Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Seconde Partie. La victoire de Marianne

Chapitre 3. L’affermissement de la République et la conquête des campagnes

Texte intégral

1. Le Havre entre Gambetta et Thiers (1871-1873)

1La lutte du Havre républicain contre l'Assemblée avait commencé dès le lendemain des élections de février 1871. La ville, tout à son combat pour la République, se mit très vite dans le sillage de deux hommes, Thiers et Gambetta. Ils incarnaient la diversité du républicanisme havrais.

Le Havre gambettiste

  • 1 É. Bonhomme, op. cit., p. 191.
  • 2 Cl. Malon, op. cit., p. 136-139.

2La guerre avait créé entre Le Havre et l'ancien élu de Belleville un lien solide. Son refus des conditions de paix avait flatté le patriotisme havrais. Plus concrètement, l'ancien député du Havre, Jules Lecesne, avait été un de ses collaborateurs à la Délégation de Tours, présidant, à partir du 9 septembre, la Commission de l’armement au bilan fort discuté1, et une « inaltérable estime » existait entre les deux hommes2. Tout cela explique que très vite les républicains havrais inscrivirent leur combat dans le sillage de Gambetta.

3Les élections partielles du 2 juillet 1871, provoquées par le choix de Thiers, Dufaure, de Montaignac et Trochu d'opter pour d'autres départements permirent de mesurer la forte popularité du dirigeant républicain au Havre, quelques jours après son retour sur la scène politique.

  • 3 Sur ces élections, M. Boivin, op. cit., t. 1, p. 477-482.
  • 4 Tract de l'Union républicaine, AMH, K1 4/6.

4La préparation du scrutin vit se rouvrir la querelle entre républicains rouennais et havrais3. Les premiers firent adopter par le Comité républicain de la Seine-Inférieure une liste de candidats modérés comprenant Frédéric Deschamps, le général Baron, ancien ami de Cavaignac, et Bazan. Ce dernier, ancien républicain « bleu » de 1848, conseiller général depuis 1870, avait été choisi afin d’écarter Lecesne ou Peulevey, jugés trop proches de Gambetta. Moins de deux mois après la fin de la Commune, la campagne consista à mettre la répression au profit de la République, qui venait de « rassurer la Société contre les tentatives les plus criminelles et les plus insensées »4. Seule capable d'assurer l'ordre, la République était « le gouvernement qui nous divise le moins », alors que la restauration de la monarchie ne pouvait que déclencher de nouvelles révolutions.

5C'est le Comité radical de Rouen, dont les principaux dirigeants étaient en prison, qui proposa une liste alternative avec Gambetta, Jules Lecesne, le négociant rouennais Duvivier et le docteur Georges Pouchet. L'intention était surtout tactique de la part d'hommes en perte de vitesse à Rouen. Elle mit les Havrais dans l'embarras, pris entre leur dépit du rejet par les modérés rouennais de Lecesne, que le Comité central républicain havrais poussait à la candidature, et la volonté d'éviter la division. Lecesne avait de plus annoncé, les 21 et 27 juin, qu'il n'était pas candidat. Quant aux conservateurs, ils eurent l'habileté de présenter une liste où l’on trouvait, côte à côte, Edgar Raoul-Duval, protestant et bonapartiste, avocat général à Rouen avant le 4 septembre, Lebourgeois, maire de Dieppe sous l'Empire, le colonel Pierre Robert, conservateur catholique, conseiller général de Fécamp depuis 1852, et le maire de Rouen, Émile Nétien. Ce dernier était prêt à accepter une République conservatrice.

  • 5 AN, C 3456, Élections législatives, 1871-1873 ; ADSM, 3 M 298, Élections législatives partielles, 1 (...)
  • 6 Cette victoire des conservateurs s'inscrivait à contre-courant des résultats des élections partiell (...)

6Le plus étonnant fut le résultat5. Alors que la liste dirigée par Gambetta avait été connue au dernier moment, elle se plaça bonne première au Havre, avec 47 % des votants, ce qui fut loin d'être le cas dans le reste du département ou même de l'arrondissement. Pour l'ensemble de la Seine-Inférieure, le score de Gambetta et ses amis était très modeste – 10 % –, comparé à celui des républicains modérés de la liste Deschamps – 36 % – et à celui de la liste conservatrice – 52 % – qui emporta les quatre sièges6. Le particularisme havrais, conséquence directe de la guerre, apparaissait en pleine lumière : près d'un électeur sur deux avait voté pour l'ancien dirigeant de la délégation de Tours, alors que dans les campagnes avoisinantes son score dépassait rarement les 5 %.

  • 7 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Papiers Gambetta, vol. 56, fo 207-209.

7La répartition par canton montrait que l’admiration pour le grand homme, qui allait de pair avec la popularité locale de Lecesne, ne faisait pas l'unanimité. Si le canton est plébiscitait les deux hommes avec plus de 61 % des suffrages exprimés, leur score était nettement plus faible dans le canton nord, où l'électorat hésitait entre républicains modérés et radicaux, les plaçant à égalité. De nombreux libéraux restaient circonspects face au « dictateur » de la Délégation de Tours. Les divisions latentes du républicanisme havrais réapparaissaient en plein jour. Une partie des républicains, les plus modérés, souhaitaient, maintenant que la page de la Commune était tournée, l'établissement d'un régime d'ordre, tandis que l'électorat le plus populaire se reconnaissait dans le personnage de Gambetta. Son exil à Saint-Sébastien lui avait permis de rester silencieux durant la Commune. Cette attitude lui valut sans doute le vote des partisans locaux des fédérés et de tous ceux qui avaient souhaité que la conciliation l’emporte. Restait une ambiguïté que Gambetta allait lever dans les mois suivants, sans que son crédit auprès des Havrais n’en souffre : le contenu de la politique radicale pour laquelle les Havrais avaient plusieurs fois voté, était flou ; on ne parlait pas de la même chose à Rouen, où le Comité radical avait intégré des éléments de l'Internationale, et au Havre, où le Comité central républicain, tout acquis à Lecesne et Gambetta, avait soigneusement gardé ses distances avec la Commune. Le principal point d'accord avait été la lutte contre les Prussiens. Une fois le souvenir de la guerre estompée, il restait à lever les équivoques. Dans une lettre du 2 novembre 1871 à Gambetta7, écrite pour lui apporter son soutien, mais aussi pour lui donner quelques conseils et mises en garde, Santallier résumait les craintes et les espoirs des dirigeants républicains havrais. L'ancien adversaire de l'Empire devait devenir le chef de tous les républicains, rallier le Centre gauche et prendre ses distances à l'égard de l'extrême gauche.

Cartes 12 et 13. Les scores des listes Gambetta et Deschamps aux élections partielles du 2 juillet 1871 (% des exprimés)

Cartes 12 et 13. Les scores des listes Gambetta et Deschamps aux élections partielles du 2 juillet 1871 (% des exprimés)
  • 8 La formule est du sous-préfet (rapport du 20 avril 1872, ADSM, 1 M 182).
  • 9 Rapport du commissaire central de police, 20 avril 1872, ADSM, 1 M 182.

8Ces conseils furent entendus dès avril 1872, à l'occasion de la visite triomphale de deux jours effectuée par le tribun républicain au Havre. Comme dans d'autres villes, la venue de Gambetta avait été conçue comme une « démonstration retentissante »8, du républicanisme de la cité. Les organisateurs étaient le journal Le Havre et les conseillers municipaux Dufour et Letellier. Une réception à la mairie devait accorder un statut quasi officiel au personnage, tout en rappelant le républicanisme de la ville. Le lendemain, un grand banquet était prévu. Devant six cents personnes et l'ensemble du conseil municipal, Gambetta put exposer les grandes lignes de son programme. Cette visite ne faisait pas l'unanimité parmi l'opinion. Le cercle de l'Union, dont nous avons vu qu'il avait été créé par Peulevey et qui regroupait des républicains et des libéraux, refusa de recevoir Gambetta9. Une partie du négoce havrais restait réservée.

  • 10 Le Havre, 23 avril 1872.
  • 11 F. Ewald, « La question sociale », in Léo Hamon dir., Les opportunistes. Les débuts de la Républiqu (...)
  • 12 Le Havre, 23 avril 1872.

9C'est le discours prononcé lors du banquet qui permit de lever les ambiguïtés et, comme l'expliqua Le Havre, de « faire cesser de regrettables malentendus entre les anciens républicains et la fraction libérale, la plus importante du parti conservateur »10. La formule utilisée par Gambetta – « il n'y a pas une question sociale » – est restée célèbre11. Si elle ne signifiait pas la négation de toute question sociale, comme trop de commentateurs ont feint de le croire, Gambetta s'empressant d'ajouter « il y a une série de problèmes à résoudre », elle fut comprise au Havre comme la condamnation de la Commune. D'autres passages du discours étaient une dénonciation explicite des événements parisiens : « L'histoire, même la plus récente, démontre que la république a toujours fait face aux tentatives révolutionnaires les plus grosses, aux tempêtes sociales les plus terribles, par cela même qu'elle est le gouvernement de tout le monde. Considérons donc ce premier point comme établi : le parti républicain non seulement ne peut être taxé de factieux, et ce n'est pas un parti de révolution, mais c'est un parti de conservation qui garantit le lendemain, et qui assure le développement pacifique légal, progressif de toutes les conséquences légitimes de la Révolution française. » Cinq jours plus tard, Le Havre, organe local de la démocratie avancée, en concluait : « C'est la condamnation la plus complète de ces théoriciens communalistes qui, supprimant la question politique, l'avait remplacée par cette chose vague, confuse, inexpliquée et inexplicable qu'ils appelaient la question sociale, et qui a abouti aux faits épouvantables dont le souvenir ne s'effacera jamais »12.

  • 13 Ibid.

10En remettant au premier plan la question politique, les partisans locaux de Gambetta espéraient bien ressouder le camp républicain que la Commune avait commencé à fissurer. Quant à l'interprétation donnée à la politique sociale de Gambetta, elle ne pouvait que satisfaire l'élément libéral du parti républicain. Le Havre fixait ainsi le programme social à venir : « C'est avec l'instruction, le perfectionnement moral des classes pauvres, dans l’ordre et la liberté, que peut seul s'effectuer, par améliorations lentes et laborieuses, l'élévation du niveau du bien-être du plus grand nombre. Telle est la loi naturelle inflexible, à laquelle nous devons nous soumettre, bornant nos efforts à faciliter l'épanouissement de ces progrès, qui sont le but de l'activité sociale, en leur ménageant les conditions de liberté, de travail et de moralité les plus favorables au perfectionnement normal et régulier de la civilisation »13.

11Admiré par la partie la plus avancée de l'électorat depuis la fin de l'Empire, Gambetta réussit, à partir du printemps 1872, à gagner à sa cause la très grande majorité de l'opinion havraise. D'un côté, on rendait hommage à son rôle pendant la guerre, de l'autre on appréciait sa conversion à ce qui sera appelé plus tard l'opportunisme. Prenons, une fois encore, l'exemple de Siegfried. Jusqu'alors son Journal montrait une aversion pour le jusqu'auboutisme de l'ancien député de Belleville. Il était responsable, par son refus de toute négociation, de la perte de l'Alsace. À la date du 12 février 1871, on trouvait comme commentaire de sa démission : « La France l'a échappé belle, la conduite de ce batteur d'estrade de Gambetta a failli causer la guerre civile et ses façons de despote et de dictateur ont montré ce qu'il était réellement. Ce Gambetta a fait un mal immense à la France, et il le fera encore, car il est évident pour moi qu'il va se mettre à la tête de ces ultra-républicains et qu'il sera à la tête de l'opposition ». Après 1872, toute trace de cette opposition au tribun radical, qui s'était assagi entre-temps, disparut.

Le Havre et Thiers

  • 14 Écho du Havre, 26 mars 1872.
  • 15 Daniel Halévy, La fin des notables, p. 83.
  • 16 Jean-Marie Mayeur, « Thiers et la République », M. Vovelle dir., Révolution et République. L'except (...)
  • 17 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Papiers Gambetta, vol. 56, f° 207-209.

12Si Le Havre affirma au début des années 1870 son admiration pour Gambetta, admiration qui ne devait plus cesser, celle-ci se conjugua avec un sentiment de reconnaissance envers Thiers pour son opposition de moins en moins feutrée à une restauration monarchique. Mettre sur le même plan les deux hommes peut sembler paradoxal, or c'est la presse républicaine qui s'attacha dès le début de l'année 1872 à montrer qu'un accord de vue existait entre eux sur « le maintien de la République et la nécessité d'une grande modération »14. À Paris, dès juillet 1871, lors de la candidature improvisée de Gambetta, l'association des deux noms apparut15. Rien ne serait plus anachronique que de projeter sur Thiers l'image du « fusilleur de la Commune ». Si le mouvement ouvrier, quand il se reconstitua à la fin des années 1880, entretint le souvenir des massacres, cette préoccupation n'était certainement pas celle des républicains du début des années 1870, satisfaits de voir l'ancien ministre de Louis-Philippe accepter un régime républicain, moins d'ailleurs par résignation que par raison16. Entraient aussi en jeu des préoccupations tactiques : s'appuyer sur Thiers, c'était isoler la majorité conservatrice de l'Assemblée. Citons à nouveau Santailier, prodiguant ses conseils à Gambetta et se faisant le porte-parole des républicains havrais : « Je ne connais pas assez le dessous des cartes pour juger absolument la partie de Thiers. Mais ce que je puis dire, c'est que volens aut nolens, il joue notre jeu. Le pays s'habitue au mot de République. Quelque temps encore et la transition ne paraîtra pas excessive de Thiers à Gambetta »17.

  • 18 AMH, FM, K1 4/10.

13Pourtant, entre Thiers et l'opinion havraise, un fossé existait au départ. L'acceptation des conditions de paix fixées par Bismarck avait révolté la partie la plus patriote du camp républicain. Le protectionnisme du chef du gouvernement allait à contre-courant de ce qu'avaient toujours souhaité les libéraux de la Porte océane. L'ancien dirigeant de la monarchie de Juillet n'avait jamais eu bonne presse auprès du négoce havrais. Nous avons vu qu'en février 1871 la liste dirigée par Thiers avait obtenu un piètre résultat (27 % des suffrages exprimés pour Le Havre intra-muros), comparé au reste du département18.

  • 19 Siegfried, Journal, 20 octobre 1872.

14Pourtant, apprenant en août 1872 la présence du président de la République à Trouville, son lieu préféré de villégiature, la municipalité s'empressa d'envoyer une délégation l’inviter à visiter Le Havre. Le 14 septembre, Thiers franchit l’estuaire. Cette visite fut, l’on s'en doute, plus protocolaire que lors de la venue de Gambetta, mais cela n'empêcha pas la foule havraise de manifester : la rue de Paris était pavoisée et, l'après-midi, on pouvait voir « une foule compacte, remplie d'enthousiasme et criant à force “Vive Thiers”, “Vive le Président de la République” »19.

  • 20 Écho du Havre, 19 septembre 1872.

15Tout cela pourrait sembler anodin. Toute visite d'un chef de l'État provoque les mêmes scènes. Ce serait passer trop vite. À peine Thiers rembarqué pour Trouville, une polémique s’engagea dans la presse locale sur les pourcentages respectifs de cris en faveur de Thiers et en faveur de la République. Pour la presse républicaine, ce décompte n'avait lieu d’être puisque « la signification de ce dernier cri [« Vive Thiers »] était tout à fait républicain et que les acclamations qui s'adressaient à M. Thiers saluaient en lui le Président de la République »20. Cette querelle illustrait la nature des relations entre Thiers et les républicains : on lui était reconnaissant de ses prises de position en faveur de la République et on cherchait à s'appuyer sur sa popularité pour contrer la majorité conservatrice de l'Assemblée.

  • 21 Ibid., 16 avril 1872.
  • 22 Ibid., 21 décembre 1872.

16Dans l'attente d'élections générales qui permettent de renverser la situation à Versailles, les républicains utilisèrent comme moyen de pression sur l'Assemblée les adresses de soutien à Thiers. Dès le 15 avril 1872, le conseil général avait voté un texte affirmant qu'« il ne saurait être douteux que le salut de la France et son honneur seront dus au gouvernement de la République »21. La liste des signataires montrait que s'appuyer sur Thiers permettait de gagner à la République des anciens conservateurs. Aux côtés de républicains confirmés, tels Lecesne, Dautresme, Peulevey, Ramel ou Frédéric Deschamps, on trouvait les noms de Cordier, Nétien ou Guesdon du Lesmont. Par contre l'extrême gauche, représentée au conseil général par Manchon et Cord'homme, ne s'était pas jointe à cette initiative. Après avoir flirté pendant la guerre avec les éléments les plus avancés de la démocratie rouennaise, les républicains havrais faisaient cause commune avec ceux qui étaient les plus proches d'eux idéologiquement. Le 18 novembre 1872, à l'annonce du discours de Thiers du 13 dans lequel il avait semblé rompre le pacte de Bordeaux, le conseil municipal vota une nouvelle adresse où il déclarait « s'associer aux sentiments patriotiques que vous avez si noblement exprimés dans votre Message à l'Assemblée nationale »22.

  • 23 Ibid., 27 mai 1873.

17C'est surtout la démission de Thiers qui fournit prétexte à pétitionner. L'annonce, le 24 mai 1873 au soir, de la chute du chef de l'exécutif provoqua une manifestation spontanée de 300 à 400 personnes aux cris de « Vive Thiers ! Vive la République ! » Pour ramener le calme, Félix Faure, adjoint de la municipalité, promit à la foule, massée devant la sous-préfecture, l'envoi d'un télégramme de sympathie à Thiers. Ce télégramme se transforma en une adresse à signer dans les bureaux du journal Le Havre, dont le texte était23 :

M. Thiers,
Les soussignés, habitants du Havre, tiennent à l'honneur d'exprimer leurs respectueuses sympathies au Grand Citoyen qui descend du pouvoir,
Et de vous donner un témoignage public de leur reconnaissance pour les services signalés que vous avez rendus à la France, par le maintien de la République et la libération du territoire.

  • 24 BN, NAF 20682.

18Imprimé chez Santallier, ce texte fut signé par 1 834 Havrais, soit environ 12 % des électeurs inscrits24. Il différait de l’adresse rédigée à Rouen dans laquelle on ne rendait hommage qu'au libérateur du territoire et non à celui qui avait maintenu la République.

  • 25 Gaston Bouniols, Thiers au pouvoir (1871-1873. Texte de ses lettres, Paris, Delagrave, 1921, p. 331 (...)

19Une dernière occasion de pétitionner se présenta au début de l'automne 1873. Dans un climat politique tendu et fébrile – le 5 août, le comte de Paris s'était rendu à Frohsdorf reconnaître le comte de Chambord comme « seul représentant du principe monarchique » et l’on attendait une initiative de ce dernier – les républicains havrais utilisèrent une lettre de Thiers au maire de Nancy du 29 septembre pour réaffirmer leur attachement à la République. Dans ce texte, l'ancien chef du gouvernement s'inquiétait de la menace d'une restauration monarchique25 :

Bientôt (...) nous aurons à défendre non seulement la République, qui pour nous reste le seul Gouvernement capable de rallier au nom de l'intérêt commun les partis si profondément divisés, qui seule peut parler à la démocratie avec une autorité suffisante, et qui cette fois, loin de troubler la France, ne lui est apparue que pour rétablir l'ordre, l'armée, les finances, le crédit, racheter le territoire, fermer en un mot, sauf une seule, toutes les plaies de la guerre ; nous aurons (...) à défendre non seulement la République, mais tous les droits de la France, ses libertés civiles, politiques et religieuses, son état social, ses principes qui, proclamés en 1789, sont devenus ceux du monde entier, son drapeau enfin...

  • 26 BN, NAF 20684.

20L'occasion était bonne de s'appuyer sur cette mise en garde solennelle de Thiers, où l’on retrouvait tous les thèmes chers au Centre gauche, pour initier un vaste mouvement d'opinion. Une adresse fut publiée, ainsi rédigée26 :

Les soussignés, habitants du Havre, vous remercient d'avoir proclamé que la France veut la République, et qu’elle ne souffrira pas qu'on lui impose un gouvernement malgré elle.

21Cette fois, chaque signataire inscrivit sur la pétition sa profession ce qui permet de connaître à cette date cruciale les forces vives du parti républicain havrais. 2 423 Havrais, soit 16 % des électeurs inscrits, signèrent l'adresse.

Tableau 9. Professions des pétitionnaires havrais de l'adresse à Thiers d'octobre 1873

Profession ou secteur d'activité

Nombre

 %

Propriétaire, rentier

66

3 %

Négociant, courtier, industriel

117

5 %

Profession libérale et intellectuelle

48

2 %

Commerçant

228

9 %

Employé

579

24 %

Marin

51

2 %

Domestique

45

2 %

Agriculteur, jardinier

18

1 %

Ouvriers :

1205

50 %

Contremaître

28

1 %

Métallurgie

472

19 %

Travail du bois

187

8 %

Textile et travail du cuir

145

6 %

Bâtiment

84

3 %

Artisanat et industries diverses

108

4 %

Journalier, homme de peine

181

7 %

Inconnu

66

3 %

Total

2423

100 %

22Un simple coup d'œil sur la répartition par secteurs d'activité suffit pour comprendre la force du parti républicain au Havre. Les républicains sont présents parmi toutes les couches sociales de la population, des simples journaliers travaillant sur les quais au haut négoce. Les employés, le petit commerce et le monde ouvrier sont particulièrement bien représentés. Dans certains secteurs, c'est par ateliers entiers qu'on a signé la pétition. C'est le cas de la métallurgie où le texte a fait le tour des ateliers Mazeline et d'autres entreprises de moindre importance. Ont signé, entre autres, 114 ajusteurs, 130 chaudronniers, 35 chauffeurs, 37 forgerons, 14 frappeurs, 25 modeleurs, 27 mouleurs, 36 tourneurs. Il est difficile de trouver un secteur sous-représenté : les activités traditionnelles comme le calfatage ou la charpente de navires sont présentes au même titre que le travail sur les quais avec les voiliers, les camionneurs ou les journaliers, ou un secteur en plein essor comme la métallurgie. C'est donc une ville entière qui, par-delà les clivages sociaux, demandait l'affermissement de la République.

23Un tel unanimisme invite à relativiser les effets de la Commune au Havre. Il n'y a pas eu, loin de là, de coupure irrémédiable entre le monde ouvrier et les élites. Même si s'adresser à Thiers s'expliquait par des soucis tactiques, l'accueil positif fait à cette pétition par les éléments les plus populaires de la cité montre combien l'image du « fusilleur de la classe ouvrière » ne s'était pas encore imposée.

  • 27 Jean-Marie Mayeur, Alain Corbin dir., Les immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la (...)
  • 28 Comité républicain de la Seine-Inférieure, Election d'un représentant de la SeineInférieure à l'Ass (...)
  • 29 Comité démocratique de la Seine-Inférieure, Election d'un représentant de la SeineInférieure à l'As (...)
  • 30 Cité par R. Huard in Le Suffrage universel en France, 1848-1946, op. cit., p. 108.

24Les élections partielles du 16 novembre 1873, suite au décès du député orléaniste Louis Vitet, confirmèrent cette stratégie qui consistait à s'appuyer sur des républicains du Centre gauche, issus de l'orléanisme et proches de Thiers, pour l'emporter sur les conservateurs monarchistes. Le Comité républicain de la Seine-Inférieure fit appel au général Letellier-Valazé, ancien collaborateur de Thiers. Militaire, ancien commandant de la division de Rouen, puis sous-secrétaire d'État à la Guerre pendant la Commune et, à ce titre, l’un des organisateurs de l'armée de Versailles, Letellier-Valazé ne pouvait que rassurer l'électorat27, Comme le vaincu du 24 mai, c'est l'impossibilité d'une monarchie constitutionnelle qui le conduisait à soutenir la République conservatrice. Les brochures du Comité républicain de Seine-Inférieure présentaient son élection comme un vote en faveur de Thiers et de la politique qu'il avait conduite28. Cette fois, aucune liste plus radicale ne vint perturber le scrutin. Le Comité démocratique de la Seine-Inférieure se rallia à Letellier-Valazé qui avait promis de ne pas remettre en cause le suffrage universel29. Cette question n'était pas purement théorique. Après la Commune, les conservateurs avaient commencé à y réfléchir. Thiers, lui-même, avait évoqué, le jour de sa chute, la nécessité de « réglementer, moraliser, épurer »30, le suffrage, tout en refusant tout retour à la loi du 31 mai 1850. Diverses solutions pour éviter la « dictature du nombre » étaient avancées à l'Assemblée, propositions reprises quelques mois plus tard dans le rapport Batbie. La prise de position de Letellier-Valazé, présenté comme un proche de Thiers, était un pas de plus vers l'union d'une partie des anciens orléanistes et des républicains les plus avancés. Les premiers, jugeant impossible d'endiguer l'aspiration des Français à la démocratie, abandonnaient ce qui avait été longtemps l’un des points essentiels de leur doctrine, la nécessité de limiter le suffrage universel, tandis que les seconds acceptaient de s'effacer au nom de l'union contre la majorité de l'Assemblée. L'accord n'était que provisoire : la question du Sénat relança très vite le débat sur la nécessité de limiter les effets du suffrage universel.

  • 31 AN, C 3456 ; ADSM, 3 M 298.

25Cette union porta ses fruits, en Seine-Inférieure comme ailleurs en France. Letellier-Valazé recueillit, sur l'ensemble du département, près de 63 % des suffrages exprimés, devançant largement le conservateur Auguste Desgenétais. Le candidat républicain l'emportait dans tous les arrondissements, sauf celui d'Yvetot. Si le cœur du pays de Caux restait conservateur, les zones rurales du sud-est du département se ralliaient à la République. L’arrondissement du Havre avait voté comme l’ensemble du département : Letellier-Valazé obtenait un peu plus de 60 % des suffrages exprimés. Le contraste entre Le Havre et le pays de Caux restait important, mais l’écart diminuait31.

  • 32 Écho du Havre, 19 février 1874.

26Au Havre, le vote républicain continuait à progresser en pourcentage des inscrits – 55 % – et se stabilisait, à un haut niveau, en pourcentage des exprimés – 78 % –. Le choix de la modération n’écornait pas le potentiel électoral des républicains havrais. On assistait, au contraire, à une homogénéisation : selon les cantons, le vote républicain oscillait entre 53 et 57 % des inscrits. La stratégie de ralliement à une candidature de Centre gauche portait pleinement ses fruits : elle permettait de rallier l’électorat libéral et modéré, sans éloigner l’électorat radical pour qui l’essentiel était d’affermir la République. À cette date, Thiers et ses amis apparaissaient comme des alliés indispensables pour empêcher toute restauration. Ce serait cependant faire fausse route de n’y voir que pure tactique. L’admiration pour Thiers était réelle. Quand, en février 1874, Guillemard dut céder le fauteuil de maire à un conservateur, nommé par Mac-Mahon, les républicains havrais lui offrirent un buste de Thiers « ce grand citoyen à qui nous devons la pacification et la libération de notre pays ». Pour eux, les combats de l’ancien pharmacien quarante-huitard et de l’ancien ministre de Louis-Philippe se rejoignaient ainsi que l’expliquait l’adresse jointe au buste : « Son nom respecté [celui de Thiers] se confondra désormais dans une même pensée patriotique avec celui de tous les hommes qui comme vous, se sont dévoués avec abnégation aux vrais intérêts de la patrie, à son honneur et à sa liberté »32. Cette évocation du renvoi de Guillemard nous amène en un autre lieu de la lutte contre l’Assemblée de Versailles, le terrain municipal.

2. Les formes locales de la lutte contre l'Assemblée de Versailles (1871-1876)

Une municipalité républicaine

27La gestion municipale fut une autre forme de résistance à la majorité conservatrice et aux gouvernements qui suivirent le 24 Mai. Le conseil municipal servit de tribune aux républicains. De septembre 1870 à février 1874, ils contrôlèrent l’administration municipale, ce qui leur permit de mettre en œuvre localement leur programme. Leurs efforts, dans la lignée de ceux entamés dès la fin du Second Empire, tendirent essentiellement vers deux directions complémentaires, la scolarisation et la lutte contre l’influence cléricale.

  • 33 Arrêté du président du conseil des ministres, 7 mai 1871, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

28Dès le 5 septembre 1870, une nouvelle administration municipale avait été mise en place, avec pour maire Ulysse Guillemard et pour adjoints Jules Siegfried, Paul Marion, Félix Faure et Jacques Louer. Suite aux élections d'avril 1871, Paul Marion et Jacques Louer furent remplacés, le 7 mai, par Gustave Brindeau et Augustin Brulé33. Si ce dernier, ingénieur civil de profession, a laissé peu de traces, il n'en est pas de même du maire et des trois autres adjoints, dont nous avons croisé les pas bien des fois. C'est l'élite républicaine qui dirigea la ville au début des années 1870 : Guillemard représentait la génération de 1848, tandis que Gustave Brindeau descendait d'une des grandes familles libérales et républicaines de la Porte océane. Avec Jules Siegfried, les protestants de la Côte pouvaient se sentir représentés. Quant à Félix Faure, il était un exemple de réussite sociale. Son appartenance à la franc-maçonnerie l'ancrait dans la société locale. Au sein de cette équipe, c'est Siegfried qui eut le rôle le plus important. Dès septembre 1870, il avait pris en mains l'Instruction publique, secteur où les républicains étaient bien décidés à faire leurs preuves.

  • 34 Rapport du préfet, 16 février 1874, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

29Le raidissement du gouvernement de Broglie, soucieux de reprendre le contrôle des municipalités, entraîna un changement du maire et des adjoints en février 1874. Jusqu'ici, la loi en vigueur, qui datait du 14 avril 1871, obligeait à nommer le maire et les adjoints au sein du conseil. Dans le cas du Havre, où tous les conseillers municipaux étaient républicains, le gouvernement n'avait qu'une marge de manœuvre étroite. La loi du 20 janvier 1874, en rétablissant le système impérial et donc la possibilité de choisir l'administration municipale en dehors du conseil, ouvrait la voie à un véritable changement. Celui-ci ne se fit pas attendre ! Dès le début du mois de février, le sous-préfet, Achille de Foucault, entama des démarches pour trouver des remplaçants à Guillemard et ses adjoints34. La nouvelle équipe eut pour maire le capitaine de frégate en retraite, Emmanuel Bigot de la Robillardière, et pour adjoints l'avocat Victor Toussaint, le chef de bataillon en retraite Antoine Brument, l'armateur Henri Ravot et le courtier Louis Pochet. Deux, dont le maire, étaient classés « conservateurs nuance orléaniste » et les trois autres légitimistes. Tous appartenaient à des familles installées depuis longtemps au Havre ou dans le département. Bigot de la Robillardière était le gendre de l'ancien préfet de la monarchie de Juillet, Dupont-Delporte, et Louis Pochet le petit-fils de Michel Delaroche. Sur les cinq, trois avaient été membres du conseil municipal sous l'Empire et deux adjoints. Notons, enfin, que quatre étaient catholiques et un, Louis Pochet, protestant. Ces catholiques étaient désignés par le préfet, Gustave Lizot, comme « très religieux » et jouaient, parfois, un rôle important au sein de la communauté catholique du Havre. C'était notamment le cas de Victor Toussaint, ordonnateur du Bureau de bienfaisance jusqu'à sa laïcisation en 1880.

  • 35 Rapport du préfet, 16 février 1874, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.
  • 36 Rapport du préfet, 17 septembre 1874, AN, FIb II Seine-Inférieure 16.

30Ce changement autoritaire n'alla pas de soi à cause de l'attachement de la population au choix démocratique de l'administration municipale. Les pressentis, après maintes hésitations, demandèrent que leur décret de nomination ne soit pas publié au Journal officiel le Mardi gras « pour échapper à cent railleries dont ils se croyaient menacés »35 ! Le risque de troubles populaires n'était pas écarté. Surtout, leur non-appartenance au conseil municipal, même si elle était légale, posait la question de leur légitimité. Contrairement à l'équipe précédente, ils ne pouvaient apparaître que comme les agents du pouvoir central. Si ce dernier s'en satisfaisait, il n'en allait pas de même des intéressés qui, bien que conservateurs, avaient intégré l'idée qu'un maire et des adjoints devaient avoir reçu fonction des urnes. Cette différence d'appréciation apparut en plein jour à la fin de l'année quand des élections municipales eurent lieu. Soucieux d'éviter tout camouflet, le préfet entreprit des démarches, qui restèrent vaines, pour que les intéressés ne se présentent pas36. N'étant à ses yeux que des fonctionnaires, le maire et ses adjoints n'avaient pas besoin de tester leur popularité. Pour Bigot de la Robillardière, il n'en était pas question : un maire ne pouvait se maintenir sans l'appui de la population. On mesure combien la loi du 20 janvier 1874 ne correspondait plus aux idées du moment, même au sein du camp conservateur.

  • 37 Etait utilisée une disposition prévue dans la loi municipale du 7 juillet 1852 : les grandes commun (...)
  • 38 Délibération du conseil municipal du Havre du 15 mai 1875, AMH, FC.
  • 39 Élections municipales du 22 novembre 1874, AMH, FC, K1 9/1.

31Le 22 novembre 1874, appelés à trancher entre un conseil républicain et une administration conservatrice, les électeurs havrais confirmèrent leurs votes précédents. Dans l'espoir de permettre à quelques opposants d'être élus, la ville avait été divisée par le conseil général, à majorité conservatrice et présidé depuis octobre 1871 par Jules Ancel, en douze sections électorales, élisant chacune entre deux et quatre conseillers37. Le conseil municipal ne put que protester contre ce découpage38. L'abandon du scrutin de liste municipal ne donna pourtant pas les résultats escomptés : dans les douze sections, les républicains arrivèrent en tête et obtinrent, dès le premier tour, tous les sièges39. Leur score oscilla entre 59 % des suffrages exprimés pour la section de la Côte-Gobelins et 80 % pour celle de Saint-Vincent. L'échec des conservateurs était patent : même dans une section aussi bourgeoise que celle de la Côte, ils étaient loin derrière les républicains. Notons que l'autre section où ils obtenaient un score honorable, était celle de l'Eure-Chemin de Fer, elle très ouvrière. Le vote conservateur ne coïncidait pas forcément avec l'électorat le plus bourgeois. Jouait aussi la capacité de certains industriels, restée intacte, de faire pression sur leur main-d'œuvre.

  • 40 Tract du Comité républicain conservateur, AMH, FC, K1 9/1.

32Cette nouvelle victoire républicaine était un désaveu pour l'administration mise en place par le préfet Lizot. Les républicains avaient appelé à protester contre le remplacement de l'ancienne municipalité « qui avait certainement contribué à nous préserver de l'invasion »40, et contre la division de la cité en douze sections, mesure qui apparaissait d'autant plus discutable que Rouen avait conservé le scrutin de liste. Le thème des franchises municipales, déjà mis en avant sous l'Empire, puis à l'époque de la Commune, avait été réaffirmé.

  • 41 Rapport du préfet, 17 décembre 1874, Flb II Seine-Inférieure 16.

33Il ne restait plus au préfet qu'à tirer les leçons du scrutin. Après la démission de Bigot de la Robillardière et de ses adjoints, il proposa au ministre de l'Intérieur une nouvelle administration, choisie « dans la partie la plus modérée du conseil municipal »41. Le choix était limité, ce qui explique que la ville n'eut plus que trois adjoints au lieu de quatre. Les pressentis étaient soit des conservateurs ralliés récemment à la République, comme le maire, Jules Masurier, ou le premier adjoint, Louis Rolland-Banès, soit des proches du Centre gauche, comme les deuxième et troisième adjoints, Théodore Huchon et Jacques Courant. Le choix de ces hommes procédait, en fait, d'un compromis : le préfet ne pouvait se résoudre à rappeler Guillemard, Siegfried, Félix Faure ou Gustave Brindeau, mais était obligé de tenir compte du rapport de force électoral. La loi du 20 janvier 1874 s'était retournée contre ses auteurs. La demi-mesure consistant à conserver l'élection au suffrage universel du conseil municipal, tout en se donnant la possibilité d'imposer une administration prise en dehors du conseil, conduisait à une impasse.

34Côté républicain, cette solution était acceptée comme provisoire, tant était fort l'espoir de voir bientôt la fin des gouvernements conservateurs. Il faudra attendre 1878 pour que cette solution transitoire prenne fin. Si l'administration municipale n'était plus aux mains des républicains les plus convaincus, l'important était surtout de refermer l'intermède conservateur. La ville du Havre pouvait s'affirmer à nouveau comme un poste de défense de la République face aux menées versaillaises. Ce rôle fut illustré par diverses initiatives pendant toute cette période.

La symbolique républicaine

  • 42 Délibération du conseil municipal du Havre, 12 octobre 1871, AMH, FC, D1 12.
  • 43 Sur Bonnaffé : Stanislas Lami, Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au dixneuvième sièc (...)
  • 44 Rapport du préfet, 25 juillet 1873, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

35Une première façon de marquer son opposition à la majorité de l'Assemblée consista à rappeler, le plus souvent possible, que la ville était républicaine et en tirait fierté. L'imagerie et la symbolique furent mises à contribution. Dès le 12 octobre 1870, le conseil municipal avait décidé de remplacer sur le fronton de l'hôtel de ville la figure de Napoléon III, mutilée en septembre 1870, par celle de la République42. Une commande fut passée au sculpteur Jules Bonnaffé, artiste sans grand renom et spécialiste des commandes publiques.43 Si cette première décision ne provoqua pas d'éclat, il n'en fut pas de même, deux ans plus tard, quand la municipalité exhiba une représentation plus militante de Marianne. En juillet 1873, lors d'un concours musical, la municipalité exposa sur la cheminée du grand salon de l'hôtel de ville, où étaient reçus les fonctionnaires en poste pour un punch, une statue de la République avec bonnet phrygien44. L'intention provocatrice était claire : le bonnet phrygien donnait un aspect révolutionnaire à cette statue ; le lieu et le moment choisis aggravaient les faits. Suite aux remarques du sous-préfet, de Foucault, le buste fut placé le lendemain dans le cabinet du maire, puis céda finalement la place à une représentation de la République « destituée [sic] de tout caractère séditieux ».

  • 45 Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 186-198 ; Raymond Huard, Le mouvement républicain..., p. (...)
  • 46 Maurice Agulhon a noté cette double popularité du bonnet phrygien, symbole dans le Languedoc de la (...)

36Cette « petite guerre des Mariannes », pour reprendre une formule de Maurice Agulhon, a déjà fait l'objet d'études45. Sans reprendre l'ensemble des analyses de cet auteur et de Raymond Huard, notons simplement que la guerre des Mariannes n'a pas touché que le Midi, qu'au Havre l'initiative ne vint pas des militants, mais de l'administration municipale et, enfin, que la substitution d'une Marianne « sage » à celle au bonnet phrygien résulta non de différents au sein du camp républicain – c'est le maire lui-même qui fit installer cette dernière dans son cabinet-, mais des pressions de l'autorité. Cela montre combien le bonnet phrygien pouvait ne pas avoir la même signification pour tous. Pour Guillemard, contrairement au sous-préfet, il ne pouvait être le symbole de la sédition ou de la Commune, mais était plutôt celui de la liberté républicaine, héritage des révolutions de 1789 et 184846. Cette possibilité d'interpréter de diverses manières le bonnet phrygien permettait de gommer les clivages récents internes au camp républicain : les anciens membres du club de la rue Bernardin de Saint-Pierre étaient autant susceptibles que le maire et ses amis de se reconnaître dans ce symbole.

  • 47 Délibération du conseil municipal, 6 novembre 1875, AMH
  • 48 Maurice Agulhon, op. cit., p. 215-126.
  • 49 Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir. L'imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Par (...)
  • 50 Délibération du conseil municipal, 12 janvier 1876, AMH, FC, M1 50/5.
  • 51 Lettre de Bonaffé au conseil municipal, 15 décembre 1875, AMH, FC, M1 50/5. Nous n’avons retrouvé a (...)

37L'attrait pour le bonnet phrygien ne dura, pourtant, pas. Dès le 6 novembre 1875, le conseil municipal vota le principe de l'acquisition d'un buste de la République pour la salle des délibérations47. La date a son importance : c'est après le vote des lois constitutionnelles, mais avant le triomphe républicain aux élections de février 1876. La République était fondée en droit depuis le vote de l'amendement Wallon, mais les républicains n'avaient pas encore conquis l'État. Cette date était relativement précoce si on la compare à d'autres villes : ce n'est qu'en 1879 que la majorité radicale du conseil municipal de Paris ouvrira un concours pour l’exécution d'un buste destiné aux mairies d'arrondissement48. Plus généralement, M. Agulhon situe l'installation de nombreux bustes « après les tournants politiques de 1876 et 1877 », souvent en 188049. Le 12 janvier 1876, après avoir reçu trois projets, le conseil municipal choisit celui du sculpteur Bonnaffé, ainsi décrit : « une tête de femme ceinte d'une couronne d'épis de blé et de branches d'olivier, symbole de l'abondance et de la paix. Le sculpteur la coiffe d'un casque comme Minerve, déesse de la sagesse que la République doit imiter. Le casque étant une arme défensive indique que la République n'attaquera pas, mais saura se défendre ; ce casque a pour cimier le coq gaulois qui, à la révolution, fut adopté comme emblème national, parce que c'était l'oiseau du Dieu Mars et le symbole de la vigilance et du courage »50. Sur les deux côtés du socle, étaient gravés « les attributs de l'instruction et du travail » et sur la façade « les deux lettres R.F., République Française, surmontées du miroir de la Vérité »51. On retrouve là toute une série d'attributs dont Maurice Agulhon a montré qu'ils étaient ceux de la République modérée : les épis de blé, les branches d'olivier. Les décors des deux côtés du socle étaient susceptibles de recueillir un large assentiment, tant l'instruction et le travail étaient des valeurs prônées aussi bien par le Centre gauche que les républicains les plus radicaux.

  • 52 Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 211 et 218-221.
  • 53 M. Agulhon, Marianne au pouvoir..., p. 63.
  • 54 Lettre de Bonnaffé au conseil municipal, 25 novembre 1875, AMH, FC, M1 50/5. Le vrai nom de ce bas- (...)

38Le casque était plus original. Il en existe deux exemples postérieurs : on retrouve le même couvre-chef pour la statue de la République de Clésinger, sculptée pour l'exposition universelle de 1878, et reprise sous forme de buste pour la salle des conférences du palais Bourbon52 ; Rodin proposa, lui aussi, en 1879, pour le concours de la mairie du XIIIe, une République dont le casque dérivait du cimier, tout en suggérant la retombée du bonnet phrygien53. Existe-t-il plus qu'une simple coïncidence entre l'œuvre du sculpteur havrais, celle de Clésinger et le projet de Rodin ? Probablement pas et ni Clésinger ni Rodin n'ajoutèrent à leur casque un coq gaulois. Le seul exemple d'un casque ornementé par un coq, qu'évoquait Bonnaffé, était celui de la « statue de Pallas dans le groupe du Chant du Départ » (sic) à l'Arc de Triomphe, sculpté par Rude en 1835-1836.54 L'artiste havrais se trompait : c'est un aigle et non un coq qui s'agrippe au casque à cimaise, dont la forme rappelle un bonnet phrygien.

Figure 4. Les Marianne refusées

Figure 4. Les Marianne refusées
  • 55 AMH, FC, M1 50/5.
  • 56 M. Agulhon, Marianne au pouvoir..., p. 62.

39Pour comprendre le choix de cette Marianne par le conseil municipal, un coup d'œil aux deux autres projets, dus à deux sculpteurs parisiens, Picchi et Chabrié, s'impose. Les archives en ont conservé des représentations, contrairement à celui de Bonnaffé. Les deux autres bustes se différenciaient par des coiffures moins martiales : étoile ou rayons de soleil, combinés à des éléments végétaux55. Ils se rapprochaient des plus anciens modèles repérés par M. Agulhon, ceux de Doriot et Francia56. Le projet de Chabrié faisait apparaître le mot Dieu, au-dessus d'une balance symbole de la justice. La référence à une divinité n'était pas susceptible de faire l'unanimité.

  • 57 Voir ci-dessus l'interprétation de M. Agulhon à propos du casque à cimier du buste de Rodin. Cet au (...)

40L'adoption du modèle le plus original et le plus guerrier était susceptible de diverses interprétations. Le casque pouvait rappeler le bonnet phrygien57. C'était un moyen de réintroduire celui-ci à l'hôtel de ville tout en évitant de s'attirer, cette fois, les foudres de l'autorité supérieure. Le casque et le coq étaient, eux, des hommages au patriotisme havrais et il n'est guère surprenant que seul un sculpteur de la Porte océane ait songé à en faire les emblèmes de la République. Quand on lit le commentaire du conseil municipal, comment ne pas penser à la ville du Havre elle-même qui, comme la République n'attaque pas, mais sait se défendre ?

  • 58 Michel Pastoureau, « Le coq gaulois », Pierre Nora dir., Les Lieux de mémoire, t. III : La France, (...)
  • 59 Krzysztof Pomian, « Francs et Gaulois », Les Lieux de mémoire, t. III : La France, vol. 1 : Conflit (...)

41Si le coq gaulois, contrairement aux propos des conseillers du Havre, n'avait jamais été un emblème officiel sous la Révolution, il avait accédé « presque à un statut de figure emblématique d'État » après la chute de la monarchie58. Emblème polysémique, il avait représenté à la fois la Nation, le Peuple en armes et l'État vigilant. Son origine gauloise en faisait l'emblème des ancêtres du Tiers État, la noblesse descendant, elle, des Francs59. Avec la défaite contre la Prusse, le Celte était devenu l'opposé du Germain. Il faisait désormais figure d'ancêtre héroïque et patriote.

  • 60 Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 64.

42L'adoption par la ville du Havre du coq gaulois permettait l'utilisation de ces multiples significations. Ville républicaine, elle avait su, grâce à son peuple en armes, repousser l'ennemi germanique et était prête à combattre la majorité monarchiste de l'Assemblée. Un autre avantage du coq était son aspect fédérateur : il avait existé comme emblème préalablement à la Révolution et était acceptable par tous les patriotes. Se situer dans la lignée de Rude, même si la référence était, en partie, fausse, pouvait être habile. C'est la monarchie de Juillet qui lui avait commandé les quatre bas-reliefs de l'Arc de triomphe, mais son Génie de la Guerre avait pris « la valeur quasi républicaine d'une brûlante apologie de la Liberté combattante »60. Parallèlement, le coq gaulois était réapparu, au début des années 1830, après son éclipse sous la Restauration. Dès le 6 août 1830, Louis-Philippe l'avait imposé au cimier des drapeaux de la garde nationale. Le buste havrais s'inscrivait dans un héritage multiple, tout comme les républicains de la ville, héritiers des libéraux du début de la monarchie de Juillet, tout autant que des anciens membres des sociétés secrètes.

Les enterrements civils

  • 61 Discours prononcés sur la tombe du F.'. Paul Vasselin, vénérable de la L.'. Triple Unité de Fécamp,(...)

43Une autre manière, hautement symbolique, de marquer le refus de l'ordre moral fut la multiplication des enterrements civils. Cette pratique n'était pas en soi nouvelle : à sa mort, en 1869, un personnage comme Paul Vasselin avait été enterré civilement, en présence de 1 200 personnes61. Ce qui avait changé, comparé à l'Empire, était, d'une part, l'hostilité des autorités face à ce type de cérémonie – à Lyon, le préfet alla jusqu'à interdire tout enterrement civil entre le lever et le coucher du soleil – et, d'autre part, l'utilisation de ces enterrements par la frange la plus radicale des républicains pour manifester ouvertement leur anticléricalisme.

  • 62 ADSM, 1 M 642, Rapports sur le déroulement des enterrements civils, 1873-1897.

44C'est à partir de 1873, année du renvoi d'Adolphe Thiers, que les enterrements civils semblent s’être multipliés et avoir pris une forme plus démonstrative. C'est tout du moins l'impression que donne la lecture des rapports officiels62. Le danger est évidemment de conclure trop vite : c'est parce que les gouvernements d'ordre moral souhaitaient lutter contre cette pratique ou tout au moins lui ôter tout aspect démonstratif, qu'elle nous est révélée par des sources policières. Cela dit, à une époque où, pour les militants les plus radicaux, être républicain consistait à braver le pouvoir et à refuser les interdits de l'ordre moral, nul doute que l'hostilité de l'administration aux enterrements civils ait donné envie de les utiliser pour afficher son opinion.

  • 63 Rapport du commissaire central de police du Havre, 2 juillet 1873, ADSM, 1 M 642.
  • 64 Rapport du sous-préfet du Havre, 3 juillet 1873, ADSM, 1 M 642.

45La première occasion eut lieu le 1er juillet 1873. L'enterrement d'une Madame Jour réunit 300 personnes, dont trois conseillers municipaux. Annoncé dès la veille par le journal Le Havre, le cortège refusa toute discrétion, passant volontairement par la grande rue, puis la rue de Normandie63. Au cimetière, le cérémonial fut celui des enterrements civils de l'époque : pas de discours, mais le dépôt d'immortelles et une quête pour les pauvres. Accusé par le sous-préfet, de Foucault, d'avoir volontairement choisi son horaire en fonction de la sortie du lycée, près duquel demeurait la défunte64, cet enterrement entraîna une première série d'interdictions. Désormais, le chemin le plus court entre le lieu de la levée du corps et le cimetière fut obligatoire et toute quête prohibée.

  • 65 Il n'est pas sûr que les Archives ont conservé tous les rapports. Ainsi, pour 1875, les douze enter (...)
  • 66 Rapport du commissaire central de Rouen, 17 mai 1875, ADSM, 1 M 642.

46Ces restrictions n'empêchèrent pas ce type de cérémonie de continuer. Les autorités, appelées à les surveiller, en ont décompté au moins quatre en 1873, six en 1874, douze en 1875, dont deux à Sanvic et un à Graville, deux début 1876, avant que la victoire des républicains aux élections des 20 février et 5 mars ne mette fin aux rapports de police65. Comparé aux autres villes du département, Le Havre fit plutôt figure d'exception : en 1874, seuls six enterrements civils furent signalés hors du Havre, deux à Rouen, un à Saint-Étienne-du-Rouvray, trois à Caudebec-lès-Elbeuf ; en 1875, un seul, à Rouen. Dans le cas du chef-lieu du département, les rares enterrements civils n'avaient pas forcément une coloration politique, contrairement à Saint-Étienne-du-Rouvray ou Caudebec-lès-Elbeuf. En 1874, il s'agissait d'un tenancier de maison close et du président de la Société spirite. En 1875, on retrouvait autour de la tombe des anciens militants de l'AIT, mais c'était pour regretter que ce type de cérémonie soit trop rare à Rouen66. Une fois encore, la Porte océane marquait son originalité par rapport à la capitale normande et s'inscrivait aux côtés des grandes villes républicaines, adeptes de ce type de cérémonies, Lyon ou Paris. Cela dit, les chiffres restaient modestes : en 1875, année où le phénomène fut à son apogée avec neuf enterrements civils pour la commune du Havre, 3 160 Havrais furent inhumés. En pourcentage, les funérailles civiles ne représentaient que 0,28 % des inhumations !

  • 67 Rapport du commissaire de la 4e section du Havre, 27 mai 1875, ADSM. 1 M 642.

47De plus, les motifs conduisant à choisir ce type d'enterrement n'étaient pas toujours liés à une opinion avancée. Parmi les vingt-quatre enterrements signalés par les autorités, l’on trouve celui d'un tenancier de maison de tolérance pour lequel ses proches craignaient que l'Église ne refuse ses prières. Dans les autres cas, le choix de l'enterrement civil découlait directement des opinions du défunt et de son entourage. Il y avait conjonction d'idées politiques avancées et d'un détachement vis à vis de la religion, avec parfois une appartenance à la franc-maçonnerie. Cela était vrai même quand on ne pouvait plus parler de choix. En février 1875, quand fut enterré un suicidé, la présence ostensible de militants républicains, dont l'ancien avocat quarante-huitard Selle, fut un défi à l'Église et à son refus de conduire au tombeau ceux qui avaient choisi de se donner la mort67.

  • 68 Rapport du commissaire central du Havre, 27 mai 1875, ADSM, 1 M 642.
  • 69 C'est, tout au moins, la constatation du sous-préfet qui en vint à prôner la fermeture de tout débi (...)
  • 70 Rapport du commissaire central du Havre, 30 décembre 1874, ADSM, 1 M 642.
  • 71 Ibid., 17 septembre 1873, ADSM, 1 M 642.

48Les défunts étaient, en général, issus des milieux populaires. Sur les vingt-quatre, dix-huit étaient des hommes adultes. Parmi eux, l’on trouvait huit ouvriers, un journalier, un artisan, trois débitants de boissons. Le seul « bourgeois », un ancien directeur d'assurances, faisait figure d'exception, comme le notait le commissaire central : « Depuis plusieurs années, l'épidémie des enterrements civils ne s'était attaquée à une personne de la classe aisée, à laquelle appartenait le défunt »68. Les cortèges étaient parfois imposants, ils pouvaient compter plusieurs centaines de personnes. La présence de dirigeants du parti républicain était fréquente. Il s'agissait, en général, des membres du conseil municipal les plus attachés à la lutte anticléricale. Sinon, c'est le petit peuple républicain qui suivait les cortèges : petits commerçants, avec une présence affirmée des débitants de boissons69, artisans, ouvriers. Quand, le 29 décembre 1874, le dénommé Lebourgeois, débitant de boissons, fut enterré par une foule de plus de deux cents personnes, on décomptait, parmi les 54 participants mentionnés par le rapport de police70 34 commerçants, 7 artisans et 3 employés, chiffres qui n'ont rien d'étonnant vu la profession du défunt. De même, lors des obsèques, le 17 septembre 1873, de l'ouvrier serrurier Jean-Gabriel Duprat, presque tous les participants, une quarantaine, étaient ouvriers71.

  • 72 Ibid., 20 décembre 1873, ADSM, 1 M 642.

49Cette présence aux enterrements avait valeur de manifestation par elle-même. À cause de la surveillance policière, les discours étaient rares. En trois ans, l’on n'en compte que deux. En décembre 1873, un dénommé Armand Victor Decaen, ouvrier ajusteur et ancien membre du club de la rue Bernardin de Saint-Pierre, prit la parole sur la tombe de la femme Gallois pour appeler les participants à méditer cet exemple : « n'écoutons plus les robes noires. Ce sont des menteurs. Imitons la citoyenne »72. En janvier 1873, lors de l'enterrement de Nicolas Bray, rentier, son exécuteur testamentaire rappela son appartenance à la cause démocratique depuis 1830 et son aide aux déportés.

50Ramenées au nombre annuel d'enterrements au Havre, ces pratiques restaient très minoritaires. Le souci constant de l'autorité de les entraver invite pourtant à ne pas les négliger. Pour les couches populaires, peu représentées au conseil municipal, c'était un des seuls moyens de faire connaître leur attachement à la cause démocratique. Celle-ci se confondait étroitement, depuis les années 1860, avec l'anticléricalisme. Chez les plus humbles, le détachement vis à vis de l'Église passait par l'exclusion du clergé des cérémonies familiales, tandis que, pour les élites, il s'agissait de l'exclure de la vie publique et, notamment, de l'école.

Les autres aspects de la lutte anticléricale

  • 73 J. Bunel et A. Tougard, Géographie du département de la Seine-Inférieure, Rouen, É. Cagniard, 1877, (...)
  • 74 Journal du Havre, 28 juin 1875.

51Pendant qu'une partie de l'opinion affichait publiquement son détachement vis à vis de la religion, le conseil municipal s'efforça de limiter le plus possible l'influence de l'Église. Ce combat avait déjà dominé la fin du Second Empire, après la guerre il s'intensifia. L'époque, ponctuée par les pèlerinages légitimistes à Chartres, Lourdes, Paray-le-Monial ou Notre-Dame-de-la-Salette, ne pouvait que s'y prêter. Sur le plan local, l'érection par les catholiques à Graville, en 1875, d'une Vierge noire, en bronze galvanoplastique, de six mètres de haut, n'était pas sans rappeler les projets de construction du Sacré-Cœur à Paris ou de Notre-Dame de Fourvière à Lyon. L'emplacement était bien choisi : il surplombait l'entrée de la ville pour qui arrivait par l'est73. Cette initiative faisait suite à un vœu des dames patronnesses du Havre qui avaient demandé, pendant la guerre, la protection de la Vierge contre l'invasion. La couleur de la statue signifiait le deuil des provinces perdues. Très vite, une légende se répandit selon laquelle l'emplacement choisi était la limite extrême atteinte par les Prussiens qui, en fait, n'avaient pas dépassé Saint-Romain-de-Colbosc. Les catholiques affirmaient ainsi leur propre patriotisme face à la majorité républicaine qui avait assuré la défense du Havre. C'était difficilement acceptable pour Guillemard et ses amis. Le jour de l'inauguration, en présence de Mgr de Bonnechose, archevêque de Rouen, si le maire de Graville était présent, la municipalité du Havre brillait, elle, par son absence74.

  • 75 Délibération du conseil municipal du 11 novembre 1874, AMH, FC.
  • 76 Délibération du conseil municipal du 8 mai 1875, AMH, FC.
  • 77 J. Lalouette, La libre pensée en France, 1848-1940, p. 316. Une fois encore Le Havre fut particuliè (...)

52Une première série de mesures chercha à empêcher une trop forte présence de la religion catholique dans le paysage urbain. Le projet de construction de l'église Saint-Joseph continua à être l'objet d'un affrontement avec les catholiques. Il n'était pas question qu’un clocher supplémentaire surplombe la ville. Une fois l'église construite, les républicains firent tout leur possible pour empêcher son érection en paroisse. Leur refus fit l'unanimité du conseil, le 11 novembre 187475. De même, alors que certains membres du conseil encourageaient par leur présence les enterrements civils, formes de procession laïque, il fut interdit aux catholiques de processionner lors de la fête-Dieu. Le premier arrêté datait de 1869 et s'appuyait sur l'article 45 de la loi du 18 germinal an X interdisant toute cérémonie religieuse hors des édifices consacrés au culte, dans les villes où existaient des temples consacrés au différents cultes. L'intermède conservateur de la municipalité Bigot de la Robillardière permit une levée de l'arrêté municipal en 1874. Dès 1875, le conseil se prononça, au nom de « la liberté de pensée et de croire », pour un retour à l'interdiction76. Comme l'a noté Jacqueline Lalouette, « le spectacle des dais, des vêtements liturgiques, des jets de pétale, l'audition des cantiques illustraient à leurs yeux l'obscurantisme de la religion catholique et sa prétention à s'imposer à tous »77.

  • 78 Délibération du conseil municipal du 7 janvier 1874, AMH, FC.
  • 79 Délibération du conseil municipal du 3 août 1874, AMH, FC.

53Une seconde série de mesures, appelées à une longue existence, conduisit à supprimer les subventions aux sociétés chrétiennes. En fut, par exemple, victime la Société de Saint-François-Régis qui œuvrait pour la régularisation des mariages78. Des pressions s'exercèrent pour que d'autres se laïcisent. Ainsi, la société de secours mutuel Sainte-Marie, fondée en 1860 sur l'initiative du curé de la paroisse du même nom, présenta au conseil municipal du 3 août 1874 un nouveau règlement qui abandonnait toute référence à la religion. Les fêtes religieuses, qui ponctuaient jusqu'alors la vie de la société, furent remplacées par des « fêtes annuelles de famille », on supprima la lecture d'une messe pour le repos de l'âme d'un sociétaire décédé et le curé de Sainte-Marie perdit sa place d'honneur au bureau de la société79.

  • 80 Rapport adressé à la commission administrative du bureau de bienfaisance du Havre par Victor Toussa (...)
  • 81 C'était un des grands axes du rapport proposé par les conseillers Brindeau et Fauvel. Le second éta (...)
  • 82 Délibération du conseil municipal du 23 mai 1877, FC.

54Une dernière série de mesures visa le Bureau de bienfaisance, lieu par excellence, aux yeux des républicains, de l'influence catholique abhorrée. Son ordonnateur, Victor Toussaint, avait fait partie de la municipalité Bigot de la Robillardière. Le principal reproche était classique : les dames patronnesses, chargées de répartir les secours, auraient eu l'habitude de se faire accompagner de membres du clergé dans le but de distinguer bons et mauvais pauvres en fonction de leur pratique religieuse. S'ajoutaient quelques critiques annexes comme celle de fournir des vêtements pour la première communion : en 1874, le Bureau avait distribué à cette occasion 159 chemises, 163 vestes, 177 pantalons et 162 paires de souliers à de jeunes garçons, et 307 chemises, 224 robes et 215 paires de souliers aux jeunes filles80. Les républicains auraient préféré que l'on donne des vêtements à l'occasion de la rentrée des classes ! Face à ces dérives supposées, le conseil souhaitait établir un contrôle sur la distribution des secours, en faisant dresser à l'hôtel de ville la liste des indigents à secourir. Accessoirement, cette réforme devait permettre de baisser de moitié le nombre d'indigents secourus, les conseillers républicains prêchant, en bonne logique libérale, contre toute forme d'assistanat permanent81. Il ne s'agissait pas de petites économies : deux ans plus tard, alors que la réforme n'avait pas été appliquée, le nombre d'individus secourus s'élevait à 6 541 personnes82, pour une population totale de 92 068 au recensement de 1876, soit plus de 7 %.

55Cette municipalisation des secours ne vit le jour que plus tard. Dans l'immédiat, faute de textes législatifs, on dut se contenter de pressions qui conduisirent le Bureau de bienfaisance à supprimer les dons de vêtements pour la première communion. Dès 1875, les distributions ne furent plus accordées qu'aux familles admises aux secours, et elles disparurent en 1876.

L'école, lieu d'affrontement

  • 83 Siegfried, Journal, 19 février 1871.
  • 84 Délibération du conseil municipal du Havre des 15 et 27 avril 1871. AMH, FC, D1 12.
  • 85 Ernest Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, 1871.
  • 86 François Roth, La Guerre de 1870, p. 559-560.
  • 87 Pierre Arnaud, Le militaire, l'écolier, le gymnaste. Naissance de l'éducation physique en France (1 (...)

56La politique de laïcisation des écoles fut, elle, continuée. Nous dresserons, plus loin, le bilan de cette laïcisation et voudrions simplement rappeler combien elle fut un des aspects majeurs de la lutte contre l'Ordre moral. C'est dès le lendemain de l'armistice que Jules Siegfried avait commencé à préparer un vaste projet de réorganisation des écoles de la ville83, Il fut présenté au conseil municipal le 15 avril et adopté le 27 avril 187184. Les motivations étaient multiples. La défaite était attribuée à « l'ignorance » du peuple français, ce qui n'avait rien d'original : Ernest Renan mit, la même année, sa plume au service de cette idée85, et Gambetta en fit un des thèmes favoris de ses discours, une fois rentré de son exil à Saint-Sébastien86. La gymnastique et le maniement du fusil, pour les élèves les plus âgés, étaient à introduire parmi les matières obligatoires. C'était une réforme défendue, depuis ses débuts, par la Ligue de l'enseignement, admiratrice de la Landwehr prussienne87.

  • 88 Plan de réorganisation des écoles présenté par Jules Siegfried, Délibération du conseil municipal d (...)
  • 89 Délibération du conseil municipal du 12 octobre 1871, AMH, FC, D1 12.

57Surtout, la consolidation de la République exigeait un peuple instruit. C'est l'ignorance qui expliquait le Second Empire. Instruire le peuple nécessitait la mise à l'écart des enseignants congréganistes, accusés de maintenir volontairement bas le niveau de leurs élèves. Dans les écoles de filles, l'unique but des sœurs était, selon Siegfried, de « former des couturières pour la lingerie » et de tirer profit des travaux d'aiguille de leurs élèves88. Chez les frères, on acceptait la présence d'écoliers « mal instruits » qui passaient d'une classe à l'autre à l'ancienneté. Cette laïcisation des écoles devait être accompagnée de la construction de nouveaux établissements laïques dans les quartiers en expansion, notamment Saint-Vincent, l'Eure et Sainte-Marie. En tout, ce sont huit écoles qui étaient à construire, une à reconstruire et une à agrandir. Les programmes devaient aussi être revus afin de restreindre l'instruction religieuse « à de justes limites »89.

  • 90 Ibid., 11 juillet 1871, AMH, FC, D1 12.
  • 91 Ibid., 6 février 1873, AMH, FC.
  • 92 Ibid., 7 mars 1874, AMH. FC.

58De tels projets avaient leur coût : les instituteurs laïques revenaient plus chers que les congréganistes et l'ouverture de nouvelles écoles risquait de peser lourd sur le budget de la ville. C'est lors de la séance du 11 juillet 1871 qu'un plan de financement fut adopté. Il prévoyait un emprunt d'1,2 million de francs et, pour l'amortir, une surtaxe d'octroi sur l'alcool de 18 francs90. Ainsi, l'ivrognerie paierait les frais de l'instruction ! Cette politique d'accroissement de la fiscalité servit d'argument aux autorités supérieures pour entraver les projets de laïcisation. Le préfet critiqua l'importance de l'emprunt et la part trop grande donnée à l'enseignement laïque. Saisi, le Conseil d'État obligea le conseil municipal à ramener la surtaxe à douze francs et surtout à réduire les travaux à un montant de 325 000 francs91. Aussitôt nommé maire, Bigot de la Robillardière annula une partie des travaux prévus, entre autres ceux de l'école du quartier de l'Eure92. Ce n'est qu'après les élections de novembre 1874, à l'occasion desquelles l'attitude du maire fut dénoncée et subit un désaveu, et, surtout, après les élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, que les républicains havrais purent reprendre leurs projets. Ils mesuraient là toute la difficulté, dans une France restée très centralisatrice, de mettre en œuvre un programme républicain à une échelle purement locale. L'œuvre scolaire n'était possible que si une majorité républicaine l'emportait à l'échelle nationale.

3. Les élections de 1876 et 1877

Les élections de 1876 et le retour de Lecesne

  • 93 C’est le prix auquel il fut revendu, dès février 1877, au vicomte de Maupéou. Cf. AN, minutes notar (...)
  • 94 Claude Malon, Jules Le Cesne, député du Havre - 1818-1878, p. 141-162.
  • 95 AMH, FC, K6 17/3, élections à la Chambre de commerce.

59Confortés par leurs succès à tous les scrutins depuis 1865, les républicains havrais abordèrent cette échéance divisés. On ne compta pas moins de quatre candidatures qui recoupaient des différences d'opinion, mais aussi des querelles de personnes. L’annonce de la candidature de Constantin Bazan, ancien républicain modéré de 1848 et conseiller général du canton nord, ne fit pas l'unanimité parmi les dirigeants républicains. Une partie d'entre eux préférèrent aller rechercher Lecesne. Depuis le 4 septembre, celui-ci avait joué un rôle de second plan au Havre. Il n'avait pas participé à la défense de la ville, se trouvant à Tours aux côtés de Gambetta. Son rôle à la tête de la Commission d'armement lui avait valu de vives critiques. Certains adversaires avaient évoqué un enrichissement personnel, ce que l'étude de sa succession ne confirme pas : loin de s'enrichir grâce à ses activités politiques, Lecesne y laissa une partie de sa fortune. S'il avait conservé son siège au conseil général, il avait été battu aux élections à l'Assemblée nationale de février et aux élections partielles de juillet 1871. Ses principaux lieux de résidence restaient d'une part Paris, où il avait acheté au duc et à la duchesse de Trévise leur hôtel particulier du faubourg Saint-Honoré, rue Morny, d’une valeur de 300 000 francs93, et d'autre part ses diverses propriétés du Calvados, le château néogothique de Beauregard à Hérouville-Saint-Clair, le château de Fumichon près de Lisieux et son manoir de Beuzeval94. Ses principaux atouts étaient sa popularité dans les quartiers est de la ville et ses liens avec Gambetta. Il était, par contre, peu apprécié des élites négociantes locales : lors du renouvellement partiel de la Chambre de commerce, en décembre 1876, il avait été largement battu95.

60Le Comité central républicain fit les frais de ces divisions, se scindant en deux. Derrière Ulysse Guillemard, Jean-Pierre Dufour, Félix Santallier et le journal Le Havre, une partie prit la défense de Lecesne, tandis que d'autres, derrière Louis Guerrand, Gustave Brindeau, Auguste Rispal, et L'Electeur, journal créé pour la circonstance, encourageaient la candidature de Bazan.

61Derrière ces déchirements explicables par les personnalités des deux candidats, on retrouvait des divergences d'opinion. Les partisans de Lecesne se réclamaient de l'Union républicaine qui, à l'Assemblée, regroupait les amis de Gambetta, tandis que les partenaires de Bazan se présentaient comme proches de la Gauche républicaine et donc de Grévy et de Ferry. Ces distinctions, trop subtiles sans doute pour être comprises de tous les électeurs, ne doivent pas conduire à imaginer des différences insurmontables. Les deux candidats proposaient à peu près les mêmes réformes : les grandes libertés, l'école primaire obligatoire, laïque et gratuite, et les franchises municipales. Chacun se présentait comme le disciple de Jules Simon et l'admirateur de Thiers afin d'attirer les électeurs du Centre gauche. Les différences étaient tout en nuances. Seul Lecesne continuait à faire référence au mandat impératif, tout en le définissant de façon très restrictive, et réclamait une amnistie des Communards.

  • 96 Le Havre, 13 et 14 février 1876.
  • 97 Élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, AMH, FC, K5 1/9.

62Socialement, il était difficile d'opposer les uns aux autres : chaque candidat s'appuyait sur une partie du négoce local, tout en incluant des éléments populaires. Dans les quartiers ouvriers de la ville, un Comité électoral républicain du canton est, favorable à Lecesne, doublait le Comité central républicain. À sa tête, on ne retrouvait pas les élites locales, mais un menuisier, un charpentier par ailleurs conseiller municipal, un commis, un ajusteur et un commerçant96. Bazan n'était pas de reste, ayant placé à la tête de la moitié du Comité central républicain qui lui était restée fidèle, un ouvrier voilier, Louis Lefebvre97. Différencier socialement les gambettistes locaux des ferrystes s'avère donc être une gageure. Notons seulement que des deux candidats, Lecesne était sans doute le plus habile à intégrer les milieux populaires parmi ses partisans : en créant une structure à part, plus apte à les regrouper, il évitait de ne leur donner qu'une place de figurant. Sa qualité de négociant lui permettait, par ailleurs, d'apparaître comme le meilleur défenseur des intérêts commerciaux du Havre aux yeux des milieux d'affaires de la Porte océane, même s'ils continuaient à ne pas le reconnaître comme un des leurs.

  • 98 Thierry Billard, Félix Faure, Paris, Juillard, 1995, p. 125-133.
  • 99 Jules Siegfried, Journal, 7 mars 1876.

63Plus originales étaient les deux autres candidatures républicaines, représentatives de courants d'opinion qui s'étaient jusqu'ici peu exprimés au Havre. Ancien adjoint au maire, Félix Faure se présentait comme le candidat du Centre gauche. Il faisait preuve d'une grande prudence au sujet des questions religieuses, évitant de parler d'école laïque et refusant toute séparation de l'Église et de l'État98. S'il souhaitait l'école obligatoire, il restreignait la gratuité à ceux qui ne pouvaient payer. L'opportunisme du personnage, traité par ses adversaires de « suffisant insuffisant »99 et soupçonné de chercher avant tout à récupérer une partie de l'électorat modéré, voire catholique, explique le peu de soutiens sur lesquels il put compter, à l'exception du Journal du Havre. Bien que se réclamant du Centre gauche, le Comité conservateur républicain choisit de ne pas lui apporter son aide.

  • 100 Rapport du sous-préfet du Havre, 20 janvier 1876, ADSM, 4 T 116.
  • 101 Rapport du sous-préfet du Havre, 20 mars 1876, ADSM, 4 T 116.
  • 102 L'Avenir du Havre, 5 février 1876.
  • 103 Ibid., 16 février 1876.
  • 104 Ibid., 5 février 1876.
  • 105 Élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, AN, C 3471 et ADSM, 3 M 300.

64Dans le même temps, les radicaux lancèrent la candidature d'un « horsain », Pierre Escarraguel, ancien dirigeant de la Solidarité républicaine à Bordeaux. Médecin de formation, il avait repris une entreprise de travaux publics familiale, installée à Paris, et avait acquis, tout comme Lecesne, une fortune importante100. Si ce dernier habitait faubourg Saint-Honoré, Escarraguel résidait, lui, faubourg Saint-Germain et possédait le château de La Borde près de Châtellerault101, ce qui ne l'empêchait pas d'insister sur son origine plébéienne et d'affirmer qu'il avait toujours vécu avec les « travailleurs »102. Au-delà du caractère convenu de tels propos pour un candidat de la « République plébéienne », notons qu'encore une fois l'important était moins la fortune réelle que son origine. On pouvait être riche et républicain d'extrême gauche à condition de pouvoir affirmer qu'on était un parvenu et non un héritier, ce qui d'ailleurs, dans le cas présent, ne correspondait pas tout à fait à la réalité. C'est la participation de son entreprise aux travaux du port qui l'avait mis en contact avec les radicaux locaux. Un Comité électoral républicain fut constitué, regroupant les éléments les plus avancés du conseil municipal et quelques boutiquiers, employés et ouvriers qui, pour la plupart, étaient des anciens du Comité central républicain103. La fortune du candidat lui permit de lancer un journal éphémère, L'Avenir du Havre. Les réformes proposées n'étaient guère différentes de celles qu'avançaient Lecesne ou Bazan, à l'exception de la séparation de l'Église et de l'État. Tout était dans le ton, très hostile au Centre gauche accusé d'être : « comme le grand Hollandais, il met dix ans à virer de bord, et le mousse qui monte au perroquet en descend avec la barbe blanche »104. Les résultats tournèrent, comme en 1869, à l'avantage de Lecesne qui arriva en tête dans les trois cantons105. Dans la partie havraise du canton est qui regroupait les quartiers les plus ouvriers, il obtenait 54 % des suffrages exprimés et dans le canton nord, plus bourgeois, 40 %. Félix Faure arrivait second, suivi de Bazan et Escarraguel. Une lecture strictement politique des chiffres conduirait à une impasse : les électeurs ouvriers n'avaient pas choisi la ligne politique de l'Union républicaine, plutôt que celle de la Gauche républicaine ou des radicaux. Ils avaient voté pour celui qui se présentait comme un républicain indiscutable, proche de Gambetta et soutenu par Guillemard et le journal Le Havre. Le passé plaidait pour Lecesne : en 1869, il avait su relever le défi face à l'Empire. Dans le canton nord, Lecesne était apparu comme le mieux à même de défendre les intérêts du port dans une France républicaine. La personnalité effacée de Bazan et la non-appartenance d'Escarraguel au Havre – c'était un quasi inconnu pour la plupart des électeurs – avaient fait le reste.

  • 106 Journal, 7 mars 1876. Ces propos rapportés ont sans doute été un peu déformés, Siegfried ne cachant (...)

65Plus remarquable était le score de Faure qui, sans l'appui d'aucun dirigeant républicain notable, avait capté un cinquième de l'électorat. L'habileté du personnage y était pour beaucoup : il avait su gagner à sa cause un des deux grands journaux locaux, en lui achetant plusieurs milliers de numéros le temps de la campagne, et, dès cette date, tisser tout un réseau de fidèles. Il avait présenté ainsi ses soutiens à Jules Siegfried : « je puis compter sur 1 000 voix de commis, 600 voix de ma Société de secours mutuel de Sainte-Marie dont je suis président, 300 de mes Sociétés musicales et de gymnastique, 600 voix des ouvriers du Dock qui me connaissent bien, 500 voix de l'Octroi et de la Police que j'ai toujours soutenus pour des augmentations d'appointements, 1 000 voix de la petite bourgeoisie et du petit commerce à cause des concours et fêtes que j'ai organisés et qui font marcher le commerce, enfin 500 voix de réactionnaires cléricaux avec qui j'ai toujours des relations de société – total 4 500 voix »106. Les chiffes étaient bien optimistes – Faure ne totalisa que 2 275 voix au Havre-, mais permettent de comprendre les débuts de l'ascension du personnage, plus soucieux de « quadriller le terrain » selon des méthodes promises à un bel avenir, que d'idéologie. Avait aussi joué son souci de ménager l'électorat catholique.

Carte 14. Élections législatives de 1876. Résultats du 1er tour en % des suffrages exprimés pour les cantons du Havre intra-muros

Carte 14. Élections législatives de 1876. Résultats du 1er tour en % des suffrages exprimés pour les cantons du Havre intra-muros

Carte 15. Élections législatives de 1877. Résultats du 1er tour en % des suffrages exprimés pour les cantons du Havre intra-muros

Carte 15. Élections législatives de 1877. Résultats du 1er tour en % des suffrages exprimés pour les cantons du Havre intra-muros

66Arrivé en tête au premier tour, Lecesne fut élu confortablement au second, les autres candidats républicains s'étant désistés et le candidat conservateur, Émile Masquelier, ayant préféré se retirer. La ville pouvait s'enorgueillir d'avoir à nouveau un député républicain, gambettiste de surcroît.

Les conséquences locales du 16 mai et les élections de 1877

  • 107 « Tableau récapitulatif des faits survenus après le 13 mai », AN, C 3 420. Voir aussi L'Écho libéra (...)
  • 108 Le Havre, 23 et 24 septembre 1877.

67Doté d'une municipalité, de conseillers généraux et d'arrondissement et d'un député républicains, Le Havre souffrit peu, paradoxalement, de l'Ordre moral, consécutif à la crise du 16 mai 1877. Le rapport de forces était trop défavorable aux autorités qui se contentèrent de quelques poursuites contre des libraires, des marchands de journaux et des cafetiers et d'une surveillance accrue des débits de boisson. Le commissaire central de police chercha aussi à entraver la distribution des journaux républicains en retirant aux kiosques et aux colporteurs leurs autorisations107. Les permis ne furent renouvelés qu'en échange de la promesse de ne pas vendre de presse républicaine. Celle-ci sut faire face, en diminuant fortement ses tarifs d'abonnement et en vendant ses numéros dans ses locaux. Le théâtre fut, enfin, la victime des préventions du préfet, Gustave Lizot, qui interdit la représentation de Marie Tudor108. Le seul tort de ce mélodrame romantique, à l'intrigue peu crédible, était sans doute d'avoir été écrit par Victor Hugo à une date d'ailleurs – 1833 – où il n'était pas républicain ! Lieu public, difficile à contrôler, le théâtre continuait à faire peur comme aux plus beaux temps de la Restauration.

68Par contre, il ne fut pas question, cette fois, de révoquer l'administration municipale. L'expérience malheureuse de 1874 avait laissé des traces. Le sous-préfet nommé dès le 22 mai, Ferdinand Leroux, préféra concentrer ses efforts sur les campagnes et multiplier les pressions sur les maires ruraux, en vue des élections dans les 2e et 3e circonscriptions.

  • 109 Le Havre, 11 octobre 1877.
  • 110 Élections législatives des 14 et 28 octobre 1877, AN, C 3 497 ; ADSM, 3 M 301 ; AMH FC, K5 l/l.

69Au Havre, les élections d'octobre 1877 ne furent qu'une formalité, Lecesne n'ayant aucun candidat républicain à affronter, selon la règle fixée pour l'ensemble du pays : aucun adversaire ne devait être opposé aux 263. Tous les comités firent chorus en faveur du candidat que ce soient le Comité républicain conservateur, le Comité républicain central, entre-temps réunifié, ou le Comité républicain du canton est. Pour éviter toute répression, Lecesne, sûr des sentiments de l'électorat havrais, préféra ne même pas faire campagne109. Les résultats110 lui donnèrent raison. Sur l'ensemble de la ville, il obtint 78 % des suffrages exprimés et 61 % des inscrits. II dépassait les trois quarts des exprimés dans tous les cantons, obtenant son meilleur score comme à l'accoutumée dans les quartiers est.

4. À la conquête des campagnes

70Tandis que Le Havre s'affirmait républicain, le reste de l'arrondissement restait hésitant. Cela conduisit les républicains havrais à se tourner vers leur environnement rural, ce qui n’était guère dans leurs habitudes.

Des campagnes restées indécises (1871-1875)

71La période 1872-1875 a souvent été décrite comme essentielle dans le processus de conquête des campagnes par les républicains. C'est la mission que Gambetta avait assignée au Parti. En Seine-Inférieure et, plus précisément dans l'arrondissement du Havre, on restait, à la veille des élections législatives de 1876, loin du compte. Aux élections complémentaires de novembre 1873, les républicains n'avaient dépassé les 50 % que dans les cantons de Montivilliers et de Fécamp. Le pays de Caux et la vallée du Commerce restaient en deçà.

  • 111 André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris, 1913, p. 242

72Surtout, les autres élections, trop souvent négligées car considérées a priori comme apolitiques, montraient combien d'efforts il restait à fournir pour républicaniser les campagnes. La République ne pouvait espérer s'implanter durablement sans un réseau d'élus locaux siégeant dans les conseils généraux, d'arrondissement et municipaux. Rappelons l'analyse d'André Siegfried, candidat malheureux aux élections législatives de 1906 et 1910 dans une circonscription englobant les cantons ruraux de Montivilliers et Saint-Romain : « c'est par l'intérieur que les partis doivent agir, et ils ne le peuvent que s'ils ont d'abord pris pied chez les autorités locales elles elles-mêmes »111. Dès 1877, son père en avait fait l'expérience comme candidat aux élections législatives dans la 3e circonscription.

  • 112 Élections cantonales des 8 et 15 octobre 1871, ADSM, 3 M 422.

73Jusqu'en 1876, les élections cantonales avaient donné des résultats mitigés. En octobre 1871, les candidats républicains hors du Havre avaient été peu nombreux. Dans le canton de Goderville, un candidat républicain, Jacques Quesnel, avait, à nouveau, affronté le conservateur Jules Ancel, l'obligeant à n'être élu qu'au second tour112. La mauvaise performance du député et président du conseil général s'expliquait moins par des considérations idéologiques que locales : il avait le handicap d'être un « horsain » qui, renonçant à briguer un siège au Havre, tentait ses chances dans un canton où il possédait plusieurs propriétés. En octobre 1874, seule la moitié des cantons était renouvelable. Les républicains s’avérèrent incapables de présenter des candidats dans les cantons ruraux.

  • 113 Rapport du sous-préfet du Havre, non daté, ADSM, 3 M 591.
  • 114 « Liste des maires et adjoints nommés par élection. Loi du 14 avril 1871 », non datée ADSM, 3 M 591

74Les élections municipales ne furent guère plus réjouissantes. Les 30 avril et 7 mai 1871, les listes « avancées » avaient connu l'échec dans les campagnes. Le sous-préfet estimait que seules trois communes, Les Loges, Gonneville-la-Mallet et Sausseuzemare, avaient élu des éléments « radicaux et révolutionnaires »113. Dans 118 communes sur un total de 123 pour l’arrondissement, avait triomphé ce que le sous-préfet appelait le parti républicain modéré. Il s'agissait en fait de candidats plutôt conservateurs et prêts à soutenir le régime en place, c'est-à-dire le gouvernement Thiers. Les administrations élues furent à l'image des conseillers. Dressant un tableau par commune, le sous-préfet classait la très grande majorité des maires sous l'appellation « conservateur »114. Un seul maire de commune rurale, celui de Bénarville, était républicain. Deux maires étaient qualifiés de « libéraux », ce qui semblait signifier qu'ils étaient prêts à accepter un régime républicain.

75La majorité des maires étaient des sortants qui, avant d’être élus en 1871, avaient été nommés sous l'Empire. Certains avaient même commencé à exercer leurs fonctions sous la monarchie de Juillet. Le changement de mode de désignation des maires n'avait pas provoqué de bouleversement. Dans la plupart des communes, la population avait été reconnaissante au premier magistrat d'avoir fait face à l'occupation prussienne, même si celle-ci avait été le plus souvent superficielle. Certains avaient même joué un rôle dans la défense du département, tel le comte Charles de Pardieu, maire d’Écrainville et chef de bataillon des mobilisés. Un autre élément à prendre en compte était la proximité sociale des maires et de la population. Pour ceux dont nous connaissons la profession, 51 % étaient des cultivateurs, souvent en place dès l'Empire. La chute du Second Empire n'avait pas augmenté sensiblement le nombre de maires à particule. Sur 123 communes, on n'en décomptait que sept, dont cinq étaient déjà maires sous l'Empire, leurs familles détenant parfois depuis fort longtemps les mairies. À Nointot, c'est dès juillet 1808 qu'un de Montault avait été nommé maire. Il l'était resté jusqu'à sa mort en 1859, date à laquelle son fils lui avait succédé. Contrairement à d'autres régions, on ne pouvait parler d'une entrée en force de la noblesse dans les administrations municipales. Le dernier élément, qui pouvait expliquer le renouvellement seulement partiel des administrations municipales, était le conservatisme de la majorité des maires, qui consistait à accepter le régime en place à condition qu'il garantisse l'ordre et la prospérité. Cela allait dans le sens des attentes des électeurs et des conseils municipaux.

76La faible emprise des républicains sur les administrations municipales eut pour conséquence une application modérée de la loi du 20 janvier 1874. Seule une vingtaine de maires et adjoints furent remplacés par l'autorité administrative. Ce chiffre restait faible, mais c'était déjà plus que le nombre de communes signalées, en 1871, comme républicaines. Des petits foyers de républicanisme commençaient à apparaître autour de quelques communes : Le Havre, Fécamp, mais aussi Bénarville.

  • 115 Rapport du sous-préfet du Havre, 1er décembre 1874, ADSM, 3 M 592.

77Les élections municipales de novembre 1874 ne modifièrent guère les équilibres locaux. Sur 1 507 conseillers municipaux élus dans les communes rurales de l'arrondissement, 1 322 l'avaient été sur des listes proches du maire et étaient donc plutôt d’opinion conservatrice. 1 295, soit 86 %, étaient des sortants115. Les électeurs cauchois se gardaient de toute opposition ouverte, préférant ménager le pouvoir en place face à un avenir incertain. Ces résultats nous indiquent combien s'en tenir à l'analyse des scrutins législatifs partiels comme indice de la conquête du pays par les républicains est insuffisant. L'élection de Letellier-Valazé en 1873 ne suffisait pas à faire le printemps et la situation restait précaire, à la merci de tout retournement de l'opinion, tant que les élus locaux affichaient un conservatisme ambigu, prêts à se rallier à tout régime faisant régner l'ordre et la prospérité.

Le tournant de 1876-1878

78Cette lente républicanisation de l'arrondissement aurait pu laisser Le Havre indifférent. Jusqu'ici le chef-lieu s'était peu intéressé aux campagnes avoisinantes, à l'exception des élections au Corps législatif de 1869. La guerre avait renforcé l'isolement de la cité portuaire. Sept ans plus tard, lors de l'adoption du scrutin uninominal d'arrondissement, les autorités semblaient prendre acte du particularisme havrais en érigeant la ville et ses faubourgs en une première circonscription séparée du pays de Caux. Les deux autres circonscriptions étaient majoritairement rurales. La seconde comportait les cantons de Montivilliers, Criquetot et Fécamp, la troisième ceux de Goderville, Bolbec, Lillebonne et Saint-Romain. Les intentions politiques expliquaient ce découpage : sous l'Empire, on avait cherché, en rattachant au Havre cinq cantons ruraux, à noyer le vote urbain dans celui des campagnes, ce qui n'avait pas empêché l'élection de Lecesne en 1869. Cette fois, on tenait pour acquis le républicanisme indéfectible de la cité et on voulait limiter l'influence naissante de la ville sur les campagnes.

79Les commentateurs ont souvent noté combien la loi du 30 novembre 1875 avantageait les ruraux, en attribuant automatiquement au moins un siège à chaque arrondissement, même les moins peuplés. Dans un département aux densités élevées comme la Seine-Inférieure, le découpage conduisait au même résultat : la 1ere circonscription était la plus peuplée avec 16 597 inscrits, alors que la 2e, la plus rurale, n'en comptait que 11 425. S'ils voulaient éviter que l'arrondissement n'ait qu'un représentant républicain, les Havrais devaient partir à la conquête des campagnes, ce qu'ils firent surtout à partir de 1877.

Carte 16. Les suffrages républicains au 1er tour des élections législatives de 1876 (en % des suffrages exprimés)

Carte 16. Les suffrages républicains au 1er tour des élections législatives de 1876 (en % des suffrages exprimés)

Carte 17. Les suffrages républicains au 1er tour des élections législatives de 1877 (en % des suffrages exprimés)

Carte 17. Les suffrages républicains au 1er tour des élections législatives de 1877 (en % des suffrages exprimés)

80Aux législatives de 1876, ils semblèrent, en effet, surtout préoccupés par leurs querelles internes. Le succès de Letellier-Valazé en 1873 et, plus généralement, l'essor des républicains dans le pays avaient, probablement, fait espérer la victoire dans les autres circonscriptions. Dans la 2e, le candidat républicain fut un négociant-armateur havrais, propriétaire dans les cantons de Montivilliers et Criquetot, Médéric Deschamps. Dans la 3e, le choix se porta sur Séry, ancien notaire et juge de paix du canton de Doudeville depuis le 4 septembre. Les deux candidats manquaient de notoriété que ce soit Séry opposé au nouveau maire conservateur de Fécamp, Alfred Dubois, et à son adjoint bonapartiste, Auguste Corneille, ou Deschamps face au légitimiste Henri Levaillant du Douët qui, rejeton d'une des plus anciennes familles de la noblesse locale et descendant par sa mère des Malet de Graville, était maire de Bernières depuis l'Empire, conseiller d'arrondissement de Bolbec depuis 1871 et, surtout, président de la Société d'agriculture de l'arrondissement du Havre.

  • 116 Élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, AN, C 3471.

81Les résultats montrèrent combien l'enracinement des républicains restait fragile. Dans la 2e circonscription, Deschamps ne dépassa la moitié des suffrages exprimés, au premier comme au second tour, que dans le canton de Montivilliers, celui où il était le mieux implanté116. Dans la 3e circonscription, Séry s'inclinait dès le premier tour, n'obtenant la majorité que dans les cantons les plus urbains, Lillebonne et Bolbec, grâce aux votes des deux chefs-lieux. Les communes les plus rurales avaient refusé de voter pour des candidats républicains.

  • 117 L'orthographe d'origine est « Perier », sans accent aigu. À l'époque qui nous intéresse, l'habitude (...)
  • 118 Jules Siegfried, Journal, 24 juin 1877.
  • 119 Eugène Choulet, La famille Casimir-Périer, Grenoble, 1894 ; Jacques Wolff, Les Perier, la fortune e (...)
  • 120 Paul Casimir-Périer, 1812-1897, Paris, s.d., 44 p., BM de Montivilliers, 3 288.

82Un an plus tard, le coup de force du 16 mai donna aux républicains une nouvelle occasion d'essayer de conquérir les campagnes. Cette fois, des candidats plus connus furent choisis : Paul Casimir-Perier117, dans la seconde circonscription et Jules Siegfried dans la troisième. Le second n'est plus à présenter. La candidature lui fut proposée par les comités républicains de Bolbec, en même temps qu'une candidature au conseil général118. Le premier, né à Paris le 10 décembre 1812, était le descendant d'une grande dynastie bourgeoise, connue pour son libéralisme depuis la tenue des États du Dauphiné au château de Vizille, en 1788. Il était le fils cadet du ministre de Louis-Philippe, Casimir Perier, et le frère du député de l'Aube, Auguste Casimir-Perier119. Armateur, notamment au Havre, esthète et collectionneur d'œuvres d'art, il n'avait jusqu'ici pas pris parti politiquement, si ce n'est en 1870 contre le plébiscite120 et n'était guère connu en dehors d'Étretat où il possédait une résidence.

  • 121 AN, Flc III Seine-Inférieure 6, Élections de 1831 à 1877.
  • 122 Daniel Halévy, La fin des notables, p. 118.
  • 123 D. Halévy, La République des ducs, Paris, Grasset, 1937, rééd. Hachette-Pluriel, p. 116-120.

83Son nom devait suffire. Dans sa profession de foi, Paul résumait ainsi l'héritage familial : « J'invoque les traditions d'une famille plébéienne qui, depuis un siècle bientôt, n'a jamais défendu l’ordre qu'au profit de la liberté. Mon grand-père, à la veille de 89, ouvrait le château de Vizille aux États-Généraux dauphinois ; mon père, au début de la monarchie de Juillet, après quinze ans d'opposition libérale, resta libéral au pouvoir, et sut y être fort avec un respect scrupuleux de la nation. Deux fois ministre sous Thiers, mon frère le suivit dans sa retraite glorieuse. Tous deux étaient des libéraux sincères, tous deux sont devenus des républicains conservateurs décidés. »121. Le nom des Perier était synonyme d'ordre – son père s'était illustré dans la répression des sociétés secrètes au début de la monarchie de Juillet-, mais aussi de libéralisme et de ralliement à la République. Auguste, après s'être engagé à servir la République en septembre 1872122 avait présidé la Réunion des républicains conservateurs à partir de janvier 1873. En juin 1874, anticipant de quelques mois sur l'amendement Wallon, il avait proposé en vain à l'Assemblée le vote d'une déclaration républicaine123. S'il était douteux que les électeurs connaissent les événements du château de Vizille, l'association du nom des Casimir-Perier à celui de Thiers avait plus de chance de rallier les populations. Sa candidature devait attirer tous ceux qui avaient voté pour la liste du Comité Taillet en 1871.

  • 124 AN, C 3240, Commission d'enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877, 2e et 3(...)

84Le discours des candidats insista, comme en 1876, sur ces idées d'ordre, de liberté et de fidélité à l'œuvre de Thiers. Pour Paul Casimir-Perier, la victoire remportée sur la Commune, montrait la force de la République. Définie comme « conservatrice », la République était vidée de tout contenu précis : l’on se contentait de promettre les libertés et l'instruction, tout en s'engageant à respecter « la Religion, la Famille et la Propriété »124. Était-ce simplement affaire de tactique ? Rien de moins sûr : Siegfried et, surtout, Paul Casimir-Perier étaient des libéraux, orléanistes de tradition, venus à la République par refus d'une monarchie légitimiste, bien plus que par idéal.

  • 125 Pour les résultats de ces élections : AN, C 3471 et 3497 ; ADSM, 3 M 300-301.

85Cette fois encore, cette modération ne suffit pas à assurer l'élection, mais elle permit des gains de voix non négligeables, surtout dans la 2e circonscription125. Paul Casimir-Perier progressa dans tous les cantons, ce qui lui permit de réduire sensiblement l'écart avec le candidat conservateur : il n’était plus que de 450 voix. Dans la 3e circonscription, le succès fut plus mitigé : si Siegfried gagnait des voix, comparé à Séry, son adversaire Levaillant du Douët progressait encore plus.

  • 126 Jules Siegfried, Journal, 21 octobre 1877.

86La plus grande réussite de Paul Casimir-Perier était logique. Il avait l'atout d'être soutenu des Havrais, sans l'être lui-même, détail important dans des campagnes où l’on continuait à se méfier de l'esprit révolutionnaire de la cité portuaire. Son nom ne pouvait qu'inspirer confiance aux populations. Siegfried avait, par contre, le triple handicap d'être havrais, protestant et libre-échangiste. Son nom, à la consonance germanique, permit de le présenter comme un « Prussien », ennemi de la religion catholique126. Ses théories commerciales allaient à l'encontre des intérêts des agriculteurs cauchois, hostiles à tout abaissement des taxes sur le blé.

  • 127 AN, C 3240, Commission d'enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877, 2e circ (...)

87La victoire des républicains, au niveau national, permit qu'un troisième tour ait lieu dans la 2e circonscription. Suite à une protestation des amis de Casimir-Perier contre Alfred Dubois, l'élection fut annulée par la Chambre des Députés et un nouveau scrutin fixé au 7 juillet 1878127.

  • 128 AN, C 3497, Élection législative du 7 juillet 1878, 2e circonscription du Havre.

88Cette fois, l'évolution des suffrages républicains et, surtout, le recul des conservateurs étaient spectaculaires128. Casimir-Perier devançait son concurrent dans les trois cantons, dépassant les 70 % de suffrages exprimés dans celui de Montivilliers, le plus proche du Havre. Tout donnait l'impression que le pays de Caux était prêt à accepter le régime, qui était sorti renforcé de la crise du 16 mai, et abandonnait les conservateurs, voués désormais à l'opposition. La diminution du nombre de votants était aussi le signe d'un découragement du camp conservateur, contrecoup de l'échec du 16 mai.

  • 129 ADSM, 3 M 433, Élections cantonales des 4 et 11 octobre 1877.

89Les élections locales de fin 1877 et début 1878 confirmaient cette progression des républicains avec quelques bémols. Aux cantonales des 5 et 12 novembre 1877, sur les quatre cantons ruraux de l'arrondissement soumis à renouvellement, deux donnèrent une majorité aux républicains : Montivilliers et Bolbec, où Jules Siegfried était élu conseiller général129. Ces succès étaient accompagnés d'échecs dans les cantons les plus ruraux, Goderville et Saint-Romain-de-Colbosc. Dans ce canton, l'absence d'une réelle implantation locale du candidat républicain, le conseiller municipal havrais Letellier-Férard, avait pesé lourd : la bénédiction du Comité central républicain du Havre ne suffisait pas pour emporter une élection !

90Les municipales du 6 janvier 1878 furent aussi l'occasion d'une poussée républicaine, même si elle resta limitée. Dès octobre 1876, avec le retour à l'élection des maires et adjoints par les conseils municipaux, quelques communes se dotèrent de maires républicains. Elles restaient très minoritaires et, en partie, situées près du Havre. Ces édiles n'étaient pas forcément des nouveaux venus : sur les douze maires républicains, huit avaient été nommés par l'Empire. A ces quelques maires, on pouvait adjoindre ceux que la préfecture cataloguait « constitutionnels », au nombre de quatorze. Là aussi, il n'y avait pas émergence d'une nouvelle génération, mais changement d'opinion des maires en place : sur les quatorze, quatre avaient été nommés sous l'Empire. En tout, on avait douze sortants pour deux nouveaux. Le grand nombre d'opinions « inconnues » rendait difficile une analyse d'ensemble : nombreux étaient les maires dans l'expectative, en cette période de transition. Plutôt conservateurs de tempérament, ils se gardaient d'afficher une opinion trop marquée.

91Quinze mois plus tard, alors que les républicains étaient sortis victorieux de la crise du 16 mai, les opinions furent plus tranchées. Dans les chefs-lieux de canton, relais essentiels entre Le Havre et les campagnes, les listes républicaines arrivaient en tête ce qui permit au préfet, Gustave Limbourg, de parachever la républicanisation des administrations en nommant à leur tête de petits notables favorables au nouveau régime.

92Dans les autres communes, les conservateurs restaient fortement implantés avec plus de 40 % des maires, mais les républicains et, surtout, les constitutionnels et libéraux progressaient avec respectivement 16 et 32 % des maires. Comme en 1876, cette évolution ne signifiait pas un changement des maires en place. Sur les sept nouvelles communes dont le maire affichait une opinion républicaine, six n'avaient pas changé d'édile. De même, sur les vingt-trois nouveaux maires constitutionnels ou libéraux, dix-neuf étaient en fait des sortants. Six avaient été nommés par l'Empire. Rien ne serait plus faux que d'envisager la républicanisation des communes en terme de rupture. Il n'y avait pas de révolution dans les campagnes, mais un lent processus d'adhésion des personnalités locales aux institutions, puis à la République. En 1878, nombre d'élus étaient encore au milieu du gué, d'où leur classement sous l'étiquette « constitutionnels » ou « libéraux ».

Le triomphe en trompe-l'œil de 1881

93La victoire des opportunistes aux élections de 1881 permit, enfin, d'assurer à l'arrondissement une représentation unanimement républicaine. Tandis que Le Havre, une fois encore, faisait un triomphe aux républicains, Casimir-Perier assurait sa réélection et Félix Faure réussissait à vaincre Levaillant du Douët.

  • 130 J. Siegfried, Journal, 15 septembre 1881.

94Après l'échec de Siegfried en 1877, c'est à un autre républicain havrais que l'on fit appel. À peine remis d'une typhoïde qui avait failli lui être fatale en janvier, Siegfried préféra se consacrer à la mairie du Havre, où il avait remplacé Guillemard depuis octobre 1878130. Félix Faure, décidé depuis au moins 1876 à conquérir un siège de député et parrainé par Siegfried, profita de l'occasion pour être désigné par les comités cantonaux républicains de la circonscription.

  • 131 Profession de foi de Félix Faure, non datée, ADSM, 3 M 306.
  • 132 Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF, 1974, p (...)
  • 133 Progrès de Bolbec, 18 août 1881.

95Comme lors des élections précédentes, la tendance était à la modération du programme dès qu'il s'agissait de convaincre les électeurs ruraux. Dans sa profession de foi, Faure invitait surtout les Cauchois à élire un député de la même couleur politique que la majorité. Les quelques promesses portaient sur la réduction du temps de service militaire et la suppression du volontariat d'un an, la baisse des impôts fonciers et sur la consommation, et le développement de l'instruction publique, sans aborder les questions de l'obligation et de la laïcité, questions que la Chambre des députés n'avait pas encore tranchées131. Ne pas détailler le programme scolaire des républicains n'était pas propre à Félix Faure : Antoine Prost, étudiant le vocabulaire des professions de foi, l'a noté chez la majorité des candidats132. Sur deux questions essentielles, les propositions reprenaient le discours des opportunistes : Faure souhaitait réformer l'élection du Sénat, tout en le maintenant, et se prononçait pour 1'« observation sévère du Concordat »133. Notons, enfin, l'absence de toute référence à Gambetta : si l'évoquer pouvait donner la victoire au Havre, il en allait autrement dans le reste de l'arrondissement.

Carte 18. Les voix républicaines aux élections législatives de 1881 en % des suffrages exprimés

Carte 18. Les voix républicaines aux élections législatives de 1881 en % des suffrages exprimés
  • 134 AN, C 3511 et ADSM, 3 M 306, Élections législatives des 21 août et 4 septembre 1881.

96Le succès de Faure s'expliqua par l'abstention d'une partie de l'électorat conservateur à un scrutin qui n'était pas des « élections de combat », et une poussée républicaine dans le canton de Saint-Romain, le plus proche du Havre134. Ailleurs, les républicains restaient sur leurs positions, majoritaires dans la vallée du Commerce, minoritaires ailleurs. Dans le même temps, Paul Casimir-Perier obtenait une majorité de 149 voix grâce au vote républicain du canton de Montivilliers.

  • 135 Liste des maires et adjoints élus le 23 janvier 1881, AN, Flb II Seine-Inférieure 9 ; voir aussi : (...)
  • 136 Liste des délégués pour les élections sénatoriales de janvier 1882, AN, Flb II Seine-Inférieure 9.

97Comme en 1877, les réussites aux élections législatives ne faisaient qu'accompagner d'autres percées dans les scrutins locaux. Si les cantonales des 1er et 8 août 1880 n'avaient guère modifié les équilibres, les municipales de janvier 1881 avaient permis l'élection de nombreux maires républicains. Alors que l'administration n'en décomptait que 18 en 1878, leur nombre atteignait 81 trois ans plus tard, soit 70 % des maires135. La hausse était spectaculaire. Comme pour les scrutins précédents, l'évolution des opinions des édiles locaux ne s'expliquait qu'en partie par des changements de noms. Sur les 81 maires républicains, 55 étaient sortants. La majeure partie d'entre eux avaient donc évolué en trois ans passant de l’étiquette « libéral » ou « conservateur » à l’étiquette « républicain ». Cela pouvait s’expliquer, en partie, par le souci d’éviter tout conflit avec la préfecture et d’obtenir les subventions indispensables. La républicanisation ne pouvait être qu’en trompe-l'œil. Un indice permet de le mesurer : courant 1881, les conseils furent invités à élire leur délégué sénatorial, or l'opinion de ces derniers divergea souvent de celle du maire136. Sur quatre-vingt-une communes dont le maire était républicain, seules quarante élirent un délégué de la même nuance. Dix-neuf choisirent un conservateur et vingt-deux un délégué à l'opinion douteuse. À l'inverse, sur les vingt-huit communes dont le maire était conservateur, vingt choisirent un délégué conservateur, trois un républicain et cinq un délégué à l'opinion douteuse. L'opinion des maires élus en janvier 1881 ne reflétait pas forcément celle du conseil ; elle pouvait d'ailleurs n'être que de façade. Les conseillers avaient pu choisir quelqu'un s'affirmant républicain – l'était-il vraiment ? – pour ménager l'autorité. Bien des griefs demeuraient à l’encontre des républicains, notamment ceux du Havre, partisans du libre-échangisme, contraire aux intérêts des fermiers, et de l’école obligatoire et laïque, alors que le travail des enfants restait, souvent, une nécessité économique et que le recours aux Frères pour tenir les écoles s'avérait meilleur marché que le recrutement d'instituteurs laïques.

98Le pays de Caux restait donc rétif aux idées républicaines, avec quelques nuances. Pourtant, un bout de chemin avait été parcouru depuis la fin de l'Empire. Il nous reste à analyser comment les républicains havrais avaient réussi à mettre un pied, à défaut des deux, dans les campagnes.

Carte 19. L’opinion politique des délégués sénatoriaux (1881)

Carte 19. L’opinion politique des délégués sénatoriaux (1881)

Comment expliquer les premiers succès ?

99Constater, comme nous venons de le faire, que le vent avait peu à peu tourné, ne peut dispenser d'une recherche des causes. Comment expliquer la percée, ici et là, des républicains et le recul progressif des conservateurs ?

  • 137 André Siegfried, op. cit., p. 241-244.
  • 138 La formule est d'Alain Garrigou (Le Vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, (...)

100Un premier degré d'analyse, que nous avons plus ou moins suivi jusqu'alors, consiste à conclure à un ralliement des Cauchois au régime en place maintenant qu'il était solidement installé. C'est la thèse célèbre d'André Siegfried137. Cette analyse garde toute sa pertinence, mais demande quelques approfondissements, si on ne veut pas en rester à une évocation de la psychologie des Normands. Comprendre l'évolution de l'attitude politique des populations suppose d'analyser les conditions du vote, ce qui a pu l'influencer, et ne pas poser a priori l'équation « un individu, une opinion, une voix »138, équation dont les politologues ont montré qu'elle ne s'est construite que fort lentement. André Siegfried y était déjà sensible quand il invitait son lecteur à prendre en compte l'influence déterminante des propriétaires et gros fermiers sur la plèbe rurale du pays de Caux. Saisir comment cet électorat a pu commencer à voter républicain, c'est se demander s'il y a eu émancipation des comportements ou remplacement d'une tutelle par une autre.

  • 139 L'étude de ces demandes d'annulation des scrutins a surtout intéressé les politologues : Alain Garr (...)

101Mesurer ce qui peut motiver le vote et, notamment, l'influence de quelques notables sur les autres villageois est une gageure. La pression qui a pu s'exercer n'a, en général, pas laissé de trace. Un chemin d'accès existe pourtant : dans une région qui a toujours aimé la procédure, les demandes d'annulation de scrutin ont été fréquentes, ainsi que les plaintes en justice pour fraude électorale. Si, dans un premier temps, les républicains, vaincus, se sont fait une spécialité de ce type de recours, les conservateurs n'ont pas tardé à leur emboîter le pas, soucieux de riposter sur le même terrain. Des dossiers, faits de plaintes et d'enquêtes, ont ainsi été constitués pour les élections de 1876 et 1877. Pour les législatives de 1877, une Commission d'enquête parlementaire fut créée pour juger de la validité des élections partout où des contestations s'étaient élevées. Elle s'attarda, entre autres, sur les 2e et 3e circonscriptions de l'arrondissement du Havre. Tout cela est une mine pour l'historien qui cherche à mieux comprendre les mécanismes du vote dans les campagnes cauchoises139. Un minimum de prudence s'impose : chacun des deux camps s'efforça de grossir les faits et les enquêtes parlementaires ne cherchèrent guère à faire preuve de mansuétude à l'égard des candidats conservateurs.

  • 140 AN, C 3471, Élections législatives, 1876, Demandes d'invalidation de l'élection de Dubois et de Lev (...)
  • 141 AN, C 3240, Commission d'enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877, 2e et 3(...)

102Les premiers à se plaindre des pratiques de l'adversaire furent les candidats républicains : après leur échec aux législatives de 1876, les partisans de Médéric Deschamps et de Séry s'adressèrent à la Chambre des députés140. Un an plus tard, la Commission d’enquête parlementaire se pencha sur les défaites de Jules Siegfried et Paul Casimir-Perier141. Nous avons là une série d'éléments permettant de comprendre les victoires conservatrices et a contrario les faiblesses des républicains. Leurs succès ultérieurs s'expliquent par la prise en compte de ce qui avait fait la force de leurs adversaires.

103Une partie des griefs était classique. Les vaincus se plaignaient, tout d'abord, de l'appui de l'administration. Le sous-préfet avait profité, en 1876 comme en 1877, de la tournée de révision pour présenter le candidat de l'Ordre moral à ses administrés et pour multiplier les pressions sur les maires des deux circonscriptions. Ces derniers avaient laissé apposer, sur les panneaux affectés à la publication des actes administratifs, des affiches à fond blanc, rappelant fâcheusement celles des candidats officiels du Second Empire. Avaient aussi été utilisés les agents des postes, d'où des retards à répétition dans la distribution des journaux républicains. Les gardes-champêtres avaient été priés d'empêcher tout rassemblement sur la voie publique et de veiller à la fermeture, tôt dans la soirée, des débits de boisson. Envers les instituteurs, on avait multiplié les menaces. Deux d'entre eux avaient été déplacés. Cette première série de faits n'avait rien d'original : les candidats officiels du Second Empire avaient déjà pu compter sur les mêmes appuis, et les républicains utiliseront, à leur tour, l'administration pour influer sur le vote des campagnes après 1877. Nommé préfet de Seine-Inférieure le 25 mai 1882, Ernest Hendlé devint vite le symbole d'une administration pesant de tout son poids en faveur des candidats républicains. Si les méthodes se firent moins voyantes que sous l'Ordre moral, les buts restèrent identiques.

  • 142 Cf. son agenda de campagne (Archives de la FNSP, 7 SI 10). Cet aide-mémoire, rédigé lors de la camp (...)

104L'influence du clergé était, elle aussi, maintes fois soulignée. Siegfried y voyait, en 1877, une des causes de sa défaite, les curés ayant insisté sur son protestantisme. Ils étaient, souvent, le meilleur relais local du candidat conservateur. L'espoir de les en détacher étant faible, il restait aux républicains à trouver d'autres forces sur lesquelles s'appuyer localement. La campagne de Siegfried, en 1877, montra combien cela était difficile142. Pour chaque commune, le candidat essaya de trouver un correspondant. Ce pouvait être un ancien instituteur – pour ceux en exercice, il faudra attendre la républicanisation totale du régime-, un artisan, ce qui le rendait relativement indépendant, ou le fermier d'un propriétaire républicain. Par contre, les pharmaciens, médecins ou notaires ruraux préférèrent rester discrets, de peur de perdre une partie de leur clientèle. Siegfried essaya aussi de s'appuyer sur les maires et adjoints élus qui pouvaient représenter un utile contrepoids à condition d'être républicains, ce qui restait l'exception. Le plus souvent, le même homme servit de correspondant pour plusieurs communes, avec le risque d'une faible intégration à la société villageoise. Celle-ci restait globalement difficile à pénétrer : la première approche se faisait souvent par le biais de tel ou tel républicain havrais, riche propriétaire dans la commune. Extérieurs à la communauté, ces hommes n'étaient pas forcément les plus aptes à convaincre les villageois, même s'ils pouvaient exercer une pression sur leurs fermiers.

105Un troisième type de faits évoqués était la diffusion de fausses rumeurs. Ici, on avait fait part de troubles révolutionnaires dans le Midi de la France et à Paris. Ailleurs, on avait affirmé qu'une liste de futurs proscrits à Nouméa allait être confectionnée, incluant tous ceux qui avaient soutenu les républicains. En d'autres endroits, la fermeture des églises et la suppression de la première communion avaient été annoncées comme certaines ! Le rôle de la rumeur dans les résultats des divers scrutins est difficile à apprécier. Elle montre que le souvenir des périodes de répression restait vivace, même dans une région peu touchée : nous avons vu plus haut combien les déportations avaient été peu nombreuses en 1851. L'utilisation de la rumeur n'était pas unilatérale. Les républicains surent très vite agiter l'épouvantail du retour aux temps féodaux, synonymes de la mainmise de la noblesse sur les terres, de corvées, d'interdiction de chasser et de droit de cuissage. Leur presse s'en fit même une spécialité. Dans L'Echo libéral, journal publié au Havre, mais lu dans les campagnes, une série d'éditoriaux, publiés en 1877 et signés « Jean Bouche d'Or », dressa un sombre tableau de la paysannerie sous l'Ancien Régime.

  • 143 Déposition devant la commission d'enquête parlementaire de Fr. Vimont, boucher à Étretat, AN, C 3 2 (...)
  • 144 J. Siegfried, Journal, 21 octobre 1877.

106Gagner une élection supposait aussi de créer une atmosphère de fête et de libations. Le candidat devait savoir faire preuve de générosité, en multipliant les tournées de cafés arrosés au Calvados, les distributions de morue, voire celles d'argent sonnant et trébuchant. Le bon candidat – Lecesne l'avait compris dès 1869 ! – disposait d'un réseau de cafés et de débits de boisson qui étaient autant de relais entre lui et les populations. Il ne devait pas hésiter à tenir table ouverte, tel Dubois, chaque mercredi, au marché de Gonneville la-Mallet. Le candidat conservateur y offrait personnellement le champagne aux notables du cru, propriétaires et gros fermiers, tandis que ses agents versaient un café au tout venant143. Les républicains surent très vite mettre en place leur propre réseau et ne pas lésiner sur les tournées gratuites, tout au moins en ce qui concerne Paul Casimir-Perier. Siegfried, si l’on suit son journal, refusa d'« entrer dans cette voie », son esprit puritain le lui interdisant144. Il lui était difficile d'encourager l'alcoolisme dans les campagnes, alors qu'il venait de le taxer au Havre afin de construire des écoles !

  • 145 R. Huard, Le suffrage universel en France, 1848-1946, p. 301-302 ; A. Garrigou, Le vote et la vertu (...)
  • 146 Mémoire de protestation contre l'élection de Dubois signé de 53 électeurs, 8 mars 1876, AN, C 3 471
  • 147 Dépositions d'Aimable Aubourg, cafetier aux Loges, de Louis Lemesle, propriétaire à Vattetot-sur-Me (...)

107Un dernier moyen de gagner les élections, côté conservateur, fut l'utilisation massive de distributeurs de bulletins. Contrairement à aujourd'hui, c'était à l'électeur d'apporter son bulletin. La loi laissait une grande latitude : elle se contentait de stipuler que le bulletin devait être de papier blanc, plié, et ne comporter aucun signe de reconnaissance. Étaient acceptés aussi bien les bulletins manuscrits qu'imprimés. On pouvait venir avec un bulletin préparé à l'avance ou le rédiger sur place. Cette absence de règles précises faisait du distributeur de bulletins un personnage essentiel145. Dubois l'avait compris, n'hésitant pas à les rémunérer largement : les plaignants parlaient de 8 francs par jour en 1876 et de 5 à 7 francs en 1877, soit bien plus que ne pouvait espérer gagner un ouvrier agricole ou un débardeur du port de Fécamp ! Promesse aurait été faite de doubler cette somme en cas de victoire de Dubois. Quant aux distributeurs de Casimir-Perier qui acceptaient de tourner casaque, leur ralliement aurait été acheté 25 francs. Le nombre de distributeurs évoqué laisse songeur : en 1876, il aurait atteint les 1 000 pour le seul canton de Fécamp, ce qui aurait contraint certaines usines et ateliers à fermer, leur main-d'œuvre étant allée chercher une rémunération plus intéressante auprès du candidat conservateur146. Si ce chiffre montre une nette tendance à grossir les faits de la part des plaignants – c'est plus d'un quart des votants !-, le recours à un grand nombre de distributeurs était sans doute vrai. Un an plus tard, quelques exemples, choisis parmi les dépositions devant la commission d'enquête parlementaire, permettaient de mesurer le phénomène : aux Loges, on aurait compté 48 distributeurs pour 357 votants, 20 pour 136 votants à Vattetot-sur-Mer, 12 pour 145 votants à Épreville, 9 pour 58 inscrits à Maniquerville147. Plusieurs fois, les plaignants produisirent une liste nominative des distributeurs, ce qui laisse supposer que les chiffres n'étaient pas fantaisistes.

  • 148 Rapport du Procureur général de Rouen, 27 mars 1876, AN, C 3471.

108Cette pratique supposait des fonds importants – les adversaires de Dubois estimaient à 100 000 francs, chiffre invérifiable, le coût global de chacune des élections-, mais aussi tout un réseau de correspondants locaux, capables d'embaucher dans chaque village des agents électoraux. L'emploi de distributeurs avait l'avantage d'empêcher toute annulation du scrutin, si l’on ne prouvait pas que l'embauche s'était faite en échange de la promesse de voter pour le candidat. Dans ce cas précis, faute de preuves, le procureur général se prononça en faveur d'un non-lieu148. La distribution d'argent, accompagnée d'une multiplication des tournées de cafés, créait une atmosphère de fête, favorable au généreux donateur. Cette méthode n'assurait pas une garantie totale : rien n'empêchait le distributeur de voter pour l'autre candidat. À Montivilliers, le représentant local de Dubois, d'un naturel méfiant, était accusé d'avoir fait jurer ses distributeurs sur un crucifix de rester fidèles au candidat conservateur !

109Les républicains cédèrent, eux aussi, à la tentation de multiplier leurs distributeurs de bulletins. Leur fortune le leur permettait sans trop de difficultés. Les diverses plaintes font allusion aux distributeurs de Casimir-Perier et, en 1877, l’on a parfois l'impression d'une véritable surenchère, chacun cherchant à débaucher, à coup de primes et de bons à échanger dans les débits de boisson, les distributeurs de son adversaire.

  • 149 J. Siegfried, Journal, 7 novembre 1877.

110À l'issue de l'évocation de ces méthodes d'encadrement, la tentation est forte de conclure à une imitation, plus ou moins poussée, des conservateurs par les républicains. Face à une société villageoise hiérarchisée, les partisans de Marianne tentèrent à leur tour de s'appuyer sur des relais locaux – les agents de l'administration, mais aussi les gros propriétaires et leurs fermiers-, tout en transformant le vote en un échange : à l'électeur le café ou le salaire de distributeur de bulletins, facilement gagné, au candidat le suffrage ! Désappointé par son échec en octobre 1877, Siegfried expliquait ainsi son succès aux cantonales un mois plus tard : « Je crois aussi que moins on parle, mieux cela vaut ; les gens des campagnes, pour la plupart ignorants, ne comprennent que vaguement ce qu'on leur dit, et vos adversaires s'efforcent de dénaturer vos paroles et vos pensées pour en tirer des armes contre vous. (...) Je crois que le mieux est d'avoir, les derniers jours, plusieurs porteurs de bulletins dans chaque Commune ou même hameau, et le jour même d'avoir quelques amis qui dans la Commune vont relancer les électeurs et au besoin leur offrent une tasse de café »149. Même un puritain comme Siegfried se ralliait aux tournées de café, dont il est difficile d'imaginer qu'il n'ait pas été « arrosé » !

111En rester à cette explication désillusionnée du vote rural serait réducteur. Si les républicains ne firent pas trop la fine bouche, reprenant les méthodes de leurs adversaires, leurs succès ne peuvent s'expliquer uniquement par les pressions administratives, la diffusion de rumeurs alarmistes et les distributions de boissons, salaires et primes ! Soucieux d'éveiller les électeurs, de les instruire, les républicains s'appuyèrent aussi sur la presse et les bibliothèques populaires pour gagner à leur cause les campagnes.

  • 150 « Renseignements sur la situation des journaux de la Seine-Inférieure », 9 octobre 1868, ADSM, 4 M (...)

112L'idée d'une presse républicaine diffusée dans les campagnes n'était pas neuve. Le Progressif cauchois avait joué un rôle essentiel sous la monarchie de Juillet, puis la Seconde République pour diffuser les idées démocrates dans les bourgs cauchois. Après son interdiction en décembre 1851, toute presse d'opposition avait disparu dans les campagnes pendant plus de quinze ans. Le rachat par Santallier du journal trihebdomadaire L'Écho du Havre, en août 1868, permit aux idées républicaines de retrouver des lecteurs dans le pays de Caux. Ce titre comptait, en 1868, 800 abonnés, demeurant essentiellement dans les cantons ruraux des environs du Havre150. Composé en partie d'articles communs au journal Le Havre, il cherchait à étendre l'influence des républicains havrais sur les habitants des environs, prenant, fin 1876, le titre d'Echo libéral du Havre et de Bolbec et des cantons du Havre, Bolbec, Lillebonne, Fécamp, Montivilliers, Saint-Romain, Goderville et Criquetot, puis, au printemps 1877, celui l'Écho libéral. Journal républicain conservateur des cantons du Havre, Bolbec, Criquetot, Fécamp, Goderville, Lillebonne, Montivilliers et Saint-Romain.

  • 151 Jules Siegfried, Journal, 5 septembre 1877.
  • 152 Écho de l’arrondissement du Havre, 23 janvier 1873.

113Cette presse était bon marché : d'abord vendu 20 centimes, l'Écho du Havre, descendit à 15, puis à 10 en 1872. Si les chiffres de diffusion pouvaient paraître faibles, ils augmentaient fortement en période électorale, les candidats achetant des centaines de numéros. En 1877, Jules Siegfried inonda largement sa circonscription de l'Echo libéral, envoyant 2 500 exemplaires gratuits pour 14 347 électeurs inscrits151. Le ton était modéré : la République ne pouvait être que conservatrice. Elle était synonyme d'ordre et de prospérité pour les ruraux. Les journalistes se fixaient pour mission d'éveiller les consciences. Ils prônaient la nécessité de l'instruction, opposaient les temps anciens, périodes d'oppression et de turpitudes royales, au présent et surtout au futur, synonyme d'un progrès sans fin. De petits récits historiques étaient censés rappeler les malheurs du passé. L'anticléricalisme était entretenu à l'aide d'anecdotes, mettant en scène les agissements du clergé. Contrairement à la presse de la Seconde République, les faits évoqués n'étaient jamais situés dans le temps et l'espace. Il s'agissait de dénoncer des actes dont on ne savait s'ils avaient réellement eu lieu, plutôt que d'en découdre avec le clergé des campagnes cauchoises. Cette volonté d'éviter l'affrontement direct s'expliquait, sans doute, par le souci de ménager les sentiments religieux de la majorité de la population. Quand il ne dénonçait pas l'adversaire, le discours se faisait volontiers moralisateur. La référence en ce domaine était les ouvrages de Benjamin Franklin, promus au rang de « Bible pour les ouvriers et les paysans »152. Afin de fidéliser les lecteurs, le contenu essayait d'être utile et divertissant : on trouvait aussi bien des conseils agronomiques que des devinettes ou des histoires drôles.

  • 153 J. Siegfried, Journal, 6 septembre 1874.
  • 154 Petit almanach populaire de Bolbec et Lillebonne, Le Havre, impr. du journal Le Havre, 1880, 95 p. (...)

114Pour tous ceux qui restaient rétifs à la lecture de la presse, les républicains s'efforcèrent aussi de diffuser des almanachs populaires. C'était une des grandes idées de Siegfried, soucieux d'instruire ainsi les populations153. Nous est parvenu, imprimé par le journal Le Havre, le Petit almanach populaire de Bolbec et Lillebonne154. Ici aussi, à côté de multiples renseignements pratiques, le ton se fait volontiers moralisateur, multipliant les citations du Bonhomme Franklin.

  • 155 Cf. son 8e bulletin imprimé en 1876 chez Lcmale (AMH, FC, R2 31).

115Ce souci d'instruire les populations rurales pour les convaincre des bienfaits de la République conduisit les républicains havrais à étendre aux campagnes les activités de la Ligue de l'enseignement. Ce fut son principal souci à l'époque de l'Ordre moral155. Pour connaître les besoins, une enquête préalable eut lieu : la Ligue envoya à tous les maires de l'arrondissement une lettre-circulaire leur demandant quelles étaient les ressources en livres dont disposait leur commune. Craignant l'avarice des édiles locaux, la Ligue avait joint un timbre-poste pour la réponse ! Elle n'en obtint pourtant que 67 pour un total de 112 maires. Sur les 67, plus de la moitié manifestèrent leur désintérêt pour cette initiative havraise. Seuls 6 souhaitaient qu'on les aide à fonder une bibliothèque et 13 qu'on leur fournisse des ouvrages pour étoffer la bibliothèque communale déjà existante. La Ligue décida d'aider à ouvrir une bibliothèque dans les communes, dont le conseil lancerait une souscription ou voterait une dépense en ce sens dans son budget.

  • 156 Bibliothèque populaire de Saint-Romain-de-Colbosc, ADSM, 4 T 15.
  • 157 Progrès de Bolbec, 22 février 1880.
  • 158 Statistique des bibliothèques populaires libres et communales de l'arrondissement du Havre, 3 décem (...)
  • 159 A Criquetot, une bibliothèque communale avait été fondée dès 1867 par le maire conservateur Cécille (...)

116Ce sont les chefs-lieux de canton qui donnèrent l'exemple. À Saint-Romain-de-Colbosc, la bibliothèque populaire fut fondée en 1878 grâce à l'appui de la Ligue et à une souscription lancée par le maire républicain, Théodule Benoist156. Dans le catalogue, on trouvait en bonne place les ouvrages d'Adolphe Thiers, Jean Macé ou Jules Simon. Un an plus tard, fut ouverte la bibliothèque populaire de Bolbec, puis, en 1880, celles de Goderville157 et Montivilliers. Les communes rurales suivirent le mouvement158. En tout, 14 bibliothèques furent fondées en 1880 et 5 en 1881, venant s'ajouter à celles qui existaient déjà. Si les plus anciennes n'étaient pas l'œuvre de tel ou tel parti159, celles fondées en 1880 et 1881 s'inscrivaient dans un élan initié par les républicains.

117Instruire et éveiller les consciences fut donc un souci des républicains havrais partis à la conquête du pays de Caux. De quel poids pesèrent ces intentions les jours de vote ? Il est difficile de le savoir, l'historien ne pouvant sonder les esprits au moment où les électeurs glissent leur bulletin dans l'urne. Notons simplement, pour conclure cette réflexion sur les premiers succès républicains dans les campagnes, qu'il n'y eut pas seulement remplacement d'une tutelle par une autre et que les candidats cherchèrent aussi à éduquer les électeurs pour qu'ils opèrent leur choix en pleine conscience. Cela ne veut pas dire qu'ils y réussirent. Le souci des Cauchois de se rallier au pouvoir en place joua sans doute un rôle déterminant dans les premières victoires républicaines, ce qui explique leur fragilité.

Notes

1 É. Bonhomme, op. cit., p. 191.

2 Cl. Malon, op. cit., p. 136-139.

3 Sur ces élections, M. Boivin, op. cit., t. 1, p. 477-482.

4 Tract de l'Union républicaine, AMH, K1 4/6.

5 AN, C 3456, Élections législatives, 1871-1873 ; ADSM, 3 M 298, Élections législatives partielles, 1871.

6 Cette victoire des conservateurs s'inscrivait à contre-courant des résultats des élections partielles dans les autres départements français, ce qui peut s'expliquer par la division des républicains, mais aussi par la présence de Nétien sur la liste du Comité Taillet, présence qui pouvait signifier que la question de la République n'était pas en jeu.

7 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Papiers Gambetta, vol. 56, fo 207-209.

8 La formule est du sous-préfet (rapport du 20 avril 1872, ADSM, 1 M 182).

9 Rapport du commissaire central de police, 20 avril 1872, ADSM, 1 M 182.

10 Le Havre, 23 avril 1872.

11 F. Ewald, « La question sociale », in Léo Hamon dir., Les opportunistes. Les débuts de la République aux républicains, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1991, p. 149-161 ; Jérôme Grévy, La République des opportunistes, 1870-1885, Paris, Perrin, 1998, p. 67-68.

12 Le Havre, 23 avril 1872.

13 Ibid.

14 Écho du Havre, 26 mars 1872.

15 Daniel Halévy, La fin des notables, p. 83.

16 Jean-Marie Mayeur, « Thiers et la République », M. Vovelle dir., Révolution et République. L'exception française, Paris, Kimé, 1994, p. 594-602.

17 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Papiers Gambetta, vol. 56, f° 207-209.

18 AMH, FM, K1 4/10.

19 Siegfried, Journal, 20 octobre 1872.

20 Écho du Havre, 19 septembre 1872.

21 Ibid., 16 avril 1872.

22 Ibid., 21 décembre 1872.

23 Ibid., 27 mai 1873.

24 BN, NAF 20682.

25 Gaston Bouniols, Thiers au pouvoir (1871-1873. Texte de ses lettres, Paris, Delagrave, 1921, p. 331-334.

26 BN, NAF 20684.

27 Jean-Marie Mayeur, Alain Corbin dir., Les immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 397-398.

28 Comité républicain de la Seine-Inférieure, Election d'un représentant de la SeineInférieure à l'Assemblée Nationale, Rouen, Impr. Brière, [1873].

29 Comité démocratique de la Seine-Inférieure, Election d'un représentant de la SeineInférieure à l'Assemblée Nationale, Rouen, Impr. Brière, [1873].

30 Cité par R. Huard in Le Suffrage universel en France, 1848-1946, op. cit., p. 108.

31 AN, C 3456 ; ADSM, 3 M 298.

32 Écho du Havre, 19 février 1874.

33 Arrêté du président du conseil des ministres, 7 mai 1871, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

34 Rapport du préfet, 16 février 1874, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

35 Rapport du préfet, 16 février 1874, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

36 Rapport du préfet, 17 septembre 1874, AN, FIb II Seine-Inférieure 16.

37 Etait utilisée une disposition prévue dans la loi municipale du 7 juillet 1852 : les grandes communes pouvaient être divisées en sections électorales. Depuis la loi municipale du 14 avril 1871, la décision appartenait au conseil général.

38 Délibération du conseil municipal du Havre du 15 mai 1875, AMH, FC.

39 Élections municipales du 22 novembre 1874, AMH, FC, K1 9/1.

40 Tract du Comité républicain conservateur, AMH, FC, K1 9/1.

41 Rapport du préfet, 17 décembre 1874, Flb II Seine-Inférieure 16.

42 Délibération du conseil municipal du Havre, 12 octobre 1871, AMH, FC, D1 12.

43 Sur Bonnaffé : Stanislas Lami, Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au dixneuvième siècle, Paris, t.l, [1914], p. 130-131.

44 Rapport du préfet, 25 juillet 1873, AN, Flb II Seine-Inférieure 16.

45 Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 186-198 ; Raymond Huard, Le mouvement républicain..., p. 370-374.

46 Maurice Agulhon a noté cette double popularité du bonnet phrygien, symbole dans le Languedoc de la Liberté républicaine et à Belleville de la Commune (op. cit., p. 197-198).

47 Délibération du conseil municipal, 6 novembre 1875, AMH

48 Maurice Agulhon, op. cit., p. 215-126.

49 Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir. L'imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989, p. 44-46.

50 Délibération du conseil municipal, 12 janvier 1876, AMH, FC, M1 50/5.

51 Lettre de Bonaffé au conseil municipal, 15 décembre 1875, AMH, FC, M1 50/5. Nous n’avons retrouvé aucune représentation de ce buste parmi les vues intérieures de l'Hôtel de Ville. La commande de la municipalité a-t-elle été effectivement honorée ?

52 Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 211 et 218-221.

53 M. Agulhon, Marianne au pouvoir..., p. 63.

54 Lettre de Bonnaffé au conseil municipal, 25 novembre 1875, AMH, FC, M1 50/5. Le vrai nom de ce bas-relief était « Le départ des volontaires » et, très vite, on prit l'habitude de le dénommer « La Marseillaise ». La « statue de Pallas », évoquée par Bonnaffé, était en fait le Génie de la Guerre. Le sculpteur pense aux représentations de Pallas Athéna.

55 AMH, FC, M1 50/5.

56 M. Agulhon, Marianne au pouvoir..., p. 62.

57 Voir ci-dessus l'interprétation de M. Agulhon à propos du casque à cimier du buste de Rodin. Cet auteur interprète de même la coiffure du Génie de la Guerre de Rude non comme un casque à cimier, mais un bonnet phrygien (Marianne au combat, p. 81, n. 26).

58 Michel Pastoureau, « Le coq gaulois », Pierre Nora dir., Les Lieux de mémoire, t. III : La France, vol. 3 : De l'archive à l'emblème, Paris, Gallimard, 1992, p. 508-539.

59 Krzysztof Pomian, « Francs et Gaulois », Les Lieux de mémoire, t. III : La France, vol. 1 : Conflits et partages, p. 41-105.

60 Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 64.

61 Discours prononcés sur la tombe du F.'. Paul Vasselin, vénérable de la L.'. Triple Unité de Fécamp, Le Havre, Cazavan et Cie, 1869, 22 p. Sur la pratique des enterrements civils : Jacqueline Lalouette, La libre pensée en France, 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, p. 333-367.

62 ADSM, 1 M 642, Rapports sur le déroulement des enterrements civils, 1873-1897.

63 Rapport du commissaire central de police du Havre, 2 juillet 1873, ADSM, 1 M 642.

64 Rapport du sous-préfet du Havre, 3 juillet 1873, ADSM, 1 M 642.

65 Il n'est pas sûr que les Archives ont conservé tous les rapports. Ainsi, pour 1875, les douze enterrements signalés s'échelonnent entre février et le 1er août. L'absence de tout enterrement civil pendant les cinq derniers mois de l'année étonne.

66 Rapport du commissaire central de Rouen, 17 mai 1875, ADSM, 1 M 642.

67 Rapport du commissaire de la 4e section du Havre, 27 mai 1875, ADSM. 1 M 642.

68 Rapport du commissaire central du Havre, 27 mai 1875, ADSM, 1 M 642.

69 C'est, tout au moins, la constatation du sous-préfet qui en vint à prôner la fermeture de tout débit dont l'exploitant aurait participé à un enterrement civil (Rapport du sous-préfet du Havre, 30 décembre 1874, ADSM, 1 M 642).

70 Rapport du commissaire central du Havre, 30 décembre 1874, ADSM, 1 M 642.

71 Ibid., 17 septembre 1873, ADSM, 1 M 642.

72 Ibid., 20 décembre 1873, ADSM, 1 M 642.

73 J. Bunel et A. Tougard, Géographie du département de la Seine-Inférieure, Rouen, É. Cagniard, 1877, p. 71 ; Le patrimoine des communes de Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Flohic Éditions, 1997, p. 769.

74 Journal du Havre, 28 juin 1875.

75 Délibération du conseil municipal du 11 novembre 1874, AMH, FC.

76 Délibération du conseil municipal du 8 mai 1875, AMH, FC.

77 J. Lalouette, La libre pensée en France, 1848-1940, p. 316. Une fois encore Le Havre fut particulièrement précoce : J. Lalouette situe la plupart des arrêtés de ce type après le triomphe de la République des républicains.

78 Délibération du conseil municipal du 7 janvier 1874, AMH, FC.

79 Délibération du conseil municipal du 3 août 1874, AMH, FC.

80 Rapport adressé à la commission administrative du bureau de bienfaisance du Havre par Victor Toussaint, ordonnateur, 1875, AMH, FC, Q1 L

81 C'était un des grands axes du rapport proposé par les conseillers Brindeau et Fauvel. Le second était pourtant radical, preuve que les clivages portaient rarement sur les questions sociales. Voir AMH, Délibération du conseil municipal du 6 novembre 1875, FC.

82 Délibération du conseil municipal du 23 mai 1877, FC.

83 Siegfried, Journal, 19 février 1871.

84 Délibération du conseil municipal du Havre des 15 et 27 avril 1871. AMH, FC, D1 12.

85 Ernest Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, 1871.

86 François Roth, La Guerre de 1870, p. 559-560.

87 Pierre Arnaud, Le militaire, l'écolier, le gymnaste. Naissance de l'éducation physique en France (1869-1889), Lyon, PUL, 1991, p. 35.

88 Plan de réorganisation des écoles présenté par Jules Siegfried, Délibération du conseil municipal du Havre du 15 avril 1871, AMH, FC, D1 12.

89 Délibération du conseil municipal du 12 octobre 1871, AMH, FC, D1 12.

90 Ibid., 11 juillet 1871, AMH, FC, D1 12.

91 Ibid., 6 février 1873, AMH, FC.

92 Ibid., 7 mars 1874, AMH. FC.

93 C’est le prix auquel il fut revendu, dès février 1877, au vicomte de Maupéou. Cf. AN, minutes notariales de maître Biesta, Inventaire après décès de Jules Lecesne, 13 mars 1878.

94 Claude Malon, Jules Le Cesne, député du Havre - 1818-1878, p. 141-162.

95 AMH, FC, K6 17/3, élections à la Chambre de commerce.

96 Le Havre, 13 et 14 février 1876.

97 Élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, AMH, FC, K5 1/9.

98 Thierry Billard, Félix Faure, Paris, Juillard, 1995, p. 125-133.

99 Jules Siegfried, Journal, 7 mars 1876.

100 Rapport du sous-préfet du Havre, 20 janvier 1876, ADSM, 4 T 116.

101 Rapport du sous-préfet du Havre, 20 mars 1876, ADSM, 4 T 116.

102 L'Avenir du Havre, 5 février 1876.

103 Ibid., 16 février 1876.

104 Ibid., 5 février 1876.

105 Élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, AN, C 3471 et ADSM, 3 M 300.

106 Journal, 7 mars 1876. Ces propos rapportés ont sans doute été un peu déformés, Siegfried ne cachant pas l'irritation que provoque chez lui l'arrivisme de Faure.

107 « Tableau récapitulatif des faits survenus après le 13 mai », AN, C 3 420. Voir aussi L'Écho libéral des 29 et 31 juillet 1877.

108 Le Havre, 23 et 24 septembre 1877.

109 Le Havre, 11 octobre 1877.

110 Élections législatives des 14 et 28 octobre 1877, AN, C 3 497 ; ADSM, 3 M 301 ; AMH FC, K5 l/l.

111 André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris, 1913, p. 242

112 Élections cantonales des 8 et 15 octobre 1871, ADSM, 3 M 422.

113 Rapport du sous-préfet du Havre, non daté, ADSM, 3 M 591.

114 « Liste des maires et adjoints nommés par élection. Loi du 14 avril 1871 », non datée ADSM, 3 M 591.

115 Rapport du sous-préfet du Havre, 1er décembre 1874, ADSM, 3 M 592.

116 Élections législatives des 20 février et 5 mars 1876, AN, C 3471.

117 L'orthographe d'origine est « Perier », sans accent aigu. À l'époque qui nous intéresse, l'habitude est de plus en plus de rajouter un accent. Quant à la transformation de « Perier » en « Casimir-Perier », elle fut autorisée par un décret du 23 mars 1874.

118 Jules Siegfried, Journal, 24 juin 1877.

119 Eugène Choulet, La famille Casimir-Périer, Grenoble, 1894 ; Jacques Wolff, Les Perier, la fortune et le pouvoir, Paris, Économica, 1993, 363 p. Sur Auguste : Jean-Marie Mayeur, Alain Corbin dir., Les immortels du Sénat (1875-1918), p. 434-437.

120 Paul Casimir-Périer, 1812-1897, Paris, s.d., 44 p., BM de Montivilliers, 3 288.

121 AN, Flc III Seine-Inférieure 6, Élections de 1831 à 1877.

122 Daniel Halévy, La fin des notables, p. 118.

123 D. Halévy, La République des ducs, Paris, Grasset, 1937, rééd. Hachette-Pluriel, p. 116-120.

124 AN, C 3240, Commission d'enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877, 2e et 3e circonscriptions de l'arrondissement du Havre.

125 Pour les résultats de ces élections : AN, C 3471 et 3497 ; ADSM, 3 M 300-301.

126 Jules Siegfried, Journal, 21 octobre 1877.

127 AN, C 3240, Commission d'enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877, 2e circonscription de l'arrondissement du Havre. Sous la Troisième République, ce sont les députés eux-mêmes qui décidaient de la validité des scrutins.

128 AN, C 3497, Élection législative du 7 juillet 1878, 2e circonscription du Havre.

129 ADSM, 3 M 433, Élections cantonales des 4 et 11 octobre 1877.

130 J. Siegfried, Journal, 15 septembre 1881.

131 Profession de foi de Félix Faure, non datée, ADSM, 3 M 306.

132 Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF, 1974, p. 41.

133 Progrès de Bolbec, 18 août 1881.

134 AN, C 3511 et ADSM, 3 M 306, Élections législatives des 21 août et 4 septembre 1881.

135 Liste des maires et adjoints élus le 23 janvier 1881, AN, Flb II Seine-Inférieure 9 ; voir aussi : ADSM, 3 M 596, Élections municipales, nomination des maires et adjoints, 1881.

136 Liste des délégués pour les élections sénatoriales de janvier 1882, AN, Flb II Seine-Inférieure 9.

137 André Siegfried, op. cit., p. 241-244.

138 La formule est d'Alain Garrigou (Le Vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1992, 288 p.) Voir aussi : Daniel Gaxie dir., Explication du vote. Un bilan des études électorales en France, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1985,450 p.

139 L'étude de ces demandes d'annulation des scrutins a surtout intéressé les politologues : Alain Garrigou, op. cit., ; Yves Déloye, Olivier Ihl, « Légitimité et déviance. L'annulation des votes dans les campagnes de la IIIe République », Politix, no 15, 3e trimestre 1991, p. 7-24. Pour une approche historique : Raymond Huard, Le Suffrage universel en France..., p. 286-293.

140 AN, C 3471, Élections législatives, 1876, Demandes d'invalidation de l'élection de Dubois et de Levaillant du Douët.

141 AN, C 3240, Commission d'enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877, 2e et 3e circonscriptions de l'arrondissement du Havre. Voir aussi : AN, C 3497, Élections législatives, 1877. Demande d'invalidation de l'élection de Dubois. Dans le cas de Siegfried, c’est sur l'initiative de la Chambre qu'une enquête eut lieu.

142 Cf. son agenda de campagne (Archives de la FNSP, 7 SI 10). Cet aide-mémoire, rédigé lors de la campagne électorale de 1877, contient pour chaque commune du canton de Saint-Romain les noms des correspondants locaux et agents du parti républicain.

143 Déposition devant la commission d'enquête parlementaire de Fr. Vimont, boucher à Étretat, AN, C 3 240.

144 J. Siegfried, Journal, 21 octobre 1877.

145 R. Huard, Le suffrage universel en France, 1848-1946, p. 301-302 ; A. Garrigou, Le vote et la vertu, p. 148-150.

146 Mémoire de protestation contre l'élection de Dubois signé de 53 électeurs, 8 mars 1876, AN, C 3 471.

147 Dépositions d'Aimable Aubourg, cafetier aux Loges, de Louis Lemesle, propriétaire à Vattetot-sur-Mer, et de Louis Lachèvre, crieur public à Épreville, AN, C 3 240.

148 Rapport du Procureur général de Rouen, 27 mars 1876, AN, C 3471.

149 J. Siegfried, Journal, 7 novembre 1877.

150 « Renseignements sur la situation des journaux de la Seine-Inférieure », 9 octobre 1868, ADSM, 4 M 643.

151 Jules Siegfried, Journal, 5 septembre 1877.

152 Écho de l’arrondissement du Havre, 23 janvier 1873.

153 J. Siegfried, Journal, 6 septembre 1874.

154 Petit almanach populaire de Bolbec et Lillebonne, Le Havre, impr. du journal Le Havre, 1880, 95 p. (BN : Lc31 61bis).

155 Cf. son 8e bulletin imprimé en 1876 chez Lcmale (AMH, FC, R2 31).

156 Bibliothèque populaire de Saint-Romain-de-Colbosc, ADSM, 4 T 15.

157 Progrès de Bolbec, 22 février 1880.

158 Statistique des bibliothèques populaires libres et communales de l'arrondissement du Havre, 3 décembre 1884, ADSM, 4 T 15.

159 A Criquetot, une bibliothèque communale avait été fondée dès 1867 par le maire conservateur Cécille. Il avait reçu le soutien d'un républicain avancé, l'avocat havrais Jérôme Guerrand (Catalogue de la Bibliothèque communale et de circulation de Criquetot-l'Esneval, 31 décembre 1867, ADSM, 4 T 15).

Table des illustrations

Titre Cartes 12 et 13. Les scores des listes Gambetta et Deschamps aux élections partielles du 2 juillet 1871 (% des exprimés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 4. Les Marianne refusées
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Carte 14. Élections législatives de 1876. Résultats du 1er tour en % des suffrages exprimés pour les cantons du Havre intra-muros
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte 15. Élections législatives de 1877. Résultats du 1er tour en % des suffrages exprimés pour les cantons du Havre intra-muros
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 16. Les suffrages républicains au 1er tour des élections législatives de 1876 (en % des suffrages exprimés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Carte 17. Les suffrages républicains au 1er tour des élections législatives de 1877 (en % des suffrages exprimés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 18. Les voix républicaines aux élections législatives de 1881 en % des suffrages exprimés
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 19. L’opinion politique des délégués sénatoriaux (1881)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7875/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540