Version classiqueVersion mobile

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Seconde Partie. La victoire de Marianne

Chapitre 1. De la renaissance du courant républicain à sa victoire au Havre (1863 – août 1870)

Texte intégral

1Peu touché par la répression, à l'exception des démocrates-socialistes, et conforté par les résultats honorables des plébiscites de 1851 et 1852, le parti républicain ne disparut pas après 1852. Pendant une dizaine d'années, il resta relativement silencieux.

1. La survie d'un courant libéral sous l'Empire

2Ce n'est pas avant 1863 que les républicains refirent parler d'eux au Havre. Ces dix années de silence ne signifièrent pas une adhésion unanime de la ville à l'Empire. Le libéralisme, qui avait caractérisé les élites depuis 1815, resta ancré dans les esprits. La presse, qui n'avait pas trop souffert du coup d'État, offrit une tribune confortable à cette nuance de l'opinion.

L'attitude ambiguë du haut commerce

3Le négoce havrais, après avoir marqué en 1851 sa méfiance vis à vis du régime, finit par l'accepter. Ce ralliement se fit cependant sans réel enthousiasme.

  • 1 J.-P. Chaline in A. Corvisier dir., Histoire du Havre..., p. 188-189.

4Sur le plan matériel, les premières années de l'Empire furent au Havre, comme ailleurs, de bonnes années. Après le marasme économique de la fin des années 1840, l'activité portuaire connut une forte reprise permettant, dès 1856, d'atteindre les deux millions de tonneaux de jauge brute1. La signature du traité Cobden-Chevalier, en 1860, fit de 1861 une année record. Ce traité allait dans le sens de la libéralisation des échanges internationaux, ce qui avait toujours été un cheval de bataille du négoce havrais et un point d’achoppement avec les industriels rouennais. Localement, la population n'eut pas à se plaindre des décisions de l'Empereur.

  • 2 Théodore Nègre, Le Havre : étude de géographie urbaine, Le Havre, impr. Étaix, 1947, p. 33-34 ; Jea (...)

5Dès 1849, lors de sa visite au Havre, Louis-Napoléon avait été alerté par les autorités de la nécessité de détruire les remparts pour permettre l'extension de l'espace urbain, mais aussi portuaire. La loi du 9 juillet 1852, puis les décrets des 7 août 1853 et 26 juin 1854, comblèrent entièrement les vœux des Havrais : les remparts est et nord devaient être rasés et les fossés comblés ; l'annexion d'Ingouville, du bas Sanvic et de l'ouest de Graville faisait passer la superficie de la ville de 192 à 689 hectares utiles2. Un nouveau décret, en 1865, permit de mettre à bas les dernières fortifications côté ouest. Le Second Empire fut, comme dans d'autres agglomérations françaises, une grande époque pour l'urbanisme : de nouveaux boulevards furent percés, le boulevard Impérial d'est en ouest et le boulevard François Ier de direction sud-est/nord-est ; de nouveaux quartiers virent le jour, Saint-Vincent et les Gobelins au bas de la côte d'Ingouville à l'emplacement des anciennes tuileries, Saint-Joseph le long du boulevard François Ier, tandis que le quartier du Perrey était assaini ; des jardins furent aménagés, dont le square Saint-Roch sur l'emplacement d'un ancien cimetière ; la ville se couvrit de bâtiments officiels ; le port fut agrandi.

  • 3 Rapport du préfet de Seine-Inférieure du 6 juillet 1854, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

6Tout cela aurait dû gagner à la cause impériale les élites commerciales de la ville. Dès 1854, le préfet Leroy de Boiseaumarié était obligé de constater qu'on était loin du compte. Comparé aux autres arrondissements, celui du Havre restait plus réticent. L'explication donnée ne manquait pas de saveur : selon ce fonctionnaire, les responsables étaient l'« élément cosmopolite » qui peuplait la ville, tandis que les « vrais Havrais » étaient unanimes à rendre hommage à l'Empereur3.

  • 4 Rapport du sous-préfet du Havre, 5 juillet 1859, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

7Une des explications de cette réticence tenait sans doute à la difficulté d'oublier le passé : le Premier Empire avait été pour Le Havre une période catastrophique à cause du blocus. Napoléon Ill ne réussit jamais à convaincre les négociants havrais qu'un tel épisode ne se reproduirait pas. Dès 1854, la guerre de Crimée montra combien la formule « l'Empire, c'est la paix » avait duré peu de temps. Cette appréhension de la guerre pesa tout au long de l'Empire. Quand, en 1859, la France vint au secours du Piémont, les réactions furent négatives, contrairement à celles bien connues de la population parisienne. La guerre fut perçue comme « un malheur public qu'il était possible d'éviter »4. On craignait un élargissement de la guerre à l'Allemagne et l'Angleterre.

  • 5 Rapport du commissaire central du 13 juin 1859, AMH, FM, I2 11/15.
  • 6 Rapport du commissaire central du 13 juillet 1859, AMH, FM, I2 11/15.
  • 7 Rapport du sous-préfet du Havre, 5 juillet 1859, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

8L'annonce des premières victoires modifia l'attitude des Havrais. Laissons la parole au commissaire central : « la population entière, ivre de joie, a fait des démonstrations très bruyantes sur tous les points ; pour la manifester, des pétards, des fusées ont été lancés dans les airs et des coups de fusil et de pistolet tirés dans toutes les directions »5. Cette ivresse s'expliquait, bien évidemment, par la fierté patriotique, bien plus présente parmi les classes populaires que parmi la bourgeoisie négociante, mais elle était aussi un défoulement après une période d'angoisse. La peur d'une guerre longue, se généralisant peu à peu à l'ensemble de l'Europe et empêchant tout commerce international, avait dominé les deux mois précédents. À l'annonce de la paix, toutes les maisons furent pavoisées « en moins d'un instant »6, tout un chacun ayant senti « combien la cessation de la guerre allait avoir une influence heureuse sur les grandes opérations commerciales entravées par l'inquiétude »7. Dès 1860, l'attitude de la France à Rome fit renaître la menace d'une guerre. Surtout, Sadowa relança la peur d'un conflit européen. L'idée que l'Empire ne pouvait être que synonyme de guerre et était donc une menace permanente pour le commerce, ne disparut jamais.

  • 8 Rapport du procureur général du 11 janvier 1866, AN, BB30 387.

9L'autre explication des réticences de la bourgeoisie havraise était une méfiance innée pour tout régime autoritaire. Le libéralisme restait la référence des élites et, plus le souvenir des désordres de 1848 s'estompa, plus le goût pour un régime parlementaire réapparut. S'y ajoutait la connaissance chez beaucoup des exemples britannique et américain. Il n'était pas rare, chez les négociants, de commencer sa carrière par un séjour de plusieurs mois, voire plusieurs années, en Angleterre ou aux États-Unis. Pour les besoins du négoce, on était en relations avec des correspondants de ces deux pays. Tout cela créait un climat, très visible dans les années 1860, que résumait ainsi le procureur impérial : « Ce n'est pas, comme il y a vingt ans, vers le socialisme que porte le courant : c'est vers les doctrines anglaises et américaines, la liberté sans limite de l'individu, l'affaiblissement de tout pouvoir, la répugnance à toute réglementation »8.

10Cette réserve de l'opinion éclairée face au régime ne signifiait pas, loin de là, une adhésion aux thèses républicaines. Pour beaucoup, moins importait la forme du régime que son contenu. Un Empire parlementaire, où le choix de la guerre n'aurait plus dépendu des décisions d'un seul homme, était acceptable. C'est la lenteur et l'ambiguïté de l'évolution de l'Empire vers un régime libéral qui permirent aux républicains modérés de réapparaître. Leur grand atout fut d'avoir conservé entre leurs mains, durant tout l'Empire, le principal journal du Havre.

La presse républicaine et sa diffusion : le Journal du Havre

  • 9 D'après le préfet (Rapport du 4 juin 1857, ADSM, 4 M 644), c'était, vers le milieu des années 1850, (...)
  • 10 D.P. Scales, op. cit., p. 69-70.
  • 11 ADSM, 2 T 121, dossier Rocquencourt.

11Dans ce climat où toute opposition structurée avait disparu, mais où l'opinion restait réservée vis à vis du régime, c'est la presse qui permit le maintien d'un discours libéral et républicain. Non suspendu en décembre 1851, contrairement au Progressif cauchois, le Journal du Havre mena tout au long de l'Empire une opposition feutrée au pouvoir. Sa diffusion, très supérieure à celle de son principal concurrent, Le Courrier du Havre, lui donnait une influence indéniable9. Quant au Journal de l'arrondissement, il eut du mal à se remettre du départ d'Alphonse Karr qui, bien que l'objet d'aucune poursuite, choisit de s'exiler à Nice, où il se fit le promoteur de l'industrie des fleurs coupées10. Après le départ du célèbre romancier, Rocquencourt, resté seul gérant du Journal de l'arrondissement, préféra se rapprocher du nouveau régime. Cet organe fut, finalement, repris, en 1862, par Amédée Mignot, ancien rédacteur au Courrier du Havre11.

  • 12 AN, 5 Mi 510, État civil et registre paroissial de Fort-Royal ; AN, Flb 1 157/11, dossier G. Cazava (...)

12À la rédaction du Journal du Havre, le départ de Barnabé Gaffney avait aussi conduit à une réorganisation. Dès septembre 1852, Henri Brindeau fit appel aux services de Gustave Cazavan qui joua un rôle essentiel dans la renaissance d'une opinion républicaine au Havre. Il était né le 15 août 1803 en Martinique d'un père maître en chirurgie à Fort-Royal. Après des études en France, il fut journaliste au National, puis devint rédacteur en chef du Journal de Rouen en 1833. Il le resta durant toute la monarchie de Juillet. Début mars 1848, il fut nommé adjoint au maire de Rouen par Deschamps, puis Senard l'envoya comme préfet en Haute-Garonne en juin 1848. Préfet de Vendée à partir de novembre 1848, il fut destitué dès le 2 janvier 184912. 11 travailla jusqu'au Deux Décembre au Siècle, puis se retira en Seine Inférieure.

  • 13 Philippe Wolff dir., Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, nelle éd. 1988, p. 473-476.

13Le choix de ce rédacteur, quelques mois après le coup d'État, n'était pas neutre. Proche de Senard dans les années 1840, Gustave Cazavan était un républicain convaincu. Son déplacement de Haute-Garonne en Vendée avait été provoqué par sa participation à un banquet organisé par les démocrates de Toulouse en l'honneur de la proclamation de la Première République13. Un toast avait été porté « à une République qui accepte les traditions de 1792 », ce qui avait valu au gouvernement une interpellation à l'Assemblée.

  • 14 ADSM, 2T122, dossier du Journal du Havre. Voir aussi, AN, F18 500D.
  • 15 Compte rendu de l'assemblée générale extraordinaire du 31 mai 1861, AN, F18 500D.

14Dès 1853, Henri Brindeau laissa à Gustave Cazavan la responsabilité du journal. Une assemblée générale extraordinaire le nomma seul gérant responsable et cogérant social14. La mort en 1861 d'Henri Brindeau en fit le seul gérant de la société qui prit le nom de Gustave Cazavan et Cie. Cette dénomination ne doit pas faire illusion : le Journal du Havre était depuis 1843 une société en commandite, dont le capital restait entre les mains des principaux noms du négoce havrais. La liste des actionnaires présents lors de l'Assemblée générale extraordinaire du 31 mai 1861 indique combien le poids du négoce restait fort15. On retrouvait la plupart des actionnaires de 1843 ou leurs descendants. Leur fidélité au titre s'expliquait par sa fonction commerciale irremplaçable, mais on pouvait aussi la comprendre comme un encouragement au discours libéral qui y était tenu. Placé à la tête du Journal du Havre, Gustave Cazavan sut s'entourer de journalistes de talent. Il recruta, en 1853, Félix Santallier qui allait, lui aussi, jouer un rôle essentiel parmi les républicains havrais.

  • 16 ADSM, 4 M 658, Avertissements aux journaux, 1852-1869.
  • 17 Rapport du sous-préfet du 17 janvier 1860, ADSM, 4 M 658.

15Sous la menace permanente d'un avertissement, Cazavan réussit à traverser sans trop de dommage la période de l'Empire autoritaire. De 1852 à 1860, il fut convoqué neuf fois par le sous-préfet et reçut trois avertissements officieux16. L'administration lui reprocha plusieurs polémiques sur des questions d'intérêt local avec la municipalité, quelques propos ironiques sur l'étiquette à Compiègne et l'oubli de l'interdiction faite à la presse de rendre compte des séances du Corps législatif. Les griefs les plus politiques portaient sur un éloge des principes de 1789, paru à l'occasion de la guerre de Crimée, et, en 1860, une critique ambiguë du Tartuffe de Molière que Santallier avait conclue ainsi : « C'est d'un bon enseignement pour le peuple que de lui rappeler, de temps à autre, les vieux chefs d'œuvre, de montrer la transformation de la morale au théâtre, et comme la liberté se cache à demi sous le masque de la comédie, lorsqu'elle est exilée de toutes ses tribunes, lorsqu'on lui coupe la parole, lorsqu'on lui macule ses journaux »17.

  • 18 Louis Brindeau, Historique du Journal du Havre, Le Havre, Impr. du Journal du Havre, 1904, p. 16.

16Tout cela peut paraître sans grande portée. Tirons-en pourtant quelques enseignements. L'aspect tatillon de la surveillance de la presse fut efficace, puisqu'il réduisit le Journal du Havre à ne plus exprimer d'opinion politique et à se contenter de rares allusions. Le journal développa surtout sa partie maritime et commerciale, non susceptible de lui attirer les foudres de l'administration18. Dans un article du 8 mars 1869, le journal présentait ainsi le bilan de la décennie écoulée : « De 1852 à 1862 l'embargo avait été mis sur la discussion politique. La polémique du Journal se replia dans la discussion des intérêts économiques de la France, en général, et du port du Havre en particulier ». Perçu comme une menace potentielle, le Journal du Havre ne fut pourtant jamais interdit. On se contenta de lui infliger des avertissements officieux. Cette relative mansuétude participait de la politique du pouvoir vis à vis du négoce havrais qu'on souhaitait ménager. Soucieux de réconcilier les élites locales, Leroy, loin de l'image d'Épinal du « préfet à poigne », refusa toute mesure brutale. Il n'en fut guère récompensé : après 1862, le ton du Journal du Havre se modifia, devenant de plus en plus critique, au fur et à mesure que l'opposition réapparaissait au grand jour.

2. Le Havre, ville républicaine à partir de 1863. Les débuts de la conquête électorale de la ville

La candidature d'Émile Ollivier en 1863

17Les élections au Corps législatif de 1863 furent la première occasion pour l'opposition havraise de faire parler d'elle. Les élections de 1857 avaient vu la victoire du candidat officiel Jules Ancel, contre lequel personne ne s'était présenté. Le taux d'abstention avait été particulièrement élevé dans les deux cantons du Havre, dépassant les 66 %. C’était bien plus que dans le reste de la circonscription.

  • 19 Journal du Havre, 12 mai 1863.
  • 20 Profession de foi d'Émile Ollivier, 23 mars 1863, ADSM, 3 M 233.

18En 1863, l'attitude de Jules Ancel, opposant à la Loi de sûreté générale en 1858 et hostile à la politique italienne de l'Empereur, fit que la préfecture lui préféra comme candidat officiel François Mazeline, ancien républicain modéré en 1848-1849 et rallié depuis à l’Empire. Côté républicain, les « comités démocratiques », terme derrière lequel il est difficile de savoir qui se cache, firent appel à Émile Ollivier19. Le véritable initiateur de cette candidature fut sans doute Gustave Cazavan qui la défendit dans les colonnes de son journal. Ancien serviteur de la Seconde République et opposant modéré à l'Empire, Émile Ollivier était pour les républicains havrais le candidat idéal, porte-parole d'un libéralisme à la fois politique et économique. Son programme s'adressait en priorité au négoce, appelant les démocrates à accepter la « consécration des droits individuels par la Liberté » et les libéraux à prendre « leur parti de l'avènement du peuple », dénonçant les opérations militaires à l'extérieur et rappelant les bienfaits de la liberté commerciale20.

  • 21 Journal du Havre, 23 mai 1863.
  • 22 La formule est de Louis Girard (Napoléon III, Paris, Fayard, 1986, p. 360).
  • 23 Journal du Havre, 29 mai 1863.

19Le Journal du Havre lui savait gré de s'inspirer de l'exemple britannique qui avait su concilier liberté politique et économique21. Cette référence au Royaume-Uni indiquait que c'était plus le contenu des réformes que la nature même du régime qui importait. Dès cette époque, Émile Ollivier était sur la voie du ralliement, rêvant « d'être le Benjamin Constant d'un nouvel Acte additionnel »22. Si cette évolution de l'homme restait en grande partie secrète – les républicains parisiens l'avaient porté sur leur liste-, on peut voir dans le choix des Havrais de faire appel à lui leur attirance pour un homme plus soucieux de la défense des libertés que du renversement du régime. Le Journal du Havre plaça, par une série d'articles, le vote pour Ollivier dans la continuité de celui pour Cavaignac de décembre 1848, vote dont « le noyau des voix (...) se composait de la bourgeoisie libérale et démocratique de la ville et de la campagne »23.

Cartes 6 et 7. Les élections au Corps législatif de 1863. Résultats par sections électorales en % des inscrits

Cartes 6 et 7. Les élections au Corps législatif de 1863. Résultats par sections électorales en % des inscrits
  • 24 Rapport préfectoral du 3 juin 1863, ADSM, 3 M 233.

20Les résultats furent le premier signe de la renaissance d'une opposition, même si l'affrontement entre Ancel et Mazeline fit passer cet aspect du scrutin au second plan. La participation augmenta de façon notable atteignant les 72 %, soit bien plus qu’en 1857. C’était la preuve de la réapparition d'un débat politique. Surtout, Émile Ollivier arriva en tête pour la ville du Havre avec 31 % des inscrits, alors qu’il n’obtenait qu’un score infime dans les cantons ruraux. Pour le préfet, ce succès inattendu était la conséquence de l'inactivité de nombreux ouvriers du port24. La « famine du coton » avait entraîné une baisse sensible du trafic portuaire. Une étude des votes, non plus par cantons, mais par sections électorales, indique le peu de portée de cette analyse. Ollivier réalisait un bon score dans toutes les sections de la ville. S'il dépassait le tiers des inscrits dans la troisième section, composée des quartiers ouvriers de Graville et de l'Eure, son score était tout à fait honorable dans la deuxième section, composée des quartiers d'Ingouville et du Bas-Sanvic, lieux de résidence du négoce. La tonalité très libérale de son programme n'y était sans doute pas étrangère, ainsi qu'une certaine ambiguïté du personnage. En glissant son nom dans l'urne, votait-on pour la libéralisation du régime ou pour la République ? La réponse était sans doute à géométrie variable selon les quartiers de la ville.

  • 25 Sur l'ensemble de la circonscription, Jules Ancel l'emporta par 65 % des votants contre 32,5 % à Ma (...)

21Au second tour, l'opposition libérale et républicaine montra sa capacité de nuisance face au candidat officiel qui fut largement battu par Jules Ancel25. L'appel du Journal du Havre à l'abstention ne fut que partiellement suivi. Jules Ancel put compter sur de nombreux électeurs d'Ollivier dans les première et deuxième sections, tandis que, dans les quartiers est, les reports de voix s'équilibraient entre Mazeline et Ancel. Ces transferts de voix confirmaient le double aspect de l'électorat d'Ollivier : les libéraux avaient choisi soit l'abstention, soit le soutien à Jules Ancel, connu pour ses positions libre-échangistes et son refus des expéditions extérieures, tandis qu'une partie de l'électorat populaire, qu'on pourrait baptiser « démocrate », préférait encore le succès d'un candidat officiel à celui d'un conservateur appuyé par le clergé, tout comme il avait pu choisir Louis-Napoléon plutôt que Cavaignac en décembre 1848 ou voter oui en décembre 1851. Dès 1863, l'opposition républicaine du Havre devait tenir compte de cette double composante : une partie du négoce attendait avant tout des réformes libérales et plaçait au second plan la question du régime, tandis que l'électorat populaire rejetait tout conservatisme, surtout quand il avait une coloration cléricale.

Les succès aux élections locales : cantonales et municipales

22Les élections législatives avaient montré la réapparition des républicains sur le plan électoral, ce que confirmèrent les élections locales trop souvent négligées par l'historiographie traditionnelle.

  • 26 AMH, FC, K6 1/2, Élections cantonales, 1864.

23Dès 1864, Gustave Cazavan réussit à ravir le siège de conseiller général du canton sud à Édouard Larue, maire du Havre depuis le 16 mars 1 864, qui tentait de succéder au conseil général à Just Viel26. Si certains thèmes de la campagne avaient porté sur des problèmes d'intérêt local, comme la suppression des fossés entre la vieille ville et le quartier du Perrey ou la création d'un département de la Seine-Maritime, thème promu à un bel avenir, chacun des deux avait nettement affiché sa couleur politique, Édouard Larue se réclamant de l'Empereur et rappelant la sollicitude du souverain pour la Porte océane, Gustave Cazavan se présentant comme le défenseur de la « cause démocratique » et souhaitant que la Liberté serve de guide aux affaires de l'État. La similitude des programmes pour tout ce qui concernait les questions locales laisse à penser que les électeurs se déterminèrent sur d'autres critères, plus politiques.

  • 27 Journal du Havre, 17 juillet 1865.

24Surtout, les municipales de 1865 furent la première grande victoire des républicains havrais. Le Journal du Havre présenta à ses concitoyens une liste de trente-trois noms préparée par un « comité électoral composé d’hommes de notre opinion », c’est-à-dire de « toutes les nuances du parti démocrate et libéral »27. On trouvait, côte à côte, des anciens modérés de 1848 comme Ulysse Guillemard, Théodore Ferrère, Constantin Bazan ou Auguste Brostrom, et une nouvelle génération de républicains. La première mouture de la liste comprenait deux ouvriers et un artisan, ce qui était peu comparé aux treize négociants ou même aux quatre industriels et entrepreneurs. Cela montrait pourtant que les leçons de l'échec de la Seconde République avaient été tirées : les anciens républicains modérés étaient désormais soucieux de s'appuyer sur des éléments populaires.

  • 28 ADSM, 3 M 1037, Élections municipales, Le Havre.

25Le premier enseignement du scrutin fut, comme en 1863, le réveil de l'opinion. Les élections municipales sous le Second Empire avaient battu des records d'abstention. En août I860, seuls 27 % des inscrits s’étaient déplacés. Au deuxième tour, la participation était descendue à 13,6 %28. La mobilisation des électeurs pour la liste officielle, seule en lice, restait difficile au Havre. Cinq ans plus tard, la possibilité de choisir entre plusieurs listes, dont une clairement située dans l'opposition, réveilla les électeurs. Au premier tour, 56 % d'entre eux se déplacèrent soit plus du double qu'en 1860. Loin de s'effondrer, la participation resta élevée au second tour avec 55,5 %.

  • 29 ADSM, 3 M 1037, Élections municipales, Le Havre.
  • 30 Rappelons que la loi du 7 juillet 1852 avait confié au Prince-Président la nomination des maires et (...)

26Calculer le score des républicains est difficile. Par souci de ne pas heurter de front l’administration impériale, les concepteurs de la liste libérale et démocrate avaient ajouté sur celle-ci des « personnes faisant partie ou pouvant faire partie de l'administration municipale », personnes qu'on retrouvait sur les autres listes y compris celle dirigée par le maire, Édouard Larue. Une fois ces quelques noms retirés, on arrive à une moyenne de 26,1 % des inscrits pour le premier tour, les 22 et 23 juillet 186529. Ce bon score ne permit l'élection que de quatre personnes dont Théodore Ferrère. Au second tour, les 29 et 30 juillet 1865, les républicains améliorèrent nettement leur score moyen : avec 32,2 % des inscrits, ils remportèrent, cette fois, les dix-sept sièges qu'il restait à pourvoir ce qui leur donnait la majorité au conseil municipal et plaçait le maire et les adjoints dans une situation délicate30.

27A la même date, l'opposition entrait en force à la Chambre de commerce. Alors qu'elle avait été présidée par Jules Ancel depuis 1860, ce dernier devait céder la place, en 1865, à Théodore Ferrère, vétéran de l'opposition modérée, qui avait déjà dirigé l'institution consulaire aux débuts de la Seconde République.

3. La conquête des esprits dans les années 1860

28Ces victoires électorales avaient été rendues possibles par l'essor de diverses structures de sociabilité. Certaines étaient classiques, telles les loges, d'autres plus nouvelles telles la Société d'instruction mutuelle ou la Ligue de l'enseignement.

29Quant aux cercles, si typiques de la sociabilité bourgeoise du XIXe siècle, ils ne jouèrent qu’un rôle secondaire. Il existait au Havre divers cercles, plus ou moins anciens, fréquentés par le monde du négoce. En 1852, l'Annuaire du Commerce du Havre en dénombrait six, en 1860 sept, et en 1869 huit. À cette date, deux regroupaient des républicains, le Cercle du commerce et celui de l'Union, tandis que l'un, le Cercle catholique, ne cachait pas ses opinions cléricales.

Les loges

  • 31 Sur l'histoire de la franc-maçonnerie au Havre, Michel Lecureur et Olivier Pringard, La franc-maçon (...)
  • 32 Gérard Gayot, La Franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIIIe-XIXesiècles), Paris, Galli (...)

30Les loges franc-maçonnes furent un lieu de sociabilité essentiel pour tous ceux qui se reconnaissaient dans l'héritage des Lumières et de 1789. Sous l'Empire, Le Havre comptait trois loges, deux du Grand Orient, l'Aménité, installée en 1776, et les 3 H, apparue dès 1790 et constituée en 1794, et une dépendant du Suprême Conseil, l'Olivier écossais, ouverte en 182931. À l'échelle de la France, la Seine-Inférieure était un des quatre départements à posséder plus de huit loges32.

  • 33 Ailleurs, la mise en place de l'Empire eut des conséquences bien plus marquées. Le Grand Orient com (...)
  • 34 F. Degraux, Histoire de la R., L. l'Aménité or : du Havre, depuis sa fondation jusqu'à nos jours, L (...)
  • 35 BN, FM2 712, Loge les 3H, correspondance avec le GOF.

31Contrairement au reste de la France, les effectifs ne connurent qu’un déclin très relatif au lendemain du Deux Décembre : en 1853 on comptait 21 départs pour une adhésion à la loge des 3 H33 ; dès 1854, l’hémorragie de membres était stoppée. Durant les quinze ans qui suivirent, les arrivées eurent tendance à être supérieures aux départs surtout pour la loge l'Aménité. C'est à la fin du Second Empire que le nombre de frères culmina avec, en 1869, respectivement 64 frères pour les 3 H et 8 pour l’Aménité. 1870 vit un début de reflux, lié sans doute aux difficultés créées par la guerre. Les hostilités entraînèrent le départ du Havre d'une partie des étrangers qui y résidaient. Les frères allemands furent rayés d'office du tableau de la loge l'Aménité34. Cette bonne santé de la franc-maçonnerie havraise lui permit en 1859 de décider la construction d'un nouveau temple. Une société civile au capital de 60 000 francs fut constituée35. C'est en 1862 que l'inauguration put avoir lieu.

Graphique 1. Les effectifs des loges havraises du GOF sous le Second Empire

Graphique 1. Les effectifs des loges havraises du GOF sous le Second Empire
  • 36 Daniel Ligou dir., Histoire des Francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1981, p. 237.
  • 37 D. Ligou, op. cit., p. 249-250 ; R. Huard, La naissance du parti politique..., p. 146-148.
  • 38 Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, t. II, 1800-1877, Paris, Fayard, 1974 (...)

32Cette évolution des effectifs mérite un commentaire : les loges ont-elles servi de lieu de sociabilité aux républicains havrais et ceci expliquerait-il l'essor de leurs effectifs ? Répondre à cette question est délicat : les documents laissés par la franc-maçonnerie sont surtout administratifs (listes de membres, correspondance avec le Grand Orient). Il est difficile de percevoir la vie au jour le jour des loges. Une étude prosopographique des frères peut donner quelques indices. C'est par là que nous commencerons, en gardant à l'esprit que postuler a priori que tout franc-maçon est républicain n'a pas de sens. Quelques contre-exemples le prouvent amplement. De 1852 à 1861, le grand-maître du Grand Orient était le prince Murat, partisan d'« un retour à la tradition du désengagement politique »36. C'est seulement après 1862 et surtout 1865 qu'au niveau national les loges jouèrent un rôle important dans la formation politique des futurs cadres de la Troisième République37. Confréries initiatiques au départ, les loges devinrent des sociétés politico-philosophiques38. Au Havre, le maire Just Viel, nommé rappelons-le par décret impérial, apparaît sur la liste des frères des 3 H en 1864. Il avait été initié à l'Ardente Amitié de Rouen en 1815 à l'âge de 22 ans.

  • 39 BN, FM711, Loge l'Aménité, tableaux des frères, 1851-1874 ; FM2 712, Loge Les 3 H, tableaux des f (...)

33Le recrutement des loges et leur nombre d'adhérents nous sont connus pour celles relevant du Grand Orient39. Ont été membres de l'Aménité 216 frères sous l'Empire et des 3 H 185 frères, soit un total de 401 personnes, chiffre qui est loin d'être négligeable. Les listes de membres permettent de dresser un tableau des frères.

34La plupart étaient des horsains. Seul un sur cinq était natif du Havre. Les Normands représentaient un tiers. À l'opposé, quarante et un, soit un sur dix, étaient nés à l'étranger, dont quatorze en Allemagne, huit en Grande-Bretagne, six en Suisse, cinq en Italie. Nombreux étaient ceux qui venaient des quatre coins de l'hexagone, voire des possessions françaises d'outre-mer.

35L'âge d'initiation était relativement jeune : 33 ans en moyenne. 37 % l'avaient été avant 30 ans et seulement 19 % après 40 ans. Le plus jeune n'avait que dix-sept ans, tandis que le plus âgé en avait 65. La durée de cotisation était courte – moins de cinq ans dans 41 % des cas-, ce qui n'empêchait pas une petite minorité de battre des records de longévité, tel Édouard Auguste Gabriel Merville, initié au 3 H le 24 septembre 1834 à l'âge de 33 ans et resté membre jusqu'en 1884, soit durant 50 ans.

36Professionnellement, les francs-maçons appartenaient au monde du négoce ou aux classes moyennes. Siégeaient, côte à côte, des négociants, des employés, des commis, des commerçants ou des artisans. Parler de recrutement populaire serait un abus de langage. L'élément ouvrier était quasi inexistant aux 3 H, de recrutement plus fermé socialement, contrairement à l'Aménité.

Tableau 7. La répartition socioprofessionnelle des frères sous le Second Empire

Les 3 H

L'Aménité

L'Olivier écossais

Propriétaire, rentier

3 %

0 %

3 %

Négociant, courtier

28 %

22 %

5 %

Industriel

5 %

3 %

3 %

Commis, employé

15 %

20 %

12 %

Capitaine au long cours

17 %

6 %

39 %

Profession libérale

5 %

5 %

3 %

Agent de l'État

5 %

5 %

1 %

Commerçant, artisan

16 %

26 %

28 %

Artiste, étudiant

4 %

2 %

2 %

Ouvrier

2 %

11 %

3 %

37Pour l'Olivier écossais, on ne dispose d'une liste des membres que pour 1859 : les principales différences par rapport aux loges du Grand Orient étaient le faible pourcentage de négociants et le fort pourcentage de capitaines au long cours. L'âge moyen d'affiliation était le même, mais la répartition était légèrement différente : les moins de 30 ans étaient moins nombreux (27 %). La majorité des frères furent initiés entre 30 et 40 ans.

  • 40 BN, FM2 69 et 711, Tableaux des frères de la loge l'Aménité.

38Ces données mettent en lumière un premier rôle des loges : permettre à de jeunes horsains de s'intégrer à la vie locale. Évoquons un exemple célèbre. C'est le 27 juillet 1865 que le jeune Félix Faure fut initié à la loge l'Aménité. Agé de 24 ans, il était arrivé au Havre comme employé de commerce deux ans plus tôt. Dès 1866, il s'installa comme négociant en cuirs et peaux. Sans attaches familiales au Havre, il vit sans doute dans la franc-maçonnerie un moyen parmi d'autres de tisser des liens et de se constituer un réseau de relations, entre autres parmi le monde du négoce. La durée relativement courte de sa participation effective – dès 1873, il interrompit le paiement de ses cotisations – laisse supposer qu'une fois ce réseau constitué, la franc-maçonnerie perdit à ses yeux de son intérêt. Joua aussi son souci de se rapprocher de l'opinion catholique. Ce n'est qu'en 188440, à une époque où, devenu député, il avait besoin de compter sur des appuis solides, qu'il reprit ses cotisations.

  • 41 Si l'on en croit l'Annuaire du commerce du Havre, il ne tint boutique qu'à partir de 1849.

39Cet exemple nous semble révélateur d’autant qu’il est loin d'être unique. D'autres frères, restés anonymes, ont été initiés alors qu'ils venaient de s'installer au Havre. Évoquons George Smith, né le 1er janvier 1817 en Écosse, arrivé comme coiffeur au Havre à une date inconnue41 et initié à la loge l'Aménité le 13 juin 1847, à l'âge de trente ans. Ce rôle intégrateur était aussi vrai pour des personnes plus âgées, initiées ailleurs et obligées à déménager pour la Porte océane. C'était le cas des agents de l'État, tel Thibault Penet, receveur des douanes, initié le 5 décembre 1840 à Avignon et affilié à la loge l'Aménité le 15 décembre 1858.

  • 42 Contrairement aux membres actifs, on ne dispose pas de liste annuelle de ces membres voyageurs. Que (...)

40Un autre avantage était, sans doute, de bénéficier d'un réseau de correspondants aux quatre coins du monde et de pouvoir en cas de besoin bénéficier de secours : c'était le cas des capitaines au long cours, des mécaniciens ou d'autres personnes embarquées à bord des navires accostant régulièrement au Havre. Prenons le cas des premiers : 40 capitaines au long cours ont appartenu à une des deux loges du Grand Orient sous l'Empire. Parmi eux, seuls deux étaient natifs du Havre. En général, leur participation était en pointillés, le versement de leurs cotisations étant irrégulier. On les retrouvait parmi les nombreux « membres voyageurs »42, tel Paul César Vivien, natif de Honfleur, initié à l'Aménité le 21 septembre 1853. Son nom n'apparaît sur les listes de cotisants que six ans plus tard, en 1859, pour disparaître une première fois en 1861, puis définitivement en 1864. Certains avaient appartenu au préalable à d'autres loges, tel Louis Maxime Chapdelaine, natif de Bouillon dans la Manche, initié le 15 février 1865 à la loge La Paix de Pointe-à-Pitre, puis affilié aux 3 H le 21 février 1868. Nul doute que l'appartenance à la franc-maçonnerie était pour ce capitaine au long cours un moyen de disposer de relations et, au besoin, d'aide dans divers ports. Lui-même, bien qu'affilié au Havre, continuait à donner comme lieu de résidence Saint-Pair dans la Manche.

41Ces fonctions d'intégration de la franc-maçonnerie étaient liées à son rôle de carrefour social. Nous avons noté plus haut le brassage entre négociants et membres des classes moyennes. Être initié permettait à de jeunes employés ou commis de fréquenter le monde du négoce, avec cependant un bémol. Si un quart des frères étaient négociants ou courtiers, ils n'étaient pas représentatifs de l'ensemble de ces professions. Parmi les négociants, on pouvait remarquer l'absence des plus grands noms de la place, notamment des membres des grandes familles protestantes, sans parler, bien évidemment, des catholiques. Contrairement à une légende tenace, un Jules Siegfried ne fut jamais inscrit dans une loge. Cette absence ne pouvait s'expliquer uniquement par des motifs religieux : sous le Second Empire, alors que la référence au Grand Architecte de l'Univers demeurait, l'appartenance aux communautés protestante ou israélite n'avait rien d'incompatible avec la franc-maçonnerie. C’est avant tout l’ancienneté et la solidité de la position qui expliquait l’absence des grandes familles patriciennes. À l’image des autres frères, les négociants membres des loges étaient très majoritairement des horsains, établis depuis peu, relativement jeunes et à la recherche d’un réseau de relations.

  • 43 Sur ce conflit : D. Ligou, op. cit., p. 236-242 ; Pierre Chevallier, op. cit., p. 396-411 ; louda T (...)

42Définir les loges par leur fonction sociale, comme nous venons de le faire, peut sembler bien réducteur et ne nous a guère permis d'entrevoir leur rôle philosophique ou politique. Les traces d'une fonction politique de la franc-maçonnerie havraise existent pourtant. Un premier indice est l'attitude qu'adoptèrent les loges havraises lors du conflit qui, en 1861, opposa une partie des francs-maçons français au prince Murat, grand-maître du Grand Orient. On lui reprochait son orientation conservatrice et, plus précisément, d'avoir voté comme sénateur en faveur du pouvoir temporel du Pape. Un certain nombre de loges proposèrent son remplacement par le prince Jérôme-Napoléon43.

  • 44 Sur la loge de la Triple Unité de Fécamp : Philippe Maillard, Une loge, une ville : la Triple Unité (...)
  • 45 Cf. la délibération du conseil municipal de Fécamp du 20 juin 1884 en vue de dénommer la rue Sainte (...)

43En Seine-Inférieure, c'est à Fécamp que le conflit prit le plus d'ampleur. La loge la Triple Unité y avait été réactivée en 1860 sur l'initiative de l'Aménité du Havre44. Parmi les frères, on trouvait deux anciens quarante-huitards : Paul Vasselin, initié dès 1845 à la loge les 3 H du Havre et principal artisan de la renaissance de la loge, et Joachim Michel. Epargné en décembre 1851 par la répression, alors que le général, commandant l'état de siège, avait suspendu le Progressif cauchois, Vasselin s'était depuis tenu à l'écart de toute opposition45. Ce n’est qu’en 1860 qu’il fit à nouveau parler de lui. Dans l’impossibilité de s'appuyer sur un journal, contrairement aux années 1840, ou d'utiliser le conseil municipal comme tribune, il choisit la franc-maçonnerie comme lieu d'opposition au pouvoir en place. Dès la réinstallation de la loge, il proposa de refuser de placer le buste du Grand-Maître dans le temple. Cette attitude et des écrits dénonçant le soutien du prince Murat au pouvoir pontifical lui valurent, le 14 mai 1861, d'être suspendu du Grand Orient, en même temps que d'autres frères parisiens et provinciaux.

  • 46 Ph. Maillard, op. cit., p. 57-60. Voir aussi F. Degraux, op. cit., p. 36-37. Le prince Jérôme fut d (...)

44Si, dans le cas de Fécamp, la politisation de l'institution maçonnique est évidente, qu'en fut-il au Havre ? Nous avons signalé le rôle de l'Aménité quand il s'était agi de réactiver la loge de Fécamp. Une sensibilité républicaine y existait depuis 1848 : parmi les frères, on trouvait quelques anciens républicains modérés, tel le négociant Georges Merlié-Lefèvre, ancien membre du bureau du Comité électoral d'Ingouville, puis du Comité central républicain en avril 1849. L'Aménité prit en 1861 la défense de Vasselin et se prononça, lors d'un vote, pour le prince Jérôme, ce qui entraîna la suspension d'un de ses membres, le frère Picart46. Pour protester contre la reprise en mains par le pouvoir impérial du Grand Orient, la loge se déclara en vacances quelque temps. De son côté, l'Olivier écossais, qui n'était pas directement concerné, accepta d'inscrire comme frère Vasselin, puis l'affilia à la Triple Unité, ce qui permit de tourner la mesure prise à son encontre. Cette opposition au pouvoir impérial ne dura guère. Le choix du maréchal Magnan comme grand maître suffit à ramener le calme. Si l'Aménité fut à la pointe du mouvement national en faveur du prince Jérôme, les 3 H restèrent plus prudents. La présence parmi ses membres du maire Just Viel l'explique sans doute.

  • 47 La formule est de Louis Girard (op. cit., p. 195).

45La crise de 1861 n'était pas sans intérêt. Elle se situait peu de temps après les victoires italiennes, alors que Napoléon III était affaibli par l'ambiguïté de sa politique extérieure qui préparait l'évacuation de Rome tout en la remettant à plus tard par peur des réactions des catholiques français. Si la guerre d'Italie avait coupé l’herbe sous le pied des opposants, obligés de saluer cette initiative en faveur des patriotes italiens, le refus de l'Empereur d'en tirer toutes les conséquences, notamment en ce qui concerne le pouvoir temporel du pape, permettait aux républicains de reprendre l'initiative. Un homme comme Vasselin le comprit immédiatement et son soutien au prince Napoléon-Jérôme, personnage imprévisible, régnant sur un « petit cénacle de bonapartistes de gauche »47, était surtout tactique. Le prince ne s'était-il pas fait remarquer en désapprouvant le coup d'État ? L'appui que reçut Vasselin au Havre, montrait qu'à l'Aménité et, dans une moindre mesure à l'Olivier écossais, cette instrumentalisation de la franc-maçonnerie contre le pouvoir impérial pouvait trouver un écho.

46Les années suivantes le confirmèrent en ce qui concerne la loge l'Aménité. S'y affilièrent plusieurs frères dont le républicanisme ne faisait de doute pour personne : dès octobre 1860 Félix Santallier, rédacteur du Journal du Havre, puis en 1863 Frédéric Bellanger et, surtout, en 1864 l'ancien préfet républicain de Haute-Garonne, Gustave Cazavan. Celui-ci avait été initié à l'âge de 21 ans, en 1824, aux Amis de la Vérité à Paris. Des trois, c'est Santallier qui joua le rôle le plus important. Dès 1870, il fut 1er surveillant de la loge.

  • 48 Sur l’Union de la Paix : Georges Goyau, L'idée de Patrie et l'humanitarisme, Paris, Perrin, 1902, p (...)
  • 49 Le Monde maçonnique. Revue de la franc-maçonnerie française et étrangère, t. X, 1867-1868, p. 284-2 (...)
  • 50 Le Havre, 26 septembre 1903.
  • 51 Raymond Huard, La naissance du parti politique..., p. 151 ; Frédéric Passy, Historique du Mouvement (...)
  • 52 Sur cette minorité du Grand Orient, D. Ligou, op. cit., p. 245-247.

47Ce petit noyau d'hommes fut à l'origine de diverses initiatives de la francmaçonnerie havraise, dont la plus célèbre fut l'Union de la paix48. C'est Santallier qui, au lendemain de Sadowa et alors que la question du Luxembourg menaçait la paix européenne, proposa à l'Aménité de travailler sur les questions de pacification internationale. Dès février 1867, les trois loges havraises conjuguèrent leurs forces pour créer l'Union de la paix, à laquelle, en moins d'un an, adhérèrent 72 loges, dont 20 étrangères49. Son président était Maurice Bielefeld et son secrétaire Félix Santallier. Parmi les membres50, on notait la présence de plusieurs républicains : des anciens modérés de 1848, tels Georges Merlié-Lefèvre, Millet Saint-Pierre ou Louis Rocquencourt, ou des représentants de la nouvelle génération, tels Félix Faure ou Jérôme Guerrand. Le but du mouvement était la rédaction par des jurisconsultes d'un code international qui empêche tout conflit entre États. L'idée était dans l'air du temps : la même année furent créées en France deux ligues pour la paix, la Ligue internationale et permanente de la paix, sur l'initiative du pasteur Martin-Paschoud, de Frédéric Passy, de Gustave d'Eichtal et de Jean Dolfus, et la Ligue de la paix et de la liberté, nettement républicaine51. Au niveau national, l'initiative havraise fut relayée par la revue Le Monde maçonnique, proche de la minorité animée par Alexandre Massol52. Ces maçons, proches des milieux républicains, œuvraient pour que les loges contribuent à transformer la société dans le sens d'un idéal démocratique et laïque, Ils étaient par ailleurs favorables à l'abandon de toute référence au Grand Architecte de l'Univers.

  • 53 ADSM, 4 M 2703, Sociétés secrètes et loges francs-maçonniques, 1824-1888.

48Pour populariser l'idée d'un arbitrage juridique des conflits, Santallier proposa d'utiliser l'exposition maritime internationale du Havre de 186853. Des assises internationales de la franc-maçonnerie furent organisées en marge de l'exposition, du 19 au 20 septembre. Devant 600 à 800 délégués, dont de nombreux étrangers, entre autres Allemands, le congrès dénonça la menace d'une guerre de la France contre la Prusse. Certaines interventions prirent une tournure ouvertement politique. Un dénommé Fontaine, réfugié à Londres depuis décembre 1851, vint dénoncer l'absence de liberté en France. Un vœu fut adopté, réclamant la laïcisation de l'instruction.

  • 54 Cette initiative ne survécut pas à l'Empire : avant même la déclaration de guerre, l'Union de la pa (...)

49Cette initiative permit à la franc-maçonnerie d'exprimer publiquement ses idées pacifiques ou laïques et de participer ainsi au climat d'ébullition politique de la fin du Second Empire54. Nous verrons plus loin la part active que prirent les loges au combat pour l'instruction. La conjonction entre les thèmes défendus par les loges et le discours républicain était évident.

  • 55 Lettre du Vénérable de l'Aménité au Grand Orient, 26 février 1894, BN, FM2 69.

50Reste à soulever une dernière question. Au-delà des discours, les loges influencèrent-elles plus directement la vie politique locale ? Cette question n'est pas neutre tant tout un chacun a à l'esprit les accusations postérieures sur le pouvoir occulte de la franc-maçonnerie. Nous nous contenterons de noter que les loges elles-mêmes s'attribuaient une influence sur le choix des candidats républicains. Invité, vingt-cinq ans plus tard, ce qui peut fausser l'appréciation, à indiquer l'attitude de Félix Faure, le vénérable de l'Aménité expliquait que « soutenu par la maçonnerie, il est arrivé à entrer au conseil municipal du Havre », faisant ainsi allusion aux élections d'août 187055. Dès 1865, sur vingt et un républicains élus au conseil municipal cinq étaient francs-maçons, ce qui n'empêchait pas de trouver aussi parmi les élus conservateurs un frère des 3 H, Louis Wouters. En décembre 1869, ils étaient toujours cinq pour un total de vingt-quatre élus républicains et, en août 1870, sept pour un total de trente-quatre. Ces chiffres ne sont pas négligeables : les francs-maçons ont tenu une place dans le renouveau d'une opinion républicaine au Havre. En faire les principaux responsables n'aurait pas de sens, les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Le combat pour l'instruction : la Société d'instruction mutuelle et la Ligue de l'enseignement

51Une des préoccupations essentielles des loges, tout au long des années 1860, fut le combat pour l'instruction. Elles ne furent pas les seules, loin de là, à œuvrer pour la mise en place d'un enseignement laïque, obligatoire et gratuit. Dès le début des années 1860, ce combat joua un rôle clef pour nouer des liens entre opposants aux origines diverses. Il fut le lieu de rencontre de futurs dirigeants républicains. Deux structures eurent un rôle de premier plan : la Société d'instruction mutuelle et la Ligue de l'enseignement.

  • 56 Statuts de la Société d'instruction mutuelle, 1870, AMH, FC, R1 32.
  • 57 AMH, FC, R1 32.
  • 58 ADSM, 4 T 15, Bibliothèques populaires, arrondissement du Havre, 1865-1888.

52Ce n'est qu'en février 1870 que les statuts de la Société d’instruction mutuelle furent approuvés par la préfecture56, mais sa création remonte à 1862. Son premier rôle était l'organisation de cours afin de « mettre à la portée de tous les connaissances si nécessaires au progrès, à la morale et à la civilisation »57. L'impétrant, âgé au moins de dix-huit ans, après avoir été présenté par un membre garant de sa moralité, avoir vu sa candidature ratifiée au scrutin majoritaire et avoir payé deux francs, pouvait suivre divers cours assurés en partie par des professeurs du lycée, moyennant 0,75 francs par mois, sauf pendant les vacances. À ces cours fut adjointe, en 1866, une bibliothèque de circulation58. Elle était ouverte aux sociétaires, après l'achat d'une carte annuelle de 25 centimes, et à tout Havrais âgé de plus de dix-sept ans, introduit par un membre de la société ou un abonné. Le non-sociétaire devait acheter une carte annuelle d'un montant de 50 centimes et payer une cotisation mensuelle de 10 centimes. La modicité de ces tarifs assurait l’accès de tous au savoir, mais supposait la participation de membres honoraires, dont la cotisation était au minimum de 20 francs par an.

  • 59 BN, FM711, Loge l'Aménité, tableaux des frères, 1851-1874.

53Cette société s'inscrivait dans le cadre du renouveau de l'opposition sur des bases laïques et progressistes, même si les statuts n'affichaient bien évidemment pas la couleur. Plusieurs indices convergent dans le sens de notre hypothèse. Le bureau de la société, tel qu'il nous est connu pour 1866, comprenait deux conseillers municipaux d'opposition, Frédéric Bellanger, vice-président de la société, et Lebreton, ainsi que le futur maire républicain de Bléville, Léon Hallaure. Le président, Aimé Rispal, était agrégé de l'Université et professeur de sciences au lycée du Havre. Il était membre de la loge l'Aménité depuis 185859. On avait en fait une double filiation, francmaçonne et républicaine. Sur les huit membres du bureau, quatre, au minimum, étaient frères de la loge du Grand Orient, l'Aménité, dont Bellanger initié en 1863 et Léon Hallaure en 1865. Cette double filiation expliquait l'absence, pour une fois, des grands négociants de la place, rarement francs-maçons. Les membres du bureau appartenaient aux classes moyennes, avec deux commis, un professeur, un chef de bureau, un sous-chef dessinateur, un marchand de bois, un agent d'assurances et un mécanicien installé à son compte.

  • 60 Sur cette figure de la jeunesse républicaine : AMH, K3 3.19 ; Louis Brindeau, Les événements de 187 (...)

54La figure de Frédéric Bellanger illustrait cette double filiation, ainsi que la volonté de rapprocher le peuple des élites intellectuelles60. Né en 1838 à Romilly-sur-Andelle d'un père contremaître, il était sorti de l'école primaire à 14 ans. Il fut apprenti à Paris, puis à Rouen dans les ateliers Buddicon. Son père étant devenu contremaître à Givet, il l'y suivit. Fixé au Havre à 21 ans, il entra comme ouvrier mécanicien chez Mazeline. En 1865, il s'installa à son compte comme mécanicien spécialiste des machines à coudre et des sonneries électriques. Dès 1862, il avait été cofondateur de la Société d'instruction mutuelle du Havre et en était devenu vice-président en 1866. Autodidacte, il y donna des cours du soir et réussit à être admis parmi l'élite érudite locale de la Société havraise d'études diverses. Franc-maçon depuis 1863, il était entré, comme républicain, au conseil municipal du Havre en 1865, à l'âge de 27 ans.

  • 61 ADSM, 4 T 15, Bibliothèques populaires, arrondissement du Havre, 1865-1888.

55L'autre indice des intentions progressistes et laïques de la Société d'instruction mutuelle était le catalogue des ouvrages de sa bibliothèque. Les deux rayons les mieux remplis étaient ceux des romans français et des ouvrages historiques, avec respectivement 29 % et 21 % du total des titres. Le choix des livres n'était pas neutre surtout en ce qui concerne l'histoire ou la philosophie morale. Les historiens les mieux représentés étaient Edgar Quinet (six titres), Augustin Thierry (cinq), Michelet (quatre) et Lamartine (quatre). On trouvait sinon la Fondation de la Nation française de Buchez, l'Histoire de dix ans de Louis Blanc, l'Histoire de la Révolution française de Cabet, les Discours du général Foy, la Décadence de la monarchie française d'Eugène Pelletan et l'Histoire de France en quinze volumes d'Henri Martin, véritable bible de l'histoire républicaine. Pour la philosophie morale, les deux auteurs qui triomphaient étaient l'ancien idéologue de la monarchie de Juillet, Victor Cousin (quatre titres), et surtout son élève, le républicain Jules Simon avec La Religion naturelle, L'Ouvrière, L'École, La Liberté de conscience, Le Devoir et La Liberté. En littérature, Victor Hugo, quoique toujours en exil, arrivait quatrième, derrière Balzac, George Sand et Alphonse Karr. Les Misérables trônaient en bonne place. La littérature religieuse n'occupait qu'un espace réduit, contrairement à la bibliothèque de la Société Saint-Vincent-de-Paul, créée dès 184761. Les quelques ouvrages à traiter de ce sujet avaient un caractère polémique, comme Les jésuites et l'ultramontanisme d'Edgar Quinet.

56Nous ne disposons malheureusement pas de liste des lecteurs, mais la liste des donateurs indique combien cette initiative, qui souhaitait offrir un vaste choix d'ouvrages progressistes, n'était pas isolée. Soixante-trois personnes, physiques ou morales, firent don d'un total de 2 301 francs, les sommes versées individuellement s'échelonnant de deux à cinq cents francs. Parallèlement, quatre-vingt personnes offrirent des ouvrages. À côté des trois loges du Havre, de la Société d'études diverses, du pasteur Ernest Fontanès, de nombreux républicains apparaissent, tels les journalistes Gustave Brindeau, Louis Rocquencourt ou Félix Santallier, ou les conseillers municipaux Lebreton, Jacques Louer ou Jean-Pierre Dufour. L'aide apportée à cette entreprise dépassa les seuls rangs de l'opposition républicaine. Des libéraux qui gardaient leurs distances avec les « irréconciliables », tels les frères Jules et Jacques Siegfried, ou même des ralliés à l'Empire, comme les adjoints Léon Brindeau et François Mazeline ou le maire Édouard Larue, firent aussi des dons. Ces soutiens étaient le signe de la complexité des lignes de partage de l'opinion havraise : la bibliothèque fut plus ressentie par certains conservateurs comme une action laïque – aucun « clérical » notoire ne figure parmi les donateurs-, dans la lignée de l'œuvre de Rouland ou de Victor Duruy, que comme un acte d'opposition, alors que son existence même en faisait un foyer de diffusion des idées républicaines.

  • 62 C. Auspitz, The Radical Bourgeoisie. The Ligue de l'Enseignement and the Origins of the Third Repub (...)
  • 63 Marcel Boivin, « Les origines de la Ligue de l'enseignement en Seine-Inférieure, 1866-1871 », Revue (...)

57L'autre lieu, où fut mené le combat pour l'instruction, la Ligue de l'enseignement, est mieux connu62. Lancé en octobre 1866 par Jean Macé, ancien quarante-huitard, le projet de créer en France l'équivalent de la Ligue belge de l'enseignement trouva aussitôt un écho en Seine-Inférieure, d'abord à Rouen, puis au Havre63. Les premiers adhérents furent Léon Hallaure, par ailleurs membre de la Société d'instruction mutuelle et membre de la loge l'Aménité, Charles Kablé, protestant et alsacien, et Constantin Bazan. Rappelons que Jean Macé était lui-même franc-maçon – il avait été initié en 1866 à la Parfaite Harmonie de Mulhouse – et alsacien.

  • 64 L'arrêté préfectoral autorisant le Groupe Havrais date du 14 août 1868 (AMH, FC, R2 31, Groupe havr (...)

58C'est en avril 1868, après un voyage de Jean Macé en Normandie, que le groupe local se constitua définitivement, adoptant des statuts et les faisant approuver par les autorités64. La première assemblée générale eut lieu le 18 juin 1868 à l'hôtel de ville, signe de la bienveillance des autorités envers cette initiative. Les objectifs du groupe havrais partaient du constat de l'étendue de l'illettrisme des conscrits dans l'arrondissement du Havre et la ville elle-même. Pour cette dernière, sur les 1 400 conscrits de 1867, 400 étaient illettrés. Le programme proposé consistait à encourager les institutions d'instruction populaire de l'arrondissement, à créer des groupes de la Ligue dans les principales communes et à y propager l'œuvre des bibliothèques communales, à introduire dans les écoles, prisons et hospices des bibliothèques élémentaires et à fonder au Havre un « cercle populaire de récréation et d'instruction ». Cette dernière idée appartenait à Jules Siegfried, soucieux de promouvoir en France des cercles d'ouvriers selon le modèle des Working men's clubs britanniques.

  • 65 Marcel Boivin, op. cit., p. 214.

59Le premier comité élu comportait trente membres. Les négociants, au nombre de 15, étaient surreprésentés, contrairement à la Société d'instruction mutuelle. Cette présence des élites n'avait rien de spécifique au Havre. À Rouen, le comité comptait parmi ses membres le député Pouyer-Quertier ainsi que les manufacturiers Charles Besselièvre, Alphonse Cordier et Émile Rondeaux65. La participation d'un seul enseignant s'expliquait par les réticences de Victor Duruy vis à vis de cette initiative.

  • 66 AN, Flc 1 176, Attributions de noms de rue, 1883-1892.

60En 1868, la Ligue ne pouvait être étiquetée républicaine. La liste des membres du comité de Rouen suffit à éviter cet anachronisme : Desseaux et ses amis étaient loin d'y être majoritaires. Cela dit, on ne retrouvait pas au Havre un tel éclectisme. Les républicains modérés étaient présents au sein du comité avec Constantin Bazan, ancien secrétaire du Comité central républicain en 1849 et conseiller municipal d'opposition depuis 1865, ou Léon Peulevey, qui, nommé en 1848 par le gouvernement provisoire juge à Pondichéry, avait démissionné après le Deux Décembre et s'était inscrit au barreau du Havre en 185566. Il était, lui aussi, conseiller municipal d'opposition depuis 1865. Le premier fut choisi comme président et le second comme vice-président. Ils côtoyaient des libéraux, comme Jules Siegfried qu'on ne peut, à cette date, classer républicain, ou Frédéric Mallet. Par contre, aucun conservateur ne participait au comité, si ce n'est Jean-Baptiste Collard, adjoint au maire.

  • 67 Correspondance entre le groupe havrais de la Ligue de l'enseignement et l'Inspection d'académie, ao (...)

61Ce positionnement de la Ligue havraise au Centre gauche ne lui attira pas les foudres de l'administration. Celle-ci toléra que le trésorier soit Édouard Robert, par ailleurs inspecteur des lignes télégraphiques et donc agent de l'État. Quand la Ligue demanda, en août 1868, le droit d'afficher dans toutes les écoles de l'arrondissement une carte statistique de l'illettrisme pour le département de la Seine-Inférieure, elle obtint l'accord du ministère67.

  • 68 Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, Vœu en faveur de l'inscription dans les lois français (...)
  • 69 M. Boivin, op. cit., p. 228-229.

62Si la Ligue ne peut être assimilée à une organisation républicaine avant 1870, elle joua un rôle important comme sas vers le républicanisme pour de nombreuses élites havraises. Le cas le plus flagrant est celui de Siegfried, vice-président dès 1868, puis président un an plus tard du Groupe havrais. Ce rôle de sas peut s'expliquer par la présence côte à côte de républicains et de libéraux, ces derniers étant plus soucieux de la mise en place de réformes que de la nature du régime. Les premiers surent peu à peu démontrer aux seconds que les réformes souhaitées supposaient une majorité républicaine. C'est le 6 novembre 1869 que le Groupe havrais adopta un vœu pour « l'inscription dans les lois françaises du caractère obligatoire de l'instruction primaire »68. Les attendus du vœu insistaient sur les bienfaits de l'obligation scolaire pour la richesse publique et le commerce, mais aussi pour l'éducation politique « indispensable à tout citoyen jouissant du droit de vote ». Une étude jointe sur l'obligation scolaire aux États-Unis, exemple cher aux libéraux havrais, montrait que, dans les États où elle existait, elle était conçue comme un élément indispensable de la démocratie, le citoyen ne pouvant améliorer par son vote l'organisation sociale qu'à condition d'en connaître les premiers éléments. En filigrane, on pouvait y lire une critique de l'Empire qui avait rétabli le suffrage universel sans se soucier de l'éducation politique des masses afin de mieux les contrôler. Ces thèmes rapprochaient les libéraux havrais d'une partie des républicains. Au niveau national, le vœu, qui avait aussi été adopté par le groupe mulhousien, mais rejeté par Jean Macé, soucieux de ne pas être accusé d'action politique, fut repris par le républicain Jules Simon qui présenta un projet de loi le 21 février 187069.

  • 70 Lettre de Camille Bazan au maire du Havre, 3 mars 1869, AMH, FC, R2 31.

63L'autre originalité de la Ligue au Havre fut sa tonalité laïque qui la rejeta dans le camp des adversaires de l'administration municipale, accusée d'avoir privilégié jusqu'alors l'emploi de frères ou de sœurs pour enseigner dans les écoles. Dans une ville où la question religieuse était la principale cause d'affrontement entre la majorité républicaine du conseil municipal et l'administration mise en place par le régime, la Ligue ne tarda pas à choisir son camp. C'est dès 1869 que Constantin Bazan, agissant au titre de président du Groupe havrais, dénonça les pressions cléricales s'exerçant dans certaines écoles. Écoutons-le : « Il parait qu'à des époques régulières les enfants sont invités dans certaines écoles à participer, par des offrandes de dix centimes au moins, à diverses œuvres pieuses, telle que l'œuvre de la Sainte-Enfance, celle de Saint-Joseph, etc., et ce sous la menace de non-admission pour l'enfant qui arriverait à l'école les mains vides »70. Cette tonalité laïque n'était pas encore antigouvernementale, mais elle ne pouvait que créer des convergences avec le camp républicain, très marqué par le refus d'une Église régentant les esprits.

Le combat anticlérical du conseil municipal

  • 71 André-Jean Tudesq, « De la monarchie à la république : le maire, petit ou grand notable », Pouvoirs (...)
  • 72 Jocelyne George, Histoire des maires, Paris, Plon, 1989, p. 153-154.

64Si les Républicains surent utiliser des structures comme les loges, les sociétés d'instruction ou la Ligue de l'enseignement, ils essayèrent aussi, dès 1865, de transformer le conseil municipal du Havre en une tribune. Même si l'opposition avec 21 sièges sur 36 était majoritaire, la chose n'était pas aussi aisée qu'il peut paraître. Rappelons que le maire et les adjoints étaient, depuis la loi du 7 juillet 1852, choisis par l'Empereur, au besoin en dehors du conseil. Édouard Larue, et ses adjoints, François Mazeline, Jean-Baptiste Collard, Armand Brument et Léon Brindeau, restèrent après 1865 à la tête de l'administration municipale. On retrouve le même schéma dans d'autres grandes villes françaises où, à partir de 1865, des maires nommés se trouvèrent en présence de conseils municipaux d'opposition71. D'autre part, les séances n'étaient pas publiques. Les procès-verbaux ne mentionnaient ni les noms des intervenants, se contentant de la formule « un membre... », ni le nom des votants pour ou contre. Ils n'étaient pas envoyés à la presse. La loi sur l'organisation municipale du 5 mai 1855 donnait cependant quelques pouvoirs aux conseillers municipaux : un tiers des membres pouvaient convoquer l'assemblée ; trois voix suffisaient pour imposer le vote secret, mais là aussi leurs noms n'avaient pas à être mentionnés au procès-verbal ; tout habitant de la commune pouvait demander communication des délibérations du conseil72.

  • 73 J. George, op. cit., p. 169-170. Du même auteur, Les Maires dans le département du Var, 1800-1940, (...)
  • 74 Séance du 26 mai 1866 du conseil municipal du Havre, AMH, D1 10.

65Un premier objectif des républicains fut de réclamer la démocratisation des institutions communales. L'idée d'un plus grand pouvoir des communes et d'une décentralisation administrative était dans l’air du temps. L'opposition libérale et républicaine l'avait popularisée dans le « programme de Nancy » de 1865 qui prônait une plus grande démocratie locale face à l'arbitraire préfectoral73. Dès 1866, l'opposition obtint la création d'une commission municipale qui dénonça comme une contradiction l'élection au suffrage universel des conseillers et l'absence de publicité des débats : « l'élection implique l'idée d'un choix libre et raisonné : or pour choisir, il faut connaître »74. Elle réclama, sans succès puisque la question relevait du domaine législatif, la publicité la plus large des débats municipaux. Le but était moins d'obtenir raison que de poser des principes.

  • 75 François Furet, Terminer la Révolution. De Louis XVIII à Jules Ferry (1814-1880), p. 378. Sur cette (...)
  • 76 AMH, FC, D1 10.
  • 77 Journal de l’arrondissement du Havre, 1er mars 1870.

66L'autre terrain d'action de l'opposition fut la question cléricale. C'était aussi dans l'air du temps. Dès le début des années 1860, une nouvelle génération républicaine et positiviste était apparue, marquée par « une hostilité radicale au catholicisme »75. Les historiens ont insisté, au niveau national, sur la nouveauté de cet anticléricalisme militant et ont montré qu'il était loin d'être partagé par tous, notamment les héritiers de 1848. Au Havre, l'anticléricalisme fut le principal cheval de bataille de l'opposition républicaine et regroupa les diverses générations, avec quelques nuances. La lecture des procès-verbaux du conseil municipal pour la période 1865-1870 est riche d'enseignements : il n'y eut pratiquement pas de séance où la question ne fut pas débattue76. Comme le notait le Journal de l'arrondissement du Havre, organe conservateur : « Il ne se passe pas de séance que ces Messieurs ne donnent libre cours à leur haine antireligieuse : c'est un parti pris, un mot d'ordre, une rage : “La Religion, c'est de la farce”. Plus de prêtres, plus de clergé aux inhumations, plus d'enseignement religieux, etc., etc. Il faut supprimer tout cela »77. Ce combat anticlérical se manifesta essentiellement dans deux domaines : la laïcisation des écoles primaires, la rénovation et la construction d'églises.

  • 78 AMH, FC, R1 31, Instruction primaire, 1869-1880.

67Au niveau scolaire, les écoles communales étaient toutes, sauf une, tenues par des frères ou des sœurs, situation exceptionnelle comparée aux autres grandes villes françaises. Les Frères des Écoles chrétiennes s'étaient installés au Havre en 1821 et depuis l'administration municipale leur avait confié les diverses écoles de garçons, au fur et à mesure de leur ouverture78. Une telle situation était inacceptable pour les républicains. Ils exigèrent l'ouverture d'écoles laïques qui puissent faire concurrence à celles des frères, puis la laïcisation des écoles existantes. Notons l'existence d'un clivage : pour la majorité des républicains, entre autres les héritiers des modérés de 1848, il ne s'agissait pas de remplacer un exclusivisme par un autre, mais de mettre en place un système où cohabiteraient, dans un premier temps, écoles laïques et écoles tenues par des religieux, en attendant que les familles abandonnent peu à peu ces dernières ; pour une minorité, plus radicale, la laïcisation devait être immédiate, quitte à brusquer l'opinion publique.

  • 79 Gérard Cholvy et Yves Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 1 : 1800-1880, To (...)
  • 80 Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République, Roanne, Horvath, 198 (...)
  • 81 J. George, op. cit., p. 164.
  • 82 Rapport au procureur impérial du 19 juin 1859, ADSM, 3 U 2/2.

68La question des bâtiments du culte est, elle, à replacer dans le contexte général du Second Empire qui avait vu la rénovation ou la reconstruction de nombreuses églises avec, le plus souvent, l'aide des municipalités79. En Seine-Inférieure, 81 églises neuves furent érigées et 158 reconstruites partiellement au XIXe siècle. Plus de la moitié de ces travaux se déroulèrent sous le Second Empire80. Cette fièvre de constructions avait alimenté l'anticléricalisme des républicains, inquiets de voir une partie du budget communal consacrée aux églises et soustraite à d'autres réalisations jugées plus utiles81. Au Havre, les républicains s'opposèrent à tous les travaux en cours ou projetés de reconstruction, d'embellissement ou d'agrandissement des églises. Ces travaux avaient le plus souvent pour but de tenir compte de la forte croissance démographique de la ville, en prolongeant ou en surélevant les nefs existantes. En décembre 1865, l'opposition fit supprimer les crédits pour l'agrandissement de l'église Notre-Dame, en janvier 1866 ceux pour l'agrandissement de Sainte-Marie, église située dans un quartier populaire en pleine expansion démographique. En décembre de la même année, bien que la fabrique n'ait demandé aucune subvention, les républicains essayèrent d'empêcher les travaux de prolongement de la nef de l'église Saint-Michel, de peur qu'un déficit éventuel ne soit un jour résorbé par les finances municipales. Les arguments, avancés par les fabriques paroissiales en faveur des travaux, n'étaient pourtant pas sans fondement : dès 1859, le commissaire de police du Havre notait que « dans les jours solennels, les églises du Havre ne peuvent contenir la quantité de fidèles »82.

  • 83 Rapport de Léon Peulevey au conseil municipal, 6 novembre 1869, AMH, FC, D1 10.

69Surtout, 1869 vit les républicains s'opposer avec vigueur au projet d'érection d'une nouvelle paroisse, projet soutenu par les habitants du quartier du Perrey qui, au nombre de 1 387, avaient pétitionné dans ce but. Depuis la destruction, en 1865, des derniers remparts, cet ancien quartier de pêcheurs, situé le long du littoral, avait connu une augmentation importante de sa population. Pour lui permettre de fréquenter le culte sans un trop long déplacement, quelques personnes avaient pris l'initiative d'acheter des terrains aux Domaines et y avaient construit une chapelle, sous le nom de Saint-Joseph. Il ne restait plus qu'à la transformer en église paroissiale, ce qui aurait entraîné des frais supplémentaires pour la ville83.

  • 84 ADSM. 3 M 1037, Élections municipales, Le Havre.
  • 85 Procès-verbal du 1er tour des élections municipales complémentaires des 18 et 19 décembre 1869, ADS (...)

70Ce dossier fut transformé par les républicains en une affaire publique. Mécontents de l'appui de l'administration municipale au projet d’érection d'une paroisse, quatorze conseillers démissionnèrent, en appelant aux électeurs84. Cette démarche montrait leur volonté de faire du conseil municipal un lieu stratégique dans la lutte contre l'Empire, ainsi que leur conviction d'avoir l'appui de la population. Les élections leur donnèrent raison : sur les quatorze démissionnaires, treize se représentèrent et obtinrent en moyenne, au premier tour, 4 793 voix, soit 31,9 % des inscrits et 85,5 % des votants. Le très fort pourcentage d'abstention (62,6 %) empêche cependant de donner à ce scrutin une trop grande signification, d'autant que les conservateurs, pris de court, ne présentèrent aucun candidat85. Cet appui de l'électorat encouragea l'opposition républicaine à continuer son combat anticlérical. Dès le début de l'année 1870, elle réclama l'expulsion des dominicains du Havre et la suppression de la procession de la Fête-Dieu.

71À la fin des années 1860, une opposition républicaine forte était donc réapparue au Havre. Elle avait su s'appuyer sur toute une série de structures – loges, sociétés d'instruction, Ligue de l'enseignement, conseil municipal – pour regrouper une partie de l'opinion et diffuser ses idées démocratiques, laïques, anticléricales et pacifistes. Le principal combat de ces hommes était en faveur de l'instruction et contre l'influence de l'Église sur la société. Si divers auteurs ont, au niveau national, montré des clivages importants entre républicains, il est difficile de les transposer tels quels au Havre, tout au moins avant 1868.

4. Une nouvelle génération républicaine

  • 86 Rapport du préfet, 7 août 1868, AN, F18 500B.

72Revenus au premier plan, les républicains havrais se divisèrent selon des clivages plus liés aux générations qu'à l'idéologie. Ces tensions entre « vieilles barbes » et nouvelle génération, bien connues ailleurs, prirent un aspect propre au Havre : le clivage portait moins sur la date de naissance que la date d'entrée dans le camp républicain, les dernières recrues étant les plus extrémistes. Le premier signe fut la création d'un second journal républicain, Le Havre, par « une fraction du parti démocrate qui trouve l'attitude du Journal du Havre trop modérée »86.

Le journal Le Havre

  • 87 AN, F18 500E, dossier du journal Le Havre ; ADSM, 2 T 120, Le Havre, 1868-1883.
  • 88 Sur ce journal : AN, F18 500B ; ADSM, 2 T 118.
  • 89 AN, Flc 1 176, Attributions de noms de rue, 1883-1892 ; ADSM, 2 T 5, Dossiers individuels des impri (...)

73C'est en août 1868 que Félix Santallier, rédacteur jusqu'alors au Journal du Havre, fit connaître son intention de publier un journal quotidien politique. Une société en commandite par actions fut créée sous le nom Félix Santallier et Cie87 pour racheter le journal modéré trihebdomadaire L'Écho du Havre et son imprimerie88. Né le 16 juin 1830 à Lyon89, Santallier appartenait à une génération qui était trop jeune pour avoir joué un rôle de premier plan en 1848, contrairement à son rival du Journal du Havre, Gustave Cazavan. « Fils de ses œuvres », il était entré au Journal du Havre dès les débuts du Second Empire. Rappelons qu'initié à la loge l'Aménité en 1860, il était très actif au sein de la franc-maçonnerie havraise.

  • 90 Statuts de la Société Félix Santallier et Cie, Le Havre, 1868, ADSM, 2 T 120.
  • 91 BN, FM2 711, Tableau des frères de la loge l'Aménité, 1851-1874.

74La répartition du capital de la société en commandite indiquait l'émergence d'une nouvelle génération, différente de celle des négociants libéraux qui possédaient le Journal du Havre90, non par son âge, mais la date de son entrée dans les rangs républicains. Le nombre de possesseurs de parts était de quarante. Les principaux commanditaires étaient l'imprimeur Ovide Prudhomme qui apportait son imprimerie et le journal L'Écho du Havre, les journalistes Hippolyte Fénoux et Félix Santallier, ainsi que plusieurs négociants, tels Maurice Bielefeld, Rémy Chardey, Auguste Russeil et JeanPierre Dufour. Ce dernier, élu conseiller municipal en 1865, avait pris la direction de la minorité la plus intransigeante du conseil. Sur les quarante actionnaires, le négoce dominait : presque la moitié – dix-huit – étaient négociants, armateurs ou courtiers. La franc-maçonnerie était très présente : sur quarante souscripteurs, treize appartenaient à une des trois loges du Havre et y jouaient parfois un rôle très actif, tel Maurice Bielefeld président de l’Union de la paix. Initié à l'Aménité le 15 juin 1853, il en fut le vénérable en 187091.

  • 92 Cf. Claude Malon, « Jules Lecesne du négoce à la République, 1840-1878 », Cahiers havrais de recher (...)

75Les sommes importantes engagées par Santallier et Fénoux – 102 actions, soit 51 000 francs – laissent supposer qu'ils avaient servi en partie de prête-noms. Derrière eux se profile, dès 1868, la personnalité de Jules Lecesne, ce que confirment l'attitude très favorable du journal lors de sa candidature au Corps législatif en 1869, et sa participation à toutes les augmentations de capital dès 186992.

  • 93 AN, Fld III 335, dossier pour l'attribution de la Légion d'honneur ; AMH, dossier Fenoux ; Le Havre (...)
  • 94 DBMOF, t. 5, p. 392-394.
  • 95 Georges Duchêne, L'économie politique de l'Empire, Le Havre, 1870.

76L'équipe rédactionnelle, outre Félix Santallier, était composée d'Hippolyte Fénoux et Georges Duchêne. Le premier avait fait ses études au collège du Havre, puis au collège Sainte-Barbe. Il avait commencé comme maître répétiteur de l'Université à Paris, puis avait enseigné aux lycées de Caen et d'Alençon. De retour au Havre en 1866, il s'était mêlé au mouvement républicain havrais et avait été en 1868 un des fondateurs du Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement93. Le second, ancien quarante-huitard, avait fondé Le Peuple avec Proudhon, dont il fut le premier légataire. Typographe, il avait représenté sa corporation à la Commission du Luxembourg94. Sous l'Empire, il avait collaboré au Courrier français de tendance proudhonienne. Il était le seul à faire le lien avec les générations républicaines antérieures. Ses amitiés proudhoniennes le mettaient à part des anciens quarante-huitards havrais, héritiers du courant modéré et libéral. Dans une brochure qui reprenait l'essentiel de ses articles et qui fut publiée en 1870 par Santallier, il dénonçait la « féodalité financière » qui avait prospéré grâce à l'Empire95. Ce discours, inhabituel au Havre, trouva des adeptes à Rouen auprès d'Aubry et ses amis de l'Internationale, qui ouvrirent leur journal aux écrits de Duchêne.

  • 96 D'après son casier judiciaire (AN, F18 500 F), Santallier fut condamné le 29 juin 1869 pour publica (...)

77Publié à partir du 15 novembre 1868, Le Havre réussit vite à se faire une place parmi les quotidiens locaux. D'un contenu très hostile au régime, ce dont témoignent les diverses condamnations à l'encontre de Félix Santallier96, ce journal fut le premier signe de la radicalisation d'une partie du camp républicain qui, le plus souvent, n'avait pas pris part aux événements de 1848 et portait un regard critique sur cette période. L'étape suivante fut l'élection de Jules Lecesne en 1869.

L'élection de Lecesne en 1869

  • 97 ADSM, 3 M 241, Élections au Corps législatif, 1869.

78Les législatives de 1869 furent l'illustration des tensions internes au camp républicain et aussi de l'écho croissant de l'opposition auprès des électeurs. Face à Jules Ancel, appuyé par les conservateurs havrais, le clergé rural et les propriétaires terriens du pays de Caux, mais mal vu des autorités qui avaient essayé de l'éliminer en 1863, et face au baron Louis Gros, ancien sous-préfet du Havre, candidat « impérialiste », non soutenu par l'administration qui craignait un échec, les républicains songèrent dans un premier temps à faire appel à Jules Simon. Très vite, cette solution fut abandonnée et deux candidats se déclarèrent courant février, soutenus chacun par un journal d'opposition, Léon Peulevey par le Journal du Havre et Jules Lecesne par Le Havre. La différence des programmes97 faisait de Lecesne le plus « irréconciliable » des deux : il prenait parti pour le mandat impératif et l'élection des magistrats, réformes que Peulevey ne reprenait pas à son compte et que Gambetta devait populariser en mai dans son « Programme de Belleville ». Léon Peulevey terminait sa profession de foi en rappelant son attachement à la propriété, la famille et la morale.

  • 98 Journal du Havre, 20 février 1869.

79Surtout, l'opposition entre les deux hommes était celle entre deux générations républicaines. Léon Peulevey se présentait comme ayant été républicain dès la veille de 184898. Il était soutenu par d'anciens quarante-huitards, tels Auguste Brostrom, Gustave Cazavan et Ulysse Guillemard, mais aussi Charles Delescluze. L'appui dès février du Réveil, journal au discours éloigné de toute modération, montrait combien les liens forgés dans les combats antérieurs pouvaient primer sur le contenu des programmes.

  • 99 Claude Malon, Jules Le Cesne, député du Havre1818-1878, Luneray, Éd. Bertout, 1995,301 p.
  • 100 Inventaire après décès de Jules Lecesne établi par Me Biesta, notaire à Paris, le 13 mars 1878.
  • 101 Claude Malon l'estime à 2,5 millions en 1860 (« Jules Lecesne du négoce à la République, 1840-1878  (...)
  • 102 Il avait épousé le 27 juillet 1847, à Caen, Pauline Thierry, fille d’un doyen de la Faculté des Sci (...)
  • 103 Inventaire après décès de Jules Lecesne.

80Jules Lecesne était, au contraire, un homme neuf en politique99. Né le 7 septembre 1818 à Alençon d'une famille de propriétaires, originaire de Saint-Pierre-de-Dives, il était le fils cadet de Pierre Alexandre Lecesne, négociant installé à Caen à partir de 1828 et directeur de la succursale de la Banque de France de 1841 à 1861. Après des études en 1833-1837 au collège d'Ascott en Angleterre, puis un apprentissage commercial à New-York, à Boston et au Canada en 1838-1839, il avait créé, avec ses deux frères, une maison de commerce à Mobile dans l'Alabama en 1840. Elle étendit ses activités à La Nouvelle-Orléans en 1850 et à Galveston en 1851. C'est en 1859 que Lecesne installa au Havre son principal établissement spécialisé dans l'importation de cotons. En 1863, la Guerre de Sécession le conduisit à liquider ses établissements et à mettre fin à sa carrière commerciale. Il se retira dans une commune rurale proche de Lisieux, Fumichon, dont il avait acheté le château et son domaine de 270 hectares en 1862 pour la somme de 375 000 francs100. Devenu un notable local, il avait été nommé maire de la commune par le préfet en 1866, ce que ses adversaires ne manquèrent pas de lui reprocher, se moquant de ce gentleman farmer venu solliciter les suffrages des Havrais. A la tête d’une fortune imposante101, Lecesne possédait aussi, par sa femme102, le domaine de Beauregard à Hérouville-Saint-Clair, où il s'était fait construire un château en style néogothique, et 47 hectares de terres à Repentigny, près de Cambremer. Il avait, enfin, acquis, à titre de licitation, en 1868, le manoir d'une valeur de 500 000 francs, construit par son frère, Victor, à Houlgate-Beuzeval, station balnéaire dont il avait été l'un des promoteurs103. Ses partisans appartenaient à la minorité la plus intransigeante du conseil municipal, conduite par le négociant Jean-Pierre Dufour. Dès février, un petit groupe de militants, qui n'appartenaient au camp républicain au mieux que depuis 1865, s'était formé autour du journal Le Havre et avait décidé de favoriser la candidature de Lecesne.

Carte 8. Score des républicains au 1er tour des élections au Corps législatif de 1869 dans la 6e circonscription de la Seine-Inférieure (en % des exprimés)

Carte 8. Score des républicains au 1er tour des élections au Corps législatif de 1869 dans la 6e circonscription de la Seine-Inférieure (en % des exprimés)

Carte 9. Résultats du 1er tour des élections de 1869 pour les trois cantons du Havre intra-muros (% des exprimés)

Carte 9. Résultats du 1er tour des élections de 1869 pour les trois cantons du Havre intra-muros (% des exprimés)

81Derrière les deux hommes, deux camps se profilaient, l'un héritier de la tradition républicaine modérée de 1848, mais soutenu aussi par d'anciens « démoc.-soc. », l'autre plus intransigeant et constitué d'hommes venus sur le tard à l'opposition à l'Empire. Cette intransigeance ne découlait d'aucun déterminisme social : la fortune de Lecesne se passe de commentaire. Si une différence existait, elle tenait en l'absence d'insertion de Lecesne au milieu des grandes familles du négoce local, qui le considéraient comme un horsain et un parvenu démagogue, « singeant » dans ses divers châteaux le mode de vie de la noblesse.

  • 104 Louis Girard dir., Les élections de 1869, Paris. M. Rivière, 1960.

82Les résultats du premier tour indiquèrent une poussée des républicains sur l'ensemble de la ville, poussée à relativiser : en pourcentage des inscrits, les deux candidats républicains n'amélioraient le score d'Émile Ollivier que d'un peu moins de 5 %. C'est surtout dans les cantons ruraux que les républicains progressaient, multipliant par quatre leurs voix. Cela mérite d’autant plus d’être souligné que ce fut loin d’être le cas partout en France104.

  • 105 AN, C 1375, Élections au Corps législatif, 1869. Jules Lecesne entreprit de réfuter ces accusations (...)

83Un effort de propagande avait été entrepris dans les campagnes, tout particulièrement par Jules Lecesne. La plainte en invalidation déposée contre lui par l'industriel Augustin Normand, après le second tour, et l'enquête qui en a résulté donnent un aperçu de cette action en direction des ruraux105. Des agents électoraux avaient été envoyés dans les communes du pays de Caux pour y distribuer des tracts et des bulletins de vote. D'autres agents avaient été trouvés sur place parmi les nombreux journaliers. Ce n'était pas sans risque : certains furent privés de travail dès le lendemain du scrutin par les fermiers électeurs d’Ancel. Augustin Normand évaluait le nombre de ces agents à trois cents, opérant par équipe de deux ou trois et embrassant ainsi l'ensemble des communes de la circonscription. Ces hommes furent accusés de « distribution d'argent et de boissons pratiquées dans des proportions immodérées » ce qui est difficile à vérifier. La propagande républicaine s'appuya aussi sur tout un réseau de cafés. Vu l’inexistence jusqu’alors de tout réseau de militants républicains dans les campagnes, il est probable que les cafetiers ne se firent les agents de Lecesne que contre rétribution.

  • 106 Alain Garrigou, Le Vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, p. 131-172.

84Cet effort de propagande eut un coût élevé : les adversaires de Lecesne l’estimaient entre 250 000 et 300 000 francs, chiffre sans doute exagéré, mais qui donne une idée des dépenses engagées par un homme dont la fortune était conséquente. Lecesne devait traîner pendant de nombreuses années la réputation d'avoir fait couler l'argent à flot pour assurer son élection. Ses méthodes n'avaient rien d'original, si ce n'est qu'elles étaient jusqu’alors plutôt la spécialité des candidats officiels106. Derrière Lecesne et le journal Le Havre, une nouvelle génération républicaine prenait conscience de la nécessité de convaincre, au besoin par un café « arrosé », les ruraux du pays de Caux, qui avaient soutenu l'Empire dès le début.

85La forte progression du vote républicain dans les zones rurales contrastait avec un essor moins net au Havre. La comparaison par canton pour Le Havre intra-muros donne une idée des rapports de force à l'intérieur du camp républicain.

86C'est dans la partie est de la ville, la plus ouvrière, que Lecesne obtenait son meilleur score. C'est aussi dans ces quartiers que la progression des voix républicaines était la plus forte comparée à 1863 : 7 % en pourcentage des inscrits. Le discours intransigeant de Lecesne avait trouvé un écho auprès d'ouvriers dont une partie avait voté pour le candidat officiel, François Mazeline, en 1863. La non-appartenance du candidat à la haute bourgeoisie locale avait joué en sa faveur. A l'opposé, le canton nord se révéla, en 1869, le moins républicain et celui où la situation électorale avait le moins évolué comparée à 1863. La radicalisation de l'opposition au Havre, comme dans le reste de la France, avait sans doute effrayé un électorat composé en partie de négociants. C'est, enfin, dans la partie la plus ancienne de la ville, le canton sud, que l'ancien quarante-huitard, Peulevey, obtenait le meilleur score. Candidat de la tradition républicaine, il trouvait un écho dans les quartiers où 1848 avait laissé une trace.

  • 107 AMH, FC, K1 4/9.

87Le second tour vit une forte progression des républicains grâce au report sur Lecesne de la majeure partie des voix de Louis Gros, phénomène très visible dans les communes rurales. Toute l'habileté de Lecesne avait consisté à gommer son image de candidat de l'extrême gauche pour mettre en avant son indépendance vis à vis du pouvoir. Son journal de campagne, après avoir rappelé sa réussite commerciale et la possession de 600 hectares dans le Calvados, faisait ainsi son éloge : « Il est assez riche pour rester complètement indépendant (...). Ce n'est pas un homme de révolution ni de désordre. Il aurait trop à y perdre pour son compte »107. Au Havre, le triomphe de Lecesne fut complet, tout particulièrement dans le canton est où il obtint 85 % des suffrages exprimés.

Un ou deux discours ?

  • 108 Sur cette question, R. Huard, Le Suffrage universel en France, 1848-1946, p. 91.
  • 109 Profession de foi de Lecesne datée du 24 avril 1869, ADSM, 3 M 241.
  • 110 Argumentaire de M. Le Cesne adressé aux députés, 1869, AN, C 1375.
  • 111 « Adresse de M. J. Lecesne, député du Havre, à ses électeurs », Écho du Havre, 20 novembre 1869.
  • 112 Argumentaire de M. Le Cesne adressé aux députés, 1869, AN, C 1375.
  • 113 Rapport du sous-préfet du Havre, 16 mai 1869, ADSM, 3 M 241.
  • 114 « Adresse de M. J. Lecesne, député du Havre, à ses électeurs », Écho du Havre, 20 novembre 1869. Ra (...)

88Victorieuse en 1869, cette nouvelle opposition républicaine se différenciait de la précédente, celle des anciens modérés de 1848, sur quelques points essentiels. Le principal désaccord, celui qui fut mis en avant aux législatives, comme aux municipales complémentaires de décembre 1869, était la question du mandat impératif108. Pour Lecesne, Dufour ou Santallier, cette notion allait de soi. L'exercice de la démocratie supposait « un contrôle incessant, par la courte durée, des délégations consenties »109. On ne pouvait accepter que l'élu reçoive un « blanc-seing qu'il remplit à son gré »110. Le mandat impératif était un « véritable contrat » passé entre les électeurs et leur élu, contrat « sciemment conféré, librement accepté, mais à certaines conditions clairement déterminées et définies »111. L'adjectif « impératif » ne devait pas être mal interprété. Il n'avait de sens qu'opposé à l'idée d'une liberté totale de l'élu et ne signifiait pas « la transmission par fil électrique d'ordres auxquels votre mandataire serait tenu de s'astreindre »112. Ces idées de contrat et de discussion préalable étaient à replacer dans le contexte du renouveau d'une vie politique au Havre. Durant toute l'année 1869, suite à l'adoption en juin 1868 d'une législation moins contraignante, les réunions publiques s'étaient multipliées en présence d'un grand nombre d'auditeurs. Ainsi, le 16 mai 1869, les autorités dénombrèrent jusqu'à 2 000 personnes lors d'une réunion électorale tenue par Lecesne à l'Élysée113. Pour les démocrates, adopter le mandat impératif c'était tenir compte de cette aspiration populaire à participer au débat politique. Lecesne resta fidèle à ce principe, refusant de s'associer à la condamnation du mandat impératif par le Manifeste de la gauche du 15 novembre 1869114.

  • 115 Journal du Havre, 15 décembre 1869.

89Même accompagnée d'un bémol, l'idée d'un mandat impératif était inacceptable pour les libéraux havrais, héritiers des républicains modérés de 1848 et des opposants dynastiques de la monarchie de Juillet. Le Journal du Havre posait en ces termes le débat : « Déférer les solutions sommaires au corps électoral à un titre quelconque, c'est retomber en plein dans le système napoléonien du plébiscite, et ce système n'est pas plus acceptable, qu'il vienne d'en bas ou d’en haut, car c'est toujours le système du pouvoir absolu et dictatorial, ayant pour résultat de superposer, par surprise, la volonté d'une minorité habile, à la volonté d'une majorité mal informée »115. Il était reproché au mandat impératif de nier la complexité des problèmes, en faisant croire à l'existence de solutions sommaires, et d'instituer la dictature d'une minorité agissante sur l'élu. Celui-ci devait rester libre de ses choix. La crainte de devenir l'otage d'un mouvement populaire incontrôlable était très nette.

  • 116 ADSM, 3 M 241, Élections au Corps législatif de 1869.

90Si la question du mandat impératif séparait le camp républicain entre démocrates et libéraux, un accord très large existait par contre sur le reste116 : la dénonciation de la « guerre sans cesse imminente » et la suppression des armées permanentes, l'instruction primaire gratuite et obligatoire, la garantie des libertés de presse et de réunion, la non-rétribution des cultes par l'État, l'émancipation administrative des communes et départements. Les projets de réformes sociales étaient, eux, quasi inexistants. On se contentait de promettre une meilleure répartition des impôts. Le radicalisme de Lecesne et ses amis, plébiscité par les électeurs des quartiers est, ne se traduisait nullement en une plus grande attention portée à la question ouvrière.

  • 117 Sur l'Internationale en Seine-Inférieure : Marcel Boivin, Le mouvement ouvrier dans la région de Ro (...)
  • 118 Echo du Havre, 16 novembre 1869. Dans cet article, Santallier citait longuement La Révolution d'Edg (...)
  • 119 Écho du Havre, 16 novembre 1869.

91Surtout, la querelle sur le mandat impératif ne doit pas laisser croire que se développait au Havre un courant révolutionnaire, comparable à celui qui existait à Paris à la fin de l'Empire. L'Internationale avait su trouver des adeptes autour de Rouen, mais n'avait jamais atteint la Porte océane117. Quant aux autres courants révolutionnaires, blanquistes, hébertistes ou jacobins, ils étaient inexistants. Les républicains havrais partageaient la même peur de voir Paris rouvrir inopinément l'ère des révolutions. L'histoire de la Révolution, telle qu'Edgar Quinet l'avait interprétée, leur avait enseigné qu'un soulèvement parisien ne pouvait conduire in fine qu'à « un régime d'exception mettant la France entière sous la domination de Paris, Paris sous la pression de la force armée, et la force entre les mains d'un officier de fortune »118 Ils niaient « l'efficacité du coup de fusil, des barricades, et du système dictatorial pour fonder un régime démocratique ». Le changement de régime devait procéder d'un vote majoritaire : « C'est par la Chambre législative que ce programme-là [le programme républicain] peut et doit s'effectuer ; ce sont nos députés qui doivent s'en charger, et c'est à nous tous, électeurs de la Capitale et de la Province, de nommer des représentants, à tous les degrés, qui interprètent fidèlement nos volontés »119. Cela supposait que la démocratie parisienne freine ses impatiences et attende que la conquête de la province soit achevée. Le plébiscite de 1870 montra combien cet espoir d'une conquête progressive de l'opinion provinciale était difficile à concrétiser.

Le plébiscite de 1870

  • 120 Sur le plébiscite de 1870 : AN, B II 1299A ; ADSM, 3 M 223 ; AMH, FC, K4 1/1.
  • 121 Journal du Havre, 2 mai 1870. Cette position s'avéra de plus en plus difficile à faire admettre et, (...)

92Le plébiscite de 1870 fut à nouveau l'occasion de mettre à jour les divisions internes au camp républicain, divisions qui l'affaiblirent dans son combat contre l'Empire120. C'est le journal Le Havre qui prit la tête du camp antiplébiscitaire et mit en place un comité présidé par Lecesne et Guillemard. La présence de Peulevey semblait signifier la réconciliation des républicains après les élections de 1869. En fait, la partie de l'opposition la plus modérée refusa de suivre, préférant avec le Journal du Havre appeler à l'abstention. Elle expliquait qu'une participation au scrutin était « une reconnaissance indirecte du régime plébiscitaire »121.

  • 122 Rapport du commissaire central du Havre, 28 avril 1870, ADSM, 3 M 223.

93Cette défection donna au Comité antiplébiscitaire une coloration avancée. Composé pour plus d'un tiers de négociants, mais aussi de commerçants et d'ouvriers, il ne comptait dans ses rangs que quatre conseillers municipaux. Sa principale action fut en direction des campagnes. Une souscription fut organisée pour envoyer 28 émissaires dans le pays de Caux prôner le non ou à défaut l'abstention122.

  • 123 M. Boivin, Le mouvement ouvrier..., t. I, p. 380-388.
  • 124 L'expression est de Jacques Rougerie (La Commune, Paris, PUF, 1988, p. 14-18). Rappelons que Saint- (...)
  • 125 Journal de Jules Siegfried, 29 mai 1870.

94Les résultats furent décevants. Le oui l'emportait sur l'arrondissement, mais aussi sur la ville du Havre avec 38 % des inscrits contre 35 % en faveur du non. Dans le département, seul Rouen avait voté majoritairement « non », ce qui ne signifiait pas que la préfecture soit devenue républicaine : aux voix de la gauche, libérale ou démocrate, s'étaient jointes celles des légitimistes123. Alors qu'ailleurs en France la « République des villes »124 avait donné une forte majorité au non, Le Havre s'inscrivait à contre-courant. Ce résultat n’était pourtant pas surprenant : le total des voix républicaines en 1869 représentait aussi 35 % des inscrits au 1er tour. Sur les trois cantons, seul le canton est avait donné une nette majorité au non, les deux autres préférant le oui. Une partie du négoce avait choisi de soutenir l'Empire libéral, la radicalisation de l'opposition au Havre, et surtout à Paris, l'effrayant. La lecture du journal intime de Jules Siegfried, à cette date, éclaire combien une partie des libéraux locaux étaient prêts à se contenter d'un Empire libéral, faute de mieux et à condition qu'il accepte les règles d'une monarchie parlementaire à l'anglaise, plutôt que de voir progresser une opposition au discours de plus en plus révolutionnaire. À la date du 29 mai 1870, soit quelques semaines après le plébiscite, Siegfried définissait ainsi sa position qui était aussi celle d'autres négociants comme Frédéric de Coninck ou Frédéric Mallet125 :

En politique : Centre gauche actuel du Corps législatif, aussi éloigné d'une opposition systématique – qui ne produit rien que le désordre – que de la réaction – qui ramène au despotisme. Gouvernement du pays par le pays, gouvernement parlementaire où le Prince régnant ait le moins d'autorité possible en dehors du droit formel de maintenir l'ordre. Que la famille régnante s'appelle Bonaparte, Bourbon ou Orléans, peu importe pourvu que nous ayons un gouvernement parlementaire bien établi, avec toutes les libertés qui doivent l'accompagner : liberté de la presse, liberté de réunion, etc., mais la puissance nécessaire pour réprimer vigoureusement toute licence ou toute tentative de désordre et de révolution. En théorie, la République me parait être le point vers lequel il convient de tendre, mais on ne change pas en un jour ce qui a nécessité des siècles à établir, il faut donc progresser lentement mais sûrement, car une révolution ramène forcément au gouvernement personnel que nous ne voulons pas.

  • 126 Écho du Havre des 12 et 14 mai 1870.

95Cet échec de la « démocratie havraise » fut durement ressenti par ses membres les plus avancés. Dès le lendemain soir des résultats, des troubles eurent lieu alors que la foule s'était rendue place de l'hôtel-de-ville pour accompagner la retraite du 3e bataillon du 93e de ligne et saluer ainsi le vote négatif du régiment. La Marseillaise fut entonnée et on alla successivement conspuer les rédacteurs du Courrier du Havre et ovationner ceux du journal Le Havre126. Ces incidents conduisirent à l'arrestation de onze individus, pour la plupart trop jeunes pour être électeurs – sept d'entre eux avaient moins de vingt et un ans, le plus jeune n’en ayant que quinze-. Leurs professions les apparentaient au monde ouvrier, au sens large : on trouvait un journalier, deux manœuvres, un voilier, un mouleur, un ajusteur, aux côtés d'un garçon boucher, d'un teinturier, d'un garçon de café et d'un cuisinier. L'événement n'avait en soi aucune portée immédiate. Il révélait simplement l'impatience d'une partie des Havrais, mécontents de voir l’essor des républicains brisé net.

  • 127 Écho du Havre, 14 mai 1870.

96Alors que le second tour des législatives de 1869 avait pu faire croire que Le Havre était devenu un « bastion de la démocratie », les résultats de 1870 refroidirent les esprits : une partie des élites et de nombreux électeurs, tout en rejetant tout Empire autoritaire, se méfiaient du radicalisme croissant des républicains. L'Écho du Havre résuma la situation en rendant responsable de l’échec « l’action détestable d'un petit nombre de fous et d'illuminés, qui ont fait au parti démocratique le plus grand tort »127.

  • 128 S'il n'était pas républicain, il n'inspirait guère confiance à l'administration qui l'accusait d'av (...)
  • 129 ADSM, 3 M 420, Élections cantonales, juin 1870. Comparés aux résultats du premier tour des législat (...)

97Donner trop d'importance aux résultats du plébiscite, comme on le fait souvent, reviendrait cependant à fausser la réalité. Moins d'un mois plus tard eurent lieu des cantonales remportées par les républicains. S'ils n'avaient pas été suivis par tous leurs électeurs lors du plébiscite, ils restaient puissants au Havre. Sur les six sièges à pourvoir, trois au conseil général et trois au conseil d'arrondissement, cinq furent remportés par les candidats de la liste du Comité démocratique avec des scores confortables : dans le canton est, Lecesne fut élu par 39,5 % des inscrits contre 12 % au candidat conservateur et Paul Marion par 31 % contre 19,5 % ; dans le canton sud, Peulevey obtenait 26 % des inscrits contre 21 % à son adversaire et Guillemard 28 % contre 19 %. Le seul échec eut lieu dans le canton nord, en partie suburbain : pour le conseil d'arrondissement, le maire de Sanvic, Léon Duplessy128, réussit à battre Gustave Brindeau, ce qui n'empêcha pas le siège de conseiller général de revenir au républicain Bazan avec près de 33 % des inscrits129. Ce vote permet sans doute de mieux comprendre le précédent : une partie des électeurs adhérait aux revendications républicaines – la défense des libertés, la décentralisation administrative, l'instruction laïque, gratuite et obligatoire, la lutte contre le cléricalisme-, sans pour autant souhaiter un changement brutal de régime.

Notes

1 J.-P. Chaline in A. Corvisier dir., Histoire du Havre..., p. 188-189.

2 Théodore Nègre, Le Havre : étude de géographie urbaine, Le Havre, impr. Étaix, 1947, p. 33-34 ; Jean Legoy, Le peuple du Havre, t. 2, p. 218.

3 Rapport du préfet de Seine-Inférieure du 6 juillet 1854, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

4 Rapport du sous-préfet du Havre, 5 juillet 1859, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

5 Rapport du commissaire central du 13 juin 1859, AMH, FM, I2 11/15.

6 Rapport du commissaire central du 13 juillet 1859, AMH, FM, I2 11/15.

7 Rapport du sous-préfet du Havre, 5 juillet 1859, AN, Flc III Seine-Inférieure 9.

8 Rapport du procureur général du 11 janvier 1866, AN, BB30 387.

9 D'après le préfet (Rapport du 4 juin 1857, ADSM, 4 M 644), c'était, vers le milieu des années 1850, le deuxième titre en Seine-Inférieure derrière le Journal de Rouen avec 2 420 abonnés en 1856. La même année, le Courrier du Havre en totalisait 1 107, le Journal de l’arrondissement 796 et l'Echo du Havre 544.

10 D.P. Scales, op. cit., p. 69-70.

11 ADSM, 2 T 121, dossier Rocquencourt.

12 AN, 5 Mi 510, État civil et registre paroissial de Fort-Royal ; AN, Flb 1 157/11, dossier G. Cazavan ; Journal du Havre, 1er et 3 février 1870 (notice nécrologique).

13 Philippe Wolff dir., Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, nelle éd. 1988, p. 473-476.

14 ADSM, 2T122, dossier du Journal du Havre. Voir aussi, AN, F18 500D.

15 Compte rendu de l'assemblée générale extraordinaire du 31 mai 1861, AN, F18 500D.

16 ADSM, 4 M 658, Avertissements aux journaux, 1852-1869.

17 Rapport du sous-préfet du 17 janvier 1860, ADSM, 4 M 658.

18 Louis Brindeau, Historique du Journal du Havre, Le Havre, Impr. du Journal du Havre, 1904, p. 16.

19 Journal du Havre, 12 mai 1863.

20 Profession de foi d'Émile Ollivier, 23 mars 1863, ADSM, 3 M 233.

21 Journal du Havre, 23 mai 1863.

22 La formule est de Louis Girard (Napoléon III, Paris, Fayard, 1986, p. 360).

23 Journal du Havre, 29 mai 1863.

24 Rapport préfectoral du 3 juin 1863, ADSM, 3 M 233.

25 Sur l'ensemble de la circonscription, Jules Ancel l'emporta par 65 % des votants contre 32,5 % à Mazeline. Le triomphe était moins net pour la ville du Havre, où Ancel ne disposait pas des mêmes réseaux de notables que dans le pays de Caux : Jules Ancel obtenait un peu plus de 54 % des votants contre 42 % pour François Mazeline.

26 AMH, FC, K6 1/2, Élections cantonales, 1864.

27 Journal du Havre, 17 juillet 1865.

28 ADSM, 3 M 1037, Élections municipales, Le Havre.

29 ADSM, 3 M 1037, Élections municipales, Le Havre.

30 Rappelons que la loi du 7 juillet 1852 avait confié au Prince-Président la nomination des maires et adjoints des communes de plus de 3 000 habitants et des chefs-lieux. Au Havre, un décret du 14 juillet 1855 avait nommé maire Édouard Larue et adjoints, François Mazeline, Jean-Baptiste Collard, Armand Brument et Léon Brindeau, tous réélus dès le premier tour (ADSM, 3 M 1037).

31 Sur l'histoire de la franc-maçonnerie au Havre, Michel Lecureur et Olivier Pringard, La franc-maçonnerie au Havre, 1738-1815, Luneray, Éd. Bertout, 1994, 287 p.

32 Gérard Gayot, La Franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Gallimard-Juillard, 1980, p. 43. Les autres départements étaient la Seine, le Rhône et la Gironde.

33 Ailleurs, la mise en place de l'Empire eut des conséquences bien plus marquées. Le Grand Orient comptait 222 loges en 1852 et 102 en 1858 (Gérard Gayot, op. cit., p. 226).

34 F. Degraux, Histoire de la R., L. l'Aménité or : du Havre, depuis sa fondation jusqu'à nos jours, Le Havre, T. Leclerc, 1889, p. 40.

35 BN, FM2 712, Loge les 3H, correspondance avec le GOF.

36 Daniel Ligou dir., Histoire des Francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1981, p. 237.

37 D. Ligou, op. cit., p. 249-250 ; R. Huard, La naissance du parti politique..., p. 146-148.

38 Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, t. II, 1800-1877, Paris, Fayard, 1974, p. 438.

39 BN, FM711, Loge l'Aménité, tableaux des frères, 1851-1874 ; FM2 712, Loge Les 3 H, tableaux des frères, 1851-1874.

40 BN, FM2 69 et 711, Tableaux des frères de la loge l'Aménité.

41 Si l'on en croit l'Annuaire du commerce du Havre, il ne tint boutique qu'à partir de 1849.

42 Contrairement aux membres actifs, on ne dispose pas de liste annuelle de ces membres voyageurs. Quelques documents donnent une idée de leur nombre. Ainsi, en 1870, le Tableau des Frères qui composent la Loge de L'Aménité fondée à l'Or. : du Havre l'an de la V. : L. : 1775 (BMH, R 729) indique 76 membres voyageurs pour 70 membres actifs. 34 étaient capitaines au long cours, 9 mécaniciens et 7 négociants.

43 Sur ce conflit : D. Ligou, op. cit., p. 236-242 ; Pierre Chevallier, op. cit., p. 396-411 ; louda Tchernoff, Le Parti républicain au Coup d'État et sous le Second Empire d'après des documents et des souvenirs inédits, Paris, 1906, p. 319-325.

44 Sur la loge de la Triple Unité de Fécamp : Philippe Maillard, Une loge, une ville : la Triple Unité de Fécamp (1778-1940), mémoire de maîtrise de l’Université de Paris 1, 1989, 210 p. ; Hélène Camoux et Philippe Maillard, La loge de ta Triple Unité de Fécamp, Fécamp, 1991, 146 p.

45 Cf. la délibération du conseil municipal de Fécamp du 20 juin 1884 en vue de dénommer la rue Sainte-Croix rue Vasselin (AN, Flc I 176). C'est le préfet Leroy qui raya son nom de la liste de proscription établie par le conseil de guerre.

46 Ph. Maillard, op. cit., p. 57-60. Voir aussi F. Degraux, op. cit., p. 36-37. Le prince Jérôme fut désigné, à une date que nous ne connaissons pas, membre d'honneur de la loge. Sa popularité au Havre s'expliquait aussi par l'habitude qu’il avait de fréquenter chaque été les Bains Frascati. La Société des régates en avait fait son président.

47 La formule est de Louis Girard (op. cit., p. 195).

48 Sur l’Union de la Paix : Georges Goyau, L'idée de Patrie et l'humanitarisme, Paris, Perrin, 1902, p. 66-71 ; Roger Lévy, « Autour de Félix Santallier. Une croisade pacifique à la veille de 1870 », La Révolution de 1848, t. XIX, p. 203-207.

49 Le Monde maçonnique. Revue de la franc-maçonnerie française et étrangère, t. X, 1867-1868, p. 284-285.

50 Le Havre, 26 septembre 1903.

51 Raymond Huard, La naissance du parti politique..., p. 151 ; Frédéric Passy, Historique du Mouvement de la Paix, Paris, V. Giard et E. Brière, 1904, p. 13-21.

52 Sur cette minorité du Grand Orient, D. Ligou, op. cit., p. 245-247.

53 ADSM, 4 M 2703, Sociétés secrètes et loges francs-maçonniques, 1824-1888.

54 Cette initiative ne survécut pas à l'Empire : avant même la déclaration de guerre, l'Union de la paix fut invitée à suspendre ses réunions (Lettre de Santallier au maire, 24 novembre 1872, AMH, FC, l2 16/7).

55 Lettre du Vénérable de l'Aménité au Grand Orient, 26 février 1894, BN, FM2 69.

56 Statuts de la Société d'instruction mutuelle, 1870, AMH, FC, R1 32.

57 AMH, FC, R1 32.

58 ADSM, 4 T 15, Bibliothèques populaires, arrondissement du Havre, 1865-1888.

59 BN, FM711, Loge l'Aménité, tableaux des frères, 1851-1874.

60 Sur cette figure de la jeunesse républicaine : AMH, K3 3.19 ; Louis Brindeau, Les événements de 1870-1871 au Havre, Le Havre, 1909-1912, vol. 1, P-386-389.

61 ADSM, 4 T 15, Bibliothèques populaires, arrondissement du Havre, 1865-1888.

62 C. Auspitz, The Radical Bourgeoisie. The Ligue de l'Enseignement and the Origins of the Third Republic, 1866-1885, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 237 p. ; Jean-Paul Martin, La Ligue de l'Enseignement et la République des origines à 1914, Thèse de doctorat de l'IEP, dir. Jean-Marie Mayeur, 1992, 2 vol., 865 p.

63 Marcel Boivin, « Les origines de la Ligue de l'enseignement en Seine-Inférieure, 1866-1871 », Revue d'histoire économique et sociale, 1968/2, p. 203-231.

64 L'arrêté préfectoral autorisant le Groupe Havrais date du 14 août 1868 (AMH, FC, R2 31, Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, 1868-1892). Ses bulletins, publiés régulièrement, sont conservés soit à la Bibliothèque municipale de Montivilliers, soit aux AMH (FC, R2 31).

65 Marcel Boivin, op. cit., p. 214.

66 AN, Flc 1 176, Attributions de noms de rue, 1883-1892.

67 Correspondance entre le groupe havrais de la Ligue de l'enseignement et l'Inspection d'académie, août 1868, ADSM, 4 T 24.

68 Groupe havrais de la Ligue de l'enseignement, Vœu en faveur de l'inscription dans les lois françaises du caractère obligatoire de l'instruction primaire..., Le Havre, Santallier 1870.

69 M. Boivin, op. cit., p. 228-229.

70 Lettre de Camille Bazan au maire du Havre, 3 mars 1869, AMH, FC, R2 31.

71 André-Jean Tudesq, « De la monarchie à la république : le maire, petit ou grand notable », Pouvoirs, no 24, 1982, p. 7-17.

72 Jocelyne George, Histoire des maires, Paris, Plon, 1989, p. 153-154.

73 J. George, op. cit., p. 169-170. Du même auteur, Les Maires dans le département du Var, 1800-1940, Thèse de doctorat d'État, Université Paris I, 1987, p. 524-525.

74 Séance du 26 mai 1866 du conseil municipal du Havre, AMH, D1 10.

75 François Furet, Terminer la Révolution. De Louis XVIII à Jules Ferry (1814-1880), p. 378. Sur cette nouvelle génération : Cl. Nicolet, L’Idée républicaine en France..., p. 156-157 ; Ph. Vigier, « Le Parti républicain en 1870 », L'esprit républicain, Colloque de l'Université d'Orléans présenté par J. Viard, Paris, Klincksieck, 1972, p. 13-22 ; du même, « Le Parti républicain en 1869-1870 », Léo Hamon dir., Les républicains sous le Second Empire, Paris, Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1994, p. 185-194.

76 AMH, FC, D1 10.

77 Journal de l’arrondissement du Havre, 1er mars 1870.

78 AMH, FC, R1 31, Instruction primaire, 1869-1880.

79 Gérard Cholvy et Yves Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 1 : 1800-1880, Toulouse, Privat, 1985, p. 186-188.

80 Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République, Roanne, Horvath, 1985, p. 33.

81 J. George, op. cit., p. 164.

82 Rapport au procureur impérial du 19 juin 1859, ADSM, 3 U 2/2.

83 Rapport de Léon Peulevey au conseil municipal, 6 novembre 1869, AMH, FC, D1 10.

84 ADSM. 3 M 1037, Élections municipales, Le Havre.

85 Procès-verbal du 1er tour des élections municipales complémentaires des 18 et 19 décembre 1869, ADSM, 3 M 1037.

86 Rapport du préfet, 7 août 1868, AN, F18 500B.

87 AN, F18 500E, dossier du journal Le Havre ; ADSM, 2 T 120, Le Havre, 1868-1883.

88 Sur ce journal : AN, F18 500B ; ADSM, 2 T 118.

89 AN, Flc 1 176, Attributions de noms de rue, 1883-1892 ; ADSM, 2 T 5, Dossiers individuels des imprimeurs-typographes, 1810-1870 ; AMH, dossier Santallier.

90 Statuts de la Société Félix Santallier et Cie, Le Havre, 1868, ADSM, 2 T 120.

91 BN, FM2 711, Tableau des frères de la loge l'Aménité, 1851-1874.

92 Cf. Claude Malon, « Jules Lecesne du négoce à la République, 1840-1878 », Cahiers havrais de recherche historique, 1997.

93 AN, Fld III 335, dossier pour l'attribution de la Légion d'honneur ; AMH, dossier Fenoux ; Le Havre, 7 janvier 1902, notice nécrologique.

94 DBMOF, t. 5, p. 392-394.

95 Georges Duchêne, L'économie politique de l'Empire, Le Havre, 1870.

96 D'après son casier judiciaire (AN, F18 500 F), Santallier fut condamné le 29 juin 1869 pour publication de fausses nouvelles et exhortation à la haine ou au mépris du gouvernement (500 francs d'amende) et le 15 juillet 1870 pour refus d'insertion (200 francs d'amende).

97 ADSM, 3 M 241, Élections au Corps législatif, 1869.

98 Journal du Havre, 20 février 1869.

99 Claude Malon, Jules Le Cesne, député du Havre1818-1878, Luneray, Éd. Bertout, 1995,301 p.

100 Inventaire après décès de Jules Lecesne établi par Me Biesta, notaire à Paris, le 13 mars 1878.

101 Claude Malon l'estime à 2,5 millions en 1860 (« Jules Lecesne du négoce à la République, 1840-1878 »), alors que son acte de mariage, en 1847, ne faisait apparaître que 281 000 francs, somme déjà coquette.

102 Il avait épousé le 27 juillet 1847, à Caen, Pauline Thierry, fille d’un doyen de la Faculté des Sciences. Les domaines de Beauregard et Repentigny avaient été acquis en 1853 et 1855 aux héritiers Thierry à titre de licitation.

103 Inventaire après décès de Jules Lecesne.

104 Louis Girard dir., Les élections de 1869, Paris. M. Rivière, 1960.

105 AN, C 1375, Élections au Corps législatif, 1869. Jules Lecesne entreprit de réfuter ces accusations de corruption dans une brochure : Election de M. Jules Lecesne, sixième circonscription de la Seine-Inférieure, Paris, Renou et Maude, 1869, 16 p.

106 Alain Garrigou, Le Vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, p. 131-172.

107 AMH, FC, K1 4/9.

108 Sur cette question, R. Huard, Le Suffrage universel en France, 1848-1946, p. 91.

109 Profession de foi de Lecesne datée du 24 avril 1869, ADSM, 3 M 241.

110 Argumentaire de M. Le Cesne adressé aux députés, 1869, AN, C 1375.

111 « Adresse de M. J. Lecesne, député du Havre, à ses électeurs », Écho du Havre, 20 novembre 1869.

112 Argumentaire de M. Le Cesne adressé aux députés, 1869, AN, C 1375.

113 Rapport du sous-préfet du Havre, 16 mai 1869, ADSM, 3 M 241.

114 « Adresse de M. J. Lecesne, député du Havre, à ses électeurs », Écho du Havre, 20 novembre 1869. Rappelons que ce manifeste, signé par l'ensemble de la gauche, avait rejeté le mandat impératif. Gambetta ne s'y était rallié qu'à contrecoeur. Lecesne s'associa au reste du manifeste.

115 Journal du Havre, 15 décembre 1869.

116 ADSM, 3 M 241, Élections au Corps législatif de 1869.

117 Sur l'Internationale en Seine-Inférieure : Marcel Boivin, Le mouvement ouvrier dans la région de Rouen, 1851-1876, Rouen, PUR, 1989, 2 vol., 606 et 473 p.

118 Echo du Havre, 16 novembre 1869. Dans cet article, Santallier citait longuement La Révolution d'Edgar Quinet, dont François Furet a montré l'importance dans les débats internes aux républicains (Fr. Furet, La Gauche et la Révolution au milieu du XIXe siècle. Edgar Quinet et la question du jacobinisme, 1865-1870, Paris, Hachette, 1986, 317 p).

119 Écho du Havre, 16 novembre 1869.

120 Sur le plébiscite de 1870 : AN, B II 1299A ; ADSM, 3 M 223 ; AMH, FC, K4 1/1.

121 Journal du Havre, 2 mai 1870. Cette position s'avéra de plus en plus difficile à faire admettre et, à la veille du scrutin, le journal laissa le choix à ses lecteurs entre le vote négatif, le bulletin blanc ou l'abstention.

122 Rapport du commissaire central du Havre, 28 avril 1870, ADSM, 3 M 223.

123 M. Boivin, Le mouvement ouvrier..., t. I, p. 380-388.

124 L'expression est de Jacques Rougerie (La Commune, Paris, PUF, 1988, p. 14-18). Rappelons que Saint-Étienne fut la capitale du non avec 74 % des votants, suivie de Marseille et Limoges (65 %), Bordeaux (64 %), Lyon (60,6 %).

125 Journal de Jules Siegfried, 29 mai 1870.

126 Écho du Havre des 12 et 14 mai 1870.

127 Écho du Havre, 14 mai 1870.

128 S'il n'était pas républicain, il n'inspirait guère confiance à l'administration qui l'accusait d'avoir fait voter pour Émile Ollivier en 1863 (Rapport du préfet, 8 octobre 1868, ADSM, 1 M 398).

129 ADSM, 3 M 420, Élections cantonales, juin 1870. Comparés aux résultats du premier tour des législatives de 1869, les scores républicains étaient en hausse, preuve d'un meilleur enracinement.

Table des illustrations

Titre Cartes 6 et 7. Les élections au Corps législatif de 1863. Résultats par sections électorales en % des inscrits
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Graphique 1. Les effectifs des loges havraises du GOF sous le Second Empire
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Carte 8. Score des républicains au 1er tour des élections au Corps législatif de 1869 dans la 6e circonscription de la Seine-Inférieure (en % des exprimés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 9. Résultats du 1er tour des élections de 1869 pour les trois cantons du Havre intra-muros (% des exprimés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search