Version classiqueVersion mobile

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Première Partie. Les balbutiements de Marianne

Chapitre 2. Comment fonder une République modérée ? (février – décembre 1848)

Texte intégral

  • 1 L'année 1848 au Havre avait fait l'objet, en son temps, d'une étude succincte de Roger Lévy : « L'a (...)

1Resté peu touché par les idées républicaines, Le Havre allait les découvrir après février. Cette rencontre n'aurait pu être qu'éphémère, à l'image d'une Seconde République qui fut le régime le plus bref du XIXe siècle et où la référence à la République disparut officiellement un an après sa proclamation. Il n'en fut rien. C'est durant ces quelques années qu'une partie notable des Havrais se convertit durablement à l'idée d'une République, modérée pour certains, démocrate pour d’autres1.

1. Une République non souhaitée

La proclamation de la République et la républicanisation des administrations par les autorités provisoires

  • 2 Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 25-27.
  • 3 Journal du Havre, 21 février 1848.

2Comme un peu partout en France, les premières dépêches relatant les troubles parisiens, reçues dès le 23 février, surprirent les Havrais2. Principal organe d'opposition, le Journal du Havre avait soutenu la campagne des banquets, mais avait souhaité une issue pacifique, appelant au calme et à l'union de l'opposition3. Le premier réflexe à l'annonce des événements fut de réitérer ce discours. Pris de court par l'abdication de Louis-Philippe et la formation d'un gouvernement provisoire, le journal en prit acte, sans qu'un réel enthousiasme ne transparaisse. Les opposants locaux à Guizot étaient dépassés par le mouvement qu'ils avaient contribué, modestement, à mettre en branle. N'est-ce pas le propre de toute révolution ?

  • 4 J.-P. Chaline in M. Mollat dir., Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 366-367.

3La population, ou tout au moins une partie, exprima sa joie. Les 24 et 25, des charivaris s'organisèrent. Le 24 au soir, selon une tradition apparue dès la Restauration, la foule envahit le théâtre, y fit chanter la Marseillaise, puis s'en alla conspuer la rédaction du Courrier du Havre, le maire du Havre, Adrien Lemaistre, et le receveur des finances, le comte César de Houdetot qui avait suivi, en 1815, Louis XVIII à Gand. Le lendemain, jour où fut connue l'abdication du roi, un nouveau cortège se forma, portant à travers la ville le buste de Louis-Philippe, la corde au cou. Rien de bien grave dans tout cela, si l'on songe aux troubles qui commençaient à agiter, à la même date, la population ouvrière des alentours de Rouen4. Dès le 26, le Journal du Havre put publier une lettre signée au nom des ouvriers de l'usine Mazeline par un dénommé Martinez, lettre qui démentait les rumeurs faisant état d'un arrêt des travaux. Une partie des ouvriers se rangeait aux consignes de respect de l'ordre, émanant des anciens membres de l'opposition.

  • 5 Le 25 février, le Gouvernement provisoire avait décidé le rétablissement du drapeau bleu-rouge-blan (...)
  • 6 ADSM, 3 M 581.
  • 7 Journal du Havre, 3 et 4 mars 1848.

4Tandis que la foule saluait le nouveau régime, l'administration montra peu d'empressement à pavoiser aux nouvelles couleurs nationales, « le bleu à la hampe, le rouge au milieu et le blanc flottant »5, comme l’y invitait Frédéric Deschamps tout juste nommé commissaire du gouvernement6. Le 3 mars, le Journal du Havre protestait contre cette lenteur ce qui amena la municipalité à arborer le jour même le nouveau drapeau sur la mairie7.

  • 8 À Dieppe, un arrêté du 11 mars 1848 nomma Charles Lebon, frère de l'ancien dirigeant de la Société (...)
  • 9 ADSM, 4 K.P 159.

5Cet attentisme des autorités locales rendait indispensable pour le nouveau pouvoir la nomination d’hommes qui lui soient fidèles. Cela ne se fit pas sans mal. Autant Frédéric Deschamps trouva des hommes sur qui compter dans les arrondissements d'Yvetot ou de Dieppe8, autant la tâche fut ardue au Havre. Après avoir envoyé sur place H. Hardy pour assurer l'intérim, il nomma commissaire provisoire, par un arrêté du 11 mars 1848, Charles Berthelot, négociant rouennais, ancien membre du Comité radical9. Mal reçu par les Havrais, il céda la place dès le 22 mars à Gustave Goudchaux, administrateur du chemin de fer du Havre. Membre du Comité central républicain, il était plus proche de la majorité des républicains de la Porte océane, mais manquait de véritable envergure.

  • 10 Roger Lévy, « Un commissaire de police assassin en 1848. L'affaire Riancourt », La Révolution de 18 (...)

6Les autres nominations confirmèrent l'impression d'improvisation. Le climat révolutionnaire fut propice à l'arrivée sur le devant de la scène de personnages douteux. Le 27 mars 1848 étaient nommés commissaires de police au Havre Narcisse Billon et Gabriel Riancourt. Le premier fut révoqué dès le 6 juin pour incompétence et remplacé par son prédécesseur. Quant au second, il disparut le 22 mai, soupçonné du meurtre de son adjoint Fouquet10. Il se révéla s'appeler Martin, avoir été condamné trois fois pour abus de confiance et vol, et avoir séjourné par deux fois derrière les barreaux. En février 1848, vivant des charmes de sa maîtresse à Rouen, il avait eu la bonne idée de se rendre à Paris, où il avait été blessé sur les barricades. Cette carte de visite lui avait permis d'être recommandé par Buchez à Deschamps qui l'avait aussitôt nommé commissaire de police au Havre. Reconnu par son adjoint, lui-même ancien repris de justice, il s'en était débarrassé en l'assassinant sauvagement – on compta trente-sept traces de coups de couteau ! – dans un bois à la sortie de Lillebonne. Cet épisode était révélateur du vide politique créé au Havre par l'effondrement de la monarchie de Juillet. Ville orléaniste, la Porte océane ne contenait aux yeux des Rouennais aucun républicain fiable sur qui s'appuyer, d'où soit le maintien des serviteurs du régime disparu soit le recours à des horsains au passé parfois trouble.

  • 11 AMH, FM, K1 7.
  • 12 A Rouen, dès le 24 février, des républicains avaient été adjoints au conseil municipal. Le 28, F. D (...)
  • 13 Journal du Havre, 1er mars 1848.
  • 14 Louis Desgraves et Georges Dupeux, Bordeaux au XIXe siècle, t. VI de l'Histoire de Bordeaux, Bordea (...)

7Nommées par le roi, les administrations du Havre et de ses faubourgs étaient aussi suspectes aux nouveaux dirigeants du département. Ces derniers durent pourtant composer avec la réalité. Au Havre, un décret de Frédéric Deschamps du 14 mars nomma une administration et un conseil municipal de trente et un membres11. La date était tardive. Dans d'autres grandes villes, comme Rouen ou Lyon, c’est dès la proclamation de la République qu'une « révolution municipale » avait eu lieu. Les républicains locaux avaient spontanément imposé leur entrée dans les conseils municipaux, quand ils ne les avaient pas purement et simplement dissous12. Au Havre, ce fut tout le contraire. Le 1er mars, le Journal du Havre avait publié une pétition demandant le maintien de l'administration municipale dirigée par Adrien Lemaistre13. Les changements furent imposés de l'extérieur et leurs effets restèrent limités. La similitude est grande avec un autre port de la façade ouest, Bordeaux, où une élite de négociants libéraux dirigeait la municipalité14. Il fallut attendre le 10 mars pour qu'une commission provisoire fut nommée à la tête du chef-lieu du Gironde.

  • 15 Il était normalement composé de vingt-sept membres, mais deux places étaient vacantes {Almanach du (...)

8La modification du conseil pouvait, à première vue, sembler importante. Sur les vingt-cinq membres du conseil fin 184715, seuls six gardaient leur place. Deux étaient des républicains modérés, Eugène Hébert et Alexandre Bertin. Par souci de continuité, le maire, Adrien Lemaistre, et son premier adjoint, Jules Ancel, restaient conseillers.

  • 16 J. Toutain, op. cit., p. 55 ; J.-P. Chaline éd.. Deux bourgeois en leurs temps..., p. 122. On y tro (...)

9La composition de la commission bousculait timidement la prédominance du négoce sur la vie locale : les négociants, au nombre de 18 sur 25 dans l’ancien conseil municipal, n’étaient plus que 13 sur 31. Siégeaient quelques grands noms du négoce libéral havrais, membres par ailleurs du Comité central républicain. La nouveauté était l'adjonction de six ouvriers, dont deux mécaniciens, un calfat, deux voiliers et un journalier du port. Aux yeux de Deschamps, la recomposition des municipalités devait être l'occasion d'intégrer ceux qui étaient jusqu'ici exclus de la vie politique locale. A Rouen, le nouveau conseil comportait un tiers d'ouvriers16. Il ne s'agissait pas pour autant de renverser le pouvoir des uns au profit des autres. L'unité sociale primait et ne signifiait pas le renversement des hiérarchies.

  • 17 Lettre de Lemaistre à Frédéric Deschamps, 15 mars 1848, ADSM, 3 M 1037.
  • 18 Rapport de Ch. Berthelot à F. Deschamps, ADSM, 3 M 1037.
  • 19 Ch. Vesque, op. cit., vol. 2, p. 542-543. Jules Ancel était né en 1812 au Havre. Après des études a (...)
  • 20 J. Toutain, op. cit., p. 55. Achille Lemasson avait été carbonaro dès l'âge de seize ans, puis avai (...)

10Comme maire, Deschamps conserva Adrien Lemaistre, en fonction depuis 1831, mais essaya de l'entourer d'anciens opposants à Guizot. Il nomma adjoints Frédéric Baron, rédacteur du Journal du Havre, et Théodore Ferrère, vice-président de la Chambre de commerce. Dès le 15, Lemaistre démissionnait, refusant le remplacement d'un conseil élu par une commission provisoire nommée17. Quant à Baron et Ferrère, ils se défilèrent invoquant des motifs professionnels18. Un nouvel arrêté nomma maire le négociant Henry Expert et adjoints l'avocat Eugène Hébert et l'agent général des bateaux de Morlaix, Auguste Brostrom, associé d'Édouard Corbière. Dès le 22 mars, Expert et Hébert démissionnaient à leur tour. Un troisième arrêté nommait maire provisoire Jules Ancel, ancien adjoint de Lemaistre de 1846 à 1848, tandis qu'Expert occupait la place de premier adjoint laissée libre par Hébert. Cette mise en place laborieuse d'une administration provisoire mettait en lumière l'absence de militants républicains au Havre. Deschamps pouvait compter au mieux sur quelques négociants libéraux, anciens opposants au gouvernement Guizot, prêts à soutenir le nouveau régime, mais peu enclins à lui consacrer de leur temps. L'arrivée à la mairie de Jules Ancel montrait que la seule solution était de s'appuyer sur les notables de la monarchie déchue, en espérant sincère leur conversion à la République. Petit-fils de Daniel Ancel, conseiller municipal sous la Première République, puis adjoint sous l'Empire et la Restauration, neveu d'Augustin Ancel, adjoint de 1836 à 1839, lui-même adjoint avant février, Jules Ancel était le descendant d'une famille harfleuraise installée depuis le XVIIe siècle au Havre et qui avait servi tous les régimes19. Dès 1635, un Nicolas Ancel avait été échevin. Une fois de plus, le contraste était grand avec Rouen, où Deschamps avait nommé maire provisoire Leballeur-Villiers et adjoints Achille Lemasson, Buchet-Bellanger et Durand-Neveu, tous quatre anciens membres du Comité radical et démocrates convaincus20.

  • 21 ADSM. 3 M 1068, Élections municipales, Ingouville, an VIII-1850.
  • 22 Journal de l'arrondissement, 23 mars 1848. Eyriès devait finalement démissionner à la mi-avril. Il (...)

11On retrouvait le même pragmatisme à Ingouville et Graville. Dès le 3 mars, les habitants et la garde nationale avaient envoyé une pétition au gouvernement provisoire pour réclamer le maintien du maire d'Ingouville, Edouard Boisgérard, ancien négociant et protestant, nommé en 1843 par Louis-Philippe21. Une telle unanimité conduisit Frédéric Deschamps à ne rien changer dans cette commune. A Graville, faubourg industriel, ce n'est que fin mars qu'une commission municipale fut installée. Sur les quinze noms retenus par Deschamps, douze n'appartenaient pas à l'ancien conseil. Le même souci qu'au Havre d'élargir la composition sociale domina : l'ouvrier métallurgiste Martinez, président du Club des travailleurs, était nommé adjoint. Un instituteur et deux douaniers devenaient conseillers. Cela n'empêchait pas l'ancien maire, Eyriès, négociant, de rester en place22.

Une question sociale présente dès les premiers jours

  • 23 J. Toutain, op. cit., p. 56-57 ; J.-P. Chaline in M. Mollat dir., Histoire de Rouen, p. 366-367 ; J (...)

12Si à Paris, la question sociale fut à l'ordre du jour dès fin février avec la manifestation du 28 pour réclamer un ministère du Travail, c'est encore plus vrai en Seine-Inférieure. Loin de « l'illusion lyrique » de la capitale, ce département connut des troubles dès les premiers jours, révélateurs des rancœurs accumulées. Nous avons évoqué plus haut ceux de Rouen : dans la nuit du 25 au 26 février, des gares sur la ligne Rouen-Paris furent mises à sac et la passerelle ferroviaire sur la Seine, dénommée le « Pont aux Anglais », incendiée ; le 28, des troubles éclatèrent à l'usine La Foudre, au Petit-Quevilly23.

  • 24 Lillebonne des origines à nos jours, Ouvrage collectif, Lillebonne, Maury, 1989, p. 183-186. Sur l' (...)
  • 25 Journal du Havre, 1er mars 1848.
  • 26 Rapport du procureur général Senard, 1er avril 1848, AN, BB 18/1461.
  • 27 Brouillon des attendus du jugement contre Lefebvre et consorts, sans date, ADSM, 3U2/1321.

13Plus près du Havre, la vallée du Commerce, vouée au tissage du calicot24, vit, elle, le sang couler. A l’issue de trois journées de grèves et de cortèges, les ouvriers tisserands et fileurs des fabriques de Lillebonne, Gruchet-le-Valasse et Bolbec y avaient, le 29 février, obtenu de nouveaux tarifs et une réduction des horaires de travail. Cela n’empêcha pas le 1er mars la violence d’éclater contre le filateur Graindor et le directeur de son établissement, Goutans. Accusés de ne pas respecter les nouveaux tarifs, les deux hommes risquèrent d’être pendus par une foule prompte à considérer que l’avènement de la République légitimait l’exercice d’une justice populaire. Confrontées à ces troubles, les nouvelles autorités départementales tentèrent tout à la fois d’en appeler à la raison et d’impressionner les ouvriers. Démocrate convaincu, Deschamps fit publier, le 1er mars, une proclamation aux ouvriers de la Seine-Inférieure, où il appelait à rentrer dans les ateliers et promettait une loi future sur la question des salaires. Dans l'immédiat, les ouvriers devaient lui adresser « en forme de pétition leurs justes réclamations »25. Républicain plus modéré, le procureur général, Jules Senard, préféra, lui envoyer des troupes et faire incarcérer cinq personnes au Havre26. Cette décision relança l’agitation à l’approche du procès. Dans la deuxième quinzaine de mars, les ouvriers prirent l'habitude de se réunir devant la mairie de Lillebonne chaque jour « presque tous armés de bâtons et manifestant les plus mauvaises intentions »27. Le 31, alors que les ouvriers tentaient de planter un arbre de la liberté, la décision du maire de faire évacuer la place par la force et le refus des manifestants d’obtempérer conduisirent à une déflagration générale. On releva, dans les rangs des manifestants, six morts, quatre hommes et deux femmes, et vingt-deux blessés, dont des femmes et un enfant de douze ans.

  • 28 Journal du Havre, 29 février 1848.
  • 29 Voir p. 65.

14Ces troubles, survenus à quelque quarante kilomètres, pesèrent sur le climat politique au Havre. Fin février, le Journal du Havre avait critiqué l'attitude irresponsable des ouvriers, alors que « l'ère la plus féconde s'ouvre sous les plus favorables auspices, pour les travailleurs de toutes les classes »28. Dès le début du mois de mars, les dirigeants modérés comprirent la nécessité d'associer les ouvriers aux comités républicains, comme nous le verrons plus loin29 mais aussi d'éviter toute promesse susceptible de provoquer des attentes auxquelles il était impossible d’apporter une réponse. L'idée que la République devait être synonyme d'ordre et de respect des propriétés devint un thème sans cesse martelé.

  • 30 Journal du Havre, 2 avril 1848.
  • 31 Ibid.

15Après le bain de sang du 31 mars, la presse havraise condamna « de pareilles agressions d'une classe vis à vis de l'autre »30. C'est l'incompréhension qui dominait, incompréhension face à des ouvriers qui avaient voulu planter l'arbre de la liberté « avec l'appareil de tout ce qui est le plus antipathique à la liberté, c’est-à-dire avec le cortège de l'insurrection et de la violence », incompréhension aussi devant la résurgence de conflits entre classes sous une République qui avait rendu au peuple ses droits, lui permettant de s'exprimer par la voie des urnes, et qui s'apprêtait « à lui donner satisfaction dans ses intérêts légitimes (...), dans le degré compatible avec la nature des choses et les besoins de la société »31. La nécessité d'allier l'ordre et la liberté fut réaffirmée, sans pour autant sacrifier l'un à l'autre. Ces événements furent l'occasion de préciser l'idéologie républicaine modérée. Son fondement était le suffrage universel, antidote à l'usage de la violence. Lui seul devait permettre aux revendications ouvrières de s'exprimer. Son application entraînait la réintégration dans la Nation de ceux qui en avaient été exclus.

  • 32 M. Braunstein, « En route vers l'Amérique : les émigrants allemands au Havre », Annales de Normandi (...)
  • 33 Délibération du conseil municipal, 26 février 1848, AMH, D1 13.
  • 34 Ibid., 18 mars 1848.

16Surtout, tirant les leçons des événements de Lillebonne, les modérés havrais furent soucieux, tout au long du printemps 1848, d’éviter que la question sociale au Havre ne conduise à des troubles. La crise de 1846-1847 y avait aussi entraîné son cortège de misères, privant de travail une partie des ouvriers du port. De nombreux émigrants, souvent d'origine allemande, se retrouvèrent bloqués, incapables de payer leur voyage32. Dès l'annonce des journées parisiennes le conseil municipal avait décidé d'ouvrir des ateliers municipaux, où les ouvriers seraient employés à des travaux de terrassement33. Il avait obtenu l'aide des communes voisines d'Ingouville et Graville. La réponse au problème de l'absence de travail était classique. Le changement d'administration municipale, le 16 mars, ne changea rien à cette attitude charitable34.

  • 35 Ce tarif était, au départ, assez généreux : c'était autant que ce que percevaient les ouvriers des (...)
  • 36 Délibération du conseil municipal, 23 mars 1848 ; Journal du Havre, 26 et 27 mars 1848.
  • 37 Journal du Havre, 23 mars 1848.

17C’est fin mars qu'un premier raidissement se fit jour. Le nombre d'ouvriers secourus atteignait les trois mille, ce qui, à raison de deux francs par jour et ouvrier35, pesait lourdement sur les finances municipales, tandis que les communes de Graville et Ingouville, qui avaient promis leur aide financière, traînaient à la concrétiser. Pour éviter la rupture de paiement, les autorités décidèrent la levée d'un impôt additionnel aux quatre impositions de dix centimes et, surtout, de ne plus admettre que les ouvriers inscrits sur les listes électorales des trois communes36. Cela revenait à priver de secours les émigrés en partance pour l'Amérique, mais aussi de nombreux normands ou bretons, venus travailler au Havre où la crise économique les avait surpris. Pour s'en débarrasser, le passage gratuit leur était offert sur les bateaux à vapeur en partance pour Honfleur, Caen, Cherbourg, Saint-Malo et Morlaix37. Pour les ouvriers havrais, la ville, dans l'impossibilité de financer plus de mille ouvriers par jour, mettait en place un roulement, au cas où ce seuil serait dépassé. Ce système faisait planer la menace de ne plus être payé qu'une partie de la semaine.

  • 38 Ibid., 18 mars 1848.
  • 39 Ibid., 23 mars 1848.
  • 40 Journal de l'arrondissement, 23 mars 1848.

18Conscients de la nécessité de ne pas laisser des concitoyens dans la misère, alors que le mot « fraternité » était sur toutes les bouches, les négociants de la place fondèrent un comité en faveur des ouvriers sans travail. L'initiative privée devait prendre le relais de la municipalité. Ce comité avait pour président Louis Vidal, courtier, membre du bureau du Comité central républicain et conseiller municipal de Graville. On y trouvait plusieurs négociants, quelques philanthropes toujours prêts à répondre aux souscriptions, comme le protestant Frédéric de Coninck, et aussi un représentant des ouvriers, Martinez, président du Club des travailleurs38. Le fonctionnement était un mélange de philanthropie classique et d'esprit du temps. La liste des citoyens chargés de recueillir les fonds auprès des particuliers était composée de notabilités du commerce : sur seize personnes, douze étaient négociants ou courtiers. Le président de la Chambre de commerce, Théodore Ferrère, et le président du Tribunal de commerce, Farell O’Reilly, y figuraient en bonne place. L'attribution des fonds n'était pas confiée, contrairement à l'habitude, à des dames visiteuses des pauvres, mais aux délégués des corporations ouvrières, « les mieux à même de connaître les besoins réels »39. Chacune devait créer une commission des secours. Un comité central des corporations, composé d'un délégué par commission, délibérerait sur les besoins d'aide de chacune des corporations et enverrait ses propositions à Louis Vidal, à charge pour lui de statuer définitivement sur la répartition des fonds entre les corporations40. Ce système complexe mêlait des formes traditionnelles d'assistance et la volonté d'associer le monde du travail à une philanthropie, trop souvent conçue du haut vers le bas. L'ouvrier était jugé capable de connaître ses besoins, sans chercher à profiter de la situation pour vivre aux dépens de la bourgeoisie.

  • 41 L'ouvrier Martinez était venu l'affirmer devant le conseil municipal au nom de la classe ouvrière d (...)

19Ces deux mesures, la réduction du nombre des ouvriers des ateliers municipaux et l'appel à l'initiative privée, ne suffirent pas à redresser les finances communales. Si les représentants officiels des travailleurs affirmaient être attachés « à l'ordre et la tranquillité publics (sic) »41, il n'en allait pas forcément de même chez les ouvriers des ateliers municipaux, où un début d'agitation était perceptible. Le 24 mars, une manifestation des ouvriers occupés aux travaux du boulevard était entrée en ville, en chantant la Marseillaise, ce qui ne pouvait qu'effrayer l'opinion. Comment ne pas voir dans cette entrée en corps par une des portes des remparts le symbole d’une reconquête d'un espace par des ouvriers qu'on avait éloignés en les occupant à des travaux dans les faubourgs ?

  • 42 Délibération du conseil municipal, 6 avril 1848, AMH, AMH, D1 13.
  • 43 Journal du Havre, 8 avril 1848.

20Inquiet devant la tournure des événements et préoccupé par l'aggravation du déficit, le conseil municipal décida le 6 avril de durcir son attitude. La journée fut réduite à un franc cinquante et surtout une partie des travaux fut désormais payée à la tâche. Le système du roulement était confirmé, les ouvriers n'étant plus admis aux travaux que trois jours par semaine. Le but était d'éloigner tous ceux qu'on soupçonnait de ne rester inscrits dans les ateliers municipaux que pour percevoir « une prime payée à la paresse »42. Le représentant de Deschamps, Goudchaux, donna son assentiment en publiant un arrêté où il faisait l'éloge de « l'émulation des travailleurs », favorisée par le paiement à la tâche43. La date de ce changement de politique des autorités n'était pas sans intérêt. C'était bien avant la remise en cause des ateliers nationaux parisiens, preuve que la province donna parfois le ton, refusant au nom du libéralisme tout système prolongé d'aide systématique aux ouvriers sans emploi. L'idée d'un droit au travail semblait, vue du Havre, bien lointaine. Être secouru devait se mériter, d'où l'idée d'une émulation républicaine. La hantise du « mauvais pauvre », prêt à vivre aux crochets de la collectivité, avait vite repris le dessus, même chez les républicains les plus sincères.

  • 44 Procès-verbal du commissaire de police du Havre, 14 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.
  • 45 Journal de l'arrondissement, 11 avril 1848.
  • 46 Déposition de François Dominique Selle, 12 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.

21Les ouvriers des ateliers accueillirent mal, on s'en doute, ces mesures. Des troubles sans gravité, mais révélateurs des failles de l'unanimisme républicain affiché, éclatèrent le 10 avril. Dès le samedi 8, des réunions s'étaient tenues pour discuter des nouvelles conditions imposées par le conseil municipal. Le lundi 10, les ouvriers cessèrent tout travail et s'assemblèrent au cirque d'Ingouville, d'où ils envoyèrent plusieurs délégations auprès des autorités municipales du Havre44. Ces quelques agissements, restés pacifiques même si on avait conspué le nom du maire de Graville et promis de ne plus se laisser mener par les négociants, suffirent à porter à son comble la peur latente ressentie à l'encontre des ouvriers des ateliers municipaux. Une rumeur affirmant que l'hôtel de ville d'Ingouville était en flammes, conduisit les autorités à battre le rappel de la garde nationale, tandis que « les boutiques se fermaient, les ouvriers abandonnaient leurs ateliers, la panique était générale »45. Arrivée au pas de charge, la première compagnie des voltigeurs du Havre ne put que constater l'insignifiance des menaces pour l'ordre public, mais en profita pour arrêter quelques meneurs, dont le démocrate Selle, rendu responsable de tous les troubles réels et imaginaires. Désigné par la foule comme « l'homme à la grande barbe », François Dominique Selle était né vers 1805 à Contremoulins et y résidait. Licencié en droit, avocat, il était venu au Havre en mars 1848 « pour y planter le drapeau de Lamartine, Arago et Ledru-Rollin »46. Assidu du club républicain et démocratique d'Ingouville, dit club de la Renaissance, il s'y était rendu populaire auprès des ouvriers des ateliers municipaux qui le fréquentaient. L'inconsistance des charges à son encontre lui permit de bénéficier d'une ordonnance de non-lieu du tribunal correctionnel du Havre, le 22 avril 1848.

  • 47 L'arrestation de Selle suffit à calmer les esprits. Dès le 12, les travaux reprenaient.
  • 48 Rapport du 12 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.

22Ces quelques soubresauts auraient pu rester dans l'obscurité, s'ils n'étaient pas révélateurs bien plus que de l'attitude des ouvriers, somme toute inoffensive47, de celle des républicains havrais face à la question sociale. La révolution de février avait mis le thème de la concorde entre les classes au premier plan. Six semaines plus tard, la peur des « barbares qui menacent la société », pour citer Girardin, restait plus forte que toutes les meilleures intentions du monde. Autant l'ouvrier des corporations était un être raisonnable qu'on pouvait associer à la recherche commune de solutions, autant l'ouvrier sans travail représentait un danger permanent. Quant à Selle, la façon dont tout un chacun, autorités municipales, forces de l'ordre, journalistes, s'était empressé de le rendre responsable des troubles, en disait long sur la phobie du militant des clubs. L'ombre de Blanqui, de Barbès et de Raspail semblait planer derrière lui, sans qu'aucune preuve d'un contact avec ces révolutionnaires chevronnés n'existe. L'idée d'un complot contre la société, ourdi dans les clubs démocratiques, était largement partagée. Ainsi, rendant compte d'une réunion après l'arrestation de Selle, où l’on décida d'ailleurs de ne rien faire, le maréchal des logis d'Ingouville affirmait qu'un des meneurs « leva la main en fermant les quatre doigts et le pouce en l'air, et chaque ouvrier compris (sic) ce signal que moi j'ignore »48.

  • 49 La Tribune du Peuple, 14 avril 1848.

23Ces événements mettaient, enfin, en lumière l'attitude inconfortable des militants démocrates. Goudchaux, signataire de l'arrêté introduisant le travail à la tâche, avait couvert l'arrestation de Selle. Un ami de ce dernier, Moisson, vice-président du Comité démocratique, protesta par une lettre dans le journal des démocrates rouennais, la Tribune du Peuple49. Embarrassée, la rédaction prit finalement la défense de Goudchaux et rappela qu'il tenait son autorité de Deschamps. La même phobie du complot apparaissait dans l'article rendant compte de la journée du 10 avril : Selle y était accusé d'utiliser un sifflet pour communiquer avec les principaux fauteurs de troubles. Comme à Lillebonne et quinze jours plus tard à Rouen, le camp démocrate préférait le maintien de l'ordre républicain aux initiatives intempestives de certains de ses amis.

24Si le maintien de l'ordre était indispensable, les républicains étaient conscients qu'il ne suffisait pas à répondre aux ouvriers. Ils essayèrent, pendant les quelques mois qui suivirent les journées de février, d'élaborer un discours qui tienne compte des problèmes sociaux.

  • 50 On trouvera de larges extraits de ces pétitions dans J. Legoy, op. cit., p. 137-140.

25Comme à Paris, la révolution avait été l'occasion pour les différents métiers de faire part de leurs revendications, soit au Comité central républicain, fief des modérés, soit au conseil municipal, sous forme de pétitions50. Les réponses aux griefs des ouvriers furent autant d'occasions de définir la doctrine sociale des républicains modérés, doctrine qui ne faisait que reprendre le discours libéral de la monarchie de Juillet.

  • 51 Pétition des ouvriers charpentiers, s.d. [mars 1848], AMH, FM., F2 7.
  • 52 Ce fut le cas dès le décret du 2 mars 1848 du Gouvernement provisoire, mais son application laissa (...)
  • 53 Pétition des journaliers du port, s.d. [mars 1848], AMH, FM, F2 7.
  • 54 Les premiers demandaient, « vu le peu de travaux en cours d'exécution », une baisse des horaires po (...)

26Que réclamaient les ouvriers ? Le plus souvent, l'existence du chômage faisait de l'idée d'une organisation corporative du travail la panacée à tous les maux. Ainsi, les ouvriers charpentiers du port, qui protestaient contre la tendance des maîtres, dont la majorité n'étaient pas havrais, à choisir des ouvriers hors du Havre, demandaient l'établissement d'un bureau de la main d'œuvre qui fixerait pour tout employeur la liste des ouvriers à faire travailler à tour de rôle51. Les journaliers du port défendaient la même idée d'un contrôle de l'embauche. Le marchandage, pour le plus grand profit des entrepreneurs, devait être interdit52. Obligation devait être faite aux gardes-magasins de n'employer que les journaliers identifiés par le port d'une médaille et ne stationnant plus qu'en un seul endroit, fixé par le maire, sous peine d'amende. Tout ouvrier étranger au corps des journaliers, reconnu avoir travaillé à leur place, verrait sa journée confisquée au profit des pauvres53. Des idées proches étaient défendues par les charpentiers de maison ou les ouvriers chargeurs54.

  • 55 En fait, les brouettiers pouvaient aussi véhiculer les marchandises en camions et charrettes. Posse (...)
  • 56 Dans le cas présent, il s'agit de manutentionnaires de marchandises en fûts et caisses.
  • 57 Almanach du commerce, 1848, p. 166-169 et 170.
  • 58 AMH, FM, F2 7 ; Jean-Noël Chopart, Le fil rouge du corporatisme..., p. 60-63.
  • 59 Rémi Gossez, Les ouvriers de Paris. L'organisation, 1848-1851, Paris, Bibliothèque de la Révolution (...)

27Les modèles qui servaient de référence à ces pétitions étaient, en partie, ceux des brouettiers du Grand Corps55 et des tonneliers56. Dans les deux cas, une autorégulation du marché du travail avait été mise en place et des tarifs étaient imposés aux armateurs57. Les brouettiers avaient déposé leurs statuts dès l'an II et les tonneliers en 182358. Dans une lettre aux négociants, parue dans le Journal du Havre des 19 et 20 mars 1 848, les brouettiers avaient rappelé que la préférence en matière d'embauche devait leur être conservée. À Paris, Rémi Gossez a noté la persistance de ces revendications, mais aussi la volonté de les dépasser en créant des associations de producteurs, abolissant les distinctions entre ouvriers et maîtres, premier pas vers l'organisation du travail59. Au Havre, les revendications se limitèrent au problème du marchandage et du contrôle de l'embauche. L'existence des maîtres n'était pas remise en cause par les pétitions.

  • 60 Pétition au Commissaire de l'arrondissement, 22 mars 1848, AMH, FM, F2

28Ce corporatisme ne faisait pas que des heureux, privant de travail ceux qui n'appartenaient pas à tel ou tel corps. Par une pétition du 22 mars, des ouvriers protestèrent contre le monopole de plusieurs petites sociétés de brouettiers pour le déchargement des effets des passagers des paquebots. Leur argumentation faisait référence aux principes républicains de liberté, d'égalité et de fraternité : « comme tous français que nous sommes, comme tous frères, bons citoyens, républicains pure (sic) sang nous devons avoir tous le même droit, pas plus de privilèges pour ces sociétés que pour nous. (...) nous sommes tous frères et ils [les brouettiers] vivent et nous mourrons de faim »60. Pour ces pétitionnaires, la République, si elle voulait rester fidèle à ses principes, devait imposer la liberté du travail.

  • 61 . Rapport de la commission du conseil municipal, 19 mars 1848, AMH, FM, D1 13.
  • 62 Délibération du conseil municipal, 30 mars 1848, AMH, FM, D1 13.

29Sommés de répondre à ces pétitions, parfois contradictoires, les républicains réaffirmèrent l'intangibilité des principes libéraux. Les relations entre maîtres et ouvriers devaient avoir pour fondement la notion juridique du contrat de louage, les deux seules entraves à la liberté de négociation étant les décrets du Gouvernement provisoire qui interdisaient le marchandage et fixaient la durée de la journée de travail. Le contrat était considéré comme favorable à l'ouvrier : « la liberté de transaction est une faculté d'autant plus inviolable qu'elle est à l'avantage de l'ouvrier, en ce que sauvegardant les intérêts du maître, elle tend à multiplier ses entreprises »61. Faire du contrat individuel le pivot des relations entre employeurs et employés impliquait le refus de tout système de contrôle de l'embauche. L'ouvrier devait être libre de proposer à qui il le souhaitait ses services et l’employeur de choisir l'ouvrier qui lui convenait. Ce refus d'un monopole d'embauche ne s'étendait pas au cas particulier des brouettiers. Leur organisation en société faisait qu'on reconnaissait à celle-ci le droit de passer des contrats exclusifs avec les armateurs et les consignataires pour le déchargement des bagages. Ce droit ne s'entendait qu'à bord des paquebots, propriétés privées. Une fois à terre, le passager retrouvait le droit d'embaucher qui il voulait62.

  • 63 Sur ce journal, P. Ardaillou, « Un “républicanisme du lendemain” ; Le Journal de l'arrondissement d (...)

30Ce refus de toute organisation différente du travail était partagé par la presse républicaine modérée. Le Journal du Havre et le Journal de l'arrondissement du Havre63 firent écho à la condamnation par le conseil municipal de tout ce qui pouvait remettre en cause le libéralisme. Les travaux de la commission du Luxembourg, préconisant des associations de producteurs, furent soumis à une critique passionnée.

  • 64 Journal de l'arrondissement, 11 avril 1848.
  • 65 Ibid., 16 avril 1848.
  • 66 Ibid., 7 novembre 1848.

31Un premier grief ressortait particulièrement, celui de la déresponsabilisation de l'individu. Favoriser des associations de producteurs, au nom de l'égalité, c'était « tuer l'émulation, amollir le travailleur, faire de lui une machine réglée où le feu sacré de l'intelligence s'éteint et n'a pas même un rayon d'espoir pour se rallumer »64. Une fois encore, le thème de l'émulation était au cœur de la réflexion sociale. Les républicains devaient prêcher la patience au peuple : « n'espérons pas parvenir tous, comme on nous le promet, à posséder des fermes et des châteaux : c'est là ce qu'aucun gouvernement ne pourra jamais faire, qu'il soit républicain ou monarchiste »65. Avec le temps, les ouvriers pouvaient espérer entrer dans la bourgeoisie qui était pensée comme une classe ouverte : « Qu'est-ce en effet que la bourgeoisie française, c'est le peuple arrivé à l'aisance, à l'éducation, ces conditions de bien être sans lesquelles la liberté n'est qu'un mot vide, une amère et cruelle dérision, et que le peuple acquerra à son tour, avec le concours franc et loyal que la bourgeoisie n'a jamais eu l'intention de lui refuser »66.

  • 67 Journal du Havre, 31 mars 1848.

32Le deuxième grief à l'encontre de toute organisation du travail rappelait une des préoccupations majeures des négociants havrais, l'instauration durable du libre-échange. Une fois créées, sous l'égide de l'Etat, les associations ouvrières risquaient de se voir reconnaître des monopoles économiques, ce qui conduirait au rétablissement d'un système commercial exclusif vis à vis de l'étranger67. Cela était inacceptable aux yeux de républicains modérés, proches pour la plupart du monde du négoce. L'organisation du travail était perçue comme contraire à la libre concurrence.

  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid.

33Repousser les travaux de la commission du Luxembourg ne pouvait suffire, les républicains havrais en étaient conscients. Pour résoudre la question sociale, des propositions étaient avancées dans le droit fil de la pensée libérale. La première idée était « la vie à bon marché »68, préférable à toute augmentation des salaires qui ne pouvait que renchérir le prix des marchandises et se retourner contre l'ouvrier, en entraînant une baisse de la consommation et donc de l'emploi. Critiquant, à sa manière, la réduction du salaire à « l'unité de l'existence humaine », c’est-à-dire « la substance nutritive dont l'homme a besoin pour ne pas dépérir », le Journal du Havre cherchait comment augmenter le bien être sans toucher au salaire, dont l'élasticité restait indispensable « pour suivre les mouvements naturels de la production »69. Plutôt que de prendre le problème en amont, en agissant sur les salaires, il suffisait de le prendre en aval : la diminution des taxes, qui pesaient sur la consommation, permettrait d'augmenter le niveau de vie ouvrier. Etaient dénoncés aussi bien les droits sur les boissons, le fer et le charbon de terre, que les octrois ou les tarifs douaniers.

34Loin d'être remis en cause, le libéralisme était perçu comme la solution aux problèmes sociaux. Favoriser l'émulation et supprimer tout ce qui entravait la libre circulation des marchandises devaient suffire à assurer la prospérité de tous. La réforme timide du Gouvernement provisoire, limitant la durée de la journée de travail, n'était acceptée que du bout des lèvres. Cet optimisme posa vite problème, il ne suffisait pas à assurer l'unité du camp républicain.

2. Les tentatives d'organisation d'un parti républicain. Les premières divisions

La mise en place des comités

35L'adoption, le 5 mars, du décret du Gouvernement provisoire fixant au 9 avril les élections d'une assemblée constituante, élections pour lesquelles le principe du suffrage universel avait été proclamé dès le 2 mars, fut le point de départ d'une vie politique intense. Durant un peu plus d’un mois, les Havrais, sans expérience politique pour la plupart, apprirent le métier de citoyen. Cela supposa la mise en place de structures. Au Havre comme ailleurs, les clubs et comités furent le lieu de rencontre de tous ceux qui aspiraient à participer à la préparation des élections et aux débats sur les réformes à entreprendre.

  • 70 Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale, Paris, Gallimard-La Pléiade, vol. II, p. 332-340.

36Leur évocation prête aujourd'hui à sourire. Flaubert en a dressé un tableau cruel où il met à nu le verbiage et l'emphase des orateurs, l'absence de tout ordre dans la tenue des débats, la succession de vœux pieux ou fantaisistes70. S'en tenir là serait trop réducteur. Si les clubs ont été le lieu d'expression de toutes les utopies, ils ont aussi représenté une première forme d'organisation politique et un lieu de réflexion sur le contenu à donner au nouveau régime.

  • 71 Olivier Chollet en a recensé seize pour l'agglomération (op. cit., p. 94).

37La lecture de la presse, où un compte rendu de leurs débats a été retranscrit, permet de retrouver la trace de vingt-deux clubs ou comités pour l'ensemble de l'arrondissement, dont six situés au Havre, quatre dans ses faubourgs, à Graville et Ingouville, et trois dans sa proximité immédiate, à Montivilliers et Harfleur. La différence entre les termes de club et de comité est difficile à établir : tel club est aussi appelé comité, sans que l'on puisse comprendre ce qui justifie l'emploi d'un terme ou de l'autre. C'est le mot comité qui est le plus employé. Quelquefois un comité s'adjoint un club portant le même nom, voulant séparer deux fonctions, celle qui consiste à préparer les élections, rôle du comité, et une fonction de sociabilité politique, remplie par le club. Ce flou du vocabulaire est le signe d'une effervescence moindre qu'ailleurs. La différence est très nette avec Rouen, où clubs et comités recoupent deux réalités différentes. Les clubs y sont d'ailleurs bien plus nombreux qu'au Havre, ville où on s'est plus préoccupé d'élections que de discussions doctrinales71.

  • 72 Journal de l'arrondissement, 16 mars 1848.
  • 73 Ibid., 15 mars 1848.
  • 74 Le premier est fondé dès le 25 par Blanqui (Ph. Vigier, La Seconde République, p. 14).

38Dans l'agglomération havraise, la création de comités fut, dans un premier temps, une initiative des journaux locaux. Le même jour, le 13 mars, le Courrier du Havre, partisan de Guizot avant février, fonda le Comité central de l'arrondissement, appelé aussi Club républicain de l'arrondissement, tandis que le Journal du Havre, qui avait soutenu la campagne des banquets, lança le Comité central républicain72. Le 16 mars, c'était au tour du Journal de l'arrondissement d'appeler à une réunion à Ingouville, principal faubourg du Havre, pour y créer un comité73. La séance fut présidée par le commandant de la garde nationale, preuve de l'attachement de la population à cette institution. La date peut sembler tardive, des clubs existaient depuis début mars et même fin février à Paris74. On a là une nouvelle preuve de l'absence d'effervescence révolutionnaire au Havre. Il ne s'agissait pas de créer des sociétés politiques, lieux de débats permanents, mais de mettre en place des structures pour désigner des candidats et préparer des programmes.

  • 75 Journal du Havre, 14 mars 1848.
  • 76 Charles Vesque, op. cit., vol. 3, p. 627.
  • 77 Voir les notices nécrologiques qui lui furent consacrées lors de sa mort en 1891 (AN, Flc I 176, At (...)

39Les listes des fondateurs des comités nous sont restées, permettant une étude socioprofessionnelle. Soucieuse de contrôler le déroulement des prochaines échéances électorales, la bourgeoisie négociante investit le comité le plus libéral, où quelques hommes s'affirmaient « républicains de la veille ». Sur les vingt-deux fondateurs du Comité central républicain, neuf étaient négociants ou armateurs75. On retrouve les mêmes noms que ceux désignés, un jour plus tard, par Deschamps pour siéger à la commission municipale provisoire. Le président était Charles Morlot, ancien candidat de l'opposition aux élections législatives en 1842 et 1846, et président de Comité de l'Opposition avant février. Le vice-président, l'avocat Hébert, faisait le lien avec la révolution de 1830 : il avait pris part à la défense du Journal du Havre aux côtés de Faure et Corbière, puis avait marché sur Paris comme chef d'escouade du bataillon de volontaires, ce qui lui avait valu d'être décoré en 1832 de la Croix de Juillet. Comme secrétaire, on choisit Frédéric Baron, rédacteur de l'organe de référence du négoce havrais, le Journal du Havre, et ancien secrétaire du Comité de l'Opposition en 1846. Les négociants Henry Expert et Auguste Brostrom siégeaient au bureau. L'un avait fait partie des volontaires havrais de 183076, puis avait siégé au Comité de l'Opposition. Quant à l'autre, né le 3 août 1803, fils d'un diplomate suédois en poste à Paris sous le Consulat et l'Empire, naturalisé français sous la monarchie de Juillet, il était représentatif d'une partie de la bourgeoisie havraise, protestante et d'origine étrangère. Il s'était déjà fait remarquer, en 1830, en prenant part à la défense du Journal du Havre77. Tous ces hommes venaient de l'opposition libérale à Louis-Philippe. Ayant combattu en 1830, ils s'étaient éloignés du régime dès le départ de Jacques Laffitte du ministère. À côté de ces négociants libéraux, les seuls éléments populaires étaient un peintre, deux ouvriers et le chef des brouettiers du grand corps, Fidelin. Il y avait similitude entre les lecteurs du Journal du Havre, organe du négoce, et les membres du comité.

  • 78 Manifeste du Club républicain de l'arrondissement du Havre, AMH, FM, K1 4/3.
  • 79 Voir Derek P. Scales, Alphonse Karr, sa vie et son œuvre, Paris, Droz-Minard, 1959, 135 p.
  • 80 Alphonse Martin, Histoire du Chef de Caux et de Sainte-Adresse, Brionne, Le Portulan, 1881, p. 206- (...)

40Plus conservateurs, le Club républicain de l'arrondissement et le Comité électoral d'Ingouville avaient un recrutement plus ouvert. Pour le premier, si trois membres appartenaient au barreau, dont le président et le vice-président, on y trouvait aussi des employés, des marins et surtout des artisans et ouvriers78. Le Comité électoral d’Ingouville était, lui, présidé par Alphonse Karr79. La présence de ce dernier s'expliquait ainsi : le publiciste parisien, auteur à succès, avait « découvert » Étretat dans les années 1830, puis lancé Sainte-Adresse, en 1841, date où il s'y était installé80. Il fut élu conseiller municipal de ce village de pêcheurs en 1843 et réélu en 1846. Il était proche de la rédaction du Journal de l'arrondissement qui avait reproduit de larges extraits des Guêpes. Sinon, le comité offrait une certaine diversité sociale. Les éléments populaires étaient majoritaires dans ces deux comités et les négociants pratiquement absents. Cette différence mettait à nu l'isolement du négoce havrais et la nécessité de s'adapter à la nouvelle situation créée par le suffrage universel, situation où l'appui du peuple était indispensable.

  • 81 Journal de l’arrondissement, 23 mars 1848.

41Dès le 15 mars, le Comité central républicain décidait de s'élargir aux ouvriers des métiers. Il vota l'adjonction de délégués du club des travailleurs et surtout de représentants des diverses « corporations ». Ce sont dix-neuf d'entre elles qui répondirent à l'appel. Dans les jours suivants, d'autres les rejoignirent. Dès lors, deux catégories de membres siégèrent, ceux qui étaient là de leur propre chef et ceux qui représentaient tel ou tel métier. Ce souci fut partagé par le Comité électoral d'Ingouville qui ouvrit, le 21 mars, son bureau à deux délégués par corps de métier81.

  • 82 J.-N. Chopart, op. cit., p. 88-89.
  • 83 W. Sewell, op. cit., p. 338.
  • 84 R. Gossez, op. cit., p. 34-42.

42Le terme de « délégués des corporations », tel qu'il est employé, peut prêter à confusion. Dans la liste des professions siégeant au Comité central, on trouvait d’une part des métiers qui avaient reconstitué des formes d'organisation corporative, tels les brouettiers du grand corps et les tonneliers, ou qui avaient mis en place des sociétés de secours mutuel, tels les tailleurs ou les cordonniers, et d'autre part des métiers, majoritaires, qui n'avaient jamais cherché à s'organiser, tels les journaliers-terrassiers, les employés des contributions indirectes, les ouvriers métallurgistes de l'industrie navale (ajusteurs, forgerons, modeleurs, tourneurs, chaudronniers) ou ceux du textile (fileurs, tisserands)82. Le mot recouvrait donc une réalité multiforme : étaient concernés aussi bien des métiers où existaient des pratiques d'assistance mutuelle, voire de contrôle de l'embauche et de tarif uniforme, que d'autres où l'idée de corps était toute neuve. Cette apparition sur le devant de la scène des « corporations ouvrières » était l'écho des événements parisiens où, dès fin février et surtout le 17 mars, on avait défilé par métiers, et où la Commission du Luxembourg, créée le 28 février, avait choisi de constituer ses collèges électoraux sur cette base83. Durant tout le mois de mars, pratiquement chaque métier s'était réuni en assemblée corporative84.

43Les historiens, qui ont étudié ce phénomène, ont insisté sur l'importance de cette étape dans la constitution d'une conscience ouvrière. Sa signification d'un point de vue strictement politique a moins retenu l'attention. C'est dans le cadre professionnel qu'eut lieu la politisation. Loin d'être un individu libre et autonome, chacun se détermina comme appartenant à tel ou tel métier et c'est à ce titre qu'il put être représenté dans les structures politiques en gestation. On mesure toute la distance entre la représentation politique telle que l'avaient pensée les libéraux et la réalité. L'adoption du suffrage universel ne signifiait pas le triomphe de l'individu, mais permettait l'unité sociale en intégrant dans la nation les corps qui en avaient été exclus.

  • 85 Journal du Havre, 12 et 13 mars 1848.
  • 86 Appelé aussi Société centrale démocratique des travailleurs, il se réunissait dans la salle des ass (...)
  • 87 AMH, Ingouville, 2 1 7.

44A côté des trois comités liés à des journaux, d'autres existèrent au Havre et dans ses faubourgs, sur lesquels les renseignements font défaut. Ce n'est que tardivement qu'apparut un Comité républicain démocratique, lié aux démocrates rouennais. Nous avons évoqué plus haut le club des travailleurs. Présidé par le mécanicien Martinez, il était déjà en place à la mi-mars. Les archives sont malheureusement muettes sur ses activités, comme sur ses membres. Furent aussi créés un Comité central démocratique des travailleurs à Graville, dès la première quinzaine de mars, un Comité démocratique de l'égalité à Ingouville et un Club incorruptible des douaniers et travailleurs au Havre, fin mars. Le premier aurait compté mille cinq cents adhérents soucieux de « s'éclairer mutuellement sur leurs droits et leurs devoirs »85. Il était lié au Comité central des travailleurs de Rouen86. Le second ne nous est connu que par ses démêlés avec la municipalité d'Ingouville qui, après avoir toléré ses réunions dans une salle de la mairie, l'en expulsa à la mi-avril87. Ce changement d'attitude laisse supposer que ce comité avait glissé vers des positions trop avancées aux yeux des autorités. Quant au dernier, son nom semble le situer d'emblée à l'extrême gauche. Le silence des sources ne permet malheureusement pas de comprendre quels liens entretinrent ces clubs de travailleurs avec les « corporations ouvrières ».

  • 88 Pour clore la liste signalons aussi le Comité de l'Instruction publique fondé le 23 mars au Havre p (...)
  • 89 Journal du Havre, 25 mars 1848.
  • 90 Ibid., 8 avril 1848.

45Cette multiplication des clubs et comités courant mars88 ne reposait pas sur des différences politiques tranchées. Chacun s'affirmait ouvert aux républicains de la veille comme du lendemain et prônait l'unité de tous. Celle-ci fut assez vite réalisée au profit du Comité central qui sut fédérer les républicains de l'agglomération. Nous avons vu plus haut qu'il ouvrit, dès le 15 mars, ses rangs à des délégués du Club des travailleurs. Le 24, il absorbait le Comité central de l'arrondissement et intégrait des délégués du Comité électoral d'Ingouville89. Le 7 avril, des délégués du Comité central de l'Instruction publique et du Comité démocratique d'Ingouville étaient admis comme membres de son bureau90. Pour pouvoir peser face à Rouen, il lui restait à regrouper les comités apparus dans le reste de l'arrondissement.

  • 91 Journal de l'arrondissement, 23 mars et 4 avril 1848.
  • 92 Progressif cauchois, 18 mars 1848.
  • 93 Sur ce titre, ancêtre de la presse républicaine dans le département, nous nous permettrons de renvo (...)

46L'annonce de la date des élections s'était répercutée dans l'ensemble du pays de Caux, où chaque chef-lieu de canton avait fondé un ou plusieurs comités. Dans certains cas, comme à Lillebonne et Saint-Romain, l'unanimisme fut de rigueur dès la première heure et un seul comité vit le jour91. Ailleurs, comme à Montivilliers, deux comités apparurent sans que rien ne les différencie politiquement. Ce n’est qu'à Fécamp et à Bolbec que des différences d'opinion expliquèrent l'apparition de plusieurs clubs. A Fécamp, le 15 mars, un club de l'Union républicaine, au discours démocrate, était créé par Paul Vasselin92 qui avait fondé en cette cité, dès 1841, un journal républicain, Le Progressif cauchois93. Dans le même temps, un Comité cantonal républicain au ton bien plus modéré voyait le jour. On retrouvait la même opposition à Bolbec, où un Comité démocratique, constitué le 17 mars, s'opposait à un Comité cantonal.

  • 94 Proche du commissaire du gouvernement, Frédéric Deschamps, il avait pour principaux membres Auguste (...)

47Constitués pour peser dans le processus électoral en cours, ces comités cherchèrent à qui s'affilier. Tous, à l'exception de ceux de Fécamp, se tournèrent vers le Comité centrai républicain du Havre auprès de qui ils envoyèrent des délégués. Leur rôle était de veiller à ce que la liste des candidats à la Constituante comporte des noms connus des campagnes. Le flou idéologique du comité havrais permettait à tout un chacun d'y participer. Le cas de Fécamp en est a contrario la meilleure preuve. Les deux comités fécampois, aux idées politiques marquées, préférèrent s'affilier directement aux comités rouennais dont ils se sentaient proches. Dès le 16 mars, le Comité de l'union républicaine votait son affiliation au Comité central démocratique de Rouen, qui avait pris la suite du Comité radical et où on retrouvait tous les militants avancés du département94. Le Comité électoral républicain se réclama du Comité central républicain de Rouen, proche du Journal de Rouen et présidé par l’avocat Louis-Philippe Desseaux.

La préparation des élections

48Une fois les différents comités regroupés autour du Comité central du Havre, il restait à se mettre d'accord sur une liste de candidats et sur un programme. L'adoption du scrutin de liste par département obligeait à négocier avec les comités rouennais afin d'assurer la représentation de l'arrondissement du Havre sur les listes en présence.

  • 95 Louis Gerdret, Lettre à mes concitoyens au sujet de ma coopération aux travaux du Comité central ré (...)
  • 96 Journal du Havre, 1848.
  • 97 Ibid.

49Pour trouver des candidats, la méthode retenue consista à « recevoir les communications de tous »95. Le postulant devait présenter sa candidature à une commission, puis pouvait exposer ses idées en séance plénière. Le résultat fut vite décevant et, dès le 29 mars, ce sont les dirigeants du Comité qui prirent les choses en mains, proposant deux noms, Charles Morlot et l'ouvrier Martinez96. Le premier représentait l'héritage libéral et avait été candidat de l'opposition aux élections législatives de 1842 et 1846. Quant au second, sa présence était le gage de cette union des classes si typique du printemps 1848, union motivée par l'idéal de fraternité, mais aussi la peur d'un monde ouvrier en plein essor. Comme l'expliqua le Journal du Havre, Martinez avait su, dès février, utiliser son influence sur ses semblables « dans l'intérêt de l'ordre et de la paix publique »97. Ce choix était une initiative du Comité central et non la conséquence des instructions de Ledru-Rollin aux commissaires de la République du 22 mars, qui recommandaient les candidatures ouvrières.

  • 98 Avocat, bâtonnier depuis 1835, Jules Senard avait accepté provisoirement les fonctions de procureur (...)

50Il restait à décider de la liste départementale sur laquelle ils se présenteraient. Le 11 avril, on choisit de négocier avec le Comité central républicain de Rouen qui réunissait les républicains modérés autour de Louis-Philippe Desseaux et Jules Senard, anciens organisateurs de la campagne des banquets98. Son programme, tel qu'il fut publié dans le Journal du Havre du 20 avril 1848, pouvait convenir aux négociants libéraux qui avaient pris la direction du comité havrais. Il se résumait en quelques mots :

Dévouement entier à la république ;
Recherche sincère de tout ce qui peut améliorer l'état de la société ;
Respect à la famille,
À l'héritage,
À la propriété,
À la religion ;
Admission de tous les Français aux bienfaits de l'éducation ;
Participation de tous aux avantages sociaux.

51Derrière le flou de ces grands principes, c'est l'aspect défensif qui importait : la République devait être synonyme d'ordre. L'amélioration du sort de chacun dépendait de la diffusion de l'éducation, plus que de réformes sociales. Ces dernières n'étaient acceptées qu'à condition de rejeter « toute théorie qui pourrait porter atteinte à la propriété ou à la liberté » et de n'admettre que « des améliorations de nature à concilier tous les intérêts du présent et de l'avenir ».

  • 99 Tous les quatre avaient participé au banquet réformiste de Rouen du 25 décembre 1847.
  • 100 Au Havrais Martinez étaient adjoints Théodore Lebreton, poète ouvrier rouennais, un ouvrier tonneli (...)

52La liste était un savant panachage d'anciens députés de l'opposition dynastique, avec Lefort-Gonssolin, Osmont, Levavasseur et Desjobert99, de libéraux proches du Journal de Rouen, tels Senard et Desseaux, et de représentants des corporations ouvrières100. Deux démocrates, Frédéric Deschamps et Charles Lebon, avaient été rajoutés sur la liste, preuve de la volonté affichée d'union. Le nom de Lamartine, placé en tête, devait servir de drapeau à tous ceux qui souhaitaient sincèrement une République fraternelle et modérée. Les équilibres géographiques avaient été plus ou moins respectés : dix candidats représentaient l'arrondissement de Rouen, les autres arrondissements avaient chacun droit à deux noms, à l'exception de Dieppe qui en avait trois. Seconde ville du département, Le Havre pouvait se sentir lésée.

  • 101 Démissionnèrent notamment Goudchaux, représentant sur place de F. Deschamps, et les délégués de cer (...)

53Le ralliement au comité Senard n'alla pas de soi. Il entraîna les démissions en cascade du Comité central havrais de tous ceux qui auraient préféré une entente avec le Comité démocratique de Frédéric Deschamps101. Le rêve d'unité prenait fin, mais, entre-temps, les fondateurs libéraux et modérés du Comité central républicain avaient réussi à imposer leur point de vue à la majorité des comités de l’arrondissement.

  • 102 ADSM, 4 X 97, Sociétés de secours mutuels, Le Havre, 1854-1907.

54Quant aux quelques démocrates havrais, ils créèrent tardivement le Comité républicain démocratique du Havre, dont l'influence resta très limitée faute de journal où exprimer ses idées. La liste démocrate élaborée à Rouen et dirigée par Frédéric Deschamps leur fit une petite place, en mettant en dix-septième position Ferdinand Schmidt, un capitaine au long cours par ailleurs franc-maçon, et en dix-huitième Cardou, président de la Société des calfats. Créée en 1827, cette corporation fonctionnait comme une société de secours mutuel, mais aussi une coopérative. Propriétaire des outils de travail, elle obligeait chaque sociétaire à les faire valoir en louage auprès des employeurs. Contrôlant l'embauche, elle n'admettait comme apprentis que les fils de sociétaires102.

55Chaque liste eut donc son ouvrier havrais. La comparaison de Martinez et Cardou est instructive. Le premier, mécanicien, appartenait à un inonde ouvrier encore inorganisé. Sa présence sur la liste était une concession à l'air du temps, plutôt que la volonté d'établir un dialogue d'égal à égal entre négociants et ouvriers. Le deuxième représentait le monde des ouvriers du port, où existaient des structures corporatives qui faisaient contrepoids au pouvoir des négociants et des armateurs. La place logique de Cardou était sur la liste démocrate qui prônait l'organisation du travail, déjà en œuvre chez les calfats. La participation des corporations ouvrières au Comité central avait vite montré ses limites. Les calfats n'y avaient d'ailleurs jamais participé.

  • 103 R. Lévy, « Les Idées et la Vie politique d'Alphonse Karr », Le Havre entre trois révolutions (1789- (...)
  • 104 Journal de l’arrondissement, 20 avril 1848.

56À côté des deux grandes listes, d'autres existèrent. La nouveauté du mode de scrutin expliqua l'apparition de listes concurrentes où l’on ne se préoccupa guère de représenter l'ensemble du département, ce qui était pourtant indispensable pour espérer atteindre la majorité et correspondait aux vœux du Gouvernement provisoire soucieux d’empêcher « les influences de clocher ». Le meilleur exemple de cette difficulté à intégrer les contraintes du scrutin départemental fut illustré par le Comité électoral d'Ingouville. D'abord lié au Comité central du Havre, il décida finalement de présenter sa propre liste pour des raisons de personnes. La candidature de son président, Alphonse Karr, n'avait, en effet, pas été retenue103. Le résultat fut une liste, où l’on retrouvait Lamartine, Senard et Desseaux, mais où certains candidats du reste du département avaient été rayés pour les remplacer par des habitants de l'arrondissement du Havre104. Sur dix-neuf noms, c'était le cas de six, soit un tiers. Aucun contact ne fut pris avec des comités du reste de la Seine-Inférieure, ce qui ne pouvait conduire qu'à l'échec.

  • 105 Journal du Havre, 9 et 10 avril 1848.
  • 106 Ibid, 21 avril 1848.

57Cet isolement fut aussi le cas du Club incorruptible des douaniers et travailleurs. Lors d'une assemblée de plus de deux mille personnes, la candidature socialiste de François Dominique Selle fut adoptée105. L'absence de contact avec les comités rouennais fit de cette candidature un acte isolé. Elle était le signe d'une agitation ouvrière locale, face à laquelle les républicains avaient vite paru désemparés. D'autres clubs qui n'ont pas laissé de traces, telle la Société populaire démocratique des travailleurs, publièrent des listes de candidats106.

Une première expérience du suffrage universel : les élections à la Constituante

  • 107 AN, C 1329, Élections à l'Assemblée constituante d'avril 1848.

58L'interprétation au Havre des résultats est loin d'être simple, la présence de candidatures « locales » empêchant toute comparaison satisfaisante avec le reste du département107. D'autre part, de nombreux candidats étaient communs à plusieurs listes. A Rouen, le Comité départemental républicain, dit Comité Taillet, avait repris la liste du CCR, tout en remplaçant ceux qui lui semblaient trop proches des républicains les plus radicaux par d'anciens orléanistes. Douze noms étaient communs aux deux listes.

  • 108 Marcel Boivin, L'opinion publique en Seine-Inférieure. Elections et plébiscites, 1848-1914, Rouen, (...)

59Au Havre, comme ailleurs, la participation fut forte – 73 % – et Lamartine arriva largement en tête avec 4 852 suffrages sur 5 472 votants, soit 89 %. Sur les dix-neuf premiers élus, douze appartenaient à la fois à la liste du Comité central républicain et à celle du Comité Taillet. Des six exclus par les conservateurs, seul Desseaux réussit à être parmi les dix-neuf premiers. Sinon, cinq sur les dix-neuf n'étaient candidats que sur les listes conservatrices. Reste à signaler les bons scores au Havre de deux Havrais : Alphonse Karr arrivait huitième avec 3 627 voix et le négociant Bertin dix-neuvième. L'ouvrier Martinez n'était, lui, que vingtième. Comme dans le reste du département108, la majorité des électeurs avait suivi les listes du Comité Taillet, en y incluant, parfois, Desseaux, Alphonse Karr et Bertin. Les efforts du CCR pour faire triompher au Havre la liste de son homologue rouennais avaient échoué. Les électeurs havrais avaient préféré des « républicains du lendemain » comme Victor Grandin, Germonière ou l'amiral Cécille à des républicains avancés comme Deschamps ou Charles Lebon. La peur de troubles sociaux – les événements de Lillebonne étaient dans toutes les mémoires – expliquait cet ostracisme.

60On ne le retrouvait pas dans les faubourgs du Havre. Si Lamartine restait premier, Deschamps arrivait cinquième. Les résultats y confirmaient la tendance des électeurs à panacher les diverses listes selon une logique fort éloignée de celle des comités. Parmi les dix-neuf candidats arrivés en tête, on en comptait dix présentés à la fois par le CCR et le Comité Taillet, trois ayant bénéficié de l'appui des seuls conservateurs (Cécille, Victor Grandin et Charles Dargent), un uniquement présenté par le CCR (Desseaux), un soutenu à la fois par le CCR et le CCD (Deschamps), deux ne relevant que de la liste démocrate (Paul Vasselin et l'ouvrier rouennais Davy) et, enfin, deux à la candidature purement locale, défendue par le Comité électoral d'Ingouville (Alphonse Karr et l'ouvrier charpentier de Graville, Dauphin). Analyser un tel vote, comme on le ferait d'une élection contemporaine, n'a guère de sens. Le même électeur n'avait probablement pas hésité à inscrire côte à côte les noms de candidats fort différents, comme si l'unanimisme de février restait vivant parmi la population, alors qu'au sein des comités une clarification du jeu politique avait commencé, conduisant à distinguer entre trois courants d'opinion, un plutôt conservateur, incarné par le Comité Taillet, un modéré autour du CCR, un dernier démocrate avec le CCD. Ce décalage indique, si l'en est besoin, que l'introduction du suffrage universel ne suffisait pas à faire de tout Français l'émetteur d'une opinion politique identifiable et susceptible d'être classifiée.

61Sur l'ensemble de l'agglomération, on pouvait cependant noter qu'un vote démocrate, minoritaire, avait commencé à se manifester. Quelques républicains avancés obtenaient des scores honorables : Deschamps avait 1 603 voix au Havre et 1 315 à Ingouville, Davy respectivement 1 046 et 1 006, Paul Vasselin 917 et 953. Les résultats de Selle, victime de la suspicion à son égard du CCD rouennais, étaient plus inégaux : il obtenait 461 voix au Havre, soit 8 % des votants, et 708 dans le canton d'Ingouville, soit 27 %. Ces quelques chiffres n'étaient que des indices. La multiplication des listes d'extrême gauche ne permettait pas de mesurer l'influence réelle des démocrates au Havre. Une clarification de l'échiquier politique était, là aussi, nécessaire.

62Un dernier enseignement de cette élection était la difficulté des électeurs à se plier aux règles d'un scrutin de liste départementale. On préférait voter pour des hommes que l'on connaissait plutôt que pour des idées. Très populaire dans les faubourgs du Havre, Alphonse Karr y arrivait second avec 1 982 voix, soit 77 % des votants. Il avait su depuis longtemps cultiver son image d'« ami du peuple », rappelant, à la première occasion, qu'il avait obtenu, suite à une campagne de presse, que les wagons de troisième classe de la ligne Paris-Le Havre soient couverts. Les premières élections au suffrage universel confirmaient le particularisme havrais que l’on retrouvera en février 1871. Soucieux d'affirmer l'indépendance du port de la basse Seine vis à vis de Rouen, les électeurs avaient plébiscité un candidat qui n'avait aucune chance de l'emporter. Leur vote pouvait être aussi analysé à une autre échelle géographique : Alphonse Karr avait été écarté des listes par le négoce du Havre ; voter pour lui était pour les faubourgs une manière d'affirmer leur existence face à la ville et à ses élites. Les républicains locaux, favorables par principe au scrutin départemental, seul apte à éviter que le vote soit influencé par les intérêts de clocher, se retrouvaient en porte-à-faux vis à vis de la population, dont les motivations électorales avaient du mal à s'extraire du contexte local.

  • 109 AN, C 1329, Élections à l'Assemblée constituante d'avril 1848.

63L'isolement du Havre vis à vis du reste de l'arrondissement était aussi une leçon à méditer. Dans les cantons ruraux de Montivilliers, Criquetot, Goderville et Saint-Romain, les électeurs avaient suivi les consignes du Comité Tail let. A chaque fois, les dix-neuf premiers élus étaient les candidats du comité conservateur109. L'échec des consignes du CCR était patent : à Goderville, Deschamps n'obtenait que 59 voix, à Saint-Romain 149. Là aussi, la présence de candidats locaux, comme le maire d'Ingouville Boisgérard, rendait difficile une interprétation plus fine des résultats. La multiplication des listes avait sans doute conduit à voter pour celle soutenue par les notables locaux, sans que l'on puisse parler d'un choix définitif pour telle ou telle tendance.

64Tout cela ne peut que conduire à relativiser la signification politique de ces premières élections au suffrage universel. Elles n'avaient pas permis que de véritables courants d'opinion se dégagent. Si une partie de l'opinion avait pris peur dès le lendemain de février, des traces de l'unanimisme républicain persistaient. Ce n'est qu'une fois les élections à la Constituante passées qu'il fut possible d'y voir plus clair. Les élections complémentaires de juin permirent une première recomposition de l'échiquier politique local.

3. Vers l'affirmation de deux courants : conservateurs et modérés

Une première clarification du jeu politique : les élections complémentaires de juin 1848

65Provoquées par la démission de Lamartine – rappelons qu'il avait été élu dans dix départements-, et des ouvriers Martinez et Dobremel, ces élections confirmèrent l'isolement des démocrates au Havre et l'attachement d'une partie sensible de la population à une République modérée. Organisées dans un climat plus tendu que les précédentes – les troubles de Rouen après l'annonce des résultats du scrutin d'avril avaient frappé l'opinion-, elles étaient un premier pas vers une différenciation nette entre modérés et conservateurs, ces derniers relevant de plus en plus la tête. Un fossé s'élargissait, aux yeux des comités et de la presse, entre ceux qui voulaient le maintien d'une République modérée et ceux qui commençaient à réfléchir à d'autres solutions. Chez les électeurs, par contre, la différence n'était pas toujours perçue.

  • 110 Journal du Havre, 25 mai 1848.
  • 111 Ibid., 2 juin 1848.

66C'est dès la fin mai que la date de ces élections fut connue. Le Comité central républicain du Havre choisit le négociant Henry Expert pour remplacer l'ouvrier Martinez110. L'époque, où il importait de faire une place aux représentants des ouvriers, était déjà loin. Le programme d’Expert marquait un tournant alors que jusqu'ici un certain flou avait existé, les différences entre conservateurs, républicains modérés et républicains démocrates n'ayant jamais été réellement explicitées. Les événements, entre autres les émeutes de Rouen en avril, permettaient de tracer la ligne de partage entre ces diverses opinions. La profession de foi d'Expert était un vibrant éloge d'une République éloignée de la réaction comme des « souvenirs sanglants de 93 »111.

67Présentée par le Comité central républicain du Havre et soutenue par le Journal du Havre et le Journal de l'arrondissement, la candidature d'Expert trouva place sur la liste du comité Senard, aux côtés de celles de Desseaux et du manufacturier Loyer. La presse conservatrice, dont le Courrier du Havre, soutint les candidatures de Charles Dupin, de Loyer et, surtout, d'Adolphe Thiers qui, battu en avril dans les Bouches-du-Rhône, cherchait à retrouver un siège à l'Assemblée. Quant aux démocrates, traumatisés par les émeutes de Rouen, ils ne présentèrent pas de liste au niveau départemental, ce qui n'empêcha pas le nom de Deschamps d'être porté sur certains bulletins.

Tableau 1. Résultats des élections complémentaires du 4 juin 1848 (% des votants)

Canton d’Ingouville

Canton du Havre

A. Thiers

48,4 %

58,5 %

Loyer

43,8 %

49,6 %

Dupin

21,5 %

26,8 %

Expert

59,2 %

64,9 %

Desseaux

39,0 %

37,1 %

Deschamps

2,8 %

0,7 %

  • 112 38,6 % et 34 % exactement (AN, C 1329, Élections complémentaires de juin 1848).
  • 113 Ph. Vigier, La Seconde République dans la région alpine, op. cit., p. 285.

68Le premier enseignement du scrutin fut la forte baisse de la participation. Un peu plus d'un tiers des électeurs inscrits se déplacèrent au Havre et à Ingouville112. L'engouement pour le suffrage universel était déjà fini. On peut y voir deux explications : l'absence de liste démocrate et surtout la disparition de toute candidature ouvrière. La comparaison avec les cantons ruraux du pays de Caux ou d'autres départements français indique les limites de ce mode de raisonnement. La participation avait presque autant chuté dans les campagnes des alentours et, dans un département comme le Vaucluse, elle fut de 36 %, score identique à ceux de l'agglomération havraise113. La lassitude avait sans doute une grande part dans la désaffection des électeurs.

69Les résultats en pourcentage des votants pour les cantons du Havre et d'Ingouville montraient, eux, que la coupure établie entre républicains modérés et conservateurs restait floue pour les électeurs. Si le score d'Expert pouvait être lu comme le soutien d'une majorité à une République modérée, le score de Thiers contrebalançait cette première impression. Un conservateur, ancien ministre de Louis-Philippe, pouvait tout autant faire l'affaire. Surtout, ce vote était une nouvelle preuve des difficultés à accepter les contraintes du scrutin de liste départemental. Dupin, comme Desseaux, faisaient les frais du refus de voter pour des Rouennais, qu'ils soient conservateurs ou républicains. Le score d'Expert était visiblement gonflé par la volonté de voir un Havrais défendre les intérêts de la ville. On mesurait les limites du suffrage universel tel qu'il avait été mis en place après février : le scrutin départemental n'empêchait pas les intérêts locaux de se manifester. L'idée d'un électeur se déterminant uniquement sur des idées restait utopique.

70Les résultats au niveau de l'arrondissement confirmaient le tournant conservateur de l’électorat. Adolphe Thiers regroupait plus de la moitié des voix dans tous les cantons, à l'exception de Lillebonne. La peur et le souci de l'ordre l'avaient emporté. Seuls deux cantons, Montivilliers et Saint-Romain firent bon accueil à Expert. L’influence des modérés havrais hors du Havre et de ses faubourgs restait très limitée.

Le retour du négoce orléaniste aux responsabilités

71L'adoption du suffrage universel s'étendit aussi aux scrutins locaux, souvent négligés par les historiens parce que moins politisés. Une occasion s'offrait de tester les conséquences de la réforme du scrutin : les citoyens se sentiraient-ils concernés par l'élection des conseils municipaux et des conseillers généraux, alors que les élections de juin venaient de montrer la rapidité de la désaffection vis à vis des scrutins nationaux ? l'augmentation considérable du nombre d'électeurs permettrait-elle un renouvellement des notables locaux au profit de républicains sincères ?

72Prévues pour le 31 juillet 1848, les élections municipales étaient marquées au Havre par une augmentation sensible du nombre d'électeurs potentiels : 1 222 étaient inscrits en 1846, environ 7 728 deux ans plus tard, soit un chiffre multiplié par un peu plus de six. La participation ne fut pas à la hauteur des espoirs mis dans l'adoption du suffrage universel. Le taux de 37,6 % confirmait le désintérêt d'une partie des habitants.

  • 114 André-Jean Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), op. cit, p. 1117-1123.

73Les résultats illustraient le chemin parcouru depuis le mois de mars, où la participation des toutes les classes à la vie publique avait été prônée. Sur 27 élus, plus des deux tiers appartenaient au monde du négoce et de la banque qui marquait ainsi son retour en force. C’était pratiquement la même proportion qu’à l’époque de la monarchie de Juillet. Aucun ouvrier, mais aussi aucun commerçant ou artisan n'avait été élu. L'adoption du suffrage universel n'avait rien changé : une élite de négociants continuait à siéger au conseil municipal et les nouveaux électeurs n'avaient pas réussi à s'y faufiler. Ce retour des notables n'avait rien de spécifique au Havre : on le retrouvait dans la plupart des grandes villes françaises114.

  • 115 Journal du Havre, 29 juillet 1848.
  • 116 Procès-verbal de l'élection supplémentaire des 16 et 17 août 1848, ADSM, 3 M 1037.
  • 117 Rapport du sous-préfet, 28 août 1848, ADSM, 1037. La démission d'Expert, peu de temps après, condui (...)

74Pour les républicains, le bilan était maigre. L'absence d'une tendance démocrate organisée expliquait que seuls les modérés s'étaient intéressés à ce scrutin. Le Journal du Havre, sentant le vent tourner, avait proposé une liste très ouverte, où d'anciens orléanistes côtoyaient des républicains modérés, comme Ferrère, Morlot, Expert ou Brostrom, et deux ouvriers115. Finalement, seuls trois membres du Comité central furent élus, Expert, avec près de 88 % des voix, Hébert et Brostrom. Ferrère, qui le présidait depuis la fin du printemps, était battu. Les républicains devaient compter avec une majorité conservatrice, formée d’anciens orléanistes. Sur les vingt-sept élus, quatorze siégeaient à l'hôtel de ville avant les journées de Février, dont Adrien Lemaistre, ancien maire, Césaire Oursel, président du Tribunal civil et ancien partisan de Guizot, et Farell O'Reilly, président du Tribunal de commerce. C'étaient eux qui avaient recueilli le plus grand nombre de suffrages. Refusant cette évolution, Expert, Hébert et démissionnèrent aussitôt. De nouvelles élections organisées le 9 août entraînèrent la réélection d'Expert et l'échec de Hébert, Brostrom et Ferrère116. Obligé de tenir compte de cet éloignement des républicains les plus convaincus du conseil municipal, le sous-préfet proposa comme nouvelle administration de conserver Jules Ancel comme maire avec pour adjoints Expert et Gustave Pasquier, capitaine au long cours117.

  • 118 Il n'y avait que vingt-trois conseillers municipaux avant février. On a donc un pourcentage de réél (...)
  • 119 Journal du Havre, 31 juillet et 1er août 1848.

75Dans les faubourgs, la même stabilité était perceptible. Sur les vingt-sept élus d'ingouville, dix-sept étaient déjà conseillers municipaux avant février. Les trois quarts des membres de l'ancien conseil municipal retrouvaient leurs sièges118. À Graville, le renouvellement était plus important : seuls 30 % des conseillers de la monarchie de Juillet restaient en place. L'existence d'une commission provisoire, entre mars et juillet, pouvait expliquer une rupture plus marquée avec le passé. Cela dit, seuls cinq membres de cette commission sur quinze réussirent à se faire élire fin juillet119.

  • 120 Liste des membres du conseil municipal de Graville-Sainte-Honorine, 7 septembre 1848, AN, Flb II Se (...)
  • 121 Arrêté du commissaire du gouvernement provisoire, 18 mars 1848, ADSM, 3 M 1007. A cette première li (...)

76La répartition socioprofessionnelle des conseillers élus dans les deux communes montrait le poids des élites locales. À Graville120, commune majoritairement ouvrière, on ne trouvait aucun élu ouvrier, mais un tiers de propriétaires, un quart de négociants et courtiers, et un quart d'industriels. Les principaux entrepreneurs de la commune avaient été élus : François Mazeline, constructeur de machines à vapeur, Charles Saglio, propriétaire d'une raffinerie de sucre, Édouard Duroselle, directeur de l'établissement du gaz français, Jules Clouet, fabricant de produits chimiques, ou Louis Lepage de la fonderie Lepage Aîné et Cie. Comparé à la commission municipale provisoire nommée par Deschamps121, le nouveau conseil leur faisait une bien meilleure place. L'unique ouvrier, Martinez, disparaissait, ainsi que l'instituteur et les deux douaniers. Ces élus étaient des hommes mûrs : leur âge moyen était de 52 ans et la moitié avait atteint la cinquantaine.

  • 122 Tableau des membres du conseil municipal, 13 octobre 1848, AN, Flb II Seine-Inférieure 15.

77À Ingouville122, le négoce arrivait en tête, suivi des propriétaires et rentiers. Ces deux catégories regroupaient plus de la moitié des élus. Le conseil comportait quelques grands noms de la bourgeoisie protestante, représentatifs des habitants de la côte : Frédéric de Coninck et son cousin, Édouard Monod, auxquels on pouvait adjoindre le maire Édouard de Boisgérard. Cela n'empêchait pas l'ouverture du conseil à quelques ouvriers : deux charpentiers, un fondeur et un chaufournier.

78Dans les deux communes, les républicains modérés semblaient dominer. Un pointage précis des conseillers républicains est très aléatoire, mais l'élection de telle ou telle personnalité fournit un indice. À Graville, Louis Vidal, membre du bureau du Comité central républicain, était arrivé premier avec 95 % des voix. À Ingouville, les résultats étaient plus décevants : le maire « républicain du lendemain » Boisgérard n'était élu qu’en onzième position, avec 63 % des suffrages. On retrouvera certains élus, tels de Frédéric de Coninck ou Édouard Monod, parmi les partisans de Cavaignac. Plus ouvrier, le faubourg de Graville avait voté plus unanimement pour un républicain, mis en place de surcroît par Deschamps.

79Ces résultats en demi-teinte au Havre et dans ses faubourgs montraient, quelques semaines après le très bon score de Thiers, la difficulté des républicains modérés à continuer à occuper le devant de la scène. Le soutien des ouvriers faisait cruellement défaut au Havre même. Quant à la bourgeoisie négociante, la partie la plus sensible au discours sur l'ordre préférait voter pour des conservateurs éprouvés.

80Après les déceptions des élections municipales de l'été 1848, le vote pour le renouvellement des conseils généraux et d'arrondissement offrit aux républicains une nouvelle occasion ratée de s'implanter, tandis que les anciens notables orléanistes ou légitimistes réussirent à maintenir leur domination sur ces instances. L’affrontement fut feutré, ces élections étant présentées le plus souvent comme « apolitiques ».

81Au Havre et à Ingouville, le scrutin opposa des républicains modérés et des conservateurs, la différence entre les deux étant parfois encore floue. Après les municipales ce fut une seconde étape dans le rétablissement des notables de la monarchie de Juillet aux dépens des républicains des comités. Sur les quatre élus du Havre et des faubourgs aux conseils général et d'arrondissement, seul Vidal appartenait au Comité central. Tous les autres avaient servi le précédent régime. Ils l'emportaient sur deux dirigeants du Comité central républicain, Hébert et Brostrom, et sur le poète Alphonse Karr. Les classer dans le camp des ennemis de la République serait pourtant aller trop vite en besogne. Rien n'indique qu’ils n’étaient pas prêts à se contenter d'une République modérée en ce second semestre de l'année 1848, alors que la répression des journées de juin avait été conduite par un républicain, Cavaignac. Ne brûlons pas les étapes en considérant que tout conservateur, partisan de l'ordre, est forcément déjà hostile à la République. Un vote du conseil général montra que diverses évolutions restaient possibles et que le régime pouvait encore trouver des appuis.

  • 123 Procès-verbal de la 13e séance du conseil général, 4 décembre 1848, AN, Flc V SeineInférieure 6. Ce (...)

82Lors de la séance du 4 décembre, un vœu fut présenté par Cavé, ancien directeur des Beaux-Arts sous Louis-Philippe. Il demandait que « l'Assemblée Nationale impose par un décret aux conseils généraux l'obligation de se réunir immédiatement et sans convocation le jour où les pouvoirs constitutionnels seraient renversés, et de se concerter avec les autorités civiles et militaires pour prendre toutes les mesures nécessaires au rétablissement de l'ordre et à la défense des lois »123. Il s'agissait d'éviter qu'à l'avenir le peuple parisien puisse dicter, par une révolution, sa volonté à la province. Les conseils généraux devaient être le fer de lance du refus des départements de se laisser imposer un nouveau changement de régime. Si le fond ne posa aucun problème, c'est l'introduction du décret qui fut l'objet de la discussion. On y faisait allusion aux trois derniers « attentats » subis par le pays, ce qui semblait mettre sur le même plan février, mai et juin 1848. L'orléaniste Estancelin se chargea de lever toute ambiguïté en s'étonnant que l'on puisse considérer que « la révolution du 24 février n'a pas été un attentat ».

  • 124 Pour le poste de président. Barbet, ancien maire de Rouen et pair de France, avait été élu avec 37 (...)

83Cette attitude provocatrice entraîna le dépôt par Frédéric Deschamps d'un amendement, reformulant le vœu afin que le terme « attentat » ne puisse être compris que comme une allusion à mai et à juin 1848. C'était rappeler que pour les républicains le soulèvement contre la monarchie de Juillet était légitime, mais, qu'une fois le suffrage universel adopté, toute insurrection contre le pouvoir légal devenait un « attentat ». Le résultat du vote fut serré : l'amendement ne fut repoussé que par 15 voix contre 16. Le soutien à la République continuait à déborder les rangs des seuls démocrates et républicains des comités, très minoritaires au sein du conseil général124. Votèrent pour quelques légitimistes, mais aussi les élus conservateurs du Havre, Oursel et Jules Ancel. Anciens orléanistes, ils continuaient ainsi à apporter leur aval au renversement de la monarchie de Juillet. S'ils étaient d'accord avec Cavé ou Estancelin sur la nécessité de maintenir l'ordre, cela ne supposait pas la condamnation définitive de la République. Ces conservateurs n’hésitèrent pas sur ce point à apporter leur soutien à Frédéric Deschamps qu'ils avaient rendu responsable, quelques mois plus tôt, des émeutes de Rouen.

4. L'aggravation de la question sociale. Les émeutes d'octobre 1848

84Confrontés au retour des notables locaux, les modérés durent aussi faire face à une nouvelle aggravation de la situation sociale qui mettait de plus en plus en cause leur optimisme des premières semaines. En octobre 1848, des émeutes frumentaires éclatèrent à Fécamp, puis au Havre. Si les faits prirent très vite une coloration politique dans la cité des Terre-Neuvas, à la Porte océane l'absence d'un courant démocrate organisé permit de circonscrire les faits.

  • 125 Rapport du commandant de gendarmerie du Havre du 21 octobre 1848, inséré dans « Troubles de Fécamp. (...)
  • 126 ADSM, 3 M 380, Élections cantonales des 27 août et 3 septembre 1848.

85Les événements du Havre ne furent que l'écho de ceux de Fécamp. Un rappel de la situation de cette ville s'impose, d'autant que la comparaison des attitudes politiques est riche d'enseignements si l'on veut saisir l'originalité du Havre, ville au républicanisme modéré. A Fécamp, dès le début des années 1840, avait existé un noyau radical autour du Progressif cauchois de Paul Vasselin. Au printemps 1848, un clivage très net entre deux camps, « celui de la république, dite rouge, assez nombreux parmi la classe des ouvriers, et celui de celle dite modérée »125, s'était affirmé. L'administration provisoire nommée par Deschamps représentait le premier camp : Théagène Boufart, commandant de bataillon de la garde nationale depuis 1840 et négociant-armateur, était devenu maire ; il avait pour adjoints Joachim Michel et Paul Vasselin, soit l'imprimeur et le directeur du Progressif cauchois. Aux municipales de juillet, les électeurs confirmèrent le choix de Deschamps, plaçant Boufart huitième, Michel onzième et Vasselin seizième des élus du premier tour. Les élections cantonales d'août furent une preuve supplémentaire de l'adhésion d'une partie des Fécampois au camp démocrate : 54 % des votants élirent Théagène Boufart conseiller général et 61 % Joachim Michel conseiller d'arrondissement126.

  • 127 Correspondance entre de Vincent et Senard, AN, Flb II Seine-Inférieure 14.
  • 128 Progressif cauchois, 18 octobre 1848.

86La nomination définitive de la municipalité ne fut pas sans poser problème : le préfet, Hippolyte Dussard, souhaitait le maintien de Boufart et Michel par respect du suffrage et par peur d'indisposer la population, tandis que Senard, ministre de l'Intérieur depuis les journées de juin, s'appuyant sur le sous-préfet du Havre de Vincent, était soucieux de favoriser ses amis locaux, très hostiles au Progressif cauchois127. Un arrêté du 30 septembre trancha : Jacques Huet, filateur, républicain modéré, élu cinquième, fut nommé maire. Il était flanqué de deux adjoints conservateurs. Cette décision fut bien évidemment mal ressentie des électeurs de Boufart et Michel. Le 15 octobre, jour de l'installation de la nouvelle administration, le « parti avancé » organisa un banquet de la garde nationale, en reconnaissance pour l'action de l'ancienne municipalité. Deux cents à trois cents personnes y portèrent des toasts en hommage à la liberté, l'égalité et la fraternité. La soirée s'acheva par une sérénade, donnée par la musique de la garde aux membres de l'administration déchue128. La dispersion de cette réunion fut ponctuée de quelques cris hostiles contre les nouveaux maire et adjoints.

  • 129 Les principales sources pour l'étude de ces émeutes sont le mémorandum de Dussard (voir n. 125), ai (...)
  • 130 On trouve la trace de cette rumeur dans les déclarations des principaux inculpés. Peutêtre l’existe (...)

87C'est dans ce contexte politique agité et surtout bien plus polarisé qu'au Havre qu'eurent lieu les émeutes frumentaires d'octobre 1848. Le 16 octobre, une foule estimée à deux mille individus se porta sur le quai Bérigny pour empêcher le départ d'un navire chargé de farines, destinées à l'exportation vers l'Angleterre129. Une rumeur courait depuis la veille au soir, affirmant qu'un décret avait paru interdisant les exportations de blés et de farines130. Malgré les admonestations du maire et des adjoints, la foule prit sur elle de décharger le navire. L'absence de la garde nationale, dont le maire avait hésité à battre le rappel, car il la considérait comme peu sûre, favorisa cette opération.

  • 131 Progressif cauchois, 18 octobre 1848.

88Le 17 octobre, le sous-préfet et le procureur du Havre, arrivés la veille à la tête de trois compagnies du 69e de ligne, essayèrent de battre le rappel de la garde nationale sans grand succès ce qui conduisit à remettre à plus tard toute opération visant à rétablir l'ordre. Dans le même temps, des groupes d'ouvriers firent le tour des fabriques et réussirent, ici et là, à faire cesser le travail. Ce n'est que le 18 grâce à l'arrivée de secours venus de Rouen que les farines purent être rembarquées. Le déploiement de force – trois mille cinq cents hommes auraient été dépêchés sur Fécamp131 – suffit à faire rentrer les ouvriers dans les fabriques.

  • 132 Rapport du procureur du Havre, 19 octobre 1848, AN, BB 30/365.
  • 133 Le Républicain du Havre, 20 octobre 1848. Sur ce journal démocrate, voir plus loin p. 85. Son analy (...)

89Commencés à Fécamp, les troubles s'étendirent au Flavre. De retour le 19 octobre, le procureur y trouva « la population en émoi et disposée à arrêter deux navires anglais chargés de pommes de terre »132. Le doublement, en quinze jours, des cours de ce produit, à la base de l'alimentation populaire, avait suffi à inquiéter une foule qui avait encore à l'esprit les prix très élevés de 1847. Le rappel de la garde nationale posa, comme à Fécamp, quelques problèmes : « les compagnies se réunissaient mal, peu nombreuses ; – car, il faut le dire, l'esprit général de la population est que les ouvriers ont raison en s'opposant à la sortie des grains »133. Seule l'intervention de deux ou trois compagnies d'infanterie et de la douane, qui chargèrent à la baïonnette, permit de dégager les deux sloops anglais. L'arrivée par chemin de fer de renforts rouennais rétablit définitivement le calme.

  • 134 Progressif cauchois, 18 octobre 1848.

90Pour maintenir la mobilisation populaire, le Progressif cauchois avait dès le 18 appelé à signer une pétition, ainsi rédigée134 :

Citoyens représentants,
En présence de l'augmentation croissante du prix du blé sur nos marchés ;
Nous souvenant de la misère qui nous a atteints pendant la dernière disette ;
Voyant les blés et les farines, produits du sol français, expédiés journellement à l'étranger ;
Craignant que les spéculateurs anglais à la solde peut-être des ennemis de la République ne cherchent à l'affamer ;
Nous venons vous supplier de vouloir bien demander au pouvoir exécutif un décret d'urgence qui, sous le plus bref délai, interdise toute exportation de grains, légumes et autres vivres.
Nous avons déjà beaucoup souffert cette année, mais nous tenions à cœur de ne pas entraver la jeune République par des plaintes incessantes. Aujourd'hui, le temps presse, le froid arrive et avec lui le manque de travail ; nous nous adressons pleins de confiance à ceux qui, émanant du peuple, lui doivent défense et protection.
Salut et fraternité.

91Le Républicain du Havre reprit cette initiative, annonçant, dès le 22 octobre, plus de trois mille signatures.

  • 135 ADSM, 3U 2 1322.

92Si les événements semblent proches à Fécamp et au Flavre, leur traduction politique fut toute différente, le républicanisme des deux cités n'ayant pas la même coloration. C'est à Fécamp que la défection de la garde nationale prit le plus d'ampleur. L'étude des dossiers des prévenus de coalition et de résistance et rébellion envers des officiers ministériels montre la participation de nombreux gardes nationaux aux émeutes135. Sur 18 prévenus, 14 appartenaient à la garde nationale. Deux étaient sous-officiers et un caporal. Au Havre, aucun des dix prévenus ne semble avoir appartenu à la garde.

93L'étude des professions des inculpés n'indique pourtant pas de grande différence entre Le Havre et Fécamp. On peut seulement noter la présence de quelques artisans et d'un imprimeur dans cette dernière cité. Sinon, plus des deux tiers sont des journaliers et des ouvriers. On retrouve la même proportion au Havre. D'autres indices montrent les similitudes entre les inculpés des deux villes : l'âge moyen des inculpés est de 33 ans à Fécamp et de 30 ans au Havre. La moitié des inculpés fécampois sont natifs de la ville. Il en est de même au Havre.

94L’appartenance ou non à la garde nationale s'explique donc par une politique de recrutement différente dans les deux villes. A Fécamp, le recrutement fut très large : sur les onze journaliers et manœuvres inculpés, dix sont gardes nationaux. Pourtant, sept ne savent ni lire et écrire ; un sait seulement signer ; quant au dernier, son instruction sommaire lui a permis de devenir sergent. La précarité de l'existence de ces hommes ne fait guère de doute : l'un d'entre eux a déjà subi une condamnation pour mendicité en réunion et plusieurs sont employés aux ateliers communaux mis en place dans la côte de la Vierge. Cette indigence les empêche d'être armés, mais tous expliquèrent lors de leur interrogatoire qu'un fusil leur était confié pour leur tour de garde.

  • 136 Procès-verbal d'arrestation, 10 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.
  • 137 Le fond des propos ne permettait guère de le traîner devant un tribunal. Dès le 14 avril, un non-li (...)
  • 138 Ancien officier de gendarmerie, il était le directeur de l'hôtel Frascati.
  • 139 Louis Brindeau, Les événements de 1870-1871 au Havre, Le Havre, 1909-1912, vol. I. p. 239.

95Au Havre, le recrutement de la garde nationale était resté plus limité. Les républicains n'avaient pas souhaité élargir l'accès à la milice citoyenne, comme l'avaient montré plusieurs incidents, survenus tout au long de l'année 1848. Le 10 avril, par exemple, un dénommé Claude Forissier avait été arrêté et inculpé pour avoir tenu « dans les lieux publics des propos incendiaires et séditieux tendant à surexciter le mécontentement des ouvriers »136. Commis de négociant, âgé de 45 ans et demeurant à Ingouville, il avait réclamé l'intégration des ouvriers dans la garde nationale137. Une pétition fut envoyée le 22 avril 1848 à la municipalité rappelant l'impossibilité pour de nombreux ouvriers de s'habiller à leurs frais, alors que Brédart138, colonel de la garde, avait pris un ordre du jour rendant obligatoire l'uniforme qui comportait un pantalon bleu foncé à bandes rouges, une tunique bleu foncé à une rangée de boutons, avec col, épaulettes et boutons blancs, un shako noir avec double pompon rouge portant, sur le devant, une cocarde tricolore et le coq gaulois, et un ceinturon blanc139. Les ouvriers souhaitaient que la ville avance les fonds nécessaires pour qu'ils puissent acquérir cette tenue coûteuse. Ils protestaient aussi contre les horaires de l'exercice : prévu à sept heures du matin, il risquait de faire perdre son ouvrage à celui qui s'y rendrait. Cette pétition resta sans réponse. Un article du Journal du Havre du 3 juillet 1848, alors que les journées de juin étaient dans toutes les mémoires, donna crûment l'explication de ce refus d'élargir le recrutement : « il faut que la République des honnêtes gens ait son armée permanente, sa phalange sacrée ». Cela ne faisait pas pour autant de la garde nationale une force contre-révolutionnaire : son sceau représentait un faisceau coiffé d'un bonnet phrygien, entouré des attributs de la victoire (lauriers, drapeaux, canon, tambour). La référence à la Première République était claire. Simplement, la défense de la République n'avait plus lieu aux frontières, mais sur le front intérieur, contre ceux qui voulaient subvertir l'ordre social, risquant d'emporter le régime avec.

Figure 2. L’uniforme et le sceau de la garde nationale du Havre

  • 140 Sur les réticences des républicains modérés à l'égard du bonnet phrygien : Maurice Agulhon, Mariann (...)
  • 141 Michel Pastoureau, « Le coq gaulois », Les Lieux de mémoire, t. III : La France, vol. 3 : De l'arch (...)

96Notons, en passant, qu’au Havre la présence d'un bonnet phrygien ne semblait guère poser problème à des républicains pourtant fort modérés et fiers d'avoir participé à la répression des journées de juin140. Le coq gaulois sur le shako de l'uniforme était lui plus susceptible de faire l'unanimité et de servir d'emblème aux orléanistes déçus ralliés à la République : il avait été imposé par Louis-Philippe, par une ordonnance du 6 août 1830, au cimier des drapeaux de la garde nationale ; après avoir été écarté par le maréchal Soult, en 1845, il avait retrouvé une place de premier choix en 1848, le gouvernement provisoire le promouvant comme signe vénéré de la République141.

  • 142 Leurs noms n'apparaissent d’ailleurs jamais dans les interrogatoires des inculpés.

97Cette vision très différente de la garde nationale, considérée à Fécamp comme la milice citoyenne par excellence et au Havre comme l'armée des « honnêtes gens », résumait deux républicanismes fort éloignés l'un de l'autre. Au Havre, la peur du peuple l'avait peu à peu emporté chez les notables bleus sur l'unanimisme des débuts. Après l'échec des émeutes du 19 octobre, seul le Républicain du Havre, au faible tirage, se fit l'écho du mécontentement en reproduisant la pétition du Progressif cauchois. Aucun des principaux dirigeants républicains ne prit la défense des inculpés. À Fécamp, la rupture entre bleus et rouges était très nette dès l'automne 1848. Les démocrates, qui bénéficiaient d'un appui populaire, avaient pourtant du mal à contenir l'impatience de leurs troupes. L'absence de toute poursuite contre les dirigeants démocrates suffit à établir que la décision d’empêcher le chargement des farines avait été prise en leur absence142. Si un quelconque motif avait pu permettre de poursuivre Vasselin, nul doute que l'autorité judiciaire l'eût utilisé.

98Ces émeutes laissèrent des traces au Havre, comme à Fécamp. Elles avaient mis en lumière le glissement de plus en plus net de la majorité des républicains havrais vers un souci de respect de l'ordre et avaient montré le clivage entre eux et une partie de la population. Les résultats des élections de décembre furent la traduction de cette évolution.

5. Les élections présidentielles de décembre 1848 : point d'orgue du courant bleu ou soutien circonstanciel à Cavaignac ?

99Fixée aux 10 et 11 décembre 1848, l'élection du président de la République retint très vite l'attention des républicains havrais, conscients de l'enjeu. L'élu ne devait-il pas être un Washington français, chargé de fonder durablement la République ?

  • 143 AMH, FM, K1 4/1, Élection présidentielle. 1848.
  • 144 Sa composition nous est connue par un tract appelant à voter Cavaignac (BM de Montivilliers, non co (...)

100Dès le 29 novembre, un Comité électoral était créé pour promouvoir la candidature du général Eugène Cavaignac qui avait sauvé Paris des « étreintes de la barbarie »143. Présidé par Expert, il regroupait pour plus d'un tiers des négociants, mais aussi quelques représentants des autres catégories de la population : avocats, notaires et médecins, capitaines au long cours, commerçants, commis et ouvriers144. Personne n'était oublié, preuve que l'unanimisme de mars n'était pas effacé. La composition de ce comité n'était pas très éloignée de celle du Comité central républicain sur deux points : la domination des négociants, la présence de quelques ouvriers. L'évolution de la Seconde République et, notamment, la répression de juin n'avait pas définitivement coupé les ponts entre une partie des ouvriers et les républicains modérés. Sur les quatre membres du Comité électoral, on trouvait deux représentants de corporations : le chef des brouettiers du Grand Corps, Fidelin, et un calfat, Ternon. Ce corps de métier avait pourtant soutenu en avril la liste Deschamps, son président y figurant. Appuyait aussi la candidature de Cavaignac l'ouvrier-chef Stanislas Coeuilte, surveillant des ateliers municipaux et symbole de l'ouvrier raisonnable.

101L'étude des noms montre cependant une évolution. Seuls neuf membres du Comité électoral, soit un cinquième, avaient participé au CCR. Quelques absents avaient glissé vers le camp démocrate, comme Goudchaux, mais beaucoup d'autres s'étaient par lassitude détournés de l'action politique. A l'opposé, d'anciens orléanistes, qui s'étaient tus en mars, renouaient avec la vie publique, tel Henri Delaroche, fils de l'ancien député libéral.

  • 145 AN, Fl8 500G et ADSM, 2 T 125. Ce titre est consultable à la BN (JO 1814).
  • 146 Le Républicain du Havre, 1er décembre 1848.

102En plus de l'action de ce comité qui fit imprimer plusieurs tracts, Cavaignac put compter sur le soutien de deux journaux, le Journal du Havre et le Journal de l'arrondissement. Louis-Napoléon dut se contenter de l'appui du Courrier du Havre, tandis que Ledru-Rollin disposa du Républicain du Havre et du Progressif cauchois. Fondé le 17 septembre 1848 par Charles Furet, le Républicain du Havre voulait défendre les idées démocrates et être « l'organe spécial des travailleurs, l'interprète de leurs besoins et de leurs intérêts moraux et matériels »145. Trihebdomadaire, il survécut jusqu'au 24 décembre 1848, date de son départ pour Rouen et de sa transformation en Républicain de la Seine-Inférieure. Financé en partie par des républicains modérés, il avait failli apporter son soutien au vainqueur de juin : le 21 novembre, huit actionnaires sur quinze présents avaient révoqué Charles Furet pour imposer une ligne favorable à Cavaignac. Une nouvelle assemblée générale avait effacé ces décisions huit jours plus tard et décidé d'un soutien sans faille à Ledru-Rollin146.

  • 147 AN, BII 1030, Élection présidentielle des 10 et 11 décembre 1848, Seine-Inférieure ; ADSM, 3 M 209, (...)

103Les résultats furent à l'image des soutiens reçus par chacun des candidats147. La remontée du taux de participation indiqua l'intérêt pour cette élection, après les forts taux d'abstentions lors des élections municipales et cantonales : 68 % des électeurs au Havre et 85 % dans le canton d'Ingouville se déplacèrent. En choisissant le suffrage universel pour l'élection du président, la Constituante avait trouvé le moyen de redonner le goût du vote à la majorité des Havrais.

Tableau 2. Résultats des élections présidentielles des 10 et 11 décembre 1848 en % des votants

Cantons

L.N. Bonaparte

Cavaignac

Ledru-Rollin

Ingouville

48,9 %

40,1 %

9,9 %

Le Havre

37,1 %

51,9 %

9,0 %

Total arrondissement

47,5 %

44,1 %

7,2 %

Total département

78,8 %

16,8 %

3,5 %

104Si Louis-Napoléon l’emportait dans les faubourgs, Le Havre vota à la majorité absolue Cavaignac. Ledru-Rollin n'obtint lui qu'un score médiocre, ne dépassant pas les 10 %, soit un peu plus que sa moyenne française. L'originalité havraise était dans le score de Cavaignac, bien supérieur à la moyenne départementale (17 %) ou nationale (19 %). Ce particularisme ne s'arrêtait pas aux portes du Havre, on retrouvait un bon score de Cavaignac dans les cantons les plus proches, Montivilliers, Criquetot et Saint-Romain, ce qui lui permettait d'atteindre les 44 % sur l'ensemble de l'arrondissement.

  • 148 André-Jean Tudesq, L'élection présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte, 10 décembre 1848, Paris, (...)

105Ce vote du Havre en faveur de Cavaignac, à l'instar d'autres régions périphériques, telles la Basse-Provence ou la Haute-Bretagne, avait déjà retenu l'attention d'André-Jean Tudesq et de Maurice Agulhon148. À côté des suffrages de légitimistes hostiles aux Bonaparte, Cavaignac avait pu compter sur les voix des milieux d'affaires, par peur du retour des guerres et reconnaissance à celui qui avait maintenu l'ordre en juin. L'avaient placé en tête Marseille, Le Havre, Lille et les quartiers négociants de Nantes. Son score était important tout autant dans les IIe et IIIe arrondissements de Paris qu’à Mulhouse et Colmar. Ce vote a été, le plus souvent, considéré comme transitoire, la bipolarisation de la vie politique, dès 1849, conduisant les régions qui avaient soutenu Cavaignac à se ranger soit du côté blanc soit du côté rouge. Le haut négoce, satisfait de la reprise partielle des affaires dès la mi-décembre 1848, aurait rallié très vite le camp du nouvel occupant de l'Élysée.

  • 149 AMH, FM, K1 4/1.

106Cette analyse semble, à première vue, bien s'appliquer au Havre. Nous avons indiqué plus haut que le comité favorable à Cavaignac comprenait une forte minorité de négociants. Un « appel du commerce du Havre », adressé à la France entière, avait été publié le 7 décembre : il conjurait « tous les commerçants français, les fabricans (sic), industriels, marins, agriculteurs, chefs d'ateliers et ouvriers, tous les membres en un mot de la grande famille des travailleurs (...) de voter, comme nous, pour le général Cavaignac »149. Plus de trois cents personnes le signèrent, dont la plupart des négociants, armateurs et courtiers de la place. La liste des premières signatures faisait apparaître les noms des principales maisons de commerce : F. Perquer et fils ; Ferrère et Morlot ; Delaroche, Armand Delessert et Cie ; Viel, Durand et Cie ; Monod frères ; Quesnel frères et Cie ; F. de Coninck et Cie ; pour n'en citer que quelques-unes. Les orléanistes côtoyaient les républicains modérés.

107Les arguments évoqués relevaient de la logique commerciale. Après plusieurs mois de crise, marqués par l'arrêt des armements et des exportations et la méfiance de l'étranger pour les expéditions vers l'hexagone, un début de retour à la confiance et de reprise des activités maritimes et commerciales s'était fait sentir depuis juin. L'annonce de la candidature de Louis-Napoléon, faisant planer la menace d'un retour aux guerres, avait tout remis en cause : « les ventes se ralentirent, les armements diminuèrent, tous les projets d'opérations furent, de nouveau, ajournés, les dispositions de l'étranger à notre égard changèrent subitement ». Voter Cavaignac, c'était remercier celui qui en sauvant l'ordre avait permis un début fragile de reprise, c'était surtout voter contre le rejeton d’une dynastie qui avait provoqué la ruine du commerce havrais quarante ans auparavant.

  • 150 ADSM, 3 M 210, Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851.
  • 151 Gisela Geywitz, Das Plebiszit von 1851 in Frankreich, Tübingen, J.C.B. Mohr, 1965, p. 107.

108Les intérêts commerciaux furent-ils les seuls à jouer, faisant de ce vote une péripétie sans suite ? Rien de moins sûr : l'hostilité à Louis-Napoléon d'une partie notable du négoce havrais perdura bien au-delà du vote des 10 et 11 décembre, même quand la reprise économique eut ramené la prospérité. Les 20 et 21 décembre 1851, il y eut encore 1 567 Havrais, soit 17 % des inscrits, à dire non au coup d'Etat, tandis que 41 % s'abstenaient150. C'était beaucoup plus que les 6 % de non ou les 18 % d'abstentions au niveau national151. À cette date, pourtant, la répression des soulèvements provinciaux identifiait le nouveau régime au maintien de l'ordre. Cette ingratitude peut laisser penser que d'autres motifs intervinrent dans le soutien du négoce au général Cavaignac. La lecture de la presse, mais aussi des tracts du Comité électoral, montre d'autres arguments, plus politiques, qui composaient les fondements du discours bleu, tel qu'il existait après onze mois de République.

  • 152 Journal de l'arrondissement, 7 décembre 1848.
  • 153 AMH, FM, K1 4/1.
  • 154 Sur la problématique de l'arrêt définitif du cycle révolutionnaire : François Furet, Terminer la Ré (...)

109L'idée reprise inlassablement était simple : voter Cavaignac, c'était stabiliser le régime, mais aussi mettre fin à un cycle révolutionnaire commencé soixante ans plus tôt. Comme l'expliquait le Journal de l'arrondissement : « Avec lui, l'ère des révolutions se ferme, et la démocratie fonde pacifiquement son organisation »152. Dans son manifeste, le Comité électoral reprit la même formulation : « son avènement à la présidence de la République fermera l'abîme des révolutions »153. On retrouvait là un des thèmes essentiels de la pensée politique de la première moitié du XIXe siècle, la volonté d'arrêter l'Histoire, de clore un cycle commencé en 1789. Dix-huit ans plus tôt, Guizot et les doctrinaires avaient espéré y arriver grâce à la monarchie parlementaire et au sacre des capacités. L'Histoire leur ayant donné tort, la République apparut aux déçus de Juillet 1830 seule capable de remplir cette mission154. Les bleus du Havre en décembre 1848 s'inscrivaient au cœur de la tradition libérale française. Ce souhait d'une vie politique pacifiée, où les conflits disparaîtraient, s'accompagnait d'une difficulté à penser la pluralité et donc la démocratie : l'idéal était l'arrêt du débat politique, au profit d'une gestion sage et modérée de la République.

  • 155 Journal de l'arrondissement, 30 novembre 1848.
  • 156 Ibid., 7 novembre 1848.
  • 157 P. Rosanvallon, op. cit, p. 107-120.

110Le scrutin d'avril avait montré à ces modérés que le suffrage universel pouvait aider à fonder une République « sage, juste et modérée, assise sur d'inébranlables bases »155. Loin d'être crainte, la décision d'y recourir pour l'élection du président fut bien accueillie. Soupçonné autrefois d'ouvrir la voie au désordre, le suffrage universel apparut finalement profitable à la bourgeoisie. Dans un article sur le rôle de cette dernière dans la République, le Journal de l'arrondissement rassura ses lecteurs : « Pour quiconque ne veut pas seulement s'en tenir aux apparences, le suffrage universel, loin de limiter l’influence de la bourgeoisie, l'étend et l'affermit au contraire. L'expérience, les lumières, les connaissances pratiques de la bourgeoisie, lui assurent pour longtemps encore la prépondérance et une influence décisive dans les affaires, dans le gouvernement du pays, en usant de son influence dans l'intérêt de tous, en se faisant le guide et l'initiatrice des classes populaires »156. Là aussi, il n'y avait pas de rupture fondamentale avec les intentions des libéraux de la monarchie de Juillet, faire de la bourgeoisie une nouvelle « aristocratie »157. Simplement, le suffrage universel était repensé et n'apparaissait plus comme un obstacle. Il était, au contraire, l'occasion de faire légitimer par l'ensemble des Français le rôle que la bourgeoisie entendait jouer au sein d'une République. Si plus tard l'expression de « République bourgeoise » prit un sens péjoratif, il n'en était rien en décembre 1848.

111Bourgeoise, la République devait être un régime fort. Le refus d'un régime présidentiel, tel que l'avait exprimé à la tribune Jules Grévy, était loin d'être partagé. Si on rejetait les accusations de dictature lancées par la presse démocrate à l'encontre de Cavaignac, on ne cessait de s'en remettre à lui et à lui seul pour sauver la Patrie des menaces de guerre civile. Son élection semblait capable de régler tous les problèmes du moment. Parmi ceux qui le soutenaient, beaucoup avaient connu le système présidentiel américain grâce à leurs relations commerciales ou parce qu'ils avaient vécu outre-Atlantique. Édouard Boisgérard, maire d'ingouville et membre du Comité électoral, était un bon exemple de ces influences : né à Charleston de parents français, il avait séjourné vingt ans aux États-Unis, avant de s'installer négociant au Havre. Nommé maire par Louis-Philippe en 1843, il avait dès fin février rejoint le camp des républicains modérés. Quand de tels hommes plaçaient tout leur espoir en Cavaignac, on peut supposer que l'idée d'avoir trouvé un « Washington français » leur venait naturellement à l'esprit. C'était déjà la référence de Lamartine quand il s'était prononcé devant la Constituante pour un système présidentiel. La différence avec les républicains havrais portait sur le nom de celui appelé à être un Washington français !

112Le soutien à Cavaignac du négoce havrais ne peut donc se résumer à un phénomène purement transitoire qui s'expliquerait par des intérêts commerciaux. Si cela a joué, cette candidature fut aussi l'occasion d'exprimer l’adhésion à une République bourgeoise, dotée d'institutions présidentielles, et seule capable de clore le cycle révolutionnaire, en se tenant à égale distance de la réaction et de « l'anarchie » démocrate.

  • 158 La composition des sections de vote d'après l'ordre alphabétique rend impossible une analyse plus f (...)

113Cette attitude ne fut pas partagée que par l'élite des négociants. Leur vote ne suffirait pas à expliquer les 52 % du Havre et 44 % de l'arrondissement. Le Comité électoral était assez représentatif de l'ensemble de la population, comportant même quatre ouvriers, ce qui laisse supposer qu'une grande partie des Havrais adhérait à cette vision de la République158. Le score plus faible de Cavaignac dans les faubourgs indiquait, par contre, que l'attrait pour la légende napoléonienne était plus fort parmi les ouvriers. C'est à Graville-l'Eure, c’est-à-dire dans le faubourg le plus pauvre et le plus industriel, que Louis-Napoléon arrivait nettement en tête avec 56 % des voix contre 32 % à Cavaignac, tandis qu'à Ingouville, à la population beaucoup plus mélangée, le sauveur de Juin frôlait la majorité absolue. La difficulté des républicains modérés à convaincre des bienfaits d'une République libérale les ouvriers restait leur talon d'Achille. Quant aux campagnes proches, elles suivirent l'exemple du Havre et non de Rouen qui avait voté pour Louis-Napoléon, preuve d'une certaine influence, pour une fois, des notables havrais dans les cantons de Montivilliers, Criquetot et Saint-Romain.

Carte 3. Le score de Cavaignac aux élections présidentielles de décembres 1848 ( % des suffrages experimés)

Carte 3. Le score de Cavaignac aux élections présidentielles de décembres 1848 ( % des suffrages experimés)

114Après plus de dix mois de République, celle-ci gardait donc toutes ses chances auprès de l'opinion havraise, à condition de s'identifier à un régime d'ordre, à mi-chemin des extrêmes et libéral en économie. La victoire écrasante de Louis-Napoléon au niveau national changea toutes les données.

115L'espoir d'une République durablement installée devint bien incertain. Il restait pourtant au courant bleu quelques années à vivre avant que la répression le fasse taire temporairement.

Notes

1 L'année 1848 au Havre avait fait l'objet, en son temps, d'une étude succincte de Roger Lévy : « L'année 1848 au Havre », La Révolution de 1848, mai-juin 1911, p. 125-140.

2 Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire, t. 3, p. 25-27.

3 Journal du Havre, 21 février 1848.

4 J.-P. Chaline in M. Mollat dir., Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 366-367.

5 Le 25 février, le Gouvernement provisoire avait décidé le rétablissement du drapeau bleu-rouge-blanc de 1792, mesure qui fut abandonnée le 7 mars. Cf. Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard-Archives, 1975, p. 117-128.

6 ADSM, 3 M 581.

7 Journal du Havre, 3 et 4 mars 1848.

8 À Dieppe, un arrêté du 11 mars 1848 nomma Charles Lebon, frère de l'ancien dirigeant de la Société des Droits de l'Homme et du Citoyen, Napoléon Lebon. A Yvetot, le choix du pharmacien Ulysse Guillemard s'imposa de lui-même.

9 ADSM, 4 K.P 159.

10 Roger Lévy, « Un commissaire de police assassin en 1848. L'affaire Riancourt », La Révolution de 1848, t. IX, 1912-1913, p. 21-40.

11 AMH, FM, K1 7.

12 A Rouen, dès le 24 février, des républicains avaient été adjoints au conseil municipal. Le 28, F. Deschamps avait dissous l'ancien conseil et imposé une administration démocrate (Jacques Toutain, La Révolution de 1848 à Rouen, Paris, René Debresse, 1948, p. 49-57 ; J.-P. Chaline éd., Deux bourgeois en leurs temps. Documents sur la société rouennaise du XIXe siècle, Rouen, Société d'Histoire de la Normandie, 1977, p. 121). À Lyon, quelques heures après la proclamation de la République, une commission provisoire était mise en place (Ph. Vigier, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hachette, 1982, p. 96-98).

13 Journal du Havre, 1er mars 1848.

14 Louis Desgraves et Georges Dupeux, Bordeaux au XIXe siècle, t. VI de l'Histoire de Bordeaux, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1969, p. 151.

15 Il était normalement composé de vingt-sept membres, mais deux places étaient vacantes {Almanach du commerce du Havre, Le Havre, impr. du Commerce, 1848, p. 236).

16 J. Toutain, op. cit., p. 55 ; J.-P. Chaline éd.. Deux bourgeois en leurs temps..., p. 122. On y trouvait aussi un tiers d'anciens opposants de la Gauche dynastique et un tiers de démocrates. Au Havre, vu le peu d'importance voire l'inexistence de ces derniers, leur entrée à l'hôtel de ville était impossible.

17 Lettre de Lemaistre à Frédéric Deschamps, 15 mars 1848, ADSM, 3 M 1037.

18 Rapport de Ch. Berthelot à F. Deschamps, ADSM, 3 M 1037.

19 Ch. Vesque, op. cit., vol. 2, p. 542-543. Jules Ancel était né en 1812 au Havre. Après des études au collège Stanislas, il avait pris la direction de la maison de commerce Ancel et Cie. Il avait été élu conseiller municipal le 8 août 1846 et nommé adjoint le 1er novembre de la même année.

20 J. Toutain, op. cit., p. 55. Achille Lemasson avait été carbonaro dès l'âge de seize ans, puis avait participé à la fondation du journal La Réforme. Durand-Neveu était un ancien combattant d'avril 1834. Sur Buchet-Bellanger, voir ci-dessus p. 41.

21 ADSM. 3 M 1068, Élections municipales, Ingouville, an VIII-1850.

22 Journal de l'arrondissement, 23 mars 1848. Eyriès devait finalement démissionner à la mi-avril. Il fut remplacé par le républicain Louis Vidal, courtier et membre du bureau du Comité central républicain (Journal de l'arrondissement, 16 avril 1848).

23 J. Toutain, op. cit., p. 56-57 ; J.-P. Chaline in M. Mollat dir., Histoire de Rouen, p. 366-367 ; J.-P. Chaline, « Rouen au milieu du XIXe siècle, la révolution de 1848 », Connaître Rouen, III, 1976, 16 p.

24 Lillebonne des origines à nos jours, Ouvrage collectif, Lillebonne, Maury, 1989, p. 183-186. Sur l'industrie cotonnière à Bolbec et Lillebonne : S. Chassagne, Le coton et ses patrons..., p. 568-581 ; Claude Fohlen, L'industrie textile sous le Second Empire, Paris, Plon, 1956, p. 193-203.

25 Journal du Havre, 1er mars 1848.

26 Rapport du procureur général Senard, 1er avril 1848, AN, BB 18/1461.

27 Brouillon des attendus du jugement contre Lefebvre et consorts, sans date, ADSM, 3U2/1321.

28 Journal du Havre, 29 février 1848.

29 Voir p. 65.

30 Journal du Havre, 2 avril 1848.

31 Ibid.

32 M. Braunstein, « En route vers l'Amérique : les émigrants allemands au Havre », Annales de Normandie, mars 1991, p. 29-48.

33 Délibération du conseil municipal, 26 février 1848, AMH, D1 13.

34 Ibid., 18 mars 1848.

35 Ce tarif était, au départ, assez généreux : c'était autant que ce que percevaient les ouvriers des ateliers nationaux, soit bien plus que les secours habituellement consentis dans les chantiers de charité (Ph. Vigier, La Seconde République, op. cit., p. 21).

36 Délibération du conseil municipal, 23 mars 1848 ; Journal du Havre, 26 et 27 mars 1848.

37 Journal du Havre, 23 mars 1848.

38 Ibid., 18 mars 1848.

39 Ibid., 23 mars 1848.

40 Journal de l'arrondissement, 23 mars 1848.

41 L'ouvrier Martinez était venu l'affirmer devant le conseil municipal au nom de la classe ouvrière du Havre (Délibération du conseil municipal. 18 mars 1848, AMH, FM, D1 13).

42 Délibération du conseil municipal, 6 avril 1848, AMH, AMH, D1 13.

43 Journal du Havre, 8 avril 1848.

44 Procès-verbal du commissaire de police du Havre, 14 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.

45 Journal de l'arrondissement, 11 avril 1848.

46 Déposition de François Dominique Selle, 12 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.

47 L'arrestation de Selle suffit à calmer les esprits. Dès le 12, les travaux reprenaient.

48 Rapport du 12 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.

49 La Tribune du Peuple, 14 avril 1848.

50 On trouvera de larges extraits de ces pétitions dans J. Legoy, op. cit., p. 137-140.

51 Pétition des ouvriers charpentiers, s.d. [mars 1848], AMH, FM., F2 7.

52 Ce fut le cas dès le décret du 2 mars 1848 du Gouvernement provisoire, mais son application laissa visiblement à désirer.

53 Pétition des journaliers du port, s.d. [mars 1848], AMH, FM, F2 7.

54 Les premiers demandaient, « vu le peu de travaux en cours d'exécution », une baisse des horaires pour partager l'emploi entre tous. Les seconds reprenaient l'idée d'une médaille numérotée. Voir AMH, FM, F2 7.

55 En fait, les brouettiers pouvaient aussi véhiculer les marchandises en camions et charrettes. Possesseurs du moyen de transport, ils eurent de plus en plus recours à une équipe de journaliers, voire à des charretiers et des voituriers, et devinrent peu à peu des petits patrons. Cf. Claudine Tetrel, « Les travailleurs du port du Havre, 1815-1852 », Bulletin de la Société libre d'Emulation de Seine-Maritime, 1995, p. 7-12.

56 Dans le cas présent, il s'agit de manutentionnaires de marchandises en fûts et caisses.

57 Almanach du commerce, 1848, p. 166-169 et 170.

58 AMH, FM, F2 7 ; Jean-Noël Chopart, Le fil rouge du corporatisme..., p. 60-63.

59 Rémi Gossez, Les ouvriers de Paris. L'organisation, 1848-1851, Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848 (t. XXIV), 1967, p. 111-146. Voir aussi, W. Sewell, Gens de métiers et révolutions..., p. 343-355.

60 Pétition au Commissaire de l'arrondissement, 22 mars 1848, AMH, FM, F2

61 . Rapport de la commission du conseil municipal, 19 mars 1848, AMH, FM, D1 13.

62 Délibération du conseil municipal, 30 mars 1848, AMH, FM, D1 13.

63 Sur ce journal, P. Ardaillou, « Un “républicanisme du lendemain” ; Le Journal de l'arrondissement du Havre, 1848-1851 », Études Normandes, 1993, no l, p. 57-72. Fondé en juin 1838, et imprimé à Ingouville, le Journal de l'arrondissement du Havre était lu par des boutiquiers ou des petits rentiers des faubourgs du Havre et des bourgs du Caux occidental. Partisan de Guizot en février 1848, il tourna casaque dès la fin du mois et se rallia à une République modérée.

64 Journal de l'arrondissement, 11 avril 1848.

65 Ibid., 16 avril 1848.

66 Ibid., 7 novembre 1848.

67 Journal du Havre, 31 mars 1848.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale, Paris, Gallimard-La Pléiade, vol. II, p. 332-340.

71 Olivier Chollet en a recensé seize pour l'agglomération (op. cit., p. 94).

72 Journal de l'arrondissement, 16 mars 1848.

73 Ibid., 15 mars 1848.

74 Le premier est fondé dès le 25 par Blanqui (Ph. Vigier, La Seconde République, p. 14).

75 Journal du Havre, 14 mars 1848.

76 Charles Vesque, op. cit., vol. 3, p. 627.

77 Voir les notices nécrologiques qui lui furent consacrées lors de sa mort en 1891 (AN, Flc I 176, Attributions de noms de rue, 1883-1892 ; AMH, FC, K3 22, Funérailles de conseillers municipaux en exercice ou retirés, 1878-1948).

78 Manifeste du Club républicain de l'arrondissement du Havre, AMH, FM, K1 4/3.

79 Voir Derek P. Scales, Alphonse Karr, sa vie et son œuvre, Paris, Droz-Minard, 1959, 135 p.

80 Alphonse Martin, Histoire du Chef de Caux et de Sainte-Adresse, Brionne, Le Portulan, 1881, p. 206-208.

81 Journal de l’arrondissement, 23 mars 1848.

82 J.-N. Chopart, op. cit., p. 88-89.

83 W. Sewell, op. cit., p. 338.

84 R. Gossez, op. cit., p. 34-42.

85 Journal du Havre, 12 et 13 mars 1848.

86 Appelé aussi Société centrale démocratique des travailleurs, il se réunissait dans la salle des assises du Palais de justice de Rouen (O. Chollet, op. cit., p. 96).

87 AMH, Ingouville, 2 1 7.

88 Pour clore la liste signalons aussi le Comité de l'Instruction publique fondé le 23 mars au Havre pour regrouper instituteurs et professeurs de collège, et le Club républicain de la garde nationale de Graville.

89 Journal du Havre, 25 mars 1848.

90 Ibid., 8 avril 1848.

91 Journal de l'arrondissement, 23 mars et 4 avril 1848.

92 Progressif cauchois, 18 mars 1848.

93 Sur ce titre, ancêtre de la presse républicaine dans le département, nous nous permettrons de renvoyer le lecteur à notre thèse (op. cit., vol. 1, p. 78-89).

94 Proche du commissaire du gouvernement, Frédéric Deschamps, il avait pour principaux membres Auguste Bachelet, Achille Lemasson, Léon Salva (O. Chollet, op. cit., p. 93).

95 Louis Gerdret, Lettre à mes concitoyens au sujet de ma coopération aux travaux du Comité central républicain du Havre, Le Havre, H. Brindeau, 1848, p. 8.

96 Journal du Havre, 1848.

97 Ibid.

98 Avocat, bâtonnier depuis 1835, Jules Senard avait accepté provisoirement les fonctions de procureur général.

99 Tous les quatre avaient participé au banquet réformiste de Rouen du 25 décembre 1847.

100 Au Havrais Martinez étaient adjoints Théodore Lebreton, poète ouvrier rouennais, un ouvrier tonnelier, Weidner, et un tisserand, Dobremel.

101 Démissionnèrent notamment Goudchaux, représentant sur place de F. Deschamps, et les délégués de certaines corporations.

102 ADSM, 4 X 97, Sociétés de secours mutuels, Le Havre, 1854-1907.

103 R. Lévy, « Les Idées et la Vie politique d'Alphonse Karr », Le Havre entre trois révolutions (1789-1848), Paris, É. Leroux, 1912, p. 123-147.

104 Journal de l’arrondissement, 20 avril 1848.

105 Journal du Havre, 9 et 10 avril 1848.

106 Ibid, 21 avril 1848.

107 AN, C 1329, Élections à l'Assemblée constituante d'avril 1848.

108 Marcel Boivin, L'opinion publique en Seine-Inférieure. Elections et plébiscites, 1848-1914, Rouen, CRDP, 1971, p. 11.

109 AN, C 1329, Élections à l'Assemblée constituante d'avril 1848.

110 Journal du Havre, 25 mai 1848.

111 Ibid., 2 juin 1848.

112 38,6 % et 34 % exactement (AN, C 1329, Élections complémentaires de juin 1848).

113 Ph. Vigier, La Seconde République dans la région alpine, op. cit., p. 285.

114 André-Jean Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), op. cit, p. 1117-1123.

115 Journal du Havre, 29 juillet 1848.

116 Procès-verbal de l'élection supplémentaire des 16 et 17 août 1848, ADSM, 3 M 1037.

117 Rapport du sous-préfet, 28 août 1848, ADSM, 1037. La démission d'Expert, peu de temps après, conduisit à son remplacement par le négociant républicain Alexandre Bertin (Arrêté d'Eugène Cavaignac, président du conseil, 30 octobre 1848, AMH, K1 7).

118 Il n'y avait que vingt-trois conseillers municipaux avant février. On a donc un pourcentage de réélus de 74 %. Cf. Journal du Havre, 31 juillet et 1er août 1848.

119 Journal du Havre, 31 juillet et 1er août 1848.

120 Liste des membres du conseil municipal de Graville-Sainte-Honorine, 7 septembre 1848, AN, Flb II Seine-Inférieure 15.

121 Arrêté du commissaire du gouvernement provisoire, 18 mars 1848, ADSM, 3 M 1007. A cette première liste de 16 noms, il convient d'ajouter quatre conseillers désignés le 30 mars pour représenter la section de l'Eure, oubliée initialement par Deschamps.

122 Tableau des membres du conseil municipal, 13 octobre 1848, AN, Flb II Seine-Inférieure 15.

123 Procès-verbal de la 13e séance du conseil général, 4 décembre 1848, AN, Flc V SeineInférieure 6. Ce voeu avait déjà retenu l'attention de A.-J. Tudesq (op. cit., p. 1130).

124 Pour le poste de président. Barbet, ancien maire de Rouen et pair de France, avait été élu avec 37 voix sur 47 présents, alors que Deschamps n'avait recueilli que 4 voix.

125 Rapport du commandant de gendarmerie du Havre du 21 octobre 1848, inséré dans « Troubles de Fécamp. Explications du préfet, 14 décembre 1848 », AN, Flb I 158/40. Ce mémorandum de 24 pages, rédigé par le préfet Dussard et inséré dans son dossier personnel, est une tentative de justification de son attitude durant les événements.

126 ADSM, 3 M 380, Élections cantonales des 27 août et 3 septembre 1848.

127 Correspondance entre de Vincent et Senard, AN, Flb II Seine-Inférieure 14.

128 Progressif cauchois, 18 octobre 1848.

129 Les principales sources pour l'étude de ces émeutes sont le mémorandum de Dussard (voir n. 125), ainsi que les rapports du procureur du Havre, arrivé sur place dès le 16 octobre (AN, BB 30/365), et les interrogatoires des principaux inculpés (ADSM, 3 U 2/1322).

130 On trouve la trace de cette rumeur dans les déclarations des principaux inculpés. Peutêtre l’existence d’un tel décret ne fut-elle invoquée qu’après coup par les personnes arrêtées pour essayer de minimiser la gravité de leurs actes ?

131 Progressif cauchois, 18 octobre 1848.

132 Rapport du procureur du Havre, 19 octobre 1848, AN, BB 30/365.

133 Le Républicain du Havre, 20 octobre 1848. Sur ce journal démocrate, voir plus loin p. 85. Son analyse des réticences de la garde nationale à intervenir nous est confirmée par le procureur (Rapport du 19 octobre 1848, AN, BB 30/365).

134 Progressif cauchois, 18 octobre 1848.

135 ADSM, 3U 2 1322.

136 Procès-verbal d'arrestation, 10 avril 1848, ADSM, 3 U 2/1320.

137 Le fond des propos ne permettait guère de le traîner devant un tribunal. Dès le 14 avril, un non-lieu fut prononcé en sa faveur.

138 Ancien officier de gendarmerie, il était le directeur de l'hôtel Frascati.

139 Louis Brindeau, Les événements de 1870-1871 au Havre, Le Havre, 1909-1912, vol. I. p. 239.

140 Sur les réticences des républicains modérés à l'égard du bonnet phrygien : Maurice Agulhon, Marianne au combat, l'imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, p. 106-110.

141 Michel Pastoureau, « Le coq gaulois », Les Lieux de mémoire, t. III : La France, vol. 3 : De l'archive à l'emblème, dir. Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1992, p. 508-539.

142 Leurs noms n'apparaissent d’ailleurs jamais dans les interrogatoires des inculpés.

143 AMH, FM, K1 4/1, Élection présidentielle. 1848.

144 Sa composition nous est connue par un tract appelant à voter Cavaignac (BM de Montivilliers, non coté).

145 AN, Fl8 500G et ADSM, 2 T 125. Ce titre est consultable à la BN (JO 1814).

146 Le Républicain du Havre, 1er décembre 1848.

147 AN, BII 1030, Élection présidentielle des 10 et 11 décembre 1848, Seine-Inférieure ; ADSM, 3 M 209, Élection présidentielle des 10 et 11 décembre 1848.

148 André-Jean Tudesq, L'élection présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte, 10 décembre 1848, Paris, Armand Colin, 1965, p. 227 ; du même, Les grands notables en France, p. 1167-1180 ; Maurice Agulhon, 1848 ou l'apprentissage de la République, t. 8 de la Nouvelle Histoire de la France contemporaine, Paris, Seuil, nelle édition, 1992, p. 98.

149 AMH, FM, K1 4/1.

150 ADSM, 3 M 210, Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851.

151 Gisela Geywitz, Das Plebiszit von 1851 in Frankreich, Tübingen, J.C.B. Mohr, 1965, p. 107.

152 Journal de l'arrondissement, 7 décembre 1848.

153 AMH, FM, K1 4/1.

154 Sur la problématique de l'arrêt définitif du cycle révolutionnaire : François Furet, Terminer la Révolution. De Louis XVIII à Jules Ferry (1814-1880), Paris, Histoire de France-Hachette, 1988. Sur les intentions et l'échec de Guizot, Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard. 1985.

155 Journal de l'arrondissement, 30 novembre 1848.

156 Ibid., 7 novembre 1848.

157 P. Rosanvallon, op. cit, p. 107-120.

158 La composition des sections de vote d'après l'ordre alphabétique rend impossible une analyse plus fine du scrutin qui prendrait en compte les différences sociologiques selon les quartiers.

Table des illustrations

Légende Figure 2. L’uniforme et le sceau de la garde nationale du Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Carte 3. Le score de Cavaignac aux élections présidentielles de décembres 1848 ( % des suffrages experimés)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search