Version classiqueVersion mobile

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Deuxième partie. La Tunisie entre barbarie et levant

Les Tunisiens sont-ils des orientaux ?1

Hassen El Annabi

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la conclusion du doyen El Annabi au séminaire sur « Les relations franco-tusiniennes à (...)
  • 2 Voir par exemple l’article « Byzance ».
  • 3 Articles « Gnostiques » ou « Zoroastre ».
  • 4 paru chez Hachette en 1861 et réédité plusieurs fois depuis.

1La notion d’Orient est difficile à cerner avec précision et ce malgré l’évolution enregistrée du XVIIIe au XIXe siècle. En effet, si dans l’Encyclopédie, les rubriques « orientales » sont soit historiques2, soit philosophiques3, dans les guides touristiques de la seconde moitié du XIXe siècle, notamment celui de la collection « Joanne »4, l’Orient couvre la totalité des pays de souveraineté ottomane, Grèce comprise - malgré son indépendance depuis 1829-à l’exclusion toutefois de la Mésopotamie et des Balkans.

  • 5 Édition de 1874.

2On n’est pas plus avancé en lisant le Dictionnaire Universel de Larousse5, puisqu’on y lit, en guise de conclusion à une longue énumération de contrées orientales : « Rien de plus mal défini que la contrée à laquelle on applique ce nom ». En fait, la complexité du champ sémantique montre que le mot « Orient » implique autre chose que la définition géographique : il s’agit, entre autres, de la recherche de ses origines et de ses propres spécificités.

3Relevons, toutefois, une constante à laquelle notre séminaire n’échappe pas. En effet, il est de coutume, lorsqu’on parle de représentations de l’Orient, de se référer à l’Occident (entendez l’Europe) et les notions de « Lumières » et de « Romantisme » renvoient à des moments forts de l’évolution culturelle et sociale des pays d’Europe occidentale.

4Ce cadre n’est-il pas quelque peu réducteur ? Qu’est-ce qui nous empêche de rechercher l’image de l’Orient chez les orientaux eux-mêmes ou chez ceux qui sont censés appartenir au monde oriental ?

  • 6 Voir Notice sur la Régence de Tunis, rééd., Genève, 1996, p. 37.

5Prenons le cas des États Barbaresques et de la Régence de Tunis en particulier. Au voyageur suisse Henri Dunant (fondateur de la Croix Rouge) Tunis est apparu au milieu du XIXe siècle comme « la reine des cités mauresques », car, dit-il, « elle possède au plus haut degré le cachet de l’Orient »6. Mais, en fait, ses habitants se sentent-ils aussi orientaux que le laissent penser les apparences ?

6Question difficile parce que provocante : elle laisse supposer que quelque part les Tunisiens du XIXe siècle échappent à la sphère culturelle de l’Orient qui par excellence arabo-musulmane.

7Par ailleurs, le même Henri Dunant relève qu’en réalité ce sont les géographes orientaux (entendez arabes) qui appellent « El-Maghrib », « cette vaste région atlantique dont la longueur atteint six cents lieues » et à laquelle appartient la Régence de Tunis. Aux yeux des contemporains venus d’Europe, le même ensemble comporte donc des orientaux d’Orient et ceux d’Occident. Que pensent les premiers des seconds et vice-versa ?

8L’historiographie tunisienne moderne n’a traité que partiellement de cette question. Elle a posé le problème de l’originalité de la pensée réformiste tunisienne au XIXe siècle par rapport à celle qui se développe à la même période en Égypte et en Turquie. El s’est également intéressée au degré de dépendance politique de la Régence par rapport à Istanbul. Il faudrait élargir le cadre de la réflexion et poser la question de la définition de l’Orient pour le Tunisien du XIXe siècle.

9Une telle recherche devrait distinguer le structurel et le conjoncturel.

10Au premier niveau, on trouverait la constance (depuis l’établissement de la domination arabe en Tunisie) de l’image idyllique de l’Orient. L’image que perpétue le voyage, pour le pèlerinage en particulier. C’est un Orient à la fois lointain et proche. Lointain, vu les conditions du voyage - qui ne s’améliorent pas beaucoup au XIXe siècle-, mais proche des coeurs tant sur le plan spirituel que temporel : le commerce qui accompagne le pèlerinage.

11Cette hypothèse gagnerait à être confirmée si on arrivait à constituer un corpus suffisamment important de récits de voyage pour les lieux saints ou de carnets de routes et de mémoires appartenant à des commerçants tunisiens.

12Au second niveau, il y aurait l’image que portent les Tunisiens sur le régime socio-politique ottoman. Un régime qui a perdu au XIXe siècle beaucoup de son authenticité et de son lustre par rapport aux premiers temps de la domination turque. Là, tout dépend de quels Tunisiens on parle. Ceux qui ont laissé le plus de traces (écrits, monuments ou productions artistiques) sont les citadins. Or, ces derniers ont toujours eu tendance à rechercher dans l’association aux Turcs et donc au monde oriental une référence à leur notabilité. On ne pourrait pas en dire de même des tribus nomades pour lesquelles l’image de l’Orient était moins réjouissante : un Orient dominant, quelque peu étranger, représenté par un Bey du camp demandant le tribut et les subsides. Mais là, on se heurte évidemment au problème des sources, car comment faire parler ces témoins en l’absence de traces écrites ? Peut-être en revenant à la tradition orale, au folklore. Mais on trouverait alors que la référence à l’Orient ottoman est moins importante que celle à l’Orient de la geste hilalienne (c’est-à-dire la tradition classique qui tire ses origines du XIIIe siècle).

13Ce sont là quelques réflexions livrées presque pêle-mêle, mais qui pourraient être approfondies et nous aider à mieux saisir la notion d’Orient.

Notes

1 Ce texte est la conclusion du doyen El Annabi au séminaire sur « Les relations franco-tusiniennes à l’époque de gestation de Salammbô de Gustave Flaubert », Tunis, 25 et 26 avril 1997. Nous n’en avons retiré que les premières lignes, qui signalent les principaux apports des six communications faites par I. Laboulais, H. Khadar, M. Fendri, K. Gaha, T. Ouelhazi et Y. Leclerc, et que nous publions ici (à l’exception de celle d’Y. Leclerc - « L’Orient dans Salammbô »-qui a souhaité donné un autre texte) avec les remaniements souhaités par leurs auteurs.

2 Voir par exemple l’article « Byzance ».

3 Articles « Gnostiques » ou « Zoroastre ».

4 paru chez Hachette en 1861 et réédité plusieurs fois depuis.

5 Édition de 1874.

6 Voir Notice sur la Régence de Tunis, rééd., Genève, 1996, p. 37.

Auteur

Doyen de la Faculté du 19 Avril Université de Tunis

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search