Version classiqueVersion mobile

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Deuxième partie. La Tunisie entre barbarie et levant

L’Algérie au siècle des Lumières1

Isabelle Coatanhay-Meyer

Texte intégral

  • 1 Cet article est tiré d’un mémoire de D.E.A. : « La vision de l’Algérie par la France au XVIIIe sièc (...)

1La Régence d’Alger, à l’extrémité occidentale de l’Empire ottoman, n’a jamais constitué, malgré sa proximité avec la France, la vitrine de l’exotisme oriental. La connaissance de l’Algérie par la France au XVIIIe siècle présente une singularité qui se fonde essentiellement sur le regard d’hommes qui y ont séjourné pour des périodes plus ou moins longues selon leurs activités. Qui sont ces hommes ? Pourquoi partent-ils ? Comment les connaissons-nous ?

2Le contrôle systématique de chaque départ pour le Levant par la chambre de commerce de Marseille permet de connaître précisément tous les Occidentaux qui ont voyagé en Algérie. Les Occidentaux qui s’y rendent pour une période assez longue, résident principalement à Alger ou dans les lieux d’échanges commerciaux, car la circulation sur le territoire de la Régence est surveillée. Les Français vivant dans les Échelles du Levant et de Barbarie sont juridiquement dénommés par le terme de nation. Ce terme désigne le consul, les négociants, les régisseurs, les facteurs et les commis de l’Échelle.

  • 2 Conventions qui réglaient les droits des Chrétiens dans les pays musulmans.

3Les représentants de l’activité commerciale occidentale à Alger ont laissé des témoignages lacunaires sur la Régence d’Alger du XVIIIe siècle. Leur correspondance traite uniquement de leurs affaires. Les seules indications directes de leurs relations avec les représentants ottomans sont, en quelque sorte, des notes de frais, assorties des réprimandes de la chambre de commerce de Marseille concernant les frais excessifs. Directement lié à la fonction commerciale, le consul doit obliger les marchands à se conformer aux règlements et faire respecter les Capitulations2 par le Dey. Le consul informe ensuite la chambre de commerce de Marseille des événements principaux qui se déroulent à Alger.

  • 3 E. Plantet, « Les consul de France avant la conquête, 1759-1830 », extrait des Études, Paris, 1930, (...)

4Le consulat d’Alger n’est pas un poste très recherché3, et les critères de sélection sont mal connus. Certaines familles, comme les Clairambault, Lemaire ou Vallière, apparaissent de manière récurrente dans la liste du personnel diplomatique d’Alger. De manière générale, ce personnel a déjà une longue habitude de la vie dans les Echelles lorsqu’il arrive à Alger. La faiblesse des témoignages du personnel diplomatique français reflète leurs conditions de vie très difficiles, dues à leurs médiocres appointements qui les plaçaient, matériellement, au dernier rang des consulats des nations représentées à Alger.

  • 4 A. Devoulx, « Relevé des principaux Français qui ont résidé à Alger de 1686 à 1830 », dans Revue Af (...)
  • 5 A. Devoulx, Les archives du consulat de France à Alger, 1865, p. 32. Il s’agissait ainsi de limiter (...)

5Paradoxalement, il est intéressant de relever que l’ordonnance royale du 21 mars 1731 limite à dix ans la durée de résidence des sujets français dans les Échelles du Levant et de Barbarie. L’exemple de Thomas Natoire illustre cette ordonnance4. Natoire arrive à Alger comme chancelier du consulat de France en 1718, où il reste jusque 1733 et se livre parallèlement à des activités commerciales ; il choisit de rester à Alger une année supplémentaire avant d’être rappelé par le roi en France, Natoire tentera sa chance en Algérie à nouveau à partir de 1737. Certains Français savaient profiter des avantages commerciaux et souhaitaient s’établir longuement en Algérie dans une position de quasi-monopole. Un enregistrement du 26 février 17315 recoupe cette ordonnance en interdisant aux « maistres ou pastrons » de laisser des mousses en Barbarie sous peine d’une amende de 300 livres.

6Très peu de Français vivent à Alger, d’après un dénombrement effectué en 1769, la nation française au grand complet comprend... 16 personnes. C’est l’effectif le plus faible relevé en Barbarie : à Tunis vivent 49 Français, mais l’implantation dans les Échelles de Barbarie est d’une manière générale beaucoup moins dense qu’au Levant.

  • 6 J. Gaulmier, « Une grande figure oubliée : Venture de Paradis », dans Autour du romantisme, de Voln (...)

7Certains membres du personnel consulaire ont laissé des mémoires sur Alger comme J. M. Venture de Paradis qui, après une très longue carrière d’interprète au Levant est chargé par La Luzerne, secrétaire d’État à la Marine, de se rendre à Alger « pour y coopérer au succès d’une négociation qui intéressait la tranquillité du commerce »6. Cette mission retient Venture de Paradis à Alger de 1788 à 1790, ses notes décrivent précisément Alger, et s’apparentent à une relation de voyage.

  • 7 A. Berbrugger, « Un consul à Alger au XVIIIe siècle : Bruce », Revue Africaine, tome 6, p. 335-336.
  • 8 Oran et/’ouest algérien au XVIIIe siècle d’après le rapport Aramburu, présentation et traduction pa (...)

8D’autres témoins peuvent être cités dans le corps consulaire européen. Bruce, par exemple, fut consul d’Angleterre à Alger de 1763 à 1765, une expérience unique dans sa vie de voyageur. Alger fut le point de départ de ses futures expéditions et il a essayé d’apprendre l’arabe, qu’il se vantait de maîtriser ; ses écrits le démentent7. Les gouverneurs d’Oran Joseph Vallejo (de 1733 à 1738) et Joseph de Aramburu (de 1738 à 1742)8 ont rédigé des rapports sur la région. Oran constitue une enclave espagnole en Algérie où vit une garnison coupée du reste du monde. Ces témoignages, directement commandés par leur poste, sont les seuls sur la région d’Oran au XVIIIe siècle. Les Espagnols hésitaient à conserver cette enclave.

9Les consuls de France ne sont pas obligés de rédiger un rapport, seule leur correspondance rend compte de leurs entrevues avec le Dey, des affaires de la nation, et dans les premiers mois qui suivent leur nomination des remarques d’ordre général apparaissent sur la ville et ses habitants. Ensuite la difficulté de leur mission occultait les remarques sur la Régence pour faire place aux plaintes et réclamations adressées à la chambre de commerce de Marseille. Seul le consul J.-B. Guyot de Kercy, qui a été vice-consul, puis consul dans plusieurs Échelles du Levant, puis à Alger en 1781, avant de terminer sa carrière consulaire en Europe, laisse un mémoire sur Alger où il s’attache à démontrer une seule chose : la nécessité de détruire la cité.

  • 9 E. Plantet, Correspondance des deys d’Alger avec la cour de France, 1759-1833, Paris, 1889, p. 89.

10Certains membres du personnel diplomatique sont envoyés à Alger pour des missions d’inspection extraordinaires commandités par les ministères des affaires étrangères et de la marine. Parmi ceux-ci deux mémoires peuvent être cités : celui de Benoît Maillet et celui du baron de Tott9. L’inspection du baron de Tott, à la fin du XVIIIe siècle, a donné lieu à un mémoire détaillé sur l’organisation des Échelles et le fonctionnement des affaires françaises. Dans le même esprit, le travail de cartographie menée par les officiers de Duguay-Trouin en 1735, lors d’une expédition d’intimidation militaire, offre un aspect descriptif des côtes de la Régence.

11Ces témoignages d’hommes du XVIIIe siècle sur Alger n’ont touché qu’un très faible nombre de lecteurs contemporains, mais ils méritent d’être examinés.

12Incontestablement, au XVIIIe siècle, les Français les mieux renseignés sur Alger sont les Marseillais, et plus exactement la chambre de commerce de Marseille qui centralise en France toutes les informations sur la Régence. Les autres destinataires sont les ministres de la marine et des affaires étrangères. Ces résidents permanents à Alger ont une vision de l’Algérie qui ne concerne que les dirigeants et ceux qui organisent la vie dans les Échelles. La teneur de ces documents est donc essentiellement politique.

13Les lettres circulaient soit gratuitement par la voie maritime organisée par la chambre de commerce de Marseille, et de manière risquée, soit de façon plus fiable mais onéreuse par la voie terrestre qui transite par Vienne. La correspondance est un dialogue entre le témoin à Alger qui rapporte les faits et ceux qui peuvent prendre des décisions. Lorsque ces échanges épistolaires évoquent ou réclament une intervention militaire française, ni Marseille ni Versailles n’y répondent.

  • 10 Voir la lettre d’une mère de marin adressée à la chambre de commerce de Marseille, citée par Charle (...)

14Parmi les sujets d’ordre diplomatique, un d’entre eux est constant : i1 s’agit des négociations pour la libération des captifs. Au XVIIe siècle, en Méditerranée, chaque bateau croisé laissait craindre un abordage et la saisie du bateau, des marchandises transportées et des hommes. Une évolution apparaît au XVIIIe siècle, avec l’affaiblissement de l’organisation maritime de la Régence d’Alger et les intimidations françaises. Toutefois, même s’ils sont moins nombreux qu’aux siècles précédents, des hommes, d’origines sociales diverses, se retrouvent à Alger au XVIIIe siècle sans l’avoir décidé et pour une période indéterminée. Les premiers concernés sont les hommes d’équipage. Ils sont conscients des risques, mais le trafic maritime en Méditerranée est trop important pour être bloqué par les pirates algériens. Les familles étaient souvent inquiètes10.

15À la différence des captifs retenus au Maroc, ceux d’Alger ne sont pas la propriété de l’État. Ils sont achetés par des particuliers. L’acquisition d’un Chrétien est, dans la Régence d’Alger, un investissement. En effet, il était interdit aux captifs de se convertir à la religion musulmane : devenus renégats (et donc intégrés à la société orientale), ils auraient perdu leur valeur pécuniaire. L’achat d’un captif chrétien était une opération commerciale.

  • 11 Pananti, Relation d’un séjour à Alger, traduit de l’anglais par Blaquière, Paris, 1820.
  • 12 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat, esclave et ministre d’un bey d’Afrique au XVIIIe siècle », (...)
  • 13 Voir mémoire adressé à Talleyrand intitulé « Coup d’œil sur la Régence d’Alger », cité par M. Émeri (...)
  • 14 M. Émerit, Ibid., p. 147.
  • 15 Ibid.. p. 144.

16Les captifs vivaient en immersion totale dans la vie familiale et quotidienne de l’Algérie du XVIIIe siècle. Ce sont donc des témoins de premier ordre. Parmi ceux qui ont laissé un récit de leur détention, les relations d’un Français, Thédenat, et d’un Toscan, Pananti, sont à noter. Parti d’Angleterre, et passé par l’Espagne, Pananti11 se dirige vers Tunis lorsqu’il est capturé par les Algériens. Thédenat12 constitue un exemple exceptionnel : acheté par le bey de Mascara, il est resté trois ans et sept mois sur le territoire algérien en tant que kasnadar, c’est-à-dire intendant du bey de 1’ouest, et cette fonction l’a placé à un poste d’observation inespéré pour un Chrétien à cette époque. Même si Thédenat a tenté un écrit à vocation diplomatique13, il a, avant tout, cherché à comprendre la Régence d’Alger, et sa connaissance de l’espagnol, de l’italien et de l’arabe l’ont aidé dans cette démarche. M. Émerit apparente le style de Thédenat à celui des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, une œuvre dont il a sans doute eu connaissance. Son instruction religieuse transparaît également dans sa relation14. Le bey ne l’ayant pas acquis dans un but financier, il fut difficile de racheter Thédenat15.

  • 16 D’après A. Sacerdoti, « L’esclavage chrétien en Barbarie au XVIIIe siècle », Revue Africaine, t. 93 (...)

17Les témoignages de Pananti et de Thédenat prouvent que les captifs ont un champ d’observation limité. Le second, même s’il a ouvert d’autres horizons algériens à la connaissance française, n’a plus côtoyé Alger et n’a pas vécu sa captivité dans les mêmes conditions que les autres captifs dont l’état des connaissances sur l’Algérie se limitait à des suppositions. Plus nombreux en Alger, les Européens du XVIIe siècle ont laissé une production littéraire qui n’est guère plus étendue, comparativement. Les pères rédempteurs venus négocier les rachats, captif par captif, résident à Alger de façon ponctuelle. Y sont présents aussi les religieux attachés au service des nations occidentales. Par exemple, le père lazariste Théodore Groiselle16, vicaire apostolique d’Alger et de Tunis et rattaché à la nation française, est resté célèbre par ses interventions dans les affaires de la nation.

18Des listes détaillées répertorient ces captifs avec leurs noms.

19Des listes soigneusement tenues par les religieux répertorient ces captifs avec leurs noms, leur origine géographique et sociale, et la durée de leur captivité. La correspondance des consuls, qui les mentionnent quelquefois, ne donne pas plus d’informations sur ces hommes. Exceptionnellement, de retour au pays, ces captifs rédigent le récit de leurs aventures. Tous ne sont pas en mesure de le faire : la majorité d’entre eux n’ont pas la capacité de s’exprimer par écrit. Néanmoins, lorsque ces témoignages existent, qu’ils ont été retrouvés, et, dans le meilleur des cas, publiés, ils représentent une source primordiale de la connaissance de l’Algérie. Le cas de Thédenat le démontre. La majeure partie des informations sur l’Algérie concerne majoritairement deux centres géographiques : la partie orientale où on trouve les commerçants de la compagnie d’Afrique qui peuvent héberger les Occidentaux, et les ports de la côte où débarquent les Européens qui ne s’avancent pas plus dans l’intérieur des terres. Or Thédenat se retrouve attaché au bey de l’ouest et son témoignage est unique.

20Après les résidents plus ou moins permanents à Alger, il faut maintenant passer en revue les voyageurs qui ont livré leur expérience personnelle ou, au moins, fixé par écrit leurs réflexions sur la Régence. Ce groupe d’hommes, minoritaire, est le mieux connu.

21Les voyageurs sont limités par le temps, et paradoxalement ils doivent recueillir les informations les plus complètes. Ils arrivent en Algérie avec, pour principale référence, les valeurs du siècle dont ils sont issus et leur mode de vie occidental. D’origines sociales diverses, ils ont également reçu des formations intellectuelles différentes ; mais ils ont tous bénéficié d’une certaine instruction et ont en partage les idées de leur temps. Enfin, voyager coûte cher, et à moins d’être fortuné, un soutien financier s’impose. Le « mécène » a alors un droit de regard sur le voyage dont il assume les frais.

  • 17 M. Canard, « Une description de la côte barbaresque au XVIIIe siècle par un officier de la marine r (...)

22Les principaux voyageurs sont cinq Français : Peyssonnel, Desfontaines, l’abbé Poiret, Charles Marie de la Condamine et son secrétaire Tollot, un Hollandais : Laugier de Tassy, un Anglais : Shaw, et un russe : M. G. Kokovtsov17 dont on ne sait rien sauf qu’il est officier de la marine. Il profite d’un congé de deux mois lors de l’été 1777 pour visiter l’Afrique du Nord, et il est le seul à revendiquer le titre de touriste. Mais le voyage de ce premier témoin slave coïncide avec l’apparition de la marine russe en Méditerranée. De cet infime nombre d’hommes - dont deux seulement sont publiés au XVIIIe siècle-viennent nos principales informations sur l’Algérie.

23Le but du voyage de la Condamine était exclusivement lié aux observations astronomiques, mais il a, tout comme son secrétaire, laissé des notes de voyage sur l’Algérie.

  • 18 L’abbé Bignon : conseiller d’État, bibliothécaire du roi et membre de l’Académie des Sciences et de (...)

24Jean André Peyssonnel est né en 1694 à Marseille. Il est issu d’une famille noble du Dauphiné, médecins de pères en fils et installée en Provence. Son frère est consul de France à Smyrne. J. A. Peyssonnel ne déroge pas à la tradition familiale : il est médecin et naturaliste. Avant tout provençal, il pense en provençal et se traduit en français pour écrire. Il n’a pas approfondi l’étude des écrivains classiques et s’est consacré à la lecture des naturalistes de son époque, qui rédigeaient encore en latin. Peyssonnel a déjà voyagé aux Indes Orientales, aux Antilles et le long du Mississippi, destinations en vogue, avant d’aborder la Barbarie par l’Égypte. La mission officielle en Afrique proposée à Peyssonnel en 1724 est décidée à Paris, à l’instigation de Bernard de Jussieu et de l’abbé Bignon18.

  • 19 Édition de Dureau de la Malle, t. 2, Préface, p. viii.

25Dureau de la Malle a publié, en les réunissant, deux des principaux voyageurs en Algérie au XVIIIe siècle : J. A. Peyssonnel et René Louiche Ce dernier, également médecin et naturaliste, proposa à l’Académie des Sciences de partir en Barbarie faire une voyage dont il soulignait l’intérêt scientifique : « aucun naturaliste n’avait visité ces contrées »19. Ce voyage, de soixante ans postérieur à celui de Peyssonnel, fut le seul réalisé par Desfontaines.

  • 20 Abbé Poiret, lettres de Barbarie, rééd. Le Sycomore, Paris, 1980, Lettres 2 et 4.

26L’abbé Poiret a une formation religieuse qui ne semble pas le satisfaire et finalement, il se veut, lui aussi, naturaliste et voyageur. Avant son départ, Poiret est déjà influencé par l’image négative de la Barbarie. Lors de son passage à Marseille il a rencontré plusieurs officiers de la Compagnie d’Afrique, et ces rencontres déterminent sa destination : le comptoir français de La Calle. Or La Calle n’est certainement pas un lieu accueillant, uniquement habité par des négociants français, vivant en vase clos, sans d’autres contacts que ceux venus de la mer. Les femmes n’ont pas le droit d’y résider. Poiret qualifie ses résidents de criminels et de dépravés, et décrit ses alentours « peuplés d’Arabes sanguinaires »20. En préface de sa réédition des lettres de l’abbé Poiret, D. Brahimi lie le départ de Poiret à ses interrogations sur la civilisation, notion qui s’oppose à celle de barbarie : Poiret donc part à la recherche des barbares... en Barbarie.

27Thomas Shaw, chapelain de la Factorerie anglaise à Alger, est à la croisée des trois catégories : il n’appartient pas vraiment au personnel diplomatique anglais, mais il est très proche du consul ; il réside pendant une douzaine d’années à Alger et c’est un religieux qui a participé au rachat des captifs. Mais il est préférable de le classer parmi les voyageurs, car, contrairement à ses confrères des précédentes catégories, il a parcouru les États Barbaresques. À son retour en Angleterre, il a publié sa relation de voyage qui est l’ouvrage clé et monumental sur l’Afrique du Nord pour le XVIIIe siècle. Si T. Shaw n’a pas choisi délibérément de partir pour Alger (il y a été nommé), il bénéficie toutefois d’un atout supplémentaire : il connaît l’hébreu et l’arabe qu’il a utilisé pour annoter sa relation.

  • 21 Voir à ce sujet E. Rouard de Card, Livres fonçais des XVIIe et XVIIIe siècles concernant les États (...)
  • 22 Préface, p. viij.
  • 23 Ibid., p. vij.

28Laugier de Tassy n’offre pas de renseignements précis sur lui-même, et des informations contradictoires à son sujet achèvent de brouiller les pistes21. Son Histoire du Royaume d’Alger, parue en 1725 en Angleterre, est rééditée à Amsterdam en 1727, puis en France en 1757, reprise tout au long du siècle, souvent accompagnée d’autres textes jusqu’en 1830. Dans ces conditions il est difficile d’appréhender les motivations de Laugier de Tassy22, dont le souci principal est de donner une présentation la plus exacte possible de la Régence d’Alger ; il est conscient, comme les autres voyageurs, de l’ignorance de cette région dans les pays occidentaux23. Il fait ainsi un parallèle entre une Amérique éloignée et connue, et une Barbarie proche et ignorée.

  • 24 J. A. Peyssonnel, Voyage dans les R (genres de Tunis et d’Alger, éd. 1987, préface, p. 13. Dans cer (...)

29Ces hommes en quête de réponses les plus élémentaires sur l’Algérie partent très peu de temps, et fournissent pourtant les récits les plus complets. Hormis le cas particulier de Shaw, ces voyageurs restent en Algérie une à deux années. Dans les années 1724-1725, Peyssonnel est tenté de prolonger son voyage vers l’est de l’Algérie, mais lorsqu’il demande des subsides, « on lui répond que le roi ne peut y pourvoir »24. La durée de leur séjour, courte-associée à leur mode de découverte : le voyage à travers le pays, c’est-à-dire une forme itinérante qui ne permet pas d’approfondir chaque élément rencontré - pourrait laisser craindre un résultat superficiel. Or de ces observations dépendent la connaissance de l’Algérie en France au XVIIIe siècle.

  • 25 Desfontaines est mort en 1833.

30Après avoir traversé ces régions, il leur faut fixer sur le papier leurs observations. Peyssonnel et l’abbé Poiret travaillent par voie épistolaire. Ils font part, presque au jour le jour, de la progression de leur voyage à un destinataire, généralement au commanditaire du voyage. Ils rédigent donc sur place leur récit, fragmenté en lettres. Pour Peyssonnel, il n’existe pas de véritable relation de voyage avant la publication de ses lettres par Dureau de la Malle au début du XIXe siècle. Mais il a écrit à plusieurs destinataires, et ses lettres ont circulé dès le XVIIIe siècle. Par contre, l’abbé Poiret publie ses 29 lettres dès son retour en France, accompagnées des « Recherches sur l’histoire naturelle de la Numidie », sous le titre de Voyage en Barbarie, en 1789. Desfontaines, pour sa part, a pris des notes tout au long de son séjour. À son retour en France, il semble avoir eu l’intention de rassembler ses notes afin de rédiger un récit cohérent, mais Dureau de la Malle explique que cette tentative fut empêchée par « un excès de timidité ou de modestie ». D. Brahimi, quant à elle, considère la nomination de Desfontaines, au poste de professeur de botanique au Jardin du Roi, comme le principal obstacle à l’organisation de ses notes en un récit. De plus, Louis XVI, informé régulièrement des progrès de Desfontaines en Afrique du Nord, s’était intéressé à ce voyage, au point de réclamer ses journaux à Desfontaines qui fut ainsi privé de ses sources, sans jamais réussir à les récupérer. Desfontaines fut, comme Peyssonnel, publié par Dureau de la Malle en 1838, mais des extraits de ses notes avaient déjà été publiés, de son vivant25, par le baron Walckenaer, dans les Nouvelles Annales des Voyages.

31Les idées de Peyssonnel ont circulé dans certains milieux. Desfontaines, est devenu célèbre au XVIIIe siècle par son cours de botanique, et par ses recherches dans ce domaine, dont celles effectuées au Maghreb. Seul l’abbé Poiret a donc été publié à la fin du XVIIIe siècle.

  • 26 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Amsterdam, Du Sauget, 1727. Préface, p. I.

32La situation est un peu différente pour Laugier de Tassy et Th. Shaw. Le premier se rend en Algérie en 1725, et en ce début du XVIIIe siècle, et il reste très sensible aux problèmes des corsaires. T. Shaw semble avoir rédigé son récit à son retour en Angleterre, en 1732, et en 1738 est publiée à Oxford la première édition de ses voyages, traduite en français en 1743. Sa relation de voyage se présente comme un répertoire où sont consignés tous les éléments qu’il a pu observer, et son travail démontre un souci d’exactitude et de fidélité, avec des annotations en arabe, de nombreuses citations et illustrations. L’ouvrage ne laisse aucune place à ses appréciations personnelles ou aux aventures qu’il aurait pu vivre. Peut-être est-il difficile de discerner ce que Shaw relate de sa propre expérience de ce qu’il a appris de celle d’autrui. Ni Laugier de Tassy26, ni Shaw n’étaient partis en pensant laisser un témoignage de leur voyage. Ils ont donc rédigé leur récit à leur retour, comme les captifs, et ont été influencés par le style et la forme de toute la littérature de voyage de cette époque.

33Pour étudier maintenant la Régence d’Alger, il faut reprendre le contenu de ces témoignages, sans jamais oublier la personnalité des hommes qui les ont rédigés. La forme de ces récits, relation de voyage, correspondance, journal, détermine un cadre et structure l’organisation des idées. Hormis les correspondances administratives dont le seul but est d’informer les destinataires sur les affaires en cours, ces témoignages souhaitent donner une image précise de l’Algérie en fixant par écrit toutes les scènes observées.

  • 27 Édition de Dureau de la Malle, t. 2, p. 1.

34J. A. Peyssonnel énonce dans sa première lettre, en 1724, les domaines auxquels il va s’intéresser pendant son séjour, l’histoire et la géographie pour situer la Barbarie, les maladies (il est médecin), les manuscrits arabes, médailles et inscriptions qui intéressent en premier lieu l’abbé Bignon, destinataire de ces lettres. Peyssonnel se promet également de faire œuvre de botaniste. En confrontant cet objectif à celui de Desfontaines, des similitudes apparaissent. « Je formai, en 1783, écrit ce dernier, le projet d’un voyage aux côtes de Barbarie pour y faire des observations sur la géographie, les antiquités, les mœurs des habitants, et particulièrement sur l’histoire naturelle. Il me parut d’autant plus intéressant que ces contrées n’avaient été visitées par aucun naturaliste, et que j’étais assuré d’après plusieurs lettres de monsieur de Kercy, consul de France à Alger, qu’il me serait possible de pénétrer à l’intérieur des terres, et de parcourir les Royaumes de Tunis et d’Alger dans presque toute leur étendue, depuis les confins de Tripoli, jusqu’à ceux de Maroc »27. Desfontaines souhaite aussi s’intéresser aux mœurs des habitants, préoccupation nouvelle dans un siècle qui pose les bases de l’ethnologie. Enfin tous les voyageurs partent à la recherche des vestiges de l’Antiquité, motivés par la formation qu’ils ont reçue, et qui repose sur l’enseignement du latin et la quête des valeurs antiques. Généralement, les témoins emportaient les textes des auteurs antiques dont ils s’efforçaient de retrouver les itinéraires. Shaw a, par exemple, décidé de juxtaposer toute cette culture antique à son témoignage.

35Les relations écrites des voyageurs se composent de chapitres qui traitent et sensiblement dans le même ordre, de sujets identiques. Les voyageurs localisent d’abord le pays par sa latitude et sa longitude, puis ils établissent un historique rapide à partir de l’occupation romaine, en s’attardant sur celle-ci, et en excluant la domination arabe. Puis ils tentent une description à tendance géographique du pays, avant de décrire la population et d’en recenser les diverses ethnies. Ensuite sont étudiées les mœurs des habitants, puis l’organisation politique et l’activité économique du pays. En conclusion, les voyageurs évoquent des éléments de vie culturelle ou artistique.

  • 28 La géographie des Philosophes. Géographes et voyageurs au XVIIIe siècle, Lille, 1972.
  • 29 Ibid., Annexe II, p. 697. Extrait de J. -F. Bernard, Essai d’instructions pour voyager utilement…
  • 30 N. Broc, op. cit., Annexe III.

36Au XVIIIe siècle, il existe des méthodes pour mettre en valeur les connaissances acquises au cours des voyages. Ces méthodes proposent un questionnaire auquel le voyageur devra répondre, pour classer dans un ordre cohérent tous les éléments de son voyage, et ainsi permettre à l’éventuel lecteur d’avoir un tableau détaillé répondant à sa curiosité. Numa Broc28 propose en annexes de sa thèse deux exemples de ces méthodes, dont il sélectionne les passages concernant la géographie29. Ainsi, Volney élabore un questionnaire très détaillé, intitulé « Questions de statistique à l’usage des voyageurs », daté de 179530. C’est, avec la fin du siècle, le début de l’essor des sciences, et le but de Volney est de rendre le voyage scientifique.

  • 31 M. Émerit, « Le voyage de La Condamine à Alger (1731) », Revue Africaine, t. 98, 1954, p. 373, lett (...)

37Les rubriques se découpent suivant les occupations du voyageur ; certains ne se sentent toutefois pas capables d’aborder un sujet pourtant nécessaire à la connaissance du pays, comme l’écrit lui-même La Condamine : « Je n’entreprends point de donner ici une idée exacte du gouvernement d’Alger, je n’y ai pas fait un assez long séjour pour m’en instruire parfaitement d’ailleurs, assez d’autres voyageurs se sont étendus sur ce sujet »31...

38Laugier de Tassy insère des récits d’aventures, soi-disant vécues, anecdotes qui doivent stimuler la curiosité des lecteurs, friands de contes et d’exotisme. Guy Turbet-Delof introduit dans sa Bibliographie critique du Maghreb l’apport de ces récits dans la littérature française (p. 13) : « C’est l’histoire de l’idée que les Français se sont faite de la Barbarie [...] Quel besoin, dès lors, de distinguer le fictif du commentaire ? La fiction nous informe au moins autant, sur cette idée là que la relation la plus objective ».

  • 32 Voir Pananti, Relation d’un séjour à Alger, p. 152-154.
  • 33 Shaw, t. 1, chapitre 8, p. 143.
  • 34 Desfontaines, Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, t. II, p. 260.

39Les témoins recherchent l’objectivité dans la géographie descriptive32 (ainsi, celle des hommes, que Shaw organise en tableau33), ou dans les illustrations dessinées sur place soit directement par les voyageurs, soit par l’artiste qui les accompagnait. Bruce ramène des images des principaux monuments d’Afrique du Nord, grâce à son dessinateur, Luigi Balugani, qui utilisait le procédé de la chambre obscure. Les observations des naturalistes sont aussi placées sous le signe de l’objectivité scientifique34.

  • 35 Lucien Chaillou, L’Algérie en 1781, Mémoire du consul C.-Ph. Vallière, p. 1.
  • 36 Peyssonnel, Voyage dans les Régences de Tunis et Alger, rééd. 1987, présentation par. L. Valensi.

40Par contre, l’arrivée à Alger suscite toujours une première impression subjective, comme, par exemple, celle du consul C. Ph. Vallière35 qui en tire d’emblée une des descriptions les plus négatives d’Alger. Vallière avait longtemps vécu au Levant avant d’occuper le poste de consul de France à Alger. Les remarques négatives concernent souvent la domination ottomane ; Peyssonnel note ainsi : « Tous ces Turcs sont ordinairement des gens sans aveu et sans ressources, tirés la plupart de la lie du peuple, ou des proscrits qui fuyant la juste punition de leurs crimes, viennent se réfugier dans ce pays ; d’autres misérables et pauvres, que l’espérance de parvenir aux emplois ou de gagner à la course attire »36.

  • 37 Pananti, op. cit., p. 422. Laugier de Tassy, réédition de 1830. p. viij.
  • 38 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat », op. cit., p. 332.
  • 39 Desfontaines, op. cit., t. 2, p. 23.

41Les appréciations, de Pananti, ou de Laugier de Tassy37, sont directement rattachées à la pensée philosophique du XVIIIe siècle. Les femmes font l’objet de nombreuses études ; leur statut dans le monde musulman intrigue les Occidentaux, notamment Thédenat38. Les remarques concernent généralement la laideur de femmes au teint mat, ou le contraste entre leur beauté dans leur jeunesse et leur vieillissement prématuré. Desfontaines a essayé de comprendre leur condition et souligne leur ignorance du monde occidental39.

  • 40 Réédition de 1830, p. 70.

42Les pratiques religieuses sont aussi observées. D’anciennes coutumes liées au culte des Saints sont pratiquées sur le territoire algérien, et si certains témoins l’ont peu perçu, d’autres l’ont critiqué, comme Laugier de Tassy : « Ils professent la religion mahométane : mais ils l’ont si défigurée, qu’un vrai musulman aurait de la peine à la reconnaître »40.

43Finalement, les témoins Occidentaux se sont beaucoup intéressés au système politique de la Régence d’Alger. Le rapport de Joseph Aramburu donne une image très concise de la région d’Oran, des différentes tribus et des redevances que celles-ci payent, soit aux Espagnols, soit au bey dont elles dépendent. Toutefois le tableau politique de la Régence le plus détaillé et le mieux informé, reste celui de Venture de Paradis. L’étude des systèmes politiques autorise également les appréciations personnelles.

  • 41 p. 33.
  • 42 Ibid., p. 215.
  • 43 Shaw, op.cit., p. 414.
  • 44 Pananti, op. cit., p. 411.
  • 45 Ibid, p. 118.

44Ces jugements subjectifs influencent également l’opinion des lecteurs et véhiculent une certaine image de l’Algérie. L. Valensi, dans la préface de la réédition des voyages de Peyssonnel (1987) indique : « Il formule un discours politique où se dessine en creux son idéal : une sorte de démocratie militaire, égalitaire et contractuelle, où l’intérêt de l’État l’emporterait sur la recherche des honneurs, de la richesse, du nom, et même de la continuité familiale »41. C’est en ce sens que peut être considéré l’avertissement de Peyssonnel à l’abbé Bignon dans sa treizième lettre42. Shaw, après avoir décrit l’organisation de la Régence, s’inquiète de la pérennité du régime algérien43. Les partis pris et les positions de chacun redéfinissent toujours un peu différemment la Régence44. Les témoins en général pratiquent la description d’Alger en calquant leurs observations sur la vie occidentale ; celle de Pananti est à ce sujet très significative45.

45Les premiers lecteurs de ces témoignages sont maintenant à considérer car ils représentent les chaînons initiaux de la diffusion.

  • 46 D’après L. Valensi, dans la préface des Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger, p. 12.

46Les érudits du temps appartiennent souvent à des sociétés savantes ou académies. Divers correspondants sont associés à ces cercles, ce qui permet une diffusion des idées en France et quelquefois aussi en Europe. Peyssonnel est depuis 1723 le correspondant de l’Académie des sciences de Paris, puis de celle de Montpellier46. Le rayonnement, au XVIIIe siècle, du témoignage de Peyssonnel sur le Maghreb s’envisage en considérant les destinataires de ses lettres. Il n’a pas été publié avant 1838, mais ses lettres ont circulé, et l’Anglais Shaw les aurait même eues en sa possession. Mais Peyssonnel et Shaw ont aussi pu se rencontrer à Alger... Par contre, Desfontaines ne semble pas avoir eu connaissance, soixante ans plus tard, du voyage de Peyssonnel. La propagation des témoignages a certainement été limitée à des « réseaux » d’intellectuels, et aussi dans le temps.

47Desfontaines est membre de l’Académie des Sciences, professeur de botanique au jardin du roi, membre de la société d’agriculture de Paris, de l’Académie des Sciences et des belles-lettres de Dijon, de la société de Physique de Gottingue, de la société linéenne de Londres... Le réseau de savants, autour de Desfontaines, est français et européen, et permet de penser que la diffusion de ses idées s’effectue à l’échelle du continent. Néanmoins seuls ses travaux de botanique en Afrique du Nord ont pu avoir une chance d’être divulgués.

48Il s’agit ensuite d’essayer de replacer les principaux témoignages au sein de ces cercles de réflexion. D’abord en recherchant les matières qui suscitent l’intérêt de ces milieux. Au XVIIIe siècle, est entreprise une étude plus approfondie qu’au siècle précédent sur l’Homme dans son aspect physiologique, géographique et historique. C’est bien la démarche des voyageurs en Algérie, et leur témoignage tente d’apporter des réponses. Ils se préoccupent d’élargir les domaines de la connaissance, par le moyen des collections notamment : l’abbé Bignon demandait aux voyageurs, et aux négociants, de lui ramener des pièces et médailles. Finalement, il est très difficile de dissocier les motivations possibles des voyageurs avant leur départ, leurs influences intellectuelles et l’apport de leurs récits de voyage, ceux-ci correspondant en effet généralement aux attentes de ces cercles intellectuels.

49Ce premier réseau de diffusion d’une image de l’Algérie du XVIIIe siècle est extrêmement restreint. Mais c’est un point de départ à la propagation des idées de base pour définir la Régence, reprises dans d’autres ouvrages, de géographie ou de littérature.

50Tous les récits des témoins n’ont pas été publiés au cours du XVIIIe siècle : cela montre le peu d’intérêt porté par la France à la Régence d’Alger. Toutefois les ouvrages concernant l’Afrique en général comportent une partie sur l’Algérie. Une Histoire de l’Afrique et de l’Espagne sous la domination des Arabes est publiée en 1765, par Denis Dominique Cardonne, secrétaire interprète du roi pour les langues orientales. L’auteur utilise les manuscrits arabes de la bibliothèque du roi, et s’appuie sur les historiens arabes, pour bâtir son Histoire, essentiellement centrée sur l’Espagne et qui s’arrête en 1491. Il faut souligner ici une démarche, originale au XVIIIe siècle, pour essayer de retracer une partie de l’histoire de l’Afrique du Nord, après l’Antiquité, sur une période méconnue des Occidentaux.

  • 47 p. 60.

51En 1775, paraît un livre intitulé Anecdotes Africaines qui consacre un chapitre à l’Algérie, et l’auteur anonyme s’arrête en 1724 sur cette explication : « L’histoire d’Alger, depuis cette époque ne nous fournit que des pirateries et des violences »47. L’approche de La Croix, professeur de géographie, avec sa Relation de 1’Afrique ancienne et moderne, éditée à Lyon en 1788 pourrait rejoindre la présentation classique des relations de voyages, or il est difficile de déterminer si La Croix a été un témoin direct ou un simple compilateur. La présentation qu’il fait de l’Algérie concerne le XVIIe siècle, et démontre essentiellement la barbarie des habitants de la Régence.

  • 48 Guillaume-Thomas Raynal, (1713-1796), célèbre par son Histoire philosophique et politique des établ (...)

52Parmi ces compilateurs l’abbé Raynal48 s’est intéressé à l’Afrique du Nord à la fin de sa vie avec l’Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens en Afrique. Il s’agit d’une œuvre posthume, publiée au début du XIXe siècle, en 1811. Cette récidive de l’abbé Raynal, outre la situation géographique, est intéressante car son correcteur pour la Barbarie semble être Venture de Paradis. Les renseignements compilés sont donc vérifiés par un des principaux témoins. L’information étant de seconde main, ces compilations diffusent autrement une image de l’Algérie subordonnée à des déformations.

53Les données de base des témoins alimentent également les articles des dictionnaires et encyclopédies. Le Dictionnaire géographique portatif de Vosgien à la rubrique « Alger, Royaume d’Alger » donne la définition suivante : « Le royaume d’Alger est une espèce de République souveraine sous la protection du Grand Seigneur, qui y a un Pacha ou Vice-Roi qui ne peut rien faire d’important sans le conseil des Janissaires. La justice n’y est pas rigoureuse et il arrive rarement qu’on punisse de mort, si ce n’est pour révolte ou sédition ». Toutefois, cette vision ne rejoint pas celle transmise par les relations de voyage.

  • 49 Lettre à d’Argentai du 20 sept.1756, cité par P. Martino, « Les Arabes dans la comédie et le roman (...)

54Enfin, l’image de l’Algérie est transposée dans l’exotisme littéraire. Un ancien captif, J. F. Regnard écrit à son retour, en 1731, un roman d’amour, La belle Provençale, dont le cadre est Alger ; mais il ne renseigne en rien sur la vie en Algérie. Plus généralement les Français, notamment Molière, utilisent des corsaires barbaresques à la fin des comédies d’amour. Le mot Arabe devient une injure, au même titre que Turc ou Juif. Les Mille et une Nuits sont encore rééditées, mais l’intérêt du public se porte sur d’autres Orientaux, Indiens et Chinois, comme le souligne Voltaire : « Il y aurait beaucoup à travailler pour rendre les côtes de Tunis et d’Alger dignes du pays de Confucius »49.

  • 50 A. Devoulx, Le registre des prises maritimes, p. 2.

55La course barbaresque conditionne les relations commerciales et diplomatiques de la France avec l’Algérie, et doit être traitée séparément. Le phénomène n’est pas exclusivement algérien, il concerne tout le Maghreb. L’organisation algérienne de la course barbaresque est mal cernée en Occident au XVIIIe siècle ; elle est analysée au siècle suivant : « Les déprédations maritimes que les Algériens ont effectuées pendant plusieurs siècles au détriment des petites marines chrétiennes, et quelquefois des grandes, ne sauraient être considérées comme de la piraterie, c’est à dire un fait accidentel commis par quelques particuliers en dehors de toute responsabilité nationale, un vol exécuté sur mer par des malfaiteurs, reniés par leurs compatriotes et aussi désireux d’échapper aux lois de leur propre pays qu’à la vengeance des gens qu’ils dépouillent. Elles étaient toujours le résultat d’une résolution prise officiellement par le gouvernement de la Régence, qu’inspiraient les prescriptions islamiques et des sentiments traditionnels de haine et de mépris contre les Chrétiens »50.

  • 51 Ch. Carrière, Négociants Marseillais au XVIIIe siècle, op. cit., p. 485 : soit 91 prises entre 1700 (...)
  • 52 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat », p. 154.
  • 53 Voir par exemple E. Plantet, Correspondance des deys d’Alger avec la cour de France, p. 142 : Lettr (...)

56Au XVIIIe siècle, la marine algérienne s’essouffle, elle n’a plus les moyens de concurrencer les grandes machines de guerre européennes. Toutefois elle constitue un danger latent en Méditerranée. Selon les données chiffrées, la course barbaresque au XVIIIe siècle n’altère plus vraiment le commerce français en Méditerranée51. Thédenat le confirme dans son témoignage : de 1779 à 1789, la course et le rachat des captifs ne représentent qu’une très faible partie des ressources algériennes. Alger tire alors profit de sa production agricole52. Les témoignages perçoivent différemment cette situation. Le problème de la piraterie est la première préoccupation relevée dans les correspondances administratives et commerciales. Les négociants craignent pour les cargaisons des bateaux53.

57Les religieux persistent à diffuser une image de la captivité des Chrétiens à Alger, mais leur fonction rédemptrice conditionne leurs témoignages. Leurs relations présentent la vie quotidienne des captifs, et incidemment celle des Algériens.

  • 54 Cité par A. Berbrugger, « Voies et moyens du rachat des captifs chrétiens dans les États barbaresqu (...)

58Deux ordres religieux rivaux, fondés au XIIIe siècle sont concernés : l’ordre de la Trinité et l’ordre de Notre Dame de la Merci. Les Trinitaires devaient consacrer au rachat des captifs le tiers de leurs revenus, tandis que les Mercédaires s’y employaient entièrement. Leur objectif était simple : il réunir le plus d’argent possible afin de racheter un maximum de captifs, et donc sensibiliser la population au sort des captifs en Alger. Longtemps, les pères rédempteurs ont parcouru de vastes diocèses en décrivant les conditions de détention des Chrétiens dans les geôles algériennes ; mais les dons ainsi obtenus suffisaient à peine à payer leurs déplacements, et faisaient perdre un temps précieux qui ralentissait les rachats. À partir de 1720, les Trinitaires établirent, à l’instar des Mercédaires, un réseau d’intermédiaires avec les évêques qui avertissaient les paroisses par mandements spéciaux. Les quêtes pouvaient donc s’effectuer simultanément dans plusieurs paroisses, puis le produit de ces quêtes était réuni au siège épiscopal ce qui facilitait la tâche du religieux chargé de récolter les dons, et permettait des rachats rapprochés comme en témoignent ces dates de rédemptions des Trinitaires : 1720, 1721, 1725, 1730 et 173154.

  • 55 Réédition de 1830. Extrait du chap. XXVII, « De la vente des esclaves, de leur traitement et de leu (...)

59Les pères rédempteurs éditaient de petits fascicules de rédemption qui relataient les rachats, et les tortures et mauvais traitements infligés aux esclaves. Les processions de captifs, soigneusement mises en scène, généraient les meilleures aumônes. Une description, par Laugier de Tassy, des préparatifs d’une procession montre le soin des religieux pour sensibiliser la population. « Les captifs sont dans l’usage de laisser croître leur barbe durant tout le temps de leur servitude... La barbe descend à quelques-uns jusqu’à la ceinture, ce qui leur donne un aspect affreux. Leurs libérateurs ne leur permettent point de la couper. Ils veulent qu’elle figure dans la procession solennelle qui se fait à leur arrivée. Tous les esclaves marchent deux à deux avec ces barbes vénérables, et chargés de chaînes qu’ils n’avaient jamais portées auparavant »55. Ainsi est diffusée massivement une image du « barbare ».

  • 56 Peyssonnel, op. cit., p. 216.
  • 57 Histoire des États barbaresques qui exercent la piraterie, 1757, p. iij.
  • 58 Relation d’un séjour à Alger, p. 91.
  • 59 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat », p. 158.

60Les voyageurs, et certains anciens captifs, tentent de rétablir la vérité en décrivant les traitements des esclaves dont ils ont été témoins. Peyssonnel, par exemple, explique qu’il comprend aussi les raisons des religieux, « mais il semble que la vérité doit toujours paraître partout, et qu’on doit exposer le bien comme le mal, sans dire l’un et taire l’autre »56. Laugier de Tassy propose le même avertissement dans sa préface57. Pananti, qui a été lui-même captif, témoigne : « Nous ne fûmes ni pillés, ni insultés ; traitement que beaucoup d’esclaves chrétiens disent avoir essuyé en mettant le pied sur cette terre inhospitalière »58. Et Thédenat confirme cette constatation : « Quant à nous, nous ne fûmes pas aussi maltraités par nos ravisseurs que nous l’aurions cru »59. Néanmoins, il semble peu probable que ces démentis aient pu changer l’image de l’Algérie, diffusée par les religieux à l’ensemble de la population.

61Il reste ici à étudier l’attitude de la France. Tous les témoins ont donné leur avis sur la politique à suivre avec la Régence, et quelques-uns ont adressé des mémoires au gouvernement français, commençant généralement par des références aux bombardements de la Royale au XVIIe siècle, et regrettant qu’aucune mesure militaire d’envergure ne vienne rétablir la sécurité des liaisons maritimes en Méditerranée.

  • 60 Histoire des États barbaresques qui exercent la piraterie, p. 118.
  • 61 M. Émerit, « Le voyage de La Condamine à Alger », op. cit., p. 378.
  • 62 Mémoire cité par Fr.-Charles Roux dans France et Afrique du Nord avant 1830, p. 265-266.

62Laugier de Tassy met en cause la domination ottomane : « Ces deux derniers peuples [Mores et Arabes] sont cependant si opprimés, qu’ils devraient naturellement s’attendre à jouir d’un sort plus doux sous un prince Européen »60. La Condamine souhaite, comme alternative à la piraterie, un « démarrage économique » à l’Algérie61 et Peyssonnel proposait l’acquisition par la France d’un îlot, Tabarque, à des fins commerciales. D’autres hommes ont élaboré des plans de représailles envers la Régence ; vers 1740, un capitaine Prépaud soumet un mémoire à Louis XV, en vue d’une action contre Alger62. En 1754, le gouvernement français commande à un ancien captif, Ricaud, un plan d’expédition. Le consul de France à Alger, Kercy, milite également pour une intervention militaire. Un Mémoire concernant le système de paix et de guerre que les puissances Européennes pratiquent à l’égard des Régences barbaresques, rédigé en italien par un secrétaire de l’ambassade de France à Venise, le chevalier de Hénin, paraît en français en 1787. Venture de Paradis étudie les possibilités de débarquement. Ce projet, comme tous les précédents, n’a été suivi d’aucune application, car la France, en 1791, n’accordait pas d’intérêt à une expédition à Alger.

63Les échanges commerciaux entre la France et l’Algérie ont fait l’objet de remarques dans les divers témoignages. L’abbé Poiret, par son lieu de résidence, s’est intéressé à la politique commerciale de la France en Barbarie. La compilation de l’abbé Raynal est centrée elle aussi sur ces problèmes. Ces deux auteurs dépassent l’énumération des productions et des échanges en associant à leurs considérations commerciales des réflexions d’ordre philosophique. Les projets d’ingérence française en Algérie, envisagés dans les mémoires, prennent aussi en compte les potentialités commerciales. Face à ces incitations ponctuelles adressées aux ministres du roi, quelle est la réaction gouvernementale, et, d’une manière générale, quelles relations la France entretient-elle avec la Régence d’Alger ?

64Le commerce joue un rôle primordial dans les relations entretenues par les deux États. Les Français détiennent deux compagnies commerciales, celle du Cap Nègre et celle du Bastion, et leurs privilèges ont toujours été renouvelés. La Compagnie royale d’Afrique est instituée en 1741. Depuis le début du siècle, le pouvoir royal devient direct et exclusif sur les concessions commerciales, et tend à exclure les Algériens, notamment pour la nomination de gouverneurs des concessions. La première moitié du siècle voit aussi la création d’une autre base commerciale : La Calle, où a résidé l’abbé Poiret. La Calle a un statut assez particulier, c’est une implantation exclusivement française sur le territoire de la Régence. Le réseau commercial en Algérie est complété par les deux centres auxiliaires de Bône et de Collo. Cette organisation commerciale française est unique en Afrique du Nord, et elle semble fonctionner correctement. Elle ne correspond nullement aux prémices d’une quelconque expansion française en direction de l’Afrique, alors que les intérêts français se portent plutôt sur l’Inde, les Antilles ou le Canada…

  • 63 Ibid., p. 324.

65L’expédition espagnole dirigée contre Alger en 1775 révèle l’opinion du gouvernement français, avec la condamnation de cette action par Saint-Didier, premier commis au ministère de la Marine. Saint-Didier juge la situation déjà délicate, et craint une détérioration des conditions de navigation en Méditerranée. Les efforts de la France pour réduire les prises des corsaires algériens n’ont pas été vains, et les ministres ne souhaitent pas risquer une expédition militaire. De plus, la France achète du blé à la Régence d’Alger, et cela compte aussi dans les relations entre les deux États. Ce sont les principaux arguments de Saint-Didier, qui estime que la seule prise d’Alger est insuffisante et qu’aucune expédition militaire ne peut apporter de solutions. L’expédition espagnole est un échec complet, et laisse l’Espagne et la Régence d’Alger en état de guerre. La France tente alors de rétablir la paix. La synthèse de cette politique de la France à l’égard d’Alger peut se résumer dans cette phrase de Saint-Didier : « Un commerce florissant, une navigation étendue, tels sont les objets qu’il importe à la France de conserver ; elle ne peut y parvenir qu’en gardant ses Concessions dans le royaume d’Alger, leurs denrées nourrissent la Provence ; les avantages qu’elles procurent aux Algériens les engagent à respecter notre pavillon »63.

66À la fin du XVIIIe siècle, la guerre qui oppose Russes et Autrichiens aux Turcs semble sonner le glas de l’Empire Ottoman, la France envisage alors de réclamer l’Afrique du Nord en cas de démantèlement de l’Empire. Or celui-ci survit à la guerre et la France abandonne toute idée de compensation.

67À partir de 1790, les relations entre la France et l’Algérie s’améliorent. Sous le gouvernement républicain, la France est en guerre avec les autres puissances européennes, et connaît disette et difficultés financières. L’Algérie approvisionne alors la France en blé, et le gouvernement français contracte un emprunt financier auprès du dey. Ce rétablissement des relations entre la France et la Régence conduit le gouvernement français à repousser toutes les sollicitations de son son personnel diplomatique en poste à Alger, pour prendre en compte les revendications et problèmes qui surgissent en Égypte.

68Dans l’ensemble, au XVIIIe siècle, l’Algérie reste donc méconnue des Français, elle apparaît stéréotypée et profondément marquée par le souvenir négatif du XVIIe siècle. Les lacunes sur l’Algérie sont brutalement découvertes au XIXe siècle.

Notes

1 Cet article est tiré d’un mémoire de D.E.A. : « La vision de l’Algérie par la France au XVIIIe siècle », sous la direction de Gabriel Martinez, Université de Rouen, 1993.

2 Conventions qui réglaient les droits des Chrétiens dans les pays musulmans.

3 E. Plantet, « Les consul de France avant la conquête, 1759-1830 », extrait des Études, Paris, 1930, p. 46-47. E. Plantet qualifie ce consulat de poste le plus épineux en pays musulman.

4 A. Devoulx, « Relevé des principaux Français qui ont résidé à Alger de 1686 à 1830 », dans Revue Africaine, tome 16, 1876, p. 367.

5 A. Devoulx, Les archives du consulat de France à Alger, 1865, p. 32. Il s’agissait ainsi de limiter les défections susceptibles de se porter ensuite dans les rangs de la marine algérienne.

6 J. Gaulmier, « Une grande figure oubliée : Venture de Paradis », dans Autour du romantisme, de Volney à J.-P. Sartre, Mélanges offerts à J. Gaulmier, Ophrys, Paris, s.d.

7 A. Berbrugger, « Un consul à Alger au XVIIIe siècle : Bruce », Revue Africaine, tome 6, p. 335-336.

8 Oran et/’ouest algérien au XVIIIe siècle d’après le rapport Aramburu, présentation et traduction par Mohammed El Korso et Mickel de Epalza. p. 14 et 20.

9 E. Plantet, Correspondance des deys d’Alger avec la cour de France, 1759-1833, Paris, 1889, p. 89.

10 Voir la lettre d’une mère de marin adressée à la chambre de commerce de Marseille, citée par Charles Carrière : Négociants Marseillais au XVIIIe siècle, Institut historique de Provence 1973. p. 485.

11 Pananti, Relation d’un séjour à Alger, traduit de l’anglais par Blaquière, Paris, 1820.

12 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat, esclave et ministre d’un bey d’Afrique au XVIIIe siècle », Revue Africaine, t. 92, 1948, p. 143.

13 Voir mémoire adressé à Talleyrand intitulé « Coup d’œil sur la Régence d’Alger », cité par M. Émerit dans « Les aventures de Thédenat », op. cit., p. 147.

14 M. Émerit, Ibid., p. 147.

15 Ibid.. p. 144.

16 D’après A. Sacerdoti, « L’esclavage chrétien en Barbarie au XVIIIe siècle », Revue Africaine, t. 93, p. 133.

17 M. Canard, « Une description de la côte barbaresque au XVIIIe siècle par un officier de la marine russe », Revue Africaine, t. 95, 1951, p. 122-123.

18 L’abbé Bignon : conseiller d’État, bibliothécaire du roi et membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie des Inscriptions.

19 Édition de Dureau de la Malle, t. 2, Préface, p. viii.

20 Abbé Poiret, lettres de Barbarie, rééd. Le Sycomore, Paris, 1980, Lettres 2 et 4.

21 Voir à ce sujet E. Rouard de Card, Livres fonçais des XVIIe et XVIIIe siècles concernant les États Barbaresques, Paris, A. Pedone, 1911, et la thèse de D. Brahimi.

22 Préface, p. viij.

23 Ibid., p. vij.

24 J. A. Peyssonnel, Voyage dans les R (genres de Tunis et d’Alger, éd. 1987, préface, p. 13. Dans certains cas, Peyssonnel doit subvenir lui-même à ses dépenses. Le rôle du roi et de ses ministres en France est seulement celui de fournir les documents nécessaires aux voyageurs pour être accueillis par les autorités locales et par le consul de la nation française, et pour voyager à l’intérieur du pays. Peyssonnel et Desfontaines, à soixante ans de distance, ont parcouru tous deux l’intérieur de la Régence, et sont restés aussi longtemps l’un que l’autre. Si Peyssonnel souhaitait demeurer plus longtemps en Algérie, ce ne devait pas être le cas de l’abbé Poiret, qui, de mai 1785 en novembre 1786, a vécu 18 mois d’épreuves.

25 Desfontaines est mort en 1833.

26 Laugier de Tassy, Histoire du Royaume d’Alger, Amsterdam, Du Sauget, 1727. Préface, p. I.

27 Édition de Dureau de la Malle, t. 2, p. 1.

28 La géographie des Philosophes. Géographes et voyageurs au XVIIIe siècle, Lille, 1972.

29 Ibid., Annexe II, p. 697. Extrait de J. -F. Bernard, Essai d’instructions pour voyager utilement…

30 N. Broc, op. cit., Annexe III.

31 M. Émerit, « Le voyage de La Condamine à Alger (1731) », Revue Africaine, t. 98, 1954, p. 373, lettre datée du 20 juin 1731.

32 Voir Pananti, Relation d’un séjour à Alger, p. 152-154.

33 Shaw, t. 1, chapitre 8, p. 143.

34 Desfontaines, Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, t. II, p. 260.

35 Lucien Chaillou, L’Algérie en 1781, Mémoire du consul C.-Ph. Vallière, p. 1.

36 Peyssonnel, Voyage dans les Régences de Tunis et Alger, rééd. 1987, présentation par. L. Valensi.

37 Pananti, op. cit., p. 422. Laugier de Tassy, réédition de 1830. p. viij.

38 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat », op. cit., p. 332.

39 Desfontaines, op. cit., t. 2, p. 23.

40 Réédition de 1830, p. 70.

41 p. 33.

42 Ibid., p. 215.

43 Shaw, op.cit., p. 414.

44 Pananti, op. cit., p. 411.

45 Ibid, p. 118.

46 D’après L. Valensi, dans la préface des Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger, p. 12.

47 p. 60.

48 Guillaume-Thomas Raynal, (1713-1796), célèbre par son Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes (1770).

49 Lettre à d’Argentai du 20 sept.1756, cité par P. Martino, « Les Arabes dans la comédie et le roman au XVIIIe siècle », Revue Africaine, t. 49, 1905, p. 153.

50 A. Devoulx, Le registre des prises maritimes, p. 2.

51 Ch. Carrière, Négociants Marseillais au XVIIIe siècle, op. cit., p. 485 : soit 91 prises entre 1700 et 1792.

52 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat », p. 154.

53 Voir par exemple E. Plantet, Correspondance des deys d’Alger avec la cour de France, p. 142 : Lettre du 24 août 1729.

54 Cité par A. Berbrugger, « Voies et moyens du rachat des captifs chrétiens dans les États barbaresques », Revue Africaine, t. 11, p. 329.

55 Réédition de 1830. Extrait du chap. XXVII, « De la vente des esclaves, de leur traitement et de leur rançon », p. 286-287.

56 Peyssonnel, op. cit., p. 216.

57 Histoire des États barbaresques qui exercent la piraterie, 1757, p. iij.

58 Relation d’un séjour à Alger, p. 91.

59 M. Émerit, « Les aventures de Thédenat », p. 158.

60 Histoire des États barbaresques qui exercent la piraterie, p. 118.

61 M. Émerit, « Le voyage de La Condamine à Alger », op. cit., p. 378.

62 Mémoire cité par Fr.-Charles Roux dans France et Afrique du Nord avant 1830, p. 265-266.

63 Ibid., p. 324.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search