Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de la Varende, écrivain de la fidélité

 | 
Joseph-Marc Bailbé

Première partie

Jean de La Varende et L’Ecole des Roches

Patrick Delon

Texte intégral

  • 1 "En parcourant la Normandie", Les Beaux Livres, Editions Les Flots Bleus à Monte Carlo, 1953, illus (...)

1Le voyageur qui arrive de Laigle et qui se dirige en direction de Verneuil aperçoit sur sa gauche, au milieu de la verdure, les bâtiments de l’Ecole des Roches. Voici d’ailleurs ce qu’en dit La Varende dans son livre En parcourant la Normandie1 :

L’illustre Ecole des Roches fut fondée au XIXe siècle par un original amateur de pédagogie, elle s’est adaptée plutôt bien que mal à l’instruction démocratique. Conception britannique et coûteuse des "maisons séparées", sous l’autorité d’une manière de chef de famille. Appel au self control de l’élève. Vie saine et sportive. Cependant, par un miracle français toujours renouvelé, elle a su organiser des études sérieuses, enthousiastes même. A remarquer, à visiter, la chapelle, œuvre gracieuse et intelligente de l’architecte Maurice Storez, qui honore son métier.

  • 2 "L’Ecole des Roches" par Georges Bertier, Les Editions du Cerf à Juvisy, 1935.

2Cette école a vu les débuts de Jean de La Varende comme conférencier et par la suite a même reçu comme élève son fils Eric. Cette double raison m’a incité à étudier la vie de l’écrivain normand durant la période de 1925 à 1939, aidé en cela par Madame Louis Garonne, fille de Georges Bertier, directeur de l’Ecole des Roches à cette époque2.

3C’est en 1899, sur l’idée du sociologue Edmond Demolins que l’Ecole des Roches vit le jour. Il professait alors la sociologie à Berlin et venait d’écrire "A quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons". Sa femme était la fille de Monsieur Lebaudy. Ils cherchaient une maison en Normandie et s’enthousiasmèrent pour le château des Roches. Son propriétaire, Monsieur de Glatigny, leur céda sa maison qui devint par la suite le Vallon.

4Edmond Demolins décida de mettre en pratique ses théories et pour cela d’ouvrir une école. Il eut de suite cinquante inscriptions, en majorité des enfants de familles protestantes car ceux-ci ne pouvaient aller dans les établissements tenus par les Jésuites. On trouvait des familles de banquiers (Verhnes, Mallet), de médecins, d’ambassadeurs et d’industriels fortunés (Shlumberger, François-Poncet, Gastambides, Augustin-Normand).

5Les élèves partirent d’abord passer un an en Angleterre et à leur retour, en octobre 1901, ils furent choisis comme Capitaines. Les Capitaines avaient la charge des plus petits et étaient répartis en douze maisons : Les Sablons (1902), Le Pullay (1905), La Guichardière (1908), Le Coteau (1915), Le Pavillon Gamble (1919), Les Pins (1925), La Prairie (1926), La Maison de l’Iton (1926), Les Champs (1932), La Colline et Le Petit Clos. Chaque maison était dirigée par un chef et une maîtresse de maison.

6Comme Monsieur Demolins n’avait pas les grades universitaires exigés pour enseigner, ce fut Monsieur Bertier qui, en janvier 1901, fut le premier directeur général de l’Ecole des Roches.

7Le but de l’école était certes de former intellectuellement les élèves mais aussi de former leur caractère et d’en faire des hommes dans le sens le plus large : "Donner le sens de la collaboration dans le travail de l’équipe, apprendre à commander tout en continuant d’apprendre à obéir." En résumé, former des hommes d’action et d’initiative, voilà le but éducatif de l’Ecole des Roches.

  • 3 Lorsqu’en 1897, mon arrière grand-oncle, Charles Delon fit paraître chez Hachette sa Méthode Intuit (...)

8En plus de l’enseignement scolaire, d’autres disciplines étaient dispensées : la Musique, le Dessin, les Travaux du cuir et de la rehure. Enfin, la gymnastique était à l’honneur (criket, tennis, escrime et natation)3.

9De temps en temps, des conférences étaient données à l’école par les personnalités les plus diverses : André Maurois, Paul Claudel, Jean Brunhes, professeur au Collège de France ; une autre fois ce sera le tour du vice-président du Sénat, puis les généraux Lyautez et Weygand.

  • 4 Fernand Piestre, dit Cormon, né et mort à Paris (1845-1924). Il était membre de l’Institut.

10Enthousiasmé par la lecture de "Pays d’Ouche", Georges Bertier demanda, en 1925, à Jean de La Varende de venir faire une conférence à l’Ecole des Roches. Ce dernier avait suivi les cours des Beaux-Arts dans sa jeunesse à Rennes puis à Paris et par la suite travaillé dans l’atelier de Cormon à Paris4 et il fut très heureux de parler de l’Art et des Artistes devant ce public de jeunes. Hélas, les textes de ces conférences ont disparu, car toutes les archives de l’Ecole ont brûlé durant la dernière guerre.

  • 5 Texte repris en 1967 pour l’Inédit des Amis de La Varende. On y a ajouté un texte sur le Titien, "L (...)

11Heureusement, un tiré à part de l’Education (journal de l’Ecole des Roches) tiré à 75 exemplaires du mois de janvier 1927 et intitulé "Initiation Artistique chez les jeunes gens" nous est resté5. L’auteur y parle de l’Art et de l’Education Artistique. Pour illustrer son propos, La Varende nous invite à regarder deux tableaux qu’il aime particulièrement "Mona Lisa" de Léonard de Vinci et "L’Amour sacré et l’Amour profane” du Titien. Il nous confie qu’il a déjà hâtivement parlé de cette peinture dans une de ces causeries, charmantes pour lui, où il voyait ces aimables jeunes gens le suivre de leurs yeux francs !

12Ce texte est dédié à l’Ecole des Roches et préfacé par Georges Bertier, directeur de l’Ecole à cette époque. Ce dernier souhaitait notamment que les conférences faites aux Roches soient éditées, et que l’Initiation Artistique en soit la préface. Hélas, son vœu ne s’est pas réalisé.

13Autre souhait, et je le cite : "Que toute grande école française ait désormais son La Varende !" Vœu pieux qui aurait amené un souffle d’air pur, une lame de fond venant du grand large sur la triste éducation républicaine dispensée dans nos lycées d’aujourd’hui...

14La collection, hélas incomplète, du journal de l’Ecole des Roches que j’ai feuilletée à la bibliothèque Jérôme Carcopino de Verneuil sur Avre m’a permis de retrouver les traces du passage de Jean de La Varende à l’Ecole. Ainsi, dans le numéro de juillet 1927, on peut lire :

C’est Monsieur de La Varende qu’on ne se lasse pas d’entendre, tant il retient l’attention par sa psychologie des grands artistes, par sa fine analyse des œuvres, par une abondance de détails qu’éclairent par moments et condensent des vues générales. Leçon d’un parfait initiateur d’art qui, en ces temps de préoccupations très positives, s’efforce d’enseigner aux jeunes le culte du beau.

15Les autres conférenciers de cette année 27 seront entre autre Monsieur Breton, directeur des Chargeurs Réunis, Monsieur du Plessis de Grénédan, père de l’héroïque commandant du Dixmude, et Monsieur Colas qui parlera du renouveau de la chanson française. Programme éclectique, s’il y en eut.

16L’année suivante, le Journal des Roches précise :

Continuant par Dürer, Holbein et les Maîtres Flamands, ses études qur les peintres, Monsieur de La Varende y a apporté cette émdition si spéciale, cette critique d’art si nuancée qui donnent à ses causeries tant de prix.

17Les conférences ayant pour thème l’art, la morale ou la littérature se poursuivent tout au long de l’année tant en français avec André Maurois qu’en anglais. On y donne également des représentations théâtrales de Labiche, Anatole France, Halévy et Henri Ghéon.

18En 1931, dans le compte rendu de Maurice Vaussard, je trouve :

Faut-il redire combien sont toujours goûtées de nos éléves et de nos professeurs les conférences du vicomte de La Varende, sa connaissance parfaite des techniques de la peinture et des autres arts, son goût si sûr, le talent qu’il a de choisir, parmi une multitude d’œuvres, les plus représentatives et d’en faire saisir, à l’aide des seules projections en noir, les beautés essentielles ? Ses causeries de cette année sur la peinture française, depuis les primitifs et la Piéta d’Avignon jusqu’aux paysagistes au XIXe siècle, ont plus appris à nos enfants que la lecture d’innombrables pages de manuels, même illustrés.

19La même année Jacques Copeau et Paul Claudel étaient venus parler sur les ressources qu’offre la vie intérieure au poète dramatique. Monsieur des Granges parla du centenaire du Romantisme et le comte Xavier de Grünne du centenaire de l’indépendance Belge. Beaux et intéressants sujets de méditation pour les jeunes élèves !

20Enfin, en 1932, le journal de l’Ecole des Roches donne ce compte rendu entre une manifestation de l’art musical et une conférence de Monsieur Focillon, professeur à la Sorbonne :

Quant aux conférences d’art, elles ont, comme les années précédentes, réuni au cercle des professeurs les auditeurs fidèles du vicomte de La Varende. Physionomies attentives et conférencier toujours sympathique. Celui-ci, avec la souplesse dont il a le secret, sait se mettre à la portée de nos garçons. Il sait aussi faire voir et surtout faire aimer le Beau, le Beau dont Platon disait qu’il était la splendeu du Vrai. L’art égyptien, cette année, a ainsi défilé devant nos yeux, et l’art chaldéen. Visions impressionnantes, grâce aux projections lumineuses, de tel petit temple moins connu peut-être, mais si parfait de lignes, tel visage de Pharaon momifié depuis des siècles et qu’on croirait simplement endormi, telle épingle ouvragée, retrouvée au fond d’un sarcophage et qui en disent autant que l’immuable et profond regard du Sphynx légendaire ou le jet hardi des obélisques.

21Plus de cinquante ans plus tard, Madame Garrone, fille de Monsieur Bertier, puis femme d’un directeur de l’Ecole nous a confié :

La Varende était un merveilleux conteur qui savait captiver son jeune auditoire. Pour nous, c’était un moment extraordinaire où suspendus à ses lèvres, plus rien n’existait, nous étions avec les peintres, nous les voyons vivre et nous les écoutions parler de leurs œuvres.

22Mais d’où est venu à La Varende son goût pour la peinture ? Ecoutons la réponse qu’il fit à Daniel Pipard en 1954 :

Par le côté sensuel de la peinture à l’huile. Pour qui l’a pratiquée vraiment, c’est une jouissance aussi chamelle que celle d’un bon repas et d’un vin savoureux. Et puis quelle liberté dans l’expression. On peut créer lentement avec l’huile, patiemment. Oui, dites bien et j’y tiens, que la patience est l’élément de bonheur et cela en tout.

23Mais allons plus loin, quelles en étaient les raisons profondes ?

Je voulais être critique d’art et j’ai peint par conscience professionnelle, pour pouvoir me permettre de juger les autres. Je me suis arrêté au moment où je me suis rendu compte que je pouvais faire un faux Titien, un faux Watteau.

24Dans la peinture ancienne, quels étaient ses goûts ?

Rembrandt, Titien, Vélaquez, ma Trinité divine. Rembrandt le plus humain, Titien le plus logique, Vélasquez le réaliste le plus poétique et le plus grand coloriste.

25Et pour la peinture moderne ?

J’aimerais bien que les révélations d’un peintre soient celles de ses qualités et non celles de ses défauts.

26Pensons au XIXe siècle :

J’aime Manet, le Corot d’Italie et Sisley qui pour moi joint la science à la sensibilité.

27Enfin, cette boutade quand on lui parle de la peinture moderne :

Eh bien ! vous savez, devant certaines peintures, je me dis que je préfère les mots croisés.

28Il est intéressant de relire le texte des "Promenades artistiques et chrétiennes". La Varende nous y précise ses conceptions pédagogiques en matière d’art :

Avant tout, éviter l’enseignement chronologique, qui semble normal, intelligent mais qui désaxe l’enfant... Il existe, parmi l’enseignement artistique une époque doublement classique, qui va du XVIe siècle au XIXe. Enfin, ne pas oublier qu’on peut toujours intéresser un enfant en lui expliquant comment c’est fait. Ne lui montrez donc pas de Giotto, ce Giotto qu’il chérira à Pente ans, il en sourirait et vous dirait que c’est gauche. Ne lui montrez pas du Rouault, il vous dirait avec simplicité mais assurance que c’est dégueulasse- (sic)... L’enfant, s’il aime les histoires, déteste que l’on bafouille en les racontant. C’est plus tard, à l’instant où il serait moins vulnérable que l’art antique interviendra, alors sans risques graves. A son tour, le jeune homme connaîtra l’exaltation, cette effervescence soudaine ou progressive qui est très profondément le propre de l’homme.

29Rappelons-nous ce conseil qu’il donnait dans "l’Initiation Artistique" (p.12.)

Tâchons d’apprendre à regarder afin d’adhérer complétement à l’œuvre. Etre attentif à tout, passer de l’ensemble aux détails et revenir à l’ensemble pour se rendre pour ainsi dire concave, comme un miroir parabolique et placer son âme à ce foyer où revient chaque rayon.

  • 6 Rodin, La Chronique de Paris, décembre 1943.
    Rodin, Editions Rombaldi, Paris 1944.

30Dans son étude sur Rodin6, après avoir analysé minutieusement la passion de cet artiste, de ce créateur, écoutons sa réaction si juste et si forte en même temps qu’elle fait revivre devant nous ce grand sculpteur :

Cette passion qu’il put satisfaire seulement par une adhérence de chaque minute, par une palpation de ses doigts enivrés pour chaque seconde : étreindre la vie dans ses complications, dans son poli ou ses rides, dans ses sauts et ses ressauts, dans ses battements, dans sa chaleur, sa moiteur, ses humidités secrètes, ses exaltations, ses prestiges, ses miracles : la vie copieuse, jaillissante, ruisselante : La Vie.

31L’artiste arrive au terme de son œuvre, haletant, brisé par la fatigue, mais quel résultat de force et de puissance a-t-il réussi à donner à la matière pour en faire un chef d’œuvre.

32Le 31 mai 1946, La Varende est à la clinique Saint Martin de Caen, et, heureux de l’accueil fait à son livre Rodin, il écrit à Monsieur Gas de chez Rombaldi :

... Seriez-vous amateur d’un Michel Ange de même type que Rodin, commentant et présentant quelques représentations en couleur des Igundi et du plafond sixtinien... J’ai beaucoup travaillé la Sixtine. Il me paraît qu’on ferait un livre exceptionnel. Je crois percevoir qu’un retour se prépare, qu’un intérêt beaucoup plus général se fomente concernant les grands maîtres picturaux qui semblent dans l’insolence actuelle de la peinture des héros (demi-dieux) mythologiques. Je mettrai en ordre mes notes de conférence sur Rembrandt, Titien et Breughel.

33Ceux qui ont bien connu La Varende se rappellent les longues discussions où il savait si bien expliquer et faire apprécier ses goûts artistiques. Privilège réservé à ses amis, privilège pour ceux qui ont assisté à ses conférences, privilège recherché par ses correspondants et amis. Je pense à cette belle et longue lettre écrite à Maria-Pia Chaintreuil le samedi saint d’avril 1949 où il lui explique, dessins à l’appui, le secret d’une composition artistique :

C’est une affaire de voyage du regard, de promenade du regard. Tout doit s’équilibrer, c’est à dire imaginer que tout personnage, tout élément est pesant et doit s’équilibrer au sens absolu du terme. La composition psychologique s’ajoute à la composition esthétique.

34La sensibilité artistique de La Varende lui permet de voir et comprendre et ensuite par sa parole, de nous faire voir et de nous faire comprendre plus facilement.

  • 7 Le 23 novembre 1966, Maître Blache commissaire-priseur mettait en vente à l’Hôtel Rameau de Versail (...)

35Bien que les textes des conférences de l’Ecole des Roches aient été détruits, j’ai pu avoir connaissance, grâce à l’obligeance de mon ami André Boscher, du texte préparatoire d’une de ces conférences : "Le divin Léonard"7. On y trouve quatre parties, d’abord un portrait physique du Vinci "très grand et fin, large d’épaules... D’un blond fauve et le teint brun, de l’or et du bronze et des yeux comme des aigues marines enchâssées, des mains déliées.

36Puis, l’auteur nous donne une étude psychologique : "il resta insaisissable, fut-ce par tristesse initiale. " Suit une diversion sur la personne du Roi, émanation divine, source pour un peuple croyant du loyalisme intégral qui survivra longtemps à l’idée religieuse qui l’anima.

37Après le personnage, intervient la description du lieu où vécut l’artiste : "Cette Italie d’alors était la patrie rêvée du génie, divisée en une quantité adorable de petits états."

38Enfin, la rencontre de Léonard, en 1482, avec Ludovic Sforza, dit le More, prince régnant de Milan. Suit un portrait, haut en couleur, du Duc mécène qui 18 ans durant favorisa la création de tant de chefs d’œuvres : Le Colosse, la Cène, des tableaux sans nombre, des instruments de toutes sortes, des canaux ingénieux, dans une investigation toujours plus aiguë vers les causes. Contraste de l’artiste génial et du tempérament félin du Prince. Il fit du maître, relativement aux capacités de Léonard, un velléitaire.

39Et tandis que La Varende a déjà posé les bases de son exposé, sa recherche s’appuie sur des dessins dans la marge des feuilles qui viennent comme autant d’escales et de renvois pour l’aider à poursuivre son étude. Le peintre et le conteur ne sont qu’un seul et même personnage. Les mots appellent les images et ces dernières le ramènent au texte. Son interprétation lors d’une conférence permettait à Madame Garrone de dire : "Quand on l’écoutait parler, plus rien n’existait, on voyait ce qu’il racontait..."

40La fréquentation du directeur et des professeurs de l’Ecole des Roches amena La Varende à penser y inscrire son fils Eric pour lui donner une éducation complète qui saurait allier les richesses d’une tradition séculaire et le levain de l’éducation nouvelle. Formation chrétienne qui est l’ultime refuge pour la protection de la vraie liberté, formation du caractère par le respect de la spontanéité de l’enfant et la recherche constante des responsabilités qu’il peut assumer. Au domaine intellectuel s’intègrent des travaux manuels et l’éducation physique a une part importante dans les activités de l’école. Tout cela serait un plus pour l’éducation de son fils.

41Aussi, en 1933 et ceci pendant sept ans, Eric portera l’uniforme gris avec chevron de l’Ecole des Roches. Il sera avec son demi-frère François Latham au Coteau et y restera de la 6ème à la philo.

42Le directeur était à l’époque Georges Bertier et le chef de la Maison du Coteau était René Levesque, ancien professeur à l’Université et à l’Ecole Normale Supérieure de Québec. Il avait la charge de 40 élèves et Eric portait le numéro 35 en 1935, et 38 en 1938.

43Chaque matin, il y avait messe à la chapelle, puis petit déjeuner à 9 heures et demie. Ensuite, salut aux couleurs sur le stade. Les cours occupaient le reste de la matinée. L’heure du déjeuner arrivait.

44A 14 heures, le sport était pratiqué sous la forme de foot-ball, tennis, hockey ou escrime. Une fête sportive était de tradition à la Pentecôte.

45A 16 heures trente, une étude permettait de reprendre le travail intellectuel. Puis à 18 heures trente salut avec complies. Enfin le dîner réunissait les élèves et Eric regagnait le Coteau où les dortoirs accueillaient les élèves par groupe de 15. Le couvre-feu permettait par un sommeil réparateur de retrouver de nouvelles forces pour la journée du lendemain.

  • 8 "La Varende le Visionnaire" par Philippe Brunetière, Flammarion Paris 1959.

46Jean de La Varende, malgré ses travaux et sa réputation grandissante d’écrivain, restait proche de son fils ; une correspondance s’établit régulièrement entre le Chamblac et la maison du Coteau. Il nous confie avoir improvisé pour son fils un roman quotidien qui dura près de sept ans. Récit qui fut continué par une lettre hebdomadaire8.

47Mais un jour, par hasard, Jean de La Varende trouva ses lettres du jeudi non décachetées. Il ne parla plus alors de "Routoutou", jeune singe qui devenait petit garçon et finissait par faire un homme fort distingué mais avec des singuliers retours vers l’ascension des arbres et le goût des cacahuètes.

48Eric, pris par la vie active de l’Ecole, ne faisait plus attention aux récits imaginés par son père. Ce dernier fit paraître en 1934 "Pays d’Ouche" qui devait recevoir le "prix des Vikings" en 1936. Puis son roman "Nez de Cuir, gentilhomme d’amour" en 1936. Il dédicacera son livre à Monsieur Storez, architecte de Verneuil qui avait construit la chapelle des Roches, en ces termes : "Avec l’espoir qu’il s’intéresse à cette double histoire de volupté et d’amour - où l’amour fut la rançon de la volupté."

49Ce dernier lui avait témoigné son admiration dès la parution du roman. La Varende lui répondit une longue lettre le 13 octobre 1936, où il précisait :

Je crois, raisonnablement que mon livre détient de la vie et qu’il fait participer les lecteurs à cette vie, mais... les difficultés auxquelles je me suis heurté dans l’exécution matérielle de l’édition ont fait que beaucoup de corrections d’épreuves n’ont pas été réalisées de sorte que je lis un texte si lourdement imparfait que j’y sens un peu une trahison de mon long rêve. Le livre reste très inférieur à la force de la vie chez ce singulier héros. Le dénouement est infiniment plus tragique mais je ne pouvais ici l’inscrire, car il eût ainsi rapporté, troublé profondément certains cousins, et c’eut été vilenie, savoureuse, certes, mais...

50Deux ans plus tard, parution du "Centaure de Dieu” qui reçut le Grand Prix du Roman de l’Académie Française. La même année, à la demande de Florian Le Roy, rédacteur en chef de la revue "Bretagne" à Rennes, paraissait "La Marine Bretonne".

51Dans une lettre envoyée du Chamblac, à ce dernier, en date du 6 octobre 1939, La Varende écrit : "J’ai retiré Eric des Roches dont la pension est trop onéreuse, il travaillera au collège de Bernay et reviendra le soir ici avec sa demi-sœur qui va tous les jours soigner les malades à Bemay." Peu de temps après, survint un événement douloureux pour le père et le fils, le 22 novembre mourut au Chamblac Madame de La Varende.

52L’année suivante, le 16 septembre, Jean de La Varende eut la douleur de perdre sa mère. Triste période avec la déclaration de la guerre. La Varende ne se laisse pas abattre et sortira en 1941 deux ouvrages "Le Roi d’Ecosse" et "Le Mont Saint Michel". Son acharnement au travail sera récompensé par son élection le 17 décembre 1942 à l’Académie Goncourt au fauteuil de Léon Daudet.

53Mais son œuvre littéraire ne s’arrêtera pas pour autant puisque jusqu’à sa mort le 8 juin 1959 à Paris, il ne cessera pas d’écrire, publiant plus de cent ouvrages et près de cinquante préfaces.

54L’Ecole des Roches a été pour Jean de La Varende une étape importante dans son cheminement artistique. Etant élève à Rennes, ce fut un visiteur attentif et passionné du musée de la métropole bretonne, attiré par les plus grands peintres qui lui ont permis de développer ses goûts picturaux.

55Son chemmement débuta avec Rembrandt et plus particulièrement ses gravures. Puis, "La mort de la Vierge", "Jean Lutma, orfèvre de Groningue", "Le Christ chassant les marchands du temple" et une toute petite gravure "La fuite en Egypte".

Celle-ci détermina, nous dit-il, l’épanchement, le spasme, le réel spasme. Un âne, un vieil homme, une femme avec son enfant sur l’âne, et des outils de charpentier, en gros ballot à l’arrière. Du linge rapidement s’échappait une scie, une égoïne. Je compris quelle avait été la vision du peintre, son identification à l’heure, à l’instant. Cela me révéla la présence de Rembrandt à mes côtés. J’en frémissait, j’en pleurais, et dus me mettre à genoux car je ne trouvais pas de siège dans les environs ; c’était dans la petite galerie qui bordait l’escalier (8).

  • 9 "Amours", Editions du Rocher à Monaco, 1949.

56Il nous a rapporté cette scène dans la nouvelle "Andromène ou la fille du concierge"9. Puis, il parle du tableau de Jordaens, une crucifixion dont la Madeleine au pied de la croix est incomparable. Enfin, une autre toile a frappé sa jeunesse La délivrance d’Andromède par Véronèse. Ce tableau a été reproduit sur la couverture de son recueil de nouvelles "Amours" (9).

57Son passage, par la suite aux Beaux-Arts, puis dans l’atelier de Cormon en furent le prolongement. Aux Roches, du rôle d’élève, il passera à celui d’enseignant soucieux de faire comprendre et aimer la beauté à cet auditoire de jeunes, avide de connaître.

58N’a-t-il pas dit que "l'art fait étroitement parti de l’éducation et, en fait, ne s’en distingue pas ;" Il savait que l’art est parfois dangereux pas sa sensualité incroyablement infiltrée dans la vie de chaque jour, et la publicité en est pour nous un exemple journalier, surtout à ce moment où l’adolescent a besoin de toutes ses forces pour se maintenir digne de soi ; mais en agissant avec discernement, il a la conviction qu’il peut, sans risques, avoir accés au monde merveilleux où nous vivons.

59Pour Eric, aussi, l’Ecole des Roches a été un passage bénéfique. Quittant l’oasis protégé du Chamblac avec un père flatté par sa gloire littéraire naissante, il avait ainsi l’occasion de prendre un peu de recul, de découvrir un horizon plus large où il pouvait prendre plus de responsabilité avec des camarades de son âge, et d’apprécier plus sa famille et le Chamblac quand il y revenait passer ses week-ends.

60Permettez-moi encore deux souvenirs personnels, dont un tout à fait d’actualité : le 1er, lors de l’exposition "Marin-Marie" au Musée de la Marine du 21 septembre au 26 novembre 1989. Dans le catalogue, La Varende racontait sa première rencontre avec Marin-Marie : "Il peint avec de l’eau salée !"

61Et puis, la 2ème qui remonte à lundi dernier lors du vernissage de l’exposition "Albert Brenet, Peintre et Reporter" également au musée de la Marine, exposition qui se poursuivra jusqu’au 5 juin prochain.

62"Ne lui demandez pas de confidences, il vous tendra un croquis !" et pour qui connaît Brenet, quelle justesse dans le portrait.

63La Varende, critique d’art, encore une facette de ses dons artistiques...

64Je terminerai cette étude sur La Varende et l’Ecole des Roches par cette phrase tirée de "l’Education Artistique" parue en 1927 à Verneuil et préfacée par Georges Bertier, qui y qualifie La Varende de "missionnaire de l’art et de la beauté" : "Ce sont les grandes images qui font naître les grandes énergies."

65L’Ecole des Roches a été pour Jean de La Varende le cadre qui lui a permis de développer de grandes images sur l’Art et la Beauté, pour Eric, le cadre qui lui a permis de découvrir ces grandes images dont parlait si bien son père, et d’acquerir cette énergie qui a été le moteur de sa vie d’homme.

66Quel beau programme, toujours d’actualité, en cette fin du XXe siècle.

Notes

1 "En parcourant la Normandie", Les Beaux Livres, Editions Les Flots Bleus à Monte Carlo, 1953, illustrations d’Yvonne Jean-Haffen.

2 "L’Ecole des Roches" par Georges Bertier, Les Editions du Cerf à Juvisy, 1935.

3 Lorsqu’en 1897, mon arrière grand-oncle, Charles Delon fit paraître chez Hachette sa Méthode Intuitive "Exercices et travaux pour les enfants selon la méthode et les procédés de Pestalozzi et de Froebel", il mettait à l’honneur les travaux pratiques et la gymnastique, bien que ces matières fussent completement ignorées à l’époque.
Voir à ce sujet "Charles Delon, pédagogue et malouin (1839-1900) par Patrick Delon, Société d’Histoire et d’Archéologie de Saint Malo, décembre 1989.

4 Fernand Piestre, dit Cormon, né et mort à Paris (1845-1924). Il était membre de l’Institut.

5 Texte repris en 1967 pour l’Inédit des Amis de La Varende. On y a ajouté un texte sur le Titien, "La mise au tombeau" (Promenade intitulée "Au Louvre"), un texte sur Rubens "Nation Française du 31 octobre 1956" et un texte sur Rembrandt "Les Pélerins d’Emmaüs" (Promenades intitulée "Au Louvre, encore...").

6 Rodin, La Chronique de Paris, décembre 1943.
Rodin, Editions Rombaldi, Paris 1944.

7 Le 23 novembre 1966, Maître Blache commissaire-priseur mettait en vente à l’Hôtel Rameau de Versailles :
- (No 86) "Couleur et formes", manuscrit autographe de 14 pages, in-folio. (Cours inédit professé à l’Ecole des Roches).
- (No 87) "Les Ecoles Italiennes", manuscrit autographe de 18 pages, in 8°. (Il s’agit vraisemblablement d’un des cours sur l’Histoire de l’Art professé par La Varende à l’Ecole des Roches).

8 "La Varende le Visionnaire" par Philippe Brunetière, Flammarion Paris 1959.

9 "Amours", Editions du Rocher à Monaco, 1949.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540