Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Deuxième partie. La Tunisie entre barbarie et levant

Épilogue : Quelques pages du Journal des Voyages à la veille de la conquête de l’Algérie

Texte intégral

1Avec le consul William Shaler, nous avons franchi trente années et ouvert les pages d’un Journal des Voyages, dont l’ambition géographique était clairement affichée. Mais les textes qu’on y trouve sur l’Afrique du Nord sont-ils très différents des stéréotypes relevés plus haut ?

  • 1 t. 1 p. 359 et 2 p. 89.
  • 2 t. 18, 1823, p. 176-82.
  • 3 « Lettres insérées dans la Correspondance astronomique, 1823, t. VIII et IX », t. 20, 1823, p. 44-6 (...)
  • 4 t. 30, 1826, p. 357.
  • 5 t. 36, oct. 1826, P. 81.
  • 6 t. 10, 1821.
  • 7 t. 35, août 1826, p. 254.

2L’intérêt des voyageurs s’est alors déplacé vers le royaume de Tripoli si l’on en juge par le nombre de textes publiés dans le journal : « Voyage à Tripoli ou relation d’un séjour de dix ans en Afrique »1, « Extraits d’une lettre d’un voyageur, traduits de l’italien, sur les états barbaresques »2 où l’on ne parle que de Tripoli, « Notice sur la Grande et la petite Syrte par le capitaine Smyth »3, « Voyage en Cyrénaïque »4, « Rapport de M. Alexandre Barbié du Bocage lu à la Société de Géographie, sur le voyage de Marmarique, la Cyrénaïque, etc., par J. R. Pacho »5. Mais cette curiosité nouvelle pour cette partie de la Barbarie est trompeuse et dans un « Aperçu des recherches géographiques sur l’intérieur de l’Afrique septentrionale », Walchenaer répond à la seule question à l’ordre du jour : Comment atteindre Tombouctou ?6 Par la route de Tripoli, la plus sûre. Mais les états barbaresques n’intéressent pas en eux-mêmes, et, cas marginal, dans une lettre à M. Barbié du Bocage7, Rousseau, consul général de France à « Tripoli de Barbarie », demande des renseignements... sur l’histoire de la Syrie !

  • 8 t. 15, juillet 1822, p. 5.
  • 9 t. 18, avril 1823, p. 33.

3On trouve certes dans le Journal des voyages des informations qui se veulent sérieuses : « Notice sur l’empire du Maroc, par M. de Lesseps, ancien consul à Maroc »8 ou extraits des Sketches of Alger de W. Shaler (1826) qui contiennent surtout des notes historiques et politiques ; Alger, écrit-il, est beaucoup plus policée qu’on ne le dit : « Il n’existe peut-être pas de ville où il se commette moins de crimes, et où la vie et les propriétés des habitants soient mieux protégées ». Le consul des États-Unis relève aussi la fertilité du sol et l’augmentation de la production de laine, et fait quelques remarques sur les femmes, le mariage ou l’éducation des enfants (p. 187). Plus prosaïque, une « Notice sur le commerce de Marseille avec le Levant, la mer Noire et la Barbarie, tirée d’un mémoire du Conseil de Commerce de cette ville »9 s’inscrit dans une tradition séculaire d’échanges lucratifs pour le négoce français :

« Il y a à Tunis une fabrique de bonnets de laine pour la coiffure des Turcs, mais Marseille, Lyon et Orléans lui ont enlevé cette branche importante de commerce ; et même les orientaux préfèrent actuellement nos gasquets à ceux de Tunis. Marseille exporte chaque année 18 à 20 navires plus ou moins, selon que les récoltes d’huile sont plus ou moins abondantes. En 1787, les envois s’élevèrent à 742 523 F et les retours à 5 114 012 F ; les Français ont six ou huit maisons de commerce à Tunis ».

4On aura relevé le caractère impressionniste de ces informations venues du négoce, avec des statistiques vieilles de plus de 30 ans ! Quant à Si deux consuls manifestent un intérêt certain, politique, historique, voire ethnologique, ces nouveaux regards contrastent et, au fond, avec l’absence de récits de voyageurs ou des géographes.

  • 10 À Porto-Farina, t. 7, 1820, p. 357-363.
  • 11 t. 9, mars 1821, p. 371.
  • 12 À Tanger et Fez, t. 31, juillet 1826, p. 248.

5Mais, d’un autre côté, on lit aussi le « Récit des souffrances d’un esclave français à Tunis et souffrances auxquelles les esclaves des autres nations sont encore exposées »10 ou la « Relation donnée par un esclave européen, délivré du bagne d’Alger, du traitement que le feu dey Hadji Ali lui a fait éprouver »11. À la fertilité du sol reconnue par tous les voyageurs s’oppose la misère des populations, ravagées par une « famine terrible et [des] maladies qui règnent sur une grande partie de la Barbarie et dans le royaume de Maroc »12.

  • 13 Ainsi, p. 56 : « Sfakus est une grande et belle ville [..] avec des environs très fertiles ; il s’y (...)
  • 14 t. 31, juillet 1826, p. 371 et t. 32, octobre 1826, p. 180.

6La « Notice sur la Grande et la Petite Syrte » (t. 20) décline des thèmes que nous connaissons déjà : la richesse du pays13 et la vie difficile de ses habitants (ceux de l’île de Kerkenna « ont le teint livide et paraissent bien misérables »), les rivalités tribales (p. 52 : « Kabès : les naturels sont, dans ce pays, continuellement en guerre entre eux »), ou le goût des ruines antiques (ici Leptis et Hadrumetum) que l’on retrouve dans un « Extrait de la correspondance d’un officier embarqué sur la corvette La Bayadere, datée de la quarantaine de Toulon, le 1er septembre 1826 »14.

7L’auteur en est le chirurgien-major Bignon. La Bayadère faisait route pour l’archipel de la Grèce, la Syrie et l’Égypte, dans le courant de l’année 1826. Bignon relate son voyage de la Barbarie à Smyrne, décrit cette ville et la variété des populations levantines, évoque ce qu’étaient les janissaires au moment où leur corps vient d’être supprimé. Quelques extraits de son escale en Barbarie méritent d’être donnés ici.

« Le 19 [décembre] sur midi, nous mouillâmes dans la baie d’Alger, à une très grande distance de terre [...]. Nos missionnaires [Soliniac et Marc, lazaristes attachés aux missions étrangères] étaient enchantés de s ? voir au terme de leur voyage [...]. Je m’attendais à voir une côte sauvage et inculte ; je découvris de toute part une campagne belle et cultivée ; sur k droite en entrant on aperçoit la ville, amas immense de maisons blanches, surmontées de terrasses et disposées en amphithéâtre sur le penchant d’une montagne élevée. Des mosquées, des minarets dominent ces nombreux édifices dont l’ensemble offre un singulier coup d’oeil. Sur plusieurs d’entre eux flotte l’étendard du croissant ; de belles fortifications protègent la cité barbaresque et la rendent, à ce qu’on assure, presque imprenable. Je n’ai point encore vu de ville qui offrit une pareille physionomie ; mais l’intérieur est sombre et triste ; on n’y trouve que des rues sales et étroites [...]

« Porto-Farino [...] présentait ses mosquées et ses minarets ; les environs sans cultures, les montagnes arides qui l’entourent feraient croire qu’elle a été jetée au milieu d’un vaste désert ».

« J’aperçois enfin les restes de Carthage. Sa grandeur, sa puissance, ses désastres m’occupent tour à tour, je soupire et je médite ; mon imagination se promène sur tant de mémorables souvenirs ; mes regards se portent vers k rive, je ne vois qu’un tombeau, je n’aperçois que des cendres [...D’]un monticule élevé [...] nos regards embrassent une vaste étendue [...] des vestiges d’antiquité qui s’étendent jusqu’au lac de la Goélette (sic) ».

8Le lendemain, le chirurgien visite de nouveau les ruines. Dans la campagne, il traverse un village turc. À l’approche des Français, les femmes s’enfuient mais le gardien d’une ferme « tressaillit à nos premiers accents ». L’homme parle bien français et sa joie éclate en voyant les officiers français : il a servi pendant 8 ans dans nos armées. Au loin,

« Tunis paraît à travers les nuages qui nous en dérobent une partie. Cette ville occupe un terrain immense de l’autre côté de la rive [...]. Elle s’élève en amphithéâtre dans une plaine et se termine sur le penchant d’une colline. Ses nombreux et beaux édifices, ses magnifiques mosquées annoncent une grande capitale [...] ».

9Que pourtant le médecin ne visitera pas. En avait-il seulement le désir ?

Notes

1 t. 1 p. 359 et 2 p. 89.

2 t. 18, 1823, p. 176-82.

3 « Lettres insérées dans la Correspondance astronomique, 1823, t. VIII et IX », t. 20, 1823, p. 44-64.

4 t. 30, 1826, p. 357.

5 t. 36, oct. 1826, P. 81.

6 t. 10, 1821.

7 t. 35, août 1826, p. 254.

8 t. 15, juillet 1822, p. 5.

9 t. 18, avril 1823, p. 33.

10 À Porto-Farina, t. 7, 1820, p. 357-363.

11 t. 9, mars 1821, p. 371.

12 À Tanger et Fez, t. 31, juillet 1826, p. 248.

13 Ainsi, p. 56 : « Sfakus est une grande et belle ville [..] avec des environs très fertiles ; il s’y fait un grand commerce ; on y trouve beaucoup de concombres ».

14 t. 31, juillet 1826, p. 371 et t. 32, octobre 1826, p. 180.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540