Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de la Varende, écrivain de la fidélité

 | 
Joseph-Marc Bailbé

Avant-propos

Joseph-Marc Bailbe

Texte intégral

1Le Centre d’Art, Esthétique et Littérature, qui célèbre cette année le vingtième anniversaire de sa fondation, en 1971, se propose, en dehors des recherches plus spécialisées qu’il a entreprises, non seulement de contribuer à l’illustration et à l’interprétation moderne des grands écrivains normands, mais aussi de découvrir, d’explorer des domaines moins connus de notre littérature, pour analyser, avec des critères objectifs, ce qui mérite d’être proposé à une plus large diffusion. C’est ainsi que Flaubert, Maupassant et tout récemment Barbey d’Aurevilly nous ont donné l’occasion de réaliser des ouvrages collectifs très riches. D’autre part accueillir Jean de La Varende ce n’est pas, on s’en doute, nous engager dans une quelconque querelle de terroir, ni verser dans une érudition trop tatillonne, mais bien envisager ce que cet écrivain apporte à la Normandie, ce qu’il nous révèle de sa personnalité et de son idéologie, et surtout l’installer, en quelque sorte, dans un espace plus large de la littérature française, en essayant de mesurer sa place.

2Pierre Clarac, dans la préface qu’il voulut bien écrire pour notre premier ouvrage intitulé "Motifs et Figures", déclarait : "La sympathie est la meilleure arm du critique." Il est bien dans la tradition universitaire, faite de lucidité et d’humilité, de former et de réformer des jugements parfois hâtifs que les années qui passent engagent à revoir. La Varende est-il victime d’une appréciation trop sommaire, fondée sur quelques écrits ou déclarations, et cela constitue-t-il un obstacle à une meilleure connaissance de son œuvre ? Le fait que quelques ouvrages seulement de cet auteur soient bien connus, face à sa production très abondante, doit-il encourager à le mieux lire et le mieux apprécier ? Quelle est la juste place de La Varende dans l’histoire du genre romanesque, à côté de Flaubert, Barbey d’Aurevilly ou Maupassant, pour ne citer que quelques noms ? C’est dans ce sens que nous avons voulu nous orienter.

3Qu’il me soit permis tout d’abord de manifester notre sympathie cordiale et nos remerciements à l’Association des Amis de La Varende, présidée avec compétence et dévouement par Me André Boscher, qui a spontanément accepté de se joindre à nous pour le Colloque et la réalisation de cet ouvrage, avec cette montée au parvis de l’Alma Mater, qui comporte peut-être quelque rudesse, mais s’ouvre finalement sur une large compréhension. Dans cette rencontre si amicale et féconde en échanges, nous avons acquis la certitude qu’une volonté d’ouverture la plus large conditionne le développement de la recherche.

4Cet ouvrage rassemble donc un certain nombre de communications, traduisant à la fois la diversité de notre enquête interdisciplinaire, et la manière personnelle de chacun de nos collaborateurs. Le Château, mythe et réalité, s’impose à travers tous les textes de l’auteur dans le paysage et par l’architecture comme une aspiration permanente du héros à la grandeur et au sublime. On voit ainsi s'affirmer le sens de la fidélité et du sacré chez le romancier qui signe "sa raison d’être et sa manière d’être" dans des œuvres qui voient s’effacer progressivement les traces de son pessimisme. On évoque son hymne à la chouannerie, traduisant "la nostalgie, la tristesse des combats perdus, la recherche d’une architecture sociale effondrée, hymne en exil.'' D’autre part son passage comme conférencier à l’Ecole des Roches, étape essentielle où s’affirment ses goûts picturaux, et une fine analyse des œuvres, lui a appris à développer de grandes images sur l’Art et la Beauté. Il s’agit d’une création littéraire qui, auprès de ceux qui ont connu l’homme et ont pu l’apprécier, dans ses bons mots comme dans ses affirmations essentielles, est le reflet de son énergie et de son allégresse, et traduit également ses connaissances encyclopédiques, avec cet émerveillement constant sur le travail de l’artisan comme de l’artiste : "Il savait tout sur tout, coutumes et costumes, rites et rythmes, métiers, maintiens..."

5Un regard sur les aspects plus proprement littéraires ouvre bien des perspectives : ainsi Le Centaure de Dieu, par le rayonnement de ses personnages et le caractère sublime de certaines scènes, révèle des préoccupations spirituelles assez rarement exprimées de cette manière. La Valse triste de Sibélius est une élégie sentimentale où, en partant de ses souvenirs de voyage en Hollande, le romancier tisse de mélancoliques arabesques sur le thème de l’artiste inspiré. Nez de cuir, illustré par le film d’Yves Allégret, dans ses beaux décors et sa prestigieuse interprétation, présente un rêve attachant sur l’authenticité de l’univers aristocratique, face aux fausses valeurs bourgeoises. La critique littéraire chez La Varende, avec une lecture originale de Flaubert "le grand Normand", dénote l’importance accordée à la théorie de la race, du milieu et du moment chère à H. Taine. Enfin ses démêlés avec l’Académie Goncourt mettent en mémoire une époque de douloureuses confrontations.

6Pour donner une impression globale et sans doute subjective, une tonalité finale, je dirais que La Varende nous charme, au sens le plus précis du terme, par son énergie et ses vertus profondes, qu’il nous séduit par la vitalité de son imaginaire, et qu’il nous stimule par les contradictions et même les facilités d’écriture que l’on entrevoit chez lui. Une manière de suggérer un naturel inquiet, capable parfois d’élans incontrôlés, et d’admirables retours, beaucoup moins "tout d’une pièce" que d’aucuns pourraient le dire. Son œuvre est à l’image de la vie, avec ses assauts et ses repentirs.

7Qui n’aimerait ce défenseur vigoureux de la race normande, comme Barbey d’Aurevilly, d’une société naguère puissante face à un monde qui la rejette sans ménagement, dans ce genre historique romancé, manié avec la perfection d’un virtuose de ce genre littéraire. Vision alerte, joyeuse de la nature, avec sa rudesse mais aussi la beauté et les langueurs romantiques du Pays d’Ouche. Présence constante accordée au lignage, à l’aristocratie, par une volonté d’enracinement qui s’exprime à merveille dans le Centaure de Dieu : "Il est mort en aristocrate normand, dans son rêve et dans ses conqêtes."

8Qui n’aimerait cet écrivain, ce poète de la sensation vraie, qui fait voir les êtres et les choses, dans le lento de la pastorale ou les chevauchées admirables des grandes tentations ! La Varende lui-même définissait ainsi son œuvre : "Mes livres ne furent que des excés de l’imagination." Face à la vision païenne du sang et du sol, voici que va montant, avec tous les moments du rythme romanesque, l’exaltation du patrimoine social, littéraire et artistique. Liberté et indépendance, lucidité et ferveur, fonction poétique exarcerbée de cet esprit de choix qui note, dispose et explique.

9Qui n’aimerait ce style éblouissant, les grandes enjambées de ses romans, un art du récit, de la description, du conte qui jamais ne lasserait ! De Maupassant à La Varende que d’étapes sur les routes normandes ! Et peut-être que de pas égarés sur des sentiers trop connus, tant de fois jalonnés et proposés au lecteur patient. Certes La Varende sait, quand il le faut, rejoindre les préoccupations classiques des grands romanciers, mais il renonce difficilement à ses thèmes favoris, à ses navigations héroïques, à cette symphonie inachevée des heurs et des malheurs de l’aristocratie. D’où quelques faiblesses dans l’écriture, des images parfois banales, que les habitudes du journaliste et du chroniqueur peuvent avoir entretenues, une critique littéraire qui souffre des foucades d’une personnalité intransigeante.

10C’est pourquoi, si l’on peut saisir dans ces diverses contributions des prises de position extrêmes que nous ne partageons pas sur des sujets aussi brûlants que la Révolution française, l’antisémitisme, la religion, force est de constater qu’un regard critique impose quelque mesure, quelques nuances dans les jugements et une saine évaluation. Mais ce qui frappe incontestablement, et cela me semble significatif, c’est l’opinion très favorable de ceux qui, à l’occasion de ce colloque, ont vraiment découvert l’œuvre de La Varende ; ceux qui, à travers un roman ou un thème, ont su apprécier la personnalité mouvante et subtile de l’écrivain, et l’attrait qu’elle peut susciter ; un réel pouvoir d’aimantation de ce romancier, écrivain magistral, prince de la Normandie, qui demande à être vu de plus près, car il n’a pas livré tous ses secrets qu’il réserve aux lecteurs de bonne volonté.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540