Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Ports normands : un modèle ?

 | 
Éric Wauters

De l'étude des ports à la notion de modèle portuaire

Le Havre et le modèle des ports de marché : réussite ou échec ?

André Vigarié

Texte intégral

1Parce que point d’arrivée de marchandises exogènes, les ports ont toujours eu une fonction d’achat, de vente, de marchés, sous des formes initialement simples : directes, à quai, publiques ou non. Mais elles se sont, par la force des choses, rapidement perfectionnées, et des pratiques diverses sont devenues usuelles et souvent depuis longtemps : ventes à délivrer, aux enchères, sur disponible, sur arrivage, avec cotation de prix et établissement de mercuriales qui servent de références ; quand les denrées échangées ne sont pas présentes, il faut en définir soigneusement la nature, la qualité, la variété, l’origine, en faire un classement. Il convient dès lors de faire appel à des spécialistes ; il faut codifier les types d’accords, utiliser des intermédiaires, les courtiers. En un mot, de tels marchés maritimes se sont vite compliqués, et les activités correspondantes ont été recherchées parce que, multipliant les services, elles étaient sources de profit, et offraient des garanties diverses.

2La seconde moitié du XIXe siècle a connu de façon complexe une telle évolution du grand négoce océanique en Europe occidentale. L’expansion des industries et la poussée démographique qui transforment cette région a provoqué un appel massif de matières premières lointaines ; le développement des flottes, des routes maritimes, des territoires coloniaux a permis de se les procurer. Une véritable révolution du commerce se produit, par l’ampleur inusitée qui est prise, à la fois en volume et en valeur, et qui exige la mise en place de mécanismes nouveaux assurant un fonctionnement régulier et sans danger, en particulier sur le plan financier. Y participent les ports déjà connus par leur richesse : Liverpool et Londres qui ont un rôle initiateur, puis Amsterdam, Hambourg, Anvers progressivement, quelques méditerranéens (Marseille, Trieste). Dans ce contexte, Le Havre a un rôle à part : il est l’un des plus puissants, et est l’égal des britanniques dans certains domaines ; il a un rôle novateur dans l’organisation et la régulation des échanges. Comme les autres, il a connu les aléas d’une vie commerciale marquée de multiples incidents dans la compétition qui se noue, mais il y acquiert une étonnante prospérité qui durera de façon continue jusqu’en 1914, sous des formes qui n’ont pas toujours été clairement appréhendées. Ces avantages survivront difficilement à la guerre ; mais ce ne fut pas une expérience inutile, et il n’est pas sans intérêt de rechercher s’il n’en demeure pas quelques restes, perceptibles dans l’allure contemporaine de celui qui fut un très grand port à marchés.

Le Havre et la constitution du grand mercantilisme océanique jusqu’en 1914

  • 1 Sur cet aspect, et de façon générale, sur le développement des ports de marchés, consulter : A. Vig (...)

3Le système du négociant-armateur, dans lequel le navire n’était que le complément d’une fonction de commerce, a duré jusqu’au-delà du milieu du XIXe siècle1, et perdurera jusque vers 1900. Il a permis la constitution de grandes fortunes locales ; puis d’autres apports ont eu lieu en particulier vers 1870 : par l’arrivée de quelques grandes familles de l’Est, tels les Siegfried, par l’implantation de capitaux suisses, lyonnais, parisiens. Une vigoureuse bourgeoisie se constitue sur ces bases, d’esprit très ouvert, très entreprenant. Elle a vite perçu devant la richesse mais aussi devant les risques qu’implique l’expansion des échanges, le besoin d’une organisation que l’Angleterre, en avance dans ce domaine, avait commencé, mais incomplètement, à mettre en place.

Les mécanismes subtils du grand négoce océanique

4Ils intéressent essentiellement les marchandises chères, tropicales ou australes, de toutes les façons d’origine lointaine : cotons, cafés, laines, indigo, épices, etc. ; leur valeur en arrive à dépasser la richesse des marchands locaux : il faut éviter le freinage qui en peut résulter alors que l’expansion est continue ; d’autre part, même pour l’un ou l’autre des plus importants de ces grands marchands, une cargaison de 10 000, voire 15 000 sacs de cafés ou la mise en embarquement de 8 000 à 10 000 balles de cotons constituent un enjeu, et comportent des risques qu’amplifient les aléas de la navigation ou les retournements des mercuriales. Il faut mettre en place une organisation assurant dans une suffisante sérénité la permanence des affaires ; ainsi apparaissent les mécanismes des grands marchés océaniques.

5Ils comportent d’abord deux pratiques qui sont au cœur des opérations au Havre ; elles y ont été adoptées, et parfois inventées entre 1860 et 1882, parfois un peu avant.

  • 2 Marchandises d’entrepôt : celles de grande valeur, qui sont mises en entrepôts fermés sous contrôle (...)

6La première est le warrantage, apparu en Angleterre pendant les guerres de l’Empire, et adopté dans le port normand après 1848 ; on sait qu’il y est couramment pratiqué pour les marchandises d’entrepôt2 en 1863. Il consiste en une avance sur la valeur de lots non encore vendus, que la Banque de France maintiendra longtemps autour de 70 %. Cela permet au négociant de racheter avant d’être rétribué par la vente. Pour utiliser cette possibilité précieuse, il doit déposer dans une banque un descriptif très précis de cette marchandise appelé récépissé à ordre ; et innovation havraise de 1858, cette banque délivre un bulletin de gage ou warrant, qui constate le dépôt en magasin. Quand la vente a lieu, la Douane ne laisse partir le lot vendu que lorsque les deux documents sont réunis : il ne peut y avoir de fraude, et la banque récupère l’avance faite sur le paiement. Par ce moyen, un marchand peut, en sécurité, intervenir dans des échanges pour un volume de marchandises supérieur à la part de richesse qu’il entend engager initialement. En 1866, la valeur totale des warrants dépasse 60 millions de francs-or.

7La seconde pratique, beaucoup plus délicate, est celle de l'arbitrage. Elle apparaît à Liverpool pour le coton en 1864, et au Havre en 1871.Elle est liée aux ventes à terme. Ces dernières donnent à un acheteur (usinier, grossiste...) la possibilité de garantir son approvisionnement 3, 6, 12 mois ou davantage à l’avance, à partir de l’assurance qu’il a de trouver dans les ports des stocks abondants et renouvelables en permanence ; alors, il procède à un achat, livrable plus tard, mais au prix (qui lui paraît favorable) du jour du contrat, et qui restera immuable.

  • 3 Les mécanismes sont ici présents de façon simplifiée et rapportés surtout pour faire comprendre l’i (...)

8L’arbitrage3, à partir de là, est un procédé qui prémunit le négociant contre les risques de baisse des cours, et de la faillite qui peut s’ensuivre. Quand il achète une quantité V de marchandises, d’une qualité Q, destinée à ses opérations commerciales, arbitrer pour lui est compenser cet achat par la recherche d’un contrat de vente à terme, à un prix P, pour une quantité V comme ci-dessus, mais dans une qualité Q1 qui peut n’être que proche de celle Q de son propre achat. À l’échéance future de ce contrat, il sera dans l’obligation absolue de livrer la quantité V indiquée, mais ce peut être dans une qualité proche de Q ou de Ql, dans les limites de l’acceptation du client : le solde de l’opération se jouant, non pas sur tout le prix de la marchandise, mais seulement sur la différence de valeur entre la qualité fournie et celle demandée au contrat ; là se limitent les risques éventuels du négociant.

9Dans l’intervalle correspondant à ta durée du terme (3, 6, 12 mois) que peut faire ce dernier ? À la limite, si la conjoncture est mauvaise et ce terme assez court, il peut garder sa marchandise jusqu’à la livraison, sans perte, en conservant les avantages de son contrat (car il ne vend pas sans bénéfice). Il peut aussi revendre à d’autres tout ou partie de cette marchandise, racheter, revendre..., ce qui est son métier, mais en restant dans (obligation absolue d’avoir à date d’échéance du contrat initial, de quoi en satisfaire les termes. Il peut enfin revendre ce contrat à un autre marchand, qui en reprend entièrement les conditions et responsabilités, mais alors, cette revente du document est faite au cours du jour des mercuriales, c’est-à-dire qu’elle peut procurer aussi un profit (une perte serait plus rare), exactement comme si ce contrat était la marchandise qu’il représente. Le client initial (usinier, grossiste) recevra en toute occurrence sa quantité V de produits, dans une qualité proche de Q ou Ql, au prix P convenu dès le début, livrée par un négociant que peut-être il ne connaît pas.

10L’arbitrage consiste donc à toujours faire correspondre à un achat un contrat de vente ; il est dit dénoué quand cette correspondance est faite, ou quand la livraison a lieu. Ces multiples et complexes opérations impliquent le recours à des courtiers assermentés très spécialisés, dont le statut a été fixé par le décret impérial du 22 décembre 1866. Leur rôle est important, et leur probité est contrôlée par des Chambres syndicales établies par types de marchandises : elles fixent les conditions de ce commerce : prix, définition des variétés et qualités, types de références, rédaction des contrats, modalités de pesage, etc. Il revient au négoce d’assurer la responsabilité financière, et éventuellement pénale des opérations.

11La réalité quotidienne des marchés à terme est faite de la multitude de ces ventes et achats, selon une organisation complexe, mais aboutissant à une puissance économique considérable de la place boursière, jouant sur un volume énorme de denrées variées. Au Havre, ont été créées au fur et à mesure de la maturité des diverses branches d’affaires, les opérations à terme pour les cotons en 1871, dont l’organisation a été influencée par la Guerre de Sécession, pour les cafés (1882), les laines fines de La Plata (1887), l’indigo (1888), les poivres (1891), les cacaos (1897), les sucres et les caoutchoucs (1906), les peaux (1907), les cuivres (1912). Cette énumération est très significative : d’abord de la période de plein épanouissement des fonctions commerciales, ensuite de l’éventail très large dans la nature des échanges ; seul Londres en avait un comparable.

12Warrantage et marchés à terme assurent déjà la puissance du grand négoce océanique ; ils ne suffisent pas cependant.

13S’y ajoutent deux particularités. La première, qui transparaît ci-dessus » est le commerce documentaire sur les contrats d’achat ou de vente. Il permet une grande fluidité, une grande souplesse d’opérations, une large amplification d’échanges généraux, dont le volume dépasse le poids réel des marchandises, lesquelles demeurent le support concret de l’ensemble ; mais il devient toujours possible de répondre aux besoins des acheteurs, quels qu’ils puissent être. Système spéculatif ? Moins qu’il apparaît : le négociant, par ces multiples opérations, peut suivre au jour le jour les variations des cours, et éviter des accidents financiers capables de perturber le fonctionnement de la place ; les marges de profits sont très faibles, souvent inférieurs à 0,5 %, jamais plus de 1 % ; et les contrats sont très minutieusement contrôlés par l’autorité morale et neutre qu’est la Caisse de Liquidation des Affaires à terme en Marchandises.

14Celle-ci constitue la seconde particularité, spécifique au Havre où elle a été créée en 1882 ; elle n’existe pas ailleurs : dans les ports où domine l’expérience britannique, on pratique un système de clearing plus long, et au total sans doute moins rationnel et sûr. La création de cette caisse implique l’obligation pour le négociant et ses courtiers : de faire enregistrer chaque jour leurs contrats, y compris ceux du commerce documentaire, de faire contrôler leur aboutissement par livraison des denrées aux dates, prix et conditions prévues, le tout sous la garantie d’un groupement puissant de diverses banques, qui constituent la Caisse, et qui, éventuellement, se substituent au partenaire défaillant, quitte évidemment à se retourner après contre lui. Ainsi est garantie la sécurité absolue des opérations boursières, le tout renforcé par la loi du 28 mars 1885, qui libère les marchés à terme du risque de « l’exception de jeu », c’est-à-dire de la possibilité de rupture de contrat sous le prétexte - à prouver - de spéculation (cette loi reconnaît donc implicitement que cette spéculation n’existe pas ici). Dans le demi-siècle de l’histoire de l’expansion havraise, les chroniques ne signalent qu’un seul cas de tentative de fraude, et il porte sur une différence flagrante de qualités de fibre de coton.

15Cette organisation complexe sous-entend un environnement socio-économique puissant et diversifié. Il y aurait une étude à faire à propos de ta bourgeoisie portuaire havraise, sur l’origine des fortunes patriciennes, sur les activités par branches, sur l'écoulement des profits, sur les interventions politiques des grandes figures bourgeoises, car elles ont pris des rôles actifs dans l’administration, la gestion du port et de la ville ; elles ont participé comme élus à la politique nationale, à l’orientation des législations économiques ; ce fut le cas des Siegfried, de la famille Faure, etc.

16Puis c’est l’action organisatrice et la surveillance morale des diverses Chambres Syndicales de courtiers, contrôlant les original deposit de leurs membres, et ayant dans la pratique, une large responsabilité de régulation et de formalisation des opérations commerciales. C’est aussi l’autorité indiscutée de la Chambre de Commerce, qui eut quelques grands présidents dont l’audience a été souvent nationale : elle a veillé à la liberté des échanges, elle a assumé les contacts avec tes industries et avec les compagnies ferroviaires parfois peu compréhensives, elle a pesé les conditions de la concurrence avec les places étrangères ; elle a enregistré les usages locaux, régulé les conditions de prestations de services. Tâche souvent lourde : dans le coton seul, on comptait une centaine de maisons spécialistes, utilisant quelque 200 spécialistes en dehors de ceux des quais et des entrepôts ; car il ne faut pas oublier tout le petit monde des hangars, de ceux qui gèrent les stocks, assurent les classements, déterminent les qualités et origines pour les adapter aux exigences diversifiées des clientèles internationales. Enfin, c’est l’organisation bancaire et financière, avec une part de maisons locales, sous le contrôle de la Banque de France d’autant plus sourcilleuse qu’il était usuel que les négociants travaillent sur d’autres places européennes, fassent des avances à des clients en devises, etc. Ce grand commerce océanique est par nature international, par l’origine même des denrées, par leur destination finale aussi, souvent.

L’internationalisme mercantile et le négoce avant douanes

  • 4 Franchisation des marchandises : c’est le fait de payer les droits de douane de façon à livrer ces (...)

17Des marchés à terme existent donc dans un petit nombre de ports du Vieux Continent selon des modalités très proches, de sorte qu’il est aisé d’opérer de l’un sur l’autre, ce que peuvent faire les Havrais, avant de payer les droits de francisation4 ; c’est le commerce avant douane, c’est à dire avant livraison à la consommation nationale. Il présente deux aspects :

  • ou bien la vente s’effectue par acheminement direct depuis le fournisseur d’outre-mer sur le port étranger, soit sur stock flottant, soit par transaction directe dans les bourses de ces ports ; ainsi le négociant normand de cafés d’Haïti livre à Hambourg, ou à Londres, sans que les sacs passent par les quais havrais ; en 1869, il en a été ainsi pour 268 000 balles de coton, ce qui représente la moitié de ce qui a effectivement été débarqué au Havre ;

    • 5 Voir note précédente.

    ou bien la vente est faite en réexportation en sortie d’entrepôt. Il s’agit là d’une pratique spécifique à la France, qui autorise un commerçant portuaire à réexporter vers un client extérieur une marchandise mise auparavant sous statut spécial de contrôle douanier, sans verser les droits de douane. Cela permet une grande souplesse dans les opérations - on ne sait pas toujours d’avance quel client sera trouvé pour un lot acheté-, un gonflement des stocks amplifiant les choix, et globalement, un développement du volume des affaires. Il semble que ce procédé a été utilisé dès avant 1857, et a pu porter, certaines années, sur plus de 20 % du tonnage des échanges pour les principales denrées ; c’était usuel pour la clientèle de Suisse et d’Europe de l’Est ; il ne faut surtout pas confondre cette activité particulière avec le transit (cf. ci-dessous) et avec le transshipment5 pour lesquels il n’y a pas d’opération financière au Havre même.

  • 6 C.C.I. Le Havre - 1914 ; p. 103.

18Ces deux formes d’opérations extérieures (ventes directes sur un port étranger, et ventes en réexportation) sont sources de larges profits, et sont caractéristiques du mercantilisme océanique : « Les maisons du Havre vendent d’importantes quantités de coton sur [...] Brême, Trieste, Gènes, Barcelone, Reval [...]. Peu de commerces présentent un caractère aussi marqué de concurrence internationale. Un industriel de Milan, de Leipzig trouvera dans les offres quotidiennes qui lui sont soumises, les signatures des maisons américaines, anglaises, françaises, suisses, italiennes, japonaises lui offrant toutes la même marchandise expédiable (sic) des États-Unis »6. Cependant, de quelque façon, ce n’est pas sans inconvénient. Le grand négoce a besoin d’un solide ancrage portuaire, pour agir dans des structures locales qui garantissent la réputation et la solvabilité de celui qui le pratique ; les opérations avant douane ne pourraient avoir lieu sans ces appuis ; or, elles entraînent une certaine distension de ces liens de terroir, une certaine délocalisation des sources de profit, qui se révéleront dangereuses dans la phase de régression d’après 1914. C’est un des aspects les moins bien connus de ce grand commerce de mer.

  • 7 Les douanes publient des statistiques ; elles ne sont pas souvent en concordance avec celles des po (...)

19Dans ce contexte d’internationalisme mercantile, l’Administration des Douanes joue un rôle très positif7. L’organisation douanière française dont l’objectif est de faire appliquer la politique commerciale de l’État, et de percevoir les droits correspondants, est marquée, dans sa conception générale, de certains aspects très souples. Ainsi, dans le régime dit d’entrepôt, la marchandise est mise en suspension de ces droits, en état d’ex-territorialité fiscale, mais sans autorisation de la transformer ; dans « l’entrepôt réel », elle est déposée dans des magasins sous surveillance directe permanente et sévère ; et dans une partie de ces magasins, une section particulière est réservée aux réexportations pour lesquelles il n’est établi que des déclarations allégées d’entrée et de sortie ; cette particularité n’apparaît qu’au Havre et à Marseille jusqu’en 1939. Il existe d’autres régimes pour des denrées autres que celles des marchés : entrepôt fictif, admission temporaire, etc., de sorte que l’application nuancée du Code des Douanes permettrait de grandes possibilités commerciales ; et lorsque à partir de 1897, il est demandé d’établir un statut de port franc, le Ministère des Finances a refusé d’en concevoir la possibilité, même au plus chaud des conflits qui apparaîtront plus tard.

  • 8 C.R. 1890, p. 197.

20Or, dans le grand négoce havrais, ces douanes apportent d’autres appuis et une certaine protection. D’abord les documents qu’elle délivre constituent pour les clients étrangers une garantie d’origine qui est un solide argument commercial contre les fraudes ; et des importateurs d’Amsterdam, de Trieste, pour certaines denrées, en arrivent à s’approvisionner par la place normande, pour certains cafés en particulier, dont ceux d’Haïti. D’autre part, ce sont les douanes encore qui appliquent la législation de défense contre la concurrence de places étrangères pour l’approvisionnement du marché national : par des perceptions supplémentaires sur les marchandises. C’est d’abord la surtaxe d’entrepôt : elle est destinée à faciliter les importations directes pour la consommation française plutôt que de passer par des marchés étrangers ; elle est appliquée en particulier sur les cotons des Indes venus par les ports anglais qui bénéficient de services réguliers sur l’Océan Indien dont ne disposent pas les Français, ces cotons qui passaient par Londres, puis Anvers ou Rotterdam, et entraient en France par chemin de fer ; en 1868, alors qu’il a été débarqué au Havre 135 900 balles de fibres, 55 300 autres balles ont été pénalisées pour passage indirect. En 1889, ont été ainsi importées 60 000 t de laines, 11 000 t de cotons, 40 000 t de jute. La C.C.I. du Havre justifie cette surtaxe ainsi : « elle(s) contribue(nt) à former [en France] de grands entrepôts, de grands marchés [...] des centres d’approvisionnement pour la consommation et l’industrie, qui peuvent ainsi se procurer des produits dont elles ont besoin [...] sans avoir à supporter les frais supplémentaires que prélèvent les intermédiaires étrangers »8. Le surcoût est assez limité : 10 à 20 F par quintal selon les marchandises, mais sur les denrées très chères, cafés et cacao, il a été déposé des demandes allant jusqu’à 30 F-or. Au Havre, l’Assemblée Consulaire était opposée à trop de lourdeur de ces taxes, non pas au nom d’un libéralisme encore incomplètement formulé, mais pour éviter que des prix trop élevés face à une puissance d’achat encore faible, ne freinent dans la population l’écoulement commercial, ce qui toucherait aussi les denrées importées en droiture. Il faut dire que l’effet de cette surtaxe d’entrepôt était fréquemment annulé par les tarifs ferroviaires préférentiels du Réseau du Nord, qui avait des intérêts dans les compagnies de chemin de fer belges, et de celui de l’Est, défendant souvent la voie anversoise. Il arrive toutefois que pour parfaire un contrat ou répondre à un besoin, des négociants normands utilisent occasionnellement cette voie, en payant cette sorte de pénalisation.

21C’est ensuite la surtaxe d’origine : il est arrivé que pour éviter qu’une cargaison soit déchargée dans un port de marchés étranger où elle paie des services divers, puis réimportée au Havre par mer ou par terre, il était encore économique de la faire transborder dans un autre port non boursier, parfois méditerranéen, puis de la faire revenir au Havre. C’est pour garantir un transport en droiture de toute façon plus sûr quant à l’origine des produits, que cette surtaxe a été établie. Elle n’a pas l’importance de la précédente, cependant, elle a provoqué en 1903 une délicate affaire d’importation de cacaos très recherchés de la colonie portugaise de Sao Thomé importés par Lisbonne, ils étaient passibles de surtaxe d’entrepôt, par Madère, ils y échappaient. Dans tous ces cas, c’est l’arrivée directe sur Le Havre qui était recherchée.

22Ainsi, le négoce des marchandises à marché est un monde d’échanges à part, apanage de quelques bourses seulement, dont la prospérité est très surveillée et défendue. Le Havre a joué là un rôle original, souvent dominant, assez fréquemment novateur. Comment mesurer le profit qu’il en a tiré ?

Les aspects de la prospérité havraise (1860-1914)

23On ne peut évidemment pas comptabiliser la somme des profits réalisés, faire le bilan des gains et pertes des maisons locales. Il est possible cependant d’en avoir une approche partielle au travers des grandes branches commerciales et des trafics réalisés.

Les secteurs clés du grand négoce

24Il convient de rappeler que la politique générale française a, par divers aspects, facilité l’expansion commerciale portuaire ; cependant il en faut nuancer les effets. Cette expansion s’est produite dans la période de développement de la colonisation ; mais cela a peu soutenu l’essor du Havre, car celui-ci reposait sur d’autres produits et sur d’autres territoires que ceux liés à cette colonisation : Amérique du Nord, du Centre, du Sud, Indochine, mais assez peu sur l’Afrique et dans ce cas, seulement pour certains cafés. En ont davantage tiré profit Marseille où des mécanismes boursiers assez semblables se sont mis en place, Bordeaux où les structures de négoce étaient différentes. Les Bureaux de Service Colonial, qui ont été créés dans quatre ports seulement, avaient d’autres objectifs et n’ont pas aidé aux échanges.

25A l’inverse, le commerce normand a fortement tiré parti des traités de commerce passés avec de nombreux pays, et qui ont facilité la constitution des marchés. En 1871, quand ces derniers se structurent, étaient en cours de validité : 13 de ces traités avec les pays d’Europe susceptibles d’être utilisés pour la recherche de clientèles ou les relations entre bourses, 7 avec des états de l’Amérique centrale, 5 avec ceux de l’Amérique du Sud, 2 avec l’Amérique du Nord, et seulement 2 avec l’Afrique et 2 avec les régions du Pacifique dont le Japon. Cela reflète bien les orientations du négoce.

26Il serait fastidieux de reprendre ici toutes les branches commerciales, qui, par ailleurs ne sont pas également connues. On n’en peut éclairer que quelques unes.

27Celle des cafés d’abord. Les règlements « du terme » adaptés à ce domaine ont été formalisés parmi les premiers, en 1882, au moment de la création de la Caisse de Liquidation : sans doute y a-t-il un lien entre ces deux faits, à cause de la valeur prise par les contrats de cette marchandise dont la variété est surprenante. Elle est une vieille tradition havraise, puisque des importations déjà volumineuses existaient avant la Révolution, et elles ont été parmi les premières à reprendre après les guerres de l’Empire. En 1885, 2 millions de sacs (de 50 kg en moyenne) ont été négociés, et les stocks en comptaient 1,25 million : c’est énorme. En 1913, dans la phase finale de grandeur de la place, 146 000 t ont été vendues et le stock était de 147 000 t, non par défaut de vente, mais comme élément régulateur et comme ampleur d’offres de toutes les variétés. De tels tonnages ne seront jamais atteints après. La plus grosse part venait du Brésil : c’est une dominante dès la fin des années 70 ; et cette origine représente la moitié ou les deux tiers des arrivages ; les plus précieux cependant sont ceux d’Haïti, pour lesquels on compte de 250 000 à 300 000 sacs : c’est une spécificité locale, à laquelle s’alimentent des places étrangères. Au total, toutes variétés réunies, Le Havre est la seconde place de l’Europe (et vraisemblablement du monde, car New York se développera surtout à l’occasion de la guerre de 1914) ; seul Hambourg dépasse ; et le monopole pour diverses variétés donne aux maisons havraises une large clientèle dans l’ensemble du Vieux Continent ; la solidité de ces maisons est reconnue même par les compétiteurs les plus sourcilleux, dont ceux d’Anvers.

28Les cotons constituent une seconde tradition séculaire du négoce havrais : en 1817, dans les conditions les plus difficiles, 60 000 balles ont été reçues, ce qui est remarquable vu l’état de la flotte, du pavillon national, des lenteurs de navigation d’alors ; et dès 1820, ce sont 99 000 balles, car derrière le port, sont les besoins des filatures des plateaux de la Basse-Seine. Quand l’arbitrage s’installe comme une pratique usuelle, le trafic atteint 500 000 balles, puis dépasse ce chiffre : 720 000 en 1876. 1913 marque une situation de record : 255 000 t d’importations, 95 000 t de stocks, 10 500 t en réexportation ; c’est le tonnage le plus élevé, qui ne sera qu’occasionnellement égalé après la Grande Guerre, et sous des formes de négoce non comparables car moins fructueuses. Les variétés des États-Unis sont les plus abondantes, jusqu’à fournir 800 000 balles, malgré les efforts de Siegfried en faveur des cotons des Indes ; mais cette dernière origine est pénalisée : 95 % des liaisons se font par pavillon britannique, a-t-on rappelé ci-dessus. Évidemment, et de façon plus générale, les bourses anglaises sont les principales concurrentes pour l’alimentation de la France de l’Est : c’est là surtout que les négociants d’outre-Manche utilisent le transit par Anvers et Rotterdam, puis, déjà, la navigation rhénane. On ne connaît pas avec précision le chiffre d’affaires des maisons de cotonniers havraises : il a durablement dépassé celui des marchands de cafés.

29Il serait certes possible de multiplier les exemples : à propos des cacaos, dont le tonnage croît jusqu’à la fin du siècle, puis plafonne autour de 45 000 à 50 000 t, avec des stocks dépassant 10 000 t ; Le Havre est la première place européenne grâce à de bonnes liaisons avec le monde caraïbe et avec le Brésil ; mais Hambourg dispute cette prééminence. Il serait aussi possible d’évoquer le commerce des poivres, des laines, etc.

Ce qu’il est possible de chiffrer

30L’on connaît bien en poids les mouvements de marchandises. Ainsi, pour 1913, année de fin de période, les entrées s’établissaient ainsi :

cotons

255 890 t

épices

2 811 t

cafés

149 979 t

bois tropicaux

61 002 t

cacaos

44 328 t

cuirs et peaux

38 793 t

31Cela signifie que, avec les autres denrées, les marchés ont porté sur plus de 500 000t. Mais l’expression en valeur est plus aléatoire ; beaucoup de cafés dépassaient 151 F.-or par quintal ; la douane, parce que percevant des droits de francisation, a fourni des évaluations : elles correspondent à l’état du moment de la perception, mais on sait que des trafics importants échappent : ceux du commerce avant douane par exemple. Pour 1883, en pleine phase de croissance, les déclarations donnent pour sept des principales branches : 462 millions de francs

  • or, dans lesquels on peut retenir : pour le coton : 166 M° F. d’importations, 11,8M° d’exportations.

  • pour le café : respectivement 134 M° et 49,5 M° ; et 110 M° de stocks.

  • pour les laines : 69,8 M°.

32Pour de nombreuses raisons, il n’est pas possible de donner les chiffres pour chaque année ; mais évidemment, ils ont gonflé la valeur totale du mouvement des marchandises, qui, par moyennes annuelles, croît avec la structuration des marchés :

décennies

Entrées en M° F.-or

Entrées et sorties en M° F.-or

1860-1869

600,9

1 354,4

1870-1879

780,8

1 530,8

1880-1889

887,7

1 764,6

33Après ces dates, le milliard de francs-or est atteint aux entrées, et les deux milliards le sont au trafic global. Progressivement, vers la fin du siècle, Le Havre prend la tête des ports français pour la richesse de ses activités ; ce n’est pas encore le cas en 1876 où Marseille l’emporte encore avec 1 353,6 M°F. d’importations ; Le Havre suit avec 825 M°F. ; mais Paris est le troisième point de dédouanement avec 654 M : visiblement une part essentielle en revient au négoce normand.

La désorganisation progressive des marchés après 1914

34L’affaissement des activités boursières est un phénomène européen, car toutes les places du grand négoce océanique ont subi les perturbations de la guerre ; et peu d’entre elles réussissent à se maintenir, sur un petit nombre de marchandises, perdant le large éventail dont elles disposaient antérieurement. Trois séries de raisons expliquent cette transformation.

Des causes générales

35Certaines étaient latentes et ont préexisté à la guerre. Dans la période de mise en place des marchés, le commerce extérieur français a connu une croissance maritime plus lente que celle des grandes nations européennes. Sur le Northern Range, de la Seine à Hambourg, de 1870 à 1913, le trafic des ports a été multiplié en poids par 7, et celui du Havre par 3 ; bien que la nature de ces trafics ne soit pas forcément comparable d’un compétiteur à un autre, la comparaison demeure significative. Or, qui dit : moins de développement national, dit aussi moins de développement littoral ; le négoce normand, malgré l’important correctif du commerce avant douane, n’a pas crû au rythme qui eût pu être le sien.

36Parallèlement, dans cette période de compétitivité vive, il faut constater un retard permanent et sensible des équipements portuaires havrais par rapport à ce qui est mis en place chez les concurrents : Londres, Rotterdam, Anvers, Hambourg... Cela est dû aux modes français de décision des grands travaux : ils doivent être intégrés dans les budgets annuels de l’État, c’est-à-dire soumis aux fluctuations des votes parlementaires influencés par la politique, les pressions des lobbies des autres ports, etc., qui imposent des retards, des partages de crédits. Puis l’épargne nationale a préféré s’investir dans les compagnies ferroviaires ou dans les emprunts russes. Certes, Le Havre a bénéficié de quelques grands programmes : celui de 1895 qui ouvre un nouveau chenal, un nouvel avant-port, et l’important sas Quinette de Rochemont, cela a beaucoup amélioré l’usage de l’existant, mais a peu créé de quais et terrepleins nouveaux ; celui de 1909, longuement marchandé par Rouen : utile pour les nouvelles lignes régulières transocéaniques de voyageurs, mais l’effet sur les marchandises a été moins perceptible, parce que ce programme était loin d’être achevé en 1914. Malgré des qualités manifestes, sans lesquelles les marchés ne seraient pas nés, le port a connu une pénurie périodique de longueur de quais, de surface de terre-pleins relativement aux autres.

37Dans un domaine différent, l’armement local évolue. Jusque 1870 ou 1880, demeure encore une floraison d’armateurs locaux héritiers de la période où, restant liés aux négociants par des liens divers souvent personnel, ils maintenaient la conception commune et l’intérêt collectif des activités portuaires. Les bourgeoisies locales gardaient ce sens de l’unité de la place commerciale ; et l’Assemblée Consulaire ainsi que la gestion municipale sont des cadres et des moyens facilitant ce comportement. Or, dans les dernières décennies du siècle, s’impose la concentration des sociétés de navigation sur des bases financières et bancaires : le Groupe Worms absorbe la Havraise Péninsulaire, et la SAGA des lignes long-courriers ; la capacité de décision se déplace sur Paris, et cesse d’être marquée en profondeur par « le sens de la place ».

38Enfin, il faut mesurer à son poids, qui est notable, l’opposition latente des ministères parisiens, dont celui des Finances, et de la gauche parlementaire pour lesquels les marchés à terme sont une forme subtile de spéculation ; les exemples sont nombreux où ils appuient des intérêts opposés à ceux des Normands. Tel fut le cas des guerres douanières avec le Brésil en 1899-1900 (puis reprises en 1931-1936). Les causes étaient dans le retard du versement des intérêts des dettes brésiliennes aux banques parisiennes, et dans la volonté d’ouvrir ce pays neuf aux marchandises françaises, ce qui est sans doute estimable ; d’où la menace de taxer à 100 % les importations en provenance de ce pays, ce qui doublait le prix. Cette menace a suffi pour faire s’effondrer le marché havrais : les négociants y avaient des contrats à assumer, sur lesquels ils eussent dû payer les droits de douane équivalents au coût des denrées ; ils avaient, en 1899, 565 000 sacs de cafés en entrepôt passibles de l’impôt, des dizaines de milliers d’autres sacs en cargaison flottante ; puis il fallait compter avec les cacaos, les cuirs, etc. Le Parlement alla même jusqu’à envisager la rétroactivité de ces perceptions brutalement accrues. La perte de ces négociants, pour les cafés seuls, est estimée à un demi-milliard de francs-or. La consommation nationale est appelée à en souffrir. Le commerce est paralysé au profit des places étrangères, de Hambourg en particulier, capables de vendre beaucoup moins cher. Un conflit semblable a lieu avec le Venezuela en 1914, avec Haïti en 1906. C’était faire le jeu des bourses concurrentes.

39La Guerre de 1914, sous d’autres formes, ouvre une conjoncture néfaste. Les échanges internationaux n’ont pas cessé, du moins immédiatement grâce en particulier à l’appui des flottes neutres, américaine et surtout norvégienne ; mais ils ont été plutôt favorables à l’Angleterre. Il n’en fut pas de même pour Le Havre qui, dès le début, perd l’importante clientèle possédée dans l’Europe d’influence germanique : pays de l’Est, pays danubiens, et même Scandinaves, bien que ce fût là le fief de Hambourg. Plus grave sans doute est la désorganisation des mécanismes des marchés. Les structures financières et bancaires sont rapidement paralysées ; le crédit documentaire et le warrantage disparaissent pratiquement ; la Caisse de Liquidation ne peut plus fonctionner, et les quelques opérations du terme qui se maintiennent au début reviennent à la pratique du clearing elle-même gênée ; une part des capitaux placés outre-mer sont momentanément perdus.

  • 9 Le marché des cafés ne sera fermé au Havre que le 3 Janvier 1918 ; et le Gouvernement décidera peu (...)

40Le plus grave est que la liberté commerciale est considérablement restreinte pour les grandes branches de produits d’outre-mer : le Gouvernement crée des consortiums d’achat pour le ravitaillement de la nation en temps de guerre ; y sont représentés des industriels qui expriment les besoins, des négociants qui apportent leur expérience, des représentants des Ministères ; leur rôle n’a pas été inutile, et leurs décisions ont été souvent judicieuses, mais ils se sont heurtés à une pénurie de navires, à une insuffisance notoire des possibilités de transport, à un gonflement corrélatif de la valeur des frets devant les risques de la navigation. Peu de marchés subsistent9.

41Lorsque la paix est revenue, la désorganisation était générale.

42La reconstitution des marchés n’a été ensuite que partielle. Évidemment, les années heureuses (1920-1928) ont été marquées par des efforts de re-création ; mais même alors, et surtout beaucoup plus encore lors de la crise de 1929-1936, ils se sont heurtés aux dures tendances protectionnistes, à la multiplication des taxes sur les importations, à la sélection des origines afin de réorienter le commerce français vers les colonies d’Afrique pour lesquelles le commerce havrais était mal placé. Certaines marchandises en provenance d’Amérique du Nord ou du Sud, en plus des droits de douanes habituels, devaient acquitter jusqu’à dix taxations supplémentaires : pour droits d’enregistrement, de comptabilisation, de délivrance de documents, etc. Les guerres douanières réapparaissent. Dans ce contexte, certains négociants sont incités à travailler sur les places étrangères.

43Plus grave sans doute a été l’instabilité des monnaies à laquelle la France n’échappe pas ; l’instauration du franc Poincaré (juin 1928) a eu de graves répercussions sur l’épargne, et évidemment aussi sur les affaires internationales, alors que les termes exigent la stabilité durable des parités à cause de la diversité des contrats placés sur les bourses extérieures, y compris sur les autres continents. Or, toutes les devises connaissent leurs périodes de faiblesse, à cause des dettes de guerre, de la crise économique ; le dollar est dévalué en 1934, et perturbe le commerce des cotons, des huiles, etc. ; le belga en 1935 ; le florin en 1936 ; quant à la monnaie allemande, elle perd sa consistance, et Hambourg connaît le marasme.

44Enfin, il faut compter avec l’équipement financier dont se sont dotés rapidement les pays neufs pour compenser la paralysie du Vieux Continent pendant les années du conflit, et pour pallier les nombreuses défaillances qui ont suivi. Ils ont créé leurs propres bourses, avec des mécanismes adaptés à l’exportation ; l’opération dite « de valorisation » des cafés brésiliens est caractéristique de ce point de vue, et malgré des aléas, est insuffisamment marquée de réussite ; ces pays avaient un atout important : ils détenaient la marchandise. Cette suffisante indépendance à l’égard des grandes places européennes a conduit les industriels à des achats directs très désorganisateurs des anciennes pratiques des marchés européens. Avec le recul, il apparaît que la conjoncture générale d’après-guerre n’a pas été favorable à ces derniers.

Puis il y a des causes d’affaiblissement liés aux Havrais eux-mêmes

45Et sans doute d’abord, à la rigidité des processus douaniers face à l’attitude beaucoup plus souple constatée à la fois dans les ports étrangers mais aussi dans d’autres français. On aurait tort d’en négliger le poids, même si ce n’est pas une raison majeure.

46Les aspects positifs du Code des Douanes ont été soulignés ci-dessus, qui ont permis le développement de certaines formes du grand négoce ; mais il est d’autres pratiques moins incitatives dont il est donné ci-dessous deux exemples.

47Le premier est la querelle entre la Chambre de Commerce et la Direction des Douanes à propos du droit de triage des cafés, et qui dure de 1889 à l897. Certaines variétés, dont celles d’Haïti, les plus chères, arrivent « en parche », sont mises en entrepôt réel, et comportent une petite part de sables, petits cailloux et grains brisés. Il est possible de procéder au triage, mais si ces impuretés représentent jusqu’à 3 % du poids brut, elles doivent payer le même droit d’importation que la marchandise ; on ne défalque que s’il y a plus de 3 %. Or, à cette date, les droits sont très élevés, et il est plus économique d’acheter sur Hambourg ou Anvers les mêmes cafés triés passibles de la surtaxe entrepôt ; un commerce de ces variétés ainsi nettoyées est même instauré par des négociants anglais, hollandais, allemands au départ de New York et dirigé directement sur Le Havre ; malgré cette surtaxe, cela demeure fructueux, mais échappe au commerce direct local. Aux protestations officielles, la Direction Générale des Douanes répond par une lettre du 26 Juin 1897 : « le triage des cafés ne peut être autorisé d’une manière générale sans léser les intérêts du Trésor, en raison de la diminution de recettes que cette mesure occasionnerait ». C’était taxer au prix fort du sable et des pierres.

48Un second exemple, pour 1935, est fourni par le régime d’entrepôt fictif : il est applicable aux caoutchoucs en sacs, mais non en caisse (avec la même marchandise), parce que dans le pesage, ces sacs paient les mêmes droits que leur contenu, alors que le poids des caisses conduirait à un excès difficilement acceptable de la taxation. Cette soumission des contenants au même tarif que la denrée contenue est une règle douanière, mais conduit à des mesures discriminatoires : dans d’autres ports nationaux, la douane locale accepte de considérer à forfait qu’un sac fait un kilogramme et les droits sont versés sur cette base ; au Havre, il est exigé un pesage réel des emballages vides dans la proportion de 5 % de leur nombre ; pour une cargaison usuelle de 2 000 t en sacs de 50 kg, il en faut peser et manœuvrer 2 000, un par un, avant de libérer la marchandise.

49En fait, la crainte de perdre, témoignée par l’Administration des Douanes, est d’autant plus vive que les marchandises havraises sont très chères : toute diminution du poids brut correspond à une perte sensible ; mais ces faits sont significatifs d’une attitude pénalisante dans la compétition internationale.

50Cette situation est d’autant plus gênante que d’autres menaces pèsent sur le grand commerce océanique. Dans ce dernier, et pour les formes précédemment analysées, le négociant, acheteur, est propriétaire de la marchandise rendue au port. Mais se développent d’autres pratiques où il n’en est plus ainsi.

51C’est d’abord de transit au sens douanier du mot. Il résulte de l’achat direct et formellement conclu, par un industriel ou un grossiste de l’intérieur continental, à un producteur ou vendeur d’outre-mer, d’une marchandise qui traverse simplement le port, le dédouanement pouvant s’y faire, ou se faire au point terminal, mais sans l’intervention d’un négociant portuaire à l’entrée ; donc sans profit local, et sans utilisation des services du marché (warrantage, arbitrage, etc.). Certes, cette opération ne bénéficie pas des avantages de ce marché (livraison à terme à prix garanti, variété de choix offerte par les stocks, garantie d’origine, contrôles et soins divers). Ce transit va devenir à partir de la fin du XIXe siècle, une des grandes fonctions portuaires au fur et à mesure de la régression des bourses océaniques.

52Une seconde évolution des pratiques est l’apparition des ventes sur commission dans lesquelles le producteur exportateur d’outre-mer garde la propriété de sa marchandise, mais l’adresse dans le port d’importation à un mandataire, à charge pour lui, moyennant commission, de trouver les clients pour l’écouler aux meilleures conditions ; mais dans ce cas, le profit reste à l’exportateur d’outre-océan. Cette modalité existe depuis longtemps sur l’estuaire de la Seine, en marge des marchés à terme, pour le compte de maisons parisiennes ; c’est de cette façon qu’après 1914, les importations de laines fines de La Plata, pour lesquelles les Normands avaient organisé en 1887 des structures codifiées, se font par Dunkerque pour les usiniers du Nord : la perte pour Le Havre est totale. Sous une forme proche, vers 1929, une grande partie des cotonniers havrais n’achètent plus que sur ordre pour filateurs de l’intérieur et moyennant commission : ils ne sont plus propriétaires de la marchandise ; la Caisse de Liquidation, rouverte après la guerre ne traite plus la moitié des contrats qu’elle contrôlait avant.

53Autre atteinte au grand commerce : peu d’observateurs ont mesuré l’effet de l’attribution à Strasbourg du statut de port de mer lors du retour de l’Alsace-Lorraine à la France ; ce statut permet d’éviter de payer ta surtaxe d’entrepôt pour les produits transitant par Anvers : ce dernier, plus que son voisin hollandais, apparaît dès lors comme l’avant-port privilégié des Alsaciens et des Lorrains, et recueille l’essentiel de la clientèle de l’Est français grâce à la voie du Rhin et aux tarifs ferroviaires favorables. Ce sont quelques dizaines de milliers de tonnes de coton, de cafés, d’extraits tinctoriaux, etc., dont le détournement et coûteux, et gagne aussi la clientèle suisse.

54Enfin, à partir de 1919, un dernier appui a manqué à la bourgeoisie havraise : celui d’une solide structure financière près de ses fournisseurs d’outre-mer, qu’elle n’a pas su, ou pas pu mettre en place en temps voulu. Certes, elle a longuement fait aux producteurs des avances sur livraisons, des prêts individuels moyennant intérêts ; mais c’est exactement ce que faisaient les Nantais un siècle plus tôt lors des voyages triangulaires, sans perfectionnement des processus. Ce n’était pas à la mesure de l’énorme volume pris par les échanges. Les concurrents étrangers ont fait plus et mieux.

55Les Anglais ont offert systématiquement aux éleveurs australiens des prêts hypothécaires sous condition, officielle ou non, de réserver les laines au marché londonien : en 1885, plus de 85 % de la production annuelle sont ainsi passés par les quais de la Tamise. Ils ont créé des banques coloniales solidement implantées dans le contexte d’une politique concertée d’utilisation des capitaux de la City ; quelque 7,5 milliards de francs-or ont été engagés dans le seul élevage d’Australie, et il en est de même pour les autres territoires de la couronne produisant les marchandises tropicales ou australes, quitte à créer de tels marchés ex nihilo, comme celui de l’étain. Les Néerlandais ont agi de la même façon en Insulinde. Le Havre n’a pas eu cette attitude, d’abord parce que, ville plutôt isolée dans sa vocation spéciale de négoce, elle n’a pas eu l’appui d’une véritable politique nationale ; le Crédit Foncier Colonial et la Banque de la Guadeloupe, créés au milieu du siècle, avaient d’autres objectifs. La Compagnie Havraise de Plantations et la Société Havraise d’Aide et de Protection des Colons avaient, au moins pour la seconde, des préoccupations humanitaires, et étaient sans ampleur ; il n’y a pas eu d’investissements capables de drainer des produits massifs pour orienter leur embarquement ; les actions sont restées essentiellement individuelles.

56Cela revient à dire que, malgré l’amplification des affaires due aux mécanismes des marchés et du terme, par divers côtés, expérience havraise est restée à la mesure des fortunes familiales, fort notables sans doute ; mais la City n’était pas sur la Seine ; et ces fortunes n’avaient qu’un moyen de ressourcement : la pratique du grand négoce. Lorsque celui-ci s’est affaibli pour des raisons dont beaucoup dépassent l’histoire locale, cette grande bourgeoisie de la mer a mal résisté : les Mallet, les Masquelier, les Faure, les Siegfried ont cessé de symboliser les grands programmes, les amples opérations. Une part de ces familles est demeurée sur place, que l’on a retrouvée après dans d’autres activités, ou à d’autres postes ; mais une partie aussi a émigré vers d’autres centres d’affaires, telle la Bourse de marchandises de Paris constituée après la Seconde Guerre mondiale, et où l’expérience havraise a été heureusement utilisée.

57II faut rappeler que la Guerre de 1939 a été également redoutable pour la place du Havre : celle-ci, occupée par l’armée et la flotte allemandes, a connu une fuite de ce qui restait alors de négoce, une délocalisation des professions spécialisées, vers Paris sûrement, vers Marseille peut-être, qui en ont tiré profit.

Conclusion : Le Havre port de marché, réussite ou échec ?

58Une réussite brillante sans doute, pendant un demi-siècle environ ; mais c’est mal répondre ainsi à la question. Réussite pour qui : Le Havre ? La nation française et sa population ?

Que reste-t-il pour le port d’un siècle d’expérience ?

59Il serait injuste de mésestimer l’héritage. Le port a gardé la tradition d’importation des marchandises de marchés pour le compte de la consommation nationale : il continue aujourd’hui, en 1994, à le faire pour 67,3 % des cafés, 60,2 % des cacaos, 34,4 % des épices, etc. Pour l’ensemble de ce type de denrées, cela représente 56,8 % des besoins français soit 340 000 t (Marseille : 21,4 %) ; mais ce n’est plus massivement selon les mécanismes du terme : le transit et les ventes sur commission l’emportent, et c’est moins enrichissant pour la place. Il reste cependant qu’en valeur des trafics globaux, Le Havre garde en 1994 la première place avec 194 milliards de francs courants, soit 22,7 % du total maritime national, face aux cinq autres ports autonomes qui ensemble n’offrent que 27,6 %, et autres villes littorales de l’hexagone (22,4 %).

60Les marchés n’y sont pas disparus : il en demeure quelques formes, affaiblies comparativement au passé. La plus notable est celle des cafés, et en rappeler les traits actuels permet d’apprécier les transformations subies.

61La réouverture pour les Robustas a été autorisée en 1954, et en 1956 pour les Arabicas ; mais c’était quelque peu théorique comparativement au passé. Tout paraissait prêt pour la reprise : infrastructures financières, Caisse de compensations, environnement bancaire, Compagnie des courtiers assermentés ; mais il fallait compter avec les contingentements, les autorisations d’achat délivrées par les Ministères à cause des accords prioritaires passés avec les États africains, et avec l’insuffisante disponibilité des devises. La liberté totale avec le droit de réexportation en sortie d’entrepôt est donnée en 1964 : à cette date, les membres du Syndicat des Agents en cafés ne sont plus que 40 environ, contre une centaine de négociants avant la guerre. Surtout, la conjoncture commerciale a changé. La principale clientèle à couvrir est devenue communautaire, ce qui ouvre des perspectives qui pourraient être brillantes, avec un chiffre d’affaires estimé à quelque 5 milliards de francs à condition de disposer de la capacité financière correspondante. Ce n’est plus à la mesure havraise. Aussi, a-t-il été décidé en 1973 de créer le double marché en couplant la capacité technique du Havre à l’aptitude de financement de Paris : ensemble, les deux villes en assument la responsabilité. À cette date, au contact des quais, on ne compte plus que trois grandes maisons de négoce réellement puissantes, et trois autres également importantes pour les réceptions et le stockage. Ce sont les seuls aspects de prestige qui demeurent, et qui expliquent en partie le maintien de notables trafics.

Sur le plan national : les progrès dans la consommativité des produits tropicaux

62Par consommativité, il faut entendre l’étude de la manière et des rythmes selon lesquels un groupe social est conduit à développer ses habitudes de consommation de denrées qui ne sont pas nécessairement traditionnelles dans son existence quotidienne. Ce n’est pas seulement un fait d’économie exprimé par des tonnages ; c’est un phénomène de société, de comportement individuel et collectif.

63Or, la consommation française pour divers produits d’outre-mer s’est immensément accrue dans la période de grand négoce océanique, et largement grâce à lui. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le café, le sucre, le cacao, etc., cessent d’être d’usage exceptionnel et réservés à des couches sociales riches et restreintes : ils deviennent d’utilisation quotidienne et populaire, selon des rythmes à définir ; les tissus de coton dont le prix baisse relativement à la capacité moyenne d’achat supplantent les anciens textiles des terroirs, lesquels bénéficient aussi d’expansion. Les raisons de ces développements sont sans doute dans la lente élévation de la démographie et des revenus, dans la dissémination par des chemins de fer nouveaux, dans la diffusion par le petit commerce des villes et des campagnes ; il apparaît cependant évident que les ports sont à l’origine de l’évolution de ces habitudes de vie, et que les mécanismes des marchés à terme, avec leur rôle de régulation, la fréquence des arrivages, la sécurité des stocks, les variétés offertes, demeurent parmi les principales explications.

64Il faut toutefois noter, et cela renforce la remarque précédente, que la méfiance parlementaire à l’égard du grand négoce océanique, qui a conduit périodiquement à une fiscalité de freinage, est sans aucun doute entrée comme un facteur restrictif dans l’explication de la consommativité en France, dans cette période :

  • de 1858 à 1869, la consommation des cafés passe de 28 200 t à 50 300 t, soit un accroissement de 78 %, évidemment sans saturer la clientèle ;

  • de 1870 à 1881, dans un espace de temps semblable, elle passe à 62 300t (en tenant compte de la perte de l’Alsace-Lorraine pour 24 000 t), et la croissance n’est plus que de 23 %.

  • 10 C.R., 1888, p. 90.

65Les périodes ci-dessus évoquées couvrent une longue phase que les historiens considèrent comme libérale. Cependant, la plupart des traités de commerce étant arrivés à expiration, une révision est recherchée en 1878 sur la base d’un esprit très sensiblement de protection. La tendance au relèvement des droits de douane se manifeste dans les décennies de fin de siècle, et on en arrivera à imposer à 156 F. par quintal des cafés qui en valent 65. L’Assemblée Consulaire souligne clairement les rapports existant entre consommation et fiscalité douanière10 : la Hollande où il n’y a pratiquement pas de droits, la Belgique où ils sont faibles, ont les plus fortes consommations de cafés per capita.

66Marchés à terme, droit de douane et francisation des marchandises, ce sont trois données du grand négoce océanique : elles sont au cœur des analyses de la consommativité.

Notes

1 Sur cet aspect, et de façon générale, sur le développement des ports de marchés, consulter : A. Vigarié, Les Ports de Commerce de la Seine au Rhin, Paris, Éd. Sabri, Thèse, 1964.

2 Marchandises d’entrepôt : celles de grande valeur, qui sont mises en entrepôts fermés sous contrôle étroit de la Douane ; c’est de fait l’équivalent des marchandises dites de marchés.

3 Les mécanismes sont ici présents de façon simplifiée et rapportés surtout pour faire comprendre l’importance prise par Le Havre.

4 Franchisation des marchandises : c’est le fait de payer les droits de douane de façon à livrer ces marchandises à la consommation sur le territoire français. Transshipment : passage direct d’une marchandise du bord d’un navire à un autre pour continuer un trajet que le premier ne fait que partiellement ; la marchandise ne touche pas le quai. Cette pratique existe surtout dans les grands ports qui ont ainsi une fonction de relais entre lignes régulières.

5 Voir note précédente.

6 C.C.I. Le Havre - 1914 ; p. 103.

7 Les douanes publient des statistiques ; elles ne sont pas souvent en concordance avec celles des ports ou du négoce : les modes de comptabilisation ne sont pas les mêmes, et les objectifs non plus.

8 C.R. 1890, p. 197.

9 Le marché des cafés ne sera fermé au Havre que le 3 Janvier 1918 ; et le Gouvernement décidera peu après de faire du commerce de cette denrée un monopole d’État.

10 C.R., 1888, p. 90.

Auteur

Professeur émérite Université de Nantes

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540