Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Port du Havre et travailleurs d’Afrique du Nord (1914-1920)

Elisabeth James

Texte intégral

1La présence de travailleurs originaires du Maghreb au Havre pendant la 1ère Guerre mondiale constitue pour les Havrais une source d’étonnement. Venus durant une période de pénurie de main d’œuvre masculine, ils sont préférés aux prisonniers allemands pour travailler dans des activités liées à la guerre. Les sources de cette étude sont essentiellement militaires. Les Archives Départementales de la Seine-Maritime et surtout de la sous série 11 R composée d’archives provenant du Bureau de centralisation des renseignements de l’état-major du commandement supérieur de la défense du Havre (BCR) ont eu la chance de ne pas être détruites lors de la retraite de 1940 et n’ont pas été versées au Service Historique de l’Armée de Terre de Vincennes. La presse locale, censurée à cette époque, constitue l’appoint nécessaire à une recherche où le travailleur d’Afrique du Nord s’exprime peu.

1. L’origine de ces travailleurs

2C’est durant l’année 1917 que le nombre d’hommes originaires d’Afrique du Nord est à son maximum : l’inspecteur chargé de leur contrôle en recense 2.000. Ces chiffres sont à prendre avec précaution car les travailleurs algériens, marocains et tunisiens appartiennent à 2 catégories différentes :

  • Les « libres », venus plus ou moins librement en France métropolitaine, résident généralement en ville et choisissent l’entreprise dans laquelle ils désirent travailler.

  • Les « requis », « militarisés », « recrutés », « cantonnés » ou « administratifs » recrutés de manière très organisée par le Service de l’organisation des travailleurs coloniaux (S.O.T.C) grâce au statut définitif du recrutement des travailleurs coloniaux institué en juin 1916.

  • 1 A. Sayad, L’immigration algérienne dans le Nord..., pp. 49, 50.

3Les ouvriers « libres » représentent la majorité des 20.000 Algériens immigrés en France en 1915. Leur nombre diminue en 1916. A partir de cette année-là, ne viennent travailler en France que des ouvriers de la deuxième catégorie. Les travailleurs « requis » n’ont pas le choix. Si un Algérien refuse la réquisition, il devient passible du conseil de guerre1. Dans ces conditions, leur nombre ne peut qu’augmenter. Ces derniers, utilisés par l’Etat, travaillent surtout dans des établissements liés à la Défense Nationale : arsenaux, cartoucheries, fonderies. Ils restent des civils mais ils sont encadrés militairement par des hommes qui parlent arabe. Leurs contrats de travail durent 3 ou 6 mois et peuvent être renouvelés. Ils vivent généralement dans des baraquements collectifs, plus ou moins surpeuplés selon les régions.

2. Leurs emplois du début de la guerre à 1916

2.1. Le port

4Dans un port, il n’y a rien d’étonnant à ce que les premiers travailleurs mentionnés en provenance d’Afrique du Nord soient employés par la Compagnie Générale Transatlantique. Ils sont d’ailleurs recrutés sur place en Algérie ou au Maroc par cette société : ils travaillent soit sur les bateaux durant la traversée soit au déchargement des bateaux à quai au Havre. Cette première émigration se fait donc grâce aux compagnies de navigation.

5Laurent Toutain dans son livre Le Havre avant et pendant la guerre explique qu’une institution mi-patronale, mi-ouvrière, s’est créée peu de temps avant la déclaration de la guerre : il s’agit de l’Office du travail. Cet organisme tente de stabiliser la main d’œuvre du port et de gérer au mieux le manque de personnel dû à la mobilisation. Le 13 décembre 1913, 7.351 personnes travaillaient sur le port en tant qu’arrimeurs, charbonniers, magasiniers ou autres ; le 24 août 1916, il ne restait plus que 4.580 employés.

6Avec le début de la guerre, la presque totalité des travailleurs arrivent au Havre en provenance de Marseille. Dès 1915, l’arrivée au Havre de 800 Algériens et Tunisiens est mentionnée pour décharger le charbon dans les docks ou sur les quais. Puisque la guerre est déclarée, les mesures de contrôle s’intensifient et le sous-préfet du Havre se sent obligé d’avertir le préfet que certains de ces hommes doivent être rapatriés pour raison de santé. Ce détail montre, au passage, que les conditions de sélection, au départ de la colonie ou du protectorat, ne sont pas rigoureuses ou, autre hypothèse, que les conditions de voyage ne relèvent pas de la croisière ou du voyage touristique. Le nombre d’hommes employés sur le port n’est pas facile à comptabiliser : il comprend aussi bien ceux qui déchargent occasionnellement des marchandises que ceux qui « appartiennent » à la Compagnie Générale Transatlantique. En août 1916, un rapport note que 375 Kabyles, Marocains et Sénégalais sont employés comme ouvriers occasionnels sur le port.

2.2. Les autres entreprises

7En plus de l’activité portuaire, Le Havre dispose, avant la guerre, de grosses entreprises. Certaines sont liées à la construction navale et à la métallurgie tandis que d’autres s’occupent de constructions électriques et de fabrication de produits chimiques. Quelques sociétés comptent même plus de 1.000 salariés. Ces entreprises se situent dans les quartiers de Leure et dans la commune de Graville qui n’est pas encore rattachée au Havre. La société Schneider et Cie du Creusot est la société la plus puissante installée au Havre pour ce qui concerne son capital. L’essentiel de ses activités est consacré aux fabrications militaires et plus particulièrement à des objets d’artillerie comme des canons des fusées ou des torpilles.

8L’entreprise Bassot est l’un des établissements très souvent mentionnés dans les documents. Ses deux usines sont spécialisées dans le laminage du cuivre en provenance du Chili, de la Bolivie, des Etats-Unis et d’Angleterre, du zinc de Silésie et de Belgique, du plomb provenant d’Espagne, d’Angleterre ou du Mexique et enfin de l’étain en provenance d’Australie, du Pérou ou de Bolivie.

9Enfin, les Tréfileries et Laminoirs du Havre emploient déjà, en 1913, 2.000 salariés. La plus grande partie de la production est utilisée pour l’équipement et pour les constructions électriques, pour les lignes télégraphiques et toutes les applications de l’électricité.

3. Les réactions de la population havraise (1916 à 1920)

3.1. Pour un meilleur contrôle

10L’année 1917 marque un tournant aussi bien dans la guerre que dans la vie des civils havrais : c’est l’année des restrictions alimentaires, institution de jours sans viande, du rude hiver décrit par Raymond Queneau, hiver qui se prolonge et rend difficile l’approvisionnement en charbon. C’est aussi pour les étrangers une âpre lutte pour tenter d’obtenir des salaires égaux à ceux des ouvriers français. Et pour le Havre, c’est la mise en place du Bureau de surveillance (B.A.I.H.) qui essaie de contrôler et de répertorier les étrangers présents au Havre et de faire un tri entre ceux dont la présence est souhaitable et ceux qui peuvent être renvoyés dans leur pays d’origine.

11Le 17 juin 1917, une dispute éclate entre un soldat français, Ouf, en permission, et un Marocain, rue Berthelot, dans le quartier Sainte Marie. Le soldat français insulte le Marocain qui réplique, aidé ensuite de ses compatriotes. La bagarre dégénère si bien que la foule, composée de 3 à 400 personnes exaspérées - on ignore la raison de cet énervement collectif -, lynche tous les Marocains qu’elle rencontre sur son passage. Les rapports de police notent que 18 Marocains sont transportés à l’hôpital dans un état grave : deux décèdent à leur arrivée. Par mesure de protection, les indigènes originaires d’Afrique du Nord sont emmenés et gardés au Fort de Tourneville. Après enquête de police, les autorités inculpent quatre Marocains considérant qu’ils ont pris une part active dans le meurtre du soldat français Ouf.

3.2. L’arrêté de Didelot

  • 2 A.D.76, 11 R 230. Rapport de l’Etat-major.

12Dès le 26 juin, le Contre-Amiral Didelot, responsable de la place forte du Havre, demande aux entreprises utilisant de la main d’œuvre coloniale de mettre en baraquement tous les Marocains libres employés dans ces usines. Les Tréfileries acceptent et mettent immédiatement en baraquement 5 à 600 hommes. Seule la Compagnie Générale Transatlantique en tant qu’employeur refuse de loger ses ouvriers, en expliquant qu’elle ne dispose pas de place contrairement aux Tréfileries et que le nombre de ses travailleurs n’est pas fixe. Pour circuler dans la ville du Havre les Marocains libres reçoivent un brassard vert avec un écusson blanc portant un croissant rouge et le cachet du B.A.I.H.2.

13Le 1er juillet 1917, Didelot propose au Sous-Préfet et au Commissaire Central la mise en baraquement de tous les indigènes d’Afrique du Nord libres habitant la région havraise. Ceux qui n’accepteraient pas d’être « baraqués » ou ceux dont les employeurs refuseraient le logement seraient dirigés sur Marseille et rapatriés chez eux. Pour être sûr d’être obéi de la population havraise, Didelot édicte, le 7 juillet 1917, un arrêté interdisant à quiconque de louer, de sous-louer en garni ou non, de prendre en pension des ouvriers coloniaux qui doivent tous être logés dans les cantonnements. Les problèmes surgissent car les Algériens estiment être français et ils considèrent donc qu’ils ne sont pas touchés par l’interdiction d’habiter en ville. Ils écrivent d’ailleurs une lettre de protestation. Didelot doit s’incliner et tolérer les Algériens en ville. Il permet aussi que les Marocains et Tunisiens mariés à des Françaises conservent leur domicile au Havre. En contrepartie, ces hommes doivent porter un brassard et se conformer aux usages d’hygiène et de politesse en usage en France. La chasse aux Marocains libres par la police municipale se poursuit jusqu’en mars 1918.

  • 3 Annexe 1.

14Fort heureusement pour les travailleurs indigènes, les logeurs havrais n’apprécient pas d’être privés d’une clientèle intéressante économiquement parlant. Aussi intentent-ils un procès contre l’arrêté de Didelot. Ils gagnent ce procès et la cour de Cassation déclare cet arrêté inopérant.3

3.3. Les travailleurs d’Afrique du Nord et le travail sur le port

15Une autre conséquence de la rixe de juin 1917 est l’interdiction faite aux Marocains de travailler sur le port. Ces derniers sont souvent mal payés et les dockers havrais pensent que les étrangers et les prisonniers de guerre allemands sapent le travail du syndicat visant de meilleures conditions de travail. Très rapidement, dès le 1er août, les Compagnies Maritimes se plaignent du manque de main d’œuvre. D’autre part, certains Marocains sont au chômage. Le Contre-Amiral Didelot, le Vice-Président de la Chambre de Commerce et le Syndicat des dockers, lui aussi contacté, reconnaissent qu’il y a une insuffisance de débardeurs. Ainsi en août 1918, 131 Algériens « libres », 6 Tunisiens et 75 Marocains « libres », soit 212 travailleurs libres et 18 militarisés sont utilisés pour travailler sur le port.

16Les relations entre la Compagnie Générale Transatlantique et les autorités militaires ne sont pas toujours aisées car le Bureau de Centralisation des Renseignements rechigne à délivrer des laisser-passer à des Marocains « libres » pour qu’ils puissent circuler aisément sur le port. De son côté, la Compagnie Générale Transatlantique argue du fait que ces Marocains ont été recrutés par elle-même avec l’autorisation de la Résidence Générale du Maroc et que ces hommes doivent être libres de leurs mouvements sur le port pour charger ou décharger plus rapidement les navires.

  • 4 J. Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la crise de la vie chère de l’é (...)
  • 5 Annexe 2.

17Malgré l’Armistice, la situation change peu. Certes, quelques hommes reviennent du front mais le retour des troupes s’effectuent lentement. Une note de police indique que Clemenceau reçoit Léon Jouhaux, secrétaire de la Confédération Générale du Travail et lui promet de « terminer la démobilisation vers fin septembre 1919 et de prendre des mesures contre la vie chère »4. Effectivement, il semble que le Havre soit l’une des villes de France où les prix sont le plus élevés pour les biens de consommation courante ; des émeutes éclatent épisodiquement en ville. Une agitation sociale est perceptible dans les années 1918-1920 : des grèves se produisent aux Tréfileries, chez Schneider... Les autorités policières tentent de contrôler les activités syndicales, les mouvements des travailleurs coloniaux sur le port, mais elles éprouvent des difficultés. Même le Syndicat général des ouvriers du port adresse une lettre au Contre-Amiral et se plaint de la présence « d’indigènes » jouant à des jeux de hasard à proximité des lieux d’embauche5.

  • 6 A.D.76, 2 Z 25, Lettre du 21/07/19.

18La situation s’aggrave en juillet 1919 lorsqu’une centaine de travailleurs d’Afrique du Nord attaque un café rue Général Chanzy en tirant une cinquantaine de coups de revolver car, d’après le rapport de police, on refusait de les servir depuis quelques jours. Le commissaire central enquête et arrive à la conclusion que cette bagarre a une autre cause : les dockers montrent leur désapprobation face à leurs patrons, avec qui ils ne parviennent pas à trouver un accord sur la rémunération du taux horaire, en s’attaquant à la main-d’œuvre étrangère qui supplée leur absence au travail lors des manifestations de mécontentement6.

  • 7 A.D.76, 2 Z 25.

19Janvier 1920 voit des scènes horribles, lorsque des ouvriers du port sont attaqués par des travailleurs marocains, qui quelques jours auparavant avaient été malmenés par des ouvriers français, quai de la Marne, au lieu même de l’embauchage des ouvriers portuaires. Un scénario identique à celui de juin 1917 se reproduit : au moment de l’embauche, des individus ne travaillant pas cherchent querelle à Mohamed. Le Marocain ameute ses camarades qui arrivent très excités le lendemain au moment de l’embauche. Un des Marocains tire sur les dockers qui attendent. La foule, énervée, se met à la poursuite des Arabes et les roue de coups. Le journal Le Petit Havre relate les faits : « Sur le pont 3, une centaine d’individus s’acharnaient sur un Marocain ». Les hommes réclament la mort des Marocains. Le bilan est lourd : cinq Français et un Belge vont à l’hôpital ainsi que sept Marocains, l’un est décédé, un autre est mourrant et cinq autres sont gravement blessés à la tête. Dans les jours qui suivent des cadavres de Nord-Africains sont retrouvés dans les bassins et sur les quais. Une quinzaine de Travailleurs Coloniaux ne se présentent pas à leur travail. Les patrouilles de police tentent de les protéger en les consignant au camp de Jemmapes. Un affichage ambigu, provenant de la Mairie du Havre et reproduit dans le journal, laisse sous-entendre que la population havraise n’est nullement coupable dans cette affaire7. On conseille toutefois aux Havrais de faire la distinction entre Marocains et Algériens : ces derniers nous ayant vraiment aidés pendant la guerre en combattant à nos côtés dans les tranchées. Le Commissaire Spécial note lui-même qu’une haine latente est présente entre ouvriers français et marocains.

20Afin d’éviter toute confusion entre les deux nationalités, l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, chef d’exploitation du port, propose, en accord avec le Préfet, que les travailleurs algériens mis à la disposition du port soient porteurs d’un insigne permettant de les distinguer des Marocains. Les services du port envisagent un brassard mais, pour des travailleurs manuels qui remuent les bras, ce système n’est pas adapté. La mesure suivante est adoptée : deux écussons en toile blanche seront cousus sur la manche gauche de chaque homme portant le cachet officiel des Travailleurs Coloniaux.

  • 8 A.D.76, 2 Z 25 Télégramme non daté.

21Il semble que dans les faits, en 1920, la séparation se fasse d’elle-même entre les Algériens qui vivent en camps et les Marocains qui habitent, en général, en ville. Le Préfet est conscient que ces Marocains sont « pour la plupart affiliée à un syndicat »8, ce qui nécessite les attentions de la police.

22Le Sous-Préfet, en février 1920, répartit les Marocains travaillant sur le port en quatre catégories, voulant de cette manière hâter leur départ ou les employer en usines où le contrôle est plus aisé :

  • ceux ayant subi des condamnations et qu’il faut expulser,

  • les journaliers des quais qu’il conviendrait de rapatrier dans leur pays,

  • les journaliers des quais, ne donnant lieu à aucune critique, à éloigner simplement du Havre,

  • les journaliers des quais qui pourraient être autorisés à rester au Havre à condition qu’ils soient embauchés sous huitaine dans une usine.

  • 9 A.D.76, 2 Z 25 Dossier Marocains expulsés.

23Globalement, les travailleurs étrangers venus participer à l’effort de guerre en travaillant au Havre sur le port ou dans les usines n’ont pas été chaudement accueillis. Ils ont semble-t-il été, comme dans d’autres pays, une sorte de jouet écartelé entre les mains du patronat, satisfait de trouver une main d’œuvre abondante et relativement docile, et entre les mains des syndicats, qui vont jusqu’à éditer des tracts en langue arabe mais qui se révèlent incapables de défendre ces travailleurs étrangers contre un esprit raciste ambiant.9

Annexes

Annexe

Source : A.D.76.

Le Hâvre, le 20 juillet 1917.

Monsieur le Gouverneur de la place du Hâvre

Monsieur le Gouverneur,

Comme suite à la délégation algérienne que monsieur le Maire a bien voulu recevoir et à laquelle vous avez bien voulu répondre qu’elle n’était pas touchée par l’arrêté que vous avez signé à l’encontre des travailleurs coloniaux, nous avons l’honneur de porter à votre connaissance que les tenanciers de garnis ainsi que les propriétaires d’immeubles nous ont prévenus d’avoir à vider les lieux avant le 15 août prochain malgré que nous leur ayons rapporté votre promesse que les Algériens français n’étaient pas touchés par votre décision.

D’autre part des agents de police font des rondes dans tous les établissements et ordonnent de faire évacuer tout : le monde avant le 15 août et d’après les dires des Algériens seraient compris dans la mesure prise.

A cet effet nous venons vous supplier de vouloir bien faire connaître au commerce havrais qu’étant Français les Algériens ne sauraient êtres touchés par l’arrêté que vous avez pris.

Dans l’espoir que vous voudrez bien nous accueillir.

Nous vous présentons, monsieur le Gouverneur, l’expression de notre profond respect.

Un groupe de français algériens Habitants la ville du Hâvre

Notes

1 A. Sayad, L’immigration algérienne dans le Nord..., pp. 49, 50.

2 A.D.76, 11 R 230. Rapport de l’Etat-major.

3 Annexe 1.

4 J. Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la crise de la vie chère de l’été 1919 au Havre », Le mouvement social, no 170, pp. 66-68.

5 Annexe 2.

6 A.D.76, 2 Z 25, Lettre du 21/07/19.

7 A.D.76, 2 Z 25.

8 A.D.76, 2 Z 25 Télégramme non daté.

9 A.D.76, 2 Z 25 Dossier Marocains expulsés.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540