Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunis, Carthage, l’Orient sous le regard de l’Occident du temps des Lumières à la jeunesse de Flaubert

 | 
Éric Wauters

Introduction

Claude Mazauric

Texte intégral

1Avec le soutien modeste mais confiant et assuré du CMCU (Comité mixte de coopération universitaire franco-tunisien), pendant trois années de 1996 à 1998, deux équipes des universités de Tunis et de Rouen, composées d’enseignants-chercheurs et de chercheurs en histoire et littérature, ont uni leurs efforts et concentré leurs échanges intellectuels à seule fin de penser en commun avec leurs étudiants respectifs, un objet virtuel dont ils ne savaient pas a priori, de quelle nature il serait finalement doté. Car dans ce qui prit rapidement figure de projet commun, il s’est moins agi d’étudier un Orient méditerranéen ou maghrébin (si l’on ose cette extrapolation), tel que des sources normandes ou parisiennes pouvaient au terme d’enquêtes sérieuses nous le donner à saisir entre dixhuitième siècle et explosion colonisatrice française, que de rendre compte d’un imaginaire : la construction mentale de cet orient fictif, « cet Orient de l’Occident » qu’évoquait Baudelaire si heureusement cité par Kamel Gaha dans l’étude initiale du présent recueil. Un Orient en quelque sorte que des français, principalement des français de Normandie, pouvaient avoir eu la sensation de (re)connaître. Des français et des français de Normandie, certes, mais pas eux seuls et pas n’importe lesquels ! Pas eux seuls tout d’abord puisque Mounir Fendri nous rappelle l’intérêt des voyageurs allemands pour la Tunisie de la fin du XVIIIe siècle jusqu à l’apogée du XIXe siècle et, si l’enquête avait pu s’étendre à l’Italie du Royaume de Naples et des Présides de Toscane, la démonstration eut été encore plus éclatante. Pas n’importe quels français ensuite : des captifs repris aux mains de pirates ou rachetés, des Frères rédempteurs, Trinitaires et Mercédaires, des marins, des voyageurs aventureux, des négociants contraints ou portés à s’intéresser au « monde barbaresque » comme nous le suggèrent Éric Wauters et Emmanuel Nicolas, ou spécialement au Maghreb central et à l’Algérie comme les observe Isabelle Coatanay-Meyer. Si ajoutent des analystes plus ou moins savants, comme les auteurs de ces 60 ouvrages que, selon Isabelle Laboulais-Lesage, Coquebert de Montbret répartissait dans un fourre-tout de sa bibliothèque, fait d’Asie, d’Asie occidentale et d’Arabie, d’Égypte et de Maghreb, vaste ensemble que l’on tenait évidemment pour un « Orient géographique aux contours flous » (Christine Le Bozec).

2Derrière cette esquisse de repères vécus et pensés, demeure évidemment cette question cardinale subtilement posée par Hassen El Annabi : au regard de cette « construction poétique pure » (Kamel Gaha), qu’est devenu l’Orient sous le regard de l’Occident et les tunisiens étaientils des orientaux se pensant comme tels ? C’est que le rêve oriental se matérialise tantôt dans une géographie de l’éloignement, tantôt dans un espace de proximité : islamique, il prend figure avec les premiers minarets visibles à trois jours de marche de Venise ou de Vienne, à quelques encablures des Baléares ou de la Sicile, chrétien par paradoxe mais orthodoxe, il devient cet espace grec insulaire ou péninsulaire, jardin de lumière que Bonaparte, d’Italie, essaie de gagner au modèle révolutionnaire français (C. Le Bozec). En réalité, aux yeux des habitants de l’espace infini de civilisation qui s’ouvre à l’est et au sud de la mer intérieure, c est bien l’Occident et la France singulièrement qui sont insolites ou exotiques : en deux siècles, de Louis XIV finissant jusqu’à la fin du XIXe siècle, selon les comptages scrupuleux de Tahar Oualhazi, dix-neuf étrangers « d’origine orientale » ont en tout et pour tout, obtenu des lettres de naturalité française ! La curiosité initiale puis la pénétration de l’occident bourgeois en Orient, presque dix siècles après 1’orientalisation, via 1’Islam des marges de l’Occident européen, préfigurent le grand tournant colonialiste inscrit à l’orée de notre temps : conquête ou domination, mise en tutelle et exploitation ont d’ailleurs précédé et déterminé les découpages nationaux et étatiques de notre Orient contemporain qui ne nous paraît d’ailleurs tel que du fait de notre ignorance des profondeurs de l’histoire et de la longue durée.

3Il est cependant un Orient-creuset plus réel que celui que (re)construisent à grands frais historiens et savants : l’Orient de Salammbô, objet véritablement central de ce recueil. Un Orient au sein duquel, par-delà les vilenies de l’histoire et de l’actuel, nous pouvons accéder en atteignant le somptueux refuge du lire, du plaisir et du beau ! Si Hédia Khadar nous rappelle l’attention portée par Flaubert à se remémorer, carnets de notes à l’appui, ce qu’il avait vu et éprouvé des Pyramides d’Égypte aux ruines (encore enfouies) de Carthage, c’est avec la longue et troublante pérégrination d’Yvan Leclerc, prenant tantôt le pas de Maupassant, lequel essayait de mettre le sien dans celui du « Maître », tantôt en suivant la marche de Flaubert lui-même depuis Marseille, que nous retrouvons notre Orient véritable. Suivons donc le précepte d’Yvan Leclerc : « Comment voyager en Tunisie après Flaubert, si ce n’est d’après lui ? », (p. 122).

4L’interrogation subjective du flaubertien éclaire en vérité tout 1’itinéraire de ce recueil à voix multiples : Tunis, Carthage et puis cet Orient réfléchi... Finalement, nous l’avons tous ici conçu sans vergogne comme ce non-espace géographique ou géo-politique qui devient pour notre plus grande joie, espace demythe où s’enracine la culture et le respect de 1’autre, c’est-à-dire l’espace de l’amitié vraie.

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Rouen. Responsable de la partie française du projet CMCU, no 96 F 0402

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540