Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Topographie et caractères des conflits sociaux nazairiens au 20ème siècle

Eric Kocher-Marboeuf

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La zone portuaire de Saint-Nazaire appartient à la catégorie des ports d’estuaire comme Le Havre, mais là s’arrête la comparaison. En effet, à la différence de la Basse-Seine, la Basse-Loire n’est pas le lieu de contact entre le monde et un ensemble économique aussi puissant que le Bassin parisien. Choisi au début du Second Empire pour accélérer les liaisons postales vers les Amériques et les Antilles, le site du futur port de Saint-Nazaire n’était encore qu’un village de pêcheurs en 1860. Ses passes profondes et faciles d’accès sont mises à profit par la Compagnie Générale Transatlantique des frères Peirère pour la construction et la réparation de sa flotte.

Très vite, la main-d’œuvre locale révèle de grandes aptitudes pour la construction navale. Cette habileté s’explique par l’ancestrale tradition des paysans de la Brière qui ont toujours eu besoin de construire des barques pour accéder à une partie de leurs champs ou pour chasser. Avant l’implantation du chantier de la Compagnie ...

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540