Version classiqueVersion mobile

Les origines. Une lecture de La Fortune des Rougon

 | 
Sylvie Thorel

Anthologie de textes critiques

Texte intégral

1Robert Ricatte, « Introduction », dans La Fortune des Rougon, Paris, Flammarion, « GF », 1969.

2La Fortune des Rougon a donné lieu à un nombre très réduit d’ouvrages et d’articles. L’introduction de Robert Ricatte a été retenue ici parce qu’elle présente l’hystérie du personnage d’Adélaïde dans une perspective poétique plutôt que dans le cadre d’une enquête sur les ambitions scientifiques du romancier.

3La névrose originelle, mal sacré, fait de Tante Dide une monstrueuse et admirable créature. L’hérédité, principe d’explication scientifique, n’est belle chez Zola que dans la mesure où elle fabrique des fous. Nous avons ici la cause même des futures folies, l’ancêtre Adélaïde, une grande vieille femme solitaire, immobile dans sa vie morte, que traversent seulement les périodiques retours de l’hystérie. Les frères Goncourt avaient trop bien réussi la peinture des crises dans Germinie Lacerteux pour que leur disciple avisé essayât de les concurrencer sur ce terrain : les convulsions de Tante Dide sont sommairement et discrètement décrites. La vierge folle devenue une nonne délirante, c’est autrement beau ! Macquart est mort, sa sensuelle maîtresse s’enferme dans sa masure au fond de l’impasse Saint-Mittre, désormais chaste d’une chasteté qui la ronge sans qu’elle l’enfreigne, et qui pousse à la folie ses nerfs déjà vibrants. Elle devient en cette « existence monacale », dit Zola, semblable à « une de ces vieilles religieuses aux blancheurs molles, à la démarche automatique », les regards éteints, les yeux d’« une limpidité d’eau de source ». Nous ne sommes pas prêts d’oublier cette « senteur âpre de feuilles sèches » qu’elle répand et qui pousse plus loin encore la métamorphose de la nymphe d’antan, la faisant régresser vers le règne végétal jusqu’à n’« être plus qu’un incroyable arbre sec traversé de transes prophétiques ». Nulle part, dans la suite du cycle, qu’il s’agisse du delirium de Coupeau ou de la manie incendiaire de François Mouret, Zola ne tirera des incartades de la folie un parti plus pur, plus éloigné du mélodrame, plus tourné vers ce qui l’effraie et l’appelle, la noyade de l’être humain dans des forces sans visage.

4[…] Miette, Dide et Silvère – et leur allié, Pascal – n’agissent pas, ils suivent la vague. Seules les canailles s’évertuent et animent le roman. Cette dualité essentielle est propre à La Fortune des Rougon. D’un côté, une grimaçante chronique bourgeoise ; de l’autre, une poétique participation aux grandes farces qui soutiennent l’univers de Zola. Dans d’autres œuvres, La Terre, par exemple, les personnages actifs, même les plus ridicules, les plus odieux, participent sans le savoir aux mythes du romancier. Ici, les petits bourgeois du salon jaune mènent leur jeu à part. Pour qu’ils pussent ainsi se séparer de la grande partie qui se joue sur leur tête, il fallait leur donner un registre littéraire qui n’appartînt qu’à eux : à eux donc le fourmillement du grotesque, à eux ce progrès ironique et prenant des initiatives dramatiques. Au-dessus d’eux, à une distance quasi astronomique, tourne lentement la grande étoile de la névrose et la constellation de l’amour et de la mort. Cette distance même, appelée à disparaître, fait l’irremplaçable poésie du livre.

5Naomi Schor, « Mythe des origines, origine des mythes : La Fortune des Rougon », Les Cahiers naturalistes, no 52, 1978, p. 124-134.

6 L’article de Naomi Schor est l’étude la plus poussée menée sur La Fortune des Rougon. Elle est d’inspiration psychanalytique et sociologique et s’appuie, en particulier, sur la démonstration menée par René Girard dans La violence et le sacré.

  • 1 René Girard, La violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972, p. 35.

7La fortune des Rougon date de ce sacrifice par Pierre Rougon d’un membre de sa famille. Selon les critères de sélection de la victime sacrificielle dégagés par René Girard, Silvère est une victime toute trouvée : de par sa position marginale dans sa famille, il est « neutre et stérile sur le plan de la vengeance1 », sa mort mettra fin au cycle de la violence réciproque qui mine la communauté. La généalogie des Rougon renvoie explicitement à une origine violente : « Le sang est un bon engrais. Il sera beau que les Rougon, comme certaines familles illustres, datent d’un massacre. » Mais si la fortune des Rougon est fondée sur la pierre tombale ensanglantée, qu’en est-il de l’aire Saint-Mittre ? Autrement dit : Silvère est-il la première victime ou, simplement, une victime rituelle ? Si le massacre de Silvère redouble celui de Miette et si Miette se veut le sosie de son homonyme, ne sommes-nous pas amenés à penser que la pierre tombale n’est pas origine absolue, mais plutôt rappel d’une origine qui est déjà perdue ? Le mythe des origines de la fortune des Rougon renvoie à l’origine des mythes […].

  • 2 Philippe Hamon, « Un discours contraint », Poétique, no 16, 1973, p. 439, note 50.

8Mettre en question les origines des Rougon-Macquart et de l’aire Saint-Mittre, c’est découvrir la violence fondatrice, c’est insister sur l’ellipse et l’énigme, c’est éclairer les zones d’ombre dans ce texte trop longtemps considéré comme modèle de transparence, c’est prendre position contre la « doxa » zolienne qui affirme : « le secret sous toutes ses formes est le thème romanesque exclu par définition de ce type de discours2 ». Pour Zola la lecture ne peut être que profanation, parce que la lecture ne peut que mimer l’écriture, la genèse de l’œuvre. Lire Zola c’est retracer les pas du Docteur Pascal, celui qui écrit contre sa mère, celui qui lave le linge sale de la famille en public (cf. les bohémiens), celui qui remplit les blancs de l’Arbre généalogique, poussant son souci de complétude jusqu’à y inscrire même la date de sa mort.

9Michel Serres, Feux et signaux de brume. Zola, Paris, Grasset, 1975.

10 L’ouvrage de Michel Serres a paru un aérolithe tombé dans le champ de la critique zolienne en 1975. Il porte sur l’ensemble des Rougon-Macquart et développe une réflexion sur les liens entretenus par l’œuvre avec les développements de la thermodynamique au XIXe siècle, d’où la part faite dans cette lecture de La Fortune des Rougon aux circulations et aux flux.

11La carte de la ville est prescrite. Vieille cité dans ses murailles, dont les murailles ne ceignent pas que la périphérie. Les murs de l’intérieur séparent pour toujours les groupes et les classes. L’ordre règne à Plassans. Modèle réduit d’un espace bien partagé. Topologie locale extensible à l’espace global, social et politique. Il y va désormais de la circulation, du long voyage et de l’irradiation. Non plus sur l’arbre génétique, mais sur l’arbre de la liberté. Les forces de l’ordre sont gelées, stables, dans les pierres, dans la partition de l’espace. Les énergies chaudes sont en mouvement. Flux parti du peuple, impulsion donnée par la basse classe, en marche dans l’espace du corps social, dans la campagne ouverte alentour de Plassans. Ce flux en mouvement rencontre les frontières du partage, et les murs de la ville. À la lettre, c’est la méthode. Le chemin qui passe à travers. Les insurgés ne parlent pas de la méthode, ils n’en écrivent pas le discours, ils la font, ils la sont. La colonne surgie, resurgie, l’écrit, de soi, sur l’espace. La colonne des révoltés mélange les espaces, fait confluer les affluents : ceux de la Seille, bûcherons, et ceux de la Palud, chasseurs et charbonniers, ceux de Martin-de-Vaulx, ouvriers et petits patrons, ceux d’Alboise, les forgerons, les paysans de Faverolles, de Nazères et de Pujols. Rozan, Vernoux, Corbières, Castel-le-Vieux, Sainte-Anne, Graille, Estournel, Murdaran. Un courant d’enthousiasme, brûlant, mais privé d’armes. Le voici aux bords de la ville. Et voyez maintenant comment le flux est déplacé, piégé. Comment son énergie pourra être volée, par détournement de sa direction. Il entre dans la ville vide et l’occupe sans coup férir. Au lieu de s’attaquer directement au chef-lieu, à la tête, la circulation, déviée, s’arrête à la sous-préfecture, objectif secondaire. Non pas pour conquérir la place, mais pour prendre relais de nourriture et de repos. Non point pour le pouvoir, mais pour la condition et l’entretien. Non pour l’objet, mais pour des substituts. Blocage aux conditions locales. Plassans hôtellerie avant la prison et la mort. Le flux est dévoyé, son but est décalé. Par une conversion à gauche et par un long détour. Cette déviation est fatale, c’est la perte du mouvement et l’épuisement de ses forces. Les buveurs de sang boivent, à la pompe, de l’eau claire au creux de la main. Comment en une eau pure le sang impur s’est-il changé ? Le geste manquera la cible, par la substitution du sang et par le prix du sang. Ce prix, annoncé comme loi, par la vieille Dide en délire. Et que Rougon le loup ramassera derrière les cadavres. Le geste violent rate le but : Silvère, par hasard, crève l’œil du gendarme qui, en retour, ne le manquera pas. Dès lors, au premier rang, tout s’arrête. Il suffit de changer de sang. Ainsi les mineurs grévistes, détournés de la direction, de la Direction, châtrent l’épicier. Ou versent leur propre sang. Ainsi et de nouveau, Silvère frappe Justin : violence jalouse et non violence politique. Nouveau détournement : de l’éros condensé, déplacé, l’aveugle et le châtré, comme pour une cure d’analyse, en lieu et place de la révolution réussie. La logique du mouvement se perd en hasard pur, le sang d’un émissaire se substitue au sang de l’exploiteur qui augmente, par là, son pouvoir et son or : Rougon en son nom personnel, la Compagnie minière en achetant le concurrent, l’énergie politique est détournée en comportement érotique, en images. La circulation se dégrade et son énergie refroidit. Le sang n’y était que moyen, il devient comme but, devant quoi s’arrête le flot, fasciné. Loin de passer de l’arrondissement au chef-lieu, la colonne stationne deux jours à Orchères. La fête. L’émeute se transforme en fête, fait la fête. Traînée de poudre et feux dans la nuit comme des points sanglants. La circulation s’involue sur soi-même, elle a perdu sa cible et n’a plus affaire qu’à soi. Son énergie n’est plus pointée sur un objectif extérieur, elle se disperse dans la colonne, la travaille et l’anéantit. Loi de croissance et loi de décroissance, comme toujours : pullulement d’abord, puis gaspillage, auto-entretien du flux puis, un seuil dépassé, son autodestruction. L’enthousiasme, dans la nuit glacée, baisse brusquement et, sur l’esplanade de la Sainte-Roure, l’émeute rencontre la mort, l’armée, la fin. Elle revient sous terre, au cimetière : son sang, bu par l’aire Saint-Mittre, prépare la germination. Insurgés enterrés prêts à resurgir. À très longue distance, d’espace et de temps. Les ressuscités de la terre : Pascal, leur médecin et leur généticien. Et, de nouveau, circulation de sang : les sillons abreuvés, mais par le sang pur de Silvère et de Miette. Le chant qui circulait, c’était la Marseillaise.

12Cette circulation est saisie ou évaluée comme la plus puissante de l’histoire : il n’y a de Second Empire que contre elle et par elle. La plus terrifiante pour les bourgeois, la plus énergique de l’espace socio-politique. Toutes les stratégies déployées dans le cycle, qui en expose la naissance, l’émergence et l’irradiation, consistent à calculer comment s’en rendre maître, s’emparer d’elle, en devenir propriétaire ou profiteur […]. Le flux en général est le sujet du cycle, une force aveugle. L’auteur est, comme on disait, de son temps : il n’a construit que des moteurs.

13David Charles, « La Fortune des Rougon, roman de la Commune », Romantisme, no 131, 1er trimestre 2006, p. 99-114.

14 L’article de David Charles se fonde sur la prise en compte des difficultés éditoriales rencontrées par Zola lors de la publication de La Fortune des Rougon. L’auteur montre comment Zola a intégré la toute récente actualité de la Commune à l’édition définitive du roman.

  • 3 Voir La Cloche, 16 mars 1872 ; OC, t. V, notamment p. 687.
  • 4 Lettre à M. Roux du 25 décembre 1872.

15Enfin, nous lisons – comme les acquéreurs de L’Assommoir – le texte de la seconde édition en volume, parue chez Charpentier le 27 décembre 1872 : cinq jours avant, le journal où Zola a publié « Le lendemain de la crise » a été interdit. La formule a été employée par Zola en mars pour désigner le lendemain de la Commune dans son compte rendu des séances que l’Assemblée a consacrées au vote de la loi contre l’Internationale3. « Le lendemain de la crise » oppose l’absolue misère d’une famille ouvrière au luxe des ministres de Versailles : « la France affamée s’est rendue ». Le texte « a fait un bruit énorme », si bien que, selon son propre aveu, Zola « y gagne un terrible tapage » qu’on le soupçonne d’avoir lui-même organisé sur la foi de l’expérience de la suspension de La Curée dans la foulée de la publication du volume Lacroix l’année précédente : Charpentier, dit-il, « fait faire des affiches4 ». Zola se sert de la Commune pour lancer La Fortune des Rougon et l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire tout entière. L’édition Charpentier enregistre les modifications apportées par Zola au nombre et à certaines dates de naissance des personnages – notamment celle de leur ancêtre commune – afin de tenir compte de l’avancée de sa réflexion depuis 1868 sur l’architecture générale du cycle. Ce qu’on appelle communément « le premier roman de l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire » n’est donc pas antérieur à la Commune : le texte, comme origine, date de 1872. Il a été cependant été révisé par Zola sur d’autres points, dès la première publication en volume au lendemain de la Semaine sanglante.

  • 5 La Cloche, 7 mars 1872 ; OC, t. V, p. 680.

16[…] Zola substitue « rouges » à « républicains » dans le récit des inquiétudes des marchands d’huile. « Les paisibles bourgeois du salon jaune jurèrent de tuer jusqu’au dernier républicain. » devient « de massacrer “les rouges” » – guillemets de citation compris. Ici comme ailleurs, Zola est attentif à la bichromie politique d’un roman qui oppose le rouge du drapeau et du sang républicains au jaune de l’huile et de la réaction. Mais le passage au discours indirect libre fait comprendre aux lecteurs de 1871-1872 que le sens d’un texte est aussi affaire d’énonciation. Si rouges est le nom donné par la bourgeoisie de Plassans à des insurgés dont le mot d’ordre est politique – voire strictement juridique – plutôt que social, c’est aussi le mot dont les conspirateurs bonapartistes et monarchistes se servent, avec davantage de pertinence, pour discréditer la République en la confondant avec la Commune ; confusion digne du Constitutionnel et du Figaro jugeant l’auteur de La Fortune des Rougon. Zola lui-même renvoie à ses adversaires « le spectre rouge », qu’il décrit, dans une formulation que la pertinence dispute à l’humour noir, « un peu déteint » après la Commune5. Le roman ne craint pas de dire à sa manière l’intégration du drapeau rouge à la symbolique républicaine. Le rouge manque systématiquement aux descriptions du costume de Miette, qu’on voit avant l’insurrection « en corset blanc, un fichu de couleur noué sur les épaules, […] accroupie dans les plis de sa jupe de cotonnade bleue », et ce manque obsède le texte. L’insurrection est appelée par ce manque et le comble, mais le tricolore règne : Miette porte le drapeau rouge « sur les routes toutes blanches de lune […] sans se plaindre de l’onglée qui lui bleu [it] les doigts ». Cette trichromie-là peut bien être naturalisée, elle n’en est pas moins le résultat d’une histoire commencée en 1848 et terminée seulement par la victoire des républicains sur « les rouges » de la Commune.

Notes

1 René Girard, La violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972, p. 35.

2 Philippe Hamon, « Un discours contraint », Poétique, no 16, 1973, p. 439, note 50.

3 Voir La Cloche, 16 mars 1872 ; OC, t. V, notamment p. 687.

4 Lettre à M. Roux du 25 décembre 1872.

5 La Cloche, 7 mars 1872 ; OC, t. V, p. 680.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search