Version classiqueVersion mobile

Dynamique et gestion des pelouses calcaires de Haute-Normandie

 | 
Thierry Dutoit

Deuxième partie. Ecologie historique des paysages de pelouse calcicole/Historical ecology of chalk grassland landscapes

Chapitre premier. Pratiques agro-pastorales anciennes et évolution des paysages de Haute-Normandie : l'exemple des pelouses calcicoles

Former agro-pastoral practices and landscape evolution in Upper-Normandy: the example of chalk grasslands

Résumé

Les pelouses calcicoles de Haute-Normandie sont généralement considérées comme des formations herbacées semi-naturelles de grande valeur biologique. Consécutivement à leur abandon agricole depuis le début du XXe siècle, la biodiversité de ces milieux est menacée par une colonisation arborée spontanée. Une étude diachronique montre que cette dynamique est hétérogène. Les sites péri-urbains présentent différentes successions végétales marquées par une ancienne utilisation culturale. A l'inverse, les sites ruraux au passé plus pastoral, ont une évolution paysagère beaucoup plus homogène.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les pelouses calcicoles de Haute-Normandie ont été étudiées par de nombreux auteurs (Stott, 1970), qu'il s'agisse de publications naturalistes du XIXe siècle (Leturquier-Delongchamp, 1816 ; Blanche & Malbranche, 1863 ; Niel, 1889 ; Corbière, 1893) ou de récentes synthèses phytosociologiques (Géhu, 1984 ; Boullet, 1986 ; De Foucault & Frileux, 1988). Ces biotopes représentent en effet, dans le contexte nord-européen, des milieux chauds et secs permettant l'installation d'une flore et d'une faune (Lacerta viridis, Mantis religiosa, Cicadeta montana, etc.) à affinités méridionale ou orientale (Wolkinger & Plank, 1981 ; Royer, 1987). Elles constituent également des stations relictuelles pour quelques espèces endémiques ou en limite nord de leur aire de répartition (Liger & Duvigneaud, 1969 ; Stott, 1975).

2Actuellement, les pelouses calcicoles font l'objet de nombreuses expérimentations dans l'optique d'une meilleure compréhension des mécanismes régissant la biodiversité des phytocénoses herbacées et leurs dynamiques successionnelles (Hillier et al., 1990). Mais, comme partout dans le nord-ouest de l'Europe, ces pelouses sont aujourd'hui des “ilots continentaux” plus ou moins isolés au sein de zones urbanisées ou intensivement cultivées (Willems, 1982b ; Blondel, 1986). Lorsque les pelouses ne sont pas urbanisées ou détruites par l'installation de carrières ou de circuit de motocross (Boullet & Wattez, 1983), elles sont menacées par les modifications des pratiques culturales (intensification ou abandon) qui se sont accélérées depuis la seconde guerre mondiale (Duvigneaud et al., 1982 ; Ratcliffe, 1984 ; Alard et al., 1994).

3Si la plupart des auteurs se sont attachés à définir la richesse et l'évolution des différentes phytocénoses calcicoles en fonction des conditions écologiques stationnelles et/ou régionales (Frileux, 1977 ; Alard, 1986, 1990), seules quelques recherches ont été réalisées en France sur l'adéquation entre les utilisations anciennes et la dynamique successionnelle actuelle de ces formations (Arlot & Hesse, 1981 ; Bock, 1986 ; Boullet, 1989). Pourtant, comme la majorité des espaces naturels français, les pelouses calcicoles sont marquées par l'exploitation rurale des siècles passés. Leur structure paysagère actuelle en est d'ailleurs souvent la résultante, combinée avec les contraintes écologiques : le climat, le sol et les êtres vivants (Lizet & Ravignan, 1987).

4Les anciennes pratiques agro-pastorales jouent un rôle primordial sur la composition floristique actuelle des pelouses (Cornish, 1954 ; Wells et al., 1976 ; Tihon, 1984) et la variabilité des processus de colonisation arborée (Bruynseels & Vermander, 1984). Ces facteurs doivent donc être pris en considération lors de l'établissement des plans de gestion nécessaires au maintien de phytocénoses riches et diversifiées (Duffey, et al. 1974 ; Rorison & Hunt, 1980 ; Arlot & Hesse, 1981).

5Dans cette étude, grâce à des recherches documentaires et des enquêtes de terrain (relevés, témoignages oraux), nous avons tenté de mettre en évidence, sur quelques sites, les relations qui existent entre les pratiques agricoles anciennes et l'évolution actuelle des paysages de coteaux. L'application de ces résultats à la gestion conservatoire des pelouses calcicoles de Haute-Normandie est ensuite discutée.

SITES D'ETUDES

6L'échantillonnage a été basé sur des critères géographiques et écologiques et sur l'existence de documents suffisamment exploitables concernant une utilisation agricole ancienne. Sur l'ensemble des surfaces répertoriées en Haute-Normandie, seuls quatre sites ont fait l'objet d'une étude complète (Fig. 1). Ces sites sont actuellement tous classés en Z.N.I.E.F.F. (Zone Naturelle d’intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique) et font l’objet de diverses mesures de protection.

Saint-Léger-du-Bourg-Denis

7Les pelouses calcicoles de Saint-Léger-du-Bourg-Denis couvrent une surface de 21 ha sur les coteaux qui bordent la rive nord de la vallée de l'Aubette. Très étudiées pour leur richesse botanique (Liger, 1952), les pelouses de Saint-Léger-du-Bourg-Denis ont fait l'objet d'une convention de gestion entre la commune et le Conservatoire des Sites Naturels de Haute-Normandie (Chaib & Dutoit, 1993).

Saint-Adrien

8A 8 km au sud de Rouen, il existe à Saint-Adrien un ensemble de pelouses qui s'étendent de la rive droite de la Seine au fond du vallon de la Source (Fond de Brunval). Sur 32 ha, ces pelouses font également l’objet d'une convention de gestion pour la conservation d'espèces protégées régionalement (Epipactis atrombens, Helianthemum canum, Ophrys fuciflora, Thlaspi montanum) et nationalement (Sorbus latifolia, Viola hispida). Ces pelouses ont été très étudiées en raison de leur intérêt botanique et phytosociologique (Liger, 1952 ; Rose, 1965 ; Liger & Duvigneaud, 1969 ; De Foucault & Frileux, 1988).

Fig. 1 : Carte de répartition des sites étudiés en Haute-Normandie

Saint-Samson-de-la-Roque

9Situées sur la rive sud de l'estuaire de Seine et à l'embouchure de la Risle, les falaises calcaires de Saint-Samson-de-la-Roque permettent l'existence d'un ensemble de pelouses qui s'étendent du phare de la Roque à la côte de Tinetot. Au lieu dit “Les Grandes Bruyères”, en bordure de la nationale 178, se trouve la dernière station de Rubia peregrina qui, ici comme à Orival, est en limite nord de son aire de répartition (Liger, 1978-80). Sur 4 ha, ce site a fait l'objet d'un arrêté de protection de biotope (arrêté préfectoral du 29.12.86) pour la conservation d'une grotte à Chiroptères (GMN 1987).

Brosville

10Les coteaux de Brosville sont situés sur la rive droite de la vallée de l'Iton dans le département de l'Eure. Orientés à l'ouest et d'une surface approximative de 6,5 ha, ces pelouses sont actuellement envahies par le pin sylvestre (Bock, 1986). Ces coteaux, classés en ZNIEFF ne font l'objet d'aucune mesure de protection.

11En conclusion, bien que les quatre sites retenus possèdent une relative homogénéité floristique (pelouses à fétuques et à seslérie), les contextes agro-écologiques dans lesquels ils se trouvent sont très contrastés. Les coteaux de Saint-Léger-du-Bourg-Denis et de Saint-Adrien se situent dans la zone péri-urbaine de Rouen alors que les coteaux de Saint-Samson-de-la-Roque et de Brosville sont dans des zones plutôt rurales (embouchure de la Risle et vallée de l'Iton).

MATERIEL ET METHODES

12Les recherches sur l'évolution des paysages de pelouses calcicoles comportent deux phases ; une étude de terrain puis une recherche documentaire écrite et orale. L'étude de terrain (1993) comporte une approche physionomique et typologique du paysage. Sur chaque site sélectionné, les caractéristiques principales (végétation, sol, utilisation) des différentes formations végétales (pelouses, fourrés, bois) sont notées (Tab. 1) selon le protocole de Lizet & Ravignan (1987).

13L'étude documentaire historique correspond à une recherche de l'ensemble des données disponibles sur l'utilisation ancienne et actuelle des pelouses, qu'il s'agisse d'ouvrages, de cartes ou de photos (Tab. 2). L'enquête auprès des différents propriétaires procède également de l'étude documentaire historique car les témoignages recueillis concernent souvent d'anciens modes d'exploitation. Dans tous les cas, l'interprétation de ces sources d'information doit tenir compte de certaines limites :

  • Les différents propriétaires ne font pas systématiquement enregistrer sur les matrices cadastrales les modifications relatives aux changements de cultures. Ainsi, il est fréquent qu'un ancien pré soit devenu une lande et même un bois sans que cela n'apparaisse sur les matrices. Les résultats proposés ne sont donc pas utilisables en valeur absolue, mais comme indicateurs de tendance. Les cadastres des périodes situées aux alentours des années 1820, 1914 et 1990 ont été retenus dans cette étude car ils bornent des pas de temps suffisants pour que les changements d'occupation des sols soient conséquents.

  • Les premiers recensements généraux de l'agriculture datent de 1950, ils auront donc peu d'utilité pour témoigner des pratiques agricoles anciennes sur les coteaux calcaires.

  • Les délibérations des conseils municipaux offrent surtout des informations intéressantes lorsque les pelouses étudiées font partie du patrimoine communal (montant des droits du pâturage).

  • Les archives départementales couvrent la période qui s'étend du Moyen-Age à nos jours. Des éléments sur l'utilisation ancienne des coteaux ont été trouvés dans les séries 7M (agriculture, eaux et forêts), 3P (cadastre) et Fi (collections iconographiques, cartes et plans) aux archives départementales de Seine-Maritime.

  • Les gravures et les cartes postales anciennes représentent un témoignage irréfutable de pratiques agricoles aujourd'hui révolues. Elles constituent également des bases de comparaison sur l'évolution du paysage lorsque des photographies peuvent être tirées à partir des mêmes points de vue (Sheail, 1980). On peut regretter que les anciennes cartes postales soient surtout disponibles pour les sites touristiques (château Gaillard aux Andelys, côte des Deux-Amants à Amfreville-sous-les-Monts etc). De même, les coteaux figurent souvent au second plan et certaines vues de ces milieux demeurent partielles ou introuvables (Saint-Léger-du-Bourg-Denis, Saint-Samson-de-la-Roque).

  • A partir de 1947, les campagnes de photos aériennes de l'Institut Géographique National (I.G.N.) prennent le relai des cartes postales. Dans cette étude, les campagnes de 1955, 1973 et 1992 ont été choisies car elles bornent des périodes de temps suffisamment longues pour l'observation des processus de colonisation arborée. Les photographies ont été agrandies au 1/6000 pour les superposer aux plans cadastraux (Cappelaere, 1992, 1993).

  • Les statistiques agricoles (De Beaurepairc, 1889) et les ouvrages régionaux des géographes et historiens du XIXe ou du début du XXe siècle (Delisle, 1851 ; De Beaurepaire, 1865 ; Demangeon, 1905 ; Sion, 1909) permettent d'établir une histoire régionale de l'agriculture où l'utilisation ancienne des coteaux est plus ou moins abordée.

  • Les ouvrages d'histoire communale (Lesguilliez, 1835 ; De Ruville, 1863 ; Turgis, 1886 ; Mineray, 1988) font le lien entre l'histoire agricole régionale et les pratiques agricoles réellement appliquées sur les coteaux. Ces livres constituent un maillon essentiel pour passer de l'échelle régionale à l'échelle de la parcelle.

  • Les premiers relevés botaniques (Deruelle, 1891 ; Saint-Amand, 1896-98), les thèses et les articles spécialisés des naturalistes de la première partie du XXe siècle (Laurent 1921 ; Allorge, 1922 ; De Litardière, 1928 ; Lemée, 1937 ; Jovet, 1949) permettent de connaître précisément les actions des pratiques agricoles sur la richesse et la diversité des phytocénoses calcicoles de cette époque (pâturage, cultures, friches récentes etc.).

Thèmes

Notes relatives aux pelouses

Topographie

Altitude, pente, orientation, présente de terrasses (rideaux).

Pédologie

Profil de sols, traces d'utilisations passées (discontinuité lithologique, cortex d'altération des silex).

Végétation

Formations (pelouses, fourrés), pourcentage de colonisation en liaison avec l'abandon, ethnobotanique.

Utilisation du milieu par l'homme

Parcellaire ancien, chemins (routes), nature des limites (haies, murets, clotures).

Tab. 1 : Tableau récapitulatif des données recueillies sur le terrain

Dates

Types de documents collectés

Lieux de consultation

← 1500

Archives anciennes (plans terriers, gravures, lettres, etc...)

Archives départementales

1790 →

Archives modernes

"

1807

Cadastre Napoléonien (St-Adrien, 1822 ; St-Léger, 1824)

"

1810 →

Délibérations municipales

Mairies

1816 →

Flores régionales

C.D.M.

1858 →

Extraits de périodiques

Bibliothèque universitaire

1865

Ouvrages d'histoire régionale agricole

Bibliothèque municipale

1891 →

Relevés botaniques

C.D.M

1900 →

Cartes postales

Bibliothèque municipale

1914

Second cadastre (ancien parcellaire)

Archives départementales

1922 →

Thèses naturalistes

C.D.M.

1930

Nouveau cadastre (tables de correspondance)

Archives départementales

1940

Archives contemporaines

"

1947 →

Photos aériennes (1947, 1963, 1973, 1991)

I.G.N. Paris

1950 →

Recensements généraux de l'agriculture

D.D.A.

1989

Dernier cadastre disponible (micro-fiches)

Mairies

1993

Relevés de terrain et enquête écrite

Sites échantillonnés

Tab. 2 : Nature et origine des documents consultés. La flèche derrière la date indique une diffusion ou actualisation plus ou moins récente à partir de la 1ère édition

14La suite logique de ce travail consistait à essayer de rencontrer les différents propriétaires pour obtenir des témoignages oraux sur les utilisations actuelles et passées des pelouses. Seules les personnes âgées ont pu nous fournir quelques éléments de réponses à l'instar d'autres enquêtes de même type (Loiseau & Larrère, 1980). L'enquête écrite confirme cette tendance car 50 % des questionnaires renvoyés émanent de personnes âgées (m = 70 ans). Le passage de l'enquête orale à l'enquête écrite a été nécessaire du fait de la dispersion géographique des multiples propriétaires. La plupart des coteaux ne font plus l'objet d'exploitation agricole et sont la propriété de personnes de catégories socio-professionnels très diverses. C'est pourquoi, les questions de la grille d'enquête sont orientées vers de nombreux types d’utilisations possibles (Annexe 1).

RESULTATS

15Les résultats obtenus pour les quatre sites montrent que les utilisations passées ont fortement influencé la composition et la dynamique actuelle des pelouses. Deux types d'évolution peuvent cependant être distingués en fonction du contexte paysager et/ou socio-économique des pelouses. Les coteaux de Saint-Adrien et Saint-Léger-du-Bourg-Denis, situés dans la zone péri-urbaine de Rouen, possèdent des traces de cultures anciennes (rideaux, murgers etc.) et des dynamiques d'évolution paysagère complexes. A l'inverse, les coteaux de Saint-Samson-de-la-Roque et de Brosville, situés dans des zones rurales, ne semblent pas avoir été cultivés et montrent des dynamiques d'évolution paysagère plus homogènes.

Saint-Adrien et Saint-Léger-du-Bourg-Denis

16Les coteaux de Saint-Adrien et Saint-Léger-du-Bourg-Denis ont pour points communs la présence de parcelles classées en labour dès 1822. Dans les deux cas, l'abandon des cultures est antérieur à 1914 car la plupart de ces parcelles passent dans la catégorie des friches, comme le montrent les plans cadastraux de 1824 et 1914 à Saint-Léger-du-Bourg-Denis (Fig. 2). L'abandon du pâturage se fait progressivement de 1914 à nos jours. En 1952, Liger signale la présence sporadique de quelques moutons sur les coteaux de Saint-Adrien. Aujourd'hui une dizaine de moutons parcourent encore trois parcelles privées en bas de la côte de la Fontaine dans la vallée du Becquet. Dans le contexte de l'abandon agricole des pelouses calcicoles, la perte d'intérêts pour ces terrains agronomiquement peu rentables est également attestée par la réduction du nombre de parcelles cadastrales et leur augmentation consécutive en surface.

17A Saint-Adrien, dans la zone étudiée, il ne reste en 1990 que 16 parcelles sur les 55 dénombrées en 1822 (Fig. 3). De même, la surface moyenne des parcelles est passée de 0,8 à 2,8 ha. Aujourd'hui toutes les parcelles des coteaux de Saint-Adrien et Saint-Léger sont classées dans la catégorie des landes.

Fig. 2 : Evolution cadastrale de l’occupation du sol du coteau de Saint-Léger du Bourg-Denis entre 1824 et 1914

Fig. 3 : Evolution cadastrale du parcellaire du coteau de Saint-Adrien entre 1822 et 1989

Fig. 4 : Evolution cadastrale de l’occupation du sol du coteau de Saint-Adrien entre 1822 et 1914

Eléments pour une histoire de l'occupation du sol

18Levainville (1913) mentionne une tentative d'acclimatation de la vigne sur les coteaux de Saint-Adrien. Ce vignoble est signalé sur la matrice cadastrale de 1914 (0,5 ha). Il reste sur le terrain de nombreuses traces de la pratique de cette culture comme la présence de levées de terres (rideaux) et de tas de silex (murgers) provenant de l'épierrement des parcelles (Allorge, 1922 ; Liger, 1952 ; Bock, 1986).

19Les rideaux témoignent de l'effort des anciens vignerons pour aplanir les parcelles et empêcher que la terre et les amendements ne soient entraînés d'une parcelle à l'autre jusqu'au bas de la pente. Ces rideaux étaient créés perpendiculairement à la pente lors des labours et entre des parcelles appartenant à différents propriétaires (cas de Saint-Adrien). Les rideaux sont donc surtout constitués de silex mêlés à de l'argile et de débris calcaires, provenant de l'érosion et de l'action de la charrue (Demangeon, 1905). Outre, la réalisation de rideaux et l'épierrement des parcelles, les vignerons procédaient à de nombreuses techniques culturales selon le calendrier suivant (Delisle, 1851 ; Chapuis, 1904 ; Cochet, 1844) :

  • Novembre : Enlèvement des échalas et marcottage (provignage).

  • Février : Epandage du fumier.

  • Mars : Labours et taille.

  • Avril : Plantation des échalas. A cette époque la vigne est également liée et les provins du mois de novembre sont recouverts de terre.

  • Juin : Deuxième labour et remue de la terre avec une houe.

  • Juillet : Redressage et taille des vignes.

  • Septembre-Octobre : Vendanges.

20La conduite du vignoble se faisait par plantations de pieds indépendants (10 000/ha) avec taille en gobelet (Perrin, 1938 ; Dion, 1957). Malgré tous les soins des vignerons, la vigne ne produisait généralement qu'un an sur quatre et ne donnait que 12h1/ha en moyenne (Rémy, 1980). La récolte était donc loin de compenser les frais de culture et de ce fait beaucoup de vignobles disparurent au XIXe siècle bien avant l'invasion du phylloxera en 1882 (Anonyme, 1982).

21Sur les coteaux de Saint-Adrien les “labours plantés” et les “pâtures plantées” avaient déjà depuis bien longtemps supplanté les vignobles. Leur rôle était de permettre la culture (avoine, sainfoin, seigle, orge) et le pâturage tout en ayant une certaine production de fruits et de bois (Potié, 1962). En 1880, avec les premières techniques d'intensification (apport d'engrais) et les nouvelles cultures (pomme de terre, trèfle incarnat), les paysans arrachèrent ces rangées d'arbres qui retardaient la maturité des céréales et le passage des charrues. Si la terre engraissée par plusieurs générations de vignerons, produisit d'abord du froment et du sainfoin, elle s'épuisa cependant très vite et ne donna du grain qu'un an sur quatre (Sion, 1909).

22A Saint-Adrien, entre 1822 et 1914, de nombreuses parcelles passent directement du labour à l'état de friches et de landes sans avoir connu une phase de pâturage (Fig. 4). De nombreux documents attestent également de la régression de l'élevage ovin au cours du XIXe siècle (Roussignol, 1890) :

  • Sur la commune de Saint-Léger-du-Bourg-Denis, le nombre de moutons passe de 100 en 1801 à 20 en 1909. De même, entre 1851 et 1909, le nombre de moutons de la commune de Belbeuf (Saint-Adrien) passe de 271 à 217.

  • Dans une lettre datée du 18 octobre 1819, un grand propriétaire se voit contester par les habitants des paroisses de Saint-Léger-du-Bourg-Denis, Bonsecours et Mesnil-Esnard le droit de parcours des “pâtis et bruyères” acquis auprès des religieux de la côte Sainte-Catherine depuis 1237. Ces communaux seront distribués aux habitants des différentes paroisses et c'est à partir de cette époque que les parcelles connaîtront des utilisations différentes.

23Les changements d'affectation des terres de cette époque sont visibles sur les tableaux récapitulatifs de la nature des cultures dans les communes considérées. Cette analyse est rendue possible car dans les deux cas, les coteaux calcaires occupent une surface importante par rapport à la superficie de la commune. A Saint-Léger, entre 1822 et 1990, les parcelles en labour régressent tandis que la surface occupée par les landes (21 ha) reste stable à partir de 1912 (Fig. 5). Cette aire correspond en fait à la surface totale du coteau de Saint-léger et confirme le plan cadastral de 1914 où toutes les parcelles figurent déjà dans la catégorie des landes (Fig. 2).

Fig. 5 : Evolution de l’occupation du sol à Saint-Léger-du-Bourg-Denis entre 1828 et 1990 (les différences en surface totale par année correspondent aux variations des autres catégories d’utilisation comme les jardins ou les vergers)

24Les carrières de craie à ciel ouvert des coteaux de Saint-Léger et de Saint-Adrien (“Le Four à Chaux, Le Four Caval”) étaient surtout utilisées pour l'alimentation des fours à chaux ou pour l'entretien des chemins. Leurs marnes étaient en effet trop sèches et moins efficaces pour l'amendement des terres que les marnes grasses et humides provenant des marnières à puits des plateaux (Dubuc, 1975). Longtemps employée comme liant dans le mortier des constructions villageoises, la chaux fut remplacée par des ciments plus résistants après la première guerre mondiale.

Dynamique de la colonisation arborée

25La superposition des plans cadastraux aux photos aériennes montre qu'il existe une relation étroite entre l'utilisation ancienne des parcelles (1822), la vitesse, et la nature de la colonisation arborée depuis 1955, date de la première photographie aérienne exploitable dans cette étude (Fig. 6 & 7).

26En général, la plupart des parcelles passant directement du labour à la lande entre 1822 et 1914 se sont boisées beaucoup plus rapidement que des parcelles ayant connu une phase de pâturage intercalaire (Fig. 6 [1c], Fig. 7 [1c]). Ces anciens labours constituent aujourd'hui des pelouses où dominent surtout le brome (Bromus erectus). Elles sont colonisées préférentiellement par l'aubépine. L'existence d'un vignoble à Saint-Adrien reste marquée dans certaines pelouses par la présence d'adventices témoins de cette ancienne culture (Muscari racemosum, Allium sphaerocephalum). La colonisation se fait surtout à partir des anciens murgers (Allorge, 1922). Les fourrés d'aubépines sont à leur tour colonisés par des essences comme Acer pseudoplatanus et Fraxinus excelsior. Quelques fruitiers issus des vieux labours plantés sont encore présents dans les fourrés.

27Certaines parcelles pâturées en 1822 et abandonnées à partir de 1914 se colonisent beaucoup moins vite (Fig 7 [2e] & [2i]). Ces anciennes pâtures constituent aujourd'hui des pelouses où dominent surtout le brachypode (Brachypodium pinnatum). Elles sont colonisées soit à partir des lisières forestières et des haies, soit à partir de taches d'arbustes pionniers refusés par le bétail (Rosa canina, Cornus sanguinea, Prunus spinosa, Crataegus monogyna, Ligustrum vulgare, Corylus avellana, Clematis vitalba). C'est au sein de ces taches que s'installent ensuite les essences arborées (Taxus baccata, Fraxinus excelsior, Acer pseudoplatanus).

28La pratique des feux courants sauvages, jusqu'à une période récente a eu pour conséquence l'élimination de la plupart des arbustes pionniers au profit de certains pyrophytes (Betula pendula, Corylus avellana (Fig. 6 [2b], Frileux, 1977).

29Des parcelles où l'abandon du pâturage a été très progressif peuvent être colonisées par le genévrier (Wattez & De Foucault, 1984). Cette espèce persiste en refus dans le cas de pâture extensive mais elle ne peut s'installer dans les vieilles pelouses abandonnées du fait de l'épaisseur de la litière (Fig. 7 [2e]). De même, dans certaines parcelles (Fig. 6 [1b], Fig. 7 [2d]), les conséquences du pâturage ovin ont été prolongées par l'action des lapins. Il en résulte la formation de pelouses écorchées typiques où des thérophytes (Euphrasia stricta, Gentianella germanica) colonisent des zones dénudées (Boullet, 1986-89). Lorsque ces parcelles ont été pâturées par des bovins, il subsiste des gradins parallèles aux courbes de niveau rappelant les "picanes" du pays d'Auge (Alard, 1987 ; Alard & Frileux, 1989).

Fig. 6 : Superposition du plan cadastral du coteau de Saint-Léger du Bourg-Denis en 1824 (légende de la fig. 2) avec une photo aérienne de la végétation actuelle. (Photo I.G.N. 1991, échelle 1/6000)

Fig. 7 : Superposition du plan cadastral du coteau de Saint-Adrien en 1822 (légende de la fig. 4) avec une photo aérienne de la végétation actuelle. (Photo I.G.N. 1991. échelle 1/6000)

30Les résultats de cette analyse doivent cependant être pondérés par la prise en compte d'autres facteurs écologiques notés sur le terrain. Si la profondeur du sol et la pente restent des facteurs trop dépendants de l'ancienne occupation du sol, la proximité de semenciers est par contre un facteur indépendant dont l'action vient s'ajouter aux conséquences des pratiques agricoles anciennes.

  • Sur le coteau de Saint-Léger (Fig. 6 [2b]), une ancienne pâture est aujourd'hui beaucoup plus colonisée que la parcelle [1b] alors que cette dernière était encore en labour en 1824. De même, la pâture [2c] est beaucoup plus colonisé que la parcelle [3] déjà à l'état de lande en 1824.

  • Bien qu'elles aient connu la même évolution d'occupation du sol (pâtures puis landes après 1914) toutes les parcelles situées dans le vallon du Becquet (Fig. 7 [2h] et Fig. 8) se colonisent beaucoup plus vite que les parcelles situées sur l'éperon même des roches de Saint-Adrien (Fig. 7 [2g]). A la proximité de la lisière forestière, se rajoute ici l'influence de l’épaisseur de sols installés sur des colluvions calcaires.

Fig. 8 : Evolution de la colonisation arborée de la vallée du Becquet (Saint-Adrien) entre 1900 et 1993

31En général, si les déblais de carrières se colonisent beaucoup plus vite que les pelouses, les fronts de tailles au contraire se boisent plus lentement et peuvent abriter des espèces relativement rares pour la région comme Viola hispida, Galium fleurotii, Leontodon hyoseroides (Fig. 6 [5]).

Saint-Samson-de-la-Roque et Brosville

32Les pelouses de Saint-Samson-de-la-Roque (Les Grandes Bruyères) et de Brosville (Les Belles Roches) font respectivement partie sur chaque site d'une unique parcelle cadastrale dont la surface (14 & 6,5 ha) et l'occupation du sol (landes) sont restées inchangées du début du XIXe siècle à nos jours. Leur utilisation en biens communaux (Saint-Samson) ou en pâture privée (Brosville) est confirmée pour partie par les registres des délibérations municipales.

Eléments pour une histoire de l'occupation du sol

33L'exploitation de ces documents est particulièrement enrichissante sur la commune de Saint-Samson où un siècle d'histoire des biens communaux est consigné dans les registres ! (du 5.01.1884 au 15.03.1984). Les délibérations montrent notamment que la parcelle “Des Grandes Bruyères”, comme toutes les “Côtes basses” ou “Côtes non-encloses”, était surtout réservée au pâturage ovin et caprin car ces animaux étaient interdits dans les autres communaux à herbage de meilleur qualité (Côte de Tinetot, Camps des Anglais). En 1886, le pâturage dans les biens communaux s'étendait de mai à décembre et chaque propriétaire ne pouvait y mettre plus de 8 bêtes. Cette charge fut revue à la hausse en 1909 (20) mais consécutivement aux abus (mise à l'herbe d'animaux n'appartenant pas aux exploitants communaux), elle retourna à 8 bêtes en 1946 puis de nouveau à 20 en 1948. Les premiers signes de régression de ces pratiques apparaissent indirectement en 1961, la commune doit en effet faire face à des plaintes et ne veut plus être responsable “...des accidents et des mortalités de bestiaux dus à la mauvaise clôture, aux incendies, aux plantes toxiques... ”. De 1973 à 1984, les communaux disparaissent progressivement aux profits d'adjudications car “...Le conseil municipal considérant que le nombre de bestiaux sur les herbages communaux est insuffisant chaque année, et que les frais de clôtures et d'entretien qui incombent à la commune dépassent les recettes... décide de mettre en location par appel d'offre l'herbage communal dit le Camps des Anglais... ” (15.03.84). Si, certains herbages trouvent preneur durant cette période, les parcours des côtes non-encloses sont par contre totalement abandonnés.

34Les témoignages oraux confirment cette évolution. Du début du siècle aux années cinquante, de nombreux fils d'agriculteurs menaient durant la journée quelques moutons sur la Côte des Grandes Bruyères. Ces pelouses étaient régulièrement incendiées au printemps pour fournir déjeunes pousses herbacées aux ovins. La charge que devait supporter les pelouses pouvait alors être relativement importante. Allorge (1922), Lemée (1937) et Jovet (1949) ont confirmé dans leurs observations cette action néfaste du pâturage intensif sur le tapis végétal :

  • Réduction des espèces prélevées à un tapis ras et stérile.

  • Multiplication des espèces refusées (Eryngium campestre, Hypericum perforatum, Origanum vulgare) ou inaccessibles à la dent des animaux (Plantago media, Hieracium pilosella).

  • Apparition d'espèces rudérales dans les zones surpaturées (Cirsium eriophorum, Carduus nutans, Conyza canadensis) et d'espèces nitrophiles près des reposoirs (Marrubium vulgare, Urtica dioica).

35Bien avant la mise en place du pâturage communal, le site des Grandes Bruyères faisait l'objet d'une tout autre utilisation. Une carrière souterraine pour la pierre de construction y fut en effet exploitée durant tout le Moyen-Age. Ses entrées situées à mi-pente du coteau sont le reflet d'une volonté de n'exploiter que les matériaux nobles (craie du turonien) et de limiter l'emprise de la carrière au profit d'autres utilisations pour les pentes (Audam, 1988). Cette activité n'est pas sans effet sur la morphologie du coteau où les traces de l'exploitation ancienne sont encore bien visibles (Fig. 9). Si l'ancienneté de cette exploitation et le pâturage consécutif semblent avoir éliminé d'éventuels traces ethnobotaniques (plantes d'éboulis calcaires) ; le colluvionnement intense des entrées de carrières a par contre, favorisé l'installation de groupements nitrophiles (Sambucus nigra, Solanum dulcamara, etc.). La toponymie locale reflète également ce changement d'utilisation puisqu'en 1807, les Grandes-Bruyères sont encore appelées “La côte aux carrières”.

Fig. 9 : Traces d'exploitation de l'ancienne carrière de Saint-Samson-de-la-Roque (photo I.G.N. 1963. échelle 1/6000)
1. Roules d'évacuation des pierres 2. Anciens déblais 3. Entrée de la carrière

Dynamique de la colonisation arborée

36Aujourd'hui la présence et l'abondance de certaines espèces refusées dans les pelouses des sites étudiés (Eryngyum campestre) marquent encore l'impact d'anciennes pratiques pastorales. De plus, la vitesse et la nature de la colonisation arborée des pelouses de Saint-Samson-de-la-Roque sont considérées par certains auteurs comme caractéristique d'un abandon progressif du pâturage (Boullet, 1986 ; Alard, 1990).

37De 1947 à 1991, les photos aériennes montrent que la surface occupée par les pelouses se réduit rapidement au profit des fourrés d'arbustes pionniers (Fig. 10). Si la colonisation par taches est surtout le fait de Crataegus monogyna, Rosa canina, Ligustrum vulgare, Prunus spinosa. Cornus sanguinea et Taxus baccata, la colonisation centripète provient surtout de Pteridium aquilinum et Ulex europaeus qui envahissent la pelouse à partir de la couche d'argile à silex (Delelis-Dusollier, 1972 ; De Foucault & Frileux, 1979). Les photos aériennes montrent également le rôle prépondérant des haies sommitales ou basales comme point de départ d'une certaine colonisation frontale (Fraxinus exelsior, Corylus avellana, Acer pseudoplatanus).

38Beaucoup moins d'éléments sont disponibles sur le site de Brosville. Cependant, le témoignage d'un ancien berger confirme la pratique du pâturage ovin jusqu'en 1947. A cette époque, les pelouses étaient régulièrement incendiées lors du passage des trains. Les mécaniciens y jetaient en effet des pelletées de charbon incandescent pour entretenir le bord des voies. Si la commune possédait 7 ha de vignes, le plan cadastral de 1844 les signalent en dehors des coteaux. Comme pour Saint-Samson, les modifications parcellaires de 1844 à 1987 sont peu nombreuses et seuls quelques labours et pâtures de bas de pente deviennent des landes en 1912.

39Les pelouses de Brosville se distinguent surtout par l'abondance des espèces d'ourlets Vincetoxicum hirundinaria, Melittis melissophylum, Rubia peregrina et Geranium sanguineum. Cette forte “ourlification” des pelouses laisse supposer un affaiblissement de la pression anthropozoogène assez ancien et soudain.

40Le pâturage est en effet défavorable à des plantes comme le géranium sanguin dont les tiges sont fragiles et l'enracinement superficiel. L'abandon du pâturage permet donc à ces plantes de se développer, ou bien il a conduit à des modifications progressives des facteurs microclimatiques ou édaphiques qui ont favorisé leur implantation (Bock, 1986).

41Les dernières pelouses du coteau crayeux de Brosville sont fortement colonisées par le pin sylvestre dont les semenciers sont bien visibles sur la carte postale de 1930 (Fig. 11). Ces pins sont particulièrement aptes à s'établir sur les hauts de versants où se trouvent les riches groupements thermophiles du Xérobromion difficilement colonisables par les essences spontanées (Bournérias, 1984). Ainsi, le paysage des coteaux de Brosville présente actuellement une succession de triangles de colonisation où les pins occupent les éperons superficiels tandis que les chênes colonisent préférentiellement les vallons aux sols plus profonds (Bock, 1986).

Fig. 10 : Dynamique de la colonisation arborée à Saint-Samson-de-la-Roque entre 1947 et 1991 (photos I.G.N., échelle 1/6000)

Fig. 11 : Dynamique de la colonisation arborée aux roches de Brosville entre 1930 et 1993

DISCUSSION

42Des modifications géomorphologiques (carrières, rideaux) aux modifications phytocénologiques (cultures diverses, pâtures), les pelouses calcicoles ont été véritablement façonnées et utilisées par l'homme du néolithique au début du XXe siècle (Smith, 1980). Aujourd'hui, suite à la déprise agricole de ces milieux, des successions post-culturales secondaires se mettent en place mais elles restent cependant marquées dans leur composition et leur dynamique par la diversité des systèmes d'exploitation anciens (Willems, 1990).

43La diversité des successions végétales observées sur les pelouses de Saint-Léger et de Saint-Adrien est fortement liée aux différentes pratiques agricoles anciennes. Si dans les deux cas, les dernières photos aériennes se superposent quasiment aux premiers plans cadastraux d'occupation du sol ; il ne faut cependant pas négliger l'action de certains facteurs biotiques actuels comme la proximité des forêts ou l'action des lapins. Au contraire, la dynamique successionnelle des pelouses de Saint-Samson et de Brosville semble beaucoup plus homogène. Si la colonisation ligneuse des pelouses de Saint-Samson est caractéristique des parcours pastoraux progressivement abandonnés, l'influence du pin sylvestre à Brosville est plus liée à l'existence de semenciers présents dans les environs et à la structure ouverte de la pelouse qu'aux conditions écologiques stationnelles du coteau.

44Dans leur majorité, les pelouses sont donc des formations semi-naturelles dont l'expansion a été sous l'étroite dépendance des actions humaines. Même si sur certaines corniches calcaires, certains cortèges floristiques typiques des pelouses écorchées ont pu se maintenir du Tardi-Glaciaire à nos jours (Gidon 1915 ; Lemée, 1932 ; Tansley, 1939 ; Pigott & Walters, 1954 ; Rose, 1965 ; Stott ; 1971 ; Frileux, 1966, Bock, 1986) ; les études palynologiques récentes menées en Angleterre par Bush & Flenley (1987) et Bush (1993) montrent que ce sont les perturbations anthropiques du mésolithique qui ont permis le maintien de la majorité de ces groupements durant les périodes forestières du Pré-Boréal et du Boréal. Aujourd'hui, en l'absence d'entretien, ces milieux sont condamnés à disparaitre sous l'effet d'une dynamique successionnelle secondaire conduisant au boisement.

45En définitive, il semble que deux modèles dynamiques peuvent être isolés en fonction de la structure et de la nature de la colonisation. Ces modèles dérivent de l'histoire des sites et s'inscrivent dans des contextes actuels très diversifiés et des problématiques conservatoires très différentes (Tab. 3).

CONCLUSION

46La préservation des pelouses par des méthodes de gestion conservatoire se justifie pleinement mais la restauration de systèmes de pâturage devra tenir compte de la variabilité des conditions écologiques et socio-économiques de chaque site (Fig. 12) (Alard et al., 1991). Si la faible valeur agronomique des herbages de pelouses demeure une donnée importante (Bance et al. 1991 ; Dutoit et al., 1995), le type d'exploitation passée devra également être pris en compte. Dans cette optique, le Conservatoire des Sites Naturels de Haute-Normandie (CSNHN) envisage de mettre en place un système de pâturage semi-extensif faisant appel à un troupeau itinérant d'ovins rustiques (Boulonnais, Mergellands). Cette solution parait être la plus adéquate pour la gestion d'un réseau de pelouses dont les objectifs de conservation, la dynamique interne et le contexte externe sont très diversifiés (Alard & Frileux, 1992 ; Keijzer, 1993). Ce type de gestion, déjà réalisé dans les réserves de la montagne Saint-Pierre en Belgique, a montré que la sélection de périodes de pâturage permet d'enrayer l'invasion des graminées sociales et des arbustes (Verbcke, 1990). La transhumance des troupeaux permet également d'enrichir des pelouses pauci-spécifiques à faible réservoir séminal (Dutoit & Alard, 1995b) par l'arrivée de nouvelles espèces transportées par les moutons (Hillegers, 1984).

Sites péri-urbains

Sites ruraux

Utilisation ancienne du sol

Système agro-pastoral

Système pastoral

Propriétaire

Nombreux propriétaires

Commune ou un seul propriétaire privé

Parcellaire

Nombreuses parcelles de tailles variables

Une parcelle unique de grande taille

Colonisation arborée

Dynamique variable (taches, couloir, etc...)

Dynamique en nappe ou frontale

Structure de la végétation

Mosaïque de milieux à des stades successionels différents

Homogénéité des faciès de colonisation

Contexte actuel

Forte pression humaine (urbanisation, fréquentation)

Abandon agricole

Objectifs de gestion

Maintien d'un équilibre entre différents stades de la succession

Rajeunissement de la succession

Modalités de gestion

Pâturage tournant et interventions connexes (étrépage, fauchage, etc...)

Pâturage en parcours

Tab. 3 : Les deux modèles dynamiques des pelouses calcicoles de Haute-Normandie. Essai de synthèse

47Ces propositions sont loin d'aller à contre-sens des réalités géographiques et socio-économiques dans lesquelles se trouvent actuellement les coteaux de Haute-Normandie (urbanisation, déprise agricole). Outre la conservation d'un certain patrimoine biologique (espèces, paysages), ces milieux doivent constituer des sites d'expérimentations agricoles et des lieux privilégiés d'éducation à l'environnement. Dans tous les cas, au regard de la perception extérieure de ces milieux par les citadins ou par les agriculteurs, la mise en place d'un certain type d'exploitation agricole est préférable à la stricte mise en réserve dont l'homme serait exclu.

Fig. 12 : Organigramme contextuel relatif à la gestion des pelouses calcicoles

Annexe I : Grille d’enquête

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte de répartition des sites étudiés en Haute-Normandie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 2 : Evolution cadastrale de l’occupation du sol du coteau de Saint-Léger du Bourg-Denis entre 1824 et 1914
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3 : Evolution cadastrale du parcellaire du coteau de Saint-Adrien entre 1822 et 1989
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4 : Evolution cadastrale de l’occupation du sol du coteau de Saint-Adrien entre 1822 et 1914
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 5 : Evolution de l’occupation du sol à Saint-Léger-du-Bourg-Denis entre 1828 et 1990 (les différences en surface totale par année correspondent aux variations des autres catégories d’utilisation comme les jardins ou les vergers)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 6 : Superposition du plan cadastral du coteau de Saint-Léger du Bourg-Denis en 1824 (légende de la fig. 2) avec une photo aérienne de la végétation actuelle. (Photo I.G.N. 1991, échelle 1/6000)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 7 : Superposition du plan cadastral du coteau de Saint-Adrien en 1822 (légende de la fig. 4) avec une photo aérienne de la végétation actuelle. (Photo I.G.N. 1991. échelle 1/6000)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 8 : Evolution de la colonisation arborée de la vallée du Becquet (Saint-Adrien) entre 1900 et 1993
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 9 : Traces d'exploitation de l'ancienne carrière de Saint-Samson-de-la-Roque (photo I.G.N. 1963. échelle 1/6000)1. Roules d'évacuation des pierres 2. Anciens déblais 3. Entrée de la carrière
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 10 : Dynamique de la colonisation arborée à Saint-Samson-de-la-Roque entre 1947 et 1991 (photos I.G.N., échelle 1/6000)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 11 : Dynamique de la colonisation arborée aux roches de Brosville entre 1930 et 1993
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 12 : Organigramme contextuel relatif à la gestion des pelouses calcicoles
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Annexe I : Grille d’enquête
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8093/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search