Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Repenser le réseau postal

 | 
Éric Blin

Troisième partie. Des pistes pour l’aménagement

Des pistes pour l’aménagement

Texte intégral

1Cette introduction est particulière. Sans doute sera-t-elle un peu longue. Elle consistera à décrire un traitement suffisamment caractéristique pour annoncer le plan de cette partie. Ce traitement c’est la configuration optimale, c’est-à-dire la configuration des meilleurs bureaux, ceux qu’il faudrait installer si le département était vierge de toute présence postale. Pour y parvenir avec la méthode Attila, on suppose que tous les bureaux potentiels sont susceptibles d’être choisis et on les supprime un à un jusqu’à obtenir le nombre souhaité.

2Pourquoi décrire ce traitement en introduction ? Parce qu’il offre une vision du meilleur réseau. Il permet ainsi de dégager les grands thèmes de l’aménagement pour organiser le plan de cette partie. En revanche, il ne peut guère être développé par la suite parce qu’il ne donne pas les moyens d’atteindre la configuration optimale à partir du réseau actuel, il est donc difficilement applicable. Même pour reproduire la configuration optimale avec 238 bureaux —c’est-à-dire le même nombre de bureaux qu’actuellement—, il faudrait supprimer 77 bureaux et à en créer 77 autres. Ce n’est pas tant le nombre de changements qui est irréalisable que la marche à suivre qui, elle, est imprévisible. Du jour au lendemain, on ne peut rayer de la carte 77 bureaux et en créer 77. Les changements ne peuvent se faire que progressivement en connaissant l’ordre de priorité. Ces modifications, qui soulignent l’inefficacité du réseau actuel, permettent de le critiquer.

3Il faut supprimer...

4Le réseau actuel est trop dense. Actuellement, la distance totale parcourue par l’ensemble des habitants de Seine-Maritime est de 2292020 kilomètres soit une moyenne de 1,87 kilomètres par personne. Il suffirait de 192 bureaux bien placés pour que la distance soit la même qu’aujourd’hui. Mais quel est le nombre de bureaux idéal en Seine-Maritime ? Il est délicat de répondre à cette question parce qu’il n’existe pas de solution unique. Tout dépend des moyens de la Poste : plus le réseau qu’elle envisagera sera dense et plus les usagers seront satisfaits. Il est certain qu’un réseau trop dense ne lui apportera guère plus de satisfaction. De même, il existe un seuil critique en deçà duquel la taille du réseau ne doit pas descendre. Ce seuil est le nombre minimum de bureaux pour obtenir une efficacité convenable, c’est-à-dire que les améliorations apportées par un réseau plus dense seraient de faible importance aussi bien pour la Poste que pour les usagers. Aussi, cette configuration minimale peut-elle être considérée comme une configuration suffisante et donc d’une certaine manière comme une configuration “idéale”. C’est désormais par ce qualificatif que nous la désignerons. Quel est donc la taille de ce réseau ?

5Lorsque le modèle élimine un à un les 632 bureaux potentiels jusqu’au minimum de bureaux possible — il reste alors 56 bureaux en Seine-Maritime—, la distance totale parcourue par les usagers augmente. Le nombre “idéal” de bureaux correspond donc au nombre qui entraîne une forte augmentation de la distance. Le seul inconvénient est que la courbe représentant l’accroissement de la distance moyenne parcourue dans tout le département au fur et à mesure des suppressions ne dessine pas de point d’inflexion précis (figure 43).

Figure 43. La distance parcourue avec les bureaux optimaux

Figure 43. La distance parcourue avec les bureaux optimaux

6Chaque suppression n’a que peu de répercussions sur cette distance. Seule la suppression des derniers bureaux apporterait de réels changements, mais elle est impossible puisque le modèle doit garder un minimum de bureaux afin que les principes d’affectation soient respectés. Cette courbe permet malgré tout de déterminer un seuil. En effet, un agrandissement de la courbe dessine une zone d’inflexion entre 150 et 185 bureaux. Le nombre “idéal” de bureaux peut être fixé à 167 bureaux. Toutefois, même si ce nombre sera retenu par la suite à titre d’exemple, comme le nombre de bureaux à atteindre, il faut le considérer avec une certaine réserve. Avec les 167 bureaux optimaux, la distance moyenne parcourue ne passerait qu’à 1,99 kilomètres. L’écart, par rapport aux 1,87 kilomètres actuellement parcourus, serait donc faible malgré la réduction de 30 % du réseau : cela prouve le sureffectif du réseau actuel. On l’avait pressenti à travers les critiques, le modèle le confirme : L’aménagement du réseau postal de Seine-Maritime doit passer par une réduction du réseau. “Suppression” doit être le mot d’ordre.

7Il faut construire...

8Considérons 167 comme le nombre “idéal” de bureaux (au-delà ce serait du luxe, en deçà insuffisant). Ce nombre ne représente que 70 % du nombre de bureaux actuels. Pourtant, les 167 bureaux ne coïncident pas uniquement avec des bureaux actuels. On aurait pu penser qu’il suffisait de supprimer 71 bureaux pour atteindre le réseau “idéal”. Il faudrait en fait réaliser 105 suppressions et 37 créations. L’aménagement ne consistera donc pas uniquement à réduire le réseau, il faudra aussi créer. La carte montre que les créations concerneront prioritairement les milieux urbain et périurbain (figure 44). Toutefois, quelques-unes devront avoir lieu en milieu rural, soulignant la prise en compte de la proximité dans la configuration optimale. D’ailleurs, une comparaison de cette configuration optimale avec une configuration optimale avec contrainte montre que ce réseau de 167 bureaux peut également être considéré comme un réseau équitable.

9La démarche à adopter pour atteindre le réseau idéal des 167 bureaux fera l’objet de cette partie. Toutefois, le traitement optimal qui permet de visualiser la configuration “idéale” ne décrit pas la méthode pour l’atteindre. Plus précisément, il n’indique pas dans quel ordre effectuer les suppressions et les créations. Seul un traitement séquentiel, à partir du réseau actuel, peut fournir l’ordre. Le seul inconvénient est qu’il ne peut pas traiter les créations et les suppressions simultanément.

10C’est pourquoi un premier chapitre sera consacré aux suppressions qui doivent être effectuées, puis un second aux créations. Mais ce plan est trop simpliste. L’aménagement ne peut se limiter à dire : “Il faut créer ici, il faut supprimer là”, ce ne serait qu’un “déménagement du territoire” pour reprendre l’expression de M. Le Lannou. C’est pourquoi le chapitre traitant des suppressions ne consistera pas uniquement à énumérer la centaine de bureaux à éliminer. Il sera aussi l’occasion de dessiner l’armature des communes sur laquelle s’appuie le réseau postal. De même, le chapitre abordant les créations ne se limitera pas à énumérer la trentaine de bureaux à implanter. Il tiendra également compte des suppressions à effectuer pour présenter une synthèse des différentes zones à aménager. Mais, qu’il s’agisse de ce réseau “idéal” à 167 bureaux ou de toute autre configuration plus dense qui pourrait être envisagée, le modèle ne peut à lui seul résoudre tout l’aménagement du réseau. C’est pourquoi un troisième chapitre proposera des solutions pour façonner le réseau et travailler en concertation avec les élus.

Figure 44. La comparaison du réseau actuel avec une configuration optimale à 167 bureaux

Figure 44. La comparaison du réseau actuel avec une configuration optimale à 167 bureaux

Une priorité : S’attaquer au suréquipement du réseau

11Commencer l’élaboration du réseau “idéal” de 167 bureaux par les suppressions a une valeur symbolique. La Poste sait pertinemment que son réseau est trop dense mais elle ne sait pas où supprimer et surtout elle n’ose pas supprimer de peur de se heurter aux réactions politiques. Supprimer, c’est remettre en cause la notion de service public. Contrairement aux créations, les suppressions constituent donc un problème qui mérite d’être résolu en premier. Le modèle qui recherche l’efficacité, c’est-à-dire l’intérêt commun, apparaît comme la solution au dilemme de la Poste. Il permet non seulement de désigner les bureaux superflus —et rien ne dit qu’ils ne soient situés qu’en milieu rural— mais en plus il convaincra les élus de l’utilité des suppressions car elles ne seront pas le fruit de l’intuition. Pour effectuer les suppressions, on utilisera le traitement séquentiel qui élimine un à un les bureaux actuels. Dans un premier temps nous éliminerons les bureaux superflus, la suite des éliminations s’avérera plus délicate parce qu’elle concerne des bureaux situés dans les communes qui structurent le réseau postal.

A court terme, la suppression des bureaux superflus

12L’adjectif peut surprendre. Un bureau peut-il être superflu ? Tout bureau est utile, ne servirait-il qu’à un client. Il n’en est pas moins vrai que, par rapport à l’ensemble du réseau, certains bureaux sont moins utiles que d’autres. La Poste devrait éliminer ces bureaux en priorité parce qu’ils n’appartiennent pas à l’armature du réseau, parce que leur suppression est acceptable. Quels sont-ils ? Qu’entraînerait leur suppression par rapport à l’accessibilité au réseau ?

Quels sont les bureaux superflus ?

13Le traitement élimine un à un les bureaux actuels jusqu’à ce qu’il n’en reste que 54. En éliminer un de plus empêcherait certains usagers de disposer d’un bureau dans leur aire de déplacement. 184 bureaux ont donc été éliminés. Les 42 premiers peuvent être considérés comme les bureaux excédentaires qu’on désignera par le terme de “bureaux superflus”. Ils ne semblent pas indispensables parce qu’ils se situent dans des régions suréquipées et devraient être supprimés. Il est aisé de vérifier qu’ils appartiennent à la centaine de bureaux actuels qui mériteraient d’être éliminés pour obtenir le réseau “idéal”. Ces 42 suppressions prioritaires se situent aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain (figure 45).

14Parmi les 42 bureaux superflus, 31 sont situés en milieu rural. Le milieu rural est donc le cadre essentiel des premières suppressions, ce qui n’est pas surprenant. Ces éliminations rurales n’ont pas lieu au hasard des campagnes. Certes elles frappent tout le département, mais il est possible de les regrouper en trois ensembles : des régions suréquipées d’une part, des périphéries de gros bourgs et de petites villes d’autre part, quelques villages enfin.

15Deux secteurs sont touchés dans les régions suréquipées : la vallée de l’Andelle où quatre bureaux sont superflus et la vallée du Dun où six le sont. Il est logique que ces régions fassent l’objet des premières suppressions. Elles sont à la fois peu peuplées et suréquipées. Huit des bureaux éliminés sont en effet situés dans les 18 communes équipées de moins de 500 habitants. Les suppressions sont importantes puisque dans chacune de ces deux vallées, elles représentent 2/3 des bureaux existants. Ces deux vallées sont d’anciennes régions textiles. De plus, dans la vallée de l’Andelle s’ajoutaient parfois l’exploitation du bois et la production laitière, comme à Nolléval. Les bureaux les plus anciens datent des années 1830-1840 (Croisy, Argueil, Bourg-Dun), les autres de la fin du siècle dernier ou du début du siècle (le dernier en date est celui de Nolléval érigé en 1821). La Poste a équipé ces régions parce qu’elles étaient dynamiques, de surcroît traversées par le chemin de fer. Mais elles ont particulièrement souffert de l’exode rural. Bourg-Dun avait 1235 habitants quand le bureau a été créé, elle en compte 481 aujourd’hui. La plupart sont désertées par les commerçants et la présence de la poste paraît bien surprenante à côté de l’unique commerce qui en général cumule toutes les fonctions possibles comme à Morville-sur-Andelle où l’épicerie fait office de tabac, café, charcuterie, dépôt de pain et bazar. Seuls quelques-uns d’entre eux sont des petits villages animés et commerçants, comme Bourg-Dun. La Poste devrait donc entamer ses suppressions par les bureaux de ces régions.

16Treize bureaux sont éliminés à la périphérie de gros bourgs et de petites villes, essentiellement dans l’est du département. Ces communes sont moyennement peuplées puisqu’en moyenne leur population oscille entre 700 et 800 habitants. Cependant, elles sont très proches du gros bourg ou de la petite ville (environ 3 km) où la majorité des habitants travaille ou fait ses courses. C’est pourquoi la suppression de leur bureau ne pénaliserait guère les habitants.

17Ces communes ont d’ailleurs l’allure de communes résidentielles, les commerces et autres services y sont en général sous-représentés et la poste reste bien souvent l’un des derniers services en place. Par exemple, au sud-est du département, Ferrières-en-Bray, malgré ses 1644 habitants et la présence d’une usine fromagère sur son territoire est sous l’influence de Gournay —6147 habitants—, située à peine à 2 kilomètres. La place principale, qui abrite l’école, la mairie et la poste, n’est guère animée. Les rares commerces sont situés à la périphérie de la commune près de Gournay.

Figure 45. La suppression des bureaux “superflus”

Figure 45. La suppression des bureaux “superflus”

18Huit bureaux situés dans des petits villages de 318 à 530 habitants viennent s’ajouter à la liste des bureaux superflus. Le critère de population est d’ailleurs responsable de leur suppression. Mais le critère de distance n’est pas totalement négligé. En effet ces communes, bien que très peu peuplées, auraient peut-être conservé leur bureau, tout au moins aurait-il été éliminé plus tardivement par le modèle si elles avaient été situées dans un “désert” postal. En réalité, elles ne sont jamais très loin d’un bourg, en moyenne à 5 kilomètres. Lorsque ces communes ont été équipées avant 1930, elles étaient très actives (verrerie et exploitation du bois à Grandcourt, laiterie à Saint-Saire, scierie à Neufmarché) et situées sur des axes routiers ou ferroviaires. Veulettes illustre d’une autre manière ce type de région. C’est un bon exemple du développement touristique de la côte d’Albâtre. Même si sa population n’a jamais vraiment dépassé les 300 habitants, elle connaît un fort flux de touristes, qui justifia la création d’un bureau en 1898.

1911 éliminations sur 42 ont lieu en milieu urbain. Ces éliminations n’étaient pas soupçonnables. Qui plus est, ce sont les suppressions les plus urgentes. Les trois premières suppressions de tout le département doivent avoir lieu à Rouen et au Havre. On ne peut pas conclure hâtivement au suréquipement de ces communes. Tout au plus peut-on reconnaître que ces bureaux ont été éliminés parce qu’ils étaient placés à côté d’autres bureaux, donc mal placés. Les Rouennais savent que les bureaux Rouen-Bourse, Rouen-Belges et Rouen-Gare sont non seulement très proches les uns des autres, mais également de la grand-poste. Les Havrais n’ignorent pas que Le Havre B, c’est-à-dire le bureau placé dans la gare, n’est qu’à quelques pas de la grand-poste et du bureau du quartier d’Ingouville. Les Dieppois ne sont pas sans savoir que le bureau du quartier du Pollet est placé en plein cœur de la ville non loin de la grand-poste. La suppression de ces bureaux ne serait donc pas trop grave, tout au moins à l’échelle de la Seine-Maritime. Elle serait de toute manière moins grave que la suppression d’un bureau rural. Il faut d’autant moins conclure au suréquipement de la commune, que des bureaux devront peut-être être créés dans d’autres quartiers sous-équipés. Quatre bureaux doivent donc être éliminés à Rouen, trois au Havre et un à Dieppe.

20Pour les mêmes raisons, deux bureaux doivent être éliminés dans l’agglomération rouennaise et un à Lillebonne. Contrairement à toutes les autres communes équipées de deux bureaux, Lillebonne est la seule commune où les bureaux sont proches. En général, le second bureau dessert un quartier excentré (comme le Bois du Parc à Notre-Dame-de-Gravenchon) ou un lieu-dit (comme Les Essarts à Grand-Couronne ou La Maine à Maromme). A Lillebonne, le bureau secondaire est situé à peine à un kilomètre du bureau principal.

Des suppressions raisonnables

21Les 42 premiers bureaux éliminés par le modèle sont les bureaux que la Poste devait supprimer en priorité pour atteindre le réseau idéal. Les conséquences seraient sans gravité. Non seulement ces 42 suppressions ne représentent que 17,6 % des bureaux existants, ce qui est relativement peu. Non seulement, ces bureaux ne sont que l’héritage d’un passé révolu. Mais, les répercussions de ces suppressions seront minimes.

22D’une part l’augmentation de la distance totale parcourue sera faible. Actuellement, la distance totale parcourue par les habitants du département est de 2292020 kilomètres, soit une moyenne d’environ 1,87 kilomètres par habitant. Cette distance moyenne passera seulement de 1,87 kilomètres à 1,95 kilomètres (figure 46).

23D’autre part, la distance au bureau le plus proche n’augmentera pas trop. Seules 103 communes (14 % des communes du département) seront affectées par la suppression des bureaux superflus (figure 47). Dans 77 communes, c’est-à-dire les trois-quarts des communes concernées, les usagers n’auront même pas à faire trois kilomètres de plus pour atteindre le bureau le plus proche. Dans 17 communes ils devront faire trois à quatre kilomètres supplémentaires ; dans 4 communes, quatre à cinq kilomètres de plus et dans 5 communes, cinq à six kilomètres de plus. Les suppressions urbaines ne provoqueront qu’un éloignement de la commune concernée alors que souvent, en milieu rural, une, deux ou trois communes voisines se trouveront également éloignées.

24L’Est est la région la plus affectée. Mais les écarts ne suffisent pas pour apprécier les répercussions de ces suppressions. Un même écart peut représenter un éloignement négligeable pour certaines communes et inquiétant pour d’autres. Par exemple, la suppression des bureaux d’Ermenouville et Saint-Saire obligera respectivement les habitants d’Ermenouville et de Mortemer à effectuer 2,6 kilomètres supplémentaires pour accéder au plus proche bureau. Cependant, dans le premier cas, la distance au bureau le plus proche passera de 0,8 à 3,4 kilomètres, alors que dans le second elle passera de 8,5 à 11,1 kilomètres. La carte de la figure 48 montre que les communes qui se retrouveront éloignées d’un bureau de poste, sont situées essentiellement à l’est. Quoi qu’il en soit, aucune commune ne disposera d’un bureau à plus de 12 kilomètres. Il y a finalement peu de différences entre la situation actuelle et la situation après la suppression des bureaux superflus.

Figure 46. L’augmentation de la distance parcourue en supprimant les bureaux superflus

Figure 46. L’augmentation de la distance parcourue en supprimant les bureaux superflus

Figure 47. Réseau actuel et réseau privé de ses bureaux superflus : Ecart de distance au bureau le plus proche

Figure 47. Réseau actuel et réseau privé de ses bureaux superflus : Ecart de distance au bureau le plus proche

25Les 42 bureaux doivent-ils être tous supprimés ? L’élimination des bureaux urbains pose un problème. Il serait étonnant que la Poste accepte de supprimer ces bureaux qui ont un fort trafic. En fait, l’élimination de ces bureaux soulève un problème qui sera développé ultérieurement. De plus, dans la vallée de l’Andelle, le modèle a éliminé tous les bureaux sauf deux, Sigy-en-Bray et La Feuillie. Or, parmi les bureaux éliminés se trouve celui d’Argueil, chef-lieu de canton. Certes, Argueil est un chef-lieu de canton bien fragile dans une région en perte de vitesse, néanmoins c’est le chef-lieu de canton. Pour cette raison et aussi parce que le bureau a un trafic convenable, il serait sans doute préférable que le bureau d’Argueil soit conservé à la place de celui de Sigy qui a le deuxième plus mauvais trafic du département. En éliminant Argueil le modèle souligne avant tout le suréquipement de cette région. S’il est vrai que théoriquement Sigy doit rester, il est beaucoup plus réaliste qu’Argueil reste. Pour le vérifier, nous avons relancé le programme en imaginant que Sigy était supprimé. Le modèle a bel et bien conservé Argueil. Si l’on décide de supprimer Sigy au lieu d’Argueil, la seule conséquence sera une perte de l’efficacité au profit de l’équité. Ces deux exemples ne doivent pas être interprétés comme des falsifications du modèle. Le modèle a été conçu simplement pour permettre de comprendre chacun des résultats et pouvoir réfléchir sur les adaptations éventuelles en fonction des circonstances et des volontés de la Poste.

Figure 48. Réseau privé de ses bureaux superflus : Distance au bureau le plus proche

Figure 48. Réseau privé de ses bureaux superflus : Distance au bureau le plus proche

26Dans l’hypothèse où l’on cherche à atteindre le réseau “idéal” de 167 bureaux, la suppression de ces 42 bureaux doit constituer l’aménagement à court terme. Supprimer ces 42 bureaux ne désorganisera pas le réseau et entraînera encore moins l’abandon du milieu rural. Il suffit de se rappeler qu’un quart des suppressions doivent avoir lieu dans les grandes agglomérations. Il suffit de savoir que de nombreuses suppressions en périphérie de villes et de gros bourgs peuvent être considérées comme situées dans des communes périurbaines. Il ne faut pas oublier que de nombreuses communes qui, elles, appartiennent au milieu rural profond n’ont pas été choisies.

A long terme, la suppression des bureaux mineurs

27Pour atteindre le réseau “idéal”, le traitement optimal recommande d’éliminer une centaine de bureaux. Le traitement séquentiel qui élimine un à un les bureaux actuels fournit l’ordre pour atteindre cet objectif puisque les cent premiers bureaux qu’il élimine coïncident avec les cent bureaux qu’il faut éliminer selon le traitement optimal (sauf exception des bureaux situés dans les grandes villes). Cependant, si les 42 premiers bureaux qui doivent être éliminés sont des bureaux superflus, les 196 bureaux suivants appartiennent à l’armature du réseau, c’est-à-dire aux communes qui structurent le réseau postal. Ces bureaux jouent donc un rôle territorial. Leur suppression ne sera possible que si l’armature peut être décomposée. Leur élimination coïncidera alors avec la partie la moins indispensable de l’armature du réseau.

Un réseau structuré

28En supprimant un à un les bureaux de Seine-Maritime, la courbe dessinant la distance totale parcourue à chaque étape ne présente pas de point d’inflexion (figure 49).

Figure 49. L’augmentation de la distance parcourue en supprimant les bureaux actuels

Figure 49. L’augmentation de la distance parcourue en supprimant les bureaux actuels

29Le retrait de chaque bureau ne fait qu’aggraver la situation, mais jamais brutalement. On aurait aimé que les cinquante bureaux restant à éliminer pour atteindre le réseau “idéal” se distinguent dans le processus d’élimination, c’est-à-dire que leur suppression soit nettement moins grave que celle d’un ensemble de bureaux plus nombreux. Il n’en est rien. Mais peut-être appartiennent-ils à certaines catégories de communes ? En effet après avoir éliminé les 42 bureaux superflus, le modèle élimine successivement trois ensembles de bureaux, que l’on désignera par les termes de bureaux mineurs, bureaux majeurs et bureaux fondamentaux (figure 50).

30La poursuite des éliminations après les bureaux superflus permet de déterminer 54 bureaux qui appartiennent aux points faibles de l’armature : les bureaux mineurs. Ces bureaux sont situés dans des lieux où la population et/ou la distance à un autre bureau de poste est un peu plus importante. Ils représentent 22,7 % du réseau actuel et se situent dans quatre milieux : des régions relativement équipées, des petits centres ruraux, des communes périurbaines proches et enfin des banlieues et des grandes villes.

31Premièrement, les bureaux mineurs sont situés dans des régions non pas suréquipées, comme peuvent l’être les vallées de l’Andelle et du Dun, mais suffisamment équipées pour que la suppression de certains bureaux ne soit pas fâcheuse. Le littoral cauchois constitue l’une de ces régions. De Fécamp à Dieppe, la côte a vu s’ériger de nombreux bureaux à la fin du siècle dernier, à la suite du développement touristique ou de l’industrialisation rurale. Par rapport aux bureaux des régions suréquipées, ces bureaux sont situés dans des communes plus peuplées (entre 500 et 600 habitants) et plus isolées. Dire qu’elles constituent des pôles est un grand mot, pourtant certaines ont l’allure de vrais petits centres. Vitte fleur compte de nombreux commerces (quatre bars en témoignent, ainsi qu’un magasin d’électroménager et de literie). A Ouville-la-Rivière, la grand-rue est très commerçante (plusieurs épiceries) et, jusqu’en 1978, l’usine textile employait 750 ouvriers. La seconde région dans ce cas est l’ouest du pays de Caux, également très équipé à la suite du développement de l’industrie linière.

32Deuxièmement, les bureaux mineurs sont situés dans des petits centres et des villages isolés de 500 à 700 habitants. C’est l’éloignement qui donne toute sa valeur à ces villages et à ces centres et par voie de conséquence à leur bureau. Sans bureau, les habitants ne trouveraient jamais une autre présence postale à moins de 5 kilomètres.

33Troisièmement, les bureaux mineurs sont situés dans des communes périurbaines peu importantes proches des grandes villes. Ces communes sont beaucoup plus peuplées, mais si proches d’une commune équipée que la suppression de leur propre bureau serait sans grande conséquence. Dans ces communes, qui appartiennent à la première couronne périurbaine de Rouen, du Havre et de Dieppe, vivent entre 1000 et 1500 habitants qui, en cas de disparition de leur bureau, disposeraient d’un bureau entre 2 et 3,5 kilomètres.

Figure 50. L’armature du réseau, au fil des suppressions

Figure 50. L’armature du réseau, au fil des suppressions

34Quatrièmement, les bureaux mineurs sont des bureaux secondaires urbains situés à Rouen, au Havre et dans quelques villes de banlieue comme à Mont-Saint-Aignan ou Maromme. Il est logique qu’au fur et à mesure des éliminations, des bureaux secondaires soient éliminés dans les communes multiéquipées. A Rouen et au Havre, ces bureaux mineurs représentent 1/4 des bureaux existants.

35Les 53 suppressions suivantes affectent des bureaux situés dans des lieux plus importants, par leur éloignement à d’autres bureaux et par leur population. Par référence aux bureaux mineurs, ce seront les bureaux majeurs. Ces 53 bureaux, qui représentent 22,3 % du réseau actuel, peuvent être regroupés en quatre ensembles : les bureaux des centres et petits bourgs ruraux, les bureaux des communes périurbaines plus importantes proches des grandes villes, les bureaux secondaires de banlieues et les bureaux principaux de banlieues.

36Premièrement, les bureaux majeurs appartiennent à des petits bourgs et à des centres dont la population varie entre 700 et 1500 habitants, situés en général à 7-8 kilomètres d’un bureau de poste restant. Le cas de Penly est particulier. La présence de la poste dans cette commune de 306 habitants s’explique par la présence de la centrale nucléaire (Le bureau est d’ailleurs situé à l’entrée de l’usine et non dans le village). Le bureau est un bureau majeur parce qu’il est loin de toute autre présence postale. Le bureau de Penly est à 8,2 kilomètres de Dieppe. De surcroît, les communes avoisinantes sont des communes périurbaines de Dieppe dépassant parfois 1000 habitants qui seraient pénalisées si le bureau était supprimé.

37Deuxièmement, les bureaux majeurs sont situés dans des communes périurbaines proches des grandes villes, dans les plus peuplées ou les plus éloignées. Autour de Dieppe, ces communes atteignent 1000 habitants, autour du Havre 1000 à 1500 et autour de Rouen elles dépassent les 2000 habitants. Elles sont situées entre 4 et 6 kilomètres d’un autre bureau. Contrairement aux “communes périurbaines mineures”, ces “communes périurbaines majeures” constituent parfois des petits centres à elles seules, capables de jouer un rôle polarisateur, comme Franqueville-Saint-Pierre près de Rouen.

38Troisièmement, les bureaux majeurs sont des bureaux secondaires de communes de banlieue très peuplées (comme le bureau secondaire de Grand-Quevilly ou de Sotteville qui comptent toutes les deux 30000 habitants) ; des bureaux secondaires de banlieue plus éloignés du bureau principal (comme les bureaux secondaires de Grand-Couronne et de Canteleu) ; des bureaux secondaires de villes moyennes (comme le bureau secondaire de Fécamp et l’un des quatre bureaux de Dieppe) ; enfin des bureaux secondaires de grandes villes (A Rouen, deux bureaux sont éliminés, au Havre trois).

39Quatrièmement, autour de Rouen quelques bureaux de proche banlieue sont éliminés à Saint-Léger-du-Bourg-Denis, Bonsecours et Notre-Dame-de-Bondeville.

40Les 89 bureaux restants qui représentent 37 % du réseau actuel constituent les points forts de l’armature du réseau. Ce sont les bureaux fondamentaux. Ces bureaux sont d’une part les derniers bureaux que le modèle élimine et d’autre part 54 bureaux qui ne peuvent être éliminés parce qu’en leur absence certains habitants ne pourraient disposer d’un bureau dans leur aire de déplacement. Cela ne signifie pas que les 54 restants soient les meilleurs parmi les meilleurs. Qu’ils soient ou non éliminés, les bureaux fondamentaux sont assez éloignés entre eux et appartiennent à des communes peuplées. 92 % des communes qui abritent des bureaux fondamentaux sont des chefs-lieux de canton. Les bureaux fondamentaux réunissent les bureaux des gros bourgs ruraux d’une part, la majorité des bureaux principaux de banlieue d’autre part, les bureaux principaux des villes enfin. Les seuls bureaux secondaires qui soient des bureaux fondamentaux se situent dans les quatre communes les plus peuplées du département. Sept sont au Havre, quatre à Rouen, deux à Dieppe et un à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Des suppressions souhaitables

41Il restait une cinquantaine de bureaux à éliminer pour atteindre le réseau “idéal”. Or, le nombre de bureaux mineurs est justement d’une cinquantaine. Ce sont eux qu’il faut éliminer, même s’ils ne coïncident pas parfaitement avec les bureaux à éliminer pour atteindre le réseau “idéal”. Ces différences sont compréhensibles. D’une part, la cinquantaine de bureaux qui devrait être éliminée pour atteindre le réseau “idéal” correspond à un réseau de 167 bureaux, or ce nombre n’est qu’une approximation. D’autre part, même si la coïncidence n’est pas exacte, il est plus judicieux de ne supprimer que les bureaux mineurs parce qu’on sait qu’ils constituent le groupe de bureaux situés dans les communes qui structurent le moins le réseau postal. Ces suppressions forment un bloc. Enfin, les bureaux qui ne coïncident pas sont très localisés, à Rouen et au Havre. En somme, on peut admettre qu’en éliminant les bureaux superflus et mineurs, on effectuera les suppressions nécessaires pour atteindre le réseau “idéal”.

42Mais, qu’entraînerait la suppression des 54 bureaux mineurs ? Actuellement, la distance moyenne parcourue par habitant est de 1,87 kilomètres, elle passerait à 2,17 kilomètres si on supprimait les bureaux mineurs, c’est-à-dire un déplacement supplémentaire de 300 mètres par habitant. Dans le détail, que deviendrait la distance au bureau le plus proche ? 261 communes s’écarteraient d’un bureau, alors qu’il n’y en avait que 103 avec la suppression des bureaux superflus (figures 51 et 52). Si la suppression des bureaux superflus avait des répercussions sur une ou deux communes voisines, celle d’un bureau mineur se répercuterait sur trois ou quatre. Dans plus d’un tiers des communes concernées, les habitants devraient faire au moins 3 kilomètres supplémentaires pour atteindre le plus proche bureau. Ce n’est guère catastrophique. Dans 23 communes seulement, les usagers devraient faire 5 kilomètres de plus pour atteindre le bureau le plus proche. Mais, si quantitativement le nombre de communes touchées était plus important qu’avec la seule suppression des bureaux superflus, on se retrouverait qualitativement avec la situation suivante. Pour l’ensemble du département, 10,9 % des communes étaient situées à plus de 6 kilomètres du premier bureau après la suppression des bureaux superflus, leur part passerait à 17,7 %. 25 nouvelles communes, essentiellement situées à l’est du département, se retrouveraient a plus de 8 kilomètres alors que seulement 8 l’étaient devenues en supprimant les bureaux superflus. Le nombre de communes situées à moins de 4 kilomètres du premier bureau de poste représentait 63,7 % après la suppression des bureaux superflus, il en représenterait 52,7 % après la suppression des bureaux mineurs.

Figure 51. Réseau actuel et réseau privé de ses bureaux mineurs : Ecart de distance au bureau le plus proche

Figure 51. Réseau actuel et réseau privé de ses bureaux mineurs : Ecart de distance au bureau le plus proche

43La suppression des bureaux mineurs ne serait donc pas catastrophique. Un objectif pourrait être d’éliminer peu à peu les bureaux en suivant la liste pour atteindre à long terme le réseau “idéal”. Toutefois, l’ordre des bureaux à éliminer peut ne pas être respecté strictement. La Poste a d’autres contraintes (immobilier, personnel, etc.), elle ne doit pas être bloquée dans l’exécution de ses suppressions éventuelles sous prétexte de suivre à la lettre l’ordre d’élimination. C’est pourquoi, dire que les résultats peuvent être interprétés avec souplesse est indispensable pour accroître les chances d’application du modèle. Cette souplesse permet ainsi de saisir des opportunités sans affecter grandement l’efficacité du réseau.

44Une partie de la problématique est résolue. On s’interrogeait sur le moyen de réaliser un aménagement associant créations et suppressions, sachant que les unes peuvent avoir des répercussions sur les autres. Dorénavant, on sait que la politique de suppression est indépendante de la politique de création (qui sera menée parallèlement) parce que toutes les deux affectent des lieux totalement différents, sauf à Rouen et au Havre.

Figure 52. Réseau privé de ses bureaux mineurs : Distance au bureau le plus proche

Figure 52. Réseau privé de ses bureaux mineurs : Distance au bureau le plus proche

45Ce chapitre vient de fournir un mode d’emploi pour les suppressions. Pour atteindre le réseau “idéal” de 167 bureaux, la Poste doit supprimer environ 40 % de ses bureaux actuels. Il lui suffit de suivre la liste des bureaux actuels éliminés un à un par le modèle, sans tenir compte des bureaux de Rouen et du Havre. A court terme, la Poste doit commencer par supprimer une quarantaine de bureaux superflus qui se greffent sur le reste du réseau. A long terme, elle doit supprimer une cinquantaine d’autres bureaux.

46L’ordre de suppression conseillé par le modèle n’a rien de très surprenant. Les premiers bureaux à éliminer sont situés dans des villages, les derniers dans des petits centres ou des communes périurbaines très proches d’une ville. Parfois, des bureaux secondaires urbains doivent être éliminés pour rétablir l’équilibre du réseau à l’échelle du département. Leur élimination prouve qu’ils jouent un rôle semblable à certains petits bureaux ruraux. En revanche, s’il n’est pas surprenant que des bureaux urbains doivent être éliminés au fur et à mesure de la réduction du réseau, la Poste aurait sans doute été incapable de savoir à quel moment les éliminer. Le modèle arrive parfaitement à résoudre un aménagement global en considérant simultanément milieux urbains et ruraux.

47Seul à Rouen et au Havre l’élimination des bureaux superflus et mineurs ne permet pas d’obtenir le réseau “idéal”, parce que créations et suppressions sont nécessaires au sein de chacune de ces deux communes. De ce fait, les cas de Rouen et du Havre seront étudiés ultérieurement.

48Mais, quelles sont les créations à effectuer pour atteindre le réseau “idéal” de 167 bureaux ? Comment les mener à bien ? On peut penser là encore que la démarche que nous suivrons servira de guide à la Poste, quelle que soit la taille du réseau qu’elle peut entretenir.

Une finalité : Construire un réseau performant

49Pour atteindre le réseau “idéal” de 167 bureaux, il faut certes réduire le réseau actuel, mais des créations sont malgré tout indispensables pour combler les zones sous-équipées. Ces créations, parallèles aux suppressions, permettront de conclure sur l’aménagement du réseau. On évaluera d’abord le nombre de créations utiles, puis on détaillera les aménagements nécessaires en suivant la logique de l’armature du réseau.

Créer peu mais créer bien

50Cette section présentera le plan suivi pour achever l’élaboration du réseau “idéal”, élaboration qui reposera en partie sur la mise en valeur de certains milieux. Deux questions devront être résolues : Combien de créations sont souhaitables ? Où faut-il créer les bureaux ?

Une vingtaine de créations à long terme

51Comme pour les suppressions, on envisagera les créations à partir du réseau actuel. On utilisera le traitement qui détermine sans contrainte l’ensemble des bureaux à ajouter au réseau actuel parmi l’ensemble des 394 bureaux imaginés. Tout autre traitement serait superflu, même un traitement qui tiendrait compte des suppressions déjà effectuées parce que les résultats seraient identiques tout au moins pour les premières créations conseillées (exception faite à Rouen et au Havre). Il est logique que le modèle ne tienne pas à créer là où il a supprimé.

52Les 28 premiers bureaux indiqués par le traitement correspondent aux créations recommandées si l’on souhaite atteindre le réseau “idéal” de 167 bureaux. A Rouen et au Havre, les résultats obtenus avec le traitement séquentiel, qui ne crée que par rapport au réseau actuel, ne sont pas les mêmes qu’avec le traitement optimal, qui effectue à la fois des créations et des suppressions pour atteindre le réseau “idéal”. En effet, ce sont deux communes très équipées de sorte que les créations et les suppressions dont elles doivent faire l’objet ne peuvent qu’interférer entre elles. L’aménagement à Rouen et au Havre devra se faire uniquement en fonction du traitement optimal. Puisque parmi les 28 créations conseillées par le modèle, trois se situent à Rouen et au Havre, 25 bureaux devront donc être créés dans le département. Les bureaux qui sont susceptibles d’être créés à Rouen et au Havre feront l’objet d’une étude particulière.

Des créations essentiellement périurbaines

53Reconsidérons momentanément les 28 premiers bureaux indiqués par le modèle. On peut observer qu’aucune suppression ne provoque une diminution brutale de la distance moyenne parcourue par l’ensemble des usagers de Seine-Maritime (figure 53).

Figure 53. La diminution de la distance avec la création de 28 bureaux

Figure 53. La diminution de la distance avec la création de 28 bureaux

54De plus, les créations se situent dans quatre secteurs : la périphérie rouennaise, la périphérie havraise, la périphérie dieppoise et le triangle Lillebonne-Bolbec-Caudebec, situé entre Rouen et Le Havre dans la vallée de la Seine. Au total, la vallée de la Seine, qui constitue l’espace le plus urbanisé du département, est la plus choisie. Ces quatre secteurs ne sont pas équipés successivement mais simultanément. La carte de la figure 54 qui découpe les 28 créations en quatre séries de sept, montre que chaque série inclut des implantations dans chacune des grandes agglomérations.

Figure 54. Les 28 premières créations proposées par le modèle

Figure 54. Les 28 premières créations proposées par le modèle

55Plutôt que de décrire individuellement les 25 bureaux qui doivent être créés dans le département pour atteindre le réseau “idéal”, une démarche intéressante consiste à analyser les milieux concernés. En effet, les créations renforcent l’armature du réseau en consolidant les “communes fondamentales” et en comblant les “communes majeures” sans pour autant négliger les “déserts postaux”. Il ne s’agira pas de décrire seulement les créations dans ces différents lieux, mais de faire la synthèse de l’aménagement. L’aménagement particulier de Rouen et du Havre sera naturellement intégré à l’aménagement des “communes fondamentales”.

Consolider les “communes fondamentales” de l’armature

56Une partie de la démarche à suivre pour atteindre le réseau “idéal” est de renforcer les “communes fondamentales” de l’armature. Il s’agit des communes dans lesquelles se situent les bureaux fondamentaux, c’est-à-dire les bureaux les plus importants du département. Les “communes fondamentales” rassemblent les gros bourgs, les villes et leur banlieue. Les gros bourgs sont convenablement équipés. Aucun d’entre eux ne justifie une présence postale supplémentaire. On ne peut pas en dire autant des villes et de leur banlieue. Ce sont des lieux suffisamment peuplés pour accueillir plusieurs bureaux de poste, le problème étant de savoir combien et lesquels. Certaines communes sont sous-équipées puisque, parmi les 25 premières créations, 7 se situent dans ces milieux urbains ; d’autres sont suréquipées comme l’avait souligné l’étude des suppressions. De sorte qu’il faut rééquilibrer la présence postale dans ces lieux. L’analyse distinguera les grandes villes (Rouen et Le Havre) d’une part, les autres villes et les banlieues d’autre part ; non seulement parce que leur taille n’est pas comparable, mais surtout, corollairement, parce que l’aménagement doit y être différent. Dans les unes l’aménagement sera simultané, dans les autres il sera dissocié.

Un aménagement simultané dans les grandes villes

57Rouen et Le Havre sont les seules communes où, pour atteindre le réseau “idéal”, il ne faut pas créer d’un côté et supprimer de l’autre. En effet, comme les bureaux y sont nombreux et proches, toute suppression peut avoir des répercussions sur une création et inversement. L’aménagement doit être réalisé simultanément. Par chance, la connaissance précise de la répartition de leur population et la possibilité de réaliser des simulations individuelles au niveau des communes, faciliteront l’élaboration de leur aménagement. Les deux villes méritent une étude séparée. Pour chacune d’elles, le réseau actuel sera d’abord évalué à l’aide de quelques traitements puis l’aménagement sera envisagé par rapport au reste de la Seine-Maritime, aménagement à long terme d’une part et aménagement à court terme d’autre part.

L’aménagement de la présence postale à Rouen

58La critique du réseau actuel repose sur la comparaison entre les 13 bureaux actuels et les 13 bureaux optimaux, c’est-à-dire les 13 meilleurs bureaux parmi les 51 bureaux potentiels (figure 55). Les 13 bureaux existants ne coïncident pas avec les 13 meilleurs bureaux : Le centre-ville, c’est-à-dire le cœur historique de la ville rive droite ceinturé par les boulevards, est suréquipé. Six bureaux y sont actuellement implantés alors que le modèle se contente de trois, qui coïncident d’ailleurs avec trois bureaux actuels. Les trois autres bureaux que le modèle rejette sont des bureaux très proches de la grand-poste, situés dans des quartiers moins peuplés. Le reste de la commune est sous-équipé. 7 bureaux y sont actuellement implantés. Le modèle en propose 10 dont deux seulement coïncident avec des bureaux actuels. Finalement, le modèle ne choisit que 5 bureaux actuels parmi les 13, mais en plus il souligne le déséquilibre de la présence postale rouennaise en renforçant la périphérie aux dépens du centre.

Figure 55. Rouen : La comparaison des 13 bureaux existants et des 13 bureaux optimaux

Figure 55. Rouen : La comparaison des 13 bureaux existants et des 13 bureaux optimaux

59Imaginons que la Poste entame une politique de création. Quels bureaux faudrait-il créer en plus des bureaux actuels ? Considérons les 10 meilleures implantations (figure 56). Le modèle privilégie la périphérie sous-équipée à travers les centres commerciaux. Parmi les cinq premières créations, quatre sont situées dans des centres commerciaux : Rouen Parc, Rouen Galilée, Rouen Constantine et Rouen Eaux. La première implantation rouennaise souhaitée serait Rouen Parc créée sur la rive gauche de Rouen. Cette création permettrait enfin l’implantation d’un bureau de poste dans un supermarché sur la rive gauche. Ces implantations dans les centres commerciaux desserviraient des quartiers enclavés. Toutes les autres créations combleraient des espaces délaissés situés dans les faubourgs, aux quatre coins de la ville.

Figure 56. Rouen : Les 10 meilleures créations

Figure 56. Rouen : Les 10 meilleures créations

1er bureau à créer...Dernier bureau à créer
Bureau actuel

60S’il fallait supprimer des bureaux, sans en créer d’autres conjointement, le centre-ville représenterait une cible parfaite. Rouen Bourse serait le premier bureau à éliminer. Sa disparition n’entraînerait une augmentation de la distance parcourue que de 0,24 %. Les quatre premières suppressions concerneraient des bureaux du centre rive droite, la cinquième le bureau du centre rive gauche (figure 57). S’il ne devait en rester qu’un ce serait la grand-poste au centre.

61Mais au vrai, toutes les hypothèses de créations et de suppressions n’ont été envisagées qu’à l’échelle de la ville, afin de mieux analyser le rôle de ses bureaux. Or, l’aménagement réel ne peut être conçu qu’à l’échelle de la Seine-Maritime, même si d’autres simulations à l’échelle de la ville seront réalisées pour étayer la démonstration. A l’échelle du département, atteindre le réseau “idéal” passe par une politique de réduction qui n’épargne pas les postes rouennaises. Cet objectif ne constitue cependant qu’un objectif à long terme. Un aménagement à court terme peut également être défini.

Figure 57. Rouen : La suppression un à un des bureaux actuels

Figure 57. Rouen : La suppression un à un des bureaux actuels

1er bureau à supprimer...Dernier bureau à supprimer

62A long terme, un réseau d’environ 167 bureaux convient tout à fait pour desservir efficacement le département. Rouen disposerait alors de 6 bureaux. Toutefois, nous considérerons que le nombre de 7 est préférable. En effet, d’une part le nombre de 167 bureaux “idéaux” a été établi approximativement. Or, on se rend compte qu’il aurait suffi d’avoir 171 bureaux dans le département pour qu’il y en ait 7 à Rouen. D’autre part, le septième bureau s’apparente aux 6 bureaux restants. Ne laisser que 7 bureaux à Rouen peut surprendre. Ce qui surprend en fait, c’est qu’après avoir décrit si précisément la situation de chacun des quartiers en soulignant l’enclavement postal de certains d’entre eux, on aurait préféré une politique de création. Cependant, à l’échelle du département, aucun des quartiers ne requiert une création urgente. Il serait absurde de pratiquer une politique indépendante pour une commune, que ce soit Rouen ou une autre. De surcroît, les ruraux verraient d’un mauvais œil que la Poste accepte de supprimer en milieu rural mais refuse de réduire la présence des centres-villes. En outre, laisser 7 bureaux à Rouen n’est pas si catastrophique que cela. D’une part, si la population actuelle se maintient, cela représentera un bureau pour environ 15000 habitants. Or, il existe actuellement des communes de banlieue qui sont plus défavorisées que cela. D’autre part, il suffit pour s’en convaincre d’imaginer un instant quel aurait été le nombre de bureaux de poste si le raisonnement avait été tenu à l’échelle de la commune et non de la Seine-Maritime. A partir des 51 bureaux potentiels, en éliminant un à un les bureaux, la distance moyenne parcourue par les rouennais n’augmente presque pas, puis elle s’élève un peu plus lorsqu’il ne reste qu’une dizaine de bureaux (figure 58).

Figure 58. Rouen : La distance parcourue avec les bureaux optimaux

Figure 58. Rouen : La distance parcourue avec les bureaux optimaux

63Mais ce n’est que lorsqu’il reste 6 ou 7 bureaux qu’elle s’élève réellement, démontrant qu’un nombre de 7 bureaux à Rouen sera certes faible mais non désastreux. La distance moyenne parcourue sera de 928 mètres. Elle est aujourd’hui de 829 mètres, ce qui représente seulement une augmentation de 12 %.

64La carte de la figure 59 indique les 7 bureaux qui doivent rester dans l’hypothèse d’un réseau “idéal”. Seuls deux coïncident avec des bureaux actuels, de telle sorte que ce sont 11 suppressions et 5 créations qui doivent être effectuées. Mais, si certaines suppressions doivent être considérées comme telles, d’autres doivent être considérées comme des remplacements. En fait, la politique se décompose en trois mouvements : une politique de forte élimination dans le centre-ville rive droite et au sud-est, une politique de faible élimination sur les plateaux du nord-est et enfin une politique de remplacement dans les autres quartiers.

65Le cœur historique de Rouen est suréquipé. Sur les six bureaux présents, le modèle n’en souhaite à long terme que deux : la grand-poste et le bureau situé près de l’Hôtel-de-ville. La grand-poste n’est pas un choix délibéré du modèle mais une contrainte de départ. Quant à Rouen Hôtel-de-ville, il permet d’autant mieux de desservir l’ouest du centre-ville qu’il est situé près d’un centre commercial. Au sud-est, la suppression du bureau de la rue Adeline, situé dans une zone d’immeubles, n’est pas tragique. Le bureau qui doit être implanté au cœur de la rive gauche, rue Lafayette, réduit l’enclavement de ce secteur. Au nord-est, une seule présence postale peut suffire dans le supermarché situé entre les deux quartiers des Sapins et de la Grand-Mare. Dans les autres quartiers, il ne s’agit que de remplacements. Quatre des bureaux rouennais méritent d’être remplacés. Sur la rive droite, le bureau Rouen Mont-Riboudet, mal placé dans un quartier à l’écart de tout commerce et de tout passage, doit être remplacé par un bureau rue de Constantine, situé à quelques centaines de mètres, dans le seul supermarché installé dans la partie ouest de Rouen. Toujours sur la rive droite, le bureau Rouen Grieu doit être remplacé par un bureau rue des Petites-Eaux. Il quitte un quartier non attractif pour une grande surface et permet de mieux desservir les quartiers orientaux de Rouen. Sur la rive gauche, le bureau Rouen Saint-Clément mérite d’être remplacé par un bureau situé à quelques centaines de mètres, dans une rue extrêmement commerçante, la rue Saint-Julien. Ce nouveau bureau dessert l’extrême sud-ouest de Rouen. Il laisse à un autre bureau, Rouen Lafayette, le soin d’irriguer le reste de la rive gauche. Cette dernière implantation n’est que le remplacement du bureau Rouen Saint-Sever, un peu à l’écart d’une zone piétonne très commerçante. Rouen Lafayette est au contraire un bureau situé dans un environnement commerçant, près du seul hypermarché de la commune.

Figure 59. Rouen : L’aménagement à long terme (Politique de réduction départementale)

Figure 59. Rouen : L’aménagement à long terme (Politique de réduction départementale)

66L’ensemble de ces opérations n’est qu’un élément dans le plan à long terme pour atteindre le réseau “idéal” de Seine-Maritime. Toutefois, si la Poste peut facilement accepter les quelques réductions proposées en milieu rural, sans doute acceptera-t-elle plus difficilement ces mesures en centre-ville où les bureaux ne lui posent pas de problème particulier et où elle n’a sans doute pas prévu de réduire ses points de contact. C’est pourquoi il n’est pas inutile de lui indiquer les mesures les plus urgentes.

67Quel est l’aménagement à court terme ? Faut-il créer ? Faut-il supprimer ? Un traitement répond à cette question : celui qui recherche les 238 bureaux optimaux de Seine-Maritime. On sait que le nombre de 238 bureaux est un nombre considérable, assurément trop important. Envisager les 238 meilleurs bureaux c’est donc s’offrir un luxe, un surplus de bureaux dans le département. Pourtant, un tel réseau n’exigerait que 8 bureaux à Rouen. Sans prêter une attention particulière au nombre, cela prouve le suréquipement actuel de la commune de Rouen.

68Dès à présent, le mot d’ordre doit être “suppression”. Sur les trois bureaux superflus que sont Rouen Bourse, Rouen Belges et Rouen Gare, les suppressions de Rouen Bourse et de Rouen Belges sont les moins graves. Elles ne modifieraient presque pas la distance totale parcourue qui passerait de 829 mètres à 838 mètres soit une augmentation de 1 %. Ce sont de surcroît les plus recommandées parce que leur environnement n’est pas commercial. Parallèlement, on peut peut-être créer au moins un bureau. Il est inutile d’en créer davantage sachant que le nombre de bureaux doit être globalement réduit dans la commune. La création est Rouen Lafayette qui a l’avantage par rapport à toute autre création d’être situé dans le seul hypermarché de la commune. Ce bureau peut être considéré comme un remplacement du bureau Rouen Saint-Sever, placé à 500 mètres de là. L’aménagement à court terme consiste donc en trois suppressions et une création. Il est intéressant de noter que la distance moyenne parcourue serait inchangée malgré ces modifications.

L’aménagement de la présence postale au Havre

69Cette analyse du Havre sera évoquée succinctement ; la démarche suivie étant la même que celle de Rouen. Les bureaux havrais sont remarquablement répartis sur le territoire communal. Cette dispersion s’explique par l’histoire territoriale du Havre. En effet, la ville s’est construite progressivement par l’annexion des communes voisines. Comme ces communes étaient déjà équipées d’une poste au moment de leur annexion, chaque quartier du Havre possède donc sa poste, une poste en général bien placée au cœur du quartier.

70La comparaison entre les 18 bureaux actuels et les 18 bureaux optimaux, permet de critiquer le réseau actuel (figure 60) : Le centre-ville est relativement bien équipé, dans les faubourgs, des quartiers suréquipés s’opposent à des quartiers mal desservis, la ville haute est sous-équipée. Finalement, contrairement à Rouen où les problèmes n’épargnent ni le centre-ville (suréquipé) ni la périphérie (sous-équipée), au Havre les problèmes se multiplient quand on s’éloigne du centre. D’ailleurs, le traitement qui indique les créations à effectuer sans modifier les 18 bureaux actuels comble en priorité la ville haute. Si la politique de la Poste était une politique de suppression, elle consisterait à supprimer des bureaux dans le centre de la commune : Le Havre B, Le Havre Eure, Le Havre Sanvic A et Le Havre Annexe 1. Bien que situés dans des secteurs animés, ces bureaux sont trop proches les uns des autres.

71Comme pour Rouen, la politique d’aménagement postal du Havre doit en fait être menée à une échelle départementale. L’objectif à long terme est d’aboutir au réseau “idéal” en Seine-Maritime. Si la Seine-Maritime ne doit plus compter que 167 bureaux, Le Havre n’en compterait plus que 12 (figure 61). Même si à long terme la politique est une politique de réduction, l’aménagement final passe aussi bien par la réduction de la présence postale dans certains quartiers que par sa multiplication dans d’autres (ce qui prouve leur état actuel de sous-équipement).

Figure 60. Le Havre : La comparaison des 18 bureaux existants et des 18 bureaux optimaux

Figure 60. Le Havre : La comparaison des 18 bureaux existants et des 18 bureaux optimaux

72Quelques quartiers doivent subir une élimination de leur présence postale : Rouelles au nord (Le Havre Caucriauville A), Les Neiges au sud (Le Havre Eure A). D’autres doivent être épurés comme le centre-ville (avec la suppression du bureau de la gare et celle du port) ou le quartier de l’Eure (un bureau suffit au lieu des deux actuels, on supprime Le Havre D).

73Quelques éliminations doivent être considérées comme des regroupements, c’est-à-dire comme le remplacement non pas d’un bureau par un autre mais de deux bureaux par un autre. Cette opération doit être effectuée à deux reprises dans les faubourgs. Dans le premier cas, par exemple, les bureaux Le Havre Frileuse et Le Havre Sanvic A doivent être remplacés par un seul bureau entre les deux, rue Louis Blanc. L’implantation est excellente, dans une zone davantage peuplée et de surcroît plus commerçante.

74Dans le reste de la commune, du centre-ville jusqu’à la périphérie, le modèle conseille surtout de remplacer mais aussi de conserver. Dans le centre-ville, si la grand-poste doit être conservée, le bureau Le Havre Gobelins doit être remplacé par un bureau rue F.Bellanger situé dans un supermarché. Dans les faubourgs, le bureau du quartier de Sanvic doit être conservé, mais celui de Graville remplacé par un bureau dans le quartier d’Applemont, et celui du quartier de l’Eure par un bureau situé à quelques centaines de mètres plus à l’est dans un meilleur environnement. L’implantation actuelle est en effet très critiquable, écartée des commerces dans une rue peu animée près d’usines ; l’implantation prévue est au cœur des commerces et même près d’un supermarché. Enfin, dans la ville haute, le bureau du quartier de Mont-Gaillard est à conserver. Il est d’ailleurs fort bien placé accolé au seul hypermarché du Havre.

Figure 61. Le Havre : L’aménagement à long terme (Politique de réduction départementale)

Figure 61. Le Havre : L’aménagement à long terme (Politique de réduction départementale)

75Au sein de cette politique générale de réduction, un seul quartier bénéficie d’une création ; Caucriauville. La présence postale doit être éclatée en deux bureaux pour desservir le nord et le sud de cette immense zone d’immeubles.

76L’aménagement à court terme permettra d’effectuer les suppressions les moins pénalisantes et les créations les plus percutantes. Contrairement à Rouen, les suppressions ne sont pas urgentes au Havre. Aussi, peut-on se contenter de créer autant de bureaux que l’on supprime. Trois suppressions et trois créations semblent prioritaires. On peut commencer par supprimer Le Havre B, c’est-à-dire le bureau situé dans la gare. Cette suppression ne modifierait guère l’efficacité du réseau. Pourtant, l’élimination de ce bureau surprend. Une présence postale dans une gare ou à la sortie d’une gare est certaine d’attirer une clientèle de passage que le modèle ne peut prendre en considération. On ne doit pas pour autant refuser cette élimination parce que c’est une clientèle qui ne fait que passer. Des automates peuvent fort bien suffire. A Rouen, le problème était différent parce que le quartier de la gare était un quartier commerçant et le bureau avait valeur de bureau de quartier. En revanche, au Havre, à part quelques restaurants et hôtels, le quartier de la gare n’est pas commerçant. De plus, le bureau est loin d’avoir un des meilleurs trafics du Havre. Pour équilibrer cette suppression, on peut créer le bureau de la rue J. Lurçat afin de renforcer la présence postale à Caucriauville. Parallèlement, on peut remplacer les bureaux Le Havre Annexe1 et Le Havre SanvicA par ceux de la rue A. Briand et de la rue Louis Blanc, tous les deux placés dans des supermarchés.

Un aménagement dissocié dans les banlieues, les petites et les moyennes villes

77Parmi les 25 créations à long terme, 7 doivent avoir lieu dans des banlieues, des petites et des moyennes villes, plus précisément 6 bureaux doivent être créés dans les banlieues rouennaise et havraise et un dans une petite ville (figure 62).

Figure 62. Les 7 bureaux à créer dans les banlieues, les petites et les moyennes villes

Figure 62. Les 7 bureaux à créer dans les banlieues, les petites et les moyennes villes

78Ces trois milieux ont été regroupés parce qu’ils présentent les mêmes caractéristiques. Ils sont suffisamment peuplés pour accueillir plusieurs bureaux de poste mais, contrairement à Rouen et au Havre, la répartition de leur population n’est pas précisément connue.

79Les petites et les moyennes villes ne suscitent qu’une création supplémentaire, à Bolbec, parce que la commune ne possède qu’un bureau pour 12372 habitants (Bolbec a été choisie parce qu’elle est la petite ville la plus peuplée du département) et parce qu’un bureau secondaire permettrait de réduire la distance de 35,9 %. En revanche, le sous-équipement des banlieues est aujourd’hui un des problèmes les plus criants du réseau postal. L’indice d’appréciation le plus flagrant est le nombre d’habitants par bureau de poste qui, dans certaines communes, atteint 10000 voire 20000. Grâce au modèle, cette inégalité est atténuée. La commune de Petit-Quevilly, que nous nous plaisions à citer comme exemple parce qu’elle était la plus désavantagée avec un bureau pour 22600 habitants, est une des premières choisies par le modèle pour y implanter un second bureau. Mais, la population n’est pas le seul paramètre de référence. Le modèle se soucie aussi de communes moins peuplées où la distance entre les habitants et le bureau de la commune est particulièrement importante. Le graphique de la figure 63 synthétise les deux critères pour expliquer le choix des différents bureaux. Il présente en abscisse la situation actuelle par rapport à la population, c’est-à-dire le nombre d’habitants par bureau de poste (seule la population de la banlieue ou de la ville concernée est considérée parce qu’elle seule est intéressée par la création d’un bureau supplémentaire), et en ordonnée ce que pourrait apporter une création sur la distance moyenne pour atteindre un bureau. Les communes les plus déficitaires constituent le quart “nord-est” du nuage de points. Ce sont les communes les plus peuplées pour lesquelles la création d’un bureau supplémentaire diminuerait considérablement la distance.

Figure 63. Les communes de banlieue, de petites et moyennes villes nécessitant une création

Figure 63. Les communes de banlieue, de petites et moyennes villes nécessitant une création

80Les communes choisies sont essentiellement celles de plus de 12000 habitants. Le modèle propose également d’équiper Fontaine-la-Mallet, c’est-à-dire la commune la plus peuplée de Seine-Maritime encore sans bureau malgré ses 2482 habitants (c’est pourquoi elle n’apparaît pas sur le graphique de la figure 63). Le bureau de Fontaine-la-Mallet est la septième création souhaitée. Inversement, la distance explique pourquoi une commune comme Bihorel, bien que défavorisée sur le plan démographique, a été choisie. Avec ses 9358 habitants, elle dispose actuellement d’un bureau situé à l’extrémité de la commune. Un nouveau bureau placé à l’autre extrémité permettrait de réduire de 60 % la distance à la poste. De 1680 mètres elle passerait à 680 mètres, soit une réduction d’1 kilomètre. Un bureau secondaire à Bihorel est d’autant plus indispensable qu’il est la première création souhaitée parmi les communes de banlieue. La distance explique également pourquoi une commune comme Sotteville bien que très défavorisée sur le plan démographique, avec un bureau pour 14772 habitants, n’a pas été choisie. En effet, si un bureau supplémentaire était implanté, il ne pourrait l’être qu’à proximité d’un bureau existant : Son impact serait alors presque nul.

81A priori, les créations ne peuvent pas surprendre la Poste. Elle sait pertinemment que les banlieues sont sous-équipées mais, faute de voir des emplacements intéressants, faute de voir le réel déséquilibre par rapport au reste du département, en un mot faute d’intérêt réel, aucun projet n’est à l’ordre du jour. Seule Fontaine-la-Mallet a déjà attiré son attention. “Déjà” est un bien grand mot puisque la Poste n’a fait qu’entamer les pourparlers avec la mairie pour l’implantation d’un bureau de poste, alors que Fontaine-la-Mallet est la commune la plus peuplée encore inéquipée de Seine-Maritime depuis plus de dix ans. En revanche, les implantations dans les communes moins peuplées, comme Bihorel ou Bolbec, peuvent sans doute étonner. Incluant rarement la distance dans ses paramètres, la Poste ne se rend pas compte de l’éloignement de certains usagers et ne voit pas qu’une deuxième implantation pourrait résoudre le problème.

82Ces quelques créations sont donc tout à fait décisives pour ces communes. Elles deviendront les communes de banlieue les plus enviables. Elles posséderont un bureau pour moins de 9000 habitants, sauf Petit-Quevilly qui aura un bureau pour 11300 habitants. De plus, grâce à leur double voire exceptionnellement leur triple présence postale, les habitants seront à moins de 1 kilomètre d’un bureau, c’est-à-dire bien en deçà de la moyenne qui est de 1,2 kilomètres pour l’ensemble des petites et moyennes villes et des communes de banlieue.

83Quel bilan peut-on tirer pour l’aménagement des “communes fondamentales” de l’armature ? Des gros bourgs jusqu’aux grandes villes, ces communes présentent des niveaux d’équipement contrastés, à tel point qu’un rééquilibrage est nécessaire dans la perspective d’un réseau “idéal”. D’un côté, des créations doivent avoir lieu dans quelques communes de banlieue, mais aussi dans quelques petites villes et certains quartiers urbains réellement sous-équipés. De l’autre côté, les suppressions doivent concerner deux types de communes suréquipées. Les premières sont réellement suréquipées, même par rapport au réseau actuel, comme Rouen mais aussi quelques communes de banlieue ou quelques villes moyennes comme Canteleu. Les secondes ne sont que relativement suréquipées comme Le Havre ou quelques communes de banlieue comme Mont-Saint-Aignan. La réduction générale du réseau y entraîne une réduction de la présence postale dont la gravité est somme toute relative par rapport au reste du département.

84Le procédé de suppressions/créations diffère entre les grandes villes et les autres communes urbaines. Dans les grandes villes (Rouen-Le Havre), il doit plutôt s’agir d’un aménagement simultané du réseau, combinant créations dans certains quartiers, suppressions dans d’autres et remplacements dans d’autres encore. En revanche, dans les communes de banlieue, dans les petites et les moyennes villes qui font soit l’objet de créations, soit de suppressions, l’aménagement doit être dissocié et la Poste peut suivre la liste des suppressions et des créations sans se soucier de quelque interférence. Les “communes fondamentales” sont donc les seuls lieux où il faut rééquilibrer la présence postale. Les autres milieux seront caractérisés par une seule politique : suppression ou création.

Combler les “communes majeures” de l’armature

85Les “communes majeures” de l’armature peuvent être assimilées aux communes abritant les bureaux majeurs, c’est-à-dire les petits bourgs, les centres ruraux et quelques communes périurbaines. Ces lieux sont suffisamment peuplés et éloignés pour jouer un rôle de pôle mais tous ne sont pas équipés, aussi faut-il combler cette lacune pour renforcer l’armature.

86Tous les petits bourgs et tous les centres ruraux sont équipés. Leur présence postale unique est suffisante, même si le réseau doit être réduit à 167 bureaux. De telle sorte qu’aucune création n’est à envisager dans ces lieux. En revanche, les communes périurbaines relativement peuplées et éloignées d’une ville sont loin d’être toutes équipées. Les efforts de la Poste doivent donc porter sur ces communes. L’aménagement passe par la réponse à deux questions : Quelles sont les créations souhaitables ? N’y a-t-il pas un problème à équiper ces milieux ?

Des créations souhaitables en milieu périurbain

87Parmi les 25 créations souhaitées par le modèle pour compléter à long terme le réseau dans le département —hormis Rouen et Le Havre—, 64 % se situent en milieu périurbain, soit 16 bureaux. Quatre sont même les premières créations souhaitables. Autant dire que l’équipement du milieu périurbain est prioritaire. Et cela ne surprend pas. C’est un milieu qui a les avantages de la proximité urbaine mais qui en a aussi les inconvénients. Les communes jouissent de la proximité des équipements urbains mais leur propre équipement est la plupart du temps insuffisant.

88Le choix des communes périurbaines repose fortement sur la population et la distance des communes environnantes. La population de la commune joue certainement un rôle secondaire puisqu’une grande partie des communes périurbaines non équipées ont une population comparable, entre 1000 et 2000 habitants. En revanche, la population des communes environnantes intervient indirectement. Une commune périurbaine placée dans une région peu équipée attire sans doute une grande partie des habitants voisins grâce à son potentiel de population. La distance est l’autre critère décisif. Par définition les communes périurbaines sont proches d’une ville, aussi la proximité et la taille de cette ville représentent deux éléments essentiels. Si la commune est très proche d’une grande ville son rôle ne peut être que minime puisqu’elle ne peut attirer qu’une petite partie des usagers des communes voisines, les autres allant à la grande ville. Au contraire, plus elle en est loin, plus elle a de chances d’attirer la population des communes voisines et cela d’autant plus que la ville est petite.

89Les créations périurbaines, affectant la Basse-Seine et la région de Dieppe, se divisent en deux groupes que l’on pourrait désigner sous les termes de créations prioritaires et créations complémentaires (figure 64).

90Les cinq bureaux à créer en priorité en milieu périurbain, dont quatre sont les meilleures créations départementales, ont un point commun : Leur création permettra d’équiper un espace très déficitaire. Ainsi, le bureau de Saint-Martin-en-Campagne permettra de désenclaver postalement l’espace périurbain situé à l’est de Dieppe. Ces cinq communes qui ont entre 1000 et 1500 habitants sont donc peuplées, mais ne sont pas pour autant les communes non équipées les plus peuplées du département. Le choix de ces cinq bureaux s’explique par la population de leur commune et par la population et l’éloignement des communes environnantes. Par exemple, Quévreville-la-Poterie au sud-est de Rouen n’a que 1044 habitants mais la création d’un bureau permettra d’attirer plus du tiers des 3500 habitants des quatre communes voisines inéquipées, plus précisément 1292 habitants. 855 d’entre eux qui parcourent au minimum 6,3 kilomètres pour rejoindre un bureau, n’auront plus à effectuer que 900 mètres pour atteindre le bureau de Quévreville.

91Parmi les 11 créations complémentaires, trois viennent renforcer la présence postale dans les espaces les plus déficitaires précédents : l’espace périurbain à l’est de Dieppe, l’espace périurbain au sud-est de Rouen, l’espace périurbain dans la vallée de la Seine, en début d’estuaire.

92Cinq bureaux doivent être créés dans des espaces déficitaires : Tourville-sur-Arques au sud de Dieppe, Saint-Vigor-d’Ymonville à l’est du Havre, Saint-Paër au nord-ouest de Rouen, Sierville au nord et Montmain à l’est. Les créations sont moins prioritaires parce que les espaces sont aussi moins déficitaires. Les communes choisies elles-mêmes sont un peu moins peuplées (800 à 1300 habitants). Les créations n’amélioreront la proximité que des habitants de la commune concernée et de quelques habitants voisins.

Figure 64. Les créations périurbaines

Figure 64. Les créations périurbaines

93Trois bureaux complémentaires n’ont qu’un intérêt individuel. Leur création n’améliorera la situation que de la commune où ils seront implantés. Il faut donc que cette commune soit particulièrement pénalisée pour que le modèle y attache tant d’importance : A Hautot-sur-Mer la population communale (2111 habitants) explique le choix de la création. A Vatteville-la-Rue c’est la distance : elle est en effet située à 8,8 kilomètres du premier bureau de poste. A Hénouville c’est la combinaison des deux critères.

94Parmi les 16 bureaux envisagés, deux au moins ne surprendront pas la Poste voire la conforteront dans son action, parce qu’ils viennent d’être créés. Le premier a été implanté à Préaux en Mai 1991, le second à Tourville-la-Rivière quatre mois plus tard. Tous les deux se situent dans des espaces périurbains très déficitaires. Quatre autres ne l’étonneront pas non plus, parce que leur dossier a été étudié à un moment ou à un autre. Le modèle incite donc la Poste à rouvrir ces quatre dossiers plus ou moins gelés. Pourquoi les demandes n’aboutissent-elles pas ? A Saint-Arnoult le maire demande une présence postale depuis 1983, la Poste lui refuse régulièrement. A Quévreville-la-Poterie, la Poste est prête à implanter un bureau à la demande du maire mais le dossier reste en suspens depuis la construction du bureau de Tourville-la-Rivière non loin de là. A Hautot-sur-Mer, la demande émane du receveur de la commune voisine qui insiste pour créer un bureau, la Direction départementale n’y prête guère attention. Enfin à Tancarville, la Poste étudie actuellement le projet d’un bureau à la demande du maire.

95En revanche, la Poste sera sans doute surprise par certaines créations. Surprise dans la mesure où elle n’y retrouvera pas les quelques autres bureaux qu’elle a l’intention d’implanter prochainement en milieu périurbain comme à Sainte-Marie-des-Champs près d’Yvetot, ou qu’elle vient d’implanter comme à Roncherolles-sur-le-Vivier à l’est de Rouen. Les uns comme les autres ne sont pas recommandés par le modèle parce qu’ils sont trop proches d’un bureau existant.

96Les 16 créations rapprocheront du reste du réseau, outre leur propre commune, une trentaine d’autres communes (figure 65). Les 16 communes équipées, situées actuellement à environ 5 kilomètres d’un bureau, se retrouveront à 1,5 kilomètres du premier bureau, soit une diminution de la distance de 70 %. 33 communes voisines gagneront environ 2 kilomètres. Mais, au-delà de l’équipement de communes peuplées et loin d’autre présence postale, l’équipement du milieu périurbain, qui a souvent Failure de cités dortoirs, pose-t-il des problèmes d’ordre plus général ? La Poste prend-elle des risques en l’équipant ?

Figure 65. Les créations périurbaines et la distance au bureau le plus proche

Figure 65. Les créations périurbaines et la distance au bureau le plus proche

Le périurbain peut-il inquiéter la Poste ?

97Les communes périurbaines ne vivent bien souvent que dans l’ombre de leur ville d’attache. Ce sont avant tout des communes résidentielles, souvent sous-équipées en commerces et services. Mais la Poste doit-elle pour autant hésiter à s’installer dans ces communes ?

98Il est vrai que les habitants sont absents presque toute la journée. Mais d’une part ces pendulaires peuvent très bien se rendre à la poste de leur commune le samedi, d’autre part les communes périurbaines ne sont pas désertes pendant la journée puisque certaines personnes ne travaillent pas. La Poste doit avoir d’autant moins d’inquiétude à s’installer que dans quelques années, la clientèle potentielle sera plus importante. En effet, aujourd’hui, les ménages de jeunes adultes se renouvellent continuellement ; mais demain, avec l’accroissement démographique des communes périurbaines et l’installation d’équipements, les ménages se fixeront sans doute. De telle sorte que, sous prétexte que la plupart des captifs sont des femmes au foyer qui peuvent se déplacer plus facilement que des personnes âgées, la Poste ne doit pas refuser d’implanter des bureaux, au risque de se retrouver absente quand les communes auront une population plus importante et plus vieille.

99Si la Poste a quelque inquiétude sur l’avenir, elle peut toujours implanter une agence postale communale. C’est une implantation avec laquelle la Poste prend le minimum de risques. En effet, comme la mairie prend en charge le local et le personnel, le rôle de la Poste se limite à rémunérer la mairie proportionnellement au trafic de l’agence. De plus, si après quelques temps l’agence s’avère particulièrement rentable, la Poste peut modifier son statut. Ce système est la base du réseau rural dans certains pays comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne.

Ne pas abandonner les “déserts” postaux

100Jusqu’à présent, le milieu rural non périurbain n’a fait que l’objet de suppressions. Pourtant, le modèle n’abandonne pas ce milieu. D’une part il n’a jamais tendance à “désertifier” une zone, d’autre part il cherche à équiper les zones rurales profondes. On verra d’ailleurs quelle forme de présence postale y installer sachant que la Poste refusera assurément un bureau classique.

Les suppressions n’ont pas tendance à “désertifier”

101En milieu rural non périurbain, où la présence postale est relativement dense, le modèle recommande de nombreuses suppressions, mais en laissant toujours un bureau sur place. Par exemple, le modèle prône une véritable hécatombe dans la vallée du Dun, mais il recommande de laisser deux bureaux dans des petits bourgs. Seule une zone au nord-est, après les suppressions, apparaît vidée de toute présence postale. Nous envisagerons son cas ultérieurement.

102De plus, le modèle laisse un bureau dans certains villages plutôt que d’engendrer un “désert” postal. Par exemple, le modèle propose de conserver des bureaux comme Penly ou Saint-Ouen-du-Breuil, pourtant situés dans des communes de 306 et 645 habitants. Mais supprimer le bureau de Penly, ce serait d’une part pénaliser les 306 habitants qui devraient faire 8,2 kilomètres, alors qu’ils en font 1 actuellement pour atteindre leur bureau. Ce serait aussi pénaliser 600 résidents des communes voisines qui se rendent à Penly.

Des créations pour désenclaver les “déserts postaux”

103Le réseau postal est dense en milieu rural. Pourtant, les “déserts” postaux existent. Ce sont des zones rurales certes peu peuplées mais complètement écartées de toute présence postale. La Poste n’a pas conscience de ces “déserts”. Raisonnant commune par commune, n’ayant pas une vue d’ensemble, elle connaît la population de chacune des communes inéquipées, mais ne se rend pas compte que la juxtaposition de ces communes représente une population non négligeable et surtout écartée de toute présence postale. Si la Poste ne s’aperçoit pas de la situation critique de certains secteurs, c’est aussi parce que les maires des petites communes ne peuvent jamais réclamer de présence postale.

104Ces “déserts” postaux sont présentés sur la figure 66. Par référence à la création qui les désenclavera, nous les appellerons “désert” de Grand-Camp, “désert” du Caule-Sainte-Beuve et “désert” de Cuy-Saint-Fiacre. Le nord-est du département n’est pas un “désert” aujourd’hui, mais peut le devenir si l’on respecte toutes les suppressions recommandées par le modèle. Cette zone sera traitée séparément. On l’appellera le “désert” de Fresnoy-Folny, par référence à la commune la plus importante.

Figure 66. Les “déserts” postaux

Figure 66. Les “déserts” postaux

Le “désert” postal de Grand-Camp : un angle mort périurbain

105Il est surprenant de rencontrer un “désert postal” dans la Basse-Seine, espace le plus urbanisé du département. Pourtant, entre Rouen et Le Havre, entre la route qui longe la Seine et celle qui passe par le plateau, deux villes (Bolbec, Lillebonne), un gros bourg (Caudebec-en-Caux) et un petit centre rural (Allouville-Bellefosse) délimitent un véritable angle mort dont les marges avaient été qualifiées précédemment d’espace périurbain déficitaire. Les communes qui constituent ce “désert” sont au mieux à 6-7 kilomètres de ces pôles (figure 67). La plus centrale d’entre elles, Saint-Nicolas-de-la-Haye, est à 9,4 kilomètres du premier bureau de poste. Ces communes qui ont entre 350 et 700 habitants ne sont que la coalescence de plusieurs zones périurbaines. Elles sont d’ailleurs fortement envahies par les pavillons et n’ont aucun commerce. Aucune des communes considérées individuellement ne mériterait vraiment une présence postale, mais l’ensemble suscite l’intérêt du modèle. Aussi, le désenclavement de cette région doit-il passer par l’équipement d’une petite commune, Grand-Camp. Le modèle avait le choix entre quatre sites potentiels. Il a choisi la commune la plus centrale qui est aussi la seconde plus peuplée pour maximiser l’efficacité. Grand-Camp n’est malgré tout pas très peuplée avec ses 579 habitants.

106La création du bureau de Grand-Camp rapprochera, outre les habitants de Grand-Camp eux-mêmes, une partie des habitants de sept communes voisines. Ces personnes qui parcourent entre 6 et 9 kilomètres pour atteindre un bureau ne feront plus qu’entre 2 et 5 kilomètres. Un bureau à Grand-Camp est la huitième création souhaitable en Seine-Maritime. Elle est donc à mettre sur le même plan que les créations en banlieue.

Le “désert” postal du Caule-Sainte-Beuve : le rural profond de Seine-Maritime

107La création d’un bureau au Caule-Sainte-Beuve est aussi une création de choc. Situé en plein cœur d’un “désert”, il le désenclavera d’autant mieux. Par rapport au “désert” de Grand-Camp, ce “désert” postal se caractérise par un plus grand isolement et une moindre population. Dans ce secteur, les communes n’ont guère plus de 250 habitants, elles n’ont presque pas de commerces, le chef-lieu de canton le plus proche est parfois à plus de 13 kilomètres : c’est le rural profond de Seine-Maritime. Aujourd’hui, quatre communes sont situées à plus de 10 kilomètres du premier bureau de poste (au pire : 11,1 kilomètres). C’est pourquoi, malgré la faible population, le modèle recommande d’équiper Le Caule-Sainte-Beuve qui, dans ce secteur, était la seule commune pourvue d’un bureau potentiel. Ce bureau avait d’ailleurs été imaginé par anticipation, bien qu’il soit situé dans une commune de moins de 500 habitants (432 habitants), parce qu’on pouvait se douter que le modèle allait réclamer une présence postale dans ces lieux. La commune, malgré sa faible population, n’est cependant pas totalement dépourvue de commerces : elle possède une épicerie et une boucherie.

108Le bureau du Caule-Sainte-Beuve est la douzième création préconisée par le modèle. Ce bureau améliorera la situation des habitants du Caule-Sainte-Beuve ainsi que de neuf communes voisines. La part d’habitants que lui enverra chaque commune se limitera à une cinquantaine d’habitants. Toutefois, si aujourd’hui chacun d’eux parcourt en moyenne 10 kilomètres pour rejoindre un bureau, il n’en fera plus que 5. Seul le nord-ouest du “désert” restera un peu écarté : il y subsistera une commune à 8,5 kilomètres d’un bureau de poste, mais cette commune n’a somme toute que 240 habitants.

Cuy-Saint-Fiacre, une création tout juste suffisante pour désenclaver le “désert” environnant

109Le “désert” de Cuy-Saint-Fiacre surprend. Il paraît aussi enclavé que les autres. Parmi les premières créations, pourquoi aucune n’appartient à cette région ? La région est enclavée, écartée entre les chefs-lieux de canton de Gournay, d’Argueil, de Forges et le gros bourg de Gaillefontaine. En dehors du département, le gros bourg de Formerie est assez loin. De telle sorte que six communes sont à plus de 8 kilomètres, dont deux à plus de 10 kilomètres. C’est d’ailleurs dans cette région que l’on trouve la commune la plus isolée du département, à 11,8 kilomètres du premier bureau de poste. Même en marge du “désert”, plusieurs communes sont défavorisées car elles sont situées à plus de 7 kilomètres d’un bureau. La superficie importante des communes qui caractérise le pays de Bray n’est pas étrangère à cet éloignement. La population des communes est certes un peu plus importante que dans le “désert” du Caule-Sainte-Beuve, variant entre 68 et 323 habitants, mais elle reste très faible.

Figure 67. Les “déserts” postaux et la distance au bureau le plus proche

Figure 67. Les “déserts” postaux et la distance au bureau le plus proche

110Pourquoi le modèle ne propose-t-il pas d’implanter un bureau ? Tout simplement parce qu’aucun bureau ne permet de la désenclaver. Il n’existe aucun bureau potentiel imaginé dans ce “désert”. La population de chaque commune est trop faible. Seule une contrainte de distance l’obligerait à choisir un bureau voisin pour réduire l’éloignement des communes les plus isolées, à condition bien évidemment qu’il y ait un bureau potentiel susceptible de jouer ce rôle. Cette hypothèse a été envisagée, puisqu’une simulation a été effectuée en imposant au modèle une contrainte de 10 kilomètres. Le bureau de Cuy-Saint-Fiacre a alors été choisi. Sans contrainte, le bureau n’est souhaité qu’en 147ème position dans la liste des créations, autant dire que son efficacité est limitée.

111Cuy-Saint-Fiacre est une petite commune de 535 habitants située au sud du “désert” à 4,1 kilomètres du bureau de Gournay. Cette commune périurbaine est l’exemple type de la cité dortoir : aucun commerçant mais des pavillons. Malgré tout son bureau potentiel est le seul qui puisse permettre de réduire quelque peu l’enclavement postal du “désert”. N’étant pas situé au centre du “désert”, comme à Grand-Camp ou au Caule-Sainte-Beuve, il ne pourra améliorer la situation que de quelques communes. La figure 67 montre que les répercussions sur la distance seront minimes. Malgré tout, les deux communes les plus enclavées situées actuellement à plus de 10 kilomètres d’une poste seront rapprochées, puisque Ménerval et Doudeauville situées à environ 12 kilomètres de Gournay se retrouveront à 7,9 et 8,7 kilomètres du bureau de Cuy-Saint-Fiacre.

112En définitive, le bureau de Cuy-Saint-Fiacre n’est pas une création recommandée par le modèle pour atteindre un réseau “idéal”. Pourtant, la création d’un bureau serait indispensable pour que le réseau soit équitable. Un bureau mérite-t-il d’être créé à Cuy-Saint-Fiacre ? “Doit-on voler au secours des faibles et les aider à survivre au risque d’abaisser la performance générale ?” écrit R. Brunet (1990a). La Poste en sera juge.

Le Nord-Est : une région à préserver

113Malgré la suppression de nombreux correspondants postaux à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, le nord-est du département n’est pas à l’heure actuelle une région sous-équipée. La présence postale n’y est pas particulièrement dense, mais la faible population de la région ne justifie pas une présence plus renforcée. Au contraire, parmi les premières suppressions recommandées par le modèle figurent trois bureaux de cette région, à Grandcourt, Bailly-en-Rivière et Fresnoy-Folny. Tous les trois sont en effet situés dans des communes de petite taille, respectivement 337, 505 et 610 habitants. De plus, comme leurs communes environnantes ont souvent moins de 300 habitants, leur suppression n’éloignerait qu’une minorité d’individus.

114Il n’en est pas moins vrai que ces trois suppressions seraient dangereuses. Si chacune d’elles considérée individuellement ne serait pas grave en soi, leur triple élimination engendrerait un véritable “désert” postal. C’est le seul cas où le modèle entraînerait l’enclavement d’une région (figure 67). En imposant une contrainte de 10 kilomètres (la plus petite qu’on puisse imposer en Seine-Maritime), on se rend compte qu’il ne faudrait éliminer que les bureaux de Grandcourt et de Bailly-en-Rivière. Ce serait le seul moyen pour que le réseau efficace soit également un réseau équitable.

Quelle forme de présence postale convient aux “déserts postaux” ?

115Après les suppressions recommandées à long terme par le modèle, il ne restera plus dans le département de bureaux situés dans des communes de moins de 600 habitants, à deux exceptions près. De même, il ne restera qu’une dizaine de communes de 600 à 1000 habitants encore équipées. Et il faudrait que la Poste crée trois bureaux dans des communes de moins de 600 habitants ? Ce n’est pas réaliste. La Poste refusera et c’est compréhensible. Elle n’a sans doute pas envie de renouveler l’expérience de Callengeville, cette petite commune de moins de 500 habitants où un bureau avait pourtant été créé en 1973. Son trafic est l’un des plus mauvais du département. Mais par ces créations, le modèle exprime avant tout l’existence d’espaces enclavés, déficitaires, demandeurs. Aussi, si la Poste n’ose pas installer un bureau par crainte d’échec, les pouvoirs publics ou les maires ne pourraient-ils pas l’aider et participer financièrement à ces créations ?

116La France est un pays riche. Elle peut bien s’offrir le luxe de subventionner des bureaux dans ces zones peu peuplées. Le Conseil régional subventionne bien des lignes de chemin de fer déficitaires, pourquoi ne participerait-il pas au financement de bureaux dont il ne faut pas oublier la valeur de service public, d’autant qu’un petit bureau ne demande somme toute pas trop de frais.

117Pourquoi les maires ne participeraient-ils pas à l’effort d’implantation ? Ils sont les premiers concernés par la création. L’agence postale communale, adéquate pour les communes périurbaines, s’avérerait encore idéale. Cependant, les agences postales ne sont-elles pas réservées aux communes riches ? Il est vrai que si un local est aisé à trouver, la rémunération de l’employé municipal peut représenter une somme considérable pour une commune de 500 habitants. A moins que là encore, les pouvoirs publics ne participent financièrement. Leur aide est indispensable, sinon les communes ne pouvant avoir les moyens de faire reconnaître leur politique seront toujours condamnées à avoir la politique de leurs moyens.

118Les agences postales sont d’autant plus intéressantes pour les maires qu’elles permettent de mener une polyvalence efficace. La polyvalence, telle qu’elle a été pratiquée dans les années soixante-dix et quatre-vingt, a été un échec et les opérations qui subsistent encore aujourd’hui n’en sont que des reliquats. L’idée était pourtant originale puisqu’elle apparaissait comme un excellent moyen de conserver un certain nombre de services publics dans les milieux ruraux écartés. Elle mériterait d’être remise à l’ordre du jour, à condition de ne pas répéter les erreurs d’hier. Or, au-delà des défauts d’organisation, des bureaux mal ciblés..., le principal défaut de la polyvalence administrative vient peut-être du fait qu’elle a été confiée à la Poste.

119La mairie est l’avenir de la polyvalence. D’une part, la mairie apparaît comme un partenaire désintéressé contrairement à la Poste qui avait des intérêts pécuniaires. C’est d’ailleurs parce que la Poste avait du mal à se faire payer qu’elle fit de plus en plus de difficultés à poursuivre les opérations. D’autre part, les mairies sont bien plus répandues que les postes. Or, un certain nombre de partenaires refusaient de coopérer estimant que la Poste n’était pas suffisamment implantée : le ministère de l’Economie et des Finances estimait que les bureaux de tabac étaient plus répandus, le Trésor public estimait que les perceptions suffisaient. Il est vrai que les bureaux de poste polyvalents n’étaient souvent que ceux des chefs-lieux de canton, là où l’on trouvait d’autres services effectivement susceptibles d’effectuer la polyvalence. En outre, les mairies effectuent parfois déjà des opérations de polyvalence, comme avec la Caisse primaire d’assurance maladie et les bibliothèques de prêt. Enfin, sachant que la polyvalence comprend aussi des opérations de mairie, les maires sont les plus à mêmes de s’en occuper. L’agence postale communale est déjà en soi une forme de polyvalence puisque c’est un employé de la mairie qui effectue les opérations postales, après avoir reçu une formation. Le développement d’agences postales polyvalentes est une solution à ne pas négliger dans les “déserts” postaux. Elle est d’ailleurs à l’essai en Seine-Maritime à Ypreville-Biville. Dans cette petite commune de 431 habitants, le secrétaire de mairie est en même temps agent postal et s’occupe d’un service de prêt de livres.

120L’intercommunalité ne paraît pas une bonne solution face à l’enclavement postal. Certes, il suffirait que quelques communes s’associent pour financer une présence postale sur le territoire de l’une d’entre elles. Mais, autant le système est intéressant dans le cas d’un regroupement scolaire parce que les communes partenaires envoient tous leurs écoliers à l’école de la “commune principale”, autant il est fragile dans le cas d’un regroupement postal. En effet, si la commune qui possède la poste est sûre d’attirer ses propres habitants, les communes voisines qui ont participé ne sont pas certaines que tous leurs habitants s’y rendent.

121A défaut d’implanter un bureau de poste dans ces “déserts” postaux, on peut songer à remettre en circulation les guichets mobiles ou développer le rôle du facteur. Les guichets mobiles sont des camionnettes qui se déplacent selon un itinéraire et un horaire fixes. Mises en circulation dans les années vingt (la première fois en 1926, en Corrèze), ces camionnettes servaient à l’origine au transport de courrier mais aussi de personnes. Par la suite, elles ont fait office de guichet mobile effectuant les opérations les plus courantes. Mais ces guichets mobiles disparaissent peu à peu. En Seine-Maritime, les deux derniers ont été supprimés en 1985 et 1986. Quoi qu’il en soit, même si ce système est abandonné par la Poste (et par la Caisse d’épargne écureuil d’ailleurs) ne faudrait-il pas le remettre en circulation. C’est en effet un moyen de desservir toutes les localités (ou presque) du “désert” postal. Contrairement à un bureau qui n’attire essentiellement que les habitants de la commune, le guichet mobile en s’arrêtant un peu dans chaque commune est utile (en théorie) à toute la population. Et même si une partie des habitants est absente lors de la tournée, les personnes âgées qui sont habituellement les plus pénalisées parce qu’elles ne peuvent pas se déplacer, pourront bénéficier de ce service au moment de son passage. Dès lors, ces guichets mobiles toucheront davantage de personnes qu’un seul bureau dans la commune la plus peuplée du “désert”... mais à quel prix ?

122En effet, ce système a été abandonné parce qu’il avait des défauts. Le premier est d’être peu rentable dans la mesure où les clients le considèrent davantage comme un moyen de dépannage que comme un bureau à part entière, un peu comme on considère les commerçants itinérants. En Seine-Maritime, on se souvient que les clients achetaient surtout des timbres mais réalisaient très peu d’opérations financières. Pour pallier cet inconvénient, il faudrait que le “postier” ait une formation de conseiller, qu’il fasse un peu de publicité. Un deuxième inconvénient est d’être dangereux. Comme tout véhicule qui transporte des fonds, il est susceptible d’être davantage attaqué qu’un bureau. D’ailleurs, le guichet mobile qui fonctionnait dans la banlieue rouennaise avait été supprimé à la suite d’un hold-up. La sécurité devra être renforcée, les fonds transportés réduits. Enfin et surtout, c’est un système coûteux : coûteux en matériel (essence, entretien), coûteux en personnel (il faut deux personnes pour la sécurité). Il n’est pas facile de recouvrer le surcoût dû au déplacement. Les commerçants itinérants augmentent le prix de leurs marchandises. Mais la Poste ne peut pas vendre le timbre plus cher. La solution du financement est encore à rechercher du côté d’une subvention extérieure. Si les collectivités locales ne veulent pas participer au financement d’un bureau unique, peut-être pourraient-elles participer à celui d’un guichet mobile ? Plusieurs maires ne sont-ils pas directement concernés par le passage du camion ? Finalement, contrairement à la solution d’un bureau unique qui est la solution la plus efficace, celle d’un guichet mobile est plus équitable puisqu’elle accorde de l’importance à toutes les communes du “désert” postal traversées, c’est pour cela aussi qu’elle est la plus coûteuse. La Poste ne l’entreprendra jamais seule. Une participation est nécessaire. Mais sera-t-elle acceptée ? En dernier recours, il reste à la Poste son facteur.

123Actuellement, le facteur est déjà susceptible de jouer un rôle plus important que son simple rôle de distributeur de courrier. Il peut à la demande d’un usager revenir le lendemain avec des timbres, de l’argent, etc. Pratiquement, toutes les opérations offertes dans un bureau peuvent être réalisées à domicile : vente de timbres, versement ou retrait sur un compte-chèques postal ou un livret de caisse d’épargne, paiement d’une retraite ou d’un mandat, etc. Toutefois, le principe mériterait d’être développé dans les secteurs ruraux où la présence postale fait défaut. On pourrait, comme certains bureaux le font, installer un répondeur téléphonique pour permettre au facteur de connaître les besoins de ses clients avant de passer les voir lors de sa tournée. Par rapport à un bureau unique, l’avantage serait là encore une desserte plus importante, même si pendant la tournée du facteur beaucoup de personnes sont absentes. Comme pour le guichet mobile, l’essentiel serait de servir ceux qui justement ne peuvent pas se déplacer, les personnes âgées et les autres captifs. Qu’importe si le système est coûteux en hommes.

124Quel est finalement le bilan de l’aménagement en milieu rural hors périurbain ? Le réseau trop dense peut être réduit sans gravité. Certes, les suppressions priveront quelques communes d’une présence postale, mais ce sera au bénéfice de l’efficacité générale. De plus, milieu rural ne rime pas avec suppression puisque le modèle recommande de désenclaver les “déserts” postaux. Quoi qu’il en soit, la Poste n’est pas forcément prête à prendre seule en charge l’aménagement de ces régions. C’est pourquoi l’aménagement de ces zones résulte d’une collaboration entre elle et les collectivités locales.

125Avec ces recommandations s’achève l’exemple qui illustre l’élaboration du réseau “idéal” à 167 bureaux. Toutefois, cet exemple sera utile quelle que soit la taille du réseau envisagé. On a montré comment procéder dans chacun des milieux, soit en associant suppressions et créations soit en les dissociant. On a indiqué les moyens pour équiper les communes au sujet desquelles la Poste pourrait émettre des réticences. Cependant, si le modèle est nécessaire il n’est pas pour autant suffisant. En effet, parallèlement, la Poste devra d’une part envisager des aménagements pour parfaire sa présence dans le département et d’autre part travailler en collaboration avec les collectivités locales afin de réaménager son réseau en bonne intelligence.

Un souci : Façonner la présence postale et travailler en concertation

126Les deux chapitres précédents se sont attachés à décrire les moyens pour parvenir à un réseau de 167 bureaux. Ce nombre avait été choisi parce qu’il représentait le nombre de bureaux suffisant pour assurer une desserte convenable en Seine-Maritime. Mais, que la Poste opte pour ce nombre ou pour un nombre plus important (en fonction de son budget), l’amélioration de la présence postale ne peut se faire sans un souci constant du détail et de la participation. En effet, vu la simplicité du modèle (mais n’est-ce pas sa force ?), on ne peut pas s’attendre à ce qu’il résolve seul l’aménagement postal. Aussi, parallèlement, peut-on façonner l’aménagement, c’est-à-dire résoudre des problèmes que le modèle n’aborde pas, sans pour autant empiéter sur sa mission. En outre, l’aménagement est indissociable d’un dialogue entre la Poste et les politiques, puisqu’eux seuls peuvent garantir la réalisation de l’aménagement souhaité par le modèle.

127Trois manières de façonner le réseau seront proposées : d’une part placer précisément les bureaux, d’autre part résoudre le problème des bureaux surchargés, enfin développer d’autres formules de présence postale. Puis, seront présentés les avantages que la Poste peut tirer d’un dialogue avec les collectivités locales.

Des emplacements à redéfinir

128Par “emplacement”, on désigne la localisation précise du bureau. Savoir que le bureau est situé dans tel quartier est une chose, savoir qu’il est bien placé en est une autre. L’emplacement joue un rôle considérable que le modèle n’a pas pu prendre en considération. Il est temps de corriger certains emplacements.

L’emplacement, un critère essentiel

129Dire qu’un emplacement à proximité de commerçants est préférable à un emplacement dans une rue déserte est évident. Certes un service public, contrairement à un service privé, n’exige pas un environnement particulier et un usager ira retirer une lettre recommandée, que la poste soit située dans la grande rue commerçante ou plus à l’écart. Cependant, un meilleur emplacement permet aux usagers d’accéder plus facilement au bureau. C’est pourquoi la Poste a intérêt à bien se placer d’autant plus qu’elle est une entreprise bancaire.

130L’emplacement des bureaux potentiels imaginés a été déterminé de façon précise. De sorte que lorsque la création de ces bureaux est recommandée par le modèle il n’y a pas à remettre en cause leur emplacement. En revanche, comme le modèle n’a pas intégré le déplacement des bureaux actuels, certains restent mal placés après son exécution. On peut estimer que 15 % du réseau actuel, soit une trentaine de bureaux, sont mal placés à l’écart des commerces et du centre. Ces bureaux peuvent être regroupés en quatre catégories.

131Ce sont d’une part les bureaux situés près des services publics. En effet, la Poste, en tant que service public, est très fréquemment installée près de la mairie, de la gendarmerie, de la perception, de l’école, de la gare, en un mot d’un autre service public, mais le plus souvent à l’écart du quartier commerçant. Par exemple à Montville dans la banlieue rouennaise, le bureau est établi près de la gendarmerie à la sortie de la ville alors que la place principale avec tous les commerçants est à 200 mètres. Ce sont d’autre part les bureaux situés sur des axes de circulation. Le bureau de Limésy, petit centre du pays de Caux à 35 kilomètres au nord-est de Rouen, illustre parfaitement ce type. La poste est installée sur la route qui traverse la commune pour rejoindre le littoral à côté d’une station-service. Mais elle est mal placée puisqu’à 500 mètres de là, sur la place de l’église, se trouvent les commerçants (épicerie, boucherie, pharmacie). Ce sont de plus les agences postales tenues par des particuliers à leur propre domicile. Même si ce type de bureaux n’existe que dans des villages, il n’en est pas moins vrai que le gérant n’habite pas toujours la place du village ou la rue principale. Ce sont enfin quelques bureaux qui ne sont pas situés dans un lieu particulier mais dont le seul point commun est d’être à l’écart des commerces. Par exemple, le bureau Grand-Quevilly Canadiens tourne le dos à la commune et celui de Forges-les-Eaux n’est pas implanté sur la place commerçante.

132Le déplacement des bureaux actuels mal placés peut être réalisé indépendamment des traitements du modèle. En effet, même si l’on effectue ces déplacements avant l’exécution du modèle, ils n’en changeront pas les résultats. D’une part le déplacement ne changera pas la distance parcourue par les usagers venant de communes voisines puisque le modèle ne prend en compte que la distance entre les deux centres de communes. Quant aux usagers de la commune concernée, si le nouveau bureau se retrouve dans la même case du carroyage, cela ne changera rien ; s’il se retrouve dans une case voisine, plusieurs tests ont montré que la distance parcourue augmente ou diminue légèrement mais que l’ordre des éliminations reste le même.

Des établissements plus souples

133Le déplacement des bureaux n’est pas si simple. Il se heurte au carcan immobilier qui doit être brisé. En 1984, J. Chevallier constatait qu’en France, “plus de la moitié des bureaux ont plus de vingt ans, 25 % ont plus de cinquante ans (durée classique d’amortissement de l’immobilier) et plus de 10 % ont plus de quatre-vingts ans”. Déplacer un bureau de quelques centaines de mètres n’est pourtant pas exceptionnel. Le bureau du quartier de Bléville au Havre a changé quatre fois d’emplacement depuis sa création au début du siècle, celui de Bosc-le-Hard trois fois depuis sa création en 1703. Chaque année, la Seine-Maritime connaît environ trois déplacements. Mais ces déplacements n’entraînent pas toujours le bureau dans un meilleur environnement. En effet, la Poste déplace avant tout ses bureaux pour disposer d’un local plus grand.

134Un bureau de poste est un bâtiment imposant. Derrière la partie visible, c’est-à-dire la salle des guichets qui comprend la partie publique et la partie service, se cachent le bureau du receveur, les locaux communs (salle de repos par exemple), mais surtout les “services arrière” et le “service distribution”. Or, comme le traitement du courrier est volumineux, les “services arrière” doivent être spacieux. C’est là que non seulement des employés s’occupent de la gestion et du secrétariat, mais surtout que d’autres oblitèrent, trient et indexent le courrier déposé au bureau avant qu’il ne soit envoyé au centre de tri. La pièce réservée au “service distribution” est encore plus vaste. Elle existe dans tous les bureaux distributeurs, c’est-à-dire ceux auxquels sont rattachés des facteurs. C’est une grande pièce où les facteurs trient le courrier provenant du centre de tri, avant d’aller le distribuer au cours de leur tournée. Donner la surface moyenne d’un bureau n’est pas très significatif dans la mesure où les bureaux non distributeurs ne sont pas comparables. Mais dans tous les cas, le client ne voit que la face visible de l’iceberg. Par exemple, à Grand-Couronne, la salle des guichets constitue 1/5 de la surface du bureau.

135Or, les bureaux sont bien souvent étriqués. Tous les bureaux datant de plus d’une vingtaine d’années nécessiteraient un agrandissement d’environ 30 à 100 % de leur surface. Il suffit de remarquer qu’à chaque déménagement, la surface s’accroît. Par exemple, lorsque le bureau de Grand-Couronne a été déplacé en février 1990, la surface du bâtiment construit pour la circonstance représentait trois fois celle de l’ancien (470m 2 au lieu de 150 m2). Hélas, les bureaux ont tendance à se retrouver en périphérie où les terrains vastes sont davantage disponibles. Cependant, il arrive que le déplacement d’un bureau coïncide avec la création d’un petit centre de commerces. Par exemple, à Boos, petit bourg à l’est de Rouen, les commerces étaient auparavant implantés sur la route nationale qui traverse la commune. Ils se sont un peu déplacés vers le sud dans un quartier rénové autour d’un supermarché. En venant s’y installer en 1989 la Poste s’est bien placée, située à 50 mètres du supermarché, entre un marchand de primeurs et un laboratoire d’analyses médicales. Mais, rares sont les cas où la raison principale du déménagement est la recherche d’un meilleur site. Pour que la Poste puisse choisir les emplacements intéressants, il n’existe qu’un seul moyen : éclater la structure du bureau.

136Seuls de petits établissements peuvent être facilement déplacés. La Poste doit réduire la taille de ses locaux. Pourquoi n’évacuerait-elle pas “le service distribution” ? C’est la partie la plus volumineuse et sa fonction est relativement indépendante du reste de l’activité du bureau. Ce service pourrait fort bien être détaché et implanté plus loin. C’est une suggestion. Sans doute a-t-elle beaucoup d’inconvénients qu’un géographe ne peut soupçonner. Mais, même si ce n’est pas la meilleure solution, la Poste doit rechercher d’autres moyens pour que les bureaux soient de taille raisonnable, pour qu’ils soient souples et mobiles.

Soulager des bureaux surchargés

137Faute d’éléments suffisants, le modèle ne résout pas le problème des bureaux surchargés. Par exemple, à Mont-Saint-Aignan, un seul bureau est conservé bien qu’il soit surchargé. Imposer au modèle une contrainte de capacité maximale aurait sans doute permis d’apporter un élément de réponse. Mais, cette contrainte n’a pas été choisie. Les files d’attente sont un problème complexe dont la résolution ne peut incomber au modèle, le nombre de bureaux n’étant pas un élément suffisant pour régler le problème de surcharge des bureaux. Toutefois, quelques suggestions peuvent être faites, non sur le plan humain mais sur le plan de l’aménagement intérieur, qui pourront être réalisées indépendamment du modèle pour améliorer la présence postale dans les bureaux les plus surchargés. Ces suggestions sont de deux types : les premières concernent des aménagements visant directement la résorption des files d’attente, les secondes des aménagements indirects.

Des aménagements directs

138Actuellement la Poste travaille beaucoup sur la conception de la salle des guichets, tout au moins dans les grands bureaux. De plus en plus, cette salle est amenée à se diviser en trois parties : une partie réservée aux automates à l’entrée, une partie destinée aux guichets et une partie “conseil” plus isolée où le client peut s’entretenir avec un conseiller financier. Les automates, c’est-à-dire les distributeurs de billets, de timbres, de paquets, les “libres-services affranchissement”, les machines permettant les opérations financières..., constituent un appareillage puissant pour drainer une partie des clients qui serait allé gonfler la file d’attente. En Seine-Maritime, un effort reste à faire puisque seuls 21 distributeurs de billets ont été installés. De même, la productivité des guichets doit être améliorée. Des efforts sont réalisés sur la modernisation des matériels. En revanche, la spécialisation des guichets constitue un reproche unanime émis par les usagers interrogés. L’homogénéisation des guichets a sans doute des inconvénients, mais elle est toujours mieux perçue par les usagers.

139Si l’on peut féliciter la Poste de prendre des mesures pour réduire les temps d’attente, on peut sans doute lui reprocher de ne pas ouvrir plus souvent ses bureaux, au moins le samedi après-midi. C’est un reproche perpétuel de la part des usagers, un reproche légitime quand on sait que le samedi est le seul jour où certains peuvent aller à la poste. Les bureaux ne désemplissent d’ailleurs pas ce jour-là. Il n’est pas dit qu’ouvrir le samedi après-midi effacerait toute file d’attente, mais sans doute y contribuerait-il. Ce serait de surcroît un moyen d’attirer des clients quand on sait que les commerces sont ouverts le samedi après-midi. Il est anachronique que les postes soient fermées. D’ailleurs dans d’autres pays européens, l’ouverture le samedi après-midi est pratiquée. Au Luxembourg, les guichets des bureaux de poste sont ouverts le samedi toute la journée. En Allemagne, les grands bureaux sont ouverts tous les jours de la semaine jusqu’à 21 heures et le samedi jusqu’à 17 heures. Un client répondant à l’enquête-domicile suggérait que dans les communes périurbaines où les travailleurs pendulaires rentrent après la fermeture du bureau, la poste reste ouverte plus longtemps, ne serait-ce qu’une fois par semaine, là encore pour éviter l’afflux du samedi matin. Ce ne serait pas impossible à réaliser. Il y a quelques années, les horaires du bureau d’Incheville n’avaient-ils pas été étudiés en fonction des horaires d’ouverture de l’usine de roulements mécaniques située sur le territoire communal ? (les horaires habituels avaient été rétablis après la fermeture de l’usine).

Des aménagements indirects : “Transformer le temps d’attente en temps de détente”

140Si la file d’attente est un fait réel, la durée de l’attente est surtout un problème psychologique. La Poste réalise régulièrement des mesures et des enquêtes sur les files d’attente. Ces enquêtes montrent que les usagers interrogés après avoir effectué leur opération, pensent toujours avoir attendu plus longtemps qu’ils ne l’ont fait en réalité. L’attente est un critère subjectif. La Poste estime qu’elle est mal vécue à partir de cinq à dix minutes pour les opérations courtes et à partir de dix à quinze minutes pour les opérations longues.

141Aussi, la Poste devrait rechercher des solutions pour donner aux clients la sensation de ne pas voir le temps passer. “Pourquoi ne pas installer un distributeur de café ?”, propose J-P. Lacaze (1990). Cette proposition est peut-être facétieuse mais J-P. Lacaze le reconnaît, il s’agit avant tout de “transformer le temps d’attente en temps de détente”. Le client aura l’impression de moins attendre si l’on détourne son attention de la file d’attente. Dans des lieux publics comme le métro ou certains magasins sont installés des téléviseurs qui programment des spots d’information ou de publicité. Ce serait sans doute le moyen le plus efficace pour distraire le client dans les bureaux de poste. Pour attirer son regard, les bureaux pourraient servir de lieu d’exposition, pour attirer son oreille, ils pourraient diffuser de la musique. Un bureau à Rouen le fait pour le plus grand plaisir des usagers.

142Pour distraire l’usager, une boutique ou un guichet devrait proposer non seulement des enveloppes mais aussi du papier à lettres, des cartes postales, des cartes de vœux, des stylos, des plans, des cartes, etc. Pourquoi ne vendrait-on pas des gadgets ou des objets à la marque de la Poste, comme le propose une boutique située dans l’espace de la Poste du CNIT à Paris-La Défense ? La Poste française a du retard. Les postes anglaises ont la particularité d’avoir dans leurs murs, ou juste à côté, une “PostShop” qui propose toutes sortes d’objets plus ou moins liés aux prestations consenties par la Poste (N. Bourdin 1986b).

143L’ensemble de ces conseils est loin d’être exhaustif. Il existe mille et une façon de réduire les attentes au guichet en organisant l’intérieur du bureau. Comme les déménagements de bureaux, ces aménagements doivent être réalisés indépendamment de l’aménagement général préconisé par le modèle. Mais, parallèlement au réseau des bureaux de poste, l’aménagement du réseau postal passe aussi par la mise en place de présences d’appoint.

Des présences d’appoint

144Notre objectif est d’améliorer le service rendu par la Poste par une redistribution efficace de ses bureaux. On peut aussi imaginer améliorer la présence postale en suggérant à la Poste de concevoir ou d’étendre certaines formules qui, sans ressembler à des bureaux de poste, constituent des présences d’appoint. Ces présences d’appoint peuvent être regroupées en deux types : d’une part des permanences et d’autre part ce que l’on désignera sous le terme de point-poste.

Des permanences sur les lieux de travail et dans les maisons de retraite

145La permanence n’est pas une nouveauté, même s’il en existe peu. Elle consiste à ce qu’un agent s’absente de son bureau pour venir passer quelques temps dans un établissement où un local est mis à sa disposition. Cet établissement peut être soit un établissement public, soit une entreprise privée soit une maison de retraite. En général, le postier vient une ou deux fois par semaine et reste une ou deux heures. Dans tous les cas, la permanence ne doit pas être confondue avec un bureau. Non seulement parce que le temps de présence est insignifiant mais surtout parce que l’usager ne peut effectuer que des opérations de base : retrait et dépôt d’argent sur un compte-chèques postal ou sur un livret A pour les opérations financières ; vente de timbres et affranchissement pour les opérations courrier. Ce ne peut être qu’un appoint. Pour toutes les autres opérations, il faudra qu’il se déplace. Malgré tout, la permanence rend service aux personnes qui ne peuvent pas facilement se rendre à la poste, comme les actifs qui ne terminent leur travail qu’après la fermeture des bureaux ou les personnes âgées des maisons de retraite qui ont des difficultés à se déplacer aisément. En outre, comme ces personnes sont sur place, l’heure de passage du postier importe peu.

146Le nombre de permanences tenues actuellement en Seine-Maritime n’atteint pas dix. Une présence hebdomadaire est assurée de 11 heures 30 à 13 heures 30 à la Caisse primaire d’assurance maladie et une seconde permanence est assurée tous les jeudis au Conseil général de 11 heures à 13 heures. De plus, cinq permanences sont effectuées dans des maisons de retraite. Par exemple à Darnétal, dans la banlieue rouennaise, une permanence est assurée les premiers vendredis de chaque mois de 13 heures 30 à 15 heures 30 dans la maison de retraite. Un bureau a été concédé à la postière qui vient avec une petite sous-caisse d’environ 5000 francs. Les expériences sont concluantes pour la Poste et pour les personnes âgées qui, paraît-il, attendent ce passage. Aussi mériteraient-elles d’être multipliées. De même, d’autres permanences pourraient par exemple être tenues dans les grands hôpitaux ou à l’Université. A l’Université de Rouen une expérience a bien été tentée en 1992, les 18000 étudiants constituant une clientèle potentielle considérable, mais ce fut un échec. En effet, au lieu d’être tenue dans un lieu de passage (bibliothèque, restaurant universitaire) la permanence était assurée deux fois par semaine pendant deux heures dans un coin isolé de la faculté de Lettres, avec seulement des littéraires pour clients. Cet échec prouve à quel point l’emplacement doit être choisi avec précision.

Des permanences dans les zones touristiques

147Les zones touristiques constituent des sites privilégiés par l’affluence d’usagers potentiels. Cependant, ces lieux n’étant animés qu’une partie de l’année, seule une permanence est intéressante. Comme les vacanciers effectuent surtout de simples opérations courrier ou financières, ces permanences n’assurent que des opérations postales de base et ne peuvent pas être assimilées à des bureaux classiques. S’il existe un bureau sur place, une permanence est inutile puisqu’un simple renfort de personnel suffit à contenir le surplus de travail. En revanche, une permanence s’impose dans les communes non équipées, sur le site touristique lui-même.

148En Seine-Maritime, les stations balnéaires constituent un exemple type. Dans d’autres départements ce sont les stations de sport d’hiver, dans d’autres encore les stations vertes. Il existe actuellement deux permanences assurées l’été sur le littoral cauchois près de Dieppe, à Quiberville et à Pourville. D’autres sites pourraient faire l’objet d’études dans le département. Par exemple aux Petites-Dalles, lieu-dit sur la commune de Sassetot-le-Mauconduit, le bureau permanent fermé en 1980 était sans doute superflu. En revanche, une permanence saisonnière suffirait sans doute du fait de l’activité touristique de la commune.

Des points-poste pour le dépannage

149Les points-poste sont des services proposés dans des commerces ou dans des lieux de passage, un peu comme il existe des points-phone. Des automates peuvent soit assurer seuls ce service soit venir en aide au commerçant. Les points-poste constituent pour les usagers un moyen de dépannage et en cela ne peuvent en aucun cas être assimilés à des bureaux. Un premier type est représenté par les distributeurs de billets. Ces distributeurs, exclusivement placés à l’intérieur ou en façade d’un bureau, devraient être installés dans des lieux de passage : les gares routières et ferroviaires, les stations de métro, les grandes stations-service, etc.

150Un deuxième type comprend commerces et stations-service qui proposent des produits plus ou moins liés aux opérations courrier (timbres, enveloppes, emballages). Pour les commerçants comme pour les gérants de stations-service c’est une façon d’attirer des clients même si les bénéfices sont minimes. Il est inutile qu’ils proposent des services financiers, comme le montre le semi-échec des points-verts du Crédit-agricole. En effet, dans des campagnes isolées, des bouchers, des boulangers et des épiciers font office de points-verts en acceptant de réaliser des opérations simples pour le compte du Crédit-agricole. Mais, comme l’opération est effectuée dans la boutique même à la vue des autres clients et non dans une pièce voisine, il n’y a aucune confidentialité et le système n’est pas très performant.

151Les stations-service constituent des implantations idéales. La restructuration actuelle de leur réseau qui tend à diminuer leur nombre pour améliorer leur qualité en les dotant d’une supérette, convient parfaitement à la Poste. Cinq expériences sont actuellement menées par la Poste en BasseNormandie en partenariat avec Total. La supérette est équipée d’un distributeur de timbres et de pochettes philatéliques et, à la caisse, le vendeur propose des télécartes et des emballages. Une boîte aux lettres est située sur l’aire de la station.

152Quelques expériences de commerces faisant office de points-poste sont tentées dans des papeteries en Bretagne. On n’y vendait déjà des enveloppes et des cartes postales, il n’y avait qu’un pas à franchir pour y vendre des timbres ou des emballages. Si la Poste a choisi les papeteries, c’est parce que les services ne sont pas incompatibles. Elle n’a pas voulu confier ses timbres aux bouchers ou aux fleuristes. Mais il ne s’agit que d’un à priori. Au Canada, les dépanneurs sont de petites épiceries dans lesquelles on trouve des cabines téléphoniques et où l’on vend des timbres. Si la Poste française hésite à installer des points-poste dans les épiceries comme au Canada, elle pourrait songer comme aux Etats-Unis à confier la vente de timbres et d’emballages à ces sociétés qui offrent les services de photocopies et qui se développent de plus en plus actuellement.

153Les points-poste, même s’ils ne doivent proposer que quelques produits renforceront la présence postale sur le territoire avec des horaires d’ouverture beaucoup plus étendus. Avec les permanences, ils constitueront des formules parfaitement adaptées pour satisfaire la clientèle et pour parfaire l’aménagement du réseau postal, un aménagement dans lequel les élus ont un rôle à jouer.

Un aménagement qui implique les élus

154“Le devenir de la Poste sur le territoire est donc largement un problème politique” constate R.Brunet (1990b). Il ne sera possible que s’il existe “une coopération active et réfléchie avec les collectivités locales de tous niveaux”, poursuit-il. “C’est dans une concertation avec les collectivités locales que peut être revue l’organisation du réseau des bureaux de poste” affirme également Y. Guermond (1990a). “Il convient de prendre conscience que rien ne pourra être accompli sans une profonde volonté politique” conclut le Conseil économique et social à l’issue du rapport sur le maintien des services publics en milieu rural (1989). Tous sont du même avis : Au risque d’un aménagement incomplet faute d’informations, au risque d’un aménagement refusé par les pouvoirs politiques, l’aménagement doit se faire en relation avec les collectivités locales. D’une part, les suppressions et les créations recommandées par le modèle doivent être approuvées par la Poste et les élus ; d’autre part, des réunions avec les collectivités locales sont indispensables pour envisager de concert le façonnement de la présence postale.

Convaincre les collectivités locales

155Que la Poste se fixe comme objectif le réseau optimal de 167 bureaux ou qu’elle puisse entretenir un réseau plus dense, peu importe, le modèle lui indiquera les suppressions et les créations nécessaires.

156Les suppressions seront sans doute loin de satisfaire les maires des communes concernées. C’est pourquoi, “il faut discuter (...) avec les élus locaux non pas isolément comme on le fait trop souvent, mais collectivement, au niveau, par exemple, des conseils généraux”, préconise Y.Guermond (1991). D’ailleurs, faire accepter une décision par l’ensemble des politiques est sans doute plus facile dans la mesure où le bureau incriminé n’est plus traité par rapport à sa commune mais par rapport à l’ensemble du département, et son inefficacité n’en est que plus manifeste.

157Quant aux créations, si les maires seront à priori toujours favorables, ils ne le seront pas nécessairement si la Poste leur demande de participer au financement. L’appui financier du Département ou de la Région sera nécessaire pour permettre d’équiper ces espaces. Dans tous les cas, la Poste devra avoir des arguments convaincants pour séduire. D’autre part, la Poste ne doit pas céder au chantage d’une création superflue réclamée par un maire. Or les demandes sont fréquentes puisqu’au printemps 1992, un maire demandait encore une présence postale pour sa commune de 543 habitants. La Poste, grâce au modèle, a désormais les moyens de connaître les créations utiles. Elle doit les réaliser et savoir refuser les autres.

158Finalement, que la Poste puisse grâce au modèle envisager une politique générale et non une politique de clocher, c’est bien. Que le modèle puisse de ce fait être un argument pour convaincre les élus, c’est mieux. Mais il ne reste qu’un outil. La Poste doit dialoguer en permanence avec les collectivités locales pour façonner le réseau.

Des réunions pour façonner le réseau

159“Un élu de la banlieue parisienne a signalé, au cours du colloque de l’IREPP, que, dans une zone à urbaniser en priorité (ZUP) de sa commune, le bureau de poste est fermé pendant les deux mois d’été, ce qui se justifie par le fait qu’il reste sur place moins de 40 % de la population. Mais cette population qui ne prend pas de vacances est précisément constituée par les groupes d’âge et les groupes sociaux les moins mobiles, pour lesquels l’absence d’un bureau de proximité est un réel problème”. Cet exemple, cité par Y. Guermond (1990), incite à organiser des réunions avec les élus. Des réunions existent déjà depuis le début des années 1990, les conseils postaux locaux.

160Nés d’une idée de l’Association des maires de France, les conseils postaux locaux ont été mis en place à la suite du rapport Delfau. Face aux représentants de la Poste (responsables de la Direction départementale, receveurs), ces conseils réunissent d’une part des élus (maires, conseillers généraux, députés, sénateurs) et des représentants de l’Etat (préfet, sous-préfet) ; d’autre part non seulement des représentants du secteur économique qui interviennent au nom des entreprises (Chambre de Commerce, Chambre de Métiers), mais aussi des représentants de diverses associations.

161Le premier conseil postal local de Seine-Maritime s’est tenu le 15 Juillet 1991 à Neufchâtel-en-Bray. La réunion concernait deux cantons. Trois autres conseils postaux locaux se sont tenus par la suite, ils portaient sur trois cantons. Cette échelle paraît convenable, suffisamment vaste pour aborder des problèmes d’intérêt général et abandonner le seul aménagement communal, et suffisamment fine pour envisager des aménagements locaux et profiter de la connaissance du terrain des élus locaux. En revanche, jusqu’à présent, les conseils postaux locaux concernent uniquement des cantons ruraux. Ils ont en effet été instaurés à la suite du rapport Delfau qui ne s’est intéressé qu’à l’aménagement du réseau postal rural. Rien n’empêcherait que de tels conseils soient tenus en milieu urbain, parce que les centres-villes et les banlieues ne sont pas dépourvus de problèmes.

162Les conseils postaux locaux ne doivent pas avoir pour objet de discuter d’une création ou d’une suppression. La Poste doit informer les participants de ses dernières initiatives et de ses projets locaux. La Poste peut aussi alerter les élus en soulignant la baisse de l’activité financière de certains bureaux afin qu’ils encouragent la fréquentation de la poste. Selon G.Delfau (1990), les conseils postaux locaux doivent être l’occasion de “traiter des mille choses qui font la vie quotidienne de la Poste : horaires des bureaux et des tournées, circuit de distribution du courrier, connaissance des prestations, etc.” De plus, lors de ces réunions, les élus et les autres participants, par leur connaissance précise du milieu local, peuvent aider la Poste à façonner son réseau. Les maires peuvent se faire l’écho des citoyens et soumettre leurs desiderata qu’ils concernent un bureau mal placé, un bureau surchargé ou un lieu qui mériterait une présence postale d’appoint.

163La participation avec les collectivités locales apportera un double intérêt. Aux usagers d’une part parce que la Poste se souciera davantage de leurs préoccupations. A la Poste d’autre part, parce que les approbations, les conseils et la participation financière des collectivités locales et autres intéressés lui permettront de renforcer sa présence postale pour mieux assurer sa mission de service public. Finalement, en soumettant sa politique aux collectivités locales, la Poste sortira d’une réflexion postalo-postale.

164Le modèle s’avère un bon moyen pour repenser le réseau postal. A défaut de connaître le budget de la Poste et la taille du réseau qu’elle est capable d’entretenir, nous avons développé, grâce au modèle, la démarche pour atteindre un réseau “idéal”, celui qui avec un minimum de bureaux assurerait une desserte convenable. Cet exemple a permis de tracer les grandes lignes de l’aménagement du réseau. Tout en combinant créations et suppressions, la Poste doit tendre vers une réduction de son réseau, maître-mot de cet aménagement. Mais les modifications ne doivent pas être irréfléchies, elles doivent être effectuées dans le but de renforcer l’armature du réseau postal. De telle sorte que si les suppressions doivent frapper essentiellement le milieu rural, elles ne doivent pas épargner les grandes villes. De même, les créations ne doivent pas avoir lieu uniquement dans les milieux périurbains et les banlieues, mais aussi dans quelques “déserts” postaux.

165Le modèle s’est révélé comme un outil d’aménagement particulièrement approprié : il a permis de fixer les fondements de l’aménagement du réseau à l’échelle du département. En jetant cette base, le modèle résout le dilemme efficacité-équité qui caractérise les services publics, mais il laisse à la Poste et aux collectivités locales la possibilité de réajuster le réseau qu’il propose et la possibilité de procéder à des aménagements secondaires... ce qui ne peut que les convaincre d’accepter le modèle.

Table des illustrations

Titre Figure 43. La distance parcourue avec les bureaux optimaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 44. La comparaison du réseau actuel avec une configuration optimale à 167 bureaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 45. La suppression des bureaux “superflus”
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 46. L’augmentation de la distance parcourue en supprimant les bureaux superflus
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 47. Réseau actuel et réseau privé de ses bureaux superflus : Ecart de distance au bureau le plus proche
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 48. Réseau privé de ses bureaux superflus : Distance au bureau le plus proche
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 49. L’augmentation de la distance parcourue en supprimant les bureaux actuels
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 50. L’armature du réseau, au fil des suppressions
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 51. Réseau actuel et réseau privé de ses bureaux mineurs : Ecart de distance au bureau le plus proche
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 52. Réseau privé de ses bureaux mineurs : Distance au bureau le plus proche
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 53. La diminution de la distance avec la création de 28 bureaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 54. Les 28 premières créations proposées par le modèle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 55. Rouen : La comparaison des 13 bureaux existants et des 13 bureaux optimaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 56. Rouen : Les 10 meilleures créations
Légende 1er bureau à créer...Dernier bureau à créerBureau actuel
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 57. Rouen : La suppression un à un des bureaux actuels
Légende 1er bureau à supprimer...Dernier bureau à supprimer
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 58. Rouen : La distance parcourue avec les bureaux optimaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 59. Rouen : L’aménagement à long terme (Politique de réduction départementale)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 60. Le Havre : La comparaison des 18 bureaux existants et des 18 bureaux optimaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 61. Le Havre : L’aménagement à long terme (Politique de réduction départementale)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 62. Les 7 bureaux à créer dans les banlieues, les petites et les moyennes villes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 63. Les communes de banlieue, de petites et moyennes villes nécessitant une création
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 64. Les créations périurbaines
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 65. Les créations périurbaines et la distance au bureau le plus proche
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 66. Les “déserts” postaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 67. Les “déserts” postaux et la distance au bureau le plus proche
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8140/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540