Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Ports normands : un modèle ?

 | 
Éric Wauters

Le port, creuset et laboratoire social ?

Présence et intégration des étrangers dans un port normand : Le Havre à la fin du XVIIIe siècle.

Eric Saunier

Texte intégral

  • 1 É. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des dix-huitième et dix-neuvième siè (...)

1Le choix d’une enquête portant sur les étrangers au Havre mérite quelques explications car notre champ de recherche originel, l’étude de la sociabilité maçonnique au temps de la transition révolutionnaire1, est a priori différent de ce thème d’étude.

2C’est cependant l’analyse de cette forme de sociabilité originale entre 1750 et 1848 qui, en raison des faits mis en lumière grâce à l’analyse de la construction des réseaux par lesquels elle s’est structurée puis diffusée et des réflexions qu’elle a suscitées s’agissant des formes et des résistances à l’intégration réfléchies par une institution reflétant rapports et tensions socioculturelles, nous a progressivement « rapproché » de la population étrangère. En effet, au Havre, ville maçonnique qui intégra une trentaine d’étrangers dans les loges et où, malgré les valeurs du cosmopolitisme auquel se réfère la francmaçonnerie, s’observent à la fois un jeu subtil et ambivalent fait de phénomènes répulsifs et attractifs envers les horsains à la fin du XVIIIe siècle et de profonds bouleversements provoqués par l’événement révolutionnaire, tout incitait à penser la question de l’intégration bien audelà du prisme constitué par les loges franc-maçonnes.

  • 2 Voir notamment : M. Bélissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolit (...)

3Mais, à l’origine de cette recherche apparaît également, outre cette approche et travaillant sur « l’objet-Révolution », les axes offerts par un appareil de réflexion critique profondément renouvelé grâce aux travaux récents portant sur l’intégration et le cosmopolitisme des Lumières au début du XIXe siècle, essentiellement axés autour du discours sur les étrangers2. La tentation de la confrontation entre celui-ci et les pratiques véhiculées par cette population dans le cadre d’un espace portuaire fortement investi par le politique durant cette période présentait alors tout son intérêt.

4C’est donc la rencontre entre un questionnement personnel et les possibilités offertes par le renouvellement du champ historiographique qui nous fit partir à la recherche des étrangers présents au Havre avec, à terme, la volonté de saisir les formes de la transformation liées à l’intervention de l’événement révolutionnaire.

5Cet exposé constitue ainsi un premier bilan destiné à poser des jalons pour une réflexion d’ensemble portant sur les mécanismes de l’intégration durant la longue période révolutionnaire. Pour cette raison, il se présente sous la forme de deux états des lieux successifs, l’un concernant les populations présentes au Havre et l’autre les conditions de l’intégration à partir desquelles la Révolution va s’insérer. Néanmoins, le choix de l’analyse des pratiques nécessitait préalablement d’exposer les raisons pour lesquelles l’observatoire havrais semblait particulièrement opératoire.

L’observatoire havrais

6Les sources mobilisables au Havre réunissent à la fois des instruments traditionnels pour ce genre de recherche mais aussi des sources moins systématiquement disponibles qui constituent un point de départ commode et fondamental pour une enquête visant à la fois à comprendre les phénomènes intégratoires et à placer l’événement révolutionnaire en position centrale.

  • 3 AMH, série I, sous-série 12 : 12 145-147.
  • 4 Le mémoire de maîtrise de M.-L. Chastres, amorcé par une recension exhaustive de la population étra (...)
  • 5 Outre les données concernant l’origine géographique ou l’activité occupée par les ressortissants ét (...)

7Parmi ces dernières émergent notamment les listes des étrangers admis au bénéfice de l’hospitalité3 et celles des déclarations des étrangers faites au printemps 1793. Essai de recension incomplète établie en un moment particulièrement dramatique, dont les lacunes sont aujourd’hui comblées par la recherche de Marie-Loup Chastres4, ces deux listes ne peuvent permettre de faire un état sur l’ensemble de la population étrangère résidant au Havre durant la Révolution mais elles constituent une base de travail intéressante en raison de la multiplicité des données sociométriques et sociologiques contenues, dont certaines touchent directement à la question des processus d’intégration5. Sans être dépourvues de failles, ces pièces restent un moyen commode pour faire un état des lieux.

8Mais, outre l’outil précieux que constituent ces sources, on doit souligner l’intérêt de l’observatoire havrais en raison de la densité et de l’originalité du foyer culturel et politique qu’il constitue.

9Ce n’est bien sûr pas la présence de grands négociants parmi les élites locales ou la très forte représentation du milieu de l’artisanat spécialisé, dans un contexte général où la France reste encore largement à l’École des Autres, qui fondent cette originalité mais la conjonction de trois facteurs culturels faisant du Havre un espace privilégié pour analyser les comportements des ressortissants étrangers.

  • 6 À ce sujet, voir F. Rabaud, « Recherches sur la confrérie du Saint-Sacrement et les lieux de sociab (...)
  • 7 ibidem
  • 8 É. Saunier, op. cit.
  • 9 D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale, Thèse de doctorat sous la direction de C (...)

10Le premier a trait à la richesse des formes de sociabilité et à la connaissance des hommes qui les fréquentèrent. Une confrérie de dévotion ayant rassemblé 400 membres entre 1750 et 17936, une chambre littéraire dont on connaît l’identité de vingt membres7, deux loges maçonniques réunissant plus de 200 initiés8, on dispose là d’une véritable base d’observation offrant des perspectives analytiques et comparatives évidentes, prolongeables de surcroît pour la période révolutionnaire par la connaissance précise que l’on a des sociétés politiques locales pendant la Révolution française9.

11Le second, qui s’inscrit dans la continuité du précédent dans la mesure où il se juxtapose dans l’espace d’intégration potentiel formé par les lieux de sociabilité, est constitué par un tissu religieux marqué par la variété de la représentation confessionnelle et par la diversité des rapports induits. Dans le contexte d’une difficile survie des communautés protestantes, la « question étrangère » se mêle en effet à celle de l’attitude du pouvoir, mais aussi des havrais face à des communautés réformées qui, bien que minoritaires, sont cependant vivaces et diversifiées. Cela offre donc à la fois un outil d’analyse globale portant sur la manière dont se construit le processus d’intégration des étrangers par le biais du filtre religieux et une perspective comparative en fonction des confessions auxquelles chacun des groupes prétend se référer.

12Enfin, en aval de ces perspectives, l’importance du port du Havre, dans la diffusion des idées et des hommes au temps du libéralisme politique, permet de prolonger l’analyse, du point de vue des pratiques politiques, dans la cadre de l’Europe de la Sainte-Alliance où s’affirme définitivement la conscience nationale.

L’éclatement d’une nébuleuse

13Partant de là, la vision d’ensemble portée sur la communauté étrangère résidant au Havre à la fin du XVIIIe siècle peut se résumer en une phrase : elle laisse une impression de formidable éclatement et de diversité.

  • 10 Si l’on prend les chiffres actualisés par M.-L. Chastres, les anglophones rassemblent 95 adultes (d (...)
  • 11 Soit 22 adultes.
  • 12 Soit 11 adultes.
  • 13 Soit 14 adultes.
  • 14 Soit 19 adultes.

14Le fait le plus frappant concerne la ventilation dans l’origine géographique des migrants : elle se matérialise par un équilibre relatif entre les deux communautés dominantes, composées d’anglophones et d’austro-allemands, et de multiples communautés secondaires qui, réunies, forment des minorités solides et bien équilibrées. Si les deux premières rassemblent 60 % de la population étrangère10, natifs des Pays-Bas Autrichiens11, hollandais12, Scandinaves13, dominés par les suédois, et surtout italiens14 constituent quatre communautés secondaires, dont l’importance, amplifiée par les présences liées aux migrations temporaires, pose, à terme, la question de l’intégration avec des perspectives culturelles plus larges que celles liées à l’apriorisme d’une relation conçue de manière trop univoque, avec les deux communautés majoritaires.

  • 15 On peut classer parmi les élites 61 négociants étrangers.
  • 16 On peut classer dans ce groupe Jules-Maxime-Michel Oppenheimer, Grégoire, Léon et Édouard Homberg, (...)

15L’élargissement des perspectives culturelles trouve d’ailleurs sa confirmation avec la variété des statuts sociaux. C’est en effet le second enseignement procuré par l’observation de cette population. On y décèle à la fois la nécessité de bénéficier de compétences techniques défaillantes, notamment dans le domaine de l’artisanat spécialisé, mais aussi l’apport d’une population, fortement représentée à partir de 1780, attirée par le nécessaire renforcement des compétences liées à l’essor du capitalisme commercial au XVIIIe siècle, ce double mouvement migratoire faisant apparaître une structure sociale ternaire assez équilibrée. Les deux extrémités de la pyramide, soit presque la moitié de la population (122 personnes), rassemblent ainsi tous ceux qui, parmi les étrangers, furent aspirés par le développement des activités négociantes et manufacturières. Au sommet15, on voit apparaître la constitution d’un groupe de migrants correspondant aux capacités les plus récentes de la ville, majoritairement des négociants apportant une diversification dans les échanges commerciaux et des manufacturiers aux initiatives novatrices : il se détache du groupe une micro-élite d’une quinzaine d’individus ayant constitué une fortune indéniable qui leur permet de figurer, à l’occasion de l’emprunt forcé de l’an II, au sein de la sanior pars de la cité16. À l’autre bout de l’échelle sociale, un groupe d’une trentaine d’étrangers exerçant des métiers subalternes pour les hommes et des tâches de domesticité pour les femmes apparaît : il est, le plus souvent, venu au Havre dans le sillage des premiers.

  • 17 Au total, les métiers de l’artisanat rassemblent 94 adultes.
  • 18 On compte 25 métiers différents au niveau de l’artisanat et onze au niveau des talents.
  • 19 Les viviers allemand et italien montrent ainsi l’existence d’un phénomène de « concurrence » entre (...)

16Mais ces deux groupes opposés sont solidement concurrencés et encadrés par l’existence d’un ensemble important17, bien que très éclaté18, de représentants des talents et d’artisans très spécialisés. Pas plus qu’il y a véritablement de cohérence ou d’affinités géographiques, on ne voit donc apparaître une tendance à l’unification sociale. Cette parcellisation de la représentation, induite par les indicateurs géographiques et sociaux, est d’ailleurs largement amplifiée par l’émiettement propre à chaque communauté. En effet, si les phénomènes de viviers régionaux dans le recrutement des étrangers apparaissent bien, celui-ci laisse une large part aux phénomènes de diversification19 et, dans une perspective finalement assez comparable, on est frappé par la ventilation sociale très large à l’intérieur de chaque communauté. Anglais et ressortissants des états allemands sont particulièrement représentatifs de ce phénomène de division entre l’existence d’une minorité rattachée à l’élite et celle d’une nébuleuse plus anonyme de petits travailleurs des villes et de domestiques.

  • 20 Les femmes représentent 42 % des personnes chez les anglophones.
  • 21 Au total, la proportion des femmes représente 15 % des étrangers.

17L’analyse d’autres critères, comme l’ancienneté dans la ville et la répartition selon les sexes, révèle également l’absence de logique commune : la première montre l’éclatement des comportements pour toutes les communautés et la seconde se caractérise notamment par l’opposition entre « l’exception anglaise », cette communauté étant la seule à montrer un relatif équilibre20, et le comportement des autres communautés qui se caractérise par le faible poids de la représentation des femmes21.

  • 22 Citons Brême et Hambourg pour les allemands, Vienne, Londres, Milan et Parme ou Cork.

18Au final, la seule cohésion relative repose, dans un contexte où la conscience nationale est en cours de constitution pour nombre de ressortissants, dans l’appartenance à un vivier22, entité régionale ou provinciale, qui, malgré les concurrences, présente une certaine réalité perceptible à travers le fonctionnement des filières alimentant les mouvements migratoires plus temporaires.

Les mécanismes de l’intégration

19Par le jeu de la diversité, l’analyse des mécanismes intégratoires se trouve ici complexifiée : on peut l’analyser sous les angles traditionnels et complémentaires des pratiques démographiques, des relations professionnelles et des rapports apparus à travers les comportements liés à la constitution des réseaux de sociabilité.

20Sur le plan démographique, les phénomènes d’intégration sont parfaitement perceptibles et ne doivent pas être minorés : ainsi les mariages mixtes sont majoritaires (55 %) et les hommes sont particulièrement prompts à sortir de la communauté lorsqu’il faut choisir un conjoint. Toutefois, ces faits ne doivent pas occulter une autre réalité : l’apparition, masquée par ces tendances générales, d’indices incitant à tempérer les signes d’intégration. Les mariages intra-communautaires représentent ainsi une forte minorité (45 %) et s’avèrent parfois être le comportement dominant (les Anglais). Quant à la sortie de la communauté par le mariage, on observe que les femmes la pratique bien moins que les hommes. L’importance du célibat ou des familles réduites chez les Scandinaves, la propension à développer des stratégies matrimoniales au profit des relations inter-communautaire et aux dépens des havrais de souche plaident également en faveur de l’importance des processus de résistance.

  • 23 Citons les écossais Thomas Collow et Jacques Carmichaël, l’irlandais Corneille Donovan ou le hollan (...)

21Cette relation ambivalente est largement confirmée par le regard porté sur les stratégies professionnelles. La vision d’ensemble plaide pour une approche optimisante de l’intégration des étrangers. Entrées réussies dans le milieu de la traite pour les plus fortunés23 et réalité des liens contractés par le biais de l’atelier sont indéniables mais on ne peut ignorer « la fermeture » qui caractérise le milieu négrier havrais et l’oppose au comportement de ses alter ego bordelais ou nantais, ou l’incapacité chronique, dans les milieux de l’artisanat, à passer du statut d’employé à employeur, sinon au profit d’autres étrangers le plus souvent issus de la communauté.

22On reste donc, à ce stade, sur un sentiment partagé où prédomine, derrière des phénomènes d’intégration bien réels, la réalité de blocages. Elle témoigne de l’inachèvement du processus et ce sont les tendances profondes du fonctionnement des réseaux de sociabilité qui permettent de l’affirmer avec plus de poids.

  • 24 Le prêtre Jean Orian a ainsi fréquenté la confrérie, le négociant irlandais Reilly et l’italien Maz (...)
  • 25 É. Saunier, op. cit.

23Dans une cité marquée par la profusion des lieux, l’étude des confréries, loges maçonniques et chambres littéraires montre pourtant, si l’on tient compte des limites confessionnelles qui sont posées notamment par le caractère des confréries, l’existence d’une attraction sur la population étrangère ou, pour le moins d’une absence de rejet. Tous ces lieux ont été ouverts peu ou prou à la population étrangère24. Néanmoins, l’analyse des comportements au sein de l’espace maçonnique, en raison du caractère cosmopolite auquel celui-ci se réfère et de sa volonté de ne pas exclure les minorités non catholiques, constitue le canal par lequel on peut dépasser une vision d’ensemble trop générale pouvant occulter les tendances profondes des attitudes. Dans les deux loges havraises, « la fidélité » et « l’Aménité », la présence de 25 étrangers25, soit un peu plus de 10 % du recrutement total des ateliers havrais pour le XVIIIe siècle, laisse apparaître une ouverture non négligeable envers les populations étrangères. Celles-ci, largement dominées par le monde du négoce, sont simplement soumises au filtre social fort sélectif au sein de la maçonnerie d’Ancien Régime.

  • 26 É. Saunier, « Francs-maçons et protestants de Normandie au temps de la transition révolutionnaire » (...)

24Pourtant, à y regarder de plus près, l’intégration des étrangers réfractée par le prisme des loges présente des limites non négligeables. Elles placent en effet, face aux étrangers, des barrières qui ne sont pas toujours imposées lorsqu’il s’agit de havrais de souche. On voit ainsi apparaître un filtre religieux imposé aux étrangers alors que celui-ci ne vaut pas pour les frères originaires du Havre. On remarque en effet la prédominance parmi les étrangers initiés, à l’exception des frères de passage, des sujets catholiques alors que les protestants sont réduits à la portion congrue. Lorsque la maçonnerie leur ouvre les portes de ses temples, elle préfère ainsi le faire envers les suisses catholiques ou des irlandais et on voit donc les loges adopter avec conformisme la méfiance et les attitudes de rejet des représentants du pouvoir envers la population étrangère qui l’assimile de fait à une potentielle manne huguenote. Elle pose ainsi une condition d’adhésion spécifique qu’elle n’impose pas aux nationaux26. Le fait serait-il relatif à une attitude adoptée par les élites ? Voire. Lorsque l’on va à Rouen, orient où la vie maçonnique se démocratise nettement entre 1785 et 1789, les étrangers sont tout autant aux abonnés absents.

25La conjonction d’une appartenance religieuse « marginale », qui touche une majorité des étrangers présents au Havre, et les résistances montrées par les représentants du pouvoir sous l’Ancien Régime, agissent donc de concert pour limiter le processus d’intégration. La chose est d’ailleurs largement confirmée par la mise à jour de réseaux et de lieux de sociabilité parallèles. Le Temple installé rue de Percanville, administré par les édiles de la communauté protestante étrangère installée au Havre, un an avant l’édit de Tolérance, montre comment l’établissement d’un lieu de culte privé sert de réceptacle à une population majoritairement exclue de la maçonnerie avant 1789 alors que, sociologiquement parlant, elle en était très proche. Et le phénomène de différenciation touche aussi les populations plus modestes qui forment des cellules de sociabilité communautaires autonomes, notamment autour des cafés et des auberges, dont les propriétaires participent au resserrement des liens entre tous ceux qui appartiennent à une communauté. On voit donc bien, à travers le rapport entretenu par la population étrangère envers le fait associatif, s’affirmer nettement une tendance à l'encellulement déjà induite par les comportements démographiques et les relations professionnelles. Les effervescences des débuts de la Révolution le confirmeront : on observe en effet la faible importance de la population étrangère lors des débats tenus occasionnés par la tenue des États-Généraux puis lorsque se pose la question de leur acceptation dans les assemblées électorales des premiers mois de 1790.

26Les conclusions que l’on peut tirer de ce panorama prennent, dans la perspective qui est la nôtre, plus l’aspect d’une réflexion portant sur le cadre théorique pour la conduite d’une recherche en construction qu’un jugement définitif car, ce qui frappe en premier lieu est bien la complexité dans les phénomènes de structuration des comportements d’une population bientôt confrontée à l’événement révolutionnaire.

27Elle résulte d’une superposition non linéaire de paramètres propres à l’origine géographique, à l’appartenance religieuse ou sociale des individus et cela présente, du point de vue d’une analyse visant à englober la Révolution, deux intérêts. Le premier concerne l’élargissement du cadre d’une recherche plutôt conçue originellement autour des relations entre Le Havre et l’Angleterre, vers une étude culturelle mettant en relation ce port et un ensemble de partenaires insérés dans un cadre géographique large intégrant plusieurs sphères culturelles. Le second, résultant de cet élargissement géographique et de la complexité des conditions régissant le processus intégrateur, tend à écarter la recherche de la tentation globalisante et unificatrice, à laquelle peut parfois conduire une approche par trop fondée sur le discours aux dépens des pratiques. C’est en terme d’encellulement des attitudes et de fractionnement que doivent être approchés les mécanismes de l’intégration durant la période de transition vers le monde contemporain.

Notes

1 É. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des dix-huitième et dix-neuvième siècles. 6000 francs-maçons normands de 1750 à 1830, Rouen, PUR, 1998.

2 Voir notamment : M. Bélissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998, 462 pages ; et S. Wahnich, L'impossible citoyen. L'étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997, 406 pages.

3 AMH, série I, sous-série 12 : 12 145-147.

4 Le mémoire de maîtrise de M.-L. Chastres, amorcé par une recension exhaustive de la population étrangère présente au Havre en 1789, montre que les listes laissent s’échapper une cinquantaine d’étrangers (265 recensés contre 220 présents sur celles-ci). Voir M.-L. Chastres, « Les comportements politiques des étrangers résidant au Havre (mai 1789-fructidor an III) », mémoire de maîtrise sous la direction d’É. Saunier, Université du Havre, octobre 1998.

5 Outre les données concernant l’origine géographique ou l’activité occupée par les ressortissants étrangers, les listes mentionnent également l’ancienneté de la présence au Havre ou l’identité de ceux qui se portent garants des individus en 1793.

6 À ce sujet, voir F. Rabaud, « Recherches sur la confrérie du Saint-Sacrement et les lieux de sociabilité au Havre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen sous la direction de Christine Le Bozec et Éric Saunier, 1997.

7 ibidem

8 É. Saunier, op. cit.

9 D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale, Thèse de doctorat sous la direction de Claude Mazauric, Université de Rouen, 1996, à paraître.

10 Si l’on prend les chiffres actualisés par M.-L. Chastres, les anglophones rassemblent 95 adultes (dont 58 anglais) et les ressortissants des états allemands, auxquels on peut adjoindre suisses alémaniques et autrichiens, 64.

11 Soit 22 adultes.

12 Soit 11 adultes.

13 Soit 14 adultes.

14 Soit 19 adultes.

15 On peut classer parmi les élites 61 négociants étrangers.

16 On peut classer dans ce groupe Jules-Maxime-Michel Oppenheimer, Grégoire, Léon et Édouard Homberg, Charles-Christophe Kaufmann, Wichmann-Gustav Eichoff, Nicolas Reinicke, Jean-Christophe Rohner, Louis Steinmann, Antoine Smuck, Spohrer, GérardHenry Shroeder, Daniel et Georges Thurninger et Rodolf Wyf.

17 Au total, les métiers de l’artisanat rassemblent 94 adultes.

18 On compte 25 métiers différents au niveau de l’artisanat et onze au niveau des talents.

19 Les viviers allemand et italien montrent ainsi l’existence d’un phénomène de « concurrence » entre Hambourg et Brême, Milan et Parme.

20 Les femmes représentent 42 % des personnes chez les anglophones.

21 Au total, la proportion des femmes représente 15 % des étrangers.

22 Citons Brême et Hambourg pour les allemands, Vienne, Londres, Milan et Parme ou Cork.

23 Citons les écossais Thomas Collow et Jacques Carmichaël, l’irlandais Corneille Donovan ou le hollandais Bézier.

24 Le prêtre Jean Orian a ainsi fréquenté la confrérie, le négociant irlandais Reilly et l’italien Mazza les chambres littéraires.

25 É. Saunier, op. cit.

26 É. Saunier, « Francs-maçons et protestants de Normandie au temps de la transition révolutionnaire », Actes du colloque de l'IDERM, avril 1998, à paraître.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540