Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Épilogue. Des républicains plus forts que jamais (1885-1889) ?

Texte intégral

1Victorieuse aux débuts des années 1880, la République put paraître en perte de vitesse les années suivantes. Tandis qu'une partie des ouvriers se détachait d'elle, les républicains se divisaient, un courant radical s'affirmait, et la menace boulangiste se profilait. Ces écueils furent pourtant évités et 1889 vit l'unanimisme républicain triompher à nouveau à l'occasion du premier centenaire de la Révolution.

1. L'affirmation d'un mouvement ouvrier hostile aux républicains de gouvernement

  • 1 Rapport du commissaire spécial du Havre, 25 mars 1886, ADSM, 4 M 362.
  • 2 Rapport du commissaire spécial du Havre, 25 mars 1886, ADSM, 4 M 362.
  • 3 Rapport du commissaire central du Havre, 25 mars 1886, ADSM, 4 M 362.
  • 4 Programme de revendications des ouvriers sans travail, AMH, FC, I2 1/14.
  • 5 Rapport du commissaire central, 1er avril 1886, AMH, FC, I2 1/14.

2La montée du chômage, conséquence de la Grande Dépression, accentua dans les années suivantes l'impression d'une impuissance des chambres syndicales. Une recomposition du mouvement ouvrier commença. Ce fut très net en 1886, quand éclata le mouvement des ouvriers sans travail. Le 25 mars 1886, au sortir d'un hiver particulièrement rude, quelques meneurs organisèrent une première réunion, dans la salle Franklin mise à leur disposition par la municipalité. Aucun des orateurs n'était connu comme militant d'un comité républicain. Cette initiative correspondait à une attente de la classe ouvrière : le commissaire spécial décompta environ 2 000 personnes dont « 150 curieux, bourgeois ou patrons, une quarantaine de femmes et le reste (...) ouvriers du port et des différents corps d'état, qui, pour la plupart, avaient volontairement suspendu leur travail cette après-midi »1. Les orateurs réclamèrent une baisse des horaires de travail, une hausse des salaires, la priorité d'embauche aux ouvriers français et la mise en place par le gouvernement d'ateliers pour les ouvriers sans travail. Surtout, l'idée de « la formation d'une vaste association de tous les ouvriers sans distinction » fut lancée2. Par rapport à la période précédente, la radicalisation des esprits était nette : après qu'un intervenant, le perruquier Godeau, ancien membre du Comité central républicain de solidarité, eut prôné la collectivisation du sous-sol, des chemins de fer et des canaux, un autre, Dufour, ouvrier ferblantier, dénonça le collectivisme et l'égalitarisme, et proposa de recréer des chambres syndicales et des coopératives, moyen pour les ouvriers de devenir « à leur tour capitalistes ». Cela lui valut les huées de la salle qui l'accusa de n'être qu'un « clérical », alors qu'il avait été conseiller municipal républicain de Graville-Sainte-Honorine en 1871 et que ses propos auraient pu être tenus par Lyonnais quelques années plus tôt. À l'opposé, un autre orateur s'offrit un triomphe facile en réfutant les arguments de la municipalité sur son manque de ressources pour aider les ouvriers sans travail : « L'on vous dira qu'il n'y a pas d'argent... Vous répondrez que l'on en a bien trouvé pour créer des promenades à la côte où MM. les bourgeois iront fumer le cigare »3, ce qui était une allusion à la construction du boulevard Maritime. Ce gauchissement du discours n'échappa pas aux personnes présentes : Godeau revint à la tribune se féliciter « que depuis 1849, c'est la première fois que les questions sociales sont agitées publiquement au Havre ». Cette radicalisation ne signifiait pas encore la révolte contre les autorités municipales républicaines : comme on l'avait toujours fait depuis que la mairie était républicaine, on décida de se tourner vers elle pour lui demander qu'elle construise un asile de nuit, lance des grands travaux réservés à la main-d'œuvre française et intercède auprès des industriels pour qu'ils diminuent les heures supplémentaires et embauchent4. La promesse faite par la municipalité de se pencher avec bienveillance sur ces questions lui valut de ne pas être mise en cause lors de la seconde réunion des ouvriers sans travail, le 1er avril. La proposition d'un des orateurs de manifester devant l'hôtel de ville resta sans suite5.

  • 6 Rapport du commissaire central, 3 avril 1886, AMH, FC, I2 1/14.
  • 7 Rapport du commissaire spécial du Havre, 15 avril 1886, ADSM, 4 M 362.
  • 8 Rapport du commissaire spécial du Havre, 19 avril 1886, ADSM, 4 M 362.

3Les semaines suivantes virent pourtant le risque d'une coupure durable entre les ouvriers et la municipalité se confirmer. Dès le 3, une première manifestation eut lieu sous les fenêtres de la mairie6. Réunis une troisième fois le 15 avril, les ouvriers sans travail, au nombre de 2 000, entendirent leurs représentants expliquer que la municipalité s'était déclarée incompétente à propos de la plupart de leurs griefs7. De nouvelles réclamations apparurent, entre autres celle d'un accès direct aux fourneaux économiques, alors que les édiles, soucieux de traquer les « mauvais pauvres », avaient rendu obligatoire de se faire délivrer une carte par le commissaire de police de son quartier. À la fin de la réunion, les plus activistes, au nombre de 150, allèrent manifester leur mécontentement sous les fenêtres de l'hôtel de ville, en chantant la Marseillaise, ce qui leur permit d’obtenir des bons pour les fourneaux économiques. Quelques jours plus tard, le commissaire spécial notait avec inquiétude la brusque augmentation du nombre de lecteurs du Cri du Peuple8.

  • 9 Rapport du commissaire spécial du Havre, 5 mai 1886, ADSM, 4 M 362.
  • 10 Rapport du capitaine de gendarmerie, 22 mai 1886, ADSM, 4 M 362.

4Cette poussée de fièvre révolutionnaire continua jusqu'en mai, tout en touchant un nombre décroissant d'ouvriers, le travail commençant à reprendre sur les quais et dans les usines. Comme souvent, la perte d'influence du mouvement accentua sa radicalisation. Lors d'une quatrième réunion, le 5 mai, où n'assistaient plus que 400 personnes, les critiques contre les dirigeants républicains se firent de plus en plus vives, une modiste s'en prenant au député du Havre, Siegfried, en ces termes : « Voyez M'Siegfried qui est riche par millions, ne pourrait-il pas aussi vous abandonner les 750 f. par mois que vous lui avez fait avoir en le nommant député, cela soulagerait vos misères »9. Le 22 mai, une visite officielle de ministres fut l'occasion de manifester contre les dirigeants de la République opportuniste. Des placards y appelaient en ces termes : « Ouvrier, tu as faim, on mange à l'hôtel de ville à midi, c'est toi qui paie, va donc réclamer ta place au banquet des ministres »10. La reprise de l'activité portuaire qui permit dès le 1er juin au bureau de bienfaisance de cesser ses secours aux ouvriers sans travail, et la prise en compte par les élites locales du mécontentement ouvrier firent de cette manifestation la dernière de l'année. La mairie avait su, tout au long de la crise, assurer la survie des ouvriers en distribuant des bons de fourneau économique, ce qui évita une explosion sociale. Même si une carte était, en théorie, indispensable pour obtenir les secours, on avait fait preuve de souplesse et su éviter tout débordement.

  • 11 Rapport du commissaire central du Havre, 1er septembre 1886, AMH, FC, I2 7/2.

5Surtout, le maire, Paul Marion, avait écouté d'une oreille favorable certaines des revendications ouvrières. La municipalité avait proposé, dès fin mars, de former une commission pour dresser une liste de leurs griefs vis à vis des employeurs. Tout au long du conflit, elle avait su avec habileté ne pas apparaître liée aux entrepreneurs de déchargement du port ou aux industriels de la construction navale. Cela n'empêchait pas les dirigeants républicains de se retrouver encore une fois en porte-à-faux, pris entre leur souci d'éviter toute rupture avec le monde ouvrier et leurs intérêts comme employeurs. Début septembre, un petit incident nocturne fut révélateur de ces tensions : un groupe de charbonniers avait essayé d'empêcher le chargement d’un navire allemand de la maison Brostrom et Cie, exigeant que les heures de nuit soient payées à raison de un franc l'heure et non soixante-quinze centimes11. Ce conflit n'avait rien de grave, mais l'employeur mis en cause n'était pas n'importe qui : depuis la mort de Guillemard, Brostrom était devenu le vétéran glorieux du parti républicain.

  • 12 Rapport du commissaire central du Havre, 27 décembre 1886, AMH, FC, I2 7/2.
  • 13 Rapport du commissaire central du Havre, 7 février 1887, ADSM, 4 M 2 695.
  • 14 Rapports du commissaire spécial et du commissaire central du Havre, 22 novembre 1887, ADSM, 4 M2 69 (...)
  • 15 Rapport du commissaire spécial du Havre, 6 décembre 1887, ADSM, 4 M 2 695.

6En 1887, le mouvement des ouvriers sans travail continua à exister, mais changea de contenu. Désormais, les effectifs des ouvriers assemblés ne se comptaient plus en milliers, mais en centaines. Surtout, la radicalisation du mouvement s'accompagnait d'une division. Au flou idéologique des débuts, succéda chez les organisateurs des réunions un net penchant pour l'anarchisme. Dès le 26 décembre 1886, un premier meeting avait permis aux ouvriers havrais de prendre connaissance des idées libertaires, défendues par Tortelier12. Une de ses cibles privilégiées fut les républicains de gouvernement, accusés de mettre leur programme dans la poche une fois élus. Le 6 février, Tortelier revint exposer les théories anarchistes au Théâtre de l'Ambigu13. Quelques 350 personnes entendirent un vibrant plaidoyer contre l'armée et pour la récupération individuelle. L'imminence de la révolution sociale leur fut présentée comme une évidence. Le 21 novembre, ce sont 200 ouvriers qui vinrent conspuer « Lyonnais, Siegfried et toute la boutique »14. Ce penchant pour l'anarchisme ne fit pas l'unanimité, loin de là. Lors des diverses réunions, les critiques émises contre le général Boulanger furent interrompues par des huées : une partie des ouvriers attendait plus son salut du général que des partisans de la Sociale. Les diatribes à l'encontre des autorités républicaines n'étaient pas partagées par tous. Le 22 novembre, un orateur vint remercier la municipalité pour ses efforts de recensement des ouvriers sans travail. Lors d'une nouvelle réunion, le 6 décembre, les critiques de l'orateur, Daumas, contre Sadi Carnot conduisirent un des ouvriers présents à prendre la parole pour faire l'éloge du nouveau président et de ses ancêtres15. Son rôle au Havre pendant la guerre n'était pas tout à fait oublié.

2. La crise boulangiste surmontée sans encombre

  • 16 Sur le boulangisme en Seine-Inférieure : Marcel Boivin, « Le Boulangisme en Haute-Normandie », Anna (...)

7L'autre menace qui pesa sur les républicains à la fin des années 1880 fut la crise boulangiste. Elle eut au Havre beaucoup moins de conséquences qu'ailleurs : les idées républicaines restaient solidement enracinées16.

  • 17 Rapport du sous-préfet, 4 octobre 1888, ADSM, 4 M 2 706.
  • 18 Rapport du préfet, 8 octobre 1888, ADSM, 4 M 2 706. Cf. aussi Yannick Marec, 1848 à Rouen, les Mémo (...)

8Alors que le courant boulangiste avait pris son essor dès le printemps 1888 – la première victoire électorale du général date du 15 avril-, ce mouvement resta longtemps inorganisé au Havre. En août 1888, lors des élections cantonales consécutives au nouveau découpage de la ville en six cantons, aucun candidat boulangiste ne se présenta. En octobre de la même année, le sous-préfet notait : « Il n'y a pas, à proprement parler, de campagne boulangiste dans l'arrondissement du Havre. Le boulangisme n'y possède ni comité organisé, ni caisse, ni journal »17. Un seul titre, au tirage limité, La Cloche illustrée, de sensibilité radicale, avait pris fait et cause pour le général dès 1887. L'hostilité de cet hebdomadaire aux républicains de gouvernement, son patriotisme et sa germanophobie expliquaient cet appui au « général Revanche ». Il s'agissait moins de détruire la République que de la refonder sur de nouvelles bases. Le contraste était grand avec Rouen où une partie de l'extrême gauche locale avait rallié le camp boulangiste. Déçu par vingt années de République opportuniste, Cord'homme y avait fondé un comité « intransigeant »18.

  • 19 Rapports du sous-préfet des 22 février et 23 mars 1889, ADSM, 4 M 2 706.
  • 20 Rapport du sous-préfet, 20 juin 1889, ADSM, 4 M 2 706.

9Ce n’est qu’en février 1889, soit après l'apothéose parisienne du 27 janvier, qu'un comité d'une quarantaine de personnes se constitua, sous le nom de Ligue révisionniste havraise du parti républicain national19. Ces admirateurs du général, jusqu'alors isolés, firent connaissance lors d'une conférence, le 19, du député radical de Seine-et-Oise, Hubbard, venu dénoncer au Havre la menace boulangiste ! Comme bien souvent les bonnes intentions avaient conduit à un résultat inverse à celui escompté. Le président de la ligue boulangiste fut d'abord un caissier de la Compagnie des Messageries maritimes, Jean Ernest Odinet. Il céda rapidement la place à un jeune avocat, Jennequin, qui jusqu'alors s'était tenu à mi-distance des républicains ministériels et de l'opposition modérée, catholique et libérale. Le programme reprenait les idées révisionnistes et plébiscitaires, tout en s’inscrivant dans la lignée du « boulangisme radical », voire socialisant : la Ligue dénonçait l'incompatibilité entre les institutions de 1875 et une véritable « république démocratique » ; les républicains de gouvernement étaient dénoncés pour leur insensibilité à la question sociale ; les futurs candidats s'engageaient à « consacrer tous leurs efforts à l'amélioration du sort des travailleurs et des employés de commerce »20. Les boulangistes havrais pouvaient compter sur un contexte favorable : la crise économique venait d'entraîner le licenciement de plusieurs centaines d'ouvriers de la Société des Forges et Chantiers. Le Journal du Havre, toujours soucieux de se démarquer de son principal concurrent, Le Havre, était prêt à ouvrir ses colonnes à tous ceux qui critiquaient le ministère ou le député du Havre, Jules Siegfried.

  • 21 Télégramme du sous-préfet, 30 mai 11889, ADSM, 4 M 2 706.
  • 22 La Cloche illustrée, 31 mars 1889.

10L'activité du comité boulangiste consista, les mois suivants, à essayer de gagner à ses vues la population. Une conférence de Laguerre fut organisée le 30 mai, dans un climat tendu, des anarchistes n'hésitant pas à prendre d'assaut la tribune et à blesser les orateurs21. Jennequin chercha à fonder un journal et à multiplier les sous-comités de quartier. Ces efforts ne donnèrent pas les résultats escomptés. Privés de dirigeants d’envergure – jeune et inexpérimenté, Jennequin manquait visiblement de charisme-, les boulangistes durent faire face à un front républicain uni, radicaux et opportunistes faisant d'autant plus facilement front commun que les premiers n’avaient guère les moyens de peser seuls au Havre. Quand ils essayèrent de gagner à leur vue les ouvriers, Jennequin et ses amis se heurtèrent aux anarchistes locaux, bien décidés à ne pas leur laisser ce terrain qu'ils avaient commencé à travailler. Ils ne purent compter sur l'appui du seul journal qui avait jusqu'alors soutenu Boulanger, La Cloche illustrée, qui préféra regagner le bercail républicain quand les liens entre le général et les monarchistes devinrent trop clairs. Surtout, l'enracinement des idées républicaines était tel que la propagande boulangiste ne réussit pas à remettre en cause plus de vingt années d'hégémonisme républicain. Très tôt, les républicains havrais avaient su allumer des contre-feux, afin d'éviter que les boulangistes ne confisquent le patriotisme de la population. Fin mars 1889, un Comité d'Alsace-Lorraine s'était constitué, sous la houlette de Victor Dourt, pour organiser la venue au Havre de l'ancien député de Metz au Reichstag, Dominique Antoine, expulsé deux ans plus tôt par Bismarck22. Le banquet en l'honneur de cette victime du Reich se transforma, en présence de plus de 500 personnes, en une manifestation anti-boulangiste. Les mois suivants, les différents scrutins montrèrent que la population continuait à faire confiance aux dirigeants républicains pour empêcher tout retour à un régime clérical, assurer la prospérité de la ville et essayer d'apporter des réponses à la question sociale.

  • 23 Jean Garrigues, Le Boulangisme, Paris, PUF, 1992, p. 70-71.
  • 24 Procès-verbaux des élections cantonales du 28 juillet 1889, ADSM, 3 M 464.

11Premières en date, les cantonales du 28 juillet 1889 donnèrent un aperçu des limites de la poussée boulangiste, alors que le général s’était réfugié depuis le 1er avril à l'étranger. La Ligue révisionniste présenta des candidats dans les premier et troisième cantons, les plus populaires, s’abstenant de tenter sa chance dans le sixième canton plus bourgeois. Dans le premier, les Havrais étaient invités à porter Boulanger en personne au conseil général comme dans quatre-vingt autres cantons français23. Les boulangistes espéraient rallier tous les déçus de la politique sociale des républicains modérés, les ouvriers, les marins, mais aussi les employés ou les petits commerçants. Le risque était réel pour les républicains de voir s’échapper une partie de leur électorat. Unis face à cette menace, les radicaux et les opportunistes dénoncèrent le péril que faisait courir le boulangisme à la République, les menées cléricales « occultes » et agitèrent le souvenir de la dictature bonapartiste. Ce discours limita la poussée protestataire : aux élections au conseil général, les candidats boulangistes plafonnèrent à 35 % des suffrages exprimés24. C'était un résultat honorable, qui indiquait les frustrations d'une partie de l'électorat républicain, mais qui restait insuffisant pour espérer remettre en cause les équilibres politiques havrais. Ce vote était, sans doute, plus un vote protestataire à l'encontre des élites républicaines locales qu'un vote d'adhésion à un boulangisme sans véritable chef au Havre et dont l'inspirateur était réduit à l'impuissance depuis sa fuite en Belgique. Comme dans les autres grands centres urbains, c'était un vote de gauche, voire d'extrême gauche, conséquence des attentes sociales insatisfaites de l’électorat populaire.

  • 25 Rapport du sous-préfet, 1er septembre 1889, ADSM, 3 M 311.
  • 26 Dès le 1er août, le sous-préfet avait noté le manque de fonds de la Ligue révisionniste, placée dan (...)
  • 27 Rapports du sous-préfet du 1er septembre et du préfet des 12 et 15 septembre 1889, ADSM, 3 M 311.

12Le second acte des aventures électorales de la Ligue révisionniste eut lieu en septembre 1889, à l’occasion des législatives. Les figures des sortants, Jules Siegfried et Félix Faure, se prêtaient admirablement à une critique en règle des républicains de gouvernement. Dans le cas de Siegfried, quelques attaques xénophobes étaient faciles : n'appartenait-il pas à une religion dont les adeptes étaient majoritaires de l’autre côté du Rhin, tout au moins pour tous ceux qui ne faisaient guère la différence entre calvinistes et évangéliques ? Son nom n'avait-il pas une consonance germanique, voire prussienne ? Bien placés pour recueillir tous les votes protestataires, les boulangistes commirent pourtant l'erreur de montrer l'ambiguïté de leur position : issus, pour le noyau militant des débuts, de l'extrême gauche, ils avaient ensuite flirté avec les nostalgiques de la Monarchie ou de l'Empire, récoltant ainsi appuis et subsides. Cette alliance contre-nature avait été longtemps masquée par la personnalité même de Boulanger auquel les électeurs populaires faisaient confiance sans trop se préoccuper des forces qui l'entouraient dans l'ombre. Maintenant que le général avait été obligé de se réfugier outre-Manche, les contradictions du mouvement apparurent au grand jour, d'autant plus que les monarchistes, qui détenaient l'argent indispensable pour faire campagne, étaient décidés à contrôler les candidatures. Au Havre, cette évolution fut très nette avec la réapparition sur les affiches, le temps d'une campagne, du nom d'Ancel. Fils de Jules, Raoul Ancel se présenta, dans la 2eme circonscription du Havre, sous le patronage boulangiste comme candidat « de la révision par une constituante »25. Comme ailleurs en France, le manque d'argent des boulangistes authentiques26 expliquait qu'un conservateur clérical, dont la famille avait servi les Orléans, puis s'était ralliée à l'Empire avant de prendre ses distances en 1859, se soit imposé. Dans la 1ère circonscription, la situation fut plus complexe : agent principal des Messageries maritimes au Havre depuis 1865, ancien candidat de la liste conservatrice aux municipales de 1874, conseiller d'arrondissement du 5eme canton depuis 1888, René Odinet reçut l'agrément du comité boulangiste, mais préféra décliner ce patronage et se déclarer « républicain révisionniste indépendant »27. Il s'agissait, en fait, avec l'aide du Journal du Havre, de regrouper les électeurs protestataires de tous bords, y compris les adversaires personnels de Siegfried, tout en s'appuyant discrètement sur le comité boulangiste.

  • 28 Profession de foi de Raoul Ancel, ADSM, 3 M 311.
  • 29 Résultats des élections législatives des 22 septembre et 6 octobre 1889, ADSM, 3 M 314.

13Ces candidatures firent prendre au boulangisme local une tournure fort différente de celle des élections cantonales de juillet. L’espoir d’Ancel était d’obtenir une revanche sur les multiples échecs électoraux des conservateurs depuis 1865. Son programme était un mélange de conservatisme clérical – les opportunistes étaient accusés d'avoir « violé les libertés civiles et religieuses » – et de référence à une doctrine sociale de l'Église encore dans les limbes. Dans la lignée de La Tour du Pin ou de Mun, il promettait de s'intéresser aux questions sociales en s'appuyant sur les principes de la société chrétienne28. On était fort loin du boulangisme des débuts, celui de Naquet, Rochefort ou Laguerre ! Le glissement à droite du boulangisme havrais ne permit pas d'éviter un nouvel échec électoral29. Avec 6 846 voix, Siegfried obtenait plus du double des 3 178 suffrages qui s'étaient portés sur Odinet. Dans la partie havraise de sa circonscription, Félix Faure distançait aussi très largement son adversaire avec 3 788 voix contre 1 581. Les écarts entre cantons étaient faibles : les scores républicains oscillaient entre 67 et 71 % des suffrages exprimés. La ville avait réaffirmé encore une fois son républicanisme et, faute de candidats radicaux, la défense républicaine obligeant à des candidatures d'union, les opportunistes avaient dépassé les deux tiers des suffrages. Dans les deux cantons où une comparaison était possible entre les votes de juillet et de septembre, les rapports de force étaient restés sensiblement les mêmes malgré une orientation différente des candidats boulangistes : le vote boulangiste ne devait pas être interprété comme l’adhésion à un programme, mais comme un vote protestataire à l'encontre des républicains de gouvernement. Cela n’empêchait pas le républicanisme modéré de rester fortement ancré au Havre en cette année du centenaire de la révolution de 1789. Le faste des réjouissances avait laissé présager dès mai l'échec des boulangistes en juillet et septembre.

3. Le centenaire de 1789, apothéose du républicanisme havrais

  • 30 Circulaire de M. le Ministre de l'Intérieur, 20 avril 1889 in Le Centenaire de 1789, Rouen, Imprime (...)
  • 31 Délibération du conseil municipal, 30 avril 1889, AMH, FC.

14Première et principale date à être fêtée, le 5 mai, anniversaire de l'ouverture des États généraux, fut l'occasion de manifester le républicanisme de la cité. Comme lors des 14 juillet précédents, ce n'est pas qu'une élite politique qui affirma ses choix, mais toute une ville. L'initiative venait après bien des atermoiements du gouvernement qui, par la voix du ministre de l'Intérieur, Constans, avait invité les communes à célébrer la réunion des États généraux, « événements mémorables, d'où est sorti ce monde du travail, de l'effort et du mérite personnel qui jouit des bienfaits de la Révolution »30. Si le conseil municipal, soucieux d'affirmer sa « communauté d'idées avec nos ancêtres »31, répondit aussitôt et organisa un programme de réjouissances, chaque quartier eut à cœur de participer et de nombreuses associations – sociétés de gymnastique, orphéons – apportèrent leur contribution. Le succès de la fête dut beaucoup à cette conjonction d'initiatives officielles et privées.

  • 32 La générosité du conseil municipal était toute relative, comme le firent remarquer certains conseil (...)
  • 33 Le Havre, 2 mai 1889.
  • 34 Le Centenaire de 1789, op. cit., p. 272.

15Du côté de la mairie, le programme était des plus classiques. Après une distribution de vivres aux indigents, pour un montant de 3 000 francs32, divers concerts étaient organisés l'après-midi et en début de soirée dans le centre de la ville, mais aussi dans les quartiers périphériques, puis une illumination des principaux monuments publics devait mettre fin aux festivités. Une évocation du 5 mai 1789 était prévue lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal, le matin. Cette réunion avait une fonction pédagogique : comme l'expliquait le conseiller municipal Denis Guillot, « Nous n'avons pas seulement pour mission d'amuser la population de notre ville par des spectacles ou des concerts ; il est de notre devoir de rappeler l'importance de cette date du 5 mai 1789 »33. Le maire, Marion, s'efforça d'éviter que le choix de cette date n'apparaisse comme trop restrictif : c'est tout le début de la Révolution française et pas seulement l'œuvre des États généraux qu'il s'agissait de commémorer. La République était, elle, la « sanction nécessaire » de la Révolution34. On notera que les édiles restaient prudents en ce qui concerne les années postérieures à 1789 : c'est le début de la Révolution que l'on célébrait et non pas la période 1789-1794 que l'on préférait ne pas considérer comme un « bloc ».

16La contribution des quartiers à la journée fut, elle, plus originale. Dans les jours qui précédèrent, des comités de quartier virent le jour et appelèrent les habitants à se réunir pour dresser un programme des festivités. Ce fut le cas aussi bien dans les quartiers centraux comme Notre-Dame ou les Halles centrales que dans les quartiers périphériques comme la cité Courtois ou Sainte-Marie. Les réjouissances eurent lieu en soirée, la journée n'étant pas chômée. Elles consistèrent en des illuminations, parfois gâchées par l'instabilité du temps, des retraites aux flambeaux, auxquelles participèrent les sociétés musicales et de gymnastique, et des bals champêtres.

  • 35 Le Havre, 5 mai 1889.

17Les jours suivants, la presse républicaine insista sur le succès de la journée : c'est toute une ville qui « avait voulu rappeler la date de notre émancipation »35. Un des mots les plus employés était l'adjectif « populaire », comme s'il s'agissait de se rassurer, alors que la contestation boulangiste semblait menacer le régime et qu'une partie du mouvement ouvrier avait pris ses distances avec la République. Cette insistance de la presse à décrire l'unanimisme de la cité n'était pourtant pas que subjectif. Quelques indices nous permettent de mesurer le succès de la commémoration. La volonté de chaque quartier d'organiser ses propres festivités est un premier signe, d'autant que le 4 mai était une journée de travail. Ce sont les habitants qui prirent en charge les frais : illuminations, éclairages. Un autre indice, plus subjectif, est le pavoisement. Les diverses sources s'accordent sur son importance, digne d'un 14 juillet. Le geste de pavoiser n'avait rien d'anodin, mais indiquait la volonté de participer à la commémoration. Il supposait un minimum de préparation : il fallait posséder un drapeau et donc l'avoir acheté ou ressorti d'une malle où il était rangé depuis le précédent 14 juillet.

18Ce succès était-il pour autant celui de la République opportuniste ? Il est difficile de trancher : on peut noter que l'attachement à l'héritage révolutionnaire n'était pas le fait des seules élites républicaines, mais aussi de ceux qui critiquaient les orientations du régime. Dans le quartier Victor-Hugo, c'est René Odinet qui prit la tête du comité des fêtes. Cela ne l'empêchera pas de se présenter quelques mois plus tard aux législatives contre Siegfried avec un programme qui reprenait bien des thèmes de la propagande boulangiste. Si la ville affirmait très majoritairement son républicanisme, cela ne signifiait pas toujours que l'on accordait une confiance aveugle aux dirigeants républicains. Les critiques contre la République établie avaient commencé à apparaître et une partie du monde ouvrier, comme nous l’avons noté plus haut, prêtait depuis quelque temps l’oreille au discours anarchiste.

Notes

1 Rapport du commissaire spécial du Havre, 25 mars 1886, ADSM, 4 M 362.

2 Rapport du commissaire spécial du Havre, 25 mars 1886, ADSM, 4 M 362.

3 Rapport du commissaire central du Havre, 25 mars 1886, ADSM, 4 M 362.

4 Programme de revendications des ouvriers sans travail, AMH, FC, I2 1/14.

5 Rapport du commissaire central, 1er avril 1886, AMH, FC, I2 1/14.

6 Rapport du commissaire central, 3 avril 1886, AMH, FC, I2 1/14.

7 Rapport du commissaire spécial du Havre, 15 avril 1886, ADSM, 4 M 362.

8 Rapport du commissaire spécial du Havre, 19 avril 1886, ADSM, 4 M 362.

9 Rapport du commissaire spécial du Havre, 5 mai 1886, ADSM, 4 M 362.

10 Rapport du capitaine de gendarmerie, 22 mai 1886, ADSM, 4 M 362.

11 Rapport du commissaire central du Havre, 1er septembre 1886, AMH, FC, I2 7/2.

12 Rapport du commissaire central du Havre, 27 décembre 1886, AMH, FC, I2 7/2.

13 Rapport du commissaire central du Havre, 7 février 1887, ADSM, 4 M 2 695.

14 Rapports du commissaire spécial et du commissaire central du Havre, 22 novembre 1887, ADSM, 4 M2 695.

15 Rapport du commissaire spécial du Havre, 6 décembre 1887, ADSM, 4 M 2 695.

16 Sur le boulangisme en Seine-Inférieure : Marcel Boivin, « Le Boulangisme en Haute-Normandie », Annales de Normandie, 1976, p. 225-262.

17 Rapport du sous-préfet, 4 octobre 1888, ADSM, 4 M 2 706.

18 Rapport du préfet, 8 octobre 1888, ADSM, 4 M 2 706. Cf. aussi Yannick Marec, 1848 à Rouen, les Mémoires du citoyen Cord'homme, oncle de Maupassant, p. 21-22.

19 Rapports du sous-préfet des 22 février et 23 mars 1889, ADSM, 4 M 2 706.

20 Rapport du sous-préfet, 20 juin 1889, ADSM, 4 M 2 706.

21 Télégramme du sous-préfet, 30 mai 11889, ADSM, 4 M 2 706.

22 La Cloche illustrée, 31 mars 1889.

23 Jean Garrigues, Le Boulangisme, Paris, PUF, 1992, p. 70-71.

24 Procès-verbaux des élections cantonales du 28 juillet 1889, ADSM, 3 M 464.

25 Rapport du sous-préfet, 1er septembre 1889, ADSM, 3 M 311.

26 Dès le 1er août, le sous-préfet avait noté le manque de fonds de la Ligue révisionniste, placée dans l'impossibilité de publier son organe L'Avenir (rapport du sous-préfet, 1er septembre 1889, ADSM, 3 M 311).

27 Rapports du sous-préfet du 1er septembre et du préfet des 12 et 15 septembre 1889, ADSM, 3 M 311.

28 Profession de foi de Raoul Ancel, ADSM, 3 M 311.

29 Résultats des élections législatives des 22 septembre et 6 octobre 1889, ADSM, 3 M 314.

30 Circulaire de M. le Ministre de l'Intérieur, 20 avril 1889 in Le Centenaire de 1789, Rouen, Imprimerie Espérance Cagniard, 1890, p. XIX-XX. Soucieux de regrouper les Français, à une date où le boulangisme était loin d'être définitivement vaincu, le c les « deux dates les plus pacifiantes », le 5 mai et le 4 août. Cf. Pascal Ory, Une Nation pour mémoire. 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la FNSP, 1992, p. 147 ; Jean Davallon, Philippe Dujardin, Gérard Sabatier dir., Politique de la mémoire. Commémorer la Révolution, Lyon, PUL, 1993, p. 76-77 ; Jean-Pierre Chaline, « Comment commémorer la Révolution : le premier Centenaire de 1789 en Seine-Inférieure », RAAVH, hors-série 1990, p. 119-127.

31 Délibération du conseil municipal, 30 avril 1889, AMH, FC.

32 La générosité du conseil municipal était toute relative, comme le firent remarquer certains conseillers, puisque la somme fut prise sur les excédents du Bureau de bienfaisance et était donc destinée dès le départ à secourir les plus pauvres !

33 Le Havre, 2 mai 1889.

34 Le Centenaire de 1789, op. cit., p. 272.

35 Le Havre, 5 mai 1889.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540