Version classiqueVersion mobile

Les Républicains du Havre au xixe siècle (1815-1889)

 | 
Pierre Ardaillou

Préface

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

1L’Histoire fait apparaître, à de certains moments, des villes qu’on dit « rouges » par opposition à d’autres qu’un choix opposé fait qualifier de « blanches ». Le Havre, au siècle dernier, fut sur la même palette une ville « bleue ». Précoce dans son opposition au régime du Second Empire, mais rejetant aussi les surenchères d’extrême gauche, elle devait alors trouver dans un républicanisme bon teint le terrain consensuel susceptible de réunir le petit peuple de ses quais ou de ses usines et les grands négociants de la « Côte ». Les élites urbaines prenant la tête du « mouvement » au lieu de se crisper sur leurs « privilèges », le cas de figure n’est pas si courant dans l’histoire politique et sociale de la France. Bien que contesté, dénoncé ensuite par certains comme une variante plus habile de domination bourgeoise, il méritait sans aucun doute qu’on s’y intéressât.

2Les républicains, en effet, ont été étudiés par d’autres « au village » ou dans les villes moyennes d’un Midi viticole. Mais avaient-ils le même visage, se fondaient-ils sur les mêmes structures dans le cadre d’une grande cité industrielle et portuaire du Nord-Ouest ? Hésitant à parler des siens, qu’il connaissait trop bien, André Siegfried s’est abstenu, dans son Tableau célèbre, de mettre en scène les Havrais comme il l’avait fait pour tant d’autres avec tant de bonheur. On peut le regretter, mais cela, du même coup, a laissé place libre à Pierre Ardaillou. En lui proposant ce sujet de thèse, Les républicains du Havre au XIXe siècle, je savais qu’il y avait matière et qu’il saurait au mieux en tirer parti. L’ouvrage qu’on va lire, publié peu après une soutenance remarquée en Sorbonne, en est la démonstration éloquente. Par l’abondance de sa documentation, par le sérieux de son enquête, par la finesse de ses analyses, ce travail s’impose comme une des grandes réussites du genre. Il sera désormais une des références incontournables pour les recherches ultérieures d’histoire politique.

3Le sujet est traité ici dans toute son ampleur. De ses premiers balbutiements dans une ville d’abord simplement « libérale » jusqu’à son apogée lors des commémorations de 1889, le courant républicain havrais est en effet envisagé sur le long terme, depuis 1815, selon un plan chronologique qui sait faire aussi bonne place aux structures qui soustendent le mouvement. On découvre en cette Porte Océane, sous la Seconde République, l’importance d’un courant « bleu » en général sous-estimé par l’historiographie au profit de « démoc-soc » à la vérité mal enracinés ici. En témoignent les 52 % de voix obtenues aux présidentielles de décembre 48 par Cavaignac, expression d’une démocratie dans l’ordre, en qui les Havrais aimaient voir un « Washington français ». On constate sous l’Empire, malgré l’essor et la prospérité qu’il apporte à la ville, une large adhésion de la bourgeoisie d’affaires à une République modérée dont Emile Ollivier, en 1863, manque d’assez peu de devenir l’élu. Mais c’est surtout la guerre de 1870-71, dans le contexte très spécial d’une cité restée – seule du département – libre de toute occupation prussienne, qui consacre définitivement un républicanisme havrais patriote et gambettiste, face au chef-lieu voisin accusé de lâcheté et de compromission avec l’ennemi : Boule de suif, on le sait, devait en perpétuer le thème...

4Alors que la France hésite encore sur son futur régime, Le Havre a choisi et se pose en « forteresse de la République », développant en son sein toute une sociabilité liée à cette option. C’est là, je crois, un des apports les plus appréciables de cette étude : Pierre Ardaillou a su y conjuguer les méthodes éprouvées de la prosopographie, mises en oeuvre en particulier pour la grande enquête nationale sur les parlementaires de la Troisième République, à laquelle lui-même participe, et la problématique, chère au GRHIS rouennais, des rites et structures de sociabilité. On découvrira sous sa plume des pages d’anthologie sur tel grand négociant républicain comme Jules Lecesne, sur la « républicanisation » de l’espace urbain, sur le tissu associatif à base musicale, gymnique et naturellement maçonnique, sur le lien enfin, réexaminé, entre République et protestantisme, la relecture du texte original de Jules Siegfried en donnant une image moins laïcisée que ne le voudra son fils.

5Une belle thèse et, on va le voir, un beau livre, qu’on se réjouit de voir désormais accessible au public.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search