Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Repenser le réseau postal

 | 
Éric Blin

Conclusion générale

Texte intégral

1A l’heure où les responsables de l’aménagement du territoire songent à redistribuer les services publics pour rééquilibrer leur réseau, cet ouvrage a voulu montrer l’utilité d’un modèle de localisation en l’appliquant à un cas concret, celui de la Poste de Seine-Maritime. Cette conclusion aura un triple objectif. D’une part, montrer l’efficacité du modèle. Adapté correctement au réseau postal de Seine-Maritime, il a fourni des résultats à la fois attendus et inattendus, mais pourrait sans doute encore être amélioré. D’autre part, montrer que le modèle doit être considéré comme la première phase pour aménager le réseau postal. Enfin, montrer que l’aménagement postal, tel qu’il a été conçu, pourra être un exemple et un guide pour l’aménagement de tous les services publics.

2Il s’agissait moins d’un exercice de calibrage qu’une tentative de réaliser un aménagement réaliste. En fournissant à l’échelle de tout le département des résultats précis, le modèle ne peut que séduire puisqu’il diffère des plans d’action peu directifs et peu globaux de la Poste. Les créations et les suppressions prônées par le modèle conduisent à une épuration du réseau. Même si le décideur, selon son budget et ses impératifs, peut envisager un réseau plus dense, la politique à mener doit être assurément une politique de réduction du réseau. La Poste doit suivre la logique de regroupement des autres services publics. Il faut dire que le réseau est dense, trop dense et, par rapport aux suppressions, les créations apparaîtront toujours minimes. Mais réduction ne signifie pas disparition. En Seine-Maritime, les critères conjugués de population et de distance s’équilibrent entre les milieux ruraux et urbains, pour produire un réseau régulièrement réparti sur le territoire, un réseau à la fois efficace et équitable.

3Si la réduction générale du réseau était plus ou moins attendue, le rééquilibrage de la présence postale préconisé par le modèle était moins prévisible. Il se calque sur une armature communale où population et distance se combinent pour donner une hiérarchie parfois inattendue. De telle sorte que si les suppressions à effectuer en milieu rural et les créations à accomplir en banlieue et en milieu périurbain ne sont pas surprenantes, les quelques bureaux à supprimer dans les grandes villes et les quelques bureaux à créer dans certaines zones rurales isolées peuvent surprendre.

4Il serait toujours possible de parfaire le modèle. Quelques éléments et quelques contraintes supplémentaires permettraient sans doute de le rendre encore plus réaliste sans le compliquer pour autant. En outre, il serait sans doute intéressant de réaliser un modèle à l’échelle de la France. Il ne faut pas oublier que même si les créations et les suppressions sont conduites sous la seule responsabilité des directions départementales de la Poste, celles-ci reçoivent des directives et des crédits de la Direction générale. Il importe donc d’avoir un regard sur l’ensemble des départements afin de pouvoir établir des priorités. Ce que nous avons appelé urgence à l’échelle de la Seine-Maritime le serait-il toujours à l’échelle du pays ?

5Le modèle ne doit pas être considéré comme un plan d’aménagement mais comme la première étape de l’aménagement. Si le modèle a parfois été présenté comme un plan, s’il a parfois été présenté comme une méthode suffisante, ce n’était pas sans arrière pensée. Il s’agissait de faire admettre l’emploi d’un modèle pour réorganiser le réseau postal. C’est dans cette intention de convaincre qu’il a été conçu avec simplicité. Il était ainsi aisé de prouver la cohérence, le bien fondé et le réalisme des projets. On a pu démontrer que les créations et les suppressions recommandées par le modèle étaient non seulement convenables mais également réalisables. On a pu démontrer que les éléments qui n’avaient pas été incorporés au modèle, n’étaient que des éléments secondaires, qui pouvaient être pris en compte ultérieurement, indépendamment des résultats du modèle. Si les mesures à prendre ont été présentées comme des impératifs et non comme des suggestions, c’est uniquement pour convaincre. Il fallait montrer que le modèle était suffisant pour remanier le réseau postal. Si le modèle avait juste été présenté comme un simple outil de travail, il n’aurait pas forcément convaincu. En effet, par méconnaissance ou par hésitation, les modèles de localisation sont peu utilisés en France pour des plans d’action. Il fallait pousser la démonstration jusqu’à l’extrême.

6Il est temps à présent de replacer le modèle dans les limites de ses capacités. Il ne doit être que le fondement de l’aménagement, un aménagement qui pour être complet doit tenir compte de nombreux éléments : des éléments postaux comme la distribution du courrier, les automates, le personnel, le trafic, le budget disponible..., des éléments non postaux comme la concurrence, les disponibilités foncières, les projets d’urbanisme ou de développement local..., mais aussi des desiderata des politiques. Tout le monde est unanime à reconnaître que l’aménagement doit reposer sur une multitude d’éléments, mais personne ne parvient à le réaliser parce qu’il manque une trame solide, une base. Le modèle sera cette base. Il constituera le fondement sur lequel doit être construit l’aménagement. Il n’a jamais été conçu pour résoudre l’aménagement à lui seul, il n’est qu’un outil de travail qui fournit un schéma de préférence pour le décideur. C’est uniquement dans cette intention qu’il a été conçu. Un modèle ne remplace pas le décideur, il l’influence. C’est le cheval de Troie des Temps modernes.

7La simplicité du modèle va dans ce sens. Grâce à elle l’utilisateur pourra facilement concevoir des simulations, analyser les résultats et les vérifier. Cette simplicité prend toute sa valeur pour l’aménagement d’un service public parce qu’elle donne au décideur et aux collectivités locales la possibilité d’intervenir sur les résultats du modèle.

8L’objet de la concertation n’est pas de remettre en cause le modèle, mais de s’appuyer sur lui pour concrétiser l’aménagement, c’est-à-dire pour créer, supprimer et façonner le réseau de mille et une manières. Par définition il donne une base convenable, elle demande à être parfaite non à être défaite. Chaque cas mérite une réflexion, réflexion qui doit être menée par trois acteurs : la Poste, les collectivités locales et les usagers (particuliers et entreprises).

9N’était-il pas illusoire de vouloir traiter le réseau postal indépendamment des autres services publics ? Il est vrai qu’en milieu rural le retrait des services publics est général et, si la Poste est l’un des derniers services publics en place, les pouvoirs publics ne comptent pas uniquement sur elle pour réaménager les espaces ruraux.

10Mais, d’une part, cet ouvrage n’a servi qu’à prouver le réalisme et le bien fondé d’un modèle pour l’aménagement d’un service public. Pour convaincre, il était plus judicieux de ne traiter qu’un seul service. A présent, il est vrai que l’on pourrait essayer d’appliquer la méthode à plusieurs services publics. Ce serait un exercice intéressant : la modélisation au service d'un aménagement général des services publics.

11D’autre part, même si l’aménagement doit se faire conjointement avec les autres services publics, le plan d’aménagement postal pourra faire avancer la réflexion sur l’ensemble des services publics et permettra enfin de prendre des mesures. “Si j’étais prince ou législateur, je ne perdrais pas mon temps à dire ce qu’il faut faire, écrivait Jean-Jacques Rousseau, je le ferais ou je me tairais”.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540