Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Seconde Partie. La victoire de Marianne

Chapitre 2. Les années d'attente : un îlot républicain dans une France encore indécise (septembre 1870-1876)

Texte intégral

1Le plébiscite de 1870 avait été une véritable douche froide rappelant aux républicains que leurs positions étaient fragiles même au Havre. Parmi les élites de la ville, nombreux étaient ceux prêts à s'accommoder d’un Empire libéral. C'est la guerre qui devait enraciner définitivement la République.

1. La guerre de 1870-1871 : un enracinement définitif de la République

L'entrée en guerre et la proclamation de la République

  • 1 Rapports du préfet Leroy des 2 juin et 1er juillet 1866, Archives du SHAT, G 8/183.
  • 2 Cette altitude des Havrais contrastait avec celle de la majorité des Français, pour lesquels Stépha (...)
  • 3 Rapport du préfet Leroy du 1er octobre 1867, Archives du SHAT, G 8/183.

2L'entrée en guerre ne pouvait, dans un premier temps, qu'être mal ressentie dans une ville où personne n'avait oublié les effets du blocus du Premier Empire. Dès 1866, le conflit austro-prussien avait suscité l'inquiétude de l'opinion havraise, très réticente à voir la France s'engager dans un conflit européen1. Cette crainte était restée après Sadowa et pesait sur le développement des affaires2. Comme l'expliquait le préfet en 1867 : « un sentiment de malaise domine dans l'esprit public. Rien ne semble pouvoir combattre cette opinion que des événements graves se préparent et doivent, dans un avenir peu éloigné, troubler la paix de l'Europe. (...) Tous les vœux sont pour la paix »3.

  • 4 Journal officiel de l'Empire français, 16 juillet 1870.
  • 5 Richard Bolster, « Journalisme et propagande. Le Journal du Havre en 1870 », Etudes normandes, 1991 (...)

3La crise de juillet 1870 fut mal comprise par le négoce havrais. La réaction de Jules Siegfried en est l'exemple. Dans son journal, il s'inquiétait, le 10 juillet, de l'attitude du gouvernement français trop pressé de faire de la candidature du prince Hohenzollern au trône d'Espagne un casus belli. Une fois les crédits de guerre votés, il donna tort au gouvernement. Quant à Lecesne, s'il vota, comme Gambetta, les crédits de guerre, il appuya, dans un premier temps, la demande de communication des dépêches faite par Jules Favre4. On retrouvait la même hostilité à la guerre dans la presse locale, notamment le Havre et le Journal du Havre5.

  • 6 Ibid. Stéphane Audoin-Rouzeau a noté la même attitude pour l'ensemble des milieux économiques franç (...)
  • 7 Journal du Havre, 17 et 18 juillet 1870.
  • 8 Cité par Louis Brindeau (op. cit., p. 19-20).

4Cela dit, une sorte de fatalisme, mêlé à du soulagement, domina très vite. Siegfried notait qu'« il vaut peut-être mieux que cette question de suprématie se vide de suite entre nous, que de conserver encore cette paix armée avec laquelle on était continuellement sur le qui-vive »6. Le Journal du Havre rendait le même son de cloche, refusant les paix armées « qui nous laissent toujours sur le qui-vive, sèment l'indécision, paralysent la confiance »7. La seule crainte était que les opérations ne durent trop longtemps. Seul Le Havre gardait une tonalité pacifiste, mêlée d'amertume devant l'échec à empêcher le conflit. Le rôle, qu’avait joué Santallier dans l'Union de la paix, l'expliquait. Tout en appelant chacun à faire son devoir, le journal s'exprimait ainsi : « Il faut qu'un désarmement définitif suive cette levée de chassepots ! (...) La paix assurée au monde, nous nous servirons de notre victoire que pour achever la reconstitution de toutes les libertés »8.

  • 9 Journal du Havre, 16 juillet 1870.
  • 10 .Ibid., 17 et 18 juillet 1870.

5Cette attitude du négoce ou des élites républicaines ne fut pas tout à fait celle de l'ensemble des Havrais. L'opinion, surprise par l'évolution des événements, avait réagi par des manifestations patriotiques à l'annonce de la guerre. Dès le 15 juillet au soir, un cortège de 2 000 personnes avait parcouru la ville aux cris de « Guerre aux tyrans ! À bas la Prusse ! Vive la France ! »9 Le 16, ce sont plus de 10 000 personnes qui manifestèrent à nouveau10.

  • 11 Ibid, 27juillet 1870.

6Cet élan patriotique n'était pas synonyme d'union sacrée, loin de là. Très vite, les républicains multiplièrent les références aux guerres révolutionnaires. Face au despotisme prussien, le combat de la France devait être celui de la démocratie, ce qui supposait que le gouvernement rétablisse la garde nationale et y fasse entrer les citoyens en masse. Cette idée fut défendue dès fin juillet, avant même que la menace d'une invasion du sol français n'apparaisse11. Tout en protestant de leur appui à la politique extérieure du gouvernement, les républicains cherchèrent à montrer qu'ils étaient les seuls aptes à conduire une guerre patriotique. L'annonce des premières défaites ne put que les conforter en ce sens.

  • 12 François Roth, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, p. 45.
  • 13 La campagne électorale fut pratiquement inexistante. Cf. J. Siegfried, Journal, 7 juillet, 1870 ; R (...)
  • 14 AMH, FM, K1 5, Élections municipales des 6 et 7 août 1870 ; ADSM, 3 M 1037.
  • 15 Journal du Havre, 5 août 1870.

7C'est dans ce contexte qu'eurent lieu les élections municipales des 6 et 7 août 1870. Si les défaites de Wissembourg, de Woerth et de Forbach sont contemporaines, elles n'influencèrent pas le scrutin. Jusqu'au 5 août, la presse locale ne parlait encore que de victoires, décrivant la « prise de Sarrebruck », dont on devait bientôt apprendre qu'elle n'avait été qu'une « simple escarmouche sans portée militaire »12. Le 6, quelques allusions furent faites à la bataille de Wissembourg. Ce n'est que le 7, alors que le scrutin était pratiquement terminé, qu'une édition spéciale du Journal du Havre annonça la défaite de Forbach. Le vote fut donc surtout une confirmation des scrutins locaux précédents, indiquant un bon enracinement des républicains13, dont la liste obtint en moyenne, au premier tour, 27 % des inscrits et 58 % des exprimés14. L'importance de l'abstention, près de 53 %, liée au climat de guerre, relativise un peu ce succès. Trente-quatre républicains passèrent dès le premier tour et deux au second. L'entrée en guerre n'avait pas profité au régime et le patriotisme de l'opinion se reconnaissait dans les propos tenus par les républicains qui, non sans emphase, affirmaient que la « Démocratie havraise » était prête « à montrer que les fils de la Révolution sont les meilleurs soldats du monde »15.

  • 16 J. George, Histoire des maires, p. 170-171.
  • 17 AMH, FC, K1 5. Il s'agissait de faire face à la vacance créée par la démission de la municipalité, (...)

8Cette fois, l'administration fut obligée de tenir compte des résultats pour nommer le maire et les adjoints. Le Corps législatif avait voté, le 28 juin, en faveur du retour à la nomination des maires par les conseils municipaux. Même si la loi n'avait pas été promulguée, il était difficile d'imposer une administration municipale choisie en dehors du conseil16. Dans un premier temps, dans l'attente de l'installation du nouveau conseil municipal, le préfet nomma, le 10 août, une municipalité provisoire constituée, selon l'ordre du tableau, d'Ulysse Guillemard, Auguste Brostrom, Constantin Bazan, Léon Peulevey et Louis Guerrand17. Sur les cinq, quatre étaient d'anciens républicains modérés de 1848. Puis, anticipant sur la loi, le préfet demanda aux conseillers d'élire, officieusement, le maire et les adjoints. Une des revendications essentielles des républicains havrais se mettait en place dans un tel contexte que peu y prirent garde. Le 17 août, au troisième tour de scrutin, le conseil désigna comme maire Ulysse Guillemard et reporta à plus tard le choix des adjoints. Le premier souci du nouveau maire fut de préparer la défense de la ville, la menace d'une invasion prussienne étant de plus en plus plausible.

  • 18 Journal de Jules Siegfried, 15 août 1870.

9Si les premières défaites n'expliquaient pas la victoire républicaine aux municipales, une fois confirmées, elles provoquèrent une flambée d'hostilité à l'Empire, bien décrite par Jules Siegfried : « Dans les premiers jours, le sentiment qui dominait était un sentiment de haine contre l'empereur. De tous côtés, on était furieux contre cette dynastie napoléonienne qui a fait tant de mal à la France, les impérialistes de la veille se joignaient à tous ceux qui détestaient ce gouvernement despotique qui nous avait mis aussi bas, et les trois quarts de la population au moins prononçaient la déchéance de l'empire »18.

  • 19 Iouda Tchernoff, op. cit., p. 602 ; S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 127.
  • 20 S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 128. Voir aussi Jeanne Gaillard, Communes de Province, Commune de P (...)
  • 21 Le 9, Jules Favre insinua l'idée d'une déchéance de l'Empire, sans aller plus loin (S. Audoin-Rouze (...)
  • 22 Sur la référence à 1792, lieu commun de la presse républicaine : S. Rials, op. cit., p. 16-17 ; Eri (...)
  • 23 Citée par Louis Brindeau (op. cit., p. 46-47).

10Dès la seconde semaine d'août, la question du changement de régime était ouvertement posée au Havre, à l'unisson de la foule parisienne qui avait envahi, le 9, les jardins du Corps législatif pour réclamer la déchéance19. Le Havre participait ainsi à une agitation qui toucha certaines villes de province, essentiellement du Midi et en Bourgogne, ainsi que Lyon et Limoges20. Les foules provinciales ou parisiennes prenaient de court les élus de l'opposition qui en étaient encore à exprimer leur défiance et à réclamer un contrôle de l'exécutif21. L'autre revendication, de plus en plus forte au Havre comme à Paris, était la levée en masse pour protéger le territoire. La référence continuelle d'une partie de la presse aux guerres révolutionnaires avait beaucoup fait pour ancrer cette idée auprès des populations22. Comme en 1792, la lutte n'était pas celle de deux peuples, mais le combat entre la Liberté et le despotisme, comme l'exprimait la deuxième strophe de La Marche de la garde mobile du Havre, publiée fin août chez Rocquencourt23 :

Nous nous battrons pour la mère-patrie,
Pour notre honneur et pour la liberté,
Nous nous battrons pour la France trahie,
Pour le Progrès et pour l'Humanité !

11Dans ces conditions, l'annonce de la déchéance de l'Empire fut accueillie dans l'enthousiasme. On rejoua localement la scène de la proclamation de la République à l'hôtel de ville de Paris : Guiliemard, accompagné entre autres de Jules Siegfried et Félix Faure, après avoir fait battre le rappel, apparut au balcon de la mairie et annonça à une foule enthousiaste la bonne nouvelle.

  • 24 AMH, FC, D1 12, Délibération du conseil municipal, 5 septembre 1870. Aucune source ne permet de sav (...)
  • 25 Le rôle de Faure à la municipalité diminua dès mi-novembre, quand il prit la direction des dépôts d (...)

12Une nouvelle administration municipale, rajeunie, fut mise en place dès le 5 : Guillemard restait maire, mais s'entourait comme adjoints de Jules Siegfried, Paul Marion, Félix Faure et Jacques Louer24. Seul Guillemard était un ancien de 1848 : Louer n'avait que 40 ans, Marion 37, Siegfried 33 et Faure 29. Ces deux derniers, élus conseillers pour la première fois un mois plus tôt, allaient jouer un rôle essentiel pour assurer la défense de la ville et organiser la vie des Havrais pendant le siège : c'est Félix Faure qui avait en charge les affaires militaires et la garde nationale25 ; quant à Siegfried, il suppléa plusieurs fois Guillemard, malade.

  • 26 Journal du Havre, 5 septembre 1870.

13Dans l’immédiat, l'exaltation dominait. La proclamation de la République suffisait pour assurer la victoire. Hanté par le souvenir de la Convention, le conseil municipal fit afficher, dès le 5 septembre, cette proclamation26 :

  • 27 Il s'agit de Gambetta.

Citoyens !
La République vient d'être proclamée et malgré le deuil immense qui pèse sur la France, c'est avec l'enthousiasme qu’elle a été accueillie comme l’Arche sainte de la Patrie.
Quelle succession elle recueille d'un gouvernement qui a commencé par le parjure et les massacres, et qui finit par le sang de nos héroïques soldats !
Mais, courage, citoyens !
Un des membres du gouvernement provisoire
27 vous l'a dit récemment : « La Bourgeoise ne peut pas plus se passer du Peuple que le Peuple de la Bourgeoisie. » L'alliance indissoluble de ces deux forces doit faire la nation invincible et, dans ce réveil sublime, le gouvernement de la Défense nationale peut, comme la Convention, décréter la victoire !
Vive la République !
Vive la France !
Vive l'armée !

14Cette conviction que la Nation en armes ne pouvait que triompher n'était cependant pas si unanime qu'il peut paraître, et le vœu d'une alliance entre la bourgeoisie et le peuple pouvait s'expliquer par la peur qu'inspirait ce dernier. Siegfried, dans son Journal, reflétait sans doute l'opinion d'une partie des négociants, les mêmes qui avaient refusé l'aventure lors du plébiscite, quand il écrivait, le 6 septembre : « Moi, je suis pour la paix si on peut l'avoir à des conditions qui ne soient pas déshonorantes, car avec notre manque d'armes, de munitions et d'organisation, je dis que nous n'avons aucune chance de vaincre ». Le 12 septembre, il s'inquiétait de ce que « notre ville n'est guère plus forte qu'une ville ouverte, et qu'un bombardement serait la ruine du Havre par la perte des marchandises qui y sont entreposées ». Ces paroles, écrites dans l'intimité, rendaient un son fort différent des proclamations martiales d'une administration municipale à laquelle appartenait Siegfried ! Ce sont les exigences de Bismarck, notamment au sujet de l'Alsace, lors de l'entrevue de Ferrières des 20 et 21 septembre qui persuadèrent les plus modérés qu'il n'y avait pas d'autre choix, dans l'immédiat, que la poursuite de la guerre.

« Les cités républicaines ne capitulent pas »28

  • 28 La formule est du sous-préfet Ramel. Voir Fr. Berge, op. cit., p. 10.
  • 29 Notre propos ne saurait être de dresser un tableau complet de la guerre de 1870-1871 au Havre. Sur (...)

15Placés par les événements à la tête de la ville, les républicains havrais s'ingénièrent pendant toute la durée du conflit à montrer que seule la « démocratie havraise » était apte à défendre la cité et qu'il ne pouvait exister de patriotisme autre que républicain. Cela se traduisit dans les faits de diverses manières29.

  • 30 ADSM, 2 M 30, Dossiers personnels des sous-préfets ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine (...)
  • 31 Journal du Havre, 6 octobre 1870.
  • 32 Marcel Boivin, « Le problème de la défense de Rouen », in Georges Merlier dir., La Guerre de 1870-1 (...)

16Tout d'abord, les structures mises en place associèrent pouvoir civil et militaire, tout en donnant au premier un rôle majeur. Dès le 12 septembre, les Havrais obtinrent le départ du sous-préfet de l'Empire, de Bassoncourt, et la nomination d'Emile Ramel. Négociant rouennais, il était un républicain de la veille et le petit-fils du général de l'armée de Moreau, Jean-Pierre Ramel, assassiné à Toulouse par les verdets pendant la Terreur blanche de 181530. 11 était surtout un partisan de la défense à tout prix, ne manquant pas une occasion dans ses communiqués de faire référence aux soldats de la Convention. Sa première initiative consista à créer un comité de défense avec le maire Guillemard et le colonel Massu, commandant de la place. S'y ajouta début octobre un sous-comité de défense, siégeant en permanence, ce qui n'était pas sans rappeler le Comité de Salut public. Sur les seize membres, quinze étaient des civils. Y participaient le sous-préfet, le maire, l'ingénieur en chef du port, le président de la Chambre de commerce, le procureur de la République, un conseiller municipal, un conseiller général, le capitaine des canonniers marins, les rédacteurs en chef du Havre, du Journal du Havre et du Courrier du Havre, un commerçant, l'imprimeur Rocquencourt et, enfin, Carel, Martin et Lefèvre comme délégués des comités démocratiques31. La présence de ces derniers évita qu'apparaisse un Comité de vigilance, contrairement à Rouen, où l'extrême gauche mit sous surveillance des autorités certes républicaines, mais suspectées de tiédeur patriotique32. Le seul militaire à être admis au sein du sous-comité havrais, le capitaine Libert, était républicain, comme tous les autres membres à l'exception du rédacteur du Courrier du Havre. Le but de cette structure était de suppléer aux déficiences du pouvoir militaire, vite accusé d'inaction.

  • 33 Note manuscrite sur le républicanisme du capitaine Mouchez, AMH, FM, H4 7.
  • 34 Journal du Havre, 19 novembre 1870.

17Reprochant à Massu la lenteur de l'exécution des travaux de défense, Guillemard et Ramel réussirent à convaincre le gouvernement de le remplacer par le capitaine de vaisseau Mouchez, spécialiste des problèmes de fortification et surtout républicain convaincu. Il avait été chargé fin septembre par Gambetta « de se rendre dans la province et là dans des réunions de faire comprendre au peuple d'abord ce qu'était le régime républicain et lui faire connaître les avantages de cette forme de gouvernement sur les monarchies »33. Un décret du 18 octobre le nomma commandant supérieur des forces de terre et de mer du Havre. Quand, le 19 novembre, Mouchez, qui avait su faire preuve d'efficacité en renforçant les ouvrages défensifs du Havre, fut nommé commandant de la subdivision militaire de Rouen, les républicains locaux pétitionnèrent pour obtenir son remplacement par un officier offrant les « mêmes garanties de courage, d'activité et de dévouement à la République »34. Ils obtinrent la nomination du capitaine de frégate Rallier.

18C'est surtout en décembre et janvier, une fois la ville menacée directement par les Prussiens, que les autorités civiles s'attachèrent à montrer qu'elles incarnaient mieux que quiconque le patriotisme républicain. Elles n'hésitèrent pas à se heurter plusieurs fois aux militaires, mais aussi au Gouvernement de la Défense nationale, dont les objectifs ne pouvaient se limiter à préserver Le Havre de tout investissement ! Après la chute de Rouen, le 5 décembre, Freycinet et l'amiral Fourichon souhaitaient regrouper le maximum de troupes à Cherbourg ce qui supposait d'en retirer du Havre, où l'afflux des troupes chargées de protéger Rouen avait porté le nombre d'hommes à 35 000. Ramel et Guillemard se firent les interprètes de la population qui refusait tout embarquement de troupes. Deux attitudes s'opposaient, celle de Freycinet, soucieux de disposer d'un maximum d'hommes pour la défense du port militaire de Cherbourg et pour qui la défense du Havre était un problème secondaire, et celle des autorités havraises voulant prouver que « les cités républicaines ne capitulent pas ».

  • 35 Le futur président de la République, petit-fils de Lazare Carnot et polytechnicien, s'était mis au (...)
  • 36 Patrick Harismendy, Sadi Carnot, Paris, Perrin, 1995, p. 143.

19Non contents de montrer que la ville résistait, Guillemard et Ramel rêvaient d'en faire le point de départ d'une reconquête de la Normandie. La presse relaya ce discours, prônant l'offensive sans se soucier de l'état réel des troupes cantonnées au Havre. Comme à Paris, le mythe de l'offensive à outrance, réminiscence des guerres de la Convention, restait la référence des républicains. Les Havrais crurent avoir obtenu gain de cause avec la nomination, fin décembre, du général Peletingeas comme commandant de la colonne mobile du Havre. Peu soucieux de se lancer dans des offensives vu le mauvais équipement et le manque d'expérience et de discipline de ses troupes, Peletingeas fut vite accusé d'atermoiements face à l'ennemi. Il fut remplacé, le 12 janvier, par le général Loysel, tandis que Sadi Carnot était nommé préfet de la Seine-Inférieure, en résidence au Havre, et commissaire extraordinaire de la République dans les départements de la Seine-Inférieure, de l'Eure et du Calvados35. L'arrivée de Carnot s'expliquait par le jugement sévère que portait Gambetta à l'encontre de Ramel36. La dégradation de la situation autour de Paris et dans l'Est, puis l'ouverture de pourparlers avec la Prusse ne permirent pas que se réalise la vaste offensive dont avaient rêvé les Havrais. Loysel n'était, de toute façon, pas disposé à se lancer dans une telle aventure.

  • 37 Ancien procureur de la République sous la Seconde République, il avait été élu député républicain d (...)
  • 38 Journal du Havre, 11 octobre 1870.
  • 39 Il était le fils d'un serviteur fidèle des Orléans, Louis Estancelin, administrateur de leurs domai (...)
  • 40 Journal du Havre, 7 octobre 1870.
  • 41 Jean-Claude Marquis, « Les corps francs rouennais », in G. Merlier dir., La Guerre de 1870-1871 en (...)

20Cette insistance à montrer que Le Havre était à la pointe du combat contre la Prusse avait très vite tourné à la condamnation, sans appel, de Rouen, accusée d'être aux mains de réactionnaires, prêts à livrer la ville aux Allemands. Dès septembre, la presse républicaine s'ingénia à dresser un parallèle entre Le Havre, ville patriote, et Rouen, qui préparait une honteuse reddition, alors que l'ennemi était encore loin. Le Havre et le Journal du Havre se firent l'écho des critiques très virulentes des démocrates les plus radicaux de Rouen, entre autres de Charles Cord'homme, président du Comité central républicain. Le 13 septembre, alors que les Prussiens n'avaient pas encore atteint Paris, le Journal du Havre expliquait que la capitale normande ne voulait pas se défendre. Il en rendait responsable « une partie de la population, la partie la plus riche », ainsi que le conseil municipal conservateur. Le nouveau préfet, Louis-Philippe Desseaux37, était décrit comme l'otage de la bourgeoisie conservatrice rouennaise. Le maire, Nétien, était accusé de cacher les armes, plutôt que de les donner aux ouvriers38 Quant à Estancelin, nommé commandant général des gardes nationales de Seine-Inférieure, du Calvados et de la Manche, ancien élu du parti de l'ordre en 1849 et député orléaniste depuis 1869, il ne pouvait qu'ourdir les pires desseins39. Le conseil municipal du Havre alla jusqu'à voter une délibération demandant sa révocation40, imitant ainsi l'extrême gauche du chef-lieu du département qui ne lui avait pas pardonné ses réticences à armer la Guérilla rouennaise, corps de francs-tireurs formé début octobre41.

  • 42 Cette revendication d’un département de la Seine-Maritime était apparue dès 1859 sur l’initiative d (...)
  • 43 Claude Malon, op. cit., p. 106.
  • 44 AMH, FC, D3 6/1.

21La conclusion logique était que le Gouvernement de la Défense nationale devait au plus vite créer un département de la Seine-Maritime afin que la ville ait les moyens de se passer de Rouen pour assurer sa défense42. Jules Lecesne, proche de Gambetta qui l'avait nommé le 9 septembre 1870 président de la commission d'armement du Gouvernement de la Défense nationale43, réussit à obtenir du ministre de l'Intérieur la préparation d'un décret transformant l'arrondissement du Havre en département44. Gambetta fut, sans doute, intéressé par la perspective de l'élection de quatre députés républicains lors du scrutin prévu pour le 28 septembre, puis le 16 octobre, et finalement ajourné. Le retour au scrutin de liste départemental risquait de donner les mêmes résultats qu'en mai 1849 dans un département de la Seine-Inférieure dont les campagnes restaient conservatrices. Signé probablement le 13 septembre, mais non daté, le décret n'entra pas en application, l'aggravation de la situation militaire obligeant une partie du gouvernement à partir pour Tours.

  • 45 M. Boivin, Le mouvement ouvrier..., p. 425-430.
  • 46 Guy de Maupassant, Boule de suif, in Œuvres complètes, Paris, Laffont, coll. Bouquins, p. 55. R. Bo (...)

22La querelle entre les deux villes redoubla quand, le 5 décembre 1870, après que le conseil municipal de Rouen eut refusé de sonner le tocsin pour appeler la population à la résistance, ce qui aurait rappelé des souvenirs révolutionnaires fâcheux, le général Briand donna l'ordre d'évacuer Rouen sans combattre, ce qui provoqua un afflux de troupes désorganisées au Havre et bloqua la ville côté terre45. Maupassant, dans Boule de Suif, s'est fait l'écho de ces accusations de couardise, répandues dans l'ouest du département à l'encontre de la garde nationale rouennaise46 :

La Garde nationale qui, depuis deux mois, faisait des reconnaissances très prudentes dans les bois voisins, fusillant parfois ses propres sentinelles, et se préparant au combat quand un petit lapin remuait sous des broussailles, était rentrée dans ses foyers. Ses armes, ses uniformes, tout son attirail meurtrier, dont elle épouvantait naguère les bornes des routes nationales à trois lieues à la ronde, avaient subitement disparu.
(...)
Puis un calme profond, une attente épouvantée et silencieuse avaient plané sur la cité. Beaucoup de bourgeois bedonnants, émasculés par le commerce, attendaient anxieusement les vainqueurs, tremblant qu’on ne considérât comme une arme leurs broches à rôtir ou leurs grands couteaux de cuisine.

  • 47 Adresse du Comité républicain au Havre, 14 décembre 1870, AMH, H4 4/13.

23La chute de la préfecture relança la campagne sécessionniste. Averti de la venue du préfet, le Comité républicain demanda au maire que Desseaux soit interdit de séjour et exigea la nomination d'un préfet en poste au Havre47.

  • 48 Journal du Havre, 7 octobre 1870.

24Un autre aspect de cet esprit de clocher fut le regard porté sur les campagnes cauchoises. La presse havraise imposa très vite l'idée de ruraux peu empressés à combattre ou même à porter secours aux troupes françaises. Ici et là, leur attitude pouvait être pire : « dans certaines contrées même, la soif d'un lucre odieux engage les paysans à vendre à prix d'or les ravitaillements à l'ennemi ; d'aucuns vont jusqu'à espionner moyennant Thalers »48. L'explication de cette attitude ambiguë du pays de Caux était son conservatisme. On rappelait qu'à la fin des années 1860, les grandes villes s'étaient retrouvées seules à combattre le régime. Piliers de l'Empire, les paysans ne pouvaient être de bons patriotes.

25Ce regard porté sur le reste du département participait à la constitution d'un mythe dont il est essentiel de tenir compte si l'on veut comprendre les débuts de la Troisième République en Seine-Inférieure. Désormais, Le Havre se considérera comme la cité patriote et républicaine par excellence, celle qui a fait son devoir face à l'ennemi, oubliant un peu vite que celui-ci n'a jamais cherché à conquérir la ville.

Le mythe de la levée en masse

  • 49 Ce n'est que le 14 octobre que les corps francs furent intégrés à l'armée auxiliaire, ellemême fusi (...)
  • 50 Fr. Roth, op. cit., p. 224-226.

26Le patriotisme havrais trouva aussi moyen de s'exprimer dans la constitution de corps francs. Ceux-ci, bien plus que la garde nationale mobilisée ou sédentaire, assez vite contrainte à l'inaction, étaient la transposition de l'idée si chère aux républicains de levée en masse. Leur relative autonomie, vis à vis de l'état-major, évitait de les placer sous l'autorité d'officiers au passé douteux49. Une loi impériale de 1868 leur avait donné un statut légal. Ils étaient tenus de s'habiller, de s'armer et de s'équiper à leurs frais50.

  • 51 L. Brindeau, op. cit., p. 76-78.
  • 52 Journal du Havre, 25 septembre 1870. Tous les volontaires ne furent finalement pas versés dans les (...)

27Dès début septembre, un Comité d'organisation des tirailleurs-éclaireurs fut créé, entre autres par les conseillers municipaux Frédéric Bellanger et Auguste Rispal, et le conservateur du Muséum, Gustave Lennier51. Une fois connues les exigences de Bismarck lors de l'entretien de Ferrières, une proclamation de Guillemard annonça que « Tous les volontaires qui en feront la demande seront équipés, armés de fusils perfectionnés, et formés immédiatement en corps francs, aux frais de la Municipalité »52. Quatre compagnies de fantassins furent formées, plus une d'éclaireurs à cheval. Elles furent assez vite intégrées au dispositif défensif du Havre. Créées par des républicains proches de la municipalité, elles étaient surtout le signe de l'impatience à se battre au début du conflit.

  • 53 AMR, FM, H3 13/8, Contrôle nominatif de la Légion garibaldienne.

28Deux autres compagnies, plus autonomes, virent aussi le jour. Début octobre, le commandant de Almone vint au Havre chercher des recrues pour la Légion garibaldienne. En tout, 212 hommes adoptèrent la chemise rouge, le ceinturon vert et le pantalon gris53. Quelques jours plus tard, la Société centrale républicaine de solidarité, dont nous reparlerons plus loin, organisa une conférence au Grand Théâtre. Devant une salle comble, un dénommé Marcel Deschamps, se présentant comme délégué des Fenians américains, annonça la constitution du corps franc des Vengeurs. En quelques jours, plus de deux cents personnes s'enrôlèrent.

  • 54 AMH, FM, H3 13/6. Dans le cas des compagnies de tirailleurs-éclaireurs, les feuilles d'enrôlement n (...)

29Des listes d'inscription dans ces divers corps francs ont été conservées. Plus ou moins complètes54, elles permettent de comprendre qui étaient les hommes prêts à rejoindre ces formations sentant le soufre. De nombreuses communes, loin de les encourager, se méfiaient de ces unités susceptibles d'attirer sur elles des représailles allemandes. Côté prussien, une directive de Moltke assimilait les francs-tireurs à des malfaiteurs. En règle générale, ils appartenaient aux éléments les plus populaires de la cité.

Tableau 8. Les membres des corps francs

Tableau 8. Les membres des corps francs

Figure 3. Frédéric Bellanger, héros havrais

Figure 3. Frédéric Bellanger, héros havrais

30Prenons l'exemple de la 2e Compagnie de tirailleurs-éclaireurs. Le tableau des effectifs, qui semble être la première liste d'enrôlement, comprend 124 noms. Les ouvriers, journaliers et domestiques dominent avec 60 % des inscrits. Les classes moyennes étaient peu représentées à l'exception des employés. Quant aux classes supérieures, on ne les trouvait qu'au niveau de l'encadrement.

31Dans le cas de la Légion garibaldienne, formation où patriotisme et républicanisme allaient de pair, la composition sociale n'est guère différente, si ce n'est une représentation plus faible des classes moyennes. Ceci peut s'expliquer par l'objectif de ce corps franc. Il ne s'agissait pas de combattre en Normandie, mais de partir pour les Vosges rejoindre Garibaldi. L'éloignement du Havre était plus difficile pour tous ceux qui y étaient bien installés. On ne trouvait que 13 % de natifs du Havre. 39, soit 18 %, étaient étrangers, dont 19 Italiens, 6 Belges, 5 Suisses, 3 Anglais. Les célibataires dominaient, représentant près de 80 % des effectifs.

32Nous verrons plus loin le cas des Vengeurs de la mort, corps franc à l'engagement politique plus radical. Retenons simplement combien les corps francs, très représentatifs de la partie la plus populaire de la ville, furent considérés par les républicains comme le meilleur exemple du patriotisme d'une cité décidée à se battre jusqu'au bout.

  • 55 Non daté, ce numéro rend hommage à la mémoire de Frédéric Bellanger (BMH, Fonds Chardey).

33La mort au combat du conseiller municipal Frédéric Bellanger, lieutenant de la 2e Compagnie des tirailleurs havrais, en fit un héros. L'ensemble du conseil municipal participa à son inhumation civile, ainsi que de nombreux citoyens. Les cordons du poêle furent tenus par Guillemard, Sadi Carnot, Ramel et Ernest Mouchez. Une gravure de Durandeau, publiée dans un numéro spécial de La Hève dédié à la jeunesse havraise55, nous le présente avec en premier plan une Marianne au bonnet phrygien et dont un des seins est dénudé, encadrée d'un ouvrier, ce qu'était Bellanger à l'origine, et d'un homme armé, probablement un tirailleur. Ouvrier, Bellanger était devenu tirailleur pour défendre Marianne et sa ville, symbolisée au-dessus du héros par une salamandre. En haut à droite, on pouvait lire « Le Havre chef-lieu Seine-Maritime » ce qui rappelait que l'héroïsme de la cité portuaire, contrairement à Rouen, lui donnait droit à être érigée en préfecture d'un nouveau département.

  • 56 AMH, FM, H4 7.
  • 57 Journal, 8 janvier 1871.
  • 58 Ibid., 22 janvier 1871.

34Chez les militaires, le regard porté sur les tentatives de levée en masse était tout autre. En conclusion de son rapport, rédigé après le conflit, le capitaine de vaisseau Mouchez se plaignit de « toutes ces bandes indisciplinées de francs-tireurs et autres qui pillaient et dévastaient les campagnes, plus même, que ne l'eût fait l'ennemi »56. Ce constat était aussi celui des républicains les plus lucides. Siegfried, partisan en septembre de la levée en masse, idée ancrée même chez les plus modérés, notait en janvier : « notre grande faiblesse c'est d'avoir des masses habillées et armées, mais de ne pas avoir de soldats. Je vois clairement qu'on n'improvise pas une armée en quelques mois. »57. Il ajoutait un peu plus loin : « Les corps francs ne valent pas grand chose non plus et je crains qu'ils aient fait plus de mal que de bien dans cette guerre. Ce sont eux qui ont été la cause en partie, en tout cas le prétexte, de bien des barbaries prussiennes et maintenant lassés par les souffrances d'un hiver rigoureux ils vivent en pays amis comme des bandits. »58 Cette divergence d'analyse, à la fin de la guerre, était le reflet de l'évolution de l'opinion au Havre. Une partie de la population s'était radicalisée, tandis que d'autres, tel Siegfried, souhaitaient une paix acceptable de crainte que la poursuite de la guerre ne conduise à une fuite en avant politique.

La radicalisation de l'opinion

35Si les républicains furent, à partir de fin septembre, unanimes à vouloir défendre le pays face à la Prusse, cet unanimisme ne doit pas masquer les divergences. Une partie de l'opinion se radicalisa dès les débuts du conflit. Pour la première fois depuis la Seconde République, les plus radicaux s'organisèrent en dehors de toute influence des élites.

  • 59 Ce partisan local de la Commune reste peu connu. Voir DBMOF, t. 5, p. 338.
  • 60 ADSM, 4 X 134, Société typographique de prévoyance.
  • 61 J. Legoy, op. cit., t. 3, p. 68-69.

36La radicalisation fut visible dès septembre. C'est à cette date qu'apparut le Comité central provisoire républicain et de défense, créé par le compositeur d'imprimerie Louis Albert Détré59, et rebaptisé assez vite Comité républicain de solidarité. Détré s'était fait connaître au début de l'année 1870 en créant la Caisse typographique de prévoyance, société mutuelle contre la maladie et le chômage60. Cette association n'avait rien de révolutionnaire à première vue, puisque son article 2 fixait pour but le « règlement pacifique des intérêts professionnels », ce qui pouvait s'expliquer par le souci de ne pas attirer l'attention des autorités. Toujours est-il que c'est autour de cette société que fut constitué le comité qui allait représenter la « démocratie havraise avancée pendant un an ». Il se dota d'un journal, Le Solidaire, à l'existence éphémère, puisqu'il ne dura que du 22 septembre au 23 octobre61.

  • 62 Pétition au maire, 14 septembre 1870, AMH, FM, H4 4/13.
  • 63 Journal du Havre, 29 octobre 1870.
  • 64 Ibid., 5 novembre 1870.

37Composé d'ouvriers, le comité se fixa pour but le contrôle de la municipalité, vite accusée de tiédeur. Ainsi, le 7, puis le 14 septembre, il interpella Guillemard pour se plaindre de ce que la police secrète de l'Empire était restée en place et demander l'« exposition (dans un lieu public) du livre contenant les noms et l'adresse de ceux qui ont émargé et émargent encore aux fonds secrets »62. La républicanisation immédiate des administrations était réclamée, ainsi que la démocratie directe. Dans une adresse à Gambetta, le comité exigeait que les fonctionnaires soient « choisis par le Peuple pour les pouvoirs civils ; par l'armée pour les pouvoirs militaires »63. Le thème de la taxation des produits alimentaires refit aussi surface. Une pétition fut envoyée, début novembre, à la municipalité qui s'empressa de refuser au nom de la liberté du commerce64.

  • 65 Adresse, non datée, au conseil municipal, AMH, FM, H4 4/13.
  • 66 Pétition au conseil municipal, non datée, AMH, FM, H4 4/13.

38Un autre signe de la radicalisation fut la volonté de se battre. L'idée de levée en masse, présente parmi les élites, l'était encore plus chez une partie du peuple. Nous avons évoqué plus haut la constitution des Vengeurs lors d'une réunion du Comité républicain de solidarité. D'autres démarches dans le même sens eurent lieu. Les souhaits exprimés étaient de créer des « Compagnies républiquaines (sic) », formées d'ouvriers, et de pouvoir nommer ses chefs soi-même65. Cette idée du peuple en armes allait de pair avec la dénonciation de l'attitude de la bourgeoisie, accusée de rechigner au combat. Comme l'expliquait une pétition : « le peuple défendant la propriété du riche, celui-ci doit montrer l'exemple »66.

  • 67 AMH, FM, H3 13, Contrôle nominatif des Vengeurs de la mort.
  • 68 Cf. Tableau 8, p. 73.

39L'exemple des Vengeurs, pour lesquels la liste d'enrôlement a été conservée67, nous indique qui était touché par cette radicalisation. En quelques semaines, 223 personnes s'inscrivirent. Des renseignements précis ont été notés pour 189 d'entre elles. L'engagé type était un journalier ou un ouvrier, avait moins de trente ans et était resté célibataire68. C'était un déraciné, venu travailler sur le port et que la guerre avait laissé sans emploi. Encore plus que dans le cas des autres corps francs, les classes moyennes étaient peu nombreuses – on ne trouvait que sept employés et huit commerçants – et les élites absentes. Alors que jusqu'ici le réveil politique du Havre avait été le fait de ces dernières, une frange populaire commençait à s'organiser.

  • 69 Journal du Havre, 7 novembre 1870.

40Au départ, les relations entre cette « démocratie avancée » et la municipalité ne furent pas conflictuelles. C'est la ville qui habilla, arma les Vengeurs et leur alloua une solde d'un franc par jour, portée à un franc cinquante en période de campagne. Quand ils s'en allèrent le 6 novembre, Guillemard leur remit un drapeau tricolore sur lequel on lisait d'un côté « Vive la République », tandis que l'autre côté était orné des armes de la ville surmontées d'une tête de mort69. La présence de la Salamandre en faisait l'aile avancée de la démocratie havraise dans tous les sens du terme.

41Une fois les éléments les plus enflammés partis, on ne trouva plus signe d'une agitation révolutionnaire. Cependant, la radicalisation des esprits du début de l'automne devait laisser des traces au-delà du siège, lors de la Commune.

Les suites du conflit : les élections de février 1871

42L'annonce de la signature d'un armistice, le 28 janvier, fut mal ressentie au Havre. Les autorités y prirent très vite le parti de Gambetta, d'autant plus que Jules Favre avait laissé dans le flou la question des lignes de démarcation. Les Prussiens souhaitaient en profiter pour occuper l'essentiel de l'arrondissement que Loysel venait de libérer. Le plus virulent fut Sadi Carnot qui télégraphia à la délégation de Bordeaux le 30 janvier : « Fidèle aux sentiments qui l'ont toujours animée, la démocratie de la Seine-Inférieure émet le vœu suivant : “Pas d'élections ! Lutte à outrance !” ».

  • 70 Sur ces élections : Jean-Pierre Aubert, « Les élections en Seine-Inférieure de 1871 à 1873 », in La (...)
  • 71 Lettre du préfet au maire, 5 février 1871, AMH, FM, K1 4/10.
  • 72 Journal du Havre, 5 février 1871.
  • 73 É. Bonhomme, op. cit., p. 397.

43C'est dans ce climat où les appels à continuer la lutte se succédaient, que furent préparées les élections du 8 février70. Un décret, signé par Gambetta le 4 février, mais non reconnu par le reste du gouvernement – le 2 février, Jules Simon était arrivé à Bordeaux avec la mission de destituer Gambetta-, créa la confusion. Le ministre de l'Intérieur, influencé par Jules Lecesne, avait autorisé l'arrondissement du Havre à constituer une circonscription de vote indépendante du reste du département71. Cette décision avait un double intérêt : permettre que les votes républicains du Havre ne soient pas trop noyés parmi ceux réputés conservateurs du pays de Caux, flatter le patriotisme local puisque « l'arrondissement du Havre, resté (...) en dehors de l'occupation prussienne, ne pouvait subir l'humiliation imposée au reste du département, et se rendre solidaire d'un vote protégé par les baïonnettes étrangères »72. La veille, le maire de Rouen, Nétien, avait été nommé préfet de la Seine-Inférieure par Hérold, le temps d’organiser les élections. Un des aspects de sa mission était de faire contrepoids à l'influence des gambettistes havrais73. Représentant du chef-lieu, il était décidé à empêcher toute sécession.

  • 74 Cité par L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 89. Cordier devait siéger plus tard au Centre gauche, de m (...)
  • 75 Fils d'un ouvrier calfat, Jules Peulvé avait commencé comme commis, puis était devenu un des princi (...)

44Décidé à appliquer malgré tout le décret de Gambetta, le Comité républicain du Havre, structure apparue pendant la guerre, présenta Jules Lecesne, Jean-Pierre Dufour, Léon Peulevey et Jacques Quesnel. Ce dernier était agriculteur à Goderville. Leur programme était le refus de la paix telle que voulait l'imposer l'Allemagne. On se gardait cependant d'annoncer une reprise des combats. En face, les conservateurs havrais refusèrent d'abord de reconnaître la validité du décret de Gambetta. Ils appelaient à voter pour une liste départementale conduite par Thiers. Cette liste résultait d'un accord entre l'ancien Comité Taillet, rebaptisé Comité départemental, et le Comité de l'union patriotique et libérale, plus clérical. Elle mélangeait des orléanistes et des légitimistes, mais aussi, ce qu'on oublie trop souvent de signaler, des libéraux, partisans de l'ordre, mais prêts à accepter une République. Comment comprendre sinon l'adoption, cinq ans plus tard, d'institutions républicaines ? Un des candidats, Alphonse Cordier, industriel de Déville-lès-Rouen, n'avait pas hésité à déclarer publiquement : « En politique, je n'ai qu'un but qui se caractérise et se définit par un seul mot : la liberté. Comme moyen d'y parvenir, je veux la République, parce que la forme républicaine, malgré les erreurs et les fautes des républicains, est encore la seule qui permette d'accueillir le concours de toutes les bonnes volontés sincèrement et loyalement dévouées au salut de la patrie »74. L'arrondissement du Havre était représenté sur cette liste par Jules Ancel, l'armateur havrais Jules Peulvé75 et l'ancien député de la monarchie de Juillet Louis Vitet. Sur les trois, l'un, Peulvé, n'était pas ouvertement opposé à l'idée d'une République. Le jour du vote, les autorités havraises décidèrent de ne comptabiliser que les scores des quatre premiers de la liste : Thiers, Pouyer-Quertier, Buée et Cordier.

  • 76 Proclamation des comités républicains réunis de la Seine-Inférieure, s.l., [1871], 1 p.

45Le vote prit une forme différente dans le reste de l'arrondissement. Les maires, refusant de reconnaître le décret, firent voter pour une liste de seize noms. Deux listes républicaines circulèrent. L'une, élaborée au Havre, le 2 février, par les Comités républicains réunis de la Seine-Inférieure, regroupait, en dehors des quatre Havrais cités plus haut, des républicains gambettistes, mais aussi des éléments plus avancés, tels Charles Cord’homme, Emile Aubry, fondateur de l'Internationale dans le département76, ou Vaughan, animateur du Comité de vigilance qui n'avait cessé de dénoncer la couardise du conseil municipal de Rouen à l'automne 1870. La présence de militants d'extrême gauche, notamment de trois membres de l'AIT, Aubry, Régnier et Vaughan, s'expliquait par les désaccords survenus entre les républicains havrais et les Rouennais pendant la guerre. Cette présence était circonstancielle : pour les arrondissements d'Yvetot ou de Dieppe, la liste comportait des républicains radicaux, mais non socialisants. Moins de deux mois plus tard, le déclenchement de la Commune devait montrer tout ce qui séparait un Lecesne d'un Aubry ou d'un Cord'homme. L'autre liste, émanation du Comité départemental républicain, était conduite par Jules Favre, Jules Senard et Frédéric Deschamps. Elle intégrait Jules Lecesne et Léon Peulevey.

Carte 10. Score de la liste conservatrice aux élections à la Constituante du 8 février 1871 pour l’arrondissement du Havre (en % des votants)

Carte 10. Score de la liste conservatrice aux élections à la Constituante du 8 février 1871 pour l’arrondissement du Havre (en % des votants)

Carte 11. Élections à la Constituante du 8 février 1871. Résultats en % des exprimés pour les cantons du Havre intra-muros

Carte 11. Élections à la Constituante du 8 février 1871. Résultats en % des exprimés pour les cantons du Havre intra-muros
  • 77 Pour les résultats, voir AN, C 3456 et AMH, FM, K1 4/10.

46La complexité apparente de la situation n'empêche pas de calculer des moyennes pour les listes républicaines ou conservatrices au Havre et dans les alentours77. Au Havre, la liste gambettiste l'emportait très nettement avec en moyenne 65 % des suffrages exprimés et 37 % des inscrits. Malgré une abstention supérieure de 10 % à celle des législatives de 1869, les républicains gagnaient des voix dans toute la ville. Cet essor était repérable surtout dans les cantons où ils étaient jusqu'alors les plus faibles, les cantons nord et sud. La guerre avait homogénéisé l'opinion havraise au profit des républicains. La façon, dont ils avaient su incarner la résistance face aux Prussiens, expliquait qu'une forte majorité de la population se reconnaissait désormais en eux.

47Les Havrais avaient-ils pour autant voté pour une reprise des combats ? Il est difficile de trancher et le Comité républicain avait préféré le flou. Même si Lecesne et ses amis progressaient, leur succès pouvait s'expliquer, en partie, par les scrutins précédents. Une partie des électeurs avaient voté comme ils le faisaient depuis le milieu des années 1860. Leur bulletin exprimait plus leur adhésion à la République qu'un vote circonstancié sur le problème de la paix ou de la guerre.

  • 78 L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 83-84.
  • 79 J. Legoy, op. cit., p. 77.

48Cela dit, la perspective de la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine avait provoqué un fort émoi dans une ville où les natifs des deux provinces représentaient une minorité non négligeable. Dès le 30 janvier, les Alsaciens-Lorrains résidant au Havre avaient publié une proclamation appelant à la « lutte à outrance »78. Parallèlement, une Ligue antiprussienne avait vu le jour avec pour programme l'expulsion du Havre des Allemands qui y vivraient encore79. Cette agitation patriotique avait profité à Lecesne et ses amis. C'était net dans le canton nord, canton le plus bourgeois. C'est là que les républicains progressaient le plus. Or le libéralisme politique d'une partie des électeurs aurait pu se contenter de la liste Thiers, dont plusieurs membres inclinaient vers le Centre gauche. Nul doute que la question de l'Alsace-Lorraine avait joué. S'y ajoutait un problème typiquement havrais : le protectionnisme affiché de Thiers et Pouyer-Quertier fut un handicap pour les conservateurs.

49Autour du Havre, la situation était toute différente. Un simple coup d'œil sur la carte des résultats indique combien les républicains havrais pouvaient avoir l'impression d'être une presqu'île démocrate dans un arrondissement conservateur. Dans un contexte où le taux d'abstention avait doublé comparé à celui des dernières élections de l'Empire, passant de 20 % à 40 %, les conservateurs limitaient leurs pertes dans la plupart des cantons à l'exception de Montivilliers, tandis que les républicains voyaient leur score en nette diminution. Dans les trois cantons les plus ruraux, Criquetot, Goderville et Saint-Romain, ils n'obtenaient plus que des scores très faibles. Ils reculaient par rapport à 1869, mais aussi par rapport au plébiscite de 1870.

  • 80 Ph. Vigier, « Le Parti républicain... » ; L. Girard dir., Les élections de 1869, p. XIII-XV.
  • 81 S. Audoin-Rouzcau, op. cit., p. 303-308.

50La victoire de Lecesne en 1869 s'expliquait par sa capacité à capter une partie des voix rurales. Moins de deux ans plus tard, ce travail de conquête des campagnes était entièrement à recommencer. On oppose souvent le vote des villes à celui des campagnes à la fin de l'Empire80. Dans l'arrondissement du Havre, c'est au lendemain de la défaite que l'écart atteignait son maximum. Ce vote des ruraux pour leurs élites traditionnelles a souvent été analysé comme un vote pour la paix et, en conséquence, contre les républicains soupçonnés de vouloir reprendre le combat81. Dans les cantons des alentours du Havre, cette analyse, parfois critiquée, semble la plus pertinente.

51La guerre avait vu les diverses communes rurales souffrir des incursions des uhlans, mais aussi des agissements des francs-tireurs havrais qui s'étaient le plus souvent comportés en territoire conquis, réquisitionnant le bois ou la nourriture. Les ruraux avaient eu l'impression d'être pris entre deux feux et de payer pour la résistance des Havrais. Ces derniers, loin de leur être reconnaissants des souffrances endurées, n'avaient cessé de mettre en doute leur patriotisme. Les élections furent le reflet de ce fossé d’incompréhension entre ville et campagnes. Elles firent prendre conscience aux républicains havrais qu'il était nécessaire de repartir à la conquête de ces dernières.

  • 82 Journal du Havre, 21 février 1871 ; AN, C 3456.

52Une fois les élections passées, il restait à démêler l'imbroglio né du décret de Gambetta. Sadi Carnot, démissionnaire dès le 7 février pour protester contre l'annulation du décret de Gambetta sur les inéligibilités, avait refusé de reconnaître la non-validité du décret et n'avait pas transmis à Rouen les résultats du vote. Dans sa séance du 16 février 1871, l'Assemblée nationale analysant les résultats pour l'arrondissement, qui donnaient aux quatre premiers candidats de la liste Thiers une avance de 7 000 voix sur Dufour, Lecesne, Peulevey et Quesnel, décida que la liste Thiers pouvait être considérée comme élue par l'ensemble du département82.

2. Des tentatives de médiation à la condamnation de la Commune

  • 83 Les réactions havraises à la Commune de Paris ont fait l'objet d'un article de Didier Nourisson : « (...)

53Îlot républicain et patriote dans un département conservateur et pacifiste, Le Havre ne pouvait rester insensible aux événements de la Commune83. Comprendre l'attitude des républicains havrais suppose une démarche étroitement chronologique, tant leur opinion évolua. Gardons aussi à l'esprit que la Commune, telle que nous la connaissons à travers l'immense bibliographie qui a pu lui être consacrée, n'a qu'un vague rapport avec la représentation que pouvait s'en faire une ville de province. Dans un pays partiellement occupé par l'ennemi, la circulation des informations restait aléatoire.

L'échec de l'esprit conciliateur

  • 84 Journal du Havre, 20 mars 1871.
  • 85 Journal du Havre, 15 octobre 1870. Voir aussi Louis Brindeau, op. cit., t. 1, p. 116.

54La première réaction, au lendemain du 18 mars, fut la condamnation des événements. La presse républicaine dénonça « ces bandits, dont on ne saurait trop flétrir les coupables menées et qui ont osé lever le drapeau de l'insurrection contre le gouvernement issu du suffrage universel »84. Le souvenir de juin 1848 restait présent dans les esprits. Une cérémonie l'avait montré quelques mois plus tôt : lors du départ, courant octobre, du 3e bataillon de mobiles pour aider à desserrer l'étau prussien autour de Paris, Félix Faure, au nom de la municipalité, leur avait remis le drapeau apporté en septembre 1848 à la garde nationale havraise par la 5e légion parisienne, en reconnaissance du concours prêté pendant les journées de juin85. Vingt-deux ans plus tard, la participation des républicains havrais à la répression, loin d'être reniée, semblait encore légitime.

  • 86 AMH, FM, Dl 12.
  • 87 BN, NAF 20661-20663, Papiers Thiers. Sur l’intérêt de cette source : Daniel Halévy, La fin des nota (...)

55Pourtant, le conseil municipal montra très vite qu'il faisait une différence avec juin. En 1848, la République était sans contredit le régime en place, alors qu'un doute existait en mars 1871 sur les intentions de l'Assemblée. Le conseil vota, le 22 mars, une délibération qui condamnait les « désordres » et les « lâches assassinats », mais demandait aussi au gouvernement et à l'Assemblée de « proclamer immédiatement que la République est la seule forme de gouvernement qui puisse sauver et régénérer la France »86. Sans justifier, loin de là, l'insurrection, c'était mettre le doigt sur une de ses causes. Ce texte fut placardé, la population invitée à le signer, puis il fut envoyé à Thiers. Cette démarche s'inscrivait dans un mouvement national qui fit affluer à Versailles les adresses de tous bords87. Cette condamnation nuancée de la Commune semblait partagée par la majorité de la population. L'annonce des événements ne créa aucune trace d'agitation. On ne retrouve pas au Havre l'effervescence d'autres villes républicaines, telles Lyon, Marseille ou Le Creusot.

  • 88 .J. Gaillard, op. cit., p. 79-84.
  • 89 Journal du Havre, 4 avril 1871.

56Le mois d'avril vit l'ébauche, puis l'échec d'une attitude conciliatrice88. La position du conseil municipal, critique aussi vis à vis de l'Assemblée, fut reprise et approfondie par le Comité central républicain. Réuni le 6 avril, il adressa aux députés républicains, siégeant au Jeu de Paume à Versailles, une adresse qui faisait porter la responsabilité des événements à la majorité de l'Assemblée, tout en portant un regard globalement négatif sur le mouvement parisien. Ce qui était condamné était la forme prise par le mouvement, plus que le fond : « son approbation [du CCR] se borne à la juste revendication des libertés communales »89. Sur la question des franchises communales, le CCR affirmait son accord avec les Parisiens : « Il réserve (...) le droit du Havre à son indépendance communale, et ne sanctionnera aucun empiétement sur ce terrain. Il réclame une large extension de l'autonomie administrative des communes françaises, mais sans briser le lien d'unité politique noué par les républicains de la grande Révolution ». La fin de l'adresse appelait à la conciliation, tout en mettant en garde contre « tout attentat ou complot qui menacerait la République démocratique, une et indivisible ». Ce passage pouvait se comprendre comme une allusion à l'Assemblée, suspectée de vouloir rétablir la monarchie, mais aussi comme une allusion à la Commune qui risquait de rompre l'unité française.

  • 90 Au Havre, l'explication avancée par Jeanne Gaillard pour les municipalités radicales des grandes vi (...)
  • 91 Programme électoral du CCR, AMH, FM, K1 5.

57L'adoption par l'Assemblée le 14 avril d'une loi municipale retirant aux chefs-lieux d'arrondissement et de département, ainsi qu'aux communes de plus de 20 000 habitants, le droit d'élire leur maire renforça les républicains havrais dans l'idée qu'une conciliation était indispensable90. Elle devait tourner autour de deux points : les « franchises communales », l'affirmation de la République. Le programme du CCR pour les municipales du 30 avril précisait le contenu des libertés communales : « nomination des Maires et Adjoints par les conseils municipaux ; droit pour ceux-ci de choisir les Administrateurs des établissements hospitaliers et de bienfaisance ; libre administration des biens de la cité, en un mot la Commune affranchie de la tutelle administrative »91.

  • 92 AMH, FM, D1 12.
  • 93 AMH, FM, H4 7/1.
  • 94 Jacques Rougerie, La Commune, Paris, PUF, 1988, p. 108-109.

58C'est à la fin du mois que l'idée d'une conciliation prit un aspect plus concret. Le 22 avril, le conseil municipal vota l'envoi de trois membres à Paris et à Versailles pour chercher à « arrêter une lutte fratricide qui met en péril la France et la République »92. Les Archives municipales ont conservé le rapport d'un des délégués, Paul Marion93. Celui-ci, accompagné de Fauvel et Brostrom, chercha à rencontrer les deux camps pour permettre une négociation dont les fondements auraient été la reconnaissance de la République et la « reconnaissance de la Commune ou du Conseil municipal de Paris qui administrera jusqu'à une époque (le 31 mai par exemple) à laquelle auront lieu les élections ». Ce texte reprenait les grandes lignes du programme d'entente proposé par la Ligue d'union républicaine pour la défense des droits de Paris94.

59L'accueil fut bien différent à Paris et à Versailles. Dans la capitale, les Havrais furent reçus par quatre membres de la commission exécutive de la Commune, dont Édouard Vaillant et Léo Franckel. Ceux-ci donnèrent l'impression d'être prêts à traiter avec le Gouvernement. À Versailles, l'accueil fut plus froid. Thiers refusant de recevoir les Havrais, ils se contentèrent d'un entretien avec Barthélemy Saint-Hilaire qui leur fit part du refus du chef de l’exécutif de toute négociation. Thiers s'engageait cependant à ne pas mettre en danger la République.

  • 95 J. Gaillard, op. cit., p. 83.

60L'échec de cette mission fit conclure à la délégation qu'« une conciliation ne pourra résulter que d'un mouvement général de la province et d'une entente commune des grandes villes françaises ». L'idée n'était pas originale : elle couvait dans plusieurs grandes villes qui avaient aussi envoyé des délégations auprès de Thiers95. Pourtant, quand Lyon prit l'initiative d'un Congrès des villes républicaines qui eut lieu le 14 mai, Le Havre resta en dehors. Seules des villes méridionales envoyèrent des délégués. Si des contingences géographiques ont pu jouer, ainsi que les entraves mises par Thiers à la tenue de ce congrès, c'était aussi le symptôme d'un changement d'attitude de la majorité des républicains havrais vis à vis de la Commune.

61Jusque fin avril, on avait retenu des événements parisiens le climat insurrectionnel et la revendication de l'autonomie communale. Une meilleure connaissance de ce qui se passait à Paris et l'apparition d'une agitation au Havre firent prendre conscience que s'en tenir à la question des droits communaux était réducteur. Peu à peu, on revint à un regard plus négatif.

Les partisans havrais de la Commune et les élections municipales d'avril 1871

  • 96 Réponse du préfet à l'Enquête de l'Assemblée nationale, 26 juillet 1871, AN, C 3025.

62Au Havre, le Comité républicain de solidarité, qui représentait depuis l'automne l'aile la plus avancée de la démocratie havraise, s'était assez vite reconnu dans les événements parisiens. Lors des réunions, tenues rue Bernardin de Saint-Pierre, on saluait le courage des frères parisiens et on évoquait la « nécessité de marcher au secours de Paris »96.

  • 97 Ibid.
  • 98 J. Rougerie, Paris libre 1871, P :, Seuil, 1971, p. 258-259.

63Les principaux membres du club, ainsi que son état-major, nous sont connus grâce à une liste de 85 noms dressée par le préfet97, à laquelle on peut ajouter quelques noms repérés au détour des rapports de police. La plupart, soit 58 membres, appartenaient au monde du commerce et de l'artisanat. On comptait douze cordonniers, neuf menuisiers et sept débitants de boissons. La grande industrie était peu représentée : trois ajusteurs, mais un seul chaudronnier, un tourneur, un mécanicien, aucun forgeron ou aucun mouleur. Le port fournit, lui aussi, peu de partisans de la Commune : cinq journaliers, un seul calfat, un charpentier de navires, aucun marin. On était en présence de milieux populaires, mais pas du monde ouvrier tel qu'il est en train de se constituer au Havre. La faiblesse de l'échantillon rend la comparaison avec la population parisienne insurgée aléatoire. Notons simplement qu'à Paris comme au Havre, on avait plutôt affaire à des métiers traditionnels. L'ouvrier de la grande usine n'était pas en première ligne98.

64L'âge de 42 militants a été noté par les autorités. Le nombre de jeunes était faible : seuls quatre avaient moins de trente ans. Presque tous avaient dépassé la trentaine et beaucoup avaient connu la Seconde République. Comparé à l'insurgé parisien qui était déjà un homme dans la force de l'âge – 55 % des arrêtés avaient de 20 à 40 ans-, le révolutionnaire havrais l'était encore plus.

  • 99 Sur Blériot, voir M. Boivin, Le mouvement ouvrier..., t. 1, p. 95-96.
  • 100 M. Boivin, op. cit., t. 2, p. 330-331.

65Les principaux dirigeants du club étaient Odilon Lehrner, Albert Détré, compositeur d'imprimerie, Arsène Antoine, ouvrier horloger, et Schlosser, commis aux Transatlantiques. Sinon, certains membres n'étaient pas des inconnus. Fréquentaient la rue Bernardin de Saint-Pierre deux conseillers municipaux en exercice, le dessinateur Charles Dailly et le stéarinier J. Tardif, un ancien conseiller, le menuisier Pierre Girard, ainsi qu’un ancien proscrit de 1852, Alexandre Delatour. On trouvait aussi un internationaliste, le lithographe Hilaire Blériot, ami d'Aubry et ancien membre du club du passage Nitrière à Rouen en 184899. Par lui, Aubry tenta, sans réel succès, de faire des adeptes100.

  • 101 AMH, FM, K1 5, Élections municipales du 30 avril 1871.

66Les élections municipales du 30 avril donnèrent une occasion aux partisans de la Commune de diffuser et de préciser leur idée d'autonomie communale. La profession de foi, adoptée en séance publique le 24 avril 1871101, reprenait des thèmes chers aux Parisiens : la possibilité de révoquer les élus « à tout moment par voie de pétition, après examen de leur conduite en réunion publique », le remplacement des commissaires de police par des délégués élus, l'abolition des monopoles, la gestion par la Commune des établissements de bienfaisance, la suppression du mont-de-piété et la restitution des objets engagés, la mise en place d'une médecine gratuite, la séparation de l'Église et de l'État, l'enseignement obligatoire, gratuit et laïque. Comme à Paris, la révolution ne pouvait être que vertueuse : le CCRS promettait une taxe élevée sur les alcools et la « suppression des débits et des cabarets reconnus lieux de débauche ».

  • 102 Enquête parlementaire sur l'insurrection du 18 mars 1871, t. 3, p. 527. L'Entrepôt réel, obligatoir (...)
  • 103 « Aux électeurs du Comité central républicain de solidarité », 2 mai 1871, ADSM, 4 M 2704.

67Dans cet ensemble un peu disparate, on peut essayer de distinguer des thèmes diffusés dès la fin de l'Empire par les plus radicaux des républicains – la laïcisation de l'enseignement et de la bienfaisance, la séparation de l'Église et de l'État, l'accroissement des pouvoirs de la commune, la révocation des élus – et d'autres plus sociaux – la suppression du mont-de-piété, un service communal de médecine gratuite. Parler de socialisme serait par contre un abus de langage. Les réformes souhaitées portaient sur des points précis- on demandait, par exemple, des lavoirs publics gratuits-, et la seule allusion à une transformation du système social restait bien floue : que signifiait dans l'esprit des rédacteurs l'« abolition de tous les monopoles et privilèges accaparant ou entravant le travail » ? Selon le président de la Cour de Rouen, il ne s'agissait, en fait, que de demander le retour à la Commune des Docks et des Magasins généraux102. Dans d'autres textes, la question sociale n'était abordée que de manière incantatoire : on dénonçait le « Bourgeoisisme (sic) » ou les « champions de la Misère et de l'Exploitation »103. Comparé à 1848, le discours était moins élaboré : l'idée d'association des travailleurs était absente. Quant au discours de l'Internationale, l’on n’en retrouvait nulle trace.

  • 104 « Aux électeurs du Comité central républicain de solidarité », 2 mai 1871, ADSM, 4 M 2704.

68Créé par des militants républicains, proches du monde de la boutique, le CCRS s'inscrivait donc dans une tradition révolutionnaire, adepte de la démocratie directe et au maigre contenu idéologique. L'opposition avec les républicains du Comité central tenait plus dans cet extrémisme démocratique que dans leur approche différente des questions sociales : l'idée d'une révocation des élus lors de séances publiques ne pouvait qu'effrayer les républicains libéraux. Surtout, la question du suffrage universel comme fondement de toute souveraineté était la pierre d'achoppement. Chez le CCR, nulle remise en cause du résultat des élections de février. On regrettait les résultats, mais on se gardait déjuger illégitime l'Assemblée. La première réaction, en mars, avait été de rappeler que le gouvernement Thiers était issu du suffrage universel. Chez les militants du CCRS, ce légalisme n'avait pas lieu d'être puisque « avec le suffrage universel, le dernier mot reste toujours à celui qui le dirige. Les nullités réussissent avec lui ; l'intelligence et le dévouement attendent à la porte comme des mendiants »104. L'utilisation faite par l'Empire du suffrage universel avait conduit à ne plus voir en lui, contrairement aux démocrates-socialistes, le moyen de résoudre tous les problèmes. Il était désormais suspect et on lui préférait une démocratie directe aux contours flous. Cette méfiance de l'extrême gauche vis à vis du suffrage universel était promise à un bel avenir.

  • 105 AMH, FM, K1 5.

69Ce discours révolutionnaire eut du mal à convaincre. Le 30 avril, les électeurs eurent à choisir entre deux listes. Le CCR présenta vingt-huit sortants et huit nouveaux. La profession de foi105 présentait le vote comme « une affirmation résolue du Gouvernement républicain », et mettait l'accent sur les franchises communales et le développement d'une instruction gratuite et laïque, tout en réclamant la séparation de l'Église et de l'État. Rédigée en partie par Jules Siegfried, elle reprenait des thèmes qui étaient chers au premier adjoint comme les cités ouvrières, les cercles de lecture et de conférence, la création d'écoles de filles ou d'écoles d'apprentissage. La présence de nombreux négociants sur la liste pouvait expliquer le souhait de restreindre les « dépenses improductives et de luxe » au profit de « celles qui sont de nature à développer les affaires et la prospérité du Havre ». Les promesses sociales étaient minces : l’on se contentait d'évoquer la nécessité de construire un abri pour les ouvriers du port en attente d'une embauche !

  • 106 L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 264.

70Le CCRS avait, lui, porté en tête sept conseillers sortants, dont Guillemard, Fauvel et Dailly. Ceux-ci firent savoir leur refus de figurer sur cette liste106. On y trouvait sinon des membres du club de la rue Bernardin de Saint-Pierre, pour la plupart issus du monde de la boutique ou ouvriers. Figuraient aussi quelques républicains radicaux, comme l'industriel Charles Prud'homme ou le fabricant de savon Désiré Lecanu. Quant aux conservateurs, échaudés par leurs échecs de 1869 et 1870, ils préférèrent s'abstenir de présenter une liste.

  • 107 Pour les résultats, voir ADSM, 3 M 1037 et AMH, FM, K1 4.
  • 108 J. Rougerie, La Commune, p. 111.

71Les résultats du scrutin montrèrent que Le Havre, tout en affirmant son républicanisme, refusait d'être solidaire de la Commune107. Avec un score moyen plus de trois fois supérieur à celui du CCRS – 41 % des inscrits contre 12 %-, le CCR emportait largement les élections et augmentait fortement son score comparé à août 1870. Un an plus tôt, il n'avait obtenu en moyenne que 4 342 voix, soit 27 % des inscrits. On serait tenté de l'expliquer par l'absence de liste conservatrice, mais, vu le programme avancé de Guillemard et ses amis, il est douteux que l'apport de voix de ce côté ait été considérable. Cette victoire républicaine n'était pas isolée. De nombreuses villes de province connurent le même phénomène108.

  • 109 L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 265.
  • 110 Enquête parlementaire sur l'insurrection du 18 mars 1871, p. 595.

72Les partisans de la Commune devaient eux se contenter d'un score modeste, même s'il put impressionner les autorités, promptes à s'émouvoir. Les meilleurs résultats étaient obtenus dans le canton est avec plus d'un tiers des suffrages exprimés. L'effervescence, qu'avait connue la population ouvrière havraise depuis la fin du Second Empire, pouvait l’expliquer. Le siège et surtout la chute du trafic portuaire avaient tendu le climat social. Parmi les ouvriers sans travail, un mécontentement envers la municipalité commençait à voir le jour. Quelque temps avant le vote, une manifestation de terrassiers sans travail avait envahi le domicile de Guillemard, signe qu'une rupture entre une partie de la population et les notables républicains se dessinait109. La reprise de l'activité économique dans les mois suivants permit d'éviter cette rupture et, dès juillet 1871, les membres du CCRS se retrouvèrent côte à côte avec les autres républicains havrais derrière Gambetta. Leur extrémisme révolutionnaire était resté purement verbal ce qui explique que le préfet a minimisé a posteriori l'importance de la Commune au Havre : « toutes ces violences de langage ne se manifestaient par aucun acte extrémiste, et, si l'on parlait tout haut de courir au secours de Paris, on n'avait garde de le faire »110.

Le ralliement des républicains havrais à la répression

  • 111 Journal du Havre, 23 et 24 avril 1871.

73Dans l'immédiat, l'apparition d'une minorité favorable à la Commune conduisit les républicains havrais à prendre leurs distances. Dans la presse, le ton se fit plus critique et, après avoir mis sur le même plan les revendications fédéralistes de la Commune et le thème des franchises municipales, on établit, à la lecture de la Déclaration de la Commune au peuple français, une nette distinction, expliquant aux lecteurs que c'était l'unité française qui était en jeu111.

  • 112 Voir les arguments de Jean Bouvier dans La Commune de 1871 (op. cit., p. 328-330) et leur réfutatio (...)

74Surtout, l'échec des tentatives de conciliation créa un climat de résignation : la répression semblait inéluctable et inévitable. Faut-il parler pour autant, comme l'ont avancé certains historiens112, d'un pacte tacite entre Thiers, qui se serait engagé à conserver la République, et les radicaux des grandes villes de province qui lui auraient laissé les mains libres pour écraser la Commune ? Raisonner ainsi revient à simplifier la situation. À regarder le conseil municipal du Havre, on a plutôt l'impression que l'échec de la conciliation voua au silence ceux qui y avaient cru et laissa le champ libre à ceux qui portaient depuis le début un regard très critique sur les révolutionnaires parisiens, leur reprochant, comme une tache indélébile, de s'être soulevés contre un gouvernement issu du suffrage universel. Pour ces républicains profondément légalistes, la promesse, plusieurs fois réitérée par Thiers, de ne pas toucher à la République était un argument supplémentaire pour prôner la répression. Celle-ci était voulue, non par cynisme, mais parce qu'on était convaincu qu'elle était la seule solution face à un soulèvement jugé illégal. Deux hommes incarnèrent ce courant, Jules Siegfried et Félix Faure.

  • 113 Journal, 7 avril 1871.
  • 114 Ibid., 9 avril 1871.

75À lire le journal du premier, l’on est frappé de voir combien l’adjoint au maire était loin de partager le souci de conciliation de certains de ses collègues. La condamnation de la Commune fut une constante de mars à fin mai. Pour Siegfried, une référence s'imposait, celle de 1793, véritable spectre de la bourgeoisie libérale : « on voit les mêmes figures sinistres, les mêmes hommes atroces et cyniques, les mêmes costumes déguenillés qu'en 93, et les mêmes assassinats, pillages et excès de toutes sortes se commettent »113. Face au comportement criminogène des fédérés, la répression était réclamée, bien avant l'entrée des Versaillais dans la capitale : « Il faut fusiller et fusiller sans pitié tous ceux qui seront compromis dans cette affreuse guerre civile, qui a eu pour prétexte, non pas la Commune, mais le communisme et le socialisme ». Elle seule pouvait purger la population parisienne de ses éléments dépravés : « Avec de pareils malfaiteurs, il n'y a rien à espérer ; la mort seule peut les corriger et par la mort d'un pervers de cette espèce on sauve la vie de cent honnêtes gens »114. La peur des « barbares », si typique de la bourgeoisie française du XIXe siècle, refaisait surface et expliquait le souhait d'une nouvelle purification de la société par un bain de sang.

  • 115 Relation du voyage accompli à Paris du 24 au 31 mai 1871 par le détachement de sapeurs pompiers du (...)

76L'accélération des événements, courant mai, permit à ce type de discours, resté d'abord discret, de s'imposer. L'annonce des incendies de Paris provoqua l'envoi de pompiers havrais sous la direction de Félix Faure. Leur mission ne consistait pas seulement à sauver le patrimoine parisien : leur principal fait d'armes consista à aller retirer du haut de la colonne de la Bastille le drapeau rouge pour le remplacer par un drapeau tricolore115. Comment ne pas y voir tout un symbole : Le Havre, ville républicaine, participait, comme en juin 1848, à une répression dont on pensait qu'elle permettait de sauver la République face à des révolutionnaires accusés de mettre en péril son existence. Le souvenir de 1793 jouait pleinement : les fédérés étaient les lointains descendants des sans-culottes qui, par leur extrémisme, avaient provoqué la ruine de la Première République.

  • 116 Adresse du conseil municipal, 1er juin 1871, AMH, FM, D1 12.
  • 117 BN, Manuscrits français, NAF 1063.

77C'est cette vision négative qui finit par l'emporter. Le 1er juin, le conseil municipal vota, comme de nombreuses communes françaises, une adresse au « Gouvernement de la République » qui condamnait les « crimes sans exemple qui viennent d'être commis à Paris »116 Il espérait « que l'ère du désordre et des luttes fratricides est close à jamais ». La répression de la Commune devait fermer définitivement l'ère des révolutions. Cela supposait, maintenant qu’une page était tournée, l'affermissement de la République « qui, basée sur le devoir, le respect des lois et la modération, est le meilleur des gouvernements »117 Le nouvel ennemi n'allait plus être l'extrême gauche parisienne, mais la majorité conservatrice de l'Assemblée.

Notes

1 Rapports du préfet Leroy des 2 juin et 1er juillet 1866, Archives du SHAT, G 8/183.

2 Cette altitude des Havrais contrastait avec celle de la majorité des Français, pour lesquels Stéphane Audoin-Rouzeau a montré une évolution dans le sens de la guerre après juillet 1866 (1870. La France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989, p. 30).

3 Rapport du préfet Leroy du 1er octobre 1867, Archives du SHAT, G 8/183.

4 Journal officiel de l'Empire français, 16 juillet 1870.

5 Richard Bolster, « Journalisme et propagande. Le Journal du Havre en 1870 », Etudes normandes, 1991, n° 4, p. 59-68.

6 Ibid. Stéphane Audoin-Rouzeau a noté la même attitude pour l'ensemble des milieux économiques français : l’idée dominante est que la guerre mettra fin au climat de marasme économique qu'on attribuait à la peur d'un conflit (op. cit., p. 53-54).

7 Journal du Havre, 17 et 18 juillet 1870.

8 Cité par Louis Brindeau (op. cit., p. 19-20).

9 Journal du Havre, 16 juillet 1870.

10 .Ibid., 17 et 18 juillet 1870.

11 Ibid, 27juillet 1870.

12 François Roth, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, p. 45.

13 La campagne électorale fut pratiquement inexistante. Cf. J. Siegfried, Journal, 7 juillet, 1870 ; Rapport du préfet du 1er août 1870, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

14 AMH, FM, K1 5, Élections municipales des 6 et 7 août 1870 ; ADSM, 3 M 1037.

15 Journal du Havre, 5 août 1870.

16 J. George, Histoire des maires, p. 170-171.

17 AMH, FC, K1 5. Il s'agissait de faire face à la vacance créée par la démission de la municipalité, antérieure à l'annonce des résultats (Journal du Havre, 10 août 1870).

18 Journal de Jules Siegfried, 15 août 1870.

19 Iouda Tchernoff, op. cit., p. 602 ; S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 127.

20 S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 128. Voir aussi Jeanne Gaillard, Communes de Province, Commune de Paris, 1870-1871, Paris, Flammarion, 1971, p. 34.

21 Le 9, Jules Favre insinua l'idée d'une déchéance de l'Empire, sans aller plus loin (S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 112).

22 Sur la référence à 1792, lieu commun de la presse républicaine : S. Rials, op. cit., p. 16-17 ; Eric Bonhomme, L'exercice du pouvoir sous la Défense Nationale : 4 septembre 1870-8février 1871, Thèse de doctorat de l'Université Paris IV, 1996, p. 162-164.

23 Citée par Louis Brindeau (op. cit., p. 46-47).

24 AMH, FC, D1 12, Délibération du conseil municipal, 5 septembre 1870. Aucune source ne permet de savoir si le préfet avait consulté la municipalité provisoire avant de choisir ces noms.

25 Le rôle de Faure à la municipalité diminua dès mi-novembre, quand il prit la direction des dépôts de la garde mobile de la Marne et de la Seine-Inférieure (AN, 460 AP 3).

26 Journal du Havre, 5 septembre 1870.

27 Il s'agit de Gambetta.

28 La formule est du sous-préfet Ramel. Voir Fr. Berge, op. cit., p. 10.

29 Notre propos ne saurait être de dresser un tableau complet de la guerre de 1870-1871 au Havre. Sur ce sujet : L. Brindeau, op. cit. ; Albert Leroy, Le Havre et la Seine-Inférieure pendant la guerre de 1870-1871, Le Havre, 1877 ; G. Dubosc, La guerre de 1870-1871 en Normandie, Rouen, 1905 ; Georges Merlier dir., La Guerre de 1870-1871 en Haute-Normandie, Rouen, C.R.D.P., 1972, 233 p.

30 ADSM, 2 M 30, Dossiers personnels des sous-préfets ; Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, Paris, Flammarion, 2e édition [1909], p. 925-927.

31 Journal du Havre, 6 octobre 1870.

32 Marcel Boivin, « Le problème de la défense de Rouen », in Georges Merlier dir., La Guerre de 1870-1871..., p. 71-88.

33 Note manuscrite sur le républicanisme du capitaine Mouchez, AMH, FM, H4 7.

34 Journal du Havre, 19 novembre 1870.

35 Le futur président de la République, petit-fils de Lazare Carnot et polytechnicien, s'était mis au service de Gambetta après le 4 septembre.

36 Patrick Harismendy, Sadi Carnot, Paris, Perrin, 1995, p. 143.

37 Ancien procureur de la République sous la Seconde République, il avait été élu député républicain de Rouen en 1869. Le 5 septembre, le Gouvernement de Défense nationale l'avait nommé administrateur supérieur de la Seine-Inférieure (AN, Flb I 158/20).

38 Journal du Havre, 11 octobre 1870.

39 Il était le fils d'un serviteur fidèle des Orléans, Louis Estancelin, administrateur de leurs domaines et forêts du comté d'Eu sous la Restauration, puis député d'Abbeville après 1830. Cf. Dictionnaire de biographie française, t. 13, p. 70.

40 Journal du Havre, 7 octobre 1870.

41 Jean-Claude Marquis, « Les corps francs rouennais », in G. Merlier dir., La Guerre de 1870-1871 en Haute-Normandie, p. 53-68.

42 Cette revendication d’un département de la Seine-Maritime était apparue dès 1859 sur l’initiative de la Chambre de commerce (R. Lévy, Le Havre entre trois révolutions, p. 148-189).

43 Claude Malon, op. cit., p. 106.

44 AMH, FC, D3 6/1.

45 M. Boivin, Le mouvement ouvrier..., p. 425-430.

46 Guy de Maupassant, Boule de suif, in Œuvres complètes, Paris, Laffont, coll. Bouquins, p. 55. R. Bolster (op. cit.) a montré que Maupassant avait puisé dans la lecture de la presse havraise une partie de son inspiration.

47 Adresse du Comité républicain au Havre, 14 décembre 1870, AMH, H4 4/13.

48 Journal du Havre, 7 octobre 1870.

49 Ce n'est que le 14 octobre que les corps francs furent intégrés à l'armée auxiliaire, ellemême fusionnée à l'armée régulière. Il fallut attendre le 4 novembre pour qu'ils soient rattachés aux corps d'armée en campagne. S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 198.

50 Fr. Roth, op. cit., p. 224-226.

51 L. Brindeau, op. cit., p. 76-78.

52 Journal du Havre, 25 septembre 1870. Tous les volontaires ne furent finalement pas versés dans les corps francs, le décret du 29 septembre permettant la formation de gardes nationales mobilisés. Certains préférèrent sans doute cette formule moins dangereuse.

53 AMR, FM, H3 13/8, Contrôle nominatif de la Légion garibaldienne.

54 AMH, FM, H3 13/6. Dans le cas des compagnies de tirailleurs-éclaireurs, les feuilles d'enrôlement ne sont pas datées et semblent incomplètes.

55 Non daté, ce numéro rend hommage à la mémoire de Frédéric Bellanger (BMH, Fonds Chardey).

56 AMH, FM, H4 7.

57 Journal, 8 janvier 1871.

58 Ibid., 22 janvier 1871.

59 Ce partisan local de la Commune reste peu connu. Voir DBMOF, t. 5, p. 338.

60 ADSM, 4 X 134, Société typographique de prévoyance.

61 J. Legoy, op. cit., t. 3, p. 68-69.

62 Pétition au maire, 14 septembre 1870, AMH, FM, H4 4/13.

63 Journal du Havre, 29 octobre 1870.

64 Ibid., 5 novembre 1870.

65 Adresse, non datée, au conseil municipal, AMH, FM, H4 4/13.

66 Pétition au conseil municipal, non datée, AMH, FM, H4 4/13.

67 AMH, FM, H3 13, Contrôle nominatif des Vengeurs de la mort.

68 Cf. Tableau 8, p. 73.

69 Journal du Havre, 7 novembre 1870.

70 Sur ces élections : Jean-Pierre Aubert, « Les élections en Seine-Inférieure de 1871 à 1873 », in La Guerre de 1870-1871 en Haute-Normandie, p. 121-127 ; du même, « Comment la Seine-Inférieure est devenue républicaine (1871-1876) », Études normandes, no 78, 1971, p. 1-24 ; M. Boivin, op. cit., t. 1, p. 452 ; Jacques Gouault, Comment la France est devenue républicaine. Les élections générales et partielles à l'Assemblée nationale (1870-1875), Paris, Presses de la FNSP, 1954, p. 87-88.

71 Lettre du préfet au maire, 5 février 1871, AMH, FM, K1 4/10.

72 Journal du Havre, 5 février 1871.

73 É. Bonhomme, op. cit., p. 397.

74 Cité par L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 89. Cordier devait siéger plus tard au Centre gauche, de même que cinq autres candidats de la liste (Dufaure, Thiers, Buisson, Lanel, Buée). Sur Cordier, J.-P. Chaline in J.-M. Mayeur et A. Corbin dir., Les immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 285-288.

75 Fils d'un ouvrier calfat, Jules Peulvé avait commencé comme commis, puis était devenu un des principaux armateurs du Havre. Cf. Louis Brindeau, Le Havre de Grâce et ses navires, Le Havre, Impr. du journal Le Havre, 1927, p. 223-224.

76 Proclamation des comités républicains réunis de la Seine-Inférieure, s.l., [1871], 1 p.

77 Pour les résultats, voir AN, C 3456 et AMH, FM, K1 4/10.

78 L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 83-84.

79 J. Legoy, op. cit., p. 77.

80 Ph. Vigier, « Le Parti républicain... » ; L. Girard dir., Les élections de 1869, p. XIII-XV.

81 S. Audoin-Rouzcau, op. cit., p. 303-308.

82 Journal du Havre, 21 février 1871 ; AN, C 3456.

83 Les réactions havraises à la Commune de Paris ont fait l'objet d'un article de Didier Nourisson : « Le Havre et la Commune de Paris », RAAVH, 1990, no 41, p. 27-38.

84 Journal du Havre, 20 mars 1871.

85 Journal du Havre, 15 octobre 1870. Voir aussi Louis Brindeau, op. cit., t. 1, p. 116.

86 AMH, FM, Dl 12.

87 BN, NAF 20661-20663, Papiers Thiers. Sur l’intérêt de cette source : Daniel Halévy, La fin des notables, Paris, Grasset, 1930, rééd. Hachette-Pluriel, 1995, p. 201-204 ; Raymond Huard, La préhistoire des partis..., p. 270-274 ; « Le mouvement républicain gardois devant la Commune de Paris », Actes du 96e Congrès des sociétés savantes (Toulouse, 1971), Paris, 1976, t. 1, p. 155-175.

88 .J. Gaillard, op. cit., p. 79-84.

89 Journal du Havre, 4 avril 1871.

90 Au Havre, l'explication avancée par Jeanne Gaillard pour les municipalités radicales des grandes villes – « sauver Paris (...), c'est aussi se sauver soi-même » en évitant que le gouvernement ne vous impose une municipalité – ne tient guère (op. cit., p. 81). La loi du 14 avril obligeait à prendre le maire et les adjoints au sein du conseil, or tous les conseillers étaient républicains.

91 Programme électoral du CCR, AMH, FM, K1 5.

92 AMH, FM, D1 12.

93 AMH, FM, H4 7/1.

94 Jacques Rougerie, La Commune, Paris, PUF, 1988, p. 108-109.

95 J. Gaillard, op. cit., p. 83.

96 Réponse du préfet à l'Enquête de l'Assemblée nationale, 26 juillet 1871, AN, C 3025.

97 Ibid.

98 J. Rougerie, Paris libre 1871, P :, Seuil, 1971, p. 258-259.

99 Sur Blériot, voir M. Boivin, Le mouvement ouvrier..., t. 1, p. 95-96.

100 M. Boivin, op. cit., t. 2, p. 330-331.

101 AMH, FM, K1 5, Élections municipales du 30 avril 1871.

102 Enquête parlementaire sur l'insurrection du 18 mars 1871, t. 3, p. 527. L'Entrepôt réel, obligatoire pour les sucres et cafés, avait appartenu à la municipalité jusqu'en 1857. Lors de la création du Dock-Entrepôt, la ville en avait obtenu la concession et l'avait rétrocédée à une compagnie parisienne moyennant 30 % des recettes. Cf. F. de Coninck, Le Havre, son passé, son présent, son avenir, Le Havre, Lemâle, 1859, p. 61-64.

103 « Aux électeurs du Comité central républicain de solidarité », 2 mai 1871, ADSM, 4 M 2704.

104 « Aux électeurs du Comité central républicain de solidarité », 2 mai 1871, ADSM, 4 M 2704.

105 AMH, FM, K1 5.

106 L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 264.

107 Pour les résultats, voir ADSM, 3 M 1037 et AMH, FM, K1 4.

108 J. Rougerie, La Commune, p. 111.

109 L. Brindeau, op. cit., t. 2, p. 265.

110 Enquête parlementaire sur l'insurrection du 18 mars 1871, p. 595.

111 Journal du Havre, 23 et 24 avril 1871.

112 Voir les arguments de Jean Bouvier dans La Commune de 1871 (op. cit., p. 328-330) et leur réfutation par Jeanne Gaillard (op. cit., p. 165-169).

113 Journal, 7 avril 1871.

114 Ibid., 9 avril 1871.

115 Relation du voyage accompli à Paris du 24 au 31 mai 1871 par le détachement de sapeurs pompiers du Havre, Le Havre, Rocquencourt, 1871, 16 p. (AMH, FM, H4 7/3).

116 Adresse du conseil municipal, 1er juin 1871, AMH, FM, D1 12.

117 BN, Manuscrits français, NAF 1063.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. Les membres des corps francs
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3. Frédéric Bellanger, héros havrais
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Carte 10. Score de la liste conservatrice aux élections à la Constituante du 8 février 1871 pour l’arrondissement du Havre (en % des votants)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7874/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 11. Élections à la Constituante du 8 février 1871. Résultats en % des exprimés pour les cantons du Havre intra-muros
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7874/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540