Version classiqueVersion mobile

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Première partie. Les images de l’orient des « Lumières » au Romantisme

Une bibliothèque désorientée : quelle place pour l’Orient dans la bibliothèque de Coquebert de Montbret ?

Isabelle Laboulais-Lesage

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque Municipale de Rouen (B.M.R.), Ms Mbt 132, Catalogue thématique de la bibliothèque.

1Charles-Étienne Coquebert de Montbret est né en 1755 et mort en 1831. Personnage à l’image historiographique très estompée, il jouit cependant d’une notoriété spécifique en Normandie, puisque sa collection de livres et une partie de ses papiers personnels ou professionnels ont été intégrés au legs fait à la ville de Rouen par son fils Eugène, en 1847. La bibliothèque de Charles-Étienne Coquebert de Montbret constitue la strate la mieux connue de ce mystérieux fonds Montbret conservé aujourd’hui à Rouen. En effet, si pour les 60 000 imprimés du fonds nous ne disposons que d’un inventaire topographique, les ouvrages ayant appartenu à Charles-Étienne Coquebert de Montbret nous sont en revanche plus accessibles puisqu’il en fit dresser lui-même un catalogue thématique qui répertorie les 9 342 titres de sa collection1. Ce catalogue fut établi vers 1815, mais il regroupe bien entendu les ouvrages achetés avant et après cette date, puisque Coquebert de Montbret le compléta jusqu’à sa mort.

2Charles-Étienne Coquebert de Montbret eut un parcours professionnel emblématique de celui de beaucoup d’hommes de la transition, un parcours qui peut sembler composé de positions éclectiques, si on les détache du contexte dans lequel elles se sont inscrites, mais qui, pourtant font de lui un grand commis d’État. Consul dans les villes hanséatiques entre 1774 et 1789, puis à Dublin, jusqu’en 1793, rédacteur du Journal des Mines et membre de la commission des Poids et Mesures entre 1794 et 1800, Coquebert de Montbret fut occasionnellement professeur de géographie, commissaire chargé des relations commerciales avec l’Angleterre en 1802, puis chargé de l’octroi du Rhin, chef du bureau de statistique du ministère de l’Intérieur en 1806, directeur-général des douanes en Hollande en 1810, et enfin secrétaire-général du ministère des manufactures et du commerce en 1812, voilà pour son itinéraire professionnel ; pour le reste citons son immersion progressive dans les réseaux de sociabilité savante, depuis la Société philomathique où il entre en 1793, jusqu’à la Société de géographie dont il est un des membres fondateurs en 1821, en passant par l’Académie des Sciences où il est élu en 1816... À première vue, chacune de ces étapes singulières semble forger un itinéraire disparate, hétéroclite, varié. Toutefois, sans chercher à lisser cet itinéraire, sans vouloir gommer ses ruptures pour mieux le couler dans un moule qui nous semblerait rétrospectivement cohérent et logique, il semble que l’intelligence de l’espace puisse être considérée comme omniprésente dans ce parcours. Certes, il ne faut pas imaginer Coquebert de Montbret cherchant à diriger sa carrière en fonction de cet objectif. Cependant après avoir dépouillé ses mémoires et sa correspondance consulaires, ses articles rédigés pour le Journal des mines, ses contributions aux travaux des diverses sociétés savantes dont il était membre, la correspondance et les questionnaires qu’il adressa aux préfets en cherchant à relancer l’approche qualitative de l’enquête statistique, nous avons été amenée à analyser son souci de l’espace et sa quête d’intelligibilité qu’il faut nommer proto-géographique si l’on adopte la convention selon laquelle cette discipline naîtrait avec Vidal de la Blache.

3Mais, au cœur de cet éclectisme, vous vous demandez peut-être où est l’Orient puisque le parcours de Coquebert de Montbret apparaît profondément ancré dans l’Europe occidentale. En effet, on peut tout juste parler d’une connivence de Coquebert de Montbret avec l’Orient, d’une curiosité probablement aiguisée par la participation de son fils aîné, Ernest, à l’expédition des savants en Égypte, d’une attention relancée par l’orientalisme qui, depuis la création de l’École des Langues orientales, influença considérablement le microcosme érudit au début du XIXe siècle. Coquebert de Montbret peut donc être considéré à cet égard comme érudit, comme amateur, mais nullement comme un spécialiste, même si l’Orient est très présent dans le catalogue de sa bibliothèque. En l’interrogeant, nous allons donc tenter de cerner la place occupée par l’Orient dans la lecture du monde à laquelle se livrait un grand commis d’État à la charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle.

  • 2 Claude Jolly, L’Histoire des Bibliothèques françaises, Tome 2 : Les bibliothèques sous l’Ancien Rég (...)

4Certes, nous savons aujourd’hui qu’un catalogue de bibliothèque est souvent incomplet. De plus, les études de cas ont montré combien la présence d’un livre sur une étagère n’est pas nécessairement synonyme d’un choix précis, pas plus qu’elle n’induit systématiquement la lecture de cet ouvrage par son propriétaire. Enfin, on sait que l’analyse des catalogues présente des pièges épistémologiques2 : d’une part il faut veiller à ce que l’analyse du contenu d’une bibliothèque ne soit pas exclusivement statistique car deux proportions équivalentes n’indiquent pas que le contenu de ces collections soit semblable ; d’autre part il faut se méfier de l’analyse des titres, souvent ambigus, démarche qui, de plus, privilégie généralement les « grands auteurs » au détriment d’ouvrages de moindre notoriété mais dont la présence peut néanmoins être tout aussi signifiante.

5Cependant, l’étude des pratiques de lecture constitue un moyen de dépasser les écueils classiques d’une analyse de catalogue. Or, l’objet manuscrit que nous avons analysé apparaît comme un outil de travail, comme un inventaire précis du corpus documentaire, mis à jour jusqu’à la mort de Coquebert de Montbret. Il contient en effet un système de renvois assez efficace et permet la localisation des ouvrages répertoriés grâce à une cote. De plus, s’y trouvent consignées des informations relatives aux achats, aux dons, aux travaux de reliure, enfin, ces ouvrages, souvent annotés, sont conservés aujourd’hui encore à la bibliothèque de Rouen. Donc, si ce catalogue n’est pas exhaustif, il apparaît néanmoins comme un bon révélateur des pratiques de lecture et des centres d’intérêts de Coquebert de Montbret et c’est sur lui que nous nous appuierons dans cet exposé.

  • 3 Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, sous la direction de Pierre Larousse, t. 17, p. 1463.

6Partons donc à la recherche de l’Orient dans ce corpus, en le considérant, selon sa définition la plus courante, comme « l’ensemble des États situés à l’Orient par rapport à la partie occidentale de l’Europe et qui comprend l’Asie, une partie de l’Égypte, une partie même de l’Europe »3. Or, si l’Orient apparaît comme une préoccupation réelle par le nombre d’ouvrages qui l’évoque, il n’apparaît pas encore comme un ensemble constitué, dans ce corpus significatif d’une lecture du monde à la charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle.

  • 4 Christine Le Bozec, « Délimitation du champ géographique et historique du jeune Flaubert », article (...)

7En effet, nous n’avons recensé que 60 occurrences du substantif « Orient » ou, le plus souvent d’ailleurs, de l’adjectif « oriental », dans le titre des ouvrages répertoriés dans ce catalogue (après avoir bien entendu écarté les diverses occurrences de « Pyrénées Orientales » et autre « Description du Caucase oriental »). Certes, les notices de ce catalogue thématique déforment parfois un peu les titres des ouvrages, mais c’est toujours pour les rendre plus évocateurs, or la disparition du mot « orient » aurait plutôt l’effet inverse. Ce catalogue de bibliothèque montre donc qu’avant 1830, l’Orient est encore fragmenté entre la Barbarie, la Perse, l’Empire ottoman, etc. ; et s’il préoccupe les occidentaux aux XVIIIe et XIXe siècles, il « demeure dans un flou géographique »4.

  • 5 Langues : 1 201 titres ; Littérature : 801 titres ; Sciences : 330 titres ; Application des Science (...)

8Coquebert de Montbret avait organisé ses livres en sept rubriques thématiques assez originales si on les compare aux classifications de la même période qui, pour la plupart s’inspiraient du système des libraires. Ici il n’en est rien puisque aux traditionnelles cinq catégories - Théologie, Jurisprudence, Sciences et Arts, Belles Lettres, Histoire - Coquebert de Montbret a substitué sept catégories : Langues, Littérature, Sciences, Application des sciences, Anthropologie, Connaissances relatives à la géographie, Histoire. Quantitativement ce sont les rubriques Histoire, Géographie, Langues et Anthropologie qui regroupent le plus grand nombre de titres5.

9Bien que les catégories Langues, Géographie et Histoire soient structurées sur un double schéma l’un allant du général au particulier, l’autre se calquant sur un découpage continental, aucune sous-rubrique n’est consacrée à l’Orient. S’il n’est pas absent de cette bibliothèque, l’Orient semble en tout cas invisible, il n’a pas d’existence géographique, ni de vertu taxinomique. Dans la rubrique Géographie, il faut tantôt chercher les ouvrages évoquant l’Orient dans la géographie de l’Asie, tantôt dans la géographie de l’Afrique ; avec même une incertitude quant à l’Égypte qui, certes, le plus souvent est associée à l’Afrique, mais qui apparaît tout de même parfois au milieu des ouvrages sur l’Asie.

10Cet éclatement de l’Orient entre plusieurs continents est identique dans la rubrique Langues, même si aucun équilibre n’apparaît entre les deux continents. Ainsi, l’Orient apparaît surtout dans la rubrique « Asie » (177 titres), on ne compte que quatre titres le concernant dans la rubrique « Afrique ». Dans la rubrique Histoire, la répartition est identique, avec cependant quelques distorsions. Ainsi, l’Empire ottoman appartient à la géographie de l’Europe, or il apparaît dans l’histoire de l’Asie et du Levant, entité qui est absente de la rubrique Géographie, comme si elle n’existait plus au début du XIXe siècle, comme si le Levant permettait seulement d’appréhender une réalité ancienne. L’Orient n’est donc pas considéré comme une catégorie géographique, il n’a ni la légitimité d’un continent, ni celle d’un État, d’où la difficulté pour Coquebert de Montbret de lui trouver une place. L’Orient n’apparaissant pas a priori dans ce catalogue, nous avons donc dû le chercher, et cela, en regroupant derrière le mot-clé « Orient », tous les ouvrages évoquant l’une de ces régions. Nous sommes alors passée de 60 à 556 titres où l’Orient est évoqué, par la mention tantôt de la Barbarie, tantôt de l’Égypte, tantôt de la Chine, etc. Ces 556 titres sont répartis de façon assez spécifique dans la classification de Coquebert de Montbret. Toutefois, bien que l’Orient occupe presque 6 % de ce corpus, il n’existe aucune rubrique ou sous-rubrique qui lui soit spécifiquement consacrée.

11C’est aussi dans les rubriques Langues, Géographie et Histoire que l’on retrouve le plus grand nombre d’ouvrages évoquant l’Orient : 208 dans la rubrique Géographie, 203 dans la rubrique Langues et 99 dans la rubrique Histoire ; mais seulement 7 dans la rubrique Application des sciences, 22 dans la rubrique Anthropologie et 17 dans la rubrique Littérature. Toutefois, les pourcentages sont plus significatifs que ces données absolues : en effet, c’est dans la rubrique Langues que l’Orient occupe la plus grande place avec 16,9 % du total, suivi de la rubrique Géographie où 8,29 % des ouvrages évoquent l’Orient, puis viennent, avec des proportions nettement moins significatives, l’Histoire (3,42 %), l’Anthropologie (2,16 %), la Littérature (2,12 %) et l’Application des sciences (1,18 %). Dans la rubrique Sciences, aucun ouvrage n’évoque l’Orient.

  • 6 Par exemple, l’Eloge de la ville de Moukdan, poème de Kien Long, publié par De Guignes ; Remarques (...)

12Même s’ils ont l’Orient en commun, les ouvrages conservés dans chacune de ces rubriques sont de natures différentes. Dans la rubrique Langues, on trouve principalement des outils : dictionnaire, grammaire, vocabulaire, et des documents édités dans une langue orientale. Cette rubrique témoigne donc de la tradition philologique et du souci d’accéder directement à des témoignages de la civilisation orientale. On y trouve notamment des ouvrages publiés par de Guignes, mais aussi par Sylvestre de Sacy ou par Langlès6, deux orientalistes que Coquebert de Montbret côtoyait par ailleurs dans plusieurs sociétés savantes, et qui avaient contribué à la création de l’École spéciale des langues orientales vivantes, à Paris en 1795. Tous deux incarnaient le primat nouveau donné aux langues parlées et non plus aux langues écrites. Coquebert de Montbret participa à sa façon à ce courant, puisqu’il fut chargé, sous l’Empire, de la publication du Dictionnaire chinois, composé par le Père de Glemona. Mais trop occupé par les travaux du bureau de statistique, il préféra céder sa place à de Guignes.

  • 7 « Indépendamment du latin et du grec, l’italien, l’espagnol, l’anglais, l’allemand, le hollandais, (...)
  • 8 Ernest traduisit les Prolégomènes historiques d’Ibn Khaldoun, dont quelques extraits furent publiés (...)
  • 9 Sylvain Dauroux, Linguistique et anthropologie en France (1600-1900), Paris, Université de Paris VI (...)

13La diversité des langues orientales auxquelles Coquebert de Montbret s’est intéressé est assez impressionnante, on trouve par exemple trois grammaires hébraïques, une grammaire mandchoue, deux grammaires turques, dont celle établie par Jaubert à l’intention des élèves de l’École des langues orientales, plusieurs grammaires arabes, une grammaire syriaque, deux grammaires arméniennes, deux grammaires persanes, etc. Coquebert de Montbret recourait d’ailleurs en grande partie à des éditions étrangères, le latin servant souvent de langage intermédiaire. Mais, il n’utilisait probablement pas toutes ses grammaires, ni tous ses vocabulaires afin d’apprendre ces langues. Certes, Coquebert de Montbret devait en maîtriser quelques-unes7, il traduisait d’ailleurs lui-même certains textes, et son fils le plus jeune suivit son exemple8. Toutefois, il considérait vraisemblablement ces ouvrages davantage comme des témoignages sur les mœurs des habitants de ces pays, et c’était pour lui un moyen d’approcher des cultures étrangères. La Société de géographie, dont il fut membre, représente particulièrement ce courant qui considère la langue comme un trait de caractère distinctif des peuples9. De plus, Coquebert de Montbret utilisait probablement ces ouvrages dans les travaux comparatifs sur les langues, et sur leur filiation historique, travaux qu’il réalisa notamment pour la Société des Antiquaires de France.

14Recueil d’outils, cette rubrique de la bibliothèque fait donc la part des choses entre la richesse de l’antiquité orientale et les découvertes que l’Occident peut encore y faire : la pratique écrite des langues orientales renvoie aux témoignages de l’antiquité, mais la valeur anthropologique des langues parlées est aussi censée refléter le mode de vie contemporain des populations. En aucun cas, l’Orient de Coquebert de Montbret ne peut être réduit à la seule Antiquité.

15En effet, dans la rubrique géographie, on trouve plutôt des descriptions, des états, des tableaux, des relations de voyages, c’est-à-dire des documents censés livrer une image plus récente de l’Orient. Ces textes dits « géographiques » ne sont en revanche jamais objectifs, tous véhiculent une représentation normée de l’Orient, refusant le plus souvent la culture musulmane pour n’évoquer que les vestiges de l’Antiquité. Mais, si l’Orient n’apparaît pas comme une entité dans le temps - ni dans l’histoire ancienne, où l’Égypte et la Grèce dominent, ni dans le temps présent -, il ne constitue pas davantage une entité spatiale.

  • 10 Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger rédigé au dépôt général de la gu (...)
  • 11 Le lecteur pourra se reporter au travail d’Isabelle Meyer, « La vision de l’Algérie par la France a (...)

16Parmi les traités de géographie spéciale, classés par continent, nous avons relevé les titres de ceux qui évoquaient l’Orient. Pour l’Afrique, il y en a 48, pour l’Asie 31 et pour l’Europe 36. Dans la sous-rubrique Afrique, c’est sur l’Égypte que Coquebert de Montbret est le mieux documenté (31 titres). Il évoquait d’ailleurs ces lectures dans les lettres qu’il adressait à son fils, bibliothécaire de l’Institut du Caire. Puis, après la mort de son fils, happé par l’épidémie de peste peu de temps avant son retour, Coquebert de Montbret a bien sûr acheté tous les ouvrages ayant trait à cette expédition. Quantitativement, après l’Égypte vient la Barbarie qui est souvent étudiée comme une unité (11 ouvrages), avant que l’Algérie ne se singularise, au cours des premières décennies du XIXe siècle, grâce aux publications qui ont préparé l’expédition de 183010. Auparavant, les publications sur l’Algérie sont rares, et l’image de cette régence est principalement fournie par les pères rédempteurs, et reprise à l’identique par les rares voyageurs. D’ailleurs les notes de voyages de Peyssonnel et de Desfontaines ne furent publiées qu’en 1838, à un moment où les Français prirent conscience de la nécessaire connaissance d’une terre qu’ils entendaient coloniser11.

17Parmi les 31 titres consacrés à la géographie de l’Asie, 13 concernent la Chine, huit la Perse, trois le Japon. Enfin, parmi les 36 traités de géographie de l’Europe concernant l’Orient, 16 évoquent l’Empire ottoman, 16 évoquent la Grèce, 3 évoquent la Syrie et la Palestine, et un autre, asse2 curieusement, concerne l’Arabie, qui figure le plus souvent dans la rubrique Asie.

  • 12 L’Europe et le monde arabe, Cinq siècles de livres de lettrés et voyageurs européens choisis dans l (...)

18Mais, Coquebert de Montbret distingue un autre type de textes géographiques évoquant l’Orient : les relations de voyage qui, elles, ne sont pas classées suivant un ordre géographique. Pourtant, il s’avère souvent difficile de percevoir la différence qu’il faisait entre ces deux genres. Ainsi, la Description de l’Arabie d’après les Observations et Recherches faites dans le pays même de Carsten Niebuhr (nouvelle édition revue et corrigée, 1779), figure parmi les traités de géographie spéciale et non parmi les relations de voyages. Le seul élément qui nous semble recevable pour expliquer la présence de cet ouvrage parmi les traités plutôt que parmi les voyages repose sur le travail de cartographie effectué par Niebuhr sur le terrain. En effet, celui-ci dressa les premières cartes détaillées et fiables du delta du Nil, du nord de la Mer Rouge, d’Oman et du Yémen12.

  • 13 « Pour découvrir ce qu’il appelle « l’état physique du pays », Volney a prévu 44 questions regroupé (...)
  • 14 Sergio Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du XVIIIe siècle », Studies on Voltaire and th (...)

19Les traités de géographie regroupent donc à la fois les travaux d’hommes de cabinet, témoins de la connaissance du monde au XVIIe siècle, comme la Description exacte de l’Asie (1677) d’Olfert Dapper-qui n’a jamais quitté Amsterdam, préférant s’inspirer des descriptions des relations de voyages antérieures - et les conclusions d’enquêtes de terrain, comme La description de la ville d’Alep et de ses environs, publiée par Alexander Russel en 1756, et dont Coquebert de Montbret possède une édition de 1762. Russel vécut à Alep, il y apprit l’arabe et se livra à une étude détaillée de cette ville, tout en décrivant la topographie, les habitants, la faune et la flore, un peu à la manière de Volney qui établit quant à lui un questionnaire très précis avant son départ, un questionnaire qui devait lui permettre une collecte systématique des informations13. Or, l’ouvrage de Volney figure parmi les relations de voyage et celui de Russel parmi les traités de géographie. Pourtant ces deux ouvrages témoignent du véritable tournant de cette fin du XVIIIe siècle, de ce moment où le voyageur n’adopte plus la posture de l’explorateur, mais où il répond à l’exigence de connaître positivement de nouveaux peuples et de nouvelles sociétés14. Désormais, le savant pour conserver sa légitimité ne peut plus produire l’image d’un pays éloigné du fond de son cabinet de travail, il doit parcourir l’espace géographique, l’expérience du terrain devient incontournable, et l’Orient, comme les autres parties du monde, doit sortir des représentations mythiques. C’est dans ce processus de systématisation de l’observation que s’inscrit la genèse de la bibliothèque de Coquebert de Montbret.

  • 15 Aucun des ouvrages de Chateaubriand ne figure d’ailleurs dans ce catalogue.
  • 16 J.-C. Berchet, Le voyage en Orient, anthologie des voyageurs français dans le Levant au XIXe siècle (...)

20D’ailleurs, s’il possède et connaît le Voyage en Syrie et en Égypte de Volney ; en revanche le catalogue de sa bibliothèque ne porte aucune trace de l’Itinéraire de Chateaubriand qui, publié en 1811, aurait pourtant pu y figurer15. Ainsi, si Chateaubriand « crée » le voyage en Orient, qui se voit ensuite codifié par le Guide Joanne16, il ne s’agit pas du même type de voyage, ni du même type d’Orient que celui qui préoccupe Coquebert de Montbret. Celui-ci se soucie davantage de la découverte, de l’inventaire de ces terres encore méconnues, bref il s’inscrit plus dans le modèle du voyage scientifique ou documentaire, que dans celui du voyage symbolique au cours duquel chaque étape scande une initiation. L’Orient que recherche Coquebert de Montbret émerge donc plutôt d’un tableau raisonné, dans un premier temps à prétention encyclopédique, et qui peu à peu suit la spécialisation, la « disciplinarisation » du regard, caractéristiques de l’épistèmé de la transition.

  • 17 Christine Le Bozec, article cité, p. 2.
  • 18 Citons par exemple la Relation des voyages de M. de Brèves tant en Grèce, Terre Sainte et Égypte, q (...)
  • 19 Maurice Martin, « Aux débuts de la description moderne de l’Égypte », D’un Orient l’autre, volume I (...)
  • 20 L’Europe et le monde arabe. Cinq siècles de livres etc., op. cit., p. 124.
  • 21 Sarga Moussa, La relation orientale. Enquête sur la communication dans les récits de voyage en Orie (...)

21Au XVIIIe siècle, comme nous l’avons vu, l’Orient du voyageur est encore fragmenté. Dans l’Histoire générale de l’Abbé Prévost, Christine Le Bozec n’a relevé aucun titre renvoyant à un voyage en Orient, les parcours étaient pluriels, en aucun cas régis par une structure rigide17. Certes, il existait des itinéraires avant Chateaubriand18, néanmoins la plupart des récits de voyage que possède Coquebert de Montbret témoignent eux aussi de cette dispersion, et de cette absence de parcours imposé. Chardin décrit ainsi la Perse après y avoir séjourné six ans : parlant le turc, l’arabe et le persan, il visita ensuite l’Inde, et publia ainsi dans ses Voyages en Perse et autres lieux de l’Orient une relation qui fourmillent d’informations. Norden, officier de marine mandaté par le roi du Danemark, dépasse Assouan en 1737 et pénètre en Nubie, et son Voyage d’Égypte et de Nubie est publié en 1755 après sa mort19. Richard Pockocke, un ecclésiastique qui avait étudié à Oxford arriva à Alexandrie en septembre 1737, puis s’engagea vers la Haute-Égypte. Il continua depuis Le Caire vers Jérusalem et le nord de la Palestine où il visita Baalbeck. Il publia la première partie de sa relation, celle consacrée à l’Égypte, en 1743, et la deuxième partie, consacrée à la Palestine, la Syrie, la Mésopotamie, Chypre, et Candie en 1745. Comme beaucoup de ses successeurs au XIXe siècle, il s’intéressa davantage aux antiquités égyptiennes qu’à l’architecture islamique, mais fournit néanmoins un assez grand nombre d’informations sur la faune, la flore et la topographie des régions qu’il a traversées20. On voit donc au travers de ces quelques exemples de relations de voyage que l’Orient du XVIIIe siècle est encore fragmenté, l’itinéraire n’est pas encore codé, et ses limites restent confuses. La fixation du périple oriental s’effectue au XIXe siècle, avec Chateaubriand qui invente le « parcours circulaire » en choisissant comme étapes principales la Grèce, l’Asie mineure, Constantinople, la Syrie, la Palestine et l’Égypte. Si au retour Chateaubriand fait escale à Tunis, le Maghreb ne figure pourtant pas dans ce nouveau dogme du voyageur romantique21.

  • 22 Sarga Moussa, op. cit., p. 28.
  • 23 Marie-Claire Robic, « La terre, observatoire et demeure des hommes », Le XIXe siècle, science, poli (...)

22Cependant, si ce modèle exerce une certaine hégémonie chez les écrivains, il faut toutefois considérer les différentes modalités de voyage, et souligner que les écrivains ne sont pas les seuls à voyager au XIXe siècle, même si leur restitution écrite du voyage domine le monde éditorial. Ainsi, bien que la publication de leurs textes se fasse plus discrète, il est encore au XIXe siècle des voyageurs qui écrivent. Incontestablement, l’Itinéraire de Chateaubriand devient le modèle dominant du voyage en Orient ; toutefois il ne se substitue pas au voyage du type de celui de Volney, dont les protagonistes publient peut-être moins leurs observations, ou en tout cas, lorsqu’ils le font, ce n’est plus sous la forme de relation de voyage, et ces textes sont moins diffusés. Il faut donc songer à différencier les voyageurs, sans systématiquement faire glisser les archétypes du voyage littéraire vers le voyage savant, car si au début du XIXe siècle, on observe un infléchissement du récit de voyage vers l’autobiographique22, un autre type d’écriture de l’espace émerge dans le même temps. Certes, les contours de ce voyage savant et ses critères discriminants ne sont pas encore précisément définis : si Volney a fait un certain nombre de mises au point sur le style du voyage, sur son appartenance au genre de l’« histoire » et non à celui du « roman », en revanche Humboldt tente encore de concilier l’objectivité fondée sur l’observation et la mesure avec l’impression sensible d’ordre esthétique23. Toutefois au travers de ces tâtonnements, au travers de ces hésitations, c’est la légitimité d’une autre écriture de l’espace qui est en jeu.

  • 24 Le lecteur pourra se reporter dans une perspective plus large au mémoire de maîtrise d’Isabelle Dem (...)
  • 25 Sergio Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du XVIIIe siècle », article cité, p. 964.
  • 26 Claude Blanckaert, « Histoires du terrain entre savoirs et savoir-faire », Le terrain des sciences (...)

23Ainsi, au cours du XIXe siècle, il semble que les savants se tournent plus vers l’écriture de monographies, abandonnant les itinéraires, et les évocations impressionnistes des milieux traversés au profit d’études plus systématiques. Les aspects novateurs du voyage en Orient au XIXe siècle concernent finalement plus les pratiques de voyage que l’Orient24, et la bibliothèque de Coquebert de Montbret témoigne de cette métamorphose du voyage en « un acte de connaissance rationnelle et concrète »25. On se trouve ici au moment où « entre le sujet et l’objet s’inscrit par écart un projet de connaissances révisables »26. Or, en Orient aussi, certains voyageurs récusent la « vaine curiosité », mais ces voyageurs-là ont souvent été occultés...

  • 27 Nous avons consulté le Dictionnaire raisonné de bibliologie de Peignot, publié en 1802 ; le Cours é (...)

24Dans cette bibliothèque, l’Orient est là, mais il n’existe pas : il est dissimulé, comme si ce n’était pas une entité qui préoccupait Coquebert de Montbret, guère plus que le reste du monde. À cela rien de surprenant car, nous l’avons dit pour commencer il ne représente pas le courant orientaliste du XIXe siècle. L’Orient est donc là, mais il est atomisé au travers des préoccupations de cet ancien consul, féru de statistiques qualitatives, il apparaît fragmenté au travers de sa quête de connaissances positives... Mais cette bibliothèque désorientée ne constitue pas une exception. En effet, l’Orient n’apparaît pas dans la classification de la bibliothèque de la Société de géographie, qui elle aussi préféra calquer l’organisation de ses livres sur les continents. L’Orient ne figure pas non plus dans les manuels de bibliothéconomie du début du XIXe siècle27. Certes, on trouve dans la classification de Barbier, datée de 1803, une rubrique intitulée « droit public et jurisprudence des pays orientaux », qui fait le pendant à la rubrique « droit public et jurisprudence des pays septentrionaux », qui ne constituent pas une véritable entité. On trouve une rubrique « langues orientales », mais la surprise en encore modérée puisqu’une grande école porte le même nom. Pourtant, les voyages en Orient se trouvent toujours répartis entre plusieurs rubriques, ou plusieurs ensembles géographiques : d’une part le Levant, la Turquie, et la Grèce ; d’autre part l’Afrique, l’Égypte et la Nubie, l’histoire orientale est, elle aussi, présentée de façon fragmentée. En revanche, l’Orient apparaît en tant que tel dans les Instructions élémentaires et techniques pour h mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque de Delisle, ouvrage publié en 1890 : on y trouve une rubrique « Langues et littérature de l’Orient », et une rubrique « Histoire ancienne de l’Orient ». L’Orient devient donc ici un facteur d’unité, un creuset culturel, mais le XIXe siècle touche alors à sa fin.

25Cependant, cette étude de cas n’entend pas tirer des conclusions trop générales, tout au plus soulever quelques questions, et tout d’abord, rappeler l’approche différentielle des espaces et les évidentes disparités qui apparaissent dans la saisie de ces entités. Ainsi, l’Orient ne prend-il pas un sens aussi uniforme qu’on a souvent voulu le dire au XIXe siècle. Si une nouvelle représentation de la littérature émerge au XIXe siècle, il n’est pas évident que chez les savants le hiatus se produise au même moment. Ensuite, nous voulions souligner le lien qui existe entre la diversité des pratiques de voyage et la diversité des écrits auxquelles il donne lieu, et en cela reconsidérer le « voyage documentaire », trop souvent écarté des travaux sur la « littérature » de voyage. Enfin, nous voulions évoquer une autre approche des bibliothèques, et rappeler l’apport essentiel des classifications souvent dénigrées au profit d’une simple analyse des titres d’un corpus.

26Nous espérons que tout cela n’aura pas trop éloigné le lecteur de l’Orient qu’il attendait, et finalement que nous ne l’avons pas trop « désorienté ».

Notes

1 Bibliothèque Municipale de Rouen (B.M.R.), Ms Mbt 132, Catalogue thématique de la bibliothèque.

2 Claude Jolly, L’Histoire des Bibliothèques françaises, Tome 2 : Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1988, p. 3-4.

3 Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, sous la direction de Pierre Larousse, t. 17, p. 1463.

4 Christine Le Bozec, « Délimitation du champ géographique et historique du jeune Flaubert », article ci-après.

5 Langues : 1 201 titres ; Littérature : 801 titres ; Sciences : 330 titres ; Application des Sciences : 589 titres ; Anthropologie : 1 018 titres ; Géographie : 2 509 titres ; Histoire : 2 894 titres.

6 Par exemple, l’Eloge de la ville de Moukdan, poème de Kien Long, publié par De Guignes ; Remarques philologiques sur les voyages en Chine de M. de Guignes ; Chrestomathie arabe ou extrait de divers Écrivains arabes, tant en prose qu’en vers, publié par Sylvestre de Sacy ; L’odeur des fleurs dans les merveilles de l’univers, traduit par Langlès.

7 « Indépendamment du latin et du grec, l’italien, l’espagnol, l’anglais, l’allemand, le hollandais, le danois, l’irlandais, et plus tard, le russe, l’arabe et même le chinois, lui devinrent assez familiers pour lui rendre accessibles toutes les sources d’instruction ouvertes par le génie de la civilisation universelle », Leber, Notice biographique sur le Baron Coquebert de Montbret, 1839, p. 6. « Il savait presque toutes les langues de l’Europe, et plusieurs de celles de l’Asie, telles que l’arabe et le chinois », A.-F. Sylvestre, Notice biographique sur M. C.-E. Baron Coquebert de Montbret, Paris, Huzard, 1832, p. 19-20.

8 Ernest traduisit les Prolégomènes historiques d’Ibn Khaldoun, dont quelques extraits furent publiés, mais des cahiers consacrés à ce travail emplissent un carton entier ; ils sont conservés à la bibliothèque municipale de Rouen.

9 Sylvain Dauroux, Linguistique et anthropologie en France (1600-1900), Paris, Université de Paris VII, Collection THTL, no l, 1982, p. 7.

10 Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger rédigé au dépôt général de la guerre, Paris, 1830 ; Coup d’œil sur la ville d’Alger et ses dépendances, Paris, 1830.

11 Le lecteur pourra se reporter au travail d’Isabelle Meyer, « La vision de l’Algérie par la France au XVIIIe siècle », Mémoire de D.E.A. sous la direction de M. Gabriel Martinez, Université de Rouen, 1993.

12 L’Europe et le monde arabe, Cinq siècles de livres de lettrés et voyageurs européens choisis dans les bibliothèques de l’Arcadian Group, Paris, Institut du Monde Arabe, 1993, p. 140.

13 « Pour découvrir ce qu’il appelle « l’état physique du pays », Volney a prévu 44 questions regroupées en quatre rubriques : situation géographique, climat, qualité du sol, produits naturels. Pour « l’état physique du pays », il envisage 11 questions sur la population, 37 questions sur l’agriculture, 6 questions sur l’industrie, 11 questions sur le commerce, 26 questions sur le gouvernement et l’administration », André Bourgey, « La perception de l’Orient arabe par les géographes français », D’un Orient l’autre. Volume II : Identifications, Paris, C.N.R.S., 1991, p. 137.

14 Sergio Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du XVIIIe siècle », Studies on Voltaire and the eighteenth century, 1967, no 57, p. 937-1011.

15 Aucun des ouvrages de Chateaubriand ne figure d’ailleurs dans ce catalogue.

16 J.-C. Berchet, Le voyage en Orient, anthologie des voyageurs français dans le Levant au XIXe siècle, Paris, Laffont, « Bouquins », 1985, p. 10.

17 Christine Le Bozec, article cité, p. 2.

18 Citons par exemple la Relation des voyages de M. de Brèves tant en Grèce, Terre Sainte et Égypte, qu’en royaume de Tunis et d’Alger, Paris, 1628.

19 Maurice Martin, « Aux débuts de la description moderne de l’Égypte », D’un Orient l’autre, volume I : Configurations, Paris, C.N.R.S., 1991, p. 344.

20 L’Europe et le monde arabe. Cinq siècles de livres etc., op. cit., p. 124.

21 Sarga Moussa, La relation orientale. Enquête sur la communication dans les récits de voyage en Orient (1811-1861), Paris, Klincksieck, 1995, p. 10.

22 Sarga Moussa, op. cit., p. 28.

23 Marie-Claire Robic, « La terre, observatoire et demeure des hommes », Le XIXe siècle, science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 116.

24 Le lecteur pourra se reporter dans une perspective plus large au mémoire de maîtrise d’Isabelle Demol, « Les voyages en Orient à l’époque moderne : d’après les fonds de la bibliothèque municipale de Rouen, Essai de classification », Mémoire de maîtrise sous la direction de Gabriel Martinez, Université de Rouen, 1994-1995. Elle propose une typologie distinguant quatre types de témoins : les représentants du pouvoir politique, les marchands, les religieux et les savants.

25 Sergio Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du XVIIIe siècle », article cité, p. 964.

26 Claude Blanckaert, « Histoires du terrain entre savoirs et savoir-faire », Le terrain des sciences humaines (XVIIIe-XXe siècle), sous la direction de Claude Blanckaert, Paris, L’Harmattan, « Histoire des Sciences Humaines », 1996, p. 26.

27 Nous avons consulté le Dictionnaire raisonné de bibliologie de Peignot, publié en 1802 ; le Cours élémentaire de bibliographie ou la science du bibliothécaire de Achard, publié en 1806 ; le Manuel du libraire de Brunet, publié en 1810 ; le Line du bibliophile, publié en 1874 ; les Connaissances nécessaires à un bibliophile, publié en 1878 ; mais également l’ouvrage de Petzholdt, Bibliotheca bibliographica, qui présente les systèmes bibliographiques français existant depuis 1748.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search