Version classiqueVersion mobile

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Deuxième partie. La Tunisie entre barbarie et levant

L’Orient maghrébin au regard des voyageurs allemands en Tunisie du XIXe siècle

Mounir Fendri

Texte intégral

  • 1 M. Fendri, Halbmond, Kreuz und Schibboleth. Heinrich Heine und der islamische Orient, Hamburg, Hoff (...)
  • 2 M. Fendri, Kulturmensch in « barbarischcr » Fremde. Deutsche Reisende im Tunesien des 19. Jahrhunde (...)

1En tant que germaniste, c’est évidemment sur l’image de l’Orient dans l’imaginaire allemand que s’est fixé mon intérêt. Après une thèse sur le poète Heinrich Heine et ses divers rapports avec l’Orient islamique1, je me suis intéressé à l’image du Maghreb et des Maghrébins dans l’optique allemande. À côté de la littérature au sens propre, les écrits des érudits, la presse et les documents d’archives, c’est surtout la littérature de voyages qui constitue mon champ d’investigation privilégié. Permettez-moi, dans le cadre de cette rencontre autour d’un thème – si l’on ose dire – « imagologique », de présenter quelques aspects d’une étude exhaustive que je viens d’achever, concernant l’image de la Tunisie du XIXe siècle selon les témoignages des voyageurs allemands2.

2Le corpus réunit environ 70 textes émanant d’une cinquantaine d’auteurs de langue et culture allemande (l’espace national référentiel correspond à celui du Reich constitué en 1871) ayant réellement effectué un (ou plusieurs) voyage(s) en Tunisie au courant du siècle précédent. Leurs textes, publiés comme livres ou simples articles de périodiques, constituent déjà un indicateur quant au profil intellectuel moyen de ce groupe. Il s’agit en effet de gens de culture et d’érudition, principalement du domaine des sciences humaines et des belles-lettres. Quelques-uns, tel par exemple le prince de Pückler-Muskau (1785-1871), jouissaient d’une certaine notoriété publique, ce qui laisse supposer une réception notable de leur témoignage dans leur espace culturel d’origine et de là un impact plus ou moins efficace sur l’image en question. Nous nous sommes en effet systématiquement soucié d’un tel impact afin de dégager une éventuelle évolution des modifications ou des corrections de la vieille image de l’époque « barbaresque ».

  • 3 Cf. Françoise Knopper, Le regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche dans les relations (...)
  • 4 P. J. Brenner, Der Reisebericht. Die Entwicklung einer Gattung in der deutschen Literatur, Frankfur (...)

3Ces témoignages sont bien évidemment d’abord le résultat du vécu, des perceptions et observations de chaque voyageur tout au long de la visite. Le « regard du voyageur »3 est de son côté tributaire de conceptions, de modes de réflexion et de jugements étroitement dépendants du profil social et culturel de chacun, mais aussi de ce que P. Brenner appelle les « liens ou contraintes idéologiques »4 propres à une nation ou culture déterminée, qui interviennent dans la façon de voir de l’individu et dans sa manière de juger l’autre et l’étranger et lui imposent même des « attentes » à satisfaire ou, du moins, à en tenir compte. Nous nous sommes donc soucié autant que possible de l’identification sociale et de l’horizon mental des voyageurs traités afin de mieux discerner leurs prédispositions et attitudes à affronter et apprécier la destination « barbaresque ».

4Le travail se compose de trois grands chapitres et d’un tableau biobibliographique englobant les auteurs et leurs textes. J’ai cherché dans la première partie à dégager à partir de la littérature allemande au sens large les éléments de l’image typique de la Tunisie avec laquelle les premiers de nos voyageurs seraient venus. Dans la seconde, je me suis appliqué à déchiffrer les processus et mécanismes de perception et de réflexion à travers l’analyse critique d’une douzaine de voyages traités. Le troisième grand chapitre se concentre sur les idées forces qui ont constitué les jugements portés sur le lieu du voyage, son gouvernement et sa société.

  • 5 Voir M. Fendri, « Voyageurs allemands en Tunisie au XVIIIe siècle », dans : Revue d’Histoire Maghré (...)
  • 6 Voir A. Thomson, Barbary and Enlightenment. European attitudes towards the Maghreb in the 18th Cent (...)

5Une importante constatation que fait ressortir le tableau synoptique englobant les auteurs et leurs textes dans l’ordre chronologique est que le mouvement mis à l’étude ne démarre qu’immédiatement après 1830. Force est donc de déduire qu’il a fallu attendre la chute d’Alger entre les mains d’une nation européenne pour que la Tunisie et le Maghreb en général, l’ex « Berbérie », deviennent une zone accessible aux Allemands. Les investigations couvrant la période antérieure à ce « tournant » ont effectivement révélé la quasi-absence de rapports directs entre Allemands et Maghrébins5, ce qui ne s’explique pas seulement par des raisons d’éloignement géographique et de conditions de voyage encore rudimentaires, ou encore par l’attitude de rejet des hommes des Lumières à l’encontre de la « Berbérie » et des « Barbaresques »6. Comme nous avons pu le constater au miroir de la presse, des suppliques, des documents d’archives, l’opinion publique allemande a développé au fil des siècles (notamment depuis l’époque de l’Empereur Charles Quint) à l’égard de ces entités des antipathies fortement imprégnées d’animosité et d’une véritable rancoeur.

6Hormis les motifs traditionnels qui caractérisaient le vieux rapport entre chrétienté et monde de l’Islam (davantage accablé, dans le contexte de l’Empire germanique, par les heurts répétés avec la Turquie ottomane), c’est surtout dans la course dite barbaresque que résident les causes. Jusqu’à l’extinction de celle-ci, les États allemands sont restés parmi les rares d’Europe à ne pas avoir signé de traités de paix qui garantissaient l’immunité des navires et des personnes face aux corsaires « barbaresques ». L’une des conséquences les plus dramatiques fut, selon l’historiographie allemande, l’arrêt du commerce maritime allemand en Méditerranée vers la moitié du XVIIIe siècle. Après les guerres napoléoniennes et le Blocus continental, l’opinion publique allemande se mobilisa derrière les villes hanséatiques pour réclamer une solution décisive de la « question barbaresque ». Et encore en 1828-1829, on voit les Sénateurs de Hambourg, Brême et Lubeck, résignés à payer un tribut aux potentats nord-africains. La prise d’Alger par les troupes françaises permit d’annuler la décision. L’on comprend que l’événement eût un grand retentissement en Allemagne. On se félicita de l’abolition de la course des « barbaresques » et de la fin de ses nuisances, dont notamment l’esclavage. L’événement fut également célébré comme triomphe de la civilisation occidentale sur la barbarie turco-arabo-musulmane. On se réjouit enfin des nouvelles perspectives mercantiles et celles de pouvoir enfin aborder impunément ces côtes nord-africaines si intéressantes culturellement et touristiquement, et pourtant d’un accès si difficile jusque-là.

  • 7 F. N Aumann, Sonnenfahrten, Berlin, 1909, p. 77.

7La chute d’Alger et l’inauguration de l’ère coloniale au Maghreb constituèrent donc le tournant dans les rapports humains germanomaghrébins. Les visiteurs allemands commencèrent alors à y débarquer, rarement au début, de plus en plus massivement par la suite. La plupart des visiteurs de Tunis arrivaient d’Alger et d’Algérie. La fascination de Carthage d’abord et l’évolution du trafic entre les deux destinations incitèrent au « saut » vers l’autre ex-capitale « barbaresque ». Car il va de soi que le voyage nord-africain répondait en bonne partie à un désir d’exotisme et à la fascination de l’Orient. Dès la reddition d’Alger, on s’habitua aussi en Allemagne à le chercher également sous les cieux nordafricains, et non plus seulement en Turquie, en Égypte ou au Levant. Souvent frustré de trouver Alger déjà assez « désorientalisé » par trop de modernisation hâtive, on espérait retrouver à Tunis l’Orient rêvé, encore « vierge » et « authentique ». En général et à cause de la déception d’Alger on se déclarait comblé à Tunis. Pourvu, toutefois, que le séjour ne se prolonge pas et que la désillusion ne prenne le dessus. L’exclamation exaltée d’avoir trouvé cet Orient « authentique » ou « non faussé » continua à se répercuter jusque dans les relations postérieures à 1881, alors que la civilisation européenne avait nettement gagné du terrain à Tunis. C’est que, notait-on, les deux mondes, le traditionnel et le moderne, ne se sont presque pas entremêlés. « Il est vrai que le Français est le maître ici », remarqua Friedrich Naumann en 1902, au terme d’un tour dans la médina, « mais la ville proprement dite vit sans lui »7. Aussi, la vieille ville, avec ses bazars typiques, ses ruelles serrées, ses échoppes d artisans, évoquant le Moyen Âge pour les uns, l’ère préindustrielle pour les autres, sa population visiblement peu changée, ne cessa de susciter 1’enthousiasme des visiteurs en quête d’évasion et de dépaysement. L’attraction de Tunis comme foyer d’orientalisme se révèle encore par 1’afflux depuis les années 70-donc longtemps avant la visite « initiatique » de Paul Klee et August Macke - de peintres orientalistes allemands qui, de leurs « colonies » à la Goulette ou Sidi-Bou-Saïd, pourvoyaient les galeries ou les périodiques de Berlin, Dresde ou Munich de scènes de l’Orient tuniso-maghrébin.

  • 8 M. E. v. Schwartz, Blätter aus dem africanischen Reisetagebuch einer Dame, Braunschweig 1849, t. 2. (...)
  • 9 F. Brie, Exotismus der Sinne. Eine Studie zur psychologie der Romantik, Heidelberg, 1920, p. 10.

8La principale source référentielle pour l’identification du si convoité « Orient authentique » s’avère explicitement être les Mille et Une Nuits. Un de nos auteurs, la Hambourgeoise Marie von Schwartz, nota au terme d’une visite au « harem » de Mohammed Bey (en mars 1848) : « Oui, je peux maintenant quitter tranquillement Tunis, car j’emporte avec moi la conviction qu’il reste encore une trace de cet Orient tel qu’il s’est gravé dès l’enfance dans notre imagination sous l’effet des contes féeriques de l’intarissable Schéhérazade »8. C’est d’ailleurs surtout à l’exemple de cette même Marie von Schwartz - devenue depuis la publication de sa relation de voyage algéro-tunisien un écrivain d’une certaine notoriété - que la quête de l’Orient se révèle comme une évasion hors de l’Occident et de sa civilisation fondée sur le rationalisme et avide de rendement et de progrès. Après les moments d’extase, la voyageuse finit par se lasser de Tunis et eut hâte de rentrer en Europe. Sur le bateau, plus elle s’éloigne des côtes, plus on la voit saisie de l’envie d’y retourner comme à un berceau auquel on venait de l’arracher. Ce comportement visiblement incongru, nous a paru comme un exemple parfait du phénomène dont parle Friedrich Brie dans son étude sur « L’exotisme des sens », en déclarant : « Une conséquence inévitable de l’image opiniâtre et excessive que 1’exotiste se fait de l’Orient, est que la réalisation matérielle de son aspiration, a savoir le séjour en Orient, n’est pas à même de lui procurer de satisfaction. Le désir des exotistes de s’évader en Orient est tellement ardent qu’une fois sur les lieux, aucun d’eux ne sent sa nostalgie vraiment assouvie. Ce n est qu’au retour et dans le souvenir que l’Orient, lui, est de nouveau un paradis ».9

9L’autre pôle d’attraction important qui motivait jadis les voyageurs allemands pour se rendre en Tunisie, en dépit d’une foule de difficultés et de multiples inconvénients, fut sa richesse en patrimoine archéologique et réminiscences de l’époque antique. De formation et de culture humanistes pour la plupart, ils arrivaient imbus de savoir et d’informations s’y rapportant, et se mettaient aussitôt à parcourir les sites, commençant bien entendu par Carthage. On s’y rendait comme à un haut lieu de pèlerinage. D’aucuns avouent que sans Carthage, le voyage aurait peu de raison d’être.

10La fixation sur le patrimoine archéologique essentiellement romain est révélatrice à plus d’un titre. Elle comportait une fonction aussi restrictive que déformatrice dans la perception du pays et de ses réalités, et dans la programmation du séjour à l’étranger. Restrictive, puisque les ruines, quantitativement et qualitativement imposantes, accaparaient au maximum l’attention du visiteur et le poussaient à se détourner, souvent avec dédain, du reste. Déformatrice, parcequ’elles lui imposaient de saisir et juger le présent par rapport au passé, celui de l’époque romaine, considérée a priori et plutôt schématiquement comme une ère de prospérité idéale.

11Ce présent de la Tunisie déclinante des derniers Beys hussaynites « indépendants » n’était certes pas pour plaire à ces voyageurs cultivés, issus d’une nation culturellement confirmée, en plein essor technologique et en voie de se hisser au rang d’une grande puissance politique et économique. On constatait le grand retard et on déplorait la profonde déchéance du lieu du voyage et sa société. Mais la spéculation, l’inévitable cogitation du voyageur écrivain de l’époque quant aux causes et aux moyens d’y remédier, se faisait en général moins strictement à l’appui de l’observation pertinente et de l’analyse un tant soit peu objective, que par comparaison avec un état passé imaginé, dont les vestiges architecturaux lui miroitaient et attestaient abusivement la grandeur et la splendeur. Dès lors, on ne se lassait pas de déclamer que le même sol porteur, jadis, d’une telle prospérité, était aujourd’hui si pauvre et si lamentable. Postulant qu’il s’agissait bien de la même terre dont les auteurs anciens vantaient l’étonnante fertilité, qui fut soi-disant « le grenier de Rome », c’est à l’homme, à l’autochtone donc, qu’on imputait les causes de la décadence, à son caractère supposé peu enclin naturellement à l’effort et au labeur, mais surtout aux influences « néfastes » de sa croyance prétendument fanatique et fataliste. À l’exception de quelques auteurs qui s’étaient penchés plus sérieusement sur l’histoire du pays (tel Heinrich von Maltzan ou Heinrich Barth), on s’accordait à dire que le déclin de l’ex-« Africa romana » datait de l’arrivée de l’Islam « destructeur ».

12Comme on déniait à « l’oriental » la capacité de changer et de réformer et qu’on excluait la possibilité d’une régénération de l’intérieur, on souhaitait ardemment l’intervention salvatrice d’une puissance européenne pour reconduire ce pays bénit à son bonheur d’antan. Dans oe raisonnement stéréotypé, colonisation et civilisation deviennent synonymes et quasiment interchangeables.

13Le Protectorat de mai 1881 établi par la France sur la Régence de Tunis fut généralement applaudi par l’opinion publique allemande. C’est ce que nous avons pu constater à la lecture de la presse allemande, où les références aux témoignages de nos voyageurs tiennent explicitement ou implicitement une place remarquable.

Notes

1 M. Fendri, Halbmond, Kreuz und Schibboleth. Heinrich Heine und der islamische Orient, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1980. Voir aussi M. FENDRI, « L’Orient islamique dans l’œuvre de H. Heine », dans les Cahiers de Tunisie, 30, 1982, No 119-120, p. 213-246.

2 M. Fendri, Kulturmensch in « barbarischcr » Fremde. Deutsche Reisende im Tunesien des 19. Jahrhunderts, München, Iudicium, 1996 (titre qui pourrait être traduit par « Voyageur civilisé - Étranger « barbare ». Les voyageurs allemands en Tunisie du XIXe siècle »).

3 Cf. Françoise Knopper, Le regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche dans les relations de voyageurs allemands, Nancy, Presses Universitaires, 1992. On y lit notamment (p. 6) : « Le regard des voyageurs consiste à recréer mentalement ‘l’image matérielle’, à la transposer et à la styliser en l’adaptant au système de pensée qui est propre à chaque observateur ».

4 P. J. Brenner, Der Reisebericht. Die Entwicklung einer Gattung in der deutschen Literatur, Frankfurt-am-Main, 1989, p. 15.

5 Voir M. Fendri, « Voyageurs allemands en Tunisie au XVIIIe siècle », dans : Revue d’Histoire Maghrébine, no 33-34 (1984, p. 93-110), 35-36 (1984, p. 71-113), 41-42 (1986 p. 47-85).

6 Voir A. Thomson, Barbary and Enlightenment. European attitudes towards the Maghreb in the 18th Century, Leiden, 1987.

7 F. N Aumann, Sonnenfahrten, Berlin, 1909, p. 77.

8 M. E. v. Schwartz, Blätter aus dem africanischen Reisetagebuch einer Dame, Braunschweig 1849, t. 2. p. 177.

9 F. Brie, Exotismus der Sinne. Eine Studie zur psychologie der Romantik, Heidelberg, 1920, p. 10.

Auteur

Université de Tunis

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search