Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Première Partie. Les balbutiements de Marianne

Chapitre 3. L'affaiblissement et les divisions du courant républicain (janvier 1849-décembre 1851)

Texte intégral

1. Le déclin du courant républicain « bleu » face à une vie politique polarisée

1Majoritaire au Havre fin 1848, le courant bleu déclina rapidement sous la présidence de Louis-Napoléon, mais ne disparut pas totalement, ce qui favorisa sa réapparition après 1860. L'étude des républicains modérés a rarement été faite pour la période qui suit l'échec de Cavaignac. La plupart des historiens ont concentré leur attention sur les démocrates-socialistes qui occupent le devant de la scène, surtout après leurs succès électoraux de mai 1849. Nous souhaiterions commencer par réparer cet oubli.

Qui sont-ils ?

2Nous avons déjà présenté les différents comités modérés, mais, tant que dura l'unanimisme républicain au Havre, ils ont rassemblé au-delà du courant bleu. C'est seulement en 1 849, alors que les démocrates socialistes s'étaient dotés de structures militantes et qu'une partie des anciens partisans de Cavaignac s'était ralliée à la personne du Prince-président, qu'une clarification fut possible.

  • 1 Leur liste nous est connue par le compte rendu publié dans le Journal du Havre du 15 avril 1849 de (...)

3Reconstitué en avril 1849 en vue des législatives de mai, le Comité central républicain regroupa cette fois ceux qui restaient fidèles, après plus d'un an de luttes, à la République modérée. Sur les 47 membres1, 16 avaient appartenu aux comités modérés de mars 1848 (CCR et Comité électoral d'Ingouville) et 20 au Comité électoral de décembre 1848, créé pour promouvoir la candidature de Cavaignac. Seuls 9 avaient été actifs en mars 1848, comme en décembre. Autour de ce petit noyau de républicains convaincus, on assista chaque fois à un renouvellement important.

4Notre attention se portera, dans un premier temps, sur tous ceux qui, membres du CCR en avril 1849, avaient déjà appartenu à un comité républicain. On peut ainsi retrouver un groupe d'un peu moins d'une trentaine d'hommes qui constituaient l'ossature du parti bleu.

5Leur profession nous est connue : sur les vingt-sept retenus, onze appartiennent au monde du négoce et trois sont des entrepreneurs. A ces quatorze, on pourrait ajouter Boisgérard, ancien négociant, vivant de ses rentes, et Henri Brindeau, directeur du Journal du Havre qui est tout autant un organe commercial que le porte-parole des idées républicaines modérées. C'est une bourgeoisie active économiquement, tournée vers la mer et soucieuse d'entreprendre, qui compose le cœur du parti bleu, lui donnant sa force.

Tableau 3. Les professions des militants bleus

Profession

Nombre

Propriétaire

2

Négociant, courtier, banquier

11

Entrepreneur

3

Commis

1

Fonctionnaire

2

Profession libérale

3

Commerçant

1

Ouvrier

2

Journaliste, homme de lettres

2

Total

27

  • 2 Trois exemples : Théodore Ferrère était le fils du directeur des postes de Bayonne et le neveu du b (...)
  • 3 Archives privées de la famille Brindeau ; Journal du Havre, 29 et 31 août 1861.

6Le parcours de quelques hommes illustre la réussite économique et sociale de ces républicains et surtout leur esprit d'entreprendre. Prenons le cas de Henri Brindeau2. Né vers 1800, il était originaire, comme la plupart de ses amis3, d'une famille déjà active dans le négoce. Son grand-père maternel, Pierre Carlier, était négociant en broderies et soieries, rue Thévenot, à Paris. Son père, Marin Brindeau, originaire du Maine-et-Loire, commença comme voyageur employé dans la maison de son beau-père, avant d'en prendre la tête. Henri Brindeau débuta dans la maison de négoce paternel. Il fut envoyé à Saint-Domingue pour y créer des relations commerciales. De retour des îles, il s'installa au Havre et y créa une maison de sucres, café et denrées coloniales. Ayant fait faillite, il s'associa au négociant et fabricant en dentelles caennais, Jean-Baptiste Bonnaire, dont il avait épousé la fille en 1818. Les deux hommes fondèrent une raffinerie de sucres à Caen et une distillerie. L'essor de la betterave, puis une augmentation des droits sous Charles X, causèrent l'échec de cette entreprise. De retour à Paris, Henri Brindeau entra dans la Maison Jobert, entreprise de pavage. Il la quitta assez vite pour revenir au Havre, où il travailla dans la maison de négoce en cotons, Michel Gautier.

  • 4 Dossier du Journal du Havre, AN, F18 500D. Voir aussi, Louis Brindeau, Historique du Journal du Hav (...)

7C'est en 1843 qu'il racheta le Journal du Havre à Stanislas Faure et Édouard Corbière, le transformant en une société en commandite et par actions, Henri Brindeau et Cie4. Il en fut le gérant responsable jusqu'en 1853, n'intervenant dans la rédaction politique du journal qu'à partir de 1848. Son intérêt subit pour la presse pouvait s'expliquer par les activités de son frère aîné, Achille, journaliste à la Revue des Deux Mondes sous Louis-Philippe, puis directeur du Messager. La recherche d'un nouveau secteur où assouvir sa soif d'entreprendre a sans doute joué : premier organe maritime de France, le Journal du Havre devait se révéler une bonne affaire. Les statuts adoptés en 1843 prévoyaient un traitement annuel de 5 000 francs auxquels s'ajoutaient 3 % sur les bénéfices nets calculés sans déduction des intérêts du capital social, un logement gratuit au domicile de la société et les dividendes des 164 actions de mille francs chacune en sa possession, soit 47 % du capital de la société.

  • 5 Patrick Tanneau, La Compagnie des paquebots à vapeur du Finistère (1839-1921), p. 41 ; Jean Berthou (...)
  • 6 Dossier Masurier, AMH ; Almanach illustré du Courrier du Havre, 1889, p. 11-13.
  • 7 Dominique Barjot dir., Les patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Maine, Paris, Picard, 1991, (...)

8Cette réussite était partagée par les autres modérés, même si leur parcours ne fut pas toujours aussi sinueux. Aux côtés de Brindeau, on trouvait d'autres grands noms du négoce et de l'industrie, tels Auguste Brostrom, Pierre Cardet, Théodore Ferrère, Louis Masurier ou François Mazeline. Auguste Jons Brostrom fut un des premiers Havrais à s'intéresser au projet, soutenu par Édouard Corbière, d'une société de cabotage entre Morlaix et Le Havre. Une fois celle-ci créée sous le nom de Compagnie des Paquebots du Finistère, il en fut le consignataire de 1839 à 1844, puis l'agent général au Havre à partir de 18445. Cette ligne régulière, reliant les deux ports en 36 heures, permit à l'économie havraise de disposer d'une main-d'œuvre abondante d'immigrés bretons tout au long du siècle. Pierre Cardet dirigeait une entreprise de transport par eau du Havre à Paris. Louis Eugène Masurier, né au Havre le 28 janvier 1806, armateur et négociant, avait repris en 1842 la maison de commerce fondée en 1800 par son père, Joseph6. Consul de l'Uruguay au Havre, il assurait diverses lignes vers l'Amérique du Sud et les Iles. François Mazeline était un des meilleurs exemples de réussite au Havre à l'époque de la monarchie de Juillet. Fils d'un entrepreneur en serrurerie installé au Havre, il transforma l'atelier familial en une société de construction mécanique, Mazeline frères. Ingénieur autodidacte, passionné par les machines à vapeur, il fit de son entreprise une des plus performantes pour les techniques, ce qui lui valut dès l'Exposition universelle de 1844 de recevoir une médaille d'or7.

  • 8 Né à Mulhouse le 1er novembre 1799, fils de Daniel Dollfus et de Henriette Haussmann, époux d'Ursul (...)
  • 9 Almanach du Havre, 1849.

9À la tête de maisons de négoce ou d'entreprises de premier plan, ces hommes participaient aux instances du commerce havrais. Théodore Ferrère était le président de la Chambre de commerce, où il côtoyait Auguste Dollfus8 et François Mazeline. Louis Masurier était juge au Tribunal de commerce tout comme Adolphe Louédin, tandis qu'Auguste Dollfus et Henry Expert y étaient suppléants9.

10De tels parcours permettent de mieux comprendre le souci constant de ces républicains de clore l'ère des révolutions pour assurer la prospérité économique. La République, dont ils rêvaient, n'était pas le régime fraternel, démocrate et social des Montagnards, mais un régime d'ordre qui permette à chacun de réussir par ses talents. Devenus des militants politiques, ces hommes restaient les représentants du monde des affaires havrais. Leur engagement ne se distinguait pas de leurs responsabilités à la Chambre ou au Tribunal de commerce.

  • 10 Journal du Havre, 5 mai 1848.

11Leur attachement aux principes de 1789 trouvait ses limites dans la priorité donnée à la bonne marche des affaires. Un an plus tôt, quand avait été connu le décret du 27 avril supprimant définitivement l'esclavage dans les colonies, la réaction du Journal du Havre avait été vive : les « considérations métaphysiques » et le « sentiment » ne devaient pas l'emporter sur le souci de préserver les intérêts économiques des planteurs10.

12Cette identification à la bourgeoisie négociante était une des faiblesses du courant bleu : les éléments populaires étaient minoritaires, ainsi que la bourgeoisie des capacités. Parmi les deux ouvriers, Stanislas Cœuilte, surveillant des travaux municipaux, n'était guère représentatif. Seul Fidelin, chef des brouettiers du Grand Corps, faisait le lien avec le monde du travail. Si l'on se souvient que le CCR avait su attirer des représentants de la plupart des corporations en mars 1848, on mesure combien il avait échoué à garder le contact avec le monde ouvrier et s'était replié sur un noyau de négociants.

13Les autres composantes de la société havraise, employés, commis, agents de l'État, professions libérales, étaient tout autant sous-représentées. Les professions juridiques avec un avocat, un avoué et un notaire formaient un petit noyau. Seul parmi eux Hébert avait une personnalité assez forte pour s'imposer face au monde du négoce.

  • 11 AN, C 1014 à 1024, Enquête parlementaire sur la production et la consommation de la viande de bouch (...)
  • 12 Journal de l'arrondissement, 5 janvier 1851.
  • 13 Roger Lévy, « Les Idées et la Vie politique d'Alphonse Karr », op. cit.

14Il en était de même d'Alphonse Karr, membre du CCR, après avoir présidé en 1848 le Comité électoral d'Ingouville. C'était le seul à jouir d'une réelle popularité grâce aux diverses campagnes de presse menées en faveur des plus humbles. Nous avons déjà signalé comment, sous la monarchie de Juillet, il avait bataillé pour l'amélioration du confort des wagons de troisième classe de la ligne Le Havre-Paris. En janvier 1851, il lança une campagne contre les bouchers, accusés de s'enrichir au détriment des consommateurs, rejoignant ainsi une des préoccupations de l'Assemblée qui avait créé une commission d'enquête sur la viande de boucherie11. Il réclamait la tarification de la viande par les municipalités12. Forte personnalité, il resta à l'écart du noyau des républicains bleus : nous avons vu qu'en avril 1848 sa candidature n'avait pas été retenue13 ; au sein du CCR, il n'était qu'un simple membre, ne participant pas au bureau. « Horsain », d'aspect bohème et sans lien avec le monde du négoce, il restait mal intégré, ne fréquentant pas les villas de la côte d'Ingouville.

  • 14 Cf. les listes de frères des 3 H (BN, FM2 242 et 711) et de l'Aménité (BN, FM2 244 et 712). Pour la (...)

15Relativement homogènes socialement, les républicains modérés comptaient dans leurs rangs quelques protestants. Dollfus, Brostrom ou Boisgérard appartenaient à l'Église réformée. Le lien entre libéralisme politique et appartenance religieuse, apparu dès la Restauration, restait une réalité. Nous avons vu plus haut le soutien d’autres protestants, les familles de Coninck et Monod, à Cavaignac. Il n’en est pas de même dans le cas de la franc-maçonnerie. Sur notre échantillon de vingt-sept modérés, deux seulement apparaissent sur les listes des trois loges havraises14 : Georges Achille Merlié Lefebvre, directeur de la corderie d'Ingouville, initié à la loge l’Aménité en 1844, et François Mazeline frère des 3 H depuis le 4 novembre 1840. Ces deux cas ne permettent pas d'établir, à cette date, un lien entre franc-maçonnerie et républicanisme. Aucun des principaux dirigeants de la mouvance modérée n’était franc-maçon. Le monde des négociants et courtiers était pourtant bien représenté au sein des loges : sur les 173 frères du Grand Orient de 1848 à 1851, on en comptait 50.

  • 15 D. P. Scales, op. cit. ; Patrice Duboc éd., L'esprit d'Alphonse Karr, Tusson, Du Lérot éditeur, 199 (...)

16Les bleus avaient un passé politique orléaniste. Quelques-uns comme Expert, Hébert ou Brostrom avaient dénoncé dès 1831 l'orientation conservatrice du régime, sans remettre son existence en cause. D'autres comme Boisgérard, maire d'Ingouville, avaient accepté des fonctions officielles. Plusieurs avaient été élus conseillers municipaux : François Mazeline à Graville, Alphonse Karr à Sainte-Adresse ou Eugène Hébert, Louis Masurier et Pierre Cardet au Havre. Ce n'est qu'une minorité qui avait participé à l'opposition ouverte à Guizot, plutôt dans les rangs de la Gauche dynastique qu'aux côtés des républicains. Républicain du lendemain, Alphonse Karr avait fait la satire, tant de Louis-Philippe, de ses ministres et d'une bourgeoisie triomphante, que de l'opposition républicaine15.

  • 16 Journal du Havre, 9 octobre 1849.

17Placés à la tête de l'opinion républicaine au Havre et dans ses faubourgs, ces républicains du lendemain cherchèrent au sein du Comité central républicain à maintenir leur idéal d'une République sage et modérée, malgré le retournement de l'opinion. C’est à l’approche des élections d’avril 1849 qu’ils le réactivèrent et cherchèrent, à l’instar du Comité Esclavy de Rouen, à en faire une structure organisée, dotée de statuts. Cela ne dura guère : les élections passées, le comité entra en léthargie. Lors de l'élection partielle d'octobre 1849, il réapparut pour fusionner avec le Comité démocratique16. Malgré les intentions affichées, il restait difficile de faire vivre une structure politique permanente regroupant les partisans de la République modérée. Les comités n'avaient d'existence réelle que dans les semaines qui précédaient les élections, leur rôle effectif se limitant à la désignation de candidats et la rédaction de professions de foi pour la presse.

Les échecs électoraux

18Vainqueurs du scrutin présidentiel de 1848 au Havre et dans l'arrondissement, les modérés furent incapables de conserver ce capital électoral. La victoire de Louis-Napoléon accéléra la bipolarisation de la vie politique déjà perceptible en 1848. La mise en place, par le gouvernement Barrot, puis ses successeurs, d'une politique réactionnaire accrut les oppositions, soudant la gauche et offrant un espace restreint aux modérés. L’échec fut vite au rendez-vous : placés dans l'opposition, les modérés se rapprochèrent inévitablement des démocrates-socialistes pour critiquer la remise en cause des réformes du gouvernement provisoire. Ils cherchèrent pourtant à garder leur spécificité, en refusant toute dérive du discours républicain vers le socialisme. Ce numéro d'équilibriste fut loin de leur gagner les électeurs.

  • 17 Sa candidature ne fut finalement pas retenue au niveau départemental.
  • 18 Journal de l’arrondissement, 29 avril 1849.
  • 19 E. Boisgérard, Aux Electeurs de la Seine-Inférieure, Le Havre, H. Brindeau, [1849] ; E. Hébert, Aux (...)

19C'est dès les législatives de mai 1849 qu'apparut la désaffection de ces derniers. Réunis le 28 mars 1849, les modérés choisirent pour représenter l'arrondissement du Havre sur la liste du Comité central républicain du département, Huet, maire de Fécamp17, Boisgérard, maire d'Ingouville, et Hébert, ancien vice-président du CCR18. Les professions de foi des candidats furent présentées lors de la séance du 31 mars, puis publiées19. Le Journal du Havre et le Journal de l'arrondissement apportèrent leur soutien.

  • 20 La liste modérée était dirigée par Dupont de l'Eure. Y figuraient, entre autres, Senard, le général (...)
  • 21 AN, C 1 334, Élections législatives des 13 et 14 mai 1849 ; ADSM, 3 M 217, Élections à l'Assemblée (...)

20Les résultats du scrutin illustrèrent l'impasse où se trouvaient les modérés. En moyenne, leur liste20 n’obtenait que 26 % des votants au Havre et 20 % dans le canton d'Ingouville21. La comparaison avec les présidentielles de décembre montrait l'importance de l'érosion. Si on raisonne en pourcentage des inscrits, ce qui permet mieux de calculer le nombre d'électeurs perdus, le recul était de plus de 60 % au Havre, comme à Ingouville. Presque les deux tiers des électeurs de Cavaignac avaient fait défaut.

Tableau 4. L'évolution de l'électorat bleu de décembre 1848 à mai 1849 (% des inscrits)

Score moyen de la liste Dupont de l'Eure

Rappel du score de Cavaignac

Evolution en %

Ingouville

13,2 %

34,0 %

– 60 %

Le Havre

15,7 %

35,4 %

– 62 %

Total arrondis.

11,1 %

32,7 %

– 67 %

21Arrivaient en tête les candidats du Comité Taillet, suivis de près par ceux de la liste Ledru-Rollin. La comparaison avec les présidentielles de décembre donne une idée des transferts de voix, à condition de croiser ces informations avec ce que la presse nous apprend de l'attitude des notables havrais à la veille du scrutin.

22Majoritaires fin 1848, les bleus n'étaient plus qu'en troisième position aux législatives. La liste conservatrice ne semblait pas, à première vue, avoir profité du recul des modérés : elle perdait, elle aussi, un nombre important de voix, surtout dans le canton d'Ingouville où le score de Louis-Napoléon en décembre s'expliquait, sans doute, par le vote des ouvriers. Au Havre, l'écart entre le score de Bonaparte et celui de la liste Taillet était moindre. En fait, l'analyse de l'attitude pendant la campagne d'une partie du négoce, favorable fin 1848 à Cavaignac, indique qu'un chassé croisé complexe s'était produit. La meilleure preuve en est le revirement du maire Jules Ancel qui figurait sur la liste du Comité de conciliation. Une partie de l'électorat populaire de Bonaparte s'était reportée sur la gauche, tandis qu'une partie du négoce glissait vers le parti de l'ordre. Les scores des démocrates étaient, eux, en progrès.

23Un report des votes populaires de Louis-Napoléon sur la liste démocrate ne pouvait suffire à l'expliquer. Au Havre comme à Ingouville, les voix supplémentaires des démoc.-soc. ne venaient pas toutes des anciens électeurs de Louis-Napoléon. Une partie de l'électorat bleu de décembre avait voté démocrate en mai.

24La progression de l'abstention d'un scrutin à l'autre fournit une troisième piste pour comprendre l'érosion des voix modérées : à Ingouville, le taux d’abstention passait de 15 % à 33 % et au Havre de 32 % à 41 %. Le moindre intérêt manifesté pour l'élection des députés a sans doute touché l'ensemble de l'électorat, sans qu'on puisse déterminer ses effets pour chacune des listes en présence.

25Le dernier signe de l'essoufflement des bleus était leur difficulté à influencer le reste de l'arrondissement. Nous avons vu qu'en décembre les cantons proches avaient suivi Le Havre et donné de fortes majorités à. En quelques mois, les pertes de voix étaient considérables, plus de 60 % dans tout l'arrondissement, sauf à Bolbec. Les cantons, qui s'étaient prononcés pour Cavaignac, enregistraient une déperdition impressionnante de l'électorat modéré au profit des candidats du Comité Tablet. À Criquetot, où 49 % des inscrits avaient voté Cavaignac, les modérés chutaient à 8 %, alors que le parti de l'ordre obtenait 49 %. Le transfert de voix dans les campagnes s'était fait au profit des conservateurs. Il est probable que les notables locaux, qui en décembre avaient suivi les consignes données par les comités havrais, avaient cette fois obéi aux influences rouennaises.

  • 22 Journal de l’arrondissement, 20 mai 1849.

26Cette érosion des suffrages modérés au profit de la gauche, comme de la droite, fut perçue par les modérés comme la conséquence de l'essoufflement d'un discours qui se contentait de rejeter les extrêmes. Face à une bipolarisation croissante, les bleus évoquèrent la difficulté des périodes révolutionnaires, où « les esprits restent rarement dans le droit chemin de la modération », d'autant que le Comité Tablet leur avait volé bon nombre d'arguments « par ses promesses d'ordre et de modération »22. Était dévoilé un premier écueil : comment éviter que tous les électeurs soucieux d'ordre préfèrent ceux qui en avaient fait leur drapeau à ceux qui, après un an d'agitation, affirmaient que la République pouvait pourtant être synonyme de stabilité ? Définir la République par le maintien de l'ordre ne pouvait suffire.

  • 23 Jacques Bouillon, « Les démocrates-socialistes aux élections de 1849 », Revue française de science (...)
  • 24 Journal de l’arrondissement, 20 mai 1849.

27Le deuxième enseignement tiré du scrutin fut l'insuffisance du discours social devant la montée des « rouges », grande révélation du scrutin pour la France entière, mais aussi pour Le Havre23 : « Aujourd'hui, il ne s'agit plus de réformes politiques ; elles sont accomplies, l'opposition doit donc devenir économique et sociale. On ne veut pas seulement améliorer et changer la constitution politique, on veut surtout améliorer et changer la constitution sociale »24. La faiblesse d'un programme essentiellement conservateur était reconnue : la Révolution ne pouvait pas s'arrêter si facilement. A des populations qui subissaient durement la crise économique et qu'un an de République avait habituées à entendre un discours nouveau, on ne pouvait se contenter de promettre quelques réformes.

Carte 4. Les déperditions des voix modérées dans l’arrondissement du Havre de décembre 1848 à mai 1849 (pertes en %)

Carte 4. Les déperditions des voix modérées dans l’arrondissement du Havre de décembre 1848 à mai 1849 (pertes en %)
  • 25 Ibid., 14 octobre 1849.
  • 26 Journal du Havre, 12 octobre 1849.
  • 27 Journal de l’arrondissement, 11 octobre 1849.

28L'ampleur du recul électoral conduisit les modérés à jouer un rôle effacé lors des scrutins suivants. La mort de l'elbeuvien Victor Grandin, député de la Seine-Inférieure, provoqua, dès octobre 1849, une élection partielle. Les bleus furent tiraillés entre deux objectifs : faire élire un modéré et favoriser une candidature unique, seule capable de l'emporter contre l'elbeuvien Matthieu Bourdon, candidat du parti de l'ordre. Très vite, la conjonction des deux impératifs parut impossible. Au nom de l'efficacité, l'idée d'une candidature Senard fut abandonnée pour accepter celle de Deschamps, voulue par le Comité central démocratique. Il restait à convaincre l'électorat modéré de la sagesse du choix. Dans plusieurs articles du Journal de l'arrondissement, on s'évertua à montrer que le Deschamps d'octobre 1849 n'était plus celui d'autrefois, qu'il avait compris la nécessité de « combattre les utopies dangereuses, par des réformes utiles, raisonnables et progressives »25. Le Journal du Havre le présenta comme un « homme d'ordre et de progrès » et réfuta tout lien entre l'ancien commissaire de Ledru-Rollin et les « sinistres aberrations du socialisme et de la démagogie »26. Cette métamorphose du personnage ne suffit pas à convaincre tous les républicains modérés : le Journal de Rouen, vivement pris à partie par le Journal de l'arrondissement27, refusa de le soutenir. Il est vrai que son administration, qui s'était achevée par les émeutes d'avril 1848, avait laissé un souvenir plus vif à Rouen qu'au Havre.

  • 28 AN, C 1334.

29Les résultats furent serrés : dans les cantons du Havre et d'Ingouville, Bourdon arriva en tête, avec 84 voix d'avance28. L'augmentation très sensible du nombre d'abstentionnistes rend difficile l'analyse du scrutin. Si Deschamps obtint pour les deux cantons 2 557 voix de moins que le total des suffrages républicains de mai, le désintérêt des électeurs pour un scrutin partiel est à prendre en considération. Il n'explique pourtant pas tout. Les pertes d'électeurs d'un scrutin à l'autre furent bien plus fortes chez les républicains que chez leurs adversaires qui ne reculèrent que de 531 voix. La mobilisation autour d'un candidat unique, mais controversé, eut du mal à s'opérer. On peut penser que ce déficit de mobilisation fut plus important chez les modérés que chez ceux qui avaient voté pour une liste conduite par Deschamps en mai. Désorientée par les consignes de vote en faveur de l’ancien commissaire de Ledru-Rollin, une partie de l'électorat bleu s'est, sans doute, tenue éloignée du scrutin. Un transfert de voix des modérés vers le parti de l'ordre est aussi envisageable.

30Quelles que soient les hypothèses retenues, le résultat est là. Ayant perdu une grande partie de leur électorat dès mai, les modérés furent obligés de s'effacer lors du scrutin suivant et leurs consignes ne furent pas suivies d'effets probants. Se maintenir à égale distance des réactionnaires et des « rouges » était impossible, mais le soutien à ces derniers ne faisait qu'affaiblir un peu plus la cause de la république modérée. Si ce déclin pouvait s'expliquer par des facteurs externes, telle l'évolution vers une vie politique bipolarisée, des facteurs internes avaient aussi joué. Le discours bleu avait de moins en moins prise sur les électeurs. Pourtant, des tentatives avaient été faites pour donner un minimum de contenu aux idées modérées. Cela n'avait pas suffi à convaincre les Havrais.

La difficulté à émettre une pensée originale

31Pour comprendre ces échecs et cet isolement, une analyse plus précise du programme modéré s'impose. Face à des démocrates-socialistes, soucieux de donner un contenu social à la République, et à un parti de l'ordre, accusant celle-ci de tous les maux, les bleus apparurent sur la défensive, proposant simplement le maintien de l'existant.

  • 29 Journal de l’arrondissement, 10 avril 1849.
  • 30 E. Hébert, op. cit.

32Leur discours lors de la campagne électorale d'avril et mai 1849 illustra ce souci de préserver les acquis de février, tout en arrêtant là le processus révolutionnaire. Le mot d'ordre se résuma en une formule : « Ni réaction, ni anarchie »29. Au niveau départemental, la liste conduite par Dupont de l'Eure prit pour devise « Ni blancs, ni rouges ». Ces slogans masquèrent l'absence de véritable programme. Les bleus se contentèrent de réaffirmer leur confiance dans la République qui, seule, « peut éteindre toutes les haines, et concilier tous les intérêts dans l'amour du pays »30. On souhaitait un arrêt de l'histoire, bien aléatoire dans une France qu'un an de luttes avait polarisée.

  • 31 C’était aussi le cas à l’échelle nationale. Une Association des Amis de la Constitution avait été f (...)
  • 32 Journal de l’arrondissement, 5 avril 1849.
  • 33 Circulaire du CCR, Journal du Havre, 18 avril 1849.

33Cette stabilisation supposait le respect des institutions que la France s'était données. La défense de la Constitution fut le thème majeur des modérés31. Elle fut comparée à « l'arche d'alliance, autour de laquelle tous les partis doivent venir se grouper, se confondre et chercher enfin à oublier toutes leurs anciennes divisions »32. Contrairement aux Montagnards qui vénéraient la République, incarnation d'un idéal social à réaliser, les modérés attachaient moins d'importance au mot lui-même qu'aux institutions, dont la fonction était de préserver le « libre arbitre de l'homme »33. On pourrait parler de « constitutionnalisme », tant était forte leur confiance dans la capacité d'un texte à résoudre tous les problèmes du moment. L'exemple américain, déjà utilisé quand la Constituante avait rédigé les institutions, était évoqué. Pour Boisgérard qui avait vécu aux États-Unis, c'est le respect des institutions qui avait permis la prospérité. Cette référence aux États-Unis restait inachevée : on rêvait d'une stabilité politique, telle qu'elle existait outre-Atlantique, tout en affirmant qu'elle passait par le regroupement et la confusion des partis, ce qui était loin de correspondre à la réalité américaine.

  • 34 E. Hébert, op. cit.

34Si les positions de principe en faveur de la République étaient nombreuses, le programme avait un contenu presque inexistant. Le refus des « utopies du communisme et du socialisme » et de « toute expérience nouvelle » conduisait à repousser toute réforme audacieuse : les « améliorations à apporter dans la Société (...) doivent être graduées et successives34 ».

  • 35 F.G. Gaffney fut le responsable des questions politiques jusqu'au 16 juin 1850. Lui succéda jusqu'e (...)

35Ce discours électoral ayant conduit à l'échec en mai 1849, des efforts furent entrepris pour pousser plus loin la réflexion et doter le parti républicain d'une doctrine modérée. La lecture de l'ensemble des numéros du Journal de l'arrondissement pour les années 1849 à 1851 permet d'étudier l'élaboration d'un discours bleu. Les trois rédacteurs successifs F. G. Gaffney, Destroyes, puis Alphonse Karr35, y signèrent toute une série d'éditoriaux qui, même s'ils furent souvent un simple commentaire de l'actualité, donnaient un aperçu des principes défendus et des réformes souhaitées.

  • 36 Journal de l'arrondissement, 9 juillet 1850.
  • 37 Ibid., 4 août 1850.

36Si la Constitution avait posé les bases d'un régime stable, des questions restaient en suspens pour tout ce qui concernait l'organisation locale. Favorables au suffrage universel, les modérés souhaitaient renforcer le pouvoir des communes. Une véritable « émancipation » de celles-ci était prônée36. L'autre instance où devait s'exercer le pouvoir des citoyens était la garde nationale. Élément clef de l'ordre politique et social, puisqu'elle permettait de « combattre l'injustice de quelque côté qu'elle vienne, de l'anarchie ou de l'arbitraire », son épanouissement était lié à la conquête du suffrage universel : « C'est une institution vraiment républicaine et qui ne peut avoir toute son importance que dans une nation gouvernée par le suffrage universel, car c'est surtout l'armée de tout le monde, c’est-à-dire la défense de l'intérêt de toutes les classes pour chacune de ces classes »37. Représentative de la nation entière, elle devait rester indépendante du pouvoir, ce qui supposait que les fonctions d'officiers demeurent électives.

  • 38 Ibid., 29 mai 1849.

37Si sur ces points un accord était possible avec la Montagne, il n'en était plus de même dès qu'étaient abordées les questions sociales. La critique de la propagande des « démoc.-soc. » fut visible tout au long des trois années. Le rapprochement entre démocrates et socialistes avait conduit une partie des républicains à vouloir remettre en cause l'ordre social existant. La défense de ce dernier était un des grands principes du discours bleu. La question de l'association était l'occasion de bien marquer les différences. Dans un long article, fin mai 1849, le Journal de l'arrondissement revint longuement sur ce thème, typique de l'esprit quarante-huitard38. C'est le scepticisme qui domina. Si le principe n'était pas condamnable en soi, son application posait de nombreux problèmes. Dans le cas où l'association serait conclue entre le fabricant et les ouvriers, elle ne pourrait fonctionner que si le premier restait seul maître de la direction effective de l'usine, afin de prévenir « l'anarchie des volontés et des égoïsmes ». Les bénéfices nets, une fois le capital rémunéré, étant faibles, le gain pour les ouvriers resterait modique. Dans le cas d'une association entre les seuls ouvriers, la nécessité de diriger efficacement l'entreprise les obligerait à se donner de nouveaux chefs, qui ressembleraient très vite aux anciens fabricants. On trouvait là l'idée force du journal : aucun bouleversement rapide des structures sociales n'était possible. Toute politique sociale ne pouvait avoir que deux volets : assurer l'instruction pour favoriser l’ascension future du peuple, améliorer dans l'immédiat les conditions de vie des ouvriers.

38Face à une misère ouvrière accrue par la crise économique des années 1846-1847, le deuxième volet pouvait sembler le plus urgent. La hausse des salaires étant repoussée, il s'agissait de prendre le problème en aval et non plus en amont : la diminution des taxes, pesant sur la consommation, devait permettre l'augmentation du niveau de vie ouvrier. Étaient dénoncés aussi bien les droits sur les boissons, le fer et le charbon de terre, les octrois ou les tarifs douaniers. Durant la deuxième moitié de l'année 1849, une campagne vigoureuse fut menée contre les projets de la Législative de rétablir l'impôt sur les boissons, ce qui fut effectif le 20 décembre. Ce fut l'occasion de lancer l'idée d'un impôt sur le revenu. Le souci de favoriser la consommation resta, jusqu'en 1851, une des préoccupations des modérés.

  • 39 Ibid., 30 octobre 1849.
  • 40 Ibid., 12 août 1851.

39Autre thème défendu, celui de la prévoyance. Elle était, là aussi, une solution médiane entre deux extrêmes, offrant un bien-être « que le droit au travail et les ressources de l'assistance publique et de la charité privée seraient toujours impuissants à lui fournir »39. L'ouvrier ne devait attendre son salut ni des pouvoirs publics, ni des initiatives individuelles, mais le prendre en main en créant des caisses de secours et de prévoyance. Quand la « Société de Secours Mutuels et de Retraite de Saint-Jean de Bolbec » fut créée, en août 1851, proposant, en échange d'une cotisation bimensuelle d'un franc à un franc quatre-vingt-cinq, des secours en cas de maladie et d'invalidité, une pension vieillesse et des funérailles décentes, le journal applaudit des deux mains40. Cet intérêt pour les caisses de secours n'avait rien d'original : il ne faisait que reproduire les réflexions des milieux catholiques sociaux ou des francs-maçons, ces derniers étant les initiateurs de celle de Bolbec. Les bleus étaient même en deçà de leurs propositions : un Armand de Melun était beaucoup moins réticent à l'idée d'une association des ouvriers et des industriels.

40On retrouvait cette tendance à se contenter de reprendre les solutions avancées par les catholiques sociaux, lorsque étaient abordées les questions d'habitat. C’est à l’occasion du projet de loi d'Armand de Melun, autorisant l'expropriation pour cause de salubrité publique, que le Journal de l'arrondissement exposa sa doctrine. Il ne fit que reproduire l'argumentation de De Melun sur la nécessité de poser des limites au droit de propriété, dès lors que la santé publique était en cause. L'article polémiqua avec le parti de l'ordre, laissant croire que seuls les républicains soutenaient un tel projet. C’est la seule fois que ce thème, important pour une ville où les taudis étaient nombreux, fut abordé.

  • 41 Journal de l'arrondissement, 18 décembre 1848.

41Donner l'aisance à tous étant impossible, il importait de préparer le futur, en se penchant sur les problèmes éducatifs. Ces questions furent traitées de nombreuses fois. La réflexion tournait autour de trois thèmes : l'amélioration du sort de l'instituteur, la nécessité de cours du soir, la liberté d'enseignement. C'est plusieurs fois que fut exprimé le vœu d’assurer un meilleur sort à l'instituteur. Cela passait par une augmentation de son traitement, l'assurance d'une retraite, l'affirmation de son indépendance vis à vis du maire et du curé. Le dernier souhait n'était pas une critique contre la religion elle-même : il s'agissait d'éviter qu'en étant secrétaire de mairie et clerc de l'église, l'instituteur soit retenu, trop souvent, loin de son école et ne devienne l’enjeu de querelles de clocher entre les deux pouvoirs du village. Pour affirmer cette autonomie, le journal, reprenant les projets de l’ancien ministre de l’Instruction publique, Hippolyte Carnot, estimait nécessaire la création d'une inspection, assurant la tutelle d'un corps d'instituteurs hiérarchisé. Dans une société, fondée sur l'idée de mérite, les enseignants devaient donner l'exemple, en refusant l'égalitarisme : « l'homme de dévouement et de capacité pourrait espérer et obtenir l'avancement qu'il mérite »41.

  • 42 Ibid., 6 janvier 1849.
  • 43 Ibid., 16 janvier 1849.

42Cette idée d'élévation, grâce au mérite, constituait l'arrière-plan de l'encouragement à l'éducation des adultes. Quand la municipalité d'Ingouville confia aux frères de la Doctrine chrétienne le soin d'ouvrir un cours du soir, en janvier 1849, le journal ne tarit pas d'éloge42. Il revint plusieurs fois sur cette réalisation, encourageant les efforts du philanthrope protestant Frédéric de Coninck pour la compléter par une bibliothèque. Ne passons pas sous silence l'autre argument avancé : si éduquer les adultes leur permettait de sortir de leur condition, c'était aussi les immuniser du socialisme. Le journal le rappela avec force : « Et quel est le principal auxiliaire de ces utopies fiévreuses, de ces rêves insensés ? C'est l'ignorance. Aussitôt que l'instruction commencera à se répandre, ces pièges n'offriront plus le moindre danger »43. On touchait là une des grandes interrogations du XIXe siècle : fallait-il instruire le peuple, pour qu'il se détourne du socialisme, ou fallait-il craindre qu'une fois instruit, rêvant d'un autre monde qu'on lui avait appris à connaître, il se tourne vers les doctrines « néfastes » ? Nos républicains répondaient par l'optimisme : l'instruction ne pouvait qu'éclairer les esprits et non les rendre envieux, ce défaut moral étant la cause du socialisme.

  • 44 Le projet de loi d'Hippolyte Carnot, déposé en juillet 1848, était favorable à la liberté de l'ense (...)
  • 45 Journal de l'arrondissement, 10 août 1850.

43Restait, enfin, la question de la liberté d'enseignement. La doctrine était là, comme pour la majorité des républicains de l'époque44, loin d'être fixée une fois pour toute. Elle évoluait en fonction du jeu politique, sans jamais tomber dans l'anticléricalisme militant. Si les projets du comte de Falloux furent critiqués dès leur annonce, il n'était pas question de tomber dans l'excès inverse et de vouloir à tout prix remplacer, partout, le clergé par des instituteurs laïques. Le journal prit soin de distinguer les jésuites, accusés de représenter un enseignement « contraire à l'esprit français »45 des frères de la Doctrine chrétienne, installés à Ingouville, et qui avaient su prodiguer un enseignement utile au peuple.

  • 46 Ibid., 14 juin 1849.
  • 47 Ibid., 7 mars 1850.
  • 48 Sur ce tournant vers un républicanisme anticlérical, M. Agulhon, Les Quarante-huitards, p. 209-224, (...)

44Cette position modérée était à l'image de ce qu'écrivait le journal sur les questions religieuses. Point d'hostilité affichée contre la religion, point de doctrine laïque – la question des rapports entre l'Église et l'État n'était jamais abordée-, mais un ton voltairien, où l’on s'amusait à critiquer tel ou tel abus de pouvoir du clergé local. Le Journal de l'arrondissement se faisait volontiers l'écho de conflits de clocher, opposant les villageois à un curé trop sûr de ses droits. Une fois, c'était le maire de Mannevillette qui était pris à partie pour avoir interdit, à la demande du curé, l'ouverture du cabaret pendant l'office divin, alors que « quelques esprits forts » y préféraient « les discussions brûlantes de la politique aux douceurs des prédications évangéliques de leur pasteur »46. Une autre fois, on accusait le curé de La Remuée de persécuter l'instituteur, jugé trop républicain47. Le reproche le plus fréquent était celui de refus de sépulture : pour quelques « erreurs de jeunesse » ou pour concubinage, quelques curés obtenaient que des corps soient enterrés à part, loin des brebis repenties. Ils faisaient aussi pression sur le maire pour qu'il oblige les protestants à aller enterrer leurs morts dans un autre village. Le ton de ces récits montre qu’on était à un tournant : si l’on en restait souvent à l'ironie facile vis à vis de ces curés, auxquels on rappelait que le temps de l'Inquisition n'était plus, les liens entre le parti de l'ordre et le clergé commençaient à être dénoncés. Cette alliance ne rendait-elle pas nécessaire pour établir la République de limiter l'influence de l'Église sur les esprits48 ?

  • 49 Sur la difficulté à définir, dans la France contemporaine, un discours centriste, voir Serge Berste (...)

45À la lecture de ce journal républicain, on a le sentiment qu'une doctrine bleue était en train de naître. Elle se définissait comme un rejet des extrêmes, mais n'était pas qu'un discours invertébré de « juste milieu ». Un discours « centriste »49 cherchait à s'affirmer tout autant contre les « rouges » que vis à vis du parti de l'ordre. A la volonté des premiers de bouleverser les structures sociales, il opposait sa foi dans la capacité des individus à s'élever grâce à leur mérite, à leur travail et à l'éducation reçue. Au rejet par les seconds de la République et à leur volonté d'utiliser l'Église comme moyen de contrôle et de moralisation de la société, il répondait par un attachement aux institutions républicaines, au suffrage universel et par un refus de toute alliance du trône et de l'autel, tout en restant fidèle à un esprit voltairien, que des hommes comme Victor Cousin ou Adolphe Thiers avaient abandonné par peur de la subversion sociale. Si le discours « centriste » a existé, contrairement à une vision souvent trop schématique de la vie politique française, ramenée à un éternel combat entre la droite et la gauche, ce sont les électeurs et les militants qui ont fait défaut. Cette expérience pour se tenir à mi-chemin des « rouges » et des « blancs » a vite échoué dans un climat de bipolarisation croissante qui profita, au Havre comme ailleurs, aux « démoc.-soc. ».

2. Un courant « démoc.-soc. » en progrès, mais affaibli par le manque de militants

Les militants de la République démocratique et sociale

46Si les militants bleus nous sont connus, le cas des démocrates-socialistes est plus difficile. Dès le courant de l'année 1848, ils eurent à souffrir d'une politique répressive qui s'amplifia après l'élection de Louis-Napoléon. Cela les conduisit à la prudence. Après le départ du Républicain du Havre pour Rouen fin 1848, ils ne disposèrent plus de journal leur permettant de s’exprimer. À partir de 1849, seuls quelques noms apparaissent, sans que l'on puisse être renseigné sur l'ensemble des militants de la cause démocratique et sociale.

  • 50 Compte rendu de l’audience du 2 juin 1849, ADSM, 2 U 1 328.
  • 51 Journal du Havre, 14 mai 1850.

47Comme pour les républicains modérés, le point de départ le plus commode est la campagne des élections législatives de 1849. La presse annonça la formation d'un Comité électoral démocratique qui prit la succession de la Solidarité républicaine, fondée en novembre 1848 par le journal Le Républicain du Havre et qui n’a guère laissé de trace dans les archives. Les noms des huit membres du bureau nous sont connus, mais nous n'en savons guère plus pour la plupart d'entre eux. L'autre approche possible est la lecture des rapports de police et des archives judiciaires. Quelques noms y apparaissent tels ceux des condamnés en juin 1849 pour avoir appartenu à la Solidarité républicaine50, structure qui n’a au Havre guère laissé de trace dans les archives. Une dernière piste nous est fournie par la lecture de la presse. En mai 1850, les « démoc.-soc. » lancèrent une pétition contre le projet de restriction du suffrage universel. Les noms des initiateurs furent publiés51.

48Le résultat est décevant : alors que nous avons pu établir une liste relativement étoffée de républicains bleus, cela semble impossible pour les montagnards. La peur de la répression les a conduits à se montrer bien plus discrets que leurs concurrents modérés. Ce souci de prudence n'explique pas tout. À Fécamp ou Bolbec, des personnalités marquantes se sont imposées, tels Paul Vasselin, Théagène Boufart ou Désiré Lechaptois. Rien de tel au Havre. Les quelques dirigeants démocrates-socialistes havrais, dont les archives ont conservé la trace, tel le commis Prestreau de Prades, président de la Solidarité, apparaissent comme des hommes de second plan.

49Une fois écartés tous ceux dont nous ne connaissons que le nom, la liste des démocrates-socialistes est courte : une quinzaine de militants tout au plus. L'analyse de leurs professions montre un écart important avec les modérés. Le seul à être étiqueté négociant, Bollinger, est un ancien commis. Tous les autres appartiennent aux milieux populaires : Raymond Voizel, ancien dirigeant de la Solidarité républicaine et président du Comité démocratique, est peintre ; Alphonse Gast, vice-président, est charpentier ; François Fanon, condamné en juin 1849, est ébéniste. Aux côtés de ces travailleurs manuels, le monde de la boutique est bien représenté. On trouve des restaurateurs ou cafetiers, tels Duboc à Graville ou Rosnay dans l'Eure, dont les établissements semblent avoir souvent servi de lieu de rencontre, plusieurs commerçants et un libraire d'Ingouville, Hauchecorne. Restent à signaler un instituteur et un commis de négociant. Au total, rien de comparable avec les modérés chez lesquels les négociants occupent la première place. Ce recrutement presque uniquement populaire est plus une faiblesse qu'une force : si l’on compare à d’autres régions comme la Provence, il manque visiblement aux montagnards havrais l'appui de quelques bourgeois, médecin, propriétaire ou négociant, capables de servir de porte-drapeau.

50Ces militants semblent peu intégrés à la société havraise. Beaucoup sont nés loin du Havre : sur les quatre condamnés du procès de la Solidarité républicaine, aucun n'est natif de la Porte océane ou même du département. Surtout, aucun ne représente une corporation ouvrière. Si, en 1848, certaines corporations avaient pu participer en tant que telles aux comités républicains, ce n'est plus le cas.

51Peu nombreux, ces militants ont moins inventé un discours qu'ils ne se sont fait l'écho de celui tenu par les clubs et les organes démocrates-socialistes de Rouen.

Leur discours

52L'absence au Havre de tout journal montagnard après l'échec du Républicain du Havre ne permet pas une analyse aussi poussée que dans le cas des bleus qui ont pu bénéficier de l'appui des deux principaux journaux jusqu'en décembre 1851. Quelques professions de foi, lors des élections de 1849, sont les seuls documents sur lesquels appuyer notre étude.

  • 52 Progressif cauchois, 25 avril 1849.
  • 53 Journal du Havre, 21 avril 1849.

53Le discours « démoc.-soc. » apparaît au Havre comme une réaction au souci de modération exprimé par les bleus. Leur discours est accusé de n'être qu'une nouvelle version de la « doctrine hermaphrodite du gouvernement déchu »52. La bipolarisation de l’échiquier politique est jugée inévitable : entre les partisans d'un progrès sans limites et ceux qui s'y opposent, aucun juste-milieu n'est possible. Ce progrès, révolutionnaire par nature, consiste en la disparition du « vieux système social », au profit d'une nouvelle organisation du travail procurant à tous les « jouissances de la propriété et de la famille »53.

  • 54 Progressif cauchois, 4 avril 1849.

54Le programme démocrate-socialiste, élaboré à Rouen54, reprend, lui, les grands thèmes défendus par les montagnards en 1849 : l'abolition des impôts indirects sur les produits de consommation courante, l'instauration d'un impôt progressif sur le revenu, la diminution du budget de la guerre, l'ouverture à tous les citoyens de la garde nationale appelée à devenir la principale armée de la République, l'éducation gratuite et obligatoire sous le contrôle de l'État, les libertés de presse, de pensée, de conscience, d'association et de réunion, l'association libre des travailleurs, l'organisation du crédit et la baisse de son taux pour les ruraux, l'abolition de la peine de mort en matière criminelle, l'appui aux peuples opprimés.

  • 55 Philippe Vigier, La Seconde République, op. cit., p. 62-63.
  • 56 Dans un article du 25 août 1849, le Journal de l'arrondissement avait défendu le principe d'un impô (...)

55La plupart de ces idées ne sont pas nouvelles. Si, dans d'autres départements, la propagande démocrate se tourne en 1849 vers les campagnes55, ce n'est pas flagrant en Seine-Inférieure, département français parmi les plus industrialisés. L'idée d'une baisse du taux de l'argent est évoquée, sans autre développement. De même, le contenu social du programme montagnard reste flou : on se contente de prôner une réforme de la fiscalité que n'auraient pas forcément rejetée les modérés56 et de souhaiter l'association des travailleurs. Le socialisme est pratiquement absent de ces diverses propositions : le thème de l'organisation du travail n'y apparaît pas, contrairement au manifeste de la Montagne rédigé par Félix Pyat.

  • 57 Lettre du Comité central électoral démocratique du Havre au Comité central républicain, Journal du (...)

56La comparaison de ce programme avec les idées défendues par les modérés montre combien la différence entre les deux courants est moins une affaire de contenu précis que d'attitude. Là où les premiers prônent une démarche prudente, éloignée des extrêmes, les autres s'affirment fidèles aux idéaux révolutionnaires et hostiles aux compromis. L'adjectif « révolutionnaire » est revendiqué : « Ainsi donc nous sommes révolutionnaires de par la nature et nous le serons aussi longtemps que le mal sera à remplacer par le bien »57. Au souci des premiers de consolider une République fondée sur le respect du droit et de mettre fin à l'ère des révolutions s'oppose l'espoir que mettent les seconds dans une République sociale, sans que pour autant cet adjectif recouvre un programme précis de transformation de la société. Héritiers d'une histoire commencée en 1789, ils estiment que loin d'être finie la révolution est sans cesse à réactiver.

  • 58 Association fraternelle et égalitaire des ouvriers voiliers du port du Havre. Statuts, Le Havre, Ro (...)
  • 59 Association fraternelle et égalitaire l'Union des ouvriers arrimeurs et déchargeurs du Port du Havr (...)
  • 60 Dans le cas des voiliers, ce n'était pas la première initiative en ce sens : une caisse de secours (...)

57Le programme des démocrates-socialistes ne fut pourtant pas que pure logorrhée. Il trouva un écho chez les ouvriers du port qui constituèrent en 1850 une Association fraternelle et égalitaire des ouvriers voiliers58 et une Association fraternelle et égalitaire des ouvriers arrimeurs et déchargeurs59. Les deux associations, dont les statuts étaient proches, se proposaient d'établir « l'affranchissement du Travail et l'abolition du salariat ». Leur but était « d'émanciper le Travailleur ; de rapporter au Travailleur-Associé, tout le produit de son Travail ». Si la constitution d'une caisse pour parer aux conséquences du chômage et de la maladie les rapprochait des sociétés de secours mutuel60, c’était loin d'être le seul objectif : il s'agissait aussi d'organiser autrement le travail sur les quais. Les voiliers souhaitaient mettre en place une véritable coopérative, chacun apportant son travail et son savoir-faire. Il était désormais interdit aux membres de s'employer chez un maître voilier ou de travailler à leur compte. Pour chaque spécialité de travaux effectuée par la société, un délégué, nommé par les autres ouvriers, était chargé de répartir les tâches. Les sociétaires avaient droit à un salaire « représentant le minimum nécessaire pour vivre » et à une part des bénéfices, une fois soustraits un pourcentage pour le fond de réserve et un pourcentage pour la caisse d'assistance fraternelle. Afin d'éviter toute accusation de corporatisme, la société s'affirmait ouverte à tous :

Reconnaissant que le droit au travail appartient à tous et à chacun, et que toute Association revêtue d'un caractère exclusif est attentatoire à la doctrine de la fraternité, les sociétaires se feront toujours un devoir d'admettre parmi eux, pour y jouir des mêmes avantages, les travailleurs qui se présenteront en adhérant au pacte social, pourvu qu'ils soient de la profession, qu'ils le prouvent et que la situation de l'association ne rende pas leur admission purement impossible.

58L'Association des ouvriers arrimeurs et déchargeurs se proposait, elle, de négocier collectivement avec les armateurs, consignataires, capitaines et courtiers de navires l'exécution des travaux d'arrimage et de déchargement. Le produit net des travaux exécutés devait être réparti entre tous « sans avoir égard à ceux d'entre nous qui y auraient pris ou n'y auraient pas pris part », selon le principe « tous pour chacun, chacun pour tous ».

  • 61 Jean Legoy, op. cit., p. 143.
  • 62 Statuts de la Caisse de secours des voiliers, ADSM, 4 X 134.
  • 63 Procès verbal des délibérations du conseil municipal, 7 janvier 1854, ADSM, 4 X 134.

59L'une et l'autre société n'ont pas laissé d'autres traces que leurs statuts et tout laisse supposer qu'on en est resté au stade des intentions. Dans le cas des voiliers, il existait une Caisse de corps de métiers depuis 182561 et une Caisse de secours créée en 185062. Elles se contentaient d'offrir des secours contre la maladie et le chômage. En 1854, le conseil municipal évaluait le nombre de voiliers à une centaine travaillant à l'année dans des ateliers, plus une cinquantaine de journaliers, preuve que le projet d'une coopérative de travail était resté sans suite63. Pourtant, l'existence même de ces projets montre que les idées démocrates-socialistes en faveur de l'association des travailleurs n'étaient pas que des slogans et qu'une partie du monde ouvrier havrais y adhérait. Cela explique le décalage entre la faiblesse militante des démocrates et leur réussite électorale.

Leur influence électorale

60Vaincus en avril 1848, très minoritaires en décembre, les démocrates-socialistes réussirent en avril 1849 au Havre, comme ailleurs, une percée qui mérite d'être analysée, tant leurs scores précédents ne la laissaient pas prévoir. Au Havre et encore plus à Ingouville, les suffrages démocrates-socialistes connaissaient un essor impressionnant, ce qui les plaçait loin devant les modérés et même à Ingouville devant les conservateurs, distancés de plus de quatre cents voix. Nous avons vu plus haut qu'un tel succès ne pouvait se comprendre sans, à la fois, le transfert d'une partie des voix qui s'étaient portées en décembre sur Louis-Napoléon et l'apport de suffrages jusqu'ici modérés. La bipolarisation croissante de la vie politique française conduisait les électeurs à se ranger nettement à droite ou à gauche.

Tableau 5. L'évolution de l'électorat démocrate-socialiste de décembre 1848 à mai 1849 (% des inscrits)

Cantons

Score moyen de la liste démocratique

Rappel du score de Ledru-Rollin

Evolution en %

Ingouville

28,9 %

8,4 %

252 %

Le Havre

19,8 %

6,1 %

177 %

Total arrondis.

18,2 %

5,3 %

229 %

61Ce succès était un succès urbain et ouvrier. Au niveau de l'arrondissement, les suffrages démocrates-socialistes étaient forts, là où un noyau montagnard existait : Fécamp avec le Progressif cauchois, Bolbec avec le conseiller général « rouge » Lechaptois et l'agglomération du Havre. Les campagnes étaient restées rétives à la promesse d'une « République des paysans ». Au cœur du pays de Caux, la liste Ledru-Rollin obtenait environ 10 % des voix : 12 % des votants dans le canton de Criquetot, 10 % à Goderville et 8 % à Saint-Romain-de-Colbosc. La promesse d'une lutte contre l'usure au moyen de banques agricoles pratiquant le prêt hypothécaire à faible taux avait eu peu d'écho dans des cantons où la plupart des exploitants étaient fermiers. Surtout, le poids des notables, acquis désormais au Comité Taillet, demeurait entier.

Carte 5. Score moyen de la liste du Comité central démocratique en % des votants

Carte 5. Score moyen de la liste du Comité central démocratique en % des votants
  • 64 Rapport du Procureur général, 8 mai 1849, AN, BB 30/365. Voir aussi le récit des événements dans la (...)

62La propagande démocratique avait aussi pénétré l'armée. Parmi les candidats de la liste Ledru-Rollin s'était glissé le nom d'un soldat du 69e de ligne, stationné au Havre. La garnison avait connu dans les jours qui avaient précédé le scrutin une agitation suite à l'arrestation d'un caporal, nommé Baudelot, accusé d'avoir cherché à introduire des journaux socialistes dans la caserne. Une trentaine de soldats, accompagnés de cent cinquante personnes environ, avaient essayé de le libérer en prenant d'assaut, le 7 mai, la prison du Havre. Arrivés jusqu'à la deuxième porte, ils avaient dû reculer à l'arrivée de la gendarmerie et de la garde nationale64. Si l'incident en était resté là, il était l'indice d'une politisation des troupes de ligne.

  • 65 AN, C 1334.
  • 66 Sur 2 961 inscrits, 1 171 ont voté. Deschamps a obtenu 670 voix et Bourdon 481.

63Ce succès de mai 1849 fut, en partie, confirmé lors des élections partielles d'octobre. Frédéric Deschamps, soutenu par l'ensemble des républicains, atteignit 48 % des voix au Havre comme à Ingouville face à Matthieu Bourdon65. Alors qu’une partie des modérés refusa de voter pour l'ancien commissaire de Ledru-Rollin, les électeurs démocrates confirmèrent leur choix de mai. C'est dans le faubourg ouvrier de Graville que Deschamps obtint en octobre comme en mai son meilleur score, distançant de près de deux cents voix le candidat conservateur66.

64Placés loin devant les modérés pour les résultats électoraux, les démocrates-socialistes prirent aussi la tête de la résistance à la remise en cause de la République jusqu'au Deux Décembre.

3. Les formes de résistance à la remise en cause de la République

  • 67 Pour une synthèse, voir Ph. Vigier, La Seconde République, op. cit., p. 70-88 et M. Agulhon, 1848.. (...)
  • 68 M. Agulhon, La République au Village, op. cit., p. 420-425 ou Ph. Vigier, La Seconde République dan (...)
  • 69 Voir par exemple Michel Pigenet, Les ouvriers du Cher (fin XVIIIe siècle-1914). Travail, espace et (...)

65La résistance à la politique de remise en cause de la République par Louis-Napoléon et surtout la majorité conservatrice de la Législative est bien connue pour de nombreux départements français67. La différence du Havre comparé à d'autres régions fut le souci de respecter la légalité. La tentation des sociétés secrètes, si typique du Sud-Est français68, mais aussi de certains départements du pourtour du Massif central69, n'eut aucun écho. L'effacement des modérés au profit des démocrates-socialistes n'entraîna pas une radicalisation de l'ensemble des républicains.

66Affirmer son attachement à la République de 1849 à 1851 consista à commémorer les journées révolutionnaires, à organiser quelques banquets et fêtes du drapeau et à pétitionner contre les réformes de la Législative. Les quelques municipalités restées républicaines s'efforcèrent aussi d'incarner une opposition légale au gouvernement.

Les fêtes commémoratives

  • 70 Sur les fêtes politiques au XIXe, Alain Corbin, Noëlle Gérôme, Danielle Tartakowsky dir., Les usage (...)

67Les fêtes commémoratives furent la forme de protestation la plus marquante70. Organisées en général par le pouvoir, avec le souci de leur donner le moins d'éclat possible, elles furent détournées par les républicains. Fêter avec éclat l'anniversaire des journées de février ou toute autre date clef de l'année 1848, c'était mettre à jour les contradictions d'un régime resté républicain sur le papier, mais répudiant ses origines. De telles manifestations coïncidaient avec le souci de nombreux Havrais de respecter la légalité. 11 était difficile pour les autorités d'interdire que l'on participe à la célébration des événements fondateurs du régime !

  • 71 Journal de l’arrondissement, 25 février 1849.

68La première date à être célébrée chaque année fut le 24 février, anniversaire de l'abdication de Louis-Philippe et de la formation d'un gouvernement provisoire déclarant vouloir la République. Le programme officiel de cette journée fut de plus en plus réduit à un Te Deum chanté à Notre-Dame, c’est-à-dire dans un espace clos, propice à une sélection des participants. La volonté de s'en tenir à une cérémonie « purement religieuse »71 était très nette. Honorer indistinctement les morts évitait de glorifier les barricades. Les républicains essayèrent, eux, de donner le plus de publicité possible à cette commémoration, en venant attendre la sortie des autorités à Notre-Dame.

  • 72 Rapport du sous-préfet du Havre, 24 février 1849, ADSM, 1 M 350. L'arbre de la liberté avait été pl (...)
  • 73 Progressif cauchois, 27 février 1850. Voir aussi AMH, FM, I2 10/2.

69Le 24 février 1849, quelques voix s'élevèrent pour crier « Vive la République démocratique et sociale », tandis qu'un crêpe noir et des couronnes, symboles des espoirs déçus, étaient déposés sur l'arbre de la liberté72. Un an plus tard, on assista au même scénario. Le matin, des fleurs et des rubans furent déposés au pied de l'arbre de la liberté, devenu un enjeu entre républicains et conservateurs. Dans la soirée, ces ornements furent arrachés et remplacés par une guenille blanche. Peu après midi, la foule, massée sur le parvis de l'église d'Ingouville, entonna à la sortie du cortège officiel la Marseillaise et le Chant des Girondins. La nouveauté fut la volonté de tenir un banquet. Celui-ci ayant été prohibé, des réunions partielles eurent lieu ici et là, où l’on reprit en chœur le Chant du départ73.

  • 74 Rapports du sous-préfet du Havre, 9 mars et 19 mars 1850, ADSM, 1 M 350.

70L'affaire du drapeau des ouvriers du chemin de fer montra la volonté d'utiliser cette cérémonie pour rappeler les débuts prometteurs du régime. Partis en corps de la gare, ces ouvriers se présentèrent à la messe officielle, précédés d'un drapeau tricolore auquel était attachée une cravate rouge. Mis en demeure de s'expliquer par le commissaire central, le chef de station rappela le décret du 26 février 1848 qui avait invité à accrocher une cravate rouge à la hampe du drapeau national et affirma avoir oublié d'enlever cet emblème devenu entre-temps séditieux. Il avait retrouvé ce drapeau dans un magasin, drapeau dont la fabrication aurait remonté aux premiers jours de la République, quand le républicain Goudchaux était directeur du chemin de fer74.

  • 75 M. Agulhon, Les quarante-huitards, op. cit., p. 126.
  • 76 Cette dernière interprétation de la couleur rouge était celle proposée en 1850 par Louis Blanc dans (...)

71Rappelons que le décret du Gouvernement provisoire du 26 février 1848 avait adopté le drapeau bleu-rouge-blanc de 1792 et ajoutait que « Comme signe de ralliement, et comme souvenir de reconnaissance pour le dernier acte de la révolution populaire, les membres du Gouvernement provisoire et toutes les autorités porteront la rosette rouge, laquelle sera placée aussi à la hampe du drapeau »75. La bonne foi du chef de gare est possible, mais la disposition traditionnelle des couleurs – bleu-blanc-rouge – sur le drapeau arboré en 1850 peut laisser supposer que la rosette rouge ne datait pas forcément de février 1848 et avait pu être rajoutée ultérieurement pour rappeler le souvenir des débuts de la révolution, quand le rouge symbolisait le triomphe du peuple et l'unité de la nation76.

  • 77 Rapport du sous-préfet du Havre, 24 février 1851, ADSM, 1 M 350.
  • 78 Ibid.
  • 79 Sur les représentations populaires de la République : Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 14 (...)

72L'année 1851 vit la couleur rouge réapparaître lors de la journée commémorative. Des ouvriers « en cravates rouges » saluèrent de cris de « Vive la République » la sortie du cortège officiel, tandis que l'arbre de la liberté était à nouveau orné de fleurs et de rubans77. Si en 1849 un crêpe avait symbolisé le deuil de la République, en 1851 la décoration de l'arbre ressemblait, selon le sous-préfet, aux atours d'une nouvelle mariée : « le peuplier de la place de la Mâture dit arbre de la Liberté a été orné par des démagogues sensibles et à idées pastorales de fleurs et de rubans comme une nouvelle mariée »78. Au pessimisme de 1849 avait succédé l'espoir, comme ailleurs en France et malgré la loi du 31 mai 1850, d'un triomphe de Marianne. Quand le sous-préfet évoque les honneurs rendus à une jeune mariée, n'est-ce pas plutôt à une fiancée qu'il faut penser ? La République, représentée par l'arbre de la liberté, semble être la jeune promise, à qui on rend hommage dans l'attente d'une union que l'on espère prochaine. Cette identification de la République à une épouse peut surprendre. Maurice Agulhon, dans ses travaux sur les représentations féminines de la République pour les années 1849-185179, ne signale pas la thématique des fiançailles ou du mariage. La République est tantôt mère, tantôt sainte, mais jamais épouse. Faut-il y voir une exception havraise ou une erreur d'interprétation du sous-préfet qui aurait confondu les atours d'une mariée avec l'ornementation des statues de la vierge, reprise par les républicains pour parer l'arbre de la liberté ?

  • 80 C'est très net en 1851, quand un banquet démocrate-socialiste réussit à réunir à Graville 120 à 150 (...)
  • 81 Circulaire préfectorale du 27 avril 1850, ADSM, 1 M 350.

73Cette présence du rouge lors des anniversaires du 24 février en fit la fête des démocrates-socialistes, soucieux de commémorer les barricades80. L'autre cérémonie célébrée par les officiels, le 4 mai, jour de la proclamation de la République par la Constituante, était plus ambiguë. Fêter le 4 mai, c'était sélectionner comme événement fondateur le jour où un régime, né des barricades, était devenu légitime grâce au vote d'une assemblée élue au suffrage universel. C'était préférer cette dernière forme de légitimité à celle née d'une insurrection. Cette journée sentait moins le soufre aux yeux des autorités qui ajoutèrent au traditionnel Te Deum une revue des troupes et de la garde nationale81.

  • 82 Rapport du sous-préfet du 4 mai 1850, ADSM, 1 M 350 ; Progressif cauchois du 7 mai 1851.

74Les républicains se manifestèrent surtout en 1850 et 1851. En 1849, les démocrates-socialistes boudèrent une journée bien moins représentative à leurs yeux que celle du 24 février. Leur présence, les deux années suivantes, s'expliquait par le souci de ne pas laisser passer une occasion de marquer leur attachement à la République. Elle se manifesta par quelques cris de « Vive la République ! » lancés par les bataillons de la garde nationale les plus attachés aux idées démocratiques, la présence de fleurs au bout des fusils et le fait d'attacher quelques rubans rouges aux branches de l'arbre de la liberté82.

Les fêtes du drapeau

  • 83 Journal de l’arrondissement, 22 mai 1849.

75À côté des fêtes commémoratives, dont l'initiative revenait aux autorités, d'autres furent organisées durant la seconde moitié de l'année 1848, puis tout au long de l'année 1849, par les gardes nationales de l'arrondissement. Elles furent autant d'occasion de glorifier la République. Si les anniversaires des journées de 1848 permirent aux militants démocrates-socialistes de se signaler, ces fêtes de la fraternité entre bataillons virent les modérés affirmer leur confiance en une République synonyme d'ordre, d'union et de fraternité. Le motif pour se rassembler était la bénédiction des drapeaux, comme l'expliqua, en mai 1849, le Journal de l'arrondissement : « Depuis quelque temps les bénédictions de drapeaux sont à l'ordre du jour. Chaque commune tenant à fraterniser avec les communes voisines, les invite à assister à ces fêtes »83.

  • 84 Voir le récit de cette journée pour Montivilliers (Journal de l'arrondissement, 24 avril 1849), Sai (...)
  • 85 Ibid., 5 septembre 1848.
  • 86 Progressif cauchois, 4 juillet 1849.

76Ces cérémonies prirent partout le même aspect. La garde nationale invitante, soit successivement Le Havre, Ingouville, Graville, Lillebonne, Montivilliers, Saint-Romain-de-Colbosc et Fécamp, accueillait les autres gardes nationales, venues en train ou à pied, sur le champ de foire local, où on avait dressé un autel. Le matin, les drapeaux étaient bénis par le curé du lieu, puis ils étaient remis par le sous-préfet qui en profitait pour prononcer un discours, ponctué des cris « Vive la France ! Vive la République ! » Il passait ensuite en revue les gardes nationales, puis celles-ci défilaient. L'après-midi était consacrée à des divertissements populaires, tels des mâts de cocagne ou des feux d'artifice84. Un bal ou un banquet pouvait clore la journée, à moins que ce dernier n'ait lieu après la revue. L'alcool coulait à flot Si les autorités apportèrent, au début, leur caution par leur présence, la volonté d'utiliser ces rassemblements pour consolider la République n'en était pas moins évidente. Dès septembre 1848, le Journal de l'arrondissement saluait ainsi la fête de la fraternité de la garde nationale du Havre : « La journée de dimanche marquera dans les annales du Havre ; elle consacrera chez nous l'établissement de la République »85. Un an plus tard, le Progressif cauchois dressait le bilan suivant de la fête de Gonneville-la-Mallet, bourg cauchois à mi–chemin entre Criquetot-l'Esneval et Goderville : « Les blancs, à leur grand désespoir, ont pu reconnaître cette fois que l'idée républicaine s'infiltrait malgré tout dans nos campagnes »86.

  • 87 Journal de l’arrondissement, 12 septembre 1848.

77Conçues pour consolider la République, ces fêtes de la Fraternité étaient aussi l'occasion de défendre un régime d'ordre. La première, organisée au Havre en septembre 1848, devait rappeler la fraternité de la garde nationale havraise avec celle de Paris lors des combats de juin. En plus des gardes nationaux de l'arrondissement, on invita un détachement de la 5e légion de la capitale. Tous les discours louèrent le général Cavaignac pour son attitude ferme et courageuse. Le souci de l'ordre n'empêchait pas le règne de la fraternité, comme l'indique cet épisode survenu lors du banquet de deux mille couverts, auquel assistaient toutes les notabilités havraises : « Le piquet de la troupe de ligne de service a été relevé par la garde nationale, et les ouvriers qui se trouvaient parmi les spectateurs ainsi que les soldats ont été amenés à table par les gardes nationaux, au bruit des applaudissements »87. Rappelons que ces mêmes ouvriers étaient au Havre exclus de la garde nationale, car incapables de s'offrir l'uniforme réglementaire.

  • 88 Ibid., 22 mai 1849.

78On retrouvait cette double thématique – respect de l'ordre, affirmation du principe de fraternité – lors des diverses fêtes des gardes nationales des environs du Havre. Le décor de la tribune lors de la cérémonie de Saint-Romain, en mai 1849, était à lui seul un programme politique88 :

Cette estrade était décorée avec beaucoup de goût. Elle était dominée par quatre grands mâts portant des banderoles sur lesquelles se trouvait la date de février 1848. Des écussons contenaient le nom de toutes les communes dont la députation assistait à la fête, ces écussons étaient séparés par des bannières, sur lesquelles on lisait : Ordre, Union, Patrie, Religion, Famille, Travail, Propriété.

79Sur les sept thèmes des bannières, notons que la fraternité se voit octroyer la plus petite part : seule l'union y fait un peu référence. Les thèmes conservateurs dominent largement. L'enjeu clairement affiché était de convaincre les habitants des campagnes que la République pouvait être synonyme d'ordre et de prospérité.

  • 89 Progressif cauchois, 10 juillet 1850.

80Cette alliance d'un message républicain et d'une thématique conservatrice apparut vite dépassée à cause de l'orientation du régime. Le tournant de plus en plus conservateur de la Seconde République conduisit les autorités à ne plus participer à ces manifestations après mai 1849. En juillet 1850, un arrêté préfectoral interdit ces visites de garde nationale à garde nationale. Peu de temps auparavant, un bataillon d'Ingouville s'était rendu à Octeville et y avait entonné la Marseillaise, ce qui avait déclenché l'ire du préfet, Ernest Leroy89.

L'attitude des municipalités

81La résistance à la politique de remise en cause de la République fut aussi le fait de quelques municipalités. Soucieux de rester dans la légalité, les républicains modérés utilisèrent les mairies pour essayer de témoigner de leur refus de l'évolution du régime.

  • 90 Élu membre de la Législative, il avait envoyé sa démission au préfet.
  • 91 Journal de l’arrondissement, 14 juin 1849.

82Le premier exemple de résistance eut lieu au Havre lors de la visite de Louis-Napoléon. Une fois élu, celui-ci organisa des tournées en province et, non sans un certain courage, choisit de visiter les régions et les villes qui avaient voté contre lui en décembre 1848. Lors de son passage au Havre le 14 août 1849, la municipalité organisa un banquet. Le toast du premier adjoint, Alexandre Bertin, qui faisait fonction de maire depuis la démission de Jules Ancel en mai90, résumait tous les espoirs des modérés91 : « Vous dites avec nous : Assez de révolution ! La France, depuis soixante ans et plus, fait des expériences politiques qui l'épuisent et la démoralisent : il est temps qu'elle s'arrête. Le dernier terme des révolutions politiques, la République, est arrivé pour le pays. (...) Soyez le premier fondateur régulier de la République française. » Ce discours se terminait par une exhortation à imiter Washington, père fondateur de la République américaine et référence appréciée des modérés havrais.

83L'accueil fait à ce toast fut des plus froids. Dès le lendemain, le conseil municipal vota un blâme à Bertin à une voix de majorité, ce qui le conduisit à démissionner. Une pétition, autre forme de résistance sur laquelle nous reviendrons, prit sa défense et obtint deux mille signatures.

  • 92 Rapport du préfet, 20 février 1850. AN, Flb II Seine-Inférieure 15.
  • 93 Rapport du sous-préfet, 14 février 1850, ADSM, 3M1007.

84Si ce geste pouvait sembler de faible portée, il traduisait l'état d'esprit des républicains, prêts à se battre en toute occasion sur le terrain de la stricte légalité. L'attitude de la municipalité de Graville en fournit un autre exemple. L'instituteur de la commune, Muterel, bien qu'exerçant à titre privé, touchait une subvention de la municipalité. Le 7 février 1850, le préfet décida la suppression pure et simple de cette somme. Il reprochait à l’enseignant son attitude républicaine92. D'après le sous-préfet, Muterel aurait servi d'agent électoral au maire et conseiller d'arrondissement Louis Vidal, colportant les « bulletins rouges » et pérorant dans les clubs93. Il est évidemment nécessaire, à une date où l'Assemblée venait de voter la loi de Parieu et avait commencé à examiner la loi Falloux, de prendre avec précaution de telles accusations. Vidal, loin d'être rouge, appartenait au camp des républicains modérés. Quant à Muterel, sa seule activité politique avait consisté à accepter de participer à la commission municipale provisoire en mars 1848. La mesure prise par le préfet était plus révélatrice de la peur des « affreux petits rhéteurs » dénoncés par Thiers que de la réalité d'une activité militante.

  • 94 Progressif cauchois, 16 et 23 février 1850.

85Face à cette attitude du préfet, le conseil municipal vota, par douze voix contre dix-neuf, une protestation, puis quinze membres, dont le maire Louis Vidal, le premier adjoint Jules Clouet et le conseiller François Mazeline, démissionnèrent. Ils furent imités par les officiers de la garde nationale94.

  • 95 Rapport du sous-préfet des 25 juin et 22 septembre 1850. Au Havre, ce sont 71 % des électeurs et à (...)

86Les partisans de Muterel espéraient entraîner des élections qui auraient tourné au désaveu du préfet. Les électeurs ne purent pourtant leur renouveler leur confiance. Le scrutin n'eut lieu qu'en septembre, soit après le vote de la loi du 31 mai, la préfecture ayant volontairement laissé traîner l'affaire. À cette date, les inscrits n'étaient plus que 702, contre 2 691 lors des élections législatives complémentaires d'octobre 1849, soit une diminution des trois quarts, bien supérieure à la moyenne française évaluée à un tiers95. Pour s'assurer du succès, on y ajouta 88 militaires, alors que les douaniers avaient été rayés des listes. Dans ces conditions, un seul républicain réussit à être élu lors du deuxième tour.

87Sans réelle portée à première vue, cet événement n’est pourtant pas négligeable. Il illustrait le souci des républicains modérés de protester légalement contre l'arbitraire du pouvoir et montrait les limites de cette attitude. Face à une Assemblée qui n'hésitait pas à changer les règles du jeu en limitant le suffrage universel, les bleus se retrouvèrent désarmés.

Les pétitions

88La dernière forme de résistance consista en des campagnes de pétition. Les premiers à utiliser ce moyen d'action furent les démocrates-socialistes. Ils furent imités, non sans hésitation, par les républicains bleus. La loi du 31 mai 1850 fournit un des meilleurs prétextes à pétitionner. Ses effets étaient particulièrement importants au Havre, privant plus de 70 % des électeurs du droit de vote.

  • 96 Sur la préparation de cette loi et la campagne pétitionnaire initiée par les démocratessocialistes (...)
  • 97 Journal du Havre, 14 mai 1850.

89En 1850, à l'annonce de la préparation par la Commission des Dix-sept d'un projet de loi restreignant le suffrage universel, c'est le Progressif cauchois qui prit l'initiative, se faisant le relais dans l'arrondissement de la pétition lancée par des électeurs de Paris96. Passé par Fécamp, le mouvement pétitionnaire fut relayé au Havre par les démocrates-socialistes. Les noms des premiers signataires sont ceux de militants « démoc.-soc. » tel le peintre Voizel, président en 1849 du Comité électoral démocratique de l'arrondissement du Havre et ancien condamné dans l'affaire de la Solidarité républicaine97. Sur les dix-sept premiers signataires, on comptait six cafetiers ou restaurateurs et cinq commerçants. Leur boutique servait de point de ralliement à tous ceux qui souhaitaient signer la protestation. Le texte était suffisamment modéré pour pouvoir rallier l'ensemble des républicains :

Les Habitants de l'arrondissement du Havre à l'Assemblée législative.
Citoyens représentants,
Lorsque nous vous avons envoyés siéger à l'Assemblée législative, nous vous avons donné pour Mandat :
Affermissement de la Republique, Respect a la Constitution, et au Suffrage Universel que nous respectons, nous, jusque dans ses erreurs mêmes. Nous voulons le conserver intact, et nous protestons d'avance contre tout empiètement qui pourrait avoir pour résultat d'en changer les bases.
Nous aimons à croire, Citoyens, que vous serez toujours dignes de notre confiance, en repoussant une loi, qui n'est, en fait, que la violation de la Constitution.
Salut et Fraternité.

  • 98 AN, C 1334.

90Parti des milieux populaires démocrates, le mouvement pétitionnaire gagna le négoce modéré. Le 15 mai 1850, le Journal du Havre décida d'appeler à signer le texte dans ses bureaux et en déposa un exemplaire au Lloyd commercial. Aux arguments sur le respect de l'héritage de Février, le journal ajoutait le thème de prédilection des modérés : restreindre le suffrage, c'était menacer la paix publique et exposer la France à de nouvelles révolutions. Le nombre de signataires se serait élevé à 3 000, chiffre que nous n'avons aucun moyen de vérifier. Il est à rapprocher des 15 124 inscrits sur les listes des cantons du Havre et d'Ingouville pour les élections législatives complémentaires d'octobre 184998.

  • 99 R. Huard, Le suffrage universel..., p. 63.
  • 100 Journal du Havre, 19 juin 1851.
  • 101 Ibid., 24 juin 1851.

91Un an plus tard, quand le mouvement reprit dans toute la France sur l'initiative, semble-t-il, des montagnards99, ce sont les modérés qui lancèrent la campagne de signatures au Havre. Le Journal du Havre insista sur les qualités des premiers signataires : « les hommes les plus hauts placés dans l'opinion de leurs concitoyens, ainsi que le prouvent les fonctions électives dont ils ont été revêtus, soit à l'Assemblée constituante, soit dans nos corps consulaires et municipaux ; des négocians (sic), des armateurs, des marchands, des artisans, de laborieux ouvriers, ont tenu de s'y associer les premiers »100. Quelques grands noms du négoce républicains étaient présents : Charles Morlot, ancien élu à la Constituante, Théodore Ferrère, président de la Chambre de commerce, Félix Massinot, ancien secrétaire du Comité central républicain, Auguste Brostrom, Jules Gardye. Les négociants et armateurs étaient vingt au total, auxquels on pouvait ajouter deux banquiers, sur une première liste de quatre-vingt-dix noms. Plus de la moitié des noms appartenaient aux différentes catégories du commerce, selon le Journal du Havre101.

92Ces chiffres pouvaient être diversement interprétés. Ils reflétaient la volonté des initiateurs de s'appuyer sur des signataires inscrits sur les listes électorales, telles qu'elles avaient été dressées après la loi du 31 mai. Il s'agissait d'éviter de faire de cette protestation un mouvement organisé par ceux qui avaient été exclus des listes. C'est la bourgeoisie qui réclamait au nom des plus pauvres, montrant ainsi qu'elle ne craignait pas de leur rendre le droit de vote. Le républicanisme bleu restait un républicanisme des élites.

93Le texte de la pétition se faisait l'écho du souci constant de ces élites de ne pas rouvrir « l'ère des révolutions » et de la nécessité de respecter la légalité constitutionnelle :

Au nom de la Souveraineté du Peuple,
Au nom de la Constitution,
Au nom de la paix publique,
Les soussignés demandent :
L'abrogation complète de la loi du 31 Mai ;
Le rétablissement intégral du Suffrage universel.

  • 102 Ibid., 20 juin 1851.

94Cette fois, les démocrates havrais se contentèrent de suivre. Ils servirent de relais en direction du peuple, proposant leurs commerces comme lieux de signature. C'était le cas à Ingouville du libraire Hauchecorne et de son homonyme l'horloger Hauchecorne, ou à Graville du débitant Duboc102.

  • 103 Progressif cauchois, 5 juillet 1851 ; Journal de l’arrondissement, 3 juillet 1851.
  • 104 Pour le Gard. R. Huard décompte 8 100 signatures en 1851 contre 15 000 en 1850. (Le suffrage univer (...)

95Les résultats de cette seconde campagne pétitionnaire nous sont connus par la presse. Elle aurait recueilli au Havre et dans ses faubourgs 2 241 adhésions, soit un peu moins que l'année précédente, mais bien plus que les 940 signatures en faveur d’une révision de la Constitution réunies par les partisans de Louis-Napoléon103. On retrouvait pour le reste de la France cette moindre mobilisation104.

96Utilisée par les modérés, comme par les « démoc.-soc. », la pétition permit de maintenir une mobilisation face à la politique de la Législative. L'échec au niveau national de ce type d'action n'entraîna pas de radicalisation des républicains au Havre.

4. L'absence de résistance au coup d'État du Deux Décembre

  • 105 Rapports du Procureur général des 2 au 13 décembre 1851, AN, BB30/395.
  • 106 Journal de l'arrondissement, 4 décembre 1851.
  • 107 Journal du Havre, 3 décembre 1851.
  • 108 Rapport du Procureur général du 5 janvier 1852, AN, BB30/387.
  • 109 Journal du Havre, 5 décembre 1851.

97Attendu au Havre comme ailleurs, le coup d'État ne suscita pas de protestation. Le calme régna à l'annonce des événements de Paris105. Dans son numéro du 4 décembre 1851, le Journal de l'arrondissement, sous la plume de Louis Rocquencourt, annonça laconiquement la proclamation de l'état de siège et son intention de « s'abstenir de commentaires et d'appréciations sur les événements politiques »106. Le Journal du Havre publia, lui, un article du Journal de Rouen qui refusait de reconnaître la légalité des actes du 2 décembre, mais ne proposait aucune action : « Faire appel à la magistrature, à l'administration civile, aux corps électifs, à la garde nationale, ce serait nous exposer à être infailliblement brisés, sans aucun avantage pour la cause que nous soutenons »107. Seule, la Chambre de commerce protesta, ce qui lui valut d'être dissoute108. Le souvenir des conséquences calamiteuses pour le négoce havrais du Premier Empire expliquait l'attitude d'une institution, où siégeaient nombre de républicains bleus. Au conseil municipal, un des derniers républicains, Henry Expert, démissionna, tout comme le clérical Victor Toussaint109.

Le plébiscite de décembre 1851, seule forme de résistance au coup d'État

  • 110 Journal de l’arrondissement, 14 décembre 1851.

98C'est le plébiscite qui permit à une partie de la population de faire connaître son attachement à la République défunte. L'enjeu du scrutin ne fut pas négligeable, les opposants à Louis-Napoléon ayant décidé d'utiliser ce moyen pacifique pour protester contre le 2 Décembre. Dans ses éditoriaux, Alphonse Karr insista sur la nécessité d'aller voter et multiplia les explications très précises sur l'art de rédiger son bulletin afin qu'il puisse être validé. C'était autant d'invites à ne pas laisser passer une telle occasion de dire non à la liquidation de la République. Son dernier article, daté du 21 décembre, rappelait que « Ne pas voter, c'est donner sa démission de citoyen et d'homme libre »110. Cette attitude tranchait avec celle du Journal du Havre qui préféra se taire.

  • 111 Le pourcentage de non en France fut de 7,90 % des votants. La participation a, elle, été estimée à (...)
  • 112 G. Geywitz, op. cit., p. 170 et 273.
  • 113 .28 564 au recensement de 1851, mais le développement rapide des faubourgs, lié à l'exiguïté de la (...)

99Le message d'Alphonse Karr fut entendu d'une partie des Havrais. Le pourcentage d'abstentions, ainsi que le pourcentage de non, furent nettement plus élevés que dans le reste du département, dont les résultats étaient presque identiques aux moyennes nationales111. L'opposition du Havre à Louis-Napoléon n'avait, pourtant, rien d'exceptionnel : le pourcentage de non pour la ville correspondait à celui des 23 villes françaises de plus de 35 000 habitants, tel que l'a calculé l'historienne allemande, Gisela Geywitz, soit 28,9 %112. Peuplé d'un peu moins de 30 000 habitants113, Le Havre adopta le même comportement que les grandes villes françaises. Avec ses faubourgs n'était-elle pas déjà une grande agglomération ?

Tableau 6. Les résultats du plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 en % des inscrits

Abstention

Oui

Non

Ingouville

31,0 %

54,6 %

14,1 %

Le Havre

41,0 %

41,6 %

17,1 %

Total arrondissement

28,3 %

62,3 %

9,1 %

Total département

19,0 %

74,6 %

6,2 %

100Les anciens membres du parti de l'Ordre ayant appelé à voter oui, le vote négatif ne pouvait être attribué qu'à l'opposition républicaine. Son électorat était amoindri, si l’on compare les résultats de décembre 1851 à ceux de mai 1849. Pour un taux d'abstention sensiblement identique, le oui obtenait deux fois plus de voix que n'en avaient recueillies les conservateurs, et, surtout, le non était loin de retrouver les scores républicains, modérés et démocrates-socialistes confondus.

101Comme lors des scrutins précédents, la comparaison entre la ville et les faubourgs était riche d'enseignements. C'est dans le canton d’Ingouville que le oui l'emportait nettement alors que ce même canton avait placé les républicains, et plus particulièrement les démocrates-socialistes, en tête en mai 1849. Une partie de l'électorat ouvrier continuait à hésiter entre le soutien aux idées démocrates-socialistes et la confiance en un bonapartisme populaire.

La répression

  • 114 AN, F15 4087, Pensions obtenues et reversions de pensions pour les victimes du Deux Décembre et de (...)
  • 115 Rapport du Procureur général du 12 janvier 1852, AN, BB 30/397.
  • 116 AN, F15 4087, dossiers 13 et 17.

102L'absence d'une opposition structurée au coup d'État explique la faiblesse de la répression comparée à d'autres régions. Département potentiellement dangereux, la Seine-Inférieure fut soumise à l'état de siège. Sur le moment, seuls quelques individus furent inquiétés. François Gaffney, ancien rédacteur du Journal de l'arrondissement, ayant eu le tort de séjourner à Paris du 10 octobre au 4 décembre, fut accusé d'avoir participé aux barricades, ce qu'un rapport de la préfecture de police devait démentir un mois plus tard114. Quatre autres personnes furent arrêtées, après avoir été suspectées par le commissaire du Havre d'avoir cherché à fabriquer du fulmi-coton à l'aide d'un baril de 60 litres d'esprit de vin115. L'enquête prouva qu'un tel usage de ce liquide était impossible ! Les autorités profitèrent, enfin, des événements pour supprimer quelques établissements accusés de servir de lieu de rencontre aux démocrates-socialistes : le libraire Hauchecorne, chaussée d'Ingouville, se vit retirer son brevet dès le 19 décembre, tandis que le café Duboc à Graville était fermé début janvier116.

  • 117 « État des individus actuellement soumis à des mesures de sûreté générale pour avoir pris part aux (...)

103Comme dans les autres départements, une commission mixte prononça quelques condamnations117. Alexandre Delatour, journalier, âgé de 38 ans, fut condamné à la transportation à Cayenne. Son principal tort était de s'être vanté d'avoir combattu en juin 1848. Il avait déjà été détenu 18 mois sur les pontons. François Gaffney, en fuite, fut condamné à la transportation en Algérie, tandis que son frère, Barnabé, était expulsé du territoire. Raymond Voizel, peintre décorateur et marchand d'estampes, membre du Comité de l'opposition en 1846, conseiller municipal provisoire de mars 1848 à juillet 1848, puis président en 1849 du Comité électoral démocratique de l'arrondissement du Havre était éloigné temporairement. Voizel avait déjà été condamné, le 2 juin 1849, à un an de prison par la Cour d'assises de Seine-Inférieure comme membre de la Solidarité républicaine.

104Cette liste très réduite était la conséquence de l'absence de tout soulèvement. Faute de coupables, on avait cherché à condamner quelques individus pour l'exemple. Leur choix ne fut pas le fruit du hasard, mais tint compte de l'opinion havraise. Trois étaient des démocrates, peu susceptibles de bénéficier de la sympathie des républicains modérés, d'autant que deux avaient déjà été condamnés et que, socialement, un fossé les séparait de la bourgeoisie havraise. Les deux républicains « bleus », atteints par la répression, les frères Gaffney, étaient des journalistes d'origine étrangère. Il n'était pas question de s'en prendre directement au négoce havrais. Le Journal du Havre, qui n'avait pourtant pas ménagé ses critiques à l'encontre de Louis-Napoléon, continua à paraître ; il dut seulement se séparer de son rédacteur en chef, Barnabé Gaffney.

  • 118 Op. cit., p. 100.

105Notons, enfin, que l'exemple du Havre était à l'opposé de celui du Midi. Raymond Huard a montré comment la répression frappa en priorité les hommes d'un milieu social élevé à qui on reprochait d'avoir donné le mauvais exemple en trahissant leur classe118. Rien de tel au Havre, bien entendu à cause de l'absence de soulèvement, mais aussi probablement parce que les élites n'avaient pas adhéré à un républicanisme rouge, se contentant d'un républicanisme modéré. L'idée d'une trahison de classe, comportement jugé pathologique, ne pouvait dès lors exister. Être un républicain libéral était concevable et les autorités espéraient sans doute que ce comportement était susceptible d'amendement. Joua aussi la personnalité du préfet Leroy, soucieux de ne pas faire de martyrs et espérant rallier des hommes comme Deschamps, voire Vasselin.

  • 119 ADSM, 3 M 211.

106Presque quatre ans après l'annonce imprévue de la chute de la monarchie de Louis-Philippe, le bilan de l'évolution politique du Havre pouvait sembler en demi-teinte. Si un courant républicain s'était maintenu jusqu'au 2 décembre 1851, il n'avait pu s'opposer efficacement au coup d'État, attendu par tous. Un an après les résultats honorables du plébiscite de décembre 1851, ceux de novembre 1852 montrèrent que l'opposition à Louis-Napoléon, si elle se maintenait, était devenue minoritaire119. Le oui progressait nettement en un an, regroupant 59 % des inscrits. Seuls un peu moins de 9 % des électeurs avaient voté non au rétablissement de l'Empire et presque un tiers s'était abstenu.

107Pendant quatre ans, le républicanisme modéré avait dominé la scène locale, fort de l'adhésion d'une partie du négoce, fidèle à un libéralisme politique apparu dès les années 1820. En l'absence de personnalité forte, les démocrates-socialistes n'avaient pas réussi à s'affirmer, leur bon score aux législatives de 1849 étant resté sans suite. Les uns possédaient les élites susceptibles de diriger le mouvement républicain, mais souffraient de la désaffection des électeurs. Les autres pouvaient compter sur un courant de sympathie parmi une partie du monde ouvrier havrais, mais manquaient cruellement de militants aptes à devenir des dirigeants politiques. La dualité du courant républicain, si typique de la Seconde République, n'avait pas tourné au Havre à l'avantage des plus radicaux. C'est là qu'était l'originalité d'un républicanisme havrais, force politique dominée par les élites économiques.

Notes

1 Leur liste nous est connue par le compte rendu publié dans le Journal du Havre du 15 avril 1849 de la réunion constitutive du Comité central républicain tenue la veille.

2 Trois exemples : Théodore Ferrère était le fils du directeur des postes de Bayonne et le neveu du banquier Jacques Lafitte ; Louis Masurier avait pour père un marchand épicier, devenu négociant de denrées coloniales ; Auguste Dollfus descendait de la célèbre dynastie alsacienne, sa mère était une Haussmann et il avait épousé une Kœchlin.

3 Archives privées de la famille Brindeau ; Journal du Havre, 29 et 31 août 1861.

4 Dossier du Journal du Havre, AN, F18 500D. Voir aussi, Louis Brindeau, Historique du Journal du Havre, Le Havre, Impr. du Journal du Havre, 1904, 24 p.

5 Patrick Tanneau, La Compagnie des paquebots à vapeur du Finistère (1839-1921), p. 41 ; Jean Berthou, « La Compagnie des Paquebots du Finistère, 1839-1875 », Cahiers Havrais de Recherche Historique, no 51, 1992, p. 11-53.

6 Dossier Masurier, AMH ; Almanach illustré du Courrier du Havre, 1889, p. 11-13.

7 Dominique Barjot dir., Les patrons du Second Empire. Anjou, Normandie, Maine, Paris, Picard, 1991, p. 87-89.

8 Né à Mulhouse le 1er novembre 1799, fils de Daniel Dollfus et de Henriette Haussmann, époux d'Ursule Kœchlin (20 avril 1837), il avait fondé une maison de négoce au Havre en 1829. Cf. Max Dollfus, Histoire et généalogie de la famille Dollfus, 1909.

9 Almanach du Havre, 1849.

10 Journal du Havre, 5 mai 1848.

11 AN, C 1014 à 1024, Enquête parlementaire sur la production et la consommation de la viande de boucherie, 1849-1851.

12 Journal de l'arrondissement, 5 janvier 1851.

13 Roger Lévy, « Les Idées et la Vie politique d'Alphonse Karr », op. cit.

14 Cf. les listes de frères des 3 H (BN, FM2 242 et 711) et de l'Aménité (BN, FM2 244 et 712). Pour la loge l'Olivier écossais, les archives de la Grande Loge de France n'ont conservé une liste des membres que pour l'année 1848.

15 D. P. Scales, op. cit. ; Patrice Duboc éd., L'esprit d'Alphonse Karr, Tusson, Du Lérot éditeur, 1992, 125 p.

16 Journal du Havre, 9 octobre 1849.

17 Sa candidature ne fut finalement pas retenue au niveau départemental.

18 Journal de l’arrondissement, 29 avril 1849.

19 E. Boisgérard, Aux Electeurs de la Seine-Inférieure, Le Havre, H. Brindeau, [1849] ; E. Hébert, Aux Electeurs de la Seine-Inférieure, Le Havre, H. Brindeau, [1849],

20 La liste modérée était dirigée par Dupont de l'Eure. Y figuraient, entre autres, Senard, le général Cavaignac et Louis Bonaparte, fils de Lucien. Deux candidats, l’amiral Cécille et Desjobert, étaient aussi présents sur la liste du parti de l'ordre, dit liste Taillet. Le score moyen de la liste modérée a été calculé en ne prenant en compte que les candidats qui n'étaient présentés que par le CCR Cf. AN, C 1566, Élections législatives du 13 mai 1849, recensement des votes par cantons.

21 AN, C 1 334, Élections législatives des 13 et 14 mai 1849 ; ADSM, 3 M 217, Élections à l'Assemblée législative du 13 mai 1849.

22 Journal de l’arrondissement, 20 mai 1849.

23 Jacques Bouillon, « Les démocrates-socialistes aux élections de 1849 », Revue française de science politique, 1956/1, p. 70-97.

24 Journal de l’arrondissement, 20 mai 1849.

25 Ibid., 14 octobre 1849.

26 Journal du Havre, 12 octobre 1849.

27 Journal de l’arrondissement, 11 octobre 1849.

28 AN, C 1334.

29 Journal de l’arrondissement, 10 avril 1849.

30 E. Hébert, op. cit.

31 C’était aussi le cas à l’échelle nationale. Une Association des Amis de la Constitution avait été fondée par le National. Elle patronna un certain nombre de listes bleues en province lors des élections de mai 1849.

32 Journal de l’arrondissement, 5 avril 1849.

33 Circulaire du CCR, Journal du Havre, 18 avril 1849.

34 E. Hébert, op. cit.

35 F.G. Gaffney fut le responsable des questions politiques jusqu'au 16 juin 1850. Lui succéda jusqu'en décembre 1850, Destroyes, journaliste recruté à Paris. A partir de janvier 1851 et jusqu'au coup d'État, Alphonse Karr signa la plupart des éditoriaux. Cf. AN, F18 500D ; ADSM, 2 T 121.

36 Journal de l'arrondissement, 9 juillet 1850.

37 Ibid., 4 août 1850.

38 Ibid., 29 mai 1849.

39 Ibid., 30 octobre 1849.

40 Ibid., 12 août 1851.

41 Journal de l'arrondissement, 18 décembre 1848.

42 Ibid., 6 janvier 1849.

43 Ibid., 16 janvier 1849.

44 Le projet de loi d'Hippolyte Carnot, déposé en juillet 1848, était favorable à la liberté de l'enseignement. C'est le contrôle de l'Église sur celui-ci qui était refusé. Cf. Georges Weill, Histoire de l’idée laïque en France au XIXe siècle, Paris, 1929, p. 116-117.

45 Journal de l'arrondissement, 10 août 1850.

46 Ibid., 14 juin 1849.

47 Ibid., 7 mars 1850.

48 Sur ce tournant vers un républicanisme anticlérical, M. Agulhon, Les Quarante-huitards, p. 209-224, et René Rémond, L'anticléricalisme en France. De 1815 à nos jours, nelle édition, Complexe, 1975, p. 123-145.

49 Sur la difficulté à définir, dans la France contemporaine, un discours centriste, voir Serge Berstein, « Le centre et sa culture politique », La culture politique en France depuis de Gaulle, no 44 de la revue Vingtième siècle, octobre-décembre 1994, p. 19-24.

50 Compte rendu de l’audience du 2 juin 1849, ADSM, 2 U 1 328.

51 Journal du Havre, 14 mai 1850.

52 Progressif cauchois, 25 avril 1849.

53 Journal du Havre, 21 avril 1849.

54 Progressif cauchois, 4 avril 1849.

55 Philippe Vigier, La Seconde République, op. cit., p. 62-63.

56 Dans un article du 25 août 1849, le Journal de l'arrondissement avait défendu le principe d'un impôt sur le revenu.

57 Lettre du Comité central électoral démocratique du Havre au Comité central républicain, Journal du Havre, 21 avril 1849.

58 Association fraternelle et égalitaire des ouvriers voiliers du port du Havre. Statuts, Le Havre, Rocquencourt, 1850, 8 p. Le terme de voilier ne s'appliquait pas qu'aux ouvriers des voileries, mais aussi aux ouvriers qui raccommodaient les sacs et les bâches, utilisés pour le transport des marchandises.

59 Association fraternelle et égalitaire l'Union des ouvriers arrimeurs et déchargeurs du Port du Havre, Statuts, Le Havre, Roquencourt, 1850, 8 p.

60 Dans le cas des voiliers, ce n'était pas la première initiative en ce sens : une caisse de secours avait déjà vu le jour en 1825 (AMH, FM, Q5 1/1).

61 Jean Legoy, op. cit., p. 143.

62 Statuts de la Caisse de secours des voiliers, ADSM, 4 X 134.

63 Procès verbal des délibérations du conseil municipal, 7 janvier 1854, ADSM, 4 X 134.

64 Rapport du Procureur général, 8 mai 1849, AN, BB 30/365. Voir aussi le récit des événements dans la presse locale : Journal de l'arrondissement, 8 mai 1849.

65 AN, C 1334.

66 Sur 2 961 inscrits, 1 171 ont voté. Deschamps a obtenu 670 voix et Bourdon 481.

67 Pour une synthèse, voir Ph. Vigier, La Seconde République, op. cit., p. 70-88 et M. Agulhon, 1848..., op. cit., p. 131-142.

68 M. Agulhon, La République au Village, op. cit., p. 420-425 ou Ph. Vigier, La Seconde République dans la région alpine, op. cit., p. 261-265.

69 Voir par exemple Michel Pigenet, Les ouvriers du Cher (fin XVIIIe siècle-1914). Travail, espace et conscience sociale, Institut C.G.T. d'histoire sociale, Centre confédéral d'études économiques et sociales de la C.G.T., 1990, p. 173-174.

70 Sur les fêtes politiques au XIXe, Alain Corbin, Noëlle Gérôme, Danielle Tartakowsky dir., Les usages politiques des fêtes aux XIXe-XXe siècles, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1994, 440 p.

71 Journal de l’arrondissement, 25 février 1849.

72 Rapport du sous-préfet du Havre, 24 février 1849, ADSM, 1 M 350. L'arbre de la liberté avait été planté le 16 avril 1848 sur la place de la Mâture en présence de Frédéric Deschamps et des corporations ouvrières.

73 Progressif cauchois, 27 février 1850. Voir aussi AMH, FM, I2 10/2.

74 Rapports du sous-préfet du Havre, 9 mars et 19 mars 1850, ADSM, 1 M 350.

75 M. Agulhon, Les quarante-huitards, op. cit., p. 126.

76 Cette dernière interprétation de la couleur rouge était celle proposée en 1850 par Louis Blanc dans ses Pages d'histoire de la Révolution de 1848. Voir l'extrait de cet ouvrage cité par M. Agulhon (op. cit., p. 123-124).

77 Rapport du sous-préfet du Havre, 24 février 1851, ADSM, 1 M 350.

78 Ibid.

79 Sur les représentations populaires de la République : Maurice Agulhon, Marianne au combat..., p. 142-145.

80 C'est très net en 1851, quand un banquet démocrate-socialiste réussit à réunir à Graville 120 à 150 participants (Rapports du sous-préfet des 24 février et 28 mai 1851, ADSM, 1 M 350 ; voir aussi AMH, Fonds de la commune de Graville, I3 1/4).

81 Circulaire préfectorale du 27 avril 1850, ADSM, 1 M 350.

82 Rapport du sous-préfet du 4 mai 1850, ADSM, 1 M 350 ; Progressif cauchois du 7 mai 1851.

83 Journal de l’arrondissement, 22 mai 1849.

84 Voir le récit de cette journée pour Montivilliers (Journal de l'arrondissement, 24 avril 1849), Saint-Romain (ibid., 22 mai 1849) ou Fécamp (Progressif cauchois, 30 mai 1849).

85 Ibid., 5 septembre 1848.

86 Progressif cauchois, 4 juillet 1849.

87 Journal de l’arrondissement, 12 septembre 1848.

88 Ibid., 22 mai 1849.

89 Progressif cauchois, 10 juillet 1850.

90 Élu membre de la Législative, il avait envoyé sa démission au préfet.

91 Journal de l’arrondissement, 14 juin 1849.

92 Rapport du préfet, 20 février 1850. AN, Flb II Seine-Inférieure 15.

93 Rapport du sous-préfet, 14 février 1850, ADSM, 3M1007.

94 Progressif cauchois, 16 et 23 février 1850.

95 Rapport du sous-préfet des 25 juin et 22 septembre 1850. Au Havre, ce sont 71 % des électeurs et à Ingouville 62 % qui auraient perdu le droit de vote (J. Legoy, Le Peuple du Havre..., op. cit, t. 3, p. 43).

96 Sur la préparation de cette loi et la campagne pétitionnaire initiée par les démocratessocialistes parisiens, Robert Baliand, « De l'organisation à la restriction du suffrage universel en France, 1848-1850 », Réaction et suffrage universel en France et en Allemagne, Paris, 1963, p. 143-173 ; R. Huard, Le suffrage universel en France, 1848-1946, Paris, Aubier, 1991, p. 60-68 ; du même, « La défense du suffrage universel sous la seconde République : les réactions de l'opinion gardoise et le pétitionnement contre la loi du 31 mai 1850 (1850-1851) », Annales du Midi, juillet-septembre 1971, p. 315-336 ; Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 299-307.

97 Journal du Havre, 14 mai 1850.

98 AN, C 1334.

99 R. Huard, Le suffrage universel..., p. 63.

100 Journal du Havre, 19 juin 1851.

101 Ibid., 24 juin 1851.

102 Ibid., 20 juin 1851.

103 Progressif cauchois, 5 juillet 1851 ; Journal de l’arrondissement, 3 juillet 1851.

104 Pour le Gard. R. Huard décompte 8 100 signatures en 1851 contre 15 000 en 1850. (Le suffrage universelp. 63).

105 Rapports du Procureur général des 2 au 13 décembre 1851, AN, BB30/395.

106 Journal de l'arrondissement, 4 décembre 1851.

107 Journal du Havre, 3 décembre 1851.

108 Rapport du Procureur général du 5 janvier 1852, AN, BB30/387.

109 Journal du Havre, 5 décembre 1851.

110 Journal de l’arrondissement, 14 décembre 1851.

111 Le pourcentage de non en France fut de 7,90 % des votants. La participation a, elle, été estimée à 82 % (Gisela Geywitz, op. cit., p. 107).

112 G. Geywitz, op. cit., p. 170 et 273.

113 .28 564 au recensement de 1851, mais le développement rapide des faubourgs, lié à l'exiguïté de la ville enserrée dans ses remparts, rend la comparaison difficile avec les autres villes françaises.

114 AN, F15 4087, Pensions obtenues et reversions de pensions pour les victimes du Deux Décembre et de la loi de sûreté générale du 27 février 1858, Seine-Inférieure, 1881-1882, dossier 5.

115 Rapport du Procureur général du 12 janvier 1852, AN, BB 30/397.

116 AN, F15 4087, dossiers 13 et 17.

117 « État des individus actuellement soumis à des mesures de sûreté générale pour avoir pris part aux événements de décembre », s.d., ADSM, 4 M 2687.

118 Op. cit., p. 100.

119 ADSM, 3 M 211.

Table des illustrations

Titre Carte 4. Les déperditions des voix modérées dans l’arrondissement du Havre de décembre 1848 à mai 1849 (pertes en %)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 5. Score moyen de la liste du Comité central démocratique en % des votants
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540