'Agriculture à Bois-Guillaume, construction de l'imposante tour des Mutuelles-Unies à Belbeuf).

104Mais comme le révèle la cartographie des densités de logements construits entre 1975 et 1982, l'opération s'accompagna d'un essor général de la construction sur un tiers septentrional de la rive gauche, qui se traduisit par des programmes de rénovation le long des mes contiguës au centre (me Saint-Julien, me Biaise Pascal, rue Gadeau-de-Kerville, me d'Elbeuf), ainsi que par la construction d'imposants immeubles sur les friches industrielles les plus proches (résidence Saint-Patrice). Les pôles de concentration périphériques se localisent surtout dans les Z.U.P. notamment à Canteleu (Cités Verte et Rose) et à Grand-Quevilly, bien que quelques noyaux moins étendus correspondent à l'apparition de nouvelles résidences confortables comme à Mont-Saint-Aignan et surtout Bihorel (Domaine du Chapitre). On remarque enfin des densités moindres (< 23 logements construits par case) mais qui concernent de plus vastes surfaces, dans les communes rurales de la première couronne de l'agglomération (Le Mesnil-Esnard, Franqueville-Saint-Pierre, Saint-Léger-du-Bourg-Denis, Fontaine-sous-Préaux, Houppeville et Montigny), le phénomène représentant la poursuite d'une mrbanisation entamée dès la fin des années soixante. C'est essentiellement ce dernier phénomène qui apparaît sur la cartographie du nombre de logements construits entre 1975 et 1982, rapportés au nombre total de logements. Les villages cités connaissent en effet des pourcentages impressionants (de 32 à 49 %) qui témoignent de la vigueur de la rurbanisation autour de la métropole normande pendant cette période.

105Comme on l'avait déjà signalé dans les distributions précédentes (logements de cinq pièces et plus), une seconde couronne de pourcentages plus faibles fait son apparition à une douzaine de kilomètres du centre ville, ce qui confirme la corrélation inverse entre le nombre de logements construits et la distance au centre. Deux exceptions cependant troublent ce schéma, mais sont à mettre en rapport avec un pôle de croissance satellite important : Barentin. De part et d'autre de l'axe Rouen - le Havre, les villages de Villers-Ecalles et de Pissy-Pôville connaissent en effet des pourcentages très élevés (> 50 %), bien qu'appartenant à la deuxième couronne, le phénomène étant à mettre en rapport avec le dynamisme local qui a fait de Barentin un véritable pôle d'attraction secondaire. A l'échelle de la zone urbaine, la cartographie des pourcentages confirme celle des densités, en relativisant cependant les rénovations des quartiers est de Rouen, mais en soulignant à nouveau l'ampleur du changement sur la marge septentrionale de la rive gauche, suite à la création du centre régional Saint-Sever.

1.3.3.3 Quelques éléments de géographie sociale

106Si la distribution des populations et des logements permettait de saisir les traits majeurs de la métropole normande au sein de sa sphère d’influence immédiate, celle des catégories socioprofessionnelles précise les limites d'un espace social aux différenciations marquées. Ouvriers, employés, cadres et patrons se répartissent en 1982 avec des logiques spatiales évidentes, aboutissant à une ségrégation sociale très nette, définie comme "la tendance à l’organisation de l'espace en zones à forte homogénéité sociale interne et à forte disparité sociale entre elles, cette disparité étant comprise non seulement en terme de différence, mais de hiérarchie" (M. Castells 1972).

107Si cette ségrégation ne constitue que la traduction spatiale de la stratification sociale de la grande ville, l'analyse des divers carroyages rouennais nous amènerait à penser qu'elle est d'une rare intensité dans la métropole normande, renforcée par un effet de site qui accentue ces phénomènes de discontinuité (P. Barrère et M. Cassou-Mounat 1980).

108La distribution des ouvriers du Grand Rouen (figure 56) est à ce propos éloquente, le carroyage des densités affirmant la prépondérance d'une rive gauche à laquelle on associa longtemps le qualificatif "d'ouvrière", quelquefois à l'exclusion de tous les autres... La distribution des densités élevées y demeure isotrope, mais l'on perçoit cependant une répartition périphérique des maxima (les Chartreux à Petit-Quevilly, la Z.U.P. et le village ancien de Grand-Quevilly, le Château-Blanc à Saint-Etienne-du-Rouvray) qui encerclent les quartiers résidentiels centraux de Sotteville-lès-Rouen. On note par ailleurs les concentrations linéaires de Saint-Etienne-du-Rouvray et d’Oissel au sud-est, ainsi que celle de Grand-Couronne au sud-ouest.

109Un schéma traditionnel se retrouve sur la rive droite où l'on note les maxima attendus des Z.U.P. de Canteleu et de la Grand'Mare, la concentration historique se développant dans le fond des anciennes vallées industrielles de l'Aubette, du Robec et surtout du Cailly (Déville-lès-Rouen, Maromme, Notre-Dame-de-Bondeville). On remarque par ailleurs que cette "inertie historique" explique les dernières concentrations du centre de l'agglomération, en périphérie de la ville médiévale. Le maximum local situé au nord du Mont Riboudet rappelle en effet que l'ensemble de cette zone était encore recouverte de jardins ouvriers dans l'entre-deux-guerres, dont quelques-uns subsistent à cette heure, les maxima situés à l'est (Faubourg Martainville) constituant quant à eux les vestiges du plus ancien quartier ouvrier de Rouen.

110Les contrastes de ce tableau de la population ouvrière rouennaise sont encore réhaussés sur le carroyage du pourcentage d’ouvriers dans la population totale. L'axe majeur nord-sud qui se développe sur 25 km, depuis la vallée du Cailly jusqu'à Oissel, apparaît comme l'élément structurant auquel se rattachent les concentrations est de la rive droite, et ouest de la rive gauche. On remarque au passage que les Z.U.P. de cette dernière rive ne.constituent pas véritablement des aires de surreprésentations ouvrières, celles-ci étant localisées pour l'essentiel dans les concentrations anciennes de Oissel et de Saint-Etienne-du-Rouvray. Cette remarque relative aux Z.U.P. peut s'appliquer à la rive droite où l'on note une proportion d’ouvriers seulement moyenne à la Grand'Mare, la surreprésentation majeure se localisant autour de Darnétal dans la vallée du Robec. Confirmant la distribution des densités, on relève les pourcentages élevés de Barentin qui se localisent une nouvelle fois dans un site de fond de vallée jadis occupé par une industrie textile florissante, et plusieurs usines de construction électrique plus récentes (vallée de l'Austreberthe). La population ouvrière du Grand Rouen se caractérise enfin par une sous-représentation criante sur l'ensemble des communes aisées des sites de rebords de plateau de la rive droite (Mont-Saint-Aignan, Bois-Guillaume, Bihorel et Bonsecours).

111De tels vides sont absents de la distribution des employés du Grand Rouen (figure 57), dont l'isotropie demeure la caractéristique majeure. Le carroyage des densités reprend en fait les grands traits de la distribution des densités de population à l'échelle de l'agglomération, les maxima se répartissent soit en centre ville, en périphérie de la ville médiévale, soit dans les Z.U.P. périphériques des deux rives. La seule différence notable concerne les extensions sud-est (Oissel, Saint-Etienne-du-Rouvray) et nord-ouest de l'agglomération (vallée du Cailly) où les densités d'employés demeurent faibles.

112La première réflexion se trouve nettement confirmée sur le carroyage du pourcentage d'employés dans la population, la répartition des classes moyennes traduisant par leur surnombre une distribution des employés qui suit le plus souvent celle de la population totale. Les zones rurales réapparaissent mais révèlent des pourcentages moyens, voire faibles, tandis que l'on ne distingue aucune zone dans laquelle les employés sont totalement absents, contrairement au carroyage des ouvriers du Grand Rouen.

113Seul le caractère urbain des surreprésentations locales d'employés peut être souligné, ces dernières se situant d'ailleurs sur les concentrations de population majeure à l’échelle de l'agglomération (centre-ville et Z.U.R de Grand-Quevilly, Canteleu, les Sapins et la Grand'Mare). On notera enfin les quelques concentrations du nord du carroyage situées en amont du Houlme dans la vallée du Cailly et sur les rebords de plateaux environnants, cette distribution confirmant le lien étroit qui semble unir la population employée résidente au fait urbain lui-même, dans la mesure où la zone connaît des axes de transport privilégiés avec la métropole (voie ferrée Rouen-Dieppe et tronçon autoroutier A 1501 relié à l'A 15).

114Au contraire des employés, la distribution des cadres supérieurs et des professions libérales du Grand Rouen se caractérise d'abord par une polarisation extrême sur la rive droite (figure 58). Les fortes densités se répartissent pour l'essentiel dans l'hypercentre, dans les quartiers nord de Rouen (Saint-Joseph, Saint-André et Saint-Gervais) et à Mont-Saint-Aignan, formant ainsi un vaste agglomérat central à l'échelle du Grand Rouen. La zone urbanisée du plateau de Boos constitue le prolongement sud-est de cet agglomérat, depuis Bonsecours jusqu’au Mesnil-Esnard. Les quelques maxima locaux de la rive gauche se localisent quant à eux dans un tiers septentrional qui englobent les quartiers rénovés et réhabilités proches de Saint-Sever, ainsi que quelques zones résidentielles de Sotteville-lès-Rouen.

115La cartographie des pourcentages confirme cette distribution dans ses traits majeurs en apportant cependant deux précisions. En premier lieu, on remarque que la concentration centrale se décale : relativement à la population totale, les cadres supérieurs et les professions libérales sont plus nombreux dans le nord de l'agglomération et représentent souvent plus de 17 % dans les communes des rebords de plateau (Mont-Saint-Aignan, Bois-Guillaume et Bihorel où le Domaine du Chapitre apparaît une nouvelle fois).

116En second lieu, les zones rurales périphériques laissent apparaître des pourcentages parfois importants, notamment au nord-est (Saint-Georges-sous-Fontaine) et surtout à l'ouest (Saint-Martin-de-Boscherville, Montigny, Hénouville). Même si la surreprésentation demeure essentiellement urbaine, le phénomène traduit le nombre important de "commuters" présents dans ces zones privilégiées.

117A l’exemple des cadres supérieurs et des professions libérales, ce sont les inégalités et les discontinuités spatiales qui caractérisent la distribution des patrons de l'industrie et du commerce du Grand Rouen (figure 59). Le carroyage des densités révèle en premier lieu un noyau central imposant qui marque exactement l'hypercentre de l’agglomération. Les densités fortes se distribuent de façon assez homogène autour de ce noyau central, puis les densités faibles forment à leur tour une couronne qui s'étend en zone rurale, ce qui révèle une décroissance des densités avec l'augmentation de la distance au centre tout à fait remarquable. Cette image simple aux structures évidentes ne se retrouve pas sur le carroyage du pourcentage de patrons dans la population totale. Si une surreprésentation est toujours marquée dans l'hypercentre, les concentrations majeures ont une répartition essentiellement péri-urbaine qui suit prioritairement les axes nord-ouest et surtout nord-est. Cette localisation le long des voies de communications majeures (autoroute A 15 et route d'Amiens) marque là encore le lien étroit qui lie cette population à la métropole. On retrouve dans ce cadre les imposantes concentrations d'Isneauville et de Quincampoix près de la N 28 à l'est, et celles de Montigny, de la Vaupalière et de Roumare au nord-ouest. On note cependant une concentration au sud-est du carroyage, sur la rive droite du méandre de la Bouille, qui demeure mal reliée à la métropole par le nord mais qui bénéficie par ailleurs d'un bac. Ce lien avec la rive gauche de la métropole explique en grande partie la concentration de Sahurs, qui constitue un des plus beaux sites de la Basse-Seine.

118Un pôle de concentration secondaire se retrouve logiquement dans les communes aisées de Bois-Guillaume et Bihorel, tandis qu'un certain nombre de maxima locaux se suivent dans le fond de la vallée du Cailly, qui correspondent aux implantations commerciales qui bordent la route de Dieppe de Notre-Dame-De-Bondeville à Déville-lès-Rouen en passant par Maromme. Certains pourcentages élevés marquent enfin les quelques sites privilégiés de la rive gauche, en lisière de forêt (résidence du Rouvray) ou à flanc de coteaux (la Cavée des Essarts à Grand-Couronne).

119Ce tableau social du Grand Rouen évoqué à travers les distributions des catégories socioprofessionnelles met en évidence une ségrégation sociale dont on évoquait la vigueur en introduction. Mais si l'effet de site renforça notablement le phénomène, celui-ci prend sa source dans l'Histoire.

120Quelques savoureux passages du livre d'Eugène Noël ("Rouen, rouennais, rouenneries") présentaient dès 1894 l'opposition des deux rives en ces termes quelque peu surannés, mais qui n'ont néanmoins pas perdu tout leur sens en certains lieux de la "rive oubliée" de Rouen.

121"[...] Où irons-nous cependant, et qui pourra nous intéresser après cette nichée de merveilles entassées en un rayon de moins d'un kilomètre ? [...] Il nous faut aller un peu plus loin chercher d'autres souvenirs et d'autres traces du passé. J'avais renoncé d'abord à vous conduire sur la rive gauche, mais la ville a décidément pris de ce côté trop d'importance pour que nous n'y donnions pas un coup d'oeil.

122Tant d'usines les unes sur les autres (comme autrefois les églises et les monastères sur la rive opposée), tant de monumentales cheminées, un tel bruissement de machines, un tel va-et-vient d'ouvriers, de voitures, de tramways, tant d'activité, tant de richesse à côté de tant de misère, c'est aussi de l'histoire, histoire contemporaine, il est vrai, mais n'est-ce-pas Rouen tel qu'il est aujourd'hui que vous voulez connaître, et l'histoire contemporaine n'y a-t-elle pas marqué aussi son empreinte d'une façon très pittoresque ? [...] Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s'agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l'on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d'ouvriers et d'ouvrières, hélas ! que l'on voyait même autrefois aidés par de pâles et chétifs enfants ! [...] Ce qui peut-être, étonne le plus de cet enfer, c'est d'y trouver pour directeurs et pour guides, non pas des démons, mais des hommes aimables, instruits et d’accueil cordial..."

123Si près d'un siècle d’urbanisation a remodelé l'ensemble de la rive gauche, sa vocation tertiaire ne fut officialisée que récemment (Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme de 1971) et son tissu social demeure encore en bien des lieux, un héritage de ce lourd passé industriel.

124Par symétrie, les traductions spatiales et sociales de cet héritage historique sont légion sur la rive opposée, et les distributions de certaines C.S.P. (patrons, cadres supérieurs) témoignent de son ampleur à travers des concentrations remarquables (Mont-Saint-Aignan, Bois-Guillaume).

125Enfin, la vision panoramique de l'espace social du Grand Rouen, depuis l'hypercentre jusqu'aux lointaines "banlieues vertes", a permis d'évaluer les bouleversements récents d'une rurbanisation qui n'a pas concerné tous les groupes sociaux de la population, et qui n'a pas atteint pareillement toutes les périphéries rurales.

Figure 56 Ouvriers densité par case de 250 m²

Figure 56 Ouvriers densité par case de 250 m²

Figure 57 Employés densité par case de 250 m²

Figure 57 Employés densité par case de 250 m²

Figure 58 Cadres supérieurs et Professions libérales densité par case de 250 m²

Figure 58 Cadres supérieurs et Professions libérales densité par case de 250 m²

Figure 59 Patrons de l'industrie et du commerce densité par case de 250 m²

Figure 59 Patrons de l'industrie et du commerce densité par case de 250 m²

2. L'ouverture du système pour l'analyse de "l'environnement urbain"

126L'enrichissement de la base de données socio-démographiques qui vient d'être présentée fut l’objectif essentiel du projet P.I.R.E.N. (Programme Interdisciplinaire de Recherche en Environnement) élaboré en 1987. Celui-ci fut pensé dès cette époque comme un système d'informations sur l'environnement urbain appliqué au Grand Rouen devant s'insérer, à terme, dans "S.I.G.U.R." (Système d'information Géographique de l'Université de Rouen), qui demeure à l’heure actuelle un des principaux axes de recherche de l'équipe M.T.G. (Modélisation et Traitements Graphiques en géographie).

127L'approche pluridisciplinaire apparut dès lors comme la clé de voûte du projet, devant permettre l'intégration des données variées au sein d'un référent spatial stable : la carroyage rouennais. Cette volonté s'inscrivit dans les faits par une collaboration riche d'enseignements qui associa dès 1987 :

  • le Laboratoire d’Etude et de Recherche Sociale de l'Institut Régional du Travail Social de Haute-Normandie (L.E.R.S.-I.R.T.S.),

  • -le Centre de Documentation sur le Milieu Naturel (C.D.M.),

  • -l'équipe M.T.G. de l'Institut de Géographie de Rouen, U.R.A. 1351 du C.N.R.S.

128Si la définition du cadre spatial qui devait recevoir l’information géographique fut considérée comme l'une des données imposées du projet, les premières discussions portèrent, comme attendu, sur le contenu de la base de données par carroyage. En d'autres termes, la collaboration pluridisciplinaire débuta par une définition commune du concept "d'environnement urbain" qui révèla rapidement des problématiques spécifiques aux différents partenaires, sociologues, écologues et géographes. Quelques éléments de cette réflexion seront développés succinctement dans une approche conceptuelle du terme "environnement" appliqué à l'espace urbain, avant la présentation des apports respectifs des différents spécialistes qui ont pour objet commun, à l'occasion de cette étude, "le fait urbain".

2.1. Approche conceptuelle de "l'environnement" en géographie urbaine

129"Le système urbain et l'environnement sont deux termes d'une situation dialectique. L'un et l'autre sont également complexes et on ne peut les séparer. L'environnement dans lequel se trouve placée la ville est le résultat de l'action humaine, parfois prolongée et multiforme, sur un espace à la fois proche et lointain. C'est la projection d'une société sur le cadre physique, donc la mise en rapport avec ce que les économistes désignent depuis le XIXe siècle par l'expression de "biens naturels". Cette remarquable réflexion de J. Beaujeu-Garnier (1980) expose la complexité évolutive du concept d'environnement urbain, qui apparaissait déjà dans la définition plus large de R George (1971) : "L'environnement est à la fois un milieu et un système de relations". En fait, si le thème fut abordé à travers les premiers travaux d'écologie urbaine, le débat ne fut élargi à tous les sens du mot environnement que dans la mouvance de la fin des années soixante, et se développa pleinement autour d'un sujet nouveau : "la crise de la ville" (H. Lefebvre 1968).

130Dans son sens actuel, le mot français" environnement" ne réapparaît d'ailleurs qu'à cette époque, et comme le soulignent R Merlin et F. Choay (1988), sa première utilisation officielle date de 1971, avec la création d'un ministère de l'Environnement sous le gouvernement ChabanDelmas, préoccupation qui précède de peu la fin de la période de construction massive de logements (directive Guichard condamnant les grands ensembles en 1973)".

131Crise de la ville pour certains, ou simple évolution du système urbain pour d'autres, le changement dans la ville apparaît comme la conséquence d'un rapport dialectique entre le pouvoir urbain et les conditions de l'environnement" (J. Beaujeu-Garnier 1980). Ainsi, pour A.Thibault (1978), "le système urbain est vivant ; non seulement il résulte d'une combinaison d'énergies mais il devient acteur à son tour, s'ouvre sur son environnement immédiat pour pratiquer l’échange, se ferme sur certaines propositions issues des sous-systèmes inférieurs ou des supersystèmes extérieurs".

132Cette image vivante de la ville a connu également un renouveau dans les deux dernieres décennies, et le thème de l'environnement s'intègre désonnais au "métabolisme urbain". La première métaphore écologique développée en sociologie urbaine par l'Ecole de Chicago définissait des "aires naturelles" (Park et Burgess), zones urbaines d'accueil pour de multiples groupes ethniques procédant à des "dominations, invasions, successions.

133Certains auteurs opèrent en quelque sorte un "retour au sens propre" du mot écologie qui est éthymologiquement la science de l'habitat qui se préoccupe "des interactions entre les êtres vivants, et entre ces derniers et leur environnement abiotique, tout en insistant particulièrement sur le rôle des groupes humains" (P. Merlin et F. Choay 1988).

134L'écologie urbaine se fonde désormais, d'une part sur "l'étude de l'écosystème urbain proprement dit et des relations qu'y entretient l'homme avec le milieu (écologie humaine), et d'autre part, sur l'étude des rapports de neutralité, de symbiose ou de conflit entre les écosystèmes urbains et les écosystèmes naturels périphériques", le métabolisme urbain représentant ainsi "l'ensemble des activités urbaines d'absorption, de transformation et de rejet de matière, d'énergie, d'information" (R. Magnan et H. Mathieu 1975).

135La réflexion aboutit donc à la définition d'un champ d’étude considérablement vaste, qui associe l’analyse des groupes sociaux (l’espace social), et celle des rapports qu'ils entretiennent avec l'espace physique qui les entoure. Pour reprendre la terminologie des sciences de la nature, le tissu social constitue une biocénose où les organismes vivants interagissent au sein du cadre abiotique que représente l'espace urbain "minéral". Ce cadre est désormais considéré comme un élément du biotope qui constitue le cadre de vie et le milieu de développement de la biocénose : l'écosystème urbain est la réunion de ces deux éléments, association profonde qui génère des interactions au nombre indéfini.

136Dans ce courant de pensée novateur au sein de la géographie urbaine, la crise de la ville évoquée plus haut révèle un autre visage. Elle prend en partie les traits de la vaste révolution urbaine et sociale annoncée par H. Lefebvre à la fin des années soixante et qui n'est, d'après le philosophe, qu'une nouvelle étape dans l'histoire de la ville, mais elle s’affirme aussi comme une crise écologique stricto-sensu. La période d'intense croissance économique des trois dernières décennies a bouleversé l'ensemble de la trame urbaine nationale (D. Pumain et Th. Saint-Julien 1978), et à l'échelle de l’écosystème urbain, "les dimensions du changement" furent si vives, qu'elles aboutirent parfois à des faits élevés au rang de "problèmes de société discutés sur l'agora.

137Manifestation du déclin des métropoles pour les uns, étape prévisible d’un cycle urbain pour les autres, le dépeuplement des agglomérations qui débute en France à l'aube des années soixante-dix, figure parmi les sujets les plus discutés en géographie urbaine dans les deux dernières décennies. Si au niveau de l'hexagone, le phénomène ne s’accompagna pas d’une paupérisation du centre ville comme aux Etats-Unis, ses traductions sociales et spatiales constituent un vaste champ d'étude qui alimente la recherche dans de nombreuses branches des sciences humaines et sociales.

138La définition d’une causalité illustre parfaitement la complexité du système urbain au sein de son environnement, ce dernier thème se positionnant précisément à la croisée des chemins entre les sciences de l'homme et celles de la nature. Si pour beaucoup cet exode urbain trouve sa source dans la structure économique de la ville ("déséconomies d'agglomération liées à la congestion urbaine”, A.S. Bailly et al 1988), le mouvement écologiste stigmatise le rôle majeur des nuisances de l'environnement urbain ("la montée des pollutions") dans le dépeuplement des métropoles, sujet complexe que nous aborderons dans l'analyse du Grand Rouen.

139Autre effet plus ancien de la crise urbaine, considéré très tôt comme un problème de société", les formes d'urbanisation liées aux Z.U.P. produisirent "le problème des grands ensembles", expression floue par excellence que chacun étudia "selon sa grille"...

140De l'architecte à l'urbaniste, du sociologue au géographe, son analyse fut longtemps au goût du jour et demeure d'actualité, même si les problématiques économiques et sociodémographiques n'ont plus grand chose à voir avec celles de la fin des années soixante. On stigmatisa le profond malaise du nouveau citadin des grands ensembles des banlieues, perdu au sein de cette "foule solitaire" (D. Riesman 1964), privé désormais de la pratique sociale qui constitue pour beaucoup l'une des caractéristiques majeures de la ville : la communication.

141Est-il nécessaire de souligner la complexité du faisceau de causalités intervenant pour expliquer ce malaise ? Effet d’une crise urbaine "d'ordre fonctionnel, économique, social, psychologique et, peut-être surtout, écologique" (R. Magnan et H. Mathieu 1975), il représente en fait le sentiment d'une fraction de la "biocénose urbaine" mal intégrée au nouveau biotope qu'est devenue la grande agglomération. Aussi nombreuses que les causes, les conséquences du malaise constituent à elles seules un vaste champ d'étude, s'inscrivant tout particulièrement dans le tissu social urbain (ségrégations spatiales accentuées, montée des intolérances en relation avec une cohabitation rendue difficile etc).

142Dimension plus récente de la crise des villes et qui demeure pour beaucoup la conséquence de l'exode urbain, la rurbanisation illustre encore la complexité du système et de ses interactions avec son environnement. Sa définition elle même fait appel à des éléments d'urbanisme, de démographie, de sociologie (nombre élevé de permis de construire délivrés, immigration nette positive, forte proportion des "commuters" dans la population totale etc).

143L'approche socio-démographique du phénomène souligne la surreprésentation des couples jeunes ou d'âge moyen avec enfants, employés et cadres moyens et supérieurs constituant 1'essentiel des rurbains, bien que G. Bauer et J.M. Roux (1976) relèvent un pourcentage d'ouvriers non négligeable au sein de ces nouveaux résidents du Roumois, tournés vers la conurbation Rouen-Elbeuf.

144La rurbanisation est enfin ressentie à travers ses multiples conséquences sur les zones d'accueil, l’urbanisme pavillonnaire qui domine largement au sein du phénomène étant considéré comme la cause de nombreux maux. Considéré par les urbanistes comme le synonyme de la "non-ville" (J.B. Charrier 1988), cette configuration de l’habitat souvent coupé du tissu existant (mitage) entraîne en effet d’importants surcoûts d’équipements pour les communes d'accueil, liés à une planification rendue difficile de par la dispersion des nouveaux résidents.

145Conséquences environnementales enfin, puique les nouveaux pavillons et les mitages de la rurbanisation s'intègrent mal à l'environnement rural en rompant la "continuité visuelle avec les villages auxquels elle se juxtapose"(P. Merlin, F. Choay 1988). Sans même aborder les conséquences sociales secondaires liées à la cohabitation parfois difficile des rurbains et des "ruraux de souche", on saisit à travers cette autre manifestation plus récente de la crise urbaine la complexité des problèmes de l'environnement urbain liés de facto, au système que constitue la ville.

146A la manière des Pointillistes, nous tenterons d'esquisser l'environnement du Grand Rouen en développant les apports de quelques spécialistes (géographes, écologues, sociologues) qui s'intéressent au tout en n'en connaissant qu'une partie.

2.2. L'intégration des données environnementales

147La collaboration fructueuse avec le Centre de Documentation sur le Milieu naturel (C.D.M.) s’articula autour de deux thèmes antinomiques par essence : la montée des pollutions et la qualité de la vie, tous deux se surimposant à la trame écologique actuelle du site rouennais.

148Ces vastes champs d'étude apparaissant depuis une quinzaine d'années comme une préoccupation majeure des populations, les urbanistes, aménageurs et autres "acteurs locaux" les intégrèrent de façon croissante au discours urbanistique. Si cette dynamique fut réelle, elle n'aboutit pas à la production d'une importante information géographique pour de multiples raisons, les problèmes d'environnement étant, de manière générale, beaucoup plus simples à évoquer qu'à traiter scientifiquement, ou pour le moins de manière objective. Une base de connaissances existe cependant que nous avons tenté d'exploiter dans le cadre du carroyage, en organisant par ailleurs une collecte d'informations à l'échelle des quatre-vingt-huit communes présentes dans l'aire d’étude pour obtenir une image plus précise du problème.

149Nous présenterons succinctement cette démarche et le type de données qui y est lié, en soulignant le problème technique de l'intégration de ces nouvelles informations à la base de données par carroyage, puis nous tenterons une esquisse du "cadre de vie" dans le Grand Rouen à partir des éléments de réponse qui furent rassemblés dans le système.

2.2.1 La collecte des données

2.2.1.1 L’exploitation des données existantes

2.2.1.1.1 Le modèle numérique de terrain (MNT) de l'I.G.N.

150Avant même d'aborder l'intégration de nouvelles variables environnementales à la base de données, il apparut nécessaire de visualiser le cadre géomorphologique sur lequel ces données se surimposent, sous la forme d'une image "superposable" aux variables carroyées. L'équipe M.T.G. possédant les moyens logiciels et techniques pour traiter un M.N.T. de l'I.G.N. ("EdiPers", P.Langlois), la totalité de l’aire d'étude fut exprimée à raison d'un point altimétrique tous les 250 mètres, rappelant évidemment le pas du carroyage. Signalons au passage que l'I.G.N. procéda sur demande à une extraction "calée" sur le repère Lambert II étendu, afin que les points côtés soient en exacte relation avec notre matrice. Précisons cependant qu'il n’y a évidemment pas correspondance géométrique entre les cases du carroyage et celles du M.N.T. Ces dernières sont en fait "reconstituées" à partir des arêtes qui relient les noeuds (les données altimétriques), et sont déformées en fonction de la valeur de ces points pour figurer la troisième dimension sur le plan. En ce sens, les superpositions effectuées ne constituent que des approximations qui se révèlent néanmoins efficaces pour la compréhension immédiate de l'information géographique.

151La figure 60 présente plusieurs bloc-diagrammes montrant le site rouennais exprimé dans une vraie perspective à trois lignes de fuite. La variété de ces vues est le résultat d'un paramétrage manuel qui autorise une orientation et une inclinaison du bloc au degré près, le point de mire (point vers lequel se tourne le regard de l'utilisateur) étant également à définir précisément, ce qui autorise des vues parfois étonnantes.

152Sans entrer dans les détails d'un commentaire géomorphologique, soulignons cependant la netteté des formes du relief qui fait de Rouen l'un des plus beaux sites de méandres encaissés de la Basse-Seine. La vue "habituelle" vers le nord souligne ainsi la douceur de la pente de la rive convexe, depuis les plus anciennes terrasses du fleuve (quaternaire ancien aux Essarts) jusqu’à la célèbre faille de Rouen orientée du sud-est au nord-ouest et qui explique le glacis de la rive concave du méandre où s'installa le noyau urbain initial (la cathédrale reposant sur une terrasse flandrienne). On remarque par ailleurs le véritable couloir que représente la vallée du Cailly, porte ouverte sur les campagnes cauchoises dont on sait le rôle historique dans l'industrie cotonnière normande et qui, dès le premier tiers du XVIIIe siècle, fournirent l'essentiel des étoffes de coton (les célèbres "rouenneries"), produites par le "cacheux de navette", et livrées aux industries aval qui se développèrent au sein du noyau urbain (teintureries et savonneries des faubourgs Martainville, Saint-Sever et Saint-Gervais). Enfin, les rivières affluentes du Cailly au nord, du Robec au nord-est et de l'Aubette à l'est mettent en évidence "l'amphithéâtre crétacé" (J. F. Gay 1974) dont les pentes les plus raides furent progressivement conquises dès le XIXe siècle.

2.2.1.1.2 Les données thématiques

153Plusieurs types de documents ont été transférés au sein du carroyage que nous pouvons classer en trois catégories : les cartes choroplèthes, les cartes en implantations ponctuelles, et enfin les cartes en isolignes. Les données de base qui concernent le cadre forestier rouennais se rattachent à la première catégorie. En premier lieu, une typologie des essences a été saisie par superposition du carroyage à la carte forestière de l'Inventaire Forestier National (I.F.N.) dépendant du Ministère de l'Agriculture et de la Forêt. A cette composition des peuplements forestiers s'ajouta celle des régimes (forêts domaniales, départementales soumises etc). En second lieu, c'est l'état sanitaire de certains de ces massifs qui fut intégré au carroyage à partir d'une cartographie zonale résultant de plusieurs missions de photographies aériennes. Grâce à l'étude comparative des clichés infra-rouges, l'évolution de "l'état de santé" de nos forêts apparaît nettement à travers le carroyage. Enfin, plusieurs cartes en isolignes sur le thème de la pollution furent carroyées afin de disposer de ces informations dans le référentiel unique que constitue le carroyage du Grand Rouen.

Figure 60 Le site rouennais en "3D"

Figure 60 Le site rouennais en "3D"

2.2.1.2 La mise au point d'un questionnaire

154Si pour des raisons complexes, l'émiettement de l'information demeure la règle dans le domaine de l'environnement, le phénomène se trouve nettement accentué lorsque l'on tente de constituer une base de connaissances cohérente à l'échelle d'une aire comparable au Grand Rouen. La célèbre division de l'agglomération rouennaise aidant, toute collecte d'informations devant transiter par l'entité administrative communale prend la forme d'une vaste opération de mailing qu'il faut renouveler plusieurs fois pour espérer atteindre un pourcentage de réponses acceptable... L'élaboration puis le traitement du questionnaire que nous présentons intégralement (tableau 4) constituèrent une part importante du travail effectué par le C.D.M., qui obtint finalement les quatre-vingt-huit réponses communales attendues.

155Mais si d'un point de vue quantitatif la réussite fut totale, il nous faut préciser à ce stade que le questionnaire n'atteignit pas qualitativement les objectifs attendus dans la mesure où les questions nécessitant une localisation précise furent souvent délaissées et provoquèrent le plus souvent des réponses simples, du type présence-absence. Seul un faisceau complexe de causalités peut expliquer l'absence de réponses cartographiques précises, quant à la localisation des décharges sauvages ou des espaces en friche, malgré le document graphique joint au questionnaire (photocopie du 1/25 000 ou du 1/50 000 de l’I.G.N.).

156Tout d'abord, la méconnaissance de l'outil que représente la carte pour bon nombre de non-spécialistes constitua certainement un frein important à la transmission de l'information géographique. L'existence d'une décharge sauvage en lisière d'un bois ou d'une friche au centre d'une zone industrielle ancienne peut être connue d'un employé de mairie, qui sera cependant incapable de retranscrire graphiquement sa connaissance. Ensuite, il est probable que l'information elle-même fit défaut dans la grande majorité des cas. Le nombre important d'études de télédétection satellitaire appliquées à l'espace urbain témoigne de l'intérêt croissant des "praticiens de l'espace" pour l'identification automatique des différents éléments paysagers ; il traduit aussi la carence structurelle des organismes publics et para-publics en informations géographiques en général, et en informations relatives à l'environnement en particulier.

157Enfin dans quelques cas particuliers, certains thèmes abordés n'encouragèrent probablement pas à une cartographie détaillée, quand bien même l'information aurait été connue spatialement. Une décharge sauvage éloignée de la zone d’habitat et située à la frontière du territoire communal, près d'une zone habitée extérieure à la commune, constitue de facto un élément dont on préfère ne pas souligner l'existence...

158Tableau 4 ENQUETE SUR QUELQUES ELEMENTS D’ENVIRONNEMENT COMMUNAL

Questionnaire à retourner avant le 30 novembre 1988 au
Centre de Documentation sur le Milieu Naturel
55 Rue Louis Ricard 76000 ROUEN

159Description technique

160Nous avons retenu dans ce questionnaire les éléments les plus significatifs pour notre enquête. En fonction des remarques que vous pourriez être amenés à formuler, nous pourrons le compléter lors de la poursuite de nos recherches.

161Certaines questions n'appellent qu'une réponse simple, d'autres doivent être assorties d'une localisation sur la carte ci-jointe avec la légende de votre choix. Ces questions sont signalées par (Carte).

1621 Utilisation de l'espace

1.1 Considérez-vous votre commune comme :

rurale

suburbaine

urbaine

1.2 Existe-t'il dans votre commune :

des carrières en activités

...(Carte)

des carrières désaffectées

1.3 Existe-t'il des zones délaissées ("friches")

par l'agriculture

...(Carte)

par l'aménagement routier

par l'industrie

1.4 Existe-t'il

des zones classées NC si vous avez un P.O.S

...(Carte)

des zones classées ND si vous avez un P.O.S

des zones remarquables non classées

1632 Aménagement-loisirs

Existe-t'il dans votre commune

des espaces verts des arbres en voirie

...(Carte)

des haies de haut-jet le long des routes

des arbres d'alignements le long des routes...

des secteurs attractifs pour la promenade dominicale...

des parcours de santé

1643 Déchets, assainissement

3.1 La collecte des ordures ménagères s'effectue selon une fréquence de

La collecte des "monstres" s'effectue selon une fréquence de

….

3.2 Pratiquez-vous la collecte sélective

du verre

du plastique

des cartons, papiers

des huiles usagées

autres

3.3 Traitez-vous vos ordures ménagères

en décharge contrôlée

...(Carte)

par incinération

3.4 Existe-t'il sur votre commune des décharges sauvages ?

...(Carte)

3.5 Quel est le pourcentage de foyers reliés au tout-à-l'égout

3.6 Etes-vous reliés à une station d'épuration ?

3.7 Avez-vous des problèmes de potabilité d'eau ?

1654 Remarques :

2.2.1.3 Problématique spécifique au transfert zonage-carroyage

166Lors de la transcription graphique des données, plusieurs variables du questionnaire soulevèrent le difficile problème du "référent spatial" : sur quel espace du carroyage devait-on cartographier le pourcentage de foyers reliés au tout-à-l'égout, ou la fréquence de ramassage des ordures ménagères, la collecte de l'information s'étant déroulée à l'échelle de la commune ? Le traitement de l'information géographique ayant le plus souvent pour support spatial le sacro-saint découpage administratif, la question est rarement posée. Pourtant, quelle logique justifie que l'on rapporte les variables citées plus haut à la totalité de ce territoire ?

167Pour la commune du Val-de-la-Haye couverte à 80 % par la forêt domaniale de Roumare, la cartographie du pourcentage de foyers reliés au tout-à-l'égout sur l'entité géographique artificielle dessinée par le découpage administratif constitue un non-sens lorsque l'on sait que les neuf-dixièmes de la population se concentrent sur une étroite frange contiguë à la D51, au tracé parallèle à la Seine. A des degrés divers, les exemples de ce type sont légion (Montigny, Houppeville, Oissel etc) et posent le problème général de la validité des partitions spatiales dès lors que l'on s’intéresse à des "phénomènes azonaux".

168Ce problème déjà évoqué s'applique particulièrement à la sphère de l'environnement : en l'absence de partition spatiale logique ayant un sens pour la cartographie de telle ou telle variable, le carroyage s'impose par sa neutralité. Mais dans l'exemple qui nous intéresse, les variables ayant été collectées par commune, il fut nécessaire de considérer conjointement le caractère azonal de ces distributions au sein d'une partition zonale correspondant à l'unité géographique de collecte.

169Le problème méthodologique posé consista dès lors à déterminer un sous-ensemble de carreaux situés sur le territoire communal, qui constitue une partition cohérente prenant en compte les contraintes présentées précédemment. La majorité des variables environnementales du questionnaire ayant un rapport étroit avec la population résidente de la commune, le nouveau référent spatial devant recevoir l'information fut déterminé en fonction de son aire d'implantation, ce qui nous amena à réutiliser en grande partie le "masque de saisie" créé pour la ventilation sélective des variables socio-démographiques. On réalisa ainsi un programme de saisie spécifique effectuant pour chacune des quatre-vingt-huit communes du Grand Rouen la reventilation de l'information géographique au sein des carreaux concernés, ce qui nécessita la création préalable d'une table de passage reliant ces différents sous-ensembles de carreaux aux entités administratives communales. L'image obtenue couvre donc l'ensemble des zones géographiquement concernées par le ramassage des ordures ménagères, des monstres, le réseau d'assainissement...

170Soulignons cependant que si ce schéma méthodologique se justifie aisément pour la majorité des variables du questionnaire, il ne constitue évidemment qu'un ersatz pour les phénomènes aux distributions spécifiquement ponctuelles pour lesquels la précision géographique demandée ne fut jamais obtenue.

171Ainsi, il eut été précieux de connaître l'exacte distribution des décharges sauvages et des friches industrielles ou agricoles afin de croiser cette information avec d'autres carroyages (le peuplement, l'état sanitaire et le statut des zones forestières) en vue de déterminer à l'occasion les terrains propices.

172Dans la mesure où nous ne possédions que des réponses binaires du type "présence-absence", ces informations furent ventilées sur les sous-ensembles précédemment cités. Cette démarche revient en fait à postuler que les décharges sauvages et les zones délaissées sont comprises dans les zones habitées des communes, ce qui représente dans la majorité des cas une approximation au sens spatial du terme, et dans certains cas particuliers une erreur. En effet, les communes aux vastes étendues forestières possèdent probablement des décharges sauvages coupées de la zone habitée, et dont la localisation résulte de causalités complexes comme le réseau des voies de communication, la topographie locale (décharge au pied d'un talus), voire même la composition du massif forestier (zones de taillis sous futaie favorable en raison de la densité du couvert végétal qui "absorbe" les immondices et protège des regards désapprobateurs...).

173La même réflexion peut être appliquée aux différents types d’espaces délaissés par l'homme, même si certaines friches sont plus proches que d'autres des zones habitées de l'agglomération (friches industrielles de la rive gauche ou de la vallée du Cailly).

174Dix-huit années après la création du premier Ministère de l’Environnement, il nous paraît utile de souligner la réticence des administrations locales pour lesquelles "environnement" rime encore trop souvent avec "embarrassant"...

2.2.2 Eléments du cadre de vie du Grand Rouen

175Longtemps au centre du débat sur "la crise urbaine", le thème des nuisances apparaît aujourd'hui quelque peu suranné. Suite à un réveil brutal au début des années soixante-dix, la prise de conscience des problèmes fut, il est vrai, quasi générale, et les nombreuses decisions en conséquence aidèrent à faire retomber les passions. Ces quinze dernières années furent celles d’un "recentrage généralisé" des points de vue ; signe des temps, certains opposants d’hier à la croissance urbaine siègent depuis peu dans les conseils municipaux des plus grandes agglomérations françaises. Nonobstant les divers recentrages et les efforts réels accomplis dans la vaste sphère de la protection de l'environnement, nuisances et milieu urbain demeurent cependant trop souvent associés. Avant de présenter les traductions spatiales de quelques nuisances dans le Grand Rouen, nous définirons dans un premier temps ce que recouvre le concept, pour conclure par une évocation du thème porteur de cette fin de siècle : "la qualité de la vie".

2.2.2.1 Les nuisances du milieu urbain

2.2.2.1.1 Définitions conceptuelles

176"Atteintes aux biens ou à la santé et au confort d'un individu" (P. Merlin, F. Choay 1988), les nuisances urbaines concernent des phénomènes très variés dont la coexistence induit une synergie qui produit "le stress urbain". Pour les populations, elles représentent un ensemble d'aspects négatifs du milieu environnant, ressentis plus ou moins consciemment comme une agression potentielle ou réelle", le terme même de nuisance évoquant une sorte d'ennemi intérieur dont l'action, mal définie, insidieuse, rarement brutale, est à l'origine de bon nombre des désagréments de la vie moderne" (R. Magnan, H. Mathieu 1975). Cette synergie schématisée sur la figure 61 met en évidence la multiplicité des formes de nuisances qui déterminent par leurs combinaisons ce que certains auteurs ont nommé "l'agression urbaine. Cette notion a longtemps été réservée aux espaces urbains des grandes agglomérations, l'apparition du "stress" étant considéré par quelques "théoriciens" de la ville comme l'un des symptômes d'une véritable "pathologie urbaine". Mais le concept s'est rapidement élargi aux espaces périphériques et le mitage est apparu pour beaucoup comme l'exportation d'une nuisance urbaine en zone rurale, soulignant au passage la variété des agressions.

177La figure 61 souligne à cet effet que s'additionnent les formes quantifiables de nuisances qui furent très tôt médiatisées (pollution atmosphérique, pollution de l'eau, pollution sonore...), et certaines formes plus insidieuses contribuant pour leur part au sentiment de malaise général assimilé au "stress urbain". Parmi ces nuisances insidieuses, la "pression sociale" figure en bonne place et illustre parfaitement la difficulté évidente à quantifier un phénomène aussi flou et pourtant bien réel. En effet, quels sont, en terme de volume et de densité, les seuils qui marquent le passage à une pression sociale difficilement supportable ? Il est bien évident qu'une même densité sera ou non génératrice de tensions en fonction de la configuration elle même du volume (formes du bâti, présence/absence d'espaces verts, d’équipements sportifs et de loisirs...). De façon plus évidente encore, "la pollution visuelle" (pollution esthétique sur la figure 61) échappe dans une large mesure à toute quantification. Si dans bien des cas, l'accord est malheureusement unanime pour condamner tel ou tel édifice hérité d'une urbanisation irréfléchie ("la banane" de Bihorel dans la Z.U.P. des Sapins…), que dire des objets urbains appréciés des uns, stigmatisés par les autres ?

Figure 61 La synergie des nuisances urbaines

Figure 61 La synergie des nuisances urbaines

(tiré de "Orthopoles : Villes en îles" R.Magnan et H.Mathieu.CRU.1975)

178Les exemples de désaccords célèbres fourmillent : si la pyramide du Louvre est reconnue désormais par le plus grand nombre comme un édifice prestigieux, les Colonnes de Buren provoquèrent la polémique que l'on sait jusque dans les hautes sphères de l'Etat... Le caractère abstrait et non quantifiable par définition, de certaines formes de nuisances explique leur absence au sein de la présente étude. Au vu des difficultés rencontrées auprès de diverses administrations locales pour obtenir les localisations d'objets bien concrets, il apparaît déraisonnable d'imaginer à cette heure un questionnaire portant sur les "pressions sociales", ou les "pollutions visuelles" locales, ces phénomènes constituant pourtant le vécu quotidien des populations qui les ressentent probablement plus vivement que bien des nuisances traditionnelles (de par leur ancienneté, les pollutions atmosphériques ou les pollutions au sol font partie du "décor urbain"pour beaucoup de citadins).

179Ainsi, "l'impasse sur les nuisances abstraites" au sein de cette étude ne traduit en aucun cas une sous-estimation de la portée du phénomène ; elle traduit plutôt une impossibilité structurelle à collecter ce type d'informations, tout du moins par le canal administratif communal qui fut choisi pour notre questionnaire sur l'environnement.

180Par ailleurs, des problèmes de délais et surtout de moyens sont la cause de la sélection à laquelle on procéda au sein des "nuisances quantifiables". En effet, si l’on parvint à cartographier un type d’agression pour chacun des éléments "terre-eau-air", un certain nombre de nuisances n'ont pas été étudiées.

181Ainsi, vue l'intensité du célèbre problème des transports à l'échelle de l’agglomération, il eût été précieux de préciser et de mesurer "la contrainte cinétique" indiquée sur la figure 61. La mesure des temps d'accès moyens à l'hypercentre et au centre commercial régional de Saint-Sever aboutirait probablement à des images originales des espaces centraux et périphérique à l'échelle du carroyage ; ce thème essentiel pour la compréhension des dynamiques intra-urbaines demeure à défricher.

182De même, les pollutions sonores pourtant fondamentales pour expliquer l’apparition du "stress urbain" restent à explorer dans le Grand Rouen, bien qu'elles constituent en certains points de la rive gauche une gêne bien connue (Avenue des Canadiens, Avenue Jean Rondeaux).

183Cette approche conceptuelle sommaire des nuisances urbaines ne prétend pas dresser une liste exhaustive des différents phénomènes qui portent atteinte à la santé ou au bien-être de l'individu. Il est d'ailleurs peu probable qu'une telle liste puisse être dresser à terme, tant est large la notion même de nuisance. Mais si un flou demeure quant à sa définition stricte, on comprend progressivement qu'un "coût social" doit être associé au phénomène, même si la notion de nuisance n'a toujours pas à l'heure actuelle de contenu juridique.

184Au terme de cette première approche, il nous apparaît clairement que les variables quantifiées, puis carroyées, que nous avons pu collecter sur ce thème représentent une partie infime du problème. L'absence des composantes socio-psychologiques, difficilement mesurables, constitue probablement le manque le plus dommageable à une évaluation acceptable des nuisances dans le Grand Rouen. De ce fait, il s'agira plus dans les pages qui suivent d'une évocation que d'une analyse globale du problème, l'aspect méthodologique associé au traitement de ces quelques variables environnementales ayant été considéré d'ailleurs comme prioritaire au sein de la présente étude.

185Enfin, indépendamment de toute considération conceptuelle sur le thème des nuisances, soulignons pour conclure que la collecte de l'information a constitué une nouvelle fois un frein puissant à l’analyse de phénomènes pourtant bien réels.

2.2.2.1.2 Les pollutions au sol

186Une partie importante du questionnaire fut consacrée au thème des pollutions au sol dans la mesure où il s'agit d'un problème à plusieurs niveaux que l'on peut aisément circonscrire. On peut distinguer en effet au sein de ce thème les ordures ménagères, les "monstres" (débris métalliques et plastiques de grande envergure, voitures abandonnées...), et les déchets directement recyclables faisant l'objet d'une chaîne de traitements particulière. Relativement à l'environnement stricto sensu, ces trois types de déchets peuvent être assimilés à des agressions qui demeurent cependant ponctuelles, et sans communes mesures avec les rejets industriels. Mais pour l'environnement de l'individu, ils constituent souvent des agressions quotidiennes de toutes sortes (odeurs nauséabondes, pollution visuelle...).

187Bien que plusieurs approches du problème puissent être envisagées, on détermina un premier critère d'évaluation dont la dimension spatiale était succeptible d'apporter des précisions utiles pour l’analyse du phénomène à l’échelle du carroyage rouennais : "la fréquence du ramassage". Ce dernier s'appliqua seulement aux ordures ménagères et aux "monstres", la technique employée pour la collecte sélective des déchets directement recyclables apportant une solution radicale au problème (dépôt possible à toute heure grâce à la conteneurisation). Pour ce dernier type de rejets individuels, c'est un second critère beaucoup plus simple qui s'imposa (présence-absence).

188La figure 62 présente les carroyages résultants de la cartographie des fréquences du ramassage des ordures ménagères et des "monstres". Moins les collectes sont fréquentes, et plus le pourcentage de noir est important. Bien que les périodes figurées par les quatre classes n'aient évidemment rien de commun d'un carroyage à l'autre pour des raisons évidentes, la comparaison permet de dégager la partition attendue urbain-rural, mais l'intérêt se situe évidemment dans les "écarts à la moyenne" constatés au sein de chacun des milieux.

189Ainsi en zone rurale, le plateau de Boos au sud-est apparaît nettement favorisé, notamment en ce qui concerne la fréquence de ramassage des monstres où la situation est comparable à ce que l'on observe en milieu urbain. Si les plateaux est et nord sont dans une situation médiane, la zone la plus défavorisée se situe au nord-ouest. Coincée entre les vallées du Cailly et de l'Austreberthe et traversée transversalement par l'autoroute A15, cette zone rurale assez bien circonscrite spatialement connaît un ramassage hebdomadaire des ordures ménagères et se caractérise surtout par l'absence de ramassage des "monstres".

190Bien que très proche des zones urbaines (Barentin au nord-ouest, Maromme et NotreDame-de-Bondeville au sud-est), elle semble demeurer profondément rurale et quelque peu coupée du développement lié à la rurbanisation qu'ont connue les plateaux nord, est et sud-est. Avec l'absence de sortie autoroutière, les voies de communication avec la métropole demeurent d'ailleurs de médiocre qualité au départ de certains villages, traduisant aussi la situation particulière de cette zone (Hénouville...).

191La zone urbaine révèle quant à elle des disparités tout aussi surprenantes, mais dont l'explication tient évidemment dans la répartition des densités de population. Un ramassage bihebdomadaire semble suffire dans certaines communes aisées du plateau nord (Bois-Guillaume et Bihorel) ; une telle fréquence demeure inconcevable pour les communes densément peuplées de la rive gauche. Soulignons au passage que Mont-Saint-Aignan demeure la seule commune avec Rouen à disposer d'un ramassage quotidien (week-end excepté), la présence d'une importante population estudiantine expliquant en grande partie cette fréquence. On relève enfin quelques cas particuliers locaux (ramassage des monstres à la demande sur la rive gauche) qui s'expliquent par la présence d'une déchetterie permanente ou d'une entreprise privée spécialisée dans le retraitement des déchets industriels (Ipodec à Petit-Quevilly).

192Notons pour conclure que la partie amont de la vallée du Cailly (Le Houlme, Malaunay, Montville) ne connaît qu'un ramassage bi-hebdomadaire des ordures ménagères malgré des densités de population élevées qui n'ont rien de commun avec celles des communes urbaines du plateau nord connaissant une fréquence identique. Ce trait spécifique au sein du milieu urbain ne constitue évidemment pas un "particularisme local", mais on soulignera cependant la contiguïté spatiale de cette zone urbaine avec l'aire rurale défavorisée qui fut l'objet d'un précédent commentaire, ces localisations définissant un quart nord-ouest où seul le pôle de Barentin s'apparente plus volontiers aux réalités observées par ailleurs.

193En ce qui concerne les collectes sélectives des déchets, la figure 63 présente conjointement les zones où s'effectue un ramassage constant du verre, des papiers et cartons, des huiles usagées, et celles qui connaissent le problème des "décharges sauvages". Rappelons au passage qu'il ne s'agit pas d'une localisation stricte des conteneurs ou des décharges, mais d'une approximation spatiale sur la base de l'aire habitée de la commune qui a répondu au questionnaire sans relever géographiquement les phénomènes. On note en premier lieu la remarquable extension de la collecte sélective du verre qui s'explique évidemment par la valeur marchande de ce type de déchets, les aires ne connaissant pas le phénomène représentant des zones rurales souvent reculées. La collecte des papiers et cartons ne concerne quant à elle qu'une partie de l'agglomération et demeure quasiment inconnue en milieu rural. On notera au passage le vide étrange de toutes les zones urbaines de la vallée du Cailly. Enfin, la collecte sélective des huiles usagées reste largement méconnue et ne se retrouve que dans les communes industrielles de la rive gauche (Grand-Quevilly, Petit-Couronne et Grand-Couronne), les dangers pour l'environnement qui demeurent liés à ce type de déchets étant malheureusement plus vivement ressentis en milieu rural où la collecte est absente.

194Pour conclure, précisons qu'aucune corrélation évidente n'apparaît entre ces distributions et les décharges sauvages dont la répartition demeure parfaitement isotrope.

2.2.2.1.3 Les pollutions de l’eau

195Dans le domaine du cycle de l'eau, les deux dernières décennies furent celle d'une prise de conscience quasi générale de l'étendue des dégâts causés par la croissance (urbaine, industrielle), le cycle naturel étant en partie altéré. Pendant longtemps les problèmes d'adduction d’eau ne furent considérés en effet qu'en amont de l'usager, de la production à la consommation, et ce n'est que récemment que l'accroissement volumétrique des eaux usées s'imposa comme le stéréotype du sous-produit de la croissance, posant de nouvelles questions auxquelles il devint nécessaire de trouver des réponses rapides.

196Comme le souligne la figure 64, les "prélèvements modernes" ont largement dépassé le seuil du négligeable, et l'on note au passage que les besoins industriels représentent dans cette estimation plus du triple des besoins domestiques et publics. A titre anecdotique, signalons qu'un établissement industriel comme "Les Papeteries de la Chapelle-Darblay" à Saint-Etienne-du-Rouvray consommait autant d'eau que la ville de Rouen dans ses années de pleine croissance ; cette usine fut d'ailleurs quelques années plus tard à la pointe de la technologie relative au retraitement des eaux usées grâce à des investissements colossaux dans une station d'épuration automatisée. Actuellement, cette station rejette en Seine des eaux de qualité supérieure à celles qui sont prélevées dans le fleuve...

197Le carroyage 1 de la figure 65 met en évidence la gravité du problème des rejets industriels à l'échelle du Grand Rouen. Issu d'une carte établie à la demande de la Direction Départementale d'Action Sanitaire et Sociale, ce carroyage révèle en effet que les zones de vulnérabilité maximale en direction des captages, déterminées en fonction de critères strictement géologiques (infiltration et circulation rapide de l'eau), connaissent dans plusieurs cas des implantations industrielles polluantes qui relèvent souvent de la directive SEVESO. Cette zone à haut risque couvre près de 50 % de la rive gauche et les entreprises concernées s'étalent tout au long du fleuve, depuis Oissel (I.C.I. Francolor, Azolacq, La Quinoléïne) et Sotteville-lès-Rouen (Moretti), jusqu'à Grand-Quevilly (C.D.F. Chimie, G.D.F.) et Petit-Couronne (Butagaz, Shell). La proximité immédiate des captages peut paraître étrange et l'on ne s'étonne pas de constater la présence de "captages à problèmes", désormais désaffectés, au centre de la zone industrielle de Grand-Quevilly.

198A l’échelle des prélèvements à usages domestiques, le carroyage 2 de la figure 65 renseigne utilement sur le devenir des eaux usées à travers la cartographie des pourcentages de foyers reliés à un réseau d'assainissement. Une nouvelle fois, c'est la dichotomie entre les zones urbaines et rurales qui s'affirme logiquement, même si le plateau est se rattache en grande partie à l'agglomération où les pourcentages sont toujours supérieurs à 80 %.

199Outre l'absence remarquable de tout réseau d'assainissement dans les communes rurales "éloignées" du plateau nord (Bosc-Guérard-St-Adrien, St-Georges-sur-Fontaine...), on soulignera les pourcentages faibles qui caractérisent les communes rurales contiguës à la Seine, où les flux d'eaux usées trouvent un exutoire naturel bien commode (Sahurs Val-de-la-Haye, Hautot-sur-Seine...).

2.2.2.1.4 Les pollutions atmosphériques

200Comme les nuisances étudiées précédemment, les pollutions atmosphériques sont dans une large mesure la rançon d'une croissance dont les effets nocifs pour l'environnement et l'individu furent longtemps sous-estimés, voire occultés. Par ailleurs, l'agglomération rouennaise constitue probablement un site particulièrement exposé au développement de ce type de pollution et à ses effets induits, et ce pour deux raisons majeures. En premier lieu, la géomorphologie de ce site de méandre encaissé favorise la stagnation des rejets gazeux en fond de vallée, et les nombreux belvédères naturels permettent de constater que leur évacuation est toujours lente, lorsqu'elle est visible...

201De plus, la rosace des vents régionale révèle évidemment la prépondérance des secteurs nord-ouest, ouest et sud-ouest qui explique que l'ensemble de la rive gauche reçoive en permanence les émanations gazeuses, rarement toxiques mais toujours désagréables, des implantations industrielles de Grand-Quevilly et Petit-Couronne. En second lieu, il nous faut rappeler la célèbre imbrication des espaces bâtis et des espaces industriels qui remonte au siècle dernier en bien des lieux de la vallée du Cailly et de la rive gauche.

202Mais si les pollutions atmosphériques d'origines industrielles sont vivement ressenties dans l'agglomération, elles participent en fait à une plus vaste nuisance où interviennent les résidus de carburation des moteurs des véhicules de transport, et ceux des appareils de chauffage au fuel dans des proportions qui restent à évaluer localement. Dans une analyse sur la montée des pollutions urbaines J. Lalu signale que "des experts estiment qu'à Paris et en région parisienne, les foyers domestiques entrent pour 55 % dans la pollution de l'air, les automobiles pour 25 % et les établissements industriels de toutes dimensions pour 20 %". Malgré les efforts entrepris par plusieurs entreprises polluantes, il est fort probable que le dernier pourcentage serait à revoir localement à la hausse, les récentes émanations de "mercaptan" provenant de l'entreprise Lubrizol qui suivent celles de 1976, nous confortant dans cette intuition...

203La figure 66 nous renseigne sur l'évolution récente d'un type de pollution atmosphérique dans le Grand Rouen (proportion deS02 mesurée à partir des lychens). Sur la base d'un semis irrégulier de points de contrôle, une surface de tendance a été interpolée, qui fut ensuite stockée et transcrite graphiquement au sein du carroyage. La tendance constatée sur huit ans est évidente : le recul progressif des zones polluées demeure conséquent, et si la vallée du Cailly constitue encore un étroit couloir qu'emprunte la nappe de pollution, de vastes aires sont intactes dès 1984 dans le méandre de la Bouille, qui correspondent à une partie importante de la forêt Domaniale de Roumare. Cette estimation du C.D.M. apparaît en accord avec les sondages réguliers du Ministère de l'Environnement.

Fig. 62 La fréquence de ramassage des ordures ménagères et des "monstres"

Fig. 62 La fréquence de ramassage des ordures ménagères et des "monstres"

Figure 63 Collectes sélectives et décharges sauvages

Figure 63 Collectes sélectives et décharges sauvages

Figure 64 Les perturbations urbaines dans le cycle de l'eau

Figure 64 Les perturbations urbaines dans le cycle de l'eau

Les chiffres donnent une indication approximative des différents flux pour une précipitation continentale de référence égale à 1000 (pays européen).

(Tiré de "Orthopoles : Villes en îles" R.Magnan et H Mathieu.CRU.1975)

Figure 65 Le problème de l'eau dans le Grand Rouen

Figure 65 Le problème de l'eau dans le Grand Rouen

1 : Captages et zone de vulnérabilité

2 : Pourcentage de foyers reliés à un réseau d'assainissement

Figure 66 Evolution récente d'une composante des pollutions atmosphériques

Figure 66 Evolution récente d'une composante des pollutions atmosphériques

2.2.2.2 Eléments de réflexion sur la qualité de la vie

2.2.2.2.1 Le concept de qualité de la vie

204L'introduction générale aux éléments du cadre de vie du Grand Rouen soulignait que le concept de qualité de la vie était dans "l'air du temps”. Par rapport au thème de l'environnement et de sa protection, ce nouveau concept apparaît pour beaucoup comme un corollaire évident, l'individu devant disposer des éléments nécessaires à son bien-être au sein d'un milieu qui minimise les nuisances. Si une causalité générale peut être énoncée ainsi, il est bien évident que les relations qui se nouent entre l'homme "à la recherche de son bien-être" et la sphère dans laquelle il évolue demeurent infiniment complexes. Nous évoquions précédemment la part importante des facteurs socio-psychologiques dans l'approche conceptuelle de la notion d’environnement ; ces derniers sont évidemment majoritaires dès qu'il s'agit de "bien-être" ou de "mieux-vivre". En fait à l'échelle de la personne, toute nuisance est une atteinte à la santé, considérée non pas comme un état neutre, mais plutôt comme un "état positif de parfait bien-être” (R. Magnan, H. Mathieu 1975). Ainsi dès 1965, K. Linch estimait que quatre facteurs participaient à la dégradation de l'environnement urbain, et par suite, à la nécrose progressive du sentiment de bien-être. Si l'ensemble des nuisances contribuant à l'élaboration du "stress" figurait en bonne place dans sa liste, des causes plus abstraites comme "le manque de personnalité, de lisibilité et d'ouverture" de l'environnement local étaient déjà stigmatisées.

205Le sentiment de bien-être, que l'on peut interpréter comme une "émanation individuelle" liée au concept de qualité de la vie, représente en fait une interface entre le champ de la perception subjective et un certain nombre d'éléments objectifs. Ces derniers ont évidemment un rôle primordial dans l'élaboration du jugement d'un individu qui évolue dans un milieu donné à un instant particulier.

206Cette ambivalence est remarquablement exposée dans une récente thèse de doctorat sur "la qualité de la vie et la diversité des villes françaises de plus de 50 000 habitants" (C. Tobelem-Zanin 1988). En effet, l'auteur est amené à préciser tout d'abord la composante subjective dont relève le bien-être, défini comme "un concept lié à la réalisation des potentialités individuelles de l'être humain et à sa capacité à réaliser ses satisfactions personnelles". Par suite, il souligne que "la qualité de la vie apparaît comme une approche statistique du bien-être", et se définit comme "un concept qui prend en compte, au niveau d'un groupe ou d'une population entière, les éléments du milieu socio-culturel et biochimique susceptibles d'être satisfaisants pour le plus grand nombre". Comme pour l'analyse des nuisances urbaines, il apparaît évident qu'une seule composante de la problématique demeure quantifiable, l'auteur ayant privilégié cette dernière pour son étude.

207Au niveau des faits, la prise de conscience nationale de ces problèmes et de leurs interactions remonte au début des années soixante-dix et s'illustre jusque dans les propos d'Albin Chalandon, Ministre de l'Equipement et du Logement dans le gouvernement Chaban-Delmas. Soulignant "le gigantisme", "la congestion" et le développement de "la ségrégation sociale" en milieu urbain, il annonce en quelque sorte la directive Guichard de mars 1973 qui condamne la politique aveugle menée depuis vingt ans dans le domaine de la construction des grands ensembles. A l'échelon local, il faudra quelques années pour que l'on reconnaisse unanimement les liens entre l'environnement urbain au sens large, et le concept de qualité de la vie qui est devenu progressivement opératoire.

2.2.2.2.2 Espaces verts, espaces de loisirs

208Après cette rapide approche conceptuelle, il peut paraître dérisoire d’aborder le thème des espaces de verdure pour introduire une notion aussi complexe que la qualité de la vie dans le Grand Rouen. Aussi est-il nécessaire de souligner que la présente étude ne prétend évidemment pas couvrir l'ensemble des aspects de cette question à travers le carroyage, mais que notre objet est plutôt de présenter les distributions de quelques variables concrètes dont le rôle est non négligeable dans l'estimation individuelle de la qualité de la vie à l’échelle locale.

209Par ailleurs, le rôle des espaces verts ne doit pas être sous-estimé au sein d'une agglomération telle que Rouen, et ce pour plusieurs raisons qu'il convient de rappeler. Tout d’abord, on sait qu’un hectare planté d’arbres fixe jusqu'à 50 tonnes de poussières par an, et qu'une telle surface plantée en herbe décompose 2400 m3 de C02 et fixe une tonne de carbone durant la même période. Ensuite, au niveau des eaux de ruissellement, les espaces verts absorbent en moyenne 90 % des eaux météoriques qu’ils reçoivent, leur coefficient d’imperméabilisation étant de 0,1 contre 0,9 dans les zones bâties denses (R. Magnan, H. Mathieu 1975).

210Pour ces quelques raisons, il apparut indispensable d'enrichir la base de données sur le thème général des "espaces de verdure" dans le Grand Rouen, en associant toutes les variables connues, relatives à la célèbre "ceinture verte" de la métropole normande. Soulignons enfin qu'une contradiction locale nous incita à développer plus particulièrement ce thème : la pauvreté intra-urbaine en espaces verts à laquelle s'oppose un cadre forestier ancestral, dont l’étendue faisait dire à Charles V que la région était "peuplée de forest, buissons et brosses plus qu'aucunes autres parties de nostre royaume".

211En premier lieu, on s'intéressa aux régimes forestiers dont la simplicité et l’homogénéité des distributions spatiales ne nécessitèrent pas l’usage de la couleur (figure 67). Ce carroyage oppose deux groupes bien distincts ; le premier rassemble les grandes surfaces homogènes correspondant, soit aux forêts domaniales, soit aux forêts départementales et communales "soumises" qui ne sont pas propriété d’état mais dont la gestion revient à l’Office National des Forêts (O.N.F.) ; le second est constitué de nombreux lambeaux de bois privés ou communaux.

212Le premier ensemble représente en fait l’essentiel du patrimoine forestier régional et encercle le site urbain avec au nord la Forêt Verte, dont les larges allées constituent des lieux de promenades très appréciés des Rouennais, à l’ouest la Forêt Domaniale de Roumare moins fréquentée car moins aisément accessible, et au sud la Forêt Domaniale du Rouvray beaucoup plus menacée par les pollutions industrielles issues des implantations proches, et parfois même contiguës au massif forestier (Usine des Potasses de Grand-Couronne et raffinerie de pétrole de Petit-Couronne).

213Le second ensemble se retrouve essentiellement au nord et à l’est du méandre. Le fractionnement de ces surfaces boisées et les localisations topographiques qu’elles occupent sont évidemment à mettre en rapport avec leur statut privé. Ainsi à l’est, seuls les versants abrupts des vallées et les vallons secs qui surplombent parfois la rive concave du méandre sont demeurés boisés, du fait d’une valeur marchande limitée. Cette marge orientale qui constitue une porte ouverte en direction du Vexin a été le théâtre d’une rurbanisation intense durant les deux dernières décennies : il est probable qu'une intensification du mouvement empièterait un peu plus sur un ensemble déjà très morcelle, dont seulement quelques surfaces homogènes demeurent (Forêt de Préaux, Bois du Grand Mont-Briseuil).

Figure 67 Les régimes forestiers du Grand Rouen

Figure 67 Les régimes forestiers du Grand Rouen

214On s'intéressa par ailleurs à la composition des peuplements forestiers de ces différents ensembles. A partir d'une cartographie zonale exécutée dans le cadre de l’Inventaire Forestier National (I.F.N.), une typologie en six classes fut carroyée (figure 68), qui nécessita l'usage de la couleur afin de percevoir en détail les distributions des différents peuplements (sorties sur imprimante couleur à jets d'encre, J. Charron 1989).

215Le carroyage révèle en premier lieu l'importance des taillis et futaies à feuillus dominants. Si la toponymie rappelle que les chênes étaient bien représentés au sein de la "forêt naturelle" locale (Roumare, Rouvray), soulignons au passage que les hêtres constituent aujourd'hui l'essentiel du peuplement de ces massifs de feuillus. Cette association se rencontre sur l'ensemble de la zone mais elle s'affirme beaucoup plus nettement au nord, et surtout dans l'est du carroyage. A cet égard, le rapport avec les régimes forestiers précédemment cartographiés apparaît évident : ces zones correspondent aux forêts et bois privés qui occupent habituellemnt les affleurements d'argile à silex des versants pentus des vallées. On note en second lieu l'homogénéité spatiale des futaies de pins purs et de feuillus constituant l'essentiel des grandes forêts de l'agglomération rouennaise, à laquelle s'oppose la distribution fragmentaire des futaies et taillis à conifères prépondérants et des futaies de conifères indifférenciés. Là encore, le lien avec le régime forestier apparaît clairement : seul le statut de forêt domaniale s'accompagne d'une sylviculture planifiée à long terme dont résultent les plus belles futaies qui constituent des ensembles homogènes au sein des massifs forestiers.

216Afin de relier le thème des espaces verts au problème des pollutions atmosphériques précédemment évoqué, on s'intéressa enfin à l'évolution de l'état sanitaire d'un vaste massif : la Forêt Domaniale de Roumare. A partir des cartes sanitaires des essences ligneuses établies en 1975 et 1987 à la demande de l'O.N.F., deux carroyages témoignent du recul très sensible des pollutions atmosphériques déjà constaté (figure 69). Ce recul peut être précisé en gardant à l'esprit l'approximation nécessairement lié au carroyage : les zones en mauvais ou très mauvais état représentaient environ 200 ha en 1987 alors qu'elles couvraient plus de trois fois cette surface douze ans plus tôt ( =737 ha en 1975). L'évolution des localisations témoigne également de l'amplitude du mouvement. Si la zone la plus atteinte représente en 1987 une bande étroite qui longe l'abrupt sommital surplombant les zones industrielles de la rive gauche, cette frange orientale du massif forestier s'étendait en 1975 au quart, et localement au tiers de sa largeur. De plus, le rapport avec le modèle numérique de terrain associé aux carroyages indique que certaines zones très atteintes en 1975 se situaient en fait dans la moitié occidentale de la rive concave du méandre, et donc sous influence des sources de pollutions situées en aval des implantations de Grand-Quevilly et Petit-Couronne. Ces zones ont disparu en 1987, la tendance étant confirmée par l'extension notable des zones "apparemment saines" qui couvrent quasiment la moitié ouest du massif.

217Suite à l'évaluation du cadre forestier du Grand Rouen au sein du carroyage, c'est l'association plus générale "espaces verts - espaces de loisirs - qualité de la vie" que nous évoquons à travers quelques variables collectées à l'échelle communale grâce au questionnaire.

218Pour des raisons évoquées par ailleurs, la dimension spatiale des éléments qui participent à la perception individùelle de la qualité de la vie dans le vécu quotidien des populations nous a échappé dans une large mesure. Aussi, ne disposant que d'une information binaire (présence - absence) sur les espaces dits "de loisirs" au sein de l'agglomération rouennaise, leurs relations avec la "dimension vécue de la qualité de la vie" ne peut être véritablement précisée localement. Le commentaire qui suit demeure donc volontairement général.

219Sur ce thème, la figure 70 présente les distributions de quelques éléments contribuant à la qualité de la vie à l'échelle locale (espaces verts, parcours de santé, équipements sportifs de pleinair...), qui tendraient à prouver que l'importance de l'enjeu a bien été perçu à l'échelon communal. Ainsi, les espaces verts et les "promenades dominicales" concernent pratiquement l'ensemble de la zone urbaine, le problème ne se posant évidemment pas dans les mêmes termes en zone rurale (l'existence d'espaces verts dans la zone habitée du village de Montigny n’apparaît évidemment pas comme un besoin impérieux, vu sa situation au cœur de la Forêt Domaniale de Roumare).

220A contrario, les équipements sportifs de plein-air et les parcours de santé se concentrent pour l'essentiel sur la petite agglomération rouennaise, des communes échappant même à cette distribution.

221Soulignons pour conclure l'originalité de quelques réponses relatives à "l'environnement vécu" à l'échelle de la commune. Si dans le cadre du questionnaire, la démarche n'a évidemment pas valeur de sondage, il est cependant intéressant de noter que les communes péri-urbaines des plateaux est qui ont connu une rurbanisation soutenue depuis quinze ans ne se sentent toujours pas urbaines (Bonsecours, Le Mesnil-Esnard), tout comme Petit-Couronne, Grand-Couronne et Canteleu qui demeurent perçues comme "suburbaines". A titre anecdotique, on notera qu'au moins un employé de mairie de Sotteville-lès-Rouen considère sa commune comme suburbaine, ce qui laisse perplexe...

Figure 68 Composition des peuplements forestiers

Figure 68 Composition des peuplements forestiers

Figure 69 Evolution de l'état sanitaire de la Forêt Domaniale de Roumare

Figure 69 Evolution de l'état sanitaire de la Forêt Domaniale de Roumare

Figure 70 Espaces de verdure et de loisirs, et "espace vécu"

Figure 70 Espaces de verdure et de loisirs, et "espace vécu"

2.3. L'intégration des données sociales

2.3.1 La collecte de l'information sociale

2.3.1.1 Une problématique spécifique

222Dans notre souci pluridisciplinaire d'approcher le thème très général de l'environnement urbain, l'intégration de nouvelles données sociales dans la base de données carroyées apparut essentielle pour plusieurs raisons. En premier lieu, si le transfert des variables I.N.S.E.E. pour les trois derniers recensements constituait effectivement une toile de fond déjà imposante à l'échelle du Grand Rouen, il est clair que bien des composantes du tissu social demeuraient méconnues. En second lieu, force est de constater que les intervalles intercensitaires représentent un frein puissant à l'évaluation d'une situation, évaluation qui nécessite des données récentes pour être valide. Ainsi lors d'un récent colloque ("Dynamiques urbaines des années 80". Le Mans. Avril 89), plusieurs géographes étaient amenés à souligner que la quasi-totalité des travaux de recherche présentés utilisaient les données du recensement de 1982, alors que les conclusions de ces travaux portaient sur la décennie actuelle, à laquelle on se réferait nécessairement dans le discours. Mais le traitement et la cartographie de ces données ne révélait-elle pas plutôt des structures se rattachant à la fin des années soixante-dix ?

223Par ailleurs, la durée de la période intercensitaire pose le problème du suivi des évolutions qui se trouve remis en question pour telle ou telle composante socio-démographique de la population, dès lors que l'I.N.S.E.E. décide de revoir ses définitions en vue de suivre les transformations rapides de la société. Si des recoupements entre les différentes nomenclatures peuvent être parfois envisagés pour permettre la comparaison des données, l'exemple de la définition des ouvriers aux trois derniers recensements met en évidence l'étendue des problèmes : en 1982, on ajoute à cette classe les ouvriers agricoles et l'on retire les contremaîtres, la nouvelle nomenclature qui en découle ne pouvant être ajustée que pour 1975. Nul besoin de s'étendre sur ces problèmes connus.

224Enfin depuis quelques décennies, la rapidité des mutations sociales est telle qu’une variable "riche d’informations" à un instant historique donné devient vite obsolète. Ainsi à titre d'exemple, J.N. Chopart (1989) souligne que "les indicateurs de confort du logement ont pu constituer dans la période 60-75 un moyen d'appréciation du cadre bâti et de son évolution. La généralisation de l'habitat collectif à caractère social et les évolutions différenciées dans le mode de gestion de ce parc de logement, invalident aujourd'hui de tels indicateurs". Pour ces quelques raisons, une collaboration étroite avec le Laboratoire d'Etudes et de Recherche Sociales se poursuit depuis deux ans pour apporter des réponses nouvelles au difficile problème de la collecte de données sociales.

225Concernant la problématique de la collecte de l'information, on constate en fait que les méthodologies diffèrent totalement en fonction de l'étendue du champ d'observation. Aussi, avant d'aborder en détail un outil particulier développé au sein de l'équipe M.T.G. pour enrichir la base de données, il convient de présenter les différents types d'objets manipulés au sein du vaste champ du "social", en précisant que nous réservons ici ce qualificatif aux variables humaines pouvant être individuellement localisées en un point précis du plan. De ce fait, nous ne reviendrons évidemment pas sur les variables socio-démographiques de l'I.N.S.E.E., pour lesquelles une méthodologie spécifique de transfert a été présentée précédemment. Sur le modèle de quelques variables environnementales, c'est tout d'abord des "objets sociaux" qui peuvent être transférés dans la base de données par simple superposition du carroyage à une carte I.G.N. au 1/25 000 ou à une échelle plus grande. C'est selon ce principe que le transfert des établissements scolaires fut effectué. Précisons que si cette approche peut apparaître fruste, il s'agit au contraire d'une méthode rigoureuse du point de vue de la précision du transfert de données, dès lors que l'on effectue le calage du carroyage sur le plan avec méthode. Par ailleurs, le résultat ne consiste pas uniquement en une cartographie d'inventaire ; ainsi le transfert ponctuel des écoles du Grand Rouen peut aboutir, soit à la localisation par case des différents types d'établissements, soit à la cartographie quantitative du nombre d'élèves qui les fréquentent. Cependant, la limite de ce type de transfert apparaît rapidement : ce dernier ne peut être envisagé que pour les implantations facilement repérables sur un plan.

226Or, il s'avère que les variables susceptibles d'éclairer d'un nouveau jour l'espace social du Grand Rouen à travers le carroyage échappent à ce type de localisation, et ne possèdent en fait pour tout localisant qu'une adresse. De nombreux fichiers détenus par des administrations diverses se rattachent à cette classe, la statistique interne étant élaborée dans un souci de gestion ou de contrôle. Aussi, afin d'exploiter à terme ce vaste champ du "social", on en vint rapidement à envisager un outil qui réalise l'interface entre les cases du carroyage et les adresses postales.

2.3.1.2 La création d'une table de passage à l'adresse

227L'outil se présente sous la forme d'un index qui relie les différents éléments de voirie de l'agglomération rouennaise aux cases du carroyage notées sous la forme d'un couple (i,j) représentant les numéros de lignes et de colonnes. Les problèmes rencontrés lors de la création de cette table de passage expliquent dans une large mesure sa définition spatiale actuelle. Nous présenterons donc dans un premier temps la méthodologie employée pour l’élaboration de l'outil, et dans un second temps, les contraintes et les limites qui y sont liées.

228La problématique initialement posée était de parvenir à une superposition des cases du carroyage à un document figurant les différents éléments de voirie, afin de déterminer visuellement leurs intersections. Dans un premier temps, la mise en correspondance des deux référents spatiaux débuta dans les services du Cadastre. La diversité des échelles et surtout le nombre important de planches cadastrales (800 pour la seule commune de Rouen) nous incitèrent à rechercher une solution plus efficace en fonction du niveau de précision recherché. Cette opération fut donc envisagée dans un second temps à partir du seul document cartographique présentant à l'échelle de l'agglomération l'intégralité des éléments de voirie organisés sous la forme d'un index alphabétique (le "plan-guide Blay"). Après quelques vérifications sur la précision des informations spatiales, on en vint à conclure que la dernière révision du document (1986) demeurait remarquablement fiable, et l'on décida de tracer le carroyage sur ce plan au 1/11 260, en se calant évidemment sur le repère Lambert II.

229A ce stade, un aspect essentiel de la problématique du transfert fut à définir : comment traiter les éléments de voirie répartis sur plusieurs cases du carroyage ? En effet, si l'inclusion d'objets dans une case unique représenta le cas de figure le plus courant, une solution méthodologique devait être trouvée pour les objets linéaires coupant plusieurs cases de 250 mètres de côté, solution qui réalise comme toujours un compromis acceptable entre le niveau de précision recherché dans le cadre du traitement des données par carroyage et la nécessaire fiabilité de l'outil. La solution passa par la détermination d'un seuil : on décida de considérer comme inclus dans une case tous les éléments de voirie dont 70 % au moins du tracé linéaire étaient compris dans cette même case. Bien que réelle, l'approximation n'en est pas moins minime : en effet, pour une localisation donnée, l'erreur maximale entraînée par cette nouvelle définition n’atteint que 150 mètres (cas d'une rue de 500 mètres passant par la diagonale d'une case et dont le point extrême sera rattaché à cette case), et dans tous les cas, l'imprécision ne porte que sur deux case connexes.

230Afin d'intégrer les éléments de voirie dont le tracé linéaire dépasse 500 mètres et qui s'étalent parfois sur plus de dix cases, un index plus complexe a été pensé, qui indique pour chaque objet le détail des intersections en précisant les numéros de voirie pairs et impairs pour toutes les cases concernées par l'intersection.

231Relativement à l'ampleur de la tâche, on procéda à une élaboration progressive en fonction des variables traitées et des cas de figure rencontrés. Cette table de passage qui prend toujours à l’heure actuelle la forme d’un index alphabétique des "grands éléments de voirie" à l’échelle de la commune est élaborée à partir des planches cadastrales. Lorsque les numéros de voirie ne figurent pas sur ces dernières, ce qui n'est pas rare, on entreprend alors des relevés sur le terrain afin de localiser précisément les intersections du carroyage et de repérer alors les numéros pairs et impairs. Malgré sa lourdeur, l'opération demeure assez simple et les résultats fiables, mais sa mise en œuvre nécessite beaucoup de temps.

232La table de passage se compose donc d'un premier index composé d'environ 2500 éléments de voirie référencés à un couple (i,j) représentant les coordonnées d'une case du carroyage 98 x 98. Pour chaque commune, on dispose donc d’une liste alphabétique des avenues, boulevards, places, squares et voies diverses qui sont classés au patronyme ("premier terme significatif : Arromanches (all. d') ; Aubert (pl. du Lieutenant-), les éléments de voiries traités dans le second index étant marqués d'un astérisque. Ce premier index de la table de passage se présente donc sous la forme qui suit :

233ROUEN 76000/76 100

Appellation de l'élément de voirie
Coordonnées (i,j) dans le carroyage (classé au patronyme)

(n° de ligne, n °de colonne)

A

Abbé-de-l'Epée (de 1')

50.49

Abreuvoir (de 1')

51. 53

Acacias (des)

59.48

Accard

50.50

Adam (Edouard-)

51.51

Adeline (Jules-)

*

Ader (Clément-)

41. 59

Agasse

46.56

Aître-Saint-Maclou (pl. de 1')

51. 49

234Le second index communal comprenant la liste des éléments de voirie pour lesquels on a procédé à la localisation des intersections avec le carroyage est de la forme :

Numéros de voirie (détails des no pairs et impairs)

Coordonnées (i,j) dans le carroyage (no de ligne, no de colonne)

Amiens (d')

< 45 et < 16

51. 50

> 45 et > 16

51.49

Belges (bd des)

de 2 à 24

51. 44

de 26 à 46 et de 1 à 45

50. 44

de 48 à 66 et de 47 à 55

50. 45

> 66 et > 55

49. 45

235Le problème principal rencontré lors de la mise en place de cette chaîne de traitements est en rapport avec la définition spatiale de la zone d'étude. Si l'essentiel des zones habitées du Grand Rouen peuvent être traitées suivant le schéma exposé, les communes rurales posent un certain nombre de questions nouvelles auxquelles nous n'avons toujours pas apportées de réponses définitives. Tout d'abord, le réseau des voies de communication étant nettement plus lâche, les éléments de voirie couvrant plusieurs cases du carroyage deviennent largement majoritaires, ce qui nécessite un travail d'autant plus lourd. Ensuite, on est parfois confronté à l'absence de numérotation dans quelques lieux-dits isolés, l'exploitation des adresses postales devenant alors impossible pour localiser spatialement l'information.

236Ces quelques raisons expliquent la définition spatiale actuelle de la table de passage "adresses postales - cases du carroyage", qui se limite au centre de la zone urbaine de l'agglomération rouennaise (figure 71). Soulignons que la surface couverte renferme cependant plus de 80 % de la population totale du Grand Rouen, ce qui autorise le traitement de statistiques diverses émanant de gros fichiers administratifs.

Figure 71 La table de passage "adresses - cases" au sein du carroyage

Figure 71 La table de passage "adresses - cases" au sein du carroyage

237Concernant maintenant l'utilisation de la table de passage pour la collecte de la statistique, le problème essentiel concerne l’automatisation de la chaîne de traitements. En effet, si l'on peut concevoir de traiter plusieurs centaines d'adresses pour un thème de recherche particulier, il est inconcevable d'étendre cette méthodologie manuelle à des fichiers contenant plusieurs milliers d'adresses.

238Si l'outil informatique réalisant l'automatisation de la chaîne de traitements demeure relativement simple d’un point de vue algorithmique, on se heurte rapidement à de multiples problèmes soulevés lors de la rédaction du cahier des charges. Ainsi l'outil à concevoir doit pouvoir exploiter différents formats de fichiers, et dans le cas où une administration impose de traiter elle-même ses informations pour des raisons de confidentialité, il doit être "portable" sur sa configuration matérielle. Enfin et surtout, la création d'un tel outil n'assure en aucune façon la collaboration de certaines institutions, empêchées pour des raisons déontologiques, ou celle des différentes administrations dont les refus vont crescendo depuis l'apparition de la loi "informatique et liberté".

239C'est à la suite de cette réflexion que l'on imagina une importation de la méthode "au coup par coup" au sein des organismes détenteurs de l'information, ces derniers n'ayant plus à fournir des informations nominatives mais le fruit du transfert sous la forme d’une matrice de données totalement neutre. C'est dans cette optique que le L.E.R.S. fut chargé de mener une étude de faisabilité auprès de la Caisse d'Allocations Familiales de Rouen, "cet organisme souhaitant disposer d’un outil lui permettant de suivre l’évolution des populations allocataires et des besoins", comme le soulignait récemment J.N. Chopart (89).

240Les conclusions majeures qui ressortent de cette étude sont les suivantes. On constate tout d’abord qu'en parallèle avec un fichier central difficilement accessible et basé à Rennes, la Caisse de Rouen possède un sous-système régionalisé pour ses propres besoins de gestion, qui contient pour chaque dossier d'allocataire plus de 150 informations concernant la démographie, les revenus, l'habitat, la santé..., qu'il serait possible d'exploiter à terme, en intégrant dans un champ particulier du fichier les coordonnées de la case du carroyage correspondant à l'adresse du foyer. On imagine sans peine l'intérêt d'un tel projet.

241Ensuite, il ressort de l'étude de faisabilité que ces données seraient à manier avec prudence, notamment lors des croisements avec les variables socio-démographiques de l'I.N.S.E.E. Ainsi, comme le rappelle J.N. Chopart (1989), "la population recensée par la Caisse n'est pas la population totale [...] l’ensemble des ménages présents sur ce fichier étant sélectionnés par leur qualité "d'ayant droit", [...] la conformation de cette population est donc dépendante des règles légales et administratives d'accès aux prestations sociales et familiales. La complexité de ces règles, les multiples formes d'attribution ne simplifient pas la définition des ménages allocataires." En conclusion, l'accès à 80 000 dossiers représente une source de données impressionnante, mais il conviendra d'exploiter celles-ci avec prudence dans le cadre des prochains développements de l'outil.

2.3.2 Quelques éléments de réflexion sur la ségrégation urbaine

242Problématique générale

243Les quelques variables présentées maintenant n'ont évidemment pas pour vocation d'expliquer, ni même de décrire la géographie sociale du Grand Rouen dans sa totalité, réalité qui demeure d'ailleurs peu connue à une échelle très fine pour des raisons déjà évoquées (accès aux données difficile, informations rapidement obsolètes...). L'étendue de la tâche est telle qu'une autre thèse n'y suffirait pas...

244L'exploitation de ces variables est d'abord une illustration méthodologique des outils développés dans cette étude dans le but d'enrichir la base de données par carroyage. Elle est ensuite la représentation cartographique d'une information récente à l'échelle du Grand Rouen, ce qui devient rare en cette fin de période intercensitaire... Enfin, les variables collectées constituent quelques pièces supplémentaires du vaste puzzle que représente l'environnement social d'une grande métropole régionale.

245Précisons encore que certaines variables portent sur des échantillons statistiques trop limités pour qu'on tire des conclusions générales à l'échelle du Grand Rouen, mais on notera cependant que malgré la variété des thèmes abordés, le phénomène des ségrégations sociales apparaît en toile de fond comme une donnée intrinsèque à la géographie humaine de l'agglomération rouennaise.

2.3.2.1 Analyse de "deux indicateurs généraux"

2.3.2.1.1 Les établissements de santé privés

246Le thème des services de santé privés dans le Grand Rouen fut abordé par le biais des distributions des pharmaciens, des médecins généralistes et des spécialistes. Ce thème fut choisi pour des raisons méthodologique et géographique. Tout d’abord, on disposait là de populations exhaustives ne dépassant pas quatre cents individus géographiques, ce qui limitait les vérifications fastidieuses liées à l'utilisation de la table de passage "adresses - cases" pour la ventilation des données au sein du carroyage. Ensuite, on testait pour la première fois à l'échelle de la "petite agglomération rouennaise" des variables aux distributions peu connues dont on pouvait imaginer qu'elles fussent isotropes. Enfin, la cartographie de ces trois services de santé autorisait des comparaisons strictes dans la mesure où la collecte de la statistique s’était déroulée à la même date (janvier 1989), et à partir des mêmes sources (annuaire officiel des abonnés au téléphone par professions).

247- Les pharmaciens

248Au nombre de 129 dans les quinze communes urbaines retenues dans le cadre de l'étude (figure 72), les pharmaciens se caractérisent, comme attendu, par l'isotropie globale de leur répartition au sein du milieu urbain (figure 88). On note cependant une concentration importante localisée sur l’hypercentre rouennais, qui apparaît plus nettement sur l'agrégation 10 x 10 de la matrice initiale de dimension 50 x 50. Ce carroyage agrégé dont le pas atteint 1,25 km a l'avantage de dégager par ailleurs les trois pôles de la rive gauche correspondant à Petit-Quevilly, Grand-Quevilly et Sotteville-lès-Rouen.

249- Les médecins généralistes

250Comme pour les pharmaciens, on constate en premier lieu la distribution relativement homogène des 293 médecins généralistes de la zone (figure 73). Si la tendance à la concentration centrale se retrouve sur la rive droite, la matrice 50 x 50 souligne la distribution spécifique à la rive gauche. On note en effet que les implantations de cabinets médicaux suivent les deux axes commerciaux majeurs de cette rive : l'avenue de Caen et la rue d'Elbeuf. L'agrégation du carroyage initial souligne également cette diagonale nord-est/sud-ouest qui coupe l'ensemble de la zone urbaine. On remarque par ailleurs que les zones directement contiguës à cette concentration linéaire représentent logiquement des aires de moindres densités, les noyaux périphériques ne réapparaissant que quelques kilomètres plus à l'ouest (Maromme) et plus à l'est (Darnétal). Soulignons enfin le vide relatif du quart sud-est de la rive gauche correspondant essentiellement à Saint-Etienne-du-Rouvray.

251- Les médecins spécialistes

252Toutes qualifications confondues (34 catégories différenciées, de l'allergologie à la psychiatrie, au sein de l'annuaire officiel), les médecins spécialistes sont au nombre de 364 dans l'aire d'étude. Plus nombreux que les généralistes, ils se caractérisent par une distribution totalement anisotrope (figure 74). La concentration de la rive droite marque véritablement l'hypercentre de l’agglomération, les maxima étant inscrits dans la ville médiévale, entre le boulevard des Belges à l’ouest et la rue de la République à l’est. Face à cet agglomérat central, un pôle secondaire fait face sur la rive gauche, autour du quartier Saint-Sever, mais la comparaison des deux concentrations souligne que si le transfert des activités tertiaires vers la rive gauche a bien débuté, certaines branches de ce secteur demeurent bien ancrées sur la rive droite, dont la médecine spécialisée.

253Soulignons par ailleurs que la diagonale précédemment citée réapparaît avec vigueur sur l'agrégation de la matrice initiale, les zones de moindres densités contiguës à cet axe étant désormais des zones vides. On notera enfin la rareté impressionnante de ce type de service médical dans la moitié méridionale de la rive gauche, qui se transforme en un vide quasi absolu à Saint-Etienne-du-Rouvray...

2.3.2.1.2 Les établissements d'enseignements

254Dans le cadre d'une collaboration entre les services de la Sécurité Civile et un chercheur doctorant de l'équipe M.T.G. (P. Mallet), un transfert de données relatives aux établissements scolaires de l'agglomération a été effectué au sein du carroyage 98 x 98. Suite à une extraction des données dans le cadre de la matrice 50 x 50 centrée sur la Préfecture, on présente ici la capacité d'accueil maximum des établissements scolaires par case de 250 mètres, en fonction des constructions existantes. Afin de relier cette variable à la composante démographique de la population qui se trouve effectivement concernée, la figure 75 présente conjointement les carroyages des "capacités d'accueil maximales" en 1987, et des densités de "moins de vingt ans" en 1982. On retrouve à cette occasion le décalage temporel qui amoindrit considérablement la portée de l'analyse. Soulignons cependant que si la prudence s'impose dans le commentaire, le "lien fonctionnel" qui unit ces deux variables est tel, qu'il eût été regrettable de ne pas les comparer.

255Associant dans un comptage unique tous les types d'établissements de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur, la variable relative à la capacité maximale d'accueil des implantations actuelles révèle tout d'abord une concentration assez marquée dans les zones centrales de la rive droite, et plus précisément, dans la frange septentrionale de la ville historique, autour de la gare. Ce noyau s'étend à l'ouest au-delà du boulevard des Belges, vers l'Hôtel Dieu et le Mont Riboudet. Par ailleurs, on note sur cette même rive l'existence de deux pôles isolés correspondant au campus universitaire de Mont-Saint-Aignan à l'ouest, et au lycée Gustave Flaubert à l'est. Des espaces vides séparent assez nettement la concentration centrale de ces pôles isolés. La rive gauche révèle quant à elle une distribution plus homogène, bien que sa frange méridionale apparaisse "moins accueillante", d'un point de vue strictement quantitatif, cette sous-représentation locale se confirmant à Saint-Etienne-du-Rouvray.

256Relativement à la distribution des fortes densités de jeunes âgés de moins de vingt ans, "l'inadéquation géographique" des structures d'accueil est patente. On constate en effet que les très fortes densités sont totalement absentes du centre de la rive droite, les maxima étant localisés dans les Z.U.P. des Sapins et de La Grand'Mare à l'est, et dans celles de Canteleu à l'ouest (Cités Verte et Rose). L’inadéquation se retrouve dans une moindre mesure sur la rive gauche où les noyaux de fortes densités se situent sur la frange méridionale au niveau des Z.U.P. de Grand-Quevilly et de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Figure 72 Les pharmaciens dans la "petite agglomération rouennaise"

Figure 72 Les pharmaciens dans la "petite agglomération rouennaise"

Fig. 73 Les médecins généralistes dans la "petite agglomération rouennaise"

Fig. 73 Les médecins généralistes dans la "petite agglomération rouennaise"

Fig. 74 Les médecins spécialistes dans la "petite agglomération rouennaise"

Fig. 74 Les médecins spécialistes dans la "petite agglomération rouennaise"

Figure 75 Capacité d'accueil des établissements d'enseignement et densité de

Figure 75 Capacité d'accueil des établissements d'enseignement et densité de

2.3.2.2 Analyse de groupes sociaux complexes

2.3.2.2.1 Les demandes de P.A.H. au sein de la population des allocataires de la C.A.F. de Rouen

257Cette collecte de données est l'illustration du test de faisabilité effectué par le L.E.R.S. pour évaluer les conditions d'expoitation de certains fichiers administratifs. Comme nous l'avons évoqué précédemment, ce test se déroula auprès de la Caisse d'Allocations Familiales de Rouen (C.A.F.), la collaboration entre son service informatique et les chercheurs du Laboratoire d’Etudes et de Recherches Sociales (L.E.R.S.) aboutissant à la rédaction d'un premier cahier des charges (J.N. Chopart, T. Renaud, G. de Ridder 1989).

258En l'absence d'un système de transfert automatique des données saisies à l'adresse vers le carroyage, la variable choisie comme support au test de faisabilité concerna l'attribution des prêts à l'amélioration de l'habitat (P.A.H.) dont l'échantillon statistique se limitait à 727 individus parmi les 80 000 allocataires de la C.A.F. Afin de respecter les règles d'anonymat qui s'imposent, les attributions de cette aide facultative allouée aux allocataires furent ventilées par les services de la C.A.F., à l'aide de la table de passage "adresses - cases". L'information géographique nous parvint donc sous la forme d'une matrice directement cartographiable.

259Avant d'aborder l'analyse de la distribution de cette variable, il convient de préciser tout d'abord le sens de cette aide sociale, et surtout les hypothèses qui peuvent être formulées quant à l'échantillon statistique qu'elle concerne effectivement. Seules les C.A.F. et les Caisses de Mutualité Sociale Agricole peuvent consentir à alouer ce prêt qui représente une véritable aide sociale (7000 F maximum remboursables en 36 mensualités égales avec un taux d'intérêt de 1 %...). Les conditions d'accès sont larges puisqu'il suffit de bénéficier d'une prestation familiale quelconque, et d'être soit propriétaire, soit locataire du logement pour lequel le prêt est demandé, logement qui constitue la résidence principale de la famille. Cette aide n’est consentie cependant que pour des travaux de rénovation ou d'aménagement de la résidence devant aboutir à une amélioration des conditions de logement, les dépenses d'équipements (matériels électroménagers) ou d'entretien courant (revêtements au sol, peinture...) étant exclues.

260Les hypothèses que l'on peut raisonnablement émettre quant à la population concernée au sein des allocataires sont les suivantes. Aucune condition de ressources n'étant précisée, on s'aperçoit que seulement 1 % des allocataires est effectivement demandeur. En considérant la complexité des démarches administratives nécessaires pour obtenir le P.A.H., on peut penser que cette extrême minorité correspond en fait à quelques ménages "initiés" se rattachant aux classes moyennes (employés, cadres moyens...).

261Souvent propriétaires, ou accédant à la propriété d'un logement neuf ou ancien, ces ménages constituent probablement une fraction de la population ayant participé au vaste mouvement centrifuge de la rurbanisation des deux dernières décennies. Par ailleurs, on peut raisonnablement penser que les ménages les moins favorisés au sein de cette population des allocataires de la C.A.F. sont rares, voire absents, de la minorité de postulants au P.A.H. La lourdeur des démarches administratives joue alors comme un frein puissant pour les ménages culturellement moins favorisés, dans l'hypothèse où ces derniers connaissent l'existence de cette aide, ce qui laisse perplexe.

262Parmi les 727 prêts consentis en 1987 par la C.A.F. de Rouen, seulement 317 intéressèrent géographiquement le carroyage du fait de l'état d'avancement de la table de passage "adresses - cases", qui ne concernait que quinze communes urbaines au centre de l'agglomération rouennaise.

263La figure 76 présente la matrice 50 x 50 centrée sur la Préfecture qui a été extraite de la matrice 98 x 98 en raison de la concentration des données en zone urbaine. On remarque en premier lieu la distribution relativement isotrope de la variable, cette homogénéité pouvant donner lieu à diverses interprétations que nous allons développer, mais avant toute chose, on peut faire l'hypothèse d'une "incitation plus ou moins officielle au saupoudrage" de ces aides facultatives, tant il est vrai qu'aucune structure spatiale nette n'apparaît.

264En fait, seul le vide relatif du centre-ville s'oppose nettement aux aires urbaines périphériques, et notamment aux concentrations locales de la rive gauche. Ces dernières sont précisément localisées dans les quartiers résidentiels où le pourcentage de résidences principales occupées par les propriétaires demeure élevé (Les Chartreux et Trianon à Petit-Quevilly, et surtout les Marettes à Sotteville-lès-Rouen). La limite nord-ouest/sud-est est véritablement inscrite dans l'espace par le boulevard Stanislas Girardin et l'avenue du 14 Juillet qui séparent ces aires résidentielles anciennes et aisées de la moitié méridionale de la rive gauche où sont apparues les Z.U.P. On note au passage le nombre réduit de prêts consentis dans l'extrême sud-est du carroyage, qui représente justement une zone où les populations culturellement moins favorisées constituent une composante importante de la population résidente (Saint-Etienne-du-Rouvray).

265Par ailleurs, la corrélation qui vient d'être exposée (nombre de prêts demandés fortement corrélé avec les forts pourcentages de résidences occupées par les propriétaires) ne s'applique en aucun cas à la rive droite. En effet, les quartiers aisés de la ville historique qui ceinturent l'hypercentre de Rouen connaissent des pourcentages très élevés de propriétaires occupant leur résidence principale, et quasiment aucune demande de P.A.H., ce que l'on comprend sans peine, les allocataires de la C.A.F. étant évidemment absents de ces zones.

266Les quelques concentrations localisées sur la rive droite se rencontrent en fait, soit dans les quartiers résidentiels anciens de la moitié ouest de Rouen (au nord du Mont Riboudet), soit dans les vieilles vallées industrielles du Robec et du Cailly où la population ouvrière ayant accédé à la propriété est bien représentée. On remarque ainsi la concentration locale de Darnétal à l'est, et celle de Maromme/Notre-Dame-de-Bondeville au nord-ouest. Comme sur la rive gauche, les zones d'habitat se rattachant au parc social locatif connaissent peu de prêts consentis, et probablement peu de demandes. Ces aires sont localisées sur les Z.U.P. des Sapins/la Grand'Mare à l'est, et sur les Cités Verte et Rose de Canteleu à l'ouest.

267Ainsi, au sein d'une répartition apparemment homogène, la connaissance de la géographie sociale du site peut permettre un certain nombre d'hypothèses simples, qui ne transforment évidemment pas notre vision et notre compréhension de la géographie sociale du Grand Rouen, mais qui en précise quelques aspects.

2.3.2.2.2 Un indicateur de "situations sociales précaires"

268C'est dans le souci d'affiner notre vision de l'espace social de l'agglomération que nous présentons sur la figure 76 une variable "complémentaire" qui nous a été aimablement transmise par l'Association des Amis d'Emaüs, association caritative implantée régionalement depuis deux décennies et qui développe une action spécifique qu'il convient d'expliciter. Sur la base de dossiers transmis le plus souvent par les assistantes sociales, des bénévoles ayant une formation en comptabilité générale prennent en charge la gestion d'une dette plus ou moins conséquente que le ménage n'est plus en mesure de gérer. Cet échantillon social représente donc en général une population culturellement moins favorisée et connaissant ponctuellement une situation de grande précarité sociale aux conséquences parfois dramatiques. S'agissant donc de "cas extrêmes", l'échantillon statistique demeure heureusement réduit (plus de cent dossiers dans le cadre de la matrice 50 x 50), mais hautement significatif du point de vue spatial.

269Ainsi, sans prétendre cartographier la pauvreté dans le Grand Rouen, il est possible de commenter le carroyage de la figure 76 en soulignant en premier lieu la surreprésentation des demandes émanant de la rive gauche où deux pôles s'individualisent : les quartiers ouvriers anciens du Petit-Quevilly, et la Z.U.P de Saint-Etienne-du-Rouvray (Le Madrillet, le Château Blanc). Notons que le premier noyau de concentration ne représente pas vraiment un sujet d'étonnement dans la mesure où la commune de Petit-Quevilly possède à l'heure actuelle le triste record d'un taux de chômage approchant 20 %, le nombre brut d'emplois ayant chuté de 30 % dans la dernière décennie. La commune possède par ailleurs un des parcs immobiliers les plus vétustes de l'agglomération qui explique un taux de vacance des logements nettement au-dessus de la moyenne de l'agglomération.

270Si la configuration de l'habitat au Château Blanc et au Madrillet n'a évidemment rien de commun avec le parc immobilier de Petit-Quevilly, les problèmes sociaux de ces zones sont évidemment comparables en bien des points à ceux que nous venons d'évoquer. On remarquera au passage dans cette logique spatiale de la rive gauche que très peu de "cas extrêmes" ont été relevés à Sotteville-lès-Rouen, les zones résidentielles centrales formant évidemment un vide absolu dans le centre-est de cette rive.

271Enfin, concernant la rive droite, la distribution de ces "aides" apparaît évidemment plus lâche, mais il est possible de localiser cependant des regroupements spatiaux logiques situés à l'emplacement des Z.U.P. (La Grand'Mare, Cités Vertes et Roses de Canteleu), ou dans les vieux quartiers de tradition ouvrière (faubourg Martainville à l'est de la ville historique ; Darnétal, Maromme).

272Si les échantillons statistiques issus des données sociales sont trop minces pour tirer des conclusions d'ordre général, on remarquera pour conclure que certaines constantes spatiales réapparaissent dans toutes les distributions géographiques, et qu'au-delà de l'opposition historique entre les deux rives, l'on distingue nettement des partitions sur des espaces plus réduits au sein d’une même zone. Ainsi, s'il est vrai que les vallées du Cailly et du Robec ont véritablement structuré l'espace social de la rive droite, la ligne invisible marquée par l'avenue du 14 Juillet traduit elle aussi une configuration du tissu social de la "rive oubliée" de l'agglomération rouennaise.

273Conclusion du chapitre II

274Depuis 1982, l'expérience rouennaise se poursuit dans le domaine du stockage et du traitement de l'information géographique au sein d'un carroyage. Ce nouveau référent spatial a évolué sur la forme et le fond, parallèlement aux nombreuses innovations méthodologiques et technologiques de ces dernières années. Sous sa forme actuelle, le carroyage rouennais représente donc une base de données importante dont l'exploitation demeure aisée. Mais avant d'aborder ce thème des outils d'exploitation et de modélisation des données carroyées dans le cadre du dernier chapitre de cette étude, il convient de préciser que les limites actuelles de l'expérience rouennaise nous semblent liées à l'acquisition de l'information géographique.

275Concernant les données socio-démographiques de base, notre dépendance est totale vis à vis du puissant organisme que représente l'I.N.S.E.E., et l'on n'ose penser à ce qu'il adviendrait du système si les données collectées à l'îlot n'étaient plus diffusées dans les années à venir. Dans tous les cas, la période est telle entre deux recensements qu'il nous faut souligner une fois de plus le besoin de progresser dans l'accès à d'autres sources de données parallèles.

276Par ailleurs, qu'il s'agisse de données sociales ou environnementales, les résultats qui ont été présentés sont le fruit de collectes précises, souvent lourdes à mettre en place, et donc difficiles à répéter tous les six mois ou tous les ans pour réactualiser la base de données. L'effort à consentir doit donc être tourné vers l'automatisation de la collecte de l'information géographique.

277Bien que le changement se situe au coeur de la problématique urbaine, il est encore impossible à l'heure actuelle de suivre "en temps réel" l'évolution de l'espace qui nous intéresse à travers ses composantes multiples. S'il est un outil précieux pour cette analyse du changement urbain, le carroyage ne révèlera ses avantages qu'à travers l'utilisation d'une information géographique toujours renouvelée, grâce à une automatisation croissante des processus d'acquisition.

Fig. 76 Distributions de deux "aides sociales" dans la petite agglomération

Fig. 76 Distributions de deux "aides sociales" dans la petite agglomération

Table des illustrations

Titre Figure 38 Variabilité des découpages administratifs
Légende Source : Y.Guermond 1982 Revue AVAL no 9 - INSEE
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig.39 Proportion de cadres supérieurs dans la population active en 1968
Légende Source : Y. GUERMOND (1982) Revue AVAL - I.N.S.E.E.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 40 Visualisation des espaces urbains et péri-urbains
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 41 Le principe du "clipping" zonal
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 42 Détermination du rectangle circonscrit au polygone P
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 43 La juxtaposition des pas de 250 et 500 m
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 44 Détermination d'un sous-espace du polygone initial par l'application du masque de saisie lors de la ventilation sélective
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 45 Résultats graphiques des deux algorithmes de ventilation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 46 Surimposition des zones habitées au M.N.T. du Grand Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 47 Nombre de moins de 20 ans densité par case de 250 m2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 48 Nombre d'étrangers densité par case de 250m2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 49 Maisons individuelles densité par case de 250m2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 50 Résidences occupées par leur propriétaire densité par case de 250m2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 51 Logements de une pièce densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 52 Logements de deux pièces densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 53 Logements de 3 & 4 pièces densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 54 Logements de 5 pièces et plus densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 55 Logements construits entre 1975 et 1982 densité par case de 250
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 56 Ouvriers densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 58 Cadres supérieurs et Professions libérales densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 59 Patrons de l'industrie et du commerce densité par case de 250 m²
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 60 Le site rouennais en "3D"
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figure 61 La synergie des nuisances urbaines
Légende (tiré de "Orthopoles : Villes en îles" R.Magnan et H.Mathieu.CRU.1975)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 62 La fréquence de ramassage des ordures ménagères et des "monstres"
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 63 Collectes sélectives et décharges sauvages
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 64 Les perturbations urbaines dans le cycle de l'eau
Légende Les chiffres donnent une indication approximative des différents flux pour une précipitation continentale de référence égale à 1000 (pays européen).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende (Tiré de "Orthopoles : Villes en îles" R.Magnan et H Mathieu.CRU.1975)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 65 Le problème de l'eau dans le Grand Rouen
Légende 1 : Captages et zone de vulnérabilité
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 2 : Pourcentage de foyers reliés à un réseau d'assainissement
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 66 Evolution récente d'une composante des pollutions atmosphériques
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 67 Les régimes forestiers du Grand Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 68 Composition des peuplements forestiers
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 69 Evolution de l'état sanitaire de la Forêt Domaniale de Roumare
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 70 Espaces de verdure et de loisirs, et "espace vécu"
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 71 La table de passage "adresses - cases" au sein du carroyage
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 72 Les pharmaciens dans la "petite agglomération rouennaise"
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 73 Les médecins généralistes dans la "petite agglomération rouennaise"
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 74 Les médecins spécialistes dans la "petite agglomération rouennaise"
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 75 Capacité d'accueil des établissements d'enseignement et densité de
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 76 Distributions de deux "aides sociales" dans la petite agglomération
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8185/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540