Version classiqueVersion mobile

Jean de la Varende, écrivain de la fidélité

 | 
Joseph-Marc Bailbé

Deuxieme partie

La Varende et l’Academie Goncourt

Thierry Rodange

Texte intégral

1Parmi les trois académies que brigua Jean de La Varende, seule celle de marine ne lui valut aucun désagrément. Ce fut en fait un heur pour cette âme de marin puisque, bien plus que pour les deux autres, il eût souffert de n’y être pas admis ; parce qu’elle lui permettait de consolider officiellement ses attaches avec la mer, qu’une santé trop chétive ne l’avait pas autorisé à servir comme il l’aurait souhaité, parce qu’il prenait également plaisir à siéger au sein d’une assemblée où il ne comptait que des amis.

  • 1 Lettre adressée du Chamblac le 14 novembre 1950 :
    Amiral, J’ai l’honneur de poser ma candidature au (...)

2Elle fut assurément celle pour laquelle il n’eut besoin d’aucun appui, ne bénéficia d’aucune sympathie, n’eut la peine, pour y entrer, que d’en faire la demande auprès de son Secrétaire perpétuel, l’Amiral Lacaze1. En raison de ses ancêtres et de la façon glorieuse en même temps qu’originale avec laquelle La Varende s’était illustré dans le domaine maritime, Gustave Alaux, nommé rapporteur par l’Académie, se montra un fervent laudateur et l’élection ne fut alors qu’une formalité.

3Le mois de mai des années 1954 et 1956 fut pour La Varende chargé de bien pénibles moments puisque, après avoir sacrifié aux fatigantes, traditionnelles, alliciantes et parfois hypocrites visites protocolaires, il ne vit pas ses espoirs aboutir, les Académiciens ne parvenant pas à se départager pour l’accueillir sous la Coupole, Coupole que, sans les conseils et l’insistance de son ami Claude Farrère, il n’eût peut-être jamais tenté de rejoindre. La personnalité des écrivains avec qui il était en concurrence ainsi que leurs écrits respectifs ne permettent pas d’expliquer à eux seuls ce manque de succès ; nul n’avait oublié que, quelque dix années auparavant, il était passé chez les Goncourt.

4Pierre Coulomb, dans son étude sur La Varende, résume de la meilleure façon qui soit la différence fondamentale qui existe entre ces deux académies :

  • 2 Pierre Coulomb, La Varende, p. 136. D. Wapler, Paris, 1951.

L’Académie Française demeure la grande dame des lettres. L’Académie Goncourt est une petite bourgeoise faisant pot-bouille avec des écrivains. La première, par son maintien compassé, rappelle qu’elle est sortie d’un salon du Palais Cardinal ; la seconde sent toujours un peu la bohème du grenier d’où elle est descendue. Quai Conti, on légifère ; place Gaillon, on discute le coup. Celui qui est invité à siéger sous la Coupole y prononce un discours ; celui qui vient s’asseoir chez Drouant trinque entre des râclures de fromage et des épluchures de pomme2.

5Qui s’est abaissé à de telles pratiques ne peut guère alors espérer revêtir un jour l’habit vert. Et pourtant, les spécialistes de la grande Académie affirment que La Varende eût immanquablement connu la consécration suprême s’il n’avait convoité qu’elle. Il est cependant impossible de lui faire quelque reproche que ce soit puisqu’il a rejoint l’Académie Goncourt un peu malgré lui, à une époque où il n’avait peut-être même jamais songé qu’il pût en faire partie.

6L’un de ses meilleurs amis, René Benjamin, lui-même Goncourt depuis quelque temps, lui rendit visite et l’avertit qu’il avait longuement vanté ses talents auprès de ses collègues afin que ces derniers l’accueillissent en leur sein, en remplacement de Léon Daudet. La Varende s’accorda alors un temps de réflexion ; plusieurs éléments plaidèrent en faveur d’une acceptation. Ne voulant certes pas ternir une amitié assez profonde avec Benjamin, il eut également peur de paraître trop orgueilleux s’il refusait ; certains auraient alors inévitablement colporté l’idée qu’il dédaignait une telle assemblée, parce qu’il lui préférait de beaucoup sa grande sœur du quai Conti.

  • 3 Sacha Guitry, à la lecture des textes que La Varende avait écrits pour présenter chacun de ses bate (...)

7Prendre place au fauteuil de Léon Daudet ne lui était pas désagréable et, tout bien considéré, les contraintes qu’imposait un tel accord n’étaient rien au regard de celles auxquelles il se fût fait un devoir de se plier, s’il avait siégé à l’Académie Française ; en devenant académicien Goncourt, il n’était pas obligé de se rendre chaque semaine dans la capitale, et pouvait continuer à jouir de l’existence ouatée du Chamblac. Enfin, U ne pouvait s’empêcher de penser qu’en dépit de la notoriété qu’il connaissait déjà, une telle élection allait totalement modifier, aux yeux de certains, son image ; il ne serait plus seulement le chantre du pays d’Ouche, dépasserait le statut d’écrivain régionaliste pour devenir un auteur à part entière, qu’on citerait volontiers en exemple. Ayant donné son accord, René Benjamin et Sacha Guitry3, qui manifestait également beaucoup de sympathie pour La Varende, surent agir de toute leur influence pour que leur ami les rejoignît au plus vite. Et c’est ainsi que le 16 décembre 1942, La Varende fut reçu à l’Académie Goncourt. Ses deux amis, non contents de leur réussite, se félicitèrent pour la facétie dont ils pensaient être les auteurs :

  • 4 René Benjamin, La Galère des Goncourt, pp. 241-2. L’élan, Paris, 1942.

/.../faire élire La Varende. C’est tout de même un coup de maître. Un homme riche ! Un homme dans un château ! Un seigneur ! Tout ce qui est interdit dans le testament, lu par Descaves4.

8En un peu moins d’un an, La Varende va comprendre qu’il s’est fourvoyé, qu’il eût mieux fait de ne jamais accepter. Les espérances que Benjamin lui avait laissé entrevoir quant aux nouvelles fonctions que pourrait avoir l’Académie l’avaient séduit ; malheureusement, La Varende comprit qu’elles n’étaient qu’utopie, qu’elles ne se concrétiseraient pas et que jamais cette petite assemblée ne serait régie par un foisonnement d’idées, par un tourbillon littéraire d’avant-garde, restant au contraire, à l’image de la grande Académie, un aréopage très empreint d’immobilisme et de cacochymie. Par ailleurs, il était certaines situations qu’il avait peine à supporter ; il trouvait en effet pénible de devoir être mêlé à d’inanes querelles, de participer à des débats stériles, d’être le témoin de rivalités et de jalousies qu’il ne pouvait justifier. S’il avait imaginé qu’en littérature également, au sein d’un petit groupe qui donnait pourtant l’apparence d’une certaine cohésion, il existait de telles vilenies, il n’eût jamais daigné, en s’en trouvant le spectateur bien involontaire, les cautionner, et leur eût grandement préféré la solitude du Chamblac, où les importuns n’avaient pas accès. Petit à petit, la lassitude l’emporta sur la volonté de rénovation et une année à peine après son élection, La Varende commençait à songer qu’il pût démissionner. Son intention s’en trouva quelque peu confirmée lorsque, peu après, pour s’asseoir au siège laissé vacant par Pierre Champion décédé en 1942, André Billy fut pressenti.

9Dans le courant de l’année 1944, alors que soufflent des vents de libération prochaine, le Comité National des Ecrivains, dont nul ne sait exactement quels pouvoirs lui sont officiellement conférés, exclut de son sein quatre membres de l’Académie Goncourt, Sacha Guitry, René Benjamin, Jean Ajalbert et Jean de la Varende, les accusant implicitement d’intelligence avec l’ennemi. En décembre, une série de trois articles publiés dans France Soir, dont les critiques littéraires semblent prendre un malin plaisir à vilipender les Goncourt, va agir comme un détonateur et provoquer le départ de La Varende.

10En date du premier décembre 1944, Robert Charcot se montre très caustique lors d’une chronique qui débute par cette interrogation : "Mais où sont les Goncourt ?" Son article se poursuit ainsi :

  • 5 "Les Goncourt vont se séparer", p. 2.

Leur président, M. Rosny jeune, est en Bretagne, tandis que leur secrétaire, M. René Benjamin est en prison. M. Sacha Guitry, lui est en liberté provisoire dans son hôtel du Champs-de-Mars et M. Jean Ajalbert se cache quelque part. M. de La Varende, devenu un peu tard F.F.I. résiste en Normandie. M. Léo Larguier est dans le Midi, M. Francis Carco en Suisse et le trésorier Roland Dorgelès en province. Sagement, M. Lucien Descaves travaille dans sa retraite d’Eure-et-Loir.5

11Une semaine plus tard, Christian Le Borgne prend le relais en évoquant "L’Epuration des Goncourt" ; il écrit à son tour :

A la devanture des libraires, aucun ouvrage ne portera la bande-manchette "Prix Goncourt 44". En cette année de la libération l’Académie Goncourt ne décernera pas de prix. Elle a pris cette décision prudemment, la réunion de ses membres étant impossible, en raison de la dispersion des uns des autres.

  • 6 "L’épuration des Goncourt", p. 2.

MM. Rosny jeune, Léo Larguier, Francis Carco, Roland Dorgelès, Lucien Descaves sont, pour l’instant, absents de Paris ; quant à MM. Jean Ajalbert, René Benjamin, Sacha Guitry et La Varende, leur exclusion prononcée par le Comité National des Ecrivains leur interdit toute activité et, à plus forte raison, toute consécration littéraire6.

  • 7 "André Billy apprend qu’il est élu chez les Goncourt", p. 2.

12Enfin, Emile Petisne-Giresse, en date du 29 décembre, annonçant l’élection d’André Billy, parachève la condamnation en affirmant : "Sacha Guitry et La Varende auxquels les titres à la reconnaissance de la Wehrmacht ne manquent pas devaient se montrer beaux joueurs"7.

13Il n’était pas dit que La Varende boirait le calice jusqu’à la lie. Billy, critique littéraire à L’Aurore, qu’il ne prise guère certes, mais qui en d’autres circonstances n’eût sans doute pas provoqué son départ, du moins avec une telle promptitude, sert de prétexte, et La Varende donne sa démission dans les tout premiers jours de l’année 1945, se proclamant alors "Hors Goncourt". Pierre Coulomb suggère à juste titre que sur la porte de son château il eût en cette circonstance pu faire graver l’inscription :

  • 8 op. cit., p. 145. éd. citée.

Académicien, ne puis... plus
Goncourt ne daigne
La Varende suis
8.

  • 9 op. cit., p. 242. éd. citée.

14L’intermède est définitivement terminé et c’est peut-être mieux qu’il s’achevât ainsi puisque, comme le note son ami René Benjamin qui mourra peu après le départ de La Varende, provoquant le jour même de son décès la démission de Sacha Guitry : "Il aurait honoré l’Académie Goncourt, si elle avait continué d’être honorable"9. Paul Léautaud approuve totalement La Varende dans le choix qu’il a fait ; il s’en explique ainsi à Pierre Dolley :

  • 10 Pierre Dolley, L’œuvre de La Varende devant l’opinion, p. 113. Maugard, Rouen, 1952.

J’ai de la considération pour Jean de La Varende. J’ai fort approuvé sa conduite à l’égard de l’Académie Goncourt, sans attendre que ses membres usent envers lui de leurs procédés et combinaisons habituels. Vous avez dû voir, pour le dernier prix, - cela a paru, je crois, dans Carrefour - Salacrou, au moment qu’un jeune romancier d’un peu de mérite allait se le voir décerner, brandit je ne sais quelle pièce prêtant plus ou moins à ce jeune romancier des actes ou des attitudes de "Collaboration" et, s’adressant à ses co-académiciens : "Vous n’allez pas donner le prix à un COLLABORATEUR ?" Mêler la politique à la littérature ! Pratiquer le sectarisme au lieu de l’équité ! Quel sot il faut être, et peu sympathique10.

  • 11 A l’exception bien sûr de Francis Carco.

15Evoquer le passage éphémère de La Varende au sein de l’Académie Goncourt et ne s’en tenir qu’à lui seul, eût été une démarche certes aisée, mais ô combien critiquable. En fait, il convient de présenter en un second temps, les raisons de la cabale dont furent victimes la plupart des écrivains de l’Académie Goncourt11 et tout spécialement La Varende. Faits de collaboration sera l’expression qui viendra immédiatement à l’esprit de presque tous. Il faut se montrer très précis à ce sujet et tenter de séparer le bon gram de l’ivraie, sans à priori, sans aucune arrière-pensée.

16Que peut-on en vérité reprocher à La Varende ? Son amitié avec René Benjamin et Sacha Guitry ? Cela ne saurait étayer une accusation sérieuse et ce serait oublier un peu rapidement qu’il existe en littérature des principes qui animent les créateurs, et qui les conduisent à faire fi de leurs idéaux politiques pour ne plus reconnaître que le talent. C’est ainsi qu’à cette même époque, Pierre Drieu La Rochelle peut compter sur l’amitié d’André Malraux, qui a failli, quelques temps auparavant, être fusillé par les Allemands. En revanche, la collaboration de La Varende au Petit Parisien ainsi qu’à Je Suis Partout semblerait constituer une argumentation plus sérieuse ; il s’agit cependant de l’appréhender à sa juste valeur.

17Pour le premier nommé, il n’écrivit jamais que des contes ; quant au second, il se contenta de quelques critiques littéraires et d’une nouvelle en 1944. Jamais il n’apposa sa signature en bas d’articles venimeux, haineux et pangermanistes qui déshonorèrent pendant trop longtemps leurs auteurs. Comment l’aurait-il pu, lui qui affirmait :

  • 12 Pierre Coulomb, La Varende, p. 148. éd. citée.

Je n’ai jamais écrit une ligne dans La Gerbe, refusant aux instances de Chateaubriant, et quelles instances ! C’était un journal allemand et, par cela même, impossible pour moi. Pour Je Suis Partout, j’ai pratiquement cessé d’y écrire dès qu’il est devenu si violent. J’y ai donné quelques critiques de livres, en effet, pour rendre service à des amis et une nouvelle en 1944, accordée à la demande de Poulain. Je Suis Partout était un ancien organe royaliste, donc présumé respectable pour moi12.

18Il serait cependant facile d’objecter que, même vivant loin de Paris, La Varende n’était pas sans savoir ce qui se passait dans la capitale et connaissait pertinemment les idées des principaux collaborateurs de tels périodiques ; il conviendrait alors de rétorquer que publier des contes, des critiques et des nouvelles valait peut-être mieux que de ne rien publier du tout, dussent-ils même paraître dans pareils journaux, puisqu’ils étaient de toute façon les seuls qui existassent.

19En fait, La Varende ne fut qu’un bouc émissaire ; on profita de sa naïveté et de sa gentillesse et on le traita au même titre que certains autres membres de l’Académie Goncourt qui n’étaient pas, eux, exempts de tout reproche.

20Est-il besoin de rappeler que, lorsque Pierre Dolley interroge les écrivains à propos de La Varende, sitôt terminée la deuxième guerre mondiale, seul des membres de l’académie Goncourt encore vivants, Pierre Mac Orlan répond en émettant un jugement pour le moins flatteur. Certains auraient cependant pu "enfoncer le clou", pour se sentir un peu moins seuls dans des temps qui ne leur étaient guère favorables, mais ils ne l’ont pas fait, assurément parce qu’il n’y avait pas lieu de le faire.

21Ce serait également oublier un peu hâtivement ce sentiment patriotique qui anima toujours La Varende et qu’il parvint à restituer dans la plupart de ses œuvres. Il faudrait encore citer cette anecdote qui plaide elle aussi en faveur de La Varende. Durant la guerre, ce dernier est invité à un banquet, sitôt après une conférence qu’il vient de donner à Caen ; il a la désagréable surprise de constater que, sans qu’ils en aient été priés, certains officiers allemands se sont glissés parmi les commensaux. Lors d’un toast dont ils sont les initiateurs, La Varende leur répond :

  • 13 Ibid., p. 147.

Si nous avions été vainqueurs, vous auriez eu notre amitié ; vaincus, vous avez droit à notre réserve et vous devez estimer d’autant plus celui qui ne vient pas à vous13.

22Il conviendrait encore de préciser que nul rapprochement ne peut être établi entre La Varende et Maurras, même s’ils revendiquaient, chacun à leur façon, de farouches sentiments royalistes. Maurras sut les dépasser pour se faire le laudateur d’idées nationalistes extrémistes, que La Varende ne partageait nullement, trop convaincu du bien-fondé de ses convictions.

23Ce serait enfin négliger, et ce ne serait pas raisonnable, cette lettre que La Varende fit parvenir à son ami Philippe du Puy de Clinchamps, sitôt après sa démission de l’académie Goncourt :

  • 14 Michel Herbert, op. cit., p. 12, éd. citée.

Croyez bien que je reste pur Français et dans la plus haute acception du terme ; tourné vers nos vraies gloires et nos vrais orgueils. De plus, je n’aurais jamais admis, certes, de jouer double jeu, même au prix de ma vie. Ce que j’ai souffert ici est à ne pas croire et me met quand même au-dessus des haines et des compromissions, dans une maison ravagée. Et ces autres étaient tranquillement dans leur exil de Lyon. C’était plus facile...14.

Notes

1 Lettre adressée du Chamblac le 14 novembre 1950 :
Amiral, J’ai l’honneur de poser ma candidature au siège laissé vacant par le décès de monsieur Dupont, et j’espère que votre compagnie voudra bien m’excuser de briguer cette haute distinction qui comblerait en moi tant de travaux maritimes et d’attaches traditionnelles. Veuillez me faire la grâce d’agréer, Amiral, l’expression de mes sentiments les plus déférents.
(Michel Herbert, La Varende et les académies, p. 10. Aux dépens de l’auteur, Paris, 1981).

2 Pierre Coulomb, La Varende, p. 136. D. Wapler, Paris, 1951.

3 Sacha Guitry, à la lecture des textes que La Varende avait écrits pour présenter chacun de ses bateaux lors d’une exposition en 1930 lui avait donné le conseil suivant : "Mon cher, vous êtes sans nul doute doué pour l’architecture navale, mais avant, croyez-moi, vous êtes d’abord écrivain, alors un conseil... écrivez". (Raymond Lelièvre, La Varende dernier Seigneur des lettres, p. 18. Editions Notre Dame, Coutances, 1963).

4 René Benjamin, La Galère des Goncourt, pp. 241-2. L’élan, Paris, 1942.

5 "Les Goncourt vont se séparer", p. 2.

6 "L’épuration des Goncourt", p. 2.

7 "André Billy apprend qu’il est élu chez les Goncourt", p. 2.

8 op. cit., p. 145. éd. citée.

9 op. cit., p. 242. éd. citée.

10 Pierre Dolley, L’œuvre de La Varende devant l’opinion, p. 113. Maugard, Rouen, 1952.

11 A l’exception bien sûr de Francis Carco.

12 Pierre Coulomb, La Varende, p. 148. éd. citée.

13 Ibid., p. 147.

14 Michel Herbert, op. cit., p. 12, éd. citée.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search