Version classiqueVersion mobile

L’évidence du Dieu caché. Introduction à la lecture des Pensées de Pascal

 | 
Alberto Frigo

Première partie. Chrétien et honnête homme

Chrétien et honnête homme

Texte intégral

  • 1 Voir OC, t. III, p. 208 ; mais la présence du thème de la figure, généralement absent des écrits d (...)
  • 2 Voir Jean-Robert Armogathe, Theologia cartesiana. L’explication physique de l’Eucharistie chez Des (...)

1La plupart des textes qui constituent le recueil des Pensées se rattachent au projet d’une apologie de la religion chrétienne auquel Pascal se consacra à partir de la moitié de l’année 1657. Pourtant, les autographes et les copies conservent aussi des notes qui relèvent d’autres périodes de son activité intellectuelle et qui témoignent de la diversité de ses intérêts et de ses occupations. On y lit ainsi une pensée (§ 795) qu’il faut sans doute mettre en relation avec la rédaction du Traité du vide auquel Pascal travailla vers 1651 (voir OC, t. II, p. 786), une note de lecture d’un traité de Jansénius (§ 802), consulté au moment de l’écriture de l’Abrégé de la vie de Jésus-Christ en 16551, ou encore une série de remarques à propos de l’explication cartésienne de l’Eucharistie dont la source serait une lettre écrite par Descartes vers 16452 (§ 794).

  • 3 On se rapportera également à l’édition du Discours sur la condition des grands (hiver 1660-1661) p (...)

2D’autres pensées, bien plus nombreuses, sont à mettre en relation avec des ouvrages en cours de rédaction au moment où Pascal conçoit son projet apologétique. Les quelques lignes d’une méditation spirituelle soigneusement rédigée conservées par § 753 abordent un thème que Pascal développe aussi dans une de ses lettres à Mlle de Roannez (OC, t. III, p. 1032 et 1042-1043). Qu’il s’agisse d’un brouillon (p. 757) ou d’un texte indépendant que Pascal a souhaité garder, le morceau sera en tout cas à dater de l’automne 1656. Nulle hésitation ne subsiste au contraire sur le statut de notes préparatoires d’un vaste ensemble de pensées où l’on retrouve des argumentations ou des formules destinées à réapparaître dans les Provinciales (§ 450-451, 473, 496, 499, 501, 529 bis, 543, 608, 611, 745-747, 750, 764, 766-767, 770, 789, 791-793, 796, 798, 801, 805 et 807), les Écrits des curés de Paris (§ 558, 571, 578, 634, 771, 787, 806 et 809-810), la Lettre d’un avocat au Parlement (§ 788) et le Projet de mandement contre l’Apologie pour les casuistes (§ 582, 698, 797, 799-800 et 812). Ces notes ont été largement exploitées par les éditeurs pour reconstituer la genèse des écrits polémiques de Pascal, et leur commentaire relève plutôt de l’analyse de ceux-ci que d’une présentation des Pensées3.

3Mais, au-delà des restes d’ouvrages antérieurs et des semences d’écrits en cours d’élaboration, parmi les textes transmis par les manuscrits et les copies on trouve également des développements fort originaux, qui, tout en s’appuyant sur des recherches et des dossiers plus anciens ouvrent des perspectives inédites. Du point de vue de la chronologie relative, ces pensées se situent sans doute en amont des réflexions que Pascal consacre explicitement au l’élaboration d’une Apologie, et, en tout cas, de l’apparition d’un dessein articulé de celle-ci dont la conférence, résumée par Filleau de la Chaise et Étienne Périer, aurait illustré les différents moments. D’ailleurs, est-ce un hasard si la plupart des textes que nous allons commenter n’ont pas trouvé place dans les liasses à titres ?

4Quelles sont donc les réflexions que ces pensées viennent prolonger ? L’opuscule De l’esprit géométrique, les Écrits sur la grâce et les débats suscités par le miracle de la « Sainte Épine » indiquent les trois axes autour desquels ces textes se polarisent.

Notes

1 Voir OC, t. III, p. 208 ; mais la présence du thème de la figure, généralement absent des écrits datant d’avant 1657, dans la section finale de la pensée suggère qu’il s’agit d’un développement plus tardif.

2 Voir Jean-Robert Armogathe, Theologia cartesiana. L’explication physique de l’Eucharistie chez Descartes et dom Desgabets, La Haye, Nijhoff, 1977, p. 106-107 ; et Vlad Alexandrescu, « Descartes and Pascal on the Eucharist », Perspectives on Science, vol. 15, no 4, 2007, p. 434-449.

3 On se rapportera également à l’édition du Discours sur la condition des grands (hiver 1660-1661) pour ce qui est du commentaire des § 645-650 qui en constituent manifestement l’ébauche (OC, t. IV, p. 1013-1034). Dans la même pensée on trouve aussi une série de réflexions qui portent sur l’Epigrammatum delectus, un recueil d’épigrammes parus en 1659 avec une dissertation De vera pulchritudine et adumbrata de Nicole.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search