Version classiqueVersion mobile

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Topographie et caractères des conflits sociaux nazairiens au 20ème siècle

Eric Kocher-Marboeuf

Texte intégral

1La zone portuaire de Saint-Nazaire appartient à la catégorie des ports d’estuaire comme Le Havre, mais là s’arrête la comparaison. En effet, à la différence de la Basse-Seine, la Basse-Loire n’est pas le lieu de contact entre le monde et un ensemble économique aussi puissant que le Bassin parisien. Choisi au début du Second Empire pour accélérer les liaisons postales vers les Amériques et les Antilles, le site du futur port de Saint-Nazaire n’était encore qu’un village de pêcheurs en 1860. Ses passes profondes et faciles d’accès sont mises à profit par la Compagnie Générale Transatlantique des frères Peirère pour la construction et la réparation de sa flotte.

2Très vite, la main-d’œuvre locale révèle de grandes aptitudes pour la construction navale. Cette habileté s’explique par l’ancestrale tradition des paysans de la Brière qui ont toujours eu besoin de construire des barques pour accéder à une partie de leurs champs ou pour chasser. Avant l’implantation du chantier de la Compagnie Générale Transatlantique sur la presqu’île de Penhoët en 1861, de petits chantiers navals existaient déjà dans le faubourg de Méan. Les charpentiers, calfats, voiliers vont simplement changer de lieu de travail et s’accoutumer très vite aux techniques de construction de coques en fer introduites par l’équipe écossaise de la Compagnie Scott à laquelle la Compagnie Générale Transatlantique a fait appel pour lancer son chantier. De fait, depuis le lancement de L’Impératrice Eugénie en 1864, les plus grands paquebots français ont été construits à Saint-Nazaire : France (1912), Normandie (1935) et France (1960). Ces noms devenus mythiques demeurent à jamais l’orgueil des Nazairiens, mais il ne faut pas oublier, non plus, que c’est à Saint-Nazaire que furent construits de nombreux bâtiments prestigieux de la Marine nationale comme le croiseur-école Jeanne d’Arc (1931) et surtout le cuirassé Jean-Bart, parti inachevé sous le feu de l’aviation allemande en 1940. Plus récemment, c’est aussi à Saint-Nazaire qu’ont été conçus la plupart des tankers et méthaniers français des années 1950 aux années 1970. Sans les grandes marées noires de l’Amoco Cadiz ou de l’Exxon Valdez et la chute des cours du baril de pétrole au milieu des années 1980, les chantiers de Saint-Nazaire auraient lancé des pétroliers de 800.000 à 1 million de tonnes. La double forme de 500 mètres de long, construite à cette fin, n’a jamais servi à la construction de navires d’une telle dimension.

3L’harmonie régnant entre la ville, ses chantiers et son port de commerce à partir de la seconde moitié du 19ème siècle va être brisée par la seconde guerre mondiale. La reconquête de l’espace portuaire et maritime par la ville ne s’opère que depuis le milieu des années 1990. Pourquoi cette longue éclipse ? La raison en est simple : il aura fallu un demi-siècle pour que la ville accepte de regarder en face la cause de son martyre durant la guerre, à savoir la base sous-marine allemande. Cette citadelle de béton érigée au cœur de la ville, à l’emplacement de la gare maritime de la Compagnie Transatlantique, a défait les liens affectifs qui unissaient les Nazairiens avec les quais de l’ancien bassin de commerce. Le projet architectural retenu pour le Saint-Nazaire de la reconstruction tourne résolument le dos au port et à la base sous-marine restée intacte et qu’il s’avère impossible de détruire. Le choix du déplacement de la gare en est la traduction symbolique la plus forte.

1. L’élaboration de la culture revendicative et de lutte des métallurgistes nazairiens de 1894 à 1936

  • 1 Marthe Barbance, Saint-Nazaire : le port, la ville, le travail, Moulins, Crépin-Leblond, 1948, pp.  (...)
  • 2 Marthe Barbance, op. cit., pp. 520-536.
  • 3 Marthe Barbance, op. cit., pp. 537-550.

4Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, Saint-Nazaire n’a pas la réputation d’être une forteresse ouvrière particulièrement dure en période de conflits du travail. Certes, à l’instar de toutes les grandes cités industrielles, elle connaît, à intervalles réguliers, des grèves générales. La première grève marquante de Saint-Nazaire a été celle de 1894 aux ateliers métallurgiques de Trignac1. Ce conflit sera suivi d’autres mouvements plus limités jusqu’à la première guerre mondiale qui va marquer une rupture2. En effet, comme dans bon nombre d’industries participant à l’économie de guerre, les métallurgistes nazairiens obtiennent des avancées sociales considérables, conquêtes sociales bientôt regroupées dans la convention collective de la métallurgie nazairienne3.

5Les caractères qui vont contribuer à la « notoriété » des conflits nazairiens après la seconde guerre mondiale commencent à être observables dès l’entre-deux-guerres. De 1917 à 1936, dans une intense période de bouleversements économiques dus à la Grande Guerre, les ouvriers nazairiens vivent sous le régime des « conventions de travail » et des « bordereaux de salaire minimum ». Huit mille métallurgistes nazairiens sont concernés par ces conventions.

  • 4 Marthe Barbance, op. cit., pp. 567-572.

6De 1920 à 1926, dans une période d’inflation galopante, les conventions entérinent une nette amélioration des conditions de travail et des salaires4. Sur fond de division et de surenchère syndicales, le poids des ouvriers de la métallurgie se fait ressentir à travers leur exceptionnelle capacité de mobilisation. Chaque mot d’ordre est l’occasion de la tenue d’impressionnants meetings sur le terre-plein de Méan-Penhoët et de cortèges portant des motions à la mairie ou à la sous-préfecture. Au moment de la crise de reconversion de 1921-1922, les métallurgistes manifestent afin d’obtenir du Parlement l’engagement de 150 millions de Francs de crédits pour la Marine marchande. La plus imposante manifestation de cette période se déroule le 5 septembre 1922. Dans une ville morte, où tous les commerçants ont fermé leurs rideaux, un cortège de 10.000 personnes se forme dans la cour de la gare vers 16 h 30 pour se rendre à la Chambre de commerce, à la Mairie et à la sous-préfecture pour réclamer ce vote.

  • 5 Marthe Barbance, op. cit., pp. 573-575.

7Les relations sociales se détériorent à partir de 1927-19285. On observe tout d’abord qu’avec la stabilisation monétaire de Poincaré, le patronat tente de rogner certaines des concessions accordées à l’époque du Cartel des gauches. En janvier et mars 1927, une très forte mobilisation permet d’obtenir de nouvelles commandes de navires et le maintien de l’escale de la Compagnie Transatlantique.

  • 6 Marthe Barbance, op. cit., pp. 576-581.

8Le retour d’une bonne conjoncture en 1929 et 1930 est trop bref pour détendre l’atmosphère car la crise économique mondiale frappe Saint-Nazaire très durement à partir de 19316. Dès le second semestre de 1931, après le lancement de L’Atlantique, plusieurs centaines de licenciements sont annoncés. En décembre 1931, une grève quasi totale est observée à Penhoët pour protester contre une diminution du salaire horaire, mais cette mesure impopulaire ne fait que précéder de quelques semaines l’annonce de la faillite de la Compagnie Générale Transatlantique et l’arrêt de la construction du paquebot Champlain le 30 janvier 1932. Même l’achèvement du Normandie est menacé. On assiste les 6, 13 et 20 février 1932 à des manifestations imposantes, très dignes, où perce l’angoisse de la population. Toutes les réjouissances, bals et banquets ont été annulés, tous les magasins et cafés ont fermé, toute circulation a été interrompue. Un immense cortège parti des chantiers converge vers l’hôtel de ville et la sous-préfecture. Toutes les catégories professionnelles des chantiers sont présentes-ouvriers, dessinateurs, employés de bureau, marins-, mais aussi toutes les autres professions nazairiennes - dockers, inscrits maritimes, employés du commerce et de l’industrie, cheminots, ouvriers du bâtiment et personnel communal. Même les commerçants et petits patrons de l’industrie et de l’artisanat se sont joints au cortège. L’arrêt des chantiers signifierait 5000 chômeurs à secourir dans la ville, soit 70.000 F/jour, sans compter plusieurs milliers de chômeurs chez les sous-traitants à travers la France. L’exceptionnelle mobilisation des Nazairiens va leur permettre d’obtenir de la commission des finances du Sénat le vote d’un crédit de 110 millions de Francs qui va permettre d’achever les deux paquebots.

9Lors du lancement du Normandie, en octobre 1932, l’avenir apparaît moins sombre car le gouvernement promet la commande du Ville d’Alger. N’ayant toujours pas obtenu d’engagement ferme concernant ce navire à l’été 1933, les syndicats organisent une spectaculaire « Marche de la faim » sur Nantes les 27 et 28 juin 1933 (photo no1). Plus d’un millier d’ouvriers de Saint-Nazaire et des communes alentour, emmenés par le maire François Blancho, partent vers la préfecture depuis la cour de la gare à 7 heures du matin. La halte du soir a lieu dans un champ à proximité de Savenay. Le but de cette initiative spectaculaire est d’attirer l’attention du pays sur la situation nazairienne, à un moment où pourtant tous les secteurs d’activité sont en plein marasme. Ils sentent bien qu’une nouvelle manifestation limitée à la ville n’aurait qu’un impact limité sur l’opinion et les autorités. La « Marche de la faim », qui sera expliquée à la Chambre des députés par François Blancho, frappe les esprits. Elle renvoie confusément aux cohortes de miséreux lors des famines du Moyen Age ou aux populations déplacées ou encore aux colonnes de prisonniers et de bagnards. En même temps que ce type de cortège inspire la pitié, il apparaît digne et courageux du fait de la performance physique de parcourir près de 80 km à pied sous une relative chaleur. On est en tout très loin de l’image d’une horde d’ouvriers violents prêts à en découdre avec les forces de l’ordre en arrivant aux abords de la préfecture. La violence comme moyen de pression n’est pas à l’ordre du jour chez les Nazairiens à cette date.

  • 7 Marthe Barbance, op. cit., pp. 582-584.

10Dernière grande année sociale avant la Seconde Guerre mondiale, l’année 1936 est marquée à Saint-Nazaire par deux conflits courts mais intenses7. Le premier, en février 1936, s’explique par la volonté de la direction du chantier de Penhoët d’aligner son niveau de rémunération sur celui du chantier de la Loire, inférieur d’environ 10 %. La réaction des « horaires » et « mensuels » de Penhoët est immédiate. Le comité de grève prépare minutieusement les tours de garde pour assurer les piquets de grève et nul ne songerait à s’y soustraire, même en habitant à 50 kilomètres. Des fiches familiales sont organisées pour la distribution des secours. Le comité s’apprête à venir en aide à 15.000 personnes. On s’apprête à un conflit long mais, grâce à la conciliation de François Blancho et du sous-préfet, syndicats et direction parviennent rapidement à sortir de la crise. Les salariés acceptent, toutefois, de voir leurs salaires réduits. Aussi, éprouvent-ils un vif mécontentement quand ils apprennent début juin que les bénéfices de la société ont doublé en un an. Afin d’éviter un nouveau conflit, le directeur de Penhoët annonce dès le 11 juin qu’il applique immédiatement l’augmentation prévue par l’accord Matignon. Ce geste est salué par le conseil syndical et les ouvriers. Mais lors de la réunion de la commission mixte du 25 juin, les ouvriers réclament des mesures supplémentaires et laissent 24 heures à la direction pour se déterminer. Las, dès le lendemain à 9 h 30, le chantier est occupé, le drapeau rouge hissé aux portes d’entrée et sur les grues. La grève s’étend rapidement à toutes les entreprises nazairiennes ainsi qu’aux maisons de commerce. La tournure du conflit est nettement plus politique que lors des crises précédentes ; l’Internationale est diffusée en boucle par un phonographe, les ingénieurs ne peuvent accéder à leurs bureaux, le directeur étant seul autorisé à accéder à la direction, sans chauffeur et entre une double haie d’ouvriers le poing levé et chantant l’Internationale. Une fois encore, François Blancho, devenu sous-secrétaire d’Etat à la Marine militaire dans le cabinet Blum, rétablit le calme.

11L’analyse rapide de ces conflits d’avant-guerre permet de constater que les Nazairiens ont déjà acquis une pratique de la lutte sociale qui passe par l’effet de masse, l’adhésion revendiquée de toute la population aux préoccupations des ouvriers métallurgistes des chantiers, le recours à l’arbitrage des pouvoirs publics-maire, corps préfectoral, gouvernement. La violence physique est absente et les syndicats tentent plutôt d’attirer la commisération et la sympathie comme en témoigne la « Marche de la faim ».

2. L’exacerbation des tensions durant les trente glorieuses

12Il faut tout d’abord souligner une évidence : la décennie 1945-1955 est marquée par la reconstruction et la construction navale reprend au milieu d’un champ de ruines. Les difficultés de logement et de vie rencontrées par la population vont faire rejouer les pratiques solidaires de la période de la poche de 1944-1945. Ce sentiment d’appartenance à une communauté particulière va se manifester lors du premier conflit majeur de l’après-guerre à Saint-Nazaire, celui du printemps 1950.

  • 8 Arch. dép. de Loire-Atlantique 161 W 177.
  • 9 Arch. dép. de Loire-Atlantique 161 W 187.

13Saint-Nazaire n’a pas connu de flambée sociale spectaculaire en 1947-1948, lors des grandes grèves lancées par la CGT après la rupture du tripartisme et le début de la guerre froide8. Certes, en 1948, les dockers CGT refusent de décharger des navires américains apportant l’aide Marshall et l’on assiste à une grève aux chantiers de Penhoët lors du réaménagement de l’ancien paquebot allemand Europa rebaptisé Liberté9. L’anti-américanisme ne mord pas à Saint-Nazaire où la population a conservé un bon souvenir du débarquement des Sammies en 1917, épisode glorieux de l’histoire nazairienne. Le monument aux morts américains de la Grande guerre, dynamité par les Allemands, est un des premiers monuments reconstruits.

14Il faut, aussi remarquer que jamais la CGT n’a été en position hégémonique à Saint-Nazaire et que les fortes personnalités des trois secrétaires des syndicats de métallurgistes vont toujours répartir assez équitablement l’influence de la centrale proche des communistes et celles de la CGT-FO et de la CFTC.

  • 10 Arch. dép. de Loire-Atlantique 161 W 177 et 161 W 187. Archives des Chantiers de l’Atlantique.

15L’échec du conflit de 1950 va avoir des conséquences d’autant plus durables qu’il aura été particulièrement intense10. On ne peut sans doute pas comprendre l’histoire sociale nazairienne jusqu’aux années 1980 sans cet épisode. Tant par sa chronologie que par son déroulement, ce conflit est propre à Saint-Nazaire. Débutée le 9 mars pour des motifs salariaux, la grève se situe à contre-courant par rapport à la campagne de grèves lancée par la fédération de la métallurgie de la CGT. L’arrêt du travail est voté à une faible majorité des participants à la consultation organisée par les syndicats et les votants ne représentent pas la totalité des métallurgistes. Profondément divisés du fait de la scission de la CGT intervenue deux ans plus tôt et soucieux de remporter les suffrages des ouvriers, les syndicats affichent une unité de façade qui explique, en partie, la longueur du conflit.

16Du fait de ce caractère faussement unanimiste, la grève connaît un succès immédiat. Pour les inspecteurs des Renseignements Généraux chargés de couvrir le mouvement, les observateurs avertis de la population ouvrière nazairienne ont été surpris car ils envisageaient au pire la fin de la grève après une quinzaine de jours. Une météo favorable aux semis et semailles de printemps est tout d’abord invoquée pour expliquer le succès du débrayage car, à cette époque, 75 % des ouvriers nazairiens vivent repliés dans la campagne et la plupart retirent des jardins, de champs ou même de petites fermes, un complément de revenu appréciable. En 1950, les derniers tickets d’alimentation sont en cours de suppression et les denrées valent toujours cher.

  • 11 Les femmes de grévistes, qu’ils soient « horaires » ou « mensuels » ont toujours joué un rôle impor (...)

17Après 15 jours de grève, l’argument climatique ne pouvant plus être invoqué, la grève nazairienne prend une tournure insolite et inédite qu’on retrouvera, en partie, en 1967 lors de la longue grève des « mensuels ». Comme l’écrit un inspecteur des Renseignements Généraux, la « poche » de Saint-Nazaire se distingue une nouvelle fois du reste du territoire. Une solidarité surprenante est méticuleusement organisée par les autorités religieuses catholiques et protestantes, les personnalités politiques, les dirigeants syndicaux et les milieux associatifs les plus divers. Les comités de solidarité et de soutien fonctionnent dans les moindres délais tant en ville, que dans les chefs-lieux de canton ou même dans les simples communes. Bien que le phénomène ait déjà été observé dans les années 1930, les commerçants se montrent solidaires de leur clientèle, bien qu’il soit difficile de départager chez eux le réflexe de prudence, la crainte ou l’intérêt bien compris. Ils n’hésitent pas à fermer leurs boutiques sur ordre, à céder leurs marchandises à vil prix en s’inscrivant sur les listes de collecte. D’une manière générale, petits artisans, fonctionnaires, bourgeois, toute la population avec plus ou moins de conviction, a donné des sommes variant de 100 à 1000 francs. Les refus essuyés de dons aux femmes catholiques et communistes qui faisaient du porte-à-porte ont été extrêmement rares11. La plupart des collectivités ont fait preuve de largesse, même les municipalités les plus à droite, ce qui n’a pas manqué de surprendre le patronat.

18Ces puissants ressorts psychologiques expliquent qu’après un mois de grève, les métallurgistes poursuivent leur mouvement avec une sérénité que les policiers voudraient voir comme une forme d’apathie. Les autorités pensent que, pris individuellement, les ouvriers désirent reprendre le travail car ils redoutent la misère, mais ils sont, aussi, animés par un sentiment collectif qui les paralyse dès qu’ils participent aux nombreux meetings quotidiens.

19Lors de ces meetings, la population ouvrière se trouve comme galvanisée par certains propagandistes. Le rôle des prêtres et pasteurs est, en particulier, montré du doigt par la police et le patronat car les religieux n’hésitent pas à quasiment excommunier le grand patronat de la nation et à cautionner des agissements de violence sublimée particulièrement graves comme l’immolation d’une effigie de René Fould, le président de Penhoët. Ce geste est d’autant plus grave que René Fould est juif et qu’il a eu à souffrir quelques années plus tôt de la politique antisémite du gouvernement de Vichy en étant exclu de la présidence de la Chambre Syndicale des Constructeurs de Navires.

20Au fil des jours, les motifs du conflit deviennent plus difficiles à saisir. Pour le PCF, il ne fait aucun doute qu’à l’issue de l’épreuve de force, il devra voir ses positions politiques renforcées tant dans la ville qu’aux chantiers. Faut-il pour autant y voir une grève expérimentale, une grève-pilote comme l’affirment les Renseignements Généraux ? Pour la police et le corps préfectoral, il ne fait aucun doute que l’apparent duo catholique communiste est le prélude d’un futur duel.

21Les consignes de non-violence ont, quant à elles, été inspirées par la communauté protestante et elles ont été suivies. Les forces de l’ordre se félicitent de cette stratégie délibérée mais redoutent, quand même, des dérapages à la longue. La réédition le 11 avril de l’escapade nantaise participe, incontestablement, de la volonté de faire rejouer les mêmes sentiments de compassion qu’en 1933. Concession à la modernité, les 120 km à parcourir le seront d’une traite, grâce à l’utilisation de la bicyclette ; 800 cyclistes participent à cette expédition qui ne rencontre pas le même succès que dix-sept ans plus tôt. Il est vrai que le contexte est différent. Même si les ouvriers nazairiens connaissent des conditions de vie dures, ils ne sont pas menacés par le chômage comme en 1932-1933.

22Selon les Renseignements Généraux, la solidarité entre ouvriers et paysans qui a joué pendant le conflit n’a pas résisté à la reprise du travail après le 17 avril. La collecte ne s’est pas toujours passée sans heurt dans les communes rurales et certains cultivateurs ont refusé de donner à « plus riches qu’eux ». D’autres ont accepté de faire un geste à la condition que les ouvriers donnent un coup de main à la culture. Beaucoup d’ouvriers, parmi les plus âgés, ont accepté de participer aux travaux agricoles, alors que les jeunes ont été rares à s’y prêter.

23La vieille rivalité entre paysans et ouvriers s’est réveillée à cette occasion. Le cultivateur ignore les problèmes de salaires. Pour lui, d’ailleurs, l’ouvrier est relativement « riche », parce qu’il mène un train de vie plus aisé : il se rend fréquemment chez le boucher ou le charcutier, achète volontiers certains objets d’usage courant qui, pour être utiles, n’en demeurent pas moins un luxe pour le campagnard. Ce sont autant de « signes de richesses » pour celui-ci. Ce sentiment est d’autant plus paradoxal que la plupart des ouvriers nazairiens sont issus de familles paysannes. Beaucoup de métallos ont d’ailleurs été cultivateurs jusqu’à leur entrée aux chantiers. Parmi les jeunes, près de la moitié sont des fils de paysans.

  • 12 Sur cet aspect voir Louis Oury, Lesprolos, Paris, Temps actuels, 1983, 280 p.

24Si les plus âgés gardent encore un contact assez direct avec la terre et ceux qui la cultivent, les jeunes sont profondément marqués par la vie de l’usine ; ils ont rompu avec la paysannerie, et leurs théories politiques ou syndicalistes les font considérer comme des « révolutionnaires » par les cultivateurs qui les côtoient12.

  • 13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 224.
  • 14 Louis Oury, op. cit. pp. 195-224. Eric Kocher-Marboeuf, Le maintien de l’ordre public lors des grèv (...)

25Le deuxième épisode clé des luttes nazairiennes de l’après-guerre, celui qui va façonner l’image négative de la ville pour plusieurs décennies, est la grève des ouvriers dits « horaires » de l’été 195513. A deux reprises en juin et juillet, les heurts entre grévistes et forces de l’ordre, CRS et policiers en juin et gendarmes mobiles début août, atteignent un degré de violence impressionnant et sans précédent à Saint-Nazaire (photo no2). Les scènes qui se déroulent dans le bâtiment de la direction des chantiers de Penhoët le 21 juin, le corps à corps dans le bâtiment des chaudières et de la grosse chaudronnerie le 22 juin, les assauts contre les gendarmes mobiles le 1er août rappellent les épisodes de 1947-1948 dans les mines de charbon14. S’il n’y eut aucun mort lors de ces journées dramatiques, l’hôpital dut soigner plusieurs centaines de blessés venus des deux camps, parfois dans un état grave. Un ouvrier perdit la main en ramassant une grenade offensive lancée par les gendarmes mobiles et un gendarme mobile eut un œil crevé.

26Pour comprendre ces événements, il faut partir de l’échec de la grève de 1950, en insistant sur la rancœur qu’elle suscita chez les métallurgistes. Ce que les ouvriers n’avaient pu obtenir par la non-violence et la démonstration de solidarité, ils entendent le conquérir par la force. Ils vont réussir à faire peur au patronat et surtout au pouvoir politique. Peut-on, maintenant, affirmer comme le fit le préfet Rix que l’on s’est trouvé en face à un début d’insurrection communiste, préparée de longue date et planifiée lors du congrès de la CGT du printemps 1955 ? Rien que l’émission de cette hypothèse semble, aujourd’hui, un peu saugrenue car la date paraît bien étrange et le limogeage du préfet dans la nuit du 1er août rajoute à la confusion. En effet, comment comprendre que cet homme ait été totalement seul pour persuader le gouvernement de lui dépêcher 4000 CRS et gendarmes mobiles, en quelques heures et grâce à un pont aérien qui amène de nombreuses unités depuis l’Algérie insurgée ?

27Il faut admettre que Jules Busson, le secrétaire CGT de la métallurgie nazairienne, a su choisir la stratégie et le moment pour produire un effet maximum sur la direction et les pouvoirs publics. Depuis plusieurs mois, les ouvriers savent que la date du 21 juin 1955 a été retenue pour le lancement du plus grand pétrolier jamais construit en France, le Esso-France (37.500 t). Pour cette cérémonie, un train spécial doit amener de nombreuses personnalités à Saint-Nazaire. Les projecteurs seront donc braqués sur la ville. En fin de matinée, alors que le train est aux environs de Nantes, le bâtiment de la direction est mis à sac. La responsabilité de Jules Busson est évidente car Pierre Malnoe et Nestor Rombeaut, les deux secrétaires des syndicats FO et CFTC, sont consternés et veulent remettre leur mandat ; ils l’annoncent, à la sous-préfecture, au préfet Rix, arrivé avec le président des Chantiers René Fould et le directeur Jules Pinczon. La reprise du bâtiment de la direction se passe sans incident à l’issue de l’ultimatum fixé par les autorités à 20 h. Les affrontements se produisent le lendemain 22 juin. Vers midi, les CRS, lapidés depuis deux heures par des débris de fonte incandescente ou des boulons, chargent et poursuivent les ouvriers jusque dans les ateliers de grosse chaudronnerie où un extraordinaire corps à corps fait des dizaines de blessés. Des CRS, encerclés par des centaines d’ouvriers sur le terre-plein de Penhoët, sont obligés de sauter dans l’eau noirâtre de la forme de radoub contiguë. Après ces deux journées d’émeute, un précaire retour au calme est observé. La direction espère que les deux semaines de congés de juillet vont calmer les esprits. Ce calcul s’avère faux car dès la reprise, le 29 juillet, Jules Busson remobilise les énergies (photo no3). Le 1er août, de nouveaux heurts se produisent aux abords de la direction entre ouvriers et gendarmes mobiles. Le soutien de la population aux émeutiers force la direction et le gouvernement à négocier en août au ministère du Travail. FO et la CFTC se rangent aux côtés de la CGT car il en va de l’avenir de leur représentation aux Chantiers. La négociation débouche sur une majoration salariale de 20 %, qui est consignée dans une nouvelle convention de la métallurgie nazairienne début septembre. La stratégie de la violence a payé et la leçon va être retenue.

  • 15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 228.

28Dès lors, s’installe une période de guérilla sociale entre direction et syndicats qui va durer plusieurs années. Presque quotidiennement, un atelier, une catégorie d’ouvrier débraie pour revendiquer sur d’innombrables points. Ressentie comme une facilité, la violence est à nouveau utilisée le 24 octobre 1957, avec une nouvelle invasion du bâtiment de la direction et de nouvelles déprédations15. Un policier, qui a installé une radio dans un bureau pour assurer une liaison avec le commissariat, assiste impuissant au bris du matériel. Une voiture-radio du commissariat de Penhoët est incendiée au pied du bâtiment directorial. La réplique des forces de l’ordre est immédiate et vigoureuse avec un dispositif associant police et gendarmerie - 1830 hommes au total. L’opération de dégagement fait de nombreux blessés - 142 chez les forces de l’ordre et 100 chez les manifestants. Les manifestants tentent de refermer la porte d’entrée de l’ancien chantier de la Loire, donnant sur le terre-plein, afin d’échapper à la charge des forces de l’ordre. La pression qu’ils exercent sur la porte coulissante la fait sortir de son roulement, elle tombe en écrasant un manifestant. Les forces de l’ordre n’en procèdent pas moins au dégagement du terre-plein de Penhoët afin de démontrer qu’elles demeurent maîtresse de la rue, ce qu’elles n’étaient pas parvenues à faire deux ans plus tôt.

  • 16 Archives Michel Debré 2 DE 22. Archives Jean-Marcel Jeanneney JMJ 14. Fondation nationale des scien (...)
  • 17 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 309.

29La période de construction du France, entre 1958 et 1960, marque une accalmie sur le plan social. Aucun incident n’émaille la cérémonie de lancement du transatlantique en 1960 en présence du général de Gaulle et d’une partie du gouvernement. Une menace sérieuse pèse sur l’emploi de plusieurs centaines de métallurgistes à partir de 1959. La mauvaise situation financière des fonderies fait craindre leur fermeture. Les Chantiers de l’Atlantique refusent une fusion coûteuse et aléatoire. Le Premier ministre, Michel Debré, a l’idée de sauver l’activité de fonderie en imaginant la création de toute pièce d’une Société Nationale de la Machine-outil destinée à pallier la carence ancienne de la France dans ce secteur16. L’idée est abandonnée car elle répugne aux industriels susceptibles d’être associés au projet et au ministère des Finances qui imagine déjà les pertes abyssales d’un tel défi. Le dépôt de bilan des fonderies se produit en 196417. Cette fermeture s’accompagne de grandes manifestations qui demeurent pacifiques (photo no 4). Saint-Nazaire figure parmi les bassins d’emplois qui retiennent l’attention du Premier ministre. Georges Pompidou délègue Jacques Chirac et Edouard Balladur, deux de ses jeunes conseillers, pour animer la coordination des administrations chargées d’intervenir dans le dossier.

  • 18 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 232.

30De même, les Nazairiens préfèrent jouer la carte de la dignité, de la solidarité et de l’obstination lors des deux mois de grève des « mensuels » en mars et avril 196718. Cette grève présente l’originalité d’avoir ouvert la voie à un nouveau type de revendication, la revendication « qualitative ». La catégorie des mensuels regroupe le petit encadrement des techniciens, contremaîtres, dessinateurs et employés des bureaux. Ces « collaborateurs » de la direction, d’après le terme même qui les caractérise dans la convention collective de 1945, revendiquent des hausses de salaires car ils s’estiment défavorisés en comparaison à l’évolution du point des ouvriers « horaires » et plus encore à celle de leurs homologues de la région parisienne. Mais ils reprochent en outre à la direction de ne pas avoir revu les échelles indiciaires pour un certain nombre de tâches qui se sont valorisées depuis la Libération. Leur lutte, la plus longue de l’histoire nazairienne, se veut résolument « digne », non violente. Durant deux mois, ils vont faire preuve d’une grande détermination en refaisant jouer la solidarité désormais classique de la population. Davantage que les ouvriers, ils choisissent de former des cortèges dans le centre-ville, en suivant les grandes avenues menant de la gare à l’hôtel de ville, à l’inspection du travail et débouchant sur la sous-préfecture (photo no 5). Certains rassemblements sont le fait des épouses, d’autres se font aux flambeaux. Les autorités préfectorales et policières craignent toujours de possibles débordements et cantonnent 2000 CRS et gendarmes mobiles à Saint-Nazaire pendant ces semaines de mobilisation. Les nerfs des forces de l’ordre seront mis à rude épreuve par des manifestants qui les narguent en chanson et les prennent à revers grâce à l’emploi de talkies-walkies. A la différence du conflit de 1955, le ministre des Affaires Sociales, Jean-Marcel Jeanneney, refuse de faire du gouvernement un arbitre du conflit, même s’il prête le concours d’un jeune diplomate, membre de son cabinet, pour jouer les intermédiaires entre direction et syndicats. Le 30 avril 1967, un accord donnant globalement satisfaction aux grévistes finit par être trouvé.

31Cette grève de 1967 est la dernière grande grève nazairienne. La grève de mai 1968 ne connaît pas une intensité aussi forte à Saint-Nazaire. Les Chantiers ont commencé à connaître de sérieuses difficultés à partir de 1965 et le marasme de la construction navale européenne s’aggrave d’année en année du fait de la concurrence asiatique. Les métallurgistes nazairiens intègrent l’idée qu’il n’est pas de leur intérêt de continuer à véhiculer une image de forcenés rebelles à toute autorité, d’autant qu’elle ne coïncide pas à la réalité.

Conclusion

32Comme couronnement de leur renommée en matière de construction de paquebots, les chantiers de l’Atlantique ont récemment remporté la commande du plus grand paquebot de tous les temps, le Queen Mary 2, qui sera affrété par la plus prestigieuse compagnie maritime de l’épopée transatlantique, la Cunard. Pourtant, voici encore cinq ans, en 1996, l’inquiétude était palpable dans les cafés bondés d’ouvriers des chantiers du faubourg de Penhoët. La série des Sovereign touchait à sa fin et aucune commande ne semblait les relayer. Heureusement l’angoisse ne dura que quelques mois et les chantiers remportèrent la commande de deux paquebots pour le compte de la compagnie américaine Renaissance. La mode des croisières ludiques outre-Atlantique, le phénoménal succès de la superproduction cinématographique Titanic ont permis de regarnir le carnet de commande d’une douzaine de paquebots. Il n’en demeure pas moins que la construction navale a toujours été une industrie cyclique et qu’aux périodes d’intense activité ont succédé des périodes de crise. Pour preuve, la faillite de Renaissance à la fin de l’année 2000 préoccupe la direction des Chantiers de l’Atlantique, filiale du groupe Alstom, car les deux derniers paquebots de la série commandée n’ont pas été payés. D’autre part, la perspective de la récession économique, qui se précise aux Etats-Unis, risque d’avoir des répercussions fâcheuses pour le carnet de commande des Chantiers.

33L’image dynamique et même « glamour » de Saint-Nazaire est récente. La municipalité a consenti d’importants efforts financiers et fait preuve d’imagination pour changer l’image de la ville. Le succès du projet « ville-port », qui repose sur la réappropriation du bassin de commerce et le réaménagement de la base sous-marine allemande semble acquis, comme en atteste le succès remporté par « l’Escal’ Atlantic ». Cet espace muséographique d’un type nouveau permet de revivre de façon virtuelle les moments forts d’une traversée transatlantique, en transformant le visiteur en passager de paquebots de différentes époques.

34Cette volonté d’ouverture passe par l’effacement de l’ancienne image de Saint-Nazaire, celle d’une forteresse ouvrière prompte à la révolte. Preuve de cette volonté de gommer le passé, les diapositives consacrées aux luttes sociales ne sont plus projetées aux touristes lors de leur visite de l’Ecomusée. Tant la direction des Chantiers que la municipalité semblent vouloir faire du passé table rase. Pourtant, le refoulement n’est certainement pas la meilleure manière d’exorciser les difficultés d’un secteur qui a toujours vécu au rythme de l’économie-monde et du libéralisme. De tout temps, les armateurs ont commandé aux chantiers pratiquant les prix les plus compétitifs. Tant qu’il existera un chantier de construction navale à Saint-Nazaire, cet impératif demeurera.

Bibliographie

Sources

Archives des Chantiers de l’Atlantique (articles non inventoriés concernant les questions sociales et soumis à dérogation).

Archives départementales de la Loire-Atlantique. Série W : cabinet du préfet, cabinet du sous-préfet, direction des Renseignements Généraux (articles soumis à dérogation).

Archives de la Fondation nationale des sciences politiques, Centre d’Histoire de l’Europe du Vingtième Siècle (CHEVS) : fonds Michel Debré et Jean-Marcel Jeanneney (articles soumis à dérogation).

Bibliographie

Barbance (Marthe), Saint-Nazaire : le port, la ville, le travail, Moulins, Crépin-Leblond, 1948, 645 p. (Cette thèse d’Etat est irremplaçable pour la connaissance de Saint-Nazaire avant la seconde guerre mondiale car elle s’appuie en partie sur des sources détruites lors du conflit)

Loiseau (Dominique), Femmes militantes, Paris, L’Harmattan, 1996, 280 pages. (Thèse soutenue à l’Université de Nantes sur l’action des associations de femmes nazairiennes)

Oury (Louis), Les prolos, Paris, Temps actuels, 1983, 280 p. (Témoignage d’un ancien ouvrier des Chantiers de l’Atlantique sur les événements de 1955)

UNION LOCALE CGT SAINT-NAZAIRE Février à septembre 1955, les luttes historiques dans la métallurgie nazairienne, brochure, 1987, 83 pages. (La version de la CGT sur le conflit de 1955)

Photo no 1 : Saint-Nazaire. Rue Henri Gautier. Départ de la manifestation de la marche de la faim (Nantes/Saint-Nazaire) le 27 juin 1933 (No 24496 - A 803.1.1, Collection Ecomusée de Saint-Nazaire-Fonds BIANCHO (François)

Photo no 2 : Affrontement des grévistes avec les forces de l’ordre le 22 juin 1955 devant le bâtiment de la direction des chantiers navals (No 25279 - A799.1.2 Collection UNION LOCALE CGT-FO/Cliché Ecomusée de Saint-Nazaire)

Photo no 3 : Discours du syndicaliste Jules Busson (CGT) lors d’un meeting sur le terre-plein de Penhoët, le 29 juillet 1955 (No 25289 - A 798.4.1, Cliché Ecomusée de Saint-Nazaire)

Photo no 4 : Manifestation en 1964 lors de la grève contre les licenciements et la fermeture des fonderies de Saint-Nazaire (No 24437 - A 812.2.3, Cliché Ecomusée de Saint-Nazaire)

Photo no 5 : Manifestation des mensuels lors des grèves de 1967 (No 25491 - A 759.4.2, Collection MALNOE (Paul) - Cliché Ecomusée de Saint-Nazaire)

Photo no 6 : Défilé des femmes de grévistes lors des grèves des mensuels en mars 1967 (No 25512 - A 755.1.1 Collection MALNOE (PAUL) / Cliché Ecomusée de Saint-Nazaire)

Notes

1 Marthe Barbance, Saint-Nazaire : le port, la ville, le travail, Moulins, Crépin-Leblond, 1948, pp. 511-519.

2 Marthe Barbance, op. cit., pp. 520-536.

3 Marthe Barbance, op. cit., pp. 537-550.

4 Marthe Barbance, op. cit., pp. 567-572.

5 Marthe Barbance, op. cit., pp. 573-575.

6 Marthe Barbance, op. cit., pp. 576-581.

7 Marthe Barbance, op. cit., pp. 582-584.

8 Arch. dép. de Loire-Atlantique 161 W 177.

9 Arch. dép. de Loire-Atlantique 161 W 187.

10 Arch. dép. de Loire-Atlantique 161 W 177 et 161 W 187. Archives des Chantiers de l’Atlantique.

11 Les femmes de grévistes, qu’ils soient « horaires » ou « mensuels » ont toujours joué un rôle important dans les conflits nazairiens. Aucune grève générale ne peut débuter à SaintNazaire sans leur adhésion aux buts de l’action revendicative. Regroupées au sein d’un dense tissu d’associations municipales, syndicales ou confessionnelles, les Nazairiennes prennent largement en charge la logistique et la solidarité matérielle et financière de la grève, permettant ainsi aux grévistes de « tenir bon ». Tandis que les équipes de grévistes recueillent les dons des villages de Brière, de la presqu’île guérandaise ou de grossistes nazairiens, les femmes se chargent des quêtes au porte-à-porte chez les commerçants et les habitants. Ce sont elles qui répartissent l’aide grâce aux carnets de grève. Cet esprit de solidarité, rôdé dès l’entre-deux-guerres, se renouvelle lors de la grève infructueuse de 1950 et lors des conflits de 1955, 1964 et 1967. A l’occasion, les épouses n’hésitent pas, non plus, à agir plus directement en manifestant (photo no6).
Cf. Dominique Loiseau, Femmes militantes, Paris, L’Harmattan, 1996.

12 Sur cet aspect voir Louis Oury, Lesprolos, Paris, Temps actuels, 1983, 280 p.

13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 224.

14 Louis Oury, op. cit. pp. 195-224. Eric Kocher-Marboeuf, Le maintien de l’ordre public lors des grèves de 1947, in L’année 1947, Paris, Presses de Sciences-Po 2000, pp. 373-389.

15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 228.

16 Archives Michel Debré 2 DE 22. Archives Jean-Marcel Jeanneney JMJ 14. Fondation nationale des sciences politiques, Centre d’Histoire de l’Europe du vingtième siècle.

17 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 309.

18 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 270 W 232.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search