Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Troisième Partie. Le Havre forteresse de la République

Chapitre 3. Républicanisme et encadrement social

Volltext

1Venus d'horizons très divers, tant d'un point de vue social que religieux ou philosophique, les républicains havrais partagèrent des préoccupations souvent identiques. La conquête électorale du Havre n'était pour eux qu'une étape et non un but en soi. Il était indispensable de républicaniser les esprits, de faire partager à tous les mêmes idéaux, ce qui supposait un effort d'encadrement social. Un premier terrain d'action fut celui de la vie quotidienne : il importait de marquer l'avènement du nouveau régime dans l'espace et le temps.

1. Républicaniser l'espace et le temps

Un espace républicain

  • 1 C'est une ordonnance du 10 juillet 1816, complétée par une circulaire ministérielle du 3 mars 1841, (...)

2Le choix du nom des rues a toujours été un enjeu politique, au XIXe comme au XXe siècle, et les républicains havrais ne manquèrent pas d'honorer ainsi quelques dirigeants nationaux ou locaux, mais aussi quelques figures des siècles passés, dont ils se sentaient les héritiers La nécessité de demander l'accord du président de la République, via la préfecture, fit du choix du conseil municipal un objet de conflit potentiel, tant que les républicains n'eurent pas conquis les sommets de l'État1.

  • 2 Arrêté municipal du 10 octobre 1870, AMH, FC, O1 1/2. Le principe de ces changements de nom avait é (...)

3Dès le lendemain du 4 septembre, les premiers changements étaient intervenus2 :

Tableau 12. Les nouvelles dénominations des rues du Havre au lendemain du 4 septembre

Ancienne dénomination

Nouvelle dénomination

place Napoléon III

place de l'Hôtel-de-Ville

Boulevard Impérial

boulevard de Strasbourg

Chaussée de l'Impératrice

chaussée des États-Unis

cours Napoléon

cours de la République

rue Napoléon

rue du Lycée

rue Bonaparte

rue de Lorraine

rue de l'Empereur

rue de Metz

rue de l'Impératrice

rue de Toul

rue du Prince Jérôme

rue de Phalsbourg

4Si ces changements étaient logiques et montraient combien l'Empire, régime aux origines douteuses et à la durée incertaine, avait tenu à inscrire son existence dans la toponymie urbaine, les choix opérés par les républicains étaient les conséquences du contexte de guerre. En donnant à quatre rues le nom de villes qui n'avaient pas encore capitulé, les républicains affirmaient leur volonté de résister à l'invasion étrangère. La républicanisation de la toponymie restait modeste, comparée à la multiplication d'appellations partisanes effectuées par le régime précédent : on se contentait pour l'instant de baptiser cours de la République un des grands axes du Havre, reliant le port au quartier du Rond-Point et longeant la gare.

  • 3 AMH, FC, O1 1/2.
  • 4 Fr. Roth, La guerre de 70, p. 233-234. Ce choix pouvait créer un trouble dans les esprits : le 19 j (...)
  • 5 Rapport du préfet, 10 octobre 1872, AN, Flc I 175.

5Après ces modifications que la nouvelle situation politique imposait, les années 1870 furent peu propices à des bouleversements de la toponymie urbaine. La municipalité en fit l'expérience dès 1872 quand elle voulut donner un nom de rue au général Faidherbe, ce qui lui fut refusé au motif que l'ancien commandant de l'armée du Nord était encore en vie3. Il s'agissait pour les Havrais de rappeler les efforts du Gouvernement de la Défense nationale pour lutter contre la Prusse. L'attitude de l'administration obligea la municipalité à se rabattre sur deux hauts faits de la guerre, Saint-Quentin et Bapaume. Le choix de Saint-Quentin devait rappeler aux Havrais leurs propres faits d'armes : la garde nationale locale, dirigée par les républicains, y avait repoussé le 8 octobre 1870 une patrouille de uhlans. Ce qui n'était qu'une escarmouche était devenu « l'héroïque défense de Saint-Quentin »4. Dans le même temps, la rue de la Batterie, conduisant du centre à la mer, était appelée Frédéric Bellanger en souvenir du conseiller municipal républicain mort lors des combats de Saint-Romain-de-Colbosc, qui étaient censés avoir empêché la prise de la ville. La cité chercha aussi à honorer une autre figure du mouvement républicain havrais, Gustave Cazavan, ce qui suscita un échange de courrier avec la préfecture et ne fut accepté qu'à contrecœur par le ministère de l'Intérieur : son passé républicain n'avait pas l'heur de plaire. Pourtant, le conseil pour éviter toute accusation de partialité avait décidé de proposer pour deux autres rues les noms de « M. M. Larue, ancien maire sous l'Empire, et Augustin Normand, connu pour ses opinions légitimistes et cléricales »5.

  • 6 Sur l'hommage posthume à Thiers : Sylvie Guillaume, « Y a-t-il un Panthéon des droites ? », J.-F. S (...)
  • 7 Arrêtés des 27 décembre 1877, 15 février 1878 et 25 juillet 1878, AMH, FC, O1 1/2.

6Ce n'est qu'une fois la crise du 16 mai passée que les élus havrais recommencèrent à républicaniser quelques axes, au fur et à mesure des circonstances et sans plan préétabli. La mort de Thiers permit de donner au « libérateur du territoire » le nom de la principale avenue d'Ingouville, Le Havre suivant ici l'exemple de 96 villes en France6 ; les décès de Jules Lecesne et d'Ulysse Guillemard furent mis à profit pour attribuer le nom de l'un à la rue reliant le centre-ville à la gare et le nom de l'autre à la rue conduisant de la plage à Sanvic7.

  • 8 Pétition du 30 août 1879, AMH, FC, O1 1/2.
  • 9 Ibid.

7Cette absence de politique systématique finit par provoquer le mécontentement des républicains les plus intransigeants. Le prétexte de leur colère fut l'absence d'hommage à François Raspail, décédé le 7 janvier 1878. De retour de son enterrement, quelques militants avaient fait adopter, lors d'une réunion du Comité électoral républicain, un vœu au conseil municipal pour que le nom d'une rue lui soit attribué, vu « les immenses services que F.V. Raspail avait rendus à la démocratie et à l'Humanité dont il a été le bienfaisant génie et l'un des plus fermes défenseurs »8. L'absence de toute réponse conduisit, dix-huit mois plus tard, à la signature par 605 Havrais, chiffre non négligeable, d'une pétition protestant contre l'immobilisme du conseil municipal : « on laisse à nos plus belles places les noms tant abborrés (sic) de Louis XVI et Louis-Philippe, à notre beau boulevard le nom impudique de François 1er, à nos quais les noms d'Orléans et de Notre-Dame, à nos rues les noms de Clovis, Louis-Philippe, d'Orléans, Frère Constance, Pénitents, Joinville, Mexico, Prince Eugène, de Sainte-Marie, de la Trinité et de la Vierge »9. La liste des signataires montrait le clivage entre un conseil soucieux d'apaisement et une partie de l'électorat républicain. Plus de la moitié des signataires étaient des ouvriers. L’on trouvait sinon des employés, des artisans et des petits commerçants des quartiers est. Ces électeurs avaient soutenu Jules Lecesne dès la fin du Second Empire et s'impatientaient maintenant devant la prudence du conseil municipal. Parmi eux, les ouvriers de la métallurgie, aux effectifs de plus en plus nombreux, jouaient un rôle majeur : ils représentaient 29 % des pétitionnaires. Pour une fois, les élites locales étaient absentes. Les seuls éléments non populaires à avoir signé – quatre pharmaciens, six petits entrepreneurs et treize propriétaires et rentiers, sans doute d'anciens commerçants ou artisans – n'appartenaient pas aux élites bourgeoises de la cité. L'initiative venait d'ouvriers tel Théodule Gauthier, vannier, ancien partisan de la candidature d'Escarraguel, fondateur des chambres syndicales et membre de la Société de la Libre Pensée.

  • 10 Arrêté du 2 février 1880, AMH, FC, O1 1/2.

8Cette volonté des éléments les plus populaires et les plus démocrates de rendre hommage à Raspail, figure emblématique du socialisme républicain, illustrait les coupures internes au parti républicain. Alors que pour les uns il fallait clore l'ère des révolutions et, dans un souci d'apaisement, ne pas s'en prendre aux toponymies rappelant le passé monarchiste ou catholique de la France, les autres voulaient effacer tout souvenir de ce passé, en faire table rase. Il n'était même pas question de trier entre bon ou mauvais rois, tous étaient rejetés, y compris François Ier pourtant fondateur de la ville. Soucieux de ne pas se couper d'une partie de son électorat, Jules Siegfried fit un geste et accorda le nom d'une nouvelle rue dans le quartier Holker à François Raspail10. Ce n'était qu'une demi-mesure, puisque aucune des rues mentionnées dans la pétition n'était débaptisée.

  • 11 Procès verbal de la séance du 4 mars 1885 du conseil municipal, AMH, FC.
  • 12 Arrêté du 15 janvier 1883, AMH, FC, O1 1/2.

9Cette réticence à bouleverser les appellations de rue provoqua une nouvelle protestation des éléments les plus radicaux en 1885. Fauvel, chef de file de la minorité radicale du conseil, s'éleva, lors de la séance du 4 mars, contre la présence de « dénominations bizarres », telle rue Reine Berthe ou rue Reine Mathilde, et contre le maintien d'une rue et d'un quai d'Orléans, et d'une rue et d'une place Louis-Philippe11. Depuis la pétition de 1879, seule la place Louis XVI avait été rebaptisée Gambetta à l'occasion de la mort de l'ancien dirigeant de la Défense nationale12. Le peu d’empressement d'une partie du conseil et du maire, Jules Siegfried, à faire disparaître le souvenir de la monarchie libérale était patent : il pouvait s'expliquer par le souci de ne pas compliquer la vie des riverains, mais aussi par le sentiment que la monarchie de Juillet, contrairement à l'Empire, n'était pas une page noire de l'histoire de France, bien au contraire. Pressé par la minorité radicale, le conseil municipal finit par accepter quelques changements : la place Louis-Philippe devint la place des Halles centrales et la rue d'Orléans la rue Victor Hugo. Il s'agissait encore une fois de demi-mesures, puisque demeuraient une rue Louis-Philippe et un quai d'Orléans.

  • 13 Délibérations du conseil municipal des 15 juillet 1885, 17 mars 1886 et 31 mars 1886, AMH, FC, O1 1 (...)
  • 14 Délibération du conseil municipal de Sotteville-lès-Rouen, 4 janvier 1883, AN, Flc 1 176.

10Le percement de nouvelles rues dans les années 1885-1886 confirma ce peu d'enthousiasme à donner le nom de rues à de grandes figures des révolutions passées ou du mouvement républicain13. Si Lamartine et François Arago eurent leur plaque, on se garda d'évoquer tous ceux qui risquaient de ne pas faire l'unanimité, tels Barbés, Blanqui ou même Ledru-Rollin qui tous les trois durent attendre la municipalité Meyer après 1919 pour être honorés. À l’opposé, Lamartine et François Arago étaient susceptibles d'éviter les controverses politiques : dans le cas du premier, on pouvait toujours évoquer l'écrivain et pour le second le savant. Plutôt qu'honorer les ancêtres révolutionnaires, on préféra rappeler le souvenir des combats héroïques de 1870-1871 et des provinces perdues ou évoquer les gloires militaires de la France. Furent choisies comme appellations Gravelotte, Belfort, Châteaudun, Colmar, Moselle, Mulhouse, Thionville, Denfert-Rochereau, général Chanzy, amiral Courbet, Dupleix, Marceau ou Jeanne d'Arc. La persistance d'un fort sentiment patriotique chez les républicains pouvait expliquer ces choix, mais ils étaient aussi la conséquence du refus d'une lecture partisane de l'histoire. Pour quelqu'un comme Siegfried, la victoire de la République n’était pas l'aboutissement du combat mené par plusieurs générations de militants révolutionnaires auxquelles il importait de rendre hommage, mais résultait du choix du régime le plus rationnel par les Français. Elle n'était pas l'héritière des révolutions, mais, au contraire, le moyen d'échapper à de nouvelles convulsions. Ce n'était évidemment pas la vision qu'avaient les radicaux de la préhistoire de la République, mais, dans les années 1 880, ils ne représentaient encore qu'une minorité au sein du conseil municipal du Havre. La comparaison avec Sotteville-lès-Rouen, ville du département où ils donnaient le la, suffit à montrer que d'autres choix étaient possibles. Soucieux de « rappeler des hommes ou des faits ayant concouru à la grandeur ou au bien-être de la France et de ses concitoyens », le conseil municipal avait décidé, dès 1883, d'honorer les anciens quarante-huitards Léon Salva, Barbés, Ledru-Rollin, ainsi que le républicain des sociétés secrètes Godefroy Cavaignac, le positiviste Littré et l’adversaire du Second Empire Victor Hugo. La rue du 4 Septembre devait aussi rappeler que la République était née d'une révolution14.

  • 15 Lettre de Bonnaffé au maire, 21 juin 1883, AMH, FC, M1 50/5.

11Cette timidité havraise à républicaniser la toponymie explique, sans doute, l'absence de toute statue en hommage à la République ou à telle ou telle grande figure. Après la petite guerre des Mariannes, à laquelle s'était livré le conseil municipal sous l'Ordre moral, et qui portait sur l'acquisition d'un buste pour la mairie et non d'une statue de place publique, le besoin ne se fit plus ressentir, contrairement à d’autres villes, d'honorer la République. Quand, en 1883, le sculpteur Bonnaffé proposa au conseil municipal de lui acheter, moyennant 2 000 francs, « un buste colossal en pierre de La République” » pour le placer sur le socle-fontaine du marché Notre-Dame, sa proposition resta sans suite15. Il ne s'agissait pourtant que d'acquérir la tête d'une statue que le sculpteur avait réalisée deux ans plus tôt et que la ville avait refusé d'acheter, évoquant l'état de ses finances. L'argument budgétaire montrait surtout que les conseillers ne jugeaient pas utile d'honorer Marianne. Ils préféraient à la même date construire des écoles pour le peuple.

  • 16 Délibération du conseil municipal, 5 novembre 1879, AMH, FC, M1 50/5.

12Pour la majorité opportuniste du conseil, le régime était moins un idéal, synonyme de progrès social et d'émancipation, qu'une solution institutionnelle permettant de concilier l'ordre, la liberté et la démocratie, contrairement aux régimes précédents. La personnification du régime, sous la forme d'une statue, ne semblait pas indispensable. Maurice Agulhon a dressé la liste des communes de Seine-Inférieure qui ont eu leur buste ou leur statue de la République sur une place publique : on retrouve, sans surprise, des communes ouvrières des environs de Rouen aux conseils municipaux radicaux, tel celui de Sotteville-lès-Rouen. Manquent à l'appel les villes plus modérées, comme Rouen, Dieppe ou Le Havre. Jouait aussi la méfiance vis à vis de tout culte des images, comme l'expliqua André Lyonnais quand le conseil délibéra d'un projet d'achat de bustes de la République pour les écoles communales : « le culte des images n'est pas d'accord avec les sentiments scientifiques de l'époque et (...) il est préférable de faire, aux enfants, un cours de bonne morale républicaine, plutôt que de leur apprendre à adorer des bustes plus ou moins fragiles »16. Doit enfin être prise en compte la réticence d'une partie des conseillers, ceux de religion réformée, à l'idée de statufier la République comme pouvait l'être le Christ.

  • 17 J. Bunel et A. Tougard, Géographie du département de la Seine-Inférieure, Rouen, E. Cagniard, 1877, (...)
  • 18 Emile C. de Beaucamp et N. Le Grix, Petite histoire du Havre illustrée, Le Havre, Bourdignon, 1893, (...)
  • 19 Alphonse Petit, « A propos des statues de Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne », RAAVH, (...)

13À ces explications politiques, il importe d'ajouter des considérations plus locales : la statuomanie n'avait jamais été le souci des édiles havrais. En 1877, dans leur Géographie du département de la Seine-Inférieure, les abbés Bunel et Tougard n'indiquaient, comme statues, que celles du jardin de l'Hôtel-de-Ville, représentant les quatre saisons, et notaient à propos de la fontaine de la place Louis-Philippe en forme d'obélisque qu'elle était la seule « un peu monumentale »17. Seize ans plus tard, la Petite histoire du Havre illustrée de Beaucamp et Le Grix18 ne signalait, elle, que les deux œuvres de David d'Angers en l'honneur de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne, installées sur la place Gambetta, après être restées de 1852 à 1893 devant le musée-bibliothèque, place des Pilotes19.

  • 20 Délibération du conseil municipal, 11 février 1880, AMH, FC, R1 31.

14Ces préventions à l'égard de toute représentation imagée de la République furent par contre levées dans le cas des écoles. Malgré les réticences initiales d'une partie du conseil, un crédit de 1 000 francs fut voté pour placer des bustes de la République dans les écoles communales, en 1880, soit bien avant la décision de retirer les crucifix et autres emblèmes religieux. Comme l'expliquait la délibération, « Nos enfants (...) verront dans l'austère figure placée sous leurs yeux, l'emblème de la patrie républicaine, ils apprendront à l'aimer en attendant qu'ils soient assez instruits pour la servir, assez forts pour la défendre »20. Ne peut-on pas voir dans ce souci de s'intéresser d'abord à l'espace scolaire avant de modifier le décor urbain un trait spécifique des républicains havrais, très attachés à promouvoir l'effort de scolarisation ? La construction d'écoles, que nous évoquerons plus loin, ne leur sembla-t-elle pas plus primordiale que l'érection de statues publiques ?

Les fêtes républicaines

15Républicaniser la ville supposait aussi de créer un nouveau calendrier, dont les fêtes principales soient républicaines et non plus catholiques. Ce fut, en partie, un échec. Une seule fête réussit vraiment à s'imposer, le 14 juillet, contrairement aux célébrations d'autres grandes dates de l'histoire républicaine, comme le 4 septembre ou le 21 septembre.

  • 21 Délibération du conseil municipal, 15 mai 1878, AMH, FC.
  • 22 J.-M. Goulemot et E. Walter, « Les centenaires de Voltaire et de Rousseau. Les deux lampions des Lu (...)

16Les quelques tentatives de fêter ces deux dates tournèrent court. L'appel à célébrer le centenaire de Voltaire fut loin de faire l'unanimité. Appelé à en débattre, le 15 mai 1878, le conseil municipal fut partagé. Trois conseillers, Joseph Gibert, Julien Monod et Paul Langer, proposèrent d'en rester à une souscription au profit du comité parisien. Le premier argument avancé était historique : Voltaire pouvait-il être considéré comme un précurseur de la Révolution ? Surtout, on craignait qu'une telle fête prenne un « caractère agressif », à l'heure où il était nécessaire que la République victorieuse montre « qu'elle peut et qu'elle veut abriter sous son aile tous les citoyens, tous les droits, toutes les libertés, toutes les consciences et qu'elle est le règne non d'un parti, mais de la nation »21. Derrière cet appel à clore les divisions de l'époque de l'Ordre moral, les trois conseillers, tous protestants pratiquants, marquaient leur refus de l'orientation prise par les initiateurs de la fête. Rappelons que le Comité, en décidant de ne pas célébrer simultanément le centenaire de Rousseau, à qui il reprochait sa Profession de foi du vicaire savoyard, avait transformé son initiative en une manifestation d'hostilité à l'égard de tout sentiment religieux et de toute croyance en une vérité révélée22. C’était inacceptable pour une partie des protestants du conseil, plutôt ceux de tendance évangélique. Obligée d'en tenir compte, la municipalité se contenta d'envoyer 500 francs.

  • 23 Jean Legoy, « Les 14 Juillet au Havre », RAAVH, 1980, no 37, p. 7-32.
  • 24 Journal du Havre, 15 juillet 1879.

17La célébration du 14 juillet précéda, elle, la décision du gouvernement d'en faire une fête officielle. Les Havrais, soucieux d'imiter les Parisiens, commencèrent en 1878 par fêter la République le 30 juin, puis se rallièrent à la date du 14 juillet en 187923. Un comité organisa une fête républicaine le soir dans le jardin de l’Hôtel-de-Ville avec l'appui de la municipalité, tandis que les habitants étaient invités à pavoiser. Le temps, souvent changeant sur les côtes de la Manche, faillit tout remettre en cause : on ne put procéder aux illuminations prévues que deux jours plus tard24.

  • 25 Jean Legoy, op. cit.

18Ce n'est qu'en 1880 que la célébration du 14 juillet prit tout son ampleur. Cette fois, les administrations chômèrent ce qui incita les entreprises à en faire de même : la population put ainsi participer pleinement à la fête et un double programme vit le jour avec les cérémonies officielles et des réjouissances prévues dans chaque quartier. Les premières étaient très classiques avec une revue le matin, des concerts et une représentation théâtrale de la prise de la Bastille l'après-midi, et un feu d'artifice le soir. Les initiatives des quartiers furent plus originales : dans chaque partie de la ville, des comités furent créés pour préparer un programme de réjouissance. Ils étaient autant de preuves de l'attachement des Havrais au nouveau régime. Les habitants surent utiliser la fête pour montrer leur vœu d'une République héritière des sans-culottes, soucieuse d'effacer les traces de la Commune et synonyme de mieux-être social : dans le quartier Notre-Dame, trois jeunes filles, vêtues l’une en bleu, la seconde en blanc et la troisième en rouge, firent la quête pour les amnistiés, tandis qu'un arc de triomphe représentait l'amnistie ; aux Quatre-Chemins, un autre arc fut surmonté d'une république coiffée du bonnet phrygien25.

  • 26 Le Havre, 14 et 15 juillet 1880.

19Cette participation des habitants à la fête continua les années suivantes. Chaque fois, des comités virent le jour : en 1881, on en comptait neuf. En général, la presse annonçait leur première séance, donnait le nom des quelques républicains qui en étaient les initiateurs, puis appelait la population à participer aux réunions ou à souscrire auprès des débitants. Si les dirigeants des comités appartenaient le plus souvent aux classes moyennes au sens large – il s'agissait de commerçants, d'artisans, d’employés ou de médecins–, on peut noter, ici et là, la participation de notables du parti républicain qui n'hésitaient pas à donner de leur personne et de leur temps. En 1880, le comité de Graville comptait parmi ses membres Gustave Brindeau ou Henri Jardin aux côtés de militants plus obscurs26.

  • 27 Journal du Havre, 14 et 15 juillet 1881.

20Il appartenait à ces comités de décorer leur quartier27. En 1881, le Comité de la place Richelieu installa un buste monumental de la République, dont le piédestal était décoré des statues de Marceau et de Hoche, ainsi que des devises « Liberté, Egalité, Fraternité », « Droit, Devoirs, Travail », « Instruction gratuite, laïque et obligatoire », « Le service militaire obligatoire pour tous ». À Notre-Dame, on préféra ériger des arcs de triomphe, dans la partie supérieure desquels d'immenses tableaux représentaient la République gardée par les grenadiers de 1789 et la jeune armée. Le quartier Saint-Vincent eut recours au même type de décor : des arcs de triomphe signalaient les principaux carrefours ; le plus monumental comprenait un tableau représentant la République éclairant le monde. Le quartier des Viviers fut, lui, plus original : on y érigea une « Poterne moyen âge » et une « Porte féodale du XIVe » ; face à ces symboles de la féodalité disparue, un arc de triomphe abritait une République coiffée du bonnet phrygien. Le quartier de l'Eure fit dans le même registre, élevant une reproduction de la Bastille de 18 mètres de façade et 12 mètres de hauteur, que les enfants des écoles furent invités à prendre d'assaut. Ces diverses mises en scène indiquaient le souci des habitants de s'approprier la journée du 14 juillet. Les monuments érigés par les comités n'étaient qu'un élément du décor qui était complété par les multiples initiatives individuelles. Si les drapeaux étaient l'élément de base, permettant de colorer son immeuble, on y ajoutait souvent des décors floraux, des guirlandes de feuillage, des écussons et des inscriptions. Celles-ci comme celles rédigées par les comités étaient l'occasion de marquer son attachement à la République, mais aussi de rappeler les réformes souhaitées : nous avons vu que le Comité de la place Richelieu appelait de ses vœux la laïcité de l'école et l'égalité devant la conscription.

  • 28 Le Havre, 14 et 15 juillet 1884.
  • 29 Journal du Havre, 14 et 15 juillet 1888.

21La construction de décors resta une des principales tâches des comités les années suivantes. La prise de la Bastille continua à être une source d'inspiration, mais la tendance fut à l'effacement des symboles politiques au profit de décors essentiellement végétaux ou rappelant le passé local. Ainsi, en 1884, une des attractions de la journée fut la reconstitution par le quartier des Viviers de la Porte Neuve – une des portes du Havre du temps des fortifications. Le journal Le Havre s'en félicitait en ces termes : « la fête du 14 juillet est une excellente occasion pour faire revivre le souvenir du vieux Havre »28. Le sens de la journée s'effaçait un peu : de la commémoration de la prise de la Bastille, on glissait vers le souvenir nostalgique du passé d'une ville qui avait connu des transformations impressionnantes tout au long du XIXe siècle. En 1887, ce fut au tour du quartier de la Bourse de reconstituer une des anciennes portes du Havre. En 1888, les décors avaient pour la plupart perdu leur signification politique : dans de nombreux quartiers, on se contentait de mâts vénitiens, de guirlandes, d'arcs de verdure et de faisceaux de drapeaux. Seul un quartier, celui du Perrey, avait réalisé une allégorie peinte de la République, surplombant la devise « Paix et Travail »29.

  • 30 Rosemonde Sanson, Le 14 juillet. Fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976, (...)

22Le programme était, lui, plus traditionnel par bien des aspects : les concerts alternaient avec les revues des enfants des écoles et des sociétés de gymnastique qui en profitaient pour donner quelques séances d'exercice. Des jeux populaires étaient organisés. La journée était close dans chaque quartier par des illuminations et des feux d’artifice. Seule la participation des enfants revêtait une dimension ouvertement civique et pas seulement festive : l'instituteur les faisait défiler devant le buste de la République en chantant la Marseillaise, quand il ne les invitait pas, comme dans le quartier de l'Eure, à prendre d’assaut la Bastille. Comme ailleurs en France, c'est l'aspect ludique de la fête qui peu à peu prédomina30 : les jeux, les concerts, les bals et les illuminations prirent le pas sur les cérémonies civiques. Le 14 juillet perdit en partie sa dimension républicaine ou, tout au moins, politique au sens étroit du terme. La journée tendait à être plutôt un moment de réjouissance collective qu'une cérémonie civique.

  • 31 La ferveur populaire conduisit parfois à des gestes hautement symboliques. Décédée en janvier 1882, (...)
  • 32 Le Havre, 14 et 15 juillet 1885.

23Pourtant, dix ans après l'institution du 14 juillet, le bilan était largement positif : dès la première année, la population havraise avait accueilli avec ferveur cette nouvelle cérémonie, conçue comme l'équivalent républicain des fêtes du calendrier religieux31 ; le dédoublement du 14 juillet dans les quartiers permettait à tous de participer et de s'approprier l'événement ; une mentalité collective se forgeait ainsi à une échelle qui était celle du cadre de vie de la population. Les républicains pouvaient s'enorgueillir d'avoir institué une véritable fête populaire, comme l'expliquait Le Havre en commentant en 1885 l'aspect du quartier Saint-Vincent32 :

Elle [la fête nationale] a eu surtout un caractère populaire très accentué. Il n'est si pauvre maison qui n'ait arboré son drapeau. Nous avons même pu constater que ce sont, en général, les demeures les moins fortunées qui présentent les façades les plus décorées. Beaucoup ont joint aux drapeaux, lampions et lanternes ordinaires, des guirlandes de fleurs et de feuilles. Certaines masures disparaissent sous un fouillis de lierre entourant les fenêtres, encadrant les écussons ou arpentant autour de longues bandes de toile tricolore. On sent ici que le 14 Juillet n'est pas seulement pour tous un grand anniversaire, une réjouissance officielle ; c'est surtout la fête du peuple, la fête des pauvres gens.

24C'est cette appropriation qui permit au 14 juillet de connaître un succès durable jusqu'à nos jours.

  • 33 André Siegfried, Mes souvenirs d'enfance, p. 75-76.

25Cette liesse populaire profita aux dirigeants du Parti républicain qui surent faire de cette journée une occasion de rencontre avec la population, hors de tout cadre officiel. Écoutons André Siegfried, décrivant l’après-midi du 14 juillet dans les années 188033 :

L’après-midi, nous allions, dans un landau découvert, faire la tournée des quartiers populaires, qui, selon la formule (mais fort exacte en la circosntance), étaient en liesse. Papa allait de « permanence » en « permanence », où des militants républicains en redingote nous accueillaient clans une orgie de drapeaux et de marseillaises : on serrait des mains loyales, on esquivait tant bien que mal des coupes de mauvaix champagnes. C’était vraiment une fête populaire issue de la conviction républicaine, encore toute jeune et toute spontanée, dix ans à peine après la fondation du régime et encore tout près des grandes luttes du seize mai. (...) Entre les permanences on entrait chez quelques bistrots amis, du moins politiquement amis, avec de nouveaux serrements de main devant le zinc.

2. Instruire : la Ligue de l’enseignement, les bibliothèques populaires, l'action de la municipalité

26Encadrer la population, c'était aussi œuvrer à son éducation. La République ne pouvait s'appuyer que sur des citoyens instruits et les progrès en ce domaine devaient permettre de gagner de nouveaux esprits à la cause républicaine. Nous avons déjà signalé plus haut comment la réapparition d'un courant républicain sous l'Empire fut indissociable de cet effort pour l'instruction du peuple.

La Ligue de l'enseignement : les causes d'un échec

27Les conditions de création de la Ligue ont été présentées en leur temps. Lieu de rencontre entre les élites libérales et républicaines, la Ligue avait participé, à sa manière, à la réapparition d'une opposition à l'Empire. Ses fondateurs au Havre avaient épousé, plus ou moins vite, l'idée que seule la République était apte à promouvoir l'instruction pour tous. La Ligue devait être à leurs yeux l'aiguillon d'un vaste plan de scolarisation et d'éducation, permettant à l'initiative privée de relayer et souvent de devancer l'action publique.

  • 34 Deuxième bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, AMH, FC, R2 31.

28Dès octobre 1868, sur l'initiative de Jules Siegfried, un programme ambitieux avait été adopté afin de « propager et d'améliorer, au Havre et dans son arrondissement, l'instruction et l'éducation par tous les moyens »34. Il prévoyait la création d'une caisse scolaire libre, véritable « bureau de bienfaisance de l'enseignement primaire », pour les trois cantons du Havre. Une enquête devait être menée pour rechercher les enfants n'allant pas à l'école. Des commissaires seraient chargés de visiter les familles, de rendre compte des motifs les empêchant de scolariser leurs enfants et de demander les secours nécessaires qui pouvaient consister en des fournitures scolaires, des aliments, des vêtements, des chaussures ou une allocation équivalente au salaire de l'enfant. Les familles seraient aussi incitées par des prix accordés aux élèves les plus méritants, sous la forme de livrets de Caisse d'épargne, ou par des allocations compensant la privation du travail de leurs enfants.

29Ce projet rappelait le modèle des bureaux de bienfaisance par son souci d'un quadrillage de la ville par des visiteurs des pauvres. Il s'en éloignait par le souhait de ne pas faire appel à des dames de la société, mais de recruter « un grand nombre d'ouvriers dévoués et actifs qui exerceraient sur les familles l'influence la plus facile et la plus décisive ». On préférait, si possible, utiliser comme commissaires des ouvriers, chargés de répandre l'instruction dans leur propre milieu. L'idée de patronage demeurait, mais on lui donnait un aspect plus démocratique. L'existence d'une caisse scolaire devait être transitoire, dans l'attente de la création d'une caisse des écoles par la municipalité. La mise en place de cours d'adultes et de bibliothèques ne venait qu'en second lieu.

  • 35 Lettre de Constantin Bazan au maire, 6 février 1869, AMH, FC, R2 31.
  • 36 Lettre de Constantin Bazan au maire, 3 mars 1869, AMH, FC, R2 31.

30Ce vaste programme connut un timide début de réalisation. Dès 1869, 41 livrets d'épargne furent distribués pour encourager l’assiduité et l'émulation des élèves. Dans chaque école de garçons comme de filles, un livret de quinze francs et un autre de dix francs furent distribués35. Parallèlement, un effort particulier fut consenti pour trois écoles, celles de la rue Bernardin de Saint-Pierre, du quartier Saint-François et du quartier de l'Eure, sous la forme de distribution de fournitures scolaires et d'une aide aux directeurs d'école pour qu'ils créent des études du soir « où les enfants, munis de livres de classe qui seraient la propriété de l'école, pourraient faire leurs devoirs et apprendre leurs leçons sous la surveillance des maîtres »36. Quant au projet d'un quadrillage de la ville pour repérer les familles qui n'envoyaient pas leurs enfants à l'école, il n'eut pas de suite : composée de notables locaux – les négociants y étaient surreprésentés-, la Ligue était incapable de s'appuyer sur un réseau de militants ouvriers qui auraient convaincu les familles de faire le bien de leurs enfants. Cette idée s'inscrivait trop dans le cadre conceptuel du patronage traditionnel pour espérer trouver un appui auprès des élites ouvrières.

  • 37 Lettre de Jules Siegfried au maire, 1er août 1876, AMH. FC, R2 31.

31Après 1870, la mise en place d'une municipalité républicaine changea l'ordre des priorités. L'aide aux familles nécessiteuses pouvait être prise en charge par l'administration, d'autant plus que c'est le président de la Ligue, Jules Siegfried, qui fut chargé, comme adjoint de la municipalité Guillemard, des questions scolaires. La Ligue se contenta désormais d'attribuer chaque année des prix aux élèves les plus méritants. Ainsi, en 1876, un livret de dix francs fut donné à l'élève le plus méritant de chacune des dix-huit écoles communales et un atlas au second37. Une autre des intentions de départ, l'organisation de cours du soir, fut, elle aussi, abandonnée. Soucieuse de favoriser la formation professionnelle et la promotion individuelle, la municipalité organisa des cours municipaux.

  • 38 Brochure de la bibliothèque populaire de Graville, [1874], ADSM, 4 T 15.
  • 39 La plus ancienne bibliothèque datait de 1847 et la plus récente de 1860. Cf. Réponse de la Société (...)
  • 40 Tableau des bibliothèques populaires, AMH, FC, R1 9.
  • 41 Réponse à une enquête de l'administration municipale, [1873], AMH, FC, R1 9.

32L'ouverture de bibliothèques devint, par contre, un objectif majeur : le but était d'éviter que les enfants sortis de l'école oublient tout ce qu'ils avaient appris. C'était aussi un moyen de relever la France après la défaite, de moraliser le peuple et de lui donner les moyens d'une réussite individuelle par l'instruction qui le détournerait des utopies socialistes. La Commune était passée par là, faisant dire au bibliothécaire de la Ligue : « La solution des graves problèmes sociaux qui agitent notre époque est moins dans ces théories si faciles à présenter, que dans les efforts modestes et persévérants de ceux qui songent aux solutions pratiques. Acta non verba, des actes et non des paroles, telle doit être la devise de ceux qui se préoccupent de relever l'instruction »38. Enfin, il n'était pas question de laisser le terrain libre à la Société de Saint-Vincent-de-Paul qui avait installé, depuis le milieu du siècle, des bibliothèques dans les cinq paroisses de la ville39. En 1873, la société était en plein essor et pouvait s'enorgueillir du chiffre de 5 000 volumes et 400 à 420 emprunteurs par semaine. Si la bibliothèque de la Société d'instruction mutuelle, dirigée par des francs-maçons, avait commencé à faire front, la lutte paraissait inégale : elle ne pouvait offrir qu'un peu plus de 2 000 ouvrages40, ne dépassait pas les 200 inscrits41 et, surtout, installée au rez-de-chaussée de l'hôtel de ville, elle ne disposait pas d'annexes dans les quartiers, permettant d'aller au-devant d'un public populaire.

33C'est fin 1873 que fut fondée la première bibliothèque de la Ligue dans le quartier ouvrier de Graville, rue Dumé-d'Aplemont. Suivirent celle du canton sud, sise rue des Étoupières dans le quartier Saint-François, ouverte en avril 1877, et celle du canton nord, rue Frédéric Bellanger dans le quartier Saint-Vincent, inaugurée en 1881. Le but était d'arriver à une bibliothèque par canton, cette structure administrative servant de référence à l'opposé des cléricaux qui lui avaient préféré la paroisse. À l'intérieur de chaque canton, on avait privilégié pour l'emplacement le quartier le plus populaire. Ainsi, la bibliothèque de la rue des Étoupières avait été ouverte près du quai de l'île, dans un quartier peuplé d'immigrants récents, souvent bretons, et plus connu jusqu'alors pour ses bars de marins et ses maisons closes que ses institutions culturelles.

  • 42 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, Le Havre, 1876, AMH, FC, R2 31.
  • 43 On retrouve ailleurs le même écart entre les intentions des fondateurs et les pratiques des lecteur (...)

34On ne possède malheureusement pas de catalogue de ces bibliothèques. Ne nous est parvenue qu'une répartition des prêts par genre pour la bibliothèque de la rue Dumé-d'Aplemont42. Arrivent en tête les romans et divers (56 % des prêts), suivis loin derrière des livres historiques (13 %). Quant aux ouvrages techniques ou moralisateurs, ils ont trouvé peu de lecteurs (respectivement 2 et 5 %). Si, pour les initiateurs, il s'agissait de favoriser la moralisation et la formation professionnelle du peuple, les utilisateurs l'ont entendu autrement, plébiscitant les ouvrages qui offraient évasion et distraction43.

  • 44 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

35L'autre grande activité de la Ligue dans les années 1870 fut l'organisation de conférences publiques. Le but restait le même que celui des bibliothèques : instruire le peuple. La liste des conférences pour l'année 1874-1875 donne une idée des thèmes abordés qui s'adressaient plus à un public bénéficiant d'un minimum d'instruction et soucieux de parfaire sa culture générale qu'à un public d'ouvriers44. L'histoire occupa la meilleure place, avec dix conférences sur quinze : Gabriel Monod vint parler du « rôle de la Normandie dans l'histoire de France », tandis que le pasteur Fontanès présentait la figure de Cavour et Edouard de Laboulaye la jeunesse de Franklin. Les intentions moralisatrices n'étaient pas absentes : le pasteur Frank Puaux vint ainsi discourir sur la famille. Le plus frappant était l'homogénéité des conférenciers : la plupart étaient des républicains protestants. Citons pêlemêle Jules Siegfried, Frank Puaux, Gabriel Monod, Albert Réville, le pasteur Fontanès, Charles Besselièvre, Œchsner de Coninck. Tous étaient des républicains modérés, voire conservateurs, tel Laboulaye ancien orléaniste, puis proche d'Emile Ollivier à la fin de l'Empire, ce qui lui avait valu d'être chahuté par la jeunesse républicaine lors de ses cours au Collège de France. Son ralliement au Centre gauche était tout récent.

36Si la républicanisation de la municipalité après 1870 avait rendu inutile la création d'une caisse libre des écoles, il en alla bientôt de même avec les autres projets de la Ligue qui risquaient de faire double usage avec les initiatives du conseil municipal. Les bibliothèques des cantons sud et nord furent ainsi ouvertes dans des écoles publiques, laïcisées entre-temps, et devinrent l'annexe d'institutions municipales. Se posait la question du rôle exact de la Ligue dans une ville républicaine : devait-elle continuer à mettre en place directement des institutions d'éducation populaire ou laisser cette tâche à la commune ? Quel pouvait être alors son rôle ? Le vote des lois scolaires de 1881 et 1882 ne fit que renforcer ces interrogations : maintenant que la gratuité, l'obligation et la laïcité étaient inscrites dans la loi, la Ligue avait-elle encore un programme, une raison d'être ?

  • 45 Ibid.
  • 46 Lettre de Frédéric Mallet au maire, 3 juin 1892, AMH, FC, R2 31.

37Ces incertitudes avaient conduit dès 1876 à privilégier la conquête des campagnes45. Nous avons évoqué plus haut les efforts pour l'ouverture de bibliothèques. Au Havre même, les activités de la Ligue se réduisirent bientôt à l'organisation de conférences publiques, de plus en plus concurrencées par celles d'autres sociétés, telles la Société de l'enseignement par l'aspect et la Société de géographie commerciale, et au versement d'indemnités aux trois bibliothécaires. Cela ne suffit pas à donner une raison d'être à la Ligue qui déclina lentement dans les années 1880. Ce n'est qu'en 1892 que ses dirigeants se décidèrent à tirer les leçons, tel son vice-président, Frédéric Mallet, qui constatait que « depuis le développement donné par la ville à l'Instruction publique, la Ligue de l'enseignement n'avait plus la même utilité »46. Réunie le 25 mai 1892, le Comité havrais décida sa dissolution, demandant à la ville de prendre à sa charge le paiement des trois bibliothécaires.

  • 47 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

38L'analyse de Frédéric Mallet ne donnait pourtant qu'une des causes du déclin de la Ligue. Son échec s'expliquait aussi et surtout par sa composition sociale. Dès 1875, force était de constater que le nombre d'adhérents reculait, même si le chiffre de 238 était loin d'être négligeable47. Les négociants, très nombreux dès le départ, restaient majoritaires : à eux seuls, ils étaient 84, soit 34 %. La Ligue n'avait pas su élargir ses rangs. Avec les courtiers, banquiers, assureurs et entrepreneurs, les négociants représentaient plus de la moitié des membres. À ce premier groupe, on pourrait ajouter les professions libérales et les propriétaires et rentiers, souvent d'anciens négociants ou courtiers, ce qui donne près des deux tiers des sociétaires parmi la bonne bourgeoisie havraise. À côté, les éléments populaires faisaient figure d'exception : on comptait 4 ouvriers et une trentaine de commis et d'employés qu'on se gardera de considérer tous comme des salariés modestes. Pour certains, la fonction de commis n'était que la première étape avant de devenir négociant ou courtier. Les commerçants et artisans, une vingtaine, étaient pour la plupart à la tête d'établissements prospères, installés dans le centre ville. Nombre d'entre eux faisaient partie des commerçants notables. Reste à signaler la présence de quelques journalistes et enseignants. Ces derniers, au nombre de huit, s'ils étaient plus présents que sous l'Empire, n'avaient pas encore rejoint massivement la Ligue.

  • 48 Ibid.

39Cette rapide présentation de la composition sociale de la Ligue éclaire son évolution. Les objectifs de départ avaient peu de chance d'être atteints si l'on restait entre habitants de la côte et du centre ville. Sorte de patronage laïque, la Ligue regroupait les élites locales, soucieuses de l'instruction du peuple et prêtes à financer des livrets d'épargne pour les élèves méritants, des conférences sur l'histoire de France ou l'achat de livres pour des bibliothèques populaires. Et encore, la générosité des membres laissait à désirer, compte tenu des revenus de la plupart d'entre eux : alors qu'il appartenait à chacun de fixer sa cotisation, une centaine se contentait de cinq francs ou moins par an48 ! La cotisation médiane n'était que de dix francs, ce qui était fort peu quand on songe que près des deux tiers des cotisants appartenaient aux élites locales. Cela ne pouvait qu'obliger à revoir à la baisse les ambitions et à s'en remettre à la municipalité pour les plus coûteuses d'entre elles.

40La Ligue n'avait pas su convaincre les ouvriers havrais de participer à ses objectifs. Même parmi les plus engagés dans le mouvement républicain, on avait préféré garder ses distances et se retrouver entre soi au sein d'organisations comme la Libre Pensée ou la Société positiviste. La présence de quatre pasteurs et de nombreux négociants protestants ne pouvait que renforcer la suspicion des éléments les plus anticléricaux du parti républicain, même si la loge l'Aménité était aussi adhérente.

41Cette composition sociale expliquait la coloration politique très modérée de la Ligue, reflet du libéralisme d'une partie du négoce local. On y trouvait surtout des proches du Centre gauche, anciens orléanistes qui avaient accepté peu à peu l'idée d'une République. Si, parmi les républicains de la veille, Guillemard y avait adhéré, les représentants d'un républicanisme intransigeant et démocratique, tels Jules Lecesne ou Jean-Pierre Dufour, avaient préféré rester à l'écart. La majorité des membres de la Ligue souhaitait une République modérée : il n'était pas question d'aller au-delà des réformes de Jules Ferry et, parmi celles-ci, on souhaitait surtout la gratuité et l'obligation. La laïcité apparaissait nécessaire pour limiter l'influence sur les esprits de l'Église catholique, mais elle n'était pas un combat de tous les instants. Une fois les lois scolaires votées, la Ligue perdit sa raison d'être, ayant épuisé son programme.

Les autres sociétés d'éducation populaire

42L'effacement de la Ligue ne signifia pas, loin de là, que les républicains havrais renonçaient à œuvrer en matière d'éducation du peuple. L'élan initié dans les années 1860 continua durant les vingt premières années de la Troisième République sous d'autres formes.

  • 49 Dossier de Légion d'honneur, 1913, AN, Fld III 335.
  • 50 Monographie de la Société d'enseignement scientifique par l'aspect rédigée par Serrurier, 1889, AMH (...)
  • 51 La société finira même par être reconnue d'utilité publique en 1892 (Décret du 14 décembre 1892, AM (...)
  • 52 Le Havre, 22 décembre 1880.
  • 53 Ibid.

43C'est en 1880 que fut fondée sur l'initiative d'un instituteur républicain, G. Serrurier, la Société d'enseignement scientifique par l'aspect. Directeur en 1870 de la première école laïque ouverte au Havre, Serrurier s'était fait remarquer en y créant un musée scolaire, une caisse d'épargne, une bibliothèque pédagogique et un tir49. Ouvert au progrès scientifique, il avait été fasciné par les projections lumineuses qui avaient illustré une conférence au théâtre du Havre de Meunier, professeur au Muséum d'histoire naturelle. Était née dans son esprit l'idée de fonder une société qui favorise « le développement de la méthode intuitive et tout particulièrement l'enseignement par les projections photographiques-lumineuses »50. L'appui des autorités, entre autres de Louis Liard, recteur de l'académie de Caen, mais aussi et surtout des notabilités républicaines locales, Siegfried en tête, lui permit de concrétiser son projet. C'est un proche de Siegfried, Henri Jardin, ancien conseiller municipal, qui prit la présidence de la société, Serrurier se contentant de la seconde vice-présidence. En 1882, la société bénéficia même de la reconnaissance de Ferdinand Buisson qui, de passage au Havre, vint assister à une projection et remettre les palmes académiques à Henri Jardin51. La composition du comité directeur montrait combien les intentions de Serrurier avaient rencontré celles des dirigeants républicains locaux : on y trouvait Siegfried, les conseillers municipaux Paul Langer et Fauvel, et le docteur Gibert52. Comme toute société encouragée par les notables, elle commença par agir par voie de souscription, Henri Jardin, bien introduit à la fois parmi la haute société protestante et les milieux républicains se chargeant de trouver des donateurs pour un total de 13 000 francs. Sur la première liste, on pouvait relever les noms de Gustave Brindeau, Léon Peulevey, Jean-Pierre Dufour, Caron-Campart, Latham, Frédéric Mallet ou de Mme Dollfus53.

  • 54 Monographie de la Société d'enseignement scientifique par l'aspect, 1889, AMH, FC, R2 39.

44Ce soutien s'expliquait par l'ambition des républicains, jamais abandonnée, d'instruire le peuple. L'essoufflement des conférences de la Ligue de l'enseignement ou du Cercle Franklin, dont nous parlerons plus loin, conduisait à se tourner vers de nouvelles techniques, plus pédagogiques. L'émerveillement causé par les projections à la lumière oxhydrique devait permettre de capter l'attention des auditeurs. Les buts restaient les mêmes : « l'amélioration intellectuelle et morale des populations »54.

45Deux types de conférences furent organisées, les unes pour les scolaires, les autres pour les adultes. Soucieux de participer à l'instruction des enfants, les républicains, membres du comité directeur, que ce soient les docteurs Fauvel et Gibert, le pharmacien Marais ou le président du Cercle Franklin, Langer, donnèrent de leur personne, venant disserter sur la cosmographie, la zoologie, l'hygiène, les sciences naturelles ou les voyages. La lassitude fut vite au rendez-vous, car, comme l'expliquait Serrurier, les conférences n'étaient pas toujours à la portée des enfants et la bonne volonté ne pouvait suppléer un minimum de savoir-faire pédagogique. Passé un an, on préféra faire appel à des instituteurs adjoints et, plutôt que de regrouper les enfants dans la salle du Cercle Franklin ou la salle Sainte-Cécile, on introduisit les projections dans les écoles elles-mêmes, le rôle de la société n'étant plus que de fournir le matériel.

46Les conférences pour les adultes, organisées le vendredi à 20 h 30 au Grand Théâtre, prirent une autre tournure. On chercha très vite à ne pas lasser l'auditoire par des intentions trop moralisatrices. L'exotisme fut de rigueur. Prenons l'exemple des onze conférences de l'année 1882-1883 : huit eurent pour thème un pays étranger ou une exploration lointaine. Il ne s'agissait pourtant pas que de faire rêver en évoquant les étés lapons ou le désert australien. Certaines conférences recoupaient les préoccupations des dirigeants républicains havrais soucieux de promouvoir l'œuvre coloniale : Frank Puaux, membre du Conseil supérieur des colonies, vint présenter l'Algérie et Serres retraça les voyages de Brazza et Stanley au Congo.

47Neuf ans après la fondation de la société, les conférences existaient toujours, preuve que, cette fois, les initiateurs avaient su trouver un public. Pour l'année 1887-1888, le nombre de membres était de 400, payant au moins dix francs de cotisation annuelle, et les séances étaient suivies, d'après les organisateurs, par 600 à 800 personnes en moyenne. Cette réussite était sans doute au détriment des intentions de départ : les séances de projection offraient plutôt l'évasion qu'elles ne favorisaient la moralisation du public.

  • 55 Ibid.
  • 56 L'exemple havrais sera imité un peu partout en France où se multiplieront, à la fin du XIXe, des so (...)

48Cela ne découragea pas les fondateurs d'œuvrer pour la propagation de leur action. Comme dans le cas des bibliothèques populaires, le besoin se fit vite ressentir de faire aussi profiter les campagnes cauchoises des nouveautés de la science, afin de lutter contre les deux fléaux qu'étaient l'ignorance et l'alcoolisme, fléaux qui ne pouvaient que renforcer le conservatisme foncier des ruraux. Comme l'expliquait, non sans lyrisme, Louis Serrurier, fils du fondateur : « Quand l'instituteur montre la lanterne magique, le cabaret est vide et l'école est trop petite. Le paysan, si ignorant qu'il soit, aime mieux faire un voyage devant des images bien expliquées plutôt que d'aller s'abrutir dans une salle enfumée »55. Véritables missionnaires du progrès, les dirigeants de la société allèrent installer leur lanterne magique le dimanche dans les communes d'Épouville, Saint-Romain-de-Colbosc, Gonneville ou Turretot56.

  • 57 Lettre du maire au sous-préfet, 22 février 1879, AMH, FC, R2 37.
  • 58 Lettre de Th. Courché au maire, 1er mars 1884, AMH, FC, R1 32.
  • 59 Le Havre, 1er mai 1884.

49Un autre type de société en faveur de l'instruction fut représenté par les associations d'anciens élèves. La plus ancienne, celle des anciens élèves de l’école laïque Sainte-Marie, fut fondée en 1879 par un dénommé Cléret. S'il s'agissait, comme pour toute association de ce type, d'entretenir des relations amicales entre anciens condisciples, ce n'était pas le seul but. Alors que la laïcisation du système scolaire n'était pas achevée, les promoteurs voulaient aussi « encourager les études faites à l'école, en décernant annuellement un ou plusieurs prix » et « provoquer, subventionner, encourager, de toute manière, les œuvres intéressant l'école ou ses anciens élèves »57. Surtout, à la même date, une Société des anciens élèves de l'école des frères du quartier Sainte-Marie avait vu le jour, société qu'il s'agissait de contrer. Au niveau de la ville, cette première initiative fut relayée par Théodore Courché qui créa en 1884 une Association fraternelle des anciens élèves des écoles laïques58. Négociant et industriel, Théodore Courché était secrétaire du Syndicat général du commerce et de l'industrie et secrétaire de la Chambre syndicale de la métallurgie59. Il était aussi frère de la loge l'Aménité.

  • 60 J. Legoy, Cultures havraises..., p. 246.

50Là où les écoles laïques étaient trop jeunes pour compter suffisamment d'anciens élèves, virent le jour des amicales ouvertes à tous ceux qui voulaient aider l'enseignement laïque. Ce fut le cas dans le quartier Saint-Vincent où fut fondée en novembre 1883 la Société des amis de l'école Frédéric Bellanger, école qui avait été inaugurée en 187960. Son premier président fut Henry Génestal, ce qui prouvait encore une fois l'intérêt que portait le négoce protestant et républicain à la question scolaire. Dès la première année, la société aurait compté une centaine de membres. En 1889, elle prit le nom de Société Frédéric-Bellanger, proposant à l'ensemble des enfants du quartier des cours de dessin, une section de tir, une bibliothèque et, plus tard, une section sportive. Les autres amicales des écoles du Havre seront, elles, créées à la fin du siècle et connaîtront leur apogée dans les années 1920.

L'œuvre de la municipalité

51Les efforts de ces sociétés étaient indissociables de ceux de la municipalité pour développer un enseignement laïque au Havre. Nous avons déjà évoqué le programme de réorganisation des écoles présenté par Jules Siegfried dès février 1871 et voudrions ici dresser un bilan de ce qui fut accompli, tout en notant les divergences qui apparurent entre républicains.

  • 61 Rapport de Jules Siegfried au conseil municipal, 15 avril 1871, AMH, FC, D1 12.
  • 62 Situation des Ecoles communales au 31 décembre 1876 ; Rapport sur les écoles communales du Havre, 3 (...)
  • 63 Il fallut attendre qu'une loi du 13 février 1878 autorise la municipalité à percevoir les centimes (...)

52Rappelons la situation de départ. En 1871, les écoles laïques restaient peu nombreuses, même si la situation avait commencé à changer depuis la victoire des républicains aux élections municipales de 1865. Elles ne regroupaient qu’une minorité de garçons et ne scolarisaient aucune fille61. Le taux de scolarisation, toutes écoles confondues, restait faible, notamment pour les filles. Dix ans plus tard62, comme l'indique les graphiques ci-dessous, la situation avait radicalement changé. Pour les garçons, il n'existait plus que deux écoles congréganistes, regroupant une petite minorité d'élèves. Chez les filles, si les six écoles congréganistes continuaient à scolariser une majorité d'enfants, les écoles laïques avaient commencé à combler leur retard. Il en allait de même pour les écoles maternelles. On ne dispose malheureusement pas de statistiques équivalentes après 1881, mais, en 1886, à la veille du vote de la loi Goblet, il ne restait plus d'école congréganiste publique de garçons. Ces changements avaient moins consisté, dans un premier temps, en une politique systématique de laïcisation des écoles existantes qu'en une politique de construction d'écoles nouvelles, notamment dans les quartiers en plein essor. C'est après le 16 Mai, une fois levée l'opposition du Conseil d'État à la perception de centimes additionnels63, que la municipalité put faire sortir de terre huit nouvelles écoles. En trois ans furent inaugurées les écoles primaires de garçons de la rue Frédéric Bellanger (1879), de la rue de Phalsbourg (1879), de la rue Augustin Normand (1880) et de la rue de la Mailleraye (1880), la nouvelle école d'apprentissage de la rue de Tourville (1879), les écoles primaires de filles de la rue de Zurich (1880) et de la rue des Gobelins (1880), l'école primaire supérieure de filles de la rue des Gobelins (1880).

Graphiques 3, 4 et 5. La répartition des enfants scolarisés dans les écoles publiques par type d'établissement (1867-1881)

Graphiques 3, 4 et 5. La répartition des enfants scolarisés dans les écoles publiques par type d'établissement (1867-1881)
  • 64 Jules Siegfried, « L'éducation physique. Discours prononcé à l'inauguration de l'École primaire laï (...)
  • 65 Ibid.
  • 66 Plan de la façade de l'École de la rue Lavoisier, AMH, FC, M4 10/7.

53Un tel effort s'inscrivait dans la volonté de républicaniser et de laïciser la ville. Si Le Havre ne fut pas friand de monuments aux ancêtres républicains, ces nouvelles écoles furent des signes tout aussi tangibles des changements en cours. Plutôt que de dépenser dans des statues, la municipalité, à l'instigation de Siegfried, préféra édifier des temples du savoir républicain, lieux de formation des citoyens. Ils devaient y acquérir une éducation intellectuelle, mais aussi morale et physique. Ce dernier point expliquait les innovations architecturales : des salles de classe de 65 mètres de superficie et 4 mètres de hauteur « dans lesquelles l'air et la lumière pénètrent à flot » ; de vastes cours de récréation afin que l'enfant puisse « courir, s'ébattre, se fortifier, respirer l'air pur et vif de la mer qui n'est pas loin, et profiter (...) de tous les rayons du soleil »64 ; un large préau, abri pour les temps de pluie, mais aussi gymnase en plein air. Ainsi, « le simple fils d'ouvrier est mieux traité aujourd'hui dans nos écoles communales que ne l'était naguère l'enfant des privilégiés de la fortune »65. Les façades, en pierres et briques, s'inspiraient, elles, de l'architecture néo-classique. Celle de l'école de la rue Lavoisier66 rappelait les façades du Louvre de Pierre Lescot : les fenêtres des premier et deuxième étages étaient encadrées de pilastres ; une frise courait entre les deuxième et troisième étages et celles du troisième étaient surplombées d'un chapiteau. Tout cela donnait à l'école un aspect à la fois monumental et sévère qui ne pouvait que contraster avec les bâtiments des alentours. On était en plein quartier de l'Eure, au milieu d'immeubles de rapport et de constructions miséreuses.

54Quartier Sainte-Marie, l'école Zurich avait tout autant belle apparence au milieu des taudis, des ateliers et des usines. Là aussi, on retrouvait dans le décor de la façade les éléments de base de l'architecture néo-classique. Chaque quartier, même le plus pauvre, devait posséder son ou ses « palais » consacrés à l'instruction du peuple.

  • 67 Délibération du conseil municipal du 12 février 1879, AMH, FC.
  • 68 Abbés A. Sauvage et Ad. Mauricé, Un cinquantenaire, 1879-1929. L'École des Frères du quartier Saint (...)

55Le principe de la laïcisation des écoles communales congréganistes avait été, lui, voté dès le 12 février 1879, mais, inquiète du coût de la mesure et de la possibilité de trouver des laïcs en nombre suffisant, la majorité du conseil avait introduit dans la délibération l'expression « le plus tôt possible »67. Les arguments étaient classiques : les succès électoraux de l'Empire n'étaient-ils pas la conséquence de la loi de Parieu ? quant au vœu de célibat, de pauvreté et d'obéissance, quoi de plus contraire aux idéaux républicains ? Le vœu du conseil commença à être réalisé dès l'année de son adoption. Furent laïcisées les écoles de garçons de la rue Clovis (1879), de la rue de Berry (1881) et de la rue des Pénitents (1882) et les écoles de filles de la rue Percanville (1880) et de la rue Saint-Thibault (1882). Ces laïcisations ne furent qu'un des aspects de la suppression des écoles de frères ou de sœurs. Souvent, la construction d'une nouvelle école laïque permit la suppression de l'école congréganiste voisine. Les conservateurs havrais essayèrent, eux, de préserver un peu d'enseignement catholique : dès avril 1879, un Comité pour la liberté de l'enseignement avait vu le jour. Ses dirigeants appartenaient aux élites catholiques locales : on y trouvait Émile Masquelier, Raoul Ancel, Vincent Édou, A. Oursel, Frédéric Perquer, Henri Ravot ou Victor Toussaint. Deux écoles libres de garçons furent ouvertes, l'une rue du Neuf dans le quartier Sainte-Marie avec pour enseignants les frères de l'école de la rue Clovis, l'autre rue Thieullent dans le quartier Saint-Vincent68.

Figure 10. L’école de la rue Lavoisier

Figure 10. L’école de la rue Lavoisier
  • 69 Statuts du Cercle des instituteurs du Havre, 15 février 1872, AMH, FC, I2 16/5.
  • 70 Lettre de Thiriet, délégué communal, 1er février 1872, AMH, FC, I2 16/5.

56Cette laïcisation ne pouvait réussir sans un corps de maîtres dévoués et conscients de l'importance de leur tâche. Dès décembre 1871, soucieux d'encadrer ceux que l'on désignera bien plus tard comme les « hussards de la République », Siegfried, comme adjoint à l'Instruction, avait fondé un Cercle des instituteurs du Havre dont le but était « de fournir aux instituteurs les moyens de se rencontrer plus souvent, d'examiner en commun les différentes questions concernant l'enseignement et de hâter ainsi les progrès des écoles confiées à leurs soins »69. Tous les instituteurs des écoles municipales laïques en étaient membres de facto, Siegfried n'hésitant pas à reprocher à tel ou tel son manque d'assiduité. Les sociétaires du cercle devaient se réunir tous les quinze jours, le jeudi soir, pour examiner « tout ce qui peut intéresser l'enseignement primaire et les besoins des écoles », notamment les questions pédagogiques, et pour rédiger, si nécessaire, des rapports pouvant être transmis aux autorités compétentes. Une bibliothèque du cercle vit le jour grâce aux dons de Siegfried lui-même, ainsi que de Frédéric Mallet et de Paul Langer qui offrirent respectivement 2 000 et 1 000 francs70.

57Cette initiative, à une date où les républicains n'avaient pas encore triomphé, subit quelques embûches de la part des autorités académiques, peu satisfaites de voir la municipalité s'immiscer dans des questions qu'elles jugeaient de leur compétence. Elle provoqua aussi quelques tiraillements parmi les instituteurs, en introduisant au sein d'un corps hiérarchisé des principes démocratiques : l'élection du bureau par l'ensemble des membres donnait une majorité aux maîtres-adjoints ce qui était difficilement accepté par les directeurs d'école qui protestèrent en 1875. Cela provoqua la fermeture temporaire du cercle durant l'année scolaire 1875-1876. Il reprit partiellement ses activités fin 1876, la bibliothèque étant à nouveau à la disposition des instituteurs et leur permettant l'accès à la Revue pédagogique et au Journal des instituteurs.

  • 71 Délibération du conseil municipal du 11 novembre 1876, AMH, FC.

58Ce souci de la municipalité d'œuvrer à la formation d'instituteurs compétents, soucieux d'innovation pédagogique, continua les années suivantes. Ils devaient être de véritables contre-exemples en comparaison des frères et des sœurs, rituellement accusés par les républicains d'ignorance. Sur fond de rivalité avec Rouen, le conseil municipal envisagea d'ouvrir au Havre une école normale d’institutrices, prétextant que celle du chef-lieu était privée et donc inapte à former les maîtresses dont les écoles havraises avaient besoin71. Les réticences d'une partie du conseil devant cette nouvelle dépense conduisirent Siegfried et ses amis à fonder une école libre de jeunes filles qui fut municipalisée en 1880 et devint une école primaire supérieure.

59C’est, enfin, la ville du Havre qui organisa en septembre 1885 le premier congrès international d'instituteurs sur l'initiative de Siegfried. Il réunit pas moins de 2 000 participants qui, durant cinq jours et en présence du ministre de l'Instruction publique, René Goblet, échangèrent sur les questions pédagogiques, tout en faisant connaître, ce qui était moins prévu au départ, leurs revendications en ce qui concernait leurs traitements.

  • 72 Philippe Manneville, « Jules Siegfried et la création du lycée de jeunes filles du Havre », Études (...)
  • 73 L'Indépendance havraise, 5 avril 1884.

60Si la construction d'écoles primaires, la laïcisation des établissements tenus par des frères ou des sœurs, ou le souci de former des instituteurs compétents firent l'unanimité des républicains, il n'en alla pas de même en ce qui concerne l'enseignement secondaire qui devint un sujet de discorde entre Siegfried et la minorité du conseil municipal proche des radicaux. L'enjeu n'était ici plus le même, il s'agissait de former non les enfants du peuple, mais ceux de la bourgeoisie locale. C'est le projet d'ouverture d'un lycée de jeunes filles qui déclencha la polémique72. Toujours soucieux de placer sa ville à l'avant-garde, Siegfried avait fait la proposition à son conseil municipal, dès mars 1880, de créer une école secondaire de jeunes filles, afin que les futures mères n'exercent pas une influence néfaste sur leurs enfants. Une fois la loi Camille Sée votée, la municipalité précisa son projet, décidant de construire un lycée sans internat. Dès le choix de l'emplacement, la polémique entre républicains éclata. Le terrain retenu était situé rue de l'Orangerie, en bas de la côte. Une partie du conseil s'empressa de dénoncer ce choix à proximité des maisons de maître des négociants et armateurs. Siegfried ne demandait-il pas à la commune de financer un établissement « aristocratique » pour accueillir les jeunes filles de la Côte ? Aux élections municipales de 1884, la critique de ce projet fut un des principaux arguments des radicaux anti-Siegfried73. Finalement, ce n'est qu'à la rentrée 1885 que l'établissement put accueillir des élèves. Ce contretemps montrait une des failles du camp républicain : si l'éducation du peuple faisait l'unanimité, celle des jeunes filles de la bourgeoisie ne semblait pas être une priorité pour tous.

3. Encadrer

  • 74 Jules Siegfried, Journal, 7 mars 1876.

61Interrogé par Siegfried, nous avons vu que Félix Faure lui avait expliqué, en 1876, ses espoirs d'être élu député. Ne disposait-il pas d'un confortable réservoir de voix grâce aux multiples sociétés dont il était membre ? Au premier plan, venaient les 300 voix de ses « Sociétés musicales et de gymnastique »74. Qu'en fut-il dans la réalité ? Ces associations en plein essor à la fin du Second Empire et aux débuts de la Troisième République furent-elles un moyen pour les républicains d'encadrer leurs électeurs ?

Les sociétés musicales

  • 75 Liste des sociétés musicales, 1880, AMH, FC, R2 29/13.
  • 76 Cf. Philippe Gumplowicz, Les travaux d'Orphée, 150 ans de vie musicale amateur en France. Harmonie, (...)

62Loin de l'image préconçue d'une ville vouée aux affaires et fermée à toute activité artistique, Le Havre connut à partir du Second Empire l'éclosion de nombreuses sociétés musicales populaires. En 1880, la ville comptait trois orphéons, une harmonie et cinq fanfares75. S'il ne s'agissait pas, le plus souvent, de se consacrer à l'étude du grand répertoire, ces fanfares, harmonies et orphéons permirent à de simples employés ou des ouvriers qualifiés de s'adonner à l'exercice d'un instrument et d'animer la ville par de nombreux concerts en salle ou en plein air. Apparu en 1833, le mot orphéon désignait à l'origine une société populaire de chant choral. C'est dans ce sens que ce mot était employé au Havre pour la période qui nous intéresse, même si les choristes avaient commencé à s'associer ponctuellement à des instrumentistes. La différence entre fanfare et orchestre d'harmonie tenait, elle, à l'équilibre entre instruments à vent et percussions – une harmonie possédait une plus grande variété et un plus grand nombre de cuivres et de bois qu'une fanfare – et au répertoire76.

  • 77 AMH, FC, R2 29/8, Société chorale l'Union des travailleurs.
  • 78 Rapport du commissaire de police de la 4e section, 9 avril 1864, AMH, FC, R* 29/8.
  • 79 AMH, FC, R2 28/10, Fanfare havraise.
  • 80 Lettre de Victor Libert, directeur de la société, au maire, 15 juin 1884, AMH, R2 29/5.

63Chercher à établir un lien entre ces sociétés et la vie politique locale est, à première vue, difficile. Contrairement à d'autres sociétés comme celles de gymnastique, l'initiative semble avoir appartenu le plus souvent à des musiciens, amateurs ou professionnels, et non à des notabilités locales, soucieuses d'encadrer les populations. Prenons quelques exemples. Quand fut fondée en 1864 la société chorale l'Union des travailleurs, ce fut par un ancien de l'orphéon de la société Saint-Joseph, Émile Muterel, qui en avait été expulsé, sans que l'on sache pourquoi77. Le fondateur de la nouvelle société n'avait rien d'un notable ou d'un philanthrope : il était surveillant à la manufacture des tabacs. Le nom de la société ne renvoyait à aucune préoccupation politique, mais insistait sur le recrutement populaire de l'orphéon. Chargés d'une enquête sur les 18 membres de la société, les commissaires de section ne firent de remarque que pour un seul d'entre eux qui aurait fait partie des « insurgés » en 1848 – s’agit-il de février ou de juin ? le rapport de police ne nous le dit pas ! – et qui depuis était connu pour être un « très bon ouvrier »78. De même quand fut créée en 1877 la Fanfare havraise, ce fut sur l'initiative d'un dénommé Grandjean, professeur de musique79. Dernier exemple, celui de la fanfare l'Amicale du Havre : sa création en 1884 vint d'une initiative des habitants de la cité Courtois, ensemble de maisons individuelles situé à l'est du quartier de l'Eure. Il s'agissait de « mettre un peu de gaiété (sic) dans le quartier et de donner une occasion de retenue aux jeunes gens »80.

  • 81 Liste des membres honoraires, 1884, AMH, FC, R2 29/5.
  • 82 AMH, FC, R2 29/4, Cercle musical havrais.
  • 83 AMH, FC, R2 29/6, La Cécilienne.

64Dans la plupart des cas, ce n'est qu'après quelques années d'existence que l'on se soucia de trouver des membres honoraires afin de mieux remplir les caisses de la société. Soumis à une cotisation minimale de dix francs par an, ils étaient invités à un ou plusieurs concerts annuels, mais ne participaient pas directement à la vie de la société. Les sociétés les plus connues pouvaient espérer inscrire sur leur liste des représentants du haut négoce havrais. La Fanfare havraise s'honorait du soutien de Raoul Ancel, Léon Brindeau, Auguste Brostrom, Léon Cheuret, Félix Faure, Paul Langer, Joseph Gibert, Théodore Huchon, F. Koechlin, Frédéric Mallet, Raoul Nicole, Frédéric Perquer ou Léon Peulevey. Si cet échantillon était homogène socialement, il ne l'était pas politiquement, le conservateur clérical Raoul Ancel côtoyant l'état-major du parti républicain. Les sociétés plus modestes devaient, elles, se contenter de quelques notabilités locales : le pharmacien et quelques commerçants du quartier. Ainsi, la plupart des membres honoraires de l'Amicale du Havre habitaient la cité Courtois. On trouvait un marchand de poisson et un tourneur81. L'habitude des sociétés de reverser les bénéfices de leurs concerts au bureau de bienfaisance ou à une autre œuvre d'intérêt public ajoutait à l'engagement des membres honoraires une dimension morale. Les devises en rendaient compte. Celle du Cercle musical havrais était « Art, Plaisir, Charité. S'amuser en faisant le Bien. Tout par le travail et par l'étude »82, celle de la Cécilienne « Art et Bienfaisance »83.

  • 84 AMH, FC, R2 29/4, Cercle musical havrais.
  • 85 AMH, FC, R2 29/7, l'Union musicale.

65Le choix du président honoraire de la société ne s'expliquait pas par des motifs directement politiques. Soucieuses de pouvoir occuper une salle municipale pour leurs répétitions et d'obtenir une subvention, les sociétés firent souvent appel à un adjoint, voire au maire, pour ce titre honorifique. À peine créée en 1879, la fanfare le Cercle musical havrais demanda à Jules Siegfried de prendre la tête de la liste des souscripteurs. Cinq mois plus tard, elle obtenait sa première subvention84. Réorganisée en 1874, la fanfare gravillaise l'Union musicale choisit, elle, Félix Faure comme président honoraire, ce qui n'était sans doute pas désintéressé, ce dernier étant l'adjoint aux Beaux-Arts85.

  • 86 AMH, FC, R2 28/11, Fanfare gravillaise.
  • 87 AMH, FC, R2 29/11, Enfants de Graville.

66Cette description des sociétés musicales populaires nous laisse donc sur notre faim : elles ne furent pas, à première vue, un instrument de politisation des classes populaires auxquelles elles s'adressaient – les listes de membres conservées indiquent une forte présence d'employés et d'ouvriers qualifiés de l'industrie ou de l'artisanat –. Au mieux, certaines servirent à encadrer et moraliser les populations. C'est le cas de celles, peu nombreuses, qui furent créées suite à l'initiative ou avec l'appui d'un notable ou d'une institution. Fondée en 1869, la Fanfare gravillaise avait pour président actif, et non honoraire, le protestant Jacques Courant86. La présence à proximité de sa filature pouvait l'expliquer. Le Cercle musical havrais était, lui, né de la volonté du directeur des docks du Pont-Rouge, C. Warenhorst, et d'un industriel du quartier de l'Eure, A. Lebreton, de proposer une activité « honnête » aux habitants du quartier. C'est la seule société avec la Fanfare gravillaise où des républicains jouèrent un rôle actif : en 1880, appartenaient au comité d'administration Choyer, futur conseiller municipal, et Grould, futur adjoint. À l'opposé, les Enfants de Graville furent fondés, en décembre 1878, sous le patronage des Frères de l'école de la rue Clovis qui mirent à la disposition de cette fanfare une salle de répétition et des instruments87. Il s’agissait, sans doute, d'étendre leur influence dans le quartier Sainte-Marie, mais cela tourna court. Dès juillet, la fanfare rompit avec les Frères et, un an plus tard, elle avait pour président honoraire le républicain Gustave Brindeau.

  • 88 Lettre au maire du directeur des Enfants de Graville, 23 juillet 1879, AMH, FC, R2 29/11.
  • 89 Délibération du conseil municipal, 23 juillet 1879, AMH, FC.
  • 90 Les « vertus citoyennes de la musique chorale » ont fait l'objet de la réflexion d'Olivier Ihl (La (...)
  • 91 J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, p. 182.

67Cet exemple ne doit pas induire en erreur : il reste isolé et, le plus souvent, c'est l'absence de politisation apparente qui prévalut. Cela mérite, en conclusion de cette étude des sociétés musicales, quelques remarques. L'inexistence de société clairement marquée dans le camp républicain ou dans le camp clérical – il n'y avait pas dans les différents quartiers une fanfare rouge ou bleue et une fanfare blanche – était sans doute la conséquence de l'unanimisme républicain qui régnait au Havre depuis la fin du Second Empire. Il n'y avait pas, contrairement à d'autres villes ou régions, une opinion divisée que deux camps adverses essayaient d'encadrer. Les conservateurs avaient très vite abandonné le terrain. D'autre part, l'absence de coloration des sociétés ne signifiait pas qu'elles ne participaient pas indirectement à la républicanisation des esprits. Autorisées à donner des concerts publics, souvent au rond-point du cours de la République, carrefour populaire du quartier Sainte-Marie, les fanfares avaient dans leur répertoire la Marseillaise et le Chant du départ qu'elles jouaient à la demande des auditeurs. Cela valut même aux Enfants de Graville, en 1879, de se voir retirer leur salle de répétition par les Frères des Écoles chrétiennes pour avoir joué la Marseillaise « à la demande générale du public », un samedi après-midi88. Le frère directeur de l'école aurait justifié son attitude en dénonçant le « chant des voyous (...) qui a accompagné tous nos malheurs »89. Cet incident accéléra la laïcisation de l'école de la rue Clovis. À côté de ces concerts publics réguliers, les sociétés musicales étaient aussi sollicitées pour les multiples événements auxquels on voulait donner une certaine solennité : inauguration d'écoles publiques, distribution de livrets de Caisse d'épargne aux enfants méritants, fêtes du Cercle Franklin ou de telle ou telle société de secours mutuel républicaine. C'était à nouveau l'occasion pour les fanfares de jouer quelques airs patriotes et révolutionnaires. La tenue des instrumentistes, imitée de l'uniforme militaire, donnait un éclat supplémentaire à ces auditions. Les spectateurs ne pouvaient que vibrer à l'unisson et s'enthousiasmer90. Enfin, à côté des concerts pour les pauvres, d'autres furent organisés pour des œuvres patriotiques et républicaines. En juillet 1879, la Fanfare gravillaise donna un concert au bénéfice des amnistiés, signe qu'il était temps, même pour les républicains les plus modérés – le président de la société était Jacques Courant-, de tourner la page de la Commune. En 1885, des concerts furent organisés au profit des soldats du Tonkin, rappelant l'attachement de la population havraise à l'œuvre coloniale, alors que les radicaux venaient de provoquer la chute de Ferry. Cette tonalité républicaine et patriotique explique le déclin des fanfares havraises après 1918, quand le climat ne sera plus à l'exaltation de la patrie91.

Préparer la Revanche

  • 92 AMH, FC, H3 14/8.
  • 93 AMH, FC, H3 14/9.
  • 94 Statuts de la société La Gymnique, 1869, AMH, FC, H3 14/9.

68Si l'instrumentalisation des sociétés musicales pour encadrer la population n'est pas évidente, c'est moins le cas des sociétés patriotiques. Les premières à apparaître furent les sociétés de gymnastique, de part et d'autre de la guerre de 1870. En octobre 1866, une Société allemande de gymnastique avait été fondée92. Ses membres devaient avoir 18 ans et être de langue allemande. Nicolas Brehm, futur conseiller municipal et adjoint républicain, natif de Wintersbourg dans le département de la Meurthe, y avait appris les rudiments de la gymnastique et avait décidé, trois ans plus tard, d'en faire bénéficier ses concitoyens en créant en 1869 la Société havraise de gymnastique. La même année, Charles Adolphe Reichenbach, employé de commerce, créait la société La Gymnique93. Le Havre se mettait ainsi à l'école allemande. Il n'était encore question que d'hygiène et de développement harmonieux du corps et de l'esprit. Dans ses statuts, la société La Gymnique se fixait pour but : « le développement des forces physiques et morales, par l'emploi rationnel et hygiénique de tous les exercices du corps, tels que la gymnastique, l'escrime, le sabre, la canne, la boxe, la lutte, l'adresse française, etc. »94.

  • 95 Pierre Arnaud, Le militaire, l'écolier, le gymnaste. Naissance de l'éducation physique en France (1 (...)
  • 96 Journal du Havre, 27 octobre 1871 ; AMH 1, FC, H3 15/2.
  • 97 Lettre du bureau de la société au maire, 10 mai 1872, AMH, FC, H3 15/2.
  • 98 Discours non daté de Félix Faure à la Société générale de gymnastique, AN, 460 AP 19.

69La guerre de 1870 changea ce programme : la gymnastique fut promue au rang de discipline patriotique et son origine allemande fut oubliée pour ne plus évoquer que l'exemple suisse. Les sociétés de gymnastique devinrent des sociétés conscriptives, dont la légitimité était politique et la finalité d'utilité publique95. Dès octobre 1871, un dénommé Béhotte avait fondé une nouvelle association, sous le nom de Société générale de gymnastique, qui fusionna aussitôt avec la Société havraise de gymnastique, Brehm en devenant le vice-président96. Soucieux de disposer de relais dans la population, Félix Faure y entra et en devint le président dès 1872, plaçant un des ses proches, C. Bergerault, au poste de trésorier. Les activités proposées ne visaient plus seulement au développement harmonieux du corps, mais aussi à la « régénération complète des forces vives du pays » : aux côtés de la gymnastique, de la canne ou de la boxe, prenaient place des cours de topographie et des exercices de maniement d'armes et de tir97. Dans un discours non daté98, Félix Faure insistait sur la nécessité de fortifier les corps pour offrir à la Patrie les soldats dont elle avait besoin et dénonçait les malingres et les obèses en ces termes : « Ce sont ces trembleurs qui ont constamment les yeux et les oreilles tendues du côté de l'étranger. La dignité nationale leur importe peu. Le moindre incident ne peut se produire chez nous sans qu'ils demandent comment on prendra la chose de l'autre côté du Rhin ». Ce type d'argumentation n'avait rien de très original, mais trouvait un écho auprès d'une population fière de ne pas avoir connu l'occupation prussienne. Le Havre ne faisait que se mettre à l'unisson des nombreuses villes françaises où furent créées ou reconstituées des sociétés de gymnastique au lendemain de la défaite de 1871.

70Loin d'être un feu de paille, l'intérêt pour les sociétés de gymnastique continua durant les vingt années suivantes et sept nouvelles sociétés virent le jour. Trois périodes furent particulièrement favorables aux initiatives : 1876, suite à la victoire des républicains aux législatives ; 1881, avec la formation du Grand ministère ; 1885-1886 alors que les opportunistes se voyaient reprocher d'oublier la question de l'Alsace-Lorraine pour ne plus penser qu'aux conquêtes coloniales. Les républicains havrais semblèrent soucieux d'apporter un démenti. Il est vrai que pour eux les deux objectifs n'avaient jamais été inconciliables.

  • 99 Lettre du président de l'Union havraise de gymnastique au maire, AMH, FC, H3 15/3.
  • 100 Rapport d'activité de la Société de gymnastique du Cercle Franklin, 11 août 1889, AMH, FC, H3 15/8.

71Durant toute cette période, le but à atteindre resta le même : préparer les corps et les esprits à la défense de la Patrie. Les devises et les blasons des sociétés l'indiquaient à tous : fondée en 1876, l'Union havraise de gymnastique avait adopté la formule « Pro Patria » et l'en-tête de son papier à lettres présentait, entre autres, deux canons et deux fusils. L'uniforme donnait un aspect martial aux participants, astreints par le règlement à une stricte discipline. Les sociétaires de l'Union havraise de gymnastique devaient porter un pantalon blanc, un maillot blanc à liseré bleu, une ceinture bleue, mais aussi des guêtres blanches, un veston en drap bleu à trois coutures et trois rangées de boutons dorés et une casquette avec sur le devant un insigne de cuivre doré. Les statuts des sociétés fixaient pour but, à côté du « développement des forces physiques et morales », « la vulgarisation des exercices militaires ». Cela conduisit à donner une importance de plus en plus grande à tout ce qui pouvait être utile plus tard, une fois le sociétaire appelé sous les drapeaux : l'Union havraise de gymnastique organisait des marches, celles-ci « formant avec le tir les plus précieuses qualités de l'infanterie »99 ; la Société de gymnastique du Cercle Franklin mit en place, elle, une école de clairons et de trompettes « pour apprendre aux sociétaires susceptibles de faire leur service militaire les sonnerie d'ordonnance adaptées à l'armée »100.

  • 101 Le Havre, 28 juillet 1881.

72Cette transformation des sociétés de gymnastique en une propédeutique au service militaire explique leur ouverture aux adolescents, voire aux enfants : autant valait commencer le plus tôt possible si on voulait arriver avec un solide bagage au régiment. Fondée en 1881, les Enfants du Havre proposaient dès l'âge de huit ans la pratique de la gymnastique, mais aussi des excursions, des exercices militaires et de séances de tir. Les sorties n'avaient rien d'une promenade à la découverte de la nature ; elles se pratiquaient « militairement, clairons et drapeaux en tête », dans un costume gris et sous un béret bleu au gland tricolore101.

  • 102 Ibid.

73Patriotes, les sociétés de gymnastique étaient ouvertement républicaines. Les élites du parti avaient participé à leur création et avaient offert leurs services comme membres honoraires, à défaut d'avoir l'âge ou le courage de pratiquer eux-mêmes les disciplines proposées. Nous avons déjà évoqué le rôle de Félix Faure. D'autres républicains s'illustrèrent à la tête des diverses sociétés, tels Henry Génestal président de la Jeune France, Paul Langer, Auguste Heu et Léon Jacquot présidents d'honneur de la Société de gymnastique du Cercle Franklin, Victor Marie président d'honneur de l'Union gravillaise, ou Ernest Eugène Podesta président-fondateur des Enfants du Havre102. Cette dernière société obtint même le patronage de Gambetta qui accepta d'être son président d'honneur.

  • 103 Rapports des commissaires de police des 5e et 6e sections, 16 novembre 1887, AMH, FC, H3 16/1.
  • 104 AMH, FC, H3 15/9.

74Le succès de ces sociétés de gymnastique auprès de la population fut réel : chacune d'entre elles comptait plusieurs dizaines de membres. Nous ne disposons malheureusement que d'une seule liste de sociétaires exploitable. Installée à Graville-Sainte-Honorine, puis au Havre, l'Union gravillaise avait un recrutement populaire : sur les 47 membres en 1887, 35 étaient ouvriers, soit près des trois quarts, et six employés103. Fondée par un négociant, François Sapiéla, et par le conseiller d'arrondissement, Victor Marie, elle participait de l'encadrement du monde ouvrier par les élites républicaines. Quelques indices glanés ici et là confirment pour les autres sociétés leur recrutement populaire : soucieux d'obtenir de la mairie une subvention annuelle, les comités de direction expliquaient qu'ils étaient obligés d'admettre des sociétaires non payants ou de tolérer d'importants retards dans le versement des cotisations, alors que celles-ci étaient relativement faibles, ne dépassant pas les un franc cinquante par mois. L'explication donnée n'était pas la négligence, mais la situation sociale difficile de nombreux adeptes de la gymnastique ou de leurs parents. L'Union des enfants du Havre l'avait pris en compte puisqu'elle proposait des cours gratuits104.

  • 105 Ibid., 14 et 15 août 1881.

75Le succès des sociétés de gymnastique ne tint pas qu'aux effectifs embrigadés, mais dépassa les rangs des adeptes de cette discipline. Quand les 15 et 16 août 1881 Félix Faure, devenu entre-temps président de l'Union des sociétés de gymnastique de France, organisa une grande fête fédérale au Havre, ce sont plusieurs dizaines de milliers de spectateurs qui y assistèrent. Patriotisme et intérêt pour cette discipline ne faisaient qu'un pour les Havrais qui pavoisèrent à cette occasion et saluèrent le défilé des gymnastes par d'enthousiastes « Vive la République ! »105. Lors de la réception officielle des 800 participants qui avaient convergé vers la Porte océane, les Alsaciens furent à l'honneur : leur délégation reçut un buste de l'Alsace offert par souscription. De même, chaque année les démonstrations des sociétés furent un des spectacles offerts à la foule pour le 14 juillet.

  • 106 Statuts de la Société havraise de tir, 1871, AMH, FC, H3 14/4.
  • 107 Almanach du Havre, 1875.
  • 108 Echo de l'arrondissement du Havre, 13 mai 1875.

76Complémentaires des sociétés de gymnastique, les sociétés de tir surent, elles aussi, trouver un public. Fondée, au lendemain de la guerre, par Édouard Langer, négociant d'ascendance huguenote – sa famille s'était réfugiée en Prusse après la révocation de l'Édit de Nantes-, la Société havraise de tir réunissait au sein de son conseil d'administration de nombreux républicains, dont Ernest Siegfried, Paul Langer, Auguste Boeswillwald et Émile Pochet106. Félix Faure y adhéra peu de temps après107. La liste des souscripteurs regroupait, elle, l'ensemble des élites républicaines, des Brindeau aux Siegfried, sans oublier Jules Lecesne ou Frédéric Mallet. L'exercice du tir était considéré par Édouard Langer comme une préparation indispensable à la conscription, mais aussi un privilège des peuples libres : « Le tir (...) est en grand honneur chez les peuples libres, en Belgique, en Angleterre, en Suisse surtout, où chacun possède sa carabine »108. On remarquera, là aussi, qu'il n'était plus question au lendemain de la défaite d'évoquer l'exemple allemand.

77Société conscriptive au même titre que les sociétés de gymnastique, la Société de tir ne se contenta pas de permettre à ses membres de pratiquer cette activité, mais chercha à généraliser la pratique du tir chez les futurs conscrits, en aidant à l'installation dans la plupart des écoles communales de tirs à la cible. Ce projet était ainsi formulé :

  • 109 Note non datée de la Société havraise de tir, AMH, FC, H3 14/4.

« Vouloir apprendre à des hommes faits à se servir d'une arme aussi délicate et brutale que notre arme de guerre, s'ils n'ont pas déjà des notions de tir, c'est s'imposer de rudes corvées et se condamner à de minces résultats. Mais il est facile de donner aux enfants ces notions de tir comme on leur enseigne tant d'éléments d'autres matières qu'ils développent plus tard ; à cet âge heureux, on apprend en s'amusant, ce qui plus tard ne s'acquiert qu'avec beaucoup de travail et à coup de punitions »109.

  • 110 Règlement du tir scolaire de l'école communale de la rue Dumé d'Aplemont, 1881, AMH, FC, R1 32.

78En 1882, Édouard Langer pouvait se féliciter d'avoir réussi en un peu plus d'un an à organiser dans chaque école un comité de patronage, composé de conseillers municipaux, d'habitants notables du quartier et de pères de famille. Grâce à la générosité de personnes privées, des carabines Flobert de 6 mm avaient été achetées et des cibles installées. Chaque semaine, sous la surveillance d'un membre du comité, un exercice de tir individuel avait lieu pour les élèves les plus avancés. Premier créé, le tir de l'école de la rue Dumé-d'Aplemont, installé sous le préau, avait fixé les séances après le temps scolaire pour des raisons de sécurité évidentes et les avait réservées aux enfants pourvus du certificat d'études et autorisés par leurs parents'110. Si Édouard Langer, comme président de la Société havraise de tir, avait la direction du tir, Jules Siegfried en étant le président d'honneur, les exercices devaient être organisés en présence du directeur d'école et du délégué cantonal.

  • 111 Rapport de Paul Langer au conseil municipal, séance du 17 mai 1882, AMH, FC.
  • 112 Sur ces derniers : P. Arnaud, op. cit., p. 174-195 ; Albert Bourzac, « Les bataillons scolaires en (...)

79À l'échelle de la ville, la société organisait des concours gratuits pour les enfants des écoles111. Restait une crainte, celle de voir les jeunes Havrais ne plus pratiquer le tir entre la sortie de l'école et l'appel sous les drapeaux. Association à finalité politique, la Société havraise de tir avait su initier un enseignement du tir dans les écoles avec la bienveillance des autorités, tant académiques que municipales. Considérant que sa tâche s'arrêtait là, elle souhaita très vite voir la municipalité prendre le relais de l'initiative privée en fournissant les munitions, en créant des prix spéciaux et surtout en introduisant des bataillons scolaires112.

  • 113 Délibération du conseil municipal, 17 mai 1882, AMH, FC.

80L'idée vint de quelques conseillers municipaux, partie prenante des sociétés conscriptives que nous avons évoquées. C'est suite à un rapport de Paul Langer, frère du président de la Société havraise de tir que le conseil adopta, en mai 1882, le principe de la création de bataillons scolaires113. La date montrait la volonté du Havre d’être en pointe : c'était cinq semaines après la loi du 28 mars 1882 mettant la gymnastique et les exercices militaires au nombre des matières d'enseignement dans les écoles primaires de garçons et sept semaines avant le décret de Jules Ferry, relatif à la création de bataillons scolaires dans les établissements d'instruction primaire ou secondaire. Le but était simple : réussir pour éviter toute pénurie de main d'œuvre à diminuer la durée du service – dès mai 1880 sa réduction à trois ans avait été évoquée–, tout en maintenant un bon niveau d'instruction militaire, ce qui supposait que celle-ci commence avant même que le jeune ait été envoyé sous les drapeaux. Les bataillons étaient une des solutions au même titre que les sociétés de tir ou de gymnastique. Ils reprenaient deux de leurs activités, la marche et le tir, ainsi que leur esprit de discipline. La seule activité nouvelle était l'exercice du chant, « excellent auxiliaire pour les marches ». Les finalités étaient patriotiques, mais aussi civiques et sociales. Obligé dès l'adolescence à se plier aux règles d'une discipline, le jeune Havrais acquerrait « l'esprit d'ordre et d'économie dans le travail ». Le port d’un uniforme permettrait de développer le « sentiment de confraternité ». Il serait composé d'une vareuse en molleton bleu foncé et d'un képi, fournis gratuitement par la ville aux familles qui en feraient la demande. Quant au fusil, il était prévu de ne pas y adjoindre de baïonnette « afin de rassurer complètement les parents ». On choisit en fait des modèles en bois, imitant le fusil Le Gras, démontables, mais incapables de tirer, selon les instructions du décret de Jules Ferry du 6 juillet 1882.

  • 114 Lettre de Siegfried au préfet, 2 septembre 1882, ADSM, 2 T 119.
  • 115 Rapport de l'inspecteur d'académie du 13 avril 1883 et rapport du préfet du 8 juin 1883, ADSM, 2 T (...)
  • 116 Le Havre, 11 mai 1882.

81La mise en place du bataillon scolaire du Havre fut rapide. Dès septembre 1882, le maire, Siegfried, pouvait annoncer au préfet l'enrôlement de 640 enfants de plus de onze ans114 et, dès octobre, les leçons commencèrent à raison d'une heure le jeudi et le dimanche de chaque semaine, horaires qui ne pouvaient que déplaire au clergé, sous le commandement d'un capitaine de l'armée territoriale, assisté de dix-huit instructeurs choisis dans la réserve et l'armée territoriale115. De véritables revues furent organisées telle celle du 11 mai 1882 qui vit les enfants défiler du cours de la République au Champ de foire de Montivilliers, via Harfleur, clairons en tête116. En décembre, le Bataillon eut son hymne, rebaptisé Marseillaise des écoles, et dédié par l'auteur des paroles, Henri Frespech, à Jules Siegfried. Le refrain invitait à suivre l'exemple des générations précédentes, les soldats de la Défense nationale de 1870-1871 et les recrues de l'An II :

Aimons, aimons notre belle Patrie
De ton drapeau montrons-nous glorieux
Nos bras, nos cœurs à la France chérie
Pour la défendre imitons nos aïeux
Nos bras, nos cœurs à la France chérie
Pour la défendre imitons nos aïeux

  • 117 AMH, FC, H3 14/2.

82Quant aux paroles des couplets, elles évoquaient le souvenir des provinces perdues, remerciaient la République d'avoir créé les bataillons et exaltaient le progrès et la liberté, attributs français et non pas germaniques117.

  • 118 Rapport du général commandant la 10e brigade, 5 décembre 1882, ADSM, 2 T 119.
  • 119 Pierre Arnaud, Le militaire, l'écolier, le gymnaste, p. 177.

83Cet engouement havrais contrastait avec le reste du département. À Rouen, on n'en était en juin 1883 qu'à « un commencement d'organisation », tandis qu'à Elbeuf le bataillon n'avait ni fusil, ni instructeur. Dans les campagnes, la situation était pire : bon nombre des hommes de la réserve ou de l'armée territoriale qui avaient proposé leur concours pour la mise en place d'une instruction militaire aux élèves des écoles s'avéraient être des éléments aux opinions douteuses, voire réactionnaires et cléricales118. Sur les 115 communes de l'arrondissement, seules 24 avaient trouvé des instructeurs et il ne s'agissait de républicains que dans 13 d'entre elles. On était loin de la situation d'un département comme le Rhône, où, selon Pierre Arnaud, chaque commune eut « à cœur de posséder son bataillon scolaire »119.

  • 120 Peter M Rutkofff, Revanche and Revision. The Ligue des Patriotes and the Origins of the Radical Rig (...)
  • 121 L'Indépendance havraise, 17 novembre 1883.

84On ne s'étonnera guère que le même climat patriotique qui avait favorisé la création des bataillons scolaires fut propice à la fondation du comité havrais de la Ligue des patriotes. Dès 1882, le député de Bolbec, Félix Faure, ancien membre de la Commission d'éducation militaire mise en place par Paul Bert lors du ministère Gambetta, avait proposé à Déroulède de créer une association privée qui continue l'œuvre du comité défunt. Plus généralement, il s'agissait de perpétuer le gambettisme après l'échec du « Grand ministère ». La Ligue avait été fondée le 18 mai au gymnase Heiser avec pour président l'historien Henri Martin et pour vice-présidents les députés Félix Faure, Edmond Turquet et Alfred Mézières120. C'est à la suite d'une conférence de Paul Déroulède, salle Franklin en octobre 1883, que le comité havrais prit forme afin de propager « l'éducation militaire et patriotique »121.

  • 122 État civil de Wissembourg ; Le Havre, 27 avril 1888 ; Sitzmann, Dictionnaire de biographie des homm (...)
  • 123 Archives municipales de Metz, État civil.
  • 124 État-civil d'Altkirch.

85Parmi les premiers membres, les dirigeants républicains étaient fort nombreux : on comptait cinq conseillers municipaux et deux conseillers d'arrondissement. Ces républicains étaient pour la plupart gambettistes, tel Henri Jardin, président du comité local de l'Union républicaine. Un seul avait commencé à glisser vers le radicalisme, Léon Cheuret, chef de file au conseil municipal des adversaires de Siegfried. Beaucoup étaient natifs des provinces perdues, tels Victor Boell, né en 1831 à Wissembourg dans le Bas-Rhin122 et membre-fondateur du Comité alsacien-lorrain du Havre en 1871, puis du Cercle alsacien et lorrain en 1872, Victor Dourt, fils d'un épicier de Gorze en Moselle123, ou Victor Thierry, fils d'un ancien adjoint au maire d'Altkirch124. Tous avaient opté pour la France après le traité de Francfort. Nombreux étaient parmi les fondateurs ceux qui s'étaient engagés en 1870-1871, tel Albert Krause, natif de Mulhouse, qui avait, comme garde mobile du Haut-Rhin, participé à la retraite de l'armée de Bourbaki vers la Suisse. Un dernier point était à noter, la forte présence de protestants, ce qui pouvait s'expliquer par les origines alsaciennes, mais aussi de francs-maçons, dont Gustave Bénard futur vénérable de l'Olivier écossais.

  • 125 Le Havre. 11 mai 1882.
  • 126 Rapport du général commandant la 12e brigade, 29 mai 1886, ADSM, 2 T 119.
  • 127 Rapport d'Henry Génestal au conseil municipal, 13 octobre 1886, AMH, FC, H3 14/2.
  • 128 J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, p. 228.
  • 129 C'est sous cette dénomination que les Éclaireurs de France furent agréés par le ministère de la Gue (...)
  • 130 Délibération du conseil municipal, 17 mai 1882, AMH, FC.

86Cette exaltation patriotique retomba les années suivantes, mais moins vite qu'on ne l'a parfois dit. Dans le cas des bataillons scolaires, l'engouement céda la place aux interrogations. Dès les débuts, des critiques s'étaient élevées comme l'expliquait Le Havre : « Il est de bon ton, parait-il, de railler ces bambins et de s’en prendre à la République qui les fait “jouer aux soldats” pour employer le cliché traditionnel »125. Dès 1885, le bataillon n’eut plus qu’une existence nominale, les exercices n’étant plus organisés126. Les causes de l’échec étaient multiples. Au niveau national, Albert Bourzac a montré que 1886 avait été l'année où le nombre de bataillons avait été le plus élevé (146), ce qu'il met en parallèle avec la popularité du ministre de la Guerre, le général Boulanger. Le déclin après 1886 s'expliquerait par la crise du boulangisme. Au Havre, ce type d'analyse n'est pas recevable, les difficultés ayant commencé au moins dès 1885, les exercices du dimanche étant de plus en plus négligés127. Une première cause est à chercher dans l'esprit même des bataillons scolaires : on est étonné rétrospectivement de la rapidité de leur déclin, alors que trente ans plus tard le scoutisme réussira à s'implanter durablement parmi la jeunesse. Dès 1912, un an après l'introduction du scoutisme en France, le colonel Masquelier fondait une Association des Éclaireurs de France au Havre128. La comparaison entre ces deux types de mouvement permet sans doute de comprendre les manques des bataillons : en ne faisant qu'imiter le modèle militaire au lieu d'inventer une pédagogie propre au public d'adolescents qu'ils voulaient encadrer, ils ne pouvaient très vite qu'échouer à conquérir l'esprit des jeunes. Le scoutisme, lui aussi conçu au départ comme une « société sportive, d'éducation physique et de préparation militaire »129, saura proposer une pédagogie active permettant aux adolescents de construire leur personnalité par le jeu et le recours à un imaginaire fondé sur l'esprit d'aventure et l'évasion du cadre urbain et familial. Le coût pour les finances de la ville joua aussi : le bataillon ne pouvait exister que grâce à l'aide financière de la municipalité qui avait voté un crédit de départ de 21 036 francs et prévu une dépense annuelle de 2 000 francs130. Il fallait acheter les fusils, les uniformes, mais aussi payer les instructeurs. Tout cela pouvait sembler cher à une date où la ville augmentait ses dépenses pour construire des écoles, un lycée de jeunes filles, ou pour tenter d'assainir les quartiers insalubres.

  • 131 Rapport d'Henry Génestal au conseil municipal, 13 octobre 1886, AMH, FC H3 14/2
  • 132 AMH, FC, H3 14/3.

87Les difficultés du Bataillon scolaire ne conduisirent pourtant pas à renoncer à l'objectif de départ : préparer les jeunes adolescents à la vie militaire. Simplement, on chercha à réorienter la pédagogie et à tenir compte de l'âge du public visé. Le 13 octobre 1886, le conseil municipal adopta le projet de réforme proposé par Henry Génestal : le Bataillon scolaire fut réduit de 600 à 200 membres et transformé en une Société de gymnastique des écoles. Il ne s'agissait plus d'imiter les exercices militaires, mais de « préparer la jeunesse, par des exercices gradués, à supporter un jour les rudes fatigues du soldat »131. Les séances étaient déplacées du dimanche et du jeudi aux jours de semaine et l'uniforme prenait un aspect moins martial, le béret remplaçant le képi et une chemise de laine la vareuse. Par contre, les marches et les exercices de tir continuaient. Cette transformation ne suffit pas à assurer l'avenir : la Société de gymnastique des écoles arrêta ses activités dès 1890, ce qui s'expliquait par son statut ambigu132. Si l'on jugeait nécessaire la pratique de la gymnastique par les enfants des écoles, cette discipline ne devait-elle pas prendre place parmi les matières obligatoires au lieu d’être pratiquée dans le cadre d'une association et en dehors des heures de cours ?

  • 133 AMH, FC, H3 15/6.
  • 134 AMH, FC, H3 14/6.

88L’échec du bataillon scolaire favorisa aussi les initiatives privées. Un des buts de départ demeurait : permettre la pratique du tir avant l'appel sous les drapeaux. Dès 1886, une nouvelle société de tir, l'Alerte, affiliée à la Ligue des patriotes, avait été fondée133. Surtout, les sociétés de gymnastique donnèrent de plus en plus d'importance à cette discipline et se regroupèrent en juillet 1886 en une Union fédérale de tir des gymnastes du Havre et de l'arrondissement qui devait permettre à leurs sociétaires de pratiquer les diverses formes de tir à balles réelles134. L'âge d'affiliation – 16 ans – montrait qu'on avait tiré les leçons de la disparition du bataillon.

  • 135 Le Havre, 22 et 23 avril 1888.
  • 136 Raoul Girardet, « La Ligue des patriotes... » ; Peter M. Rutkofff, op. cit., p. 46-47.

89La Ligue des patriotes connut, elle aussi, des déboires et entra assez vite en sommeil. Elle refusa, au Havre, le tournant anti-ferryste, puis boulangiste que voulut lui donner Déroulède. Quand la crise interne atteint son paroxysme, le comité havrais resta républicain : en avril 1888, il démissionna collectivement pour protester contre l'orientation prise par le comité directeur parisien135. Déroulède, écarté en décembre pour boulangisme à la demande des comités provinciaux, avait réussi un véritable coup d'État, le 16 avril, reprenant le contrôle de la Ligue et imposant ses fidèles, Naquet, Laisant, Laguerre et Thiébaud, au sommet136.

90Ce refus de l'utilisation du patriotisme contre la République établie ne signifia pas la disparition de tout esprit patriote, loin de là. La vitalité des sociétés de gymnastique, de plus en plus rebaptisées « sociétés de gymnastique, de tir et de préparation militaire », en est la meilleure preuve. La plupart continuèrent leurs activités jusqu’à la Grande guerre. Simplement, les républicains havrais ne se reconnaissaient pas dans les outrances de Déroulède et ses amis. Un des points de friction, trop souvent négligé, était le refus d'opposer l'espoir d'une Revanche à la politique d'expansion outremer, dont dépendait en partie l'essor du port.

Le Cercle Franklin

91La volonté des élites républicaines d’encadrer la population prit aussi des formes plus originales avec la création par Jules Siegfried de cercles d'ouvriers.

  • 137 A. Siegfried, Jules Siegfried, p. 51.
  • 138 Jules Siegfried, Journal, 15 août 1868.

92L'idée d’adapter en France le système britannique des Working men's clubs datait d'un de ces voyages d'études que Jules Siegfried affectionnait et dont son fils nous a rendu l'atmosphère parfois épuisante pour ceux qui l'accompagnaient137. Toujours soucieux de tirer profit de ce qui pouvait exister ailleurs, Siegfried avait étudié les institutions fondées au profit des ouvriers et avait notamment, en 1868, visité à Glasgow le Bridgeton Working men's club and reading room et le Central Working men's club, et à Manchester le St-Mathias working men's club et le Pendleton working people's club. « Extrêmement intéressé » par ces cercles, il les décrivait ainsi138 :

Ils se composent en général d'une grande salle de jeux, tels que billard, bagatelle, dominos, échecs, dames, etc. ; d'une salle de lecture où se trouvent tous les journaux politiques et illustrés, d'une salle de gymnastique, et quelquefois d'une salle de conférences, où de temps en temps on donne un cours populaire, une conférence, ou une lecture. Chacun peut être membre de ces clubs en payant, en général, 5 shillings ou 6 deniers par mois. Ces “Working men's clubs” sont très fréquentés et semblent répondre à un besoin réel ; les ouvriers, au lieu d'aller dans les auberges, viennent là et s'y amusent et s'y instruisent d'une jolie manière et sans dépenser grand'chose puisqu’on ne donne rien à boire. On fait payer une petite somme pour les jeux.

  • 139 Ibid.

93En 1868, rêvant encore de se réinstaller un jour à Mulhouse, Siegfried avait projeté d'y ouvrir un cercle d'ouvriers. Dans son esprit, les contours de cette institution étaient loin d'être flous139 :

Voici comment je l'organiserais : le bâtiment comprendrait une grande salle de gymnastique avec tout ce qu'il faudrait pour faire des armes, etc. ; une grande salle de jeux où les membres trouveraient à jouer au billard, aux dominos, échecs, dames, etc. ; une grande salle de lecture renfermant toutes les publications périodiques les plus intéressantes ; une petite salle de bibliothèque, enfin quatre ou cinq chambres dans lesquelles on pourrait donner le soir des leçons ou des cours élémentaires. Le bâtiment serait entouré d'un grand terrain, où il y aurait une gymnastique en plein air, et où pendant la belle saison on pourrait jouer aux boules, au ballon, au croquet, au cricket, à tous les jeux courants possibles enfin. L'établissement aurait un professeur de gymnastique et un surveillant. Je donnerais le terrain et le bâtiment, et les membres, au moyen d'une cotisation qui pourrait être de f. 5 par an, paieraient les frais d'entretien, éclairage, chauffage, professeurs, etc.

  • 140 Jules Siegfried, Des cercles ouvriers. A propos des Working men’s clubs d'Angleterre. Mémoire prése (...)
  • 141 Ibid., p. 17.
  • 142 Ibid., p. 17-18.
  • 143 Jules Siegfried, Journal, 14 novembre 1868.

94Dès le 28 octobre 1868, de retour sur le continent, Siegfried présenta un rapport à la Société industrielle de Mulhouse qu'il publia140 et proposa de participer aux frais de départ en versant la coquette somme de 100 000 francs, preuve s'il en est de l'intérêt qu'il portait au projet. Il insista sur le succès rencontré par ce type d'institutions en Angleterre : fondateur en 1862 d'une Working men's Club and Institute Union, le révérend Henry Solly, dans un rapport de 1868, mentionnait l'existence de 312 clubs, ayant en moyenne 128 membres. S'inspirant des conseils de Henry Solly, résumés dans son ouvrage Working men's social Clubs and educational Institutes, Siegfried prévoyait les moindres détails de ce qui devait être un lieu à la fois de loisirs non alcoolisés et d'instruction. La présence de membres honoraires devait « faciliter les rapports des classes supérieures avec les ouvriers »141. Dans une ville où les conflits entre un patronat réformé et une main-d'œuvre catholique n'étaient pas rares, l'appel de Siegfried à un rapprochement des classes trouva un écho : « Combien de grèves et de difficultés entre patrons et ouvriers auraient été évitées, s'il y avait eu entre eux des rapports plus intimes et, au moyen des conversations et des discussions qui ont naturellement lieu dans un club, une plus grande connaissance de part et d'autre des idées et des besoins de chacun »142. C'est à l'unanimité que la Société industrielle approuva l'idée de créer un cercle d'ouvriers, idée qui fut ensuite examinée avec bienveillance par le conseil municipal, puis par le Comité d'utilité publique143. C'est ce dernier qui fut chargé de l'exécution du projet.

  • 144 Cf. le rapport d'Achille Pénot à la Société industrielle le 26 janvier 1870, adjoint à l'ouvrage de (...)
  • 145 Paul Favre, « Jules Siegfried. Notice biographique », Bulletin de la Société industrielle de Mulhou (...)

95Dès 1870, le cercle était prêt à fonctionner sous le contrôle de la Société industrielle qui avait droit à un tiers des membres du comité d'administration, Siegfried nommant un autre tiers et les membres ordinaires le tiers restant. Sur un terrain donné par un membre de la Société industrielle, un immeuble de deux étages avait été construit, comportant des salles de lecture et de concert, d'une part, une salle et un terrain de gymnastique, d'autre part144. Contrairement au projet de Siegfried, il avait été décidé de le baptiser Cercle mulhousien, ce qui l'ouvrait au-delà des seuls ouvriers à tous les habitants de la ville, à condition qu'ils soient âgés de 17 ans au moins, qu'ils jouissent d'une « bonne réputation » et qu'ils soient présentés. La guerre de 1870 retarda un peu son inauguration qui dut être remise au printemps 1872. Il fonctionna jusqu'en 1887, date à laquelle il fut fermé, suite à des difficultés avec les autorités allemandes145.

  • 146 2e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, octobre 1868, AMH, FC, R2 31.

96Satisfait de voir son projet réalisé à Mulhouse, Jules Siegfried chercha très tôt à faire de même au Havre. En l'absence de l'équivalent de la Société industrielle de Mulhouse, il tenta d'abord de convaincre la Ligue de l'enseignement d'y prendre part. Dès 1868, il lui présenta ses idées, mais leur réalisation fut reportée à plus tard146.

  • 147 Délibération du conseil municipal, 8 octobre 1873, AMH, FC.
  • 148 Jules Siegfried, Les cercles d'ouvriers, conférence faite au Havre le 29 novembre 1874, Le Havre, F (...)
  • 149 En 1896, on comptera un débit de boisson pour 64 habitants ! Cf. Didier Nourrisson, Le buveur du XI (...)

97Ce refus ne découragea pas Siegfried qui dut cependant attendre de disposer des fonds nécessaires. Dès octobre 1873, il avait commencé, avec l'aide de Frank Puaux et de Frédéric Mallet, à regrouper quelques souscripteurs et s'était adressé à la ville pour obtenir la jouissance d'un terrain, situé cours de la République, en bordure du quartier ouvrier de Graville147. Un an plus tard, il fit une conférence, publiée dans les journaux et sous forme de brochure, afin d'élargir le nombre de souscripteurs148. Comparée à son rapport devant la Société industrielle de Mulhouse, l'argumentation avait évolué. Le principal motif avancé était d'arracher l'ouvrier au cabaret, ce qui pouvait se comprendre dans une ville où la consommation d'alcool par habitant était une des plus fortes de France et où l'habitude était largement répandue de payer les ouvriers du port en jetons négociables dans les cafés, l’entrepreneur de déchargement étant parfois le propriétaire du lieu149. Offrir une autre distraction aux ouvriers havrais, c'était, tout à la fois, les soustraire aux « théories subversives de quelques agitateurs vulgaires », leur permettre de ne pas dilapider les seules ressources de la famille et préserver leur santé. Il s'agissait de moraliser « par la distraction » les classes inférieures, tout en refusant tout prosélytisme religieux, contrairement aux Cercles catholiques d'ouvriers, fondés par Albert de Mun au lendemain de la Commune.

  • 150 Lettre d'OEschner de Coninck au maire, 5 mars 1875, AMH, FC, M1 20/4.
  • 151 J. Siegfried, Journal,1 er décembre 1874 et 11 avril 1875.
  • 152 J. Siegfried, Les cercles d'ouvriers, p. 19.
  • 153 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.
  • 154 J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 162.

98C'est le 2 mars 1875 que fut constituée définitivement la Société anonyme du Cercle Franklin au capital de 200 000 francs150. Les actions de 100 francs chacune avaient commencé à être distribuées dès fin 1874 et, en avril 1875, 110 000 francs avaient été souscrits. Le reste du capital, soit 90 000 francs, fut apporté par Jules Siegfried151. Le nom du cercle avait été choisi en hommage au « grand citoyen américain aussi ami de l'ordre et de la liberté, que partisan du travail et de l'instruction »152. Dès mars, la société obtint le terrain souhaité, cours de la République au milieu d'un square. Il lui était concédé pour trente ans, à l'expiration desquels le bâtiment devait revenir à la ville. Quant à la Ligue de l'enseignement, sollicitée pour offrir son patronage, elle avait refusé au motif que les agréments d'un cercle risquaient de détourner l'ouvrier de son foyer : n'irait-il pas jusqu'à négliger « sa femme et ses enfants pour passer tout son temps au Cercle et peut-être même une partie de ses nuits »153 ? Surtout, les dirigeants de la Ligue, républicains fort modérés, ne souhaitaient pas donner l'impression de chercher à contrecarrer le projet des conservateurs havrais d'un Cercle des ouvriers catholiques. Cela n'empêcha pas nombre d'entre eux de participer à la mise en place du Cercle Franklin. Parmi les souscripteurs, on retrouve aussi quelques grands noms du négoce libéral et protestant, tels Jacques Courant, Œchsner de Coninck ou Paul Langer. La franc-maçonnerie apporta de son côté son soutien, la loge l'Aménité s'inscrivant pour huit actions154.

  • 155 J. Siegfried, Les cercles d'ouvriers, p. 13.
  • 156 Ibid.
  • 157 Le Cercle Franklin, son but, ses principes et son règlement, 1875, AMH, FC, M1 20/4.

99Construit à partir du printemps 1875, le bâtiment répondait aux vœux de Siegfried qui avait suivi avec soin l'élaboration des plans. Le cœur de l'édifice était constitué d'une vaste salle de concerts et de conférences, de 33 mètres 75 sur 18 mètres et de la hauteur du bâtiment. Elle pouvait contenir plus de 2 000 personnes. Étaient prévues la tenue de conférences instructives le dimanche après-midi et l'organisation de concerts le dimanche soir pour un public familial. « La soirée du dimanche, si souvent mal employée, se passerait en famille de la manière la plus agréable et la plus morale »155. Sur les deux côtés de la grande salle étaient installés une salle de gymnastique, activité à « l'heureuse et salutaire influence sur le développement moral et physique des jeunes gens »156, un bouloir et une salle d'escrime, afin d'offrir des distractions après le travail, c'est-à-dire de sept heures à dix heures, et le dimanche de midi à onze heures du soir. Le vestibule était, lui, bordé à gauche d'une salle de lecture et d'une bibliothèque, composée « d'ouvrages utiles et intéressants »157, entre autres à finalité professionnelle, et à droite d'un buffet où les boissons alcoolisées étaient prohibées. Au premier étage, aux dimensions réduites, on trouvait trois salles de billard, une salle de jeux et une salle de cours. Des cours étaient prévus chaque soir. Enfin, le second étage était réservé à des activités plus culturelles avec une autre salle de cours, une salle de couture et des pièces réservées à la Société d'enseignement mutuel, à la Société dramatique et à la Société chorale.

  • 158 Ibid.

100Le règlement interne reprenait, dans ses grandes lignes, celui de Mulhouse158. Pour adhérer, il fallait jouir d’une « bonne réputation », être âgé d'au moins 18 ans et se faire présenter par un membre. La cotisation restait modique : 50 centimes par mois ou 5 francs par an. L'admission définitive n'avait lieu qu'au bout de quinze jours et était soumise à l'acceptation des commissaires du Cercle, élus par l'ensemble des membres ordinaires et honoraires. Ces commissaires, au nombre de vingt-quatre, étaient chargés de veiller à la bonne tenue du Cercle et à l'observation du règlement. Ils devaient empêcher toute discussion politique et religieuse ou conversation bruyante. Au-dessus d'eux, on trouvait un comité de direction de sept membres, dont quatre représentaient les actionnaires et trois les commissaires.

Figure 11. Les plans du Cercle Franklin

Figure 11. Les plans du Cercle Franklin

Source : AMH, FC, M 20/4

  • 159 Le Havre, 9 et 10 janvier 1876.

101L'interdiction des discussions politiques ne doit pas faire illusion. Il s'agissait bien d'un cercle républicain, au sens où il se proposait de moraliser les ouvriers pour en faire des citoyens modèles. La présence de Jules Simon le jour de l'inauguration, le 9 janvier 1876, était là pour le rappeler dans un discours prônant « l'austérité des mœurs républicaines ». Volontiers lyrique, le vétéran des luttes républicaines sut trouver les mots pour appeler un auditoire d'environ 3 000 personnes à une révolution civique et morale, seule capable d'enraciner le régime159 :

Eh bien ! si vous aimez la République, faites plus pour elle que ne l'ont fait les législateurs eux-mêmes, rendez la aimable ! Montrez au monde entier que quand on est républicain, on est honnête.
Si vous n’avez pas au cœur l'amour de la patrie, si vous ne savez pas vous consacrer au Devoir, si vous n'avez pas l'esprit de sacrifice ; si ayant reçu des mains de la loi une épouse, vous l'abandonnez pour des prostituées ; si vous avez des mœurs déréglées ; si, ayant eu l'honneur et le bonheur d'être père, vous abandonnez au vagabondage et à l'ignorance ces petites créatures que la Providence et la société vous ont confiées ; si vous ne savez pas obéir à la loi que le peuple a faite et qui n'est pas l'ukase d’un despote ; si vous ne savez pas montrer que, quand on a le gouvernement du pays par le pays, il faut s'incliner devant la volonté générale ; si vous ne donnez pas l'exemple du respect aux institutions conservatrices, libérales et démocratiques ; si vous ne donnez pas l'exemple du calme, de l'honneur, de la fidélité au drapeau... ne dites pas que vous aimez la République !
Vous aimez un fantôme. Mais la vraie République n'existe que par les devoirs qu'elle impose ; la vraie République, c'est celle que l'on aime pour les vertus qu'elle enseigne, et que l'on doit aimer pour les vertus qu'elle fait pratiquer à ceux qui l'ont dans le cœur.

  • 160 Catalogue de la bibliothèque du Cercle Franklin, Le Havre, Leclerc, 1885, AMH, FC, M1 20/5.

102Le contenu de la bibliothèque rejoignait le même souci de moralisation et d'éducation du citoyen, tout en y ajoutant le souci de distraire l'ouvrier et de le former professionnellement160. La répartition par genres, si elle laissait une place importante aux romans, n'oubliait ni les ouvrages historiques, proposant une vision libérale ou républicaine du passé, ni les ouvrages techniques, destinés aux différents métiers, ni les ouvrages de philosophie morale.

103On trouvait sur les rayons la Bible et le Nouveau Testament, quelques œuvres de Jules Simon (Le Devoir, Le Travail) ou de Benjamin Delessert (La Morale en action), les Mémoires et la Correspondance de Franklin et De la Propriété d'Adolphe Thiers, mais les philosophes positivistes étaient absents. Au rayon histoire, prenaient place les ouvrages de Thiers, d'Henri Martin ou d'Eugène Ténot, mais aussi le plaidoyer de Jules Favre pour son action récente (Le Gouvernement de la Défense nationale) ou la présentation par Jules Simon du passé proche (Le Gouvernement de M.Thiers). Curieusement, Michelet était lui rangé au rayon littérature ! Quant à Louis Blanc, il était ignoré, tout comme les socialistes utopiques. Les témoignages et analyses de la défaite étaient nombreux : La Guerre de Sept Mois de Saint-Germain, La Guerre de 1870-1871 de Dussieux, De Froeschwiller à Paris d'E. Delmas, Le siège de Paris de Francisque Sarcey, Récits de l'invasion de Boucher, Alsace 1871 et 1872 d'Edmond About. Par contre, on ne trouvait aucun ouvrage sur la Commune. Les ouvrages pratiques étaient une bonne centaine. L'ouvrier ou l'employé pouvait consulter aussi bien le Manuel du Serrurier, que le Manuel du Chauffeur ou divers manuels de comptabilité et de commerce. Adeptes du progrès, les initiateurs rêvaient de diffuser le savoir technique parmi le peuple.

104Les romans français et étrangers permettaient de se faire une idée de ce qu'était pour Jules Siegfried et ses proches le « bon livre », celui qui distrayait, tout en instruisant, et « que ne souille aucune parole déshonnête et que ne ternit aucun mensonge ». Les auteurs les mieux représentés étaient, dans l'ordre décroissant, Jules Verne (16 titres), Walter Scott (12), Gustave Aimard (12), Erckmann-Chatrian (9), Joseph Méry (7), Charles Dickens (7), J. Girardin (6), Fenimore Cooper (5), Victor Hugo (5), Hendrik Conscience (4), George Sand (4). Cette liste était surtout révélatrice par ses lacunes. Plusieurs auteurs français, que nous avons pris l'habitude de considérer comme des « classiques » du XIXe siècle et qui connurent le succès dès leur époque, étaient tout simplement absents des rayonnages : pour n'en citer que trois, Balzac, Flaubert et Stendhal. Quant à Zola, qui en 1885, date du catalogue, avait déjà publié une partie des Rougon-Macquart et connu le succès avec L'Assommoir, il ne fallait guère espérer le lire, ni Maupassant d'ailleurs, auteur au succès récent. Il est peu probable que Boule de suif ait correspondu à l'idée que Siegfried se faisait de la bonne littérature ! Manquaient aussi à l'appel ou étaient peu représentés quelques grands noms du roman populaire : on ne trouvait que deux ouvrages d'Eugène Sue (La Famille Jouffroy et Le Juif-Errant, mais pas Les Mystères de Paris), deux d'Alexandre Dumas (Le comte de Monte-Cristo et Les Trois Maîtres) et un seul d'Alphonse Karr, choix qui contrastaient avec ceux de la bibliothèque de circulation de la Société d'instruction mutuelle, moins puritains. La bonne littérature était pour Siegfried et les fondateurs du Cercle celle qui offrait l'aventure, l'évasion dans un cadre soit historique (Walter Scott et Hendrik Conscience), soit exotique (Fenimore Cooper, Gustave Aimard, Jules Verne), soit futuriste (J. Verne à nouveau). Le dernier cité avait tout pour plaire : ses romans n'étaient-ils pas autant de manifestes en faveur de la science et du progrès ? Quant à Aimard, non content d'introduire en France avec ses Trappeurs de l'Arkansas un genre littéraire inventé par Cooper, il avait eu la bonne idée de s'illustrer pendant la guerre de 1870 en s'engageant dans un corps de francs-tireurs. Quinze ans après la défaite, le roman national avec Erckmann-Chatrian faisait aussi fortune. La critique sociale n'était appréciée que dans un cadre étranger, l'Angleterre de Dickens. Tous ces romans étaient à cent lieues de Madame Bovary, L’Assommoir ou Une Vie : point d'adultère ni de suicide.

  • 161 J. Siegfried, Journal, 20 février 1877.
  • 162 Sur les cercles catholiques d'ouvriers au Havre, J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3 (...)

105Ces préoccupations moralisatrices, si elles furent sur le moment largement applaudies, ne suffirent pas à assurer le succès du Cercle Franklin. Dans les premiers temps, il dépassa les 1 500 adhérents, puis se stabilisa aux environs de 1 000 en 1877161. Cet afflux de membres s'expliquait en partie par son caractère républicain à une époque où le régime n'était pas encore affermi. Les tentatives maladroites des conservateurs havrais pour dénoncer l'œuvre de Siegfried et mettre en valeur les Cercles catholiques d'ouvriers eurent pour effet d'assurer la promotion du Cercle Franklin auprès d'une opinion ouvrière gagnée à la République. Ainsi, le 15 janvier 1876, de Mun était venu en personne donner deux conférences au Havre et avait dénoncé sans nuance les initiatives de Siegfried. La seconde conférence, donnée à l'Élysée à l'intention d'un public ouvrier, s'était terminée en tumulte anticlérical162.

  • 163 Rapport de la Commission des finances, 21 décembre 1881, AMH, FC, M1 20/4.

106La réussite des débuts ne dura guère. Dès 1881, soucieuse de la sous-utilisation des locaux, la Commission des finances du conseil municipal chercha d'autres utilisateurs possibles. On envisagea d'y enseigner la gymnastique aux enfants des écoles ou d'installer, en place et lieu de la bibliothèque et de la salle de lecture, un cercle des sous-officiers163. Si ce dernier projet n'eut pas de suite, le problème de fond demeura : le nombre d'adhérents n'était pas à la hauteur des espérances du départ. Le Cercle continua pourtant à exister tant bien que mal jusqu'en 1893, date à laquelle la société fut dissoute par un jugement du tribunal. La ville décida, alors, de récupérer les locaux pour y installer les syndicats. Dès avril 1898, une Bourse du Travail y était ouverte. C'était tout un symbole : le Cercle Franklin, appelé désormais Franklin tout court, deviendra le haut lieu du syndicalisme havrais, très marqué par l'anarcho-syndicalisme du début du XXe siècle à la Seconde guerre mondiale, puis dominé par une CGT proche du Parti communiste. Aujourd'hui, toute personne qui remonte le cours de la République ne peut manquer d'avoir l'œil attiré par le bâtiment dont la façade est barrée en permanence d'une banderole portant le slogan du moment de la CGT. C'est aussi le lieu de départ de toute manifestation syndicale. On est loin des intentions de Siegfried : une certaine approche paternaliste et moralisatrice de la question ouvrière avait échoué, alors même que les ouvriers cherchaient de plus en plus à s'organiser par eux-mêmes, sans subir la tutelle des élites havraises.

  • 164 J. Siegfried, Journal, 20 février 1877.
  • 165 La Cloche illustrée, 13 février 1886.
  • 166 Lettre de Siegfried au maire, 15 septembre 1891, AMH, FC, M1 20/4.
  • 167 Petit Havre, 22 novembre 1919.

107Cet échec était la conséquence de l'inadéquation entre les activités proposées par le cercle et la réalité de la culture ouvrière. Les conférences et les cours ne pouvaient intéresser qu'un auditoire restreint. N'eurent de réel succès que quelques conférences données par des dirigeants républicains de premier plan, tels Jules Favre ou Jules Simon, tant que les luttes républicaines restèrent d'actualité, puis quelques projections à la lumière oxhydrique qui bénéficièrent de l'attrait pour une nouveauté scientifique. La bibliothèque, aux côtés de quelques ouvrages divertissants, offraient nombre de titres dont le contenu était fort éloigné des préoccupations du monde ouvrier. Prenons l'exemple des revues : si L'Illustration et Le Monde illustré pouvaient trouver un public, on peut douter que la Revue Britannique, de la Revue des Deux-Mondes ou de la Revue politique et littéraire aient eu de nombreux lecteurs ! Les quelques ouvrages s'intéressant à la question sociale allaient tous dans le même sens, prônant la coopération volontaire dans le cadre d'une économie libérale, ce qui ne correspondait plus aux attentes du mouvement ouvrier français. Aucun auteur socialiste, que ce soit Proudhon, Saint-Simon, Cabet, Fourier ou un autre, n'avait droit de cité. Une activité comme l'escrime n'avait rien d'un loisir populaire et fut très vite abandonnée. Le public attendait des distractions plus ordinaires. Ainsi, dès 1877, Siegfried, « sur la demande d'un certain nombre de commissaires », dut accepter l'organisation d'une soirée dansante qui obtint un réel succès, réunissant 1 850 personnes164. Par la suite, quelques bals furent organisés, pas assez nombreux aux yeux des détracteurs du cercle, telle la Cloche illustrée qui lançait, en 1886, cet appel : « Allons, MM les Administrateurs, un peu plus de sauteries, un peu moins de conférences (...), et nous vous promettons des adhérents »165. L'écart entre les projets moralisateurs de Siegfried et les attentes de la population ne fit que s'accentuer, comme le démontra, en 1891, une pétition des habitants du quartier demandant que des représentations théâtrales soient organisées, semblables à celles qu'avait offertes autrefois le Théâtre des Fantaisies. Siegfried dut s'incliner, tout en émettant le vœu que ces spectacles n'attentent pas aux bonnes mœurs166. À la même époque, il dut constater, comme organisateur de l'Exposition d'économie sociale, tenue dans le cadre de l'Exposition universelle de 1889, que l'idée de cercles populaires n'intéressait plus grand monde, contrairement aux projets d'habitations ouvrières, auxquels il se consacra les années suivantes, préparant la loi sur les HBM de 1894. L'introduction en France des Working's men clubs britanniques n'avait pas donné les résultats escomptés. Pourtant, Siegfried continua jusqu’à sa mort à espérer un revirement de l’opinion : en 1919, il appelait à transformer les foyers du soldat, apparus pendant le conflit, en foyers ouverts à tous et offrant « quelques consommations hygiéniques », un peu de musique, des conférences et des « représentations de cinéma »167.

  • 168 Discours prononcé par Gambetta au Cercle Franklin, le 25 octobre 1881, AN, 460 AP 1.

108Cet échec n'était pas seulement celui d'un homme, Siegfried, mais aussi celui de l'approche opportuniste de la question sociale. De passage au Havre en 1881, Gambetta s'était livré à un éloge appuyé du cercle : « Je voudrais qu'ici le cercle devint tous les jours l'occasion pour vous d'agiter les uns avec les autres les questions qui vous passionnent, qui vous intéressent si légitimement, questions de caisses d'épargne, de mutualité, d'association, de coopération... de telle manière que vous ayez ici une sorte de collège perpétuel, d'école d'éducation mutuelle, où vous vous éclaireriez les uns par les autres, et où, au lieu de subir les déclarations de la chimère extérieure, vous penseriez par vous-mêmes, vous chercheriez par vous-mêmes, les véritables solutions pratiques qui sont de nature à améliorer tous les jours votre situation »168. Ces propos étaient fort éloignés de la réalité : en 1881, le cercle avait déjà bien du mal à trouver un public alors que les ouvriers havrais avaient commencé à se regrouper hors de toute tutelle dans le cadre des chambres syndicales.

4. Résoudre la question sociale

109L'échec du Cercle Franklin ne faisait qu'illustrer la difficulté des républicains à apporter des solutions à la question sociale qui ne cessait de les hanter sur fond d'industrialisation rapide de la ville. Ce n'est pas un hasard si c'est au Havre que Gambetta prononça, en 1872, sa célèbre formule « il n'y a pas une question sociale », formule que l'on a trop souvent transformée en « il n'y a pas de question sociale ».

Le discours et les pratiques des élites républicaines

  • 169 Discours de Félix Faure devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, [1874], AN, 460 AP 19.
  • 170 Ibid.

110Une première réponse s'inscrivit dans le droit fil du libéralisme du XIXe siècle. L'idée de toute lutte des classes était refusée. Félix Faure, devant les membres de la société de secours mutuel Sainte-Marie, n'hésitait pas à reprendre à son compte des métaphores fréquentes chez ses adversaires cléricaux : « Nous sommes les enfants d'un même père, séparés par des causes indépendantes de leur volonté qui doivent sans cesse faire leurs efforts pour se rapprocher »169. L'existence d'une élite d'entrepreneurs, prête à prendre des risques pour faire fructifier son capital de départ, était souhaitable : c'est elle qui donnait à l'ouvrier le travail qui lui permettait de survivre : « Au Havre, sur nos quais qui nous donne du travail ? Le capital qui s'expose dans les entreprises d'outre-mer pour apporter les produits nécessaires à notre industrie. Lorsque pour une raison quelconque le capital cesse de s'exposer, qu'arrive-t-il ? nos bassins deviennent déserts, le travail s'arrête. Qui en souffre ? nous tous qui vivons par le travail »170. L'ouvrier devait accepter son sort et espérer l'améliorer par l'instruction, l'épargne et une vie sobre.

  • 171 J. Siegfried, L'éducation dans les écoles communales du Havre, Le Havre, Impr. du journal Le Havre,(...)
  • 172 Notice rédigée par Théodore Courché, 6 avril 1884, ADSM, 4 X 97.

111Le vaste programme de construction d'écoles, s'il cherchait à limiter l'influence du clergé, se proposait aussi de mettre à la disposition de tous un enseignement pratique qui permette aux plus doués de s'élever et aux autres de trouver leur place dans la société. Le refus de l'intellectualisme fut une constante et Siegfried se fit le défenseur de la leçon de choses aux côtés de disciplines plus littéraires. Surtout, le conseil municipal essaya de développer un enseignement professionnel. Dès 1867, Le Havre put s'enorgueillir d'avoir ouvert la première école d'apprentissage de France. Elle formait de futurs ouvriers qualifiés et contremaîtres pour les industries du fer et du bois, particulièrement bien représentées grâce à l'essor du port. En 1879, la municipalité lui offrit de nouveaux locaux, rue de Tourville, dignes d'une école « enviée par plus d'une ville française et même étrangère »171. Une école d'apprentissage pour les filles vit, elle, le jour en 1881. Certains républicains essayèrent de leur côté d'œuvrer en faveur de la formation professionnelle des adolescents que leurs parents refuseraient d'envoyer dans ce type d'école. En avril 1884, Théodore Courché, conseiller municipal et secrétaire de la chambre syndicale de la métallurgie, fondait la Société havraise d'émulation et d'encouragement pour les apprentis employés dans la métallurgie. Le but était « d'exciter (...) l'émulation entre les apprentis employés dans la métallurgie » par des cours pratiques et des concours de travail professionnel172. Chaque année, les apprentis les plus méritants se verraient distribuer des livrets de caisse d'épargne et, pour le meilleur d'entre eux, un titre de la caisse de retraite. Ce souci de favoriser l'accès de tous à un enseignement pratique expliquait aussi la multiplication des bibliothèques populaires et des cours du soir que nous avons déjà évoquée.

  • 173 Circulaire de Jules Siegfried sur les caisses d'épargne scolaires, 1er décembre 1879, AMH, R2 3I.

112L'épargne était l'autre moyen d'améliorer son sort. Le souci de mettre chaque sou de côté devait être inculqué dès le plus jeune âge, d'où la mise en place, dans chaque école, de caisses d'épargne scolaires gérées par les instituteurs. Ceux-ci devaient recueillir les sous, voire les centimes, déposés par les enfants, et, une fois la somme d'un franc atteinte, ouvrir en leur nom un livret à la Caisse d'épargne. Dans ses instructions, Siegfried n'hésitait pas à se livrer au calcul suivant : « un enfant de sept ans qui prendrait l'habitude d'épargner deux sous par semaine sur ses friandises ou ses jouets, se trouve rait à sa majorité propriétaire d'un capital d'environ cent francs »173. C'est l'avenir de l'enfant qui prendrait un autre aspect : « l'enfant fera ainsi l'apprentissage quotidien de l'économie, c'est-à-dire de la bonne conduite de ses affaires. En se privant de quelques sous par semaine, il apprendra à mesurer ses besoins factices, à préférer l'aisance à venir à la satisfaction frivole d'un plaisir ou d'une fantaisie présente : excellent résultat. Un sou dépensé mal à propos est le commencement des habitudes de gaspillage auxquelles la plus brillante fortune ne saurait résister. Un sou économisé peut être le point de départ d'une vie réglée et prospère ». Ce discours se terminait par l'évocation inévitable du jeune Laffitte, dont tout un chacun sait qu'éconduit par un riche banquier, alors qu'arrivé pauvre de Bayonne il cherchait un emploi, il fut rappelé parce qu'il avait été vu ramassant une épingle dans la cour de l'hôtel !

  • 174 Discours de Félix Faure devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, [1877], AN, 460 AP 19. V (...)

113En direction des adultes, l'appel à l'épargne prit d'autres formes. Un projet comme celui des premières cités ouvrières qui prévoyait que le locataire puisse devenir propriétaire grâce à un léger surcoût, était aussi un moyen de favoriser l'épargne. Président de la société de secours mutuel Sainte-Marie, Félix Faure créa de son côté en février 1878 une Société civile et mutuelle de Prévoyance capable de suppléer les insuffisances des Caisses d'épargne, accusées de limiter les dépôts à 1 000 francs et surtout de manquer de bureaux174. Destinée en priorité aux membres des sociétés de secours mutuel du Havre, la Société civile et mutuelle de Prévoyance s'appuyait sur ce réseau pour se rapprocher des épargnants éventuels et ouvrir des bureaux dans chaque quartier. Les sociétaires devaient s'engager à verser au minimum 50 centimes par mois. Les profits et intérêts étaient répartis entre eux au prorata des sommes placées, à l'exception d'un dixième des profits et d'un centième des versements prélevés pour un fond de réserve. Ce projet éviterait tout agitation révolutionnaire : « Développer le goût de l'épargne parmi les populations laborieuses, c'est démasquer les imposteurs qui s'efforcent d'entretenir l'idée de je ne sais quel bouleversement subit qui amènerait l'aisance sans peine et sans efforts, comme si le travail n'était pas la seule source de l'amélioration de l'existence ». Autorisée le 9 avril 1878, la société connut un début modeste, ne regroupant que 41 adhérents, dont 25 ouvriers et 12 employés.

  • 175 Proposition de loi tendant à l'institution d'une caisse spéciale en vue d'aider l'initative privée (...)
  • 176 Délibération du conseil municipal du 1er août 1871, AMH, FC, D1 12.

114La moralisation des classes pauvres était, enfin, le complément indispensable. Il ne pouvait y avoir d'épargne, si l'argent, aussitôt gagné, disparaissait au cabaret. La lutte contre ce fléau fut un souci constant d'une partie des élites républicaines. Taxer les alcools pour financer l'école avait été une des premières mesures votées après la guerre de 1871. Le Cercle Franklin avec son bar sans alcool n'était qu'une des initiatives prises dans ce domaine. On pourrait aussi citer les hôtels de marin, dont Félix Faure se fit le défenseur avec Paul Casimir-Perier, en 1886, à la Chambre des députés. Il s'agissait là aussi de lutter contre les « auberges mal famées où l'épargne des marins est dissipée en quelques jours »175. Preuve s'il en est que moralisation et épargne allaient de pair, ces hôtels devaient offrir à leurs clients une caisse d'épargne. Le conseil municipal chercha, lui, à empêcher que les temps d'attente des ouvriers du port entre deux déchargements aient lieu au café. En août 1871, il délibéra sur un projet d'abri pour les ouvriers qui puisse servir de palliatif au cabaret en cas d'intempérie. Une cantine à prix réduit devait y trouver place étant entendu que « tout débit de liqueurs fortes devra être formellement interdit »176.

  • 177 AMH, FC, R1 31.
  • 178 Délibération du conseil municipal du 23 novembre 1872, AMH, FC, R1 31.
  • 179 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 96.

115Les autres vices, sans cesse cités, étaient la paresse et l'imprévoyance. C'est l'école qui devait les éradiquer en apprenant dès le plus jeune âge le goût de l'effort et en récompensant les élèves les plus méritants par des livrets de caisses d'épargne. Au début des années 1870, une série d'initiatives fut prise en ce sens : des particuliers ou des groupes constitués, tels les loges, la garde nationale ou les sociétés de secours mutuel, décidèrent d'attribuer des prix, sous forme de livrets, aux élèves modestes et travailleurs177. Ainsi, lors de sa dissolution, la 2e batterie de la garde nationale choisit de verser son fonds de caisse, soit 600 francs, à la commune, à charge pour elle de distribuer chaque année un livret de Caisse d'épargne à l'élève le plus méritant des écoles laïques178. Quant aux adultes récalcitrants, il ne fallait pas hésiter à les contraindre à retrouver le goût du travail. Siegfried prônait l'installation des dépôts de mendicité à la campagne et leur transformation en colonies agricoles, « car non seulement le grand air est favorable à la santé, mais le travail des champs, tout en étant plus sain que celui de l'atelier, a aussi une influence morale beaucoup meilleure (sic) »179.

  • 180 AN, Fld III 355 ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 729.

116Ces solutions classiques qui faisaient reposer la solution de la question sociale sur les intéressés eux-mêmes, invités à mener une vie plus réglée et à supporter leur sort avec patience, ne signifiaient pas que rien ne devait être entrepris de la part du reste de la société ou de la collectivité. Aux plus riches, il appartenait de pratiquer la charité individuelle et surtout d'animer ou de financer des sociétés venant au secours des plus pauvres. Nous avons vu combien ce fut un souci constant des élites protestantes, soucieuses sans doute d'émulation avec les milieux catholiques. Les autres républicains ne furent pas de reste et rares sont les nécrologies de tel ou tel dirigeant qui ne signalent pas sa participation à telle ou telle œuvre charitable. Quelqu'un comme Jacques Louer, brasseur de bière, franc-maçon, conseiller municipal de 1865 à 1874 et membre éminent du Comité central républicain, consacra la plupart de ses loisirs à la philanthropie180 : il fut administrateur du bureau de bienfaisance et vice-président de sa commission, administrateur des Hospices du Havre et vice-président de leur conseil d'administration, tuteur des enfants assistés, administrateur du Mont de Piété, administrateur de la Caisse d'épargne et président de l'œuvre de l'Hospitalité de nuit qu'il créa en 1886.

  • 181 AMH, FC, Q4 7, Société havraise des cités ouvrières, 1870-1885 ; Jules Siegfried, Les Cités ouvrièr (...)
  • 182 .J. Siegfried, op. cit., p. 10.

117Dans le domaine des initiatives privées, une des plus novatrices fut celle des cités ouvrières. C'est le 25 juin 1871 que fut inaugurée celle du quartier Sainte-Marie181. L'idée était de Jules Siegfried et était appuyée par les élites protestantes locales. Une société à capitaux privés avait été constituée dont étaient actionnaires Frédéric Mallet, Henri Delaroche, les frères Monod, Frédéric et Édouard de Coninck, Paul Langer, Auguste Dollfus et Jacques Siegfried. Le taux de rémunération fut d'abord fixé à 3 %, puis élevé à 5 %, probablement pour trouver plus facilement des investisseurs. Siegfried et ses proches souscrirent une partie du capital et obtinrent une subvention municipale de 25 000 francs. Le modèle était celui de la Société des cités ouvrières de Mulhouse, fondée en 1853. La cité s'étendait le long d'une rue. De part et d'autre, étaient construites soixante-dix maisons contiguës, deux par deux, avec un jardin devant et une cour derrière, contenant le bûcher et les cabinets. Chaque logement comprenait quatre pièces, disposées sur un rez-de-chaussée et un étage. Le tout avait des dimensions modestes : le terrain ne faisait que 105 à 120 m2 (53 pour le jardin, 25 à 30 pour la cour, 30 pour la maison), le séjour, prévu pour servir aussi de cuisine et de salle à manger, n'atteignait pas les 15 m2 et, sur les trois chambres, deux n'avaient que 5,7 m2 de superficie. C'était, cependant, mieux que la plupart des logements du Perrey et de Graville, « petits et insalubres, souvent humides et sales »182 et, surtout, l'ouvrier allait pouvoir devenir propriétaire. Après un premier versement de trois cents francs, il paierait un loyer, augmenté d'intérêts composés, de 25 francs par mois, ce qui ferait de lui en quinze ou vingt ans le maître des lieux.

  • 183 J. Siegfried, op. cit., p. 22.

118L'originalité de cette œuvre était dans son mélange de soucis moralisateurs et d'idées pragmatiques et novatrices. La volonté moralisatrice était encore une fois très présente : donner un logement décent, c'était permettre à l'ouvrier d'échapper au cabaret. Possédant un petit bout de terrain, il préférerait le travailler chaque soir et resterait ainsi au milieu de sa famille. Siegfried, dans une brochure à but publicitaire, n’hésitait pas à tracer un tableau idyllique de cette cité, tableau qui faisait presque penser à ceux des utopistes sociaux : « les jardins ont un aspect très animé : pendant que le chef de famille, aidé de son fils aîné, travaille la terre, prépare un carré de légumes, cultive un parterre de fleurs, la mère se tient assise devant la maison, l'aiguille à la main et oublie les fatigues de la journée, en voyant ses enfants courir et jouer autour d'elle »183. Un peu plus loin, il imaginait un dialogue entre deux voisines : « Nos maris restent toujours avec nous ; dans le temps, ils passaient souvent leurs soirées au cabaret, et ils n'en revenaient jamais contents ». De même, en transformant l'ouvrier en propriétaire, on l'obligeait à épargner, ce qui ne pouvait que lui donner de saines habitudes.

Figure 12. Plan d’un groupe de deux maisons de la Cité havraise

Figure 12. Plan d’un groupe de deux maisons de la Cité havraise

Figure 13. La cité Desmallières : façade d'une maison (état actuel)

Figure 13. La cité Desmallières : façade d'une maison (état actuel)
  • 184 Jean Legoy, « Les débuts de l'habitat social au Havre. Utopies et réalités au XIXe siècle », RAA VH (...)
  • 185 Délibération du conseil municipal du 8 février 1888, AMH, FC.
  • 186 Journal du Havre, 10 juin 1891.

119La cité connut d'abord le succès : dès 1884, une seconde cité fut construite un peu plus à l'est, rue Desmallières. Les pavillons étaient cette fois plus spacieux. C'est quand on envisagea l'édification d'une troisième cité que les critiques apparurent. Elles portaient sur le coût du loyer et des intérêts, qui faisait de ces cités, selon les adversaires de Siegfried, un habitat pour employés et non pour les ouvriers les plus pauvres. Les statistiques élaborées par Jean Legoy ne le confirment que partiellement184 : Cité havraise, on comptait, en 1876, 67 % d'ouvriers, journaliers et marins aux côtés de 24 % d'employés ; Cité Desmalières, les chiffres étaient, en 1896, 75 % d'ouvriers et de journaliers pour 18 % d'employés. Cela étant, le poids du loyer et des intérêts expliquait, sans doute, le taux élevé de rotation des habitants : en I 896, à la Cité havraise, seuls 18 propriétaires sur 70 habitaient leur maison depuis 20 ans. Cette inadéquation entre les capacités financières de la plupart des ménages ouvriers havrais et le coût des logements fit souhaiter à une partie du conseil municipal la construction d'immeubles collectifs, ce qui était en contradiction avec le souci moralisateur du départ185. Sans jardin pour occuper ses soirées, l'ouvrier risquait de retrouver très vite la route du cabaret, d'autant plus que la promiscuité d'un immeuble collectif le mettrait au contact d'influences néfastes. Certains conseillers mirent aussi en doute le désintéressement des actionnaires, accusés de vouloir s'enrichir au détriment du contribuable. Pour qu'ils soient suffisamment nombreux, la Société avait demandé que la ville garantisse un intérêt de 4 %186.

  • 187 J. Siegfried, Journal, 23 janvier 1891.
  • 188 Ibid.
  • 189 Sur cette loi : Roger-Henri Guerrand, Propriétaires et locataires. Les origines du'logement social (...)

120Les critiques ne découragèrent pas, loin de là, Siegfried. Il sut en tenir compte pour rédiger la loi sur les habitations bon marché de 1894. C'est à l'occasion de l'Exposition de 1889, qui comportait toute une partie sur l'Économie sociale, avec une section sur les Habitations ouvrières, que Jules Siegfried émit le vœu « qu'une Société française des Habitations à bon marché se fonde à bref délai à Paris pour la France entière »187. Ce fut fait dès le mois de décembre. La finalité était simple : « cette Société a pour but d'engager les autres à construire des maisons saines et à bon marché, mais elle ne construit pas elle-même. Elle se borne à fournir à ceux qui le désirent « tous les plans, statuts, règlements, etc. qui peuvent leur être utiles »188. Surtout, c'est là que mûrit toute une réflexion sur le cadre législatif à mettre en place pour favoriser de telles initiatives. Le résultat fut la loi du 30 novembre 1894, dite loi Siegfried, qui prévoyait pour les sociétés d'habitations à bon marché des exemptions fiscales et l'accès au crédit public, par le biais de la Caisse des dépôts et des caisses d’épargne189. Le député du Havre avait su tenir compte de la première expérience qu'il avait menée dans sa ville : la difficulté à mobiliser des capitaux privés à cause de la relative faiblesse des taux d'intérêt le conduisit à souhaiter que des sociétés coopératives prennent le relais.

  • 190 Discours prononcé devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, janvier 1872, AN, 460 AP 19. 1 (...)
  • 191 Discours prononcé devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, 16 juin 1872, AN, 460 AP 19.
  • 192 Le Havre, 28 et 29 novembre 1880.
  • 193 Discours prononcé lors de l'assemblée générale de la société Saint-Joseph, 30 novembre 1884, AMH, F (...)

121Les sociétés mutualistes et de coopération avaient, en effet, 1 avantage de permettre la participation des intéressés. L'existence de ces sociétés n'avait rien de neuf. Les premières sociétés de secours mutuel étaient apparues au Havre dès la Restauration, et le Second Empire avait été propice à leur essor. S'ils n'en furent pas les inventeurs, les milieux catholiques étant bien plus novateurs en ce domaine, les républicains y virent très vite une réponse à la question sociale. Pour Félix Faure, elles s'inscrivaient dans la lignée des « idées du compagnonnage et de la franc-maçonnerie » et la présence de membres honoraires, rendue obligatoire par l'Empire, permettait une heureuse confraternité qui démentait toute idée de lutte des classes190. Leur dimension morale était une évidence : « Elles font pénétrer partout l'esprit d'ordre, de travail et d'économie et d'instruction, les seules bases de toute société, car ceux qui vous diront qu'il est d'autres moyens d'arriver au bonheur sont des imposteurs, soyez-en sûrs »191. Dans une ville où une partie de la population ouvrière avait montré un penchant pour la Commune et où, dix ans plus tard, le courant collectiviste réapparut au grand jour à l'occasion du congrès ouvrier du Havre, elles étaient aussi un contre-feu face au péril révolutionnaire. Comme l'expliquait Clément Marical, président républicain d'une des sociétés de secours mutuel : « ce n'est pas par des idées exagérées ni par des déclarations pompeuses qu'on peut arriver à une amélioration sérieuse du sort réservé aux travailleurs. Les moyens pratiques nous sourient d'avantage »192. Pour Siegfried, leur essor était un antidote au « socialisme d'État ». Elles initiaient les classes laborieuses aux bienfaits de l'initiative individuelle : « occupons-nous donc nous-mêmes de nos affaires, agissons, travaillons, associons-nous, développons de plus en plus cette initiative individuelle qui fait la véritable force des nations, et nous arriverons à de bons résultats »193. Tout cela explique que les notables républicains cherchèrent vite à contrôler les principales structures existantes. La concurrence avec les milieux catholiques fut, encore une fois, un facteur essentiel.

  • 194 ADSM, 4 X 223.

122Les deux principales sociétés de secours mutuel, tombées sous le contrôle des républicains, furent les sociétés Sainte-Marie et Saint-Joseph. Nous avons déjà évoqué la laïcisation de la première dès 1874, alors que Félix Faure était devenu son président trois ans plus tôt. La société Saint-Joseph avait, elle, été fondée en 1857 par le régisseur de la manufacture des tabacs, Alexandre Drouet d'Aubigny194. Elle offrait des secours en cas de maladie et pour l'organisation des obsèques, des pensions de retraite, moyennant un franc cinquante par mois pour les hommes et un franc cinq pour les femmes, et proposait aussi des « réunions de distraction pour les dimanches et les soirées des autres jours de la semaine ». Comme souvent, les intentions philanthropiques étaient indissociables des intentions moralisatrices : le cercle ouvrier, rattaché à la société, devait être un échappatoire au cabaret et permettre aux membres bienfaiteurs d'exercer une influence positive sur les sociétaires. Les jeux de carte étaient autorisés à condition de ne pas miser plus de dix centimes par personne et partie ! Des cours de chant, loisir hautement inoffensif, furent prévus dès le départ et un orphéon vit le jour, formé, en 1861, de trente instrumentistes. Une bibliothèque compléta le tout à partir de 1864.

  • 195 Liste des membres honoraires, bienfaiteurs et protecteurs, 1858-1859, ADSM, 4 X 223.
  • 196 La Cloche illustrée, 27 novembre 1886.
  • 197 AMH, FC, Q1 12/1 et 2.

123Contrairement à la société Sainte-Marie, Saint-Joseph était laïque ou plutôt ouverte à tous afin de ne pas en écarter ceux qui, au Havre, appartenaient à l'Église réformée. Son originalité était d'accueillir aussi bien les hommes que les femmes, alors que souvent les sociétés de secours mutuel étaient exclusivement masculines. Si, au départ, l'orientation conservatrice ne faisait guère de doute – on trouvait parmi les membres honoraires siégeant au conseil de surveillance le comte de Houdetot, Augustin Normand et Frédéric Perquer195 –, là aussi les débuts de la IIIe République permirent une conquête de la société par les républicains. En novembre 1874, alors que la société traversait une crise liée à la chute de ses adhérents pendant la guerre et le blocus du Havre, et à la difficulté à faire face à ses obligations envers les malades, Clément Marical, pharmacien bien connu pour les soins qu'il dispensait gratuitement aux blessés et conseiller municipal républicain depuis 1865, en prit la tête et s'adjoint comme premier vice-président Letellier-Férard. Il devait y rester jusqu'en 1888 et fut remplacé par Henry Génestal, proche de Siegfried et futur maire du Havre. Une de ses premières décisions fut de supprimer la messe annuelle de la société, jugée trop coûteuse196. Cette républicanisation permit un essor impressionnant des effectifs197. Tombé à 262 en 1874, le nombre de membres actifs atteignit les 739 dès 1880 et les 1 028 en 1887. Les membres honoraires furent eux aussi de plus en plus nombreux, passant de 76 en 1874 à 112 en 1880 et 172 en 1887. Une bonne partie du gotha républicain havrais avait adhéré comme membre bienfaiteur, prouvant ainsi son intérêt pour une société susceptible d’ancrer le principe de prévoyance parmi le peuple. Contentons-nous de citer les premiers de la liste : J. Siegfried, les Brindeau, J. Courant, W. de Coninck, H. Delaroche, B. Dupaquier, F. Faure, G. Ferrère, L. Hallaure, Th. Huchon, E. Hustin. Si dans un premier temps l'arrivée de Marical à la tête de la société n'avait rien changé aux statuts ou au fonctionnement, il fut décidé en 1883 d'abandonner l’idée d'offrir aux ouvriers des « récréations honnêtes ». Cette modification provenait probablement moins des élites républicaines, qui venaient de participer à la fondation du Cercle Franklin, que des sociétaires ouvriers réticents face à ce type de loisirs contrôlés.

124Ainsi décrites, ces sociétés de secours mutuel n'avaient rien d'original. Elles montraient bien des similitudes, d'une part avec les initiatives des élites catholiques, soucieuses de reconquérir le monde du travail à la religion, d'autre part avec les efforts des milieux proches de l'Empire pour contrôler la classe ouvrière et apporter un début de solution à la question sociale. Pis, en ce domaine, les républicains havrais n’avaient fait que s'approprier des initiatives de leurs adversaires. Ils n'avaient innové que dans le cas de la société ouvertement catholique qu'ils s'étaient empressés de laïciser. Pourtant, le succès avait été au rendez-vous, alors que du temps où leurs adversaires dirigeaient ces structures, le nombre de membres restait limité, comme si les ouvriers havrais acceptaient la tutelle de la bourgeoise républicaine et refusaient celle de la bourgeoise conservatrice ou catholique.

  • 198 Créée en 1869, cette société comptait parmi ses dirigeants Félix Faure.
  • 199 AMH, FC, Q2 3/1.

125Améliorer le sort des plus pauvres était aussi une question qui ne pouvait laisser indifférents les pouvoirs publics. Seule une municipalité républicaine pouvait mettre en place un enseignement laïque, soucieux de former intellectuellement, mais aussi moralement les enfants du peuple. Il appartenait à la ville d'encourager les initiatives privées et de leur apporter, si besoin, sa caution financière, la rentabilité des œuvres charitables n'étant pas assurée à coup sûr. Le conseil municipal fut souvent invité à voter des subventions à des associations charitables, présidées par des républicains connus, que ce soit la Société havraise des cités ouvrières, la Société protectrice de l'enfance qui luttait contre les périls nés de la négligence et du dénuement des parents198, ou l'Œuvre de l'hospitalité de nuit qui accueillait la nuit les vagabonds ou les ouvriers sans toit, habitués à chercher refuge sur les quais199.

  • 200 Délibération du conseil municipal du 26 décembre 1872, AMH, FC, D1 10.
  • 201 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 15-16.

126Cette aide aux initiatives privées fut longtemps le corollaire d'un refus de tout système d'assistanat généralisé, accusé de favoriser la démoralisation des classes pauvres. Comme l'expliquait Jérôme Guerrand, « la paresse, l'immoralité et l'intempérance pourraient trouver une sorte de prime d'encouragement dans le droit à des secours publics et officiels »200. La loi des pauvres en Angleterre offrait un contre-exemple souvent cité. Certains se référaient à un passé plus lointain : pour Siegfried, le message du Christ, invitant à secourir son prochain, était une critique de l'Empire romain qui faisait reposer « le remède contre la misère dans l'intervention unique et directe de l'État qui corrompait les masses et encourageait l'oisiveté »201.

  • 202 Lettre de Jacques Louer au maire, 20 novembre 1886, AMH, FC, Q2 3/1.
  • 203 .1. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 62.
  • 204 Ibid., p. 67-68.

127Avec le temps, ce refus de principe évolua. Le vote systématique de subventions de la part de la ville à telle ou telle œuvre philanthropique fit prendre conscience qu'elle avait un caractère d'utilité publique et que la collectivité ne faisait que déléguer une mission qui lui incombait. Ainsi que l'expliquait Jacques Louer à propos de l'Œuvre de l'hospitalité de nuit, le soin d'offrir un abri nocturne aux sans domicile n'était-il pas une « partie importante de l'Assistance publique qui incombera certainement toute entière, un jour ou l'autre, aux municipalités »202. Si l'assistance n’était pas un droit, elle était un devoir qui s'imposait à tous, aux individus comme à la collectivité. Elle seule pouvait éviter certains abus, telle « cette habitude de beaucoup de pauvres de s'adresser à vingt familles différentes et à plusieurs institutions en même temps, pour obtenir de chacune d'elles un petit secours qui leur permette ainsi de vivre sans travailler »203. Surtout, la collectivité avait seule les moyens d'entreprendre certaines œuvres utiles : « l'administration qui représente l'universalité des citoyens, peut seule avoir l'esprit de suite et faire les frais nécessaires de certains cas où les ressources des individus, même réunis en société, seraient tout à fait insuffisants »204. Il était souhaitable que la commune contrôle directement le bureau de bienfaisance ce qui évitait qu'il devienne un lieu de prosélytisme pour les sœurs de charité. Ce fut chose faite en 1880. Grâce à cette institution, la ville pouvait centraliser les renseignements sur les pauvres et trier le bon grain de l'ivraie, afin que seules les misères accidentelles soient secourues. De même, c'est à elle qu'incombait la mise en place d'hôpitaux et d'hospices. La construction d'un hôpital moderne fut un des principaux soucis d'une partie du conseil municipal, derrière le docteur Fauvel et Siegfried.

  • 205 Ibid., p. 171.
  • 206 Discours de M. Jules Lecesne aux séances des 23 janvier, 26 février, 15, 17, 22 mars et 14 mai, Par (...)

128On notera que l'intervention de la puissance publique était conçue au niveau de la commune, au mieux du canton dans le cas des campagnes. L'État n'était concerné qu'indirectement. Il lui appartenait de voter les lois et d'apporter sa caution afin de favoriser les initiatives individuelles ou communales. Pour les négociants du Havre, son principal devoir restait d'assurer la liberté des échanges. Le libre-échange était le seul moyen de diminuer les prix des principaux articles de consommation et donc d'établir la « vie à bon marché » pour les classes laborieuses. Comme l'expliquait Siegfried, « pour augmenter la somme de travail dans un pays, pour y avoir la vie à bon marché, pour diminuer enfin les causes de la misère, il faut donc, au lieu d'entraver les échanges, les faciliter le plus possible »205. De même, Jules Lecesne se fit l'opposant à la Chambre de la loi de 1807 qui interdisait de pratiquer l'usure, c'est-à-dire des taux supérieurs à 5 % : seule la liberté des taux d'intérêt permettrait leur fixation à un faible niveau, ce qui favoriserait les plus206 pauvres.

Les chambres syndicales, solution à la question sociale ?

  • 207 Sur la renaissance d'un mouvement ouvrier : Marcel Boivin, « Le mouvement syndical en Seine-Inférie (...)
  • 208 Rapport du commissaire central du Havre, 30 octobre 1876, ADSM, 4 M 2 705.
  • 209 Bernard H. Moss, Les origines du mouvement ouvrier français..., p. 80. Voir aussi : Georges Lefranc (...)
  • 210 Déclaration au sous-préfet, 27 septembre 1876, ADSM, 4 M 2 705.
  • 211 Graveur sur métal, né à Paris en 1818, Chabert avait participé aux journées de juin 1848, puis avai (...)
  • 212 Rapport du commissaire central du Havre, 2 octobre 1876, ADSM, 4 M 2 705.
  • 213 Ibid.

129Le discours social des élites fut, dans un premier temps, peu remis en cause par les républicains issus des milieux populaires. Au Havre, comme ailleurs, la Commune marqua une césure durable et ce n'est qu'en 1876 qu'un mouvement ouvrier réapparut207. L'initiative vint de quelques ouvriers de la métallurgie, soucieux de créer une chambre syndicale pour leur corporation208. Très vite, ils décidèrent d'appeler les autres branches à les imiter et cherchèrent à envoyer une délégation au Congrès ouvrier de Paris, convoqué du 2 au 10 octobre par le nouveau quotidien radical de tendance socialiste, La Tribune209. Dans ce but, une réunion sur « l'utilité des chambres syndicales et du congrès ouvrier »210 fut organisée le 1er octobre. Parmi les membres du bureau, plusieurs étaient bien connus pour leur républicanisme : Théodule Gauthier qui avait présidé la même année le Comité électoral d'Escarraguel, ou le voilier Lefebvre, conseiller municipal depuis 1871. Présidé par Charles Chabert211, cette réunion en présence de 160 ouvriers adopta un ton fort modéré : pas question de remettre en cause le Capital, dont on espérait avoir « une petite part, mais une part constituée par nous-mêmes et n’ayant d'autres ressources que nos épargnes » ; le recours à la grève était qualifié de « fâcheux » ; on souhaitait, une fois organisés en chambre syndicales divisées par corps de métiers, trancher les différends avec le patronat grâce à la négociation212. L'existence au Havre d'élites économiques républicaines laissait bon espoir d'y arriver. Jacques Siegfried, rencontré fortuitement, félicita Chabert pour « les idées qu'il avait émises »213.

  • 214 Rapport du commissaire central du Havre, 30 octobre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

130De retour du Congrès de Paris, où 37 villes de province pour la plupart républicaines avaient envoyé des délégués, le typographe Godefroy fit adopter un mois plus tard par les ouvriers havrais les principales revendications qui y avaient été présentées214 : une amélioration de la condition des femmes grâce à la suppression du travail de nuit, la réduction des horaires à huit heures et l'égalité salariale avec les hommes, ce qui n'empêchait pas de se fixer comme but ultime la suppression du travail en dehors du foyer, l’atelier favorisant la promiscuité et la débauche ; la légalisation des chambres syndicales par l'abrogation de la loi Le Chapelier ; une réforme des prud'hommes assurant la gratuité totale des frais de poursuites, la rétribution de la fonction et l'éligibilité dès 25 ans ; le développement de sociétés coopératives ; la nécessité de candidatures ouvrières au Parlement et du mandat impératif ; la mise en place d'une instruction publique obligatoire et la réforme de l'apprentissage et de l'enseignement professionnel ; la constitution de caisses de retraite.

  • 215 Discours de Chabert, 11 décembre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

131Il n'y avait guère dans tout cela de quoi effrayer le reste du camp républicain, même si certaines réformes ne furent pas immédiates : tout en réclamant la liberté syndicale, on s'empressait de limiter les effets d'une telle mesure en insistant sur la nécessité de conserver « la bonne entente qui doit exister entre le patron et l'ouvrier ». Si on souhaitait revenir sur l'interdiction des corporations, c'est parce que celles-ci étaient créditées rétrospectivement d'avoir permis aux patrons et ouvriers de ne former qu'« une seule famille »215. Toute idée de lutte des classes était repoussée au nom de l'unité des citoyens. La bourgeoisie et la classe ouvrière qui avaient lutté ensemble pour l'établissement de la République devaient continuer à coopérer, même s'il était désormais temps que le monde ouvrier affirme ses intérêts propres. Si on souhaitait l'élection de prolétaires au palais Bourbon, on s'en remettait dans l'immédiat à la majorité républicaine pour « changer l'ordre de choses établi ». L'immobilisme social des opportunistes devait, par la suite, créer bien des désillusions ! Dans l'immédiat, les promoteurs de ce syndicalisme réformiste trouvèrent un écho indéniable parmi les Havrais, comme le montrent les chiffres des participants aux réunions, chiffres bien évidement approximatifs, mais dont on voit mal pourquoi le commissaire central, seule source en ce domaine, se serait amusé à les gonfler. La première conférence de Chabert, le 1er octobre, avait réuni 160 personnes ; 800 vinrent écouter le compte rendu du congrès de Paris par Godefroy, le 29 ; le 11 décembre, ils étaient 2 500, dont 200 femmes, à s'être déplacés pour une nouvelle conférence de Chabert.

  • 216 Rapport du commissaire central du Havre, 12 décembre 1876, ADSM, 4 M 2 705.
  • 217 Bernard H. Moss, op. cit., p. 51-93.
  • 218 État des chambres syndicales, 24 juillet 1879, AMH, FM, F2 7. On trouvera dans Le peuple du Havre e (...)
  • 219 J. Legoy, op. cit., p. 167-169.

132Ce succès risqua pourtant être remis en question par l'Ordre moral. Fin 1876, une seule chambre avait vu le jour, celle de la métallurgie dont les syndics furent élus en décembre pour les corporations des chaudronniers en fer, des chaudronniers en cuivre, des forgerons, des fondeurs en métaux, des tourneurs, raboteurs et perceurs, et des ajusteurs216. La chambre était forte de 360 adhérents. On ne s'étonnera guère que les ouvriers de la métallurgie aient donné le ton : ils étaient aussi, à cette époque, les plus fidèles soutiens du parti républicain et ne pouvaient qu'adhérer à un discours qui voulait donner un contenu social à cette République pour laquelle ils s'étaient battus. Leurs qualifications en faisaient le terreau naturel d'un syndicalisme coopératif, dont Bernard Moss a montré qu'il s'adressait en priorité aux ouvriers qualifiés et qu'il était une des caractéristiques essentielles du mouvement ouvrier français jusqu'au congrès de Marseille en 1879217. La crise du 16 mai reporta en 1878 la création des autres chambres syndicales, celles des ouvriers peintres, des maçons et plâtriers, des ouvriers menuisiers, des charpentiers de maison, des tailleurs de pierre218. Certaines professions ne s'organisèrent qu'en 1879 : les ouvriers voiliers, les ouvriers couvreurs, plombiers et zingueurs, les calfats, les charpentiers de navire, les ouvriers du port. Enfin, ce fut le tour en 1880 des ouvriers tailleurs d'habits et des ouvriers jardiniers. Cette éclosion de chambres syndicales était aussi une conséquence des initiatives de la municipalité. Celle-ci, dont les rangs comptaient André Lyonnais depuis les élections du 6 janvier 1878, avait décidé d'envoyer 54 délégués, représentant les principaux corps de métiers, à l'exposition universelle de Paris de 1878 après avoir envoyé quatre ouvriers à l'exposition de Philadelphie deux ans plus tôt. Les réunions pour l'élection de ces délégués favorisèrent la mise en place de structures syndicales, d’autant plus que Jules Siegfried, devenu maire la même année, y était favorable219.

  • 220 Statuts de la Chambre syndicale des ouvriers voiliers, AMH, FC, F2 10.
  • 221 Jean Legoy, op. cit., p. 422-423.
  • 222 Lettre de Desmarets, secrétaire de la Chambre syndicale des ouvriers menuisiers, au sous-préfet, [d (...)
  • 223 Fils de Gustave Cazavan, il avait intégré Polytechnique, puis, après divers emplois était devenu di (...)
  • 224 Jean Legoy, op. cit., p. 166.
  • 225 Lettre des délégués de la commission des ouvriers charpentiers au colonel commandant d'armes, 7 aoû (...)
  • 226 Rapport du conseil des prud'hommes, [1880|, ADSM, 10 M 7.
  • 227 Réponse de la Chambre syndicale des ouvriers métallurgistes réunis du Havre à l'enquête parlementai (...)

133Cet appui ne suffit pas à éviter les désillusions. D’emblée soucieuses de trouver un terrain d’entente avec le patronat, les chambres syndicales avaient affiché leur modération. Ainsi, le préambule des statuts de la chambre des ouvriers voiliers expliquait « étudier la possibilité d’éviter les conflits et les grèves, en maintenant sur des bases solides et équitables les conditions morales et matérielles du travail »220. Un des articles prévoyait de proposer au patronat « la création d'un tribunal d'arbitres, composé mi-partie d'ouvriers mi-partie de patrons, lequel statuera sur ce qui pourrait amener les conflits de cette nature [les grèves] et les éviter ». Cette clause était probablement commune à toutes les chambres syndicales : on retrouvait mot pour mot le même article chez les ouvriers maçons et plâtriers221. Les militants ouvriers comptaient « sur la sympathie du gouvernement républicain »222 pour les aider à obtenir cet arbitrage professionnel. Dès février 1878, une première tentative pour donner une réalité à ce vœu avait été tentée lors d'une grève aux Chantiers de la Méditerranée. Les résultats furent peu concluants : le directeur Cazavan, fils d'un éminent républicain et franc-maçon lui-même223, refusa l'idée d'un arbitrage et obtint la reprise du travail sans avoir donné droit aux demandes d'augmentation de salaire des ouvriers frappeurs224. Pire, six meneurs furent renvoyés ! À l'été 1880, le refus de négocier des employeurs fut de nouveau patent lors d'une grève des ouvriers menuisiers. Ces derniers, après plusieurs mois durant lesquels ils avaient tenté de négocier, avaient invité les patrons à une réunion arbitrale à laquelle aucun ne se rendit. L'échec de la voie conciliatrice conduisit au déclenchement d'une grève, le 26 juillet225. Il fallut que Siegfried intervienne en personne pour qu'un compromis fut trouvé après plus d'un mois de conflit226. Interrogés en 1884 dans le cadre de l'enquête parlementaire du Groupe des 44, les dirigeants de la chambre de la métallurgie reconnaissaient que les bonnes intentions et le soutien de la municipalité n'avaient pas suffi à convaincre un patronat, parfois républicain, mais bien décidé à conserver ses prérogatives : « Nous n'avons rencontré aucune difficulté à la [la chambre syndicale] fonder, mais par la suite les membres qui faisaient partie du conseil de direction furent persécutés et plusieurs furent obligés de quitter la ville, les patrons s'étant entendus pour ne plus les occuper »227. Cet échec était aussi celui de Siegfried qui n'avait pas réussi à faire partager aux élites économiques locales son intérêt pour les chambres syndicales.

  • 228 Jean Legoy, op. cit., p. 420

134Ces déboires n'empêchèrent pas les dirigeants ouvriers havrais de rester fidèles à une ligne modérée qu'André Lyonnais essaya de populariser auprès de l'ensemble du camp républicain. Cet état d'esprit se heurta vite à un second écueil, tout aussi dangereux que l'intransigeance patronale, la radicalisation du mouvement ouvrier français à partir du congrès de Marseille d'octobre 1879. C'est Alexandre Nonorgue, ouvrier forgeron de Graville, qui y avait représenté ses camarades havrais. Il avait tenté, tant bien que mal, de s'opposer aux thèses collectivistes, en défendant les idées chères aux fondateurs des chambres syndicales havraises228. Certains points étaient communs au programme républicain : l'instruction obligatoire et laïque ; les libertés de réunion et de presse ; l'égalité face au service militaire et sa réduction à trois ans ; la liberté du travail ; le respect de la propriété. D'autres correspondaient aux vœux des républicains les plus avancés : la gratuité de l'instruction secondaire et supérieure ; l'interdiction aux communautés religieuses d'enseigner ou de tenir des ouvroirs ; la liberté d'association ; l'impôt unique. Certaines revendications, enfin, portaient sur l’amélioration de la situation des ouvriers et surtout sur une meilleure reconnaissance de leur place au sein de la République : l'institution d'une école d'apprentissage dans toutes les villes de plus de 3 000 habitants ; l'élargissement du droit de vote aux prud'hommes et l'élection des présidents et vice-présidents des conseils par les prud'hommes eux-mêmes ; l'abolition du livret ouvrier ; l'admission des groupes syndiqués à déposer dans les enquêtes officielles et législatives ; la réduction du travail des femmes.

  • 229 Claude Willard, Jules Guesde, l'apôtre et la loi, Paris, Editions ouvrières, 1991, p. 34-35.
  • 230 Bernard Moss a montré combien la victoire des « collectivistes » devait être nuancée. Les « révolut (...)

135Il est facile d'ironiser sur le décalage complet avec le discours tenu au même congrès de Marseille par ceux qui allaient prendre durablement la tête du mouvement ouvrier français, entre autres Jules Guesde. Absent pour cause de maladie, ce dernier y avait pourtant triomphé par personnes interposées, faisant adopter dès la séance inaugurale une phrase qui eut de longs jours devant elle : « L'appropriation collective de tous les instruments de travail et forces de production doit être poursuivie par tous les moyens possibles »229. Le Congrès décida la formation d'un parti ouvrier, distinct du parti républicain, et ouvert aux divers courants révolutionnaires. Face à ce tournant, penser que les Havrais ne représentaient qu'une vision passéiste du mouvement ouvrier, naïve et condamnée par le sens de l'Histoire, notion aujourd’hui bien défraîchie, serait pourtant simpliste. Rappelons que la victoire des « collectivistes », coalition fort hétéroclite, restait fragile et que la majorité des ouvriers français des grandes villes était sans doute plus proche des idées des militants havrais que de celles de Guesde230. Au Havre comme ailleurs, la confiance dans la République restait forte et c'est seulement avec l'entrée dans la Grande Dépression qu'un fossé se creusera, plus d'ailleurs avec les républicains opportunistes que les radicaux.

  • 231 M. Boivin, art. cit., p. 197-199.

136Dans l'immédiat, les Havrais, chargés de l'organisation du prochain congrès ouvrier, prévu en novembre 1880, étaient bien décidés à réintégrer le mouvement ouvrier naissant dans le parti républicain. Dès le congrès de la Fédération du Centre du parti ouvrier, du 18 au 24 juillet, le délégué havrais, Ernest Drouet, affirma son soutien à la République, alors que la majorité des délégués adoptait un programme électoral rédigé par Guesde, après consultation de Marx, Engels et Lafargue231. Refusant tout à la fois les moyens d'action proposés – la Révolution sociale – et le but à atteindre – la propriété collective du capital-, Drouet quitta le congrès, attitude qui reçut le soutien des chambres syndicales havraises.

  • 232 Bernard Moss, op. cit., p. 116-117. Nous n'en conclurons pas pour autant que les ouvriers républica (...)
  • 233 Rapport du commissaire spécial, 15 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.

137L'étape suivante, le congrès du Havre, fut préparée minutieusement par Lyonnais, en liaison avec Barberet, nommé la même année par le gouvernement à la tête du Service administratif des sociétés professionnelles232. Afin d'empêcher une nouvelle victoire des collectivistes, il fut décidé d'exclure les délégués des groupes d'études sociales comptant moins de 25 membres, groupes d'études gagnés aux idées collectivistes, ce qui provoqua, dès le premier jour, une scission : les modérés tinrent désormais leur congrès salle Franklin, les révolutionnaires salle de l'Union lyrique. Ces derniers, entraînés par Paule Minck, étaient les plus nombreux : 59 contre 51233.

  • 234 Rapport du brigadier-chef Balbu, 14 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.
  • 235 M. Boivin, op. cit., p. 195.

138Salle Franklin, dans un décor républicain avec au fond de la scène « le buste de la République coiffé d'un bonnet phrygien et orné d'un trophée de drapeaux français, d'un drapeau suisse et d'un drapeau américain »234 alors que salle de l’Union lyrique on avait préféré installer des drapeaux rouges, les Havrais firent connaître leur programme qui servit de rapport au congrès et qui reprenait, dans ses grandes lignes, les propos tenus par Nonorgue au congrès de Marseille235. Les quelques points nouveaux étaient : la rétribution des fonctions électives, preuve que les ouvriers havrais, s'ils faisaient confiance en la République, souhaitaient l'élection de conseillers ou de députés issus de leurs rangs ; la limitation de la durée de la journée de travail à dix heures pour les adultes et huit heures pour les moins de quatorze ans ; l'institution de sociétés de crédit pour faciliter le mouvement coopératif ; l'interdiction des communautés religieuses. L'influence du discours des élites locales était perceptible : on réclamait la liberté des échanges, thème cher aux négociants et entre autres à Siegfried qui n'avait cessé d'affirmer qu'une telle mesure permettrait de diminuer le coût de la vie.

  • 236 Discours de Lyonnais du 13 novembre 1880, Le Havre, 14 et 15 novembre 1880.
  • 237 Le Havre, 21 et 22 novembre 1880.
  • 238 Rapport du commissaire spécial, 15 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.
  • 239 Rapport du commissaire spécial, 16 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.
  • 240 J. Legoy, op. cit., p. 174-175.
  • 241 Le Havre, 23 novembre 1880.
  • 242 J. Legoy, op. cit., p. 177.

139Les débats mirent à jour tout ce qui différenciait les congressistes de la salle Franklin de ceux de l'Union lyrique. Les uns rappelèrent leur refus de l'emploi de la force et les espoirs qu'ils mettaient dans le bulletin de vote236. Ils affirmèrent leur attachement à la propriété privée, souhaitant sa meilleure répartition grâce à l'organisation coopérative237. Pour les autres, Lyonnais et ses comparses n'étaient que de « simples bourgeois opportunistes qui n'ont de socialistes que le titre et leurs chefs sont tous aux gages de Gambetta »238. Si ces propos peuvent sembler convenus, ils ne faisaient qu'exprimer l'étendue du désaccord. Au niveau national, le rapport de forces était plutôt en faveur des révolutionnaires, tandis qu'au Havre les chambres syndicales qui avaient élu des délégués prirent parti pour Lyonnais. Le commissaire central notait : « le sentiment de la population havraise est favorable aux modérés ; c'est presque une question de clocher du reste (...) la popularité de M. Lyonnais, en suite de la vigoureuse direction qu'il a imprimée aux travaux du Congrès et de l'évincement des énergumènes, s'en est sensiblement augmentée »239. L'unanimité n'était cependant pas totale : chez les voiliers, on refusa de déléguer Drouet au Congrès. Il ne put y assister que comme membre de la commission préparatoire. Huit chambres syndicales préférèrent rester à l'écart ne désignant aucun représentant240. Quelques Havrais apportèrent leur soutien aux collectivistes, tel ce groupe de citoyens qui fut récompensé d'un des drapeaux rouges qui ornaient la salle pour avoir aidé à l’organisation du congrès241. À la fin du mois, un Cercle ouvrier d'études sociales collectiviste-révolutionnaire du Havre, présidé par Godeau, ancien membre du Comité central républicain de solidarité, vit le jour242. Ce cercle ne fit guère parler de lui par la suite. Quant à Godeau, nous le retrouverons parmi les meneurs du mouvement des ouvriers sans travail en 1886.

  • 243 Jean Legoy, op. cit., p. 424-427.
  • 244 Lettre du commissaire central au maire du Havre, 21 septembre 1883, ADSM, 10 M 332.

140Dans l’immédiat, c'est la voie réformiste qui continua à dominer au Havre, voie appuyée par les dirigeants républicains. La grève des ouvrières de la manufacture de tabac, en 1883, en fut un nouvel exemple. Elle mit plus que jamais en valeur la difficulté de la municipalité à faire comprendre sa démarche aux dirigeants de l'économie locale, mais aussi aux autorités de l'État, puisque l'industrie du tabac était un monopole public. Ce conflit avait débuté suite à une protestation des cigarières contre la mauvaise qualité des feuilles qui leur étaient données pour la confection des cigares243. Ayant proposé une conciliation, la municipalité, en fait Siegfried et son adjoint Gustave Brindeau, furent accusés par la direction de la manufacture d'être « cause de la persistance de la grève » et de se mêler d'une « affaire qui ne la regardait pas »244. Leur demande d'une levée des punitions, qui avaient touché dix ouvrières, se heurta à une fin de non-recevoir, ce qui était une situation d'autant plus embarrassante pour ces dirigeants républicains que le président du conseil était, à cette date, Jules Ferry. Pourtant, Siegfried et Brindeau n'avaient en rien joué aux boutefeux, mais avaient évité que le mouvement s'élargisse aux ouvriers et essayé de convaincre les cigarières de reprendre le travail en échange d'une levée des sanctions. Ce n'est qu'une fois la grève terminée que Jules Ferry accepta d'accorder sa grâce, non sans que les ouvrières aient dû rédiger une lettre de soumission au directeur de la manufacture.

  • 245 Jean Legoy avance les chiffres suivants : 2 000 en 1880, 734 au 1er janvier 1883, 942 en 1884, anné (...)

141Ce conflit était révélateur de l'impasse dans laquelle se trouvait le mouvement ouvrier havrais au début des années 1880. Encouragé dans la voie réformiste par les élites républicaines locales, il avait fait le choix de refuser toute doctrine prônant la lutte des classes au nom de l'unité du camp républicain, or le patronat et l'État n'étaient pas prêts à accepter la négociation et la conciliation comme mode de résolution des conflits. Quant aux élites républicaines, elles étaient prises entre deux feux, priées par les ouvriers de s'interposer et par le patronat ou l'État de choisir le camp de l'ordre. L'échec des solutions conciliatrices mettait en évidence les insuffisances du discours républicain : prôner l'entente entre les classes devenait un slogan vide de sens, si seuls les ouvriers étaient prêts à chercher un terrain d'entente. Ceuxci tirèrent les leçons des grèves, se détournant des chambres syndicales. Le nombre d'adhérents chuta de plus de la moitié entre 1880 et 1884245. Les républicains n'avaient pas su arrimer durablement le syndicalisme renaissant au camp républicain.

Anmerkungen

1 C'est une ordonnance du 10 juillet 1816, complétée par une circulaire ministérielle du 3 mars 1841, qui avait rendu obligatoire l'approbation du chef de l'Etat pour la dénomination de rues et de places publiques « ayant le caractère d'hommages publics rendus à des personnages illustres ». La loi municipale du 5 avril 1884 conserva cette disposition, tout en transférant le droit de dénomination du maire, qui l'exerçait jusqu'alors par simple arrêté, vers le conseil municipal appelé à voter une délibération. Sur ces questions : Daniel Milo, « Le nom des rues », Pierre Nora dir., Les lieux de mémoire, t. II, La Nation, vol. 3, Paris, Gallimard, 1986, p. 282-315.

2 Arrêté municipal du 10 octobre 1870, AMH, FC, O1 1/2. Le principe de ces changements de nom avait été adopté dès la séance du conseil municipal du 5 septembre.

3 AMH, FC, O1 1/2.

4 Fr. Roth, La guerre de 70, p. 233-234. Ce choix pouvait créer un trouble dans les esprits : le 19 janvier 1871, la bataille de Saint-Quentin avait mis fin aux espoirs de Faidherbe de venir au secours de Paris et renforcé le camp des partisans de l'armistice.

5 Rapport du préfet, 10 octobre 1872, AN, Flc I 175.

6 Sur l'hommage posthume à Thiers : Sylvie Guillaume, « Y a-t-il un Panthéon des droites ? », J.-F. Sirinelli dir., Histoire des droites en France, t. 3, p. 657-708.

7 Arrêtés des 27 décembre 1877, 15 février 1878 et 25 juillet 1878, AMH, FC, O1 1/2.

8 Pétition du 30 août 1879, AMH, FC, O1 1/2.

9 Ibid.

10 Arrêté du 2 février 1880, AMH, FC, O1 1/2.

11 Procès verbal de la séance du 4 mars 1885 du conseil municipal, AMH, FC.

12 Arrêté du 15 janvier 1883, AMH, FC, O1 1/2.

13 Délibérations du conseil municipal des 15 juillet 1885, 17 mars 1886 et 31 mars 1886, AMH, FC, O1 1/2.

14 Délibération du conseil municipal de Sotteville-lès-Rouen, 4 janvier 1883, AN, Flc 1 176.

15 Lettre de Bonnaffé au maire, 21 juin 1883, AMH, FC, M1 50/5.

16 Délibération du conseil municipal, 5 novembre 1879, AMH, FC, M1 50/5.

17 J. Bunel et A. Tougard, Géographie du département de la Seine-Inférieure, Rouen, E. Cagniard, 1877, p. 14.

18 Emile C. de Beaucamp et N. Le Grix, Petite histoire du Havre illustrée, Le Havre, Bourdignon, 1893, p. 212.

19 Alphonse Petit, « A propos des statues de Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne », RAAVH, 1966, p. 43-54.

20 Délibération du conseil municipal, 11 février 1880, AMH, FC, R1 31.

21 Délibération du conseil municipal, 15 mai 1878, AMH, FC.

22 J.-M. Goulemot et E. Walter, « Les centenaires de Voltaire et de Rousseau. Les deux lampions des Lumières », P. Nora dir., Les Lieux de mémoire, t. 1, La République, p. 381-420 ; Olivier Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, p. 102-107.

23 Jean Legoy, « Les 14 Juillet au Havre », RAAVH, 1980, no 37, p. 7-32.

24 Journal du Havre, 15 juillet 1879.

25 Jean Legoy, op. cit.

26 Le Havre, 14 et 15 juillet 1880.

27 Journal du Havre, 14 et 15 juillet 1881.

28 Le Havre, 14 et 15 juillet 1884.

29 Journal du Havre, 14 et 15 juillet 1888.

30 Rosemonde Sanson, Le 14 juillet. Fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976, p. 94-100.

31 La ferveur populaire conduisit parfois à des gestes hautement symboliques. Décédée en janvier 1882, une demoiselle Léontine Roche, qui avait participé dans le quartier SaintFrançois à l'organisation de la fête, fut enterrée par la Libre Pensée avec la ceinture aux couleurs nationales qui avait orné son corsage le 14 juillet (Le Havre, 23 janvier 1882).

32 Le Havre, 14 et 15 juillet 1885.

33 André Siegfried, Mes souvenirs d'enfance, p. 75-76.

34 Deuxième bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, AMH, FC, R2 31.

35 Lettre de Constantin Bazan au maire, 6 février 1869, AMH, FC, R2 31.

36 Lettre de Constantin Bazan au maire, 3 mars 1869, AMH, FC, R2 31.

37 Lettre de Jules Siegfried au maire, 1er août 1876, AMH. FC, R2 31.

38 Brochure de la bibliothèque populaire de Graville, [1874], ADSM, 4 T 15.

39 La plus ancienne bibliothèque datait de 1847 et la plus récente de 1860. Cf. Réponse de la Société Saint-Vincent-de-Paul au maire, [1873], AMH, FC, R1 9.

40 Tableau des bibliothèques populaires, AMH, FC, R1 9.

41 Réponse à une enquête de l'administration municipale, [1873], AMH, FC, R1 9.

42 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, Le Havre, 1876, AMH, FC, R2 31.

43 On retrouve ailleurs le même écart entre les intentions des fondateurs et les pratiques des lecteurs. Cf. Pascale Marie, « La bibliothèque des Amis de l'instruction du IIIe arrondissement », P. Nora dir., Les Lieux de mémoire, t. 1, La République, p. 323-351.

44 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

45 Ibid.

46 Lettre de Frédéric Mallet au maire, 3 juin 1892, AMH, FC, R2 31.

47 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'Enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

48 Ibid.

49 Dossier de Légion d'honneur, 1913, AN, Fld III 335.

50 Monographie de la Société d'enseignement scientifique par l'aspect rédigée par Serrurier, 1889, AMH, FC, R2 39.

51 La société finira même par être reconnue d'utilité publique en 1892 (Décret du 14 décembre 1892, AMH, FC, R2 39).

52 Le Havre, 22 décembre 1880.

53 Ibid.

54 Monographie de la Société d'enseignement scientifique par l'aspect, 1889, AMH, FC, R2 39.

55 Ibid.

56 L'exemple havrais sera imité un peu partout en France où se multiplieront, à la fin du XIXe, des sociétés similaires. Au Havre, la société continuera ses activités jusqu'en 1939, tout en réorientant, dans l'entre-deux-guerres, ses activités vers l'éducation musicale (J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, p. 269).

57 Lettre du maire au sous-préfet, 22 février 1879, AMH, FC, R2 37.

58 Lettre de Th. Courché au maire, 1er mars 1884, AMH, FC, R1 32.

59 Le Havre, 1er mai 1884.

60 J. Legoy, Cultures havraises..., p. 246.

61 Rapport de Jules Siegfried au conseil municipal, 15 avril 1871, AMH, FC, D1 12.

62 Situation des Ecoles communales au 31 décembre 1876 ; Rapport sur les écoles communales du Havre, 30 novembre 1881, AMH, FC, R1 32.

63 Il fallut attendre qu'une loi du 13 février 1878 autorise la municipalité à percevoir les centimes additionnels indispensables.

64 Jules Siegfried, « L'éducation physique. Discours prononcé à l'inauguration de l'École primaire laïque de Garçons de la rue Frédéric-Bellanger », AMH, FC, R1 31.

65 Ibid.

66 Plan de la façade de l'École de la rue Lavoisier, AMH, FC, M4 10/7.

67 Délibération du conseil municipal du 12 février 1879, AMH, FC.

68 Abbés A. Sauvage et Ad. Mauricé, Un cinquantenaire, 1879-1929. L'École des Frères du quartier Sainte-Marie du Havre, Le Havre, Impr. du Havre-Éclair, 1929, p. 29-35.

69 Statuts du Cercle des instituteurs du Havre, 15 février 1872, AMH, FC, I2 16/5.

70 Lettre de Thiriet, délégué communal, 1er février 1872, AMH, FC, I2 16/5.

71 Délibération du conseil municipal du 11 novembre 1876, AMH, FC.

72 Philippe Manneville, « Jules Siegfried et la création du lycée de jeunes filles du Havre », Études normandes, 1996, no 3, p. 55-63.

73 L'Indépendance havraise, 5 avril 1884.

74 Jules Siegfried, Journal, 7 mars 1876.

75 Liste des sociétés musicales, 1880, AMH, FC, R2 29/13.

76 Cf. Philippe Gumplowicz, Les travaux d'Orphée, 150 ans de vie musicale amateur en France. Harmonie, chorales, fanfares, Paris, Aubier, 1987, p. 28 et 68-69.

77 AMH, FC, R2 29/8, Société chorale l'Union des travailleurs.

78 Rapport du commissaire de police de la 4e section, 9 avril 1864, AMH, FC, R* 29/8.

79 AMH, FC, R2 28/10, Fanfare havraise.

80 Lettre de Victor Libert, directeur de la société, au maire, 15 juin 1884, AMH, R2 29/5.

81 Liste des membres honoraires, 1884, AMH, FC, R2 29/5.

82 AMH, FC, R2 29/4, Cercle musical havrais.

83 AMH, FC, R2 29/6, La Cécilienne.

84 AMH, FC, R2 29/4, Cercle musical havrais.

85 AMH, FC, R2 29/7, l'Union musicale.

86 AMH, FC, R2 28/11, Fanfare gravillaise.

87 AMH, FC, R2 29/11, Enfants de Graville.

88 Lettre au maire du directeur des Enfants de Graville, 23 juillet 1879, AMH, FC, R2 29/11.

89 Délibération du conseil municipal, 23 juillet 1879, AMH, FC.

90 Les « vertus citoyennes de la musique chorale » ont fait l'objet de la réflexion d'Olivier Ihl (La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, p. 323-329).

91 J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, p. 182.

92 AMH, FC, H3 14/8.

93 AMH, FC, H3 14/9.

94 Statuts de la société La Gymnique, 1869, AMH, FC, H3 14/9.

95 Pierre Arnaud, Le militaire, l'écolier, le gymnaste. Naissance de l'éducation physique en France (1869-1889), Lyon, PUL, 1991, p. 97-98.

96 Journal du Havre, 27 octobre 1871 ; AMH 1, FC, H3 15/2.

97 Lettre du bureau de la société au maire, 10 mai 1872, AMH, FC, H3 15/2.

98 Discours non daté de Félix Faure à la Société générale de gymnastique, AN, 460 AP 19.

99 Lettre du président de l'Union havraise de gymnastique au maire, AMH, FC, H3 15/3.

100 Rapport d'activité de la Société de gymnastique du Cercle Franklin, 11 août 1889, AMH, FC, H3 15/8.

101 Le Havre, 28 juillet 1881.

102 Ibid.

103 Rapports des commissaires de police des 5e et 6e sections, 16 novembre 1887, AMH, FC, H3 16/1.

104 AMH, FC, H3 15/9.

105 Ibid., 14 et 15 août 1881.

106 Statuts de la Société havraise de tir, 1871, AMH, FC, H3 14/4.

107 Almanach du Havre, 1875.

108 Echo de l'arrondissement du Havre, 13 mai 1875.

109 Note non datée de la Société havraise de tir, AMH, FC, H3 14/4.

110 Règlement du tir scolaire de l'école communale de la rue Dumé d'Aplemont, 1881, AMH, FC, R1 32.

111 Rapport de Paul Langer au conseil municipal, séance du 17 mai 1882, AMH, FC.

112 Sur ces derniers : P. Arnaud, op. cit., p. 174-195 ; Albert Bourzac, « Les bataillons scolaires en France. Naissance, développement, disparition », in P. Arnaud dir., Les Athlètes de la République : gymnastique, sport et idéologie républicaine (1870-1914), Toulouse, Privat, 1987, p. 41-62 ; Georges Merlier, « Les bataillons scolaires en HauteNormandie et en Loire-Inférieure (1882-1892) », Actes du 9T Congrès national des Sociétés savantes (Nantes, 1972), Section d'Histoire moderne et contemporaine, Paris, CHTS, 1977, t. Il, p. 243-253.

113 Délibération du conseil municipal, 17 mai 1882, AMH, FC.

114 Lettre de Siegfried au préfet, 2 septembre 1882, ADSM, 2 T 119.

115 Rapport de l'inspecteur d'académie du 13 avril 1883 et rapport du préfet du 8 juin 1883, ADSM, 2 T 119.

116 Le Havre, 11 mai 1882.

117 AMH, FC, H3 14/2.

118 Rapport du général commandant la 10e brigade, 5 décembre 1882, ADSM, 2 T 119.

119 Pierre Arnaud, Le militaire, l'écolier, le gymnaste, p. 177.

120 Peter M Rutkofff, Revanche and Revision. The Ligue des Patriotes and the Origins of the Radical Right in France, 1882-1900, Athens-London, Ohio University Press, 1980, p. 32 ; Raoul Girardet, « La Ligue des patriotes dans l'histoire du nationalisme français, 1882-1888 », Bulletin de la Société d'histoire moderne, no 6, avril 1958, p. 3-6 ; Bertrand Joly, Paul Déroulède (1846-1914), Doctorat de l’Université Paris IV, 1996.

121 L'Indépendance havraise, 17 novembre 1883.

122 État civil de Wissembourg ; Le Havre, 27 avril 1888 ; Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres d'Alsace, t. I, p. 190-191

123 Archives municipales de Metz, État civil.

124 État-civil d'Altkirch.

125 Le Havre. 11 mai 1882.

126 Rapport du général commandant la 12e brigade, 29 mai 1886, ADSM, 2 T 119.

127 Rapport d'Henry Génestal au conseil municipal, 13 octobre 1886, AMH, FC, H3 14/2.

128 J. Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, p. 228.

129 C'est sous cette dénomination que les Éclaireurs de France furent agréés par le ministère de la Guerre, le 25 juin 1913. Cf. Christian Guérin, L'utopie Scout de France, Paris, Fayard, 1997, p. 62. Notre comparaison vaut essentiellement pour les E.D.F., dont les fondateurs reprirent par bien des aspects les objectifs des bataillons scolaires.

130 Délibération du conseil municipal, 17 mai 1882, AMH, FC.

131 Rapport d'Henry Génestal au conseil municipal, 13 octobre 1886, AMH, FC H3 14/2

132 AMH, FC, H3 14/3.

133 AMH, FC, H3 15/6.

134 AMH, FC, H3 14/6.

135 Le Havre, 22 et 23 avril 1888.

136 Raoul Girardet, « La Ligue des patriotes... » ; Peter M. Rutkofff, op. cit., p. 46-47.

137 A. Siegfried, Jules Siegfried, p. 51.

138 Jules Siegfried, Journal, 15 août 1868.

139 Ibid.

140 Jules Siegfried, Des cercles ouvriers. A propos des Working men’s clubs d'Angleterre. Mémoire présenté à la Société industrielle de Mulhouse, le 28 octobre 1868, Mulhouse, L.L. Bader, 1868, 22 p.

141 Ibid., p. 17.

142 Ibid., p. 17-18.

143 Jules Siegfried, Journal, 14 novembre 1868.

144 Cf. le rapport d'Achille Pénot à la Société industrielle le 26 janvier 1870, adjoint à l'ouvrage de Siegfried (Des cercles ouvriers...) lors de sa nouvelle édition en 1870 chez Ch. Lahure à Paris.

145 Paul Favre, « Jules Siegfried. Notice biographique », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, t. XXXVIII, no 9, novembre 1922, p. 602.

146 2e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, octobre 1868, AMH, FC, R2 31.

147 Délibération du conseil municipal, 8 octobre 1873, AMH, FC.

148 Jules Siegfried, Les cercles d'ouvriers, conférence faite au Havre le 29 novembre 1874, Le Havre, F. Santallier, 1874, 21 p.

149 En 1896, on comptera un débit de boisson pour 64 habitants ! Cf. Didier Nourrisson, Le buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, p. 98.

150 Lettre d'OEschner de Coninck au maire, 5 mars 1875, AMH, FC, M1 20/4.

151 J. Siegfried, Journal,1 er décembre 1874 et 11 avril 1875.

152 J. Siegfried, Les cercles d'ouvriers, p. 19.

153 8e bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

154 J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 162.

155 J. Siegfried, Les cercles d'ouvriers, p. 13.

156 Ibid.

157 Le Cercle Franklin, son but, ses principes et son règlement, 1875, AMH, FC, M1 20/4.

158 Ibid.

159 Le Havre, 9 et 10 janvier 1876.

160 Catalogue de la bibliothèque du Cercle Franklin, Le Havre, Leclerc, 1885, AMH, FC, M1 20/5.

161 J. Siegfried, Journal, 20 février 1877.

162 Sur les cercles catholiques d'ouvriers au Havre, J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 161. Si on retrouvait dans les statuts du Cercle catholique d'ouvriers, fondé au Havre en décembre 1874, les mêmes soucis moralisateurs (cf. AMH, FC, I2 16/5), la finalité était fort différente : il s'agissait de ramener au catholicisme la population ouvrière.

163 Rapport de la Commission des finances, 21 décembre 1881, AMH, FC, M1 20/4.

164 J. Siegfried, Journal, 20 février 1877.

165 La Cloche illustrée, 13 février 1886.

166 Lettre de Siegfried au maire, 15 septembre 1891, AMH, FC, M1 20/4.

167 Petit Havre, 22 novembre 1919.

168 Discours prononcé par Gambetta au Cercle Franklin, le 25 octobre 1881, AN, 460 AP 1.

169 Discours de Félix Faure devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, [1874], AN, 460 AP 19.

170 Ibid.

171 J. Siegfried, L'éducation dans les écoles communales du Havre, Le Havre, Impr. du journal Le Havre, 1879. p. 21-22 (AMH, FC, R2 31).

172 Notice rédigée par Théodore Courché, 6 avril 1884, ADSM, 4 X 97.

173 Circulaire de Jules Siegfried sur les caisses d'épargne scolaires, 1er décembre 1879, AMH, R2 3I.

174 Discours de Félix Faure devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, [1877], AN, 460 AP 19. Voir aussi ADSM, 4 X 97.

175 Proposition de loi tendant à l'institution d'une caisse spéciale en vue d'aider l'initative privée pour la création d'hôtels de marin, séance du 14 novembre 1886 de la Chambre des députés, AN, 460 AP 13.

176 Délibération du conseil municipal du 1er août 1871, AMH, FC, D1 12.

177 AMH, FC, R1 31.

178 Délibération du conseil municipal du 23 novembre 1872, AMH, FC, R1 31.

179 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 96.

180 AN, Fld III 355 ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 729.

181 AMH, FC, Q4 7, Société havraise des cités ouvrières, 1870-1885 ; Jules Siegfried, Les Cités ouvrières du Havre, Le Havre, F. Santallier, 1871, 28 p.

182 .J. Siegfried, op. cit., p. 10.

183 J. Siegfried, op. cit., p. 22.

184 Jean Legoy, « Les débuts de l'habitat social au Havre. Utopies et réalités au XIXe siècle », RAA VH, no 47, 1988, p. 23-40.

185 Délibération du conseil municipal du 8 février 1888, AMH, FC.

186 Journal du Havre, 10 juin 1891.

187 J. Siegfried, Journal, 23 janvier 1891.

188 Ibid.

189 Sur cette loi : Roger-Henri Guerrand, Propriétaires et locataires. Les origines du'logement social en France (1850-1914), Paris, nelle édit. Quintette, 1987, p. 281-300.

190 Discours prononcé devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, janvier 1872, AN, 460 AP 19. 1872 AN

191 Discours prononcé devant la société de secours mutuels Sainte-Marie, 16 juin 1872, AN, 460 AP 19.

192 Le Havre, 28 et 29 novembre 1880.

193 Discours prononcé lors de l'assemblée générale de la société Saint-Joseph, 30 novembre 1884, AMH, FC, Q1 12/2.

194 ADSM, 4 X 223.

195 Liste des membres honoraires, bienfaiteurs et protecteurs, 1858-1859, ADSM, 4 X 223.

196 La Cloche illustrée, 27 novembre 1886.

197 AMH, FC, Q1 12/1 et 2.

198 Créée en 1869, cette société comptait parmi ses dirigeants Félix Faure.

199 AMH, FC, Q2 3/1.

200 Délibération du conseil municipal du 26 décembre 1872, AMH, FC, D1 10.

201 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 15-16.

202 Lettre de Jacques Louer au maire, 20 novembre 1886, AMH, FC, Q2 3/1.

203 .1. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 62.

204 Ibid., p. 67-68.

205 Ibid., p. 171.

206 Discours de M. Jules Lecesne aux séances des 23 janvier, 26 février, 15, 17, 22 mars et 14 mai, Paris, Librairie des publications législatives, 1877, 129 p.

207 Sur la renaissance d'un mouvement ouvrier : Marcel Boivin, « Le mouvement syndical en Seine-Inférieure au début de la IIIe République », Études normandes, 1979, p. 189-214 ; Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, op. cit., t. 3, p. 163-175.

208 Rapport du commissaire central du Havre, 30 octobre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

209 Bernard H. Moss, Les origines du mouvement ouvrier français..., p. 80. Voir aussi : Georges Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la Troisième République (1875-1940), op. cit., p. 27-28.

210 Déclaration au sous-préfet, 27 septembre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

211 Graveur sur métal, né à Paris en 1818, Chabert avait participé aux journées de juin 1848, puis avait été déporté pour avoir résisté au coup d'État du deux décembre. Dans les années 1860, il avait milité dans les rangs de l'A.I.T. Proche de Gambetta, il avait participé, en 1872, avec Barberet et Dupire à la renaissance d'un mouvement ouvrier. En 1876, il avait commencé à prendre ses distances avec l'ancien député de Belleville et avait soutenu l'idée de candidatures ouvrières distinctes. Cf. DBMOF, t. 11, p. 152-154; Bernard H. Moss, op. cit., p. 79-80.

212 Rapport du commissaire central du Havre, 2 octobre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

213 Ibid.

214 Rapport du commissaire central du Havre, 30 octobre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

215 Discours de Chabert, 11 décembre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

216 Rapport du commissaire central du Havre, 12 décembre 1876, ADSM, 4 M 2 705.

217 Bernard H. Moss, op. cit., p. 51-93.

218 État des chambres syndicales, 24 juillet 1879, AMH, FM, F2 7. On trouvera dans Le peuple du Havre et son histoire de Jean Legoy (t. 3, p. 483), la chronologie précise de la création des chambres syndicales.

219 J. Legoy, op. cit., p. 167-169.

220 Statuts de la Chambre syndicale des ouvriers voiliers, AMH, FC, F2 10.

221 Jean Legoy, op. cit., p. 422-423.

222 Lettre de Desmarets, secrétaire de la Chambre syndicale des ouvriers menuisiers, au sous-préfet, [décembre 1878], AMH, FC, F2 10.

223 Fils de Gustave Cazavan, il avait intégré Polytechnique, puis, après divers emplois était devenu directeur des Chantiers de la Méditerranée au Havre.

224 Jean Legoy, op. cit., p. 166.

225 Lettre des délégués de la commission des ouvriers charpentiers au colonel commandant d'armes, 7 août 1880, AMH, FC, I2 10/1.

226 Rapport du conseil des prud'hommes, [1880|, ADSM, 10 M 7.

227 Réponse de la Chambre syndicale des ouvriers métallurgistes réunis du Havre à l'enquête parlementaire du Groupe des 44, AN, C 3329.

228 Jean Legoy, op. cit., p. 420

229 Claude Willard, Jules Guesde, l'apôtre et la loi, Paris, Editions ouvrières, 1991, p. 34-35.

230 Bernard Moss a montré combien la victoire des « collectivistes » devait être nuancée. Les « révolutionnaires authentiques » n'étaient qu'une minorité qui sut dominer les débats et entraîner une majorité de délégués encore très marqués par le socialisme coopérateur (op. cit., p. 114). Claude Willard a lui insisté sur l'hétérogénéité de la coalition qui triomphe – les marxistes y côtoient les réformistes broussistes ou les anarchistes – et son caractère d'« infime avant-garde » (op. cit., p. 35).

231 M. Boivin, art. cit., p. 197-199.

232 Bernard Moss, op. cit., p. 116-117. Nous n'en conclurons pas pour autant que les ouvriers républicains n'étaient plus qu'une « majorité artificielle recrutée par les agents du gouvernement » (p. 119) ! C'est faire bon compte des idéaux des dirigeants ouvriers qui refusaient la voie révolutionnaire, et pratiquer une lecture de l'Histoire où tout modéré ne peut être qu'un traître à la classe ouvrière.

233 Rapport du commissaire spécial, 15 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.

234 Rapport du brigadier-chef Balbu, 14 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.

235 M. Boivin, op. cit., p. 195.

236 Discours de Lyonnais du 13 novembre 1880, Le Havre, 14 et 15 novembre 1880.

237 Le Havre, 21 et 22 novembre 1880.

238 Rapport du commissaire spécial, 15 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.

239 Rapport du commissaire spécial, 16 novembre 1880, ADSM, 4 M 2 705.

240 J. Legoy, op. cit., p. 174-175.

241 Le Havre, 23 novembre 1880.

242 J. Legoy, op. cit., p. 177.

243 Jean Legoy, op. cit., p. 424-427.

244 Lettre du commissaire central au maire du Havre, 21 septembre 1883, ADSM, 10 M 332.

245 Jean Legoy avance les chiffres suivants : 2 000 en 1880, 734 au 1er janvier 1883, 942 en 1884, année de la loi Waldeck-Rousseau (op. cit., p. 190).

Abbildungsverzeichnis

Titel Graphiques 3, 4 et 5. La répartition des enfants scolarisés dans les écoles publiques par type d'établissement (1867-1881)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7879/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 180k
Titel Figure 10. L’école de la rue Lavoisier
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7879/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 532k
Titel Figure 11. Les plans du Cercle Franklin
Bildunterschrift Source : AMH, FC, M 20/4
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7879/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 296k
Titel Figure 12. Plan d’un groupe de deux maisons de la Cité havraise
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7879/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 164k
Titel Figure 13. La cité Desmallières : façade d'une maison (état actuel)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7879/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 250k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540