Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Troisième Partie. Le Havre forteresse de la République

Chapitre 1. Quels républicains ?

Texte intégral

1Vainqueur au Havre et ayant mis un pied dans les campagnes, le parti républicain aborda les années 1880 en position de force. Après avoir décrit les succès, il importe de se livrer à une autopsie du parti. Quel était-il ? Sa victoire et surtout son enracinement dans la durée furent l'œuvre d'hommes que nous voudrions décrire, ce qui suppose un minimum de sources. Deux s'imposent très vite : les comités et les élus.

1. Comment les approcher : les comités, les élus

Une organisation pré-partisane : les comités

2L'étude des structures du Parti républicain a été largement défrichée par Raymond Huard dans sa thèse sur le Bas-Languedoc et sa synthèse sur la naissance des partis politiques en France. C'est à la lumière de cette réflexion que nous souhaiterions montrer comment le Parti républicain chercha à s'organiser au Havre.

  • 1 Journal du Havre, 3 janvier 1878.

3Le premier niveau d'organisation, omniprésent dès que des élections s'approchent, est le comité. Son étude est difficile : il n'existe que par intermittence, resurgissant le temps d'une campagne pour soutenir tel ou tel candidat et s'assoupir dès le lendemain du scrutin. Il peut n'être qu'éphémère tel le Comité républicain, apparu quelques jours avant les élections municipales de janvier 1878, le temps de protester contre la volonté du CCR de « tout régenter », et disparu au lendemain du scrutin1. Il n'a pas laissé d'archives, contrairement à d'autres organisations comme la Ligue de l'enseignement ou la franc-maçonnerie. La principale source pour l'approcher est la presse qui se contente souvent d'évoquer, en période électorale, « les comités républicains », sans en dire plus. Nonobstant ces difficultés, on peut proposer le tableau suivant des comités.

Tableau 10. Les comités républicains du Havre de 1863 à 1889

Tableau 10. Les comités républicains du Havre de 1863 à 1889

4Le plus ancien comité était le Comité central républicain né pendant le siège. Il avait pris le relais du Comité démocratique qui avait promu en 1863 la candidature d'Emile Ollivier, puis celle de Peulevey en 1869. Le Comité central républicain joua un rôle important dans la préparation des élections législatives de février 1871, puis des municipales d'avril de la même année. Après la fin de la Commune et la disparition du Club de la rue Bernardin-de-Saint-Pierre, il réussit à représenter l'ensemble du parti républicain, ce qui lui donna une coloration avancée sans être radicale. À la même date, les républicains restaient divisés au niveau départemental avec un Comité républicain de la Seine-Inférieure, concurrencé par un Comité radical. Les clivages étaient bien plus marqués à Rouen qu'au Havre.

  • 2 Le Havre, 7 janvier 1876.

5Les activités du CCR furent mises en veilleuse après la chute de Thiers, le 24 mai 18732, ce qui ne l'empêcha pas de soutenir des candidats aux cantonales de 1874. Quand il réapparut à la veille des élections de 1876, ce fut pour se diviser entre partisans de Lecesne et de Bazan, l'un se présentant comme proche de Gambetta et l'autre de Ferry. Réunifié dès 1877, il joua désormais le rôle de vétéran, subsistant tout au long de la période.

  • 3 Circulaire du Comité républicain conservateur pour les élections municipales du 22 novembre 1874, A (...)

6Entre-temps, d'autres comités furent créés sur des bases politiques, sociales et/ou géographiques. Au Centre gauche, un Comité républicain conservateur fut constitué en octobre 1873, lors de la candidature du général Letellier-Valazé. 11 regroupait des républicains ralliés, fidèles de Thiers et soucieux de « clore l'ère des Révolutions »3. Il représentait essentiellement le négoce havrais et voulait assurer « une représentation sérieuse et effective de tous les grands intérêts de la Cité : Propriété, Travail, Commerce, Marine et Industrie ».

7À l'autre extrême du parti républicain, un Comité radical, qui s'appela dans un premier temps « Comité électoral républicain », vit le jour dès 1876. Rebaptisé radical pour les élections de 1881, il continua ses activités sur toute la période. Enfin, un Comité de l'union républicaine, progressiste, fut constitué en 1882, à l'occasion des élections municipales. Il représenta l'héritage gambettiste tout au long des années 1880, sans se démarquer nettement du Comité central républicain, lui aussi opportuniste.

  • 4 Fils d’un armateur havrais, il avait siégé au conseil de la Commune, puis en avait démissionné aprè (...)

8La disparition après 1878 du Comité républicain conservateur fit que de trois tendances – centre gauche, républicains de la veille, intransigeants –, on passa à deux – opportunistes et radicaux-. Modérés et admirateurs de Gambetta ou de Ferry fusionnèrent dès la fin des années 1870. La sédimentation entre républicains de toujours et orléanistes ralliés pouvait paraître achevée. Elle restait fragile. Quand, en 1881, Ernest Lefèvre4, administrateur-gérant du journal intransigeant Le Rappel, posa sa candidature aux législatives, il put bénéficier, en plus de l'aide du Comité radical, de l'appui d'un éphémère Comité de l'union démocratique et du journal Le Havre. Il recevait le soutien de gambettistes déçus par l’attitude frileuse de Peulevey à la Chambre.

  • 5 On y retrouvait toute l'extrême gauche rouennaise : Cord'homme, Aubry, Manchon.

9Les relations entre opportunistes et radicaux furent, elles, à éclipses. Les scrutins nationaux furent l'occasion pour l'extrême gauche de présenter des candidats, sauf en 1877 et 1889. En 1877, le mot d'ordre était d'assurer la réélection des 363. En 1889, l'union prévalut face aux candidatures boulangistes. Lors des scrutins locaux, le clivage entre radicaux et opportunistes fut moins visible. Les radicaux suivirent alternativement trois attitudes : l'union, l'affrontement ou l'absence de candidats. Des trois, c'est l'affrontement qui fut le plus rare : les radicaux ne présentèrent de liste alternative qu'aux élections municipales complémentaires du 7 février 1886, ce qui s'expliquait par l'absence de personnalités de premier plan et le faible nombre de militants. Lors des différents scrutins législatifs, les candidats radicaux furent des « horsains » : Escarraguel en 1876, Ernest Lefèvre en 1881. En 1885, alors que la liste opportuniste comptait trois Havrais – Félix Faure, Jules Siegfried, Lyonnais –, la liste radicale plaçait en tête deux Parisiens – Clemenceau et Lefèvre –, suivis de Rouennais5.

  • 6 Le Havre, 6 octobre 1877. Voir aussi : le rapport du préfet du 6 octobre 1877, AN, Flc III Seine-In (...)
  • 7 Le Havre, 6 janvier 1881.
  • 8 Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 187.
  • 9 Le Havre, 17 juillet 1885.
  • 10 Journal du Havre, 3 mars 1886.
  • 11 Rapport du commissaire spécial du Havre aux chemins de fer et au port, 1er mai 1886, ADSM, 4 M 364.

10À ces clivages politiques traditionnels, se surajoutèrent d'autres lignes de partage. Très tôt, le monde ouvrier havrais voulut échapper à la tutelle des notables très présents parmi les comités. Cette différenciation se fit sur des bases sociales ou géographiques. Socialement, les ouvriers de la métallurgie, de plus en plus nombreux au Flavre, s'étaient manifestés dès les élections de 1877, demandant à Lecesne de prendre en compte leurs revendications : instruction obligatoire, gratuite et laïque, droit de réunion, droit d'association, liberté de la presse, service obligatoire pour tous, amnistie des Communards6. Les mêmes se regroupèrent pour les élections municipales de janvier 1878 en un Comité de la métallurgie qui défendit la candidature de Lyonnais. Si certains militants rejoignirent vite le Comité radical, d'autres persistèrent dans l'intention de former un comité représentant les ouvriers. C'est en décembre 1880, suite au Congrès ouvrier du Flavre dont nous reparlerons plus loin, que fut fondée l'Union des travailleurs républicains progressistes. Le but était, entre autres, « l'application immédiate et par tous les moyens (...) de la représentation ouvrière à toutes les fonctions électives, en prenant part au choix des candidatures »7. Quand cela se révélait impossible, le comité souhaitait « n'accorder ses suffrages qu'aux citoyens défenseurs de ses intérêts et acceptant un mandat parfaitement défini et discuté dans des réunions publiques auxquelles auront été conviés tous les électeurs de la circonscription ». L'Union dut très vite déchanter : les autres comités prétextèrent de sa constitution tardive pour ne pas l'associer à la constitution de la liste républicaine pour les élections municipales de janvier 1881 et le non-respect des délais administratifs empêcha sa liste, entièrement formée d'ouvriers, de se présenter8. Mise en veilleuse après les législatives de 1881 où aucun candidat n'avait trouvé gré à ses yeux, l'Union réapparut sous le nom de Comité des ouvriers progressistes, à la veille des élections de 18859. Dès lors, ce dernier participa régulièrement à la désignation des candidats républicains. Malgré son étiquette « progressiste », il oscilla entre un soutien aux opportunistes et aux radicaux. Ainsi, en mars 1886, il soutint la candidature au conseil général du radical Fauvel10 et deux mois plus tard celle du progressiste Jardin au conseil d'arrondissement11 L'important restait de défendre un candidat reprenant à son compte les intérêts du monde ouvrier.

11Les clivages sociaux ne furent pas les seuls. À l'occasion des élections cantonales des 4 et 11 octobre 1874, des militants, proches de Lecesne, choisirent de se regrouper sur une base géographique plus étroite que la ville tout entière et fondèrent le Comité républicain du canton est. Il subsista tout au long de la période, appelé lors de chaque consultation électorale à patronner telle ou telle candidature. Faire coïncider le rayon d'action d'un comité avec celui d'un canton semblait logique pour des élections au conseil général. C'était aussi un moyen d'échapper à la tutelle des notables du parti, très présents à la tête du Comité central républicain, sans parler du Comité républicain conservateur. C'était enfin l'occasion d’affirmer un patriotisme de quartier : les quartiers est n'avaient-ils pas été depuis la fin du Second Empire à la pointe du combat démocratique, offrant aux candidats républicains des scores enviables ? Rappelons qu'en 1877 Lecesne y avait obtenu 82 % des suffrages exprimés.

  • 12 Cité par Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 198.
  • 13 Rapport du commissaire central du Havre, 21 mai 1886, AMH, FC, l2 7/2.

12L’exemple du canton est fut imparfaitement suivi par les autres quartiers. Un Comité du canton nord exista brièvement, en 1880-1881, avant de disparaître. Après cette date, les comités ne firent plus recette auprès de la bourgeoisie de la côte et les candidats au conseil général ou au conseil d'arrondissement préférèrent se présenter sans l'appui d'aucune structure. Leur nom devait suffire. Les tentatives de fonder un comité du canton sud, qui englobait le centre-ville, ne furent qu'éphémères. Des quartiers comme Saint-François et Notre-Dame, bien que populaires, ne développèrent pas, contrairement aux quartiers de l'est de la ville, une identité politique forte. On peut l'expliquer par une structure sociale plus hétérogène. On y comptait de nombreuses populations flottantes : marins, débardeurs, journaliers. Seuls les quartiers récents, peuplés d'ouvriers de la grande industrie et d'employés, ressentaient le besoin de se donner des structures partisanes. Un bon exemple est celui du quartier de l'Eure, très ouvrier et isolé par les bassins portuaires du reste de la ville. Dès 1886, un groupe électoral y vit le jour, qui devint le Comité républicain de l'Eure, quand le nouveau découpage cantonal sépara ce quartier du canton est pour l'intégrer dans le 3e canton. De coloration radicale, ce groupe électoral se proposait d'encadrer la population, comme l'expliquait Denis Guillot : « Ces groupes feraient de la propagande, ils surveilleraient l’inscription des électeurs et tenteraient, par la force morale, d'amener à eux beaucoup d'électeurs hésitants... »12. Comme dans le cas du Comité républicain du canton est, c'était aussi un moyen de s'émanciper des comités de notables, accusés de travailler « plus ou moins pour l'administration »13.

13Ces structures de quartier prirent peu à peu une coloration politique plus précise. Dans le canton est, le Comité républicain se scinda en deux en février 1886. La majorité prit parti pour les radicaux, tandis qu'était fondé un Comité démocratique du canton est, favorable aux progressistes.

  • 14 Rapport du commissaire central du Havre, 12 juin 1886, AMH, FC, I2 7/2.

14Les structures internes de ces comités étaient relativement lâches. Pour un seul d'entre eux, le Groupe électoral du quartier de l'Eure, des statuts, ou plus exactement leur résumé par le commissaire central, nous sont parvenus, sans que nous puissions savoir s'ils furent réellement appliqués14 :

  1. Formation d'un groupe républicain, canton Est, section de l'Eure ;

  2. Soutenir et rechercher des candidats ayant des principes républicains et acceptant le programme ;

  3. Après la formation du groupe on n'y sera admis que sur la présentation de deux membres ;

  4. Chaque partisan aura une carte personnelle ;

  5. Cotisation mensuelle Of 25, sauf Of 75 pour le premier mois ;

  6. Après 3 mois de non-paiement, radiation du groupe ;

  7. Le groupe aura un Président, Vice-Président, deux Assesseurs, un Secrétaire-Trésorier, & un Secrétaire-Adjoint, nommés par le groupe ;

  8. Nomination au scrutin de liste ;

  9. Réunion le 1er vendredi de chaque mois (pas de local désigné) ;

  10. Le groupe siégera valablement, quel que soit le nombre de présents ;

  11. Pas d'exclusion sans avoir entendu les moyens de défense ;

  12. Discussion du programme et choix des candidats.

  • 15 Echo de l'arrondissement du Havre, 1er novembre 1873.
  • 16 J. Siegfried, Journal, 17 novembre 1885.

15Le point 7 était commun à bien des comités. À leur tête, on trouvait en général quelques hommes : un président, un vice-président, un ou deux secrétaires, un trésorier. Parfois, le bureau comprenait un nombre plus important de membres : dix-neuf pour le Comité conservateur républicain lors de sa création en 187315. La cotisation était modeste, permettant de gérer l'ordinaire, sans aller au-delà. Siegfried en fit l'expérience : convié par les comités républicains à un punch suite à son élection à la Chambre des députés en 1885, il eut la mauvaise surprise de recevoir la facture16 ! Le rythme des réunions restait faible et, surtout, comme l'indique le point 10, on ne se faisait guère d’illusion sur leur fréquentation, puisqu'on ne prévoyait aucun quorum. Entre deux élections, les comités étaient souvent mis en sommeil. Si, sous l'Ordre moral, il était impossible de faire autrement, la conquête du pays par les républicains ne changea pas cette habitude qui s'expliquait surtout par leur fonction essentielle, désigner les candidats et rédiger un programme. Dans les statuts cités ci-dessus, c'était même l'unique but du groupe électoral. Dès lors tenir des réunions quand aucune échéance électorale ne se profilait à l'horizon, risquait d'apparaître superflu ! On peut douter que le Groupe électoral du quartier de l'Eure se soit vraiment assemblé tous les mois, si la réunion n'avait aucun objet pour cause d'année sans élection !

  • 17 Le Havre, 4 septembre 1889.

16Les comités accomplirent leur mission de désignation des candidats lors des diverses élections au scrutin de liste : municipales, législatives de 1885. On fit aussi appel à eux quand il n'y avait pas de candidats sortants. Par contre, les élus républicains, quand ils se représentaient devant les électeurs, préféraient souvent se passer de leurs services. Les comités apportaient aux nouveaux candidats une légitimité indispensable, dont un conseiller général ou un député sortant n'avait pas besoin. En 1889, ni Félix Faure, ni Siegfried ne demandèrent l'appui des comités. Le Havre résuma ainsi la situation : « Depuis longtemps, les candidats étaient désignés par l'opinion publique, et nous n'avons aujourd'hui qu'à enregistrer le dépôt officiel de leurs déclarations à la Préfecture »17.

  • 18 Compte rendu imprimé de la réunion du CCR du 20 février 1878, ADSM. 3 M 439.
  • 19 Élections partielles au conseil général du 3 mars 1878, ADSM, 3 M 439.

17La désignation des candidats donnait lieu à un processus plus ou moins complexe et nullement immuable. La solution la plus simple consistait à convoquer à une réunion privée ou publique les électeurs et à leur faire acclamer le nom d'un candidat préalablement coopté par le bureau du comité. Prenons pour exemple le choix du successeur de Lecesne comme conseiller général, début 1878. Le 20 février, le Comité central républicain organisa une réunion de 700 personnes « appartenant en immense majorité au canton est »18. Le président de séance commença par lire deux lettres où des électeurs proposaient la candidature de Jean-Pierre Dufour. Après avoir laissé la parole à ce dernier, il annonça que d'autres républicains avançaient le nom de Charles Lecesne, frère du conseiller défunt, et donna aussitôt l’occasion à plusieurs orateurs de critiquer cette possibilité. La réunion s'acheva par un vote unanime et à main levée en faveur de Dufour. La présence de deux candidatures ne doit pas faire illusion. Tout fut fait pour que l'assemblée ratifie un nom sur lequel on s'était préalablement entendu à quelques-uns. Le vote tint plus de l'acclamation que du suffrage démocratique. Rien ne le montre mieux que l'attitude du principal concurrent de Dufour lors de ces élections, Dubosc. Plutôt que d'essayer de défendre sa candidature devant le CCR, celui-ci préféra susciter l'existence d'un comité concurrent, le Comité républicain gravillais19.

  • 20 Le Petit Havre, 31 janvier 1885.

18Il arriva pourtant que les comités jouent pleinement leur rôle de sélection des candidats, mais ce fut plus l'exception que la règle. Sur la trentaine de scrutins étudiés, nous n'avons retrouvé trace que d'un cas où le vote des militants ne fut pas unanime, mais départagea deux candidats. En janvier 1885, pour trouver un remplaçant à Gustave Brindeau au conseil d'arrondissement, le Comité républicain du canton est provoqua une réunion des électeurs qui, fort peu nombreux, choisirent entre deux candidats, le progressiste Jardin et le radical Fauvel. Le 1er tour les ayant placés à égalité, un second fut nécessaire pour les départager20. Ce cas de figure resta unique et provoqua une scission du comité.

  • 21 Le Havre, 7, 10, 11, 17 et 18 juillet 1885.

19Plus intéressant est le cas des scrutins de liste. Pour les élections municipales, la nécessité de proposer des listes équilibrées, représentant la diversité géographique et sociale de la ville, explique la mise en place d'un processus plus élaboré. En général, les divers comités commencèrent par se réunir et former une commission chargée de présenter un projet de liste. Selon son ancienneté et son importance, chaque comité avait droit à un nombre précis de membres au sein de cette structure. Une fois les noms et l'ordre des candidats arrêtés, ils étaient présentés aux électeurs lors d'une réunion publique. En cas de conflit, les comités protestataires élaboraient de leur côté leur propre liste. On retrouve le même schéma pour les législatives de 1885, quand la loi électorale remplaça le scrutin d'arrondissement par le scrutin de liste départemental. Le Comité républicain départemental ayant appelé chaque circonscription à désigner son candidat, les comités du Havre se réunirent pour la 1ere circonscription et désignèrent une commission de 46 membres auxquels furent adjoints les conseillers généraux et d'arrondissement. Cette commission s'entendit sur la candidature de Siegfried21.

20Ce rôle de filtre des comités pour la désignation des candidats fut toujours objet de polémique. Le reproche le plus classique était de se substituer aux électeurs et de leur imposer un choix réduit le jour du vote. Les comités étaient accusés d'être aux mains de quelques hommes qui ne représentaient pas l'opinion de l'ensemble des électeurs républicains et prétendaient orienter le suffrage universel. Ce pouvait être vrai pour les élections à scrutin de liste, mais l'était bien moins pour les autres. Tout candidat récusé pouvait toujours créer son propre comité ou même se présenter avec le seul appui d'un « groupe d'électeurs ». Il est difficile de mesurer l'importance du soutien de tel ou tel comité, présent de longue date, le jour du vote. Durant la campagne, les comités affichaient leur préférence et organisaient quelques réunions. Surtout, leur appui conditionnait par avance l'opinion. Le vote unanime en faveur du candidat lors d'une réunion d'électeurs, dont on gonflait le chiffre, avait valeur de rite de passage. Une fois adoubé, l'impétrant ne pouvait que l'emporter.

  • 22 Le Havre, 5 novembre 1880.
  • 23 Journal, 20 février 1877.

21Pour donner un écho suffisant à ces désignations, encore fallait-il disposer de l'appui de la presse locale. Il n'y avait pas de candidat sans journal pour le soutenir. Le mieux était de pouvoir compter sur le Journal du Havre ou le Havre et le Petit Havre. Ce dernier avait été fondé en novembre 1880 par la Société anonyme du journal Le Havre pour toucher un public populaire grâce à un petit format et un prix modique. Sa ligne éditoriale se voulait « républicaine, démocrate et socialiste »22. Il apporta, en fait, jusqu'à la Première guerre mondiale, un soutien indéfectible à Siegfried qui était devenu, en 1876, un des principaux actionnaires de la Société anonyme du journal Le Havre23. Faute de l'appui d'un des vétérans de la presse républicaine, on pouvait toujours, le temps d'une campagne électorale, essayer d'éditer un titre éphémère, chargé de chanter vos louanges.

  • 24 Le Havre, 23 et 24 août 1885.

22Si le choix des candidats accapara l'essentiel de l'activité des comités, ceux-ci élaborèrent aussi des programmes. En ce domaine, l'idée d'un mandat impératif s'estompa rapidement chez les opportunistes. Le dernier à avoir défendu cette idée, tout en lui donnant un contenu de plus en plus imprécis, fut Lecesne. Les candidats refusèrent, de plus en plus, d'être liés par le programme des comités. Ce fut très net en 1885, alors que le scrutin de liste était censé permettre aux électeurs de se prononcer sur des idées et non des hommes. Des programmes avaient été préparés par les comités opportunistes des diverses circonscriptions, mais aucune synthèse départementale ne fut faite sous prétexte que la liste comportait des « députés républicains de nuance différente »24. Aux élections locales, la tendance fut de plus en plus de se présenter avec son seul nom pour étendard. Le passé républicain du candidat devait suffire. Ce n’est qu’à l'extrême gauche, que l’on resta plus attaché à une relation à trois, unissant le candidat, le comité et un programme. La formule selon laquelle le candidat acceptait le programme du comité continua à être utilisée.

23Si l'étude des comités ne doit pas conduire à surévaluer leur rôle, elle a le mérite de nous permettre d'approcher les forces vives du parti, les militants qui l'ont enraciné dans la cité. Cette approche a ses limites. Nous avons déjà signalé que les comités n'ont pas laissé d'archives. L'historien ne dispose pas de listes de membres, si tant est qu'elles aient existé. Seule l'étude de la presse permet de retrouver quelques noms. Aller au-delà pose d'autres problèmes : un patronyme et un prénom ne nous apprennent pas grand chose ; pour identifier, sans risque d'erreur, un individu, mieux vaut disposer aussi de sa profession, voire de son adresse, renseignements rarement donnés par les journaux. Le risque de présenter une vision déformée est grand : certains noms, ceux des négociants célèbres de la place, attirent l'attention et on peut retrouver grâce au prénom à qui on a affaire, tandis que les autres resteront des anonymes.

24Ces quelques réserves n'empêchent pas toute étude des membres des comités. Un simple regard sur les listes qui ont pu nous parvenir nous offre un premier renseignement d'importance : la diversité y règne. Ainsi pour le Comité central républicain, nous avons pu identifier une trentaine de membres entre 1876 et 1881. On trouve aussi bien des négociants et des propriétaires que des commerçants, des employés ou des ouvriers. Même phénomène pour le Comité républicain conservateur, le seul pour lequel nous disposons d'une liste relativement étoffée de membres. Si la tonalité centre gauche explique une forte présence de négociants et d'industriels – plus de la moitié des effectifs –, ni les employés ni les ouvriers ne sont absents. Les seuls comités plus fermés socialement sont bien évidemment les comités ouvriers, mais aussi ceux constitués sur une base géographique. Sur les treize membres du Comité républicain du canton est, dont la profession nous est connue, quatre sont ouvriers, cinq artisans et un seul fabricant. Le comité est à l'image d'un quartier où habitaient bien peu de négociants ou d'industriels.

  • 25 Écho de l'arrondissement du Havre, 1er novembre 1873.
  • 26 Rapport du commissaire de police, 21 mai 1886, AMH, FC, I2 7/2.

25Cette diversité était sans doute une des grandes richesses du parti républicain. Elle installait côte à côte des gens aux origines très variées. Siégeaient, en 1873, au bureau du Comité républicain conservateur, aussi bien des négociants appartenant à de grandes familles havraises tels Frédéric Mallet, Ernest Siegfried ou Édouard Westphalen que deux simples employés de commerce, un quincaillier, deux ouvriers mécaniciens ou un maître-forgeron25. Le Comité central républicain fut, lui, présidé par un ouvrier, Gabriel Laas d'Aguen, en 1878 et 1881. Cette présence d'éléments populaires à la tête des comités n'était pas que symbolique. Négociants, commerçants, employés ou ouvriers devaient œuvrer ensemble le temps d'une campagne électorale. La diversité permettait une intégration à la vie politique des milieux populaires, ce qui explique sans doute la faiblesse pendant longtemps de l'extrême gauche, alors que la Commune avait provoqué un courant de sympathie au Havre. L'essor, dans les années 1880, des comités à base géographique ou sociale fut cependant l'indice des limites de cette intégration. En se regroupant sous l'étiquette « comité des ouvriers républicains progressistes » ou « comité républicain de l'Eure », les éléments les plus populaires du parti républicain montraient leur volonté de se retrouver entre eux, alors que la bourgeoisie havraise bouda peu à peu les comités. Lors de sa création, en 1886, le Groupe électoral de l'Eure comprenait deux débitants, un dessinateur, un employé de commerce et un rentier26. La diversité sociale laissait place à une certaine homogénéité.

26Ainsi présentés, les comités laissent un peu l'historien sur sa faim. Ils apparaissent moins structurés que les clubs et comités de la Seconde République et fort éloignés de ce que seront les partis du XXe siècle. Rien ne serait plus faux que d'imaginer une évolution linéaire conduisant du comité électoral de la fin du Second Empire au parti politique contemporain. Au cours des années 1880, les comités loin de se renforcer s'émiettèrent selon des critères politiques, mais aussi géographiques, ou suite à des querelles de personnes. Plus les dirigeants républicains acquirent un statut de notables, plus le recours aux comités devint inutile, comme s'ils n'avaient servi que de structure de transition, le temps de donner une légitimité aux hommes qui domineront la scène politique havraise à la fin du XIXe siècle, voire jusque dans l'entre-deux-guerres.

27L'autre déception pour qui cherche à connaître les hommes est l'aspect lacunaire des listes de membres des comités. Parfois, la presse a signalé les noms du bureau de tel ou tel comité. Il peut arriver que les membres les plus en vue aient signé tel ou tel tract électoral. Tout cela donne des listes de noms difficiles à manier. Elles n'ont rien d'exhaustif, ne disent rien des dates d'adhésion ou des cotisations. Surtout, l'identification des noms n'est pas chose facile : la profession ou le prénom ne sont indiqués qu'une fois sur deux, l'adresse très rarement. Pour une ville qui atteint les 100 000 habitants dans les années 1870, les risques d'erreurs deviennent considérables, ce qui empêche de constituer une base de données satisfaisante. Il n'en est heureusement pas de même des élus, même si se tourner vers eux revient à accepter l'idée qu'on ne connaîtra qu'un aspect des forces vives du parti républicain.

Les élus

  • 27 Procès verbal du 1er tour des élections municipales du 4 mai 1884, AMH, FC, K1 9/6.
  • 28 Élections municipales du 6 mai 1888, AMH, FC, K1 10.

28Les comités nous ont offert un premier éclairage sur les républicains, éclairage bien incomplet. Comme pour tout parti contemporain, un second niveau d'études est possible, celui des élus. À partir de la fin du Second Empire, le conseil municipal du Havre a été unanimement républicain. Les élections de novembre 1874 avaient été pour la droite le dernier espoir de renverser la tendance grâce au découpage de la ville en sections électorales et à l'appui de l'administration. L'échec des conservateurs dans toutes les sections, même les plus bourgeoises, mit fin à leurs dernières espérances. Désormais, la droite havraise hésita entre deux options, ne pas se présenter ou construire une liste sans grand espoir d'obtenir le moindre siège, d'autant que le retour au scrutin de liste lui était défavorable. La première attitude fut adoptée en 1878, 1881 et aux élections complémentaires de 1882. La seconde fut mise en œuvre en 1884 et 1888. Le résultat fut décevant. En 1884, le candidat conservateur arrivé en tête n’obtenait que 18 % des inscrits contre 32 % pour le candidat républicain le moins bien élu27. Les conservateurs ne réussirent à menacer les positions républicaines qu'en 188828, sur fond de contestation boulangiste. La stratégie de concentration républicaine les empêcha d'obtenir le moindre siège.

  • 29 Indépendance havraise, 3 mai 1884.
  • 30 Procès verbal du 1er tour des élections municipales du 4 mai 1884, AMH, FC, K1 9/6.
  • 31 Procès verbal du 1er tour des élections municipales complémentaires du 7 février 1886, AMH, FC, K1 (...)

29Unanimement républicain, le conseil municipal offrait cependant bien des nuances. Nous avons vu que les comités ne se présentèrent pas toujours unis. Si la concentration républicaine l'emporta en 1878, en 1888 et aux élections complémentaires d'avril 1882, des listes concurrentes de la municipalité sortante tentèrent leur chance, en vain, en 1881, 1884 et aux élections complémentaires du 7 février 1886. Cette opposition ne prit une coloration politique qu'en 1884 et 1886. En 1884, les opposants à Siegfried, regroupés dans une « Commission des 22 », élaborèrent difficilement une liste « antiautoritaire », plus à gauche que la liste du maire sortant, sans pour autant regrouper tous les élus de sensibilité radicale. Certains comme Fauvel, après avoir tergiversé, préférèrent rester fidèles au principe de concentration républicaine29. L'échec fut au rendez-vous : l'initiateur de cette scission, Cheuret, n'obtint que 2 975 voix contre 5 985 au dernier élu républicain30. En 1886, l'opposition à la municipalité Marion prit un tour plus politique, le Comité radical décidant de présenter sa propre liste. Il le fit à l'occasion d'élections complémentaires pour lesquelles il suffisait d'aligner six noms. La constitution d'une liste radicale de 36 noms restait encore hors de sa portée ! L'échec fut patent : les six candidats de la liste patronnée par les comités progressistes obtinrent en moyenne 33,4 % des inscrits, les candidats radicaux se contentèrent de 13,3 %31.

30Ces quelques tentatives d'opposition interne au camp républicain ne doivent pas être grossies démesurément. En 1884, c'est le style de Siegfried qui expliquait la fronde de certains élus. En 1886, le désir des radicaux de s'individualiser tourna court. Dès 1888, ils revinrent à la stratégie de concentration républicaine. Cela explique que le conseil connut une certaine diversité d'opinions. Les listes furent constituées à l'image du parti républicain, regroupant aussi bien des modérés que des éléments plus radicaux. Ce sont les premiers qui furent les plus nombreux.

  • 32 AMH, FC, K6 3/6, Élection partielle au conseil d'arrondissement du 22 février 1885.
  • 33 ADSM, 4 M 364, Élections partielles au conseil général du 7 mars 1886 et au conseil d'arrondissemen (...)

31A ces élus municipaux, il convient d'ajouter les élus cantonaux. On retrouve, en fait les mêmes noms, la plupart des conseillers généraux et d'arrondissement siégeant au conseil municipal. Dès 1870, les trois cantons du Havre élirent des républicains. La seule exception concerna le siège de conseiller d'arrondissement du canton nord qui ne fut occupé par un républicain qu'en 1877. Sur le long terme, l'évolution fut l'apparition d'élus radicaux aux côtés des modérés. Le premier radical à être désigné fut Fauvel, en février 1885, comme conseiller d'arrondissement du canton est32. Ce canton, ancien fief de Lecesne, devint celui des radicaux. Dès 1886, Fauvel passa du conseil d'arrondissement au conseil général, laissant son fauteuil à un autre radical, Victor Marie33. Quand, en août 1888, le nouveau découpage électoral divisa en deux le canton est, les radicaux purent occuper quatre sièges.

  • 34 AN, Fld Ill 20 et 335 ; ADSM, 1 M 394 à 423.
  • 35 AN, Flc I 175-176; ADSM, 4 T 137.
  • 36 Le lecteur, qui souhaiterait la consulter, peut se reporter aux annexes de notre thèse (t. 4, p. 67 (...)

32Qu'ils aient siégé au conseil municipal ou aux conseils général ou d'arrondissement, ces élus présentent bien des avantages pour l'historien à la recherche des hommes qui firent l'histoire du parti républicain. Leur profession, leur âge, leur origine sociale peuvent être retrouvés sans trop de mal. Certains ont vu leurs mérites reconnus officiellement par l'octroi d'une décoration – Légion d'honneur, palmes académiques –, ce qui a donné lieu à un dossier, fort utile34. Les plus célèbres ont été récompensés à leur mort par l'octroi d'un nom de rue ou de place. Le vote de la délibération ou l'inauguration de la plaque ne se sont pas déroulés sans un rappel des principaux moments de leur existence. Là aussi, tout changement de nom de rue nécessitant une autorisation ministérielle, un dossier administratif a été constitué35. Quant aux autres, leur décès est rarement passé inaperçu : le maire a parfois prononcé leur éloge sur leur tombe, la presse a publié une notice nécrologique rappelant les grandes étapes de leur vie et de leur engagement républicain. Nous avons pu ainsi constituer une base de données de 131 noms, suffisamment riche pour être exploitée36.

33Reste un problème méthodologique : privilégier les élus municipaux à cause de l'abondance des sources n'est-ce pas déformer la réalité ? Ne risque-t-on pas de ne conserver du parti républicain que l'image d'un parti de notables ? Le risque n'est pas mince. On peut cependant émettre deux bémols. Il n'y a pas de cloison étanche entre élus et militants ; il est fréquent de trouver à la tête des différents comités des conseillers municipaux, voire des adjoints. Tout élu n'est pas un notable, loin de là. Opposer élus et militants est sans doute anachronique. Le parti républicain n'est en rien un parti contemporain et le mot « militant » est à manier avec précaution. D'autre part, si l'adjoint au maire, le conseiller général ou d'arrondissement, sans parler du député, font partie des élites urbaines, on trouve aussi au conseil municipal de simples conseillers, parfois d'origine modeste, qui n'ont pas laissé d'autres traces dans la vie de la cité que leurs quelques années passées à siéger à l'hôtel de ville.

34C'est donc à partir de ces élus, mais en prenant en compte aussi tous les simples membres des comités, que nous souhaitons présenter les républicains du Havre.

2. Un négoce républicain

35De 1865 à 1889, 128 conseillers municipaux républicains ont siégé à l'hôtel de ville. Parmi eux, un premier groupe se détache, celui des négociants, courtiers ou armateurs. Ils sont trente-six, auxquels on peut ajouter trois rentiers, précédemment à la tête de maisons de négoce. Ils représentèrent pendant toute la période une fraction importante des élus républicains : entre 25 et 36 %. À ces négociants, on pourrait adjoindre quelques industriels, tel le principal filateur de la Porte océane, Jacques Courant. De même, les principaux comités – Comité central républicain, Comité républicain conservateur – eurent à leur tête un contingent important de représentants du négoce. Ces négociants républicains faisaient partie des plus grandes fortunes de la place. On y trouvait des familles dont la position pouvait remonter à la Restauration et la monarchie de Juillet ou bien être très récente.

Les grandes familles havraises

36La génération la plus ancienne était représentée par les Ferrère, les Courant, les Monod, les Brindeau, les Gardye, les Masurier ou Brostrom. Installés au Havre, en général, depuis la Restauration ou la monarchie de Juillet, ils avaient soutenu le régime issu des Trois Glorieuses, tout en critiquant parfois la mise en place d'une politique conservatrice après le renvoi de Laffitte, puis étaient devenus des républicains modérés sous la Seconde République. Dès 1865, ils réapparurent au conseil municipal. Souvent, leurs enfants reprirent le flambeau.

  • 37 Discours de Louis Brindeau aux obsèques d'Auguste Brostrom, AMH, FC, K3 3/19.

37Parmi les républicains du Havre, le vétéran était sans doute Auguste Brostrom. Nous avons déjà présenté ce personnage, dont le père, diplomate suédois, protestant, s'était installé négociant au Havre dès la fin du blocus continental. Associé de Corbière, puis directeur de la Compagnie des Paquebots du Finistère, Auguste avait joué un rôle essentiel dans l'essor du port. Sa ligne de cabotage avec la Bretagne avait amené au Havre la main d'œuvre indispensable au développement des activités portuaires. Brostrom, né en 1803, s'était illustré dès 1830 en participant à la défense du Journal du Havre, puis avait été au premier rang des républicains modérés sous la Seconde République. 1865 le vit renouer avec l'action politique, comme conseiller municipal, puis adjoint provisoire en août 1870. Une fois Guillemard décédé en 1878, il fit figure de vétéran des luttes républicaines, ce qui explique sa popularité : aux élections municipales de 1881, il fut le premier élu. Il ne se retira du conseil qu'en 1884, à l'âge de 81 ans. Sa mort, le 12 septembre 1891, fut l'occasion de présenter son existence comme un modèle de républicanisme et de modération. Le maire, Louis Brindeau, rappela les journées héroïques de 1830 et, surtout, le refus du désordre en 1848 : « il sentait avec son expérience déjà grande, que la République courait le danger d'être compromise par les agitations de rue, qui amènent fatalement les réactions de la peur, terrain propice pour les ambitieux sans scrupules »37.

  • 38 Dominique Barjot dir., Les patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Maine, p. 86-87. Voir aussi (...)
  • 39 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, p. 319-325.

38Ce parcours fut celui suivi, plus ou moins, par d'autres grandes familles libérales, les Courant, de Coninck et Monod, qui occupèrent des fonctions de premier plan sur plusieurs générations. Ces noms, ainsi que ceux de leurs alliés, les Gros, Kœchlin, Trocmé, Winslow, nous font entrer de plein pied parmi la haute bourgeoise protestante, si présente dans la côte d'Ingouville. Côté Courant, l'ancêtre de la famille, Jacob, originaire de la région de Castres, avait acquis en seconde main l'abbaye de Poissy, bien national. Il était devenu maire de cette ville sous l'Empire. C'est son fils Charles François, né en 1800, qui créa au Havre la société de filature Courant en 1838 et reprit la filature de coton de Graville en 184238. Devenu un notable local, il fut maire d'Ingouville de 1842 à 1843. Son mariage en 1832 avec Adélaïde Gros, petite-fille de François Gros, le lia à la famille des indienneurs genevois, propriétaires de la manufacture de Wesserling dans les Vosges39. Leur fils, Jacques Courant, après des études à Centrale, reprit l'entreprise en 1873. Celle-ci comptait 346 employés trois ans plus tard. Membre de la Chambre de commerce jusqu'en 1880, il siégea au conseil municipal de 1874 à 1879, fut l'adjoint de Jules Masurier et participa au Comité républicain conservateur. Il ne fut pas le seul républicain de la famille, loin de là ! Son cousin par alliance, Henri Meurdra, fut président du Comité républicain conservateur en 1873-1874. Né à Arles le 2 juin 1819, ancien officier du génie, il avait épousé Camille Courant, fille du fils aîné de Jacob, James, et d'Adèle Gros. Au sein du CRC, il pouvait côtoyer d'autres alliés des Courant, les de Coninck, eux aussi devenus partisans d'une République modérée.

  • 40 Sur les de Coninck : Philippe Mieg, Etude historique et généalogique sur la famille de Coninck, dac (...)
  • 41 Frédérick de Coninck, A l'Assemblée nationale. Guerre ou paix, Le Havre, A. Lemâle, 1871, p. 6. Cet (...)

39Le premier de Coninck installé au Havre fut Frédéric Samuel40. Né à Copenhague le 25 décembre 1805, il était le petit-fils d'un Frédéric de Coninck, négociant d'origine française, né à La Haye et installé au Danemark. Envoyé faire ses études en France en 1819, il trouva à s'employer comme commis chez un armateur protestant nantais, spécialisé dans la chasse à la baleine, Thomas Dobrée, puis reprit l'affaire en 1828 et la réorienta dans le commerce avec les Indes, y envoyant comme agents commerciaux ses frères William et Édouard. C'est en 1838 qu'il s'installa au Havre, sous la raison sociale Frédéric de Coninck et Cie. Il y créa en 1844 le premier dock flottant. II ne tarda pas à faire venir ses frères, William, Gustave et Édouard, qu'il prit pour associés en 1843 pour le premier, en 1857 pour les deux autres. Nous avons vu que, sous la Seconde République, il siégea au conseil municipal d'Ingouville comme républicain modéré, puis apporta son soutien à la candidature de Cavaignac. Retiré des affaires en 1859, il se consacra à des travaux d'économie politique et à de nombreuses œuvres philanthropiques, ce qui lui valut la Légion d'honneur en 1864, et mourut le 6 juin 1874. S'il ne s'opposa pas à l'Empire, acceptant de siéger au conseil municipal, il souhaita son évolution libérale. Après le 4 septembre, il se prononça pour une « République honnête, qui en faisant triompher aucun parti pourrait les réunir ». Cette République était fort différente de celle de Gambetta, accusé d'« avoir contribué à l'étouffer dans son berceau » par le décret sur les inéligibilités. Frédéric résumait ainsi la situation du régime, à la veille des élections de février 1871 : « Mon Dieu ! délivrez-moi de mes faux amis ; je me charge de mes vrais ennemis, car ils viendront à moi quand ils verront que, sous mon règne, il y aura liberté pour tous et licence pour personne »41.

40Le même esprit anima ses deux frères, William et Édouard, qui participèrent tous deux aux activités du Comité républicain conservateur. Le premier avait épousé une fille de James Courant, Mathilde, le 11 février 1846. Leur fils, James, né le 13 août 1850 à Ingouville, continua la tradition libérale de la famille. Associé de la maison De Coninck frères jusqu'à sa liquidation en 1885, puis courtier en café, il entra au conseil municipal en 1890. Il fut quatrième adjoint de Louis Brindeau, puis premier adjoint de Génestal de 1908 à 1912.

  • 42 André Encrevé dir., Les Protestants, t. 5 du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemp (...)
  • 43 Roger Lévy, Le Havre entre trois révolutions..., p. 11.

41Autre grande famille apparentée aux Courant : les Monod. Le fondateur de la dynastie, le pasteur Jean Monod, né à Genève en 1765 et pasteur à Copenhague, s'était installé en France sous l'Empire42. De son mariage avec Louise-Philippine de Coninck étaient nés douze enfants, dont deux, Alexandre Henri et Édouard Auguste, s'installèrent négociants au Havre et y fondèrent en 1825 la maison Monod frères. Conseiller municipal d'Ingouville et républicain modéré sous la Seconde République, partisan de Cavaignac comme son cousin Frédéric de Coninck, Édouard est le père de l'historien républicain Gabriel Monod qui naquit de son mariage avec Élisabeth Gros, petite-fille de François. Installé à Paris, Gabriel conserva toujours un attachement pour sa ville natale, encourageant les travaux sur les négociants libéraux d'un de ses anciens élèves de l'École normale, Roger Lévy. La préface qu'il écrivit pour le recueil d'articles que publia ce professeur au lycée du Havre dans la « Bibliothèque d'Histoire révolutionnaire » sous le titre Le Havre entre trois révolutions (1789-1848), résume sans doute plus l'état d'esprit du négoce havrais que celui de l'ensemble de la population : « Vous y avez admirablement montré le fond de bon sens et de modération qui a fait des Havrais d'excellents orléanistes et aujourd'hui d'excellents républicains »43. Du mariage d'Alexandre Henri avec Camille Gros, autre petite-fille de François, naquit en 1834 Julien Monod. Commis, puis associé à partir de 1864 de la maison Monod frères, il fut juge au Tribunal de commerce, puis conseiller municipal de 1878 à 1881.

  • 44 Cf. Ch. Rufenacht, Michel de la Roche, 1775-1852. Ses aïeux et ses descendants, Le Havre, 1963, p.  (...)
  • 45 Cf. État-civil de Brumath ; Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres d'Alsace, t. I (...)

42Cette évocation de quelques grandes familles protestantes serait incomplète sans quelques mots de la descendance du député orléaniste, Michel Delaroche. Nous avons vu que son fils, Henri, avait pris parti pour Cavaignac en décembre 1848, avant d'accepter le coup d'État du Deux décembre et de siéger au conseil municipal sous le Second Empire. A la génération suivante, un petit-fils et un gendre comptèrent parmi les républicains de la ville44. Né de la fille aînée de Michel Delaroche, Mathilde, et de Louis Pochet, conseiller municipal d'Ingouville sous la Seconde République, Émile Pochet commença comme commis, puis devint négociant. Républicain modéré, il fut membre du Comité républicain conservateur, de la Ligue de l'enseignement et du Comité havrais de la Ligue des patriotes. Élu du canton nord, le canton de la côte d'Ingouville, il siégea au conseil d'arrondissement de 1877 à 1888. Charles Louis Kablé, né lui le 15 octobre 1839 à Brumath d'un père aubergiste, avait épousé Julie Delaroche, fille d'Henri. Négociant, trésorier de la Ligue de l'enseignement dès sa création, il fut membre du conseil municipal de mai 1871 à 187345 Il était le frère de Jacques Kablé, député de Strasbourg en 1871, démissionnaire à cause du traité de Francfort, puis député protestataire au Reichstag de 1874 à 1887.

  • 46 André Siegfried, Jules Siegfried..., p. 56-57.
  • 47 Sur les expériences électorales malheureuses d'André Siegfried, Pierre Favre, Naissance de la scien (...)

43Si ces familles protestantes jouèrent un rôle essentiel parmi les négociants pour qu'apparaisse une opinion libérale, puis républicaine, elles ne furent pas les seules. L'opposition établie par les lecteurs trop rapides d'André Siegfried entre un négoce républicain et protestant, habitant la côte d'Ingouville, et un négoce conservateur et catholique, demeurant à Sainte-Adresse, est un peu réductrice46. Elle oublie que des familles du négoce ont pu être à la fois républicaines et détachées de la religion, ou républicaines et de tradition catholique. La première option fut le cas des Brindeau qu'André trouva sur son chemin en 1906 et 1910, quand il essaya de se faire élire député47. Son adversaire, Louis, appartenait à la troisième génération de cette dynastie républicaine.

  • 48 Sur Gustave Brindeau : AN, F lc I 176, dossier d'attribution de nom de rue ; ADSM, I M 395, dossier (...)

44Nous avons déjà présenté plus haut le patriarche, Henri, d'abord négociant plus ou moins chanceux, puis propriétaire à partir de 1843 du Journal du Havre, dont il fit l’organe des républicains modérés. Parmi ses trois fils, les deux cadets, Gustave et Alphée, reprirent le flambeau de la cause libérale et démocratique, tandis que l'aîné, Léon, fut président de la Chambre de commerce et adjoint au maire sous l'Empire. Né le 26 décembre 1822 à Paris, Gustave commença comme commis de dehors en coton chez Vitrey et Viel, puis acheta une charge de courtier au républicain Marcellin Duplat48. Il réussit à faire fortune pendant la Guerre de Sécession, ce qui lui permit de se retirer des affaires en 1867. Il pouvait aussi compter sur la fortune de sa femme Juliette Mazeline, fille de l'industriel. Celle-ci hérita en 1876 le château de Crétot construit par son père, en 1863, sur un domaine de 115 hectares, dans le canton de Goderville. Devenu rentier, Gustave se consacra à la cause républicaine. Membre fondateur du Comité havrais de la Ligue de l'enseignement, il se présenta sans succès aux élections au conseil d'arrondissement de 1870 dans le canton nord. Membre du Comité central républicain, il entra au conseil municipal en avril 1871 et y resta jusqu'à sa mort, le 27 décembre 1884. Deux fois adjoint, en 1871-1874, puis 1883-1884, il fut aussi conseiller d'arrondissement du canton est de 1871 à sa mort. Parmi les républicains modérés de la ville, il prit souvent la tête de ceux qui supportaient mal l'influence croissante de Jules Siegfried.

  • 49 Sur Alphée Brindeau : Archives privées de la famille Brindeau.

45Tandis que Gustave se consacrait à ses activités d'élu, son frère puîné, Alphée, né au Havre le 4 juin 1826, entra à 17 ans comme rédacteur commercial au Journal du Havre49. Suite à la mort de Gustave Cazavan, le 1er février 1870, il en devint le gérant, faisant de ce titre un appui pour les ambitions politiques de la famille et un organe souvent critique à l'égard de Siegfried.

  • 50 Sur Louis Brindeau : AN, Fld III 355, dossier d'attribution de la Légion d'honneur ; AMH, FC, K3 29 (...)

46C'est Louis, fils aîné de Gustave, qui illustra la troisième génération républicaine50. Né le 21 décembre 1856, il fit ses études à la Faculté de Droit de Paris, puis s'inscrivit au barreau du Havre en 1881. Juge suppléant au tribunal civil à partir de 1884, il prit la succession politique de son père, entrant dès l'âge de trente ans au conseil municipal. Commença alors un parcours typique des notables de la Troisième République : Louis fut successivement maire de 1890 – à 34 ans ! – à 1896, député progressiste de 1895 – il reprit la circonscription de Félix Faure élu président de la République – à 1912, puis sénateur de 1912 à 1935. Après 1899, son refus de tout soutien au gouvernement de défense républicaine de Waldeck-Rousseau le déporta vers le centre droit. Cette carrière politique fut favorisée par le nom, bien connu des Havrais, la fortune – il devint à son tour châtelain de Crétot –, la possession d'un journal. À la mort d'Alphée en 1900, Louis reprit la direction du Journal du Havre.

47Si les Brindeau illustrent le cas d'une famille détachée de la religion – Gustave fut enterré sans prêtre ; au cimetière Sainte-Marie, le caveau de la famille, simple pierre tombale légèrement surélevée, ne présente aucun signe religieux –, d'autres ont pu rester catholiques par tradition et se rallier à la République. C'est le cas des Ferrère. Rappelons que Théodore, ancien élève de l'École Polytechnique et neveu du banquier Jacques Laffitte, s'était installé au Havre vers 1828. Il y avait très vite occupé une place de premier plan, présidant la Chambre de commerce de 1848 à 1851, puis de 1866 à 1869. Membre du Comité d'aide aux réfugiés polonais en 1834, puis républicain modéré sous la Seconde République, il avait fait connaître son hostilité au coup d'État. Conseiller municipal sous l'Empire, il avait rallié la minorité républicaine après 1865, tout en refusant une opposition intransigeante, et était resté conseiller municipal jusqu'en avril 1871. Son fils Georges, né en 1840 au Havre, lui aussi armateur et négociant, lui succéda au conseil à partir de 1874 et fut membre du Comité républicain conservateur.

  • 51 Sur la famille Gardye : Inventaire du chartrier Le Monnier de Gouville, p. 51-55. Sur Jules : Le Ha (...)

48L'exemple des Ferrère n'est pas unique. D'autres familles de tradition catholique illustrèrent la cause républicaine. Chez les Gardye, le père, Jules, était né le 24 mai 1805 à Saint-Lô d'une famille de notables de la Manche : son grand-père paternel, François Henry, avait été sieur de la Raullerie, archer garde en la connétablie et maréchaussée de France, et son grand-père maternel, Jean-Baptiste Bernard, avocat au bailliage de Saint-Lô51. Parmi ses cousins, on trouvait un sous-préfet de Bayeux sous le Premier Empire, Louis Guillot. Négociant comme son père, Luc Charles François Gardye, Jules s'était installé au Havre en 1835. Affilié dans sa jeunesse aux ventes du carbonarisme, il était un républicain de la veille. Il siégea au conseil municipal de 1865 à 1878. Mort le 23 janvier 1882, il fut enterré religieusement. Son fils, Jules Alexandre, né le 24 décembre 1856, lui succéda comme négociant, mais aussi comme conseiller municipal de 1888 à avril 1896. Il fut l'adjoint de Louis Brindeau de 1890 à 1896.

49Au-delà des clivages religieux sur lesquels nous reviendrons, ces exemples illustrent combien l'héritage libéral fut une réalité chez de nombreux négociants. Nous nous sommes contenté de présenter les familles les plus célèbres du négoce local. D'autres, bien moins connues, pourraient tout autant illustrer nos propos. Deux noms suffiront : les Duplat et les Chardey. Né le 19 juin 1846 au Havre, Achille Duplat était, lui, le fds d'un courtier, membre du Comité central républicain en avril 1849. Négociant, il fut conseiller municipal de 1881 à 1895 et adjoint de 1890 à 1892. Jules Rémy Chardey, membre du Comité antiplébiscitaire en 1870 et conseiller municipal de 1874 à 1878, avait pour père un négociant érudit, admirateur de la Révolution française et des révolutions du XIXe siècle. Sa bibliothèque, léguée à la ville du Havre, a donné naissance au fonds Chardey, composé de nombreuses brochures et affiches révolutionnaires.

50D'une famille à l'autre, l'attachement aux mêmes valeurs explique des parcours souvent similaires : par hostilité à la Restauration, on accueillit avec joie la révolution de 1830, puis on porta un jugement réservé, voire négatif, sur l'évolution conservatrice de la monarchie de Juillet ; après les journées de février 1848, révolution qu'on n'avait point souhaitée, on se rangea aux côtés des républicains modérés ; le coup d'État ne fut pas accepté et, dès 1863, on rejoignit les rangs de l'opposition libérale, sans appartenir au camp des républicains intransigeants ; une fois la République proclamée, on considéra que c'était le seul régime possible, les tentatives de monarchie parlementaire ayant toutes échoué ; on la souhaita modérée, voire conservatrice ; après le 16 mai, on se rapprocha d'un Gambetta désormais assagi et on devint partisan d'une République opportuniste, puis progressiste.

  • 52 Sur les Masurier : Almanach illustré du Courrier du Havre, 1889, p. 11-13

51Ce schéma d'ensemble n'empêche pas quelques variantes. Il arriva qu'on se satisfasse de l'Empire. Nous avons noté que chez les Brindeau, un des fils d'Henry, Léon, soutint le régime. Quant au beau-père de Gustave, François Mazeline, après avoir appartenu au Comité central républicain en 1849, il fut adjoint et conseiller général sous l'Empire. Chez les de Coninck, Frédéric ne fut pas un adversaire du régime : il accepta, tout comme Théodore Ferrère, d'être décoré de la Fégion d'honneur. De même chez les Masurier, la tentation de se rallier au régime en place fut la plus forte pendant quelque temps52. Le père, Louis Joseph, d'abord simple marchand épicier, avait fondé une maison de négoce, spécialisée en denrées coloniales en 1800. Surtout, il avait ouvert la première ligne de bateaux à voiles pour Southampton en 1814. Le fils aîné, Louis Eugène, actionnaire du Journal du Havre, conseiller municipal du Havre sous la monarchie de Juillet, réélu en juillet 1848, avait soutenu Cavaignac en décembre, puis avait été membre du CCR en avril 1849. Ce passé ne l'avait pas empêché de se rallier à l'Empire qui l'avait nommé membre de la commission municipale provisoire mise en place en août 1852. C'est son frère Jules qui reprit le flambeau libéral. Membre de la Chambre de commerce de 1856 à 1862, puis de 1872 à 1878, proche du Centre gauche, il fut élu conseiller municipal en 1874. Nous avons vu que le préfet le choisit comme maire, afin d'éviter le retour à l'hôtel de ville de Guillemard. Il le resta jusqu'en 1878 et défendit, en vain, les couleurs républicaines aux élections législatives de 1876 dans la 1ere circonscription de l'arrondissement d'Yvetot et aux élections sénatoriales, la même année.

52Au-delà de ces accommodements avec l'Empire, c'est l'esprit libéral qui l'emporta, conduisant à accepter la République, parfois avant le 4 Septembre, le plus souvent après. La coupure fut nette avec les familles catholiques pratiquantes, les Ancel, Masquelier, Ravot, Brament ou Merville, qui refusèrent la mise en place du nouveau régime et se retrouvèrent marginalisées politiquement.

Les nouveaux venus

53Tous les négociants républicains ne descendaient évidemment pas de familles implantées au Havre dès la monarchie de Juillet, voire la Restauration. A une première génération, d'autres s'ajoutèrent. L'essor du port tout au long du XIXe siècle attira au Havre de nombreux jeunes gens, désireux de faire fortune. Certains, une fois installés parmi l'élite locale, se tournèrent vers l'action politique et devinrent des dirigeants républicains de premier plan. D'autres, sans aller jusque-là, apportèrent leur soutien au nouveau régime.

  • 53 Sur Félix Faure : AN, 460 AF ; Thierry Billard, Félix Faure, Paris, Juillard, 1995. 1046 p. ; Ch. M (...)

54Parmi les premiers, les deux cas les plus célèbres sont ceux de Jules Siegfried et de Félix Faure. Nous reviendrons plus loin sur l'ascension du maire du Havre. Félix Faure offre lui un exemple bien connu de self-mademan53. La Troisième République triomphante en a fait un modèle, même si les circonstances de sa mort ont pu, par la suite, faire oublier cet aspect du personnage. Élu président après la démission de Jean Casimir-Perier, descendant d'une grande dynastie bourgeoise, en butte aux critiques de l'extrême gauche, Félix Faure devait incarner l'image d’un président issu du peuple, d'un ouvrier tanneur devenu grâce à son labeur et ses aptitudes négociant. Le député du Havre avait su entretenir ce mythe depuis ses débuts en politique. La réalité est, comme bien souvent, un peu différente !

55Félix Faure est né le 30 janvier 1841 à Paris dans un milieu d'artisans. Son père, Jean-Marie, né en 1809 dans le département du Rhône, était venu à Paris après son tour de France. Il descendait d'une famille de menuisiers, installés dans le village de Meys, aux confins du Lyonnais, du Beaujolais et du Forez. Il avait été embauché chez un dénommé Bliard. Quand celui-ci revendit son fonds, il épousa, le 3 juin 1839, la nièce du nouveau propriétaire, Rose-Adélaïde Cuissard. À la naissance de Félix Faure, il était installé fabricant de fauteuils rue du faubourg Saint-Denis. Du côté maternel, le grand-père, Pierre-Louis Cuissard, était conducteur de coches pour la Compagnie de l'île Saint-Louis de la Haute-Seine.

  • 54 Liquidation de la communauté et de la succession Faure-Belluot, 11 novembre 1899, AN, 460 AP 10.

56Parler de milieu populaire est donc discutable. Dès 1844, Jean-Marie Faure créa sa fabrique de meubles dans le faubourg Saint-Antoine, puis une succursale à Beauvais, grâce à l'aide financière du beau-frère de Pierre-Louis Cuissard, Jean-François Rousselle. Ce dernier, propriétaire, avait fait fortune dans le commerce des vins. De cette branche de la famille, Félix Faure héritera plus tard d'une propriété sise au 11 rue Pastourelle, dans le quartier du Temple, et composée de cinq corps de bâtiments, deux ateliers et une grande cour, le tout pour une valeur estimée à 260 000 francs en 189954. On est à la limite entre peuple et bourgeoisie, au sein de ce milieu de petits entrepreneurs, si important pour l'histoire sociale et politique de la capitale tout au long du XIXe siècle.

  • 55 Thierry Billard, op. cit., p. 38.

57De même, Félix Faure n'entra pas dans la vie active dépourvu de toute éducation : il fut successivement élève des Frères de la doctrine chrétienne à Paris et à Beauvais, puis du collège communal de Beauvais de 1852 à 1854. De 1854 à 1857, on le retrouve interne de l'Institution Pompée à Ivry-sur-Seine, établissement qui préparait les enfants de la moyenne bourgeoisie, en quatre ans, aux écoles des arts et métiers, et dont le fondateur, Philibert Pompée, futur maire d’Ivry puis conseiller général de la Seine de 1871 à sa mort en 1874, ne cachait pas ses opinions républicaines55. Enfin, 1858 vit Félix Faure séjourner en Angleterre pour y achever sa formation.

  • 56 Charles Guinot fut député de 1871 à 1879 et sénateur de 1879 à 1893 (J. Jolly, Dictionnaire des par (...)
  • 57 Liquidation-partage de la communauté et successions de Mr et Mme Guinot-Allard, AN, 460 AP 10.

58C'est la suite qui fut souvent mise en exergue par ses laudateurs. Après un engagement non ratifié dans les chasseurs d'Afrique, en juin 1859, on retrouve Félix apprenti tanneur à Amboise chez la maison Dumée de 1861 à 1862. Cette expérience donna lieu à toute une iconographie représentant le futur président, manches retroussées, en plein labeur. La presse, en janvier 1895, s'empara du thème de l'apprenti tanneur succédant au palais de l'Élysée au propriétaire des mines d'Anzin. Comme pour Jules Siegfried, qui débuta simple employé dans la maison de négoce de son père, il ne s'agissait que de parfaire une éducation. Initié aux métiers du cuir, Félix put trouver une place d'employé de commerce chez Asselin au Havre en 1863. Surtout, son mariage, le 18 juillet 1865, avec Berthe Belluot, fille d'un notaire d'Amboise en fuite pour escroquerie, Antoine Belluot, le lia à une famille de riches notables républicains d'Indre-et-Loire. L'oncle de Berthe, Charles Guinot, entrepreneur des ponts et chaussées, était maire d'Amboise depuis 1864. Il avait pour adjoint Hercule Dumée, chez qui Félix Faure avait travaillé deux ans. Charles Guinot avait exécuté une grande partie des travaux des chemins de fer de l'Ouest et de Lyon-Méditerranée. Il sera plus tard, député, siégeant sur les bancs de la Gauche républicaine, président du conseil général d'Indre-et-Loire, puis sénateur56. Il trouva en Félix Faure un jeune homme prêt à fermer les yeux sur les actions de son beau-frère. L'attachement de Charles Guinot à sa nièce ne se démentit jamais : à sa mort en 1893, Berthe fut instituée seule héritière57.

  • 58 Cf. l'inscription, le 7 juillet 1868, de Félix Faure, négociant commissionnaire en cuirs, huiles et (...)
  • 59 Il fut publié en 1870 par l'imprimerie Félix Santallier.
  • 60 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, XIXe-XXe siècles, P (...)

59Installé au Havre, Félix Faure s'y fit très vite une place au sein du négoce local. Dès juin 1866, il fonda avec un associé d'Asselin une maison de négoce en cuirs, huiles et laines, sous la dénomination Société Van Hounten et Faure. En janvier 1867, elle devint la maison Félix Faure et Cie spécialisée dans l'importation de cuirs argentins et uruguayens58. L'intégration aux élites locales fut rapide : dès mai 1869, Faure était consul de Grèce. La même année, il effectua un voyage dans le Levant et en tira un rapport, intitulé Du Commerce français dans le Levant et de la possibilité de son développement59. Quelques mois plus tard, en février 1870, il devint membre résident de la Société havraise d'études diverses, lieu de rencontre de la bourgeoisie érudite locale60.

  • 61 Journal de l'arrondissement du Havre, 11 août 1881.

60Surtout, Faure côtoya dès la fin de l'Empire les milieux libéraux et progressistes, qui étaient soucieux de limiter l'influence de l'Église, de développer l'instruction du peuple et de favoriser la paix et l'émancipation des nations opprimées. Nous avons vu plus haut qu'il fut initié dès juillet 1865 à la loge l’Aménité. Parallèlement, il adhéra à la Société d'enseignement mutuel et y donna des cours gratuits d'anglais et d'histoire. En 1868, il fut un des membres fondateurs de l'Union de la paix. Sa nomination comme consul de Grèce s'expliquait par sa réussite sociale, mais aussi ses prises de positions en faveur des Crétois, soumis à la tyrannie de l'Empire ottoman61

61Ayant réussi à s'intégrer à la fois au négoce local et au milieu laïque, il prit place sur la liste d'opposition aux élections municipales d'août 1870 et fut élu à 29 ans benjamin du conseil municipal. Le 4 septembre lui permit de devenir adjoint. Il joua un rôle important, aux côtés de Siegfried, pour préparer la ville à l'éventualité d'une attaque allemande. Nommé, le 15 novembre 1870, directeur des dépôts des gardes mobiles de l'Oise et de la Seine-Inférieure et placé à la tête du 6e bataillon de la garde mobile, il participa à la défense du Havre lors du siège des Prussiens. On le retrouva, en mai 1871, à la tête du détachement des pompiers du Havre, partis éteindre les incendies de la Semaine sanglante et hisser le drapeau tricolore en haut de la colonne de Juillet. En moins d'un an, la guerre puis la Commune lui avaient offert une auréole de patriote et de modéré, adversaire de toute subversion sociale.

  • 62 AN, 460 AP 19.

62Commencée à un rythme rapide, la carrière politique de Félix Faure connut quelques ratés dans les années 1870. Soucieux de disposer de relais, le jeune adjoint s'investit dans de nombreuses associations. Il fonda en 1871 la Société générale de gymnastique du Havre, puis entra, en 1875, au conseil d'administration de la Société havraise de tir. En juin 1871, il prit la présidence de la société de secours mutuel Sainte-Marie, implantée dans un quartier très populaire, et œuvra pour laïciser cette association jusqu'alors cléricale62 Il fut aussi, en 1878, le président fondateur de la Société d'épargne et de prévoyance et accepta, en 1880, la présidence d'honneur de la Lyre havraise.

  • 63 Félix Faure, Le Havre en 1878, Le Havre, imprimerie Lemâle aîné, 1878, 656 p.

63Parallèlement, il renforça sa position parmi le négoce local. Dès juin 1870, il avait fait partie des fondateurs de la Société pour le développement et la défense des intérêts commerciaux du Havre, créée pour lutter contre le protectionnisme et pour la défense de la liberté commerciale. En 1874, il entra à la Chambre de commerce et, en décembre 1878, devint juge au Tribunal de commerce. Soucieux que la Porte océane soit présente à l'exposition universelle de 1878, il rédigea une « sorte de catalogue », sous le titre Le Havre en 187863. Cet ouvrage de statistique, véritable éloge du dynamisme économique du port, devait accompagner la participation de la Chambre de commerce à la manifestation parisienne. Quand, en 1881, la question de la création d'un département de la Seine-Maritime fut relancée suite au refus du conseil général de participer à la construction du canal de Tancarville, on le trouva au premier plan des sécessionnistes. Il fut chargé par la Chambre de commerce de rédiger conjointement avec Gustave Brindeau l'ouvrage Le Havre préfecture, publié en novembre 1879. Les deux hommes multiplièrent les articles de journaux et les rapports afin de contrer les intérêts rouennais, regroupés dans la Ligue départementale contre le morcellement de la Seine-Inférieure.

  • 64 Le Citoyen, 24 décembre 1878.
  • 65 J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 309.
  • 66 Guy de Maupassant, Pierre et Jean, Edition Gallimard-Folio, p. 118-119.

64Un dernier aspect du personnage dans ces années 1870 et non le moindre fut sa participation à la vie mondaine locale. Les tenues élégantes de Félix Faure ont souvent été notées par ses biographes. C’est dès ces années là que le jeune négociant se fit remarquer par son style. Passant en revue les personnalités du Havre, le journaliste Étienne Mouttet nous a laissé, en 1878, le tableau suivant de Félix Faure : « A pour spécialité les speech, les réceptions d'hôtes étrangers de distinction, les allocutions aux braves ceci et aux nobles cela. (...) Il faut le voir quand, à la fin d'un banquet, il se lève, le teint habituellement pâle, légèrement animé, et, les deux mains appuyées sur le rebord de la table, prononce ces deux mots sacramentels : mesdames et messieurs ; on a envie d'applaudir rien qu'à la manière pleine de séduction avec laquelle il prononce ces deux mots »64. Cette intégration à la société havraise le conduisit à déménager, en 1876, de la rue d'Éprémesnil, située derrière l'hôtel de ville et bordée de pavillons, pour le boulevard François 1er plus prestigieux. Depuis 1870, il était devenu le second pôle d'attraction de la bourgeoise havraise, un niveau en dessous de la côte d'Ingouville65. Dans le roman de Maupassant, Pierre et Jean, c'est là qu'emménage le cadet des deux frères, une fois fortune faite suite à un héritage inattendu66.

  • 67 Journal du Havre, 4 et 5 janvier 1878.
  • 68 ADSM, 4 X 118, Société de secours mutuel Sainte-Marie.
  • 69 M. Félix Faure, président de la République, Le Havre, Auguste Godefroy, 1896, p. 5.

65Ces activités multiples le firent vite soupçonner de n'être mû que par sa propre ambition. Nous avons vu que, candidat aux législatives de 1876 sous l'étiquette « républicain conservateur », il arriva second derrière Lecesne. Le soutien d'un comité républicain lui avait fait cruellement défaut. Surtout, en 1878, accusé de cléricalisme par les comités, il fut écarté de la liste républicaine pour les élections municipales67. On lui reprochait d'avoir tardé à laïciser la société Sainte-Marie – elle n'avait changé de statuts que trois ans après l'arrivée à la présidence de Félix Faure68 – et de s'être lié de façon trop ostensible avec la bourgeoisie catholique de la ville. La rumeur l’accusa même d'avoir « quêté dans la petite église Sainte-Marie pour des naufragés »69.

  • 70 Daniel Amson, Gambetta ou le rêve brisé, Paris, Tallandier, 1994, p. 372.

66Écarté par les républicains du Havre, Faure partit à la conquête des environs. Élu député de la 3e circonscription du Havre en 1881, il réussit très vite à décrocher un poste ministériel. Gambetta le choisit comme sous-secrétaire d'État aux Colonies quand il forma son « grand ministère » le 14 novembre 1881. Cette promotion rapide s'expliquait par l'opportunisme de Faure, devenu gambettiste entre-temps, le souci de Gambetta de s'entourer d'hommes nouveaux70, mais aussi par les liens entre l'ancien dirigeant du Gouvernement de la Défense nationale et Le Havre. Gambetta s'était rendu au Havre le 26 octobre 1881, occasion de soigner sa popularité auprès d'une population qui l'avait placé juste derrière Lecesne aux élections législatives complémentaires du 2 juillet 1871. C'était moins Faure qui était choisi pour ses qualités, que Le Havre qui obtenait enfin une reconnaissance nationale pour son républicanisme indéfectible et son dynamisme économique. Notons qu'un autre grand port républicain, Marseille, était aussi représenté grâce à la nomination de Rouvier au ministère du Commerce et de l'Industrie. Bien qu'élu des campagnes, Faure se spécialisa désormais dans la défense des intérêts du port à la Chambre et au gouvernement.

67Il fut réélu député au scrutin de liste en 1885, puis se présenta avec succès en 1889 et 1893 dans la 2e circonscription du Havre qui englobait les 4e et 6e cantons de la ville, ainsi que ceux de Montivilliers et Saint-Romain. Comme député, il participa aux diverses commissions intéressées par les problèmes portuaires, maritimes et coloniaux. En novembre 1890, il fut un des membres fondateurs du Comité de l'Afrique française, puis, à l’été 1892, participa à la mise en place du Groupe colonial de la Chambre. Contrairement à Siegfried, sa carrière ministérielle ne se résuma pas à une expérience unique : il fut à nouveau sous-secrétaire d'État à la Marine et aux Colonies du gouvernement Ferry du 22 septembre 1883 au 30 mars 1885, puis du gouvernement Tirard du 5 janvier au 14 février 1888, date de sa démission. La suite de sa carrière est bien connue et sort des limites de notre étude : vice-président de la Chambre du 18 novembre 1893 au 30 mai 1894, ministre de la Marine du 31 mai 1 894 au 17 janvier 1895, il fut élu à cette date président de la République.

  • 71 ADSM, 3 M 448, Élection partielle au conseil général, Lillebonne, 1882.

68Député pendant 18 ans, Faure ne réussit pas à obtenir d'autres mandats. Candidat à l’élection partielle au conseil général des 16 et 23 juillet 1882 dans le canton de Lillebonne, il fut battu par le baron Piérard, fils d'un ancien directeur général des chemins de fer de l'Ouest, propriétaire du château de Tous-Vents à Gruchet-le-Valasse et gendre de l'ancien conseiller général Auguste Desgenétais71.

69La réussite sociale de Félix Faure ne resta pas un cas isolé. S'il fut le seul à se hisser aux sommets de la République, après avoir intégré le monde des notables havrais, d'autres jeunes gens surent faire fortune et mettre pied parmi la bourgeoisie locale. Le président de la Chambre de commerce, Frédéric Mallet, et les successeurs au palais Bourbon et à l'hôtel de ville de Siegfried, Auguste Rispal et Henry Génestal, en sont trois exemples.

  • 72 AN, LH 1709/22, dossier de Légion d'honneur ; AMM, dossier Mallet ; Petit Havre, 12 avril 1899.
  • 73 Souvenirs de jeunesse de Gabriel Puaux. Ce texte inédit a été rédigé par le petit-fils de Frédéric (...)
  • 74 Cf. la délibération du conseil municipal du 6 novembre 1912 lui attribuant un nom de rue (AMH, FC).
  • 75 Gabriel Puaux, Souvenirs de jeunesse.

70Frédéric Mallet est né le 6 décembre 1825 dans le 3e arrondissement de Paris d'un père joaillier72. Sa famille descendait de marchands rouennais obligés de quitter la France pour cause de religion en 1558. Elle s'était installée à Genève, puis était rentrée en France à la fin du XVIIIe siècle73. Le parcours professionnel de Frédéric Mallet fut l'un de ceux que les républicains aimaient mettre en avant74 : orphelin à la naissance – son père était mort sept mois plus tôt –, il débuta comme employé de banque, puis précepteur en Angleterre. C'est en 1842 qu'il vint travailler comme commis au Havre. Il devint représentant de la Maison Worms, puis créa la Maison Hantier, Mallet et Cie (ex-Maison Hantier fils et Martin) spécialisée dans le placement des charbons anglais en 1851. Elle fut une des premières à faire construire des steamers et ouvrit la ligne de cabotage Bordeaux-Rouen-Le Havre-Hambourg. Contrairement à Jules Siegfried, c'est peu à peu que Mallet constitua sa fortune. Au 1er janvier 1852, il ne l'évaluait encore qu’à 14 280 francs auxquels s'ajoutaient les 8 220 francs de la dot de sa femme, Nabelle Zoé Rosseloty, épousée le 19 novembre 1851 à Orléans. La réussite de ses affaires et une sage politique d'épargne – ainsi, en 1862, ayant gagné 58 350 francs, il n'en dépensa que 16 600 – lui permirent d'atteindre le million en 1870. En 1881, quand il vendit sa maison de commerce, il avait atteint les deux millions75.

  • 76 AMH, FC, K3 29/1 1, dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur.
  • 77 Notes préparatoires à une conférence devant la Société d'Histoire de la Troisième République, Archi (...)
  • 78 Gabriel Puaux, Souvenirs de jeunesse.

71Dès le Second Empire, Frédéric Mallet fut reconnu par ses pairs qui l'élirent juge au Tribunal de commerce en 1859, puis membre de la Chambre de commerce en janvier 1869. Il la présida du 5 avril 1875 jusqu'en 1890, jouant un rôle essentiel pour adapter le port à un trafic sans cesse croissant76. André Siegfried nous a laissé le tableau suivant de ce grand notable du Havre : « Avec sa barbe grise d'épicier méthodiste anglais, son chapeau melon, son pardessus sombre, sa démarche respectable, il évoque le président Grévy et toute la respectabilité bourgeoise du XIXe siècle »77. Portrait confirmé par son petit-fils, Gabriel Puaux : « Le Président Mallet portait en lui l'autorité. Sa stature droite, sa parole mesurée et précise, son goût des réalisations, tout en lui était du chef. Un respect unanime l'entourait et sa fortune ajoutait à sa considération. »78 Parallèlement à ses activités à la Chambre de commerce, Frédéric Mallet s'impliqua, dès la fin de l'Empire, dans diverses initiatives d'esprit libéral, telle la fondation du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, dont il devint le vice-président. Hostile tout autant aux républicains irréconciliables qu'à l'Empire autoritaire, il approuva l'évolution du régime, puis, une fois celui-ci effondré, se rallia à l'idée d'une République, devenant à partir de 1873 le vice-président du Comité républicain conservateur. S'il n'eut jamais de mandat politique, sa position à la tête de la Chambre de commerce en fit un des piliers du parti républicain. Dès les années 1860, il se lia à Jules Siegfried à qui il apporta conseil et aide, participant aux multiples sociétés philanthropiques mises en place par ce dernier. Le mariage de sa fille, le 20 mai 1873, avec le frère aîné de Julie Siegfried, le pasteur Frank Puaux, renforça encore ces liens.

  • 79 ADCantal, 2 E 160/4.
  • 80 Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 945-946.
  • 81 Contrat de mariage d'Auguste Rispal et Louise Céline Rouedhart, 12 août 1871, ADSM, 2 E 7/290.
  • 82 Son action parlementaire fut terne. Selon le Dictionnaire des parlementaires français (p. 2864-2865 (...)

72Autre exemple d'ascension sociale, Rispal est, lui, né le 25 mai 1836 dans une famille de petits propriétaires à Reilhac, dans le Cantal79. Il vint au Havre à l'âge de douze ans travailler comme employé chez son frère, Hugues, de 20 ans son aîné, installé négociant en métaux depuis 184780. Il prit sa succession en 1859. Contrairement à Félix Faure son intégration à l'élite des négociants fut plus longue. En 1871, sa fortune restait modeste : son contrat de mariage avec Louise Céline Rouedhart, fille d'un marchand bonnetier rouennais, indique que sa part dans sa société s'élevait à 25 000 francs81. Demeurant rue d'Orléans, puis rue Ancelot, en face du Lycée, il dut attendre 1875 pour déménager boulevard de Strasbourg, adresse plus prestigieuse. Ce n'est qu'en 1886 qu'il devint membre de la Chambre de commerce. Entre-temps, il avait commencé à prendre place parmi les républicains locaux. Membre du Comité antiplébiscitaire en avril 1870, il entra au conseil municipal en août. Il y resta jusqu'en 1900 et fut adjoint de 1881 à 1890. Élu conseiller général du 2e canton en 1888, il prit la succession de Siegfried à la Chambre des Députés, quand celui-ci entra au palais du Luxembourg en 1897. Il finit, lui-même, sénateur de 1903 à 1909. Si ce parcours fut moins brillant que celui de Félix Faure, on retrouve des éléments communs : une origine relativement modeste, l'exercice de mandats locaux, puis nationaux, une interaction entre vie politique et défense des intérêts du port. Comme député, puis sénateur, Rispal se spécialisa dans les questions commerciales et maritimes82.

  • 83 Archives municipales de Caen, Etat-civil.
  • 84 Dictionnaire biographique de la Seine-Inférieure, 1892.

73Né le 22 novembre 1840, Henry Génestal était issu d'un milieu plus favorisé, mais était un enfant naturel. Son père, Gabriel Laurent Camille Génestal du Chaumeil, était officier des haras et demeurait à Saint-Lô83. Génestal commença comme simple employé de commerce, puis réussit à devenir négociant. Il dirigea une des plus importantes maisons du Havre pour le commerce des grains et fut le représentant de diverses lignes de navigation, telles la White Star Line – ligne régulière de paquebots entre Le Havre, Liverpool, New-York et San-Francisco –, la Compania transatlantica – ligne postale entre la France, l'Espagne, les Antilles et le Mexique –, l’Atlas Line – vers New-York et les Antilles –, l'Adria Hungarian Sea Navigation Company Limited – entre Le Havre, Rouen, Trieste, Fiume et Venise. Cela lui permit d'entrer en 1 886 à la Chambre de commerce84.

  • 85 Archives de la FNSP, 6 SI 6, Dr 4.

74D'abord membre du Comité républicain conservateur, il devint un fidèle de Siegfried. André Siegfried nous en a laissé un tableau pittoresque : « Trois heures de l'après-midi, M. B., lieutenant du maire, dont il est l'intime ami, grand organisateur du parti républicain, conduit avec aisance sa maison de commerce : il vient d'acheter, puis de revendre une cargaison de blé ; il se prépare à négocier des stocks de maïs, de pommes de terre, de coprah ; on lui offre un lot de cheveux chinois, en tresses, qu'il refuse. Son œil malin brille quand entre Zéphyrin, l'agent électoral du cercle républicain, qui lui apporte cinquante sifflets, qu'on distribuera aux militants pour la réunion publique du soir. Cet homme élégant et raffiné, né pour la diplomatie et les grands emplois, s'amuse en artiste à ces besognes pratiques. Son fidèle ami, le maire, pour lequel il travaille avec un dévouement sans limites, ne saura sans doute jamais que certaines indignations populaires ne sont pas spontanées »85.

75Il entra au conseil municipal en 1881 et devint 1er adjoint en 1890. La même année, il fut élu conseiller général du 6e canton, qui englobait la côte. Ce n'est qu'en 1908 qu'il fut désigné maire du Havre, poste qu'il conserva jusqu'au 1er juillet 1914.

76Soucieux de philanthropie à l'image de Jules Siegfried, il participa à de nombreuses œuvres, telles l'Œuvre de l'hospitalité de nuit, dont il fut un des membres fondateurs en 1886, ou la société de secours mutuel Saint-Joseph, dont il devint président en 1888.

77Cette évocation de quelques républicains de premier plan – un futur président de la République, un président de la Chambre de commerce, un député, un maire – ne doit pas faire oublier le cas d'autres négociants à l'action politique moins marquante. De nombreux négociants républicains n'étaient pas issus des grandes familles locales. Ayant débuté comme simples employés, ils devaient leur succès à eux-mêmes. Si beaucoup, à l'image de Félix Faure, étaient issus des couches sociales intermédiaires entre le peuple et la bourgeoisie, certains pouvaient avoir une extraction plus modeste. Contentons-nous d'en citer deux.

  • 86 Dossier pour la Légion d'honneur, AN, Fld III 335 ; Acte de naissance du 16 janvier 1839, AMH ; La (...)
  • 87 Le Havre, 29 et 30 juillet 1888.

78Élu conseiller d'arrondissement en 1888 dans le 2e canton, Alexandre Paisant était un bien meilleur exemple de self made man que Félix Faure86. Il était né le 16 janvier 1839 au Havre d'un père brouettier. Ouvrier typographe dès l'âge de treize ans, il le resta quatre ans, puis fut employé de commerce de la maison Postel pendant trente-deux ans et finit par s'associer à son employeur. Devenu négociant-armateur, il entra à la Chambre de commerce et fut consul général d'Haïti. Comme employé, il avait été un des fondateurs de la Société de prévoyance des employés de commerce en 1868. Philanthrope, il avait fondé, en 1882, la Ligue protectrice des enfants abandonnés et orphelins du Havre. Le Groupe électoral du 2e canton expliquait son choix comme candidat, en 1888, face à son concurrent Louis Brindeau, par sa qualité de « fds de ses œuvres »87.

  • 88 AMH, État-civil.
  • 89 Le Havre, 28 avril 1888.

79Trésorier du Comité central républicain de septembre 1883 à février 1888 et conseiller municipal de 1888 à 1892, Paul Pillieux, né en 1855, était le fils d'un journalier du port88. Il avait commencé comme petit commis aux Docks-Entrepôts, puis avait été magasinier à l'hôtel de ville, commis chez Gaudon et fils, puis aux Forges et Chantiers de la Méditerranée. Il fut, enfin, commis du dehors de 1872 à 1887 dans la maison Louis Bertin, dont il prit la succession, devenant négociant à trente-deux ans. Quand les comités républicains le choisirent comme candidat, en 1888, ils ne manquèrent pas d'insister sur toutes les étapes d'une réussite sociale exemplaire89.

80Ces quelques récits d'ascension sociale auront montré au lecteur la place importante occupée par des nouveaux venus dans la vie locale. Issus de la moyenne ou petite bourgeoisie, voire parfois de milieux plus populaires, ils ont su, après quelques années passées comme simple commis ou employé, s'installer négociant à leur compte et faire fortune plus ou moins vite. Leur participation à la vie politique est allée de pair avec leur participation aux instances consulaires locales, mais aussi à diverses associations laïques, telle la Ligue de l'enseignement. Comme pour les familles anciennement installées, les protestants étaient nombreux : sur les quelques exemples développés, on en compte deux, Génestal et Mallet. L'adhésion à la République fut souvent plus rapide que dans le cas des anciens libéraux de la monarchie de Juillet. Nul doute que le discours républicain valorisant la réussite par le travail et l'émergence de « couches nouvelles » fut bien reçu.

Jules Siegfried

  • 90 Remanié, le texte de cette conférence parut en 1942, chez Firmin-Didot, sous le titre : Jules Siegf (...)

81La dernière grande figure du négoce républicain à évoquer est celle de Jules Siegfried. Ce fut un des plus beaux exemples de réussite sociale, mais aussi de longévité politique. Si le parcours de Siegfried fut moins prestigieux que celui de Félix Faure – il ne connut ni les ors du palais de Lassay, ni ceux de l'Élysée –, il sut marquer son époque. Rares sont les ouvrages sur la Troisième République où il n'apparaît pas dans l'index. On peut l'expliquer par le souci qu’eut son fils, André, de faire connaître la vie et l’œuvre de son père. Son ouvrage, d'abord conçu, en juin 1937, comme une conférence pour la Société d'histoire de la Troisième République90, est l'œuvre d'un historien, excellent connaisseur de la période. Il se fonde sur des sources de première main, le journal intime de Jules et ses souvenirs personnels. Il reste un modèle pour tout biographe soucieux de camper un milieu, de restituer une atmosphère.

  • 91 Commencé en 1860 (le cahier le plus ancien que nous avons travaillé débute en 1866, mais des volume (...)

82Faire l'éloge, après tant d'autres, de l'ouvrage d'André nous conduit à un problème de méthode : à quoi bon répéter ce qu'a déjà écrit André, au risque de lasser le lecteur ? La possibilité qui nous a été offerte par la famille Siegfried de lire le journal intime de Jules91, nous semble justifier le choix de rappeler à notre tour, dans le cadre géographique et chronologique limité de notre étude, qui fut ce grand républicain du Havre. André n'a pas tout dit et on peut, à la lecture du journal intime, émettre quelques restrictions. Une première tient à l'aspect parfois hagiographique, inévitable. Plus gênants sont les quelques partis pris que l'on peut noter ici et là. Spécialiste du monde anglo-saxon, André voulut à tout prix voir en son père l'équivalent d'un libéral anglais. Il expliqua ainsi son inadaptation à la vie politique française. Surtout, par pudeur, mais aussi incompréhension, la dimension religieuse de l'engagement de Jules fut minorée. Elle nous semble pourtant essentielle pour comprendre l'œuvre politique, mais aussi sociale, du maire du Havre. Nous reviendrons sur ce thème.

  • 92 André Siegfried, op. cit. ; du même, Cotonniers aux Indes, Paris, imprimerie Chaix, s.d., 22 p. Voi (...)
  • 93 Bürgerbuch der Stadt Mülhausen, p. 327-328.
  • 94 Cf. l'acte de mariage du 22 septembre 1834 de Jean-Jacques Siegfried et Louise Blech (AMH, dossier (...)
  • 95 Sur la maison Blech, Fries et Cie : Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, p. 534. Sur la famill (...)
  • 96 Jules Siegfried, Journal, 5 mars 1885.

83Un premier trait caractérise indéniablement Jules Siegfried, sa fortune. Son origine a déjà été racontée92. Rappelons simplement les principales étapes. Jules est né le 12 février 1837 à Mulhouse. Sa famille paternelle, sans être modeste, n'appartenait pas aux élites industrielles locales. Le premier Siegfried installé à Mulhouse, Adam, était originaire de Hochstatt, petite commune située au sud-ouest, à 8 km. Il avait obtenu le droit de bourgeoisie en 164793. Le grand-père de Jules, Jean Georges, était drapier et son oncle tonnelier94. Son père, après une existence plus ou moins mouvementée – André nous le présente parcourant le Mexique comme commissionnaire –, avait créé une maison de négoce en association avec son cousin, Jules Roederer. Son mariage en 1834 avec Louise Blech lui avait permis de mettre pied dans le milieu des riches cotonniers mulhousiens. Louise était la fille de l'indienneur François-Joseph Blech95 et de Marie Schlumberger. Comme Félix Faure et bien d'autres négociants havrais, Jules n'est pas parti de rien, loin de là. Ses parents possédaient un capital non négligeable : à sa mort, en février 1885, Louise laissait une fortune personnelle de 500 000 francs, auxquels s'ajoutaient 150 000 francs reliquats de la communauté96. Quand André présente son grand-père comme un modeste négociant, il faut donc nuancer ! Surtout, les relations de Jules avec la haute bourgeoisie protestante et alsacienne étaient un atout pour se lancer à son tour dans le négoce.

  • 97 Sur celui-ci : Bertrand Roederer, La famille Roederer du Havre, dactylographié, 1982
  • 98 Jules Siegfried, Journal, 14 novembre 1868.

84Après des études interrompues à l'âge de treize ans, Jules commença comme apprenti dans la maison de commerce de son père à Mulhouse, puis à Paris, au Havre, auprès de Jules Roederer97, à Manchester et à Liverpool. Il devint employé, puis associé de son père. Il s'en sépara dès 1861 et partit visiter les États-Unis. Il y acquit la conviction que la guerre, commencée la même année, serait longue, ce qui obligeait à trouver d’autres sources d'approvisionnement en coton. Rentré en France en 1862, il fonda avec son frère Jacques la maison Siegfried frères, installée au Havre et à Mulhouse. Il trouva une partie des capitaux auprès des membres de sa famille ou de proches : Georges Steinbach, négociant mulhousien lié à la famille Blech, le commandita « pour 6 ans et pour une somme de f.400.000 »98. Dès l'automne 1862, les deux associés décidèrent d'ouvrir une succursale aux Indes pour palier la baisse des arrivées de coton américain. C'est Jules qui partit installer le nouveau comptoir à Bombay. Dès la seconde année, le bénéfice de la maison Siegfried frères s'éleva à 1 250 000 francs, grâce à une commission de 5 % sur les ordres opérés pour les filateurs européens que Jacques avait systématiquement prospectés. De retour en France en juillet 1864, Jules s'installa au Havre et, une fois la Guerre de Sécession terminée, réorienta sa maison de négoce vers l'ouest, ouvrant une succursale à La Nouvelle-Orléans. Il dirigea désormais l’affaire en association avec son frère Ernest, Jacques s'en étant retiré en 1865.

  • 99 Ibid., 12 janvier 1869.
  • 100 Ibid, 20 novembre 1870.

85Ce succès rapide et fragile – la fin du blocus du Sud en 1865 occasionna 800 000 francs de pertes sur créances et faillit être fatale aux deux frères – avait propulsé Jules parmi les élites négociantes de la place du Havre. Les années suivantes le virent consolider sa position. Quelques indices glanés dans son journal permettent de s'en faire une idée. À l'occasion de son mariage le 2 février 1869 avec Julie Puaux qui n'apportait aucune dot, Jules fut en mesure de constituer pour sa femme une fortune de 500 000 francs en actions et en terrains (31 hectares dans le Forst alsacien)99. À cette date, il estimait ses biens à plus de deux millions. La guerre de 1870-1871 le fit à nouveau vaciller. Elle entraîna une suspension des affaires commerciales, d'où un inventaire déficitaire de 265 000 francs pour la campagne de 1870. Dès cette date, l'importance de la fortune accumulée permit de faire face sans difficulté majeure, comme l'explique Jules Siegfried : « ayant touché 130 000 francs d'intérêt sur mon capital et n'ayant dépensé que 60 000 francs environ, ma fortune n'a guère diminué depuis l'année dernière que de 130 000 francs, ce qui n'est rien dans un cataclysme comme celui où nous nous trouvons »100.

  • 101 Ibid., 23 août 1875.
  • 102 André Siegfried, Cotonniers aux Indes.
  • 103 Jules Siegfried, Journal, 10 novembre 1878.

86Cinq ans plus tard, sa position restait forte. Siegfried évoque désormais une fortune de trois millions. Sur l'ensemble de la période 1862-1875, la maison Siegfried frères avec ses cinq comptoirs du Havre, de Liverpool, de Bombay, de la Nouvelle-Orléans et de Savannah, avait été bénéficiaire tous les ans, sauf en 1870. Elle avait traité un million de balles de coton, ce qui avait permis un bénéfice cumulé de sept millions de francs, réparti entre les associés et leurs commanditaires101. Les meilleures années avaient été les premières : pendant la campagne de 1864, ce sont 200 000 balles qui avaient été négociées. La pérennité de cette fortune s'expliquait par une méfiance envers la spéculation. À l'époque du boom cotonnier de Bombay, Jules s'était gardé d'investir massivement dans des placements indiens en plein envol102. Il préféra toujours percevoir des commissions sur des ordres opérés pour d'autres que spéculer à son compte. Par contre, il investit dans la production avec 34 000 broches en Normandie et Basse-Normandie et prit des participations dans diverses affaires industrielles, dont celle d'Huttenheim dans le Bas-Rhin103.

  • 104 Ibid., 25 février 1877.
  • 105 Ibid., 21 avril 1878.

87En 1877, décidé à participer de plus en plus à la vie politique locale, il expliquait son choix par une lassitude face à l'évolution du négoce du coton : « nos affaires cotonnières se sont tellement modifiées en mal – la commission et les ordres ont été forcément remplacés par la spéculation et les offres fermes – qu'il n'y a aucune satisfaction. Au contraire, on n'a que des ennuis, et tout cela sans grand bénéfice »104. Le responsable désigné de cette situation était le télégraphe : « Producteurs et consommateurs peuvent se mettre en relations avec la plus grande facilité, et par le télégraphe on peut faire des affaires si colossales que l'intermédiaire devient de plus en plus inutile »105. Cela le conduisit à fermer en 1877 la maison de Savannah en Géorgie. L'autre difficulté était la diminution de la consommation de coton des Indes d’où la fermeture en 1878 du comptoir de Bombay.

  • 106 A. Siegfried, Jules Siegfried, p. 23.
  • 107 Jules Siegfried, Journal, 4 janvier 1880.
  • 108 Ibid., 29 juin 1885.
  • 109 Ibid., 23 janvier 1891.
  • 110 Hubert Bonin, L'argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers, épargnants dans la vie économi (...)

88C'est en 1880, une fois nommé maire du Havre, que Siegfried laissa la direction de l'affaire à son frère Ernest106. Il resta, comme son frère Jacques, commanditaire « fournissant des capitaux et conservant (...) un intérêt dans les bénéfices »107. À cette date, la maison de négoce n'était plus sa seule source de revenus. Jules avait aussi aidé son frère Jacques à se lancer, après la guerre de 1870-1871, dans la banque et était intéressé aux bénéfices de sa société, la Banque Russe et Française. Grâce à ses parts dans les affaires dirigées par ses frères et quelques placements plus sûrs, Jules escomptait un revenu annuel de 150 000 francs. Ce sera désormais le niveau approximatif de ses revenus – en 1885, dans son journal, Jules évoque un total annuel de 165 000 francs de rentes108, auxquels s'ajouteront dès l'année suivante les 9 000 francs d'indemnité parlementaire ! –, ce qui lui permettra de se consacrer à la vie publique. Sa fortune n'augmentera plus que lentement du fait de l'importance du train de vie du ménage, mais aussi de la participation à de multiples œuvres philanthropiques : sur la période 1880-1885, les dépenses annuelles avoisinaient les 125 000 francs, soit un bénéfice net de 40 000 francs ; après 1885, une fois installé député à Paris, elles dépasseront les 150 000 francs. Ainsi, pour l'année 1890, Jules avance le chiffre de 167 000 francs, dont « plus de 50 000 francs en cadeaux, charités et souscriptions »109. De telles sommes le plaçaient parmi les plus grosses fortunes du Havre, mais aussi de l'hexagone : rappelons que dans les années 1890, seuls 3 000 revenus en France dépassaient les 100 000 francs annuels110

  • 111 A. Siegfried, Mes souvenirs d'enfance, p. 16.

89La réussite dans les affaires permit aussi à Siegfried d'imiter le mouvement ascensionnel des riches familles havraises, décrit dès la Restauration par Balzac. Logeant dans un premier temps dans un pavillon, 9 rue de l’Orangerie, au bas de la côte, juste derrière l'hôtel de ville, il s'était installé, en 1872, à mi-côte, 1 rue Saint-Michel. Tenant plus du pavillon que de l'hôtel particulier, cette demeure en briques rouges et blanches restait modeste pour un négociant. André a gardé le souvenir d'une salle à manger « sombre » et d'un salon « assez mesquin »111.

  • 112 J. Siegfried, Journal, 12 mai 1881.
  • 113 Ibid., 9 juillet 1879.

90C'est à la fin des années 1870 qu'il fit construire, rue de la Côte, une magnifique villa, baptisée le Bosphore en souvenir d'un alexandrin de Casimir Delavigne à la louange du paysage de la baie de Seine - « Après Constantinople, il n'est rien d'aussi beau ». Cette fois, le haut de l'ancienne falaise était atteint et les grandes familles protestantes rejointes. Habitaient dans la même rue les Roederer, Winslow, de Coninck, Latham, Schlumberger et autres cousins et alliés. Le point de vue de la terrasse du Bosphore, décrit par André dans ses divers ouvrages, reste un des plus beaux de la ville. Par temps clair, on apercevait les clochers de Caen, les grands hôtels et le casino de Deauville ou les églises de Honfleur. Plus près, on surplombait le port, mais aussi la vieille ville et les nouveaux quartiers industriels vers l'est. Cette demeure avait coûté 500 000 francs112, chiffre élevé mais non exceptionnel : quand, un an plus tôt, la suspension de la maison Quesnel frères avait entraîné la ruine de cette famille et la vente de leur propriété, celle-ci avait été rachetée 475 000 francs par la ville qui souhaitait y construire un hôpital113. Si la recherche d'une vue dégagée expliquait l'emplacement, il avait aussi pour conséquence de rendre perceptible à tous la réussite de Siegfried. Aujourd'hui encore, de la ville basse, le Bosphore est de toutes les maisons de maître la première qui saute aux yeux par ses dimensions, mais aussi sa localisation dans le premier virage qu'effectue l'ancienne rue de la Côte avant de descendre en épingles à cheveux vers la ville. S'y être installé moins de vingt ans après l'arrivée au Havre n'était pas le moindre signe d'une réussite rapide : Félix Faure attendit, lui, 1895, soit son élection à la présidence de la République, pour posséder sa villa en haut de la côte et dut longtemps se contenter du boulevard François Ier.

Figure 5. Jules Siegfried

Figure 5. Jules Siegfried

Figure 6. Le Bosphore

Figure 6. Le Bosphore
  • 114 Sur celle-ci : Sandrine Kott, « Enjeux et signification d'une politique sociale : la Société indust (...)
  • 115 Jules Siegfried, Journal, 23 décembre 1866.
  • 116 R. Oberlé, Mulhouse ou la genèse d'une ville, E.d. du Rhin, 1985, p. 198-202.
  • 117 Maurice Agulhon, 1848 ou l'apprentissage de la République..., p. 225.

91Ayant mis pied parmi les grandes fortunes du Havre, Jules Siegfried ne fut pas immédiatement un Havrais à part entière : son Journal nous le montre très attaché à Mulhouse, où il passait une partie de l'année et participait aux travaux de la Société industrielle114. En 1866, il résumait ainsi ses buts : « Je reviendrais alors habiter Mulhouse, j'y ferais voir mon désir de faire le bien et de me consacrer aux intérêts de ma ville natale. Il faudrait bien intriguer un peu ; je me pousserais d'abord à la Société Industrielle, puis je tâcherais d'arriver au Conseil Municipal, à la Chambre de Commerce, au Conseil Général, et enfin si je voyais que je réussis, que je suis aimé et apprécié, je viserais ouvertement et carrément à la députation. Dans toutes ces positions en évidence, je m'appliquerais à faire progresser ma Ville ; je tâcherais enfin de faire le plus de bien possible à mon pays »115. Cet attachement à Mulhouse n'est pas purement anecdotique, il explique les premiers choix politiques de Jules Siegfried, le refus de l'Empire autoritaire, le souci de réformes libérales, l'absence de tout dogmatisme en matière de régime. Cet état d'esprit était celui de la bourgeoise mulhousienne. Grand centre de l'industrie du coton, la ville était aussi un des principaux foyers du libéralisme en France. Ancienne République oligarchique et calviniste, rattachée aux cantons suisses, elle avait fait le choix de l’adhésion à la République française en 1798. La ratification de cette union s'expliquait par des considérations commerciales – ne pas être isolée par un cordon douanier des marchés français –, mais aussi par l'influence des Lumières et l'attrait pour les idéaux de la Révolution française116. La ville resta toujours un foyer libéral, n'acceptant ni la Restauration, ni le coup de force de Louis-Napoléon. Ne fut-elle pas la seule grande ville à donner une majorité de non, lors du plébiscite du 21 décembre 1851117 ?

  • 118 François Puaux était né à Vallon, dans l'Ardèche, en 1806. Il avait été avocat à Largentière, notai (...)

92À cette influence s'ajoutait celle de sa belle-famille. Le 2 février 1869, Jules avait épousé à Alès, Julie Puaux, fille du pasteur François Puaux118. Celui-ci l'avait mis en contact avec François Guizot à qui il rendit plusieurs fois visite au Val-Richer et dont il sollicita les conseils.

  • 119 André Siegfried, op. cit., p. 59 et p. 138-141.

93Restent enfin à noter les influences anglo-saxonnes sur lesquelles André Siegfried a insisté, établissant un parallèle entre la mentalité de son père et celle des libéraux britanniques119 Observateur insatiable, Jules a effectué plusieurs voyages en Angleterre qui l'ont conforté dans ses idées libérales. De même, son voyage aux États-Unis lui a permis de rencontrer Lincoln, personnage qui l'a marqué. Cette ouverture sur les réalités extérieures est suffisamment rare parmi le personnel politique des débuts de la Troisième République pour qu'elle vaille la peine d'être soulignée. Cela dit, la lecture du journal intime de Jules montre combien c'est l'influence mulhousienne qui a prédominé.

  • 120 J. Siegfried, Journal, 12 janvier 1869.

94Resté très attaché à Mulhouse, Siegfried finit pourtant par intégrer les élites havraises. Une première étape fut son élection à la Chambre de commerce, à l'âge de 31 ans. Le négoce libéral lui proposa d'être candidat au renouvellement de janvier 1869, à une date où la Chambre était partagée entre libéraux et proches de l'Empire. Si Théodore Ferrère la présidait depuis 1866, y siégeaient Jules Ancel, François Mazeline, Edouard Larue ou Emile Masquelier. Siegfried arriva en tête juste devant le député Ancel120.

  • 121 Ibid, 29 mai 1870.
  • 122 Ibid., 23 août 1870.

95Parallèlement, Siegfried, orléaniste de tempérament, se rapprocha des républicains. Son adhésion à la Ligue de l'enseignement, que nous avons évoquée plus haut, lui fit côtoyer des hommes comme Bazan ou Peulevey. Dès mai 1870, une candidature au conseil général lui fut proposée, candidature qu'il refusa pour ne pas se lier au parti des « irréconciliables »121. En août 1870, à la recherche de candidats modérés, les républicains firent appel à lui pour devenir conseiller municipal. Il exerça aussitôt une influence importante sur ses collègues : quand le préfet demanda que le conseil nouvellement élu désigne par un vote officieux son candidat au poste de maire, Siegfried obtint 10 voix contre 16 à l’ancien quarante-huitard Guillemard122. Cette popularité parmi les républicains est, à première vue, un peu paradoxale pour qui a sous les yeux son journal intime : jusqu'à Sedan la question du régime lui semblait secondaire. Une évolution franchement libérale de l'Empire ne permettrait-elle pas de faire l'économie d'une nouvelle révolution ?

  • 123 Ibid., 5 juin 1884.

96Ce sont les événements qui tranchèrent définitivement, plaçant Jules au premier rang des républicains. Adjoint après le 4 septembre qui l'avait pourtant effrayé dans un premier temps, il participa à la défense de la ville, suppléant le plus souvent le maire malade. À l'image de toute une génération républicaine, cette expérience lui donna une légitimité indiscutable. La Commune le marqua profondément, lui faisant refuser tout compromis avec ceux qu'il appellera toujours « les méchants, les exagérés, les mécontents de tout et d'eux-mêmes », exact opposé des « gens sages, honnêtes et dévoués »123. Ce premier mandat municipal fut, enfin, l'occasion de se consacrer au sujet qui lui tenait le plus à cœur, la réforme des écoles de la ville.

  • 124 Rapport du préfet du 12 janvier 1878, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.
  • 125 Rapport du préfet du 21 janvier 1878, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.
  • 126 Lettre de Jules Siegfried au préfet du 16 janvier 1878, ADSM, 3 M 1038 ; voir aussi le compte rendu (...)
  • 127 Jules Siegfried, Journal, 10 novembre 1878.

97Premier adjoint jusqu'en février 1874, il dut céder la place pour cause d'ordre moral. En janvier 1878, Guillemard, malade, retrouva son fauteuil de maire, tandis que Siegfried redevenait 1er adjoint. Cela n'avait pas été sans mal : l'état de santé de Guillemard avait avivé les convoitises et le poste de 1er adjoint apparaissait comme le meilleur tremplin pour devenir maire. Désireux de contrer Siegfried, Gustave Brindeau et Léon Peulevey avaient essayé de pousser en avant Constantin Bazan qui avait refusé de se prêter à ce stratagème. Ils avaient alors avancé la candidature de Brindeau124. À l’arrière-plan, on pouvait discerner les réticences de certains républicains face à un homme qui ne cachait pas son protestantisme. Comme l'expliquait le préfet : « On préférerait peut-être au Havre un maire indifférent, sceptique même, à un protestant convaincu comme M. Siegfried : là est réellement l'objection sérieuse à sa nomination »125. C'est, finalement, le conseil municipal qui trancha, à la demande du préfet. Réuni, officieusement, le 15 juillet 1878, il choisit Jules Siegfried pour Ier adjoint par 18 voix contre 11 à Gustave Brindeau126. Redevenu adjoint, Siegfried exerça la réalité du pouvoir, la santé du maire étant de plus en plus défaillante. Il succéda à Guillemard dès sa mort, en octobre 1878127. Cette fois, le conseil, réuni à nouveau officieusement, lui donna 25 voix sur 29 présents. Installé au Havre en 1864, Siegfried n'avait mis que 14 ans pour en devenir le maire.

  • 128 André Siegfried, Jules Siegfried, p. 65.
  • 129 Jules Siegfried, Journal, 15 septembre 1881.

98Une fois à la tête de la cité, sa popularité connut des hauts et des bas. Dans son essai, André Siegfried a plutôt insisté sur l'attachement de la population à son maire, même s'il a noté que la volonté insatiable de réforme a parfois pu fatiguer l'opinion128. Les proches du maire surent entretenir cette reconnaissance des habitants. Le retour de Jules Siegfried au Havre, en 1881, après une longue convalescence, suite à une fièvre typhoïde, en fut l'occasion, ainsi que nous le montre le journal : « Un grand nombre de personnes nous attendaient à la gare, où l'on nous a fait une réception chaleureuse. Dans l'après-midi, nous avons eu au Bosphore la visite de 500 enfants des Écoles avec leurs professeurs, venant nous souhaiter la bienvenue. Nous leur avons offert des petits gâteaux et du vin et de l'eau, et cette petite fête a été charmante »129.

  • 130 Élections municipales du 9 janvier 1881, AMH, FC, K1 9/4.
  • 131 Élections municipales du 4 mai 1884, AMH, FC, K1 9/6.
  • 132 Sur l'oeuvre hygiéniste de Siegfried et Gibert : David S. Barnes, The Making of a Social Disease : (...)

99Les résultats électoraux ne confirment pas tout à fait cette popularité. Réélu septième en 1881, avec seulement 119 voix de moins que le premier, Auguste Brostrom130, Siegfried connut un résultat bien moins brillant en 1884. Il ne fut, cette fois, que l'avant-dernier des élus républicains avec 1 121 voix de moins que le premier, Constantin Bazan131. Sa politique de grands travaux édilitaires, son obsession hygiéniste et, aussi, son esprit moralisateur, avaient lassé une partie des électeurs. La création, en 1879, du premier bureau municipal d'hygiène jamais ouvert par une municipalité suscita plus d'incompréhension que d'enthousiasme132. On retint surtout la tentation de contrôler tous les aspects de la vie sociale sous le prétexte de la lutte contre les maladies : les alcools consommés dans les débits de boissons, les aliments vendus sur les marchés, les accouchements ou les égouts et les tinettes mobiles. Sa volonté d'imposer un assainissement général de la ville par la mise en place du tout-à-l'égout heurtait bien des habitudes et une partie des Havrais acceptaient mal de voir mise en exergue l'insalubrité de leur cité qu'ils préféraient nier, contre toute évidence. Son attachement à la scolarisation de tous, y compris les jeunes filles, n'était pas toujours compris par une population ouvrière où le salaire d'appoint des enfants n'était pas à négliger. Dans une ville, où le problème du logement se posait avec acuité, les nouvelles écoles furent dénoncées comme autant de « palais scolaires », vidant inutilement la caisse municipale.

  • 133 Fondée en janvier 1886, La Cloche illustrée, journal satirique, adopta d'emblée un ton critique vis (...)

100Ce type de critique ne fleurit pas seulement à droite, mais trouva aussi un écho au sein du camp républicain, notamment du côté des radicaux prompts à dénoncer la dérive des finances municipales et l'augmentation des centimes additionnels, comme le montrent les caricatures de la Cloche illustrée133.

Figure 7. Le départ de Jules Siegfried de la mairie

Figure 7. Le départ de Jules Siegfried de la mairie

101Celle consacrée à sa démission de la mairie, dans l'édition du 9 janvier 1886, était particulièrement explicite : on y voyait Siegfried s'éloigner ; au premier plan, une figure féminine, personnifiant la ville, courbée sous le poids des multiples écoles construites, sans parler du lycée de jeunes filles, semblait le rappeler. À ses côtés, la porte du coffre de la caisse municipale baillait sur un intérieur désespérément vide.

  • 134 Règlement du 22 août 1882, AMH, FC, I2 48/9. Sur ce thème : Anne Rique, La prostitution au Havre en (...)

102Le moralisme de Siegfried ne fit que renforcer l'agacement d'une partie des républicains : ne se dit-il pas en tête, sous prétexte de lutter contre la prostitution des brasseries à femmes, d'interdire aux serveuses des cafés et débits de boisson « de s'asseoir près des consommateurs, de prendre ou d'accepter aucune consommation »134 ? Il n'est pas sûr que tous les habitants du Havre, ville qui avait la plus forte densité de débits de boisson de France, aient apprécié ! L'accusation de cléricalisme huguenot fut de toutes les épithètes celle qu'il conserva le plus longtemps.

  • 135 La Cloche illustrée, 9 janvier 1886.

103Sa personnalité l'avait aussi coupé de l'opinion : il avait donné l'image d'un homme autoritaire, présidant un conseil municipal comme on dirige une entreprise ou un conseil de direction. Sa raideur et son manque d'humour étaient célèbres. Comme l'expliquait la Cloche illustrée : « On est gracieux ou on ne l'est pas. Et ceux qui connaissent le puritain au poil roux qui, pendant tant d'années, a présidé nos destinées ne lui en ont jamais voulu d'être un peu moins aimable qu'un croque-mort en temps d'épidémie cholérique »135.

  • 136 ADSM, 3 M 464, Élections cantonales, 1889.
  • 137 Journal, 15 septembre 1881.

104Si la fonction de maire était de toutes celle que Siegfried souhaitait le plus exercer, il essaya, en vain, dès octobre 1877, d'entrer à la Chambre comme député de la 3e circonscription. À défaut du palais Bourbon, il se contenta dans l'immédiat du conseil général, où il fut élu en novembre 1877, par le canton de Bolbec. Il resta conseiller jusqu'en juillet 1895, non sans mal : en 1889, alors que la crise boulangiste avait redonné espoir aux conservateurs locaux, il ne fut réélu qu'au second tour avec 4 voix d'avance sur son concurrent clérical136. Son entrée au palais Bourbon se fit, elle, attendre. On a souvent noté qu'élu maire, il préféra ne pas briguer un siège de député, l'idée d'un cumul des deux fonctions n'étant pas encore entrée dans les mœurs. Ce n'est qu’en partie vrai – sous l’Empire, Jules Ancel avait été à la fois maire et député – et le choix de Siegfried s'explique aussi par des considérations plus personnelles. Quand, en 1881, les républicains de la 3e circonscription lui offrirent la candidature, il sortait à peine d'une typhoïde qui avait failli mettre fin à ses jours. La peur de ne pouvoir faire face physiquement à de nouvelles obligations le conduisit à refuser137. Plus généralement, le non-cumul des fonctions de maire et de député ne s'expliquait pas par des considérations morales, telles qu'on pourrait les entendre aujourd'hui, mais par la manière même d'exercer un mandat. À lire le journal de Siegfried, on est étonné par un style de vie fort différent de celui des responsables politiques contemporains, mais fort proche de celui d'une partie de la haute bourgeoisie du XIXe siècle. Loin de se consacrer toute l'année à ses mandats, Siegfried continuait à voyager, n'hésitant pas à être absent du Havre plusieurs mois par an.

105À nouveau sollicité en 1885 alors que Léon Peulevey venait de décéder et que l'arrondissement du Havre réclamait au moins trois noms sur la liste républicaine départementale, Siegfried accepta, espérant donner un aspect national à certaines réformes ébauchées au Havre. L'insistance d'une partie des républicains havrais à le voir nommer député s'expliquait, elle, par le souci que la ville soit représentée au palais Bourbon par un négociant capable de défendre toute une série de dossiers jugés vitaux pour le port, tels l'agrandissement des bassins, la construction du canal de Tancarville ou d'une ligne de chemin de fer au sud de la Seine reliant l'estuaire à Paris et Orléans sans passer par Rouen. Élu avant-dernier sur la liste opportuniste, Siegfried choisit de déménager à Paris, s'installant d'abord rond-point des Champs-Elysées, et démissionna, le 6 janvier 1886, de ses fonctions de maire et conseiller municipal.

  • 138 Ibid., 21 juin 1887.
  • 139 Ibid.
  • 140 Ibid.
  • 141 Ibid., 27 décembre 1885.

106Ses premières années de député furent décevantes. Rêvant d'actions et d'œuvres utiles, Siegfried fut vite obligé d'admettre les limites de sa fonction : « Comme Maire, j'avais beaucoup agi et fait nombre d'œuvres utiles : écoles, hôpitaux, établissements philanthropiques de toute nature ; comme Député, cette vie d'action me manquera, je légifère, mais je n'exécute pas. »138 Surtout, le journal montre la difficulté à s'intégrer à un milieu fort différent de la haute bourgeoisie havraise ou mulhousienne et possédant ses propres règles. Le ton utilisé pour décrire ses collègues se teinte vite de relents d'antiparlementarisme : « la grande masse des hommes politiques, et en tous cas ceux qui sont à la tête des partis, mettent, bien avant l'intérêt du pays, leurs ambitions personnelles. Si ces ambitions étaient nobles et réellement élevées, on pourrait les pardonner, mais ce que l'on voit de mesquines rancunes, de convoitises non justifiées, d'intérêts personnels souvent financiers, est incroyable et attristant, et en somme au milieu de ces appétits en grande partie personnels, les affaires du pays sont mal conduites. »139 Ce jugement sévère s'explique par les propres difficultés de Siegfried à se faire entendre par ses collègues : « Les journalistes, les beaux parleurs, sont trop abondants dans la politique, ce sont eux qui ont pris la direction des affaires, et nous autres gens pratiques, n'ayant pas la parole facile, et n'ayant pas l'habitude de combattre par la plume et la parole, nous n'osons nous lancer dans la mêlée et nous marchons en maugréant à la remorque des politiciens purs »140. Le verdict à l’égard de ces parvenus de la politique est parfois empreint de préjugés sociaux. Contentons-nous d'un exemple, celui de Camille Pelletan ainsi décrit par Siegfried : « Paralysé d'un bras, il est sale au-delà de toute expression, il a une mine sauvage et haineuse, un regard en dessous, et est le type de ces ratés, qui veulent tout détruire, envieux qu'ils sont contre tout ce qui a quelque valeur »141.

  • 142 Ibid., 31 décembre 1886.
  • 143 Ibid., 12 décembre 1887.
  • 144 Ibid., 4 février 1889.

107Cette difficulté à s'adapter aux règles du jeu parlementaire conduisit Siegfried, au début, à se contenter d’un rôle un peu effacé. Alors qu'il souhaitait siéger à la commission du Budget, il dut y renoncer. Sûr de sa compétence en matière financière, il indisposa ses collègues en prônant une augmentation des impôts pour rééquilibrer les finances de l'État142. Ses premières années lui permirent cependant de nouer des relations utiles parmi les républicains modérés. Les noms les plus souvent cités sont ceux de Paul Casimir-Perier, Richard Waddington, Jacques Cavaignac, Édouard Thiers, Pernollet, Daniel Mérillon, Marius Thèvenet et Jean Jaurès. Parmi eux, nombreux étaient ceux qui, comme Siegfried, étaient des députés novices. Une première occasion de jouer un rôle plus actif s'offrit en décembre 1887 quand Goblet fut chargé par Sadi Carnot de former un ministère. Le portefeuille du Commerce fut proposé à Siegfried qui accepta. L'échec de Goblet ouvrit la voie à Tirard qui proposa à Siegfried d'échanger le Commerce contre les Travaux publics. Le député du Havre préféra refuser : il ne voulait pas participer à un ministère qui n'adoptait pas la formule de « concentration républicaine » et était vexé de se voir préférer au Commerce le député rouennais, Dautresme143. Après cette première occasion d'entrer au gouvernement, une seconde s'offrit début février 1889, quand le président du Conseil, Floquet, voulut créer un ministère des Colonies et le confier à Siegfried, ce qui aurait permis d'ouvrir son équipe vers les républicains modérés144. Siegfried préféra, à nouveau, refuser, ne souhaitant pas lier son sort à celui de Floquet, même s'il vota pour le ministère. Le principal point de divergence entre les deux hommes restait la question de l'opportunité d'une révision constitutionnelle. Le renversement du cabinet Floquet, dix jours plus tard, évita à Siegfried d'avoir des remords !

108Ces débuts moins prometteurs que ceux de Félix Faure n'empêchèrent pas Siegfried de prendre goût à la vie parlementaire. Il fut réélu député en 1889 et 1893 dans la 1ere circonscription du Havre. Surtout, c'est le 4 décembre 1892 qu'il accéda, enfin, à un ministère, celui du Commerce et des Colonies dans le gouvernement Ribot. Cette expérience unique ne dura guère : dès le 30 mars 1893, Ribot fut renversé sur fond de scandale de Panama.

109La suite de la carrière parlementaire de Siegfried fut classique : lassé du palais Bourbon, il profita de la mort de Paul Casimir-Perier pour rejoindre le palais du Luxembourg en août 1897. Il n'y resta que jusqu'en février 1900, date à laquelle il fut battu pour cause de dreyfusisme. Il redevint député dès avril 1902 et le resta jusqu'à sa mort en 1922. Modéré, partisan de la concentration républicaine, il fut déporté un temps vers la gauche par la formation du gouvernement Waldeck-Rousseau et la scission des progressistes. En 1901, il participa à la formation de l'Alliance républicaine démocratique, puis soutint les gouvernements de bloc. Une fois la querelle religieuse refermée, il suivit le parcours des principaux dirigeants de l'ARD, glissant vers le Centre droit. Dès 1918, il prêcha pour la continuation de l’Union sacrée, refusant l’alliance des républicains de gauche avec les seuls radicaux.

3. Entre négoce et peuple

110Si le négoce joua un rôle de premier plan au Havre, restreindre la vie politique havraise à une partition à deux, jouée par les notables de la Côte d'une part et le peuple de l'autre, est trop réducteur. De nombreux dirigeants républicains étaient issus de la moyenne et petite bourgeoisie. Membres des professions libérales, commerçants, petits entrepreneurs, ils ont aussi contribué à la victoire de Marianne, puis à son enracinement.

La bourgeoisie intellectuelle

111Ayant fréquenté, contrairement à la grande majorité des négociants, les bancs de l’Université, les hommes de loi et professions médicales prirent une place active dans les combats républicains dont un des objectifs majeurs était d’offrir à tous les lumières de l’instruction. Ils représentèrent 15 % des conseillers municipaux républicains entre 1865 et 1890 et participèrent aux divers comités. Surtout, leur activité professionnelle au contact direct de la population leur donna souvent une influence et une popularité importantes. Ils furent surreprésentés parmi les élus cantonaux. Sur les 20 conseillers généraux et d'arrondissements républicains du Havre entre 1864 et 1889, on compte sept hommes de loi et trois médecins ou pharmaciens, alors que les négociants et courtiers ne furent que six. Les élections cantonales qui supposaient une proximité avec les électeurs leur furent favorables. Par contre, l’accès au palais Bourbon fut plus difficile. Un des arguments utilisés contre Peulevey, lors de son échec aux élections de 1869, puis quand il reprit le fauteuil de Lecesne en 1878, fut sa qualité d'avocat : pour défendre les intérêts du port à Paris, mieux valait un négociant. Peulevey fut le seul député à ne pas appartenir au monde du négoce avec Lyonnais, mais l'élection de ce dernier eut lieu au scrutin de liste avec pour colistiers deux négociants, Faure et Siegfried. Les mêmes arguments servirent contre Bazan, quand ce dernier se présenta aux législatives de 1876.

112À ces professions juridiques et médicales, on pourrait ajouter les architectes et ingénieurs, issus eux aussi du moule scolaire. Dans une ville en plein essor économique, ils trouvèrent leur place parmi les élus républicains. Ils jouèrent cependant un rôle bien plus effacé que les avocats, avoués, notaires, médecins ou pharmaciens. Les conditions d'exercice de leur métier, bien moins au contact de la population, l'expliquent en partie. Aucun d'entre eux ne fut député, maire ou même conseiller général ou d'arrondissement. On fit par contre appel à eux pour exercer les fonctions d'adjoint. Leur compétence technique trouvait ainsi à s'employer. Architecte renommé – il avait construit le chalet « Mon Désir » de la reine Marie-Christine d'Espagne en 1859 –, Théodore Huchon fut, ainsi, adjoint chargé des bâtiments de 1874 à 1881.

  • 145 AN, F17 7820, Lycée du Havre, rapports d'inspection, 1867-1879.
  • 146 Rapport de l'inspecteur d'académie, 11 avril 1879, AN, F17 7820.
  • 147 André Siegfried, op. cit., p. 29.

113Quelques mots, enfin, sur les enseignants. Ils ne jouèrent au Havre qu'un rôle très effacé parmi les républicains. Que ce soit au conseil municipal ou au sein des comités, ils brillèrent surtout par leur absence. Jusqu'à la fin des années 1870, on peut l'expliquer par la crainte de subir les foudres de l'inspection académique. Professeur de philosophie au lycée, un dénommé Labbé fit l'objet de plusieurs rapports pour avoir adhéré à la Ligue de l’enseignement, en être devenu le secrétaire et avoir donné plusieurs conférences publiques. Il fut finalement déplacé à la rentrée 1871145. La victoire définitive des républicains au plan national ne changea pas cet état de fait. Un seul professeur siégea au conseil municipal de 1881 à 1884, Achille Grould. Choisi comme adjoint par Siegfried, il se fit rapidement remarquer par son absentéisme et démissionna le 5 février 1884. L'acquisition d'une fortune récente146 expliquait, sans doute, que, simple professeur de 8e, il ait pu intégrer les élites républicaines locales. Parmi les militants des comités, nous n'avons repéré aucun membre du corps enseignant. Si une tutelle administrative pesante peut expliquer cette réticence à s'engager politiquement, l'absence de toute tradition intellectuelle au Havre est aussi à prendre en compte. Appartenir à l'Université ne donnait aucun prestige dans une ville tout entière tournée vers le commerce et l'industrie. André Siegfried l'a noté non sans ironie au sujet de son père : « Quant à la vie intellectuelle, encore qu'il la respectât (...), c'était à ses yeux un domaine secondaire, qui lui demeurait largement étranger. Sa considération pour les professeurs était médiocre. (...) Dans une école ou une université, il ne considérait que le directeur, les maîtres chargés de l'enseignement n'étant pour lui que des sous-ordres »147. Il est probable qu'il n'était pas le seul à penser ainsi parmi les élites républicaines.

  • 148 Acte de naissance de Louis Jérôme Guerrand, 23 janvier 1829, ADSM, 5 Mi 1149.
  • 149 Dossier d'obtention de la Légion d'honneur de Léopold Peulevey, AN, LH 2132/25.
  • 150 Acte de naissance de Joseph Fauvel, 22 mars 1835, AD14, 5Mi 31R43.
  • 151 Acte de naissance d'Ulysse Guillemard, 27 fructidor an IX, État-civil de Cambremer.
  • 152 Acte de naissance de Théodule Marais, 8 janvier 1846, ADSM, 5 Mi 1755.
  • 153 11 s’agit de Théodore Léon Huchon (acte de mariage du 14 mai 1873, AMH, État civil), Jean-Baptiste (...)
  • 154 Eugène Gustave Capelle (Acte de naissance du 2 juin 1831, AMH, État-civil), Ernest Adolphe Jouvet ( (...)

114Passés par les facultés de droit et de médecine ou les écoles d'ingénieurs et des beaux-arts, les républicains, membres des professions intellectuelles et libérales, se différenciaient par bien des traits des négociants. L'origine sociale était souvent modeste. Contrairement aux négociants, les héritiers étaient fort peu nombreux. Entre 1865 et 1890, sur les vingt et un élus républicains, hommes de loi ou médecins et pharmaciens, cinq avaient pour père un commerçant, trois un artisan, trois un cultivateur, deux un employé, sans compter un fils d'ouvrier et un fds naturel, dont la mère était fille de ferme. Venaient des campagnes normandes aussi bien l'avocat et conseiller général, Jérôme Guerrand, descendant d’une famille de propriétaires-cultivateurs d'Anglesqueville-l'Esneval148, que Léon Peulevey, fils d'un cultivateur du Torquesne dans le canton de Blangy et petit-fils d'un cultivateur de Coquainvilliers dans le canton de Pont-l'Évêque149, ou le médecin et conseiller général, Joseph Fauvel, fils d'un cultivateur de Jurques dans le Calvados150. Quant à Ulysse Guillemard, il était le fils d'un apothicaire de Cambremer, dans le Calvados151, tandis que le pharmacien Marais, maire du Havre de 1896 à 1904, était le fils d'un bourrelier d'Yvetot152. De même, sur les quatre architectes qui ont siégé au conseil municipal, nous connaissons l'origine sociale de trois d'entre eux : l'un était le fils d'un tonnelier, le second d'un instituteur et le troisième d'un boulanger153. Parmi les ingénieurs, on peut repérer un fils de menuisier, un autre de jardinier et un de cultivateur154. La principale exception à cette règle était les notaires : Cheuret, conseiller d'arrondissement, comme Marion, maire du Havre de 1886 à 1890, étaient fils de notaire. Cette profession n'était-elle pas un peu à part : elle plaçait ses membres de plein pied avec la bourgeoise fortunée et pratiquait souvent l'autoreproduction pour cause d'héritage des charges.

  • 155 Dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 399, et AMH, FC, K3 29/2.
  • 156 État-civil de Saint-Brice-en-Coglès ; le Havre, 27 avril 1888.
  • 157 Le Havre, 13 avril 1882.

115Issus de milieux modestes, ces hommes connurent une ascension sociale très différente de celle de négociants comme Félix Faure ou Frédéric Mallet. La réussite, bien plus lente, fut la conséquence des études et non de spéculations commerciales heureuses. Ici point d'apprentissage manuel, mais une formation reçue à l'École de médecine ou à l'École des beaux-arts de Rouen, à la Faculté de droit ou de médecine de Caen, voire à Paris, ou dans quelque école d'ingénieurs, puis une installation au Havre. Prenons le cas de Joseph Fauvel155 : d'abord élève au collège de Vire, il étudia la médecine à Caen, puis fut interne des hôpitaux de Caen et de Paris. Reçu docteur en médecine de la Faculté de Paris le 2 mars 1863, il s'établit la même année au Havre et fut successivement médecin suppléant, puis chirurgien de l'Hôpital de 1865 à 1895. L'installation définitive au Havre prit parfois plus de temps et ne fut que l'aboutissement d'une vie itinérante. Avant de se fixer au Havre, Peulevey avait été avocat à Rouen, puis juge à Pondichéry. Conseiller municipal de nuance radicale de 1888 à 1892, Jean Bertel, fils d'un commerçant de Saint-Brice-en-Coglès en Ille-et-Vilaine, exerça trois ans comme médecin sur les paquebots des Messageries maritimes, puis des Chargeurs réunis, avant de s'installer dans le quartier de l'Eure en 1885156. Quant à Ernest Jouvet, conseiller municipal de 1882 à 1888, il avait été élève de l'École des arts et métiers de Châlons, puis était entré en 1856 comme dessinateur et chef des travaux chez Augustin Normand, était passé en 1867 ingénieur chez Nillus, puis aux Chantiers de l'Océan de 1869 à 1872. De 1872 à 1877, il avait été ingénieur en chef de l'arsenal maritime de Fou-Tcheou en Chine. Ce n'est qu'après deux années passées comme ingénieur civil à Paris qu'il s'était réinstallé au Havre en 1880157.

  • 158 Le plan de cette maison nous a été aimablement fourni par Monsieur le professeur RogerHenry Guerran (...)

116Si la plupart s'élevèrent socialement par rapport à leurs parents, leur réussite fut plus ou moins grande. Bâtonnier de l'ordre des avocats, fondateur en 1855 du Recueil de jurisprudence commerciale et maritime du Havre qui resta une référence dans le domaine du droit maritime pendant un siècle, quelqu'un comme Jérôme Guerrand sut prendre place parmi la bonne bourgeoisie havraise. Sa maison, 29 rue Gustave Cazavan à proximité du boulevard François Ier, témoignait de sa réussite. Construite sur trois niveaux, elle comportait pas moins de seize pièces, dont une salle à manger, un cabinet de travail, une bibliothèque, une salle de billard, deux salons et dix chambres158. On était cependant loin des proportions du Bosphore et le boulevard François Ier n'était pas la côte d'Ingouville !

  • 159 Les bombardements du Havre de septembre 1944 ont détruit les archives de l'enregistrement, ce qui l (...)
  • 160 Rapport du préfet du 4 mai 1871. AN, Fl b II Seine-Inférieure 16.
  • 161 Rapport du sous-préfet du 24 janvier 1881, ADSM, 3 M 1038.
  • 162 Rapport du préfet du 13 juin 1879, ADSM, 1 M 411.

117De même, quelques rapports préfectoraux nous livrent ici et là, de façon très approximative, les revenus de ces hommes qui pouvaient être confortables, mais restaient en deçà des négociants les plus en vue159. En 1871, les revenus d'Ulysse Guillemard, pharmacien de lère classe à la retraite, étaient évalués à 15 000 francs par le préfet160. À la même date, il estimait ceux de Jules Siegfried à 40 000 francs, chiffre sans doute sous-évalué, et ceux de Gustave Brindeau à 50 000 francs. De même, en 1881, le sous-préfet avançait le chiffre de 15 000 francs pour l'ancien avoué Constantin Bazan, de 25 000 francs pour le notaire Léon Cheuret, de 15 000 francs pour l'architecte Théodore Huchon et de 10 000 francs pour l'ancien avoué Ignace Ernst, alors qu'il attribuait à Siegfried un revenu de 300 000 francs, chiffre, cette fois, surévalué161. L'adresse de Constantin Bazan, boulevard de Strasbourg, confirmait cette relative aisance. Avec le boulevard François Ier, c'était l'autre grand boulevard havrais, ouvert sous le Second Empire et bordé d'immeubles haussmanniens et d'hôtels particuliers. Ces revenus appréciables ne suffisaient parfois pas pour un rôle de premier plan : pressenti pour remplacer à la mairie Guillemard, Bazan préféra s'effacer devant Siegfried. Le préfet, Limbourg, l'expliquait ainsi : « sa situation de fortune qui est modeste ne lui a pas permis d'accepter cette charge »162. Il faut cependant se garder de généraliser : un revenu de 15 000 francs n'avait pas été un obstacle dans le cas de Guillemard.

  • 163 Discours funéraire de Louis Brindeau, Le Havre, 17 avril 1894.

118Ces quelques indications ne rendent compte que partiellement de la réalité. D'autres élus restèrent plus proches des milieux populaires, tel l'adjoint au maire de 1884 à 1894, Clément Marical, installé pharmacien place Gambetta, et connu par toute la ville comme dispensant gratuitement ses soins aux ouvriers victimes d'accidents dans le port163. De même, Bertel résidait là où il exerçait, en plein quartier de l'Eure, 77 rue de l'Église.

119Socialement différents des négociants et armateurs, les avocats, avoués, médecins et pharmaciens adoptèrent aussi une attitude politique plus tranchée, ce qui est moins vrai des ingénieurs ou architectes. Ici point de passage par un libéralisme teinté d'orléanisme. Le choix de la République s'imposa de lui-même et ne fut pas la conséquence de l'impossibilité d'instituer un Empire ou une monarchie parlementaire.

  • 164 Rapports de gendarmerie des 27, 28 et 29 avril 1834, ADSM, 4 M 2 703 ; voir aussi AN F7 4 184.
  • 165 Voir son dossier de Légion d'honneur : AN, LH 1236/69.
  • 166 Dictionnaire de biographie française, t. 17, p. 210 ; Le Tribunal et la Cour de Cassation. Notices (...)

120Le meilleur exemple est celui d'Ulysse Guillemard, républicain au moins dès les débuts de la monarchie de Juillet. Né le 11 décembre 1801, Guillemard s'était installé pharmacien à Yvetot vers 1830 et s'y signala très vite à l'attention des autorités. Les 25, 26 et 27 avril 1834, plus de trois cents personnes se rassemblèrent sous ses fenêtres aux cris de « Vive le Roi ! À bas la République ! ». Les fabricants avaient, en effet, convaincu leurs ouvriers tisserands que la baisse des salaires était la conséquence de l'agitation républicaine, fomentée par des individus comme Guillemard. L'échec du mouvement républicain à Lyon et la répression des émeutes de Paris, le même mois, formaient l'arrière-plan de cette émotion locale. Le troisième jour, la garde nationale et la gendarmerie durent intervenir pour mettre fin à un charivari qui risquait de mal tourner : alors que, le 25, on s'était contenté de « donner du ridicule au sieur Guillemard connu pour ses principes républicains », le 27, des pierres avaient été lancées contre les croisées de la pharmacie164. Tout cela peut faire sourire, mais nous indique combien, chez Guillemard, les sentiments républicains furent précoces malgré un environnement fort peu favorable. Un cousin, Pierre Antoine, ancien chirurgien de la Grande Armée, licencié par deux fois sans traitement, en juin 1814, puis en août 1815, peut expliquer un refus de la Restauration165, mais gardons-nous de toute causalité simpliste : le frère cadet d'Ulysse, Antoine, fit lui une carrière de haut magistrat, fidèle de tous les régimes à l'exception de la République de 1848 ! Né à Cambremer le 1er mars 1805, il fut substitut du procureur à Yvetot d'août 1830 à juillet 1833, soit juste avant que son frère s'y fasse remarquer par son républicanisme. Nommé procureur du Roi à Rouen le 31 août 1840, il fut destitué le 16 mars 1848, juste après la nomination de son frère comme commissaire du gouvernement. Il retrouva un poste de procureur de la République à Bordeaux dès novembre 1848, peu avant la destitution d'Ulysse166. Notons, enfin, que cette figure d'homme de progrès en butte à l'incompréhension des Cauchois n'est pas sans rappeler le pharmacien Homais, même si celui-ci finit décoré du régime de Juillet. Il est possible que Flaubert, fils d'un chirurgien rouennais célèbre, ait connu Guillemard, mais il resterait à en apporter la preuve.

  • 167 Cf. sa notice nécrologique rédigée par Jules Siegfried, AN, F,c I 175 ; voir aussi le Journal du Ha (...)

121La qualité de martyr de la cause républicaine explique la suite du parcours politique de Guillemard. Seul républicain ou presque d'Yvetot sous la monarchie de Juillet, il s'y trouvait en février 1848, alors qu'il avait pris sa retraite depuis deux ans au Havre. À l’annonce des événements de la capitale, il se mit à la tête des volontaires de la sous-préfecture désireux d'aider leurs frères parisiens167. De retour à Yvetot, il fut choisi par Frédéric Deschamps comme commissaire provisoire de l'arrondissement et son souci de maintenir l’ordre lui permit de rester en poste après les élections d'avril, contrairement à Deschamps. Juin le vit, à nouveau, prendre la route de Paris pour défendre, cette fois, la République contre les émeutiers. Ce n'est qu’en 1849 qu’il fut révoqué. Il se retira définitivement au Havre et y participa à la renaissance du parti républicain au début des années 1860.

122Seul survivant avec Brostrom des temps héroïques du Parti républicain, il devint une figure de la gauche havraise. Ses fonctions de maire pendant le siège, même si Siegfried et Faure accomplirent l'essentiel du travail, achevèrent de fixer pour la légende l'image d'un patriote et homme de progrès, à la barbe blanche et l’abondante chevelure, resté fidèle aux mêmes idéaux toute sa vie. Les Havrais en firent un des pères de la République qu'ils avaient tant souhaitée et, après sa mort, acquirent plusieurs milliers de petites lithographies le représentant. Il fut le seul élu dont les obsèques furent prises en charge par la municipalité qui chargea Théodore Huchon de concevoir sa tombe. Un portique de style néo-antique fut édifié pour abriter une stèle supportant son buste. Celui-ci était dû aux ciseaux de Bonnaffé. Entre le sarcophage et la stèle, on peut lire : « À son maire Ulysse Guillemard, la ville du Havre ».

Figure 8. La tombe d’Ulysse Guillemard

Figure 8. La tombe d’Ulysse Guillemard

123Cet hommage des républicains à l'un des leurs ne fut pourtant pas aussi édifiant que certains auraient pu le souhaiter. Un simple regard sur la tombe du cimetière Sainte-Marie l'explique : une croix y a trouvé place sur la pierre tombale, au devant du portique. À l'approche de la mort, Guillemard avait demandé à se confesser et avait reçu l'extrême-onction, avant de s'éteindre dans les bras de sa fille, religieuse ursuline. Le Figaro, le Gaulois ou la Gazette de France donnèrent une publicité intéressée à cette mort édifiante, tandis que la presse républicaine, d'abord muette sur ces événements, y vit un signe de l'affaiblissement de ses facultés mentales.

  • 168 Né le 18 août 1806 à Cherbourg, Constantin Bazan avait d'abord été avocat dans cette ville, puis s' (...)

124Si ce parcours de vétéran de la cause républicaine peut sembler exceptionnel, il ne l'est pas tout à fait. D'autres firent aussi le choix de la République très tôt. Nous avons vu que Peulevey, avocat et député du Havre de 1878 à 1885, avait été républicain dès 1848. Nommé par le gouvernement provisoire juge à Pondichéry, il avait démissionné de la magistrature, après le Deux Décembre. De même, Constantin Bazan, fils d'un mercier de Cherbourg, installé avoué au Havre en 1841, conseiller général de juin 1870 à sa mort, le 11 décembre 1890, et 1er adjoint au maire du 29 janvier au 1er août 1881, avait rallié le parti républicain dès 1848, soutenu la candidature de Cavaignac, puis fait fonction de secrétaire du Comité central républicain en avril 1849168. Pour ces deux hommes, contrairement à des négociants comme Ferrère, on ne note aucune tentation de se rallier au Second Empire ou d'espoir de le voir devenir un régime parlementaire ou libéral. Dès 1865, ils furent aux premiers rangs, avec Guillemard, de l'opposition républicaine.

125Surtout, quand ils étaient trop jeunes pour avoir joué un rôle en 1848, nos hommes de loi, médecins et pharmaciens adoptèrent la République sans tergiverser. Ils la voulurent avancée, radicale parfois, et non pas comme un pis aller, faute de mieux. Si on reprend l'exemple du Comité républicain conservateur, les chiffres parlent d'eux-mêmes : sur 34 membres du bureau de 1873 à 1877, on décompte 18 négociants ou industriels, un médecin, aucun homme de loi. Quelques exemples illustrent cette attitude plus avancée que celle de la haute bourgeoisie havraise.

  • 169 Le Havre, 29 et 30 juillet 1888.

126Suivons le fil de l'existence de Joseph Fauvel. Une fois devenu chirurgien de l'Hôpital du Havre en 1865, il commença à se rapprocher des républicains, tout en soignant sa popularité grâce aux soins donnés gratuitement aux indigents. Élu conseiller municipal en août 1870, il fut un des trois Havrais envoyés à Paris tenter, en avril 1871, une mission de conciliation entre la Commune et Thiers. S'il échoua, il y gagna la reconnaissance de tous ceux qui, au Havre, s'étaient sentis proches des fédérés. Il eut désormais sa place jusqu'à sa mort, le 30 octobre 1909, au conseil municipal. Proche de l'extrême gauche, il tenta, une première fois, en 1874, d’être élu par le canton est au conseil d'arrondissement et fut battu par Gustave Brindeau. Deux ans plus tard, on le retrouva parmi les partisans de la candidature radicale d’Escarraguel. Candidat aux cantonales à Lillebonne en 1877, il fut à nouveau battu. Ce n'est qu'en février 1885 qu'il réussit à se faire élire conseiller d'arrondissement du canton est du Havre, siège qu'il échangea dès 1886 pour celui de conseiller général. Représentant d'un des cantons les plus populaires de la ville, il siégea parmi les radicaux, réclamant la laïcisation des établissements charitables, l'épuration des administrations et la suppression du budget des cultes169.

  • 170 Acte de naissance du 1er juillet 1841, État civil de Louviers ; Dossier pour l’obtention de la Légi (...)
  • 171 Indépendance havraise, 5 avril 1884.

127Le radicalisme de Fauvel ne fut pas un cas unique. Neveu du député Louis Philippe Desseaux, Léon Cheuret s'était installé comme notaire au Havre en janvier 1873170. D'abord républicain nuance « Union républicaine », il glissa peu à peu vers le radicalisme par opposition à l'opportunisme de Siegfried. Entré en 1878 au conseil municipal, il devint aussitôt adjoint de Guillemard, puis de Siegfried. En désaccord avec ce dernier, il démissionna de son poste d'adjoint en décembre 1882, puis du conseil municipal en janvier 1884. Il reprochait au maire son autoritarisme, mais aussi l'accaparement de la ville par une coterie de négociants protestants171. Battu aux élections municipales de 1884 et 1886, il ne retrouva son siège qu'en 1890 et siégea jusqu'en 1908. Il fut élu, le 5 janvier 1888, conseiller d’arrondissement radical du 4e canton, canton qui regroupait le quartier ouvrier Sainte-Marie et la commune périphérique de Graville.

  • 172 Acte de naissance du 9 octobre 1860, AMH, État-civil ; Dossier pour l'obtention de la Légion d'honn (...)

128Un dernier exemple de ce radicalisme des classes moyennes intellectuelles nous est offert par Denis Guillot qui appartient à la génération républicaine suivante, celle qui était encore dans l'enfance à la fin du Second Empire172. Né le 9 octobre 1860 d'un père employé de commerce, Guillot s'inscrivit au barreau du Havre en novembre 1880. D'emblée républicain radical, contrairement à Fauvel ou Cheuret, il collabora dès le début des années 1880 aux journaux La Vérité et Le Rappel, puis fut le correspondant du journal La Loi. En 1884, il fut le rédacteur du journal l'Indépendance havraise, créé dans le but de déstabiliser la municipalité Siegfried. Il entra au conseil municipal en 1888 et fut élu le 5 août de la même année conseiller général du 3e canton, c'est-à-dire des quartiers ouvriers de l'Eure et des Raffineries. Si nous sortons des limites chronologiques de notre étude, nous le retrouvons premier adjoint du maire radical Théodule Marais de 1896 à 1898. Dreyfusard, il fut membre fondateur de la section havraise de la Ligue des Droits de l'Homme en décembre 1898. Il eut aussi des fonctions nationales, siégeant au comité exécutif du Parti républicain, radical et radical-socialiste.

  • 173 Rapport du sous-préfet du 4 avril 1882, ADSM, 3 M 1038.

129Ces exemples montrent comment le tempérament politique pouvait être différent chez les négociants républicains d'une part et chez les hommes de loi ou médecins et pharmaciens d'autre part. Si tous les élus ou militants de cette seconde catégorie ne se tournèrent pas vers le radicalisme – Louis Brindeau, même s'il appartenait à une famille de négociants, était avocat –, cette évolution fut bien plus fréquente. Aux quelques cas cités, on pourrait ajouter le pharmacien Théodule Marais, maire radical de 1896 à 1904 et signalé dès 1882 comme faisant partie de la minorité du conseil municipal aux « opinions un peu plus avancées (...) sans, toutefois, être d'extrême gauche »173. 11 faudra attendre Léon Meyer, courtier en café, pour qu'un dirigeant radical local appartienne au monde du négoce. Fils d'un tailleur israélite originaire d'Alsace, il avait peu de traits en commun avec la bourgeoisie de la Côte qui ne le reconnut jamais comme un des siens.

Boutique et républicanisme

130Si les classes moyennes libérales jouèrent un rôle important parmi les dirigeants républicains, c'est nettement moins vrai des commerçants et artisans, globalement sous-représentés. Si nous reprenons l'ensemble des élus républicains du conseil municipal de 1865 à 1889, ils ne furent que 13 % contre 36 % pour les négociants et industriels et 24 % pour les professions libérales et intellectuelles. Surtout, aucun ne fut maire, député ou conseiller général. Un seul, Chaillé, fut adjoint de 1886 à 1888 et un autre, Marie, conseiller d'arrondissement de 1886 à 1889. Le plus souvent simples conseillers municipaux ou simples militants des comités, les commerçants et artisans ne jouèrent qu'un rôle de second plan. Ils fournirent pourtant au parti républicain des forces importantes et des relais à travers la ville, comme le montrent quelques exemples à des dates différentes.

  • 174 Rapport du commissaire central du Havre du 26 avril 1870, 3 M 223.
  • 175 Rapport du commissaire central du Havre du 6 avril 1877, 4 M 364.
  • 176 Indépendance havraise, 12 avril 1884.
  • 177 Affiche électorale des Groupes républicains des trois cantons réunis, AMH, FC, K1 9/6.
  • 178 ADSM, 3 M 464, Élections cantonales, 1889.

131Prenons pour commencer une réunion tenue le 26 avril 1870 dans les bureaux du journal Le Havre pour prôner le non au plébiscite. Dépêché sur place, le commissaire central décompta une centaine de présents et réussit à en identifier dix-huit174. Parmi eux, cinq étaient des commerçants. Sept ans plus tard, le 6 avril 1877, Jules Lecesne réunit ses partisans pour rendre compte de son mandat175. Sur quarante présents, la police en identifia quinze, dont quatre étaient des commerçants et trois des artisans. Sept ans plus tard, en avril 1884, plusieurs groupes électoraux fleurirent à l'occasion des municipales. Les uns soutenaient la municipalité Siegfried, les autres lui reprochaient ses travaux « pharaoniques ». Décidé à constituer une liste anti-Siegfried, un « Comité des trente » partit à la recherche de candidats. Sur ces trente, quatre tenaient boutique et quatre étaient à la tête de petites entreprises artisanales176. Les Groupes républicains des trois cantons regroupaient, eux, les fidèles de Siegfried. Sur quarante-trois membres, on pouvait repérer quinze commerçants et cinq artisans177. Dernier exemple : à l'occasion des cantonales du 28 juillet 1889, Jérôme Guerrand et Victor Dourt tinrent à faire savoir, par voie d'affiche, que leur candidature avait le soutien des républicains du 1er canton. Sur 29 partisans de Guerrand et Dourt, onze étaient commerçants et deux artisans178.

132Ces exemples, un peu impressionnistes faute de listes exploitables des membres des comités, donnent une idée de l'implication du monde de la boutique dans le combat républicain. Aux heures difficiles, quand le renvoi de Thiers avait fait vaciller la République, le petit commerce havrais avait pris part à la défense du régime : parmi les pétitionnaires de l'automne 1873, remerciant Thiers « d'avoir proclamé que la France veut la République », on avait compté 228 commerçants et une centaine d'artisans.

133Républicains convaincus, les boutiquiers de la ville n'eurent donc pas accès à des fonctions de premier plan. Si nous partons de ceux qui ont laissé une trace dans l'histoire de la ville de par leur participation au conseil municipal, on peut cependant essayer de dresser un rapide tableau de groupe.

  • 179 Acte de naissance du 12 septembre 1806, État-civil de Boulogne-sur-mer.

134Un premier trait saute aux yeux, leur origine géographique : sur les seize qui ont été élus conseillers municipaux, seuls deux sont natifs du Havre et un d'Harfleur. Les autres sont originaires soit de Normandie (sept d'entre eux), soit du reste de la France, tel Charles Tastayre, né le 11 septembre 1806 à Boulogne-sur-mer d'un père potier, et installé bijoutier au Havre179. Issus, le plus souvent, de familles de petits commerçants ou d'artisans, ils sont venus s'installer dans une ville en plein essor. Ils ont su y ouvrir un commerce prospère et leur choix comme conseiller municipal par les républicains couronne leur réussite. Comme chez les négociants, il y a adéquation entre un discours prônant le mérite individuel et la désignation des élus républicains. Leur existence illustre cette possibilité offerte à tous de s'élever dans la société.

  • 180 Acte de naissance d'Édouard Letellier du 28 juillet 1809, État-civil du Val-Saint-Père ; Notice néc (...)
  • 181 Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 468.

135Le meilleur exemple de cette ascension sociale, quoiqu'il soit un peu exceptionnel, est celui d'Édouard Letellier-Férard. Né le 27 juillet 1809 au Val-Saint-Père dans la Manche d'un père marchand serrurier, il s'installa au Havre vers 1830 et y ouvrit boutique à l'enseigne Au Dé d'argent180. Transféré rue de Paris, ce commerce devint un des plus grands magasins de la ville, ce qui assura la fortune de Letellier-Férard : en 1865, il était le 16e sur la liste des 50 plus imposés du Havre, avec un montant de 3 051 francs181. Retiré des affaires, il prit place parmi les notables républicains. Il siégea au conseil municipal d'août 1870 à sa mort, le 29 mars 1883, et fut membre du Comité central républicain du Havre. Il fut aussi le premier vice-président de la société de secours mutuel Saint-Joseph et un des membres du conseil d'administration du journal Le Havre à partir de 1876.

  • 182 AD 14, 5 Mi 19R54 ; Notice nécrologique, AMH, FC, K3 3/19.
  • 183 Acte de naissance du 5 juillet 1826, AMH, État-civil ; Le Havre, 13 avril 1882 et 16 février 1892.
  • 184 Discours de Louis Brindeau du 18 février 1892, AMH, FC, K3 22.

136La réussite de Letellier-Férard ne fut évidemment pas celle de tous les commerçants républicains. Pourtant, d'autres connurent aussi un début d'ascension sociale, même s'ils s'élevèrent moins haut. Enfant abandonné dans le tour de l'hôpital général de Lisieux, Eugène Hue s'installa arrimeur au Havre. Républicain irréconciliable sous l'Empire, il fut conseiller municipal de 1881 à 1884, puis de 1886 à 1891. Surtout, ses pairs l'élirent président du Conseil des Prud'hommes182. Né le 5 juillet 1826 au Havre d'un père charpentier, Stanislas Moisy, conseiller municipal de 1882 à 1892, commença, lui aussi, comme charpentier de navires avant de créer sa propre scierie mécanique. Sa réussite sociale lui permit de devenir administrateur des hospices à partir de 1882 et vice-président du Comité des fêtes de bienfaisance183. Sur sa tombe, Louis Brindeau ne manqua pas de souligner cet exemple édifiant : « Il peut ainsi servir de modèle à ces hommes laborieux et modestes qui forment le fond de notre population havraise, et qui, comme lui, cherchent à s'élever et à conquérir l'aisance et l'indépendance en associant l'épargne et la probité au labeur quotidien »184.

  • 185 Tableau général des syndicats se conformant à la loi du 21 mars 1884, AMH, FC, F2 9.
  • 186 Dossiers pour la Légion d'honneur, 1903, ADSM, 1 M 394 et AMH, FC, K3 29.
  • 187 État des chambres syndicales du Havre, 1887, AMH, FM, F2 7.

137Si la réussite sociale est un des traits distinctifs de ces élus républicains, certains se firent aussi remarquer en prenant part à la mise en place d'associations professionnelles. Leur engagement républicain est souvent allé de pair avec leur participation à la création de chambres syndicales de commerçants et d'artisans. Conseiller municipal de 1884 à 1888 et secrétaire du groupe électoral du 2e canton en 1888, Henri Malhère, directeur d'hôtel, est aussi un des fondateurs du syndicat des restaurateurs, maîtres d'hôtel et limonadiers185. Il en fut le vice-président. Conseiller municipal de 1878 à 1883, Gustave Bénard, fabricant de bronze, fut, lui, président fondateur du syndicat des commerçants réunis de 1880 à 1886, puis de 1889 à 1891186. En 1887, ce syndicat ne comptait pas moins de 125 adhérents187. Bénard dirigea aussi le syndicat général du commerce et de l'industrie de 1882 à 1891. Cette structure regroupait neuf chambres syndicales, dont sept avaient trait au commerce, une au bâtiment et une à la petite industrie.

  • 188 Indépendance havraise, 5 avril 1884.
  • 189 Petit Havre, 3 mai 1884.

138Cette participation à des syndicats professionnels montrait la volonté des commerçants républicains de s'organiser en groupes de pression face aux notables de la municipalité. Quand, en 1884, un vent de fronde souffla sur l'hôtel de ville, attisé par les radicaux, on trouva, aux côtés de ces derniers, les dirigeants de diverses associations de commerçants et de petits entrepreneurs, mécontents de la politique de grands travaux de Siegfried et de ses conséquences sur le tarif de l'octroi188. Siégèrent à la Commission des Trente, chargée d'élaborer une liste anti-Siegfried, Gustave Bénard, président de la chambre syndicale des commerçants réunis, Capelle, président de la chambre syndicale de I industrie du bâtiment, Théodore Courché, secrétaire du syndicat général du commerce et de l'industrie, et Gagnon, président de la société coopérative de la boulangerie. Leur attitude ne s'expliquait pas par une soudaine attirance pour le radicalisme. Ayant obtenu les garanties souhaitées, Courché fit finalement partie de la liste Siegfried ! Il y retrouvait Henri Malhère, fondateur du syndicat des restaurateurs, maîtres d'hôtel et limonadiers189.

4. Les militants populaires entre intégration et marginalisation

  • 190 Il fallut attendre mai 1892 pour que se constitue la première organisation socialiste locale, le Gr (...)

139Le parti républicain sut, enfin, regrouper les milieux populaires. Ses succès électoraux répétés seraient sinon inexplicables. Jusqu'en 1889 et même au-delà, le socialisme fut pratiquement inexistant au Havre190. Quant à l'anarchisme, il ne trouva un écho qu'auprès d'une petite minorité. Modérés et radicaux se partagèrent l’électorat des quartiers sud et est. Ce partage se fit, pendant longtemps, au profit des opportunistes. Nous avons vu que les radicaux durent attendre 1886 pour commencer à se construire un fief électoral dans les quartiers est. Les quartiers sud, à la population plus mélangée, continuèrent, eux, à élire des modérés. Ces victoires électorales n'auraient pas été possibles si le parti républicain n'avait su ouvrir ses rangs à des militants et des élus, simples employés ou ouvriers.

Les employés

140Peu nombreux à première vue parmi les élus – sept d'entre eux, seulement, siégèrent au conseil municipal –, les employés jouèrent pourtant un rôle important au sein du parti républicain. Ils avaient représenté près d'un quart des pétitionnaires en faveur de la République en octobre 1873, preuve de leur attachement au nouveau régime.

141Leur sous-représentation parmi les élus et dans les bureaux des comités s'expliquait par la tendance des républicains à placer à leur tête des hommes ayant réussi. Si les employés restèrent peu nombreux, il en est tout autrement des anciens employés ou commis, devenus négociants ou courtiers. À scruter les listes d'élus ou de dirigeants du parti républicain, on a souvent l’impression qu'ont été mis en avant ceux qui ont su acquérir une position et illustrer ainsi les promesses de mobilité sociale des républicains. Ascension professionnelle et rôle politique croissant sont souvent allés de pair.

  • 191 Dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, AMH, FC, K3 29/4.

142Le parcours d'Henri Jardin illustre cette règle191. Assesseur du Comité républicain conservateur du Havre à partir de 1873, il fut conseiller municipal de 1874 à 1878, puis président du Comité de l'union républicaine de 1886 à 1888. Il avait aussi été secrétaire du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, membre du conseil d'administration du journal Le Havre dès sa fondation et membre du Comité havrais de la Ligue des patriotes, lors de sa création en 1883. Très actif parmi les associations proches du parti républicain, il était président fondateur de la Société d'initiative pour la propagation de l'enseignement scientifique par l'aspect, c’est à dire l’enseignement par les projections photographiques, trésorier de la Ligue des enfants abandonnés, président de la Société havraise de protection des animaux et membre influent de la Société de géographie. Son intérêt pour les questions scolaires – il était délégué cantonal et membre du comité de direction de l'École supérieure de commerce –, avait été récompensé par les palmes académiques en 1882. Ces fonctions de notable républicain étaient indissociables de sa carrière professionnelle. Si Jardin avait commencé comme simple employé de commerce, il avait su devenir fondé de pouvoir, puis directeur de la maison F. Mallet et Cie. Il n’avait plus rien d'un simple commis aux écritures !

  • 192 Né le 29 septembre 1853 au Havre d'un père épicier, Charles Émile Cherfils travailla comme commis. (...)

143Bien que n'ayant pas connu une telle réussite professionnelle, quelques hommes, restés leur vie durant employés, surent jouer un rôle important au sein du parti. C'est le cas des radicaux Cherfils192 ou Gustave Nicolle, ou de l'ouvriériste Lyonnais. Ils s'imposèrent non par leur ascension sociale, mais par ce qu'ils représentaient. André Lyonnais en offre le meilleur exemple, lui qui, simple employé, siégea sur les bancs du palais Bourbon, plus habitués à accueillir des propriétaires, industriels, avocats et hauts fonctionnaires.

  • 193 Maryse Roussel, André Lyonnais, mémoire de maîtrise de l'Université de Rouen, dir. J. Vidalenc, 197 (...)
  • 194 Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 168-169.

144Né le 30 avril 1842 au Creusot d'un père tailleur de pierres, dans une famille de onze enfants, André Lyonnais avait commencé comme ouvrier dès l'âge de treize ans193. Devenu comptable aux aciéries du Creusot, il avait été licencié pour avoir organisé un enterrement civil. Il s'installa au Havre, en 1873, comme chef-comptable de la Société des constructions navales. Dès 1878, il fut présenté aux élections municipales par le Comité électoral de la métallurgie et fut admis sur la liste des comités républicains. Une fois élu, il se fit remarquer par ses interventions en faveur d'une meilleure participation des simples ouvriers et employés à la vie de la cité. Une de ses revendications était que les réunions du conseil aient lieu à 20 heures 30 de façon à permettre aux simples salariés d’exercer, sans difficulté, leur mandat. Surtout, il insista pour que la ville envoie, à ses frais, des ouvriers à l'Exposition universelle de Paris, en 1878, et fit partie de la commission chargée d'organiser la désignation des 54 délégués, puis d'établir une synthèse de leurs rapports194. Il fut aussi un des membres les plus volontiers anticléricaux du conseil. Son activisme républicain et ses prises de position en faveur des ouvriers lui valurent d'être surnommé le « Petit Gambetta » et de jouir d’une certaine popularité parmi les Havrais.

  • 195 ADSM, 4 M 2 705, Congrès ouvrier du Havre, 1880 ; Marcel Boivin, « Le mouvement syndical en Seine-I (...)
  • 196 Bernard H. Moss, Les origines du mouvement ouvrier français. Le socialisme des travailleurs qualifi (...)

145Parallèlement, Lyonnais prit part à la renaissance du mouvement ouvrier en Seine-Inférieure, organisant des chambres syndicales au Havre, mais aussi à Lillebonne, Bolbec et Rouen, et joua un rôle majeur dans la préparation du congrès ouvrier du Havre de 1880195. Il se prononça pour un syndicalisme modéré, repoussant toute idée de lutte des classes, prônant la conciliation avec le patronat et n'acceptant la grève que comme ultime recours. Il mettait tous ses espoirs dans la République, l'instruction obligatoire, gratuite et laïque et le suffrage universel, pour améliorer la condition ouvrière. Ces idées étaient au plan national celles de Joseph Barberet ou Charles Chabert qui, en liaison avec Gambetta, cherchaient à organiser un syndicalisme soucieux de réformes graduelles dans un cadre républicain196. L’essentiel de ces thèmes fut repris dans l'avant-rapport qu'il présenta au congrès, au nom des chambres syndicales du Havre. Quand le congrès se scinda en deux, à cause du refus par une minorité de délégués des thèses modérées de Lyonnais, il prit la présidence du congrès anti-collectiviste de la salle Franklin.

146Licencié, entre-temps, par la Société anonyme des constructions navales, Lyonnais dut quitter Le Havre à la fin de l'année 1880. Sa carrière politique risquait d'y prendre fin brutalement, les comités républicains ayant refusé de le présenter à nouveau aux municipales.

  • 197 Le Havre, 23 et 24 août 1885.
  • 198 ADSM, 3 M 308, Élections législatives de 1885.
  • 199 Rapport du commissaire spécial du Havre, 1er octobre 1886, ADSM, 4 M 364.
  • 200 Rapport du commissaire spécial du Havre, 10 septembre 1887, ADSM, 4 M 364.

147Ayant retrouvé du travail à Paris comme comptable-caissier d'une maison de tapisserie, il adhéra au Groupe des ouvriers républicains progressistes du 17e arrondissement et se présenta sous cette étiquette et dans cet arrondissement aux législatives de 1881. Son score fut décevant : il n'obtint que 487 voix sur 12 168 votants. L'adoption du scrutin de liste lui permit de prendre sa revanche. Sa candidature fut proposée par les Comités ouvriers progressistes de la Seine-Inférieure. Elle ne fit pas l'unanimité des membres du Comité républicain départemental, certains, tel Albert Réville, refusant d’« admettre des candidatures de classes » et de transformer la Chambre des députés en « Conservatoire des Arts et Métiers »197. Elle fut finalement retenue. Élu dernier de la liste avec 52 % des suffrages exprimés et plus de 4 000 voix d'écart avec le premier Paul Casimir-Perier198, Lyonnais siégea sur les bancs de l'Union républicaine. Il vota d'abord avec les opportunistes, soutenant, par exemple, la colonisation du Tonkin et essayant de défendre « l'entente des ouvriers et des patrons par les lois existantes et à faire sur les associations et par la création des Chambres syndicales ouvrières »199. À partir de 1887, il se rapprocha des radicaux havrais, siégea comme député indépendant et soutint les gouvernements de concentration républicaine200. Ces revirements lui valurent force critiques d'une partie des républicains havrais qui le considérèrent comme un opportuniste au sens premier du terme, plus soucieux des honneurs que du sort des ouvriers. Un journal comme La Cloche illustrée, de sensibilité radicale, en fit une de ses victimes préférées, le caricaturant en bourgeois bedonnant et ironisant sur ses soi-disant origines prolétariennes.

  • 201 Madeleine Rébérioux in J. Droz dir., Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 2e édition 1982, (...)

148Le retour au scrutin d'arrondissement mit fin à sa carrière d'élu national. Candidat dans la 1ere circonscription de Rouen en 1889 contre l'ancien maire opportuniste, député sortant, Louis Ricard, il n'arriva que troisième, il fut à nouveau battu à Elbeuf en 1891 et à Saint-Dié en 1893. Il se retira de la vie politique et décéda en 1914. Ses échecs montraient la difficulté de son positionnement politique : le glissement au centre droit des opportunistes avait fait s'évanouir l'espoir de réformes sociales importantes. Les alliés politiques de Lyonnais avaient surtout retenu de son discours la promesse de paix sociale et oublié qu'elle supposait une véritable concertation entre patronat et ouvriers. Ces derniers avaient, peu à peu, perdu confiance dans les républicains de gouvernement pour se rapprocher des radicaux et, surtout, des socialistes. Avec le recul, les efforts de Lyonnais pour empêcher les idées collectivistes de devenir la référence du mouvement ouvrier apparaissent comme un « combat perdu d'avance ». Cela explique pourquoi la plupart des historiens du mouvement ouvrier français n'ont accordé que quelques lignes au congrès du Havre, oubliant, le plus souvent, de mentionner l'existence de Lyonnais. À leurs yeux, le seul mérite du congrès fut, neuf ans après la Commune, de clarifier la situation, en séparant les réformistes, voués à l'isolement, des collectivistes, désormais dotés d'un programme marxiste201.

149Une autre explication de l'échec de Lyonnais tenait à la contradiction entre sa vision de la société et celle de la majorité des républicains. Lyonnais voulut être le représentant d'un monde ouvrier qui aurait préservé son autonomie et aurait été accepté comme une composante à part entière du parti républicain. Il était l'héritier de tout un courant qui remontait au manifeste des Soixante et souhaitait promouvoir une représentation directe des ouvriers. Pour Lyonnais, cela supposait que le parti républicain accepte de promouvoir des candidatures ouvrières. Ce vœu allait contre l'idéologie de la majorité des opportunistes pour qui la société était composée d'individus et non de classes sociales. La réaction de Réville, en 1885, reflétait ce refus d'une représentation spécifique du monde ouvrier.

Figure 9. Lyonnais caricaturé par la Cloche illustrée

Figure 9. Lyonnais caricaturé par la Cloche illustrée

150Les difficultés rencontrées par Lyonnais pour s'imposer permettent, en contrepoint, de mieux comprendre le parcours d'autres employés républicains. Plutôt que de se définir comme représentants d'un monde ouvrier auquel ils n'appartenaient pas directement, ils préférèrent intégrer les élites républicaines locales. Leur origine sociale les conduisit à se rapprocher des radicaux. Organisateur avec Lyonnais du congrès du Havre en 1880, un homme comme Gustave Nicolle eut un parcours fort différent.

  • 202 Acte de naissance du 14 novembre 1859, AMH, État-civil de la commune de Graville ; Délibération du (...)

151Né à Graville le 14 novembre 1859 d'un père employé des eaux du Havre et ancien compagnon de Barbés, Gustave Nicolle avait commencé comme employé à 12 ans chez G. Fautrel, voilier, puis fut successivement commis de bassin chez un courtier en grains et comptable de la maison en fontes de construction Durenne202. Il entra, en 1876, comme employé au Tribunal de commerce et y resta 15 ans, devenant en 1888 commis-greffier assermenté. En 1880, il avait aidé Lyonnais à rédiger l'Adresse aux ouvriers de France, publiée avant le congrès. Il fut, ensuite, l'auxiliaire du Syndicat des mécaniciens-navigateurs et collabora au Cercle d'études positivistes, petit groupe d'ouvriers et d'employés qui avait été admis à participer au congrès du Havre.

  • 203 Affiche électorale, 1889, ADSM, 3 M 464.

152L'immobilisme des opportunistes le conduisit à se rapprocher des radicaux, seuls aptes à résoudre « les questions sociales »203. En 1888, il fut élu conseiller municipal, puis prit la succession de Marie comme conseiller d'arrondissement du 3e canton en 1889. Devenu un notable, il fut administrateur des hospices du Havre de 1888 à 1901, directeur de la Caisse d'épargne et président de la délégation cantonale de l'Eure. Il fut, aussi, un des dirigeants locaux et nationaux du parti radical : il présida le Comité radical du Havre et fut élu membre du Comité exécutif du Parti républicain, radical et radical-socialiste au congrès de Toulouse en 1903. Candidat aux législatives de 1902 et 1906 dans la 1ere circonscription du Havre, il fut battu par le progressiste Louis Brindeau.

153Ce parcours politique accompagna son ascension sociale. Lauréat en 1878 des cours commerciaux de la Société des employés de commerce, Nicolle obtint, quelques années plus tard, grâce à des cours du soir, une capacité en droit de la Faculté de Paris qui lui permit d'être nommé secrétaire-directeur du Bureau de bienfaisance en 1891. En 1901, il démissionna pour créer un cabinet d'affaires contentieuses. Sa propre vie était désormais le reflet de l'idéologie méritocratique des républicains. Toute idée d'une représentation autonome des ouvriers avait disparu.

154Si un ancien employé comme Nicolle finit par intégrer les élites républicaines, il en alla tout autrement des quelques ouvriers qui avaient réussi à se glisser parmi les dirigeants des comités ou les élus républicains.

Les ouvriers

155Étudier les ouvriers républicains du Havre pose un premier problème : si le conseil municipal ou les comités ont toujours comporté en leur sein quelques ouvriers, ces derniers ont très rarement joué un rôle politique de premier plan. Ils n'ont laissé qu'une trace fugitive dans les archives. L'historien en est réduit à collecter des noms, des prénoms et des professions sans pouvoir en dire beaucoup plus. Une prosopographie des élus et militants ouvriers tient vite de l'impossible : ici pas de faire-part ou de nécrologie dans les journaux, d'inscription dans les annuaires de commerce, de notices dans les dictionnaires des personnalités. Même les notices de présentation des candidats dans la presse sont décevantes. Elles donnent l'impression que l'homme a été choisi plus en fonction de la profession qu'il exerce – mécanicien, ajusteur ou voilier –, qu’en fonction de son propre itinéraire politique.

156Plutôt que d'étudier des parcours individuels, mieux vaut s'interroger sur la place faite par les républicains au monde ouvrier. Au conseil municipal, elle ne fut pas négligeable : de 1865 à 1890, le nombre d'ouvriers fut plus important que celui des employés – 11 au lieu de 7 – et arriva derrière celui des commerçants et artisans – 16 De 1865 à 1878, deux ouvriers siégèrent sur les bancs républicains, puis, de 1878 à 1881, trois, de 1881 à 1884, quatre et, de 1884 à 1888, à nouveau trois. Il y eut chez les dirigeants du parti un souci permanent d'assurer au monde ouvrier havrais une représentation minimale à l'hôtel de ville. Ce souci s'arrêta là : aucun adjoint, conseiller d'arrondissement ou général et, a fortiori, aucun député ou sénateur ne fut un ouvrier. Le cas de Lyonnais ne fait que confirmer cette règle : il se rattachait au monde ouvrier par son origine, mais était lui-même employé. La plupart des conseillers municipaux ouvriers restèrent des anonymes, mal intégrés aux élites républicaines locales. Souvent, ils ne firent qu'un mandat : c'est le cas de six sur onze.

  • 204 Le Havre, 6 janvier 1881 et 17 juillet 1885.

157Ces quelques élus ne représentaient que partiellement le monde ouvrier havrais. Sur les onze, aucun n'était un simple journalier du port. Le seul au contact avec les ouvriers des quais était un voilier. La plupart était des ouvriers qualifiés des industries portuaires en plein essor : cinq étaient mécaniciens et un, ajusteur. Trois autres appartenaient à des métiers plus traditionnels, mais eux aussi qualifiés : charpentier, menuisier, stéarinier. Un, enfin, était typographe. On retrouve les mêmes caractéristiques pour les quelques militants ouvriers des comités. Président du Comité central républicain à partir de 1878, Gabriel Laas d'Aguen était mécanicien. Parmi les membres du Comité ouvrier progressiste, on pouvait noter la présence de deux tourneurs et de deux chaudronniers204. Cette absence des ouvriers du port aura des conséquences sur le long terme : dès le début de la Troisième République, ils apparaissent méfiants ou, tout au moins, peu engagés dans l'action politique, ce qui permettra au courant anarcho-syndicaliste de trouver parmi eux ses principaux militants.

  • 205 Rapport du commissaire central, 2 octobre 1876, ADSM, 4M2 705.
  • 206 Le parti ouvrier avait été créé au congrès de Marseille l'année précédente. Le congrès de la Fédéra (...)

158La plupart des militants ouvriers républicains étaient des réformistes qui mettaient tous leurs espoirs en la République pour résoudre la question sociale. Ils avaient participé, à partir de 1876, à la naissance des chambres syndicales. Parmi les organisateurs de la réunion publique du 1er octobre 1876, préparatoire au congrès ouvrier de Paris, on pouvait noter la présence de Louis Alexandre Lefebvre, maître voilier, ancien membre du Comité antiplébiscitaire, président du Comité central républicain et conseiller municipal depuis 1871205. À ses côtés, siégeait le menuisier Bertre, président du Comité républicain du canton est et fervent partisan de Lecesne. Les idées de Lyonnais eurent un écho chez de nombreux ouvriers républicains qui rejetèrent les thèses collectivistes. Parmi les partisans d'un syndicalisme réformiste et républicain, on peut citer Ernest Drouet, secrétaire de la Chambre syndicale des ouvriers voiliers, délégué des chambres syndicales havraises au congrès de l'union du Centre du parti ouvrier206 en 1880, et un des organisateurs du congrès du Havre aux côtés de Lyonnais, ainsi qu'Alexandre Nonorgue, forgeron, délégué des chambres syndicales havraises au congrès de Marseille en octobre 1879, Vautier, charpentier de navires, président de la Chambre syndicale des ouvriers charpentiers et perceurs du Havre, délégué au Congrès du Havre, ou Octave Onfroy, mécanicien et conseiller municipal de 1878 à 1881.

  • 207 Sur l'ouvrier vannier Gauthier qui, ancien condamné de juin 1848, puis déporté en Afrique après le (...)

159Cette modération ne dura qu'un temps. Très tôt, certains militants regardèrent du côté des radicaux, voire des socialistes. D'anciens communards comme le vannier Théodule Gauthier207 ou le commis Schlosser avaient aussi participé à la naissance des chambres syndicales. Schlosser avait été secrétaire du club de la rue Bernardin de Saint-Pierre. Ces hommes, ainsi que quelques autres comme le bouchonnier Bini, se sentaient plus proches de l'extrême gauche que des dirigeants de l'Union républicaine. Aux législatives de 1876, Gauthier avait fait partie du Comité républicain électoral qui avait soutenu la candidature d'Escarraguel. Lors du congrès du Havre, ils penchèrent plutôt du côté des thèses collectivistes, s'opposant à Lyonnais.

  • 208 Trésorier du Comité radical dès 1881, il finit conseiller municipal de 1890 à 1895.
  • 209 Perruquier, François Godeau avait appartenu au club de la rue Bernardin de Saint-Pierre. Il avait é (...)

160Leur méfiance vis à vis des opportunistes ne les conduisit pas jusqu'à organiser au Havre un parti socialiste. Une fois le congrès du Havre passé, on retrouva la plupart des dirigeants ouvriers parmi les opposants à la municipalité Siegfried. Ils firent partie de l'Union des travailleurs progressistes, constituée en décembre 1880 pour promouvoir une représentation ouvrière au conseil municipal, puis de la Commission des Trente, chargée en 1884 de préparer une liste « anti-Siegfried ». Parmi les Trente, on trouvait aussi bien d'anciens adversaires des thèses collectivistes comme Vautier208 que des opposants à Lyonnais comme Bini, Godeau209 ou Gauthier. Quand les radicaux havrais commencèrent à mieux s'organiser, à la fin des années 1880, ils purent s'appuyer sur ces militants ouvriers qui ne croyaient plus les opportunistes désireux de résoudre la question sociale.

Notes

1 Journal du Havre, 3 janvier 1878.

2 Le Havre, 7 janvier 1876.

3 Circulaire du Comité républicain conservateur pour les élections municipales du 22 novembre 1874, AMH, FC, K1 9/1.

4 Fils d’un armateur havrais, il avait siégé au conseil de la Commune, puis en avait démissionné après le décret sur les otages. Conseiller municipal du quartier des Epinettes de 1875 à 1879, il avait présidé le conseil municipal de Paris et le conseil général de la Seine. Cf. Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 2e supplément, P., 1890, p. 1509.

5 On y retrouvait toute l'extrême gauche rouennaise : Cord'homme, Aubry, Manchon.

6 Le Havre, 6 octobre 1877. Voir aussi : le rapport du préfet du 6 octobre 1877, AN, Flc III Seine-Inférieure 6.

7 Le Havre, 6 janvier 1881.

8 Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 187.

9 Le Havre, 17 juillet 1885.

10 Journal du Havre, 3 mars 1886.

11 Rapport du commissaire spécial du Havre aux chemins de fer et au port, 1er mai 1886, ADSM, 4 M 364.

12 Cité par Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 198.

13 Rapport du commissaire central du Havre, 21 mai 1886, AMH, FC, l2 7/2.

14 Rapport du commissaire central du Havre, 12 juin 1886, AMH, FC, I2 7/2.

15 Echo de l'arrondissement du Havre, 1er novembre 1873.

16 J. Siegfried, Journal, 17 novembre 1885.

17 Le Havre, 4 septembre 1889.

18 Compte rendu imprimé de la réunion du CCR du 20 février 1878, ADSM. 3 M 439.

19 Élections partielles au conseil général du 3 mars 1878, ADSM, 3 M 439.

20 Le Petit Havre, 31 janvier 1885.

21 Le Havre, 7, 10, 11, 17 et 18 juillet 1885.

22 Le Havre, 5 novembre 1880.

23 Journal, 20 février 1877.

24 Le Havre, 23 et 24 août 1885.

25 Écho de l'arrondissement du Havre, 1er novembre 1873.

26 Rapport du commissaire de police, 21 mai 1886, AMH, FC, I2 7/2.

27 Procès verbal du 1er tour des élections municipales du 4 mai 1884, AMH, FC, K1 9/6.

28 Élections municipales du 6 mai 1888, AMH, FC, K1 10.

29 Indépendance havraise, 3 mai 1884.

30 Procès verbal du 1er tour des élections municipales du 4 mai 1884, AMH, FC, K1 9/6.

31 Procès verbal du 1er tour des élections municipales complémentaires du 7 février 1886, AMH, FC, K1 9/7.

32 AMH, FC, K6 3/6, Élection partielle au conseil d'arrondissement du 22 février 1885.

33 ADSM, 4 M 364, Élections partielles au conseil général du 7 mars 1886 et au conseil d'arrondissement du 2 mai 1886. Voir aussi AMH, FC, K6 1/4.

34 AN, Fld Ill 20 et 335 ; ADSM, 1 M 394 à 423.

35 AN, Flc I 175-176; ADSM, 4 T 137.

36 Le lecteur, qui souhaiterait la consulter, peut se reporter aux annexes de notre thèse (t. 4, p. 673-749 et 772-779).

37 Discours de Louis Brindeau aux obsèques d'Auguste Brostrom, AMH, FC, K3 3/19.

38 Dominique Barjot dir., Les patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Maine, p. 86-87. Voir aussi l'arbre généalogique des Courant in Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 472.

39 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, p. 319-325.

40 Sur les de Coninck : Philippe Mieg, Etude historique et généalogique sur la famille de Coninck, dactyl., Mulhouse, 1978, 93 p.

41 Frédérick de Coninck, A l'Assemblée nationale. Guerre ou paix, Le Havre, A. Lemâle, 1871, p. 6. Cette brochure de 16 pages est datée du 8 février 1871.

42 André Encrevé dir., Les Protestants, t. 5 du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1993, p. 347-348. Voir aussi : Cent Ans, 1793-1893. Descendance au 18 janvier 1893 de Jean Monod et Louise de Coninck, mariés le 18 janvier 1793, Nancy, Berger-Levrault, 1893, 308 p.

43 Roger Lévy, Le Havre entre trois révolutions..., p. 11.

44 Cf. Ch. Rufenacht, Michel de la Roche, 1775-1852. Ses aïeux et ses descendants, Le Havre, 1963, p. 38-39 et 47-48.

45 Cf. État-civil de Brumath ; Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres d'Alsace, t. II. p. 1-2

46 André Siegfried, Jules Siegfried..., p. 56-57.

47 Sur les expériences électorales malheureuses d'André Siegfried, Pierre Favre, Naissance de la science politique en France (1870-1914), Paris, Fayard, 1989, p. 266-271.

48 Sur Gustave Brindeau : AN, F lc I 176, dossier d'attribution de nom de rue ; ADSM, I M 395, dossier pour la Légion d'honneur ; Archives privées de la famille Brindeau.

49 Sur Alphée Brindeau : Archives privées de la famille Brindeau.

50 Sur Louis Brindeau : AN, Fld III 355, dossier d'attribution de la Légion d'honneur ; AMH, FC, K3 29/2, ibid ; Le Havre, 4 février 1886 ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 142-144 ; Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, p. 767-768.

51 Sur la famille Gardye : Inventaire du chartrier Le Monnier de Gouville, p. 51-55. Sur Jules : Le Havre, 23 janvier 1882.

52 Sur les Masurier : Almanach illustré du Courrier du Havre, 1889, p. 11-13

53 Sur Félix Faure : AN, 460 AF ; Thierry Billard, Félix Faure, Paris, Juillard, 1995. 1046 p. ; Ch. Maubant et F. Duboc, Rue Félix Faure, Catalogue d'exposition du musée des Beaux-Arts André Malraux, Le Havre, 1988, 143 p.

54 Liquidation de la communauté et de la succession Faure-Belluot, 11 novembre 1899, AN, 460 AP 10.

55 Thierry Billard, op. cit., p. 38.

56 Charles Guinot fut député de 1871 à 1879 et sénateur de 1879 à 1893 (J. Jolly, Dictionnaire des parlementaires français, p. 1920).

57 Liquidation-partage de la communauté et successions de Mr et Mme Guinot-Allard, AN, 460 AP 10.

58 Cf. l'inscription, le 7 juillet 1868, de Félix Faure, négociant commissionnaire en cuirs, huiles et laines, comme commerçant notable (AMH. FM, F2 1).

59 Il fut publié en 1870 par l'imprimerie Félix Santallier.

60 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 108.

61 Journal de l'arrondissement du Havre, 11 août 1881.

62 AN, 460 AP 19.

63 Félix Faure, Le Havre en 1878, Le Havre, imprimerie Lemâle aîné, 1878, 656 p.

64 Le Citoyen, 24 décembre 1878.

65 J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 309.

66 Guy de Maupassant, Pierre et Jean, Edition Gallimard-Folio, p. 118-119.

67 Journal du Havre, 4 et 5 janvier 1878.

68 ADSM, 4 X 118, Société de secours mutuel Sainte-Marie.

69 M. Félix Faure, président de la République, Le Havre, Auguste Godefroy, 1896, p. 5.

70 Daniel Amson, Gambetta ou le rêve brisé, Paris, Tallandier, 1994, p. 372.

71 ADSM, 3 M 448, Élection partielle au conseil général, Lillebonne, 1882.

72 AN, LH 1709/22, dossier de Légion d'honneur ; AMM, dossier Mallet ; Petit Havre, 12 avril 1899.

73 Souvenirs de jeunesse de Gabriel Puaux. Ce texte inédit a été rédigé par le petit-fils de Frédéric Mallet, l’ambassadeur de France Gabriel Puaux (1883-1970).

74 Cf. la délibération du conseil municipal du 6 novembre 1912 lui attribuant un nom de rue (AMH, FC).

75 Gabriel Puaux, Souvenirs de jeunesse.

76 AMH, FC, K3 29/1 1, dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur.

77 Notes préparatoires à une conférence devant la Société d'Histoire de la Troisième République, Archives de la FNSP, 6 SI 6, Dr 4.

78 Gabriel Puaux, Souvenirs de jeunesse.

79 ADCantal, 2 E 160/4.

80 Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 945-946.

81 Contrat de mariage d'Auguste Rispal et Louise Céline Rouedhart, 12 août 1871, ADSM, 2 E 7/290.

82 Son action parlementaire fut terne. Selon le Dictionnaire des parlementaires français (p. 2864-2865), il ne fit remarquer qu'une fois par un amendement au projet de tarif douanier sur les plombs !

83 Archives municipales de Caen, Etat-civil.

84 Dictionnaire biographique de la Seine-Inférieure, 1892.

85 Archives de la FNSP, 6 SI 6, Dr 4.

86 Dossier pour la Légion d'honneur, AN, Fld III 335 ; Acte de naissance du 16 janvier 1839, AMH ; La Cloche illustrée, 3 août 1888 ; Notice nécrologique, Le Havre, 13 septembre 1901.

87 Le Havre, 29 et 30 juillet 1888.

88 AMH, État-civil.

89 Le Havre, 28 avril 1888.

90 Remanié, le texte de cette conférence parut en 1942, chez Firmin-Didot, sous le titre : Jules Siegfried. 1838-1922.

91 Commencé en 1860 (le cahier le plus ancien que nous avons travaillé débute en 1866, mais des volumes antérieurs ont existé et André, dans l'introduction à sa biographie, parle de 1860 comme date de départ), le Journal semble avoir été tenu jusqu'en 1893. Rédigé régulièrement jusque dans les années 1870, il est plus lacunaire ensuite. À côté de récits de l'activité de Jules Siegfried, on y trouve de nombreux passages de réflexion morale, où l'auteur s'interroge sur le sens à donner à son existence.

92 André Siegfried, op. cit. ; du même, Cotonniers aux Indes, Paris, imprimerie Chaix, s.d., 22 p. Voir aussi : Roger Merlin, « Jules Siegfried. Sa vie. Son Œuvre », Le Musée social, juillet 1923, p. 173-199 et 213-250.

93 Bürgerbuch der Stadt Mülhausen, p. 327-328.

94 Cf. l'acte de mariage du 22 septembre 1834 de Jean-Jacques Siegfried et Louise Blech (AMH, dossier Siegfried).

95 Sur la maison Blech, Fries et Cie : Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, p. 534. Sur la famille Blech : Ernest Blech et Ernest Meinninger, Tableaux généalogiques de la famille Blech, 1390-1898, Mulhouse, impr. Veuve Bader et C'e, 1898.

96 Jules Siegfried, Journal, 5 mars 1885.

97 Sur celui-ci : Bertrand Roederer, La famille Roederer du Havre, dactylographié, 1982

98 Jules Siegfried, Journal, 14 novembre 1868.

99 Ibid., 12 janvier 1869.

100 Ibid, 20 novembre 1870.

101 Ibid., 23 août 1875.

102 André Siegfried, Cotonniers aux Indes.

103 Jules Siegfried, Journal, 10 novembre 1878.

104 Ibid., 25 février 1877.

105 Ibid., 21 avril 1878.

106 A. Siegfried, Jules Siegfried, p. 23.

107 Jules Siegfried, Journal, 4 janvier 1880.

108 Ibid., 29 juin 1885.

109 Ibid., 23 janvier 1891.

110 Hubert Bonin, L'argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers, épargnants dans la vie économique et politique, Paris, Masson, 1989, p. 77.

111 A. Siegfried, Mes souvenirs d'enfance, p. 16.

112 J. Siegfried, Journal, 12 mai 1881.

113 Ibid., 9 juillet 1879.

114 Sur celle-ci : Sandrine Kott, « Enjeux et signification d'une politique sociale : la Société industrielle de Mulhouse, 1827-1870 », 1987, n° 4, p. 640-659.

115 Jules Siegfried, Journal, 23 décembre 1866.

116 R. Oberlé, Mulhouse ou la genèse d'une ville, E.d. du Rhin, 1985, p. 198-202.

117 Maurice Agulhon, 1848 ou l'apprentissage de la République..., p. 225.

118 François Puaux était né à Vallon, dans l'Ardèche, en 1806. Il avait été avocat à Largentière, notaire à Vallon, selon la tradition familiale, puis pasteur à Luneray, Rochefort et Mulhouse. Voir André Encrevé, Protestants français au milieu du XIXe siècle, Genève, Labor et Fides, 1986, p. 357, n. 202 ; Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Les Protestants, p. 398-399.

119 André Siegfried, op. cit., p. 59 et p. 138-141.

120 J. Siegfried, Journal, 12 janvier 1869.

121 Ibid, 29 mai 1870.

122 Ibid., 23 août 1870.

123 Ibid., 5 juin 1884.

124 Rapport du préfet du 12 janvier 1878, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

125 Rapport du préfet du 21 janvier 1878, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

126 Lettre de Jules Siegfried au préfet du 16 janvier 1878, ADSM, 3 M 1038 ; voir aussi le compte rendu de la réunion du 15 janvier 1878 chez Huchon, AMH, FC, K1 15.

127 Jules Siegfried, Journal, 10 novembre 1878.

128 André Siegfried, Jules Siegfried, p. 65.

129 Jules Siegfried, Journal, 15 septembre 1881.

130 Élections municipales du 9 janvier 1881, AMH, FC, K1 9/4.

131 Élections municipales du 4 mai 1884, AMH, FC, K1 9/6.

132 Sur l'oeuvre hygiéniste de Siegfried et Gibert : David S. Barnes, The Making of a Social Disease : Tuberculosis in Nineteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 1995 ; Lion Murard et Patrick Zylberman, L'hygiène dans la République : la santé publique en France ou l'utopie contrariée (1870-1918), Paris Fayard, 1996, p. 249-254.

133 Fondée en janvier 1886, La Cloche illustrée, journal satirique, adopta d'emblée un ton critique vis à vis des républicains de gouvernement et réserva ses louanges aux radicaux.

134 Règlement du 22 août 1882, AMH, FC, I2 48/9. Sur ce thème : Anne Rique, La prostitution au Havre entre 1870 et 1914, Mémoire de maîtrise de l'Université de Rouen (dir. Michel Pigenet), 1993, 111p.

135 La Cloche illustrée, 9 janvier 1886.

136 ADSM, 3 M 464, Élections cantonales, 1889.

137 Journal, 15 septembre 1881.

138 Ibid., 21 juin 1887.

139 Ibid.

140 Ibid.

141 Ibid., 27 décembre 1885.

142 Ibid., 31 décembre 1886.

143 Ibid., 12 décembre 1887.

144 Ibid., 4 février 1889.

145 AN, F17 7820, Lycée du Havre, rapports d'inspection, 1867-1879.

146 Rapport de l'inspecteur d'académie, 11 avril 1879, AN, F17 7820.

147 André Siegfried, op. cit., p. 29.

148 Acte de naissance de Louis Jérôme Guerrand, 23 janvier 1829, ADSM, 5 Mi 1149.

149 Dossier d'obtention de la Légion d'honneur de Léopold Peulevey, AN, LH 2132/25.

150 Acte de naissance de Joseph Fauvel, 22 mars 1835, AD14, 5Mi 31R43.

151 Acte de naissance d'Ulysse Guillemard, 27 fructidor an IX, État-civil de Cambremer.

152 Acte de naissance de Théodule Marais, 8 janvier 1846, ADSM, 5 Mi 1755.

153 11 s’agit de Théodore Léon Huchon (acte de mariage du 14 mai 1873, AMH, État civil), Jean-Baptiste Lelaumier (Acte de naissance du 17 août 1835, ADSM, 4 E 7961) et Aimable Richer (Acte de naissance du 15 novembre 1833, ADSM, 5 Mi 1377).

154 Eugène Gustave Capelle (Acte de naissance du 2 juin 1831, AMH, État-civil), Ernest Adolphe Jouvet (Acte de naissance du 21 juillet 1837, ADSM, 5 Mi 1377) et Jean Édouard Martin (Acte de naissance du 23 février 1838, ADSM, 4 E 8498).

155 Dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 399, et AMH, FC, K3 29/2.

156 État-civil de Saint-Brice-en-Coglès ; le Havre, 27 avril 1888.

157 Le Havre, 13 avril 1882.

158 Le plan de cette maison nous a été aimablement fourni par Monsieur le professeur RogerHenry Guerrand.

159 Les bombardements du Havre de septembre 1944 ont détruit les archives de l'enregistrement, ce qui limite toute étude des fortunes pour les élites havraises.

160 Rapport du préfet du 4 mai 1871. AN, Fl b II Seine-Inférieure 16.

161 Rapport du sous-préfet du 24 janvier 1881, ADSM, 3 M 1038.

162 Rapport du préfet du 13 juin 1879, ADSM, 1 M 411.

163 Discours funéraire de Louis Brindeau, Le Havre, 17 avril 1894.

164 Rapports de gendarmerie des 27, 28 et 29 avril 1834, ADSM, 4 M 2 703 ; voir aussi AN F7 4 184.

165 Voir son dossier de Légion d'honneur : AN, LH 1236/69.

166 Dictionnaire de biographie française, t. 17, p. 210 ; Le Tribunal et la Cour de Cassation. Notices sur le personnel (1791-1879), Paris, Imprimerie Nationale, 1879.

167 Cf. sa notice nécrologique rédigée par Jules Siegfried, AN, F,c I 175 ; voir aussi le Journal du Havre du 16 septembre 1878.

168 Né le 18 août 1806 à Cherbourg, Constantin Bazan avait d'abord été avocat dans cette ville, puis s'était installé comme agréé à Fécamp vers 1834. Cf. Acte de naissance du 16 août 1806, Archives municipales de Cherbourg ; Délibération du conseil municipal du Havre en vue de l'attribution d'un nom de rue, 28 janvier 1891, AN, Flc 1 176 ; Dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 411.

169 Le Havre, 29 et 30 juillet 1888.

170 Acte de naissance du 1er juillet 1841, État civil de Louviers ; Dossier pour l’obtention de la Légion d'honneur, 1903, ADSM, 1 M 396.

171 Indépendance havraise, 5 avril 1884.

172 Acte de naissance du 9 octobre 1860, AMH, État-civil ; Dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, ADSM, 1 M 400 ; Léon Braquehais, Nouvelles biographies havraises, Le Havre, 1886, p. 30.

173 Rapport du sous-préfet du 4 avril 1882, ADSM, 3 M 1038.

174 Rapport du commissaire central du Havre du 26 avril 1870, 3 M 223.

175 Rapport du commissaire central du Havre du 6 avril 1877, 4 M 364.

176 Indépendance havraise, 12 avril 1884.

177 Affiche électorale des Groupes républicains des trois cantons réunis, AMH, FC, K1 9/6.

178 ADSM, 3 M 464, Élections cantonales, 1889.

179 Acte de naissance du 12 septembre 1806, État-civil de Boulogne-sur-mer.

180 Acte de naissance d'Édouard Letellier du 28 juillet 1809, État-civil du Val-Saint-Père ; Notice nécrologique, le Havre, 29 mars 1883.

181 Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 468.

182 AD 14, 5 Mi 19R54 ; Notice nécrologique, AMH, FC, K3 3/19.

183 Acte de naissance du 5 juillet 1826, AMH, État-civil ; Le Havre, 13 avril 1882 et 16 février 1892.

184 Discours de Louis Brindeau du 18 février 1892, AMH, FC, K3 22.

185 Tableau général des syndicats se conformant à la loi du 21 mars 1884, AMH, FC, F2 9.

186 Dossiers pour la Légion d'honneur, 1903, ADSM, 1 M 394 et AMH, FC, K3 29.

187 État des chambres syndicales du Havre, 1887, AMH, FM, F2 7.

188 Indépendance havraise, 5 avril 1884.

189 Petit Havre, 3 mai 1884.

190 Il fallut attendre mai 1892 pour que se constitue la première organisation socialiste locale, le Groupe des travailleurs socialistes, affilié au POF. Cf. Jean Legoy op cit t. 3 p. 223.

191 Dossier pour l'obtention de la Légion d'honneur, AMH, FC, K3 29/4.

192 Né le 29 septembre 1853 au Havre d'un père épicier, Charles Émile Cherfils travailla comme commis. Membre du Comité républicain radical il fut conseiller municipal de 1888 à 1908, adjoint de mai 1894 à 1896, puis 1er adjoint de 1904 à 1908. Il fut élu conseiller d’arrondissement du 1er canton en 1895. Cf. Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 198-199.

193 Maryse Roussel, André Lyonnais, mémoire de maîtrise de l'Université de Rouen, dir. J. Vidalenc, 1973, 238 p. Voir aussi : DBMOF, t. 13, p. 324

194 Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 168-169.

195 ADSM, 4 M 2 705, Congrès ouvrier du Havre, 1880 ; Marcel Boivin, « Le mouvement syndical en Seine-Inferieure au début de la IIIe République », Études normandes, 1979, p. 189-214 ; Jean Legoy, op. cit., t. 3, p. 171-177.

196 Bernard H. Moss, Les origines du mouvement ouvrier français. Le socialisme des travailleurs qualifiés, 1830-1914, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 116-120.

197 Le Havre, 23 et 24 août 1885.

198 ADSM, 3 M 308, Élections législatives de 1885.

199 Rapport du commissaire spécial du Havre, 1er octobre 1886, ADSM, 4 M 364.

200 Rapport du commissaire spécial du Havre, 10 septembre 1887, ADSM, 4 M 364.

201 Madeleine Rébérioux in J. Droz dir., Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 2e édition 1982, t. 2, p. 153 ; Georges Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la Troisième République (1875-1940), Paris, Payot, 1963, p. 44 ; Rolande Trempé in Claude Willard, La France ouvrière, Paris, Éditions ouvrières, t. 2, 1993, p. 295.

202 Acte de naissance du 14 novembre 1859, AMH, État-civil de la commune de Graville ; Délibération du conseil municipal du 25 juillet 1922 pour l'attribution d'un nom de rue, ADSM, 4 T 137 ; Notice nécrologique, Le Havre, 13 et 14 décembre 1908 ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, p. 834-835

203 Affiche électorale, 1889, ADSM, 3 M 464.

204 Le Havre, 6 janvier 1881 et 17 juillet 1885.

205 Rapport du commissaire central, 2 octobre 1876, ADSM, 4M2 705.

206 Le parti ouvrier avait été créé au congrès de Marseille l'année précédente. Le congrès de la Fédération du Centre, du 18 au 24 juillet 1880, accepta le programme que venaient de rédiger, à Londres, Marx, Engels et Guesde, malgré l'opposition des anarchistes d'une part et de Drouet d'autre part. Celui-ci affirma l'attachement des Havrais à la République et se retira du congrès. Cf. G. Lefranc, op. cit., p. 39-44.

207 Sur l'ouvrier vannier Gauthier qui, ancien condamné de juin 1848, puis déporté en Afrique après le Deux décembre, aurait pris part à la Commune, cf. Isabelle Raynaud, Qui parlera pour la Commune ? Étude des représentations de la Commune de 1871 à travers la presse ouvrière havrais de 1880 à 1922, maîtrise de l'Université du Havre sous la direction de John Barzman, 1998, p. 28-31.

208 Trésorier du Comité radical dès 1881, il finit conseiller municipal de 1890 à 1895.

209 Perruquier, François Godeau avait appartenu au club de la rue Bernardin de Saint-Pierre. Il avait été secrétaire du Cercle d'études sociales collectiviste-révolutionnaire du Havre, créé après le congrès du Havre.

Table des illustrations

Titre Tableau 10. Les comités républicains du Havre de 1863 à 1889
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5. Jules Siegfried
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 6. Le Bosphore
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 7. Le départ de Jules Siegfried de la mairie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figure 8. La tombe d’Ulysse Guillemard
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 9. Lyonnais caricaturé par la Cloche illustrée
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 386k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540