Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Conclusion

Texte intégral

1Majoritaires au Havre dès 1865, les républicains semblaient plus forts que jamais fin 1889, quand s'éteignirent les lumières des fêtes du centenaire de la Révolution. Depuis les débuts de la Troisième République, ils avaient remporté toutes les élections, ne laissant aucun siège aux conservateurs. Majoritairement opportunistes, ils avaient su faire une petite place aux radicaux au conseil général ou d'arrondissement comme à la mairie, ce qui avait évité tout affrontement trop marqué. Il faudra attendre la formation du gouvernement Waldeck-Rousseau pour qu'un premier reclassement politique ait lieu : une partie des modérés, derrière Louis Brindeau et Auguste Rispal, glissera à droite et se rapprochera des conservateurs, tandis que les Siegfried, père et fils, choisiront l’union avec les radicaux qui permettra à l’ancien maire du Havre de retrouver un siège de député après son échec au Sénat en février 1900. Après avoir soutenu le Bloc des gauches, le député du Havre commencera à se démarquer des radicaux à la veille de la guerre et on le retrouvera, en 1919, sur la liste départementale du Bloc national. Les premières victoires électorales de l'extrême gauche attendront, elles, 1922 et surtout 1923 avec l'élection d'André Marty, pourtant inéligible, dans le 4e canton.

2Cet unanimisme républicain, qui contrastait avec la situation bien plus complexe du pays de Caux, était une des énigmes que nous souhaitions résoudre. Comment expliquer non pas tant la victoire des républicains, phénomène que l'on retrouve dans d'autres grandes villes françaises, que leur enracinement durable dans une cité de plus en plus ouvrière et industrielle ? Cela ne fut possible que grâce à un double phénomène : la conversion à la République d'élites du négoce, libérales à l'origine ; l'union des ces élites et des populations ouvrières.

3La première condition fut essentielle. Contrairement à ce qui a trop souvent été écrit, la victoire de la République en France ne fut pas l'oeuvre seulement de militants de sociétés secrètes, repérables dès la Restauration, mais s'explique par le ralliement à ce type de régime d'une partie des élites. Au Havre, c'est bien moins l'action des quelques membres de la Société des Droits de l'homme et du citoyen ou même des démoc.-soc. qui importe que le glissement du négoce local de l'orléanisme vers les idées républicaines. Une première étape, trop souvent ignorée par l'historiographie, eut lieu sous la Seconde République avec la constitution d'une idéologie républicaine et modérée. Le régime né des barricades de février ne s'est pas limité à un affrontement dès juin 1848 entre parti de l'ordre et démocrates, mais a vu aussi éclore une première tentative « centriste » pour unir l'idée de République au refus de tout bouleversement social. Si tous les partisans de Cavaignac ne sont pas restés fidèles ensuite à l'idée républicaine, on en retrouve un nombre non négligeable parmi ceux qui participeront à la renaissance du Parti républicain sous l'Empire. Surtout, 1848, révolution non souhaitée, montra que la République pouvait être la meilleure des solutions à condition d'empêcher tout débordement sur la gauche et de ne pas laisser l'initiative aux éléments les plus radicaux.

4Ayant tiré les leçons du passé, quelques négociants prirent la tête de l'opposition à l’Empire, dès le début des années 1860, entraînant avec eux, peu à peu, la majorité du négoce havrais. Leur ouverture sur le monde, notamment les Etats-Unis, relativement rare parmi les élites françaises, expliquait que l'idée même de République ne leur faisait pas peur : outreAtlantique, loin de rimer avec l'idée de subversion sociale, le régime républicain permettait l'épanouissement de l'initiative individuelle. L'avènement de la démocratie n'avait pas conduit au renversement des hiérarchies sociales. Ce qui était possible aux États-Unis devait l'être aussi en France. S'appuyant sur la presse locale, ces négociants surent, cette fois, s'unir aux éléments les plus radicaux de la petite et moyenne bourgeoisie, mais aussi du peuple. C'est Lecesne qui poussa le plus loin cette alliance des élites et du monde ouvrier, en sachant trouver ses meilleurs appuis dans les quartiers les plus populaires. Les plus modérés, à l'exemple de Siegfried, ne firent que suivre le mouvement, comprenant vite que la République était le seul régime capable d'éviter de nouvelles commotions, à condition d'en prendre le contrôle.

5Une fois placée à la tête de l'opposition, encore fallait-il à cette nouvelle génération républicaine trouver un électorat. Ce ne fut guère difficile. Si, comme ailleurs en France, une partie du monde ouvrier havrais put, un moment, adhérer au césarisme démocratique du régime impérial, cela ne dura guère. Le déracinement de nombreux ouvriers, venus tenter leur chance au Havre, expliquait la réceptivité à un discours républicain qui mettait au premier plan la question scolaire : l'accès de tous à l'instruction ne rendrait-il pas possible les rêves d'ascension sociale ? Ce déracinement permit aussi à la population de se reconnaître dans un discours très hostile à l'Église : coupés de leur milieu d'origine, de nombreux ouvriers avaient pris leur distance vis à vis des pratiques religieuses qui continuaient à rythmer la vie d'une grande partie des campagnes françaises. À la tutelle des notables des campagnes, succéda une autre forme d'encadrement, plus feutrée : les multiples associations qui éclorent permirent aux élites républicaines de gagner en influence auprès du peuple. À ces premiers facteurs qui favorisèrent l'apparition d'une opinion républicaine majoritaire dès le début des années 1860, s'ajouta l'épreuve de la guerre. Un patriotisme havrais se constitua, d'autant plus fort que, si la ville avait subi les rigueurs d'un siège, elle avait échappé à la défaite ou à une reddition honteuse, les Prussiens n'ayant pas fait de la conquête du port normand un objectif prioritaire. Le Havre pouvait s'affirmer victorieux à bon compte et, aux yeux de tous, c'est la République qui l'avait emporté, toutes classes sociales confondues. Cela permit au Havre de traverser sans heurt la période de la Commune : même s’il y eut sur place des partisans des fédérés, ils restèrent minoritaires, y compris parmi le monde ouvrier, et ne rompirent pas avec les dirigeants historiques du parti républicain. Il n'y eut point de Commune au Havre et, si la majorité des dirigeants républicains finirent par se ranger à l'idée que la répression était inévitable, on ne leur en tint point grief.

6Cette union des élites et du peuple dans un même unanimisme républicain dura sans réelle remise en cause pendant les vingt années qui suivirent. Elle est indissociable de toute une culture politique républicaine, dont nous avons essayé de décrire la richesse. Pour montrer son attachement au nouveau régime, Le Havre transforma sa toponymie et sut faire du 14 juillet une véritable fête populaire. L'idée de République était inséparable des idées de progrès et d'instruction : la ville se couvrit de bibliothèques et, surtout, d'écoles, véritables palais pour les enfants du peuple. Le contraste avec le Second Empire, période durant laquelle on avait préféré rénover les églises ou en construire de nouvelles, était évident pour tous. Cette culture républicaine s'exprima aussi à travers les nombreuses associations qui virent le jour : orphéons, sociétés de gymnastique et de tir, sociétés de secours mutuel, cercles pour instituteurs, employés ou ouvriers. Si au départ toutes les initiatives n'avaient pas été le fait des républicains, ces sociétés furent, le plus souvent, des lieux de rencontre entre élites républicaines et classes populaires. Leur discours, patriote et progressiste, conforta le message de la République opportuniste.

7L'unanimisme explique, enfin, que vue du Havre l'opposition entre républicains de gouvernement et radicaux, dont on a longtemps fait une des clefs pour comprendre l'évolution politique de la France dans le dernier quart du XIXe siècle, fut tout sauf une guerre de tranchées. Si une minorité radicale apparût, elle se garda de tout affrontement frontal avec les républicains de gouvernement ; elle avait trop à y perdre et sur bien des thèmes, tel celui de la conquête coloniale, elle était plus proche des gambettistes locaux que de Clemenceau et ses amis. Au conseil municipal, il y eut presque toujours une place pour ces radicaux, et les querelles tinrent plus à des questions d'homme qu'à des questions idéologiques, Siegfried ayant le don de cristalliser bien des oppositions.

8Pire, quand un mouvement ouvrier réapparut, il se rangea délibérément dans le sillage du gambettisme, se retrouvant à contre-courant de l'évolution générale du syndicalisme français. La confiance dans les dirigeants républicains et dans leur bonne volonté pour résoudre par la conciliation les mouvements sociaux fut un temps la plus forte. Ce n'est que plus tard que les désillusions créeront un fossé profond entre ouvriers et élites locales du commerce et de l'industrie. À la fin des années 1880, le divorce était encore loin d'être consommé et les quelques groupes anarchistes qui étaient apparus n'avaient qu'une influence limitée.

9Cette union du monde ouvrier havrais et des élites nous semble donc une caractéristique essentielle. Elle a été diversement jugée, certains y voyant un marché de dupes. Utilisant tour à tour la flatterie et les recettes les plus éculées du paternalisme, le négoce havrais aurait su endormir le peuple et éviter toute remise en cause de son pouvoir sur la ville. Cette vision n'est sans doute pas totalement fausse, mais elle demande bien des nuances.

10Le rôle prédominant du négoce à la tête du parti républicain a donné à la vie politique locale une coloration bien particulière dont l'oeuvre de Siegfried comme premier adjoint, puis comme maire, est la parfaite illustration. La présence de nombreux protestants parmi le négoce libéral expliqua un souci d'instruction, mais aussi d'éducation et de moralisation des classes pauvres. Ce discours puritain peut aujourd'hui agacer, mais il devient incompréhensible, si on ne le replace pas dans son contexte, celui d'une ville battant tous les records français pour la densité des débits de boisson, et si on fait abstraction des sentiments religieux qu'il recouvre. Surtout, s'il permet de justifier l'ordre social – l'homme est l’unique responsable de son sort et il lui appartient de modifier ses comportements pour s'élever dans la société-, il n'a rien d'hypocrite. Au pire, on peut le taxer de naïf !

11Un autre apport du négoce au républicanisme havrais fut son inflexion libérale très nette. Le peu d'ancienneté de bien des fortunes locales a favorisé un discours prônant l'initiative individuelle et méfiant vis à vis de tout esprit de système. Si la référence au libéralisme économique n'est pas propre aux républicains de la Porte océane, elle y a pris un aspect plus systématique qu'ailleurs. Pour Faure ou Siegfried, nul doute que l'application de la maxime « laisser faire, laisser aller » a été un des facteurs de la réussite du port. Même si ni l'un ni l'autre n'étaient issus des classes inférieures de la société, tous les deux avaient su devenir en un laps de temps particulièrement court millionnaire, et ils ne pouvaient que croire aux vertus de l'initiative individuelle.

12Ce libéralisme républicain n'a pas pour autant méconnu la question sociale. Simplement, il a essayé de trouver des solutions pragmatiques, dont certaines ont échoué ou ont montré leurs limites, mais dont d’autres ont ouvert la voie aux réformes du futur. Il est facile d’ironiser sur l’aspect paternaliste du cercle Franklin, mais le souci de permettre l'accès de tous aux loisirs ne sera-t-il pas une des avancées sociales majeures du XXe siècle ? De même, les cités ouvrières de Siegfried peuvent sembler bien dérisoires face à la question du logement qui restera un des problèmes les plus criants au Havre jusqu'à la Seconde guerre mondiale, mais au moins reconnaissons aux républicains havrais le mérite d'avoir voulu faire quelque chose et notons que cette expérience et ses limites nourriront la réflexion de Siegfried quand il rédigera la loi sur les Habitations bon marché, loi qui, même si elle n’eut que des effets modestes, fut la première étape d’une politique du logement social à l’échelle de l’hexagone.

13Notre tableau des républicains havrais apparaîtra, tout compte fait, peutêtre idyllique. Il voudrait simplement donner quelques pistes de réflexion et nuancer quelques idées reçues. La République ne fut pas en France que l'affaire des avocats et des journalistes. Elle ne rima pas forcément avec le refus des religions révélées et, surtout, loin de méconnaître la question sociale, elle essaya de trouver des remèdes dans un cadre conceptuel qui restait celui du libéralisme.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540