Version classiqueVersion mobile

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Troisième Partie. Le Havre forteresse de la République

Chapitre 2. Les républicains et la question religieuse

Texte intégral

1L'étude des hommes indique la variété des parcours. Le parti républicain devint majoritaire parce qu'il sut intégrer des militants issus de milieux sociaux fort différent. Sa force vint aussi de la diversité des opinions philosophiques et religieuses, le dénominateur commun étant le refus d'une Église catholique qui venait de faire du Syllabus sa doctrine.

1. Protestantisme et républicanisme

  • 1 Voir sa préface à l'ouvrage de Roger Lévy (Le Havre entre trois révolutions, op. cit.).
  • 2 Journal du Havre, 17 septembre 1889.

2Les observateurs de la vie politique havraise au XIXe siècle ont souvent noté l'importance du protestantisme. Pour André Siegfried ou Gustave Monod1, il expliquerait le libéralisme de la Porte océane et son républicanisme modéré. Les adversaires des républicains les ont parfois dénoncés comme des représentants de la « secte protestante ». À l'intérieur même du parti, l'accusation de cléricalisme huguenot a été utilisée comme argument électoral à l'encontre de Jules Siegfried. A la veille des élections législatives de 1889, le Journal du Havre, organe républicain modéré, dénonçait vivement le prosélytisme, dont se serait rendu coupable le député du Havre : « Ce n'était pas un député que les électeurs de la Seine-Inférieure avaient nommé, mais un prélat calviniste, sectaire comme un membre de la sainte Inquisition »2.

  • 3 Voir à ce sujet : André Encrevé, Protestants français au milieu du XIXe siècle, les réformés de 184 (...)
  • 4 Un bon exemple de cette tendance est la contribution de François-Georges Dreyfus au colloque sur le (...)
  • 5 Ce qui est d'ailleurs une simplification. Pour Jacqueline Lalouette (La libre pensée en France, 184 (...)
  • 6 André Encrevé, Les Protestants en France de 1800 à nos jours : histoire d'une réintégration, Paris, (...)
  • 7 Philip Nord, The Republican Moment. Struggles for Democracy in Nineteenth Century France, Cambridge (...)

3La question des liens entre protestantisme et républicanisme est un passage obligé de l'historiographie3. Le rôle d'un certain nombre de protestants dans les débuts de la Troisième République est bien connu : il suffit de citer Ferdinand Buisson, William Waddington, Charles de Freycinet, Henri Martin, Félix Pécaut ou Auguste Scheurer-Kestner. En 1879, le ministère Waddington ne compta, il n’est vrai que durant vingt-quatre heures, pas moins de cinq ministres protestants sur neuf. La tendance des travaux les plus récents a été parfois de minimiser ces liens entre protestantisme et républicanisme4. Claude Nicolet a noté « l'éloignement des républicains pour un protestantisme même libéral » et a insisté sur l'exemple de Ferdinand Buisson qui, protestant libéral sous le Second Empire, évolua ensuite vers le déisme5. En contrepoint, la thèse d'André Encrevé a, elle, conclu à une fixation républicaine de l'électorat protestant postérieure à 1870. Le vote protestant serait lié à la question de l'anticléricalisme. C'est sous l'Ordre moral, quand anticléricalisme et défense de la République sont allés de pair, que les protestants seraient devenus durablement républicains. Avant, seule une partie d'entre eux l'était, même si un glissement avait commencé à la fin de l'Empire6. Dernier en date à se pencher sur cette question, Philip Nord a vu dans le combat des protestants libéraux au sein de l'Église réformée l'occasion d'un apprentissage de la mobilisation démocratique. L'Empire, qui avait, au départ, favorisé le mouvement libéral face à un consistoire parisien dominé par la personnalité de Guizot, aurait creusé sa propre tombe : ayant pris goût à la liberté du suffrage, au droit de s'autogouverner, bref à la démocratie, une partie des protestants auraient glissé vers le républicanisme7.

  • 8 Frédérick de Coninck, L'Église réformée de France et l'Église du Havre, Le Havre, Alphonse Lemale, (...)

4L'exemple du Havre permet de reprendre les termes du débat. La communauté protestante y était peu nombreuse numériquement, mais très présente chez les négociants. Ses effectifs avaient augmenté parallèlement à la croissance démographique de la ville. La renaissance du culte datait de 18168. À cette date, plusieurs chefs de familles protestantes, négociants de profession, décidèrent de faire appel à un pasteur de Genève. Parmi eux, on peut noter la présence de Michel Delaroche et d'un Étienne Delessert, parent du régent de la Banque de France. C'est en 1821 que la communauté protestante du Havre fut officiellement reconnue comme section de l'Église consistoriale de Bolbec. Puis, par un décret du 10 novembre 1852, l'Église réformée du Havre fut érigée en Église consistoriale. Le nouveau temple fut inauguré en décembre 1862.

  • 9 Elles ont été déposées aux Archives départementales de la Seine-Maritime (série 56 JP).
  • 10 Tableau statistique de l'Église protestante du Havre de 1833 à 1853, ADSM, 56JP6.
  • 11 Philippe Manneville, « Les négociants protestants havrais en 1855 », Annales de Normandie, mai-juil (...)

5Les archives de l'Église réformée du Havre9 ne nous permettent, malheureusement, de connaître le nombre de fidèles que pour la première moitié du siècle : ils étaient 500 en 1833 et 2 200 en 1853, soit une augmentation de 340 % en 20 ans10. Le recensement effectué en 1854 donne, lui, 2 870 protestants réformés, auxquels il conviendrait d'ajouter les quelques Havrais luthériens, d'origine allemande, ou anglicans, d'origine anglaise11. La forte croissance de la communauté réformée a continué dans la seconde moitié du XIXe si l’on en croit la courbe des baptêmes : ils sont au nombre d'une cinquantaine par an vers le milieu du siècle, puis oscillent entre 100 et 150 par an dans les années 1870.

  • 12 Si on ne retient que les Français, ils ne sont plus que 35 sur 409, soit 8,55 %.

6Ramenée à l'ensemble de la population havraise, cette communauté restait très minoritaire. Elle ne représentait qu'environ 4,6 % de la population en 1854. Les négociants y tenaient une place de premier ordre. Pour 1855, l'historien havrais, Philippe Manneville, décompte 115 négociants pour 786 hommes exerçant une profession, soit 14,6 %12. Parallèlement, les protestants représentaient un fort pourcentage des négociants havrais : un peu moins d'un tiers, toujours à la même date.

  • 13 Philippe Manneville, « Les protestants étrangers au Havre au milieu du XIXe siècle », Actes du 101e(...)
  • 14 Délibération du conseil municipal attribuant un nom de rue au docteur Gibert. 11 mars 1908, ADSM, 4 (...)
  • 15 Dossier pour l'attribution de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 402.

7Cette communauté était formée d'horsains. Parmi les négociants, pas un n'était d'origine havraise. Les étrangers étaient nombreux. En 1855, on pouvait décompter 1 752 protestants réformés français (61 %) pour 1 118 étrangers (39 %)13, sans compter les luthériens, anglicans et autres. La tendance était à faire souche, comme nous avons pu le voir à travers l'exemple de quelques grandes familles libérales. Les origines géographiques étaient très diverses : les protestants havrais venaient de Suisse, d'Allemagne, entre autres de Bavière, du Bade et du Wurtemberg, mais aussi de Grande-Bretagne, des États-Unis ou du Danemark. Quelques-uns appartenaient à des familles qui avaient quitté la France après la révocation de l'Edit de Nantes et étaient revenues depuis. Leur qualité de descendants de réfugiés pour cause de religion leur avait permis d'être réintégrés dans la nationalité française. C'était le cas du docteur Gibert, fondateur du Bureau municipal d'hygiène et ami de la famille Siegfried, ou de Paul Langer. Né en Suisse, à Saligny, le 6 mars 1829, Gibert avait été réintégré dans la qualité de français le 5 avril 187214. Né le 10 juin 1832 à Ingouville, Paul Langer était le descendant d'une famille expatriée en Prusse15. Son père, Daniel François, était né à Francfort-sur-le-Main, le 28 septembre 1801. Négociant, il s’était installé au Havre et y avait fondé, vers 1835, La Ligne régulière de Paquebots, qui devint plus tard la compagnie des Chargeurs réunis. Paul, consul de Prusse jusqu'à la guerre, fut reconnu français en 1871. Parmi les familles originaires de l'hexagone, les Alsaciens-Lorrains étaient nombreux. Contrairement à une idée reçue, beaucoup s'étaient installés au Havre bien avant 1871. Les Roederer ou les Siegfried en sont la meilleure preuve. Sinon, on trouvait des familles originaires de toute la France.

  • 16 Charles Bost, Récits d'histoire protestante régionale pour servir de complément à l'histoire des pr (...)

8Cette communauté, comme tant d'autres, était divisée par la querelle entre évangéliques et libéraux. Dès 1834, une Société évangélique avait été fondée, succédant à une Société américaine qui entretenait des pasteurs missionnaires. Elle avait fait appel à un pasteur suisse et ouvert à Ingouville une chapelle avec le soutien de négociants protestants parents ou proches de la famille Monod16. Les nominations du pasteur Henri Amphoux, de tendance évangélique, en 1854, puis du pasteur Ernest Fontanès, adepte du libéralisme, en 1856, avaient divisé durablement la communauté réformée en deux camps. En 1859, Amphoux avait démissionné de la présidence du Consistoire et du Conseil presbytéral pour protester contre l'inscription sur le registre paroissial de personnes n'ayant pas justifié par un certificat qu'elles appartenaient à l'Église réformée, et n'ayant pas déclaré qu'elles fréquentaient le culte. Il reprochait, en fait, aux libéraux de chercher à gonfler les effectifs à leur avantage en inscrivant des personnes qui ne fréquentaient guère le temple.

  • 17 Alliance évangélique du Havre, ADSM, 56JP6. Charles Bost, op. cit., p. 199.

9En 1870, la crise interne s'amplifia : les évangéliques décidèrent la création d'une Alliance évangélique du Havre aux visées internes aux côtés de la Société évangélique tournée vers l'extérieur. L'arrière-plan était la préparation du synode national de 1872. Étaient critiqués les prêches rationalistes du pasteur Fontanès et la suppression de la liturgie du Symbole des Apôtres. Ayant créé leur propre structure, les évangéliques décidèrent d'organiser une prédication parallèle chaque dimanche matin dans la chapelle américaine, alors que jusqu'ici le culte y avait lieu l'après-midi ce qui permettait d'assister aussi au culte du temple le matin17. Ils firent appel à des prédicateurs parisiens, tel Pressensé. En 1881, l'Alliance évangélique se transforma en une société anonyme pour pouvoir acquérir la chapelle américaine. Le président de cette société était le négociant Frédéric Mallet.

10Une fois la communauté protestante rapidement présentée, il nous reste à revenir à notre interrogation de départ : quelle fut son attitude politique ? Joua-t-elle un rôle majeur dans le triomphe des idées républicaines ? Raisonner ainsi serait trop simple. À première vue, les protestants havrais n'eurent pas de régime de prédilection. On peut repérer des protestants du côté du pouvoir en place sous tous les régimes. Leur engagement politique se fit, le plus souvent, autour des mêmes idées.

11Nous avons vu qu'une première génération s'était engagée dans les rangs de l'opposition libérale sous la Restauration, avait participé à 1830, puis salué l'avènement de la monarchie de Juillet, avant d’en accepter le tournant répressif. La figure de Michel Delaroche est représentative de cette attitude. Dès cette époque, l'engagement politique des négociants protestants pencha du côté du libéralisme tant politique qu'économique. Ce libéralisme se teinta d'esprit philanthropique. Michel Delaroche fut un des fondateurs de la Caisse d'épargne du Havre, à l'image de son parent Benjamin Delessert, fondateur en France des Caisses d'épargne.

12C'est sous la Seconde République qu'une seconde génération s'engagea dans les rangs des républicains modérés. Nous avons évoqué plus haut les figures d'Auguste Dollfus, Auguste Brostrom ou Édouard de Boisgérard. D'autres protestants, les familles de Coninck et Monod, apportèrent leur soutien à Cavaignac. Le seul militant républicain convaincu fut Brostrom, ancien de 1830. Chez les autres, dominait la volonté de clore l'ère des révolutions grâce à la mise en place d'une République modérée.

13Le Second Empire n'entraîna pas de refus systématique : des protestants siégèrent comme conseillers municipaux. Ce fut le cas, dès 1853, de Frédéric de Coninck, Auguste Dollfus ou Haussmann. En 1860, participaient au conseil F. de Coninck, A. Dollfus, Henri Delaroche ou Édouard Winslow. À l'opposé, les protestants furent peu nombreux parmi les premiers républicains qui relevèrent la tête. Sur la liste d'opposition, en 1865, on n'en comptait qu'un, Auguste Brostrom. En 1869, il fut rejoint par Louis Gavard, ancien teinturier. Les grands noms du protestantisme n'apparurent que plus tard au conseil municipal : c'est en août 1870 que furent élus Jules Siegfried, Charles Auguste Trocmé et Alfred Letellier. En avril 1870, aucun protestant n'avait participé au Comité antiplébiscitaire.

  • 18 MonaOzouf, L'École, l'Église et la République, Paris, A. Colin, 1982, p. 15-52.
  • 19 Rapport du préfet Lizot du 16 février 1874, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

14Il fallut attendre le 4 Septembre pour que la majorité des réformés havrais commencent à afficher leur attachement à Marianne. Ils le firent en soutenant le Centre gauche. Parmi les 34 membres du bureau du Comité républicain conservateur, on pouvait décompter 14 protestants, dont Henri Meurdra, Frédéric Mallet, Jacques Courant, Édouard Westphalen, Édouard et William de Coninck, Ernest Siegfried. Leur ralliement s'expliquait par l'idée qu'il était enfin temps de clore le débat, typiquement français, sur la forme du régime. Toute tentative de revenir en arrière risquait de rouvrir le cycle révolutionnaire, comme l'avait montré la Commune. À cette analyse, que n'aurait pas reniée Thiers, s'ajoutaient des préoccupations plus propres aux protestants. Dominée par la droite, l'assemblée élue en 1871 était soucieuse de défendre les intérêts de l'Église catholique. Le débat scolaire et la lutte pour la laïcité prirent vite une importance considérable18. La majorité des protestants ne pouvaient accepter un ordre moral s'appuyant sur le clergé catholique. La participation de nombre d'entre eux à la Ligue de l'enseignement montrait leur souci de promouvoir l'instruction du peuple et de l'arracher à l’influence du clergé. À la fin du Second Empire, le président de la Ligue était Jules Siegfried et son trésorier Charles Kablé. Les réformés se trouvèrent rejetés dans le camp des défenseurs d'une République qui plaçait en tête de ses préoccupations la question scolaire. Cette attitude, si elle fut majoritaire, ne fit pas l'unanimité. Parmi les adjoints de Bigot de la Robillardière, nous avons noté la présence d'un réformé, le courtier Louis Pochet. Il était le petit-fils de Michel Delaroche et le préfet l'étiquetait « légitimiste »19.

  • 20 Pour 1854, Philippe Manneville arrive à 29 % de protestants réformés parmi les négociants havrais h (...)

15Une fois le régime en place, les protestants s'intégrèrent aux notables républicains. Sur un total de 128 élus républicains aux conseils municipal, d'arrondissement ou général, de 1865 à 1890, 21 furent protestants, ce qui est bien plus que leur pourcentage parmi la population. Conclure à une surreprésentation, liée à l'appartenance religieuse, serait, pourtant, aller trop vite. Parmi les 21, 12 appartenaient au monde du négoce. Nous avons vu que les négociants, armateurs ou courtiers occupaient la première place parmi les élus républicains. La forte présence de protestants pourrait trouver tout simplement là son explication : ces 12 réformés représentaient un tiers des 36 négociants du conseil, ce qui correspond approximativement au pourcentage de protestants parmi les négociants havrais20.

16Si surreprésentation il y eut, c'est plutôt des négociants et industriels parmi les protestants républicains. Ils représentèrent près des deux tiers des élus protestants. La plupart des grandes familles protestantes du Havre eurent un de leurs membres siégeant, à un moment ou à un autre, au conseil municipal sous la Troisième République. Nous avons évoqué plus haut les figures de Jacques Courant, Charles Kablé, Julien Monod, Paul Langer ou Paul Léon Roederer. Leur présence parmi les notables de la ville ne faisait que continuer une tradition remontant à la monarchie de Juillet. Cela étant, tous les élus protestants ne furent pas des négociants. On peut noter, aussi, la présence de trois commerçants, deux médecins, un rentier, un ingénieur et un employé.

17Ce rapide aperçu de l'attitude politique des protestants havrais pourrait conduire à clore la question des liens entre protestantisme et républicanisme. On peut trouver des protestants engagés sous tous les régimes, à l'exception de la Restauration. C'est leur position sociale, d'une part, et leur libéralisme, d'autre part, qui donnent une cohérence d'ensemble à des attitudes politiques divergentes. À l'instar de Siegfried à la fin des années 1860, la plupart des protestants se sont désintéressés de la forme du régime. Ils ont attendu des différents gouvernements le respect de la tolérance religieuse et des libertés. Liés souvent au monde du négoce, ils ont été prêts à soutenir tout pouvoir qui assurait la prospérité économique et favorisait la liberté commerciale. Arrêter là l'étude des liens entre protestantisme et républicanisme serait, pourtant, une erreur. Même s'ils ne firent pas partie des républicains de la veille, à l’exception notable de Brostrom, les protestants havrais donnèrent au républicanisme de la cité maritime une coloration particulière qui mérite d'être analysée.

  • 21 2e Bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, 1870, AMH, FC, R2 31.
  • 22 Almanach du Havre, 1875.
  • 23 8e Bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l’enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

18Un premier trait, déjà évoqué, fut leur intérêt pour les questions scolaires. Ils n'étaient, évidemment, pas les seuls, mais leurs intentions divergèrent parfois de celles des autres républicains. Ils furent très présents parmi les fondateurs de la Ligue de l'enseignement, mais aussi des bibliothèques populaires. Au sein de la Ligue, leur poids ne cessa de croître. En 1870, sur les trente membres du conseil d'administration, sept étaient protestants21. En 1875, ils étaient neuf, dont le président, le vice-président et deux secrétaires adjoints22. Un an plus tard, on en comptait onze grâce à l'élection d'Œchsner de Coninck et du pasteur Frank Puaux23. Parmi les nombreux souscripteurs de la Ligue, on pouvait noter la présence des deux pasteurs, Amphoux et Fontanès, et de la plupart des grandes familles protestantes de la côte, notamment les Campart, Courant, de Coninck, Delaroche, Koechlin, Langer, Latham, Mallet, Monod, Roederer, Siegfried, Winslow ou Westphalen.

  • 24 Catalogue de la Bibliothèque de circulation de la Société d'instruction mutuelle, 1866, ADSM, 4 T 1 (...)
  • 25 Correspondance de Frédéric de Coninck et du maire, septembre 1865, AMH, FC, R1 9 ; Lettre de Frédér (...)
  • 26 Noë Richter, « Les bibliothèques populaires et la lecture ouvrière », Histoire des bibliothèques fr (...)
  • 27 Catalogue de la Bibliothèque populaire de Coninck, AMH, FC, R1 9.
  • 28 Lettre de Jules Siegfried au sous-préfet, 2 octobre 1874, ADSM, 4 T 15.

19Leur rôle fut tout aussi important dans la mise en place de bibliothèques populaires. Parmi les souscripteurs de la bibliothèque de la Société d'instruction mutuelle, étudiée plus haut, on notait la présence du pasteur Fontanès et de nombreux négociants protestants tels Richard Bowes, Nicolas Brehm, Auguste Campart, Henri Delaroche, Henry Génestal, Alfred Letellier ou les frères Siegfried24. À la même époque, Frédéric de Coninck créa sa propre bibliothèque populaire dans un local qui lui appartenait, 21 rue Ancelot, suite au refus du maire de lui accorder une salle25. 11 plaçait cette initiative sous les auspices de la Société Franklin, fondée en 1862 par la grande bourgeoisie, souvent protestante, pour propager les bibliothèques populaires en France26. Sur les onze fondateurs-souscripteurs, six étaient protestants27. Quand, dans les années 1870, la Ligue de l'enseignement décida, à son tour, de multiplier les bibliothèques populaires, les protestants havrais furent parmi les donateurs les plus généreux. Une partie des livres de la Bibliothèque populaire de Graville, ouverte en 1873, fut ainsi donnée par Frédéric de Coninck et Jacques Siegfried, tandis que Frédéric Mallet faisait la quête parmi le négoce de la Côte28.

20L'intérêt de la bourgeoisie protestante pour l'instruction du peuple la conduisit, aussi, à encourager les cours du soir. Ce fut un des buts du Cercle d’ouvriers Franklin créé par Jules Siegfried et ses proches, en 1876, sur le modèle des Working men's clubs britanniques. Nous y reviendrons.

21L'évocation de ce cercle nous ramène, encore une fois, à la personnalité de Jules Siegfried. Il fut le meilleur représentant de cet intérêt des protestants pour les questions scolaires. Quand, en septembre 1870, il devint adjoint chargé de l'instruction, il ne cacha pas sa joie de pouvoir consacrer son énergie à un vaste programme de réorganisation des écoles du Havre, sur lequel nous aurons l'occasion de nous arrêter.

  • 29 André Siegfried, Jules Siegfried (1837-1922), p. 29.
  • 30 Philippe Maffre, « Jacques Siegfried, patron de l'enseignement commercial supérieur », R.H.M.C., 19 (...)
  • 31 J. Siegfried, Journal, 2 novembre 1866.

22Si la bourgeoisie protestante ne partagea pas seule ce goût pour les questions scolaires, elle y apporta des traits qui lui étaient propres et qui influencèrent la façon dont les républicains havrais traitèrent ces problèmes. Une première explication de l'attitude du négoce protestant, souvent avancée, est d'ordre économique. Derrière un discours qui ne manquait pas une occasion de faire l'éloge des bienfaits de l'instruction se seraient cachées des motivations bien plus terre à terre. Le but essentiel aurait été de donner au négoce et à l'industrie havrais la main-d'œuvre qualifiée et disciplinée dont ils avaient besoin. Même si elle apparaît bien manichéenne, cette thèse ne peut être rejetée d'emblée. Les arguments en sa faveur sont nombreux. Il suffit de songer à l'insistance avec laquelle Siegfried et ses proches se firent les promoteurs des écoles d'apprentissage et manifestèrent un certain mépris pour les humanités. André a évoqué le peu d'intérêt de son père pour la vie de l'esprit : « Quant à la vie intellectuelle, encore qu'il la respectât (...), c'était à ses yeux un domaine secondaire, qui lui demeurait largement étranger29. » La création par Jacques et Jules Siegfried de l'École de commerce de Mulhouse, en 1866, puis par Jules de celle du Havre, en 1871, répondait à des motivations économiques : donner au négoce les employés dont il avait besoin30. Rendant compte dans son journal d'une visite à l'École de commerce de Mulhouse, Jules Siegfried insistait sur ce refus de toute abstraction : « J'assiste souvent aux cours ; il faut en effet, surtout dans le début, surveiller de très près la manière dont les leçons sont faites, car il ne faut pas que les professeurs fassent de la théorie et qu'ils enseignent des choses inutiles à un négociant ; il faut que leurs cours soient extrêmement pratiques et qu'ils fassent non pas des savants, mais des négociants connaissant à fond tous les détails des affaires »31. C'est le même état d'esprit qui motiva la création d'une École industrielle ou d'une École d'apprentissage de garçons.

  • 32 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère, son histoire, ses causes et ses remèdes, Le Havre, Poins (...)
  • 33 Catalogue et règlement de la bibliothèque populaire de Saint-Romain-de-Colbosc, 1879, ADSM, 4 T 15. (...)

23S'arrêter là serait très réducteur. Pour les élites protestantes, le but essentiel de l'instruction était moralisateur. Elle n'avait de sens que comme moyen d'éducation. Chez Jules Siegfried, les deux mots n'étaient pas interchangeables. L'éducation, c'était aller plus loin, comme il l'expliquait dans un petit livre publié en 1877 et intitulé Quelques mots sur la misère, son histoire, ses causes et ses remèdes : « il ne suffit pas de savoir gagner son pain quotidien, il faut encore la force nécessaire pour lutter contre les mauvaises passions, les vaincre et marcher dans la voie du bien ; or c'est là la tâche de l'éducation »32. Ce souci moralisateur était constant. Reprenons l'exemple des bibliothèques populaires : leur objectif était de mettre à la portée de tous des ouvrages pratiques – on y trouvait de nombreux livres devant permettre de se former professionnellement-, mais aussi et surtout de donner accès au « bon livre », ainsi défini : « Sur les rayons, ils [les initiateurs des bibliothèques populaires] ont voulu qu'on plaçât le livre populaire. N’entendez pas, par ces mots, quelque publication laide dans la forme, souvent misérable dans le fond, provocante par le titre, séduisante par le prix infime ; non ce n'est pas là le livre du peuple, c'est le mauvais livre. Le livre populaire, c'est celui que dicta le cœur et qu'inspira le génie, celui que le père laisse sans crainte sur la table de travail et que la mère lit joyeusement avec son enfant. Le livre populaire, c'est celui que ne souille aucune parole déshonnête et que ne ternit aucun mensonge, c'est le livre du devoir et de la vérité. Le livre populaire, ce n'est pas celui qui naît de la pensée d'un jour ou du rêve d'un instant, c'est le livre dû aux longues veilles et aux nobles travaux, c’est le livre qui résume souvent toute une vie »33.

  • 34 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 139.
  • 35 J. Siegfried, Journal, 27 janvier 1872.
  • 36 Ibid., 16 mars 1873.
  • 37 J. Siegfried, Rapport sur les écoles primaires et les salles d'asile du Havre, J871-1872, Le Havre, (...)
  • 38 J. Siegfried, Journal, 27 janvier 1872.

24Cela différenciait les protestants des autres républicains, entre autres des francs-maçons, qui, dans la lignée des Lumières, concevaient plutôt l'école comme un moyen d'émancipation des consciences. Quand se posa la question de la laïcité, la différence fut nette. Pour Jules Siegfried, la laïcité n’était pas synonyme d'une école « sans Dieu », mais d'une école sans clergé catholique. L'éducation ne pouvait avoir pour fondement qu'une morale religieuse : « cette éducation doit avoir pour base la morale et la religion, non pas une religion de forme, mais une religion agissante, ne se bornant pas à une foi aveugle et superstitieuse, mais possédant une foi vivante, formée par des convictions personnelles, résultant de l'étude de la parole de Dieu et du cœur humain »34. Ainsi définies, la morale et la religion ne faisaient plus qu'un : « Il y a donc lutte entre ces deux mots – morale et religion. – Or, je soutiens qu'ils ne font qu'un. Ils ont malheureusement été dénaturés, exagérés et sont devenus la morale indépendante et le catholicisme, au lieu de rester la morale pure qui se confond avec la religion du Christ, le vrai christianisme indiqué par les Évangiles. Il me semble donc que la morale et la vraie religion chrétienne sont inséparables et devraient entrer dans l'enseignement »35. Ces quelques lignes étaient fort éloignées de la pensée de nombreux républicains, de plus en plus détachés de la religion. À la même période, se multipliaient au Havre les enterrements civils. Dans son Journal, l'adjoint aux écoles revient plusieurs fois sur un thème qui lui était cher, la nécessité d'apprendre à lire aux jeunes Français pour qu'ils puissent comprendre la Bible. L'instruction permettra non de délier les consciences de la religion, mais d'éloigner le peuple de l'ultramontanisme et d'établir une « nouvelle religion, basée sur le christianisme des premiers siècles »36. Ce refus d'une école sans Dieu le conduisit à prévoir, dans son Rapport sur les écoles primaires, vaste programme qu'il s'était fixé comme adjoint, une place importante pour l'enseignement de la morale : « L'enseignement de la morale est de tous les jours et de tous les instants dans une école bien dirigée »37. Chaque début et fin de demi-journée devait commencer par la récitation de prières. Dans son journal, Siegfried rêvait même d’imposer à l'école l'étude des Évangiles : « Les Évangiles pourraient parfaitement être lus, étudiés et appris par cœur dans les Écoles, ils sont reconnus et adoptés par toutes les sectes du christianisme, aussi bien les orthodoxes que les protestants, et sont le plus beau code de morale du monde »38.

  • 39 Mona Ozouf, op. cit., p. 74-80 et 113-121 ; Jean-Marie Mayeur, « Laïcité et idée laïque au début de (...)
  • 40 Jules Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 174.

25On connaît le débat qui opposa en 1881 Jules Simon et Jules Ferry sur la nécessité ou non de maintenir l'enseignement à l'école des devoirs envers Dieu39. L'exemple du Havre montre que Jules Simon n'était pas isolé : pour de nombreux protestants, par ailleurs républicains, la morale ne pouvait être détachée de toute référence à une divinité. Pour Siegfried, cette morale devait avoir pour point d'appui la Bible. Cela le conduisit, dans son ouvrage de 1877 sur la misère, à faire l'éloge des écoles privées protestantes où il scolarisa ses propres enfants. Constatant que l'État avait un devoir de neutralité religieuse et qu'une éducation sans religion était incomplète, il prenait position pour l'existence, à côté des écoles publiques, d'écoles privées : « Ces écoles qui (...) sont déjà en grand nombre, ont l'avantage de permettre aux personnes qui les fondent, les dirigent ou les surveillent, d'agir sur ceux qui les fréquentent par la morale ou la religion, d'une manière beaucoup plus complète que l'État ne peut et ne doit le faire dans ses Écoles »40. On est loin d'une laïcité faisant de l'État le seul dispensateur légitime de l'enseignement !

  • 41 Délibération du conseil municipal du Havre du 3 août 1881, AMH, FC.

26Cette attitude ne dura qu'un temps. Les protestants havrais choisirent finalement, dès 1881, de laïciser leurs écoles havraises. Le premier motif était économique. Les réformés avançaient, comme explication, le coût de ces écoles pour leur communauté. Quand on a à l'esprit qui les fréquentait, on peut douter que cet obstacle ait été insurmontable. Cette laïcisation était surtout la conséquence de l'évolution générale. Dans la lettre envoyée par le conseil presbytéral du Havre au conseil municipal pour proposer la communalisation, deux arguments ressortaient : la laïcisation des écoles communales ayant mis fin à l'enseignement religieux obligatoire dispensé par les frères, il était désormais possible pour les enfants réformés de les fréquenter ; surtout, « l'intérêt du pays est que tous ses enfants fréquentent les mêmes écoles primaires et que l'instruction religieuse soit remise aux églises, seules compétentes pour la donner »41.

  • 42 J. Siegfried, Journal, 16 mars 1873.

27Un deuxième aspect de l'engagement public des protestants républicains fut la participation à des œuvres philanthropiques : cités ouvrières, bains-lavoirs, sociétés de secours mutuel, Œuvre de l'hospitalité de nuit. Ce sont, sans cesse, les mêmes noms qui reviennent, quand on parcourt les listes de souscripteurs, ceux des grandes familles du négoce protestant havrais. Secourir les pauvres est un devoir que l'on remplit avec soin. C’est une des occupations principales des épouses de négociants. Julie Siegfried y consacrait une partie de ses journées, comme l'explique son époux : « ma chère petite femme est active et fait beaucoup de bien ; elle secourt 30 ou 40 familles, va les visiter à domicile et les reçoit chez nous ; elle fait énormément de bien et vient de fonder un Ouvroir qui réussit parfaitement. De concert avec Mmes Dollfus, Mallet, Lafaurie, Vignier, elles réunissent (sic) chaque jour pendant deux heures et alternativement quelques femmes qu’elles font coudre et auxquelles elles font une bonne lecture. »42 Le souci d'évangéliser les classes pauvres et une certaine émulation avec les milieux catholiques n'étaient pas absents, comme l'indique la suite du journal : « La séance se termine par la lecture d'un chapitre de l'évangile et par une prière. Il paraît que ces braves femmes sont enchantées de tout cela, mais comme elles sont pour la plupart catholiques, les cléricaux hommes et femmes ont poussé les hauts cris et font tout ce qu'ils peuvent pour empêcher les femmes d'y aller. »

  • 43 Cf. Jean Legoy, « Jules Siegfried, homme politique et protestant », Protestants et minorités religi (...)

28Cette philanthropie protestante se caractérisait par la volonté de privilégier la prévention et la moralisation des classes pauvres, rendues en partie responsables de leur sort. L'imprévoyance, la paresse et le cabaret étaient évoqués pour expliquer bien des situations. Les intentions moralisatrices ont imprégné nombre d'initiatives de la municipalité républicaine du Havre à l'époque où Jules Siegfried a été 1er adjoint, puis maire. Cela n'a pas toujours fait l'unanimité au sein des républicains. Certains dénoncèrent un cléricalisme digne de celui des catholiques. Plus généralement, les protestants furent, parfois, accusés de prosélytisme au sein même du camp républicain. On leur prêta des arrière-pensées43. La dénonciation de la coterie de la rue de la Côte devint un poncif de la vie politique havraise jusqu'à nos jours.

  • 44 Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen..., p. 305.

29Ce souci moralisateur de la bourgeoisie protestante et républicaine peut sembler ne pas être pas très original. N'a-t-il pas été commun à une partie des élites du XIXe siècle ? À Rouen, c'est l'ensemble de la bourgeoisie, protestante ou catholique, laïque ou cléricale, qui partage le même attachement à un « patronage nécessaire des classes dirigeantes, riches ou “éclairées”, sur un peuple dont il faut, pense-t-on, surveiller la conduite et encourager les progrès »44. Doit-on y voir un trait de mentalité typique de la bourgeoisie de l'époque, trouvant sa source dans le souci de l'ordre social, ou cette volonté moralisatrice est-elle liée à des préoccupations religieuses ? Si la seconde hypothèse est la bonne, ce qui n'est d'ailleurs pas inconciliable avec la première, les deux pouvant aller de pair, cela suppose tout d'abord de repousser l'idée selon laquelle les républicains protestants se seraient détachés de la religion, glissant vers le déisme.

30Un premier signe de l'absence de détachement est la participation active de nos républicains protestants au grand conflit théologique de la période, celui qui opposait évangéliques et libéraux.

  • 45 Sur celui-ci, dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 415 et AMH, FC, K 29/2 ; D (...)

31Du côté libéral, le chef de file était le pasteur Fontanès45. Né le 31 janvier 1828 à Nîmes, fils de pasteur, Ernest Fontanès avait été consacré en mars 1852, après des études théologiques à Genève, Strasbourg, où il avait soutenu sa thèse, Bonn, Berlin et Heidelberg. Il avait été suffragant à Montpellier, puis fut nommé au Havre en 1856. Il fut chargé de l'instruction religieuse des élèves du lycée, dès 1858, ce qui explique son influence sur de nombreux négociants protestants, et présida le consistoire à partir de 1860. Membre du courant libéral, il défendit ses idées par la parole et l'écrit, collaborant à la Revue du Disciple de Jésus Christ et publiant divers ouvrages, dont Le Christianisme libéral, en 1874. Avec l'accord du consistoire, il omettait, depuis 1869, la lecture du Symbole des Apôtres dans la liturgie, ce qui lui valut d'être interdit de prédication dans les chaires de Paris et Genève jusqu'à sa mort.

  • 46 Rapport du sous-préfet, 9 juin 1881, ADSM, 1 M 415.
  • 47 Ernest Fontanès, Cavour, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1875, 96 p.
  • 48 Ernest Fontanès, Gambetta, Paris, E. Dentu, 1883, 47 p.

32Cette grande figure du libéralisme protestant fut, aussi, un républicain de la veille. Avec une part d'exagération s'expliquant par le souci d'obtenir la Légion d'honneur pour Fontanès, le sous-préfet résumait ainsi son concours à la cause républicaine : « L'influence de M. Fontanès est d'autant plus appréciable qu'elle s'est exercée dans la classe bourgeoise riche, puissante, qui détient au Havre la plus importante part de la fortune commerciale et qui a pris aujourd'hui une place prépondérante dans la représentation et l'administration de la cité. C'est dans ce milieu encore réfractaire sous l'Empire aux idées libérales, et peu enclin aux réformes et aux progrès politiques, que M. Fontanès est parvenu à faire naître des sentiments d'attachement pour le gouvernement de la république et à asseoir l'idée des bienfaits de la démocratie »46. Concrètement, Fontanès apporta son soutien à la Ligue de l'enseignement dès la fin de l'Empire. Il y donna, sous l'Ordre moral, plusieurs conférences. L'une d'entre elles, qui portait sur Cavour, fut interdite à Rouen47. Il ne cacha pas son admiration pour Gambetta à qui il consacra une série de conférences qu'il publia48.

  • 49 Cf la « Déclaration de 265 électeurs inscrits au registre paroissial reconnaissant la régularité de (...)

33Fontanès ne fut pas, loin de là, le seul protestant libéral à prendre fait et cause pour la République. Parmi les autres républicains libéraux, on peut citer Jacques Courant, Victor Boell, Gilles Thuries, Charles Kablé, Auguste Boeswillwald ou Auguste Brostrom, qui siégèrent tous, à un moment ou un autre, au conseil municipal49.

  • 50 Imprimé de l'Alliance évangélique de l’Église réformée du Havre, 31 mars 1870, ADSM, 56 JP 6.
  • 51 Statuts de la Société évangélique du Havre, 4 février 1881, ADSM, 56 JP 6.
  • 52 Le beau-père de Jules, François Puaux, était un défenseur des thèses évangéliques. D’après André (S (...)

34Côté évangélique, les républicains ne furent pas moins nombreux. Parmi les membres de l'Alliance évangélique, fondée en 1870, on trouve Paul Langer, Charles Auguste Trocmé, Jean Lafaurie et Frédéric Mallet50. De même, furent actionnaires de la Société évangélique, créée en 1881 pour acquérir la chapelle américaine et assurer ainsi la pérennité d'un prêche évangélique le dimanche, Jules Siegfried, Henri Jardin, Henri Meurdra ou Julien Monod51. C’est Frédéric Mallet qui présidait le conseil d’administration. Dans le cas de Jules Siegfried, on peut douter d’une attirance personnelle pour les thèses évangéliques. Il montrait peu d'intérêt pour les questions de dogme. Une des rares fois où Siegfried aborde la question dans son journal, en décembre 1874, c'est pour avouer sa perplexité, les arguments des deux camps lui semblant tout aussi convaincants. Il se contente de laisser entrevoir une préférence pour la notion de justification par les œuvres, qu'il trouve mieux défendue par les libéraux. Soucieux d'actions concrètes, Siegfried se reconnaissait mieux dans les idées qui valorisaient l'œuvre humaine, mais avouait sa perplexité devant les libéraux les plus extrêmes, qui niaient la résurrection. C'est l'influence de sa femme, plus pratiquante que lui, qui explique sa présence parmi les souscripteurs de la Société évangélique52.

35Il est donc difficile d'établir un lien entre choix républicain et soutien à I un ou 1 autre camp. On peut, seulement, noter que les admirateurs de Gambetta, Fontanès, Brostrom, Thuries, furent plutôt libéraux. Rien ne serait plus faux que d'en faire une règle exclusive : on trouve aussi, parmi les libéraux, des républicains proches du Centre gauche, tel Jacques Courant ou Auguste Boeswillwald.

  • 53 Inscriptions sur le registre de l'Église protestante du Havre, 56 JP 10.

36L'important est peut-être moins là que dans la participation de la grande majorité des républicains protestants à la vie de leur communauté, ce qui contredit toute idée d'un détachement vis à vis de la religion. Quelqu'un comme Brostrom, républicain dès la Restauration, fut actif au sein de la paroisse réformée jusqu'à sa mort en 1891. Même un franc-maçon comme le journaliste républicain Félix Santallier, membre depuis 1860 de l’Aménité, fondateur en 1867 de l'Union de la paix, finit par se faire inscrire sur le registre paroissial de l'Église protestante du Havre en 187653. Pour les républicains protestants havrais, l'appartenance à la communauté réformée n'était pas simplement un héritage familial, mais s'appuyait sur des convictions religieuses personnelles.

37Cette constatation nous conduit au dernier point à aborder, celui du lien entre la religion et l'engagement public. L'appartenance religieuse explique-t-elle les choix politiques et la volonté moralisatrice des protestants ?

38Essayer de cerner de plus près la nature des relations entre l'engagement public et la foi protestante pose la question des sources sur lesquelles s'appuyer. Soucieux de ne pas être en butte aux critiques des conservateurs catholiques, mais aussi des autres républicains, parfois prompts à les accuser de cléricalisme et d'arrière-pensées prosélytes, les protestants se sont gardés de présenter leur engagement public comme une conséquence de leur foi. Si on en reste à leurs écrits publiés et à leurs propos publics, la recherche ne peut que tourner court, conduisant à la simple constatation d’un refus de toute alliance du trône et de l'autel. Seuls des documents d'ordre privé – livre de raison, journal intime, correspondance – permettent d'atteindre les consciences, de comprendre les fondements spirituels d'un engagement public, même s'il faut tenir compte, cette fois, de la tentation d'édifier les siens en se posant comme exemple pour les générations futures.

  • 54 Thomas Mann, Les Buddenbrook, Paris, Librairie Fayard, 1932. Dans les deux cas, il s'agit de famill (...)
  • 55 Journal, 7 décembre 1870.

39Dans le cas des républicains du Havre, un seul document de ce type nous est parvenu, le Journal de Jules Siegfried, que nous avons eu déjà l'occasion de présenter. Les nombreux passages consacrés à des réflexions morales et religieuses en font un document à part qui fait, parfois, songer à un livre de raison, semblable à celui des Buddenbrook, dans lequel le consul Johann soumet les actes de sa famille au regard de Dieu54. L'auteur y réfléchit sur le sens de son existence et présente ses actions à Dieu, dont il veut faire la volonté. Il écrit pour être lu plus tard par les siens. Quand, lors de la retraite des Rouennais sur Le Havre en décembre 1870, Jules n'eut plus le temps de tenir son journal, c'est sa femme, Julie, qui prit la plume afin de « noter mes impressions et les événements »55.

  • 56 Archives de la F.N.S.P., 6 SI 6, Dr 4.

40La lecture du Journal montre la place centrale que tint la foi dans l'engagement public de Jules Siegfried. Cet aspect a été gommé par André. Le brouillon de sa conférence, tenue en 1937 devant la Société d'histoire de la IIIe République, d'où est issu son livre, permet de comprendre ce parti pris. Il y a écrit : « une religion enfantine : servir Dieu »56. Il y avait tout un monde entre un fils pour qui le protestantisme n'était plus qu'une référence culturelle, et un père qui cherchait à placer ses actes sous le regard de Dieu. La peur que son père apparaisse ridicule devant un auditoire composé de sommités de la République, explique, sans doute, qu'André ait préféré aborder rapidement cette question. Une certaine pudeur a dû faire le reste.

  • 57 Journal, 26 mai 1866.
  • 58 Inscriptions sur le registre de l'Eglise protestante du Havre, 56 JP 10.

41Première remarque, en forme d'évidence, la foi calviniste de Jules était un héritage familial. De son père, Jules conserva une approche personnelle de la religion, où les questions de dogme importaient peu et où le dialogue avec Dieu était quotidien et direct. Dans ses dernières volontés, telles que son fils les a retranscrites dans son Journal, Jacques Siegfried le rappelait : « je ne meurs pas sans religion, mais si cette religion est dégagée des vaines formalités du dogme, elle n'est pas moins sincère, et tous les jours je remercie Dieu, qui représente sur cette terre la bonté, l'amour et la providence... »57. Cette phrase du père pourrait sans mal être attribuée, par la suite, au fils. Celui-ci entretint un rapport direct avec Dieu à qui il s'adressait chaque jour. Il ne participa, par contre, que de loin aux activités de sa paroisse. Ce n'est qu'en 1877, alors qu'il vivait au Havre depuis une quinzaine d'années, qu'il se décida à se faire inscrire sur le registre de l'Église protestante, démarche indispensable pour participer aux élections du conseil presbytéral et du consistoire58.

  • 59 Journal, 16 décembre 1866.
  • 60 Ibid., 15 janvier 1879.

42C'est la Bible qui lui tint lieu de guide. Dégoûté des Écritures par le pasteur qui l'avait formé, il avait retrouvé le goût pour cette lecture dans sa jeunesse. La lecture de la Bible était désormais un exercice quotidien. En 1866, encore célibataire, il la lisait chaque soir59. Marié, il y associa son entourage. Son emploi du temps, en 1879, alors qu'il était maire du Havre, commençait ainsi : « Je me lève à 8h., à 8h.l/2 nous déjeunons en famille après avoir fait un petit culte avec nos enfants et nos domestiques, culte qui se compose de la lecture d'un chapitre de la Bible et d'une prière »60. Par lecture de la Bible, il fallait surtout entendre la lecture du Nouveau Testament, et plus particulièrement des quatre Evangiles, afin de s'imprégner de la vie et de l'enseignement du Christ.

43L'Écriture sainte avait, à ses yeux, un pouvoir de répandre le bien considérable. Quand Siegfried imposait à ses domestiques l'écoute de la Bible, il ne faisait qu'appliquer à domicile un de ses rêves : rendre pour tous l'accès à la parole du Christ possible, afin de moraliser la société. De même que la redécouverte de la Bible avait transformé sa vie, elle devait régénérer ses semblables. Nous avons vu que c'était un des arguments avancés pour promouvoir l'instruction obligatoire. L'apprentissage de la lecture permettrait à chaque foyer le contact direct avec l'Écriture.

  • 61 Ibid., 4 janvier 1880.

44Qu'avait trouvé Siegfried dans les Évangiles ? Quelques idées très simples. L'homme est sur terre pour faire le bien. Cette maxime revient maintes fois sous sa plume. Le 9 octobre 1867, il notait « Ah, dans ce bas-monde il faut se dépêcher de faire le bien pendant qu'on le peut, car la mort peut vous surprendre d'une minute à l'autre, et alors il est trop tard ». Douze ans plus tard, le ton n'avait pas changé : « Je suis de plus en plus convaincu que l'homme doit être ici-bas un ouvrier avec Dieu, et que nous devons travailler avec Dieu à l'amélioration des hommes et des choses, et que notre but doit être la lutte du bien contre le mal et le triomphe définitif du bien »61.

  • 62 Ibid., 1er mars 1876.

45Pour réaliser cette tâche, la Providence a assigné à chacun une place sur terre qui lui permet de participer à l'œuvre divine. Jules Siegfried avait coutume de diviser sa vie en plusieurs parties. Laissons-le parler quand, atteignant la quarantaine, il dressait le bilan de son existence : « Mes quinze premières années ont été consacrées à mon développement physique et intellectuel ; de quinze à vingt-cinq ans j'ai fait un excellent apprentissage commercial et pratique (...) ; de vingt-cinq à trente-cinq j'ai fait mon chemin et conquis une belle fortune et une belle position ; de trente-cinq à quarante j'ai commencé à m'occuper de la chose publique en entrant à la Chambre de Commerce et au Conseil municipal, j'ai fait pendant ces quelques années plusieurs œuvres bonnes et utiles. – Maintenant je suis dans ma quarantième année (...). Il me semble donc que le moment d'appliquer vigoureusement ce que je sais et de faire fructifier les talents que j'ai reçus est arrivé. J'ai, à cet effet, vingt ans devant moi »62.

  • 63 Ibid.

46Ces talents, allusion à la Parabole de l'Évangile, étaient la richesse et l'indépendance qui devaient servir à aider ses semblables : « l'homme indépendant et riche, celui qui n'a plus le besoin de se préoccuper du premier devoir de l'homme – celui de vivre et de faire vivre les siens-, a une tâche plus grande et plus belle encore, il doit travailler à l'amélioration intellectuelle, morale et matérielle de ses semblables »63.

  • 64 Ibid., 22 avril 1874.

47Une vie, ainsi conçue, ne permettait pas seulement d'assurer son salut. On a vu, plus haut, que, même si Siegfried était attiré par la notion de rachat par les œuvres, il ne tranchait pas. Faire le bien, c'était surtout arriver au vrai bonheur. Le devoir n'était pas conçu comme aride et austère. Il autorisait, au contraire, l'accès à la joie sur terre. L'idée revient plusieurs fois sous la plume de Siegfried. En 1874, il définissait ainsi le devoir d'assistance envers ses semblables : « Je suis persuadé que c'est là un des désirs de Dieu, qui voit avec plaisir qu'on l'accomplisse, qui vous bénit en conséquence, et qu'en même temps c'est un des moyens d'être heureux, car on n’est jamais plus satisfait, plus joyeux et plus en train que lorsqu'on sent que l'on fait quelque chose de bon »64.

  • 65 Ibid., 27 octobre 1867.
  • 66 Ibid., 3 décembre 1868.

48Le couple formé avec Julie Puaux était entièrement construit autour de cette idée. Si Jules Siegfried avait choisi cette fille d'un pasteur sans fortune, alors qu'il pouvait prétendre à un mariage bien plus argenté parmi la bourgeoisie mulhousienne, c'est parce qu'elle était habitée comme lui du désir de consacrer sa vie à faire le bien. Le Journal retrace la recherche d'une âme sœur à la fin des années 1860. La femme idéale est celle, qui partagera l'altruisme de son mari. Siegfried imaginait ainsi le futur bonheur du couple65 : « Il me semble que je la brûlerais par la chaleur de mes témoignages d'amour, et puis ce moment d'enivrement passé, sous le charme encore de cette extase, comme il serait doux de penser aux autres (...) ; aux pauvres, auxquels on pourrait donner quelques moments heureux ; aux malades, auxquels on pourrait faire entrevoir la beauté de la vie future ; aux affligés, auxquels on pourrait redonner quelque courage... ». Julie Puaux, rencontrée à l'automne 1868 à Mulhouse et épousée le 2 février 1869 à Alès, comblera ces désirs. Dès les fiançailles, le couple décida de créer, avec l'argent ordinairement employé en cadeaux réciproques, un « Établissement pour former des servantes et recevoir des domestiques sans place »66.

49Faire le bien est donc à la fois un devoir, mais aussi ce qui donne un sens à la vie et permet d'atteindre le bonheur. Ce bien, qui vaut qu'on lui consacre ses années d'homme mûr, en quoi consiste-t-il ?

  • 67 Ibid., 10 novembre 1878.

50Dans le Journal, les citations de l'Évangile sont inexistantes. Une seule phrase revient de temps à autre, extraite de l'Évangile selon saint Matthieu : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Pour Siegfried, elle suffit à résumer le message du Christ. Si se corriger de ses propres défauts importe, c'est loin d'être l'essentiel. C'est aux autres qu'il faut être utile, c’est-à-dire à tous ceux que la Providence a placés au bas de la société et qui connaissent les affres de la misère. Contre le paupérisme, deux remèdes s'imposent la moralisation et l'instruction. Persuadé que l'action individuelle ne pouvait mener très loin et que seule l'action publique permettrait de concrétiser un tel programme, Jules Siegfried souhaita devenir adjoint, maire, puis député. 11 exposait ainsi, fin 1878, son programme, alors qu'il venait de succéder à Guillemard : « ma grande préoccupation (...) est d'être à la hauteur de la tâche que j'ai entreprise, et de profiter de la position que j'occupe pour faire le plus de bien possible. C'est là mon grand désir, et je demande ardemment à Dieu, sans lequel rien n'est possible, d'être avec moi, de me protéger, de me diriger et de me donner la force de réaliser ce que je voudrais faire. Mon ambition serait de passer quelques années à la Mairie du Havre et pendant ce temps d'y organiser d'une manière complète l'instruction primaire et l'assistance sous toutes ses formes. Ce sont là, à mon avis, les deux branches les plus importantes d'une ville »67.

51Ce rapide aperçu de la religion de Jules Siegfried permet de mieux comprendre son engagement politique. Il est, en grande partie, la conséquence d'une foi vécue au jour le jour. Les fonctions de maire, puis de député, sont un moyen de faire le bien. Quant à l'engagement dans le camp républicain, il s'explique par le libéralisme sous-jacent. Il s'agit de permettre à chaque individu par la morale de redevenir maître de son destin.

52L'exemple de Siegfried a donc l'immense intérêt de montrer qu'on ne peut séparer l'homme politique du protestant. Les deux sont indissociables et on ne peut comprendre l'œuvre sociale du maire du Havre, puis du député, sans avoir à l'esprit ses convictions religieuses. Peut-on élargir ce constat aux autres républicains protestants du Havre ? Faute de sources identiques, il est difficile de répondre, mais le souci chez quelques-uns de mener de front des activités paroissiales, philanthropiques et politiques, laisse supposer que les mêmes convictions ont pu exister.

2. Le refus des religions révélées

53L'existence au Havre d'un noyau influent de protestants républicains ne doit pas conduire à omettre les autres formes d'engagement philosophique qui existèrent et dont le dénominateur commun fut le refus de toute religion révélée. Participèrent au mouvement républicain aussi bien la franc-maçonnerie que la libre pensée ou le courant positiviste.

La franc-maçonnerie

  • 68 Chiffre sans doute un peu en deçà de la réalité, puisque nous n'avons pas de liste des membres de l (...)

54Nous avons déjà eu l'occasion de dire quelques mots de la franc-maçonnerie sous le Second Empire. Une fois la République installée, les liens entre les loges du Havre et les élites républicaines locales se renforcèrent. Sur les 131 élus républicains de 1865 à 1890, on compte au moins 27 francs-maçons68, soit un peu plus d'un cinquième. Si tous les républicains ne furent pas francs-maçons, loin de là, ces derniers représentèrent un pourcentage non négligeable. Des trois loges, ce sont les 3 H qui comptèrent le plus d'élus dans leurs rangs – douze-, suivis de l'Aménité – neuf- et de l'Olivier écossais – six–. Ces différences ne s'expliquaient pas par le dynamisme des diverses loges. Les 3 H avaient connu un déclin important au début des années 1870, puis s'étaient stabilisés aux alentours de 30 membres jusqu'à la fin du siècle, tandis que l'Aménité connaissait une forte poussée de ses effectifs dans les années 1870, puis un premier recul au début des années 1880, suivi d'un second après 1890. L'écart des deux courbes avait culminé en 1880, date à laquelle l'Aménité comptait une cinquantaine de frères de plus que les 3 H. La présence d'élus républicains dans telle ou telle loge tenait aux caractéristiques sociales qui les différenciaient.

Graphique 2. Les effectifs des loges du Grand Orient (1865-1899)

Graphique 2. Les effectifs des loges du Grand Orient (1865-1899)
  • 69 Lettre du vénérable de la loge l'Aménité au GOF, 26 février 1894, BN, FM2 69.

55Les 3 H restaient la loge la plus fréquentée du haut négoce, tandis que l'Aménité avait un recrutement plus populaire. Il était logique que les élus républicains du Havre, souvent issus du négoce ou des professions libérales, soient plus nombreux dans la première de ces deux loges. On y trouvait les négociants Brylinski, Benjamin Dupaquier, Heu, Hustin et Peulevey, le courtier Fleury, l'avocat Guiliot, le notaire Cheuret, tous membres par ailleurs du conseil municipal, voire conseillers généraux ou député. L'Aménité, dont l'essor s'expliquait probablement par sa plus grande ouverture sociale – on y trouvait 22 % de commerçants et artisans contre 8 % aux 3 H et 18 % d'ouvriers contre 3 %-, attirait moins les élites républicaines. Elle était la loge de Félix Faure, mais celui-ci, de retour après une interruption d'une dizaine d'années de ses cotisations, n'y brilla pas par sa présence, comme l'expliquait le Vénérable en 1894 : « Réadmis dans nos colonnes en 1881, époque où il a été nommé pour la première fois député, il est peu venu prendre part à nos trav : et il y a déjà plusieurs années qu'il a complètement cessé de le faire. Il cotise cependant toujours. C'est un maç : plus que tiède, sa correspondance ne contient aucune formule maç : »69. Sinon, elle était la loge des journalistes républicains, les Santallier, Cazavan ou Lecureur, ainsi que de la moyenne et petite bourgeoisie du conseil municipal. En étaient frères le docteur en médecine, Victor Lausies, le limonadier, ancien chef mécanicien à la Compagnie Générale Transatlantique, Henry Leroux, ou le prote d'imprimerie, Jules Porrée. Elle avait aussi été la plus frondeuse sous l'Empire et il est probable que sa plus grande ouverture sociale était le reflet de son passé.

Tableau 11. La répartition socioprofessionnelle des frères sous la Troisième République

Tableau 11. La répartition socioprofessionnelle des frères sous la Troisième République
  • 70 F. Degraux, Histoire de la R. L : l'Aménité or du Havre, depuis sa fondation jusqu'à nos jours, Le (...)
  • 71 Rapport du commissaire central du Havre, 5 février 1877, ADSM, 4 M 366.
  • 72 Livret de la loge l'Aménité, 1884, BN, FM2 69.
  • 73 F. Degraux, op. cit., p. 108-109.
  • 74 Ibid, p. 107.

56L'appartenance de ces élus républicains à la franc-maçonnerie semblait prouver l'attachement des loges à la République, ce qui se manifesta aussi de diverses manières après 1870. Une première action consista à soutenir l'œuvre de laïcisation, entreprise par la mairie. Ce fut le cas dès la période d'Ordre moral quand les trois loges décidèrent de distribuer chaque année des livrets de la Caisse d'épargne aux élèves les plus méritants des écoles municipales laïques70. L'idée venait du directeur du Grand Théâtre du Havre, le frère Roubeau, ancien vénérable de la loge La Rénovation d'Amiens. Sa fonction professionnelle lui permit de mettre le Grand Théâtre à la disposition de la Commission des fêtes de la Franc-Maçonnerie havraise, créée pour l'occasion. Une soirée de gala, le 17 juillet 1873, en présence du frère Coquelin, pensionnaire de la Comédie française, donna les fonds nécessaires à l'approvisionnement des livrets. À une date où une partie des écoles communales était encore tenue par les frères et les sœurs et où le programme scolaire ambitieux de Siegfried s'était heurté à l'opposition du Conseil d'État, cette initiative ne pouvait être perçue que comme une prise de position en faveur des idées et de la municipalité républicaines. La sous-préfecture ne s'y trompa pas et exerça, en vain, des pressions pour que la remise des livrets se fît lors d'une réunion privée et sans que le patronage de la franc-maçonnerie soit mentionné. Elle n'obtint que la première de ces deux exigences. À partir de 1874, les loges réussirent à imposer que la distribution de livrets prenne un caractère public. Chaque année, les trois loges purent réaffirmer ouvertement leur attachement à l'école laïque. Ainsi, en 1877, cette cérémonie annuelle vit la tribune de l'Élysée occupée par des frères bien connus pour leurs attaches républicaines, Peulevey, Bazan ou Lennier. Devant 2 500 personnes, le futur député opportuniste, Peulevey, rappela le but de la franc-maçonnerie : « le travail, l'instruction et la moralisation », but qui ne différait guère de celui des républicains71. Trouver des fonds pour ces livrets devint une des principales activités publiques des loges qui durent organiser chaque année des fêtes ou des représentations théâtrales72. Le nombre de livrets ne cessa d'augmenter, passant de 73, pour une valeur globale de 2 150 francs, en 1873, à 231, pour une valeur de 3 770 francs, en 188673. À cette date, alors que l'école laïque semblait désormais bien installée, la caisse des livrets commença à montrer des signes d'essoufflement, faute de rentrées suffisantes, ce qui contraignit les loges à revoir leur générosité à la baisse. Conçue comme un moyen de lutter contre l'Ordre moral, cette œuvre avait perdu de son intérêt. Elle était par contre créditée a posteriori d'avoir dissuadé le pouvoir de s'attaquer aux loges, entre autres à l'époque du 16 Mai : « Nous pensons que c’est grâce à l'estime conquise dans les familles, et dont nous avons eu la preuve dans les visites successives, en retrouvant les diplômes, revêtus des cachets de nos Loges, à la place d'honneur dans les maisons, peut-être aussi au nombre des livrets déjà distribués (483 en 1876) que la Franc-Maçonnerie Havraise a dû de n'être pas suspendue à l'époque appelée 1'“Ordre moral” »74.

  • 75 Ibid, p. 76.
  • 76 AMU, FC, Q1 1.

57La laïcisation du Bureau de bienfaisance donna une nouvelle occasion d'apporter un soutien à l'œuvre de la municipalité républicaine. Laissons parler le frère Degraux : « Au commencement de l'année [1880], l'administration du Bureau de bienfaisance fut laïcisée ; l'aristocratie havraise [c’est-à-dire la bourgeoisie catholique] laissa entendre, par l'un de ses organes de publicité, qu'elle n'apporterait pas ses souscriptions habituelles, qu'elle organiserait la grève de la Bienfaisance. La Franc-Maç : Havraise jugea qu'il était de son devoir d'aider la Municipalité et la nouvelle Administration hospitalière »75. Cela se traduisit par l'organisation d'une loterie annuelle qui rapporta dès la première année plus de 11 000 francs, somme non négligeable – deux ans plus tôt, les quêtes dans les églises de la ville n'avaient rapporté que 7 978 francs76 Ce soutien continua jusqu'en 1886, permettant un apport de 46 077 francs en six ans. Après cette date, on préféra utiliser l'argent des tombolas pour renflouer la caisse destinée aux livrets scolaires.

  • 77 F. Degraux, op. cit, p. 57.
  • 78 Ibid, p. 68.
  • 79 Ibid., p. 103. L'appartenance du préfet, Hendlé, et du président du Conseil, Floquet, à la franc-ma (...)

58L'attachement au régime se manifesta, enfin, par la participation des loges à diverses manifestations publiques. En septembre 1877, l'Aménité prit part à l'hommage rendu à Thiers que l'on honorait comme un des fondateurs de la République77. Deux ans plus tard, alors que le 14 juillet n'était pas encore devenu une fête officielle, les loges participèrent à sa célébration en organisant une fête nocturne dans le jardin de l'Hôtel-de-Ville. Sur les 390 francs de bénéfice, 120 furent attribués au Comité de secours pour les amnistiés, signe de la volonté des loges de clore les divisions nées de la Commune78. Peu à peu, les loges réussirent à se faire reconnaître comme une des composantes de la cité, digne de participer en corps constitué à toutes les cérémonies. En 1888, elles furent pour la première fois l'objet d'une convocation officielle à l'occasion du voyage au Havre du Président de la République79. Leur attachement au régime était reconnu et leur valait d'être mises sur un pied d'égalité avec les diverses Églises.

  • 80 F. Degraux, op. cit., p. 100-101.

59Ce soutien au régime ne valut pas que pour son action laïque et scolaire, mais aussi pour son action coloniale, ce qui s'expliquait par le nombre non négligeable de frères négociants, courtiers ou capitaines au long cours. Après 1886, l'Aménité parraina la loge La Fraternité tonkinoise et organisa plusieurs conférences de Félix Faure, ouvertes aux trois loges, sur l'œuvre colonisatrice de la France au Tonkin80. Même si les loges comptaient des républicains étiquetés radicaux aux côtés d'opportunistes, ces clivages s'effaçaient dans un contexte local où l'on attendait beaucoup de l'essor du commerce colonial.

  • 81 Rapport du commissaire central du Flavre, 12 janvier 1874, ADSM, 4 M 546.
  • 82 Les Allemands avaienl eux été exclus après la déclaration de guerre.
  • 83 Rapport du commissaire central du Havre, 15 juin 1877, AN, C 3240.
  • 84 Rapport du commissaire central du Havre, 12 janvier 1874, ADSM, 4 M 546.
  • 85 Le Havre, 24 et 25 février 1884.

60L'attachement marqué à la République ne signifie pas pour autant que la franc-maçonnerie ait joué le rôle de comité occulte du Parti républicain. Comme l'expliquait le commissaire central, « si le sentiment démocratique s'y révèle, c'est plutôt par instinct de ceux qui la fréquentent, qu'en raison d'une ligne de conduite inspirée par ceux qui la dirigent »81. Le cas des 3 H lui semblait illustrer la faiblesse de leur politisation. La loge servait de lieu de rencontre entre négociants, courtiers, capitaines au long cours et autres professions tournées vers le grand large. Elle comptait de nombreux frères associés, par ailleurs capitaines ou commerçants anglais et américains82. Pour le commissaire, l'initiation y était « une question plus d'intérêt commercial que de conviction »83. Ces propos peuvent inspirer méfiance : leur auteur ne s'illusionnait-il point et ne sous-estimait-il pas l'influence des loges ? Ils nous semblent pourtant refléter la réalité : les loges participèrent à une culture républicaine, faite d'attachement à l'instruction, à la laïcité, aux valeurs de 1789, mais ne jouèrent pas un rôle politique direct. Plus généralement, les loges furent pour la partie la plus déchristianisée de la bourgeoisie havraise – l'abandon de la référence au Grand Architecte de l'Univers fut acceptée par les deux loges du GOF sans heurt – un moyen de rivaliser avec les milieux catholiques ou protestants dans le domaine de la bienfaisance et des œuvres en tout genre. Le commissaire central complétait ainsi son rapport de 1874 : « L'effort le plus manifeste de la maçonnerie havraise, celui qui peut s'observer et se suivre avec quelque attention, est une recherche de popularité par une participation active à tous les actes de bienfaisance et de charité (...). Il n'est pas de souscription ayant un caractère public, à laquelle la maçonnerie havraise ne s'inscrive, et souvent dans des proportions assez importantes »84. Un des grands moments de la vie philanthropique havraise était les bals organisés l'hiver dans les salons de Frascati par les trois loges. En 1884, Le Havre notait : « Tous les hivers, l'œuvre de la maçonnerie s'affirme par des soirées qui ont pris une sorte de droit de bourgeoisie dans notre cité ; aussi l'empressement du public et le scrupule dans le choix des invités, réalisent-ils l'idéal d'une fête où l'on peut goûter du “plaisir sans peur” c'est-à-dire d'où rien de malsain ne se dégage »85. Ces propos nous rappellent, enfin, un des aspects essentiels des loges, particulièrement visible dans le cas de l'Aménité : elles furent un lieu de brassage et d'intégration sociale, permettant à des ouvriers qualifiés, des employés ou des petits et moyens bourgeois de côtoyer les élites havraises et d'obtenir ce que le commissaire appelait un « droit de bourgeoisie ». Elles participèrent ainsi à cette union des classes, sans laquelle le parti républicain, dirigé en grande partie par des négociants, n'aurait jamais pu conquérir et conserver si longtemps la ville.

La Société positiviste du Havre

  • 86 État statistique des bibliothèques populaires, 11 novembre 1884, AMH, FC, R1 9.
  • 87 État statistique des bibliothèques populaires, mars 1889, AMH, FC, R1 9.

61Bien moins bourgeoise, la Société positiviste regroupa, au début des années 1880, un petit noyau de militants qui partageaient les mêmes convictions sociales et philosophiques. C'est à l'occasion du Congrès ouvrier du Havre de 1880 qu'elle apparaît pour la première fois dans nos sources. La presse a gardé trace de ses activités dans la première moitié des années 1880, signalant, ici et là, la tenue de conférences. La société s'efforça aussi d'œuvrer à l'instruction du peuple en fondant, le 16 mai 1880, une bibliothèque positiviste. En 1884, l'administration estimait le nombre d'ouvrages à 500 et le nombre de prêts annuels à une centaine86. C'était peu comparé aux 45 000 prêts de la Bibliothèque de Saint-Vincent-de-Paul ou aux 13 500 de la bibliothèque de la Société d'instruction mutuelle. En 1889, l'existence de la bibliothèque positiviste était toujours signalée, mais elle ne brillait guère par son dynamisme, ne regroupant, selon la municipalité, que 200 ouvrages environ87. Si la différence de chiffres pouvait s'expliquer par le côté très approximatif des statistiques de l'administration, il semble que la Société était en perte de vitesse. La presse ne fait plus mention, après 1885, de ses conférences.

  • 88 . Le Havre, 28 avril 1888 ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 579.
  • 89 Cl. Nicolet, L'Idée républicaine en France, p. 192.
  • 90 Le Havre, 27 janvier 1882.

62Cette société n'ayant pas laissé d'archives, l'on ne connaît le nom de quelques-uns de ces dirigeants que fortuitement. En firent partie deux conseillers municipaux républicains : Albert Krause, commis alsacien, installé au Havre en 1868, qui en fut le président en 188288 ; Gustave Nicolle, qui en fut le secrétaire et dont nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer le parcours. Tous deux étaient des républicains convaincus : Krause prit part aux luttes républicaines dès 1869, fut secrétaire du Comité républicain du canton est en 1876, puis membre du Comité havrais de la Ligue des patriotes lors de sa création en 1883 ; Nicolle fut un des organisateurs, à l'âge de 21 ans, du Congrès socialiste ouvrier du Havre de 1880 et y défendit les thèses anti-collectivistes. Ils partageaient les idées de Gambetta, dont les positivistes avaient relevé avec insistance les déclarations publiques en faveur de Comte89. Le 27 janvier 1882, alors que le « grand ministère » avait été renversé la veille, la Société positiviste dénonça l'attitude du député havrais Peulevey qui avait voté la défiance, et réaffirma sa confiance dans le grand homme, seul apte à rejeter la République « hors de l'ornière parlementaire »90. Cette crainte était, sans doute, l'écho du refus par Comte de tout système parlementaire. L'appartenance de Nicolle comme de Krause au monde des employés et des commis laisse supposer que c'est dans ce milieu que recrutait la Société positiviste, même si elle avait pour autre nom le Cercle des études sociales des prolétaires positivistes du Havre. Avouons cependant notre ignorance : faute de sources, il est difficile de s'aventurer plus loin.

  • 91 Rapport du citoyen Émile Antoine, séance du 16 novembre 1880, Le Congrès du Havre, compte rendu off (...)
  • 92 Ibid.
  • 93 Conférence de Paul Boell, Le Havre, 26 février 1884.

63Les thèmes de prédilection des positivistes havrais nous sont connus par le rapport qu'ils présentèrent au Congrès ouvrier du Havre91 et par diverses conférences. La Société affirmait se situer dans le sillage des travaux d'Auguste Comte. Pour elle, la solution de la question sociale ne pouvait être que morale et supposait une « éducation positive du peuple (...) commune à tout l'Occident ». La nécessité de s'intéresser à l'opinion et aux mœurs avant toute chose était maintes fois réaffirmée : « On modifie d'abord les opinions et les mœurs, puis la législation qui repose sur l'appréciation positive de la réalité se modifie avec elle »92. Ce travail de réforme morale valait aussi pour les classes dirigeantes qu'on espérait « ramener à une appréciation plus calme et plus élevée de leurs devoirs sociaux ». Contrairement à Auguste Comte, mais en accord avec ses principaux disciples, Émile Littré tout autant que Pierre Laffitte, les positivistes havrais plaçaient tous leurs espoirs dans la République, seule apte à mettre en œuvre cette réforme des esprits, une fois son fonctionnement « modifié selon les indications de la science positive ». C'est la République qui devait mettre en place un « sacerdoce positiviste, ou corps de professeurs ou de philosophes (...) chargés d'appliquer aux choses du jour les principes de la philosophie positive »93.

  • 94 Sur les relations entre positivisme et républicanisme : Patrice Decormeille, « Sources et fondement (...)
  • 95 Intervention du citoyen Antoine au Congrès ouvrier du Havre, Le Havre, 21 et 22 novembre 1880.

64Ce programme mélangeait des thèmes républicains typiques du début des années 1880 – la nécessaire éducation du peuple, la volonté d'une collaboration entre les classes sociales – et un positivisme simplifié, prônant la restauration d'un pouvoir spirituel94. L'articulation entre ce sacerdoce positiviste et le fonctionnement d'une République, fondée sur le suffrage universel, restait floue, d'autant plus que les positivistes ne cessaient d'insister sur la nécessité de mettre en œuvre des solutions internationales. Ils s'opposaient ainsi à toute idée de monopole scolaire de l'État, considérant que « l'enseignement doit être international »95.

  • 96 Cl. Nicolet, op. cit., p. 187-248. Voir aussi : Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 97 Le Havre, 11 mars 1884.

65L'influence de ce cercle est impossible à mesurer. Si, au niveau national, l'emprise de la philosophie positiviste sur des dirigeants opportunistes de premier plan, notamment Jules Ferry, a bien été mise en valeur par Claude Nicolet96, il est difficile d'arriver à la même conclusion en ce qui concerne Le Havre. Aucun des dirigeants de premier plan n'a frayé avec la Société positiviste qui, faute d'appui parmi les élites locales, semble avoir végété. Les divers comptes rendus de la presse trahissent parfois une certaine ironie à l'égard des projets de régénération morale de l'Humanité. C'est surtout au monde ouvrier que les positivistes havrais essayèrent de s'adresser, ainsi que l'indiquent leurs diverses interventions lors du congrès du Havre. Leurs prises de position à contre-courant d'un mouvement ouvrier en pleine recomposition et de plus en plus perméable aux thèses collectivistes trouvèrent peu d'écho, mais pouvait-il en être autrement quand, tout en apportant leur soutien aux grévistes des mines d'Anzin, ils subordonnaient la transformation des relations entre ouvriers et patrons au « développement intellectuel et moral des individus »97. Cela dit, la faible influence de cette société ne saurait avoir valeur de preuve dans l'absolu. L'adhésion à la philosophie d’Auguste Comte ne passa pas forcément par une participation aux travaux de ce type de cercle.

La Libre Pensée

  • 98 Statuts de la Société de la Libre Pensée, Le Havre, Maudet, 1883, ADSM, 4 M 546.
  • 99 Sur cette filiation, cf. les analyses de Jacqueline Lalouette pour l'Eure où certaines sociétés de (...)

66Elle aussi de recrutement populaire, la Société havraise de la Libre Pensée fut fondée en juillet 1879, peu de temps avant la Société positiviste. Selon ses statuts, imprimés en 1883, elle avait pour principe la liberté de conscience, dont elle souhaitait poursuivre « l'application et le développement par tous les moyens légaux, notamment par l'instruction, la presse, les conférences, les discussions »98. En fait, sa principale activité était d'assurer à ses membres des funérailles civiles. Moyennant une cotisation de 50 centimes par mois, elle prenait à sa charge l'organisation d'un convoi de 4e classe et veillait à prévenir toute manifestation religieuse. Aucun signe religieux ne devait être exposé à la maison mortuaire. L'enterrement avait lieu en présence des sociétaires selon le rituel que nous avons déjà exposé plus haut : un membre de la société prononçait quelques paroles, puis chaque participant déposait une immortelle sur la tombe du défunt. Paradoxalement, la Société ne faisait que reprendre un des buts des confréries de l'époque moderne99 quand elle cherchait à assurer à tous ses membres, moyennant une cotisation, un enterrement digne, ce qui n'allait pas de soi pour les classes populaires. La différence était que cette préoccupation était détournée. Il ne s'agissait plus de permettre le salut dans l'au-delà en faisant dire parallèlement un certain nombre de messes des morts, mais au contraire de veiller à ce que toute référence à la religion disparaisse. La confiance accordée aux familles n'étant pas entière, le nouveau sociétaire devait commencer par déposer un testament olographe. Comme dans le cas des confréries, une partie des statuts portait sur les restrictions au droit à un enterrement : si l'on était admis après soixante-dix ans, on devait commencer par verser 50 francs ; tout retard de cotisation de plus de six mois entraînait la perte de tout droit aux frais de funérailles.

  • 100 Discours de Gauthier sur la tombe de Léontine Roche, Le Havre, 23 janvier 1882.
  • 101 Les archives départementales (4 M 456) n’ont malheureusement conservé des listes des membres signal (...)
  • 102 Le Havre, 23 janvier 1882.

67Ainsi décrite, la Société de la Libre Pensée perpétuait le souci apparu à partir de 1873 d'assurer la possibilité d'un enterrement civil. Cette forme de cérémonie restait le principal moyen d'afficher son refus du catholicisme, mais n'était plus une protestation de républicanisme. Par contre, l'athéisme était désormais ouvertement revendiqué et le déisme était condamné comme « la plus illogique des conceptions »100. Les sociétaires restaient, comme les participants aux enterrements à l'époque de l'Ordre moral, issus des milieux populaires, ce qui les différenciait des frères des loges havraises101. Leur nombre, faute de documents, est difficile à apprécier. En 1882, à l'occasion des obsèques d'une demoiselle Léontine Roche, Le Havre estima le cortège à 500 personnes presque exclusivement membres de la Libre Pensée102. Une part d'exagération est probable, mais cette estimation laisse supposer que les effectifs se comptaient plutôt en centaines qu'en dizaines.

  • 103 Raymond Huard, Le mouvement républicain en Bas-Languedoc, p. 84 et 89.
  • 104 Lettre du maire de Rouen au préfet, 27 décembre 1880, ADSM, 4 M 546.
  • 105 L'Indépendance havraise, 1er mars 1884.

68Le président de la société était Théodule Gauthier, un vannier, le vice-président Siméon-Victor Gascuel, un ancien instituteur, et le trésorier Vautier, un charpentier de navires. Ces hommes représentaient plutôt l'aile la plus avancée du parti républicain. Théodule Gauthier avait présidé en 1876 le Comité électoral républicain favorable à la candidature d’Escarraguel, puis le Comité radical en 1880-1881. Vautier avait, lui, été délégué au Congrès socialiste ouvrier du Havre, puis trésorier du Comité radical en 1881 et candidat de la liste anti-Siegfried aux municipales de 1884. Quant à Gascuel, c'était un ancien militant quarante-huitard très actif dans le Gard, déporté après le Deux décembre103. On retrouvait la même coloration politique à Rouen où Cord'homme faisait partie des membres fondateurs104. Cette tonalité radicale était aussi discernable dans le choix des conférenciers. Quand la société décida de populariser au Havre le thème de la séparation de l'Église et de l'État, elle fit appel à Camille Pelletan qui ne manqua pas de critiquer les opportunistes « qui font semblant de persécuter l'Église »105.

  • 106 Rapport du préfet, 5 février 1887, ADSM, 4 M 546.
  • 107 R. Vandenbussche, « Libre pensée et libres penseurs dans le Nord sous la IIIe République », Libre p (...)
  • 108 Rapport du commissaire central du 28 mars 1886, ADSM, 4 M 366.
  • 109 Nous ne faisons que reprendre ici les réflexions de Maurice Agulhon sur ce glissement du républican (...)

69Ce radicalisme républicain conduisit le préfet Hendlé à se méfier de la société. Signe des temps, alors qu’elle existait depuis 1879 sans autorisation officielle, le préfet, en 1887, s'en émut, craignant qu'elle ne serve de lieu de rencontre aux groupes anarchistes de la ville106. L'autorisation ne fut accordée par le ministère de l'Intérieur qu'après qu'une clause eut interdit toute discussion étrangère au but de l’association. Si, sous l'Ordre moral, les républicains avaient pu apporter leur soutien aux enterrements civils, les plus modérés d'entre eux se méfiaient désormais de ce type d'initiative qui leur semblait facilement récupérable par l'extrême gauche. Il est vrai que, dans un département comme le Nord, les sociétés de libre pensée avaient été à la même époque investies par les militants guesdistes, soucieux de les utiliser pour l'action révolutionnaire107. Au Havre, l'absence d'un courant socialiste organisé empêchait une telle évolution, mais la tentation de servir de lieu de rencontre pour tous les déçus de la politique opportuniste existait. En 1886, la société fit appel à Alexandre Millerand pour une conférence sur la politique républicaine, à l'occasion de la grève de Decazeville. Si Millerand avait été élu en décembre 1885 député de la Seine sous l'étiquette radicale, il avait commencé à se passionner pour la question ouvrière. Indisposé, le pressenti se fit remplacer par Maillard, autre député de la Seine. Prirent la parole, selon le commissaire central, les mêmes orateurs que ceux qui essayaient depuis quelque temps au Havre d'organiser les ouvriers sans travail108. Le soir, lors d'un banquet, Denis Guillot n'aurait pas hésité à défendre la nécessité d'une révolution qui fasse du prolétaire l'égal du capitaliste. S'il est probable que ce propos n'était pas à prendre au pied de la lettre, son auteur appartenant plutôt au courant radical qu'à une des chapelles socialistes, il montrait combien la Libre Pensée était devenue le lieu d'une agitation sociale et politique sans rapport direct avec ses objectifs d'origine, si ce n'est que l'exercice de l'esprit critique s'était déplacé des dogmes religieux vers l'organisation de la société109.

Notes

1 Voir sa préface à l'ouvrage de Roger Lévy (Le Havre entre trois révolutions, op. cit.).

2 Journal du Havre, 17 septembre 1889.

3 Voir à ce sujet : André Encrevé, Protestants français au milieu du XIXe siècle, les réformés de 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986, 1121 p. ; A. Encrevé et M. Richard dir., Les Protestants dans les débuts de la Troisième République, 1871-1885, Paris, Supplément au Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme Français, 1979, 751 p. ; Claude Nicolet, L'Idée républicaine en France, p. 49-56.

4 Un bon exemple de cette tendance est la contribution de François-Georges Dreyfus au colloque sur les protestants dans les débuts de la Troisième République : « Les protestants, la Droite et l'Assemblée nationale », op. cit., p. 169-174.

5 Ce qui est d'ailleurs une simplification. Pour Jacqueline Lalouette (La libre pensée en France, 1848-1940, P., Albin Michel, 1997, p. 170-172), il est « inclassable ».

6 André Encrevé, Les Protestants en France de 1800 à nos jours : histoire d'une réintégration, Paris, Stock, 1985, p. 198-212.

7 Philip Nord, The Republican Moment. Struggles for Democracy in Nineteenth Century France, Cambridge, Harvard University Press, 1995, p. 90-114.

8 Frédérick de Coninck, L'Église réformée de France et l'Église du Havre, Le Havre, Alphonse Lemale, 1862, p. 44-49.

9 Elles ont été déposées aux Archives départementales de la Seine-Maritime (série 56 JP).

10 Tableau statistique de l'Église protestante du Havre de 1833 à 1853, ADSM, 56JP6.

11 Philippe Manneville, « Les négociants protestants havrais en 1855 », Annales de Normandie, mai-juillet 1988, p. 131-136. Du même, « Grands négociants et industriels protestants de Normandie », in Les Protestants dans les débuts de la Troisième République, 1871-1885, Paris, 1979, p. 333-353.

12 Si on ne retient que les Français, ils ne sont plus que 35 sur 409, soit 8,55 %.

13 Philippe Manneville, « Les protestants étrangers au Havre au milieu du XIXe siècle », Actes du 101e Congrès national des sociétés savantes (Lille, 1976), Section d’Histoire moderne et contemporaine, Paris, Bibliothèque Nationale, 1978, p. 193-203.

14 Délibération du conseil municipal attribuant un nom de rue au docteur Gibert. 11 mars 1908, ADSM, 4 T 137.

15 Dossier pour l'attribution de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 402.

16 Charles Bost, Récits d'histoire protestante régionale pour servir de complément à l'histoire des protestants de France en 35 leçons. Première série. Normandie, Le Havre, Impr. du journal Le Petit Havre, 1928, p. 194-196.

17 Alliance évangélique du Havre, ADSM, 56JP6. Charles Bost, op. cit., p. 199.

18 MonaOzouf, L'École, l'Église et la République, Paris, A. Colin, 1982, p. 15-52.

19 Rapport du préfet Lizot du 16 février 1874, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

20 Pour 1854, Philippe Manneville arrive à 29 % de protestants réformés parmi les négociants havrais habitant le canton nord. Cf. op. cit.

21 2e Bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, 1870, AMH, FC, R2 31.

22 Almanach du Havre, 1875.

23 8e Bulletin du Groupe havrais de la Ligue de l’enseignement, 1876, AMH, FC, R2 31.

24 Catalogue de la Bibliothèque de circulation de la Société d'instruction mutuelle, 1866, ADSM, 4 T 15.

25 Correspondance de Frédéric de Coninck et du maire, septembre 1865, AMH, FC, R1 9 ; Lettre de Frédéric de Coninck au préfet, 16 mars 1866, ADSM, 4 T 115.

26 Noë Richter, « Les bibliothèques populaires et la lecture ouvrière », Histoire des bibliothèques françaises, dir. Dominique Varry, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1991, t. 3, p. 513-536.

27 Catalogue de la Bibliothèque populaire de Coninck, AMH, FC, R1 9.

28 Lettre de Jules Siegfried au sous-préfet, 2 octobre 1874, ADSM, 4 T 15.

29 André Siegfried, Jules Siegfried (1837-1922), p. 29.

30 Philippe Maffre, « Jacques Siegfried, patron de l'enseignement commercial supérieur », R.H.M.C., 1988, n° 4, p. 594-613. Voir aussi, R. Oberlé, L'enseignement à Mulhouse de 1798 à 1870, Paris, Publications de la faculté des lettres de l'Université de Strasbourg 1961, p. 229-231.

31 J. Siegfried, Journal, 2 novembre 1866.

32 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère, son histoire, ses causes et ses remèdes, Le Havre, Poinsignon, 1877, p. 139.

33 Catalogue et règlement de la bibliothèque populaire de Saint-Romain-de-Colbosc, 1879, ADSM, 4 T 15. L'auteur de ce texte n'est pas indiqué. On peut penser qu'il fut rédigé ou inspiré par Jules Siegfried.

34 J. Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 139.

35 J. Siegfried, Journal, 27 janvier 1872.

36 Ibid., 16 mars 1873.

37 J. Siegfried, Rapport sur les écoles primaires et les salles d'asile du Havre, J871-1872, Le Havre, Santallier, 1872, p. 114.

38 J. Siegfried, Journal, 27 janvier 1872.

39 Mona Ozouf, op. cit., p. 74-80 et 113-121 ; Jean-Marie Mayeur, « Laïcité et idée laïque au début de la Troisième République », in L. Hamon dir., Les opportunistes, p. 120-122 ; Philip A. Bertocci, Jules Simon : Republican Anticlericalism and Cultural Politics in France, 1848-1886, Columbia, University of Missouri Press, 1978, p. 127-129.

40 Jules Siegfried, Quelques mots sur la misère..., p. 174.

41 Délibération du conseil municipal du Havre du 3 août 1881, AMH, FC.

42 J. Siegfried, Journal, 16 mars 1873.

43 Cf. Jean Legoy, « Jules Siegfried, homme politique et protestant », Protestants et minorités religieuses en Normandie, 20e congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Rouen, 1985, p. 201-208.

44 Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen..., p. 305.

45 Sur celui-ci, dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 415 et AMH, FC, K 29/2 ; Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Les Protestants, p. 204-205.

46 Rapport du sous-préfet, 9 juin 1881, ADSM, 1 M 415.

47 Ernest Fontanès, Cavour, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1875, 96 p.

48 Ernest Fontanès, Gambetta, Paris, E. Dentu, 1883, 47 p.

49 Cf la « Déclaration de 265 électeurs inscrits au registre paroissial reconnaissant la régularité des élections des 26 et 27 avril 1874 », ADSM, 56 JP 6. Cette pétition émanait des libéraux.

50 Imprimé de l'Alliance évangélique de l’Église réformée du Havre, 31 mars 1870, ADSM, 56 JP 6.

51 Statuts de la Société évangélique du Havre, 4 février 1881, ADSM, 56 JP 6.

52 Le beau-père de Jules, François Puaux, était un défenseur des thèses évangéliques. D’après André (Souvenirs de jeunesse, p. 75), Julie, « orthodoxe d'éducation », finit par se rapprocher des thèses libérales, sous l'influence de son frère, Frank.

53 Inscriptions sur le registre de l'Église protestante du Havre, 56 JP 10.

54 Thomas Mann, Les Buddenbrook, Paris, Librairie Fayard, 1932. Dans les deux cas, il s'agit de familles de négociants protestants, même si les Buddenbrook sont luthériens.

55 Journal, 7 décembre 1870.

56 Archives de la F.N.S.P., 6 SI 6, Dr 4.

57 Journal, 26 mai 1866.

58 Inscriptions sur le registre de l'Eglise protestante du Havre, 56 JP 10.

59 Journal, 16 décembre 1866.

60 Ibid., 15 janvier 1879.

61 Ibid., 4 janvier 1880.

62 Ibid., 1er mars 1876.

63 Ibid.

64 Ibid., 22 avril 1874.

65 Ibid., 27 octobre 1867.

66 Ibid., 3 décembre 1868.

67 Ibid., 10 novembre 1878.

68 Chiffre sans doute un peu en deçà de la réalité, puisque nous n'avons pas de liste des membres de l'Olivier écossais entre 1859 et 1897 et que certains élus ont pu être initiés dans des loges autres que celles du Havre.

69 Lettre du vénérable de la loge l'Aménité au GOF, 26 février 1894, BN, FM2 69.

70 F. Degraux, Histoire de la R. L : l'Aménité or du Havre, depuis sa fondation jusqu'à nos jours, Le Havre, T. Leclerc, 1889, p. 42-44.

71 Rapport du commissaire central du Havre, 5 février 1877, ADSM, 4 M 366.

72 Livret de la loge l'Aménité, 1884, BN, FM2 69.

73 F. Degraux, op. cit., p. 108-109.

74 Ibid, p. 107.

75 Ibid, p. 76.

76 AMU, FC, Q1 1.

77 F. Degraux, op. cit, p. 57.

78 Ibid, p. 68.

79 Ibid., p. 103. L'appartenance du préfet, Hendlé, et du président du Conseil, Floquet, à la franc-maçonnerie pouvait expliquer ce souci de leur reconnaître une place officielle.

80 F. Degraux, op. cit., p. 100-101.

81 Rapport du commissaire central du Flavre, 12 janvier 1874, ADSM, 4 M 546.

82 Les Allemands avaienl eux été exclus après la déclaration de guerre.

83 Rapport du commissaire central du Havre, 15 juin 1877, AN, C 3240.

84 Rapport du commissaire central du Havre, 12 janvier 1874, ADSM, 4 M 546.

85 Le Havre, 24 et 25 février 1884.

86 État statistique des bibliothèques populaires, 11 novembre 1884, AMH, FC, R1 9.

87 État statistique des bibliothèques populaires, mars 1889, AMH, FC, R1 9.

88 . Le Havre, 28 avril 1888 ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 579.

89 Cl. Nicolet, L'Idée républicaine en France, p. 192.

90 Le Havre, 27 janvier 1882.

91 Rapport du citoyen Émile Antoine, séance du 16 novembre 1880, Le Congrès du Havre, compte rendu officiel des séances du congrès ouvrier socialiste, ADSM, 4 M 2705.

92 Ibid.

93 Conférence de Paul Boell, Le Havre, 26 février 1884.

94 Sur les relations entre positivisme et républicanisme : Patrice Decormeille, « Sources et fondements de la philosophie politique des “républicains de gouvernement” », Léo Hamon dir., Les opportunistes, op. cit., p. 17-48 ; Cl. Nicolet, op. cit., p. 187-248.

95 Intervention du citoyen Antoine au Congrès ouvrier du Havre, Le Havre, 21 et 22 novembre 1880.

96 Cl. Nicolet, op. cit., p. 187-248. Voir aussi : Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, Paris, Fayard, 1989, p. 133-141.

97 Le Havre, 11 mars 1884.

98 Statuts de la Société de la Libre Pensée, Le Havre, Maudet, 1883, ADSM, 4 M 546.

99 Sur cette filiation, cf. les analyses de Jacqueline Lalouette pour l'Eure où certaines sociétés de libre pensée prirent la place des anciennes charités (La libre pensée en France, p. 50-52).

100 Discours de Gauthier sur la tombe de Léontine Roche, Le Havre, 23 janvier 1882.

101 Les archives départementales (4 M 456) n’ont malheureusement conservé des listes des membres signalant les activités professionnelles que pour le groupe fécampois. Les milieux populaires y sont majoritaires : sur 44 membres, on décompte 21 ouvriers ou artisans, 11 commerçants et 7 employés.

102 Le Havre, 23 janvier 1882.

103 Raymond Huard, Le mouvement républicain en Bas-Languedoc, p. 84 et 89.

104 Lettre du maire de Rouen au préfet, 27 décembre 1880, ADSM, 4 M 546.

105 L'Indépendance havraise, 1er mars 1884.

106 Rapport du préfet, 5 février 1887, ADSM, 4 M 546.

107 R. Vandenbussche, « Libre pensée et libres penseurs dans le Nord sous la IIIe République », Libre pensée et religion laïque en France. De la fin du Second Empire à la fin de la Troisième République, Strasbourg, Cerdic-Publications, 1980, p. 136-140.

108 Rapport du commissaire central du 28 mars 1886, ADSM, 4 M 366.

109 Nous ne faisons que reprendre ici les réflexions de Maurice Agulhon sur ce glissement du républicanisme libre-penseur au socialisme. Cf. « Généalogie du communisme français », Histoire vagabonde, t. 3, p. 137.

Table des illustrations

Titre Graphique 2. Les effectifs des loges du Grand Orient (1865-1899)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 11. La répartition socioprofessionnelle des frères sous la Troisième République
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search