Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Conclusion

Pierre Thorez

Texte intégral

1Le choix du thème « Environnement portuaire », pour le colloque annuel de la Délégation Normandie de la Société Française d’Histoire Maritime qui s’achève, est lié au lieu où il s’est tenu : Le Havre. Ce choix tient aussi au caractère fédérateur de ce thème. Il intéresse non seulement les historiens, aux différentes périodes, mais aussi les sociologues, les géographes, les spécialistes en sciences politiques, les juristes, pour ne citer que ceux qui ont présenté une communication.

2Et ce colloque a en effet tenu ses promesses par la diversité des intervenants et par leurs origines variées, tant du point de vue disciplinaire que géographique. Les organisateurs remercient tous les intervenants, en particulier ceux qui ont fait un long voyage pour venir ici. Le colloque a tiré sa richesse du contenu des contributions et du niveau des débats.

3Il paraissait banal de parler de port. Et pourtant, dès ce premier mot, les problèmes de définition sont apparus. Qu’est-ce qu’un port ? Compte tenu du thème général, on peut le définir comme l’environnement du navire. C’est le lieu où il accoste et où sont effectuées les opérations de chargement et de déchargement des marchandises, l’embarquement et le débarquement des passagers, les opérations d’avitaillement etc. Mais il a été question de port d’échouage, de port naturel, de port refuge, de port anthropique (s’agit-il d’une place maritime ?), compliquant ainsi la définition. Le problème se pose en plusieurs langues. En anglais, n’avons-nous pas évoqué aussi bien le « port » que le « harbour » ?

4Une interrogation s’est engagée sur les limites du port. Cela revient à s’interroger sur où commence son environnement. Cette question n’est pas réservée à quelques érudits réunis en colloque. Elle se situe au cœur d’enjeux et de conflits comme celui de la définition des limites au-delà desquelles s’exerce (où s’exerçait) l’exclusivité du travail des dockers, ou comme celui des limites du domaine public.

5L’environnement a, quant à lui, été abordé sous plusieurs angles.

6Tout d’abord l’environnement naturel. Ont été abordées les conditions nautiques : Dives au Moyen Age, les aménagements pour les améliorer, la Clyde ou l’Elbe, la prise en compte de l’environnement pour le préserver. A partir de leur attitude vis-à-vis des milieux naturels plusieurs communications ont analysé les stratégies des acteurs.

7Puis l’environnement technique a retenu l’attention : des intervenants se sont penchés sur l’effet de l’introduction de la vapeur, de l’acier, des conteneurs, des nouvelles techniques d’information et de communication. Les nouveautés techniques modifient les paysages portuaires, les relations spatiales entre la ville et le port, les métiers, l’organisation du travail, mais pas de façon mécanique ni déterministe comme l’ont montré les exemples de Londres au 19ème siècle, ainsi que les différences entre Gioia Tauro et Felixstowe face aux mêmes techniques de conteneurisation.

8L’environnement économique n’a pas été oublié : les grandes orientations, dirigisme ou libéralisme, la conjoncture, les phases de croissance ou de récession marquent la vie des ports.

9L’environnement juridique a lui aussi été abordé : en position frontalière, lieu de passage, le port est un lieu d’exercice des fonctions régaliennes, dans son enceinte et tout autour. Le statut des ports ainsi que la question du Domaine Public Maritime ont été traités.

10L’environnement politique a été évoqué dans plusieurs communications : l’influence des relation internationales en particulier la guerre et la paix, de 1066 à la guerre des Malouines (ou des Fakland ?), et le rôle de la politique extérieure ont été soulignés. On a vu le rôle de l’Etat et des collectivités locales en tant qu’acteurs parfois essentiels dans le choix et la localisation des investissements. C’est, entre autres, le cas des arsenaux. L’Etat intervient jusque dans l’urbanisme de la ville portuaire comme par exemple lors de la reconstruction du Havre.

11L’environnement spatial a fait l’objet de plusieurs interventions. Il a été question de l’arrière pays, notamment en Uruguay, et de la ville portuaire. A l’origine le port se situait souvent au coeur de la ville. Au cours de l’évolution généralement parallèle de la ville et du port le lien spatial entre ces deux entités s’est fréquemment distendu. L’aboutissement extrême étant la ville qui tourne le dos au port. Ont été abordés les conflits d’usage du territoire entre les gestionnaires portuaires et les édiles dont les stratégies peuvent entrer en opposition. La ville portuaire est un lieu de vie, avec un habitat et des quartiers parfois spécifiques. En général, elle est un lieu de brassages et de mélanges. D’autant plus qu’elle est le lieu d’escale des marins. Elle est un lieu d’implantation d’industries et d’autres fonctions plus ou moins liées au port. Enfin la ville portuaire est un lieu d’émergence, d’affirmation, de crise des identités en même temps qu’elle est héritière d’un patrimoine, soit rejeté, soit préservé et valorisé.

12L’environnement social recoupe les approches qui précèdent car, finalement, ce sont les sociétés, les groupes humains, les individus qui font évoluer l’environnement dans tous les sens du terme. Aussi les questions sociales ont-elles tenu une place éminente dans les analyses présentées.

13Des thèmes récurrents ont été dégagés tout au long du colloque.

14Les métiers : ils sont intraportuaires ou paraportuaires. On a parlé non seulement des dockers, au coeur de nombreuses interventions et débats, mais aussi des pêcheurs, des travailleurs des arsenaux ainsi que des « talents »...

15Les pratiques sociales : l’organisation du travail a permis de souligner la fréquence du statut occasionnel et de la précarité. Les interventions et les débats sur la législation du travail, les organisations syndicales, les conflits sociaux, les différentes cultures et les différents comportements ont montré que dans ces domaines le déterminisme n’existait pas non plus.

16On s’est interrogé sur l’identité : identité sociale et professionnelle, mais aussi l’identité de lieu, de quartier ou de ville. Le géographe relève que dans plusieurs contributions ont été soulignées la recherche ou l’affirmation d’un lieu identitaire, Etel, par exemple. L’identité s’avère complexe. Elle n’est même jamais unique.

17Dans le cas des dockers, le patrimoine, la mémoire, les représentations ont occupé nos débats.

18Enfin a été étudié le rôle des acteurs : Etats, villes, négociants, employeurs, armateurs, syndicats, associations et groupements.

19Tout ceci dans une approche temporelle et spatiale qui souligne la naissance et la disparition de métiers, la naissance d’industries et la fermeture d’usines avec l’apparition de friches. Les mutations s’accompagnent de la perte d’identité souvent en relation avec la disparition des lieux de repère et la fabrication de nouvelles identités. La tendance est au morcellement du travail. Les évolutions sont accompagnées de luttes et de résistances.

20Le colloque a montré la pertinence et l’actualité de son thème qui ne se limite pas à la simple curiosité scientifique mais se situe dans les enjeux de la société contemporaine. Il a montré aussi l’apport des sciences humaines à la connaissance et à la compréhension des sociétés et l’utilité des approches multidisciplinaires et comparatives.

21Pour terminer, je voudrais adresser nos remerciements à ceux, individus et organismes qui ont soutenu le colloque ou qui lui ont apporté leur concours, le directeur et le personnel de l’ISEL, aux interprètes et aux étudiants qui ont assuré l’accueil, le service des pauses-café, la mise à disposition des microphones. Je voudrais remercier plus particulièrement John Barzman et Eric Barré, le premier, pour le travail qu’il a assumé, cheville ouvrière dans la phase de préparation du colloque, intervenant et intermédiaire efficace entre anglophones et francophones, le second, pour la logistique et tous les problèmes qu’elle comporte.

22A tous, bon retour vers vos ports d’attache.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540