Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Comparaisons internationales : à propos du livre Dock Workers (2000)

Table Ronde

John Barzman, Christian Borde, Robert Cherny, William Kenefick, Arnaud Le Marchand, Michel Pigenet et Peter Turnbull

Texte intégral

John Barzman

  • 1 Les détails du livre se trouvent en fin de chapitre.

1Cette table ronde a été conçue pour prendre note de la parution d’un important ouvrage comparatif sur le monde du travail portuaire et permettre un premier échange. Parmi les participants, nous avons trois co-auteurs de ce livre collectif : Robert Cherny qui a travaillé sur San Francisco, William Kenefick qui a rédigé le chapitre sur Glasgow, et moi-même qui étais chargé des chapitres sur Le Havre et sur les relations entre l’Etat et les dockers1. Cependant, en raison de la tâche de traduction qui m’échoit de façon imprévue, je n’interviendrai que peu ou pas dans la discussion. Nous avons également à nos côtés Peter Turnbull, un sociologue anglais auteur d’études comparatives sur les dockers. Comme tout bon sociologue, il ne s’intéresse pas uniquement aux expériences récentes mais à leur passé, à l’origine des phénomènes qu’il étudie. De plus, bien que la publication soit en anglais, nous avons voulu qu’elle soit commentée par des francophones et même par des personnalités de l’Université française. C’est ainsi que participent Michel Pigenet, professeur à l’Université de Paris I - Panthéon Sorbonne, dont la recherche porte depuis un certain temps sur l’histoire des dockers en France et bien d’autres sujets, et qui est notamment responsable du corpus « dockers » du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français Maitron, et Arnaud Le Marchand, maître de conférences en économie à l’Université du Havre qui est spécialiste du travail portuaire. La table ronde sera présidée par Christian Borde, maître de conférences à l’Université du Littoral - Côte d’Opale.

2Je voudrais dire quelques mots, en guise d’introduction, sur le processus de fabrication des deux volumes. C’est un projet qui a été conçu par une petite équipe de l’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam (IISG). Cette équipe, composée entre autres de Lex Heerma van Voss de l’IISG, de Klaus Weinhauer de Hambourg et de Sam Davies de Manchester, a choisi un groupe de personnes qu’elle estimait capable de produire des études sur un ensemble de ports du monde assez différents. Ces chercheurs ont donc réalisé vingt-cinq études de cas qui portaient non seulement sur les ports d’Europe mais aussi d’Amérique, d’Afrique et d’Asie. Les seules zones qui manquent à l’appel sont d’une part le bloc soviétique, qui aurait pu donner lieu à des études intéressantes, et d’autre part l’Amérique latine. Il y a certes d’autres lacunes, mais moins évidentes. Ces études de cas ont été rédigées sur la base d’une grille pré-établie par la petite équipe. Cette grille comprenait des variables sur lesquelles chaque chercheur devait fournir des réponses. Les chercheurs choisis ont été plus ou moins disciplinés ou rétifs, selon leur personnalité et leur culture.

3Une première conférence s’est alors tenue à Amsterdam pour échanger les résultats de ces premières études et identifier une douzaine de domaines sur lesquels des études de synthèse seraient rédigées. Ces dernières portaient sur des questions comme les dockers et l’ethnicité, les employeurs, le syndicalisme et les relations avec l’État, et devaient constituer un volume. Par la suite, il fut décidé de publier les vingt-cinq études de cas en raison de leur richesse documentaire, ce qui porta la publication à deux volumes. Tel est le schéma général de la production. Voici maintenant l’échange de vues.

4Nous commençons avec la contribution de deux co-auteurs, William Kenefick et Robert Chemy. Suivront les commentaires des participants à la table ronde et de la salle.

William Kenefick

5Comme John l’a dit, notre premier contact avec cette affaire date de 1995. En 1996, les personnes retenues ont commencé à se voir et à s’organiser. À l’époque j’étais très enthousiaste parce que je venais de finir ma thèse de doctorat sur Glasgow l’année précédente. Lors de la soutenance, mon rapporteur extérieur, Noëlle Whiteside, avait été particulièrement difficile. Néanmoins j’ai eu mon doctorat. Nous partagions le sentiment que le port de Glasgow n’avait pas été sérieusement étudié jusqu’alors, ni dans une perspective écossaise, ni dans une perspective britannique, encore moins dans une perspective européenne. Quand l’invitation est arrivée de l’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam, je me suis immédiatement rallié à cette possibilité de défendre la cause écossaise. Heureusement ma candidature a été acceptée et j’ai été invité à écrire l’une des vingt-cinq études de cas qu’on appelle entre nous des « rapports de port ».

6Comme John l’a dit également, on m’a demandé de faire des choses très spécifiques, et étant d’un naturel rebelle, je n’ai pas suivi certaines instructions. A ma décharge, je dois dire qu’il n’y avait pas d’informations ou de sources disponibles sur certaines des questions qui étaient posées.

7Quoi qu’il en soit nous nous sommes réunis pour la première fois en 1997. Pour moi cela a été une expérience merveilleuse. Pour la première fois j’étais avec des gens qui connaissaient quelque chose au port. Je n’avais pas besoin d’expliquer l’intermittence, la garantie du revenu, l’indemnité journalière, les sentiments pour et contre la création d’un registre et l’inscription au registre.

8J’ai découvert que bien que je sois convaincu que Glasgow était unique, du moins par la présence d’immigrés irlandais et des Highlands d’Ecosse, le port écossais avait de traits qu’on retrouvait dans tous les ports du monde en ce qui concerne les attitudes, les coutumes et le syndicalisme des dockers. En fin de compte, heureusement que nous avons produit ce livre, car je ne serais pas ici aujourd’hui si je n’avais pas participé à l’effort. Je me suis rendu à Amsterdam trois fois, au Havre et à Oslo une fois, et à Londres plusieurs fois pour contribuer à ce livre et à ses suites. Cela mis à part, je me suis rendu compte que pour étudier l’activité portuaire, il fallait une perspective comparative et une perspective internationale. J’ai rencontré de nombreux universitaires, mais aussi des dockers. Ne pas oublier les dockers : je dois dire que de mon point de vue, ce livre est dédié aux travailleurs des ports, et en particulier aux dockers.

Robert Cherny

9J’ai toujours pensé qu’il était assez ironique que j’aie passé les quinze dernières années à travailler sur les longshoremen, c’est-à-dire sur les dockers de la côte pacifique des États-Unis. Quand j’ai commencé à enseigner à l’université d’État de San Francisco en 1971, j’avais beaucoup d’étudiants qui voulaient travailler sur l’histoire ouvrière et sur les dockers. Je leur répondais qu’il existait déjà de nombreuses études sur les dockers et sur Harry Bridges, leur dirigeant, en particulier, et qu’ils feraient mieux de s’intéresser à autre chose. Mais en 1985, Harry Bridges lui-même m’a invité à écrire sa biographie et je n’ai pas pu résister. Depuis cette date, j’y travaille sans discontinuer. J’espère finir en moins de temps qu’il ne lui en a fallu pour vivre sa vie.

10C’est à cause de cela que j’ai reçu une invitation à participer à la conférence d’Amsterdam. Je dois dire que j’ai été au moins aussi attiré par l’idée d’aller à Amsterdam que je l’ai été par la grille de travail du projet. En fait, je trouvais cette grille de référence hautement structurée et j’y ai résisté, comme Billy a dit qu’il y a résisté. S’il m’avait été demandé de construire ma propre analyse, je serais allé dans un sens très différent. Mais en fin de compte, j’estime que j’ai tiré des choses très importantes de ce projet, à commencer par ce rapport sur les dockers de San Francisco et sur les dockers plus généralement. Il m’a conduit à réexaminer des choses sur lesquelles je travaille depuis de longues années et à engager de nouvelles recherches afin de répondre aux questions posées par la grille. Par exemple, j’ai examiné les recensements de 1910 et 1920, et j’en ai retiré un échantillon qui concernait les dockers. En analysant cet échantillon, j’ai accumulé des données qui m’ont amené à remettre en cause plusieurs hypothèses des historiens qui avaient travaillé sur le sujet avant moi. J’ai découvert par exemple qu’il y avait beaucoup plus d’Irlandais qu’on ne le pensait, qu’en fait les Irlandais constituaient le groupement le plus nombreux de la main d’œuvre portuaire de San Francisco ; aucun historien de San Francisco n’avait jusqu’alors relevé cette proportion. J’ai découvert des choses très intéressantes également sur le statut marital et l’accès à la propriété des dockers de San Francisco. Mes études sur la pyramide des âges des salariés m’ont révélé des informations importantes pour certains aspects de leur histoire. Certaines de ces découvertes coïncidaient avec les résultats obtenus par l’historiographie actuelle, notamment par les études sur les sidérurgistes. Par exemple, mes résultats m’ont suggéré que la combativité des dockers de San Francisco découlait du fait qu’ils étaient plus âgés que les salariés d’industries similaires, qu’ils avaient des obligations familiales, et qu’ils étaient contraints d’être combatifs pour satisfaire à ces obligations. La conférence d’Amsterdam m’a également aidé à remettre mon propre travail en perspective, dans le contexte plus large des études d’autres chercheurs. Elle m’a permis de mieux voir les aspects uniques de San Francisco, et notamment le caractère exceptionnel de l’utilisation qui y est faite du hall d’embauche (j’y reviendrais dans ma communication demain matin).

11Très rapidement, quelques réactions aux conclusions plus générales issues des travaux de synthèse du livre. J’ai conclu en fin de compte que les résultats obtenus justifiaient pleinement la grille de référence à laquelle j’avais tellement résisté au début. J’ai révisé mon rapport de port pour la publication finale et j’ai fait très attention à me conformer aux indications de la grille. Un de mes collègues à l’Université de San Francisco, qui enseigne l’historiographie, m’a demandé le livre. Il l’a lu et a décidé qu’il le ferait lire à ses étudiants parce qu’il contient une approche tellement nouvelle de l’histoire comparative. L’effort a contribué à créer un réseau de chercheurs et de contacts. Je ne serais pas ici s’il n’avait pas eu lieu.

Michel Pigenet

12L’exercice qu’on me demande est un peu difficile et délicat. Tout d’abord parce que cet ouvrage est très riche. Ensuite parce que le bilan qu’on me demande de tirer est déjà dans l’ouvrage lui-même. Je suis donc pris entre le plagiat et peut-être quelques petites choses nouvelles, mais...

13Ce qu’il faut dire, c’est que pour le lecteur français cet ouvrage sera de toute façon un ouvrage de référence dans la mesure où l’historiographie française sur les dockers était jusqu’à présent très faible, à la différence de ce qui existe à l’étranger, ou des travaux des sociologues, des économistes et des juristes. En précisant bien que les sociologues et les autres avaient beaucoup d’avance sur les historiens. Ce livre apporte une masse d’informations et suggère de nombreuses réflexions. Du coup reculent la légende et l’exotisme des dockers pour les chercheurs. Mais cela ne diminue en rien l’intérêt des questions fondamentales soulevées qui, pour ma part, tournent autour du travail comme activité productive, comme activité sociale, et enfin de la relation entre le travail et le non-travail, qui est évidemment fondamentale dans une profession intermittente.

14On pourrait développer sur deux aspects : l’histoire comparative comme méthode, comme démarche, et d’autre part l’histoire des dockers eux-mêmes. Du point de vue de la démarche, les études de cas étaient un préalable d’autant plus que, et je vais y revenir, le fait docker est fondamentalement un fait de site. On peut s’interroger d’abord sur les quelques vingt-cinq cas qui nous sont présentés et notamment sur leur représentativité. Je vais prendre deux exemples.

15On comprendra tout de suite par rapport au Havre. Ce qui est dit sur Le Havre devrait être abordé de manière tout à fait différente en parlant de Marseille, de La Rochelle ou de Dunkerque. D’autre part, sans doute l’étude tire-t-elle vers le monde anglo-saxon et l’Europe du Nord. Ceci dit, qu’aurait-on dit s’il avait fallu doubler le nombre des ports étudiés.

16J’en viens à l’aspect thématique qui est, évidemment, pour une étude comparative celui qui est le plus stimulant. Je me pose toujours trois questions après avoir lu cet ouvrage, en précisant toutefois qu’elles existaient déjà bien avant et que mes propres recherches ne me donnent pas forcément de réponses. La première c’est celle des temporalités. L’ouvrage couvre la période 1790-1970, mais de fait on voit bien quand même se concentrer l’attention sur ce qu’on pourrait appeler les « quarante glorieuses » des dockers, c’est-à-dire les années 1930 à 1970, ou bien la période de la fin du XIXème siècle aux années 1960, c’est-à-dire le moment où se constitue une identité de dockers. D’où vient-elle ? Une identité à la fois positive et négative, c’est-à-dire qu’on a un groupe qui, à peu près partout, se dote d’organisations qui l’aident à consolider son identité, et qui en même temps échappe au droit commun social au moment où celui-ci est en train de se former.

17Deuxième série de questions : à la fois la singularité docker et son extrême diversité. On a aussi bien un air de famille de Mombassa à San Francisco, que des différences considérables. Et même lorsque apparemment on est dans des situations très voisines, par exemple après 1945 le cas britannique et le cas français, on voit bien que la gestion de part et d’autre de la Manche d’une loi similaire est extrêmement différente. Alors on voit dans cet ouvrage à la fois le fonds commun docker : partout la contrainte de l’intermittence, partout le rôle fondamental de l’unité de base qui est l’équipe, partout le problème de la confiance et de la sécurité par rapport à l’employeur, et partout une histoire sociale qu’on pourrait résumer dans l’alternance du travail réglé, par le patronat, par les autorités, par les travailleurs eux-mêmes, et les trois cas ne sont pas forcément exclusifs l’un de l’autre. Et pourtant, malgré ce fonds commun, des différences très évidentes, et qui réduisent la portée d’analyses que je dirais déterministes, que ce soit du déterminisme technique ou du déterminisme économique. Partout, l’identité dockers, la construction du groupe, l’affirmation du groupe est véritablement une construction sociale, c’est-à-dire faisant intervenir aussi bien la culture, l’histoire, les alliances et les exclusions vécues pratiquement dans chaque site. Je m’en tiendrai là pour le moment ; encore une fois c’est un ouvrage de référence et merci aux auteurs.

Arnaud Le Marchand

18Comme je ne suis pas historien, je vais essayer de vous présenter l’intérêt d’un ouvrage comme celui-là pour une autre discipline, c’est-à-dire pour l’économie, en l’occurrence l’économie du travail. Dans un premier temps j’ai tendance à penser que ce qui est commun pour les dock workers, c’est le marché du travail occasionnel ou le marché du travail journalier qui est un marché du travail qui a été peu étudié dans l’économie du travail orthodoxe ou dans les versions plus critiques. On le trouve dans d’autres secteurs que la manutention portuaire, par exemple dans l’agriculture mais on peut aussi observer des phénomènes semblables si l’on va à Paris dans le quartier du Sentier où l’on voit des travailleurs qui tous les matins cherchent une embauche. Ce que ce livre permet de comprendre, c’est que ces marchés du travail occasionnel, même en l’absence de politique sociale, ne fonctionnent jamais sans règles, même si celles-ci ne sont pas immédiatement visibles ou inscrites dans la loi. Paradoxalement c’est la précarité même de ce type de marché qui pousse les employeurs comme les salariés à rechercher quelques règles pour réduire l’incertitude.

19L’autre point, qui est très intéressant par rapport à ce qui est souvent affirmé dans l’économie théorique, concerne l’affirmation que l’entreprise est le lieu de l’apprentissage collectif. Or l’histoire des dockers permet de comprendre qu’il y a des apprentissages collectifs pour les groupes qui peuvent se faire ailleurs que dans l’entreprise. Par exemple sur le marché, ou à une étape ultérieure, dans les halls d’embauche. On a l’impression que, dans le cas des dockers, mais c’est sans doute vrai ailleurs, et c’est peut-être un peu curieux, il y a toujours déjà des règles, quelque chose qui permet de se coordonner. Par exemple, des points de rendez-vous pour l’embauche, des façons que vont utiliser les salariés pour essayer de former une identité, de filtrer, pour les employeurs également de faire un choix parmi les travailleurs.

20D’autre part, on voit bien qu’il n’y a pas de déterminisme strict. Un problème peut être solutionné plus ou moins efficacement avec différents types de règles qui sont d’un certain point de vue toujours arbitraires. La théorie économique a tendance à dire, face à cela, que ça n’est pas important, c’est-à-dire qu’il y a des règles et que peu importe d’où elles viennent. Ce qui est intéressant c’est que les historiens peuvent nous aider à comprendre comment ces règles se forment, pourquoi telle règle émerge plutôt que telle autre.

21Il est intéressant aussi de voir comment la politique sociale peut avoir comme but, en fait, de corriger une norme émergente, si elle apparaît comme incompatible avec d’autres. Comme par exemple, les règles de sélection ethnique, les règles qui peuvent être vues comme mafieuses. Donc en fait, cet ouvrage présente beaucoup de ce que les économistes appellent « des faits stylisés », des occasions de questionner les modèles théoriques de l’économie du travail. Je le conseillerais à l’économiste qui cherche à réfléchir véritablement sur des phénomènes concrets.

Peter Turnbull

22Je dois préfacer mes remarques en disant qu’on m’a demandé de faire une note de lecture sur cet ouvrage et que, comme c’est la coutume dans ce genre d’exercice, je vais me concentrer sur les faiblesses et les lacunes. Je vais donc mentionner très rapidement certains points forts, avant de passer plus longuement aux points sur lesquels les travaux futurs pourront apporter des améliorations tant du point de vue de la méthode que de la théorie.

23D’abord les points forts. Le premier est la consolidation de cette masse de données dans un seul lieu. Deuxièmement, il faut saluer la cohérence de l’approche dans les rapports de port, aspect qui a déjà été souligné par ceux qui m’ont précédé. Ensuite, il faut apprécier le caractère large et exhaustif des études sur les différents ports. Une des grandes forces de l’ouvrage est de bien mettre en évidence les contradictions qui existent chez les travailleurs portuaires ; on n’a pas affaire uniquement à la solidarité qui apparaît à certaines occasions, mais aussi à des divisions profondes qui perdurent. On a déjà dit que le livre apporte un démenti à un certain nombre de mythes à propos des dockers et j’espère que cette démythification sera durable ; des mythes tels que le caractère non qualifié du travail docker, ou que les dockers constituent une masse indifférenciée. Il souligne bien que chaque port est unique.

24Passons aux aspects du livre qui pourraient être améliorés. Il y a des questions de méthode et de théorie. Premièrement, mais cela a déjà été dit, en ce qui concerne l’étendue du champ étudié, on a davantage affaire aux grands ports et aux ports de la zone anglophone. Par exemple, si l’on avait mis plus de ports d’Asie, on se serait rendu compte que la situation que les historiens décrivent pour le passé, prévaut encore dans de nombreux ports d’Asie en ce qui concerne les méthodes de travail et les marchandises.

25Je pense aussi qu’il aurait été plus utile de demander à chaque contributeur d’examiner deux ports dans son pays plutôt qu’un seul, parce que les auteurs ont encore tendance à parler de la spécificité des ports individuels, et les experts sur ces ports sont les chercheurs du pays en question. Il aurait mieux valu les forcer à faire des comparaisons au sein de leur pays avant de passer aux comparaisons internationales.

26Il y a aussi la question pointée par Michel, celle de la temporalité. Le livre a tendance à se focaliser sur la période du travail occasionnel sans garantie. En conséquence, les grandes transitions entre différents régimes du travail échappent à son regard. Or dans la théorie comparatiste, ce sont précisément ces grandes transitions qui sont les « points collants » (sticky points) des relations sociales, ceux où il se produit le plus de conflits sociaux, qui permettent de découvrir les vraies relations sociales à l’œuvre. L’accent est donc mis sur la reproduction des situations plus que sur la transformation des relations sociales.

27Cela conduit à la grande question de la théorie, celle de la causalité. Il aurait peut-être mieux valu demander aux auteurs de rapports sur un seul port d’examiner leur port dans un contexte comparatif, par exemple en le rapprochant d’un autre port de leur pays, ou d’un autre pays. Cela aurait mieux aidé à développer la théorie qu’en confiant à d’autres personnes la synthèse des différents pays. Cela aurait forcé les auteurs de rapports sur un seul port à envisager quelle était la cause des changements, si des forces économiques, la nature du marché du travail, les changements dans les marchés de produits ou l’influence des grands armateurs, se trouvaient à leur racine, et cela d’autant plus que leur attention se serait portée sur les périodes de transition. Il y a donc un autre livre entre le volume 1 et le volume 2 qui attend d’être écrit.

Christian Borde

28Une question pour M. Le Marchand : que sont des règles arbitraires ?

Arnaud Le Marchand

29J’ai dit que, dans le même pays, il peut y avoir des solutions différentes à la division des dockers. Par exemple quand il y a eu l’enregistrement des dockers, l’élaboration des listes de dockers d’un port à l’autre, même en France, n’a pas toujours retenu les mêmes critères. Ça ne semble pas toujours très clairement, très strictement déterminé, il y a une part de choix. Une solution, pour les économistes, est de renvoyer la balle aux historiens et de dire : « c’est la force du précédent » ou « c’est la coutume » qui l’explique. Mais ce n’est pas entièrement satisfaisant. On peut peut-être comprendre le choix entre ces plusieurs règles possibles si on pense qu’il n’y a pas de déterminisme technique ou économique strict. Il est intéressant de comprendre pourquoi à tel endroit à tel moment il y a tel choix, et à tel autre endroit, telle autre solution.

Christian Borde

30Alors est-ce qu’il ne faut pas considérer comme un mythe la croyance que pendant très longtemps il y avait chez les dockers la loi de la jungle ?

Arnaud Le Marchand

31Bon, peut-être que pendant un très court moment il y a eu la loi de la jungle, mais ensuite très vite on s’aperçoit que dans la masse indistincte des travailleurs, il va y avoir des solidarités ethniques qui vont jouer, ou un autre type de solidarités qui structurent le travail. On se fait embaucher à un certain nombre d’endroits, pas n’importe où. Cela n’empêche pas que cela peut être très violent. Le problème c’est que vous, peut-être, vous croyez que la théorie économique a raison, que le marché du travail des manuels de première année fonctionne vraiment. Moi, je ne pense pas que cela fonctionne de façon aussi, comment dire, purement économique dans ce cas-là. En tout cas, il me semble que la loi de la jungle n’est pas tenable très longtemps et qu’elle évolue très vite, y compris du point de vue des employeurs qui ont besoin d’un minimum de règles. Et la question qu’on peut se poser alors, c’est : pourquoi celles-là et pas d’autres ?

Robert Cherny

32Je voudrais m’exprimer brièvement sur la loi de la jungle. Vous avez vu le film « Sur les quais ». C’est l’expression la plus dramatique de cette loi de la jungle, de l’embauche occasionnelle sans garantie. Quant à moi, je n’ai jamais trouvé une seule situation qui corresponde aux images de ce film.

Christian Borde

33Mais est-ce que cela concerne la côte ouest ou la côte est ? Où est Marlon Brando ?

Robert Cherny

34Je n’ai pas fait de recherches aussi approfondies dans les sources primaires sur New York que sur San Francisco. Mais ce que j’ai lu sur New York suggère que cela a toujours été plus structuré que ce que l’on voit dans le film ; mais cette structure peut être une structure mafieuse, par exemple, mais néanmoins une structure.

Michel Pigenet

35Référence cinématographique pour référence cinématographique. Il y a eu « Sur les quais » mais il y a eu aussi « Vu du pont », qui était une réponse au premier.

Christian Borde

36Si ce n’est pas la loi de la jungle, si ce n’est pas la maffia, est-ce que c’est partout une corporation ?

Michel Pigenet

37Il resterait quand même à expliquer ce qu’on met sous la « corporation », y compris et à plus forte raison dans les débats qui ont eu lieu dans les années 1970-1980-1990 sur le corporatisme. Selon les époques il peut être regardé comme du paritarisme, c’est bien, il peut être regardé comme une amorce d’autogestion, bien que désuet, avant de redevenir du corporatisme refusé après qu’à d’autres époques il eut été accepté. Alors je crois que là-dessus il faut s’entendre sur ce que l’on met derrière les mots.

38Sur la question de la loi de la jungle, parce que Christian Borde nous a quand même provoqué là-dessus, je suis convaincu qu’il y a des règles. Je les vois partout où je les ai étudiées. Il me semble qu’il y a fondamentalement un problème de contrôle de l’accès au travail. C’est cela qui est fondamental. À partir de là, bien des moyens peuvent être suscités (j’ajoute : du côté ouvrier, mais aussi comme on l’a dit, du côté patronal). Car la loi de la jungle sur le port, c’est la casse, c’est le coulage, c’est le vol, c’est toute une série de choses qui rendent impossible le fonctionnement du port. J’ajoute que la loi de la jungle est également aussi refusée par les autorités, ce qui fait qu’il y a des périodes sans doute qui sont des périodes de transition où on peut voir momentanément un désordre qui s’apparente à la loi de la jungle, mais très vite, quels que soient les acteurs, il y a des initiatives pour rétablir des règles.

Christian Borde

39Nous sommes très mal placés, nous autres universitaires, pour voir une corporation puisque nous sommes nous-mêmes une corporation. Nous voyons les avantages de la corporation.

Robert Cherny

40Le grappillage peut faire partie des règles également.

Question

41L’étude a été conduite sur des ports de commerce, là où il y a des dockers. Mais en fait dans un certain nombre de ports il y a une partie consacrée à la pêche. Est-ce qu’il y a les mêmes problèmes de déchargement du poisson par les dockers dans ces ports ? Il y a des ports de pêche importants. Je pense par exemple, mais à travers ce que j’ai entendu le cas n’a pas dû être étudié, au port de pêche de Tokyo qui est un ensemble absolument extraordinaire et qui comporte apparemment un personnel spécial, des gens qui sont chargés du débarquement des pêches.

Michel Pigenet

42En tout cas en France jusqu’en 1972, le déchargement du poisson était effectué par des dockers possédant la carte professionnelle. Dans les ports qui étaient à la fois de pêche et de commerce, il y avait deux sections différentes. Mais elles relevaient du même type d’organisation avec BCMO et garanties. J’ajoute que c’est dans les ports de pêche en France qu’on trouvait des dockers femmes.

John Barzman

43Cela pose aussi la question des ports où il y a peu de dockers, où l’on n’est pas arrivé à une situation où il y a des dockers. Je pense aux nombreux ports africains où il y a par exemple des chaloupes ou des baleinières (sous des noms divers) qui déchargent les navires en rade. Ce ne sont pas des dockers professionnels. Il y a aussi le cas de la Finlande où ce sont des saisonniers, souvent des femmes qui, après l’abattage du bois, font le chargement des navires. On constate alors une espèce de zone frontière vers des ports où il n’y a pas de dockers.

Question

44Dans un port de pêche comme Lorient, vous avez des catégories de personnel qui assurent le déchargement : d’une part des ouvriers professionnels, et d’autre part les pêcheurs eux-mêmes qui déchargent leur pêche.

Christian Borde

45C’est la même chose à Grimsby. A Boulogne, ce sont les femmes qui sont chargées du déchargement du poisson, avec des coutumes d’Ancien Régime. En 1900, on continue d’avoir des droits qui sont inventés au Moyen Age, l’idée étant que les femmes sont plus délicates pour manipuler le poisson.

Robert Cherny

46À San Francisco, l’industrie de la pêche se composait d’entreprises de très petite taille, avec des bateaux appartenant à la famille et des membres de l’équipage liés par alliance ou par liens ethniques (d’abord chinois puis italiens). L’industrie était nettement séparée du reste du port. Le poisson était vendu à des marchands qui avaient des liens ethniques ou d’alliance avec les pêcheurs, sur le mode du réseau.

John Barzman

47En réponse à Peter Turnbull. Il est vrai que son idée d’un livre supplémentaire, dans lequel une démarche comparative intermédiaire forcerait les auteurs à la comparaison avec un autre port du même pays, pourrait enrichir l’approche comparatiste. Mais le problème qui se pose est celui de l’immensité de l’effort matériel. Je pense que l’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam a obtenu des fonds assez importants pour rassembler deux fois vingt-cinq personnes avec des voyages à travers le monde. C’est une très grosse entreprise. Plus on augmente le nombre de réunions et le nombre de participants, plus cela devient énorme. Par contre l’idée qu’une synthèse puisse être faite par des chercheurs sur un seul pays avant la rencontre internationale, par exemple par des réunions synthétisant l’expérience de plusieurs ports du pays concerné me paraît moins difficile. Cela favoriserait la discussion dans chaque pays et augmenterait le nombre de participants, sans que tous soient forcés de participer à la réunion finale. Mais au risque de perdre l’incitation au travail.

Christian Borde

48Ce que disait Peter Turnbull tout à l’heure, je l’ai lu récemment parce que je me préparais à un cours de sociologie. Durkheim disait que l’accumulation ne fait pas la sociologie. Les historiens ont tendance à faire trop de monographies.

Peter Turnbull

49Il y a toujours le problème dans l’analyse comparative de rechercher les ressemblances et les différences, puis de se rabattre sur les particularismes dans les études de cas. Dans les études thématiques, parce qu’il y a tellement de variations d’un port à l’autre, les auteurs trouvent facilement des exemples à l’appui de presque n’importe quelle théorie. Or les auteurs de ces articles synthétiques ne sont pas les spécialistes de tous les ports dont ils tirent des exemples. Si l’on force les auteurs des études sur les ports individuels à faire des synthèses, on évite ce problème. Dans l’état actuel, les études sur les ports sont basées sur l’examen des équipes, des communautés, de l’organisation du travail, c’est-à-dire sur des choses factuelles, plutôt que sur une tentative d’expliquer pourquoi les choses ont changé, de combien de pouvoir les employeurs disposaient, quelle était la taille du marché du travail, quelle était la force des syndicats.

Michel Pigenet

50Ces questions méthodologiques sont très importantes, mais je crains qu’on ennuie. Je vais ennuyer un petit peu plus. On a d’autres exemples d’expériences de travaux comparatifs où cela a été encore plus disciplinaire que dans le cas d’Amsterdam. Il y a d’abord eu des équipes, des petits groupes internationaux, qui se sont constitués sur des thèmes, puis qui ont été obligés de rendre un seul rapport à partir de questions générales qui étaient posées par les organisateurs. Par exemple, on est en train de faire un travail sur le syndicalisme européen dans les années 1970. La question est la convergence. Chaque groupe, sur l’automobile, peut-être sur les ports, doit y réfléchir au départ de ses monographies et produire quelque chose qui soit le résultat d’une étude faite par des spécialistes. On reste entre spécialistes, on évite la seconde main, mais avec un rapport unique répondant aux questions principales du colloque.

Christian Borde

51Je vais demander quelque chose pour savoir si je vais acheter le livre. Y a-t-il une rencontre entre les historiens du travail qui sont des historiens des masses et des conflits, et d’autres historiens qui travaillent sur le patronat ? On a peut-être aussi des mythes sur les gens qui sont au sommet.

John Barzman

52La grille de lecture du projet prescrivait aux auteurs d’envisager les techniques et les employeurs, et le livre contient notamment un article de synthèse sur les employeurs portuaires.

Arnaud Le Marchand

53Il me semble qu’il manque une étude sur les salaires des dockers, pas seulement sur le niveau mais aussi sur le mode de paiement (à la tonne ou autrement).

54Fin

55Sam Davies, Colin J. Davis, David De Vries, Lex Heerma Van Voos, Lidewij Hesselink and Klaus Weinhauer (eds.), Dock Workers, International Explorations in Comparative Labour History, 1790-1970, 2 volumes, Aldershot, Ashgate, 2000, 441 and 422 pages.

Part One - Introduction

561 Towards a comparative international history of dockers, Sam Davies and Klaus Weinhauer

Part Two - Port Studies

572 Danish dock workers: Aarhus, 1870-1970, Svend Aage Andersen

583 Race and labour in a Southern US port: New Orleans, 1860-1930, Eric Arnesen

594 Dock labour in Le Havre, 1790-1970, John Barzman

605 Dockers of Turku, c. 1880-1970, Kari Teras and Tapio Bergholm

616 Longshoremen of San Francisco Bay, 1849-1960, Robert W. Cherny

627 “To utilize the organized strength of all for the welfare of each”: Dock labour in St John’s, Newfoundland, 1880-1921, Jessie Chisholm

638 Port labour in a colonial society: Mombasa, 1850-1965, Frederick Cooper

649 The history of Hull dockers, c. 1870-1960, Sam Davies

6510 New York City and London, 1945-60, Colin J. Davis

6611 Nationalism and the making of dock labour in British-ruled Palestine, David De Vries

6712 New Zealand waterside workers in Auckland, Wellington and Lyttelton, 1915-51, Anna Green

6813 Dock labour at Shanghai, Linda Cooke Johnson

6914 The war of clubs: life, labour and struggles of the Tanga dockworkers, Frederick J. Kaijage

7015 A struggle for recognition and independence: the growth and development of dock unionism at the port of Glasgow, c. 1853-1932, William Kenefick

7116 From guild membership to casualisation: dockworkers in Bremen, c. 1860-1939, W.R. Lee

7217 The port of London, 1790-1970, Roy Mankelow

7318 Longshoremen in the port of New York, 1850-1940, Bruce Nelson

7419 Undeserving casuals: Rotterdam dockers and their unions, 1880-1965, Erik Niihof

7520 Godis, tolls and mathadis: dock workers of Bombay, Mariam Dossal Panjwani

7621 The history of dock labour: Liverpool, c. 1850-1914, Eric Taplin

7722 Waterfront labour at Fremantle, 1890-1990, Malcolm Tull

7823 Dock labour in Hamburg: the labour market, the labour movement and industrial relations, 1880s-1960s, Klaus Weinhauer

Part Three - Thematic Studies

7924 Dockworkers and labour history, Frederick Cooper

8025 Formation and reproduction of dockers as an occupational group, Colin J. Davis

8126 The work process, Anna Green

8227 Power and control on the waterfront: casual labour and workers decasualisation, Klaus Weinhauer

8328 Employers and dock labour: employment, work and industrial relations in international perspective, Sam Davies

8429 States and dockers: from harbour designers to labour managers, John Barzman

8530 Ethnicity, race and the logic of solidarity: dock workers in international perspective, Bruce Nelson

8631 The construction of the image of dock labour, David De Vries

8732 Waterfront conflict: dockers’strategies and collective actions, Jessie Chisholm

8833 Criminality on the docks, Linda Cooke Johnson

8934 Space as determinant: neighbourhoods, clubs and other strategies of survival, Mariam Dossal Panjwani

9035 Dockers’configurations, Lex Herma Van Voss and Marcel van der Linden The history of dock labour: an annotated bibliography, Lidewij Hesselink

Notes

1 Les détails du livre se trouvent en fin de chapitre.

Auteurs

CERENE, Université du Havre

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540