Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Les Employeurs de Main d’œuvre au Havre et la reprise de l’activité portuaire : 1944 - 19531

Claude Fauchier-Delavigne

Texte intégral

  • 1 Cette intervention est liée à des recherches entreprises sur une famille havraise du négoce du coto (...)
  • 2 A l’issue de la guerre ont été détruits : 3 400 mètres de quais dans le bassin de marée, 2000 mètre (...)

1Dans la brume matinale du mardi 12 septembre 1944 il régnait sur le port du Havre un calme inhabituel, même les mouettes se taisaient ; il est vrai qu’elles avaient perdu leurs points de repères, au lieu des quais et des hangars, des grues, des élévateurs ou des chariots-tracteurs, il n’y avait plus qu’amas de pierres et de ferrailles au milieu de la poussière et des entonnoirs qui crevaient les quais2 : La ville était libérée !

2Ce temps de calme et d’anéantissement ne se prolongea pas longtemps, vite des hommes apparurent armés de pelles et de pioches pour commencer à déblayer les amas de ruines.

  • 3 Etaient présents : du côté patronal M. Chardine, Président de la Chambre syndicale des Entrepreneur (...)

3Parmi ces premiers volontaires, nombreux étaient les dockers restés au Havre. Ce qui était au début un geste de solidarité et de survie fut suivi par un travail plus organisé, dès le 19 septembre la commission paritaire des « Employeurs de main d’œuvre »3 prenait ces premières décisions :

4« Après quelques échanges de vues au sujet des travaux de déblaiement confiés aux entreprises de manutention, il est convenu ce qui suit :

  • salaire des dockers travaillant au déblaiement sera celui payé par les Ponts et Chaussées aux ouvriers faisant le même travail.

  • se fera suivant les usages du Bâtiment, c’est-à-dire : embauchage à l’heure et paie par les entreprises en fin de semaine.

  • de travail : 8h-12h ; 13h30-17h30.

  • les ouvriers seront employés au déchargement ou chargement des navires, leur salaire sera ceux des ouvriers dockers…

  • les ouvriers devront fournir leurs instruments de travail, c.-à-d. : pelles et pioches. »

  • 4 UEMO : Commission Paritaire du 12 octobre 1944 « Première réunion de l’Union après ta Libération ».

5De nouvelles conditions de travail apparaissent peu à peu sur le port dès le mois d’octobre4 : à la suite de démarches patronales les autorités militaires alliées confient aux entreprises et aux dockers de la place le déchargement de leur matériel à raison d’équipes de 24 à 30 hommes pour chacun de leurs 6 bateaux. Il s’agit d’un travail « de jour comme de nuit à raison de 10 heures de travail par équipe et par jour, les effectifs nécessaires pris au fur et à mesure des besoins, les chantiers de déblaiement du Port étant fournis par roulement ». Sur cet essai les autorités militaires jugeront de la qualité des services rendus et décideront ou non de recourir à l’emploi de la main d’œuvre havraise.

  • 5 La réunion se tient dans un local réduit en raison de la destruction des bureaux situés auparavant (...)
  • 6 Il fait référence à la Salamandre, emblème de la ville du Havre depuis sa création par François 1er(...)

6Qui sont ces Employeurs de Main d’Œuvre ? Réunis le 3 octobre 19445 pour leur premier conseil d’administration d’après-guerre ils ont entendu les propos de leur vice-président Jean Reinhart les exhorter « à ne pas s’appesantir sur les malheurs qui ont si cruellement frappé notre cité et avec courage, à travailler à son relèvement. Le Havre, tel son emblème6 a, malgré bombardements et incendies, conservé sa vitalité et renaîtra de ses cendres ».

  • 7 Article 12 des statuts de 1945 de l’UEMO.

7L’Association se compose alors d’employeurs de la série A : Employeurs de main d’œuvre, agents consignataires, courtiers maritimes, transitaires ou négociants7, chargeurs ou réceptionnaires de marchandises, entrepreneurs de camionnage. Et d’employeurs de la série B : industriels, entrepreneurs de bâtiments et autres.

  • 8 Voir en annexe A le texte de l’Union lors de la grève de décembre 1913.
  • 9 Elle est présentée en 1952 par le président Jean Reinhart dans la publication "Le Havre, porte océa (...)

8Et à quoi sert cette Union des Employeurs de Main-d’Œuvre fondée semble-t-il en juillet 1913, après une grève sur le Port8. Les buts nous en sont présentés dans une « Pièce récupérée après la disparition de nos bureaux et de nos archives en septembre 1944 », jointe au procès-verbal de l’Assemblée Générale du 8 mars 19399 :

  • 10 Art 2 des statuts de l’Union en 1913 qui sera maintenu dans les statuts modifiés par l’assemblée ex (...)

« …Les Sociétaires, suivant la lettre de nos statuts, mettent en commun d’une façon permanente, leurs connaissances et leurs activités pour assurer la défense des intérêts généraux du Commerce et de l’Industrie, et de l’organisation du travail sur le Port du Havre10.
La vie de l’établissement portuaire, source essentielle des richesses de la Cité exige en effet que tous ceux qui, de loin ou de près, en profitent, qu’il s’agisse des industriels et des commerçants comme des armateurs et des manutentionnaires, s’unissent en un effet suivi pour assurer le travail et en particulier les manutentions de marchandises dans des conditions normales en fonction des demandes justifiées de la main d’œuvre et des employeurs, compte tenu de la concurrence des autres ports.
C’est sous le coup d’impérieuses nécessités, pour ne pas dire d’événements tragiques, qu’en 1913 l’Union fut fondée.
Comme jadis, le but de notre Union est de doter notre Port d’une main d’œuvre qui soit en mesure d’assurer avec continuité et dans de bonnes conditions de prix et de rapidité, les manutentions de marchandises…
L’évolution sociale rend plus nécessaire que jamais une collaboration des employeurs et des ouvriers.
C’est dans les Commissions paritaires fréquentes composées de vos représentants et des délégués ouvriers, que sont discutés les salaires, les horaires de travail et tous les éléments de la Convention Collective qui ont une influence primordiale sur le coût des opérations commerciales de la Place. C’est dans ces réunions que sont signalés aux ouvriers les manquements constatés au règlement accepté par eux, et leur fâcheuse répercussion sur l’activité du Port et qu’eux-mêmes formulent certaines demandes relatives par exemple à la sécurité des manutentions, au transport des blessés, etc. »

  • 11 Historique rédigé par LE MARREC concernant les années : 1940, 1944-1946. Fonds Le Marrec, 405W2, AM (...)

9L’ambiance de la reprise du travail sur le port dans l’immédiat après-guerre nous est fournie par le délégué du syndicat des dockers - charbonniers, Le Marrec11 : « dans la ville sinistrée à plus de 50 %, surtout la partie la plus proche du port, la population est réduite. Aussi, tous les hommes présents sont embauchés par les Américains… Les dockers présents encadreront cette main d’œuvre…. Sur le port la carte professionnelle existe, seuls les anciens syndiqués auront celle-ci, les autres seront complémentaires… L’action syndicale sera surtout orientée vers l’obtention d’avantages matériels en tickets de ravitaillement et vestimentaire ».

  • 12 UEMO : conseil d’administration du 3 octobre 1944.

10M. Chardine, membre du conseil d’administration de l’UEMO s’était mis en rapport avec M. Callet, Directeur du port, dès la libération de la ville, afin qu’en attendant l’on fasse appel aux dockers pour le débarquement des navires, on puisse les regrouper et leur fournir du travail, aussi les travaux de déblaiement du port ont-ils été réservés aux ouvriers dockers et assimilés12. Le premier chantier ouvert à la Citadelle regroupa alors 20 équipes de 12 hommes + un chef d’équipe. Le lendemain les 20 équipes étaient composées de 15 hommes + un chef, et le lundi suivant 500 hommes munis de cartes d’accès ont été occupés sur le port. Peu à peu les milliers de dockers inscrits eurent la possibilité de participer au déblaiement en attendant que des bateaux arrivent pour être déchargés ; dès lors les dockers qui seraient jugés nécessaires pour leur déchargement seraient repris des chantiers et affectés à leur activité normale.

  • 13 Base de rémunération des journées de travail des ouvriers dockers servant de référence aux cotisati (...)
  • 14 UEMO : conseil d’administration du 17 novembre 1944.

11Les effectifs sont répartis entre les entreprises de manutention au prorata de leurs achats de vignette13 d’avant-guerre des années 37 à 3914, chaque maison ayant ainsi de 1 à 5 équipes. Le salaire versé est celui du bâtiment, en attendant, un acompte net de 100L est donné, plus une vignette. Ces sommes seront remboursées aux entrepreneurs dans un délai d’un mois, le pourcentage réservé aux entrepreneurs n’est pas encore fixé mais ne devrait leur laisser qu’une marge insignifiante. Les effectifs s’élèvent alors à 3200 dockers.

  • 15 UEMO : réunion paritaire du 11 décembre 1944.

12Une cantine est ouverte15 à partir du 13 décembre par l’Armée américaine qui sert, aux dockers employés à terre aux manutentions effectuées pour son compte, un repas de jour et un repas de nuit : repas fourni au taux unitaire de 10 F et distribué au Hangar au Coton et au Hangar au Ciment sur la présentation de tickets qui sont remis par les entreprises.

  • 16 Procès-verbal des séances de la Chambre de Commerce du Havre du 14 décembre 1944.

13Le port espère alors la réception d’ici le mois de mars 1945 d’environ 100 000 tonnes de marchandises, réception rendue difficile parce qu’aucun navire ne peut accoster à quai ; il faudra alléger les navires, et les allèges viendront débarquer sur les quais. Le principal centre de débarquement sera le hangar au ciment qui ne présente pas beaucoup de développement pour le lotissement des marchandises et il est impossible de faire des expéditions autrement que par des chalands en très petit nombre16.

  • 17 La convention du tarif des frais de manutention - livraison, débarquement et pesage - était de coul (...)

14Le bureau de l’Union se réunit le 15 janvier 1945 pour la première fois après le sinistre du 5 septembre 1944, sous la présidence de Jean Reinhart qui « annonce que sur tes quatre premiers navires alliés devant apporter du ravitaillement civil à la France, trois sont destinés au Havre17 ».

  • 18 UEMO : conseil d’administration du 31 janvier 1945.

15Dès ce moment, bien que les conditions futures de travail ne soient pas encore connues - débarquement sur docks ou sur quais - le bureau de l’Union décide d’étudier le tarif à appliquer aux opérations de manutention des marchandises qui doivent arriver pour le ravitaillement civil. Il décide de reprendre le tarif bleu et d’y incorporer les nouvelles charges sociales et les augmentations de salaires, et d’insérer une clause qui habilite le directeur du port à modifier les prix à chaque fluctuation des éléments. Tandis que les nombreux accidents du travail poussent à la réorganisation de la clinique des blessés du travail, à la nécessité d’un dispensaire sur les quais - financé par la trésorerie de l’Union - et à la présence d’une assistante sociale. Fin janvier 4500 dockers présents sont occupés au déchargement journalier de 12 à 13000 tonnes de marchandises et de matériels destinés à l’Armée américaine18.

  • 19 Fédération Nationale des Unions des Employeurs de Main d’Œuvre.
  • 20 UNIM : 13 février 1945. En conséquence une commission mixte Armement/Employeurs est constituée.

16Au cours de la réunion de l’UNIM19 à Paris le 13 février 1945, on apprend qu’au Havre, tout comme à Rouen, Sète et Marseille se sont constitués des « pools » d’entrepreneurs de manutention dans le but de répartir les travaux de réception des navires dans les conditions les plus équitables20.

  • 21 UEMO : Bureau du 15 mars 1945.

17Le bureau de l’Union, réuni au Havre le 19 février 1945 étudie les difficultés d’organisation d’embauche et rappelle que la Caisse des congés payés est chargée de vérifier les titres des candidats. En effet on utilise de plus en plus d’ouvriers spécialisés de la métallurgie ou du bâtiment qui devront, par paliers, pour ne pas trop désorganiser les travaux en cours, revenir à leur première profession. Il en est de même pour les ouvriers camionneurs qui ont tendance à délaisser leurs entreprises pour travailler sur le port, ces dernières seront bientôt dans l’impossibilité d’exécuter les travaux qui doivent leur être confiés pour les marchandises civiles21.

  • 22 D’après Yves JOUTEL, op. cit.
  • 23 UEMO : conseil d’administration du 25 avril 1945 au cours duquel Jean Reinhart, viceprésident, qui (...)

18Pendant ce temps le déblaiement des amas de ruines dans le port a déjà bien avancé, la passe est dégagée et les profondeurs rétablies permettent le trafic militaire, puis en mars 45 les premiers navires civils22. En avril23 l’Union modifie les horaires : désormais les équipes de dockers travaillent en continu : 7h-15h, 15h-23h, 23h-7h. Les dockers viennent se présenter à l’embauche à 6h pour le travail du matin, et à 14h pour celui de l’après-midi ; des accords sont éventuellement passés entre deux ouvriers pour intervertir le matin et l’après-midi, et vice-versa.

  • 24 Le Port Autonome du Havre avait rappelé que « toutes les entreprises relevant du B.C.M.O. doivent a (...)

19A partir du 19 mai, les autorités militaires devant faire faire leurs manutentions sous hangars presque exclusivement par des prisonniers, 1 500 ouvriers seront débauchés. Aussi un recensement de la main d’œuvre réellement docker est effectué par les services du Bureau Central de la Main-d’Œuvre24 qui délivre les cartes professionnelles avec classement de docker ordinaire, docker-magasinier, docker-camionneur, docker-charbonnier, docker-voilier. Chaque docker aura à l’avenir une priorité d’embauche dans sa spécialité afin de permettre le reclassement des ouvriers et une meilleure utilisation de la main d’œuvre tandis que les autres corporations retrouveront la main d’œuvre qui est débauchée sur le port.

  • 25 Lors de la réunion du Bureau le 10 mars 1945, il avait été décidé : « Toutefois lorsque la question (...)

20Les représentants des corporations ayant une activité portuaire sont convoqués le 8 juin 1945 à la réunion du Bureau pour étudier la constitution d’une Commission de Port25 chargée d’étudier les problèmes que pose l’ensemble du trafic portuaire. Cette commission trouve sa place entre le Bureau de l’Union qui examine plus spécialement les questions « dockers » et le conseil d’Administration qui traite les sujets d’ordre général.

21Le même jour est examinée la possibilité de mettre sur pied pour les marchandises civiles une combinaison identique à celle fonctionnant pour le trafic militaire américain afin de fournir une certaine activité à chaque corporation en évitant de favoriser, au détriment des autres, les entreprises qui ont eu le privilège de pouvoir conserver leur matériel. Ainsi les Maisons bénéficiant actuellement, par suite du déplacement des opérations portuaires, d’un surcroît d’activité dans une de leurs branches, en feront profiter, pour une part, les autres membres de la corporation intéressée.

  • 26 UEMO : conseil d’administration du 6 août 1945.
  • 27 UNIM : octobre 1945.

22Les accès au port : passerelle mobile, éclairage des principales voies portuaires utilisées ou même de cabines téléphoniques sont étudiés par l’UEMO26. De son côté la Direction du Travail envisage de mettre de façon permanente à la charge des Employeurs des équipes de prisonniers de guerre pouvant être utilisées comme suppléments de main d’œuvre dans les ports, pour lesquels les employeurs devront prendre les mesures nécessaires afin de couvrir les cas d’accident du travail et verser un salaire horaire27.

  • 28 D’après Yves Joutel, op. cit.

23Dès novembre 1945 les portes des écluses ont été rétablies, 10 506 mètres de quais sont utilisables ainsi que 28 postes à quai, pour les navires d’un tirant d’eau de 5 à 8 mètres, et 30 pour les navires d’un tirant d’eau supérieur à 8 mètres ; les installations ferroviaires sont réparées, de même que la station TSF, l’éclairage des écluses et des quais28. Mais la pénurie de main d’œuvre se fait sentir, entravant considérablement par ses répercussions chez les magasiniers et les camionneurs le dégagement du Port.

  • 29 UEMO : réunion intersyndicale du 16 mars 1946.

24Le Commandant Thoreux, armateur, au cours d’une réunion intersyndicale29 présente le plan des nouveaux aménagements portuaires qui consisterait à agrandir les plans d’eau au détriment des terre-pleins : une formule opposée à celle des ports modernes, notamment ceux des Etats-Unis.

  • 30 UNIM : 9 avril 1946. M. Reinhart, vice-président et M. Chardine font partie de la délégation de l’U (...)

25Dès le 16 avril 1946, à la demande de la Fédération des Ports & Docks, se réunit au Ministère du Travail une Commission Paritaire Centrale pour procéder à l’examen de ce qu’elle appelle le « salaire de garantie » dans le but de permettre une stabilité de l’emploi pour un certain nombre de dockers professionnels. Il s’agit d’assurer à l’ouvrier docker professionnel, à l’exclusion du docker occasionnel, un salaire de garantie représenté par une fraction du salaire normal attribué aux travailleurs venus se présenter à l’embauche sans avoir pu trouver un emploi. Le paiement du salaire de garantie serait assuré par une Caisse Centrale alimentée au moyen d’une taxe, à déterminer, portant vraisemblablement sur les marchandises manutentionnées. Ce système permettrait également une stabilisation de l’ouvrier qualifié dans la profession30. La mise en place de ce projet prendra de longs mois.

  • 31 UEMO : Assemblée Générale du 21 juin 1946.

26Les chiffres du tonnage débarqué31 au cours de l’année 1946 font apparaître 3 106 513 tonnes qui correspondent à 1 519 000 journées de travail. Ainsi pendant les premiers mois de l’année plus de 5 000 ouvriers ont été occupés moitié de jour, moitié de nuit et pendant les derniers mois 3 500 dockers ont travaillé en moyenne journalière. Les importations civiles représentent environ les deux tiers du tonnage moyen des années 1937/1938.

  • 32 Alors que le port dispose de 11 500 mètres de quais au lieu des 22 km d’avant-guerre, de 58 postes (...)

27Les nouvelles conditions de l’activité du Port font apparaître les difficultés de tous ordres que rencontre, spécialement au Havre, le trafic maritime pour exercer son activité, qu’il s’agisse des Consignataires, des Camionneurs, des Manutentionnaires ou des autres corporations. Elles proviennent tant de l’organisation du travail - rendement discutable du shift - que de l’absence de matériel - magasins toujours attendus-, des accès encombrés ou impraticables de certains points du Port, du manque d’éclairage, des vols, etc. La situation dans son ensemble met peu à peu l’établissement maritime havrais dans une position qui devient dramatique au regard de la position des autres ports32, ainsi les frais de réception des cafés au Havre s’élèvent à 1 800 F. alors qu’à Bordeaux les mêmes opérations ne coûtent que 800 F !

  • 33 Types des travaux évoqués : prendre sur camions et arrimage à quai à hauteur d’homme, sans gerbage (...)

28Les différents dockers/employeurs deviennent de plus en plus nombreux à mesure de la reprise du trafic, tels ceux évoqués lors de la réunion paritaire de l’UEMO du 17 avril 1947 relativement à la composition des équipes qui devraient d’après les entreprises comporter 6 hommes + 1 chef et d’après les ouvriers-dockers 8 hommes + 1. La composition des équipes variera en fonction des types de travaux à effectuer33.

  • 34 UNIM : 10 juin 1947, cette circulaire fait suite à la Commission Interministérielle du 30 mai 1947.

29Une réunion paritaire se tient dans les locaux du Port Autonome du Havre le 6 juin 1947 au cours de laquelle M. Callet, Directeur du Port Autonome, donne connaissance de la circulaire ministérielle du 2 juin 1947 relative à la fixation du nombre de dockers professionnels susceptibles de bénéficier du « salaire de garantie »34. Les chiffres fournis par le Port indiquent 5595 professionnels et 570 complémentaires, soit un total de 6165 dockers auquel il convient d’ajouter l’effectif de la main d’œuvre d’appoint qui s’élève à 1500 ouvriers. La répartition des dockers professionnels s’effectuerait dès lors de la façon suivante :

Ordinaires

3 800

Magasins publics

1 200

Camionneurs

730

Voiliers

400

Charbonniers

150

Total

6 280

30De leur côté les délégués consulaires de la Chambre de Commerce souhaitent le retour au travail en vacations sur le port, les transitaires expliquant que le travail en 2 shifts, qui a permis de répondre à la Libération à la double nécessité de libérer rapidement les navires affectés au trafic sur la France, et d’approvisionner sans délai les industries au chômage, contribue à un prix élevé des manutentions. Sans compter les difficultés d’identifier les colis, les vols au cours des manutentions et des transports en magasins, et l’évacuation des marchandises qui ne suit pas le rythme des débarquements. Le vœu émis n’aura pas de suite.

  • 35 Grève perlée, méthodes de grignotage avec baisse de rendement et augmentation simultanée des effect (...)
  • 36 Ce sujet intéresse également le Port Autonome du Havre et la Chambre de Commerce qui a fait en 1947 (...)
  • 37 UEMO : Commission paritaire du 11 octobre 1948.

31Durant l’année 1948 divers arrêts de travail sur le port35 ont lieu contre la politique économique du gouvernement : une baisse des rendements en résulte36, dont les conséquences sont des plus désastreuses. Chaque jour des navires sont déroutés, et cette désertion ne peut que s’aggraver si les rendements ne sont pas améliorés sensiblement. Selon les syndicats c’est l’insuffisance des salaires qui est cause de ces arrêts37. Il est vrai que l’une des raisons du faible rendement provient de la forte proportion de marchandises lourdes reçues (60 à 70 %) qui trouvent difficilement de la place sur les terre-pleins encombrés, provoquant de multiples voyages des camions ou des trajets trop longs.

  • 38 UEMO : réunion du conseil d’administration de mai 1949.
  • 39 UEMO : Bureau et Commission portuaire 10 juin 1949.

32Des discussions paritaires engagées pour la mise au point d’une prime de rendement font apparaître des divergences d’option entre patrons et ouvriers38. Pour les patrons cette prime doit profiter individuellement à l’ouvrier qui aura par son effort permis une amélioration du rendement, pour les ouvriers la prime doit être répartie sur l’ensemble des dockers travaillant pendant une certaine période. Tandis qu’a été émise l’idée tendant à réserver cette prime à l’alimentation d’un fonds de secours en faveur des ouvriers à la capacité physique réduite ou anéantie39.

33Jean Reinhart, lors de la commission paritaire du 27 avril chargée d’étudier les salaires, indique qu’une augmentation convenable de la rémunération ouvrière doit être aménagée de manière à permettre le nécessaire équilibre des tarifs du Havre, instables par rapport à ceux des autres places, et qu’une majoration des salaires plus forte ne peut se faire sans que des améliorations de travail, profitables à l’ouvrier, soient mises en œuvre, telles que la prime au rendement, la fixation précise du nombre d’hommes à la bordée en fonction des engins mécaniques, le remplacement dans les cargaisons homogènes du pareur par le chef d’équipe, la codification formelle du nombre d’hommes dans les bordées. En échange le patronat havrais promettrait l’institution d’une caisse havraise de retraites complémentaire des vieux, avec participation bipartite conformément aux souhaits du Syndicat ouvrier.

  • 40 UEMO : Commission paritaire des 2 mai 1951 (tenue au Port Autonome sous la présidence de M. Callet, (...)
  • 41 Loïc Hislaire, Dockers, corporatisme et changement, Transports Actualité 1993, p. 19.

34Il s’attire dès lors le refus de cette formule conditionnelle qui va au cours des mois empoisonner les réunions paritaires40. Par idéal de justice et d’égalitarisme les dockers refusent en effet cette prime de rendement proposée par les employeurs pour accélérer les manutentions à bord des navires, parce qu’elle condamne les déshérités, les vieux, les faibles41.

  • 42 9 premiers mois de 1950 : 2 400 000 t, 9 premiers mois de 1951 : 3 400 000 t.
  • 43 UEMO : Réunion Intersyndicale Portuaire du 7 août 1950.

35Le 3 août 1951 l’Assemblée Générale de l’UEMO décide d’accorder 300 nouvelles cartes pour faire face à l’importance accrue du trafic portuaire42. Elle cherche également à résoudre le problème de l’insuffisance de main-d’œuvre les jours de pointes de trafic car celle-ci provoque un encombrement des hangars, l’impossibilité pour les consignataires de fixer l’armement sur la date de libération des navires qui aboutit à des retards ou à des imprévisions graves et à des encombrements massifs dans les hangars ou terre-pleins43. Le doublage des shifts n’est pas la bonne solution : fatigant pour les ouvriers qui produisent un mauvais travail, fatigant pour les cadres, le rendement en est plus qu’insuffisant, les embauches sont retardées et les équipes incomplètes.

  • 44 UEMO : Commission paritaire du 21 décembre 1951.
  • 45 UEMO : Commission paritaire des 5 et 15 décembre 1951 : prime unique de 3 500 F. pour 100 jours min (...)

36C’est au cours de la Commission portuaire du 13 décembre que la création d’une « Caisse de retraite des vieux dockers » est décidée. Puis les relations se tendent à la fin de l’année44 au point que l’étude de la prime à la productivité et de l’organisation paritaire d’allocations aux vieux dockers qui devait faire l’objet de la réunion du 21 décembre est reportée par suite d’une grève de deux heures pratiquée aux deux shifts le 18 décembre sur ordre de la Fédération des Ports et Docks, à peine quelques heures après l’octroi par le patronat havrais d’une prime de fin d’année qui, non seulement n’était pas obligatoire, mais avait été relevée pour répondre au désir des délégués ouvriers45.

  • 46 Annexe D.
  • 47 Réunion reportée au 7 février 1952.

37Les secrétaires ouvriers présentent le 4 janvier 1952 un tableau qui reprend l’avant-projet patronal et les desiderata ouvriers. La discussion porte ensuite essentiellement sur la prime à la productivité qui devrait être calculée selon eux par cale et non par navire comme le propose le patronat.46 Mais le 29 janvier 1952 Jean Reinhart informe les délégués ouvriers que le patronat lui a donné mandat de lier les deux questions de la prime à la productivité et de l’organisation paritaire d’allocations aux vieux dockers tandis que M. Hazard de son côté indique au patronat qu’il a reçu également mandat de ses commettants syndicaux de ne pas lier les deux questions. De plus les dockers ne sauraient accepter que la prime soit calculée par navire, comme le demande le patronat, mais par cale : un dialogue de sourds en perspective, qu’une réunion prévue le 6 février47 pour revoir à nouveau la question devrait permettre de résoudre en essayant de trouver un terrain d’entente.

38L’arrêté ministériel du 24 janvier qui fixe l’effectif des dockers du Port à 4 500 a introduit une réduction sensible du personnel et ne facilite pas le dialogue. La prime à la productivité reste à l’ordre du jour, mais si elle rencontre des réticences du côté des dockers, il en existe tout autant au sein du patronat qui se montre très divisé sur le sujet. Parmi les préalables fixés par ces derniers, perdure la volonté de lier le fonctionnement de la prime à la productivité à la mise en route de la Caisse de Secours aux vieux dockers, et de s’en tenir à une participation moitié-moitié pour l’alimentation de celle-ci, refusant la proposition des ouvriers du port d’une participation 2/3-1/3.

  • 48 UEMO : « Il y a sur le port du Havre, deux catégories de chefs d’entreprise : l’une, qui ne se souc (...)

39Il faudra deux réunions patronales, les 11 et 17 avril, en vue d’une réunion paritaire fixée le 18 avril, pour aboutir à une position commune des employeurs divisés. Dans la plupart des autres ports une Caisse de secours a déjà été mise en œuvre, il serait délicat d’en retarder la création au Havre sous le prétexte qu’on n’a pas totalement abouti sur la prime à la productivité48.

40La réunion paritaire du 18 avril n’aboutit pas, une seconde réunion se déroule le 2 mai, puis une troisième le 12 mai, puis une autre le 2 juillet et c’est enfin au cours de la réunion du 12 juillet 1952 que le patronat portuaire donne son accord pour faire démarrer au plus tôt « l’Organisation Paritaire d’Allocations aux Vieux Dockers » selon une participation égale des deux parties : entre-temps, il a abandonné le lien avec la prime de productivité par suite du refus général des dockers.

  • 49 Par l’Union des Employeurs de Main d’Œuvre du Port et de la Ville du Havre (J. Reinhart), les Organ (...)
  • 50 Le 1er août une réunion patronale de la commission portuaire en étudie l’application et désigne la (...)
  • 51 UEMO : commission portuaire du 1er août 1952.

41La mise en œuvre nécessite de nouvelles discussions. La séance du 24 juillet se déroule sans aboutir avant que ne soit signé, enfin, le 30 juillet un accord sur la création et le fonctionnement sur le port du Havre d’une « Organisation paritaire de secours aux vieux dockers »49. Les dockers ont finalement accepté le principe d’une cotisation égale par les deux parties au lieu de celle demandée au départ50 de 2/3-1/3. L’Union fournit un fonds de démarrage à la Caisse de Secours d’un montant de 6 000 000 F. Les ouvriers s’engagent à reprendre le travail, annulant ainsi l’état d’alerte qui avait été déclaré51. Les encaissements se font à partir du 31 juillet pour les intermittents sur les vignettes au moyen d’une oblitération spéciale apposée par la Caisse Congés. Il y a une représentation égale patrons/dockers à la Commission de Gestion de la Caisse de Secours. Il n’est plus question de la prime de productivité.

  • 52 Embauche pour les deux shifts : 85 bordées en janvier, 63 en juillet, 59 en août et 11 en septembre

42Le trafic de l’année 1952 fut particulièrement mauvais52, nombreux furent les ouvriers qui ne travaillèrent qu’un petit nombre de jours. Malgré le ralentissement du trafic, la Caisse de secours présentait en janvier 1953 des finances excédentaires et pouvait continuer à envisager des versements sur les 18 mois à venir. Durant l’année 1953 le Port repris son rythme d’activité tout en étant devenu uniquement port de transit ; désormais il va s’agir surtout d’éviter toute perte de temps à la livraison et obtenir des économies sérieuses sur la marchandise. Une page portuaire est tournée.

Annexes

Annexe A

Le Petit Havre. 21 décembre 1913

Ceux qui ne marchent pas !

Nous sommes, nous, de ceux qui veulent marcher, et ne demandent qu’à s’entendre avec les ouvriers qui, ayant répudié les théories de violence, voudront bien étudier en collaboration avec notre Union, les moyens d’améliorer les relations entre le Capital et le Travail.

Le contrat de 1910, qui aurait pu être le premier jalon de ce type d’entente, a été constamment violé sous la pression de certains meneurs, et c’est parce qu’il ne donnait aucune satisfaction aux entrepreneurs qui, eux, en respectaient les clauses, que son renouvellement a été jugé indésirable.

Et c’est sur l’initiative de ces entrepreneurs que notre Union s’est formée, les grandes organisations du port n’étant venues s’y agréger que plus tard. L’union est une association d’hommes libres qui n’a pas de but caché. Son objet est la défense des intérêts généraux du commerce et de l’industrie et plus spécialement l’organisation du travail dans le port du Havre.

L’Union ne s’occupe pas d’affaires.

L’Union ne distribue pas de bénéfices à ses adhérents, mais au contraire consacrera ses ressources à subventionner des œuvres créées en faveur des ouvriers.

L’Union n’intervient pas dans la direction des entreprises de ses membres.

L’Union n’impose de servitude à personne.

L’Union, qui est une filiale du Syndicat général, défendra la liberté du commerce et luttera, par conséquent, contre l’extension des monopoles d’Etat.

L’Union n’obéit qu’à ses chefs élus.

L’Union des Employeurs

Annexe B

Le Syndicalisme patronal portuaire du Havre

... De même que les groupements similaires des autres ports, l’Union rassemble tous les employeurs de l’établissement maritime (armateurs, consignataires, entrepreneurs de manutention) ; mais elle comprend également en son sein, pour plus parfaite liaison, les usagers plus ou moins attachés au port depuis les transitaires et les négociants, jusqu’aux industriels et principaux représentants des corps du bâtiment.

Sa principale fonction réside, en dehors de la documentation à fournir aux entreprises pour l’emploi de la main d’œuvre spécialisée, ou pour l’observance de la législation particulière, dans la conclusion et la surveillance des accords paritaires régissant le travail et la rémunération du docker, cette main d’œuvre comprenant, ce qui est spécial au HAVRE, non seulement des dockers, mais aussi les catégories des "assimilés", soit les camionneurs, voiliers, charbonniers et commis-pointeurs.

Une autre particularité de l’UNION DES EMPLOYEURS DU HAVRE, réside dans son caractère foncièrement social. Une des premières en France, et dès sa création, cette fédération a compris qu’aucune exploitation ne pouvait être développée, surtout avec le concours d’une main d’œuvre intermittente ne possédant pas d’employeurs attitrés, sans manifestation de la part du patronat d’un esprit social très développé.

Par l’institution en 1913 d’un "Office Social" qui réunissait paritairement, pour le règlement des litiges suscités au cours du travail comme pour l’amélioration de la condition prolétarienne, ouvriers et chefs d’entreprises, l’Union avait déjà été la devancière de la législation sociale.

Dans le même sens, elle poursuivait, avant la dernière guerre, son action pour la fondation et l’entretien d’une clinique spécialement réservée aux accidentés du travail.

Cette œuvre de haut intérêt qui avait été détruite par les bombardements de septembre 1944 n’ayant pu être reconstituée, a été remplacée au cours de ces dernières années par divers organismes, tels le Service Social avec ses layettes, Arbres de Noël, et colonies de Vacances ; par un service d’Ambulance et de postes de Secours ; par l’installation d’un hall d’embauche et de garages à bicyclettes ; plus récemment enfin, par un très moderne établissement de douches.

Considérant que le docker a droit comme ses camarades de l’usine, à ce que l’on s’intéresse à son travail et aussi à son existence. l’UNION DES EMPLOYEURS entend faire du Port, avec l’appui du Port Autonome du Havre, une grande famille, dont les membres intéressés aux mêmes buts, qu’ils soient ouvriers ou patrons, concourent tous, avec compréhension et sans faux dissentiments, à la prospérité commune qui est celle de leur bel établissement maritime.

Annexe C

Caisse des docker - Réunion paritaire du 4 janvier 1952
PROJET PATRONAL

OBSERVATIONS OUVRIERES

Dénomination :
"Organisation paritaire « le secours aux vieux dockers". constituée sur simples accords paritaires.

Pas dobservation

But :
Versement d’allocations de secours aux vieux dockers.

Pas d’observation

Bénéficiaires :
Le postulant devrait :
a) être âgé de 65 an- au moins.

La délégation ouvrière estime ce minimum tiop élevé et trop impératif. Apres avoir parle de 60 ans elle précisé que l’âge d’attribution devrait pouvoir correspondre éventuellement avec lige de la retraite anticipée Sécurité Sociale. De même, la limite d’âge pourrait ctre avancée en cas d’invalidité

b) avoir travaillé sur le port les 15 dernières années précédant la cessation d’activité en qualité de docker, et bénéficié au cour, de Cette période, d’un minimum annuel de 6 jours de congés payés (années d’absence de guerre assimilées aux activités réelles).

Ces temps d’acquisition devraient être ramenés à la formule employée par la Caisse Congés pour les congés d’ancienneté.

c) cesser toute activité rémunératrice et remettre sa cane professionnelle au B.C.M.O.

D’accord sur la remise de la carte professionnelle au B.C.M.O., mais demande de possibilité d’emploi a titre "d’occasionnel" pendant les périodes de pointe, »ans priorité spéciale, avec affectation aux travaux légers et faciles.

d) ne bénéficier d’aucune retraite ou pension publique ou privée autre que celle des vieux travailleurs par la Sécurité Sociale

Par ailleurs, la clause qui interdit le versement de l’allocation en cas de coexistence d’une autre retraite sembee trop rigide. Une formule plus souple devrait être trouvée afin de permettre à la Commission de Gestion future de décider des situations individuelles dignes d’intérêt.

Modalités d’attribution
L’organisation étant en forme de "
répartition". le montant des allocations sera fixé trimestriellement en fonction de la masse des cotisations encaissées.

Comité de gestion devra prévoir quelque » réserves de trésorerie en cas de baisse de trafic et par conséquent, de diminution des rentrées de fonds

Financement
Assuré localement - sans compensation entre les ports - par une double cotisation d’un montant identique à la charge des employeurs et des salariés.

Formellement d’accord pour repou »ser toute gestion nationale. Par contre demande de. partage de la cotisation à raison de 2/3 à la charge patronale et 1/3 à la charge des salariés. Suivant déclaration ouvrière la contribution serait uniforme serait calculée sur un salaire forfaitaire et réclamée par précompte. Elle serait applicable aux Professionnels comme aux occasionnels, bien que ces derniers ne doivent pas bénéficier du secours

Gestion
Locale et bipartite par un Comité de gestion. suivant modalité d’élection et de représentation à déterminer. Les fonctions de membres du Comité de gestion sont gratuites

Pas d’observation, si ce n’est au sujet des nxidalités d’élection que le Syndical dockers estime devoir fonctionner dans le cadre des Conventions Collectives

Fonctionnement administratif
(Encaissement des cotisations, ordonnancement et paiement des allocation ») assuré gratuitement par la Caisse Congés.

Pas d’observation.

En cas de dispositions légales créant les Caisses de Secours ou de Retraite. l’institut ci-dessus sérail ù réintégrer dans le cadre des dispositions générales ou obligatoires.

Pas d’observation.
La délégation patronale expliquai» que cette clause prévoit le cas oii une institution d’Etat viendrait remplir le môme but pour des valeurs égales ou supérieure »

Annexe D

Accord sur la création et le fonctionnement sur le Port du Havre d’une « Organisation paritaire de secours aux vieux dockers »

Il a été décidé et convenu ce qui suit :

BUT ET FONCTIONNEMENT GENERAL

Article 1er - Il est institué sur le Port du Havre, une « Organisation Paritaire de Secours aux Vieux dockers » en vue d’assurer le versement d’allocations de secours aux vieux dockers et assimilés.

RESSOURCES FINANCIERES – COTISATIONS

Article 3 - Les fonds permettant le financement de l’Organisation, qui sont fonction de l’activité du Port, sont obtenus au moyen d’une double cotisation patronale et ouvrière sur le salaire en vigueur de l’ouvrier ordinaire et perçue sur l’ensemble des ouvriers dockers et assimilés embauchés, quels que soient leur grade ou fonction. Le taux de la cotisation est réparti également entre Employeurs et Ouvriers et fixé périodiquement par le Comité de Gestion, étant entendu que la cotisation totale employeurs et ouvriers ne pourra excéder 2 %.

Article 4 - La cotisation ouvrière est perçue par l’intermédiaire des entreprises par voie de précompte sur les salaires et les entreprises versent directement à l’Organisme chargé du fonctionnement administratif de l’Organisation ces encaissements, en même temps que leur participation patronale.

L’article 6 évoque la composition du comité de gestion paritaire élu pour 2 ans.

Article 7 - Le fonctionnement de l’Organisation est assuré gracieusement par la Caisse de Compensation des Congés Payés du Havre.

Article 8 - le montant de l’Allocation versée à chaque ayant droit est déterminé périodiquement en fonction de la masse des cotisations encaissées au cours de la période écoulée, en tenant compte éventuellement des provisions tel qu’il est prévu à l’article 2 ci-dessus.

Article 9 - Pour avoir droit aux allocations, les ouvriers dockers doivent remplir la totalité des conditions suivantes :

- Etre âgé de 65 ans au premier jour du trimestre civil considéré.

- Avoir travaillé sur le Port du Havre en qualité de docker pendant les 15 années ayant précédé la cessation d’activité et bénéficié au cours de ces 15 années d’un minimum annuel de 6 jours de Congés Payés, les années d’absence résultant de la guerre étant assimilées à des années d’activité, ainsi que les années 1945 et 1946, si l’ouvrier n’a pu se réinstaller au Havre. Les temps de maladie et d’accident du travail constatés par la Sécurité Sociale sont pris en considération pour la détermination du droit au secours.

- Ne plus travailler pour le compte d’aucune Entreprise ou Administration publique ou privée.

- Avoir remis sa carte de docker à la disposition du BCMO.

- Ne bénéficier d’aucune retraite ou pension servie par une Administration Publique ou Privée ou par un Employeur quelconque, à l’exception toutefois des retraites versées au titre des Assurances Sociales comme vieux travailleurs ou accidentés du travail ou des pensions servies par les Ministères de la guerre ou de la Marine.

Toutefois, les cas d’invalidité complète et permanente par suite de maladie ou d’accidents pourront être immédiatement secourus, sans condition d’âge ou d’ancienneté, après examen par le Comité de Gestion.

Les articles 10, 11 et 12 sous la rubrique « dispositions générales » indiquent que cet « accord est conclu pour une durée illimitée ». Ils précisent comment dénoncer l’accord ou le modifier, ou l’intégrer dans des dispositions d’ordre général dans le cadre de dispositions légales organisant des retraites pour les vieux ouvriers dockers.

Fait au Havre, le 30 juillet 1952, en 10 originaux.
Union des employeurs de main d’œuvre du Port et de la Ville du Havre
Jean Reinhart

Organisations ouvrières du Port du Havre
Jean Le Gall

Syndicat général des ouvriers du Port, commis auxiliaires et similaires du Havre
A. Thomas

Syndicat des ouvriers camionneurs, chauffeurs et suiveurs du Havre et de la Région
Sénéchal

Syndicat général des ouvriers des Magasins Réunis
R. Danjou

Syndicat des dockers charbonniers du Port du Havre
Le Marec

Syndicat des ouvriers-voiliers, réceptionnaires en marchandises du Havre
Jochem

Notes

1 Cette intervention est liée à des recherches entreprises sur une famille havraise du négoce du coton et du café, les Reinhart. Ainsi amenée à me pencher sur l’ensemble des archives détenues par le Groupement des Employeurs de Main d’Œuvre, et l’Union maritime et portuaire. C’est de ces sources patronales que sont tirés mes propos.

2 A l’issue de la guerre ont été détruits : 3 400 mètres de quais dans le bassin de marée, 2000 mètres de quais dans les bassins à flots, 260 grues de quai, 16 grues flottantes, 200 000m 2 de hangars endommagés à 50 %, 2 gares maritimes complètement détruites, 1 dock flottant de 16 500 tonnes coulé, 350 épaves de navires coulés dans le port, brèche de 200 mètres dans la digue sud, toutes les portes des écluses détruites, toutes les formes de radoub endommagées, la plupart des chaussées et des voies ferrées inutilisables, canalisations d’eau et d’électricité hors d’état, installations pétrolières détruites, seuls deux ponts permettent l’accès au port. (D’après Georges Godefroy - Le Havre sous l’occupation, 1940 - 1944). Restent deux accès ; Pont III et porte IV du sas Vétillard, tandis que le chenal, lui, s’est maintenu. (D’après Yves Joutel, Le Port du Havre, les conditions géographiques de la reconstruction. Septembre 44 - janvier 50).

3 Etaient présents : du côté patronal M. Chardine, Président de la Chambre syndicale des Entrepreneurs-Arrimeurs, MM. Cloarec, Cognet. Darredeau, Guitton, Pigoreau ; du côté ouvrier : MM. Hauguel, Feugray. UEMO : Union des Employeurs de Main d’Œuvre du Port et de la Ville du Havre, parfois désignée seulement par le terme Union.
BCMO : Bureau Central de la Main d’Œuvre du Port du Havre.
UNIM : Union Nationale des Industries de la Manutention dans les Ports Français, autrefois connue comme Association des Employeurs de Main d’Œuvre dans les ports de France.

4 UEMO : Commission Paritaire du 12 octobre 1944 « Première réunion de l’Union après ta Libération ».

5 La réunion se tient dans un local réduit en raison de la destruction des bureaux situés auparavant Place de l’Hôtel de Ville à la suite des événements des 5 au 11 septembre 1944.

6 Il fait référence à la Salamandre, emblème de la ville du Havre depuis sa création par François 1er en 1517.

7 Article 12 des statuts de 1945 de l’UEMO.

8 Voir en annexe A le texte de l’Union lors de la grève de décembre 1913.

9 Elle est présentée en 1952 par le président Jean Reinhart dans la publication "Le Havre, porte océane", cf. texte B en annexe.

10 Art 2 des statuts de l’Union en 1913 qui sera maintenu dans les statuts modifiés par l’assemblée extraordinaire du 30 août 1945.

11 Historique rédigé par LE MARREC concernant les années : 1940, 1944-1946. Fonds Le Marrec, 405W2, AMH (Archives Municipales du Havre).

12 UEMO : conseil d’administration du 3 octobre 1944.

13 Base de rémunération des journées de travail des ouvriers dockers servant de référence aux cotisations à la Sécurité Sociale et aux points de retraite. Ces « vignettes » étaient achetées à l’avance par les employeurs.

14 UEMO : conseil d’administration du 17 novembre 1944.

15 UEMO : réunion paritaire du 11 décembre 1944.

16 Procès-verbal des séances de la Chambre de Commerce du Havre du 14 décembre 1944.

17 La convention du tarif des frais de manutention - livraison, débarquement et pesage - était de couleur bleue. Il était établi par la Chambre syndicale des Entrepreneurs-Arrimeurs, l’Association française des Agents consignataires de navires et le Syndicat Havrais des Armateurs. Au Havre, il s’appelait le tarif vert.

18 UEMO : conseil d’administration du 31 janvier 1945.

19 Fédération Nationale des Unions des Employeurs de Main d’Œuvre.

20 UNIM : 13 février 1945. En conséquence une commission mixte Armement/Employeurs est constituée.

21 UEMO : Bureau du 15 mars 1945.

22 D’après Yves JOUTEL, op. cit.

23 UEMO : conseil d’administration du 25 avril 1945 au cours duquel Jean Reinhart, viceprésident, qui assume la présidence de l’Union depuis le décès du Pdt. Aumont, est délégué à la présidence.

24 Le Port Autonome du Havre avait rappelé que « toutes les entreprises relevant du B.C.M.O. doivent adresser chaque jour la liste numérique, par spécialité et par catégorie, des dockers et ouvriers assimilés qu’elles ont employés la veille », réunion du Bureau de l’UEMO du 16 juin 1945.

25 Lors de la réunion du Bureau le 10 mars 1945, il avait été décidé : « Toutefois lorsque la question en cause visera plus spécialement une corporation, celle-ci sera représentée par deux membres ».

26 UEMO : conseil d’administration du 6 août 1945.

27 UNIM : octobre 1945.

28 D’après Yves Joutel, op. cit.

29 UEMO : réunion intersyndicale du 16 mars 1946.

30 UNIM : 9 avril 1946. M. Reinhart, vice-président et M. Chardine font partie de la délégation de l’UNIM, au sein de laquelle les différentes régions maritimes sont représentées, UNIM 9/4/1946.

31 UEMO : Assemblée Générale du 21 juin 1946.

32 Alors que le port dispose de 11 500 mètres de quais au lieu des 22 km d’avant-guerre, de 58 postes à quais, de 7 postes à quais flottants, et de 3 postes sur coffres de mouillage. D’après Yves Joutel, op. cit.

33 Types des travaux évoqués : prendre sur camions et arrimage à quai à hauteur d’homme, sans gerbage ni classe ; prise sur camion venant du bord et chargement en wagons sans apparaux ; mise à terre au déchargement de camions suite de navires.

34 UNIM : 10 juin 1947, cette circulaire fait suite à la Commission Interministérielle du 30 mai 1947.

35 Grève perlée, méthodes de grignotage avec baisse de rendement et augmentation simultanée des effectifs. Les Employeurs inquiets sur les possibilités de geste de résistance décident de consulter un avocat. Me Homais prenant sa retraite, ils se tournent vers Me Dubosc spécialisé dans les affaires maritimes et correspondant au Havre de Me Grandmaison.

36 Ce sujet intéresse également le Port Autonome du Havre et la Chambre de Commerce qui a fait en 1947 une enquête sur le déroulement des opérations portuaires et compte la renouveler en février 1948.

37 UEMO : Commission paritaire du 11 octobre 1948.

38 UEMO : réunion du conseil d’administration de mai 1949.

39 UEMO : Bureau et Commission portuaire 10 juin 1949.

40 UEMO : Commission paritaire des 2 mai 1951 (tenue au Port Autonome sous la présidence de M. Callet, directeur du Port), 4 mai 1951, 9 mai 1951 : accord paritaire sur la Caisse de secours des vieux dockers qui doit être mise en route simultanément avec la prime de productivité étudiée les 5 et 21 décembre 1951.

41 Loïc Hislaire, Dockers, corporatisme et changement, Transports Actualité 1993, p. 19.

42 9 premiers mois de 1950 : 2 400 000 t, 9 premiers mois de 1951 : 3 400 000 t.

43 UEMO : Réunion Intersyndicale Portuaire du 7 août 1950.

44 UEMO : Commission paritaire du 21 décembre 1951.

45 UEMO : Commission paritaire des 5 et 15 décembre 1951 : prime unique de 3 500 F. pour 100 jours minimum de travail sur le port.

46 Annexe D.

47 Réunion reportée au 7 février 1952.

48 UEMO : « Il y a sur le port du Havre, deux catégories de chefs d’entreprise : l’une, qui ne se souciant que du moment présent ne veut rien prévoir, et l’autre, qui constamment battue par la majorité de la première, s’inquiète de l’avenir et cherche à améliorer la situation ». Intervention de M. Guitton.

49 Par l’Union des Employeurs de Main d’Œuvre du Port et de la Ville du Havre (J. Reinhart), les Organisations Ouvrières du Port du Havre (J. Le Gall), le Syndicat Général des Ouvriers du Port, Commis, Auxiliaires et Similaires du Havre (A. Thomas), le Syndicat des Ouvriers Camionneurs, Chauffeurs et Suiveurs du Havre et de la région (Senechal), le Syndicat Général des Ouvriers des Magasins Réunis (R. Danjou), le Syndicat des Dockers-Charbonniers du Port du Havre (Le Marrec), le Syndicat des Ouvriers-Voiliers, Réceptionnaires en marchandises du Havre (Jochem). AnnexeD.

50 Le 1er août une réunion patronale de la commission portuaire en étudie l’application et désigne la représentation patronale à la commission de gestion.

51 UEMO : commission portuaire du 1er août 1952.

52 Embauche pour les deux shifts : 85 bordées en janvier, 63 en juillet, 59 en août et 11 en septembre.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540