Version classiqueVersion mobile

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Introduction

Texte intégral

1Pourquoi étudier encore une fois les républicains alors que ce thème a déjà fait l'objet de plusieurs études de grande qualité ? Que l'on songe à Maurice Agulhon ou Raymond Huard. Un rapide bilan historiographique montre pourtant que tout n'a pas été dit et que bien des chantiers restent à explorer. C’est ce premier constat qui a guidé notre travail.

  • 1 Georges Weill, Histoire du parti républicain en France de 1814 à 1870, Paris, 1900, rééd. 1928, 432 (...)

2Rédigés il y a presque un siècle, les ouvrages de Georges Weill et Iouda Tchernoff1 ont posé les premiers jalons d'une histoire du mouvement républicain. Ils ont aussi donné un contenu scientifique à une vulgate qui était celle des fondateurs de la République : mouvement d'abord souterrain, le républicanisme avait su après le temps des déceptions et des épreuves conquérir le pays et lui faire partager ses idéaux démocratiques. Quelques grandes figures et quelques moments clefs ressortaient.

  • 2 Maurice Agulhon, La République au Village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde Rép (...)

3Ces travaux furent suivis d'un silence de plus d'un demi-siècle. Ce n'est que dans les années 1960 avec la vogue des grandes thèses régionales que les militants républicains retrouvèrent grâce aux yeux des historiens. Philippe Vigier pour les Alpes, Maurice Agulhon pour la Provence les montrèrent à l'œuvre sous la seconde République, Pierre Barrai aux débuts de la Troisième République2. Le processus de politisation des masses fut analysé et expliqué en croisant de multiples facteurs. L'image d'une France du Midi, à la fois rurale et gagnée aux idées démocratiques, s'imposa. Curieusement les républicains des villes restèrent dans l'ombre : les pionniers de l'étude des sociétés urbaines s'intéressèrent plus au mouvement ouvrier, cherchant les prémices du mouvement socialiste.

  • 3 Raymond Huard, La préhistoire des partis. Le mouvement républicain en Bas Languedoc, 1848-1881, Par (...)

4Il fallut attendre la thèse de Raymond Huard en 1977 pour qu’un travail soit entièrement consacré au mouvement républicain3. Loin d'une étude de quelques grandes figures nationales, c'est une étude du peuple républicain, dans le cadre du département du Gard, qui était menée à bien. Le processus de politisation des masses était analysé avec précision : quelques lieux essentiels, tel le cercle, étaient mis en valeur. L'auteur insistait sur la diversité sociale du parti républicain qui allait de pair avec l'unité idéologique. Cette diversité avait été une des clefs du succès. Ce n'est qu'une fois la République établie, que les intérêts sociaux avaient divergé et que des clivages étaient apparus.

  • 4 L'esprit républicain, Colloque de l'Université d'Orléans des 4 et 5 septembre 1972, présenté par J. (...)
  • 5 Claude Nicolet, L'Idée républicaine en France. Essai d'histoire critique, Paris, Gallimard, 1982, 5 (...)

5Ce travail pionnier ne fut guère suivi d'autres études régionales. Par contre, de nouveaux chantiers virent le jour. C'est en 1972 qu'un premier colloque, tenu à l'université d'Orléans, s'interrogea sur l'idéologie républicaine4. Cette réflexion fut reprise et magistralement menée par Claude Nicolet en 19825. L'engouement pour la prosopographie permit de mieux connaître les hommes, tout au moins les élus, les nouvelles élites ou les militants ouvriers. L'intérêt croissant des historiens pour les mentalités conduisit, dans le sillage des travaux de Maurice Agulhon, à la parution de divers ouvrages sur la culture républicaine. Une recension des lieux et des moments clefs qui avaient servi de vecteurs à cette culture républicaine, parfois proche du folklore, commença, l'historien sachant se transformer en ethnologue. La notion très riche de culture politique, empruntée aux politologues américains, permit aussi une relecture de la républicanisation des élites : Philip Nord dans son Republican Moment paru en 1995 nous a invité à modifier notre regard sur des conflits à première vue plus culturels que politiques, tel celui ayant opposé les évangéliques aux libéraux au sein de l'Église réformée, ou celui entre les adeptes de la nouvelle peinture et les partisans de l'académisme dans le cadre des Salons et de l'Académie des Beaux-Arts.

  • 6 Janie Juillet Cara, Les républicains de Seine-et-Oise. Députés, forces politiques et organisation, (...)
  • 7 Léo Hamon dir., Les opportunistes. Les débuts de la République aux républicains, Paris, Éditions de (...)

6Un tel bilan ne peut que conduire à être modeste. Beaucoup a déjà été écrit. Pourtant, bien des lacunes subsistent nous semble-t-il. Une première, déjà signalée, est le petit nombre d'études locales. Pourtant, seule la multiplication des enquêtes locales permet la synthèse nationale. La qualité des travaux sur le Midi rend, paradoxalement, cette synthèse aléatoire. Un modèle, celui des républicains méridionaux, ne s'est-il pas imposé dans nos esprits ? Il nous a semblé utile de le questionner, en le confrontant au cas d'une grande ville du nord de la France. Cela était d'autant plus indispensable que la France du Midi a souvent été une France des extrêmes. André Siegfried s'est amusé dans son Tableau des partis politiques à noter combien la surenchère des épithètes y faisait rage : tout candidat devait choisir l'étiquette la plus à gauche s'il espérait être élu. L'absence de travaux sur les républicains du nord de la Loire, à l'exception de la thèse de Janie Juillet Cara6, a longtemps conduit à méconnaître les républicains modérés qui ont pourtant joué un rôle essentiel dans la conquête du pays à la République. Cet oubli a commencé à être effacé grâce à un colloque, tenu à Auxerre, sur les opportunistes et à la thèse de Mathias Bernard sur les modérés lyonnais7.

  • 8 Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Etienne, 1840-1940, Lyon, PUL, 270 p.

7Une deuxième lacune tient au faible nombre de travaux sur la politisation des sociétés urbaines. Alors que le débat sur la politisation des ruraux au XIXe trouve chaque jour de nouveaux protagonistes, les grandes villes sont restées dans l'ombre comme si la République ne s'était imposée durablement que grâce au vote des ruraux. Les thèses d'histoire urbaine ont parfois préféré, telle celle de Jean-Paul Burdy pour Saint-Etienne8, faire l'impasse sur les questions politiques. Les élites bourgeoises d'une part, les ouvriers d'autre part ont fait l'objet de divers travaux, mais on les a rarement étudiés ensemble, alors qu'ils ont souvent lutté côte à côte pour le même idéal républicain. On a trop souvent, parce qu'on réduisait l'histoire urbaine française à celle de Paris ou Lyon, privilégié l'idée d'un clivage profond entre les classes dirigeantes et les classes populaires ce qui ne permet guère de comprendre l'unanimisme républicain, toutes catégories sociales confondues, de nombreuses villes de province à la fin du Second Empire et aux débuts de la Troisième République.

  • 9 Serge Berstein, « L'historien et la culture politique », Vingtième siècle, revue d'histoire, no 35, (...)

8Troisième lacune ou plutôt chantier en plein défrichement, celui de la culture politique. L'expression elle-même a fait l'objet de diverses définitions, notamment de la part de Serge Berstein ou de Jean-François Sirinelli9. Le déclin des idéologies a remis en cause les explications toutes faites : on ne croit plus guère que la structure sociale suffit à expliquer les choix politiques. L'ensemble des systèmes de représentation, des valeurs d'une société donnée semble plus utile pour comprendre les choix opérés. Etudier la constitution de ces systèmes de représentation oblige à chercher les multiples canaux qui ont permis leur formation. Le souvenir des épreuves passées est un premier facteur. La même vision de l'avenir importe tout autant. La recension des lieux et des moments constitutifs de cette culture politique est essentielle. Elle va de pair avec une étude de la sociabilité : le café, le cercle, la loge, mais aussi la société d'instruction, la société de gymnastique, l'orphéon ou la société de secours mutuel ont eu leur part dans la constitution de cette identité politique.

  • 10 Soucieuse de ne pas couper Le Havre de son environnement, d’autant que l'idée d'un pays de Caux con (...)

9Le repérage de ces enjeux nous a conduit à penser que le choix du Havre comme thème d'étude n'était pas sans intérêt. Ville à la croissance très forte, elle était très représentative de sentiments républicains modérés, mais pas modérément. Libérale sous la Restauration, ministérielle sous la monarchie de Juillet, elle accepta la Seconde République comme l'occasion de clore enfin l'ère des révolutions et soutint le général Cavaignac en qui elle voyait un Washington français. Le refus du coup d'Etat conduisit à bouder l'Empire qui pourtant offrit à la ville et au port les grands travaux indispensables au développement économique. Dès 1865, le conseil municipal fut conquis par les républicains qui conservèrent la haute main sur la représentation politique de la cité jusqu'à la Belle Époque10.

10Les limites chronologiques ont, elles, obéi au souhait de ne pas se limiter à un cadre trop étroit qui aurait empêché d'appréhender comment s'était mise en place une culture républicaine. En amont, la nécessité de comprendre comment s'était constituée l'identité politique de la ville supposait de ne pas commencer seulement en 1848 quand les premières structures républicaines se mirent en place. Le républicanisme havrais est le fils d'un libéralisme apparu sous la Restauration quand se reconstitua un négoce après le cruel intermède du blocus continental et des guerres napoléoniennes. 1815 s'imposait comme date de départ. En aval, le choix a été de s'arrêter là où finit l'unanimisme républicain, si typique du Havre des débuts de la troisième République. C'est au tournant des années 1890 qu'apparaissent les premières fractures : le clivage entre radicaux et progressistes, jusque-là mineur, s'élargit ; un mouvement ouvrier hostile à la République établie s'organise. La célébration du centenaire de 1789 fut une des dernières manifestations de l'unanimisme républicain. Elle sert de terme ultime à notre travail.

Le cadre d'étude : le Havre

11Etudier les Républicains dans un cadre urbain supposait le choix d'une ville. Le Havre, grande ville française et bastion de la République, présentait un terrain tout trouvé pour nos réflexions.

  • 11 Sur la ville au XIXe : Jean-Pierre Chaline in André Corvisier dir., Histoire du Havre et de l'estua (...)

12Parler du Havre au XIXe siècle, c'est d'abord évoquer sa croissance exceptionnelle11. C'est en 1517 que François Ier créa, sur des terrains marécageux au pied de la côte d'Ingouville, Le Havre de Grâce pour surveiller l'entrée de l'estuaire de la Seine face à la menace anglaise. Quand les défaites napoléoniennes éloignent ce péril, la ville n'a encore qu'une population réduite. Le recensement de 1821 a dénombré 20 768 habitants. Elle reste une ville militaire à l'étroit dans des remparts qui ne disparaîtront que sous le Second Empire. Le commerce triangulaire a permis un premier essor commercial que les guerres de la Révolution et de l'Empire, ainsi que la perte de Saint-Domingue, ont remis en cause. Ville de négociants et de marins, elle compte encore de nombreux militaires.

13Si Bolbec ou Lillebonne, dans la vallée toute proche dite du Commerce, ont déjà connu les prémices d'une industrialisation, ce n'est pas le cas du Havre qui, avant 1835, ne possède qu'une manufacture, celle des Tabacs. L'activité industrielle consiste essentiellement dans la construction et l'entretien des navires, employant calfats, cordiers, charpentiers, scieurs de long et autres métiers. Sinon, la plupart des ouvriers sont en fait des « ouvriers du port », qui déchargent, véhiculent les marchandises et raccommodent les sacs. S'affairent aussi les terrassiers, creusant inlassablement chenal et bassins portuaires à marée basse. Tous ces Havrais dépendent étroitement pour leur survie des fluctuations du commerce maritime.

  • 12 John Dunne et Jérôme Decoux, Grands notables du Premier Empire, Seine-Inférieure, Paris, Éd. du CNR (...)

14Celui-ci fait aussi vivre de nombreux employés de commerce qui travaillent chez les négociants-armateurs. Quelques belles fortunes sont apparues au XVIIIe. Parmi les 82 notables du département dont le préfet a dressé la liste en 1809, six ont leur résidence au Havre12.

  • 13 Ibid., p. 27-29.

15Alors qu'ailleurs la noblesse terrienne reste très bien représentée, les notabilités havraises sont issues du négoce : sur les six, quatre y ont fait fortune. Le plus célèbre est Jacques François Begouen, ancien actionnaire de la Compagnie des Indes, baron d'Empire et conseiller d'État13. Contrairement à Rouen ou Caen, la noblesse de robe ou d'épée est inexistante dans cette ville au passé trop récent.

Carte 1. Le Havre sous la monarchie de Juillet

Carte 1. Le Havre sous la monarchie de Juillet
  • 14 Émile Zola, La Bête humaine, Garnier-Flammarion, p. 190.
  • 15 Rue Félix Faure, Catalogue d'exposition, Le Havre, 1987.

16Fin XIXe, le temps où la ville n'était que la seconde du département, loin derrière Rouen, est oublié. Avec 116 369 habitants en 1891, Le Havre s'est hissé au neuvième rang des villes françaises et est désormais la première ville de Normandie. « Porte océane » de la France, mais aussi de l'Europe, elle accueille chaque jour des navires aux provenances lointaines, chargés de coton, de café, de cacao ou d'autres produits exotiques. Sur les quais, les candidats à l'émigration, misérables, côtoient les voyageurs en cabine, en partance vers le nouveau monde. Cette activité portuaire a favorisé une industrialisation rapide. Dans les quartiers proches des bassins, les usines se sont multipliées. De sa fenêtre, Séverine Roubaud, femme du sous-chef de gare, n'aperçoit que « les fumées des usines voisines, dont les gros tourbillons noirs tachaient le ciel »14. Les chantiers de construction navale côtoient les établissements métallurgiques, les industries de transformation des matières premières importées ou les filatures. Ville de négociants, d'employés et d'ouvriers, Le Havre s'est affirmé l'équivalent français de Liverpool. Une nouvelle génération de négociants a remplacé les Begouen ou les Foache. La vie de Félix Faure, fils d'un artisan du faubourg Saint-Antoine, devenu président de la République, est l'illustration de cette réussite : c'est au Havre qu'il a fait fortune dans le commerce et la transformation des peaux15. Sa somptueuse villa, aux murs blancs, qui, du haut de la côte d'Ingouville, surplombe la ville, montre à tous la voie de l'ascension sociale. L'optimisme havrais est résumé en quelques mots : « Félix Faure est heureux, il est havrais ».

Les étapes de la croissance économique

  • 16 Patrick Tanneau, La Compagnie des paquebots à vapeur du Finistère (1839-1921), Mémoire de maîtrise, (...)

17Cette métamorphose s'est effectuée en plusieurs étapes. Après un rattrapage sous la Restauration, le trafic portuaire connaît un envol sous la monarchie de Juillet. Si le nombre de navires double entre 1827 et 1847, Le Havre n'a pas encore retrouvé son rôle transatlantique du XVIIIe siècle. Le cabotage vers les autres ports européens ou français domine. Ainsi, une partie des relations entre la Bretagne et Paris passe par Le Havre où le romancier Édouard Corbière a créé une Compagnie des paquebots à vapeur du Finistère qui assure une liaison régulière vers Morlaix16. Le trafic au long cours redémarre lentement autour du café et du coton. Après 1830, il bénéficie de la détérioration des conditions nautiques de l'estuaire qui rend plus difficile l'accès à Rouen aux navires de haute mer. Le Havre s'impose peu à peu comme le grand port importateur de coton américain, fournissant en matière première les usines textiles des vallées rouennaises, mais aussi de Mulhouse ou hors de France. L'arrivée du chemin de fer, dès 1847, élargit l'hinterland havrais jusqu'au-delà des Vosges. Pour ne pas repartir à vide, les navires prennent l'habitude d'embarquer vers le nouveau monde des émigrants venus d'Allemagne, de Suisse ou d'Alsace. Les quais sont envahis de ces paysans pauvres, à la recherche de travail dans l'attente d'un embarquement vers la « terre promise ».

Figure 1. Le Havre vu de ballon vers 1890

Figure 1. Le Havre vu de ballon vers 1890
  • 17 Félix Faure, Le Havre en 1878, Le Havre, Lemale, 1878.

18La crise économique de 1847 met à mal pour quelques années cet essor économique, mais le redémarrage est très rapide dès les débuts du Second Empire. Le port connaît pendant trente ans une croissance remarquable de son trafic. Le léger recul du début des années 1860, lié à la « famine du coton », conséquence du blocus des ports du Sud par le Nord pendant la Guerre de Sécession, n'est qu'une parenthèse de quelques années. La Grande Dépression des années 1880 a, elle, des effets plus durables, ralentissant fortement l'essor du port. Spécialisé dans les marchandises tropicales (café, cacao, poivre) et le coton, à forte valeur, Le Havre importe aussi du blé américain, des cuirs et de la laine d'Argentine, du charbon anglais, des bois norvégiens ou des minerais non-ferreux17. Il devient le grand port d'embarquement de passagers vers les États-Unis. Le lancement de transatlantiques comme la Bourgogne ou la Normandie permet d'abaisser la durée de la traversée à six ou sept jours à la fin du siècle et d'offrir un voyage luxueux aux plus fortunés, les passagers de troisième classe se contentant de l'entrepont. La Compagnie Générale Transatlantique, fondée en 1855 sous le nom de Compagnie Générale Maritime et reprise, dès 1857, par le Crédit mobilier des frères Pereire, prend une place primordiale dans la vie économique havraise.

  • 18 Jean-Louis Maillard, La Révolution industrielle au Havre, 1860-1914, DEA, Univ. de Rouen, 1978, p.  (...)
  • 19 Émile C. de Beaucamp et N. Le Grix, Petite histoire du Havre illustrée, Le Havre, Bourdignon, 1893, (...)
  • 20 J.-L. Maillard, op. cit., p. 26.

19Cet essor commercial s’accompagne d'une industrialisation rapide. A côté des usines de transformation des produits importés, telles la manufacture de tabac citée plus haut ou la filature de coton ouverte par François Courant en 1838, se développent les chantiers de construction navale et les ateliers de construction de machines. Au début du siècle, les navires sont encore en bois et les chantiers ne comprennent pour tout atelier que des scieries. L'utilisation des machines à vapeur sur les navires entraîne la création d'ateliers de construction de machines, comme ceux de Nillus ou de François Mazeline. Ces constructeurs étendent assez vite leurs activités à la construction de navires en fer, prenant la tête de véritables entreprises métallurgiques18. Parallèlement, les chantiers plus anciens, comme ceux d'Augustin Normand, créés en 1816 dans le quartier du Perrey, savent être à la pointe du progrès technologique : c'est en 1842 qu'est construit au Havre le premier navire français à hélice. À la fin du siècle, si Nillus a disparu, les chantiers Augustin font travailler plus de 500 personnes. Quant à la société Mazeline, intégrée aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, elle comprend vers 1893 à la fois les ateliers du canal Vauban où l’on fond des canons et construit des chaudières ou des locomotives, et le chantier de Graville où sont construits les navires. 2 000 ouvriers y travaillent19. À côté des artisans et ouvriers du port, Le Havre comprend désormais de nombreux ouvriers métallurgistes qualifiés. Ceux-ci sont aussi employés dans des activités annexes liées au trafic maritime, comme la fabrication de grues à vapeur assurée par l'entreprise Caillard dans le quartier de l'Eure20.

Carte 2. Les quartiers du Havre dans les années 1880

Carte 2. Les quartiers du Havre dans les années 1880

20Cette réussite industrielle donne un aspect tout autre à l'économie havraise. Le négoce n'est plus la seule source de richesse, l'industrie commence à prendre sa place.

La société havraise

21L'essor commercial et industriel a bouleversé la société havraise et la population a connu une très forte croissance, tandis que l’espace urbain s’agrandissait.

  • 21 Honoré de Balzac, Modeste Mignon, Gallimard-Folio, p. 43.

22Dès 1852, la ville obtint enfin le droit d'abattre ses remparts et annexa les faubourgs d'Ingouville et de Graville-l'Eure, où une partie de la population avait trouvé refuge, faute de place dans les vieux quartiers. C'est dès le XVIIIe siècle que les négociants avaient pris l'habitude de faire construire leurs villas sur la commune d'Ingouville, dans la côte qui fait transition avec le plateau cauchois. Balzac y a situé l'intrigue de son roman Modeste Mignon : « cette commune devint l'Auteuil, le Ville-d'Avray, le Montmorency des commerçants qui se bâtirent des villas pour y respirer l'air de la mer parfumé par les fleurs de leurs somptueux jardins »21. Cela resta vrai tout au long du siècle.

  • 22 AMH, dossier Ernest Lefèvre.

23L'annexion de la majeure partie de la commune de Graville-l'Eure permit, elle, une extension des quartiers ouvriers vers l'est au pied de la côte, de part et d'autre des lignes de chemin de fer et de la route de Rouen. Des spéculateurs privés comme Nicolas Lefèvre, père du député républicain de la Seine, avaient, dès la monarchie de Juillet, commencé à lotir ces terrains, créant le quartier Sainte-Marie22. Les municipalités successives favorisèrent l'apparition de nouveaux quartiers à proximité des bassins, tels les quartiers de l'Eure, ancien hameau installé sur des sols marécageux, ou des Raffineries. La population put ainsi connaître une croissance remarquable : elle doubla presque en trente-cinq ans, passant de 64 137 habitants en 1856 à 116 639 en 1891.

  • 23 Jean Legoy, op. cit., t. II, p. 151-153.
  • 24 Jean-Pierre Chaline in André Corvisier dir., op. cit., p. 184.

24Cet essor est indissociable, comme pour de nombreuses villes françaises, du bilan migratoire. Si la natalité était forte grâce à une population jeune, la mortalité l'était tout autant, avec cependant un bilan naturel légèrement positif. La tuberculose existait à l'état endémique. Le choléra frappa plusieurs fois entre 1832 et 1892, date de la dernière épidémie. Quant à la fièvre typhoïde, elle revint périodiquement23. Jules Siegfried, alors maire, faillit en mourir en 1881. L'absence d'hygiène dans les vieux quartiers Notre-Dame et Saint-François et dans les nouveaux quartiers ouvriers de l'Eure ou Sainte-Marie, sans cesse dénoncée par les édiles locaux, mais aussi les ravages de l'alcoolisme, expliquaient un taux de mortalité resté supérieur à 30 % jusqu'au début des années 188024. Sans apport extérieur, la ville n'aurait jamais atteint le neuvième rang français.

  • 25 Jean Legoy, op. cit., t. II, p. 88.

25Le recensement de population de 1891, premier à noter le lieu de naissance des habitants, donne une idée de l'origine géographique des Havrais. Sur 116 639, 47 314, soit 40,6 %, étaient nés au Havre, 41 289 (35,5 %) étaient normands, surtout de Seine-Inférieure, et 10 125 (8,8 %) venaient de Bretagne, essentiellement des Côtes-du-Nord et du Finistère25. La forte minorité d'étrangers était une autre particularité du Havre : un peu plus de 3 % de la population durant la majeure partie du siècle. Pour la plupart anglais, allemands ou suisses, ils travaillaient dans le négoce et professaient la religion réformée.

26Cette société havraise était restée très diverse et originale pour la France de l'époque. Les oppositions sociales y étaient plus fortes qu'ailleurs.

27Au sommet, le monde des négociants, armateurs et courtiers était d'origine composite. Un renouvellement important avait eu lieu tout au long du siècle : peu de situations remontaient au XVIIIe. De nombreux négociants ou armateurs avaient fait fortune sur une courte période. Le cas de Jules Siegfried, millionnaire avant d'avoir atteint trente ans, en était l'illustration.

  • 26 Cent Ans, 1793-1893. Descendance au 18 janvier 1893 de Jean Monod et Louise de Coninck mariés le 18 (...)

28Beaucoup avaient su se frayer une place parmi l'élite havraise grâce à leur seul talent. Le parcours type était celui du simple commis de négoce, réussissant à devenir associé de la maison qui l'employait avant de la racheter. L'origine géographique était encore plus diverse. Les natifs du Havre ne dominaient pas, loin de là. Un fort noyau alsacien, venu s'installer avant même le traité de Francfort, côtoyait des négociants d'origine étrangère. Le lieu de naissance illustrait l'histoire de ces familles du négoce à la forte mobilité. Les Monod, dont deux générations dirigeront une des principales maisons de commerce de la place, étaient originaires de Genève et avaient séjourné à Copenhague26. Futur maire d’Ingouville, Édouard Boisgérard était, lui, né à Charleston de parents français. L'historiographie s'est surtout attachée à ces familles aux origines lointaines. D'autres venaient tout simplement de Normandie ou de Paris. Tout au long du siècle, le pouvoir d'attraction de la Porte Océane resta fort sur tous ceux qui rêvaient de faire fortune dans le négoce.

29Le Havre n'était souvent qu’une étape d'une vie commerciale bien remplie, durant laquelle on n'avait pas hésité à séjourner hors de France. On avait parfois vécu aux îles ou bâti sa fortune aux États-Unis.

  • 27 Honoré de Balzac, op. cit., p. 61.

30Quel que soit le parcours suivi, la chute pouvait être rapide. Les faillites étaient chose courante. Dès les débuts de Modeste Mignon, Balzac nous peint la précarité des situations les mieux établies : il suffit de « trois lettres, venues de New-York, de Paris et de Londres » pour annoncer sa ruine à Charles Mignon27. Il n’y a pas là qu'exagération romanesque. Des hommes bien installés disparaissaient parfois brusquement.

  • 28 André Siegfried, Mes souvenirs d'enfance, Bourges, impr. Tardy, 1957, 85 p.

31Ce monde du négoce était double : deux sociétés se faisaient face, une protestante, habitant la côte d'Ingouville, et l'autre catholique, préférant Sainte-Adresse. André Siegfried a décrit cet antagonisme qu'il connut enfant28.

32La bourgeoisie havraise ne se réduisait pas aux seuls négociants et industriels, même s'ils dominaient par leur fortune. La réussite du port fixa dans cette ville des membres des professions libérales, médecins, avocats ou notaires. L'essor démographique favorisa le simple commerce. Ces « classes moyennes » restèrent pourtant peu nombreuses. Surtout, elles ne donnèrent jamais le ton à la vie sociale havraise, pas plus que les employés de plus en plus nombreux.

  • 29 Pour une approche plus complète du monde ouvrier havrais, nous renverrons le lecteur à l'ensemble d (...)
  • 30 Jean-Noël Chopart, Le fil rouge du corporatisme. Solidarité et corporations ouvrières havraises au (...)

33A l'opposé de la bourgeoisie, le monde ouvrier connut un renouvellement important pendant la seconde moitié du XIXe29. Tant que les grandes entreprises étaient restées rares, il avait conservé des structures qui rappelaient l’Ancien Régime. Les métiers de la construction navale, proches de l'artisanat, étaient encore marqués par le système des corporations, dont la disparition restait plus théorique que réelle30. On les pratiquait de père en fils et une hiérarchie rigide distinguait les maîtres des compagnons. La manutention avait aussi son organisation, avec les « brouettiers du grand corps », ancêtres tout à la fois des dockers et des entrepreneurs de manutention. Tous ces corps de métiers étaient fiers de leurs traditions et essayaient d'imposer un contrôle de l'embauche. Le travail, lui-même, restait manuel, demandant, parfois, tout un savoir-faire, transmis de génération en génération. Aux côtés de ces professions organisées, existait un prolétariat misérable d'ouvriers du port, de terrassiers ou de journaliers. Simples hommes de peine, ils constituaient une population flottante, au même titre que les marins, nombreux à loger périodiquement dans les quartiers Notre-Dame et Saint-François.

34L'apparition d'une grande industrie bouleversa, en partie, ce schéma. Un nouveau monde ouvrier, moins mobile, se constitua, peuplant les nouveaux quartiers à l'est de la ville. L'ouvrier métallurgiste, souvent qualifié, prit place dans le paysage social. L'apparition de l'« ouvrier d'usine » ne signifia pas, loin de là, la disparition de la main-d'œuvre portuaire. De plus en plus nombreux, les ouvriers du port et journaliers continuèrent à peupler les quartiers proches des bassins (Notre-Dame, Saint-François, mais aussi quartiers de l'Eure ou des Raffineries). Non qualifiés, d'origine le plus souvent rurale, ils représentèrent pour la bourgeoise locale une menace potentielle, mais, aussi et surtout, un terreau électoral à entretenir et un terrain d'expérimentation des théories philanthropiques.

Notes

1 Georges Weill, Histoire du parti républicain en France de 1814 à 1870, Paris, 1900, rééd. 1928, 432 p. ; louda Tchernoff, Le Parti républicain sous la monarchie de Juillet. Formation et évolution de la doctrine républicaine, Paris, A. Pedone, 1901 ; du même, Le Parti républicain au Coup d'Etat et sous le Second Empire d'après des documents et des souvenirs inédits, Paris, 1906, 676 p.

2 Maurice Agulhon, La République au Village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, rééd. Seuil, 1979, 544 p. ; Philippe Vigier, La Seconde République dans la région alpine. Etude politique et sociale, Paris, PUF, 1963, 2 vol. , 333 et 527 p. ; Pierre Barrai, Le département de l'Isère sous la Troisième République, 1870-1940, Histoire sociale et politique, Paris, A. Colin/Presses de la FNSP, 1962, 608 p.

3 Raymond Huard, La préhistoire des partis. Le mouvement républicain en Bas Languedoc, 1848-1881, Paris, Presses de la FNSP, 1982, 520 p.

4 L'esprit républicain, Colloque de l'Université d'Orléans des 4 et 5 septembre 1972, présenté par J. Viard, Paris, Klincksieck. 1972, 465 p.

5 Claude Nicolet, L'Idée républicaine en France. Essai d'histoire critique, Paris, Gallimard, 1982, 512 p.

6 Janie Juillet Cara, Les républicains de Seine-et-Oise. Députés, forces politiques et organisation, 1881-1900, Doctorat d'histoire, Université de Paris X, 1996.

7 Léo Hamon dir., Les opportunistes. Les débuts de la République aux républicains, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1991, 323 p. ; Mathias Bernard, Les modérés lyonnais et la Fédération républicaine du Rhône, 1889-1940, Thèse de doctorat de l'Université Paris IV (dir. Jean-Marie Mayeur), 1995, 4 vol., 1265 p.

8 Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Etienne, 1840-1940, Lyon, PUL, 270 p.

9 Serge Berstein, « L'historien et la culture politique », Vingtième siècle, revue d'histoire, no 35, juillet-septembre 1992, p. 67-77 ; Jean-François Sirinelli, « Pour une histoire des cultures politiques », Voyages en histoire. Mélanges offerts à Paul Gerbod, Besançon, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1995.

10 Soucieuse de ne pas couper Le Havre de son environnement, d’autant que l'idée d'un pays de Caux conservateur opposé à une ville progressiste a été un des mythes fondateurs du républicanisme havrais, notre thèse contenait plusieurs incursions dans le reste de l’arrondissement du Havre, s’attardant notamment sur l’apparition précoce d’un noyau républicain à Fécamp et sur la réalité du conservatisme cauchois. Le souci de maintenir la version imprimée dans des proportions raisonnables nous a conduit à supprimer ces passages. De même, nous avons dû faire notre deuil d’une partie des notes. Le lecteur pourra se reporter au manuscrit de notre doctorat consultable aux Archives municipales du Havre.

11 Sur la ville au XIXe : Jean-Pierre Chaline in André Corvisier dir., Histoire du Havre et de l'estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1983, p. 153-221 ; Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire. Du négoce à l'industrie, 1800-1914, Le Havre, 2 volumes, 1982 et 1984, 447 et 511 p.

12 John Dunne et Jérôme Decoux, Grands notables du Premier Empire, Seine-Inférieure, Paris, Éd. du CNRS, 1993, 86 p.

13 Ibid., p. 27-29.

14 Émile Zola, La Bête humaine, Garnier-Flammarion, p. 190.

15 Rue Félix Faure, Catalogue d'exposition, Le Havre, 1987.

16 Patrick Tanneau, La Compagnie des paquebots à vapeur du Finistère (1839-1921), Mémoire de maîtrise, Université de Bretagne occidentale, 1992, 358 p.

17 Félix Faure, Le Havre en 1878, Le Havre, Lemale, 1878.

18 Jean-Louis Maillard, La Révolution industrielle au Havre, 1860-1914, DEA, Univ. de Rouen, 1978, p. 19-23 ; du même, « La construction navale au Havre de 1830 à nos jours », Etudes normandes, 1980, n° 3.

19 Émile C. de Beaucamp et N. Le Grix, Petite histoire du Havre illustrée, Le Havre, Bourdignon, 1893, p. 241.

20 J.-L. Maillard, op. cit., p. 26.

21 Honoré de Balzac, Modeste Mignon, Gallimard-Folio, p. 43.

22 AMH, dossier Ernest Lefèvre.

23 Jean Legoy, op. cit., t. II, p. 151-153.

24 Jean-Pierre Chaline in André Corvisier dir., op. cit., p. 184.

25 Jean Legoy, op. cit., t. II, p. 88.

26 Cent Ans, 1793-1893. Descendance au 18 janvier 1893 de Jean Monod et Louise de Coninck mariés le 18 janvier 1893, Nancy, Berger-Levrault et cie, 1893, 308 p.

27 Honoré de Balzac, op. cit., p. 61.

28 André Siegfried, Mes souvenirs d'enfance, Bourges, impr. Tardy, 1957, 85 p.

29 Pour une approche plus complète du monde ouvrier havrais, nous renverrons le lecteur à l'ensemble des travaux de Jean Legoy, notamment Le Peuple du Havre et son histoire. Du négoce à l'industrie, 1800-1914.

30 Jean-Noël Chopart, Le fil rouge du corporatisme. Solidarité et corporations ouvrières havraises au XIXe siècle, Paris, Mutualité française, 1991, p. 56-87.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Le Havre sous la monarchie de Juillet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 1. Le Havre vu de ballon vers 1890
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Carte 2. Les quartiers du Havre dans les années 1880
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search