Version classiqueVersion mobile

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Deuxième partie. La Tunisie entre barbarie et levant

Le monde barbaresque vu de Normandie à la fin du XVIIIe siècle1

Emmanuel Nicolas et Éric Wauters

Texte intégral

  • 1 Une partie de cet article a été présentée, sous le titre : « Le monde barbaresque vu de vu de Norma (...)
  • 2 G. Vannier, « Les Le Gendre. Thomas Le Gendre le jeune (1638-1706) », Bulletin de la Société d’É mu (...)
  • 3 Publié à Paris en 1724. Voir I. Demol, « Les voyages en Orient à l’époque moderne d’après les fonds (...)
  • 4 É. Wauters, « Le Journal de Normandie (1785-1789), l’étranger et l’Outremer : les horizons géograph (...)

1Au XVIIe siècle, un négociant rouennais, Thomas Legendre l’aîné (1602-1682), armait des navires pour le Canada, la Guinée, le Brésil, mais surtout le Maroc. Il y résida même de 1618 à 16252, et son fils, Thomas le jeune, avait encore en 1687 un comptoir à « Sainte-Croix-de-Safi ». Mais la maison Legendre disparut dans les premières années du XVIIIe siècle et la route commerciale vers le Maroc fut abandonnée. Le passage à Tunis, en 1708, d’un aventurier rouennais, Lucas, dans son Voyage au Levant, fut un épisode singulier3. La Barbarie semblait oubliée des Normands, dans leur province éloignée de la Méditerranée et ouverte sur d’autres mondes, les Amériques, l’Afrique de la traite ou, plus accessoirement l’Asie. La lecture des journaux normands de la fin du XVIIIe siècle4 révèle pourtant un événement dont l’écho atteste qu’il n’en était rien.

  • 5 La liste des captifs libérés dans le Voyage dans les états barbaresques... ou Lettres d’un des capt (...)

2Le Journal de Normandie du 15 octobre 1785 annonça la libération de captifs normands d’Alger et leur retour à Rouen où 24 d’entre eux devaient être les héros d’une procession. « Deux citoyens de cette ville sont du nombre des esclaves rachetés, et par le récit qu’ils pourront faire des misères de leur esclavage à leurs compatriotes, ils leur inspireront sans doute des sentiments de commisération bien capables d’exciter leur zèle et leur charité en faveur des autres esclaves qui sont encore restés en Barbarie sous le poids de leurs chaînes »5.

  • 6 Ainsi : Le Français captif d’Alger, de retour en sa patrie etc..., par Conjon, Journal de Normandie (...)
  • 7 « Le Rachat des Captifs par les Religieux de la Merci, appelés aussi Mathurins » (no d’inv. S.R. 47 (...)

3La procession parcourut Rouen les 4 et 5 novembre 1785. Le journal de la province n’en donna aucune relation ; mais l’écho en fut prolongé par d’autres canaux : en 1788, on trouvait encore des poètes amateurs inspirés par le retour des esclaves6, et de cette époque date également l’un des premiers tableaux du Musée des Beaux-Arts de Rouen, « Le rachat des captifs » par Pierre Léger7. Autant de manifestations d’un intérêt évident et d’une émotion certaine : il y aurait eu, en somme, jusqu’au moment où la Révolution apporte d’autres préoccupations, une mobilisation populaire (entendons : touchant tous les milieux au cours de la procession) et l’adhésion de l’élite « éclairée » (il resterait à préciser dans quelle mesure), peintres, hommes de loi taquinant la muse ou philosophe, tous déclinant le thème de la captivité en Barbarie.

  • 8 Cette pièce ne sera publiée qu’en 1905 par Maurice Souriau… L’édition au quelle il sera fait référe (...)

4L’événement a-t-il inspiré Bernardin de Saint-Pierre lorsqu’il se lance dans la composition d’un drame en cinq actes et en prose, Empsa ël et Zoraïde ou les blancs esclaves des noirs à Maroc, dont la version définitive se situe entre 1789 et 1792 ? C’est fort probable, même si le but avoué de l’auteur est de dénoncer tous les esclavages : « J’ai cru que rien n’était plus propre à faire sentir la faiblesse des raisons dont les habitants blancs de nos îles de l’Amérique justifient l’esclavage des noirs qu’en mettant ces mêmes raisons dans la bouche d’un noir de la côte de Barbarie à l’égard de quelque habitant de nos îles tombé lui-même dans l’esclavage en Afrique »8. Quelle que soit l’influence de l’événement rouennais de 1785 sur l’auteur havrais, la convergence des documents normands contemporains sur une région lointaine (il faudrait en ajouter d’autres comme les gravures), pose question : quelles sont les origines de cet intérêt apparemment subit mais évident, et les représentations du monde barbaresque qui s’en dégagent ?

  • 9 Voir sur cette question M. Dorigny (éd.), Les abolitions de l’esclavage. De L.F. Santhonax à V. Sch (...)

5La genèse du drame de Bernardin de Saint-Pierre nous suggère une explication : la commémoration de l’esclavage en Barbarie pourrait être en Haute-Normandie, une manœuvre de diversion, en réplique au mouvement des Amis des Noirs9. Il nous semble cependant que la religiosité assez mièvre, « saint-sulpicienne », de la manifestation rouennaise de 1785 écarte cette hypothèse.

Lumières et orientalisme dans le Journal de Normandie

6L’attitude assez ambiguë du rédacteur du Journal de Normandie, annonçant la cérémonie de 1785 pour la passer sous silence ensuite, suggère aussi une évolution des images de « l’Orient » (ici le monde de l’Islam) dont la feuille locale serait en partie porteuse.

  • 10 É. Wauters, « Un homme de lettres engagé : Jean-Baptiste Milcent (1747-1832) », dans Sur la Révolut (...)

7Le Journal de Normandie est fondé en 1785, l’année même de la procession des captifs libérés. Son directeur, Jean-Baptiste Milcent, a été élève des Jésuites, dans les derniers temps de leur existence en France, disciple et ami de Diderot, rédacteur au Journal d‘Agriculture, organe officieux du ministère des Affaires Étrangères10. C’est un parisien qui vient porter les « Lumières » à la province.

Type d’articles sur l’Orient dans le Journal de Normandie (1785-1789)

Type d’articles sur l’Orient dans le Journal de Normandie (1785-1789)
  • 11 1786 (voir le 25 octobre), 1788 (p. 370). On lit, dans la description d’Alexandrie, qu’on trouve pa (...)

8Sur l’Orient, Milcent donne peu d’informations économiques ou d’actualités (nouvelles politiques ou faits divers liés à des événements précis et récents). La part des articles de « curiosité » (actualité des Arts et Lettres ou des sciences, extraits d’ouvrages récents) est beaucoup plus importante. Milcent donne de longs extraits des Lettres sur l’Égypte de Savary et du Voyage en Syrie et en Égypte en 1783-1785 de Volney, dont il reprend l’analyse pessimiste de la dégradation des populations par le fanatisme religieux, le despotisme et le commerce européen11. On est loin ici des turqueries à la mode que Milcent laisse pourtant passer dans son journal, « variétés » peu sérieuses (anecdotes, contes, poésies, pièces fugitives, articles recopiés dans d’autres journaux, extraits de livres de divertissement) et mal informées qui s’intitulent Ored et Zéime, Mahomet Second, Les Pantoufles, Hassan ou Sélim, et qui répondent davantage à l’attente du public. Un quart des articles de « variétés » vient ou est inspiré de l’Angleterre, l’Orient vient ensuite (un cinquième de toutes les « variétés » d’origine étrangère). Anglomanie et orientalisme dont les no 95 et 96 du journal de 1788 donnent un exemple : Milcent y présente un nouvel ouvrage paru à Londres, les Essais de Mon Ami, en vente à Rouen. Il en donne donc deux extraits : des anecdotes orientales ! En ne prenant en compte que les pays non européens, l’Orient (Perse, empire ottoman, Barbarie) fournit un cinquième des articles, moins que les îles tropicales (Antilles, Mascareignes) mais la part de celles-ci s’explique par leur importance économique.

9Ainsi panaché, le journal traduit bien à son époque la coexistence d’un Orient imaginaire, grand fournisseur des « variétés » exotiques, avec plus de la moitié des nouvelles, loin devant les autres sources d’inspiration que sont les îles ou l’Amérique du Nord, et d’un Orient « raisonné », celui que Milcent tente de faire connaître. Il n’est pas sûr que celui-ci l’emporte sur celui-là.

10Sur l’Afrique du nord, le contraste est le même entre le désir du journaliste de renouveler les informations et celui de satisfaire les goûts de ses abonnés. La visite fortuite du fils du gouverneur de Safi en France est l’occasion pour Milcent de manifester une curiosité assez partagée : « Tout le monde désire ici de connaître un Africain qui est dans cette Capitale », écrit-il. Mais le texte qu’il donne est un compromis : d’un côté l’exotisme inversé du voyage d’Angleterre à Marseille d’un Marocain « d’une haute taille & d’une belle figure »,

« embarqué sur un bâtiment de Mogador, dont il était le Capitaine, il a fait naufrage sur les côtes d’Angleterre. Tout a été perdu, excepté lui & trois de ses compagnons. Un vaisseau hollandais, voyant ces trois infortunés nager, a pu les recueillir auprès de Darmouth, & les conduire au rivage, où les Anglais hospitaliers leur ont donné tous les secours dus à l’humanité souffrante & malheureuse. Dénués de tout, mais rétablis, les quatre Africains ont passé le détroit de Calais pour traverser la France & se rendre à Marseille, où ils devaient s’embarquer & retourner à Mogador. Déjà le jeune Capitaine était en Provence lorsqu’il a appris que l’un de ses compagnons de malheur avait assassiné plusieurs Français dans le code d’Auxerre. Il revient sur ses pas pour secourir le furieux infortuné ; mais à Sens on lui dit qu’il était mort. Alors il continua sa route pour Paris, cù il s’est fait connaître. Il se trouve que son père a donné l’hospitalité aux Pères Mathurins Sc de la Merci, ainsi qu’aux Astronomes & aux Naturalistes envoyés par le Roi en Afrique. M. l’Abbé Rochon l’a parfaitement reconnu pour le fils de son hôte. Actuellement c’est à qui pourra mieux l’accueillir & le fêter. On ne doute pas que le Gouvernement ne lui donne des secours généreux pour retourner dans sa patrie ».

11De l’autre un texte didactique :

« Beener Aly est fort instruit et connaît l’intérieur de l’Afrique, on se sert de ses lumières pour rectifier toutes nos cartes. Il prouve que les déserts qui conduisent ou à Bagdad et Ormuz ou en Égypte, ne sont point tels qu’on nous les a dépeints, et que l’on nous a trompés sur la direction des rivières [..] Il a été fort surpris de voir aux Écoles de chirurgie la dissection des cadavres. On sait que les morts sont sacrés chez les Musulmans. À ce sujet il a observé que la loi marocaine était de garder vingt-quatre heures un homme tué d’un coup d’apoplexie ; mais que tous les autres décédés étaient inhumés quatre heures après leur décès, la putridité se déclarant plutôt sous leur climat que dans le nôtre. Assurément cet usage ne prouve pas que les Barbaresques vivent sans police et sans lois. »

  • 12 Ou Extraits des voyages les plus récents dans les quatre parties du monde, tome 1, Paris, 1821.
  • 13 Distribué sur toute la Normandie (d’après ses bureaux de souscription), le journal ne se vendait gu (...)

12Ce dernier exemple rappelle qu’en Europe, on a longtemps considéré comme une marque d’inhumanité, d’enterrer rapidement les morts et sans veillée. Le voyageur Moderne12 mentionne encore en 1821 que « d’après la religion mahométane, les Maures croient que le défunt ne peut être heureux tant qu’il n’est pas enterré ; ils le lavent tandis qu’il est encore chaud ». Milcent tente donc de changer l’opinion de ses lecteurs en avançant des précautions hygiéniques fort raisonnables sous d’autres climats. Là encore, il n’est pas sûr qu’on l’entende, même dans son public instruit, sinon éclairé, d’hommes de loi et de lettres, de curés de campagnes, de gentilshommes et d’officiers de Normandie orientale13.

La Barbarie des bibliothèques

  • 14 D. Brahimi, Voyageurs français du XVIIIe siècle en Barbarie, Paris, 1976.
  • 15 Grand dictionnaire historique ou mélange curieux de l’Histoire sacrée et profane, Lyon, chez Girin (...)
  • 16 L. Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger (1790-1830), Paris, 1969, p. 12.
  • 17 Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi, en 1724 et 1725 par Jean-Andr (...)
  • 18 Sur ce texte, voir H. Khadar, « La description de l’Afrique dans l’Histoire des deux Indes », Studi (...)
  • 19 Par M. Émerit, Revue Tunisienne, no 3 et 4.
  • 20 Sur ce personnage, Charles-François Dubois-Thainville, 1757-1818, né à Reux près Pont L’Évêque,.voi (...)
  • 21 Par G. Esquer dans la « Collection de Documents Inédits », Paris, Champion.
  • 22 Voyage en Barbarie ou Lettres écrites de l’ancienne Numidie, pendant les années 1785 et 1786, sur l (...)
  • 23 D. Brahimi, op. cit., p. 85.

13Nous savons déjà, notamment depuis les travaux de Denise Brahimi14, combien le renouvellement des connaissances sur le monde barbaresque est limité au XVIIIe siècle. Beaucoup d’ouvrages considérés comme sérieux sont anciens, tel le Grand dictionnaire historique de Louis Moreri publié pour la première fois en 1674, et constamment réédité15. Les articles sur la Barbarie ne sont que des compilations, ou presque, d’ouvrages anciens. « La population de telle ville est invariablement fixée, de siècle en siècle, et d’édition en édition »16. Si, comme le souligne L. Valensi, d’autres voyageurs que les Rédempteurs « ont entrevu le pays, rassemblé leurs impressions et observations, rédigé des mémoires, leurs manuscrits n’ont été le plus souvent arrachés à l’oubli qu’aux XIXe et XXe siècles ». Jean-André Peyssonnel, esprit critique, exempt de préjugés et contempteur des récits des rédempteurs, n’est publié intégralement qu’en 183817. Il faut attendre 1826 pour que soit publiée (par Peuchet, à Paris, chez A Costes) l’Histoire philosophique et politique des établissements des Européens dans l’Afrique de l’Abbé Raynal18, 1898 pour le texte de Venture de Paradis (chancelier-interprète à Tunis en 1780-1793) sous le titre d’Alger au XVIIIe siècle, 1948 même pour le Mémoire inédit de l’Abbé Raynal sur Tunis19. De même, le Mémoire sur Alger écrit en 1809 par le normand Dubois-Thainville, « jacobin et consul à Alger »20, n’est publié qu’en 1927, avec le Mémoire renfermant diverses notions sur Alger du consul Guyot de Kercy (1791)21. Exception qui confirmerait cette règle : le Voyage en Barbarie (en 1785-1786) de l’Abbé Poiret publié rapidement, en 1789, parce que, comme D. Brahimi l’a montré, l’auteur s’en est occupé lui-même dès son retour en France22. Le livre « fut très vite traduit, en allemand [Strasbourg, 1789] et en anglais [Londres, 1791]. Chateaubriand le cite, à propos de Tunis, dans L’itinéraire de Paris à Jérusalem, la Biographie de Michaud porte même que la relation de son voyage est encore regardée comme une des meilleures qui existent sur l’Afrique »23.

  • 24 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger avec l’état présent de son gouvernement, de ses force (...)
  • 25 A complete History of Algiers, to which if Prefixed and Epitome of the General History of Barbary, (...)
  • 26 L’éditeur précise : « traduit de l’anglais » !
  • 27 Barbarie occidentale ou récit abrégé des révolutions de Fez et de Maroc, avec un détail des coutume (...)

14Un autre contre-exemple est donné par la sérieuse Histoire du Royaume d’Alger de Laugier de Tassy, parue en 1725, connut au moins sept éditions successives24. Mais regardons les titres des différentes rééditions : après celle de Londres en 173125, l’Histoire du Royaume d’Alger est devenue en 1732 (à Amsterdam) un Traité de l’esclavage des Chrétiens au Royaume d’Alger, en 1750 un plus neutre État général et particulier du Royaume et de la ville d’Alger à La Haye (A. Van Dole) mais A compleat History of the Piratical States of Barbary à Londres (J. Morgan), en 1757, à Paris (chez Chaubert-Hérissant), une Histoire des États barbaresques qui exercent la piraterie26. On voit bien que les titres hésitent à mettre l’accent sur une piraterie qui d’ailleurs est de moins en moins réelle, et une histoire plus érudite de l’Afrique du Nord, dont quelques auteurs anglais donnent déjà le modèle, avec La Barbarie occidentale de Lancelot Addison (1671) ou le Voyage à Alger et à Tunis de Thomas Shaw (1738)27. Mais ce renouvellement bibliographique paraît mal accepté en France. Laugier de Tassy ayant critiqué, en 1725, les récits des rédempteurs (comme tissus de mensonges), l’année suivante, on traduit hâtivement (en 1726) le livre du Révérend Simon Ockley, professeur de langues orientales à Cambridge, An Account of South-West Barbary, contouning what is most remarkable in the territories of the king of Fez and Morocco (Londres, J. Bowyer, 1713), sous le titre : Relation des états de Fez et de Maroc écrite par un Anglais qui y a été longtemps esclave et traduite de l’Anglais, publié par M. Simon Ockley, professeur de langue arabe dans l’Université de Cambridge (Paris, Penot). La traduction approximative du titre souligne le but avoué du traducteur français de réfuter Laugier de Tassy.

  • 28 Journal de Rouen, 1789, p. 43 et p. 164.

15Les idées nouvelles, celles de Laugier de Tassy, l’abbé Poiret, Raynal ou Volney, ne s’imposent pas facilement, et la vogue orientaliste préromantique se nourrit davantage d’idées reçues, archaïques et peu éclairées. Milcent ne fera pas école en Normandie. Mais aurait-il réussi ailleurs en France ? Cet « orient » de l’élite normande n’est sans doute pas très différent de celui de l’élite française en général. Ce qui semble intéresser les Normands, dans l’événement bien réel de 1785, comme dans les textes de fiction qu’ils peuvent lire, c’est la tranquille certitude des croyances ancrées dans la nuit des temps, non point les informations nouvelles de quelques voyageurs peu lus ou non publiés, mais les clichés qui confortent leurs représentations de ce monde étranger qu’ils ne désirent pas vraiment connaître. Vers 1785-1790, circulent sur le port de Rouen des gravures qui ont pour thèmes : la Défense de Rhodes par Villiers contre Soliman II ou le Combat de Dieudonné de Gozon contre le serpent de l’île de Rhodes en 133528. Et tout cela inscrit bien le monde islamique dans une représentation intellectuelle qui se nourrit de la vogue orientaliste, d’une littérature historique rarement érudite (sur les conquêtes turques ou les croisades) et d’une culture formée par la fréquentation livresque de l’Antiquité, de la Bible aux auteurs gréco-romains.

  • 29 Bibliothèque orientale, ou dictionnaire universel contenant généralement tout ce qui regarde la con (...)
  • 30 Description des pays de l’Afrique, de l’Égypte, de la Barbarie, de la Lybie, du Biledulgerid, de la (...)
  • 31 Histoire des chérifs et des royaumes de Maroc, de Fez, de Tarudent, et autres provinces traduit de (...)
  • 32 Relation de la captivité du seigneur Mouette dans les royaumes de Fez et de Maroc, Paris, J. Cochar (...)
  • 33 Relation en forme de journal de voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes de Maroc et d’Al (...)
  • 34 Traduction et publication par Perrot d’Ablancourt, Paris, 1667. Acte V, scène 5.

16Bernardin de Saint-Pierre est un auteur savant, éclairé, instruit même à l’expérience du voyage lointain. Mais, pour composer son drame, il s’informe dans des ouvrages pour le moins désuets : la Bibliothèque orientale, parue en 169729, la Nouvelle description de l’Afrique par Olfert Dapper (1686)30, l’Histoire des chérifs et des royaumes de Maroc, de Fez, de Tarudent, et autres provinces de Diego de Torrès (1667)31, les Voyages en Afrique, Asie, Indes Orientales et Occidentales de Jean Mocquet (1617) ; et aussi les relations de captivité : celle de Mouette (1683)32, un récit de Rédempteurs de 172633, et même l’Afrique de Louis de Marmol34 qui demeura huit ans captif des Maures et écrivit sa narration... en 1536 ! Finalement, lorsqu’il évoque le monde barbaresque est-il différent de ses compatriotes moins éclairés et moins voyageurs ? Avec ses stéréotypes, le texte de Bernardin de Saint-Pierre est plus exemplaire que le regard éclairé de J.-B. Milcent.

Le décor barbaresque

  • 35 Acte I, sc. 4 et acte II, sc. 10. On pense, bien sûr, à L’enlèvement au sérail de 1782. Empsaël et (...)

17Pour planter le décor d’Empsaël et Zoraïde, Bernardin de Saint-Pierre multiplie les noms de végétaux exotiques (aloès, bananiers, calebassiers, câpriers, jujubiers, palmiers ou pistachiers), les termes comme « couscous » ou « sérail » (ce dernier rappelant les turqueries du XVIIIe siècle35), ou les noms de lieux où il confond géographie moderne (Salé, Tarudant, Meknès, Fez, Tunis, etc.) et ancienne (Mauritanie Césarienne et Tingitane). Le public demande un Orient imaginaire où se côtoient Palmyre et la Bagdad des Mille et une nuits, Salomon, Haroun al Rashid et les grands empereurs ottomans.

18Voici le décor de l’acte III d’Empsaël et Zoraïde tel que l’imagine notre auteur normand :

« Le fond de la scène représente une sombre forêt dans une gorge du Mont Atlas. Les deux côtés de la montagne sont formés de plateaux de rochers divisés par étages. Sur les inférieurs croissent çà et là des palmiers, des jujubiers, des pistachiers, et, sur les supérieurs, des sapins et des cèdres au-dessus desquels paraissent au loin les sommets de l’Atlas couverts de neige, et éclairés des derniers rayons du soleil couchant. Un torrent descend de ces neiges et se précipite avec un sombre murmure au milieu de plusieurs espèces d’arbres sauvages et domestiques naturels à l’Afrique. Au fond de la vallée, à travers les clairières de la forêt, on aperçoit les ruines d’une grande ville, des colonnades, des façades de palais, des massifs de maisons, et sur les hauteurs, des aqueducs et des remparts entrouverts. À gauche, sur le devant de la scène, au milieu des arbres, s’élève une grande tour lézardée, sur les flancs de laquelle on lit, au-dessous d’une aigle romaine, cette inscription en lettres demi-effacées : Mavritania Tingitana Caivs Caesar. Au fond de la scène, on voit auprès d’un vieux cyprès un petit tombeau couvert de câpriers et d’aloès : on lit cette épitaphe en lettres gothiques : Donna Mencia de Monroy, épouse du Chérif Mohamed, l’an de Christ 1537 ».

  • 36 État des Royaumes de Barbarie..., op. cit., p. 57-58.
  • 37 Ibidem, p. 200-204.

19Cet exotisme n’était pas absent des récits de Rédemption ; au début du siècle, Philémon de la Motte s’extasie devant la beauté des jardins de Tripoli : « Il me semblait voir [...] comme une espèce de Paradis terrestre »36 ; ou devant les vestiges antiques : « Le temps s’étant trouvé fort gros, nous demeurâmes tout le jour à la Goulette ; ce qui me donna lieu à la vue des ruines de Carthage, dont j’avais toute l’imagination remplie, de penser à l’inconstance des choses du monde, ne pouvant m’empêcher d’admirer l’extrême différence qu’il y a entre la politesse et la gloire de l’ancienne Carthage sous les Scipions, et la barbarie et la grossièreté des peuples qui l’habitent »37. Ouvrons les Lettres de 1785 (p. 154) : « Carthage !... Ah ! ce nom, Monsieur, réveille sans doute votre attention [...]. Quand je m’approche de l’endroit où était cette Ville superbe, mes larmes coulent en abondance : je crois y voir la malheureuse et tendre Didon périr au milieu des flammes ».

20Le monde oriental dont s’entiche une partie de l’élite française touche probablement un public plus large, mais pas de la même manière. En pleine révolution, le théâtre rouennais, distraction asse2 populaire (il pouvait accueillir 1 800 à 2 000 personnes, et en 1792 s’ouvrit une seconde salle, le Nouveau Théâtre français), n’a pas donné que des pièces de circonstances. Le spectacle du 12 messidor an II évoque, selon le chroniqueur du Journal de Rouen, « les balliadères (sic) d’Asie et les plaisirs d’Ormuz et de Bassora ». À la fin de l’an VII, le Théâtre des Arts donne Le marchand de Smyme, et quelques semaines plus tard, le 29 frimaire VIII, Gulnare ou l’esclave persane, dont la scène se passe à Ispahan, « bluette sentimentale qui mérite le succès dont elle a joui », constate le chroniqueur local, et dont l’auteur, Marsollier des Vivetières, est « avantageusement connu par diverses productions de ce genre ». Exotisme qui n’est pas exclusif, l’Orient est ici un prétexte parmi d’autres à l’évasion, un exutoire. La vogue orientaliste n’est pas non plus, parfois, sans quelque dérision. Le 13 pluviôse VIII, on joue encore Gulnare au Théâtre des Arts, celui de la République donne Victor ou l’Enfant de la Forêt et les Ombres chinoises, près la Grosse Horloge : Énée à Carthage, « spectacle parodique » ! Carthage encore, comme chez Bernardin de Saint-Pierre ou d’autres, mais pour rire...

  • 38 Par Le Pesqueur de Conjon, Journal de Normandie, 1788, p. 135.

21L’auteur du « Français, captif d’Alger, de retour en sa patrie après trente années de captivité » (à chanter sur « l’air de la Romance d’Emma »)38, mal informé sans doute (mais en était-ce besoin ?), cherche plutôt à faire pleurer le public à l’évocation des retrouvailles d’une vieille mère et d’un fils arraché à son affection par des Turcs « au cœur impitoyable » et rendu à la liberté, avec trois cents autres captifs, par les Pères de la Merci :

« On court, on s’assemble, on s’empresse
De venir essuyer leurs pleurs.
On les embrasse avec tendresse,
Les enfants les couvrent de fleurs.
Succombant sous le poids de l’âge,
Une femme d’un air tremblant
Se fait à grand peine un passage,
Et d’eux s’approche en se traînant.
Ah ! dit-elle toute éperdue,
C’est lui !... C’est mon fils Poidevin !...
O ma mère ! Tu m’es rendue ?
Tu vis !... Je te revois enfin !...
Chacun admire, o jour prospère !
Et tous les cœurs sont attendris.
Il est dans les bras de sa mère,
Elle est dans les bras de son fils. »

22Le choix du poète amateur est finalement motivé par la longévité exceptionnelle de ses héros : Poidevin a 80 ans et sa mère est centenaire, ce qui n’a pas grand rapport avec l’esclavage à proprement parler, et c’est Greu2e qui revient de Barbarie... Le Maghreb serait prétexte à l’épanchement sentimental et au larmoiement des foules ? Nous ne le croyons pas : si la Turquie et la Perse peuvent faire rêver un public assez large, en quête de dépaysement, il ne peut en être de même avec l’Afrique du Nord. Le Maghreb fait encore pleurer ou trembler dans les chaumières, parce que l’esclavage est encore bien présent dans les esprits.

Récits de captifs et aventures exotiques

  • 39 G. Turbet-Delof, op. cit., p. 288-289, estime que La Tradition eut au moins huit éditions au XVIIIe (...)
  • 40 A.D.S.M., 37H 1 à 7 (doc. relatifs à la fondation du couvent en 1661, à ses biens, et aux fondation (...)

23Or, Rouen fut, avec Paris, l’un des grands centres d’édition des textes des pères Rédempteurs. L’un des plus connus au XVIIIe siècle, La Tradition de l’Église dans le soulagement ou le rachat des esclaves de Philémon de La Motte, a été publiée pour la première fois à Rouen, en 1703, à la suite d’un État des Royaumes de Barbarie, par les Pères Godefroy, Comelin et Ph.de La Motte39. Il y est réédité, dans une version augmentée, en 1714, chez le même imprimeur (G. Béhourt), cette fois à la suite de l’Histoire du règne de Mouley Ismaël, du R. P. Busnot, une autre fois en 1731, par P. Machuel, avec la quatrième édition des Royaumes de Barbarie. Cet inventaire incomplet indique l’importance de Rouen pour la publication de ce type d’ouvrages dans la première moitié du XVIIIe siècle. Certes, tous les récits de captivité n’ont pas été publiés à Rouen, et ceux qui le furent n’étaient pas destinés uniquement au public normand : la tradition d’édition catholique que la ville conserve encore au XVIIIe siècle pourrait expliquer seule la préférence accordée parfois à ses imprimeurs. Cependant quelques indices semblent confirmer qu’entre cette ville et les Rédempteurs, les liens étaient étroits : p. 107 de son histoire, D. Busnot donne des victimes normandes en exemple de la cruauté de Mouley Ismaël ; Philémon de la Motte résidait ordinairement (et mourut) au couvent des Mathurins de Rouen. Ces derniers avaient aussi dans cette ville, depuis 1732, un hôpital pour les captifs rachetés aux Barbaresques ou aux Turcs40, et sa fondation est peut-être liée à la publication, l’année précédente, de la sixième édition de La Tradition. Rouen enfin, connut plusieurs processions semblables à celle de 1785, au cours du siècle : en 1720, 1724, 1737 et encore en 1766.

  • 41 G. Turbet-delof, op. scit., p. 310.
  • 42 L. Valensi, op. cit., p. 14.
  • 43 Lettres d’un des captifs qui viennent d’être rachetés par MM. Les chanoines de la Sainte-Trinité, s (...)

24Dans la seconde moitié du siècle, l’esclavage se raréfiant, les relations de captifs sont moins nombreuses et plus controuvées41, mais cela ne signifie pas que leur popularité ait diminué ; au contraire, le public reste attaché à ces récits de course et de piraterie, d’esclavage et de malheurs des chrétiens42. L’influence des Rédempteurs est ainsi nettement perceptible dans l’imaginaire des haut-normands, dans leur cérémonie de 1785 ou dans le drame de Bernardin de Saint-Pierre. Les Lettres de 178543 décrivent par exemple (p. 70-71), dans le palais du roi du Maroc, « une tour, au haut de laquelle est une verge de fer où sont enfilées trois pommes d’or », qui deviennent, chez Bernardin de Saint-Pierre (acte Y scène 6) les boules d’or de la mosquée d’Abd al Moumen à Marrakech.

  • 44 J. Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux XVIe et XVIIIe siècles », Annales E.S.C (...)
  • 45 L. Valensi, op. cit, p. 64.
  • 46 Il est vrai que le nombre de captifs décroît de décennie en décennie et l’estimation totale peut pa (...)

25Bernardin de Saint-Pierre exagère le nombre de captifs chrétiens, en reprenant les chiffres donnés par D Busnot qui affirme que Mouley Ismaël possédait 5 000 à 6 000 esclaves (p. 169), alors que le total n’était pas de 700 en 1723 au Maroc44. « Depuis la fin du XVIIe siècle, la course privée avait cessé ; les corsaires de Salé avaient été soumis. Et, comme entreprise d’état, la course avait progressivement décliné »45. Mais son souvenir en reste vivace et la peur n’en est pas injustifiée : plus d’un millier de marins normands capturés sont encore capturés au XVIIIe siècle, et dans quelques paroisses de la côte, on prie toujours pour que « Dieu nous garde des Salétains »46. Si les morutiers normands ne sont plus menacés jusque sur les rivages d’Islande, Bernardin de Saint-Pierre lance encore ses pirates marocains jusqu’au nord de l’Europe et en Amérique.

26La Barbarie n’est pas oubliée des Normands de 1785, mais dans un temps où le danger s’efface lentement, la littérature « barbaresque » séduit peut-être aussi par son parfum d’aventures, annonciateur d’un genre à venir, celui du feuilleton ou du roman populaire.

  • 47 Histoire du règne de Mouley Ismaël, p. 181 et suivantes.
  • 48 Voyage pour la Rédemption des captifs, p. 22 etc.

27Dans un chapitre intitulé « De la fuite de quelques Esclaves »47, D. Busnot décrit longuement l’évasion de trois captifs, dont Jean Ladiré de Saint-Valéry-en-Caux et Guillaume Croissant du Havre. Dans une nature hostile et grandiose, remplie de tigres et de lions, les trois évadés rencontrent des « Maures cruels », traversent déserts et précipices, et, la foi aidant, se tirent de situations plus périlleuses les unes que les autres. Chez Philémon de La Motte, le récit est moins viril sans doute, mais plus romanesque : la comtesse et sa mère sont capturées en mer par des pirates puis naufragées et livrées aux pilleurs d’épaves48. Dans les Lettres de 1785, c’est « un jeune et brave militaire » qui est accablé par le malheur, il pleure sur sa captivité et le souvenir de sa bien-aimée Eugénie dont il est séparé. Le sentimentalisme a décidément fait quelques progrès dans les récits des bons pères... Chez Bernardin de Saint-Pierre (acte III, sc. 2) : Empsaël enfant est enlevé à ses parents par de perfides voyageurs chrétiens. Ayant connu lui-même l’esclavage, Empsaël, lorsqu’il se raconte, est loin du cruel geôlier de pauvres captifs chrétiens, de l’archétype du barbare agressif, haineux, dont le seul but est de « préparer aux infidèles de plus grands affronts » (acte III, scène 2). L’inversion des rôles qui fait du barbaresque même le héros d’aventures, vise à dénoncer la soif d’or et le cynisme des Européens, mais elle pouvait sans doute déplaire au public, habitué à une distribution plus conventionnelle.

  • 49 R. Mandrou, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1964.
  • 50 Il évoque par exemple les montagnes du « Rifle » qui « occupent presque toute la Côte depuis Tanger (...)

28Robert Mandrou signalait, « au moment même où les bibliothèques savantes s’enrichissent chaque année de descriptions, de récits de voyages nouveaux qui offrent à la curiosité des lecteurs les mondes nouveaux en cours d’exploration, Canada, Antilles, Amériques, Chine, Afrique », une « indifférence à ces continents neufs, à une évocation même vague, des pays étrangers : ce qui s’étend au-delà des horizons familiers, au-delà de la forêt communale, au-delà du plat pays étalé au pied des remparts, intéresse encore peu parmi les petites gens »49. Indifférence donc, incuriosité si l’on veut, du moins si l’on entend par là absence de désir d’une information sérieuse et si l’on ne tient compte que des ruraux. Mais il y a sans doute aussi la part du rêve et nous ne la croyons pas négligeable. En 1731, l’imprimeur rouennais Pierre Machuel fait le pari que les lettres qu’il publie seront « bien reçues du public. [...] Le Lecteur curieux y trouvera le plaisir de suivre sans péril l’Auteur dans les climats barbares, et d’y remarquer avec lui, leurs lois, leurs coutumes et leurs mœurs ». Gageons que « le plaisir de suivre l’auteur » dans des aventures exotiques l’emportait sur celui de mieux connaître d’autres peuples. Les indications géographiques des récits des Mathurins sont maigres en effet. Dans l’œuvre de Dominique Busnot tout juste servent-elles de cadre au récit des différentes tentatives d’évasion des captifs chrétiens50. Mais ce décor n’est pas à négliger.

Stéréotypes

  • 51 Même Peyssonnel et Poiret font ce constat (D. Brahimi, op. cit., p. 259-264).

29Décor d’aventures exotiques, l’Afrique du nord n’est pas nécessairement repoussante, et l’un des personnages de Bernardin de Saint-Pierre exprime cette idée courante alors que la Barbarie serait agréable... s’il n’y avait pas de Barbaresques ! « Nous sommes au mois de janvier : voyez comme ces dattiers sont verts. Quand le soleil éclaire leur tronc, on les prendrait pour les colonnes d’un temple, et quand la nuit les couvre de leur ombre, et que le ciel brille à travers leurs cimes, on dirait qu’ils portent à la fois des palmes et des étoiles ». Plus tôt, Philémon de La Motte écrivait : « Tous les environs d’Alger, aussi-bien que le coteau qui règne le long de la rade, sont remplis de jardins ou de maisons de campagne, qui forment un paysage fort agréable à la vue ». Mais, et c’est une idée toujours présente aussi, ces contrées fertiles sont mal mises en valeur, par l’incurie de leurs habitants51. Bernardin de Saint-Pierre (acte V, sc. 5) compare ainsi la France au Maroc : « Il n’y a pas comme ici en tout temps un climat chaud et des arbres couverts de verdure. Là règnent de rudes hivers, où la terre se couvre de frimas. Mais on n’y voit pas comme ici des villes sans habitants, des chemins sans voyageurs, des forêts où les arbres fruitiers laissent tomber en vain leurs fruits, des fontaines qui n’abreuvent que des lions. L’homme n’y laisse perdre aucun des bienfaits de la nature. Il y recueille des moissons dans toutes les plaines, et des fruits sur tous les coteaux ». Et les « récits de Barbarie », depuis les lettres des Rédempteurs, contribuent ainsi - justement parce que ce genre d’évasion est populaire - à forger et ancrer toute une série de stéréotypes « pré-coloniaux » - entendons ici : antérieurs à l’impérialisme du XIXe siècle. Autrement dit, que le décor exotique de cette littérature, de fiction, de témoignages plus ou moins controuvés, n’est pas exempt de représentations du monde qui préparent les esprits à la « géopolitique » colonialiste du XIXe siècle.

  • 52 Voyage pour la Rédemption des captifs..., p. 96-97.
  • 53 Royaumes de Barbarie..., p. 163.

30La nécessité d’une exploitation économique raisonnée (ou rationnelle) du monde par l’Europe - en somme un premier « fardeau de l’homme blanc » - est un de ces stéréotypes pré-coloniaux. Un autre est l’anarchie qui régnerait en permanence dans les états barbaresques, souvent en lutte entre eux : ainsi, « le voisinage des Rois de Maroc et de Tunis, dont les États sont peuplés et gouvernés par des Maures, donnent au Dey d’Alger des inquiétudes continuelles ; des sujets d’un côté ayant une profonde vénération pour le Roi de Maroc, qu’ils regardent comme Chérif ; et de l’autre un grand penchant pour se ranger sous la domination du Bey de Tunis où les Maures gouvernent et sont les maîtres absolus »52. Or, « les Algériens, de tout temps se sont attribué un grand air de supériorité sur les Tunisiens », et lorsqu’ils occupent Tunis, ils commettent « tout ce dont des vainqueurs barbares et brutaux sont capables »53.

  • 54 Histoire de Mouley Ismaël, p. 105.
  • 55 Voyage pour la Rédemption, p. 92-93.

31À ces guerres, s’ajoutent les intrigues de palais, fréquemment évoquées : au Maroc le roi « cherche à prolonger par la ruse et la cruauté, un règne qu’il ne peut plus soutenir par la force »54 ; en Alger, « l’on voit de fréquentes et sanglantes révolutions procurées par l’inconstance d’une fière milice, qui souvent ou se rebute de la rigueur, ou abuse de la bonté avec laquelle elle est gouvernée, et qu’il est très-difficile de contenir longtemps dans le devoir »55 ; Philémon évoque ailleurs les têtes coupées que le Bey a fait exposer sur les murailles (Royaumes de Barbarie, p. 122).

  • 56 Ibidem..., p. 95.
  • 57 « À Alger, en effet, la course est affaire d’état. Le beylik est l’armateur principal ; l’oukil d k (...)

32Autre thème développé à l’envi, la décadence de l’autorité ottomane réduite aux villes côtières - Philémon de la Motte signale qu’il est dangereux d’aller en campagne sans bonne escorte56. S’il faut ménager la « Sublime Porte » pour faciliter les négociations de rachat, les rédempteurs ne sont pas aveugles et savent qu’en Alger, l’autorité du sultan n’est plus que nominale, que les beys de Tunis et la dynastie des Karamanli à Tripoli s’affranchissent progressivement de la Porte. Mais ces nouveaux pouvoirs locaux autonomes ont d’autant moins de légitimité (que l’on accordait, au moins pour des raisons diplomatiques, aux Ottomans) que l’étatisation des marines barbaresques au XVIIIe siècle57 rend impossible la reconnaissance d’états pirates (et non plus corsaires au service du Sultan). Il n’y a plus d’État de droit en Barbarie, s’il y en eut jamais aux yeux des Européens.

  • 58 Histoire de Mouley Ismaël, p. 189
  • 59 Voyage pour la Rédemption des captifs..., p. 31. Il s’agit de la grande Kabylie et de la ville de K (...)
  • 60 Voyage pour la Rédemption des captifs..., p. 47-48
  • 61 Ibidem, p. 96-97.
  • 62 Ibidem, p. 99-100.
  • 63 Royaumes de Barbarie, p. 93. L’auteur signale plus loin les bons soins reçus par les Rédempteurs, n (...)

33Or, il y a, enfin, ces guerres tribales constamment rappelées et expliquées par les distinctions entre Turcs, Arabes, « Maures de la Campagne » et « Maures des Montagnes » ou « Cabaïls » en rébellion permanente (Philémon de La Motte), entre Noirs, « Maures des Villes » et « Brèbes » « craintifs », « timides » et moins « féroces » que les autres (Dominique Busnot)58. Différenciation ethnique simpliste, mais qui justifie une certaine curiosité, ainsi celle de Philémon de la Motte pour les Kabyles qui « ne reconnaissent pas la puissance d’Alger », « vivent dans l’indépendance, (...) les montagnes leur servant de remparts »59, n’épargnant pas plus les Turcs que les Chrétiens dans leurs razzias60. Voire une réhabilitation : « Quoiqu’ils portent l’ancien nom de Barbarie, écrit Bernardin de Saint-Pierre, il ne faut pas croire qu’ils soient barbares. Les Arabes y ont apporté les sciences, les arts et la religion. Ce sont d’eux que sont descendus les Maures qui l’habitent aujourd’hui (...) Il y a beaucoup de collèges où l’on enseigne la philosophie d’Aristote, suivant ce que m’en a dit un voyageur instruit qui y a demeuré longtemps. La plupart des médecins turcs et juifs viennent y étudier la médecine des Arabes ainsi que la philosophie ». Ainsi le Maghreb n’est-il plus seulement Barbarie. Philémon de La Motte écrivait déjà en 1700 : « Les Deys d’Alger suivant le génie et les conseils de la République maltraitent les Maures par une étrange politique [...] Ils les tiennent si bas, et les traitent avec tant de hauteur que ces pauvres Esclaves tremblent au seul nom de Turc »61. Et, élargissant son propos, par une analogie intéressante : « Les Grecs, les Arméniens, les Égyptiens, les Arabes et toutes les Nations que le Turc a subjuguées, n’ont plus rien de la valeur de leurs ancêtres anéantis par la fierté des Turcs, et se trouvent réduits dans leur propre pays au même état d’indolence et de pusillanimité que sont les Maures en Barbarie. C’est qu’on les accoutume à respecter dès l’enfance les Turcs qui les dominent, et à souffrir d’eux les soufflets, les crachats, les injures, sans oser répliquer et que la moindre résistance est punie avec la dernière sévérité »62. Ainsi le Maghreb n’est-il plus seulement Barbarie, mais victime du Sultan, avec cette conclusion politique : « Les Mores aimeraient mieux la domination des Chrétiens que celle des Turcs ; et s’ils étaient assurés du libre exercice de leur Religion, ils secoueraient le joug des Turcs »63.

  • 64 Cité par Y. Benot, « Révolution française et “despotisme turc” », in La Révolution Française et le (...)
  • 65 H. Khadar, op. cit., 1996.

34Que notre Rédempteur caresse l’espoir d’une nouvelle croisade n’a rien d’étonnant, mais l’idée d’une intervention militaire a fait son chemin. En 1787 on trouve en vente « À Rouen, chez la veuve Frère, sur le Port », une Vue d’Alger & du bombardement de cette place par la flotte espagnole, aux ordres de Don Barcelo, en Août 1783. Le Journal de Normandie signale que « cette jolie estampe ne peut manquer de piquer la curiosité de l’Amateur. Elle rappelle l’époque intéressante où les Espagnols auraient peut-être dû être secondés par toutes les Puissances de l’Europe pour réprimer & punir les brigandages de ces peuples pirates, qui n’existent que pour les malheurs des autres ». Ces derniers regrets - ils s’expliquent par l’échec des deux expéditions de Don Angelo Barcelo qui fit bombarder Alger, sans grands résultats, en août 1783 et en juillet 1784-ont une signification assez claire : l’idée communément admise (on la trouve aussi chez l’abbé Raynal) de la nécessité d’une intervention militaire d’envergure contre les états Barbaresques. Les Annales Patriotiques de Mercier et Carra, du 9 octobre 1789, posent la question : « Une croisade contre de telles nations ne serait-elle pas plus glorieuse et plus utile que les folles et stupides croisades de nos pères ? »64 L’Abbé Raynal aussi proposait une Ligue de « toutes les puissances maritimes » pour supprimer la piraterie. On parlait toujours de croisade, mais on pensait déjà à la conquête65.

35L’émotion des Normands au retour des captifs en 1785 est plus proche du Moyen Âge, dans la continuité des récits de rédemption, que du Siècle des Lumières et des nouvelles représentations du monde des voyageurs et Philosophes. Faut-il pour autant négliger ces images archaïques ? Nous ne le croyons pas parce qu’elles traduisent d’abord le progrès de l’exotisme dans la culture populaire qui assimile ainsi l’orientalisme de l’élite, la sensibilité romanesque nouvelle, et peut-être aussi (mais c’est beaucoup moins sûr) quelques connaissances, mal éclairées d’ailleurs, sur des contrées lointaines. Entre Philémon de la Motte et Rudyard Kipling, nous croyons qu’à la fin du XVIIIe siècle se produit une rencontre, celle d’un orientalisme de l’élite et d’une sensibilité populaire nouvelle à un exotisme abâtardi, fait à la fois de dérision des vogues de l’élite (pensons à cet Énée parodique des Ordres chinoises en 1799) et d’engouement pour le récit d’aventure. Loin des « Lumières », les Lettres de captifs ont lancé un pont entre la littérature médiévale et le roman d’aventures coloniales dont l’impérialisme du XIXe siècle fournira la matière.

  • 66 Sketches of Alger, political, historical and civil etc., Boston, 1826, in : Journal des voyages, Pa (...)

36La « littérature barbaresque », des Lettres de captifs à nos auteurs normands des années 1780, traduit donc la diffusion d’images assez floues, peu critiques mais finalement nouvelles, de l’Afrique du Nord, et elle justifie par avance, non plus une simple opération de représailles, mais une occupation européenne : l’idée s’impose sans doute que l’intervention militaire en Barbarie libérera des populations opprimées, mais incapables de se passer d’une autorité pour arbitrer les conflits tribaux et organiser, dans l’ordre restauré, la mise en valeur des richesses du pays. D’un côté on réhabilite l’homme du Maghreb, déchu par les Turcs, de l’autre on en fait un mineur à placer en tutelle. Tout cela est certainement diffus dans les représentations mentales du monde par les Français et on ne dira certes pas qu’elles les ont poussés à militer en faveur de la reconstruction de l’empire français après 1815 ; mais ces « stéréotypes précoloniaux » ont peut-être banalisé les idées de conquête et, en somme, immunisé les Français contre l’anti-colonialisme des « Lumières », celui de Volney ou de l’abbé de Pradt après lui. Bien des années après la cérémonie rouennaise de 1785, en 1826, le consul des États-Unis à Alger, William Shaler écrit, avec la lucidité d’un observateur non Européen, que délivrer les Kabyles (ou « Numides ») du joug qui les oppresse serait une bonne œuvre, à condition de ne pas « les transformer en Hindous »66. On connaît la suite...

Notes

1 Une partie de cet article a été présentée, sous le titre : « Le monde barbaresque vu de vu de Normandie à la fin de l’Ancien Régime : Des Lettres de captifs aux stéréotypes précoloniaux », au Congrès d’Histoire de Tunis, Conquête, Colonisation, résistance en Méditerranée : la restructuration des espaces politiques, culturels et sociaux (26-28 novembre 1998), actes à paraître.

2 G. Vannier, « Les Le Gendre. Thomas Le Gendre le jeune (1638-1706) », Bulletin de la Société d’É mutation, 1950.

3 Publié à Paris en 1724. Voir I. Demol, « Les voyages en Orient à l’époque moderne d’après les fonds de la B.M. de Rouen, essai de classification », mém. de maîtrise sous la dir. de G. Martinez, Univ. de Rouen, 1995.

4 É. Wauters, « Le Journal de Normandie (1785-1789), l’étranger et l’Outremer : les horizons géographiques d’un journal de province à la veille de la révolution », Annales de Normandie, no 3, Septembre 1995, p. 301-325 ; E. Nicolas, « Normandie et Barbarie. Les représentations normandes des états barbaresques au XVIIIe siècle », mémoire de maîtrise sous la dir. d’É. Wauters, Université du Havre, octobre 1998.

5 La liste des captifs libérés dans le Voyage dans les états barbaresques... ou Lettres d’un des captifs qui viennent d’être rachetés par M.M. les chanoines réguliers de la Sainte Trinité, Paris, Guillot, 1785, contient les noms de 12 Normands (sur 313), avec leur âge, le nombre de leurs années de captivité et leur paroisse d’origine. Un seul, Bonnet est rouennais (paroisse de Saint Martin sur Renelle), alors que le journal en signale deux. Il annonce aussi que la procession aura lieu le 20 ou le 21 octobre, mais elle fut retardée sans doute et nous avons indiqué les dates données par N. Périaux, Histoire de la ville de Rouen, 1874, p. 600.

6 Ainsi : Le Français captif d’Alger, de retour en sa patrie etc..., par Conjon, Journal de Normandie, 1788, p. 135.

7 « Le Rachat des Captifs par les Religieux de la Merci, appelés aussi Mathurins » (no d’inv. S.R. 47) se trouvait dans le couvent des Mathurins de Rouen, avant la création du Musée. Il n’est plus exposé aujourd’hui.

8 Cette pièce ne sera publiée qu’en 1905 par Maurice Souriau… L’édition au quelle il sera fait référence est Bernardin de Saint-Pierre, Empsaël et Zora ïde ou les blancs esclaves des noirs à Maroc, présentation de Roger Little, Exeter, University of Exeter Press, 1995, 154 pages + XXXII.

9 Voir sur cette question M. Dorigny (éd.), Les abolitions de l’esclavage. De L.F. Santhonax à V. Schoelcher, 1793-1794-1848, Actes du colloque international. Un. de Paris VIII (février 1994), P.U. Vincennes, 1995, en particulier la contribution J. Ehrard, « L’esclavage devant la conscience morale des Lumières françaises. Indifférence, gêne, révolte ». Sur les Normands et l’esclavage, voir également la remarquable synthèse de L. Maquerlot, « L’opinion publique à Rouen et au Havre face aux questions de l’abolition de l’esclavage et de la traite des Noirs, 1783-1794 », mémoire de Maîtrise sous la dir. de M. Zylberberg, Université de Rouen, 1997 (un résumé en a été présenté par Claude Mazauric au Congrès des Sociétés savantes de 1998, actes à paraître).

10 É. Wauters, « Un homme de lettres engagé : Jean-Baptiste Milcent (1747-1832) », dans Sur la Révolution : approches plurielles. Mélanges offerts à Michel Vovelle, Société d’Etudes Robespierristes, Paris, 1997, pp. 343-354.

11 1786 (voir le 25 octobre), 1788 (p. 370). On lit, dans la description d’Alexandrie, qu’on trouve partout « cette foule immonde de chiens errants dans les rues et ces espèces de fantômes ambulants, qui sous une draperie d’une seule pièce, ne montrent d’humains que deux yeux de femme ». Mais un Voyage en Turquie et en Egypte en 1784, anonyme, est jugé peu sérieux (16 mai 1789).

12 Ou Extraits des voyages les plus récents dans les quatre parties du monde, tome 1, Paris, 1821.

13 Distribué sur toute la Normandie (d’après ses bureaux de souscription), le journal ne se vendait guère dans sa partie occidentale d’après les nouvelles qu’il donnait de la province et les lettres des abonnés qui, pour moitié venaient d’un rayon de 40 km autour de Rouen, pour 85 % à l’est de Caen et au nord d’Évreux (É. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, C.T.H.S., 1993).

14 D. Brahimi, Voyageurs français du XVIIIe siècle en Barbarie, Paris, 1976.

15 Grand dictionnaire historique ou mélange curieux de l’Histoire sacrée et profane, Lyon, chez Girin et Rivière, 1674. Moréri était docteur en théologie. Selon G. Turbet-delof, L’Afrique Barbaresque dans la littérature française aux XVIe et XVIIe siècles, Genève, 1973, il est réédité en 1681, 1683, 1687, 1688, 1694, 1698, 1699, 1702, 1704, 1707, 1717, 1714, etc... avec des améliorations relativement minces.

16 L. Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger (1790-1830), Paris, 1969, p. 12.

17 Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi, en 1724 et 1725 par Jean-André Peyssonnel, Paris, De Gide (également imprimeur des Annales des Voyages), 1838. Les Fragments d’un voyage dans les Régences de Tunis et d’Alger, fait de 1783 à 1786, de Louis-René Desfontaines connaissent le même destin.

18 Sur ce texte, voir H. Khadar, « La description de l’Afrique dans l’Histoire des deux Indes », Studies on Voltaire and the eighteenth century, 333, 1996, p. 153.

19 Par M. Émerit, Revue Tunisienne, no 3 et 4.

20 Sur ce personnage, Charles-François Dubois-Thainville, 1757-1818, né à Reux près Pont L’Évêque,.voir Bonnet de la Tour (Général), « Dubois-Thainville, jacobin, agent au Levant, Consul à Alger », Le Pays d’Auge, janvier 1968 : p. 21-24, mars 1968 : p. 27-31, mai 1968 : p. 28-30, juillet 1968 : p. 27-30, sept. 1968 : p. 27-30.

21 Par G. Esquer dans la « Collection de Documents Inédits », Paris, Champion.

22 Voyage en Barbarie ou Lettres écrites de l’ancienne Numidie, pendant les années 1785 et 1786, sur la Religion, les coutumes et les Moeurs des Maures et Arabes Bédouins, avec un essai sur l’Histoire Naturelle de ce Pays, Paris, J.-B.-F. Née de la Rochelle, 1789.

23 D. Brahimi, op. cit., p. 85.

24 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger avec l’état présent de son gouvernement, de ses forces de terre et de mer, de ses revenus, police, justice, politique et commerce, Amsterdam, H. du Sauzet, 1725. Son nom disparaît parfois des éditions successives. Sur les variations du titre, voir D. Urvoy, « G. Gorani ; un révolutionnaire théoricien de la colonisation du Maghreb », dans H. Khadar (éd.), La Révolution Française et le monde ; arabo-musulman (Actes du colloque international de Tunis, 9-11 nov. 1989), Société Tunisienne d’étude du XVIIIe siècle Tunis 1991, p. 122.

25 A complete History of Algiers, to which if Prefixed and Epitome of the General History of Barbary, Londres chez Bettesworth and Hitch, 1731.

26 L’éditeur précise : « traduit de l’anglais » !

27 Barbarie occidentale ou récit abrégé des révolutions de Fez et de Maroc, avec un détail des coutumes sacrées, civiles et domestiques de ces deux royaumes. L’ouvrage de Thomas Shaw (Oxford, 1738) fut traduit en français à La Haye chez J. Neaulmes en 1743 sous le titre : Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant.

28 Journal de Rouen, 1789, p. 43 et p. 164.

29 Bibliothèque orientale, ou dictionnaire universel contenant généralement tout ce qui regarde la connaissance des peuples de l’Orient de Barthelemy d’Herbelot de Molainville, Paris, Compagnie des Libraires, 1697. L’ouvrage que Bernardin de Saint-Pierre mentionne acte II, scène 11, est l’édition de 1781-1783 à Paris, chez Moutard.

30 Description des pays de l’Afrique, de l’Égypte, de la Barbarie, de la Lybie, du Biledulgerid, de la Nigritie, de la Guinée, de l’Éthiopie, de l’Abyssinie, Amsterdam, 1668, traduction française à Amsterdam, 1686.

31 Histoire des chérifs et des royaumes de Maroc, de Fez, de Tarudent, et autres provinces traduit de l’espagnol et publié à Paris par Thomas Jolly en 1667.

32 Relation de la captivité du seigneur Mouette dans les royaumes de Fez et de Maroc, Paris, J. Cochart, 1683. Germain Mouette avait été racheté en 1681 après onze ans de captivité au Maroc. Acte IV, scène 1.

33 Relation en forme de journal de voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes de Maroc et d’Alger pendant les années 1723, 1724 et 1723, de Jean de la Faye, Denis Mackar, Augustin d’Arcisas et Henry Le Roy, Paris, L. Sevestre, 1726. Acte V, scène 6.

34 Traduction et publication par Perrot d’Ablancourt, Paris, 1667. Acte V, scène 5.

35 Acte I, sc. 4 et acte II, sc. 10. On pense, bien sûr, à L’enlèvement au sérail de 1782. Empsaël et Zoraïde est pourtant la moins exotique de ses œuvres, selon Roger Little, op. cit., p. XIII.

36 État des Royaumes de Barbarie..., op. cit., p. 57-58.

37 Ibidem, p. 200-204.

38 Par Le Pesqueur de Conjon, Journal de Normandie, 1788, p. 135.

39 G. Turbet-Delof, op. cit., p. 288-289, estime que La Tradition eut au moins huit éditions au XVIIIe siècle.

40 A.D.S.M., 37H 1 à 7 (doc. relatifs à la fondation du couvent en 1661, à ses biens, et aux fondations de messe).

41 G. Turbet-delof, op. scit., p. 310.

42 L. Valensi, op. cit., p. 14.

43 Lettres d’un des captifs qui viennent d’être rachetés par MM. Les chanoines de la Sainte-Trinité, suivies d’unenotice sur leur rachat, et du catalogue de leurs noms, Paris, Guillot, 1785.

44 J. Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux XVIe et XVIIIe siècles », Annales E.S.C., 2e trim. 1954, p. 157-164.

45 L. Valensi, op. cit, p. 64.

46 Il est vrai que le nombre de captifs décroît de décennie en décennie et l’estimation totale peut paraître trompeuse. Nous devons ces informations à André Zysberg. Qu’il en soit ici chaleureusement remercié.

47 Histoire du règne de Mouley Ismaël, p. 181 et suivantes.

48 Voyage pour la Rédemption des captifs, p. 22 etc.

49 R. Mandrou, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1964.

50 Il évoque par exemple les montagnes du « Rifle » qui « occupent presque toute la Côte depuis Tanger jusqu’à Alger » (Histoire du règne de Mouley Ismaël, p. 199).

51 Même Peyssonnel et Poiret font ce constat (D. Brahimi, op. cit., p. 259-264).

52 Voyage pour la Rédemption des captifs..., p. 96-97.

53 Royaumes de Barbarie..., p. 163.

54 Histoire de Mouley Ismaël, p. 105.

55 Voyage pour la Rédemption, p. 92-93.

56 Ibidem..., p. 95.

57 « À Alger, en effet, la course est affaire d’état. Le beylik est l’armateur principal ; l’oukil d kharadj, ministre de la marine, ne lance qu’un bâtiment, point d’autre armateur » (L. Valensi, op. cit., p. 64). Les bagnes de l’état forment dès lors la plus importante quantité des captifs chrétiens (J. Monlaü, Les États Barbaresques, Paris, P.U.F, 1964, p. 97).

58 Histoire de Mouley Ismaël, p. 189

59 Voyage pour la Rédemption des captifs..., p. 31. Il s’agit de la grande Kabylie et de la ville de Kouko. D. Brahimi souligne ici l’étymologie plaisante qui est donnée du mot Cabaïls « qui veut dire gens de Cabale, ou révoltés », op. cit., p. 280.

60 Voyage pour la Rédemption des captifs..., p. 47-48

61 Ibidem, p. 96-97.

62 Ibidem, p. 99-100.

63 Royaumes de Barbarie, p. 93. L’auteur signale plus loin les bons soins reçus par les Rédempteurs, non loin de Carthage, quand on sut qu’ils étaient français (p. 201).

64 Cité par Y. Benot, « Révolution française et “despotisme turc” », in La Révolution Française et le monde arabo-musulman, op. cit., p. 223-229.

65 H. Khadar, op. cit., 1996.

66 Sketches of Alger, political, historical and civil etc., Boston, 1826, in : Journal des voyages, Paris, t. 35, août 1826, p. 158.

Table des illustrations

Titre Type d’articles sur l’Orient dans le Journal de Normandie (1785-1789)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search