Version classiqueVersion mobile

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Première partie. Les images de l’orient des « Lumières » au Romantisme

Colonisation, Lumières, propagande : Bonaparte et l’espace grec

Christine Le Bozec

Texte intégral

1Dimo Stephanopoli, médecin naturaliste, républicain convaincu, d’origine grecque, et dont la famille s’est installée au XVIIe siècle à Cargèse en Corse, rencontre, en 1797, le général en chef de l’armée d’Italie. Bonaparte lui confie alors une mission officieuse sur la côte dalmate, dans les Îles Ioniennes, puis en Morée. Il y est chargé de « répandre les semences de la vraie liberté » dans ces anciennes possessions vénitiennes, mais aussi de « rendre les enfants de la Grèce dignes de leurs ancêtres et de la Grande Nation qui vient de briser leurs chaînes ». Son neveu, Nicolo, l’accompagna au cours de cette mission. En 1800, le texte du Voyage de Dimi et Nicolo Stephanopoli en Grèce fut publié à Paris, chez Guilleminet.

2Dans un premier temps, cette communication s’intéressera à cette mission de « propagande » envisagée comme l’aboutissement des réflexions, des interrogations des Lumières sur la Grèce, vue comme modèle éventuel et terrain d’expériences. Nous montrerons que se croisent, en s’y intégrant, les préoccupations françaises et les volontés de renouveau des Grecs eux-mêmes. Nous suivrons l’action de quelques Grecs à Paris. Ceci permettra de s’interroger sur la place de la Grèce dans l’imaginaire français tout en rappelant les actions concrètes du Directoire dans l’Heptanèse. Nous pourrons ainsi décrire une influence croisée Grèce/Révolution française et Révolution française/Grèce, discrète, certes, mais réelle. La première s’inspirant des nouveaux principes révolutionnaires, la seconde participant de l’éclosion du pré-romantisme en France.

3Dans un premier temps, que nous apprennent Dimo et Nicolo sur leur mission ? Dans le premier tome, Dimo commence par une description de Venise dont il rapporte qu’elle vient de retrouver la Liberté, puis il s’intéresse à montrer une ville d’Église, qui à ce moment commerce encore un peu, grâce aux Grecs, précise-t-il. Il y conte l’arrivée de Bonaparte. Puis leur voyage les conduit à traverser le Duché d’Urbino dont ils déplorent les sentiments anti-français. Ils se rendent ensuite à Milan. Ils y rencontrent Bonaparte qui les convie à un dîner, rassemblant entre autres, Berthier, Augereau, Joséphine et Eugène. Ce dernier l’interroge : « Êtes-vous Corse ? » « Bien plus que Corse, il est Spartiate » répond Bonaparte. « Spartiate ! s’écrie Augereau. Je ne m’étonne plus si nous avons gagné tant de batailles : nous avions des Spartiates dans l’armée d’Italie ! Général, il faut aller jusqu’à chez eux pour rétablir leur république ». Le ton du récit est donné : gloire, vaillance, liberté, démocratie, cité, fière indépendance, téméraire résistance, c’est la Grèce.

4Il rappelle ensuite les ordres de Bonaparte : visiter Ancône, se rendre à Corfou, y rencontrer Gentili puis s’informer de la situation politique albanaise et être reçu, si possible, par le Bey à Maina. Le 18 thermidor an V (5 août 1797), ils sont à Corfou et se préparent à visiter l’Heptanèse. Ils y décrivent un accueil enthousiaste et transcrivent un appel lancé aux « Céphaloniens régénérés », puis visitent Zante et Cerigo. Le ton employé est toujours aussi révélateur, je ne citerai que quelques mots sur Zante : « L’île de Zante, ainsi que les autres îles du Levant réunies à la République française, ressemble à une jeune beauté qui vient d’essuyer une longue maladie et recommence à jouir des douceurs de la santé ». Le style est enlevé, souvent pompeux, l’auteur y entrecroise le Spartiate, le grec, la propagande de Bonaparte, le tout dans le décor d’une Grèce mythique.

5Le premier volume s’achève sur un rappel de la vie à Cargèse et sur la victoire des mainotes, leur dignité dans le funèbre ainsi que la perfection et la sobriété des mœurs de la jeunesse de Maina. On y trouve aussi un portrait attendu et convenu du Turc. Ce dernier est repris dès le début du second tome : fanatique, cruel, capricieux, tyrannique, imposant sans cesse des vexations aux Grecs. Ils parlent ensuite d’Ali-Pacha, de Janina, proposent un plan pour la Morée, envisagée comme point d’appui de la libération de la Grèce. Enfin, ils rédigent des notices sur les îles grecques qui appartiennent à la France : Corfou, Paxos, Sainte-Maure (aujourd’hui Leucade), Ithaque, Céphalonie, Zante et Cerigo (Cythère). Ils concluent sur le fait que leur possession demeure précaire sans celle de la Morée qui leur assure leur subsistance. La politique du Directoire s’oriente alors vers l’Égypte, Bonaparte part pour Toulon et n’aura plus de contact avec le commissaire Dimo. Cette mission de propagande officielle est un cas unique, les rapports des Consuls se faisaient plus discrets. Toutefois, elle nous montre deux choses : une nette volonté d’expansion française vers l’Orient, en prenant appui sur la Grèce, et une Révolution française, qui en échange de ce lieu stratégique, rendrait aux Grecs « leur liberté d’origine ».

6Ne peut-on voir là l’aboutissement d’une vision/représentation des Lumières qui a précédé l’occupation de l’Heptanèse par la France ? Ne prenons que quelques exemples qui nous mènent sur les traces d’une Grèce fantôme : elle est envisagée comme abritant un peuple dégénéré parce que contaminé par la maladie, le fléau turc, elle est donc victime du fanatisme et de l’ignorance. Mais parallèlement, existe l’image du Grec entreprenant qui se distingue du Turc oisif et paresseux. Le Grec, donc, se démarque de ses oppresseurs et les classes supérieures ont su conserver leur génie. Le XVIIIe siècle est alors tiraillé entre admiration/pitié et capacité/incapacité à se régénérer. De fait, demeure l’idée du « héros » de la liberté, une sorte d’idéal grec déhistoricisé (Sparte et Athènes) utilisée comme instruments idéologiques. Le discours est ambigu et stéréotypé en même temps. Prenons quelques exemples.

7Voltaire, défenseur de la cause de l’hellénisme, vouait un culte à la langue grecque comme vecteur des trésors de la littérature et des sciences en plein classicisme. Dans une lettre à Catherine, datée du 14 septembre 1770, il en appelle aux légions russes pour réinstaurer le règne de la langue grecque, il reproche à l’ensemble des souverains de ne rien faire. Citons-le : « La chute de l’Empire ottoman serait célébrée en grec, Athènes serait une de vos capitales. La langue grecque deviendrait universelle ». N’oublions pas qu’il répétait souvent : « Mes pauvres Grecs ». Quant à lui, Volney pose la question : « Entre Égaux et hilotes : quelle démocratie ! » Diderot, même s’il est réservé sur l’archaïsme religieux et la superstition, mêle dans sa vision de la Grèce, Antiquité, choix des citoyens et liberté. En 1783, P.-A. Guys publie un Voyage littéraire de la Grèce ou lettres sur les Grecs avec un parallèle de leurs mœurs. Il s’agit d’un récit sur la vie quotidienne : une redécouverte de la Grèce ancestrale par un Marseillais. On oscille ici entre Homère, la mythologie et la pastorale. Ce Secrétaire du roi, qui appartenait à l’Académie des Sciences et Belles-Lettres de Marseille, fut fait citoyen d’honneur d’Athènes. La tradition, par ailleurs, le considère comme un des inventeurs de la Grèce mythique et éternelle. Son succès littéraire fut couronné par trois éditions successives. Il effectua son dernier séjour en Grèce entre 1789 et 1799. Il faut aussi rappeler l’immense succès rencontré, en 1788, par le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, de l’abbé Barthélemy.

  • 1 Il est l’auteur d’une description générale de Salonique, datée du 20 prairial an IV et d’un rapport (...)

8Ne négligeons pas les proclamations révolutionnaires, elles-mêmes, mêlant tout à la fois Antiquité/liberté/nation qui justifient ce courrier du Consul de Thessalonique, Félix de Beaujour1, au Ministre des Affaires étrangères. Je cite : « La République française se ferait une gloire de compter parmi ses filles, la Grèce en nation libérée ». En 1798, encore, le Voyage d’Anténor en Grèce et en Asie de E.-F. Lautier, connaît, certes, un succès moindre que celui d’Anacharsis, mais il nous montre un intérêt’ toujours aussi Vigoureux pour le sujet. Ainsi, progressivement, l’on passe de l’hellénisme au philhellénisme, on prend un réel intérêt pour les Grecs modernes par l’intermédiaire des Voyages en Orient qui font contact avec cette « terre classique ». Telle est donc la vision ambiguë et contradictoire, optimiste et pessimiste qui précède et accompagne l’organisation de cette mission officielle. Et c’est une réalité qu’en retour, les Grecs s’intéressent à la France, aux Lumières et à la Révolution en cours. Suivons en quelques-uns. Nous avons fait le choix de quelques figures emblématiques.

  • 2 Dans Antoine Martelaos, Athènes, 1977, p. 41.
  • 3 Institut d’Études macédoniennes, Thessalonique, 1965, vol. 79.

9Nous pouvons constater leur désir commun de chasser l’Ottoman, de recouvrer l’indépendance. Ils sont imprégnés des Lumières et des idéaux de la Révolution française qui les séduisent et qui vont permettre de structurer une opposition. L’on a compris, dès ce moment que l’indépendance doit passer par les Grecs, eux-mêmes : en effet, de trop grandes rivalités et des intérêts divergents divisent et opposent Anglais, Français et Russes pour que l’on puisse imaginer une quelconque intervention directe. Mais l’on peut y constater, avec quel enthousiasme, perdure un ancrage dans la mémoire grecque de l’ancienneté et de la continuité d’une identité nationale. La Révolution française paraît alors constitutive d’homogénéité, la France serait le prophète d’une sorte de messianisme révolutionnaire qui se met en place. Citons Antoine Martelaos, poète insulaire de la Grèce occidentale, dans les Îles ioniennes : « Où que vous soyez dispersés, vieux ossements grecs pleins de vaillance, reprenez souffle. Réveillez-vous pour voir la France, votre mère, qui donne la liberté au peuple de votre terre ». Il écrit ceci dans son Hymne à la France, au généralissime Bonaparte et au général Gentilly2 Nous connaissons aussi la correspondance de Daniel Demetrius Philippidis et de J-D. Barbié du Bocage3 (1794-1819). Quant à Adamance Coray, lui, il vit à Paris. Né à Smyrne en 1748, il se rend à Amsterdam de 1772 à 1778, vient en France en 1782, soutient une thèse de médecine à Montpellier en 1786 puis s’installe dans la capitale. Du 9 Thermidor au 18 Brumaire, il est très proche des Idéologues. Daunou était son modèle et il tint à préciser que « subir une influence n’est pas passivité » mais aussi un choix intellectuel. En 1803, il est membre de la « Société des Observateurs de l’Homme », fondée en 1799. D’ailleurs de nombreux Idéologues se comptaient parmi les fondateurs. Le 6 janvier 1803, il lit devant cette société un « Mémoire sur l’état actuel de la civilisation dans la Grèce ». Comme nombre de ses compatriotes, il avait placé beaucoup d’espoir dans l’occupation des Îles ioniennes. Il se montra très déçu par la nouvelle orientation égyptienne de la politique directoriale. Il meurt en France, en 1833.

10Constantin Stamaty, lui, arrive à Paris en 1787 mais il n’achève pas ses études de médecine. Passé au service des Affaires étrangères comme « agent secret », on le retrouve à Altona puis à Hambourg. Sous le Directoire, il est l’un des trois membres de l’« Agence du commerce français d’Ancône », chargée de populariser la cause française et républicaine sur le littoral ionien. En 1801, il est Consul à Civita-Vecchia et ce jusqu’à la fin de l’Empire. Il y meurt en 1817. Stamaty, rendait des services rétribués, alors que Coray travaillait gratuitement.

11C’est donc dans ce cadre que la France annexa les Îles ioniennes. Nous pouvons constater un intérêt mutuel mais qui ne situait pas sur le même plan : d’un côté, un espoir d’indépendance, de l’autre un espoir de conquête promettant une liberté future, enfin recouvrée, la libération du joug turc. Le rêve oriental n’était pas une nouveauté et il fallut savoir flatter le passé pour faire passer la pilule présente ; on se situe là entre pragmatisme et subjectivisme total. Rappelons qu’au cours des guerres russo-turques (1768-1774 et 1788-1792), les régions grecques se trouvèrent dans une situation d’insurrection permanente et ce à l’instigation de la Russie qui proclama les droits de l’hellénisme et de la religion commune aux deux peuples. Il est bien évident que les Russes visaient avant tout un débouché sur les mers tempérées et souhaitaient une décomposition interne ottomane accélérée.

12Dans une lettre du 16 août 1797 (29 thermidor an V), Bonaparte fit connaître toute l’importance stratégique qu’il accordait aux Îles ioniennes et précisait que Corfou, Zante et Céphalonie présentaient un intérêt plus grand que celui de l’Italie entière. Mais il fallait demeurer prudent. En premier lieu, détacher en douceur les Grecs de la tutelle vénitienne puis savoir adroitement convertir les populations aux idéaux républicains. Dès le 7 prairial an V (26 mai 1797), Bonaparte avait fait parvenir une lettre à Gentili, commandant la division du Levant, lui recommandant de se référer, dans sa prochaine proclamation, à l’Antiquité grecque. Ce que ne manqua pas de faire Gentili le 27 juin 1797, dès son arrivée à Corfou. Il expliquait être venu pour y rétablir la démocratie, ressusciter l’antique renommée grecque, pour y proclamer la liberté, l’égalité, le respect de la propriété ainsi que pour y instaurer la tolérance religieuse. Gentili insistait sur les nécessaires collaboration et confiance mutuelles et sur le fait qu’il ne s’agissait pas seulement de collaboration mais d’une aide vers la liberté. À cet effet, il faut rappeler que, dès la fin de l’Ancien Régime, le démembrement de l’Empire ottoman n’était pas exclu pour servir les intérêts français. On s’intéressait au Péloponnèse, à la Crète, à Chypre, mais l’on ne peut que constater une réelle inconstance concernant tous les projets.

13Dès 1795, la Porte avait reconnu la République française et du côté français, on reprenait la politique de Choiseul et de Vergennes : indépendance puis colonisation des régions occidentales de l’Empire ottoman. Le projet se précise avec Bonaparte qui, en craignant une éventuelle occupation russe ou anglaise, annexe les Sept Îles. Il nous faut garder présent à l’esprit l’intérêt commercial et la garantie que représentait l’Heptanèse en cas de partage de l’empire ottoman. Les Îles étaient stratégiquement aussi importantes que Malte. Mais après Campo-Formio, il manquait encore Alexandrie à la France pour que la Méditerranée soit réellement française. Après l’échec égyptien de 1798-99, l’importance des Sept Îles crût de nouveau pour Bonaparte : il ne fallait jamais abandonner Zante et Corfou sinon l’Adriatique serait menacée et l’Orient barré à tout jamais. De fait, il y avait là quatre raisons :

  1. recevoir directement les produits de l’Empire ottoman par l’intermédiaire de pays qui appartiendraient à la France.

  2. détourner le courant qui se dirigeait vers Vienne et passait par la Macédoine et la Bosnie.

  3. ouvrir une nouvelle voie vers l’Orient qui permettrait le commerce et la surveillance des autres puissances. On pourrait ainsi compter sur les chantiers navals de Corfou, le bois de l’Épire et les matelots des Sept Îles.

  4. de cette façon, la conquête du Péloponnèse serait facilitée (les rapports de Stephanopoli et de Félix Beaujour le confirmaient). Ceci envisagé, il existait un problème de temps, de durée de voyage et de risque de blocus. De plus, Venise avait, économiquement, saigné cette région à blanc.

14Ces réserves exprimées, il est intéressant de s’arrêter sur quelques réalisations françaises : à l’Agence d’Ancône, s’ajouta rapidement une imprimerie grecque pour « éclairer les Grecs ». La période d’occupation fut brève mais dense : les gouverneurs des îles furent de réels vecteurs politiques, tel Paolo Viterbi à Ithaque et Céphalonie, des clubs furent créés, naquirent des Comités de Sûreté générale, tel celui de Céphalonie, les mots de patrie et de nation furent suremployés. Pour les Français, la liberté des Grecs signifiait l’anéantissement de Venise et le recul des étrangers en Méditerranée. De plus, la reconnaissance de l’identité des Îles ioniennes comme modèle servirait d’exemple de libération pour les autres Grecs : la « Grande idée » était en marche ! Il est vrai que le 17 octobre 1797, Campo-Formio déclencha l’enthousiasme dans les autres Îles. Bonaparte y était célébré comme « Ami des Grecs », « Nouveau Miltiade », « Bienfaiteur », « Héros du siècle ». C’est une évidence que cette brève période républicaine a participé de l’ouverture d’un horizon pour l’hellénisme. Prenons un exemple concret, celui de l’Académie ionienne. De fait, le rôle de la Raison et celui de l’enseignement étaient constitutifs de la Révolution française mais il devait être exporté. Robespierre avait précisé que « c’est à la puissance de la Raison et non à la force des armes de propager les principes de notre glorieuse Révolution ». Il semble que Raison fut mère de la liberté, car la liberté l’impliqua comme le moyen politique employé par les forces françaises de 1797 à 1799 et de 1807 à 1814 dans les Îles ioniennes.

  • 4 Lamare-Picquot, Nos anciens à Corfou. Souvenirs de l’aide-major Lamare-Picquot, Paris, Éd. Felix, 1 (...)

15Cette volonté et ces réalisations sont corroborées par l’ouvrage de Lamare-Picquot4 dans son récit sur la première Académie ionienne. Il rappelle, en premier lieu, l’état lamentable de l’éducation sous 1’occupation vénitienne, puis que les officiers offrirent 500 livres à la bibliothèque et qu’enfin l’on créa une école publique d’enseignement et d’instruction militaire. Cette institution fut réouverte en 1805 pour y réfléchir et y travailler sur le développement de l’agriculture, du commerce, de la richesse publique, des sciences, en fait participer au développement général du progrès. À Corfou, les vingt-huit membres cooptés correspondaient avec les autres Îles et avec l’empire. Tenant séance tous les 15 jours, ils attribuaient un prix d’économie politique. Cette Académie avait créé une bibliothèque, un cabinet d’histoire naturelle, un jardin botanique et des chaires d’enseignement. Son financement était assuré par des contributions, des dons et des legs. En 1811, on passa à 48 membres, résidant à Corfou sans y être forcément nés. L’on y créa trois sections : Sciences physiques et mathématiques, Sciences morales et politiques et Littérature et Beaux-Arts. Les membres de l’Académie donnaient aussi des cours gratuits. Les Mémoires étaient rédigés en italien, grec, français ou latin. Leurs correspondants étrangers pouvaient aussi bien se nommer Pouqueville à Janina ou Champollion à Grenoble.

  • 5 A. Cohen, Mangeclous, Paris, Gallimard, 1938, renouvelé en 1965.

16De fait, cette présence fut brève, seules les classes dirigeantes furent concernées et les idéaux et la culture de la Révolution française se heurtèrent à la volonté destructrice du féodalisme mais l’expérience dut se révéler positive puisque les Anglais la reprirent en 1824. Aujourd’hui, nous ne pouvons ignorer ce merveilleux livre d’Albert Cohen, Mangeclous5, dont les protagonistes sont des Juifs de Céphalonie. Nous voyons dans cet ouvrage, au ton souvent allégorique, comment perdure dans la mémoire le souvenir de la Révolution française et celui de Bonaparte : un goût lointain, voire exotique de liberté et de tolérance mythifiées. C’est ce livre contemporain qui nous autorise à passer du concret à l’imaginaire français.

17L’indépendance grecque devint une réalité en 1830, et ce après une guerre de libération nationale, la référence à la Révolution française fut constante et les élites françaises se passionnèrent pour le devenir de la Grèce. Ne pensons qu’au peintre Delacroix. Mais quelle place réelle la Grèce occupait-elle dans l’imaginaire français au moment qui nous occupe ? Nous voulons signifier chronologiquement 1789-1815. Nous avons fait le choix de ne pas nous intéresser ici à la période enthousiaste, romantique de l’après 1825. Durant ces vingt-cinq années, on envisage plus la libération de la Grèce du joug ottoman comme celle d’un « Orient de paternité » ou d’un « Orient de maternité » qui a nourri la réflexion et la vie politique et intellectuelle occidentale alors que l’Égypte qui remplit l’imaginaire ne renvoie guère d’images aussi pragmatiques, il n’existe pour ce domaine aucune identification possible. Concernant l’Égypte, on rêve, on colonise, on transforme pour aller vers la perfection, une perfection mais laquelle ? La Grèce, elle, n’a pas ce statut. Elle semble demeurée respectable et apparemment immuable, un objet de référence. L’Égypte, quant à elle, une fois l’émerveillement de la découverte antique estompé, a besoin de passer dans un moule (occidental bien sûr) pour être présentable et fréquentable. La réaction à son égard semble être toute sensitive, sentimentale, irraisonnée. En revanche, on considère que les Grecs peuvent être les propres initiateurs de leur liberté. Il existe une possibilité d’action politique autonome car c’est le pays de la « démocratie », peut-être esclave des Turcs mais aussi inspirateur de l’Occident. La seule contrainte est que cette liberté retrouvée doit être protégée quelque temps afin de la consolider. On rencontre là une réaction beaucoup plus intellectualisée car on perçoit aussi la Grèce comme initiatrice de la propre liberté française. Faudrait-il penser qu’un imaginaire sensitif primait, à ce moment, sur une représentation pragmatique ?

  • 6 M. Dorigny., « La Grèce antique dans le discours girondin, libéralisme athénien contre égalitarisme (...)

18Enfin, c’est enfoncer une porte largement ouverte que de rappeler ce qui inspirait les Français : récits de voyages, descriptions, prénoms « exotiques », liberté, démocratie athénienne, rigueur Spartiate, tout un ensemble, parfois mythique, auquel les révolutionnaires se référèrent bien souvent. Mais cette imprégnation était si forte que l’on peut même saisir des nuances d’appréciation et de reconnaissance vis-à-vis de Sparte ou d’Athènes selon que l’on s’attache à décortiquer la pensée girondine ou celle montagnarde au cours de la Révolution française. C’est bien sûr un lieu commun que de rappeler que tous ces révolutionnaires avaient connu une jeunesse bercée par la lecture des Anciens. Ainsi, Marcel Dorigny6 a étudié l’imaginaire collectif girondin et constaté que la référence antique n’est pas uniforme pour tous les protagonistes. Il a mis à jour une nette différence entre une volonté de société égalitaire inspirée de Sparte et une revendication de liberté, à l’image de celle d’Athènes, et c’est dans cette dernière que la majorité des Girondins se retrouvaient. Je le cite : « Le modèle athénien servait de référence explicite au courant libéral incarné principalement par la Gironde ».

19Mais où en était la Grèce à la veille de la Révolution française ? Elle connaissait alors un réel essor économique depuis le début du XVIIIe siècle, une bourgeoisie s’y développait ; le pays avait atteint un degré élevé d’auto-administration, était en contact si étroit avec le rationalisme occidental que l’Église orthodoxe s’inquiétait devant la puissance et l’influence des Lumières françaises. De plus, après la guerre russo-turque (1768-1774), la Russie avait obtenu de la Porte, la protection des sujets orthodoxes de l’Empire et les Grecs étaient autorisés à battre pavillon russe.

  • 7 Pouqueville, Histoire de la régénération de la Grèce, Paris, F. Didot, 1824.

20Et en 1788, au début de la seconde guerre russo-turque, on entr’aperçoit un réel espoir d’écrasement de l’Empire ottoman. Ali Pacha, à Janina, souhaite l’aide française ou anglaise et l’on envisage dès lors la création d’un état albano-grec qui servirait de véritable école politique d’administration pour les Grecs. Or France, Angleterre et Russie, bien que conscientes de la contradiction de leurs intérêts, et tout aussi conscientes de 1’intérêt que représenterait l’unité d’un peuple albano-grec indépendant, firent le choix de la non-intervention. Elles savaient qu’aucune d’entre elles ne pouvait imposer sa solution. L’indépendance devait venir des Grecs eux-mêmes. Il était admis que, seules, quelques aides individuelles et personnelles pourraient voler à leur secours7 Ces trois états agissent clairement comme des révélateurs mais sans plus.

21La Révolution française, certes, aida à structurer l’opposition et l’occupation des Îles accéléra le processus. En 1797, la présence française remplace celle russe et même si cette occupation française fut décevante, parce que brève (j’entends pour la France !), l’Heptanèse devint un carrefour et pas seulement un refuge intellectuel. Elle fixa dans les esprits un espoir d’intervention de Bonaparte dans l’empire ottoman.

22La réalité de cette influence fut telle qu’en septembre 1798, parut une encyclique du Patriarche œcuménique dénonçant le régicide et les actions de la France contre l’Église, tout en craignant quelques tours joués par cette affreuse papiste qu’était tout de même la fille aînée de l’Église ! Et il dénonçait la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui intéressa tant les pères de la future indépendance, entre autres Rigas, Benjamin de Lesbos, Neophytos Vamvas, Constantin Coumas, Adamance Coray, Michel Christaris ou Jean Coconis. Ces derniers prenaient appui sur les Lumières, sur la Révolution. Ce moment paraît un ancrage d’une conscience politique et sociale : l’on imagine l’indépendance, on espère en l’Angleterre, la Russie ou la France et l’on continue de considérer l’Autriche comme conservatrice et pro-turque. On ne désespère pas pendant la période russo-turque de la République des Sept Îles (1800-1807). Ces moments, ces influences ont révélé puis accéléré la prise de conscience nationale et rendu le libéralisme bourgeois de plus en plus présent dans la vie politique. Mais deux exemples nous suffiront pour conclure sur ce point : l’un concret, le Droit français fut appliqué jusqu’en 1945 aux Îles Ioniennes, en Crète et à Samos. L’autre est extrait d’un Mémoire rédigé le 22 novembre 1815, par Capodistrias (Corfiote, ministre du tzar Alexandre 1er) à l’intention de Lord Castlereagh : « L’Italie et la France offrirent aux jeunes gens des Sept Îles une masse nouvelle de Lumières et de connaissances dont ils firent profit ».

23Nous le disions, combien la Grèce inspira la France : Bonaparte forma pour la campagne d’Égypte un Bataillon de Chasseurs d’Orient, puis plus tard, en 1807, créa un régiment albanais, enfin un dernier détail, très rouennais !), en 1802, le Premier Consul vint en visite officielle à Rouen. Pour décorer sa chambre, on y accrocha un tableau du peintre rouennais Lemonnier ; « L’Albanais » (aujourd’hui au Musée de Rouen). Et puisqu’il faut chronologiquement savoir s’arrêter, disons que le préromantisme français se gorgea d’Orient mais aussi d’hellénisme.

24Révélateur, certes, accélérateur, sûrement mais en aucun cas déclencheur, aucun de ces trois pays ne peut revendiquer ce dernier terme, dans la marche des Grecs vers l’indépendance. Il est vrai que la France, en se drapant dans des costumes antiques, pour faire sa Révolution, en utilisant un vocabulaire venu de l’Antiquité, en imposant et en répandant ses idées nouvelles, a renvoyé d’elle une excellente image inspiratrice d’une Grèce qui se cherchait. Représentations françaises qui font se réclamer Zante, Céphalonie et Leucade abandonnées en 1809-1810, du parti français. Mais la puissance du modèle français était d’autant plus attractive parce qu’elle était devenue fantomatique. L’occupation avait été brève, les proclamations françaises avaient su aisément flatter et utiliser l’histoire grecque. Mais, parallèlement, l’imaginaire français ne se mobilisait pas encore de la même manière que pour le rêve égyptien. Si les représentations demeuraient mythiques (comme le montre l’ouvrage de Stephanopoli), cette perception gardait le pragmatisme d’une volonté politique, d’un modèle aussi illustré par des mots comme liberté, démocratie, vote, élections, citoyen, droits. Dans le cas grec, on ne se contentait pas de rêver aux pyramides.

Notes

1 Il est l’auteur d’une description générale de Salonique, datée du 20 prairial an IV et d’un rapport sur le commerce des étrangers à Salonique, daté du 1er messidor an VI.

2 Dans Antoine Martelaos, Athènes, 1977, p. 41.

3 Institut d’Études macédoniennes, Thessalonique, 1965, vol. 79.

4 Lamare-Picquot, Nos anciens à Corfou. Souvenirs de l’aide-major Lamare-Picquot, Paris, Éd. Felix, 1918.

5 A. Cohen, Mangeclous, Paris, Gallimard, 1938, renouvelé en 1965.

6 M. Dorigny., « La Grèce antique dans le discours girondin, libéralisme athénien contre égalitarisme Spartiate » dans En hommage à Claude Mazauric, Pour la Révolution française Rouen PUR. 1998.

7 Pouqueville, Histoire de la régénération de la Grèce, Paris, F. Didot, 1824.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search