Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Première Partie. Les balbutiements de Marianne

Chapitre 1. Une tradition libérale

Texte intégral

1Avant les années 1830 parler de républicains au Havre n'aurait pas grand sens. Le mot a disparu du vocabulaire. Retrouver les racines du républicanisme havrais suppose une approche qui ne soit pas prisonnière des étiquettes. C'est dans la tradition libérale, telle qu'elle se met en place dès la Restauration, qu'on doit chercher les prémices d'idées reprises plus tard sous d'autres appellations. Cela suppose de rester prudent : le libéralisme ne conduit pas forcément au républicanisme. Il peut expliquer dans le cas du Havre l'apparition d'un climat favorable plus tard à l'émergence d'autres idées.

1. L'apparition d'un courant libéral dès la Restauration

  • 1 Voir Francis Dernier, « Relecture de la Restauration », 1848, révolutions et mutations au XIXe sièc (...)

2Ville de négoce, Le Havre fut d'abord séduite par une Restauration qui proposait de mettre fin au prohibitionnisme et de moderniser le pays1. L'évolution, après 1820, vers un régime s'appuyant prioritairement sur la propriété foncière, éloigna les Havrais. Le retour à un catholicisme intransigeant accentua ce détachement.

La fin de l'Empire accueillie avec soulagement

  • 2 John Dunne et Jérôme Decoux, Grands notables du Premier Empire, Seine-Inférieure, Paris, Éd. du CNR (...)

3Très touché par le blocus continental, Le Havre accueillit avec soulagement la chute de l'Empire, voyant dans le retour des Bourbons non le risque d'une réaction, mais l’espoir d’une paix indispensable à la reprise des affaires. Il ne faisait qu'emboîter le pas à Bordeaux, première ville française à applaudir le duc d'Angoulême, le 12 mars 1814. La phrase prêtée, à l'annonce de l'abdication de l'Empereur, à Jacques François Begouen, ancien député du bailliage de Caux en mars 1789, conseiller d'État et chevalier d’Empire, « le bonheur, c'est la paix »2, traduisit le sentiment de l'élite des négociants havrais.

  • 3 « Correspondance du sieur Laurent, commis de négociant, sur la façon de vivre au Havre, sur les hab (...)
  • 4 Lettre du sieur Laurent du 12 avril 1815.
  • 5 « État nominatif des individus condamnés pour motifs politiques », octobre 1815décembre 1816, ADSM, (...)

4La population semblait partager cette lassitude après plus de vingt ans de guerre. Dans les lettres qu'il envoyait régulièrement à sa mère3, le sieur Laurent, employé de commerce chez Charles-Nicolas Brostrom, a décrit le peu d'enthousiasme à l'annonce du retour de Napoléon aux Tuileries le 20 mars 1815. Relatant le lancement d'une frégate de 45 canons début avril, il mettait en garde sa mère contre la propagande : « Sans doute qu'il en sera question dans les journaux, si on dit qu'on a crié vive l'Empereur, n'en crois rien, cela serait exactement faux. On a au contraire entendu plusieurs cris de vive le roi. Le conseil municipal de la ville a refusé expressément de voter une adresse à Bonaparte »4. Quand, fin 1816, le préfet dressa un « État nominatif des individus condamnés pour motifs politiques », c'est-à-dire pour des cris hostiles aux Bourbons et favorables à l'Empereur déchu ou le port d'emblèmes impérialistes ou patriotes, la différence entre Le Havre et Rouen fut très nette : quatre-vingt-dix individus, sur un total de 146 avaient été arrêtés au chef-lieu du département, contre 5 au Havre5.

Les succès électoraux des libéraux

5Ce ralliement au nouveau régime ne signifia pas l'adhésion à l'ultracisme. Très vite, un courant libéral se mit en place parmi la bourgeoisie du négoce. Les élections furent l'occasion d'exprimer le refus de toute remise en cause de l'héritage révolutionnaire. Le Havre vota plusieurs fois pour des candidats libéraux.

  • 6 AN, C 1300, procès-verbal d'élection.
  • 7 Acte de notoriété publique établissant l’ascendance de Michel Delaroche, rédigé devant notaire à Ge (...)
  • 8 « Notice biographique de Michel Delaroche, jointe à la délibération du conseil municipal du Havre, (...)

6En 1819 fut élu, par le collège départemental, Michel Delaroche, né à Genève le 31 octobre 1775, d'une famille française expatriée pour cause de religion6. Il s'était installé définitivement en France en 1798, après divers séjours en Angleterre et à Riga, et avait fondé au Havre en 1802 une maison de commission, en association avec les descendants du banquier lyonnais Benjamin Delessert7. Ami de La Fayette, il fut l'initiateur au Havre de la souscription en faveur de la veuve et des cinq enfants du général Foy, orateur de la gauche libérale à la Chambre, mort en 18258. Protestant et négociant, Michel Delaroche était à l'image d'une ville soucieuse de préserver liberté religieuse et liberté commerciale.

  • 9 Résultats des élections du 26 février 1824, AN, C 1300 et ADSM, 3 M 158.
  • 10 Liste d'émargement des électeurs pour le collège de l'arrondissement du Havre, 1824, ADSM, 3 M 164.
  • 11 H. Putz, « Les élections de 1824 en Seine-Inférieure. Action gouvernementale et propagande royalist (...)

7Il fut pourtant battu en 1824, dans le cadre nouveau du collège d'arrondissement9, par Louis Joseph Faure, fils aîné de l'ancien député à la Convention Pierre Joseph Denis Guillaume Faure. Les Havrais y étaient minoritaires : sur 731 électeurs acquittant le cens de 300 francs pour l'arrondissement, on ne trouvait que 239 Havrais, soit un peu moins d'un tiers10. Seul Bolbec, avec ses 52 manufacturiers et fabricants, pouvait aider à contrebalancer le poids des zones rurales où dominaient les propriétaires, parfois exploitants, et les cultivateurs. Les liens de Michel Delaroche avec l'opposition la plus critique ne pouvaient qu'effrayer ce monde des campagnes, où la présence de quelques grandes familles légitimistes, comme les Levaillant du Douët ou les de Montault, se faisait sentir. L'action du préfet de Vanssay, faisant rayer des listes de nombreux libéraux et multipliant les pressions sur les électeurs, avait aussi joué. L'échec de Delaroche s'inscrivait dans une défaite générale des libéraux en Seine-Inférieure, à l'exception de Rouen intra-muros11. Elle préfigurait aussi une opposition essentielle tout au long du siècle : le contraste entre Le Havre, adepte du parti du mouvement, et les campagnes, volontiers conservatrices.

  • 12 Né le 21 mars 1771 à Rouen, décédé à Paris du choléra le 19 août 1831, négociant comme ses ancêtres (...)
  • 13 Né le 5 janvier 1778, il est le fils de Jacques François Begouen-Demeaux. 11 fut nommé maire du Hav (...)
  • 14 Procès-verbal du collège de l'arrondissement du Havre, 17 et 18 novembre 1827, AN, C 1301 et ADSM, (...)
  • 15 John Dunne et Jérôme Decoux, op. cit.
  • 16 Récapitulatif des contributions de Jean-Marie Duvergier de Hauranne, 1820, AN, C 1300.
  • 17 Opinion de M. Duvergier de Hauranne, député de la Seine-Inférieure, sur la proposition de M. La Bou (...)
  • 18 Récapitulatif des contributions de Jean-Marie Duvergier de Hauranne, 1820, AN, C 1300.
  • 19 À l'opposé, les contributions de Michel Delaroche, plus représentatif du négoce havrais, se réparti (...)

8L'opposition reprit le dessus dès 1827 avec l'élection d'un autre négociant, Jean-Marie Duvergier de Hauranne12 face à André Begouen-Demeaux13, par 341 voix contre 14914. D'une riche famille du négoce rouennais – en 1808 ses revenus avaient été estimés entre 20 et 30 000 francs15 et en 1820 le total de ses impositions s'élevait à 2 487,47 francs16-, le personnage ne pouvait que séduire un électorat soucieux de voir représenter les intérêts du commerce à la Chambre. Son passé politique plaidait en sa faveur : ancien membre de la Société populaire de Rouen et surtout chef de cohorte de la Garde nationale, il avait été député de 1815 à 1824. Membre du centre de la Chambre introuvable, il s'était peu à peu rapproché des constitutionnels. Loin d'être un opposant irréductible, il avait accepté les lois d'exception après l'assassinat du duc de Berry, pour ensuite glisser vers l'opposition en refusant l'expédition d'Espagne et en s'élevant contre l'expulsion de Manuel17. Plus modéré que Delaroche, il avait plus de chances dans une circonscription où l'élément rural restait important. La structure de sa fortune – 81 % de ses impôts étaient dus au titre de ses propriétés foncières dans l'Eure, notamment dans la commune de Vascœuil18 – le rapprochait de l'électorat des propriétaires ruraux du pays de Caux19.

Le discours libéral

9Les discours de Michel Delaroche et Jean-Marie Duvergier de Hauranne, ainsi que les diverses lettres aux électeurs publiées lors de leurs campagnes, indiquaient les thèmes de prédilection des libéraux havrais : le « maintien des principes consacrés par la Charte », la liberté de conscience et de presse, la dénonciation des projets de rétablissement du droit d'aînesse et de la loi du sacrilège.

  • 20 Opinion de M. Delaroche, député de la Seine-Inférieure, sur le projet de loi relatif à la liberté i (...)
  • 21 Opinion de M. Delaroche, député de la Seine-Inférieure, sur le second projet de loi relatif aux éle (...)
  • 22 Ibid, p. 2.

10La défense de la Charte, c’est-à-dire d'une royauté constitutionnelle, était leur premier cheval de bataille. En 1820, Michel Delaroche s'opposa aux mesures d'exception consécutives à l'assassinat du duc de Berry, au nom des libertés constitutionnelles20. Le débat sur la loi du double vote fut l'occasion d'exprimer une position proche des doctrinaires : voter devait rester un droit reconnu à « la partie éclairée, riche et moyenne de la nation »21. Le choix des députés devait se faire parmi « toutes les éminences de la société, à la seule condition de ne pas lui être hostiles »22. Un monde du négoce, en plein essor, affirmait sa volonté de participer à la représentation des intérêts nationaux par le droit de vote et le choix de candidats issus de son sein.

  • 23 Aux Électeurs de l'Arrondissement du Havre, Paris, David, [1827], 8 p. La même menace d'alliance du (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Paul Thureau-Dangin, Le parti libéral sous la Restauration, Paris, Plon, 1888, 2e édition, p. 319-3 (...)

11La menace d'un retour à une Église toute puissante fut le second thème libéral. Une brochure, publiée à l'occasion des élections de 1827, dressait le tableau de ce qui attendait les Français : « les Jésuites deviendront maîtres de l'éducation, de la jeunesse, et les curés dépositaires des registres d'état civil, à la place des maires »23. L'existence d'une minorité protestante parmi les électeurs obligeait à préciser les menaces qui pèseraient sur elle : « Malheur aux protestants ! pour eux plus de droits civils ou politiques »24. Cette peur de l'alliance du trône et de l'autel n'avait rien d'original dans les années 1820. Elle servait de ralliement à tout ce que le pays comportait d'opposants25. Au Havre, la diversité religieuse du monde du négoce lui donnait un écho important.

  • 26 Duvergier de Hauranne, Lettre...
  • 27 Aux Électeurs...
  • 28 John Dunne et Jérôme Decoux, op. cit., p. 27-29.
  • 29 Francis Démier, « Relecture de la Restauration », p. 78.

12Le dernier grand thème électoral était la défense du libéralisme économique, héritage de la Révolution. Ce libéralisme valait à l'intérieur de l'hexagone tout comme dans les relations extérieures de la France. La menace d'un retour en arrière était proférée : Duvergier de Hauranne évoquait la possibilité d'un retour aux corporations, qui mettrait fin à la liberté de l'industrie26. Un de ses soutiens dénonçait l'attitude du ministère qui « déteste le commerce qui fait des citoyens riches et indépendants »27. La monarchie était acceptée à condition qu'elle n'ait pas pour unique base la propriété foncière. L'adversaire de Duvergier de Hauranne, André Begouen-Demeaux, symbolisait cette opposition entre richesse terrienne et richesse commerciale. Descendant d'une famille de planteurs de Saint-Domingue, il représentait une génération antérieure du négoce havrais. Son père, Jacques François, en acquérant l'ancienne abbaye du Valasse (700 hectares), les domaines d'Haineville et d'Angerville-la-Martel, sans compter quelques bois et terres ici et là28, n'avait-t-il pas glissé vers une « nouvelle élite de la richesse » – la formule est de Francis Démier29-, dont les revenus provenaient de la possession de terres, élite opposée à une nouvelle génération de négociants, dont la fortune restait bien en deçà ?

  • 30 Opinion de M. Delaroche, député de la Seine-Inférieure, sur le projet de loi concernant les douanes (...)
  • 31 Nantes offre un exemple contraire à celui du Havre : les élites préférèrent y cultiver la nostalgie (...)
  • 32 Opinion de M. Delaroche..., p. 12.

13Le retour à la prohibition était craint par ces négociants qui avaient connu les guerres de l'Empire. En 1821, lors d'une discussion sur les droits de douane sur le sucre que les planteurs de Martinique et de Guadeloupe voulaient voir relever, Michel Delaroche prononça un vibrant éloge du libre-échange : « Un champ vaste, et pour ainsi dire sans limites, s'ouvrira à notre navigation, à mesure que, faisant aux nations étrangères l'offre de réduire les surtaxes qui écartent leurs denrées de notre consommation, nous obtiendrons de leur part des avantages équivalens (sic) pour nos produits agricoles et industriels »30. Une page semblait tournée avec ce qui avait fait avant 1789 la richesse du Havre, les plantations sucrières de Saint-Domingue. A l’opposé des élus nantais, nostalgiques d’un système condamné31, le député havrais dénonçait les possessions coloniales comme coûteuses et sans véritable intérêt commercial. En voulant établir un système d'exclusivité, elles obligeaient la métropole à acheter plus cher les denrées tropicales. L'avenir appartenait non aux possesseurs de colonies, mais aux « pays d'Europe qui auront le plus de produits fabriqués à offrir à l'Amérique »32. Pour les libéraux havrais, c'était la manufacture et le commerce et non la terre, qui devaient être le pivot du progrès économique.

14Ces diverses idées – gouvernement constitutionnel, libertés politiques et religieuses, libéralisme commercial – seront le catéchisme politique de nombreux Havrais tout au long du XIXe siècle.

L'agitation libérale dans la rue

15La défense des thèmes libéraux ne se manifesta pas qu'à l'occasion des divers scrutins. Plusieurs incidents marquèrent les années 1820. Ils étaient la preuve d'un intérêt pour la politique nationale qui ne se restreignait pas aux seuls électeurs censitaires. Les rapports de police et du sous-préfet énumèrent ces soubresauts d'une opinion hostile aux Bourbons. Ils permettent de cerner quels sont les acteurs de ce début de vie politique.

  • 33 Rapport du sous-préfet, 17 mars 1823, ADSM, 1 M 174.

16Premier type d'incidents : ceux liés à la visite de personnalités libérales. En mars 1823, Michel Delaroche était de séjour au Havre, de retour d'une session parlementaire qui avait vu l'opposition dénoncer violemment les demandes de crédit pour l'expédition d'Espagne. Aussitôt, une sérénade sous ses fenêtres fut projetée pour la nuit du 15 au 16. Elle échoua grâce à l'intervention du maire33.

  • 34 Jeanne Gilmore, La République clandestine, 1818-1848, Paris, Aubier, 1997, p. 57-59. Sur Le Havre e (...)
  • 35 Le Constitutionnel, 17 juillet 1824.
  • 36 Lettre de Begouen-Demeaux, maire du Havre, au rédacteur du Constitutionnel, 20 juillet 1824, AMH, F (...)

17Un an plus tard, La Fayette embarquait vers les Etats-Unis. Il avait été invité par Jefferson qui avait convaincu le Congrès d'envoyer une frégate de la Marine le chercher au Havre34. Les autorités, sous-préfet, gouverneur et maire, n'évitèrent pas l'ovation projetée par l'opposition, que le correspondant havrais du Constitutionnel s'empressa de décrire à l'intention du public parisien35. Une cavalcade se porta à sa rencontre, sur la route de Bolbec, afin de lui exprimer les « sentiments d'attachement et d'admiration » du négoce havrais. Le peuple fut aussi de la partie, trois à quatre mille personnes l'attendant au pied des remparts dans un « silence religieux ». Dans une lettre au Constitutionnel36, le maire André Begouen-Demeaux essaya de minimiser l'événement :

L'arrivée de M. le Marquis de La Fayette ayant été annoncée pour le lundi 12 de ce mois [juillet], environ 40 ou 36 personnes toutes étrangères à la ville du Havre et parmi lesquelles ne se trouvaient pas dix chefs de maisons de commerce, le reste se composant en majeure partie de leurs commis, se sont présentées au devant de lui à quelque distance de la ville et l'ont accompagné jusqu'à la porte. Un groupe de personnes à pied de même nombre à peu près, précédait sa voiture : une partie de la population attirée par la curiosité, par la beauté du temps et il faut aussi le dire, par cette habitude qu'ont beaucoup d'ouvriers de célébrer le lundi, s'était trouvé réunie aux environs de la porte par laquelle il devait rentrer, mais le Général s'étant fait attendre les curieux s'étaient peu à peu retirés et il n'y avait que très peu de monde assemblé lorsqu'il est entré, trois ou quatre cris de « Vive La Fayette » se sont fait entendre et quelques personnes ont crié « A bas le chapeau » invitation à la quelle (sic) on s'est fort peu empressé de déférer.

  • 37 Né à Sedan en 1784, il entra dans la marine dès 1799 et finit les guerres de l'Empire comme capitai (...)
  • 38 Jean-Claude Caron, Générations romantiques 1814-1851, les étudiants de Paris et le Quartier latin, (...)

18Ce texte nous donne une idée des composantes de l'opposition libérale. Tout en cherchant à la minimiser, le maire signalait la présence de négociants et de commis. Le négoce fut présent à nouveau le lendemain : Charles Baudin, ancien officier de marine, négociant protestant37, qui avait pris la tête de la cavalcade de la veille, adressa, au nom du commerce du Havre, ses félicitations au héros des deux mondes. Les commis constituaient, eux, le gros des manifestants organisés, ceux qui, au courant de l'arrivée de La Fayette, étaient partis à sa rencontre. Quand le lendemain La Fayette embarqua, ils furent à nouveau là, plus nombreux, l'accompagnant chapeaux bas jusqu'au quai, puis prenant place à bord de barques pour l'escorter hors du port. Désignés comme jeunes dans tous les rapports, ils semblaient agir en corps. De même que Paris possédait sa « Jeunesse des Écoles »38, prête à servir la cause libérale, Le Havre, ville de commerce et non d'études, avait sa jeunesse libérale, constituée de commis et d'employés. Nous la retrouverons plus loin.

19Autre intérêt de ce texte, le rôle des ouvriers et journaliers. Soucieux de n'accorder aucun motif politique à leur action, Begouen-Demeaux insista sur la tradition du « saint-lundi » pour expliquer leur présence. Notons simplement leur rôle passif. Pour l'instant, ils ne firent que suivre, quand l'occasion se présenta, un mouvement initié par d'autres.

  • 39 Alain Corbin, « L'agitation dans les théâtres de province sous la Restauration », Le Temps, le Dési (...)
  • 40 Le récit le plus complet est celui de Charles Vesque (Histoire des théâtres du Havre, Première part (...)
  • 41 G. de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Champs-Flammarion, 1990, p. 189.

20Le deuxième type d'incidents réunit certains des acteurs présentés ci-dessus. Le théâtre était l'occasion, comme ailleurs en France39, de manifester des opinions politiques. Le 31 mars 1823, la clôture de l'année théâtrale fut pour le moins mouvementée40. Les œuvres au programme, Les Deux Edmond et surtout Paul et Virginie, ne laissaient pourtant présager la suite. C'est lors de l'apparition sur scène de Borgnet, qui jouait le rôle du gouverneur de l'île de France, que le tumulte commença. Il s’expliquait par le nom donné par Bernardin de Saint-Pierre à ce personnage, La Bourdonnais, homonyme de celui qui venait de réclamer avec succès, le 3 mars, l'expulsion de la Chambre des députés de l'opposant libéral Manuel. Ce dernier avait osé présenter l'exécution de Louis XVI comme une mesure de salut public face à l'invasion étrangère41. Des manifestations sur la place Louis XIV à Paris avaient suivi. Au Havre, la situation, à l'intérieur du théâtre, devint rapidement intenable. Non contents de conspuer l'acteur, certains spectateurs sortirent emplir leurs poches de galets, dont ils bombardèrent la scène. D'autres lancèrent une porte de loge en direction des artistes, brisèrent les banquettes, les chaises et les quinquets, puis firent tomber le plafonnier dans le parterre. Seule l'arrivée du 4e régiment suisse permit l'évacuation des lieux. Le désordre à l'extérieur ne prit fin qu'après qu'un coup de feu, à l'origine indéterminée, avait dispersé la foule. Le désordre reprit plus tard, devant le domicile de l'acteur, où des cris de « À bas La Bourdonnaye » se firent entendre.

  • 42 Ch. Vesque, op. cit., p. 115.
  • 43 Alain Corbin, op. cit., p. 71-72.

21L'affaire prit fin avec l'arrestation, le lendemain, de plusieurs jeunes gens, dont Vesque nous affirme qu'ils appartenaient aux « familles les plus honorables de la cité »42. Faute d'autres sources, il ne nous reste qu'à le croire. C'est bien la « jeunesse du Havre », composée de commis, souvent fils de négociants, qui serait à la pointe du combat libéral. Les autres groupes sociaux sont eux absents, contrairement aux autres villes étudiées par Alain Corbin. Ne signale-t-il point la présence d'ouvriers aux côtés d'employés et de fils de négociants lors de l'émeute du Théâtre des Arts de Rouen, deux ans plus tard, suite à l'interdiction de Tartuffe43 ? Au Havre, rien de tel. La politisation ne semble concerner qu'un petit cercle de commis et de négociants. La cause première du désordre est à garder à l'esprit : l'expulsion de Manuel avait eu lieu lors d'un débat sur le vote de crédits pour venir en aide militairement au monarchistes espagnols. Derrière la dénonciation libérale de cette expédition, existait aussi pour les Havrais la peur d'un retour à la guerre. En se lançant dans cette aventure, la Restauration rompait avec ce qui avait fait sa popularité en 1814, l'établissement de la paix.

Les lieux de rencontre de l'opposition libérale

22L'opposition libérale ne pouvait se contenter des élections et de quelques manifestations de rue pour s'exprimer. La nécessité de structures permanentes se fit sentir.

23Quelques lieux de rencontre de l'opposition existaient déjà. Cerner leur influence exacte est difficile : les seules sources sont les rapports officiels en réponse aux inquiétudes du ministère. La différence entre lieu de perdition et lieu d'opposition n'y est jamais claire et l'esprit des questions posées invite celui qui répond à suspecter sans pouvoir apporter la preuve de ses insinuations.

  • 44 Rapport du commissaire de police du Havre, 25 mai 1818, ADSM, FM, 12 8/4.
  • 45 Rapport du sous-préfet du 22 juin 1818, ADSM, 4 M 632.
  • 46 « État nominatif de tous les libraires de l'arrondissement du Havre qui reçoivent des brochures pol (...)
  • 47 Ce n'est que dans les années 1820 qu'il se rapprochera des libéraux, participant à la fondation du (...)
  • 48 G. de Bertier de Sauvigny, op. cit., p. 143.
  • 49 « État nominatif... »

24Les librairies, au nombre de six en 1818 auxquelles on doit ajouter trois marchands d'estampes44, étaient considérées comme un foyer de libéralisme potentiel. Les rapports du sous-préfet ne permettent pas de comprendre leur rôle exact. En 1818, la librairie Chapelle, installée rue de Paris, fut accusée d'être un lieu de « réunions nocturnes pour y lire des ouvrages prohibés, ou seulement pernicieux »45. Le cabinet de lecture, adjacent, aurait réuni chaque soir « des personnes professant des principes très libres »46. La perquisition menée par le commissaire de police du Havre permit de saisir quelques pamphlets, dont le Boucher de fer de A.T. Desquiron de Saint-Aignan, opposant notoire aux Bourbons, et la Correspondance politique et administrative de Fiévée, auteur absolutiste fort éloigné du libéralisme47 ! Les « principes très libres » évoqués par le sous-préfet étaient-ils une allusion aux opinions politiques de l'endroit ou aux mœurs de Fiévée qui le tenaient en marge de la bonne société malgré ses idées48 ? On retrouve les mêmes ambiguïtés pour les autres librairies suspectées : Lainé et Christy étaient accusées, toutes deux, de vendre des gravures « contraires aux bonnes mœurs et au gouvernement légitime »49. Avait-on affaire à des caricatures politiques ou à des images graveleuses ? Il est impossible d'en savoir plus.

  • 50 Rapport du sous-préfet, 20 mai 1820, ADSM, 4M643.
  • 51 Lettre du maire au sous-préfet, 9 août 1824, AMH, FM, I2 9/4.
  • 52 Ph. Manneville, « Les cabinets de lecture et la diffusion des journaux en Seine-Inférieure dans la (...)
  • 53 Rapport du sous-préfet, 20 mai 1820, ADSM, 4 M 643.
  • 54 AN, Fld III 81, Événements de juillet 1830, Commission nationale des récompenses, Dossier Seine-Inf (...)

25À côté des librairies, les cercles regroupaient une clientèle triée. En 1820, le sous-préfet mentionne l'existence de « deux chambres, où des particuliers se réunissent tous les jours pour lire les journaux qui sont les plus recherchés soit pour l'élégance du stile (sic), ou pour le zèle et la chaleur avec lesquels ils paraissent servir tel ou tel parti »50. En 1824, leur nombre est passé à trois51. Le public se compose des « personnes les plus riches », « chez lesquelles on peut supposer un certain degré d'instruction », c’est-à-dire de négociants ou de rentiers. L'admission est soumise à un vote et donne lieu à un dîner de réception52. Une contribution annuelle permet de payer le loyer des locaux et les abonnements aux journaux. La liste de ces derniers n'indique pas une coloration politique tranchée. On y trouve la Quotidienne et le Drapeau blanc, tout comme le Constitutionnel et le Journal des Débats. L'intérêt de ces cercles est moins dans le soutien à telle ou telle cause, que dans la possibilité qu’ils offrent de l'émergence d'un débat politique. Ils sont un lieu de discussion entre « individus riches, plus curieux que malveillants »53, qui y contractent l'habitude de discuter des affaires du pays. C'est au cercle de l'Aménité que sera lancée en 1830 une souscription pour sauver le Journal du Havre, menacé par les ordonnances de Charles X54. Le nom du cercle, identique à celui d'une des deux loges du Grand Orient de la ville, laisse supposer qu'il s'agissait, en fait, d'un des lieux de rencontre des francs-maçons havrais.

  • 55 Rapport du sous-préfet, 21 octobre 1822, ADSM, 4M638.

26Dernier lieu, sans doute le plus important pour la diffusion d'idées nouvelles, les cafés. En 1822, le sous-préfet n'en dénombra pas moins de quatorze réputés suspects, tous situés dans le centre du Havre : sept étaient rue de Paris, deux Grand Quai, un rue Royale55. La clientèle y était plus large que dans les cercles. Abonnés à divers journaux, ils ne pouvaient que devenir un lieu de discussion.

La naissance d'une presse libérale : le Journal du Havre

  • 56 AN, Fl8 500D, Dossiers alphabétiques de journaux, 1811-1881. Journal du Havre ; ADSM, 2 T 122, Jour (...)

27La diffusion des idées libérales supposait, enfin, l'existence d'un journal d'opinion. Jusqu'en 1828, date où le Journal du Havre reçut, par ordonnance royale du 20 mars, l'autorisation de traiter des questions politiques56, la seule presse départementale à caractère politique était le Journal de Rouen.

  • 57 Louis Brindeau, Historique du Journal du Havre, Le Havre, Impr. du Journal du Havre, 1904, 24 p.
  • 58 Jean Legoy, Les Havrais et le livre. Libraires et éditeurs havrais des origines à nos jours, Le Hav (...)

28Au Havre, c’est en 1752 que Pierre Joseph Faure, avait fondé l'Almanach de la Marine pour Le Havre-de-Grâce. Ce journal avait traversé les périodes sous des titres divers, se dénommant de 1815 à 1826 Feuille d'Annonces judiciaires, commerciales et maritimes du Havre, puis à partir de 1826 Journal du Havre57. En 1828, il était la propriété de Stanislas Faure, petit-fils de Pierre Joseph58. Ce dernier, après avoir été député à la Convention où il avait siégé sur les bancs de la Gironde et refusé de voter la mort du roi, avait fini anobli par Louis XVIII. Le père de Stanislas, Guillaume, avait, lui, été sous-préfet du Havre après Brumaire, puis député au Corps législatif, avant de se rallier à la déchéance de Bonaparte en 1814.

  • 59 Voir la biographie établie par Yves Le Gallo dans sa préface au roman de Corbière Le Négrier. Voir (...)
  • 60 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne. De la fin de l'Ancien Régime à 1840, (...)
  • 61 Rapport du préfet, 1er avril 1823, AN, Fl8 500E.
  • 62 Celui-ci rédigea plus tard une Notice sur Edouard Corbière (Rouen, impr. Boisset, s.d. [1876], 23 p (...)

29Ces antécédents pouvaient faire espérer aux autorités que le Journal du Havre resterait éloigné de toute opposition au régime. Le choix comme rédacteur en chef du romancier Edouard Corbière lui donna une toute autre orientation. Né le 1er avril 1793 à Brest, inscrit sur le rôle des mousses dès l'âge de onze ans, aspirant sur divers navires pendant les guerres napoléoniennes, Corbière appartenait à l'opposition libérale59. Ses idées lui avaient valu d'être licencié de la marine royale en mai 1816. En 1818, il avait fondé à Brest La Guêpe, journal d'opposition qui se fit remarquer par sa dénonciation des missions jésuites dans le Finistère60. Inscrit aux Amis de la liberté de la Presse, puis membre de la Charbonnerie, il participa aux divers complots préparés dans l'Ouest en 1821. Installé à Rouen en 1822, il y avait dirigé La Nacelle. Ce titre, lu à Rouen, mais aussi au Havre, s'était très vite attiré l'hostilité du préfet, de Vanssay, qui dénonçait la tendance à « fouiller dans les écrivains du siècle dernier pour y prendre et copier tout ce qu'il y a de plus dégoûtant sur la religion et sur les rois »61. Un procès en vint à bout, condamnant Corbière à un an de prison le 6 mai 1823. Celui-ci prit le large, grâce à un trois-mâts mis à sa disposition par le négociant rouennais Charles Levavasseur62. Il navigua durant six ans entre l’Afrique, les Antilles et Le Havre, pratiquant peut-être la traite clandestine, puis s'installa dans cette ville en 1828.

30Le Journal du Havre n'adopta pas tout de suite un ton hostile au gouvernement. Le souvenir des poursuites encourues à l'époque où il avait dirigé la Nacelle, modéra sans doute l'esprit polémique d'Edouard Corbière. Dans les premiers mois, on ne trouve que quelques piques voltairiennes, semblables à celles dont le Journal de Rouen s'était fait une spécialité. Les Jésuites sont présentés comme un danger pour les libertés. Le ton changea au cours de l'année 1829. La formation du ministère Polignac, le 8 août, vit le journal se situer dans une opposition totale au nom de la défense de la Charte. En 1830, il fut le point de ralliement de tous les adversaires du régime.

1830 : une Révolution unanimement fêtée

  • 63 Journal du Havre, 6 juillet 1830.
  • 64 Procès-verbal de l'élection législative des 12 et 13 juillet 1830 pour le collège d'arrondissement (...)
  • 65 Né à Bayonne, Martin Laffitte s'était installé négociant au Havre. 11 avait secondé Delaroche dans (...)

31Le libéralisme du Havre prédisposait la ville à accueillir avec joie le renversement des Bourbons. Les élections, suite à la dissolution de la Chambre le 16 mai, donnèrent un premier aperçu de l'opinion du négoce havrais. Prévues initialement le 23 juin, elles avaient été repoussées aux 12 et 13 juillet, comme dans d'autres départements réputés frondeurs. La constitution des bureaux fut l'occasion pour l'opposition de montrer sa force. Le Journal du Havre avait invité les électeurs à une réunion chez le négociant Martin Laffitte pour le 11 juillet63. Une liste y fut arrêtée pour chacun des deux bureaux. Le lendemain, les bureaux provisoires, nommés par l'administration, étaient renversés par une majorité très large et les candidats constitutionnels élus64. Parmi eux, le négoce dominait. Sur dix élus, on trouvait quelques grosses fortunes de la place : Martin Laffitte, frère du banquier Jacques Laffitte65 ; Eugène Homberg, descendant d'une des principales maisons d'armement du XVIIIe, ayant à l’occasion pratiqué la traite ; Alphonse Bergerot, associé de Delaroche ; Charles Baudin ; J. Lahoussaye, pourtant adjoint au maire Begouen.

  • 66 Liste électorale d'émargement, 1830, ADSM, 3 M 170.

32Le 13 juillet, la réélection de Duvergier de Hauranne n'était plus qu'une formalité. Sur 583 voix, il en obtint 441 contre 138 au ministériel Fouquier-Long. L'évolution du corps électoral pouvait expliquer, en partie, ce score66. Moins nombreux, 668 contre 731 en 1824, les électeurs inscrits étaient désormais majoritairement urbains : représentant moins d'un tiers en 1824, les Havrais étaient devenus 39 % de l'électorat ; additionnés aux Bolbécais, ils étaient 56 %. Socialement, les négociants et manufacturiers avaient vu leur poids s'accroître, passant de 23 à 32 % des électeurs. Le monde des campagnes pesait moins : si les propriétaires représentaient encore 35 %, un peu moins de la moitié d'entre eux, 40 %, habitaient Bolbec ou Le Havre. Quant aux cultivateurs, ils n'étaient plus que 10 %. Après un tel triomphe électoral, l'opposition havraise n'était pas prête à accepter le coup de force de Charles X.

  • 67 « Précis des événements qui ont eu lieu à Rouen depuis le 27 juillet jusqu'au 5 août inclusivement, (...)
  • 68 Sur la résistance, le même jour, du Journal de Rouen, D.H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France (...)
  • 69 Pour le récit de ces événements : Journal du Havre, 28 juillet 1830 ; « Tome 1er des Archives du Ha (...)
  • 70 Lettre de Begouen-Demeaux au sous-préfet, 28 juillet 1830, AMH, FM, I2 8/13.

33C'est le 27 juillet que les ordonnances furent connues au Havre. Le 28, l'ordre fut notifié au Journal du Havre de ne pas paraître67. La scène qui suivit n'est pas sans rappeler les troubles de Paris ou de Rouen68, la violence en moins. Chargé de veiller au respect de cette interdiction, le commissaire de police du Havre, accompagné de deux gendarmes et deux fusiliers, demanda à pénétrer dans l'imprimerie du journal, rue de la Gaffe, à deux pas du Grand Quai, lieu d'intense activité à toute heure69. Un tel déploiement de force entraîna un début d'attroupement, tandis que Stanislas Faure refusait d'obtempérer et commençait à distribuer l'édition du jour par les croisées de l'atelier. L'arrivée du 43e de ligne et l'érection par la foule de barricades aux extrémités de la rue rendirent, très vite, la situation explosive. Seule l'intervention du maire André Begouen-Demeaux ramena le calme, après qu'il eut obtenu le retrait simultané de la troupe et des émeutiers. Ces derniers, d’après le maire70, appartenaient « à toutes les classes ».

  • 71 AMH, FA, 11/23.

34Le lendemain vit le même scénario menacer de se répéter. La rumeur d'une intervention armée contre l'imprimerie du Journal du Havre provoqua de nouveaux rassemblements, tôt dans la matinée, qu'une fois encore l'intervention de Begouen permit de dissiper. Dans la soirée, un attroupement aux portes du théâtre força le directeur à fermer la salle. De la place Louis XVI, les manifestants se dirigèrent vers l'arsenal de la marine, où ils prirent possession de deux vieux canons et de leurs affûts qui furent promenés dans la ville. L'annonce des nouvelles de Paris, tard dans la soirée, ramena le calme71.

  • 72 Lettre du maire au sous-préfet, 28 juillet 1830, AMH, FM, D2 33.
  • 73 Journal du Havre, 2 août 1830.

35Ces événements, où le pire fut toujours évité, indiquent le peu de popularité du régime des Bourbons et le large écho de l'opposition libérale. Les seuls à prendre le parti de la monarchie déchue furent quelques officiers de la garnison. L'attitude du maire tout au long de ces deux journées pencha du côté de l'opposition. Dans son compte rendu au sous-préfet du 28 juillet, les ordonnances étaient qualifiées de « mesures acerbes contre lesquelles on chercherait en vain à dissimuler que l'immense majorité de la population dans toutes les classes de la société s'est fortement prononcée »72. Le 29, sommé d'exécuter l'arrêté du préfet contre le Journal du Havre, il se rétracta et suspendit cet arrêté. Ce refus des ordonnances était partagé par l'ensemble du conseil municipal qui plaidera quelques jours plus tard, avec l'appui des principaux négociants, pour le maintien au pouvoir de Bégouen, malgré le changement de régime. Une médaille sera même frappée avec sur son envers « Hommage de la ville du Havre au dévouement de son Maire et de ses Adjoints »73.

  • 74 Ibid., 3 août 1830. Voir aussi la « Liste des citoyens présentés au Roi par la commission des récom (...)
  • 75 Rapport de gendarmerie, 6 septembre 1830, AN, F7 4184.
  • 76 Récit du séjour de la colonne havraise à Paris par Charles Baudin, Journal du Havre, 3 août 1830.

36Le négoce semblait unanime à saluer le changement de régime. Le 3 1 juillet, une colonne de volontaires fut formée pour venir au secours du gouvernement provisoire, dont la constitution était connue depuis le 30 au Havre. Deux cent quarante citoyens, sous la direction de Charles Baudin, embarquèrent sur un bateau à vapeur aux cris de « Vive la Charte ! ». Le lendemain, un nouveau départ eut lieu. En tout, près de trois cents hommes prirent la direction de la capitale. Il s'agissait de jeunes bourgeois : certains étaient déjà chefs de maison, les autres des « commis fort distingués » ou « d'anciens militaires », sans compter quatre ou cinq avocats74. Ils furent armés grâce à une collecte faite à bord des navires amarrés dans le port. Leur rôle, une fois entrés dans la capitale le 2 août75, se réduisit à être passés en revue place Vendôme par le duc d'Orléans, puis devant l'Hôtel de Ville par La Fayette76. Était ainsi inaugurée une tradition que l'on retrouvera en février et juin 1848 et en mai 1871, celle du détachement havrais envoyé participer aux événements de la capitale.

  • 77 Journal du Havre, 8 juillet 1830.
  • 78 Ibid., 4 août 1830.
  • 79 Ibid., 5 août 1830.

37Le décalage entre les moyens mis en œuvre et le résultat peut faire sourire, mais ce serait ne pas comprendre la portée de ce séjour à Paris, ville de la Révolution française. Si la menace d'un retournement de la situation en faveur des Bourbons, qui persista jusque début août, peut expliquer le départ des volontaires havrais, est-ce bien la seule cause ? Dès le 8 juillet, Édouard Corbière, à l'annonce des premières victoires de l'opposition dans les départements, avait rappelé que la province comptait ne pas être tenue à l'écart des bouleversements à venir : « c'est bien en province qu'est toute la France : c'est sur le sol de nos arrondissements que croît et que s'étend à l'ombre de nos institutions, l'arbre fécond de l'indépendance »77. Trois semaines plus tard, cet avertissement gardait toute sa valeur. En paradant devant le duc d'Orléans, les volontaires havrais lui apportaient le soutien de la Porte océane. Le lieutenant-général du Royaume était présenté par le Journal du Havre comme « l'homme des provinces »78. La participation de la Province au renversement des Bourbons devait lui permettre de faire entendre sa voix, c'est-à-dire le refus de la République : « Les départements auraient marché sur la capitale, si la capitale s'était montrée moins héroïque. Mais ces provinces aujourd'hui ne veulent pas de république, non pas qu'elles détestent ce genre de gouvernement, mais parce qu'elles le croient impossible »79.

  • 80 Lettre du maire au sous-préfet, 29 juillet 1830, AMH, FM, D2 33.
  • 81 AMH, FA, 11/23.
  • 82 AMH, FA, 11/23.
  • 83 D.H. Pinkney, op. cit., p. 242.

38Le deuxième enseignement de ces journées fut le souci constant de contrôler et d'infléchir la colère populaire dans le sens souhaité. Plusieurs fois, la présence d'éléments de « toutes les classes de la population »80 fut mentionnée. Les dirigeants de l'opposition étaient bien décidés à contenir cette agitation. Le 27, retranché dans son imprimerie, Stanislas Faure exhorta ainsi la foule : « si la force viole notre domicile, le public est supplié de ne pas entrer et de respecter la force armée »81. Dès le 28, suite à la conquête de canons par des éléments incontrôlés, un début de garde nationale fut mis en place par l'adjonction de deux cent cinquante citoyens au corps des sapeurs pompiers82. Quand la colonne pour Paris fut formée, les Havrais évitèrent l'intrusion de tout élément populaire incontrôlé, contrairement à Rouen où plus de cinq cents individus de la rive gauche et des communes industrielles de la périphérie se mêlèrent aux volontaires en route pour la capitale83. Le même jour, une compagnie fut formée par soixante capitaines au long cours, suite aux incidents de l'arsenal, pour surveiller les bassins.

  • 84 AMH, FA, 11/23.

39Ce peuple, dont on se méfiait, accueillit favorablement le changement de régime. Dès le 1er, la cocarde tricolore fut portée par tous. Le 2, on se pressait au café des Arcades pour déguster les glaces tricolores, préparées par un cafetier patriote ou tout simplement avisé en affaires. Le retour des volontaires, le 15, vit culminer cet unanimisme : un cortège formé des autorités municipales, des volontaires, des officiers du 43e de ligne, des pompiers et de la garde nationale « a parcouru (...) tous les quartiers du Havre. À chaque carrefour, la proclamation était lue, et partout accueillie avec le plus vif enthousiasme. Le soir, toutes les maisons de la ville, à l'exception d'une dizaine, étaient illuminées »84. Cette cérémonie n'avait rien de spontané. En s'arrêtant dans chaque quartier, les organisateurs voulaient s'assurer du soutien unanime des Havrais au nouveau régime. Leur enthousiasme et l'importance des illuminations tendaient à prouver que cette acceptation de la monarchie de Juillet était réelle.

40L'idée de République fut totalement absente de ces journées. Le libéralisme havrais était encore fort éloigné de cette solution. Une monarchie constitutionnelle, respectueuse de la Charte, à l'écoute de la province, devait suffire à assurer l'ordre et les libertés souhaités par l'opinion négociante de la place. Les dix-huit années de monarchie bourgeoise confirmèrent l'ancrage de ce libéralisme et son éloignement de tout républicanisme.

2. L'apogée du libéralisme havrais sous la monarchie bourgeoise

Un soutien bruyant au nouveau régime

41Comme ailleurs en France, la mise en place de la monarchie de Juillet ne signifia pas la fin de toute agitation, mais celle-ci ne prit pas pour cible le nouveau régime. Les quelques troubles, dont les archives ont conservé la trace, visèrent les partisans de la branche déchue.

  • 85 Lettre du sous-préfet au maire, 28 septembre 1832, AMH, FM, I2 10/2.
  • 86 Rapport du commissaire de police, 28 septembre 1832, AMH, FM, I2 10/2.
  • 87 Rapport du commissaire de police, 29 septembre 1832, AMH, FM, I2 10/2.
  • 88 Rapport de gendarmerie, 4 octobre 1842, AN, F7 4184.

42Fin septembre 1832, deux nuits de suite, un charivari fut donné au négociant Lamotte, accusé de s'être chargé « de recevoir des souscriptions en faveur des bandes rivales de l'Ouest »85. Le scénario ne différait guère des attroupements d'avant 1830. Le lieu de départ des cent cinquante manifestants était la sortie du spectacle. La majorité d'entre eux appartenait au monde des commis et était qualifiée de jeune, ce qui explique la mansuétude de la garde nationale. Malgré le rappel, « elle n'a point paru »86 la première nuit. Ce n'est que le lendemain que « quelques centaines d'ouvriers et de personnes de toutes classes sont venus se réunir aux premiers »87. Cette fois, la venue de troupes de ligne permit la dispersion des manifestants. Une dizaine d'individus furent déférés à la justice88.

  • 89 Yannick Marec, « L'agitation ouvrière dans la région rouennaise en 1830 », Études normandes, 1981, (...)

43L'attention portée par le pouvoir en place à cet événement s'expliquait par la méfiance face à tout mouvement de rue. Née des barricades, la monarchie de Juillet souhaitait tourner au plus vite cette page. Le décalage était net entre des manifestants venus arborer le drapeau tricolore et chanter la Marseillaise, sous les fenêtres d'un « Chouan », non sans lui casser quelques carreaux, et des autorités soucieuses de défendre la tranquillité publique et la propriété privée. Ce premier souci s'accompagnait de la peur de l'irruption de tout élément populaire. Ce n'est que la deuxième nuit, quand le charivari s'élargit, que le recours aux troupes de ligne fut décidé. Cette fois, un piquet de la garde nationale répondit à l'appel. Le souvenir des troubles des vallées industrielles des alentours de Rouen, fin août-début septembre 183089, expliquait sans doute cette méfiance vis à vis de tout cortège populaire.

  • 90 Sur cette association républicaine : Jean-Paul Caron, « La Société des Amis du Peuple », Romantisme (...)
  • 91 Correspondance entre le maire de Rouen et le maire du Havre, 14 mai 1832, AMH, FM. I2 10/6.

44Du côté de la jeunesse havraise, on en restait en septembre 1832 à un soutien bruyant au nouveau régime et surtout à la peur de toute remise en cause des acquis libéraux. Le but n'était pas de renverser la monarchie orléaniste, mais de l'inciter à tenir toutes les promesses libérales contenues dans les journées de juillet. On était loin de l'état d'esprit d'une partie de la jeunesse parisienne qui venait de tenter, en juin de la même année, une insurrection républicaine à l'occasion des obsèques du général Lamarque. Dès mai 1832, deux émissaires de la Société des Amis du Peuple90 étaient venus faire des adeptes au Havre. Repartis deux jours plus tard, ils avaient visiblement échoué91. Ce n'est que fin 1833 qu'un changement d'attitude fut perceptible avec la mise en place de petits groupes républicains dont l'existence fut éphémère et l'influence restreinte.

L'échec de l'opposition républicaine

  • 92 G. Weill, Histoire du parti républicain en France..., p. 57-58 ; Raymond Huard, La naissance du par (...)
  • 93 Lettre de Lefebvre, étudiant en droit, vice-président de l'Association patriotique du Havre, 3 octo (...)
  • 94 Jeanne Gilmore, op. cit., p. 45 ; Jean-Claude Caron, Générations romantiques 1814-1851, p. 292.
  • 95 AN, CC 613, Procès d'avril 1834, papiers saisis au domicile du sieur Marchais, correspondance entre (...)

45C'est début octobre 1833 qu'un étudiant en droit, Lefebvre, s'adressa au Comité central de l'Association en faveur de la Presse patriote, créée par Cormenin en septembre 1832 pour aider la presse républicaine et dont les ramifications s'étendaient à travers soixante-dix associations de province92. Il annonçait la formation au Havre d'une Association patriotique et demandait quelques renseignements sur la manière d'organiser une telle société93. Sa position d'étudiant l'avait probablement déjà mis au contact d'associations républicaines. Chose rare qui mérite d'être signalée, nos connaissances, pour une fois, ne sont pas tributaires des seuls rapports de police, mais aussi de la correspondance entretenue entre cette association et André Marchais. Cet ancien carbonaro, après avoir tenté avec Armand Carrel de soulever la garnison de Belfort en 1821, était devenu secrétaire de la Société « Aide-toi, le ciel t'aidera »94, puis secrétaire de l'Association de la Presse patriote. Les Havrais l’avaient choisi comme correspondant auprès du Comité central. Sa correspondance avec les patriotes de la Porte océane fut saisie à son domicile et versée au procès qui suivit l'insurrection d'avril 183495.

  • 96 AN, CC 613.
  • 97 Rapport du commissaire de police du Havre, 21 janvier 1834, AMH, FM, I2 10/18.

46Dès le départ, Lefebvre avouait la faible influence de la société havraise : « elle est composée de commis et d'industriels [c’est-à-dire d'ouvriers], mais nous ne pouvons pas espérer de voir l'aristocratie commerciale y prendre part à cause de ses principes car elle désire voir écraser la Tribune et tous les journaux indépendants »96. La profession de ses dirigeants confirmait cette étroitesse du recrutement : son président, Cheramy, était un ancien commis de marine et son secrétaire, C. Parisot, un commis de négoce. En janvier 1834, le commissaire de police du Havre chiffrait le nombre d'adhérents à cinquante-cinq ou soixante97. La liste des membres présumés révélait un recrutement mêlant commis de négociants et professions du petit commerce et de l'artisanat, avec trois commerçants, un restaurateur, un ancien cafetier, un ouvrier bottier et deux compositeurs d'imprimerie.

  • 98 G. Weill, op. cit., p. 86; R. Huard, op. cit., p. 67-73.
  • 99 Rapport du commissaire de police du Havre, 21 janvier 1834, AMH. FM, I2 10/18.
  • 100 Ibid.
  • 101 Lettre du maire d'Ingouville au sous-préfet, 10 février 1834, AMH, Ingouville, 2 I 7.
  • 102 Sur ce thème : John M. Mcrriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, 1815-187 (...)

47Malgré sa brève existence, cette société se dota d'une organisation très structurée, calquée sur celle de la Société des Droits de l'Homme98. Elle fut « divisée en cinq sections ayant chacune un président qui la convoque »99, ce qui permettait de tourner l'article 291 du Code pénal, d'éviter l'infiltration de mouchards et de fixer les réunions dans « les chambres que quelques-uns d'entre eux occupent »100. Un café à Ingouville et une auberge à Graville semblent avoir aussi servi de lieu de rencontre101. Le choix de se réunir dans les faubourgs pouvait s'expliquer par une organisation plus lâche de la police en l'absence d'un commissaire102.

  • 103 AN, CC 613.

48Cette structure de société secrète ne doit pas faire illusion. Les activités de l'Association patriotique restèrent peu subversives. À l'intérieur des sections, la lecture de la presse patriotique, notamment du Populaire de Cabet, et de brochures semble avoir été la principale occupation. Vis à vis de l'extérieur, cette société se fit connaître par une déclaration publique, datée du 13 novembre 1833, exigeant l'abolition de l'impôt sur le sel et sur les boissons « le plus injuste par son énormité et son application, le plus désastreux par ses conséquences, le plus vexatoire par sa perception et le plus démoralisateur par les fraudes dont il expose à contracter l'habitude »103.

  • 104 Lettre du sous-préfet au maire d'Ingouville, 24 janvier 1834, AMH, Ingouville, 2 I 7.
  • 105 Rapport de gendarmerie, 4 février 1834, AN, F7 4184.

49Sa principale raison d'être fut cependant l'aide aux Polonais pour lesquels elle rassembla des secours. Le 19 janvier, un banquet était offert à une trentaine de Polonais104. Surtout, la présence dans le port du Havre, début février 1834, d'un navire prussien renfermant cent cinquante-huit Polonais à destination de l'Amérique donna à l'association l'occasion d'un coup d'éclat. Une soixantaine de jeunes commis libéra une centaine de Polonais105 que l'Association patriotique prit en charge.

  • 106 Lettre de David Arthur, membre de l'Association patriotique havraise au Comité central de l'Associa (...)
  • 107 Ibid.
  • 108 Lettre du Procureur du Roi au préfet, 3 mai 1834, ADSM, 4 M 2703.

50Ce soutien à la cause polonaise ne suffit pas à faire vivre l'association. Dès le 16 mars 1834, sa dissolution était annoncée vu « le peu de zèle de la majeure partie des membres qui la composaient »106. David Arthur, commis de négociant, qui assurait désormais les contacts avec les républicains parisiens, les informait de la formation d'une nouvelle organisation, l'Association démocratique du Havre107. Ce changement de dénomination signifiait la radicalisation d'une association en perte de vitesse. Lors des événements de Lyon et de Paris d'avril 1834, le nombre de membres ne dépassait pas les quarante et l'adoption de la loi sur les associations, le 26 mars 1834, avait suffi à les décourager de tenir une quelconque réunion108.

  • 109 Sur les républicains rouennais sous la monarchie de Juillet : Olivier Chollet, Le mouvement républi (...)

51Le bilan de cette première tentative d'organisation républicaine au Havre se révélait fort médiocre. Isolés, les républicains n'avaient jamais réussi à gagner la population à leur cause. Les quelques noms, qui apparaissent au détour des archives, n'ont pas laissé de trace par la suite. Le contraste est grand avec Rouen, où la Société des Droits de l'Homme et du Citoyen, fondée le 24 septembre 1833109, regroupa des militants et sympathisants qui allaient jouer plus tard un rôle important, tels Félix Avril, animateur du Comité radical en 1847, nommé commissaire du gouvernement pour le Calvados en mars 1848, Michel Buchet-Bellanger, administrateur provisoire, puis sous-préfet de Neufchâtel en 1848-1849, ou Frédéric Deschamps, avocat des inculpés au procès de la S.D.H.C. rouennaise en juillet-août 1834 et commissaire du gouvernement après février 1848.

  • 110 Lettre du sous-prét'et au maire d'Ingouville, 21 novembre 1833, AMH, Ingouville, 2 1 7.
  • 111 W. Sewell, Gens de métiers et révolutions : le langage du travail de l'Ancien Régime à 1848, Paris, (...)
  • 112 Rapport du sous-préfet. 14 décembre 1834, ADSM, 4M 2703.

52Tandis qu'échouait cette première tentative d'implantation des républicains au Havre, le monde ouvrier connaissait, comme ailleurs en France, un début d'organisation en liaison avec les ouvriers parisiens. Fin novembre 1833, trois tailleurs parisiens vinrent au Havre présenter la Société philanthropique des tailleurs110, créée dans la capitale en juillet 1831. L'ancienne corporation avait fait place à une association où toute référence à un saint disparaissait. L'intention avouée était de contrôler le placement et d'arbitrer les différents entre maîtres et ouvriers111. L'exemple fut suivi dès début décembre par les ouvriers tailleurs du Havre, qui formèrent une Société philanthropique de quarante membres environ112.

  • 113 Règlement de la Société philanthropique de MM. les Tailleurs, Le Havre, Impr. Alph. Lemale, 1833, 2 (...)
  • 114 Pour le maire du Havre, interrogé par le sous-préfet, ce serait le véritable but de l'association ( (...)

53Les statuts, imprimés au Havre113, loin de toute préoccupation politique immédiate, étaient ceux d'une société d'entraide. L'idée d'association ouvrière était défendue dès le préambule : « L'homme, livré à lui-même, manque d'appui ; son isolement aggrave ses besoins ; les avantages d'une association peuvent seuls le protéger contre ces vicissitudes ; c'est pour se procurer ces avantages, que les ouvriers tailleurs forment une Société ». Ce regroupement des ouvriers d'une même profession devait permettre d'obtenir une augmentation des salaires114.

54La suite prônait le mutualisme : « Le but immédiat de cette Société est de resserrer leurs liens de confraternité, faciliter leurs relations pour se procurer de l'ouvrage, étudier leurs ressources afin de pouvoir se secourir dans les momens (sic) de nécessité, et enfin fournir un fonds commun, lequel, accru par le temps, permettra d'entreprendre l'œuvre de secours philanthropique, qui est le vœu unanime de tous les cœurs humains et généreux ». Le versement d'un franc par sociétaire et par quinzaine, du 1er avril au 1er juillet et du 1er octobre au 1er janvier, et de cinquante centimes par quinzaine le reste de l'année devait permettre de payer un médecin et une indemnité journalière aux malades. La possibilité d'accorder des secours aux ouvriers sans travail était envisagée.

  • 115 Rapport du sous-préfet, 14 décembre 1834, ADSM, 4 M 2703.
  • 116 Voir sa notice biographique en annexe des Œuvres de Blanqui (Louis-Auguste Blanqui, Œuvres, t. 1 : (...)

55Les autorités ne s'arrêtèrent pas à cet aspect de la société et se préoccupèrent de son organisation qui n'était pas sans rappeler celle des sociétés républicaines comme la Société des Droits de l'Homme et du Citoyen. L'association était divisée en séries, elles-mêmes divisées en sections composées de vingt personnes au plus. Chaque section était dirigée par un chef, un sous-chef et trois quinturions, et chaque série par un chef et un sous-chef, le tout étant coiffé par un comité composé d'un président, d'un vice-président et d'un caissier. L'élection devait permettre de pourvoir à tous ces postes. Pour le sous-préfet, cette structure complexe n'avait qu'un but, pouvoir transmettre rapidement un mot d'ordre subversif115. Faute d'éléments supplémentaires sur cette société, il est difficile de trancher. L'autorisation du ministère de l'Intérieur lui ayant été refusée, l'association disparut des archives, ce qui ne veut pas dire qu'elle avait cessé d'exister. Son organisation par sections de moins de vingt hommes pouvait s'expliquer par un souci d'efficacité dans la collecte des fonds et l'aide à apporter aux malades. Elle trouvait aussi son origine dans le Code pénal qui obligeait toute société de plus de vingt personnes à demander une autorisation. Ailleurs en France, des associations semblables ont joué un rôle dans la diffusion des idées républicaines auprès des ouvriers. C'est par exemple le cas à Tours, où son fondateur Boucher fut plus tard un fidèle de Blanqui116.

  • 117 W.-H. Sewell, op. cit., p. 275-294.
  • 118 La formule est de W.-H. Sewell (« La confraternité des prolétaires : conscience de classe sous la m (...)
  • 119 Rapport de gendarmerie, 4 mai 1834. AN, F 74184.

56Dans le cas du Havre, la création de cette société nous permet seulement de conclure qu'ici aussi les premières années de la monarchie de Juillet correspondent à une volonté d'organisation du monde ouvrier sur de nouvelles bases, différentes des corporations117, et que la possibilité d'un rapprochement avec les républicains existe. Faut-il pour autant parler de l'apparition d'une « confraternité des prolétaires »118, dont une telle association serait l'indice ? Dans le cas du Havre, c'est aller un peu vite. Si les statuts de l'Association philanthropique des Tailleurs parlent de « confraternité », celle-ci ne semble pas s'étendre au-delà du métier. Les événements de Lyon ou de Paris d'avril 1834 n'eurent pas de répercussion au Havre119.

Une ville ministérielle

57Si les républicains restèrent au Havre quasi inexistants, un petit noyau de bourgeois libéraux essaya de survivre tout au long de la monarchie de Juillet. Hostiles au tournant pris par le régime après le départ de Jacques Laffitte du ministère, ces Havrais utilisèrent les différents scrutins législatifs pour témoigner leur opposition. Le Journal du Havre leur apporta son soutien et fut l'organe des partisans du Mouvement.

  • 120 Journal du Havre des 3 et 4 mars 1839.

58L'étude des scrutins législatifs sous la monarchie de Juillet ne présente, à première vue, que peu d'intérêt pour notre sujet. De 1831 à 1846, l'électorat resta fidèle à la même ligne de conduite n'élisant que des candidats ministériels, seuls aptes à défendre les intérêts commerciaux de la ville auprès du gouvernement. Comme l'expliquait, non sans amertume, 1 c Journal du Havre en 1839 : « la partie électorale de notre ville, malgré quelques hostilités éventuelles contre les ministres, est éminemment ministérielle. (...) Pour elle, le 13 mars, avec Casimir Périer ; le 1 1 octobre, avec MM. Thiers et Guizot ; et le 15 avril, avec M. Molé, n'étaient et ne sont qu'une seule et même chose, revêtue du prestige attractif du pouvoir constitué, car c'est, avant tout, le pouvoir permanent que l'on accepte par entraînement, et que l'on soutient ensuite par besoin de stabilité et instinct de position »120.

  • 121 Son père, Joseph Ferrère, directeur des Postes à Bayonne, ville natale des Laffitte, avait épousé L (...)

59Pourtant, quelques vétérans des luttes libérales de la fin de la Restauration refusèrent ce ministérialisme. Partisans, au début tout au moins, du régime de Juillet, mais hostiles à son évolution conservatrice, ils utilisèrent plusieurs fois les élections pour défendre les idées libérales. Ce sont les mêmes hommes, les négociants Expert, Morlot ou Ferrère, l'avocat Hébert, qui formeront, sous la Seconde République, l'état-major des républicains modérés, se présentant comme des « républicains de la veille ». Si ce qualificatif est un peu forcé – aucun de leurs écrits ne dénonça le régime en tant que tel et, par bien des traits, ils s'apparentaient à l'Opposition dynastique-, c’est parmi eux, bien plus que parmi les quelques sociétés secrètes, qu'il faut chercher les précurseurs du parti républicain havrais. Parmi les quatre, l'un, Théodore Ferrère, neveu de Jacques Laffitte121, fera le lien avec la Troisième République, siégeant comme républicain au conseil municipal de 1 865 à 1871.

  • 122 Journal du Havre, 14 juin 1831.

60Actifs pendant les journées de juillet, ces libéraux havrais manifestèrent leur déception dès les élections de juillet 1831. Alors que Duvergier de Hauranne avait annoncé qu'il se représenterait, ils avancèrent la candidature de Jacques Laffitte122. Ce dernier incarnait la politique du Mouvement. Contrairement à Duvergier de Hauranne, il s'opposait à l'hérédité de la pairie. Il avait, enfin, pour lui son origine modeste : chacun savait qu'il était le fils d'un maître charpentier de Bayonne. L'image du bourgeois « seul artisan de sa fortune » plaira tout au long du siècle à une partie des négociants havrais, soucieux d'affirmer qu'ils ne devaient leur réussite qu'à leur travail.

  • 123 Procès-verbal des résultats, AN, C 1301.

61Le net échec de Jacques Laffitte – il n'eut que 113 voix contre 298 à Duvergier de Hauranne123 – suffit à montrer que la majorité des élites bourgeoises locales n'était pas prête à suivre les partisans du Mouvement. L'important était non pas d'entretenir la flamme réformatrice, mais de faire respecter l'ordre, indispensable à la bonne marche des affaires.

  • 124 Journal du Havre des 29 et 30 octobre 1837.
  • 125 Ibid., 13 septembre 1831. Édouard Corbière en fut même le trésorier.
  • 126 André-Jean Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), étude historique d'une psychologie so (...)
  • 127 Serge Daget, Répertoire des expéditions négrières françaises à la traite illégale, Nantes, Comité n (...)

62Refroidis par cet échec, les libéraux havrais attendirent 1837 pour tenter à nouveau leur chance. Cette fois, leur stratégie fut plus habile : elle consista à avancer la candidature de François Mauguin, brillant avocat de la Gauche dynastique, mais aussi président du Conseil des délégués des colonies, défenseur de l'impôt sur les betteraves et partisan d'un abaissement des droits sur le sucre antillais124. Le député de Beaune pouvait à la fois satisfaire la minorité d'électeurs opposée au ministère doctrinaire et rallier tous ceux qui souhaitaient voir les intérêts du Havre mieux défendus à la Chambre. Ses partisans, Journal du Havre en tête, mirent au premier plan la question des sucres, loin devant les lois de septembre. Une des ambiguïtés du libéralisme havrais était mise à nu : si on était prêt à secourir les Polonais – Corbière, Stanislas Faure, Ferrère ou Morlot avaient fait partie du Comité polonais du Havre125-, on restait partisan du système esclavagiste. La question des sucres était indissociable de celle de l'esclavage des noirs : les défenseurs des colonies n'avaient cessé de confondre ces deux problèmes durant les années 1830126. Alors qu’en 1821-nous l’avons vu plus haut-, Delaroche avait plaidé pour qu’on tire un trait sur les colonies, les libéraux havrais des années 1830 reprenaient à leur compte la défense d’un système en perte de vitesse et ce d’autant mieux que certains, tels Charles Baudin ou Alexandre Bertin, avaient pu pratiquer à l’occasion la traite clandestine127.

  • 128 Procès-verbal des résultats, AN, C 1301.

63Ce stratagème sembla réussir dans un premier temps : au premier et au second tour, Mauguin arriva en tête frôlant la majorité absolue. Le troisième tour lui fut fatal : la peur de voir la ville représentée à Paris par un opposant entraîna un sursaut de l'électorat qui élit Jules Mermilliod, un avocat parisien jusqu'ici inconnu au Havre, et qui n'avait obtenu que 83 voix au premier tour128. Totalement étranger au monde du négoce, il devait s'avérer un médiocre défenseur des intérêts du port.

  • 129 Si Duchâtel fit mieux avec 146 voix, il fut largement battu par Mermilliod qui en totalisa 433. Dep (...)

64Deux ans plus tard, les élections de 1839 montrèrent combien le score de Mauguin ne reflétait pas les rapports de force politiques locaux. Alors que le Journal du Havre avançait, à nouveau, son nom, la candidature d'un autre partisan du dégrèvement des sucres coloniaux, l'ancien ministre du Commerce, puis des Finances, Tanneguy Duchâtel, fit fondre comme neige au soleil le nombre des partisans de Mauguin. Il dut se contenter cette fois de 64 voix129.

  • 130 Élections législatives de 1842 et 1846, AMH, FM, K1 4/5.
  • 131 Élections législatives de 1846, AMH, FM, K1 4/5.

65Ce nouvel échec fit perdre tout espoir aux opposants locaux de faire élire un jour un député non ministériel. Il ne restait plus qu'à utiliser les élections pour prouver la présence au Havre d'une minorité qui refusait le conservatisme de Guizot. En 1842, puis en 1846, le Journal du Havre patronna la candidature du négociant Charles Morlot130. En 1846, ce fut aussi l'occasion d'essayer de se structurer. Un Comité de l'Opposition fut créé, dont le président était Charles Morlot et le secrétaire le rédacteur en chef du Journal du Havre, Frédéric Baron131. Il annonça son intention de continuer à exister après le scrutin. Le silence des sources laisse supposer que comme beaucoup de comités il entra en hibernation, dans l'attente de nouvelles échéances électorales.

  • 132 Notice nécrologique, Journal du Havre, 30 janvier 1865.
  • 133 Journal du Havre, 17 février 1834.

66Né à Paris en 1793, ancien élève de Polytechnique, capitaine d'artillerie sous l'Empire, fondateur en 1828, avec l'appui des Laffitte, de la maison de négoce Ferrère et Morlot et beau-frère de Théodore Ferrère132, Morlot s'était fait remarquer dès 1834 comme membre du Comité d'aide aux Polonais133. Cette candidature de témoignage permit de ne pas désespérer tout à fait : en 1842, Morlot obtint 92 voix, soit 13 % des votants – la candidature indépendante d'Horace Say, fils de Jean-Baptiste et pourfendeur du protectionnisme, lui avait fait perdre une partie des voix du centre gauche – ; en 1846, opposé à deux candidats ministériels et « pritchardistes », Morlot doubla pratiquement son score avec 169 voix au premier tour, soit 20 %. On restait cependant loin des scores de l'opposition dans d'autres grandes villes. Comparé à Rouen, Le Havre demeurait un bastion de l'esprit « ministérialiste ».

67Ce rapide survol des élections sous la monarchie de Juillet aura montré combien le Journal du Havre joua un rôle essentiel pour entretenir un esprit d'opposition aux différents ministères, de Casimir Perier à Guizot. Journal par excellence du négoce local, il ne le suivit pas dans ses options ministérialistes, mais fit entendre une musique différente.

Le Journal du Havre : une critique modérée du régime

  • 134 Ibid., 28 juin 1831.

68De 1831 à 1843, c'est Edouard Corbière qui donna au journal sa tonalité. Le discours fut celui du parti du Mouvement, puis de l'Opposition dynastique. Si on acceptait le régime, on lui reprochait une rupture trop timide avec la Restauration et une définition trop étroite des limites du pays légal. Pour Corbière, la fortune ne pouvait tenir lieu de seul critère. A ces reproches initiaux, s'en ajoutèrent d'autres bien connus, tels le refus d'aider les peuples opprimés d'Europe, l'aspect trop timoré de la politique extérieure vis à vis de l'Angleterre ou l'adoption des lois de septembre. Le refus de la république découlait, lui, du souvenir laissé par la première du nom. Le spectre de la Terreur ne cessait de hanter les libéraux havrais. Comme l'expliquait Corbière : « Des insensés seuls peuvent rêver la république, et il n'y a que des factieux qui puissent s’armer pour réaliser une idée qui ne triompherait qu'un seul jour, que dans des flots de sang »134. Le fossé avec les républicains restait profond. C'est sans doute pourquoi le négoce local accepta que son journal de référence se situe dans l'opposition. Tant qu'il ne remettait pas en cause ouvertement le régime, cela portait peu à conséquence !

  • 135 Celui-ci continua à signer des articles jusqu'à la fin du Second Empire.
  • 136 Statuts de la société Henri Brindeau et Cie, 1843, AN F18 500D.

69Cette ligne éditoriale ne fut pas modifiée, en 1843, quand le négociant Henri Brindeau racheta le Journal du Havre à Stanislas Faure et Édouard Corbière135, et le transforma en une société en commandite et par actions. L'étude de son capital indique combien il restait le journal du négoce. Sur les 350 actions d'une valeur de mille francs chacune, Henri Brindeau en possédait 164. Les 186 restantes appartenaient presque toutes à des négociants de la place. 142 actions étaient entre les mains de 52 négociants, banquiers et courtiers136. On trouvait quelques grands noms du négoce : Jacques Delessert, Charles Morlot, Pierre Cardet, Auguste Dolfuss, Daniel Ancel, Henry Expert, Louis Masurier ou Frédéric Perquer. Tous, loin de là, n'étaient pas des opposants au ministère Soult-Guizot. Quelquefois, c'est la maison de commerce qui était devenue directement actionnaire du Journal du Havre. Les autres détenteurs d'actions étaient quelques imprimeurs et des propriétaires, dont on peut supposer qu'il s'agissait de négociants retirés des affaires. Cette structure était tout à fait inhabituelle pour un journal de province de la monarchie de Juillet. Rappelons qu'en général les titres locaux appartenaient à une seule personne ou quelques associés. Le gérant-responsable était en même temps le propriétaire du titre et parfois l'imprimeur.

  • 137 Journal du Havre des 25 et 26 décembre 1847.

70Si la vente du journal par Corbière ne changea pas sa ligne éditoriale, la polémique se fit moins vive et moins présente, le journal s'attachant surtout à défendre les intérêts économiques du Havre. À parcourir l'année 1847, on est étonné de trouver peu d'articles prenant parti en faveur de la campagne des banquets. Organe d'opposition, le Journal du Havre se contenta d'une critique souvent discrète du régime, ce qui ne veut pas dire que le ton n'était pas parfois lyrique comme dans ce compte rendu du banquet de Rouen : « Dix-huit cents citoyens, appartenant à tous les rangs de cette classe favorisée, dont une législation de privilège fait une nation dans la nation, se sont promis de ne laisser reposer cette agitation salutaire, qu'après avoir obtenu les redressements qui doivent amener à leur pureté, à leur sincérité, à leur honnêteté surtout, les institutions que la France s'est données, qu'elle a voulu se donner en juillet... »137. Le lecteur aura noté combien la référence à juillet restait présente.

Notes

1 Voir Francis Dernier, « Relecture de la Restauration », 1848, révolutions et mutations au XIXe siècle, no 10, 1994, p. 73-79.

2 John Dunne et Jérôme Decoux, Grands notables du Premier Empire, Seine-Inférieure, Paris, Éd. du CNRS, 1993, p. 28.

3 « Correspondance du sieur Laurent, commis de négociant, sur la façon de vivre au Havre, sur les habitants, les événements de 1815, etc. », 1815-1817, AMH, FM, D3 2/6.

4 Lettre du sieur Laurent du 12 avril 1815.

5 « État nominatif des individus condamnés pour motifs politiques », octobre 1815décembre 1816, ADSM, 4 M 2684.

6 AN, C 1300, procès-verbal d'élection.

7 Acte de notoriété publique établissant l’ascendance de Michel Delaroche, rédigé devant notaire à Genève, 31 juillet 1819, AN, C 1300. Voir aussi : Charles Rufenacht, Michel de La Roche (1775-1852), Le Havre, 1963. On y trouve retranscrite, pages 102 à 111, une Notice chronologique sur Michel Delaroche par un ancien négociant du Havre, éditée en 1853 au Havre chez l'imprimeur Alphonse Lemale.

8 « Notice biographique de Michel Delaroche, jointe à la délibération du conseil municipal du Havre, lui attribuant un nom de rue », 1913, ADSM, 4 T 137.

9 Résultats des élections du 26 février 1824, AN, C 1300 et ADSM, 3 M 158.

10 Liste d'émargement des électeurs pour le collège de l'arrondissement du Havre, 1824, ADSM, 3 M 164.

11 H. Putz, « Les élections de 1824 en Seine-Inférieure. Action gouvernementale et propagande royaliste », Annales de Normandie, janv. 1955, p. 59-72.

12 Né le 21 mars 1771 à Rouen, décédé à Paris du choléra le 19 août 1831, négociant comme ses ancêtres (son père Pierre-Léon fut échevin de la ville), il était propriétaire dans l'Eure, conseiller général depuis 1821, député de la Seine-Inférieure de 1815 à 1824. Voir John Dunne et Jérôme Decoux, op. cit., p. 46-47 et Dictionnaire de biographie française, t. XII, p. 1031-1032.

13 Né le 5 janvier 1778, il est le fils de Jacques François Begouen-Demeaux. 11 fut nommé maire du Havre le 20 juin 1821.

14 Procès-verbal du collège de l'arrondissement du Havre, 17 et 18 novembre 1827, AN, C 1301 et ADSM, 3 M 167 ; Roger Lévy, Le Havre entre trois révolutions (1789-1848), Paris, E. Leroux, 1912, p. 45-46.

15 John Dunne et Jérôme Decoux, op. cit.

16 Récapitulatif des contributions de Jean-Marie Duvergier de Hauranne, 1820, AN, C 1300.

17 Opinion de M. Duvergier de Hauranne, député de la Seine-Inférieure, sur la proposition de M. La Bourdonnaye, Paris, impr. de la Chambre des Députés, 1823, 11 p.

18 Récapitulatif des contributions de Jean-Marie Duvergier de Hauranne, 1820, AN, C 1300.

19 À l'opposé, les contributions de Michel Delaroche, plus représentatif du négoce havrais, se répartissaient ainsi : 368,13 francs de foncier (24,3 %), 93,49 de portes et fenêtres (6,2 %), 486,30 de contribution personnelle et mobilière (32,1 %) et surtout 567,14 de patente (37,4 %). Cf. Extrait du rôle unique des contributions directes de la ville du Havre pour l'année 1818, AN, C 1300.

20 Opinion de M. Delaroche, député de la Seine-Inférieure, sur le projet de loi relatif à la liberté individuelle, Paris, impr. de la Chambre des Députés, [1820], 8 p.

21 Opinion de M. Delaroche, député de la Seine-Inférieure, sur le second projet de loi relatif aux élections, Paris, impr. de la Chambre des Députés, [1820], p. 5.

22 Ibid, p. 2.

23 Aux Électeurs de l'Arrondissement du Havre, Paris, David, [1827], 8 p. La même menace d'alliance du trône et de l'autel est agitée par Duvergier de Hauranne dans sa circulaire électorale (Duvergier de Hauranne, Lettre aux Électeurs du Havre, Paris, [1827], 3 p.).

24 Ibid.

25 Paul Thureau-Dangin, Le parti libéral sous la Restauration, Paris, Plon, 1888, 2e édition, p. 319-397.

26 Duvergier de Hauranne, Lettre...

27 Aux Électeurs...

28 John Dunne et Jérôme Decoux, op. cit., p. 27-29.

29 Francis Démier, « Relecture de la Restauration », p. 78.

30 Opinion de M. Delaroche, député de la Seine-Inférieure, sur le projet de loi concernant les douanes, Paris, impr. de la Chambre des Députés, 1821, p. 18.

31 Nantes offre un exemple contraire à celui du Havre : les élites préférèrent y cultiver la nostalgie d’une économie sucrière condamnée. Cela alla de pair avec une orientation politique de plus en plus conservatrice (Olivier Pétré-Grenouilleau L'Argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996, 423 p.).

32 Opinion de M. Delaroche..., p. 12.

33 Rapport du sous-préfet, 17 mars 1823, ADSM, 1 M 174.

34 Jeanne Gilmore, La République clandestine, 1818-1848, Paris, Aubier, 1997, p. 57-59. Sur Le Havre et La Fayette : Association des Amis du Vieux Havre, La Fayette au Havre. Hommage à sa mémoire, Le Havre, impr. du Journal du Havre, 1921, 18 p.

35 Le Constitutionnel, 17 juillet 1824.

36 Lettre de Begouen-Demeaux, maire du Havre, au rédacteur du Constitutionnel, 20 juillet 1824, AMH, FM, D2 28.

37 Né à Sedan en 1784, il entra dans la marine dès 1799 et finit les guerres de l'Empire comme capitaine de vaisseau. Ayant adhéré à l'Acte constitutionnel de 1815, il fut mis en non activité après Waterloo. Il créa une maison de commerce au Havre et devint directeur de la Compagnie pour l'achèvement des travaux du port. Il reprendra du service après 1830 et finira amiral en 1854. Cf. Dictionnaire de biographie française, t. V, p. 850.

38 Jean-Claude Caron, Générations romantiques 1814-1851, les étudiants de Paris et le Quartier latin, Paris, Armand Colin, 1991, 435 p.

39 Alain Corbin, « L'agitation dans les théâtres de province sous la Restauration », Le Temps, le Désir et l'Horreur [recueil d'articles], Paris, Aubier, 1991, p. 52-79.

40 Le récit le plus complet est celui de Charles Vesque (Histoire des théâtres du Havre, Première partie : 1717-1836, Le Havre, Impr. Labottière, 1875, p. 113-115), qui affirme avoir lu les procès-verbaux de police. Sinon, cf. Rapport de gendarmerie du 7 avril 1823, AN, F4183.

41 G. de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Champs-Flammarion, 1990, p. 189.

42 Ch. Vesque, op. cit., p. 115.

43 Alain Corbin, op. cit., p. 71-72.

44 Rapport du commissaire de police du Havre, 25 mai 1818, ADSM, FM, 12 8/4.

45 Rapport du sous-préfet du 22 juin 1818, ADSM, 4 M 632.

46 « État nominatif de tous les libraires de l'arrondissement du Havre qui reçoivent des brochures politiques... », 1er juin 1818, ADSM, 4 M 638.

47 Ce n'est que dans les années 1820 qu'il se rapprochera des libéraux, participant à la fondation du Temps, puis collaborant au National après 1830.

48 G. de Bertier de Sauvigny, op. cit., p. 143.

49 « État nominatif... »

50 Rapport du sous-préfet, 20 mai 1820, ADSM, 4M643.

51 Lettre du maire au sous-préfet, 9 août 1824, AMH, FM, I2 9/4.

52 Ph. Manneville, « Les cabinets de lecture et la diffusion des journaux en Seine-Inférieure dans la première moitié du XIXe siècle », Actes du 105e congrès national des sociétés savantes, Section d'histoire moderne et contemporaine, Caen, 1980, t. II, p. 168.

53 Rapport du sous-préfet, 20 mai 1820, ADSM, 4 M 643.

54 AN, Fld III 81, Événements de juillet 1830, Commission nationale des récompenses, Dossier Seine-Inférieure.

55 Rapport du sous-préfet, 21 octobre 1822, ADSM, 4M638.

56 AN, Fl8 500D, Dossiers alphabétiques de journaux, 1811-1881. Journal du Havre ; ADSM, 2 T 122, Journaux et périodiques, an VIII-1941, Journal du Havre.

57 Louis Brindeau, Historique du Journal du Havre, Le Havre, Impr. du Journal du Havre, 1904, 24 p.

58 Jean Legoy, Les Havrais et le livre. Libraires et éditeurs havrais des origines à nos jours, Le Havre, Editions La Galerne, 1993, p. 15-22 et 31.

59 Voir la biographie établie par Yves Le Gallo dans sa préface au roman de Corbière Le Négrier. Voir aussi : Études sur Édouard et Tristan Corbière, Cahiers de Bretagne occidentale, no l, Université de Brest, 1976 ; Jean Berthou, « Corbière “homme multiple” (1793-1875) », R.A.A.V.H., no 50, 1991, p. 141-165 ; Patrick Tanneau, La Compagnie des paquebots à vapeur du Finistère (1839-1921), mémoire de maîtrise de l’Université de Bretagne occidentale, 1992, 358 p.

60 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne. De la fin de l'Ancien Régime à 1840, Paris, Éditions ouvrières, 1991, p. 716-733.

61 Rapport du préfet, 1er avril 1823, AN, Fl8 500E.

62 Celui-ci rédigea plus tard une Notice sur Edouard Corbière (Rouen, impr. Boisset, s.d. [1876], 23 p.), conservée aux ADSM.

63 Journal du Havre, 6 juillet 1830.

64 Procès-verbal de l'élection législative des 12 et 13 juillet 1830 pour le collège d'arrondissement du Havre, ADSM, 3 M 170 ; Journal du Havre, 13 juillet 1830.

65 Né à Bayonne, Martin Laffitte s'était installé négociant au Havre. 11 avait secondé Delaroche dans l'organisation de la souscription en faveur des enfants du général Foy. Son frère Jacques avait épousé la fille d'un négociant havrais, Jean Laeut. Voir le dossier Laffitte aux AMH et Charles Vesque, Histoire des rues du Havre, Le Havre, J. Brennier, 1876, vol. 1, p. 89 et vol. 2, p. 542.

66 Liste électorale d'émargement, 1830, ADSM, 3 M 170.

67 « Précis des événements qui ont eu lieu à Rouen depuis le 27 juillet jusqu'au 5 août inclusivement, et des opérations de la Commission administrative du département » rédigé par A. Barbet, AN, Flb 1 166/26.

68 Sur la résistance, le même jour, du Journal de Rouen, D.H. Pinkney, La Révolution de 1830 en France, Paris, PUF, 1988, p. 239-240.

69 Pour le récit de ces événements : Journal du Havre, 28 juillet 1830 ; « Tome 1er des Archives du Havre, continuées depuis 1818 par ordre de M. A. Le Maistre, maire du Havre », AMH, FA, 11/23 ; AMH, FM, I2 8/13. Voir aussi : R. Lévy, « Le mouvement constitutionnel et la révolution de 1830 au Havre », op. cit., p. 44-78.

70 Lettre de Begouen-Demeaux au sous-préfet, 28 juillet 1830, AMH, FM, I2 8/13.

71 AMH, FA, 11/23.

72 Lettre du maire au sous-préfet, 28 juillet 1830, AMH, FM, D2 33.

73 Journal du Havre, 2 août 1830.

74 Ibid., 3 août 1830. Voir aussi la « Liste des citoyens présentés au Roi par la commission des récompenses nationales de la Seine-Inférieure pour la Croix et la Médaille de Juillet » du 29 décembre 1831, AN, Fld III 81.

75 Rapport de gendarmerie, 6 septembre 1830, AN, F7 4184.

76 Récit du séjour de la colonne havraise à Paris par Charles Baudin, Journal du Havre, 3 août 1830.

77 Journal du Havre, 8 juillet 1830.

78 Ibid., 4 août 1830.

79 Ibid., 5 août 1830.

80 Lettre du maire au sous-préfet, 29 juillet 1830, AMH, FM, D2 33.

81 AMH, FA, 11/23.

82 AMH, FA, 11/23.

83 D.H. Pinkney, op. cit., p. 242.

84 AMH, FA, 11/23.

85 Lettre du sous-préfet au maire, 28 septembre 1832, AMH, FM, I2 10/2.

86 Rapport du commissaire de police, 28 septembre 1832, AMH, FM, I2 10/2.

87 Rapport du commissaire de police, 29 septembre 1832, AMH, FM, I2 10/2.

88 Rapport de gendarmerie, 4 octobre 1842, AN, F7 4184.

89 Yannick Marec, « L'agitation ouvrière dans la région rouennaise en 1830 », Études normandes, 1981, no4, p. 47-56 ; Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, Éd. de l'EHESS, 1991, p. 511-512.

90 Sur cette association républicaine : Jean-Paul Caron, « La Société des Amis du Peuple », Romantisme, no 28-29, 1980, p. 169-179 ; du même, « Élites républicaines autour de 1830. La société des Amis du Peuple », Michel Vovelle dir., Révolution et République. L’exception française, Paris, Kimé, 1994, p. 498-510.

91 Correspondance entre le maire de Rouen et le maire du Havre, 14 mai 1832, AMH, FM. I2 10/6.

92 G. Weill, Histoire du parti républicain en France..., p. 57-58 ; Raymond Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la FNSP, 1996, p. 57-59.

93 Lettre de Lefebvre, étudiant en droit, vice-président de l'Association patriotique du Havre, 3 octobre 1833, AN, CC 613.

94 Jeanne Gilmore, op. cit., p. 45 ; Jean-Claude Caron, Générations romantiques 1814-1851, p. 292.

95 AN, CC 613, Procès d'avril 1834, papiers saisis au domicile du sieur Marchais, correspondance entre Marchais et l'Association patriotique du Havre, 1832-1833.

96 AN, CC 613.

97 Rapport du commissaire de police du Havre, 21 janvier 1834, AMH, FM, I2 10/18.

98 G. Weill, op. cit., p. 86; R. Huard, op. cit., p. 67-73.

99 Rapport du commissaire de police du Havre, 21 janvier 1834, AMH. FM, I2 10/18.

100 Ibid.

101 Lettre du maire d'Ingouville au sous-préfet, 10 février 1834, AMH, Ingouville, 2 I 7.

102 Sur ce thème : John M. Mcrriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Seuil, 1994, p. 264-272.

103 AN, CC 613.

104 Lettre du sous-préfet au maire d'Ingouville, 24 janvier 1834, AMH, Ingouville, 2 I 7.

105 Rapport de gendarmerie, 4 février 1834, AN, F7 4184.

106 Lettre de David Arthur, membre de l'Association patriotique havraise au Comité central de l'Association républicaine pour la liberté de la presse, 16 mars 1834, AN, CC 613.

107 Ibid.

108 Lettre du Procureur du Roi au préfet, 3 mai 1834, ADSM, 4 M 2703.

109 Sur les républicains rouennais sous la monarchie de Juillet : Olivier Chollet, Le mouvement républicain dans l'agglomération rouennaise, 1833-1870, Mémoire de maîtrise sous la direction de J.-P. Chaline, Université de Rouen. 1991, p. 15-90.

110 Lettre du sous-prét'et au maire d'Ingouville, 21 novembre 1833, AMH, Ingouville, 2 1 7.

111 W. Sewell, Gens de métiers et révolutions : le langage du travail de l'Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier-Montaigne, 1983, p. 278-279.

112 Rapport du sous-préfet. 14 décembre 1834, ADSM, 4M 2703.

113 Règlement de la Société philanthropique de MM. les Tailleurs, Le Havre, Impr. Alph. Lemale, 1833, 20 p. (AMH, Ingouville, 2 I 7).

114 Pour le maire du Havre, interrogé par le sous-préfet, ce serait le véritable but de l'association (Lettre du 20 novembre 1833, AMH, FM, I2 10/1).

115 Rapport du sous-préfet, 14 décembre 1834, ADSM, 4 M 2703.

116 Voir sa notice biographique en annexe des Œuvres de Blanqui (Louis-Auguste Blanqui, Œuvres, t. 1 : Des origines à la Révolution de 1848, textes rassemblés et présentés par Dominique Le Nuz, Nancy, P.U.N., 1993, p. 686).

117 W.-H. Sewell, op. cit., p. 275-294.

118 La formule est de W.-H. Sewell (« La confraternité des prolétaires : conscience de classe sous la monarchie de Juillet », Annales ES C., juillet-août 1981, p. 650-671).

119 Rapport de gendarmerie, 4 mai 1834. AN, F 74184.

120 Journal du Havre des 3 et 4 mars 1839.

121 Son père, Joseph Ferrère, directeur des Postes à Bayonne, ville natale des Laffitte, avait épousé Louise, frère du banquier libéral (Acte de mariage de Théodore Férrère et Marie Aimée Lefebvre, 30 mai 1838. AMH).

122 Journal du Havre, 14 juin 1831.

123 Procès-verbal des résultats, AN, C 1301.

124 Journal du Havre des 29 et 30 octobre 1837.

125 Ibid., 13 septembre 1831. Édouard Corbière en fut même le trésorier.

126 André-Jean Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), étude historique d'une psychologie sociale, Paris, PUF, 1964, p. 838-846.

127 Serge Daget, Répertoire des expéditions négrières françaises à la traite illégale, Nantes, Comité nantais d’études en sciences humaines, 1988, p. 121 et 287.

128 Procès-verbal des résultats, AN, C 1301.

129 Si Duchâtel fit mieux avec 146 voix, il fut largement battu par Mermilliod qui en totalisa 433. Depuis qu'il avait quitté le ministère Molé, se retrouvant momentanément dans les rangs de l'opposition, il lui manquait l'étiquette « ministériel », indispensable pour être élu (Journal du Havre, 3 et 4 mars 1839).

130 Élections législatives de 1842 et 1846, AMH, FM, K1 4/5.

131 Élections législatives de 1846, AMH, FM, K1 4/5.

132 Notice nécrologique, Journal du Havre, 30 janvier 1865.

133 Journal du Havre, 17 février 1834.

134 Ibid., 28 juin 1831.

135 Celui-ci continua à signer des articles jusqu'à la fin du Second Empire.

136 Statuts de la société Henri Brindeau et Cie, 1843, AN F18 500D.

137 Journal du Havre des 25 et 26 décembre 1847.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540