Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de la Varende, écrivain de la fidélité

 | 
Joseph-Marc Bailbé

Première partie

La Varende et la Révolution ou L’hymne triste à la Chouannerie

Joël Planque

Texte intégral

1En sa diversité souvent, l’œuvre de La Varende croise et explore les chemins d’une décennie qui, de 1789 à 1800, s’inscrit au fronton de l’Histoire sous la dénomination de Révolution française. Sans cesse il l’évoque, au fil d’un corpus que nous définirons ainsi : d’abord en deux récits des Contes amers, La déesse Raison, et Le dîner de la fosse, puis dans Les Manants du Roi et leur supplément, La Comtesse de Barville. A Mademoiselle de Corday, il consacre une somme aussi érudite qu’affectueuse, revient à la Révolution avec Heureux les humbles, (La Cavalière), signe Le Bouffon blanc, une biographie de Cadoudal, et dans les pas de son Cavalier seul, retrouve les aléas de la période révolutionnaire.

2Son lecteur s’interrogera. Sous la peinture du temps et l’empreinte des récits, La Varende se contente-t-il de susciter de simples épisodes, voire d’imposer des figures emblématiques, ou assigne-t-il au contraire à ses textes, la mission de révéler sa pensée ?

3Prend-il 1789 comme thème littéraire propre à lui offrir un cadre, ou s’appuie-t-il sur une série d’événements pour en proposer une morale ?

4Quelles sont les intentions de Jean de La Varende, lorsqu’en littérature, il aborde ce moment politique de notre Histoire ?

5Balayant du regard la dizaine de textes considérés, une première remarque s’impose, ce n’est pas tant à la Révolution qu’ils s’attachent qu’à la Contre-Révolution, à la Chouannerie.

6Lorsque le maître du Chamblac commence à publier - Les Contes amers sortent en 1937 - quel héritage trouve-t-il ?

7Celui de Balzac, certes, mais Les Chouans sont écrits d’un point de vue républicain parfaitement hostile aux combattants du Roi. Les interventions de Balzac auteur dans le récit du narrateur ne laissent planer aucun doute quant à sa pensée. Pour lui, il est clair que les insurrections rurales n’eurent rien de noble, Bretagne et Vendée confondant guerre et brigandage, ne trouvant en la proscription des princes que prétexte à pillage :

Quand de vrais défenseurs de la Monarchie vinrent recruter des soldats parmi ces population ignorantes et belliqueuses, ils essayèrent, mais en vain, de donner sous le drapeau blanc, quelque grandeur à ces entreprises qui avaient rendu la chouannerie odieuse et les Chouans sont restés comme un mémorable exemple du danger de remuer les masses peu civilisées d’un pays.

8On a pu également reprocher à Victor Hugo d’avoir présenté dans Quatre-vingt-treize un marquis de Lantenac abominablement manichéen et regretter que Barbey d’Aurevilly mêlât trop intimement la vérité historique à la fiction.

9Or, toujours, l’auteur des "Manants du Roi" s’attachera à dissocier ses textes historiques de ses œuvres d’imagination.

10Du côté des premiers, "Cadoudal", de l’autre "Le Bouffon blanc". Etranger à toute fiction, hormis peut-être la rêverie sentimentale, le statut de Mademoiselle de Corday échappe aux définitions traditionnelles. La Varende n’y donne pas le roman d’une admirable inconnue et n’adopte pas davantage l’architecture conventionnelle des séries historiques. Le livre consacré à l’héroïne normande est d’un lyrisme enthousiaste, l’introspection psychologique au cours de laquelle l’auteur s’identifiera à son personnage, "Ma volonté n’est pas d’apporter des faits nouveaux : tout a été dit dans l’ordre de la chronologie et des actes."

11Aussi, l’écrivain ordonne un poème de prose chantant l’âme de Charlotte, ses pages devenant le lieu d’épousailles mystiques où le chantre partagerait l’intime débat de la femme chouanne, de la vierge viking, investie d’une mission trop terrible.

12Avec elle, le récitant hésite puis s’interrompt, jusqu’à suspendre son examen critique, "Pris que nous sommes par la pitié, la tendresse."

13En dehors de toute volonté livresque, Charlotte est demeurée dans les "présences constantes" de La Varende. C’est pourquoi il lui dédie sciemment un livre pour lequel il commande un faible tirage. De ce texte émane en effet une partie secrète de sa sensibilité, il n’est pas adressé, de ce fait, à tous ses lecteurs, fussent-ils ses habituels lecteurs :

Je m’adresse, de plus, à un ami, car ce livre, tiré à peu d’exemplaires, surgissant au milieu d’autres livres miens, plus bruyants, n’atteindra donc que mes fidèles, presque mes intimes.

14Livre consenti sur le ton de la confidence, comme chuchotée dans l’intimité d’un salon au Chamblac, "à mi-voix, fautive, lâchée, mais dans cette sincérité qui devient un aveu."

15Ces pages s’enchaînent pour finalement brosser un tableau, un minutieux tableau baigné de sépia, une miniature.

16La Varende a interrogé les pastels d’Isabey, modèles de ses "images inconscientes", il ne reconnaît pas Marie Charlotte dans l’œuvre d’Hauër, trop distante, pas davantage dans les tableaux de Tassaërt ou Brard, il ne la retrouve comme il l’a imaginée. Il la pressent puissante, il la voit épaisse sur les toiles qu’elle a inspirées. Techniquement détestable est l’entreprise de Hauër, "c’est un dessin de crétineau", quant à David, s’exclame La Varende, "magnifique artiste, certes, mais fulminant, virulent, sensuel et haineux, bien vilain personnage !"

17David qui semble s’être inspiré de quelque tricoteuse de guillotine...

18Pour pallier ce qu’il juge être un mépris, de délicates images se composent dans l’imagination de La Varende, pour la préciser mieux et mieux rêver encore, "Ah ! Si nous avions eu un Holbein..."

19Lui, fixera comme amoureusement les traits d’une princesse boréale, d’une fille nivéenne drapée de grenats ruisselants. A la recherche d’un visage, il rencontre une âme qu’il interroge à la manière d’un clinicien. Mais celui-ci n’écrira pas Madame Bovary, parce qu’à la différence de Flaubert, il a senti en lui "monter le désir".

20D’autant plus subtile sera sa peinture, son enluminure, qu’à contre-jour, le portrait de Marat jette ses ombres de monstre physique, eczémateux, blafard et jaunâtre, orateur de bastringue, "La protubérance labiale en érection." "Son corps pourri le vêtait bien."

21Instigateur des massacres de septembre, Marat incarne à lui seul la malignité révolutionnaire et la haine avec laquelle il est saisi jette plus haut encore l’acte de mademoiselle de Corday.

22Portraitiste, Jean de La Varende le deviendra encore lorsqu’il choisira de camper le personnage de Georges Cadoudal. A l’origine de sa démarche, s’impose le même constat que pour Charlotte, les estampes représentant l’enfant de Kerléano ne sont que caricatures méprisantes, hargneusement schématisées. Pour Cadoudal, seule est acceptable l’effigie attribuée à une élève de David, Mlle Lescaut. Eclairée de noblesse et de sérénité, "Je la placerai parmi mes portraits de famille." Elle inaugure, d’ailleurs, l’édition originale de 1952, elle laisse apparaître la soumission du martyr à la Providence. Tout se passe comme si, s’appuyant sur l’art du visuel, La Varende entendait réhabiliter deux des figures illustres du martyrologe royaliste.

23Selon lui, Georges est comme Don Bosco, un saint de la paysannerie, et constamment dans son œuvre, les héros de la contre Révolution revêtent la dimension spirituelle des mystiques.

24Lorsqu’il décrit l’exécution de Charlotte, il superpose à la chemise vermillon des parricides l’éclat du manteau royal, et nous pensons alors au procès de Jeanne d’Arc :

Elle avançait dans une sorte d’auréole, sous les longs rayons d’orage : dans une expansion brûlante que projetaient les sulfures vermillonnés de sa robe ; les coups de lumière l’enveloppaient comme d’une flambée d’apothéose.

25Joseph, le Bouffon Blanc, connaîtra cette même transfiguration. Pourtant, la vocation héroïque du bouffon n’est pas de même nature que celle de Charlotte. Le choix de Joseph est dicté par un appel de conscience lorsque parmi des suppliciés, il reconnaît l’un de ses anciens compagnons de classe. Or, le cheminement de Charlotte Corday est inné, nourri de certitudes mystiques, elle ordonne aux événements et Joseph se laisse guider par eux. Mais leur commun sacrifice relève d’une égale mise en lumière. A son retour d’une rencontre avec Frotté, Joseph se lance dans la nuit, frappe au moulin, et "l’irradiation" de sa figure rassure les habitants :

Le pitre regardait son verre et souriait à son triomphe, à cette illumination qui s’était faite en lui, au sentiment d’avoir atteint son idéal, de l’avoir même dépassé. Lui, chétif, il avait agi à la manière la plus haute, celle du prêtre qui pousse aux grands desseins, aux sacrifices : il se trouvait dans le rôle ancien de l’aède de guerre.

26L’écrivain transcende ses héros lorsqu’ils se dépassent au service d’une cause, ce que suggère la signature du fou, dont on ne sait si elle symbolise une pièce de jeu d’échecs ou dessine la forme d’un calvaire.

27Leur statut religieux, l’auréole qui semble cueillir la suppliciée, contrastent violemment avec la peinture des Républicains. A l’élévation spirituelle des martyrs royalistes, leurs ennemis n’opposent que bassesse morale :

Charlotte ne voyait pas la tourbe frénétique qui l’assaillait, elle regardait plus loin, plus haut vers l’Histoire...

28Elle se sublime parmi les injures vomies et les crachats, et comment ne pas penser à la Passion du Christ ?

29Toutes les rencontres de l’œuvre varendienne mettant en scène Royalistes et Républicains, sont le lieu et le théâtre d’une confrontation dramatique et contrastée. Brune, face à Cadoudal, ne comprend rien au Chouan, "Il le juge selon son âme ; et mené comme lui par l’intérêt personnel. Il ne savait rien de ce dévouement, de ce loyalisme."

30Pour Cadoudal, Bonaparte n’est qu’un petit officier chanceux.

Un hobereau de quat’sous, et qui reste méprisable par son ambition, par sa duplicité, par sa cruauté.

31Ces propos prêtés à Georges Cadoudal sont un exemple-type d’interventions d’auteur, par lesquelles nous savons la pensée de Jean de La Varende. Si Balzac impose Bonaparte en prophète, La Varende ne voit guère en lui qu’un imbécile de génie.

32Et il suggère qu’en cette guerre d’après 1789, les forces célestes ont choisi leur camp. Dans Le dîner de la Fosse, il écrit, "Le diable est pour les bleus". Conte amer, Le dîner de la Fosse est l’histoire de ce Chouan convié à un souper par son ami d’enfance, et qu’il tuera sur ordre de ses chefs malgré l’intensité ancienne des liens qui les unissaient naguère fraternellement. Le dénouement tragique du conte veut sans doute signifier que l’entité Blanc-Bleu ne peut se résoudre que par la mort de l’un ou de l’autre.

33Saint Jacques supprime Lardusson, comme au soir du 19 septembre 1795, effectivement, un certain Lécusson, administrateur du département de l’Orne, fut trucidé par un dénommé Saint-Paul-Lingeard. C’était au manoir de la Fosse d’Avrilly, à la fin d’un repas.

34Bien plus tard, Béliphaire, le pathétique personnage des Derniers Chouans (nous sommes alors en 1906) affirmera que Bleus et Blancs se battront dans la marnière où leurs cadavres furent jetés, jusqu’au jour du Jugement, mais, s’écrie-t-il, "C’est nous qui gagnent".

35Oui, les forces d’en haut sont engagées dans ces événements menant à la guerre civile, et nous relevons dans Cadoudal la dénonciation d’une "frénésie meurtrière qu’on peut appeler le MAL".

36Les meurtres de Marat sur la province décideront Charlotte, et ce n’est pas tellement la guillotine qui compte dans la Révolution que les tueries collectives évoquées dans Cadoudal.

37Une horreur de la répression hante l’écrivain, soumis alors qu’âgé de sept ans à l’épreuve de l’ossuaire de la chartreuse d’Auray. Jamais il ne l’oubliera et ce dont il accuse les Républicains, c’est de mélanger la haine à la répression sous prétexte de maintenu l’ordre. On achève le bouffon à coups de talons, on promulgue la loi du 12 juillet 1799, dite Loi des otages.

Du même ordre que celle que nous subîmes durant l’Occupation ; on a stigmatisé la perversité allemande : l’imagination républicaine avait déjà tout inventé.

38C’est dans cette déclaration toujours extraite de Cadoudal que réside la pensée de Jean de La Varende sur la Révolution Française. Dès lors, l’horreur que le romancier ou le biographe traduiront, prend origine en cette aversion. En voici une expression, dans Le Bouffon Blanc : "Le sang, comme dans une averse, se réunissait et coulait en ruisseaux."

39Les décors plantés sont ceux d’un château incendié, d’un séminaire licencié, de vieux prêtres massacrés.

40La Varende, pourtant ne signe pas la toile de fond des grands drames collectifs, ce n’est que la fresque de la Révolution qu’il structure de livre en livre, mais une série de scènes particulières dont les détails et les oublis dont elles sont l’objet rehaussent la tragique tonalité.

41Vendue en 1794, martyrisée, les doigts broyés, Hedwige ne pourra plus jamais peindre, et cette simple remarque situe du côté de l’insurgée la délicatesse. De l’autre côté, sourd la bestialité.

42L’emblème de cette frénésie tortionnaire, c’est la guillotine, la peur obsessionnelle avouée par Hedwige, "Elle l’avait vue, la guillote, à Evreux."

43L’objet-symbole hante comme un leit motiv le conte intitulé La Déesse Raison. Elle draine jusqu’à elle une populace immonde, car c’est ainsi que La Varende traite et charrie la foule sur sa toile, la foule, cette tourbe frénétique assaillant Charlotte Corday.

44La scène ou Mme de Falleville incarne la déesse n’est pas seulement une allégorie de la Raison, mais bien plutôt de la Prostitution.

45L’horreur, pour une conscience chrétienne, ce sont aussi les hosties profanées, le viol de Solange et le martyr de sa grand-mère, le supplice d’Emmeline d’Anville, l’assassinat de l’ecclésiastique réfractaire joueur de Favillana. La Varende ressuscite une poussière de faits dissipés dans la marge de la chronique officielle.

46La Révolution est une guerre civile, dont les contradictions, nous l’avons vu, ne purent se résoudre que dans la mort. L’élimination physique des protagonistes, des frères d’autrefois. Pour les survivants, les souillures coupables ne seront lavées que par l’expiation, le moine Dysmas de Nez de Cuir le révèle.

47Le destin de Frotté appelle la réprobation éternelle, son sacrifice hante La Varende jusqu’à son dernier jour, et si jamais il n’écrit Frotté, sans cesse il en parle. Il est clair qu’à ses yeux, les mérites des Chouans de Normandie dépassent les exploits vendéens. Lorsqu’il arrive en 1794, il trouve des combattants déjà initiés à la guerre secrète et résolus au pire. Il sera le dernier à maintenir l’état de guerre civile sans atténuation, confronté à l’alternative : tuer ou être tué, livré corps et âmes à la bataille, ce jeu de hasard sanglant. Sa résistance fut bien près de payer :

Des flancs profonds de la France montaient incessamment les troupes, régiments, brigades, armées, convergeant vers ce point unique où résistaient les derniers blancs. La Vendée était morte, réduite au tiers de sa population, la Bretagne devenait féconde de ses fosses communes ; Boisguy, dans l’Avranchin, ne tirait plus... seul, sur les terres suintantes, sous l’hiver pluvieux, sous les écharpes d’eau Frotté marchait encore l’épée nue. (Le Bouffon Blanc).

48La guérilla échoua dans la trame d’une trahison, celle d’Hédouville, qualifié par notre auteur de renégat et d’habile félon.

49Autre particularité de la démarche lavarendienne, elle ne s’attarde ni en Vendée ni à Paris, mais dans la campagne normande.

50L’explication réside en son origine sociale, La Varende appartient à l’aristocratie paysanne, il y naît en 1887, cent ans après le début des événements. C’est dire combien ils sont proches encore, transmis par les récits de la parentèle ou du voisinage des châteaux comme des fermes. Ses aïeux les plus immédiats ont participé à cette guerre, c’est aussi pourquoi dans ses fictions, les Chouans sont les ancêtres des principaux personnages de sa saga, ils ont nom Anville, Tinchebray, Galart, La Bare, patronymes et caractères si proches des siens, patiemment décrits, page après page.

51Les personnages ainsi impliqués dans la tourmente sont les mêmes que ceux des portraits de famille, orgueil traditionnel de nos châteaux, et ils ont la même fonction, témoigner d’une transmission héréditaire, d’actes fondateurs, de combats consentis.

52Cet attachement à restituer un long moment de l’Histoire de France, ne relève ni de la gratuité artistique ni de la dilection pour une période donnée. Cette permanence, cette récurrence dans l’œuvre du thème révolutionnaire expriment au contraire une pensée dont elles sont en Littérature, la traduction.

53En filigrane de ses récits, La Varende propose une lecture corrigée des concepts qui définirent la République.

54Ecoutons ce qu’il nous dit de la Fraternité, terme troisième d’une trilogie fameuse, lorsqu’il nous apprend que son bouffon malgré sa gouaille, fut traité fraternellement par les Gentilshommes, aimé par eux, qui l’avaient jugé sur ses qualités. Leur sentiment allait s’éprouver encore dans l’estime forgée par l’ardente égalité des combats :

Tous ces sentiments collectifs qui valent de souffrir ensemble.
Il se lia, mot dont l’usage a usé la force magnifique, il se lia à cette noblesse condamnée, et, soutenu encore par un mystérieux bonheur, il goûta l’épanouissement de vivre, d’autant plus puissant que cette efflorenscence avait le danger comme soleil.

55Un rapport d’égalité unit les nobles à leurs chouans, et lorsque le général remet au bouffon blanc l’un de ses pistolets, le geste revêt valeur d’adoubement.

56Quand il s’élance vers sa trahison, Frotté embrasse son bouffon, et bien au-delà, en une tendresse suprême. "Tous ses paysans, tous les martyrs, la fleur ensanglantée des sillons normands."

57Dans Comment ils surent, le comte et le métayer sont du même bord, des fervents du sol, des manants tous deux : "De maneo, je reste, je persévère et j’attends. A eux, les manants de continuer, d’assurer."

58Voici défini le Credo de l’égalité selon La Varende, l’égalité, mais c’est hobereautaille et paysannerie qui, se combinant jadis, formèrent les grandes nations.

59C’est d’une conscience d’aristocrate qu’émerge l’interrogation fondamentale : "Quelqu’un pouvait-il avoir plus de "race" que ce Béliphaire... Ah ! pensait Jacques, quel est le seigneur de nous deux... Oh ! lui, sans nul doute..."

60Pour cette pensée, le rôle du noble est de vivre sur sa terre et ne devoir payer que tailleur et maçon et couvreur.

61La société d’ancien régime était édifiée par des cellules analogues qui l’ordonnaient naturellement, harmonieusement de haut en bas, selon "le système métrique de l’autorité".

62Alors, la distinction n’était pas fondée sur l’argent.

63Cette constatation est le centre de la pensée varendienne. Il la répète au fil des ouvrages, la scande, la martèle à force d’affirmations. Elles ont valeur d’aphorismes, que nous relevons le plus souvent à l’extérieur de notre corpus initial.

64Pourquoi cette pensée s’exprime-t-elle de préférence en dehors des quelques dix livres prenant pour thème la Révolution Française ?

65Ces textes directement consacrés à la période révolutionnaire donnent à voir, d’autres, attestant ainsi de la cohérence de l’œuvre, les éclairent du faisceau de la réflexion.

66Les sentences frappent a posteriori le désordre des événements, et l’idée pour s’imposer, sollicite un recul.

67Les hobereaux - la distinction entre ville et milieu rural est primordiale chez La Varende - vivent aux côtés d’autres races. Elles sauront faire corps ensemble, et l’épreuve conjointement consentie permettra l’union d’Ermance Lefebvre et du marquis d’Anville. Ce sont les paysans qui sauvent l’héritage nobiliaire, et tous, du côté de la terre, sont plus sensibles au droit moral, plus sentimental que codifié, le code moral tacite s’opposant de toute la force et de tout le poids de son passé au code civil.

A l’heure où vaincus, tant de malheureux hobereaux devenaient des croquants, la dynastie des Lefebvre, victorieuse, faisait un gentilhomme. Il faut espérer : des gens pareils, notre campagne est pleine.

68On a pu écrire que tout La Varende était résumé dans cette phrase du Roi d’Ecosse : "Vivre en aristocrate, c’est jouir mais se sacrifier ; vivre en bourgeois, c’est jouir, et ne jamais se sacrifier."

69Or, qu’est-ce que la Révolution, sinon l’avènement d’une classe sociale nouvelle, la bourgeoisie, au détriment de l’ancienne aristocratie ? La puissance économique s’est substituée à l’autorité de toujours.

70L’aristocrate, Le Centaure le confirme, est prêt au premier rang. Mais à quoi ? Au sacrifice, "essentiel le sacrifice".

71Dans l’attachement de La Varende à l’ancien régime, se mêlent réflexion idéologique et réflexe sentimental. Pour révéler la nature de leur lien, il choisit L’homme aux gants de toile, qui affirme :

Un château qui disparaît, mais voilà deux cents paysans qui désertent ! C’est pour eux, la maison du secours héréditaire, matériellement, pardi, bien sûr, mais autant et plus spirituellement. La politique rurale devrait être une politique de château.
Belle chose que l’ancien régime, qui ennoblissait, quand celui-ci démocratise. Jadis, on faisait de l’aristocratie avec du peuple ; aujourd’hui, du peuple avec l’aristocratie. "

72Les nobles reléguèrent leurs privilèges sans renier pour autant leurs devoirs, mener et secourir les hommes, jouir en épicuriens, certes, mais par impérieuse nécessité, pour attester des espoirs temporels et faire croire en la vie. Sans position officielle, ils se sentirent "à côté" et se réfugièrent dans leur famille, leur parentèle et leur maison.

Comme des vaincus dans une suprême enceinte, et demandèrent au mépris de la force de sourire encore. Douloureuse faiblesse congénitale que de naître anachronique.

73De la naissance, il est question dans Les derniers chouans.

74On peut lire : "La naissance, c’était ce qu’il y avait de meilleur et de moins de dispute. Tandis que si c’est l’argent qui fait la dignité..."

75Dans Cœur pensif, cette pensée : "J’aimais mieux la naissance avec ses devoirs que l'or avec ses droits".

76Or voici ce que l’œuvre de La Varende enseigne : l’héritage de la Révolution Française bâtit la société nouvelle sur un leurre, une extraordinaire inversion de valeurs.

77N’écrit-il pas dans Nez de cuir que le luxe du maître flatte et ennoblit le serviteur ?

78Il a conscience pointant, une lettre du 12 mai 1937 l’atteste, que le paysan est aussi un aristocrate.

79Décidément, son système de repères et de valeurs, hérité de l’expérience séculaire, ne coïncide jamais avec la classification républicaine moderne. L’équation est désormais impossible qui unissait la "hobereautaille déclarée” aux humbles, les nobles des campagnes aux Chouans de Normandie, ces "oubliés de la gloire".

80Quel est l’acte où se scellent le plus solidement ces muettes affinités ?

81C’est l’acte d’écriture, précisément, qui brille comme une arme, fort de quoi La Varende s’est engagé selon son tempérament, fortement. En écrivant le petit peuple des campagnes et la gloire désuète des Chouans vaincus, il a voulu les servir au cœur d’un mouvement chevaleresque. Qu’il aborde ou non la Révolution, n’oublions pas qu’il n’est pas simplement le chroniqueur de l’aristocratie, mais le chantre de toute une galaxie sociale qui n’oublie pas le tâcheron, le valet d’écurie, l’hôtelière, l’artisan. Et tous ses livres rétablissent la vérité qu’avec leurs nobles, ils ne vécurent pas dressés l’un contre l’autre, mais ensemble, jusqu’à se confondre.

82L’expression la plus tangible de cette entente indéniable est le château, tabernacle profane de l’ancien régime, et c’est pourquoi La Varende exècre tellement la Révolution, qui osa s’y attaquer. En le brûlant, en le pillant, elle a atteint du même coup la maison qui incluait dans son agencement intérieur une antichambre à manants !

83On donnait autrefois aux pauvres l’équivalent de la somme dépensée aux réceptions. De l’autre côté, le peuple se dévouait jusqu’à la mort, l’héroïsme désespéré des Chouans le prouve à l’évidence, et on nous parle aujourd’hui de lutte des classes ! Mais c’est proprement l’inverse de la pensée varendienne, ce que toute son œuvre dénonce.

84Dans son Roi d’Ecosse, il constatait : "La République n’a su faire que de la haine et pas d’amour".

85Nous voyons maintenant combien l’engagement littéraire est également politique.

86Avec la disparition de Roger de Tinchebraye :

mouraient ultimement l’ancien régime, le prestige et l’amour : la VRAIE démocratie, celle qui ne condamnait pas l’âme du chef à s’abaisser aux désirs de la masse, mais qui soulevait cette masse de la poésie, de la noblesse de son chef.

87La Varende est écrivain de la Révolution, non pas en courtisan, il déteste la Cour comme il hait Paris. Pas davantage en homme du passé, même si paradoxalement, sa souffrance politique le situe en homme d’avant 1789, d’un temps où le Christianisme et l’Aristocratie fondaient toute démarche de la société. Pour lui, l’un et l’autre procédaient d’autorités incontestables, parce que tous deux d’essence divine. La simplicité solidaire des hommes était définie par leur responsabilité face à Dieu.

88Les aristocrates, les "meilleurs", étaient les guides, les soutiens et les exemples à qui la condition de naissance imposait de servir dans le cadre du fief familial, de la province et du Royaume.

89Après 1789, l’Etat centralisera, puis passera le Français dans le moule du Français moyen, un adjectif qu’assurément La Varende n’aimait guère ! Lui, il était trop grand.

90Son œuvre, un hymne double, au hobereau, mais ils ne sont que de petites gens de campagne et on ne les chante pas en Littérature ou en Histoire sans associer à leur destinée celle de leurs voisins les plus proches, ceux des cours-masures ou des modestes abris à toit de chaume.

91L’œuvre laissée par Jean de La Varende est un mémorial de l’ancienne France, elle témoigne doublement d’une érudition de chartiste et de la sensibilité d’une âme rurale.

92Au cœur de cette œuvre si large, les pages choisissant la Révolution Française pour cadre s’élèvent en hymne triste.

93Elles se font hymne lorsqu’elles deviennent poème à la gloire des héros.

94Hymne épique dans les pas de Cadoudal, discrètement lyrique pour chanter Charlotte Corday, toujours cet hymne recèle une intention didactique.

95Or, le propre d’une démarche didactique est d’enseigner.

96C’est pourquoi l’écriture de La Varende appelle la question, pour qui et pourquoi son auteur l’a-t-il posée en acte ?

97Pour ses contemporains, certes, mais peut-être à l’intention des générations futures pour lesquelles elle léguerait, s’appuyant à la fois sur la cohésion d’une pensée et d’une somme de connaissances, un témoignage.

98Son parti-pris engage La Varende. Alors, il raconte - et avec quel talent - les actes qui l'inspirent !, mais il les exalte encore en prenant ses héros au centre d’une chronologie où ils se battent en incarnant l’idéal de tout un groupe humain.

99Alors il magnifie leurs actes, sur le mode de l’expression et de la pensée émotives, parfois chargées des figures de rhétorique.

100C’est là que la voix intime du poète murmure elle aussi son émotion, en marge de la grande épopée bruyamment narrative ou d’un drame qui ne se nourrirait que d’action.

101C’est bien un hymne qui s’élève, porteur de la nostalgie, de la tristesse des combats perdus, à la recherche d’une architecture sociale effondrée, c’est un hymne en exil.

NOTES

102Cette affirmation concernant Balzac a pu surprendre. Or, je trouve dans le bulletin des Amis de La Varende no 21, de juin 1984, pp. 42 et 43. La relation d’un dialogue entre Jean-François Chiappe et Michel de Saint-Pierre :

- Et ensemble, dit Chiappe, nous en avons convenu depuis, l’ennui c’est que lorsque Balzac commence à parler des Chouans, il est républicain. C’est affreux. Cela n’arrive pas à tout le monde, mais toi et moi, cela ne nous est jamais arrivé. Mais à ce moment-là, il écrit en 1829, il est républicain. Ce qui fait qu’il donne à la Chouannerie une espèce de tonalité passéiste et Dieu sait s’il s’en repentira, à travers la préface générale de "La Comédie humaine". Donc le premier grand témoignage, le premier texte tout à fait remarquable donné par un écrivain de race, est donné par un républicain. Encore une fois, merci "Petit Jésus", il se convertira.

103Lors d’une conversation téléphonique ce 22 avril 1991, Jean-François Chiappe me confirme :

- Vous avez tout à fait raison, il suffit de lire le livre ; "Les Chouans" sont écrits pendant la période républicaine de Balzac, il n’est devenu (et nous sommes en 1829) monarchiste qu’après la Monarchie de Juillet.

104M. Chiappe souligne encore le caractère extrêmement indécis du marquis et le sectarisme de l’héroïne blanche. Enfin, il me rappelle que dans le roman, la volonté se situe du côté des Républicains.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540